mercredi 2 juin - par gruni

Stéphane Bern contre les moulins à vent éoliens

Le sujet de l'éolien mérite certainement mieux que ce coup de gueule tranchant comme une pale, administré par Stéphane Bern à Barbara Pompili. L'animateur télé, proche d'Emmanuel Macron, qui d'habitude va gentiment dans le sens du vent de la macronie, accuse la ministre de la transition écologique de "destruction d’un patrimoine naturel, d’atteintes à la biodiversité, d’artificialisation des sols et de soutien aux énergies fossiles”. La mission patrimoine confiée à Stéphane Bern aurait-elle transformé le conteur de "Secrets d'histoire" en un nouveau Don Quichotte en guerre contre une pandémie de moulins à vent éoliens. La blonde Barbara, à ne pas confondre avec Rossinante, serait coupable d'écocide. Car, elle ne plante pas seulement de la lingerie fine dans son jardin. Son projet n'est un secret pour personne, le gouvernement envisage de multiplier par 2,5 le parc éolien d'ici 2028. Pour rappel la France compte plus de 8000 éoliennes.

D'après l’Institut de sûreté nucléaire (IRSN), 82% des Français sont d'accords pour l'éolien. Un sondage Harris Interactive prétend que "85% des riverains signalent que l’installation des éoliennes dans leur commune n’est pas une mauvaise chose et 51% considèrent même qu’il s’agit d’une "bonne chose ". Pourtant, ça râle pas mal dans le pays, mais qui oserait croire le Français sournois au point de souhaiter que l'éolienne s'installe chez son voisin plutôt qu'à proximité de son domicile ? Ce géant de plus de 100 mètres de haut, fait de béton et d'acier avec des pales en carbone a bien des défauts. On ne peut donner complètement tort à Stéphane Bern, lorsqu'il dénonce le :

« diktat éolien qui brasse du vent et ancre dans nos sols un véritable mensonge ». En cause, la « supercherie » d’un système qui n’est « en rien écologique et renouvelable », et qui prospère « soutenu à coups de subventions européennes ». Car n’est pas qu’une question d’esthétique qui alarme l’animateur franc-luxembourgeois, c’est aussi le profit que tirent « de puissants lobbys industriels et financiers » de ces installations. Une « négation de l’écologie » qui relègue aux campagnes ce dont les citadins ne veulent pas chez eux. 

"Le journaliste démontre le non-sens de cette course à l’éolien, qui ne fonctionne que « 25 % du temps et nécessite l’aide de centrales à charbon ». Il explique comment l’Allemagne mesure « les conséquences désastreuses de ses propres choix en la matière », alors qu’avec le PPE (programmation pluriannuelle de l’énergie) voulu par Barbara Pompilli, la France s’apprête à passer à 15 000 éoliennes en 2028, contre 8000 en 2019. Matériaux importés de Chine, dalles de béton massives, oiseaux migrateurs qui se prennent dans les pales, biodiversité et paysages ruinés… tout ça pour un « fonctionnement effectif sur seulement 21 % du temps en moyenne. »

Alors que les préfets ont des consignes pour imposer ces éoliennes coûte que coûte, Le Figaro précise qu’au niveau juridique, les requérants voient les droits limités et la possibilité de faire appel est interdite". (Valeurs Actuelles/ Figaro)

Bern, s'emporte contre l'emploi des centrales à charbon, mais il oublie sans doute volontairement de parler des risques liés aux réacteurs nucléaires et des déchets légués aux générations futures. Et puis le souffle d'Éole est un carburant gratuit sur tout le territoire, malheureusement le dieu du vent parfois asthmatique ne produit que 6,3% de l'électricité en France métropolitaine. Si bien que les 58 réacteurs nucléaires, avec son uranium importé, restent indispensables et pour longtemps encore. Mais, quel grand homme avait parlé d'indépendance énergétique ?

Le mix électrique

Mix électrique de la France métropolitaine en 2019

De plus, les éoliennes sont également majoritairement importées. Donc, rien n'est simple dans le domaine de l'énergie et au diable les caricatures et les postures politiques. Stéphane Bern, qui n'est pas idiot, comprend parfaitement bien la complexité énergétique et le besoin de diversifier les sources. Il fait l'âne pour avoir du foin, pour que les autorités du pays sortent définitivement de l'implantation anarchique des éoliennes sans aucune réflexion préalable et sans tenir compte des avis opposés.

Barbara Pompili a répondu assez vertement aux détracteurs de l'éolien, et avec les élections qui approchent, fixer le cap était nécessaire pour donner du grain à moudre aux élus et sympathisants de La REM. Il fallait donc :

"mettre les points sur les i" ce 28 mai.

"Installez une éolienne, vous protégez la planète, c'est aussi simple que cela. Ce n'est pas une déclaration politique, une idéologie, une lubie, c'est un fait scientifique étayé par l'expérience." "Il y a une nécessité absolue à déployer l'éolien en France face à l'urgence climatique".

Le Ministère de la transition écologique a également publié le vrai du faux, pour y voir clair + clair sur l'éolien terrestre.

Voilà beaucoup d'énergie dépensée pour convaincre Bern et d'autres des bienfaits de l'éolien. De toute façon, la facture électrique sera salée, à moins d'un loto pour sauver ou remplacer les centrales vieillissantes en fin de vie. Stéphane Bern est déjà volontaire.

 

Énergie éolienne, énergie d’avenir ?

L’éolien en France : état des lieux et avenir du secteur

 



111 réactions


  • Docteur Faustroll Séraphin Lampion 2 juin 08:18

    « D’après l’Institut de sûreté nucléaire (IRSN), 82% des Français sont d’accords pour l’éolien. »

    1. forcément, on ne connait rien de ce soi-disant sondage : ni la date, ni l’objet, ni la (ou les) question posée, ni même s’il a vraiment existé, mais c’est déjà plus précis que « selon des études récentes », on a le nom du coupabl

    2.en admettant qu’un tel sondage donne de tels résultats, en quoi cela est-il une légitimation de la technologie en question ? Depuis quand la « majorité », capable d’élire les pires individus et de voter pour les pires systèmes qui œuvrent contre son propre intérêt représente-t-elle un critère pour valider un coix technique ? La seule justification des sondages est de permettre à des commerciaux de tester les chances d’un prototype de trouver sa place sur un marché. C’est un outil commercial.

    3. Si « Barbara Pompili a répondu assez vertement aux détracteurs de l’éolien », peut-on en déduire qu’il s’agissait de détracteurs agricoles.



    • gruni gruni 2 juin 08:46

      @Séraphin Lampion

      1. 1. forcément, on ne connait rien de ce soi-disant sondage : ni la date, ni l’objet, ni la (ou les) question posée, ni même s’il a vraiment existé, mais c’est déjà plus précis que « selon des études récentes »,
      http://barometre.irsn.fr/resume-du-barometre-2020/ ce n’est qu’un résumé
      De toute façon la parole de Barbara est d’or

      2.en admettant qu’un tel sondage donne de tels résultats, en quoi cela est-il une légitimation de la technologie en question ? Depuis quand la « majorité », capable d’élire les pires individus et de voter pour les pires systèmes qui œuvrent contre son propre intérêt représente-t-elle un critère pour valider un coix technique ? La seule justification des sondages est de permettre à des commerciaux de tester les chances d’un prototype de trouver sa place sur un marché. C’est un outil commercial.

