lundi 22 février 2010 - par Disjecta

Le « bon » Obama : comment les US se préparent à envahir le Vénézuela

Après le chorus d’éloges éhontés qui suivit l’élection d’Obama en France, certains sont redescendus sur Terre. Mais jusqu’où ira le désillusion ?

Se rappelle-t-on la manière dont l’élection d’Obama fut accueillie comme le retour du Messie sur Terre et particulièrement en France. Il était noir, il était sexy, il était progressiste, il allait créer la sécu aux E-U et arrêter les guerres et les massacres. C’était tout juste si le Sahara allait pas reverdir.
Le 9 novembre 2008, en pleine "Obamania", je m’étais fendu sur Agoravox de ce petit commentaire à l’usage des illuminés. L’auteur de l’article écrivait ceci : "Y a-t-il une intelligence historique des peuples ? Aucun historien ne le démontrera scientifiquement. Mais lorsque tout s’écroule devant nos yeux, l’arrivée de Barack Obama à la tête de la première puissance mondiale laisse entrevoir que hasard et nécessité sont enfouis dans les moteurs qui font avancer les peuples." Je lui avais donc répondu ce qui suit :
 
" Vous surestimez les capacités d’un peuple soumis à une propagande incessante.Les américains n’ont pas compris grand chose en élisant Obama, ils ont juste acheté un produit sexy, qu’on leur a vendu grâce à la campagne de publicité la plus gigantesque de l’histoire. De même que TF1 et autres ont vendu aux ouvriers français le produit Sarkozy, grâce au fameux slogan aussi désopilant qu’abêtissant : "travailler plus pour gagner plus !" Comme vous le soulignez, les américains étaient déjà habitués à voir des noirs aux plus hautes fonctions (Powell et Rice) et tout aussi capables qu’un blanc de mentir éhontément et sans relâche. Obama n’est que l’incarnation la plus actualisée et aveuglante pour permettre aux élites de masquer la seule distinction qui vaille dans une société et qui ne nécessite pas de faire référence à la question raciale : les dominants contre les dominés, les israéliens contre les palestiniens, les smicards et les rmistes contre le CAC40, les américains "subprimés" contre Goldman, JPMorgan et consorts. D’ailleurs vous oubliez de mentionner que l’un des principaux sponsors de Obama ce furent les grandes firmes de Wall Street. Nous verrons comment il réagira par rapport au fait qu’une bonne partie du plan Paulson est en train de partir en primes annuelles pour les super-cadres incompétents et hallucinés des banques en faillite. C’est bien connu qu’on ne mord généralement pas la main de celui qui vous nourrit.
Joffrin intime aux lecteurs de Libé d’accueillir béatement le nouveau président : manque de bol, il connaît de moins en moins bien son public (après les diatribes anti-chavez et l’affaire Siné), dont une bonne partie ne souhaite pas être dupe. Tout cela rappelle le "Nous sommes tous américains" du Monde, ce même journal qui appellera, par la plume de Bruckstein entre autres, à la guerre en Irak. On a aussi beaucoup entendu critiquer la France, incapable de foutre, elle, un président noir à son pouvoir. Là encore, cela rappelle beaucoup d’éditorialistes qui fustigeaient la France rétrograde, incapable de suivre le modèle américain des retraites en fonds de pension (avec les conséquences que l’on sait à présent). Ou même le concept de "France Rance" par Sollers au moment de la guerre en Irak de 2003, où le plumitif regrettait que son pays ne fasse pas montre, comme les E-U, d’un peu plus de "virilité" : un million de morts, c’est pour Sollers la seule façon qu’a un pays de ne pas passer pour une tapette.
Pour conclure : méfions-nous du produit sexy et soi-disant multiculturaliste qu’on essaye de nous vendre à tout crin : c’est de la camelote."
 
