mercredi 5 juillet - par Gérard Faure-Kapper

Un client a demandé à COLOMBO d’enquêter auprès de sa banque

Par Gérard Faure-Kapper

Cette affaire est authentique… sauf le lieutenant.

Une cliente a reconstitué les mouvements sur son compte afin de déterminer le prix de revient de ses découverts, ainsi que le Taux Effectif Global réellement appliqué.

La responsable des relations clientèle, a répondu dans une lettre et a donné des explications aberrantes qui démontrent avant tout une incompétence totale de cette cadre.

La cliente a contacté le lieutenant COLOMBO pour enquêter sur place.

Il s’est donc présenté à la banque.

==================================================

Isabelle, il y a un monsieur qui veut te voir, il dit qu’il est inspecteur de police… mais on dirait plutôt un SDF…

Ah bon ? J’arrive.

Bonjour Monsieur, vous vouliez me voir ?

Euh oui, bonjour M’dame, je suis le lieutenant Colombo, de la brigade criminelle.

Et c’est à quel sujet ?

Oh trois fois rien M’dame, une simple enquête de routine. Voyez-vous, j’enquête sur un délit d’usure. Mais rassurez-vous, je suis sûr que c’est un malentendu.

Expliquez-vous lieutenant, je ne comprends pas.

J’y viens, excusez-moi, je ne sais pas où j’ai fourré ce papier… Vous savez, avec toutes ces poches… Ah, le voici…

Alors ?

Votre cliente, Madame Laudin nous a écrit pour vous demander de confirmer le prix de revient de ses découverts. Elle avance le chiffre de 6.855,00€… holà, c’est beaucoup, vous ne trouvez pas ?

Ce sont les tarifs, et ça reflète le fonctionnement du compte je suppose…

Oui, j’entends bien, ma femme me dit toujours, si tu n’as pas d’argent, tu ne dépenses pas… Et c’est vrai qu’avec elle, on n’a jamais de découvert…

C’est très intéressant lieutenant, et c’est pour cela que vous menez une enquête ?

J’y arrive M’dame, le problème, c’est qu’elle a recalculé le taux effectif global… et ce taux ressort à, tenez-vous bien, 158%...

Ah, ça ne m’étonne pas, ce sont des fadaises et des élucubrations d’une cliente illuminée. Ne tenez pas compte de ça lieutenant, vous perdez votre temps…

J’en suis sûr M’dame, c’est sûrement une illuminée.

Alors, je vous laisse lieutenant, j’ai beaucoup de travail et…

Juste une dernière chose, j’ai ici son rapport. Nous l’avons fait analyser par nos spécialistes, vous savez, nous avons de très bons experts à la brigade financière, figurez-vous d’ailleurs que l’autre jour…

Au fait lieutenant, au fait…

Les chiffres sont exacts, au centime près. Vous pratiquez bien un taux de 158% sur les découverts, c’est un fait mathématique.

Ah, ah, je vois, ça me fait rire, alors laissez-moi vous expliquer… Elle a tout simplement rajouté les commissions d’intervention, c’est pour cela que leur calcul est faux…

Oui, je comprends maintenant, seulement, il y a un problème, elle affirme que ces commissions rémunèrent l’intervention de l’agent qui va décider d’accorder le découvert. Vous voyez, je n’y connais rien en banque, mais comme dit ma femme…

Laissez votre femme tranquille, les commissions ne rémunèrent pas la décision d’accorder le découvert, elles n’ont d’ailleurs rien à voir, c’est autre chose…

Ne vous énervez pas M’dame, vous avez probablement raison… Je vais classer cette enquête.

Oui, c’est ça, je vous souhaite une bonne journée lieutenant…

Ah, juste pour mon rapport, vous savez, mes supérieurs sont très minutieux et…

Quoi encore…

Cette commission rémunère une intervention.

Oui, je viens de vous le dire.

Je pourrai voir un agent à l’œuvre, quelqu’un qui intervient pour justifier cette commission. Je serai très discret, ne vous inquiétez pas…

Si ça vous amuse, mais vous perdez votre temps. Tenez, regardez ce jeune homme à son bureau, il est devant son ordinateur…

Oh, c’est vraiment formidable cette technique, mon beau frère en a un, il a essayé de m’expliquer, mais j’avoue n’avoir rien compris…

Il faut effectivement avoir des compétences. Tenez, en ce moment vous voyez des noms apparaître sur l’écran…

Oui, et alors,

Eh bien ce sont des gens qui n’ont pas assez d’argent sur leur compte, et un prélèvement ou un chèque se présente. Qu’allons-nous faire lieutenant ?