      Et s’il n’y avait pas d’études d’opinion, vous diriez quoi ? Que de toute façon le gouvernement n’en tient pas souvent compte, ce qui n’est pas très nouveau


    • Fergus Fergus 2 juin 09:17

      @ gruni

      S’il n’y avait pas d’« études d’opinion »  sur quelque sujet que ce soit —, ce serait le règne de la rumeur sur les réseaux sociaux ! 


    • Docteur Faustroll Séraphin Lampion 2 juin 10:06

      @Fergus

      Dommage qu’il soit si difficile de mettre au jour l’origine d’une rumeur (comme la ’rumeur d’Orléans" par exemple.
      Si on le pouvait, on aurait peut-être (sûrement) de très grosses surprises.
      Alors, on peut utiliser la méthode d’Hercule Poirot et se demander à qui le crime profite... au bout du compte., et bizarrement, on tombe souvent sur les souliers à clous !


    • gruni gruni 2 juin 10:13

      @Fergus

      Oui, une étude c’est quand même mieux que le doigt mouillé, quant aux réseaux, tu as raison, et ils sont aussi un sujet d’étude inépuisable.


    • Aristide Aristide 2 juin 10:39

      @Séraphin Lampion

      Depuis quand la « majorité », capable d’élire les pires individus et de voter pour les pires systèmes qui œuvrent contre son propre intérêt représente-t-elle un critère pour valider un coix technique ?

      Deux remarques, cette majorité à qui vous déniez le droit d’émettre des décisions sur des choix techniques constitue à mon sens la base de la démocratie. Serait-ce donc qu’il faille éviter de demander leurs opinions à tous les citoyens sans distinction ? 

      Pour les sondages, pas étonnant puisque même le vote éclairé du citoyen de base vous pose problème !


    • Docteur Faustroll Séraphin Lampion 2 juin 11:27

      @Aristide

      Le vote éclairé de l’électeur LREM me pose en effet problème.

      « Mettez 11 imbéciles d’un côté, 10 philosophes de l’autre. Les imbéciles l’emporteront. C’est ça la démocratie. »

      Jacques Brel

      A ma connaissance, Jacques Brel n’était ni un arriéré ni un réactionnaire, mais il était peut-être un peu ... désabusé ?



    • Fergus Fergus 2 juin 18:59

      Bonsoir, Séraphin Lampion

      Une démonstration de Brel qui a ses limites dans la mesure où elle considère que les philosophes sont des sages. Par ses prises de position aussi péremptoires qu’ineptes sur certains dossiers, BHL ne fait-il pas souvent partie des « imbéciles » ? 


    • Yoann Yoann 5 juin 21:56

      @Fergus

      Depuis quand BHL est un philosophe ? Il n’y a que lui qui le dit ...


  • Trelawney Trelawney 2 juin 08:39

    Le graphique est intéressant, car il démontre bien qu’en matière d’énergie, ce n’est pas les politiques qui font la loi, mais EDF (je ne sais plus comment il s’appelle aujourd’hui).

    Pour le nucléaire il faut tout de même rappeler que les derniers réacteurs (Civaux) date de 2002 et qu’on attend le démarrage de l’EPR sans vraiment savoir si un jour il démarrera. Ca fait quand même trés léger pour une technologie qui représente 70% de notre énergie.

    Pour ce qui concerne l’éolien marin (là où il est le plus performant), aucun champs n’a démarré sa construction à ce jour.

    Le solaire est lui particulièrement à la traine, notamment pour les incitations à l’équipement du particulier (la Belgique fait beaucoup mieux que nous).

    L’important est de panacher les énergies et c’est ce que se refuse à faire la France, parce que EDF ne le veut pas.


    • chantecler chantecler 2 juin 09:04

      @Trelawney
      Non EDF fait ce qu’on lui dit de faire .
      Si les coûts de l’électricité éolienne , solaire ,.... alternative sont reportés dans nos factures , et c’est pas donné , c’est parce que l’état le lui impose .
      L’état , c’est naturellement les politiques nationaux et européens , au nom de « l’écologie ».
      Mais effectivement ce sont d’autres marchés pour fabriquer et poser ces équipements .


    • Trelawney Trelawney 2 juin 12:27

      @chantecler
      Non EDF fait ce qu’on lui dit de faire .
      Faux, c’est EDF qui impose sa loi, car toutes les lois sur l’énergie ne sont pas appliquées par EDF
      Si les coûts de l’électricité éolienne , solaire ,.... alternative sont reportés dans nos factures , et c’est pas donné , c’est parce que l’état le lui impose .
      Le courant est un produit le plus taxé en France (36% de son prix de vente). EDF en bénéficie, car c’est le consommateur qui paie cette taxe et paie donc le développement des nouvelles énergies (mais pas que). EDF en bénéficie, car son budget recherche et développement est payé par cette taxe.

      La fameuse (CSPE) Contribution au Service Public de l’Electricité est appliquée sur l’ensemble des factures d’électricité, dans le but :

      de compenser les surcoûts de production dans des zones éloignées du réseau métropolitain (service public)

       d’encourager le développement des sources d’énergies renouvelables (recherche et développement)

       de permettre une tarification spéciale pour les personnes en situation de précarité. (re service public)

      Autrement dit c’est une taxe pour permettre de financer le « service public ».

      Maintenant si on supprime cette taxe (je suis pour) et qu’en tant qu’état on interdit la construction de nouveaux réacteurs sur le territoire français (on a le droit). Comment fait EDF pour s’adapter au nouveau marché sans budget recherche et développement ? C’est bien le consommateur qui se finance le service public et la recherche et développement d’une société commerciale privée.

      Il ne fait pas cela puisque grâce à la CTA

      Contribution Tarifaire d’Acheminement

      il finance la retraite des salariés EDF, ainsi que son CE. Mais ca c’est un autre sujet.


  • gruni gruni 2 juin 08:53

    « L’important est de panacher les énergies et c’est ce que se refuse à faire la France, parce que EDF ne le veut pas ».

    Je suis de votre avis, mais combien d’éoliennes pour remplacer à temps partiel un seul réacteur nucléaire ?

    En attendant, "le gouvernement envisage de multiplier par 2,5 le parc éolien d’ici 2028. Pour rappel la France compte plus de 8000 éoliennes. 

    De toute façon, faut pas compter sur le vent pour remplacer le nucléaire, passer à 50% d’énergie nucléaire est déjà pas gagner d’avance


    • Fergus Fergus 2 juin 09:14

      @ gruni

      Il n’y a pas que l’éolien, il y a aussi l’hydrolien qui peut constituer une importante ressource dans un pays qui compte autant de côtes exposées aux marées et par conséquent à de forts courants.

      Autre ressource envisageable dans le cadre de l’immobilier de demain : les mini éoliennes implantées sur les toits-terrasses. Mais là, c’est du marginal.