La démonstration de l’auteur n’était d’ailleurs pas totalement fausse : le peuple américain voulait réellement croire qu’Obama serait le sauveur. Sans se rendre compte qu’il faisait tout autant partie que les autres de l’oligarchie étasunienne. Et qu’après le fiasco Bush (fiasco en apparence car pour les élites, Bush avait parfaitement rempli sa mission), il convenait d’apaiser le peuple avec ce que toutes les apparences donnaient comme un anti-Bush. Le problème c’est qu’il ne s’agissait justement que d’apparences. Dans le fond rien n’avait changé, Obama plaçait d’anciens dirigeants de Goldman Sachs aux plus hauts postes du Trésor (imaginez, c’est comme si en France on avait mis à la tête de notre ministère de la santé une femme qui aurait été douze années au service de l’industrie pharmaceutique...), il poursuivait les guerres néo-cons et même les intensifiait, sa réforme de l’assurance maladie était un fiasco complet (on se demande d’ailleurs s’il n’a pas tout fait pour), les banques de Wall Street mettaient en place une nouvelle bulle financière et explosaient les records de bonus (jusqu’au prochain sauvetage, si c’est encore possible). Bref la première année d’Obama fut un désastre à tous les points de vue (sauf celui des nantis).
 
Mais Obama peut faire encore mieux que son prédécesseur. Comment en effet ne pas voir que petit à petit se constitue autour du Vénézuela une véritable toile d’araignée, qui n’attend que le moment où le président bolivarien fera l’erreur fatale (ou plutôt le moment où aura été mis en place un prétexte fallacieux pour envahir le pays, avec l’aide de la bonne droite collabo-putschiste du Vénézuela, et l’essentiel de la sphère médiatique internationale) ? On imagine déjà ce que dira Obama pour justifier l’invasion. "Le Venezuela est un pays frère, que nous nous devons d’aider dans cette période difficile. Il est également impossible pour l’économie américaine de supporter que son principal fournisseur en pétrole sombre dans le chaos." Hop ! Pliez la baraque ! Adieu Chavez ! Vive le FMI, les multinationales et les patrons collabos ! Les pauvres peuvent de nouveau crever la gueule ouverte.
Fantasme "anti-américaniste primaire"(sic) ?
Sept bases militaires étasuniennes viennent d’être installées dans l’état-caniche voisin, la Colombie. Elles s’ajoutent aux deux bases panaméennes Punta Coca et Bahia Piña, aux divers "Postes d’opération avancés" dont deux installés tout près des côtes vénézueliennes, sur les îles néerlandaises d’Aruba et de Curaçao (cf. l’article de Maurice Lemoine, "Basus belli" dans le Monde Diplo de février). La IVe flotte américaine a été réactivée et rode dans les parages. Sans compter les récents renforts installés à Haïti sous couvert d’aide humanitaire (qui franchement peut croire cette baliverne, de la part de l’état le plus dangereux et machiavélique depuis près de soixante ans ?).
La seule question n’est donc pas de savoir si cela va avoir lieu (tout est déjà en place) mais quand ? Et la grande inconnue reste le Brésil. Mais d’ici là, peut-être qu’un bon gouvernement de droite comme les aiment Libé ou Le Monde aura remplacé Lula. Alors, plus rien n’arrêtera ce bon Obama dans sa quête pour la liberté et la démocratie au Vénézuela.
 
 


69 réactions


  • pecqror pecqror 22 février 2010 10:47

    Sans compter son soi-disant plan pour « l’environnement » un vrai cadeau pour les banquiers et autres boursicoteur. 


  • Pyrathome pyralene 22 février 2010 11:25

    Les yankees ne supportent pas qu’une vraie démocratie s’installe au pied de sa porte....


    • le naif le naif 22 février 2010 15:51


      @ Calmos

      J’ai pensé naïvement que le comité Nobel l’avait décoré préventivement pour en quelque sorte, lui « lier » les mains afin qu’il ne se lance pas dans de nouvelles aventures hasardeuses genre guerre en Iran, Cela ne l’a pas empêcher d’envoyer dans la foulée 30 000 hommes de plus en Afghanistan.....

      Un prix Nobel en titre menant une nouvelle guerres, on n’arrête pas le progrès !!!


    • dom y loulou dom 23 février 2010 21:46


      @frère bagnolle

      vous vous gardez bien de nous dire ce que vous pensez de cette phrase mono-neuronale... n’en dites rien... on avait compris, vous avez été assez explicite sur d’autres fils.

      c’est effectivement l’argument affligeant qui est utilisé dans les merdias americains dès que le GOUVERNEMENT Obama est critiqué... qué gouvernement... cette bande d’assassins et de pilleurs de wall street.


