samedi 22 février - par guylain chevrier

Un réacteur nucléaire « débranché » à Fessenheim : un suicide en direct de la France

Ça y est, les écologistes ont obtenu du Chef de l’Etat et de son gouvernement clientéliste, la fin du fonctionnement d’une centrale nucléaire, par pure idéologie antinucléaire. Le spectacle de cette fin programmée qui est un gâchis humain, scientifique et financier inimaginable, un sabordage d’une de nos richesses nationales, constitue une sorte de suicide de la France en direct, acte majeur d’un démantèlement de notre pays comme puissance mondiale. On a « débranché un premier réacteur" diffusent les médias ce 22 février 2020. Le mot est bien choisi, au sens d’euthanasie !

La fin de Fessenheim : de la déraison écologiste à un suicide en direct de la France

On a donné, depuis le renoncement à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes contre la démocratie, tous les gages nécessaires aux minorités agissantes, aux lobbies écologistes intégristes, de France nature environnement à Greenpeace en passant par Réseau Sortir du nucléaire et autre WWF, dans le sens d’une régression obscurantiste, contraire à l’intérêt de tous, contre le sens de l’histoire. Nous avons l’un des prix de l’électricité des plus bas au monde, deux fois moins cher et cent fois moins polluant que l’Allemagne avec son tout charbon. Qu’à cela ne tienne, les militants antinucléaires peuvent continuer dans ce contexte leur campagne par des intrusions dangereuses sur des sites nucléaires civils, comme à Tricastin ce 21 février, pour demander évidemment plus : la fin du nucléaire français, et peu importe pour ces cerveaux plats les conséquences. Cela avec la complicité de la plupart des grands médias, incapables du moindre recul sur ce sujet. Le journal le Parisien titre "Des dizaines de militants écologistes ont investi ce vendredi matin la centrale construite en 1974 dans la Drôme, réclamant sa fermeture en raison de sa « vétusté »." (1). Il présente uniquement le point de vue de Greenpeace, de façon scandaleuse, alors que depuis 40 ans les installations ont subi, par la volonté de l'Etat, mais aussi sous la pression des mêmes écologistes, des transformations qui leur donnent un allongement de vie qui dépasse de loin la durée initialement prévue. Mais ça, le Parisien ne le dira pas. Comment se fait-il que ces militants puissent agir sans risquer la prison, pas plus que les anciens « faucheurs volontaires » de champ d’OGM, y compris de ceux exploités par l’INRA pour étudier les propriétés du bois génétiquement modifié pour la production de biocarburant de 2e génération. La justice a toujours été d’une complaisance complice de ces délits commis sous couvert de « désobéissance civile ».

Les OGM, reparlons-en, une technologie de génie génétique des plus prometteuses, à laquelle on nous a fait renoncer par manipulation de l’information, alors que l’on en connait aujourd’hui l’inoffensivité (2). Des OGM qui évitent justement l’usage de pesticides, ceux que veulent interdire ces mêmes écologistes. C’est l’enjeu du fameux Glyphosate dont on sait par une étude américaine internationalement reconnue, qu’il n’est pas cancérigène (Cette étude contredit celle du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), un organe de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui a classé dès 2015 le glyphosate "cancérogène probable", mais sans aucune étude sur l’homme. Seule cette enquête américaine fondée sur 20 ans de recherche sur ce dernier, et donc réellement sérieuse, a permis d’affirmer cela contre le principe de précaution qui permet de tout amalgamer et d’interdire. (3). Des peurs irrationnelles et mystiques se diffusent, comme concernant les lignes à hautes tensions et autres antennes relais toutes aussi inoffensives, accusées du pire sans le moindre élément tangible. Et c’est grâce à ces radicalisés de la nature que l’on sacrifie la centrale de Fessenheim ! Dans l’édition du journal Le Monde du 20 février, 1000 personnes dites « scientifiques », appellent à la désobéissance civile, soi-disant face à l’inaction climatique du gouvernement : « Nous sommes en train de vivre la sixième extinction de masse, plusieurs dizaines d’espèces disparaissent chaque jour, et les niveaux de pollution sont alarmants à tous points de vue (plastiques, pesticides, nitrates, métaux lourds…) » Des scientifiques ? Ce qui est ici affirmé de façon alarmiste sur les espèces qui « disparaissent chaque jour » est faux, ce qui n’est qu’une formule qui verse dans le catastrophisme, et rien ne dit que la disparition de certaines espèces soit due à un hypothétique « réchauffement climatique », la nature se transformant de façon continue en éliminant elle-même des espèces par sélection depuis la préhistoire.

Quant à la pollution, alors que depuis les années 50 on a multiplié par quatre le PIB de la France, nous sommes classés par une étude internationale de l’Universités de Yale et de Columbia aux Etats-Unis de 2018, au 2e rang Mondial pour l’environnement (4). La France, ce n’est qu’1% de la pollution mondiale, alors qu’elle y a été divisée par deux sur l’ensemble du spectre depuis les années 60 (5). Ils défendent l’objectif de limiter le réchauffement sous les + 1,5 °, présenté désormais comme hors d’atteinte, dans le sillon du GIEC, formé d’experts univoques choisis par des Etats devenus obsessionnels par des schémas prophétiques invérifiables, avec cette fable que tout dépendrait encore là de restrictions jusqu’à l’os de l’activité humaine, de la « décroissance ». Le plus beau, c’est que ce sont les mêmes qui soutiennent le démantèlement du parc nucléaire français qui nous fait être parmi les meilleurs non-pollueurs de la planète. Allez comprendre, sinon en y ajoutant le critère de l’irrationnel propre aux peurs qu’induit une pensée prophétique hors de la réalité, pour nous prédire la fin du monde dans 50 ans. Une prophétisation mise sur le dos de fluctuations climatiques qui n’ont pourtant pas la nature extraordinaire qu’on leur prête, la température n’augmentant que de façon infinitésimale à l’échelle de la planète depuis 1998. Un phénomène déjà observable dès la plus haute antiquité, avec un désert qui avance et une montée des eaux qui n’a cessé depuis de s’amplifier, bien avant que l’Homme n’embrasse l’industrie. Il y a eu mille réchauffements et refroidissements climatiques dans l’histoire de notre planète. (6) La nature est remuante, elle n’a rien de linéaire, et nous sommes loin de comprendre et de maîtriser son jeu complexe. La fonte actuelle des glaces est par exemple sans commune mesure avec l’amplitude du « réchauffement » mineur actuelle.

Demain, il faudrait donc au nom de ces oiseaux de malheur, stopper les centrales nucléaires et tant pis pour les conséquences, interdire le Glyphosate alors qu’il n’existe aucun substitutif, et donc programmer la fin de l’agriculture française traditionnelle, pour une culture bio qui ne représente que 5 % de la consommation des ménages (Chiffre de l’Agence Française pour le Développement et la Promotion de l'Agriculture Biologique), plafonnant en raison de son prix. Ceci impliquant donc de se faire importer demain les produits industriels absolument nécessaires à une grande consommation propre à un pays comme le nôtre. Remémorons-nous que nous avons mis des siècles à atteindre le niveau de réponse aux besoins de la population française. Et peu importe qu’on en perde des emplois, des savoir-faire français que le monde entier nous envie, et le contrôle de la qualité de ces produits. Ces 5 % de bio suffisent, il faut le dire, à nourrir cette nouvelle bourgeoisie urbaine boboïsante, hygiéniste et hyper-individualiste, quant aux autres, ils mangeront ce qu’ils peuvent. Du même acabit, la décision toute récente du gouvernement français, 20 février dernier, de mettre définitivement fin aux forages pétroliers maritimes en France, après les avoir interdits au large de la Guyane, alors qu’ils nous promettaient des hydrocarbures en accroissant l’autonomie de la France. L’intégrisme écologiste et le clientélisme dont abuse cette majorité, auront eu raison par déraison de cette aubaine de façon toute aussi suicidaire. Mais qui paiera la facture de cette absurdité sans fond ? Il faudra de toute façon acheter ces hydrocarbures, dont on n’est pas près de pouvoir se passer en étant encore plus dépendant des prix et des volontés étrangères. Cela rappelle le scandale de la « vache folle », le scandale que tout était faux, alors que comme avec le « réchauffement climatique », on nous avait fait peur en nous promettant des millions de morts. Il n’y en a eu aucun !