    • gruni gruni 2 juin 10:19

      @Fergus

      Oui, l’hydrolien est constant, contrairement au vent. La maison autonome existe déjà, qui sait ce qu’il en sera demain.


    • joletaxi 2 juin 10:26

      @gruni
      ah les hydroliennes de Mr. Mélanchon,

      l’hydrolien est constant ?
      je vous suggère un petit rattrapage sur le calcul des courants de marée
      et puis l’hydrolienne, un vrai plaisir, .... avec leur foutu confinement et mesures absurdes, je n’ai plus caréné depuis 2 ans, ein katastrofe

      mais pourquoi pas ?
      on a financé des usines à vague, des bouées siffleuses, des usines à « souffles marins », des arbres à vent, des trottoirs électriques, des routes solaires, le tout en produisant et s’éclairant avec du ... nuc
      mais dans un pays qui se dote d’une académie du vélo...


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 2 juin 10:30

      @gruni
       
       ’’ l’hydrolien est constant’’
       
       Faux. Les marées varient en amplitude et par conséquent les courants qui passent de zéro à maximum sur une période de 6 heures. En outre, ce maximum est tributaire des coefficients de marées qui varient de 40 à 120 pour les plus fortes, en 15 jours. Lors des mortes eaux (petits coefficients) les courants sont très faibles.


    • gruni gruni 2 juin 10:36

      @Francis, agnotologue

      Autant en emporte le vent et pour moi

      « les courants sont très faibles ». c’est quand même un peu mieux que pas de vent du tout. Merci pour l’info


    • gruni gruni 2 juin 10:53

      @joletaxi

      « je vous suggère un petit rattrapage sur le calcul des courants de marée
      et puis l’hydrolienne, un vrai plaisir »

      J’ai déjà fait un rattrapage en forme de mea culpa avec un autre intervenant. Il est vrai que pour l’écriture de ce texte je me suis intéressé uniquement à l’éolien terrestre. Pour faire plaisir à M. Bern

      Pour le vélo, voyez ça avec Madame Hidalgo smiley


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 2 juin 11:12

      @gruni
       
      ’’« les courants sont très faibles ». c’est quand même un peu mieux que pas de vent du tout.’’
       
      Les courants de l’étale de basse mer à l’étale de haute mer 6 heures plus tard, et inversement s’établissent ainsi :
       
       La première heure : zéro courant.
       La deuxième, vitesse moitié du courant max pour cette marée,
       La troisième et la quatrième : vitesse max pour cette marée,
       La cinquième heure : vitesse moitié,
       La sixième heure : zéro courant.
       
      Donc toutes les quatre heures, zéro courant pendant deux heures.
      Courants inexploitables pendant les mortes eaux.
      Courant réellement exploitable en marée moyennes seulement pendant 1/3 du temps.
      Courants exploitables pendant 2/9 du temps aux grandes marées.
       
       Au total, courant exploitable pendant un tiers du temps : 1/9 + 2/9 = 1/3


    • gruni gruni 2 juin 11:30

      @Francis, agnotologue

      Et les Hydroliennes de rivière ?

      Les Hydro et éoliennes ne seront toujours que des compléments aux autres sources d’énergie, faut-il pour autant y renoncer, franchement j’en sais rien. Les quatre éoliennes que j’aperçois de chez moi, tournent au ralenti...
      Merci pour les infos complémentaires


    • joletaxi 2 juin 11:47

      @gruni

      les moulins quoi...
      ben ça non plus, c’est pas zecolo, ils ont réussi à faire passer une loi pour abattre toutes les retenues alimentant des moulins, existants depuis des siècles

      la puissance délivrée est fonction du cube de la vitesse du vent, qui est lui même essentiellement variable
      bref...


    • Trelawney Trelawney 2 juin 12:37

      @gruni
      Je suis de votre avis, mais combien d’éoliennes pour remplacer à temps partiel un seul réacteur nucléaire ?
      C’est là tout le problème. La France ne peut fonctionner que sur d’énormes hubs de production, car la diffusion de l’électricité en France ne se fait que pas des lignes à hautes tensions (dont tout le monde se fiche de la pollution visuelle qu’engendre une ligne à haute tension) depuis de puissant producteur d’énergie comme des réacteurs nucléaires.
      Comme pour tout le reste, la France centralise ces moyens de production et comme elle ne délocalise pas et bien les productions d’énergies locales (marées, vent, solaires, bio énergie) ne se font pas.
      Même les éolienne sont centralisées comme cette plaine en Picardie en bordure de l’autoroute A1.

      C’est encore une fois une politique de grand n’importe quoi !


    • gruni gruni 2 juin 13:57

      @Trelawney

      « lignes à hautes tensions (dont tout le monde se fiche de la pollution visuelle qu’engendre une ligne à haute tension) »
      Je ne sais pas pour vous, mais moi, lignes à HT ou éoliennes, je ne les vois plus, l’habitude sans doute.
      Pour ce qui est du « grand n’importe quoi ! » vivement que les écolos prennent le pouvoir smiley


    • @Fergus
      On ne dit pas « hydrolien », mais « poséidonlien. »


  • nono le simplet nono le simplet 2 juin 09:01

    le bashing anti-éolien bat son plein ... avec des arguments toujours aussi débiles ...

    la volonté d’EDF de construire 4 ou 5 EPR de plus n’y est sûrement pour rien smiley


    • chantecler chantecler 2 juin 09:09

      @nono le simplet
      Comme ci le choix était entre l’éolien qui ne peut être que d’appoint et les centrales électriques qui fournissent le gros de la production .
      Si c’est pas nucléaire ce sera le gaz , le fuel , le charbon, etc etc ...
      Nous avions l’électricité d’origine hydraulique qui ne coûtait que son installation : curieusement l’état a du vendre les barrages .
      Et encore le géothermique qui est aussi un appoint .
      Nous n’avons pas encore du céder au privé les sources d’eau chaude .


    • Aristide Aristide 2 juin 10:25

      @nono le simplet

      le bashing anti-éolien bat son plein 

      Vous ne pouvez pas nier les dégâts en termes d’impact sur les paysages ... Votre position antinucléaire n’y est surement pour rien ...


    • nono le simplet nono le simplet 2 juin 10:56

      @Aristide
      Vous ne pouvez pas nier les dégâts en termes d’impact sur les paysages

      Maupassant et Verlaine trouvaient la Tour Eiffel hideuse ... et je ne sais plus qui disait y manger tous les jours puisque c’était le seul endroit de Paris où il ne la voyait pas ... smiley
      je trouve les éoliennes très belles ... et dans mon village personne ne trouve ça horrible ou choquant ... et ce sont de très bonnes girouettes


    • troletbuse troletbuse 2 juin 11:05

      @nono le simplet
      Faut être vraiment con pour comparer la tour Eiffel qui est la construction la plus visitée de France avant le Mont St Michel et qui attire les touristes, avec des milliers d’éoliennes qui ne servent à rien sauf polluer.
      Cette tour est très belle et si elle n’existait pas, le nombre de touristes ne serait pas le même.Elle a été sauvée grâce à l’armée et l’arrivée de la TSF. Ouf !
      Pourquoi t’organiserais pas des excursions pour visiter tes zéoliennes ?