Vous n’allez pas le payer bien sûr, les gens ne peuvent pas dépenser plus qu’ils n’ont.

Exact lieutenant, nous n’allons pas le payer… Mais…

Mais quoi M’dame…

Ce jeune homme regarde le compte et va décider de leur accorder… leur accorder quoi lieutenant ?

Ah je ne sais pas, je donne ma langue au chat.

Leur accorder un découvert, c'est-à-dire que ce jeune homme va décider de leur accorder un crédit du montant de la somme qui manque.

C’est formidable, et donc le prélèvement sera payé…

Tout à fait, ce client vient de bénéficier d’un crédit…

Mais ce crédit, il va lui coûter quelque chose ?

Bien sûr, c’est normal, pour payer l’intervention, on va lui facturer 8€.

J’ai tout compris M’dame, vous accordez des crédits, et vous les facturez, j’ai compris.

Totalement rassuré lieutenant ?

Totalement, et je m’en veux de vous avoir fait perdre un temps précieux. C’est mon petit neveu qui serait intéressé de voir ces ordinateur, parce que figurez-vous…

Je me ferai une joie de l’accueillir ici pour lui monter tout ça. Rien d’autre lieutenant ?

Juste une toute dernière chose, et mon enquête sera bouclée…

Qu’est-ce qui vous tracasse encore…

C’est la réponse que vous avez faite à votre cliente… Bon dieu, où j’ai mis ce fichu papier… Ah, le voila… Il est tout chiffonné mais on peut encore le lire…

Lire quoi lieutenant, lire quoi ?

Vous m’avez bien expliqué que l’intervention de la banque consiste à décider si elle accorde un crédit ou non ? C’est bien ça ?

Oui lieutenant, c’est bien ça…

Donc ça alourdit le coût de ce crédit…

Ou voulez-vous en venir ?

Et ça augmente mécaniquement le taux ?

Et ?

Voila ce qui me gène, vous avez écrit : « cette commission qui rémunère un service facturé conformément aux conditions tarifaires, n’est pas liée à l’opération de crédit et n’a pas, à ce titre, à être intégré dans le TEG »

Mais c’est la jurisprudence lieutenant…

J’ai analysé cette jurisprudence en détail…

Et quoi lieutenant…

Ce que vous avez écrit n’est pas ce qui l’est dans cette jurisprudence. Vous affirmez que le service qu’à rendu ce jeune homme n’est pas lié à l’opération de crédit…

Oui, mais vous savez…

Or ce service rémunère justement cette opération de crédit… Et donc le taux est bien de 158% comme elle l’affirme…

Ce n’est pas ce que vous croyez lieutenant… notre service juridique… Mais où voulez-vous en venir…

Vous êtes en état d'arrestation M’dame, pour pratiques usuraires délictueuses sur la personne de madame Laudin.

Mais… qu’est-ce que je risque…

C’est un délit M’dame, c’est 45.000€ d’amende…

Ah ah, la banque est riche, et elle va payer…

C’est aussi deux ans de prison ferme. Croyez-moi M’dame, vos directeurs ne vont pas les faire à votre place… Sergent s’il vous plait… lisez à cette dame ses droits…

 



17 réactions


  • Armelle Armelle 5 juillet 17:29

    Sympa cette forme !!!
    Sinon heu... Le jour où nous verrons en France un banquier en prison, les poules auront sans doute qqes dents !!!
    Le scandale du Libor par exemple aurait pu apporter cette nouveauté mais non !, et puisque c’est une mode, ces gens bénéficient sans doute de l’immunité bancaire !!! Ou l’affaire du Crédit Lyonnais qui cache sans doute encore bcp de choses, mais il serait dommageable en effet pour la réputation de telles institutions de procéder au grand déballage...