L’écologie politique, un allié rêvé du capitalisme ultra-libéral

D’u point de vue politique, l’écologie est un allié rêvé du système qu’elle prétend mettre au pas. Il faut bien à une société hyper-individualiste et ultra-libérale un soupçon de morale, que l’écologie ne manque pas d’apporter avec ce procès du progrès et de l’Homme rendu responsable du tout, bien pratique aux yeux de ceux qui y voient de quoi faire plier l’échine au peuple, entre mea-culpa individuel et culpabilisation générale. C’est le simple retour, après la fin de tout projet politique réel de transformation sociale s’appuyant sur une analyse de classe, d’une pensée mystique, en reflet d’une économie qui dicte sa loi au politique dépossédant les individus de leur liberté de choisir leur destin. On leur laisse l’illusion écologiste, justifiant le système par l’adoption de ce costume vert passant pour vertueux, ce qui ne change rien à ce capitalisme injuste. En plus, ces nouveaux riches qui donnent le « la » écologiste on « leurs pauvres » pour satisfaire leur bonne conscience individuelle, entre les SDF et l’immigré, la défense des « minorités », pour se faire passer pour des révolutionnaires et qui ne sont que la contre-révolution, qui tirent un trait sur la lutte des classes et la cause réelle des inégalités. Il faut dire qu’ils croquent au système, et ne leur demandez pas de lâcher leur condition bourgeoise, hormis les illusions de la discrimination positive pour les banlieues, goutte d’eau dans un océan de problèmes. Ils ne veulent surtout rien voir changer sur l’échelle des pouvoirs et du prestige. Une écologie politique « supporter » inconditionnel du libéralisme, mais aussi de l’islam politique et donc d’un multiculturalisme diviseur des forces sociales, sans lesquelles il n’y a rien à attendre, balayant le mensonge qu’elle défendrait la question sociale qui est la dernière roue du carrosse de cette imposture.

On a fait circuler l’information que des salariés de Fessenheim aurait voulu refuser de couper le réacteur mis à l’arrêt dans la nuit, mais on les a menacés de sanctions pénales. Deux poids deux mesures, ici il n‘est pas question d’accepter la moindre désobéissance civile. CQFD !

Poussée écologiste prévue aux municipales : reflet d’une propagande de guerre à la raison

Publicité

La poussée écologiste fait la « Une » à la veille des municipales dans ce contexte incroyable, en pronostiquant qu’elle sera décisive. Il ne saurait en être autrement tant on en fait véritablement propagande aujourd’hui. Médias et politiques se sont tous convertis à l’intégrisme écologiste, à l’image d’un Yanick Jadot, ancien porte-parole de l’association Greenpeace, qui fait du lobbying pour mettre la France sous sa cloche, sans rencontrer le moindre obstacle. Il s’y voit déjà et il a malheureusement raison, la preuve par les lâchetés de nos dirigeants et de la plupart des grands médias suivistes, et la fin de Fessenhiem. Notre président en a fait une affaire d’Etat comme en temps de guerre, réunissant ce qu’il appelle un « Conseil de défense écologique ». On frise le ridicule. Tout doit devenir vert, même si la France est l’un des pays les plus en pointe en la matière, ce qui justifierait que bien d’autres sujets tiennent l’actualité en haleine. Mais l’écologie a du pouvoir d’influence sur les foules, car en étant associée à la théorie du « réchauffement climatique » elle peut jouer sur le catastrophisme et les peurs, l’irrationnel, et un vote apolitique, faisant passer le concept de « transition écologique », fourre-tout indescriptible de régressions, pour un projet de société. Peu importe si cela génère de nouvelles inégalités, de la discrimination sociale, comme avec les critères d’accès à la capitale : les véhicules légers portant la vignette Crit'Air 4 ou Crit'Air 5 ne peuvent plus circuler à Paris de 8h à 20h, du lundi au vendredi, avec une interdiction des voitures roulant au diésel en 2024, qui enjoignent donc les voitures les plus anciennes et les plus populaires, de propriétaires banlieusards peu fortunés pour en changer, de ne plus y entrer. Cela, selon une cote d’alerte de pollution dont le seuil n’a cessé de s’abaisser pour correspondre aux vertus de ceux qui les interdisent, et vivent au chaud des quartiers riches des centres-villes. Madame Hidalgo a inscrit dans son programme la suppression de 60.000 places de parking à Paris par des pistes cyclables, il n’y pas pire signe politique de rejet de ce peuple de la France périphérique, que la révolte des Gilets jaunes a incarné. Peu importe aussi si, à réclamer des règles de contrôle écologique exponentielles et obsessionnelles, cela conduit des pays en voie de développement à ne plus suivre, en mettant sur la paille des populations entières, avec une augmentation régulière des produits de consommation courante sous prétexte d’hygiénisme présentée au service du bien de tous, excluant une partie croissante de notre propre population populaire du mode de vie commun, vouée à encore plus de difficultés.

L’écologie sous l’emprise d’une nature divinisée, contre la science et contre l’Homme

L‘écologie, qui était une science étudiant l’environnement, est passée au statut de divinité, lorsque la théorie du « réchauffement climatique » l’a porté au-dessus des partis politiques et de la démocratie, comme la grande cause des causes. Elle a ainsi soudain prétendue n’être plus à la portée de l’Homme et de la maitrise de son destin. Il n’y a rien de plus dangereux que le prophétisme qui ouvre les portes à toutes les balivernes et les peurs paniques qui y collent, alimentées par l’appel à la désobéissance civile, ce qui peut conduire à la folie collective et à l’affrontement. Par certains aspects, cette psychologie des foules n’a rien à envier au stalinisme tant la questionner vous promet aux gémonies et à la marginalisation. Si on ne s’incline pas, on est traité de négationniste… Comment peut-on croire contenir par régression la progression de la température lorsqu’on prétend qu’elle est de cause humaine et que l’homme se multiplie, alors que pour vivre il a besoin de développer les sociétés et l’économie, de produire plus de richesses, d’énergie ? Nous sommes déjà en plein irrationnel si on suit le raisonnement par l’absurde de ceux-là. Derrière cette vision culpabilisatrice et autopunitive, il y a comme les relents d’une religion. On ne voit pas en quoi, s’il faut en croire les prédictions de ces experts officiellement adoubés, faire contrition toujours plus en France pourra dénouer des problèmes dont les principaux pourvoyeurs n’ont pas grand-chose à faire : Classement selon les émissions de CO2 liées à l’énergie en 2017 : 1-Chine, 2-USA, 3-Inde, 4-Russie, 5-Japon, 6-Allemagne...  La France est à la 19e place… (7) Des experts d’ailleurs face auxquels on interdit qu’il n’existe le moindre contre-pouvoir. Impossible d’avoir un débat télévisé avec des avis contradictoires sur le sujet. Le dernier appel de scientifiques raisonnés appelant au retour d’une démarche scientifique n’a pu être publié dans un grand média Français, mais sur le Huffington Post (8). Ce qui questionne pour le moins la liberté d’information et la démocratie.

La vision qui rend le progrès de l’Homme responsable de cette situation, amène à rejeter de ce schéma la science comme principal moyen de la résolution des problèmes, en se dépossédant de la capacité de faire face aux défis contemporains. Il faut sortir des théories défaitistes, scepticismes et suicidaires, qui concourent à un déterminisme qui prend des allures totalitaires. La façon dont les écologistes condamnent le nucléaire civil est à l’image de cet irrationnel, alors que cette énergie offre des perspectives que l’on ne soupçonne pas, comme pour la propulsion nucléaire des engins spatiaux en multipliant leur vitesse pour se projeter vers d’autres mondes, comme les capacités de l’Homme en contiennent la belle promesse. Nous avons encore dans ce domaine, malgré l’arrêt irresponsable du « projet Astrid » de centrale à neutrons sous les pressions écologistes, une avance certaine, permettant précisément une production d’énergie offensive pour le développement humain, et sans émission de CO2. Ce ne sont ni les éoliennes au rendement incertain, ni les panneaux solaires individuels ou collectifs, ultra-subventionnés par les bénéfices de l’électricité nucléaire, que l’on assurera l’avenir, au regard d’un pays censé être l’une des cinq à sept premières puissances mondiales, à moins de vouloir réduire la France à n’être qu’un immense Disneyland. Il faut un grand service public de l’énergie pour se projeter vers le XXIe siècle. 