  • ELCHETORIX 22 février 2010 12:07

    Bonjour l’auteur
    encore un bon article sur la situation géopolitique en Amérique Latine .
    L’ Empire US , pas les peuples Etats-Uniens , avance ses « pions » pour son plan Machiavélique « de domination économique et politique , d’abord dans son » pré-carré « , car pour l’IRAN , pour le moment c’est un très gros » morceau « , encore que son » bras armé « Israél » agisse avec la bénédiction du soutient financier de l’ UE , autre vassal des US, mais là , il y a la CHINE et la RUSSIE qui commercent avec
    l ’ IRAN .
    Concernant le VENEZUELA , Hugo Chavez aurait le soutient de la RUSSIE , car la flotte RUSSE n’est pas loin , mais que feraient ces banquiers de WALL-STREET pour continuer à se « gaver » en finances sur le dos des états en guerre comme pour les 2 guerres mondiales !
    Cordialement .
    RA .


    • miwari miwari 22 février 2010 18:40

      « L’ Empire US , pas les peuples Etats-Uniens... »

      Désolé Elchetorix, mais j’inclus le peuple Etats-Uniens, ils sont eux aussi a blâmer si ce n’est plus que leurs dirigeants, ces « gros » alimentés par MacDo et consorts, ne pensant qu’a leurs bien-êtres même si c’est aux dépens d’autres nations, ce peuple la n’a rien d’innocents.


    • ELCHETORIX 22 février 2010 18:55

      oui et non minawi , disons qu’une grande partie de ces peuples est « lobotomisée » par leurs médias et la publicité omniprésente , mais un pourcentage de ceux-ci , disons , l’ Américain moyen de la classe supérieure ne veut pas remettre en question leur mode de vie à « l’américaine » , càd dépenser et emprunter sans compter .
      Mais la crise financière et économique , avec le renflouement de ces banques va être payé par les impôts qui vont toucher durement ces classes moyennes .
      Un contribuable mécontent aurait «  crasché » son petit avion sur un bâtiment du fisc d’un des états US.
      RA .


    • Defrance Defrance 22 février 2010 20:35

      La démocratie n’existe plus aux USA ! ils sont travaillés par la presse des la naissance, j’ai même rencontrés certains texans dans ma vie professionnelle qui étaient capable de confondre le plan de paris avec la carte de France ! ce n’est pas une blague, on etait morts de rire dans le bureau !


    • Jean-paul 23 février 2010 04:14

      @ miwari
      Et que pensez vous du peuple francais ,bien individualiste qui aime son bien etre et se goinfre lui aussi de Mc Do .


  • wesson wesson 22 février 2010 12:12

    Bonjour l’auteur,
    Effectivement c’est bien vu. Concernant Haiti, effectivement on se demande un petit peu ce que viennent foutre des portes avions et des bâtiments spécialisés dans la guerre .... Comme justement Chavez l’as très bien vu et dit : Cuba envoie 200 médecins et les US envoient 10000 soldats...

    Sur un plan plus large je crois que les US ont un besoin primordial de passer en économie de guerre, ne serait-ce que pour calmer une situation sociale intérieure qui se dégrade rapidement. Il leur faut donc trouver un nouvel endroit pour guerroyer, mais sans trop de risques non plus.

    L’Iran est un objectif très difficile. Il sont nombreux et ça fait 30 ans qu’ils s’attendent à se faire attaquer. Ils ont tout enterré et poussé leur pions partout dans la région, de fait que c’est un merdier assuré ou les usa pourraient tout perdre. Alors peut-être que le Venezuela serait un excellent objectif secondaire, plus à la portée de l’armée US, et qui leur permettrait de rasseoir leur domination sur l’Amérique du Sud pour 50 ans de mieux.

    ....


    • titi 22 février 2010 13:22

      « viennent foutre des portes avions et des bâtiments spécialisés dans la guerre »
      La même chose que le « Mistral » (http://www.netmarine.net/bat/tcd/mistral/caracter.htm)
      en le « Foudre » (http://www.netmarine.net/bat/tcd/foudre/caracter.htm) envoyés par la France lors de la dernière guerre au Liban.
      Le « Mistral » étant à ce jour le second plus gros navire de la Royale après le CDG et serait répertorié dans les autres marines en tant que « porte hélicoptère d’assaut ».

      Que vous le vouliez ou non seules les armées ont les moyens logistiques de faire de l’humanitaire...
      Qui plus est vous oubliez completement le role de la marine US lors du Tsunami de 2004, qui est pourtant la démonstration de vos fantasmes.
      Là encore il y a eu débauche de bateaux de guerre en tous genres. Mais sauf erreur de ma part ni l’Indonésie, ni la Thailande n’ont été envahis... Et heureusement que la marine US était là ... l’armée US a déployé plus de 15 000 hommes là ou la France a envoyé 100 spécialistes et 3 bateaux...