    Merci en tout cas, si vous en avez d’autres comme celle-ci ne vous gênez pas, ça change des éternelles et lassantes crises d’hystérie de nos anti-Macron en ce moment, ils sont au bord de la crise de nerf, et du coup en sont réduits à raconter n’importe quoi !!!


    • Jean Pierre 5 juillet 21:27

      @Armelle
      L’un des domaines ou est déjà intervenu Macron et sur lequel il va encore beaucoup intervenir, c’est la défense des intérêts des banques et de la finance, y compris contre les intérêts de leurs clients. Ce sera même une de ses priorités. La banque et la finance ont déjà pris trop de pouvoir. Avec Macron elles vont en avoir encore plus.

      Veuillez m’excuser si en vous informant je fais de l’hystérie anti-Macron.


    • Gérard Faure-Kapper Gérard Faure-Kapper 5 juillet 21:30

      Ce n’est pas de l’hystérie, c’est de l’objectivité. Et puis, en fin de compte, ce sont nous, les petits « riens » qui allons payer la facture. Penser, c’est tout ce qui nous reste.


    • Armelle Armelle 6 juillet 09:27

      @Gérard Faure-Kapper
      « Penser, c’est tout ce qui nous reste. »
      « Ce qui nous reste » ? Parce que avons nous eu un jour plus que le seul droit de penser ?
      NON, pas du tout ! Avec ces gouvernances autocratiques, déployant encore et toujours plus de politique législatives, lesquelles nous réduisent à l’obéissance sous peine de sanctions systématiques ; fais pas ci fais pas ça, fais le comme ci pas comme ça, je pense alors que nous n’avons jamais eu la liberté d’agir, c’est un leurre !!!
      Et pour la banque et la finance, c’est décidément trop drôle de constater l’étonnement général quant à leur pouvoir démesuré !!! Le pouvoir politique face à celui de l’argent n’est franchement pas grand chose !!! Mais paradoxalement c’est bien le pouvoir politique qui, dans ses choix successifs a donné un tel pouvoir aux banques. Comme en 2007/2008, ou le pouvoir politique aux US a obligé les banques à prêter à tout va, même à ceux dont on savait qu’ils ne pourraient jamais rembourser jusqu’à pour bcp d’américains d’acquérir plusieurs maisons !!! « Vu la demande vous pourrez vendre sans problème » leur disait-on !!! Les banques ne sont qu’un outil pour le pouvoir et ça a tjrs été !!! 
      C’est un peu gonflé d’anticiper les éventuelles courbettes de Macron à l’égard des banques alors qu’il est à peine assis sur le trône et que le phénomène perdure déjà depuis longtemps !!!
      Après c’est une question de conscience pour chaque citoyen, en ce me concerne (pour ce que j’ai en France en tout cas), depuis 2010, je retire chaque fin de mois mon salaire et laisse seulement l’équivalent des prélèvements et ma foi je n’ai pas de problème !!!
      Les banques ne font pas ce qu’elles veulent comme vous voulez le laisser entendre, et même si elles profitent de la situation, c’est la politique centrale et européenne qui tirent les ficelles, les banques ne sont qu’un outil.
      Et la facture comme vous dites, c’est tjrs le peuple qui la paie, d’ailleurs qui la paierait ?!?!???
      Par conséquent je comprendrais « l’hystérie » si celle-ci était née des résultats de la politique Macron, ce qui ne peut être le cas puisqu’il est en place depuis à peine 2 mois.
      Donc je maintiens, ce n’est en aucun cas de l’objectivité, toutes ces élucubrations et critiques récurrentes ici à propos de ce type (pour lequel je n’ai pas voté d’ailleurs) ne sont que le fruit du dépit, de la contestation et on voit bien que tout ces mauvais perdants n’attendent que les dérapages de Macron pour en remettre des couches et des couches... l’objectivité ne sera QUE et SEULEMENT à travers les résutats. Les mots ont un sens !!!
      Ce qui est rassurant c’est qu’Agoravox est principalement lu par les mêmes individus, sans doute une officine d’un quelconque parti de gauche, alors ils sont contents, ils se congratulent entre eux à la lecture de leurs âneries lesquelles bien évidemment et heureusement n’auront aucune incidence, mais ça les rassure, ils se sentent moins seuls...Monsieur Cabanel ne tardera pas récidiver en titrant « Notre regretté Hollande »... l’éminent adversaire de la finance !!! comme quoi l’ascenseur social en France fonctionne très bien, un clown peut passé d’un chapiteau de cirque à l’Elysée...