    • Aristide Aristide 2 juin 11:13

      @nono le simplet

      Idem pour Beaubourg et de nombreuses créations architecturales. Je pourrais simplement vous rétorquer que la France ne possède qu’une Tour Eiffel, un centre Beaubourg, ... 

      Après, les gouts et les couleurs !!!


  • Fergus Fergus 2 juin 09:08

    Bonjour, gruni

    Je ne suis pas un adversaire systématique des éoliennes, mais force est de reconnaître que leur implantation dans certains lieux est une catastrophe visuelle, ce qui pose problème dans un pays à forte vocation touristique. Bref, Pompili a raison, mais Bern n’a pas tort !

    Les choix des lieux d’implantation sont en effet essentiels. A cet égard, Barbara Pompili a raison de demander aux préfets d’établir, après concertation avec les acteurs économiques de leur département, une cartographie des zones pertinentes et des zones qui seraient proscrites. Cela me semble la bonne démarche pour mettre fin aux projets mal pensés en termes d’impact et qui engendrent chaque année de nombreuses procédures interminables.


    • Fergus Fergus 2 juin 09:09

      Merci pour le lien sur la lingerie de Barbara !


    • chantecler chantecler 2 juin 09:10

      @Fergus
      Parce que vous pensez que les préfets sont autonomes ?


    • troletbuse troletbuse 2 juin 09:16

      @Fergus
      Je ne suis pas un adversaire systématique des éoliennes


      Ca m’aurait étonné que vous soyez « complétement » contre.  smiley du moment que Le Poudré favorise l’éolien.
      Il suffit de chercher les conflits d’intérêt et de voir la destruction totale de la France.
      Je connais pas mal de gens qui ont une éolikenne à 50 metres de leur habitation. Je vous en souhaite une Fergus.
      Pour une fois que Grounichou rapporte une info assez intéressante !


    • Fergus Fergus 2 juin 09:20

      Bonjour, chantecler

      Non, les préfets ne sont pas « autonomes », mais il arrive qu’il fassent bien leur boulot. Cela a notamment été le cas pour la majorité d’entre eux sur la prévention des risques de submersion en zone littorale.


    • Fergus Fergus 2 juin 09:25

      Bonjour, troletbuse

      J’ai aussi des cousins qui ont accepté l’implantation d’éoliennes sur leurs terres pour améliorer leurs revenus !

      Vous faites erreur : je suis globalement très réticent à l’éolien, excepté dans les lieux où ces machines ont un faible impact sur les paysages et la vie des gens.

      Pour ce qui est de la « destruction totale de la France », on en est très loin. Allez donc voir aux Pays-Bas ou au Danemark et vous verrez ce que sont leurs parcs éoliens ! 


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 2 juin 09:48

      @troletbuse
       
       ’’Je connais pas mal de gens qui ont une éolikenne à 50 metres de leur habitation ’’
       
       Je détesterais ça. Même à plusieurs centaines de mètres.


    • Fergus Fergus 2 juin 09:56

      Bonjour, Francis, agnotologue

      La distance minimale entre une éolienne et les habitations est, depuis 2015, de 500 m. Du moins en théorie, car en pratique nombre d’éoliennes impactent des habitations isolées à l’intérieur de cette distance.


    • troletbuse troletbuse 2 juin 09:56

      @Fergus
      Vos arguments sont ridicules. Ce n’est pas parce que d’autres font des conneries qu’on peut faire la même chose. On peut toujours trouver pire ailleurs mais ce n’est pas une raison valable.
      En Chine, en Corée du Nord, ils sont très surveillés. Donc d’après votre logique, ce n’est pas trop grave qu’on veuille faire la même chose.


    • troletbuse troletbuse 2 juin 10:01

      @Francis, agnotologue
      La faute aux paysans qui louent leur terre pour gagner du fric. Moi je suis en ville et à la campagne dans un parc régional, donc protégé, une chance. Ceux extérieur profitent du bruit lancinant des pales toutes les 15 secondes jour et nuit.
      De plus, on paie plus chère cette électricité et ca détruit le paysage et la faune aérienne. Encore des conflits d’intérêt probablement.
      Les pales, fabriqués en Allemagne, ne sont pas recyclables et elles sont enterrées lors du démantélement.


    • gruni gruni 2 juin 10:09

      @Fergus

      « Merci pour le lien sur la lingerie de Barbara ! »
      je n’ai pas pu y résister smiley


    • troletbuse troletbuse 2 juin 10:15

      @Fergus
      Toujours à minimiser. 500 métres, sauf la plupart des exceptions  smiley


    • Aristide Aristide 2 juin 10:22

      @Fergus

      Pour ce qui est de la « destruction totale de la France », on en est très loin.

      Justement, avant que cela soit trop tard il me semble que le procès fait à cette source d’énergie n’est pas dénuée de sens. Les dommages sont assez évidents, et de plus je ne suis pas sûr que cette énergie soit aussi globalement écologique que cela ... 

      Allez donc voir aux Pays-Bas ou au Danemark et vous verrez ce que sont leurs parcs éoliens ! 

      Justement, le bon écolo-bobo insoumis ne devrait pas conseiller d’aller si loin, surtout pour vérifier une évidence ... Je vous taquine, mais tout de même ...


    • gruni gruni 2 juin 10:24

      @Fergus

       Bref, Pompili a raison, mais Bern n’a pas tort !

      Complètement d’accord sur l’ensemble de ton commentaire


    • Aristide Aristide 2 juin 10:31

      @gruni

      Bref, Pompili a raison, mais Bern n’a pas tort !

      Comme disait l’autre, le cul entre deux chaises n’est pas une position confortable. En gros doubler le parc actuel, quand on sait que les contraintes d’installation sont fortes, que les zones potentielles d’installation se moquent des aspects touristiques, il est facile de prévoir que cela va ruer dans les brancards.

      Tout de même, le en même temps est une posture assez incompréhensible sur ce sujet particulier. 


    • nono le simplet nono le simplet 2 juin 10:36

      @troletbuse
      Ceux extérieur profitent du bruit lancinant des pales toutes les 15 secondes jour et nuit.

      j’ai 21 éoliennes dans mon environnement proche dont 5 à moins d’un km ... il faut vraiment être au pied pour entendre le bruit des pales ...
      pour ce qui est de la « faune aérienne » c’est très peu ... très très peu ... infiniment moins que la chasse ou les pesticides ...
      et bien sûr les pales ne sont pas enterrées ... elles sont recyclées ...quelle fake-new poilante smiley


    • gruni gruni 2 juin 10:46

      @Aristide

      « les zones potentielles d’installation se moquent des aspects touristiques, il est facile de prévoir que cela va ruer dans les brancards ».