Remettre l’écologie dans le politique pour que l’Homme reprenne la main sur son destin

Ne serait-ce pas à la démocratie qu’il faudrait revenir, en réintégrant l’écologie au politique, comme l’un de ses enjeux, pour entreprendre un programme de recherche qui, au lieu d’une idéologie de la soumission serait émancipateur, tout en sortant de se battre la coulpe dans l’attente du « jugement dernier » ? Il faut rendre à l’Homme sa faculté à façonner son destin, avec la science au cœur de son projet, et une démocratie réelle associant le peuple aux grandes décisions qui le concernent.

Il est assez édifiant de voir comment, les gouvernants qui représentent des intérêts qui sont ceux de la mondialisation libérale, s’empressent d’embrasser ce thème, pendant que les méfaits du capitalisme ultra-libéral et de la surexploitation passent au second plan. Un système qui n’a rien à craindre de cette divinisation verte du temps, qui ne contredit rien concernant les affaires. Le principal pour la classe dominante, l’élite bienpensante de notre société, étant de manger bio et de calculer la meilleure empreinte carbone. L’écologie, sous le signe de la théorie du « réchauffement climatique », s’est transformée en obscurantisme antidémocratique au service d’un libéralisme qui peut ainsi s’en donner à cœur joie, quitte à ce qu’un pays comme la France, des plus avancés, finisse de recul en recul à passer au rang de pays sous-développé. N’oublions pas que nous parlons du pays de la Révolution française, celle qui a amené les Droits de l’Homme et du Citoyen, aux protections sociales les plus avancées, à la République sociale que d’aucuns rêvent de faire plier sous ces auspices, pour tout y marchandiser. Après le ni droite ni gauche, l’écologie devient la bouée de secours de ce système, comme le président s’en est saisi, en cédant sur tout aux écologistes, signifiant régressions sans fin comme l’arrêt délibéré des réacteurs de Fessenheim, en parfait état de marche, en témoigne. Ce n’est pas simplement de la technologie, de la science, des richesses mises à la poubelle, mais l’Homme. Il faut stopper cela, par un grand mouvement populaire de transformation sociale, pour la science et le progrès humain !

1-« Centrale nucléaire du Tricastin : des militants de Greenpeace interpellés après une intrusion »

http://www.leparisien.fr/economie/centrale-nucleaire-du-tricastin-des-militants-de-greenpeace-interpelles-apres-une-intrusion-21-02-2020-8264220.php

2- Lien entre OGM et cancer : l’étude était une manipulation

Publicité

 https://eldorhaan.wordpress.com/2018/07/04/lien-entre-ogm-et-cancer-letude-etait-une-manipulation-2/

3-"Lien entre glyphosate et cancer : une étude de 20 ans sème le trouble" https://www.sciencesetavenir.fr/sante/cancer/glyphosate-et-cancer-une-etude-menee-sur-plus-de-20-ans-relance-le-debat_118479).

4- L’Universités de Yale et de Columbia aux Etats-Unis « Environmental Performance”, 2018. http://archive.wikiwix.com/cache/?url=https%3A%2F%2Fepi.envirocenter.yale.edu%2Fdownloads%2Fepi2018reportv06191901.pdf

5-Evolution de la pollution depuis les années 60.

https://www.google.com/search?q=%C3%A9volution+de+la+pollution+en+france+depuis+les+ann%C3%A9es+1960&sxsrf=ALeKk00MkHhgB8gwG6wh5xZ50-ov712wag:1582364656812&tbm=isch&source=iu&ictx=1&fir=grZ9ZKC7Jm14BM%253A%252C1hddnGA_Xpu0LM%252C_&vet=1&usg=AI4_-kQR35c1xMHN_MgD1m5fuV1kocIo7w&sa=X&ved=2ahUKEwjG1Zja7-TnAhUKYsAKHShcCvkQ9QEwAHoECAoQBQ#imgrc=XdQUM-SCDwejYM

6- « Délire furieux sur le climat : Ne nous laissons pas devenir fous ! »

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/delire-furieux-sur-le-climat-ne-209198

7-Liste des pays par émissions de dioxyde de carbone https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_%C3%A9missions_de_dioxyde_de_carbone

8- « La culture scientifique est à reconquérir » https://www.huffingtonpost.fr/virginie-tournay/ne-nous-reposons-pas-sur-nos-lauriers-en-france-la-culture-scientifique-est-a-reconquerir_a_23369215/



215 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 22 février 18:36

    Ce n’est pas le fait lui-même qui est un suicide, mais ce qu’il signifie et que l’auteur traduit bien.

    Merci pour cet article à contre-courant à plus d’un titre.


    • cevennevive cevennevive 23 février 09:34

      @Séraphin Lampion, bonjour,

      Je suis de votre avis...
      L’article de Guylain m’a fait réfléchir, et m’a amenée à prendre certains tournants dans ma pensée écologique.
      « A contre courant » sans doute, mais salutaire dans les réflexions qui amènent d’autres questionnements.


    • pissefroid pissefroid 23 février 11:19

      @Séraphin Lampion
      tout à fait d’accord avec ce que vous dites,
      je suis effaré par l’inculture scientifique de nos concitoyens,
      ils oublient que si nous sommes là en bonne santé, c’est parce que la science a fait des progrès au sujet de la santé et de l’alimentation.
      Je suis persuadé que la science trouvera les solutions aux problèmes qui pourraient advenir, ce qu’elle a fait jusqu’à présent.
      Nous vivons plus vieux et en bonne santé.


    • Le421 Le421 23 février 17:59

      @pissefroid

      Nous vivons plus vieux et en bonne santé.

      L’espérance de vie en bonne santé d’un travailleur lambda stagne à 62.7 années et aurait plutôt tendance à régresser.
      Attendez je ne le verrais pas que la génération des canapés-smartphone-Nutella arrive à 60 ans. La moitié sera hors service...

      C’est fou comme les gens prévoient l’avenir de façon péremptoire.
      Du BFMTV en live direct !!


    • eau-pression eau-pression 24 février 11:58

      @CLOJAC

      Ca prouve juste que le système représentatif pousse aux délires de puissance.
      J’ai arrêté de lire l’article dès que son manichéisme excessif m’est apparu. Sur les OGM, il y a un livre d’Orsenna (2006 Voyage aux pays du coton) beaucoup plus subtil et documenté.


    • velosolex velosolex 24 février 13:47

      @Le421
      « Un mort seulement à Fuskishima », précisait la responsable-propagandiste d’edf invitée sur le plateau d’arte il y a deux jours, à propos d’un débat sur Fessenheim. 

      On n’oubliera les milliers de cancers, des milliers d’hectares improductifs, le risque envisagé un moment à toute la population du japon de quitter le japon ; Merci aux vents qui ne se sont pas retournées. Par contre des millions d’hectolitres d’eau contaminée vont être bientôt déversées dans le pacifique
      Ne parlons pas de Tchermobyl, ce cercueil à ciel ouvert…..
       
      Défendre cette filière est un combat perdu d’avance, comme celle des pesticides. Mais comme il n’est pas question pour beaucoup de reculer, dans ce pari suicidaire, on joue sur les éléments de langage, en manipule encore et encore.
      Comme aux bons temps des colonies. 