    • wesson wesson 22 février 2010 18:18

      Bonjour titi,

      "Que vous le vouliez ou non seules les armées ont les moyens logistiques de faire de l’humanitaire..."

      Ben voyons : Le croiseur USS Normandy (lanceur de missile Ticonderoga), le contre-torpilleur USS Higgins, la frégate USS Underwood, le garde-côte USS Grasp, voilà une bien étrange manière de faire de l’humanitaire.

      Ma parole titi, vous êtes resté un peu trop longtemps en Israël pour croire à ce genre de fable ...


    • titi 22 février 2010 19:30

      Bah alors en appliquant exactement le même raisonnement, celà veut dire qu’avec le FSS Mistral (porte hélicoptère d’assaut), les FSS Foudre et Sirroco (transports de chalands de débarquement), le FSS Jean de Vienne (Frégate de lutte anti sous marine), le FSS Jean Bart (Frégate anti aérienne) la France envisageait donc clairement l’invasion du Liban en 2003.

      Bah alors là, merci de nous montrer la vérité.

      Plus sérieusement arrêtez vos délires.


    • cimonie raoul 22 février 2010 20:24

      En fait, la marine américaine était en manoeuvre au large de Haiti lorsqu’a eu lieu le tremblement de terre ; version officielle à partir de laquelle pas mal d’hypotheses plus ou moins farfelues ont été montées, certaines allant même jusqu’à soupçonner l’armée américaine d’avoir provoqué ce tremblement.


    • wesson wesson 23 février 2010 00:41

      "Bah alors en appliquant exactement le même raisonnement, [...] la France envisageait donc clairement l’invasion du Liban en 2003."

      Explication alléchante, mais le diable est dans le détail !

      Je n’ai cité que quelques uns des bateaux américains envoyés, il y a une bonne douzaine de bateaux de guerre de plus que je n’ai pas cité, sans oublier le navire hôpital USNS comfort, arrivé à la rame une bonne semaine après les autres...

      ça plus toutes les bases terrestres que les USA déploient autour du Venezuela et dont l’auteur a parlé, ça en fait pas mal de coïncidences.

      Et pour faire un parallèle à votre métaphore, si la France venait faire des ronds dans l’eau au large de Gaza avec une vingtaine de bâtiment de guerre dont un porte avion nucléaire, j’ai bien peur que la justification humanitaire ne suffise que très moyennement à Israël, et pourtant les Gazaouis en ont au moins autant besoin que les haïtiens ...


    • wesson wesson 23 février 2010 01:17

      Bonsoir Raoul,
      "En fait, la marine américaine était en manoeuvre au large de Haiti lorsqu’a eu lieu le tremblement de terre"

      Ben oui, il passaient là par hasard lorsque la terre a tremblé !

      Une chance que je vous dit !


    • titi 23 février 2010 08:04

      Maintentant si vour prenez une carte, et que vous ne la centrée pas sur la France (c’est une très mauvaise habitude), mais sur Haiti, vous constaterez :
      - Que la base navale américaine de Guantanamo est située à moins de 200 km d’Haiti.
      - Que la floride est à moins de 2000 km.
      - Et que de l’autre coté, Porto Rico est à moins de 1000 km

      Haiti c’est la banlieue des Etats Unis.
      Si les EU sont capable d’envoyer 15000 hommes en Indonésie après le tsunami de 2004 en moins de 2 semaines, je pense qu’ils sont capables d’en envoyé 10000 à Haiti en moins de 48 heures, sans pour autant qu’un vaste complot judéo-maçoniquo-financo-patrono-impérialiste soit en court...


  • furio furio 22 février 2010 12:15

    les états-unis ne sont pas une démocratie. Le pouvoir a depuis des lustres été confisquée par les grandes entreprises, les sectes. Le président est une marionnette qui fonctionne avec un doigt dans le c.. voire la main. Ce pays pratique une politique impérialiste abjecte et génocidaire.


  • finael finael 22 février 2010 12:19

    Il y presque 3 ans on nous avait prédit sur ce site la guerre avec l’Iran,

    Dernièrement on nous sussurait une guerre avec la Chine.