      Barbara Pompili a pris des dispositions pour faire réaliser par les préfets une cartographie des sites adaptés à l’éolien. Mais il est vrai qu’avec « le cul entre deux chaises » il y a parfois loin de la coupe aux lèvres 


    • troletbuse troletbuse 2 juin 10:56

      @nono le simplet
      T’entends rien ?
      Normal, t’es déjà sourd à force de décalaminer tes moteurs sans casque anti-bruit en les faisant tourner en sur-régime. T’es con ou quoi ?
      Pour les pales donne voir un lien !
      Et surtout pas du pal que les gouvernants te foutent quelque part et que tu apprécies  smiley


    • Aristide Aristide 2 juin 11:00

      @nono le simplet

      Même si certains arguments sont de vraies bêtises, il me semble utile d’évaluer la balance avantage/inconvénient de l’éolien, évaluer l’impact sur les paysages me semble assez évident pour que l’on puisse en tenir compte à sa vraie valeur.

      L’argument d’autorité consistant à dire que le débat est clos comme le fait Pompili est plus que contestable quand elle dit :

      « Installez une éolienne, vous protégez la planète, c’est aussi simple que cela. Ce n’est pas une déclaration politique, une idéologie, une lubie, c’est un fait scientifique étayé par l’expérience. » « Il y a une nécessité absolue à déployer l’éolien en France face à l’urgence climatique ».

      Personne, il me semble que l’on ne peut oublier le désastre évité suite à la promotion des biocarburants. il était utile d’étudier ses impacts économiques et écologiques, et de les confronter sans préjugés avec les avantages. Ce qui visiblement n’avait pas été fait ...

      Je suis toujours étonné de ces postures aussi tranchées quand on voit la complexité de ces sujets.

    • joletaxi 2 juin 11:07

      @Aristide
      je suis stupéfait de constater que personne n’évoque le seul argument, et il est technique, que l’éolien, comme toute source aléatoire, du fait de la complexité d’assurer la stabilité du réseau ne sert ... à rien, sinon à brasser du vent
      le plus ahurissant, c’est que partout où cela est tenté, les résultats sont sans appel, cela n’a servi à rien, sinon a faire exploser la facture, et à fragiliser le réseau
      mais quand on place à un poste aussi crucial, surtout au moment d’une crise majeure, une « pointure » comme Pompili, le résultat est assuré, la faillite


    • Aristide Aristide 2 juin 11:09

      @gruni

      cartographie des sites adaptés à l’éolien

      La simple question qui vaille est de savoir sur quels critères sera évalué cette adaptation à l’éolien. Et surtout quel poids donnera-t-on à chacun de ces critères. Compte tenu du discours de la Ministre Ecolo sur ce sujet, je parierais sans grande crainte de me tromper que le poids de l’impact sur les paysages sera ... assez faible.

      C’est sûr, on ne prêtera pas le flanc par des installations qui serait trop visibles, sur des sites renommés ou des lieux trop emblématiques. Par contre, je crains pour toutes ces zones rurales ou le tourisme est peu important mais suffisant pour maintenir des habitants et éviter que la jeunesse aille grossir les rangs des exilés de toutes origines.

      Ces dégâts-là sont peu visibles et pourtant ...


    • nono le simplet nono le simplet 2 juin 11:09

      @Aristide
      évaluer l’impact sur les paysages me semble assez évident

      hé oui ! il ne faut pas ériger d’éoliennes parce que c’est pas beau ... argument déterminant pour juger de leur intérêt smiley
      en plus ce n’est pas irrémédiable ... déconstruction, dalle de béton sur 50 cm de hauteur comprise ... 15 jours ...


    • nono le simplet nono le simplet 2 juin 11:20

      @Aristide
      La simple question qui vaille est de savoir sur quels critères sera évalué cette adaptation à l’éolien.

      les ZDE répondent à ces critères ... techniquement il faut du vent assez constant et fort et de quoi se raccorder au réseau ... et pour le reste des zones protégées sont établies


    • Aristide Aristide 2 juin 11:20

      @nono le simplet

      Et heureusement en France, les études d’impact sur les paysages sont très importantes : les règles architecturales par exemple, les zones protégées, ... et pas seulement pour les bâtiments publics. Par exemple dans toutes les villes et village, on enterre électricité, le téléphone et réseaux, on interdit des couleurs de facade, etc ...

      Après, si vous ne comprenez pas que le cadre de vie, les paysages sont importants ... aussi.


    • jacques 2 juin 11:23

      @nono le simplet
      Bjr Nono, non c’est une fosse de plus de 3mètres de haut entièrement ferraillée avec 800 tonnes de béton , j’avais des photos pour cela sur les chantiers autour d’Orléans


    • Aristide Aristide 2 juin 11:38

      @nono le simplet

      Pour le vent je me doutais qu’il en fallait. Fort et constant. En gros des zones de reliefs en hauteur ou des zones de type vallée où se concentrent les habitations, les plaines aussi. Si on ajoute près du réseau HT ou MT ... En fait presque partout, c’est le vent qui décide ...

      Les ZDE sont définies et prennent en compte les impacts :"«  possibilité pour les projets à venir de préserver la sécurité publique, les paysages, la biodiversité, les monuments historiques et les sites remarquables et protégés ainsi que le patrimoine archéologique » (Wikipedia).

      Je ne suis pas sûr que cet impact particulier soit donc évalué à sa juste valeur compte tenu de l’urgence climatique évoquée par la Ministre du en même temps pour justifier ce doublement. Il est à parier que les zones les plus favorables sont déjà utilisées, va falloir atteindre les moins faciles quitte à ignorer les quelques dégats sur les paysages, ...

      Je n’ose dire impact sur l’environnement tellement ce mot est réservé aux écolos et qu’en l’occurrence c’est pour LA cause. A Sivens, les écolos eux avaient toute légitimité à lutter contre la création d’un barrage, c’était une vraie atteinte à l’environnement puisqu’ils l’affirmaient.


    • gruni gruni 2 juin 11:41

      @Aristide

      « C’est sûr, on ne prêtera pas le flanc par des installations qui serait trop visibles, sur des sites renommés ou des lieux trop emblématiques. Par contre, je crains pour toutes ces zones rurales ou le tourisme est peu important mais suffisant pour maintenir des habitants et éviter que la jeunesse aille grossir les rangs des exilés de toutes origines ».

      On ne peut pas affirmer que les études sur l’acceptation des éoliennes soient parole d’évangile. Mais personnellement, j’habite une petite ville à la campagne dans une zone ou élevage et pâturage ça veut dire quelque chose, surtout depuis la fermeture des mines. Les éoliennes sont bien acceptées, c’est sur la quantité acceptable par la population qu’il faut peut-être revoir la question de l’éolien.


    • Aristide Aristide 2 juin 11:49

      @jacques

      c’est une fosse de plus de 3mètres de haut entièrement ferraillée avec 800 tonnes de béton 

      Si Nono vous dit que c’est 50 cm, il sait. C’était un spécialiste de la brouette avec la pelle et la pioche, c’est indispensable pour faire un trou de 50 cm. Au-delà, c’est un peu chiant ...c’est pour cela que 50 cm suffisent.

      Bon, ne faut pas parler non plus des pistes accès, des équipements de raccordements au réseau enfin ... 