    • velosolex velosolex 24 février 13:48

      @velosolex

       « Les dosimètres ont contrôlé mon bureau. Ma table, mes vêtements, les murs : Tout luisait. Je me suis levé. Je n’avais pas envie de rester assis sur une chaise. Y avait il eu un accident, à l’institut ? Une fuite ? Et comment tout désactiver ? J’ai toujours été extrêmement fier de notre réacteur ! J’en connaissais chaque millimètre. Nous avons téléphoné à la centrale d’Ignalina, en Lithuanie, non loin de chez nous. Chez eux, c’était aussi la panique.

      Nous avons aussi appelé Tchernobyl, mais personne ne répondait….. »

      (Valentin Alexeïevitch Borissevitch, ancien chef de laboratoire de l’institut de l’energie nucléaire, de l’académie des sciences de Bielorussie)- Extrait de « la supplication » (Tchernobyl, chronique du monde après l’apocalypse) Svetlana Alexievitch, prix nobel de littérature.


    • velosolex velosolex 24 février 14:07

      @eau-pression
      Vous mettez l’accent sur les faiblesses de certains propagandistes. Il ne suffit pas d’être sans scrupule, comme les politiques, pour réussir, c’est à dire,
      Et dire n’importe quoi en faisant semblant d’y croire, en cachant les gros lobbys d’influence qui sont d’ailleurs, encore faut il le faire avec compétence !
      Bien sûr, il faut soigner sa bio, un doctorat en histoire est sensé faire sérieux, impressionne le pékin. Moi même je me suis fait « docteur en échappée belle »
      Mais la manipulation, attention, ça s’improvise pas ; 
      Mais faut un peu de classe, de mesure, de pédagogie en la démagogie.Avancer avec des patins, prudemment, comme un chasseur, au lieu de jouer du klaxon
      Bien sûr on peut lancer des leurres faciles, comme l’écolo bobo, mais celui ci voyez vous marche de moins en moins, auprès d’un public averti, qu’en est à son deuxième cancer, qu’hésite à mettre ses gamins dehors, alors que le paysan traite avec ses épandeurs. 
      Non, faut que le gars fasse pas le gougnafier, sabote le boulot.
      Quelle idée de faire la promotion des ogn en plus ; c’est comme si un témoin de Jéhovah, tentait de vous vendre des surgelé en plus.
      A trop vouloir en faire, on n’est plus crédible. 


    • velosolex velosolex 24 février 14:18

      @San Jose
      C’est évident...je reprenais juste les termes de cette lobbyiste. On joue avec le feu avec notre parc de centrale vieillissantes. Le cout du démontage est pharaonique. C’est pour cela qu’EDF veut revendre les centrales à l’état, pour s’en débarrasser, car le surcout lié à leur exploitation est insensé. En même temps elle veut investir dans les énergies nouvelles, bien plus rentables….
      Les centrales ont été faites pour un certain nombre d’années, et des éléments structurels sont à remplacer. Pour l’epr de la Hague, c’est tragique...Les soudures ont été enfouies dans le béton, alors qu’elles auraient du être accessibles. Cela va entrainer un surcout démentiel, dans cette course en avant mortifère, et économiquement aberrante, car le nucléaire est de moins en moins rentable, concurrencé par les énergies nouvelles, qui voient elles, leurs couts d’exploitation diminuer de plus en plus ; 
      Inutile de parler du démantèlent...Le cout a été sous évalué, et cela est le problème majeur, et explique cette envie de faire durer, pour mieux reculer. En même temps on augmente le risque de problème majeur. Imaginons les conséquences dans la vallée du Rhône…..


    • velosolex velosolex 24 février 17:40

      @Séraphin Lampion
      Que de scandales dus aux écolos.
      Tant de renoncement au tout à bétonner !
      Tant de gamelles couteuses que l’état finance !

      Celui du lobby du nucléaire et un gouffre sans fond. On aurait pu financer ses ardoises un peu avec les autoroutes, qu’on a tous payé avec nos impôts, et qui génèrent des pépites maintenant.

      Seulement voici voilà ils ont tout filé à Vinci. 
      C’est ballot
      Et Vincent qu’est actionnaire, pas écolo, est content.


  • Jean Guillot le retour Jean Guillot 22 février 18:57

    il était temps de fermer Fessenheim, la plus vieille centrale de France, située sur une zone sismique et inondable, au-dessus de la plus grande nappe phréatique européenne

     smiley


    • Le421 Le421 23 février 18:02

      @Jean Guillot
      Allons mon brave !!
      Vous délirez.
      Les centrales nucléaires sont éternelles.
      Du moins tant qu’il n’y aura pas un accident majeur.
      Ah oui, c’est vrai...
      Aux États-Unis, en Russie, au Japon, mais jamais au grand jamais en France.
      D’ailleurs, il n’y a JAMAIS d’incident dans les centrales nucléaires en France...


  • Sozenz 22 février 19:05

    vous vous etes fait lobotomisez ou c est naturel chez vous ?

    je pense que vous etes titalement inconscient ou du moins je pense que l’ avenir des futurs générations ne semble pas trop vous soucier .

    Des OGM qui évitent justement l’usage de pesticides

    mdr . pas besoin de pesticides , puisque qu’ ils produisent eux même les pesticides ; donc vous bouffez quand meme des pesticides ..

    https://www.youtube.com/watch?v=5BEW6qnaBYQ

    christian velot biologiste et anti omg à pesticides .

    pour le nucleaire . ya pas de souci ; ni pour sa dangerosité ; ni pour le confinement. 

    https://reporterre.net/CARTE-EXCLUSIVE-Les-dechets-radioactifs-s-entassent-partout-en-France

    je pense que vous avez une idéologie plus dangereuse encore que celle des écologistes ; parce que vous ne voulez pas regarder la réalité ou que vous etes un brave égoiste votre confort , apres moi kle déluge etc ;.que cela soit vis à vis de l humanité que pour la faune et la flore

    pour moi ce sont des gens comme vous qui sont des allumés du citron ....

    vous confondez les écologistes avec toute cette clic de bobos hors sol. atterrissez ,

    mais sinon oui , les etats profitent de l écologie pour taxer au max les gens ; mais au final en ont rien a battre .

    le veritable alternatif ils n en veule nt pas car cela donnerait de l autonomie aux personnes ; et qui dit autonomie dit , pas de rentrée de tunes ;

    oui , on demande aux personnes + de taxes + d efforts et de l autre on augmente les packaging qui créent plus de déchets .

     donc oui il y a une ecologie de bobo, une ecologie de l enculade . mais il serait bon comme tout de verifier certains points avant de tout discriminer.

    restez dans votre domaine de prédilection . quoique quand je vois le serieux que vous avez avec votre article , je le demande comment vous faites vos recherches en histoire .

     

    faites behhhhhhhhhhhhhhh !


  • pemile pemile 22 février 19:14

    Si le chantier de l’EPR n’avait pas été un tel fiasco, en quoi remplacer la plus vielle centrale par une toute neuve plus sûre serait une insulte à la science ?

    Pour le reste, ne parler de lobbying qu’à propos de Greenpeace et faire la promotion du glyphosate et des OGM, faut oser !


    • Attila Attila 22 février 20:27

      @pemile
      Il ose dire du mal de l’écologie. Sacrilège !
      Pour sa pénitence il devra réciter un Pâté et deux Ovaires.

      .


    • velosolex velosolex 24 février 13:54

      @pemile
      J’ai même pas relevé, tant l’article est accablant. ou humoristique peut être.
      Tout est bon dans le cochon
      C’est juste dommage que l’auteur s’en soit pas pris au réchauffement, une fable aurait il dit. Mais comme j’ai pas lui le tiers, dégouté de la piquette, je prends des risques


  • njama njama 22 février 22:34

    Sauf erreur Fessenheim ce sont 2 réacteurs sur les 58 dont dispose la France... soit + ou suivant la puissance des divers réacteurs entre 3 et 4 % de sa production.

    Production nucléaire « AOC française » qui selon les directives €uropéennes (loi de concurrence) doit être (rétro)cédée (vendue / cédée à la concurrence) pour quelques 15 ou 20 % ...dont une bonne partie sera revendue aux français.