    Alors je prends les paris !

    Ce qui ne veut pas dire que je ne suis pas d’accord avec l’auteur sur la politique américaine vis à vis de leur « chasse gardée » sud-américaine. Mais les U.S.A. ont - malheureusement - bien d’autres moyens d’intervenir.


    • Disjecta Disjecta 22 février 2010 15:03

      @ finael

      Je n’écris pas cet article pour pouvoir dire dans six mois : « Ah ah ! Je l’avais bien dit ! » Combien au contraire je souhaite qu’aucune guerre, ni en Iran, ni au Venezuela, ne se produise. Disons que cet article a surtout pour ambition de dire que, Bush ou Obama, les US demeurent extrêmement dangereux et qu’il ne faut surtout pas se laisser endormir par la petite musique atlantiste des « grands » médias.
      Ceci dit, il est difficile de croire que les moyens actuellement mobilisés par l’armée US en Amérique du Sud soient là pour le décorum.
      Cependant, je partage l’avis de parkway. La simple mobilisation de ces énormes moyens est déjà en soi une première victoire pour le lobby de l’armement.


  • Abraracoutrix 22 février 2010 12:30

    N’ayez pas peur
    Ils roulent les mécaniques, font briller les cuivres et les canons, mais ils sont foutus. N’ayez pas peur. Les Vietnamiens, ces « va-nu-pieds » qui avaient pour chaussures des morceaux de pneus bricolés, des Kalachnicovs contre des missiles, les ont mis à la porte de leur pays avec un grand coup de pied au cul. Les Afghans feront la même chose - j’ai écris les Afghans, pas les Talibans, car la resistance ancestrale du peuple afghan, à l’envahisseur va se repeter. L’Iran est en embuscade. La Chine accumule dans ses banques les créances Yankees. Alors il ne leur reste que leur pantalonades .


    • titi 22 février 2010 13:09

      « Les Vietnamiens, ces »va-nu-pieds« qui avaient pour chaussures des morceaux de pneus bricolés, des Kalachnicovs contre des missiles »

      Euh... il semble que vous avez de sérieuses lacunes en histoires...


    • casp casp 22 février 2010 21:55

      N’éspérons pas trop fort...
      Car le jour ou les E.U s’effondre, l’Europe suivra...
      Et malgré tout le mal que vous pensez des Etats unis, c’est aussi un grand pays, remplis aussi de gens cultivé, de grande idéologie pacifiste, humaniste etc

      Vous ne regardez que le coté sombre... regardez aussi le coté blanc, il est de loin aussi fascinant que l’autre.

      Vous détestez les US mais ils ne sont que le reflet des pays européens dans leur jeunesse.

      Moi personellement j’aimerai que les US arrivent à maturité en conservant leur leadership. Car je pense que l’humanité n’as pas le temps de changer de leader. il est prioritaire de résoudre les gros problème de pollution, de biodiversité, et de justice social.

      Ceci ne peux se passer que dans un climat apaisé. Espérer la mort de l’empire, même si je peux comprendre cette envie, est à mon avis suicidaire.

      Mieux vaux espérer que l’empire s’améliore...


    • titi 23 février 2010 09:39

      « Vous détestez les US mais ils ne sont que le reflet des pays européens dans leur jeunesse »

      Je pense au contraire que les US sont le devenir de l’Europe.

      Si l’on regarde l’évolution des pays européens, on ne peut que constater l’américanisation du mode de vie.
      Les problèmes éthniques et la ghettoisation...
      La rurbanisation des centres urbains, et la boboisation des hypercentres...
      Les modes de consommation...
      La « communication prudente » (ne pas appelé un chat, un chat)...
      La culture 0 risque (le café chaud ca brûûûûûle => il faut le marquer sur le gobelet ) ...
      La judiciarisation de la vie publique...

      C’est l’amérique d’il y a 30 ans. Voire 40...

      Regardez « ma socière bien aimée »...
      Le couple « ordinaire » à qui il arrive qq chose de pas ordinaire. Observez leur mode de vie : une villa, une voiture, la télé et la cuisine intégrée, une enfant unique.
      Cette série a 40 ans. Pendant ce temps en France c’était chiottes sur le pallier ou au mieux « cabane au fond du jardin »... pour ceux qui n’avait pas la « chance » de vivre dans de « grands ensembles modernes ».

      La France de maintenant ressemble furieusement à l’amérique d’il y a 40 ans...