       


  • eau-du-robinet eau-du-robinet 5 juillet 20:19

    Bonjour,
    .
    Frais de découvert, commissions d’intervention abusifs : Comment les contester ?
    https://www.litige.fr/articles/frais-decouvert-banque-commision-intervention-contester-agios


    • Gérard Faure-Kapper Gérard Faure-Kapper 5 juillet 21:25

      La méthode décrite dans le lien était bonne, il y a 5 ans. Les banques ont sû réagir. Leurs avocats sont de plus en plus coriace. 


      Il faut savoir que la négociation ne marchera pas. Seule une étude très détaillée, qui prendra chaque frais d’intervention séparément, les resituera dans son contexte de solde, sera efficace. 

      En effet, et je m’en tiens aux derniers jugements, le juge veut la preuve absolue de l’infraction. 

      De plus, il faut plaider le TEG erroné et dépassant le seuil légal de l’usure. Tout doit être recalculé.

      Nous sommes très loin des conseils généraux. Et si vous allez devant le tribuanl sans une étude solide, non seulement vous perdrez, mais vous vous prendrez un « article 700 ». La moyenne est 2.000€

    • Armelle Armelle 6 juillet 10:12

      @eau-du-robinet
      Au delà des réponses « académiques » et « pseudo juridiques » qu’un « anti-banque » pourrait vous donner, il en est une qui est pleine de bon sens !!!
      J’ai un compte dans deux banques et les mêmes dispositions s’appliquent. Si vous êtes à découvert de façon ponctuelle, la négociation est BIEN EVIDEMMENT possible, ça m’arrive ponctuellement et je n’ai parfois même pas à réclamer, on me recrédite des agios sans avoir à réclamer !!! En revanche si un client est à découvert de façon systématique chaque mois, je vous dirai que là il ne s’agit plus d’un problème de banque mais d’un problème de gestion de budget !!! Le client dépense systématiquement plus que ce dont il dispose, auquel cas, et ça s’entend, ce n’est plus le problème de la banque !!! Et si ce dépassement de budget est occasionné par l’achat de produits de première nécessité parce que le salaire est vraiment trop faible (et c’est malheureusement le cas parfois), là ça devient un problème de gouvernance mais en aucun cas le problème de la banque !!!
      Les banques ne sont qu’un outil dont les pratiques et dispositions sont issues de textes législatifs. Ce sont par conséquent les dispositions prises (ou acceptées) et votées par le législateur qui sont regrettables et non la banque qui serait en cause !!!
      Les responsables sont à l’assemblée et à l’Elysée, pas dans les banques. Alors c’est décidément trop drôle d’accuser Macron pour son futur favoritisme à l’égard des banques alors le phénomène est présent depuis des lustres


    • Gérard Faure-Kapper Gérard Faure-Kapper 6 juillet 10:35

      « Nous n’agissons que dans la légalité » C’est la principale défense des banques que je lis dans les conclusions en réponse. Comme toutes les professions, les banques oeuvrent dans un cadre législatif qui, à mon avis, est pas mal fait. Le problème, c’est que le client de St Pierre le Moutier, de Bourg St Andéol ou d’Autreville sur Moselle, n’a pas à faire au Conseil de l’Europe, mais à un directeur d’agence qui se prend pour le petit baron et règne sur sa ville. Comment peut-il appliquer des lois qu’il ne connaît pas. Alors, il agit d’instinct avec ses clients. Et ce n’est pas son égo surdimensionné qui va le modérer. Cela donne des agissements vis-à-vis des clients, totalement abérants., à des années lumières des textes. Si les banques respectaient la loi, je serais au chômage, et l’économie, notamment locale, s’en porterait beaucoup mieux. Les banques respectent la loi ? Ca c’est la théorie. En pratique, c’est totalement faux. Quant à négocier avec les banques, c’est possible, si vous avez des placements et une famille à l’abri du besoin. Sinon, aucune chance. Que les clients doivent vivrent selon leurs moyens, c’est évidents. Que certains franchissent la lignent jaune avec des dépenses somptuaires, c’est un fait. Une Béhème ou un séjour au Bahamas ne sont pas parmi les produits de première nécessité. Mais les banques ne doivent pas en profiter pour achever le client avec des pratiques usuraires comme elles le font., et s’enrichire sur la misère. On n’applique pas la peine de mort à un voleur de voiture. Un an ferme est suffisant. Enfin, vous parlez d’un certain Macron. C’est qui ?