    La fermeture de Fessenheim apparaît donc comme un épiphénomène dans la brève histoire du nucléaire français, dont celle qui reste encore à écrire au moins à titre symbolique est quid (?) concernant le démantèlement du site de Fessenheim, de sa reconversion comme de celle des déchets radioactifs.


    • Satan la bite prong 22 février 22:50

      @njama

      techniquement , ce serait plutot 0.2 reacteur en puissance fournis , puisque c’ est la phase final d’ arret et que ca tournait deja vachement au ralentis ...

      ce qui ne change pas grand chose a la suite du raisonement ...


    • Le421 Le421 23 février 18:04

      @njama
      Sauf erreur de ma part, Fessenheim fournissait l’Allemagne en électricité...


    • Le421 Le421 24 février 08:50

      @Le421
      Ah ? C’est faux ?
      A signaler au Canard Enchaîné qui explique ce fait en dernière page de l’édition du 19/02 avec un article titré « Fâcheuse coïncidence ».
      Ennuyeux pour le busard qui mets « 1 étoile » sans réfléchir...


    • nono le simplet nono le simplet 24 février 09:24

      @prong
      de 1978 à 2018 Fessenheim a produit 430 GWh pour une production théorique maximale de 646 MWh soit un facteur de charge de 66.5 % ... loin d’être merveilleux ... en 2018 11.9 pour 15.8 théoriques soit 75.3 % ... une bonne année en fait ...


    • nono le simplet nono le simplet 24 février 09:31

      @nono le simplet
      oups oublié 2019
      12.3 TWh soit un Fdc de 78 % ... 


    • nono le simplet nono le simplet 24 février 10:11

      @njama
      suivant la puissance des divers réacteurs entre 3 et 4 % de sa production.

      exact, 3.2 % exactement en 2019 et 3.1 % en 2018


    • velosolex velosolex 24 février 15:46

      @nono le simplet
      Intéressant
      On pousse la bécane avant de l’emmener à la casse.
      Tous les possesseurs de vielle bagnole ont ce réflexe inconscient.

      Le risque, c’est la rupture du joint de culasse !

      Atomique, ça nous donne Tchermobyl, où une bande de crétins ont voulu « tester » ce que le réacteur avait dans le ventre. 


    • nono le simplet nono le simplet 24 février 16:00

      @velosolex
      une autre hypothèse ... la faire tourner pour prouver qu’elle est au top afin d’éviter de la fermer ... elle a le 5e Fdc du parc français (0.78) sur les 19 centrales en 2019 derrière Civaux (0.87), Chooz (0.85), Blayais (0.84) et St Alban (0.81)


    • velosolex velosolex 24 février 16:20

      @nono le simplet
      Salut. Celle du Blayais il y a quelques années avait frisé le collapsus. Imaginons les conséquences, en cas d’explosion, dont il serait totalement ridicule de dire qu’il est impossible, après trois catastrophes majeures. L’humain, d’abord bien sûr, avant tout, comme au japon, comme en Biélorussie. Et puis l’économie. Je dis cela car c’est le seul argument que certains entendent...La Gironde serai évacué, les vignobles du Bordelais impropres à la culture et à la consommation.
      Le paramètre risque est bien trop élevé au vu des bénéfices. Pourtant l’épée de Damoclès est toujours là….Quant à notre centrale Bretonne, Brennilis que je connais bien. Bien qu’inactive, arrêtée depuis 85, des ingénieurs se grattent toujours la tête pour savoir comment s’y prendre avec ce chancre, dont le démantèlement a commencé autour de 90 avant qu’il ne soit arrêté. On n’avait plus les plans, les ingénieurs qui l’avaient crée étaient morts pour expliquer ce qu’ils avaient fait…..Brennilis...C’est l’ankou . Tout petit réacteur à l’eau lourde, pour un maximum d’emmerdements, il a fait le minimum de production pour un maximum de couts. On parle de démantèlement définitif à l’horizon 2040. 


  • njama njama 22 février 22:42

    Aussi il ne m’apparaît pas incongru de dire que la fermeture de la centrale de Fessenheim ne concernera que les (dizaines, centaines de) salariés qui s’y employaient comme dans la fermeture de n’importe quel autre site de production industrielle, commercial ou logistique ...


    • Traroth Traroth 24 février 12:57

      @njama
      Vous pensez que l’énergie solaire thermique ou l’énergie éolienne vont créer moins d’emplois ? Sur quoi appuyez-vous cette affirmation ?


  • njama njama 22 février 22:49

    La centrale nucléaire de Fessenheim est devenue à force d’être laminée par le temps et les médias un symbole (prétendument) écolo complétement désuet ... un combat d’un autre âge, obsolète


    • Traroth Traroth 24 février 12:57

      @njama
      Etant donné que la centrale n’était pas fermée, en quoi ce combat est-il « obsolète » ?


    • velosolex velosolex 24 février 15:51

      @njama
      La mort de Fessenheim, c’est aussi surprenant que celle de Jeanne Calmant. 
      Moralité : Même les centenaires finissent par y passer. 

      Mieux vaut tout de même que ce soit assisté, plutôt que de tomber dans l’escalier. Surtout pour les centrales nucléaires. 

      Dire que c’est une victoire des écologistes, c’est comme de dire que c’est une victoire de l’euthanasie.
      L’intelligence dans cette affaire est emmené au urgences


  • caillou14 rita 23 février 09:08

    Ego-Logis ou comment parvenir au pourvoir en faisant peur ?

    Le nucléaire est maîtrisé braves gens, regardez les deux bombinettes au Japon larguées avec précisions !

    Une centrale qui pète « Tchernobyl » avec sans doute 200.000 personnes touchées ?

    Dernièrement au Japon (encore) Fukushima !

    Sans compter les milliers « d’incidents » chez nous et dans le monde ?

    Bref le nucléaire est sous contrôle con se le dise !

     smiley


    • papat 24 février 04:01

      @Aff le loup
      avec toi même pas besoin d’argumenter !ta science nous transcende !
      les français sont tellement intelligents qu’un accident comme tchernobyl ou fukushima ne peut pas arriver... a OUI parce que ce sont des REP et pas des REB ... les mêmes qui ont conçu des REB et pas des REP se pensaient plus malin que les concepteurs de REP...y manque plus que la REM ...


  • gaijin gaijin 23 février 10:29

    article purement manipulatoire

    juste une perle en exemple :

    " interdire le Glyphosate alors qu’il n’existe aucun substitutif, et donc programmer la fin de l’agriculture française traditionnelle« 

    l’agriculture traditionnelle c’est a coup de glyphosate ? mon grand père n’aurait pas eut le même avis .......

    une autre :

     »L‘écologie, qui était une science étudiant l’environnement, est passée au statut de divinité, lorsque la théorie du « réchauffement climatique » l’a porté au-dessus des partis politiques et de la démocratie, comme la grande cause des causes« 

    et pas un mot sur les rôle de bush et de gore dans ce phénomène ? elle a bon dos l’écologie ....

    allé une dernière pour la route ( mais on pourrait faire tout l’article phrase par phrase )

      »amène à rejeter de ce schéma la science comme principal moyen de la résolution des problèmes"

    vieille histoire du demain on rase gratis sur lequel est basé justement le dogme nucléariste : quels que soient les problèmes ont les résoudra sauf qu’on ressasse ça depuis les années 60 et que rien n’a été résolu ( par exemple les déchets )

    demain n’arrive jamais ...


    • Attila Attila 23 février 11:21

      @gaijin
      "juste une perle en exemple :

      «  interdire le Glyphosate »

      La perle délirante est surtout qu’il n’y a aucune raison d’interdire le glyphosate : les études scientifiques ont prouvé qu’il n’était ni toxique ni cancérigène. Son seul inconvénient est mineur, des inflammations des muqueuses chez les professionnels qui manipulent le produit concentré et dont il est facile de se protéger.

      Glyphosate : le nouvel amiante ?

      L’hystérie sur le glyphosate est provoquée par des militants religieux fanatisés : le glyphosate, c’est le Diable !!!

      .


    • Sozenz 23 février 11:25

      @gaijin
      quand une personne fait dans l idéologie mensongère , il est facile de se baisser pour piocher des perles de contradictions .