    • joletaxi 2 juin 11:52

      @Aristide

      et d’ailleurs il ne faut pas plus de 50 cms de bonne terre pour les recycler

      https://stopthesethings.com/2020/12/19/out-of-sight-what-to-do-with-germanys-1-35-million-tonnes-of-toxic-wind-turbine-blades/


    • Aristide Aristide 2 juin 12:02

      @gruni

      Je ne suis pas compètent pour juger de la qualité de l’éolien, de sa nécessité, ... Ce que je vois et que j’ai constaté c’est la laideur de ces équipements. En tant que « touriste », pour ma part je suis dans une zone protégée qui n’a rien à craindre d’installation de cette nature.

      Si je m’inquiète c’est simplement pour essayer de comprendre comment fonctionnent nos responsables qui dans un temps pas si lointain prônaient les biocarburants et maintenant font machine arrière en voyant les vraies conséquences économiques et environnementales.

      Le problème sur le critère d’impact sur les paysages est la difficulté à l’évaluer sérieusement, Ce qui m’étonne c’est que tous ces écolos qui nous vendent l’éolien en soit si peu préoccupé. Eux qui à Sivens, NDDL et ailleurs mettent toujours en avant l’environnement, le cadre de vie ...


    • gruni gruni 2 juin 12:09

      @Aristide

      « Ce qui m’étonne c’est que tous ces écolos qui nous vendent l’éolien en soit si peu préoccupé. Eux qui à Sivens, NDDL et ailleurs mettent toujours en avant l’environnement, le cadre de vie ... »

      Je crois que vous êtes faussement étonné par les capacités inépuisables de l’écologie politique  smiley


    • joletaxi 2 juin 12:15

      @gruni

      concernant les retenues d’eau utiles pour les agriculteurs, il faut évidemment les interdire, après tout un bioconscientisé sait cultiver ses tomates sans eau
      par contre, pour le particulier

      https://www.calculeo.fr/subventions/recuperateur-d-eau-de-pluie/aides-subventions-primes-locales-recuperateur-d-eau-de-pluie

      notez que l’état français est magnanime ,en Belgique, le pays du soleil, c’est obligatoire

      je ne sais pas quel est l’avis de Greta sur ce sujet, ce serait tout de même primordial non ?


    • troletbuse troletbuse 2 juin 13:49

      @joletaxi
      Ben oui, cela s’appelle cacher la merde au chat. On laisse 750 tonnes de béton dans la terre et les pales.
      Quand les futurs archéologues vont déterrer les pales et ce béton, ils vont peut-être conclure que c’était religieux comme pour les dolmens, etc. Ils ne se tromperont pas beaucoup car c’est la religion escrologique.  smiley


    • gruni gruni 2 juin 13:51

      @joletaxi

      Vous verrez qu’un jour la Belgique ressemblera à la côte d’azur

      Pour un jardinier un récupérateur d’eau de pluie peut être utile pour arroser les tomates pendant les canicules

      Greta est toujours de l’avis du Giec smiley


    • joletaxi 2 juin 15:31

      @gruni

      c’est pas gagné tout de même

      un « bourgmestre » de Waterloo avait planté des oliviers sur les ronds point,plutôt qu’une de ces inoubliables oeuvres d’art habituelles
      bien sur cela gelé l’hiver suivant

      pour l’arrosage des tomates en toutes saisons, j’emploie grandfrais,choix énorme, provenance internationale,


  • Clocel Clocel 2 juin 09:18

    Ne jamais oublier cette loi d’airain : Lorsque les écolos font la promotion d’un truc, partez en courant, ruine et régression assurées, sinon...

    Ce sont les luxueux parasites d’une économie florissante, nous n’avons plus les moyens d’entretenir cette coûteuse engeance.

    Next !


  • Clocel Clocel 2 juin 09:23

    J’ajoute à propos des sondages...

    Vous n’avez pas encore compris que ce sont les forges du diable !?

    Ce sont les pipeaux pour amener les rats aux bains...


  • joletaxi 2 juin 10:18

    blablabla....

    le gouvernement s’en tape de vos « analyses »

    il s’est livré pieds et poings liés aux lobbys verts,il est dans la nasse

    il me semble qu’il y a ... plus de 15 ans, un excellent contributeur, ingénieur(un bouffon quoi), Mr Pellen, avait exposé en termes techniques indiscutables , les limites de pénétration d’énergies aléatoires pour conserver la stabilité d’un réseau électrique

    Ses conclusions, en l’absence de toute possibilité de stockage d’énergie électrique techniquement,ne parlons même pas financièrement(un détail) réalisable, en regard des puissances en jeu, restent d’actualité.

    Les allemands, les anglais commencent à réaliser le problème

    les anglais envisagent des centrales nuc, et un renforcement des liaisons avec... la France, les teutons eux, ils passent au gaz( une manie chez eux le gaz)

    et il faut arrêter cette antienne du « il nous faut une diversification des énergies », qui n’est rien d’autre qu’un slogan, sans aucun fondement

    Cela ne marche pas, cela ne marchera pas mieux demain, dans tous les pays qui s’y essaient, c(’est un fiasco en devenir, c’est la raison pour laquelle on va y aller à marche forcée

    Des nouvelles de El Hiero, la vitrine technologique....

    Tout ce que peut dire un « vert » sur quelque sujet que ce soit est par essence une imbécilité coûteuse foire catastrophique


  • ZenZoe ZenZoe 2 juin 10:23

    Emprise au sol étendue, enlaidissement des paysages, nuisances sonores, interférences avec certaines ondes, risques sanitaires, pièges à animaux, menace pour la biodiversité, gloutonnes en sable, durée de vie très limitée (20 ans), difficilement recyclables, très chères pour le contribuable, même pas françaises. Je ne parle même pas de la fourniture limitée et aléatoire d’énergie...

    Bern n’est pas forcément ma tasse de thé mais là, je l’approuve à 100%.

    Si préserver la planète veut dire la couvrir de trucs en béton monstrueux, ça n’en vaut pas la peine ! L’écologie, c’est ça aussi !


    • gruni gruni 2 juin 10:31

      @ZenZoe

      « Si préserver la planète veut dire la couvrir de trucs en béton monstrueux, ça n’en vaut pas la peine ! L’écologie, c’est ça aussi ! »

      L’écologie aussi souffle le chaud et le froid. Je pense que la priorité des écolos est de se mettre d’accord entre eux, et c’est pas l’année prochaine !


    • ZenZoe ZenZoe 2 juin 11:57

      @gruni
      Je pense que la priorité des écolos est de se mettre d’accord entre eux,

      Je pense surtout que leur priorité est d’arrêter de nous polluer avec leurs dogmes.


    • gruni gruni 2 juin 12:02

      @ZenZoe

      « Je pense surtout que leur priorité est d’arrêter de nous polluer avec leurs dogmes. »

      Je parlais bien sûr de l’écologie politique...

      Ce que, d’après votre commentaire, vous aviez bien compris smiley


  • troletbuse troletbuse 2 juin 10:31

    Pourtant, on a déjà 2 grosses éoliennes en France, Micron et Mélanchon.