  • titi 22 février 2010 13:08

    Les USA envahiraient le Vénézuela et s’y embourberaient.

    Mais il y a un mois ils devaient envahir l’Iran ?? Il y’a 6 mois le Pakistan. Alors ils envahissent qui et où finalement ?

    Alors même qu’Ils s’embourbent en Afghanistan de « facon définitive ».
    Et qu’ils devaient s’embourber de « facon définitive » en Irak il y a deux ans.

    A force de crier au loup...


    • Disjecta Disjecta 22 février 2010 21:55

      Vraiment Titi ? On commence la liste des pays où les US ont pratiqué depuis soixante ans une politique « d’ingérence » (pour rester poli). Où le nombre de massacres et de guerres plus ou moins larvées vous rebute d’avance ?


    • Jean-paul 23 février 2010 04:44


      @ l’auteur
      Et la politique d’indigerence de la France ( et je suis poli ) ?
      Il faut aussi savoir d’abord balayer devant sa porte .


    • titi 23 février 2010 08:10

      @Disjecta

      Désolé mais ce n’est pas la question...

      On nous annonce l’invasion imminente du Vénézuela.
      On nous a anoncé l’invasion imminente de l’Iran (certains à l’époque comme Morice allant même jusqu’à donner la date : 17 octobre 2007)
      On nous a annoncé l’invasion du Pakistan.

      Bref on nous annonce beaucoup trop d’invasions imminentes pour qu’elles restent crédibles.


  • Jean-paul 22 février 2010 13:15


    Beaucoup plus simple .
    Seul acheteur du petrole venezuelien les USA sont copains avec la Colombie qui n’aime pas Chavez .


    • finael finael 22 février 2010 13:56

      Oui, c’est exactement ce que je dis.

      LesU.S.A. ont bien d’autres armes pour maintenir « leur » ordre en amérique centrale et du sud.


  • Jean-paul 22 février 2010 13:19

    Lire l’article : du bon sauvage au bon revolutionnaire


    • latitude zéro 22 février 2010 15:39

      Face au Vénézuela , 500 000 soldats et mercenaires Colombiens, 7 bases US , plus une à Curaçao avec « l’accord » de la Hollande , etc...
      Sarkosy brade et se débarrasse de 40 chars leclerc à la Colombie.
      Une guerre secrète permanente se joue actuellement avec des infiltrations de mercenaires Colombiens par les frontières Andines.....

      L’armée Vénézuelienne : moins de la moitié en hommes, la plupart des F16 de l’ancien régime cannibalisés et cloués au sol faute de pièces que les US refusent d’exporter.
      Pareil pour la plupart du matériel de terre.

      Coté service secret, c’est guère mieux !
      Une grande candeur et un manque d’expérience règne au gouvernement de Chavez

      Le tableau est sombre.

      L’espoir est quand même là, avec l’aide entre autre de Cuba et de la Russie.
      Cuba , 50 D’EXPERIENCE dans les complots US, aide les services secrets Vénézuelien ainsi que les services d’immigration/douane.
      Militairement, Cuba envoie certains de ses meilleurs stratèges.
      Nul doute que les soldats Cubains seront présents en grand nombre au coté de leurs frères Vénézuéliens.
      1 sodat Cubain, qui fonctionne à l’idéologie ( les Cubains sont le peuple le plus politisé du monde), vaut 10 mercenaires Colombiens qui fonctionnent à la prime !

      La Russie fait crédit au Vénézuela de matériel militaire que Chavez a du se résoudre à acheter en réduisant le budget social... rageant !
      Achat d’avions Soukhoï , chars T90, missiles moyenne portée ( Chavez a prévenu qu’ils étaient très précis !!)

      Le peuple Vénézuelien est , à 80%, derrière sa révolution Bolivarienne .

      Ils seront prêts à se battre.

      L’alliance militaire de l’ALBA , sera aussi au coté du vénézuela.

      Encore un nouveau bourbier en persperctive pour ces « Yankees de merde » !!!

      "Allez vous faire foutre sales Yankee de merde, nous sommes un peuple digne. Nous sommes un peuple digne, sales Yankee de merde. Allez vous faire foutre cent fois. Nous sommes les enfants de Bolivar, nous sommes les enfants de Tupac Amaru."