    • gaijin gaijin 23 février 11:26

      @San Jose
      «  Et encore faut-il remonter au grand-père de votre grand-père pour une agriculture traditionnelle, »
      vous ne connaissez pas mon grand père ....mais ça n’est pas le propos le propos c’est que l’agriculture au glyphosate n’a rien de traditionnel. pourquoi alors l’auteur dit il qu’elle le serait ?


    • gaijin gaijin 23 février 11:28

      @Attila
      mon commentaire ne portait pas sur la nécessité de l’interdiction du glyphosate mais sur le caractère manipulatoire et mensonger de la phrase de l’auteur


    • Attila Attila 23 février 11:38

      @gaijin
      «  mais sur le caractère manipulatoire et mensonger de la phrase de l’auteur  »
      L’auteur répond comme il peut à une manipulation bien pire sur les dangers du glyphosate. J’aurais préféré qu’il nous cite des article scientifiques mais, sur le fond, il a raison de pointer du doigt la manipulation sur le glyphosate.

      .


    • gaijin gaijin 23 février 11:42

      @Attila
      « J’aurais préféré qu’il nous cite des article scientifiques »
      financés par monsanto ?


    • Attila Attila 23 février 12:13

      @gaijin
      « financés par monsanto ?  »
      PAF ! DIFFAMATION !!!
      Vous n’avez aucune preuve que l’étude clinique américaine qui a suivi 5400 agriculteurs pendant vingt ans a reçu le moindre kopeck de Monsanto. Pire encore, les scientifiques qui ont analysé cette étude n’ont trouvé que des financement publics. Les directeurs de l’étude ont une solide réputation de compétence et d’intégrité.
      Glyphosate : le nouvel amiante ?
      .
      Vous n’avez que de la diffamation à opposer aux arguments. Vous vous êtes disqualifié vous-même : malhonnête et manipulateur !!!

      .


    • Attila Attila 23 février 12:14

      @Attila
      Erreur : 54000 agriculteurs et pas 5400.

      .


    • gaijin gaijin 23 février 12:30

      @Attila
      « Vous n’avez aucune preuve que l’étude clinique américaine qui a suivi 5400 agriculteurs pendant vingt ans »
      vous n’avez pas cité d’étude précise et moi non plus ...
      donc zéro diffamation ...
      redescendez un peu .... smiley


    • Attila Attila 23 février 12:36

      @gaijin
      «  vous n’avez pas cité d’étude précise »
      Ici, c’est quelques messages plus haut.
      Preuve que vous ne lisez même pas les liens : votre cas s’aggrave.

      .


    • pemile pemile 23 février 13:02

      @gaijin « financés par monsanto ? »

      Attila n’a jamais entendu parler des Monsanto Leaks, quand à son étude, elle a été complétée par une méta-analyse réalisé en 2019 (incluant les résultats de la cohorte AHS qu’il cite) qui montre « que l’exposition au glyphosate augmente le risque de lymphome non hodgkinien de 41 %. »

      Et ces études concernent les agriculteurs conscients des dangers et se protégeant, ça fait aussi plusieurs années que je lui réclame des études sur les populations non protégées des épandages aériens, mais, il trouve tout à fait normal qu’il n’y en ait pas smiley


    • gaijin gaijin 23 février 13:02

      @Attila
      non je ne lit pas tout et quand je réponds a un message je ne répons pas a celui d’avant ( ou alors je cite )
      mon propos ici c’est le caractère manipulatoire de l’article on se retrouvera une autre fois sur glyphosate, ogm et compagnie ...


    • pissefroid pissefroid 23 février 13:21

      @pemile
      avez-vous un lien pour cette méta-analyse ?


    • Attila Attila 23 février 13:42

      @pissefroid
      C’est une méta-analyse, il n’y a pas d’étude clinique supplémentaire attestant cela.
      L’étude clinique américaine citée qui a suivi 54000 agriculteurs pendant 20 ans n’a trouvé aucun cas de cancer supplémentaire chez les agriculteurs utilisant le glyphosate par rapport à ceux qui ne l’utilisaient pas.

      .


    • pemile pemile 23 février 17:57

      @Attila « C’est une méta-analyse, il n’y a pas d’étude clinique supplémentaire attestant cela. »

      Non, mais cette étude inclut l’étude épidémiologique que vous citez (la cohorte AHS 2005 avec la mise à jour de 2018) et cible surtout les personnes les plus exposées au glyphosate.

      Et vous qui parlez d’étude clinique, c’est pour quand celle concernant les populations exposées aux épandages aériens ?


    • pissefroid pissefroid 23 février 18:43

      @pemile
      Merci.


    • Attila Attila 23 février 20:22

      @pemile
      « Nous n’avons pas observé d’association entre le risque global de la LNH et l’utilisation du glyphosate »
      Etude de 2019 publiée par le International Journal of Epidemiology. Lien
      .

      Votre méta-analyse utilise des études faites sur des souris :
      «  Nous avons documenté d’autres études sur l’incidence des lymphomes malins chez des souris traitées au glyphosat pur »
      Les études faites sur les oursins et les souris ne sont pas reconnues comme des preuves scientifiques du risque cancer. Seules les études cliniques faites avec un grand nombre de participants, appelées « études de cohortes » sont reconnues comme des preuves.
      .


    • pemile pemile 23 février 20:49

      @Attila "Votre méta-analyse utilise des études faites sur des souris. [...] Seules les études cliniques faites avec un grand nombre de participants, appelées « études de cohortes » sont reconnues comme des preuves."

      Oui, cette étude a pris en compte des études sur des animaux ET plusieurs cohortes d’un grand nombre de participants, dont votre étude fétiche.

      Sinon, les études cliniques concernant les populations exposées aux épandages aériens ?


    • Attila Attila 23 février 22:29

      De toute façon, ce sont les études cliniques qui font foi car elles mesurent le résultat sur le terrain. Et la plus importante étude clinique dont on dispose ne trouve aucun cas de cancer supplémentaire chez les agriculteurs qui utilisent le glyphosate par rapport à ceux qui ne l’utilisent pas.
      Glyphosate : le nouvel amiante ?

      .


    • pemile pemile 23 février 22:40

      @Attila « De toute façon, ce sont les études cliniques qui font foi car elles mesurent le résultat sur le terrain. Et la plus importante étude clinique dont on dispose ne trouve aucun cas »

      C’est de l’humour ? Quelle étude clinique dans votre lien qui ne concerne qu’une des études épidémiologiques à base de questionnaires ?

      J’aime bien aussi la conclusion de votre lien : Donc cette étude n’exclut pas qu’il existe un effet du glyphosate sur l’incidence de certains types de cancers, mais cet effet s’il existe ne peut pas du tout être du même ordre que celui de l’amiante.

      Vous avez des études cliniques en Argentine ou au Sri Lanka si vous cherchez.


    • pemile pemile 23 février 22:41

      @Attila

      Quand à votre tentative d’argumenter pour le glyphosate sur la base d’une étude dont l’auteur lui même vous contredit et dénonce les magouilles de Monsanto smiley


    • Traroth Traroth 24 février 13:00

      @Attila
      « les études scientifiques ont prouvé qu’il n’était ni toxique ni cancérigène »

      Les études qui n’ont pas été sponsorisées par Monsanto démontrent exactement le contraire !


    • velosolex velosolex 24 février 14:27

      @Attila
      Le problème de ces études est lié à leur but : Blanchir, ou plutôt s’autoblanchir, en toute impartialité

      Ils ont la conclusion avant de commencer leurs études
      De plus ce sont les firmes elles mêmes qui font ces travaux
      Formidable

      C’est comme si Dutroux avait enquêté en toute indépendance sur ses crimes


    • Alain 24 février 16:40

      @Attila
      Le glyphosate n’est pas dangereux et surtout pas toxique.
      https://static.latribune.fr/full_width/1313382/glyphosate.jpg

      Conserver hors de portée des enfants ?
      ne pas polluer l’eau avec le produit ou son emballage ?
      Respecter une zone non traitée de 5m par rapport à un point d’eau ?