    • Bendidon ... voila l'Ankou ! Bendidon 2 juin 10:38

      @troletbuse

      Pinpon, pinpon, pinpon voila les pompiers

      Ben oui, y avait le FEU à l’agora, rendez vous compte DEUX articles complotistes sur le covid plus un article très sioniste et un nartic sur la biélorussie pas du tout politiquement correct !

      Tout chat pour le 1er juin !

      Allo le 18 et les pompelair arrivent illico : le caporal chef Fergousse des SPA (sapeurs pompiers avoxiens) avec un nartic d’un lascar du 19ème siècle (amusant d’ailleurs) et le première classe Grounichou avec des éoliennes pour faire plein de vent.

      On a eu chaud les gars, il était moins une que Rudy reichstadt et le fils Huchon se pointent pour sévir !

       smiley


    • troletbuse troletbuse 2 juin 10:46

      @Bendidon
       smiley


    • troletbuse troletbuse 2 juin 13:51

      @Bendidon
      Ca fait longtemps que je n’ai pas mis l’avertisseur de Fergus :
      https://www.youtube.com/watch?v=5sbwGbPeXbU


  • joletaxi 2 juin 10:56

    faut tout de même reconnaître une effet bénéfique à la éolienitte gouvernementale

    https://notrickszone.com/2020/06/25/green-carnage-study-in-2019-us-wind-turbines-killed-3-7-million-bats-and-this-is-a-gross-underestimate/

    si c’est un moyen de nous débarrasser de ces sales bêtes, allons-y

    et ne venez pas nous enfumer avec ces histoires de virus de labo hein


  • simir simir 2 juin 11:27

    Une des nombreuses nuisances des éoliennes : la perturbation de la réception de la TNT.

    Vu mon cursus j’ai été sollicité par une petite entreprise qui installait des émetteurs tv dans des villages perturbés par les éoliennes.

    Je réalisait le dossier technique pour le CSA avec des simulations de diagramme de rayonnement et toutes les caractéristique techniques.

    Pour pallier la perturbation provoquée par les pales on installait un petit émetteur en réception satellite pas loin des villages concernés.

    Donc un pylône, du matériel électronique, l’arrivée EDF, il y a même un endroit où ils ont installé un transfo rien que pour nous, les renvois d’alarme et surveillance des équipements en 4 G, si l’on fait le total des nuisances ces moulins à vent ne peuvent en aucune façon être bénéfiques pour l’environnement.


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 2 juin 11:49

    Je voyais pourtant Bern plus à voile qu’à vapeur ^^


  • damocles damocles 2 juin 12:47

    le frétillant animateur habitué de la lanterne ,donne son avis sur tous les sujets...

    l’histoire, le patrimoine les éoliennes, le vélo , ect...

    on ne voit que lui !

    il serait bon qu’il fasse une retraite dans une grotte au Tibet , ça nous reposerait un peu...


  • jjwaDal jjwaDal 2 juin 12:53

    L’unique chose renouvelable dans les énergies du même nom est la source d’énergie. Tout le reste ne l’est nullement. Et comme ce sont des énergies diffuses il faut des collecteurs nombreux et gigantesques pour collecter un peu plus qu’une misère. Vu qu’une structure en béton n’a pas l’espérance de vie des pyramides d’Egypte, on imagine le recyclage de 15 000 blocs un peu plus gros que des Rubik’cubes quand même.
    Les pâles sont en composites qui finiront broyés sous le tapis (du macadam des routes) voire brûlées (très écolo tout ça), tous les 20/25 ans.
    Par ailleurs c’est une source d’énergie aléatoire (non pilotable) à laquelle il faut adjoindre des sources pilotables (charbon et gaz si on « écolo » voire nucléaire sinon) et le réseau qui va avec (incluant le stockage, les compteurs « intelligents » et les liaisons THT pour vidanger les excédents et recevoir du jus quand il n’y a pas un pet de vent. ). Tout ça implique de payer pour des infrastructures plus diversifiées et bien plus coûteuses au final. Quand au coût global de l’opération si on compte tout, la consommation en ressources minières est simplement énorme au kwh produit, vu le retour sur investissement énergétique de la filière chez nous.

    A grande échelle, une ânerie de plus sans l’ombre d’un doute.


  • Bendidon ... voila l'Ankou ! Bendidon 2 juin 13:53

    En lisant les commentaires on se rend compte très vite que ceux qui soutiennent les éoliennes sont des marchands de VENT

     smiley


  • Samson Samson 2 juin 13:58

    Ben, la production d’énergie éolienne ne prend toute sa valeur que dans des solutions intégrées de production d’énergies renouvelables : surplus permettant de recharger des réserves hydrauliques à leur tour actionnées lorsqu’il n’y a pas de vent, ...

    Le gigantisme actuel des parcs éoliens français et de leur impact paysager pose aussi à tout le moins question : il suffit pour s’en convaincre de parcourir la France de nuit et s’aviser de la clignotante nuisance que doivent immanquablement représenter certains parcs éoliens pour un très large voisinage.

    On comprend alors mieux le syndrome « Nimby » qui y est associé : la nécessaire protection du climat au moyen d’énergies renouvelables, impose-t-elle d’à ce point défigurer et détruire notre patrimoine paysager ???

    Quitte à réduire comme cela se fait ailleurs et pour un moindre désagrément des habitants la taille des installations et des parcs éoliens, n’est-il possible d’enfin trouver un moyen terme plus respectueux tant du climat que des paysages et de leurs habitants !

    Étonnante et à mon sens fort peu compatible avec les principes même de l’écologie, cette étrange manie contemporaine par sa rentabilité maximale de l’option systématiquement adoptée du gigantisme industriel de transformer en nouveaux fléaux pour ceux qui les subissent des « solutions » sinon pourtant d’élémentaire bon sens !

    Et l’humain dans tout çà, qu’en reste-t-il donc ???


  • julius 1ER 2 juin 16:34

    il faut déjà asséner le postulat de base cad il n’y a pas de solution miracle mais un ensemble de solutions ...

    une fois cela posé l’éolien doit être compris avec d’autres mesures énergétiques celles qui existent actuellement, nucléaire, solaire et hydraulique et d’autres à venir peut-être hydrogène et fusion nucléaire ???

    mais tout cela ne peut pas exister sans sobriété énergétique car il ne peut pas y avoir d’un côté une consommation énergétique exponentielle et de l’autre une production plus que limitée c’est d’ailleurs le patron de Tesla qui le reconnaît implicitement en parlant des terres rares contenus dans les batteries des véhicules éponymes .... il admet implicitement que le tout électrique mène à une impasse car ces terres rares ou métaux lourds nickel, cadmium etc sont beaucoup trop limités en quantité sur terre pour ne faire que de l’électrique ..... ce tout électrique à marche forcée nous envoie droit dans le mur !!!!!! 


    • gruni gruni 2 juin 17:33

      @julius 1ER

       « ce tout électrique à marche forcée nous envoie droit dans le mur !!!!!! »

      Ne sommes-nous pas déjà dedans, puisque l’option électrique est favorisée et le diesel n’a plus que quelques années à vivre. Reste l’espoir que des chercheurs trouveront une solution écologique que nous n’imaginons pas aujourd’hui. Oui, c’est de l’utopie...