    • Armelle Armelle 6 juillet 11:11

      @Gérard Faure-Kapper
      Quant à négocier avec les banques, c’est possible, si vous avez des placements et une famille à l’abri du besoin. Sinon, aucune chance
      C’est totalement faux !!!
      Je n’ai absolument rien en mon nom, pas d’économie dans ma banque et pourtant, ne vous en déplaise, on me recrédite systématiquement des aggios quand ponctuellement j’ai un découvert
      C’est dommage vous vous discréditez à travers des contre vérités... Mais finalement vous devez malgré tout atteindre un certain équilibre entre ceux qui « boufferont » vos dires sans réfléchir une seconde ou se renseigner sur certaines de vos affirmations et ceux qui en rigolent comme moi parce que certaines ne sont que des inepties.
      Alors ceci n’exclut bien évidemment pas les excès pratiqués par les banques, j’en conviens car ils existent mais prétendre que les banques ne respectent pas les lois, c’est trop amusant décidément !!! Pensez-vous une seconde qu’elles n’appliquent pas celles qui sont en leur faveur ? Et elles sont nombreuses !!! dont d’ailleurs celles qui relèvent de la sanction !!!
      Enfin vous vous présenter sous le pseudo de « Gérard Faure-Kapper », c’est qui ?


    • Gérard Faure-Kapper Gérard Faure-Kapper 6 juillet 12:19

      Gérard Faure-Kapper, c’est mon nom. Tapez ça sur Google et vous verrez. 


      Vous voyez la banque en fonction de vous même et c’est normal que vous ayez ce témoignage.

      Moi, j’ai un cabinet d’expertise et je reconstitue les relations bancaires pour une avocate. De plus, j’ai mené toutes ma carrière dans une agence bancaire. J’ai accessoirement écrit neuf livres dont le « Livre noir de la banque ».

      J’ai aussi une bonne expérience des avocats des banques et des juges.
      Je ne suis pas là pour prouver mes compétences, mais pour répondre à votre question : qui suis-je.

      Alors, d’une manière générale, et dans tous les domaines, il n’est pas bon de juger en fonction de soi-même, mais par rapport à une vue plus globale. Je ne vais pas juger Ford en fonction de la Ford que j’ai eu, ça n’a aucun sens. Si je veux porter un jugement valable sur Ford, je vais me plonger dans le sujet.

      La banque c’est pareil. Tous les clients ne sont pas comme vous, tous les chargés de clientèle ne sont pas comme le vôtre, toutes les banques ne sont pas comme celle qui a votre clientèle. 

      Donc, vous me pardonnerez de ne pas entrer dans votre polémique sur les « négociations ». je connais trop l’envers du décors.

      Merci néanmoins pour votre intervention.


    • Gérard Faure-Kapper Gérard Faure-Kapper 6 juillet 12:48

      J’ai répondu à votre question « qui suis-je ». Par contre vous ne m’avais pas fait l’honneur de vous présenter. J’ai tapé Armelle sur Google, et à part une actrice, je n’ai rien trouvé. 


