mercredi 12 août 2015 - par J.MAY

TARNAC - Résurgence

Affaire de TARNAC

J'écrivais alors, autant qu'il m'en souvienne :

"Il se peut que la baudruche, mal gonflée, ou trop précipitamment gonflée, se dégonfle. Après le déchainement médiatiquement orchestré, nous bénéficierons de petits entrefilets en dernière page. Les dangereux anarcho-gauchistes pourront alors dire comme Virenque : "c'était à l'insu de notre plein gré". L'extrême gauche ne faisant plus trembler dans les chaumières, voila qu'apparaît l'ultra gauche. Après le péril rouge, devenu concept inopérant, après l'épouvantail islamique, voici le péril anarcho-gaucho, branché caténaires, et de surcroît lié à la nébuleuse étrangère (allemande de préférence, pour nous rappeler la bande à Baader).

Ceci étant, les commentaires vont bon train mais varient en fonction de ceux qui les énoncent" :

- Le gogo ultra sécuritaire : "Bravo, vaillant Sarko ! Fusillez moi tous ces Rouillans" !

- Le doux libertaire (un peu mon genre) : "C'est pas moi, c'est les autres, les méchants néo gauchos" !

- Le prof de philo : "Lisez l'allégorie de la caverne" : il y a le vrai et l'illusion du vrai".

- Le philosophe de café du commerce : "la fiction dépasse la réalité".

- Le disciple de l'anarchiste Netchaïev : "relisez l'article 2 dans le catéchisme du révolutionnaire ".

- Le vieux policier blasé : "je connais ce genre de ficelle".

- Le hiérarque policier : "méthode classique mais mauvaise exécution"

- Le chat échaudé : "la manipulation existe, je l'ai rencontrée".

- Le nihiliste irréductible  :"Ah, les cons, ils se sont laissé infiltrer".

- Le bon et fidèle syndicaliste : "Nous, patron, on respecte l'outil de travail".

- L'usager du rail : " ..... ce syndicaliste devrait commencer par me respecter".

- Le manifestant chevronné : "c'est comme pour les casseurs, y a des cagoulés provocateurs".

- Le patriote franchouillard : "je sens la main de l'étranger".

- Le barbu : "pour une fois ils ne nous incriminent pas".

- Le nationaliste corse : "nous non plus".

- Dupont la joie : "cocorico". Vive Sarko". Et vive MAM la magnifique !

- Sherlock Holmes : "élémentaire, mon cher Watson. Pure construction".

- Le bobo (cultivé) : "croire ou ne pas croire, that's the question.

- la mercière de mon quartier : "tout ceci est cousu de fil blanc".

J'ajouterais volontiers aujourd'hui  :

- La mère Aubry : "quand c'est flou, y a un loup",

- Trissotin, à Martine Aubry invitée au riad de son camarade DSK à Marrakech : "vous l'avez, en dormant, Madame, échappé belle".

- Manu, son compère Casanova (qui est un peu Corse à ce qui se dit), et les sociaux-démocrates hyper-sécuritaires : "l'ordre républicain doit être respecté" !

Depuis ses déboires tunisiens, la pauvre MAM, qui se vantait d'être un chêne, n'est plus qu'un roseau arrosé de quolibets. Yldune Lévy et Julien Coupat, ont dû rire sous cape lorsqu’ils ont vu la vestale des caténaires confondue par ses dénégations maladroites. (Vous aurez bien compris qu'il s'agit en l'occurrence des escapades tunisiennes durant lesquelles elle gérait quelques petites affaires familiales).



9 réactions


  • César Castique César Castique 12 août 2015 16:29

    On peut ajouter :


    - le sarcastique : - C’est faire trop d’honneur à une bande d’hurluberlus

    - le cynique : - Puisqu’ils ont voulu jouer aux durs, souhaitons-leur d’être condamnés comme des vrais durs.

    • Jimmy 13 août 2015 13:56

      @César Castique
      tu n’as pas lu « insurrection qui vient », tu ne dirais pas tant de bêtises


    • César Castique César Castique 14 août 2015 17:45

      @Jimmy

      Je l’ai téléchargé sur le web le 24 janvier 2009... D’emblée, le titre trahit des gugusses qui prennent leurs désirs pour des réalités. Pour moi, c’est l’une des pires entrées en matière qui soit.

      J’ai donc lu des bouts de l’ouvrage... Ce ne sont que les sempiternels délires d’extrême gauche avec illusions sociétales, fantasmes « terroristes » et chimères « communales » assortis. 

      Et je n’ai trouvé, nulle part, un élément qui renouvelât un tant soit peu le genre. J’ai donc laissé tomber, en me réservant la possibilité d’y revenir en cas de nécessité rédactionnelle.

  • Le p’tit Charles 12 août 2015 16:40

    La mère Aubry : « quand c’est flou, y a un loup »,...ou quand c’est flou...y a de l’amiante.. ?


  • Fergus Fergus 13 août 2015 11:45

    Bonjour, Maiboroda

    Le plus étonnant est que le parquet, embarqué depuis le début de l’affaire dans une aventure judicaire grotesque, pour ne pas dire bouffonne au niveau des qualifications, pour suivre les prises de position initiales de Sarkozy et Alliot-Marie n’ait pas saisi la perche tendue par la juge d’instruction pour refermer définitivement l’abracadabrantesque piste « terroriste ».

    Ce faisant, et pour peu que la Cour d’Appel suive les réquisitions du procureur, c’est à procès « terroriste » digne des meilleures tartarinades que l’on risque d’assister, et la Justice n’en sortira pas grandie. Gageons que les membres de la Cour d’Appel se montreront plus lucides. 

    Cet épisode a au moins un avantage : nous rappeler à quel point des personnes aussi cyniques et dénuées de scrupules que le sont Sarkozy et Alliot-Marie sont prêtes à tout, y compris à tordre le bras aux faits, pour servir leurs intérêts politiques personnels en écrasant des petits délinquants idéalistes tout au plus coupables d’un sabotage ayant entraîné des retards à la SNCF. Le grand crime « terroriste » que voilà !


    • J.MAY MAIBORODA 13 août 2015 13:56

      @Fergus


      Il doit sans doute traîner dans ce parquet quelque fossile de l’ancien régime.
      Cordialement

  • Le421 Le421 13 août 2015 13:54

    Là où le politique se prends les pieds dans le tapis de la justice, le moment où la « raison d’état » dicte la connerie républicaine élevée au rang de science.
    Quand on laisse des filous genre Balkany passer inlassablement entre les mailles du filet (on voudrait d’ailleurs nous faire croire que la justice va le priver de cigares, quelle blague !!) et un acharnement sans preuves évidentes coffrer des Coupat ou autre Colonna à qui ne profiterons jamais le bénéfice du doute, la présomption d’innocence systématiquement bafouée, il est plus qu’évident que la France peureuse, raciste et recroquevillée a bien méritée de ne plus être « la patrie des droits de l’homme ».
    Et pi c’est tout !!

    A droite toute (encore plus !!) bande d’imbéciles !!
    A un moment donné, ça va vous tomber sur la gueule.
    Oui, à vous aussi !! Y’a des chances. Juste une question de temps.


    • Fergus Fergus 13 août 2015 14:00

      Bonjour, Le421

      Bravo pour ce commentaire. La différence de traitement judiciaire entre Balkany et Coupat est en effet effrayante !


    • J.MAY MAIBORODA 13 août 2015 14:16

      @Le421


      commentaire apprécié ( et « étoilé » ) en conséquence.

Réagir