      Délait de rentrée sur la parcelle : 6 heures après traitement.

      en effet, c’est sans danger. Tu crois qu’on peut s’en faire une soupe pour le soir ?


    • Attila Attila 24 février 17:25

      @Traroth
      « Les études qui n’ont pas été sponsorisées par Monsanto démontrent exactement le contraire  ! »
      SALE ORDURE DE DIFFAMATEUR !!!
      .
      Les financements sont tous d’origine publique, et aucun des auteurs n’a de conflit d’intérêt déclaré.

      .


    • pemile pemile 24 février 17:34

      @Attila « SALE ORDURE DE DIFFAMATEUR !!! »

      Quel clown ! smiley

      Gaffe Traroth, Monsanto/Bayer va te réclamer quelques milliards de dollars ! smiley


    • Attila Attila 24 février 17:39

      @velosolex
      SALE ORDURE DE DIFFAMATEUR !!! Lien
      .

      Les financements sont tous d’origine publique, et aucun des auteurs n’a de conflit d’intérêt déclaré.
      .
      « La terre nous ramène à notre place, et nous donne les réponses que nous cherchons dans les livres abscons. » Lien
      .
      La terre, elle, ne ment pas. Elle demeure votre recours. Elle est la patrie elle-même. Un champ qui tombe en friche, c’est une portion de France qui meurt. Une jachère à nouveau emblavée, c’est une portion de la France qui renaît. » "
      Lien

      .



    • Attila Attila 24 février 17:48

      @pemile
      S’appuyer sur des études sur les souris pour tenter de disqualifier une étude de cohorte reconnue par la communauté scientifique prouve que vous n’avez rien de valable à opposer à cette étude.
      Vous démontrez, une fois de plus, que vous êtes un fanatique comme tous vos coreligionnaires.

      .


    • Traroth Traroth 24 février 18:05

      @Attila
      Abus signalé. Vous perdez le droit à une réponse.


    • Satan la bite prong 24 février 18:07

      @Traroth

      Abus signalé.


      tu vas pas t’ y metrre comme JC PFFF 
      signale si besoin , mais inutile de le dire lol

    • Attila Attila 24 février 18:10

      @Traroth
      Vous accusez sans preuve, vous êtes un diffamateur !!!
      Vous accusez des scientifiques d’avoir touché de l’argent de Monsanto pour modifier leur étude sur le glyphosate. L’étude que je cite n’a reçu aucun centime de Monsanto.
      J’attends vos preuves !

      .


    • pemile pemile 24 février 18:11

      @Attila « pour tenter de disqualifier une étude de cohorte reconnue par la communauté scientifique »

      Relisez la synthèse de votre lien, qui conclue juste que le glyphosate est moins cancérigène que l’amiante mais ’n’exclut pas qu’il existe un effet du glyphosate sur l’incidence de certains types de cancers’ smiley

      « Vous démontrez, une fois de plus, que vous êtes un fanatique comme tous vos coreligionnaires. »

      Rhhooo, vous accusez donc Pierre Lebailly, ayant travaillé sur cette étude, d’être un fanatique ! smiley

      Pierre Lebailly est maître de conférences en santé publique au sein d’une unité Inserm à Caen. Il a participé à l’une des études publiées cette année mettant en évidence un lien entre l’exposition au glyphosate et les lymphomes. Il explique les difficultés qui se posent aux épidémiologistes pour établir un tel lien. Et pourquoi les autorités de santé partout dans le monde ne tiennent pas compte de ces études.


    • Attila Attila 24 février 18:12

      @Attila
      Alors, ça vient ces preuves ???

      .


    • pemile pemile 24 février 18:13

      @Attila « L’étude que je cite n’a reçu aucun centime de Monsanto. »

      Oui, justement, « cette étude n’exclut pas qu’il existe un effet du glyphosate sur l’incidence de certains types de cancers »

      Et les exploitations ultérieures de cette étude, le confirme smiley


    • Attila Attila 24 février 18:15

      @pemile
      Allez jouer avec vos souris.
      Sur 54000 agriculteurs suivis pendant 20 ans, pas un cas supplémentaire de cancer n’est apparu chez les agriculteurs utilisant le glyphosate : ça, c’est du concret.

      .


    • Attila Attila 24 février 18:17

      @Traroth
      On attend toujours vos preuves Môssieur le diffamateur !

      .


    • ouam2 24 février 18:21

      @Attila
      Argument pas vraiment recevable....de tes 54000 agriculteurs sur 20 ans..
       
      L’amiante ca te cause ? (regarde son histoire)
      On nous expliquais avec ce meme genre de rhétoriques que l’amiante personne n’en mourrais...20 ans apres...
      ou c’etais 40ans ... effectivement smiley
       
      Apres je ne dis pas que tu a tord car je ne sais pas (pour le glyphosate)
      par ceontre ce que je sais c’est pour ce genres d’arguments, surtout avec le recul et l’expérience tu devrais plus que t’en méfier et il ne démontre absolument rien vu le niveau de chimie et le recul que nous ne possèdons pas en la matière.


    • Satan la bite prong 24 février 18:23

      @Monokochkoi

      Ca fait un peut 
      « t’ est pas gentils ... si tu fait pas ce que je veut je te denonce a la maitresse » lol
      Je sait pas qui ca peut impressionner ....


    • Attila Attila 24 février 18:23

      @pemile
      «  Oui, justement, « cette étude n’exclut pas qu’il existe un effet du glyphosate sur l’incidence de certains types de cancers » »
      Ce que dit l’étude :
      «  Comme vous pouvez le constater, il n’y a pas d’augmentation de l’incidence des lymphomes non-Hodgkinien chez les agriculteurs exposés au glyphosate, dans aucun des 4 groupes d’exposition »
      Glyphosate, le nouvel amiante ?
      .

      Allez jouer avec vos études sur les souris.

      .


    • Attila Attila 24 février 18:25

      @Traroth
      Alors, les preuves ?

      .


    • joletaxi 24 février 18:33

      @Attila

      vous vous faites du mal inutilement
      il n’y a rien à discuter avec les enclumes vertes
      un peu de lecture

      https://jacqueshenry.wordpress.com/?s=glyphosate&submit=Recherche

      dernière catastrophe en date de la secte verte

      https://wattsupwiththat.com/2020/02/23/keeping-africa-on-the-brink-of-starvation/

      le plus "marrant, on commence à être infestés de punaises de lit, gentille petite bebêt que l’on avait pratiquement éradiqué de nos logements avec du DDT, sans que l’on aie pu trouver un seul mort du fait de son utilisation(comme à FUKU, ....)

      bah, imaginez un seul instant que vous ayez été calviniste au temps de la bonne religion.... ils sont encore très accommodants, enfin pour le moment


    • pemile pemile 24 février 18:34

      @Attila « Ce que dit l’étude »

      Oui, pour celle là et pour l’autre que vous avez donnée, c’est d’autres sortes de lymphomes qui augmentent smiley


    • Satan la bite prong 24 février 18:35

      @Monokochkoi

      Ben heu , non je vois pas ca collent a 80% des gens sur AV y compris toi et moi ...
      les autres c’ est les pseudo inactif lol


    • Attila Attila 24 février 18:39

      @pemile
      Qui augmentent ?
      Comment pourraient-ils augmenter alors que l’étude que j’ai citée ne trouve aucun cas supplémentaire ?

      .


    • Attila Attila 24 février 18:42

      @joletaxi
      «  il n’y a rien à discuter avec les enclumes vertes »
      Vous avez tout-à-fait raison mais je pense aux lecteurs. Face à la malhonnêteté intellectuelle d’un Pemile il est difficile de faire la part des choses si on n’est pas suffisamment informé des procédures scientifiques en vigueur dans ce domaine.

      .


    • Attila Attila 24 février 18:44

      @Traroth
      Toujours pas de preuve ?

      .


    • pemile pemile 24 février 18:44

      @Attila « Comment pourraient-ils augmenter alors que l’étude que j’ai citée ne trouve aucun cas supplémentaire ? »

      C’est que vous ne l’avez pas lue ?