    • Armelle Armelle 6 juillet 13:49

      @Gérard Faure-Kapper
      Normal que vous n’ayez rien trouvé, il s’agit juste de mon prénom auquel il est nullement nécessaire d’y associer un nom. Pour avoir pratiqué les banques à travers la création et la gestion de quatre entreprises, et dont certaines ont « abusé », je me suis vite rendue compte qu’au delà des textes législatifs et des dispositions propres à certaines d’entre elles, la seule considération qui vaille est le comportement de chacun à leur égard. Je me suis faite avoir, et bien grassement en 2008 sur une opération d’achat, je peux vous assurer qu’aujourd’hui je ne raisonne que et seulement en tant que « cliente » et non « usager » comme la plupart des gens...
      Et ma banquière (directrice d’une grosse agence) qui est devenue mon amie, m’informe régulièrement quand au fonctionnement de ces structures qui, quoi que vous prétendiez, se conforment bien sur aux dispositions législatives qui les sert, et je vous mets au défi de me citer UNE banque qui ait son propre fonctionnement tout en éludant cet aspect législatif au profit de leurs clients. La régulation concernant le système bancaire n’a pas été initiée par elles-même mais bien par les états !!!
      Par ailleurs, fascinée par la crise de 2008, j’ai passé un temps fou à me documenter, sur la mécanique qui à l’époque a engendré cette tempête et j’ai alors très vite changé d’avis quant aux différentes responsabilités de chaque acteur. Ma perception première me faisait haïr les banques mais j’ai bien vite compris que le principal responsable était l’état dans ses directives et ordonnances parfois dramatiques !!!
      Le monde n’est pas binaire, au même titre que les banques sont responsables de certains excès, d’autres désagréments sont bel et bien la conséquence du manque de responsabilité indiscutables de certains clients !!! On ne dépense pas 100 quand on en gagne que 60 !!! Quand aux frais de gestion de compte, je réafirme qu’ils sont négociables, ce que j’ai fait dans l’autre banque avec qui j’ai des relation plutôt difficiles !!!
      Sinon je suis allée me documenter sur l’aplomb, je trouve cela très très bien, et c’est tout à votre honneur, il est nécessaire qu’existent de telles structures pour défendre certains face aux exagérations dont ils sont victimes, au même titre qu’avec toute entreprise voir même des administrations...
      Tout cela pour dire que nous écartons toujours trop facilement la responsabilité de l’état et de ses technocrates qui, force est de constater, ne prennent pas tjrs les bonnes options vu l’état du pays
      Bonne journée à vous 


    • Armelle Armelle 6 juillet 14:12

      @Gérard Faure-Kapper
      Et pour en revenir au « qui suis-je ? Il s’agit d’un site d’échange entre citoyens ne nécessitant nullement une présentation, et pour vous donner mon intime sentiment, même si je peux apprécier vos actions à travers cette asso, je considère que les actions les plus médiatiques ne sont pas toujours les plus efficaces !!! ça se saurait !!!
      Certains agissent pour le bien des autres dans une totale discrétion...
      Moi mon truc c’est embaucher des jeunes qui, s’ils ne trouvent pas d’emploi passent directement par la case »prison" en sortie de jugement. Mais je n’ai pas à étaler cela ici, ça ne regarde personne sinon le JAP et moi même.
      Bien à vous


    • Joseph DELUZAIN Joseph DELUZAIN 6 juillet 18:31

      @Armelle
      Bonjour,

      Juste une info complémentaire au sujet des banques « respectant » la loi. Vous qui êtes chef d’entreprise saviez vous qu’une banque n’a pas à justifier de son retrait d’un concours bancaire ?
      C’est à dire que votre entreprise fonctionnant sous affacturage ou sous dailly (c’est la même chose) peut se voir retirer ce concours sans que la banque ait à se justifier, même si votre entreprise n’est pas en difficulté, même si vous allez devant le tribunal ... le juge suivra la formule de l’avocat : « la banque n’a pas à justifier de son retrait ». 
      Imaginez les mauvais coups qu’ont dû subir nombre d’entreprises avec ébahissement devant cette fin de non-recevoir.
      Ne me parlez pas de justice ont coutume de dire les juristes, parlez moi de droit ...où est le droit dans ce cas ?
      Oups ! j’allais oublier ça : c’est une spécialité française car dans d’autres pays la banque est obligée de se justifier. Ça ne veut pas dire non plus qu’ailleurs les banquiers sont plus « gentils » !!  

    • Gérard Faure-Kapper Gérard Faure-Kapper 6 juillet 19:00

      Ce n’est pas grave, mais comme vous m’avez demandé de me présenter, alors j’en ai fait de même. Bon, je sais juste que vous n’êtes pas Armelle de Caméra Café


  • yvesduc 7 juillet 12:05

    Quelles sont vos sources ? (Article très joliment écrit, à part ça)


  • Gérard Faure-Kapper Gérard Faure-Kapper 7 juillet 12:08

    C’est un dossier reçu à notre cabinet, que j’ai traité personnellement. 


Réagir