    • josy&jacq jos&jacq 2 juin 17:47

      @gruni. Voui, on sait que « écologique », ça veut dire « bien », mais concrètement, ça veut dire quoi ?


    • gruni gruni 2 juin 17:48

      @jos&jacq

      C’est la journée des devinettes ?


    • jjwaDal jjwaDal 2 juin 21:44

      @julius 1ER
      L’énergie sert à transformer le monde, dit autrement à l’artificialiser et le saloper souvent . Il s’ensuit qu’aucune source d’énergie n’est « écologique ». Ce sont les réductions de consommation qui peuvent l’être.
      Il existe au moins une source d’énergie compacte que nous n’avons pas trouvée.


  • chantecler chantecler 2 juin 17:32

    « D’après l’Institut de sûreté nucléaire (IRSN), 82% des Français sont d’accords pour l’éolien. »

    Oui sauf si ces éoliennes sont installées à proximité de chez eux .

    C’est formidable les sondages .


    • gruni gruni 2 juin 17:55

      @chantecler

      Sondage -85% des riverains signalent que l’installation des éoliennes dans leur commune n’est pas une mauvaise chose et 51% considèrent même qu’il s’agit d’une « bonne chose ».

      c’est pourtant simple à comprendre, oui ce n’est pas une mauvaise chose, mais c’est une bonne chose loin de ma maison.


  • charly10 2 juin 17:57

    Ma région champagne est défigurée depuis 20 ans par ces parcs qui poussent principalement au sud de Reims et jusqu’en cote des Bar au sud de Troyes. De l’éolien intermittent qui ne produit au mieux que 30 % de la puissance installée, mais qui a l’air de satisfaire une partie des élus du secteur. Ces gens ne voient que le coté idéologique de ce renouvelable, et se gargarisent de pouvoir afficher une région en pointe pour la transition énergétique. Sans réfléchir aux conséquences ; on peut apprécier leur ignorance dans cette vidéo de l’audit de Jancovici auprès du sénat ; ça date de 2012 mais toujours d’actualité ; https://youtu.be/MULmZYhvXik. Ça vaut le cout de prendre le temps de visualiser. Même si je ne partage pas toute ses visions de l’affaire.

     Depuis plusieurs années, sous couvert de « simplifications administratives », des groupes de pression organisés ont déployé un dispositif bien rôdé qui donne toute facilité à des promoteurs financiers d’implanter, n’importe où, des champs d’éoliennes. Les associations et les blogs de refus de ces envahisseurs éoliens se multiplient actuellement. Dans certaines régions, c’est une explosion, comme dans les Hauts de France la Somme, l’Aisne, la Thiérache, les régions normandes, ou en Auvergne Rhone Alpes, les Monts de la Madeleine, le Velay ou encore dans l’Aubrac massacré, le Levezou, la Lozère, la Bourgogne, le Jura, le Morvan etc.. Ce qui est remarquable, c’est que partout le process est exactement le même, pour les opérateurs et pour l’administration, quelles que soient les particularités locales, sans parler d’une curieuse concurrence où on ne voit jamais deux opérateurs s’affronter sur le terrain. Bizarre…. Chaque jour, tout fonctionnaire européen rencontre un lobby puissant, mais jamais les consommateurs. Le lobby éolien Wind energy ne publie même pas son budget, tellement il est important. Le seul lobby financier à Bruxelles dispose de 150 millions de budget par an, rien pour ses actions de pression. C’est la même chose à Paris.

    Les arguments de l’objectif de pourcentage d’énergies renouvelables imposés par Bruxelles sont présentés d’une façon tendancieuse. Jamais Bruxelles n’a imposé de quota d’éoliennes, mais un quota global d’énergies renouvelables les plus performantes possiblesEt les groupes industriels qui développent souvent à leurs frais d’autres énergies renouvelables bien plus performantes sont curieusement ignorés et privés d’aides…

    il est étonnant que seuls très peu d’élus se soient posés la question des ressources de ce déploiement inouï d’agences de communication, de bureaux d’études, d’avocats, de banques d’affaires, de cabinets et d’officines de défiscalisation, de fonds de pension, qui hantent en permanence les couloirs des assemblées et des ministères. Il est aussi étonnant que les avertissements et même les critiques sévères de ce système éolien de la part des plus hautes autorités de contrôle, la Cour des Comptes et la Commission de Régulation de l’Energie, soient restés ignorés depuis dix ans maintenant. 

    Au-delà des sollicitations des lobbys, une part de responsabilité peut également être attribuée au comportement cupide de propriétaires (privés et communes) des terres sur les lesquelles sont implantées ces « tiges », et qui acceptent ces propositions contre promesse de subsides. Subsides alimentés en grande partie par les taxes dites carbone et également via la CSPE prélevée sur nos factures d’électricité.

     

     


    • gruni gruni 2 juin 18:15

      @charly10

      Là où il y a du fric à se faire, les rapaces répondent présent, souvent avec la complicité de « propriétaires (privés et communes) » et donc d’élus. L’Etat encourage l’éolien, alors les lobbys se gavent. Rien de très nouveau, mais merci pour votre commentaire qui révèle l’aspect financier de l’éolien qui manquait à mon texte.


  • Tesseract Tesseract 2 juin 20:19

    Les éoliennes sont un piège mortel pour de nombreux oiseaux.

     smiley


    • Xenozoid Xenozoid 2 juin 20:28

      @Tesseract

      Les éoliennes sont un piège mortel pour de nombreux oiseaux.


      les vitres aussi on estime au milliard le nombre d’oiseaux qui s’écrase dans des vitrages

      In New York City alone, the death toll from flying into buildings is about 200,000 birds a year.

      An estimated 365 million to 1 billion birds die each year from “unnatural” causes like building collisions in the US. The greatest bird killer in the US remains the estimated 60-100 million free-range cats that kill up to 4 billion birds a year.


    • Xenozoid Xenozoid 2 juin 20:31

      @Xenozoid

      connaisez vous l’histoire du canard nécrophile ?


    • Tesseract Tesseract 2 juin 20:37

      @Xenozoid
      les vitres aussi on estime au milliard le nombre d’oiseaux qui s’écrase dans des vitrages
      =====
      Exact, mais ce n’est pas une raison pour en rajouter !
      Souvent sur les vitres les oiseaux s’assomment. Certains peuvent survivre. Sur les pales d’éoliennes les commotions sont plus graves en général.


    • Xenozoid Xenozoid 2 juin 20:37

      In New York City alone, the death toll from flying into buildings is about 200,000 birds a year.


      un bon carabettier pourrait dire que les 3000 morts des twin tower on sauver 30000 pigeons...ils ont surement une simulation pour le dire


    • Xenozoid Xenozoid 2 juin 20:40

      @Tesseract

      ...les commotions sont plus graves en général.

      on les voit tous les jours les commotions plus graves,comme le covid ,en général


Réagir