      Moderately elevated hazard ratios were seen for NHL overall or certain subtypes with ever use of a few specific pesticides compared with never use of those pesticides : NHL overall and terbufos ; chronic lymphocytic leukaemia/small lymphocytic lymphoma (CLL/SLL) and deltamethrin ; and diffuse large B-cell lymphoma (DLBCL) and glyphosate


    • pemile pemile 24 février 18:46

      @Attila "Face à la malhonnêteté intellectuelle d’un Pemile il est difficile de faire la part des choses si on n’est pas suffisamment informé des procédures scientifiques en vigueur dans ce domaine."

      Je vais jouer comme vous, m’enfin VOUS DIFFAMEZ Pierre Lebailly (cohorte AGRICAN en France) !!! smiley

      Pierre Lebailly est maître de conférences en santé publique au sein d’une unité Inserm à Caen. Il a participé à l’une des études publiées cette année mettant en évidence un lien entre l’exposition au glyphosate et les lymphomes. Il explique les difficultés qui se posent aux épidémiologistes pour établir un tel lien. Et pourquoi les autorités de santé partout dans le monde ne tiennent pas compte de ces études.


    • Attila Attila 25 février 00:05

      @pemile
      « C’est que vous ne l’avez pas lue ? »
      Il y a quelques chiffres qui alertent mais qui ne prouvent rien :
      « cependant nous avons trouvé quelques preuves d’une association possible entre l’utilisation du Glyphosate et AML »
      Le scientifique qui a fait l’analyse critique de cette étude dit :
      Est-ce significatif ? Pas à ce stade. La valeur p est 0.11, donc trop élevée pour conclure, mais suffisant pour en appeler à regarder spécifiquement ce type de cancer dans des études futures. Et ce sont précisément les derniers mots de la conclusion de l’article ".
      Voilà, pour en être sûr, il faudra faire des études de cohorte encore plus poussées, avec encore plus de participants.

      .


    • Attila Attila 25 février 00:16

      @Attila
      La question de départ était : le glyphosate est-il une nouvelle affaire de l’amiante ? Une nouvelle catastrophe sanitaire ?
      La plus grande étude de cohorte sur le risque cancer lié au glyphosate a suivi 54000 agriculteurs pendant 20 ans et pas un seul cas de cancer supplémentaire n’a été trouvé chez les agriculteurs qui utilisent le glyphosate.
      Par comparaison, il y a 6 fois plus de cancers du poumon chez les travailleurs de l’amiante.
      Il n’y a donc pas de catastrophe sanitaire liée au glyphosate, les utilisateurs peuvent être rassurés.

      .


    • Attila Attila 25 février 00:25

      @guylain chevrier

      Votre article ne traite pas spécifiquement du glyphosate mais j’ai développé pour bien montrer les méthodes des fanatiques religieux de l’écologie. Ce sont les mêmes procédés appliqués au débat sur le nucléaire ou à d’autres.

      .


    • Attila Attila 25 février 00:43

      @pemile
      «  Et vous qui parlez d’étude clinique, c’est pour quand celle concernant les populations exposées aux épandages aériens ? »
      Aux épandages aériens de produits bio ?

      .


    • Attila Attila 25 février 11:34

      @Attila
      Si on prenait les chiffres brut au premier degré en ignorant la marge d’erreur, on pourrait conclure :
      "Et si on regarde les chiffres de la dernière colonne, on peut même lire que le risque relatif est inférieur à 1, ce qui semble suggérer que le glyphosate protège légèrement de ce cancer. Est-ce le cas ? Bien sûr que non ! Ce qu’on voit là est probablement un effet purement « statistique », du fait qu’on n’a qu’une centaine de cas, et donc des fluctuations inévitables.« 
      Donc, globalement, il n’y a pas plus de cas de cancers chez les agriculteurs qui utilisent le glyphosate. Cependant, pour quelques types de cancers l’étude montre une légère augmentation (ce qui veut dire que pour d’autre il doit y avoir une diminution puisque le chiffre global est neutre). Ces légères augmentations ne concernent que des nombres très faibles de cas de cancers.
      Justement, comme ce sont des nombres très faibles, ils se situent dans la marge d’erreur de l’analyse statistique :
       » Est-ce significatif ? Pas à ce stade. La valeur p est 0.11, donc trop élevée pour conclure, mais suffisant pour en appeler à regarder spécifiquement ce type de cancer dans des études futures. Et ce sont précisément les derniers mots de la conclusion de l’article ".
      Donc, comme on est dans la marge d’erreur, rien ne dit qu’une étude plus poussée avec plus de participants confirmerait ou infirmerait ces chiffres.
      .

      Voilà comment fonctionne le gars Pemile et ses coreligionnaires : il s’appuie sur des chiffres bidons (de glyphosate bio) qui vont dans le sens des ses délires de fanatique pour essayer de nous persuader que le glyphosate, c’est le Diâââble !!!

      .


    • pemile pemile 25 février 11:53

      @Attila « Et si on regarde les chiffres de la dernière colonne »

      wiwi, continuez à ne regarder que cette étude et que les LNH pour lesquels cette étude ne montrait rien ! smiley

      « il s’appuie sur des chiffres bidons (de glyphosate bio) »

       smiley


    • pemile pemile 25 février 11:55

      @Attila « Il n’y a donc pas de catastrophe sanitaire liée au glyphosate, les utilisateurs peuvent être rassurés. »

      En tenue de protection, oui, leurs voisins, j’attends toujours vos études smiley


    • Traroth Traroth 25 février 13:14

      @Attila
      Hein, vous me parlez ? Quel mot n’avez-vous pas compris dans mon dernier commentaire ? Vous m’insultez, et puis vous pensez que vous êtes en droit d’exiger de moi des réponses ? Mais que pensez-vous donc être ? Je vous pisse au cul, moi, monsieur ! Non mais.


    • Traroth Traroth 25 février 13:28

      @pemile
      Il y a des études plus récentes qui concluent à l’opposé.

      https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1383574218300887?via%3Dihub


    • pemile pemile 25 février 14:27

      @Traroth « Il y a des études plus récentes qui concluent à l’opposé. »

      Oui, je l’ai déjà donné à @atilla plus haut, mais sa mauvaise foi n’est plus à démontrer smiley

      Tu nous tiens au courant lorsque Monsanto/Bayer va t’attaquer en justice pour diffamation ? smiley


    • Attila Attila 3 mars 22:55

      @Traroth
      Hé bé, ça ne s’arrange pas :
      Vous m’insultez, et puis vous pensez que vous êtes en droit d’exiger de moi des réponses ? Mais que pensez-vous donc être ? « 
      J’ai insulté un diffamateur éhonté qui accuse sans la moindre preuve des scientifiques intègres d’avoir reçu de l’argent de Monsanto : vous êtes dégueulasse !
      Et ça, c’est révélateur de votre niveau :
       » Je vous pisse au cul, moi, monsieur ! Non mais. "

      .


    • Attila Attila 3 mars 22:59

      @pemile
      A l’insu de votre propre plein gré, vous venez de nous démontrer que vous ne comprenez rien à la démarche scientifique.
      De toute façon, vous vous en foutez, tout est bon pour essayer de nous faire gober que le glyphosate, c’est le Diââââââble !!!

      .


    • pemile pemile 3 mars 23:18

      @Attila « A l’insu de votre propre plein gré, vous venez de nous démontrer que vous ne comprenez rien à la démarche scientifique. »

      Non, j’ai juste démontré comment vous falsifiez les résultats des études citées ce-dessus smiley


    • Attila Attila 4 mars 17:22

      @pemile
      « j’ai juste démontré  »
      Dans vos rêves . . .

      .


    • pemile pemile 4 mars 17:43

      @Attila « Dans vos rêves . . . »

      Non, dans vos petits petits extraits choisis smiley


    • Attila Attila 4 mars 18:25

      @pemile
      Dans votre cour de récréation avec vos coreligionnaires vous vous croyez sans doute très fort mais face à des adultes normaux vous ne faites pas longtemps illusion.

      .


Réagir