  • ASINUS 22 février 2010 15:21

    bonjour , @ l auteur nous etions plusieurs à indiquer lors de son election que mr Obama n était pas un libertadore black mais un « civis americanus » un nouvel hadrien chargé de veiller au limes de l empire ,Fallon de la Navy a son ecoute hors Fallon qui passe pour un « pacifiste » parce qu il s’ oppose a une intervention contre l Iran ne s y oppose que parce que comme tout bon marin us il voit le pacifique « jaunir » et qu il veut que l on redefinnisse les priorité de la Navy , puisque l on parle Navy je suis comme Fingael je ne crois pas trop a une intervention us a venezuela « d autres moyenqs son t disponibles y comprit les » conneries« de chavez »mais il n est pas annodin que juste apres les premieres manoeuvres navales russe dont parles vilistia vers 2007/2008 je crois,il n est pas anodin que la marine us est reactivée ’ plutot recrée" la IV flotte us dont l aire stratégique serait les Caraibes avec son pc en Floride


  • fonzibrain fonzibrain 22 février 2010 15:51

    ce sont les USA qui vont se transformer en dictature militaire, c’est ce vers quoi ils tendent, rien qu’avecleur budget de 700 milliards de dollars, autat que le monde entier, nous sommes mal barrés et cela sans compter les armes spéciale , laser, haarp et compagnie, et nano technologie.


    nous sommes en 1936,ou 37, dans deux ou 3 ans, une méga guerre va projeter le monde vers ce NWO communistes privé que les fabiens nous préparent depuis 150 ans


  • Freebird 22 février 2010 15:55

    Au contraire, Chavez est indispensable aux américains : sa gestion du pays est tellement catastrophique qu’il est obligé de brader son pétrole pour continuer à payer l’armée et les fonctionnaires et donc se maintenir à la tête du pays. En somme, il est vraiment ce qu’on appelle un idiot utile.


    • Disjecta Disjecta 22 février 2010 18:40

      C’est donner de la confiture aux cochons, vilistia. Il suffit d’aller faire un tour sur le tableau de bord des commentaires de freebird pour constater la grande force intellectuelle de ses interventions. En quoi votre lien, qui démontre que le Venezuela n’a jamais été aussi bien portant que sous Chavez, peut-il l’intéresser ? Cela démonte toute sa petite propagande honteuse.


    • rastapopulo rastapopulo 22 février 2010 22:47

      La taux d’alphabétisation semble un concept vague pour certain...


    • Jean-paul 23 février 2010 04:12

      @ l’auteur
      Et votre propagande ,elle n’est pas honteuse parcequ’elle est pro Chavez .Quelle objectivite !


    • rastapopulo rastapopulo 23 février 2010 14:49

      (le taux d’alphabétisation) C’est pour les cochons apparemment ! Triste manière de voir.

      Quelle horreur un peuple qui soutient un gouvernement indépendant en pleine impérialisme privatisé !

      Il y en a même qui n’ont pas la décence de mourir non-instruit, un comble pour un mondialiste !

      Alors parler de propagande hahahaha la paille et la poutre oui !


  • AniKoreh AniKoreh 22 février 2010 16:44



    Une gestion (« catastrophique » ?) plébiscitée par la plus grande majorité des Vénézuéliens, ne vous en déplaise... !

    Tiens, Freebird, autre chose, dites-nous également quelque chose du malheur du peuple colombien, l’autre peuple bolivarien.. Dites-nous la « catastrophe » des charniers et des fosses communes ! Dites-nous un petit mot d’Uribe, des paramilitaires, des escadrons de la mort !! (allons, un petit qualificatif du même tonneau, bien senti, du genre « ignoble », ou « épouvantable »..)

    « Nous sommes les enfants de Bolivar, nous sommes les enfants de Tupac Amaru. »


    • Freebird 22 février 2010 17:06

      Comment peut-on savoir si les vénézuéliens plébiscitent Chavez étant donné qu’ils n’ont aucun moyen de s’exprimer ? Ce sont les chiffres fournis par le Vénézuela lui-même qui permettent de qualifier la gestion du pays par Chavez de « catastrophique ». Je ne dis pas que c’est le seul à mal gérer son pays, je ne dis même pas que c’est le pays le plus mal géré au monde, je dis simplement que Chavez a très mal géré son pays ; le fait qu’il soit l’idole d’une certaine gauche ne l’exclut pas d’une analyse critique. Et force est de constater qu’on est très loin du paradis socialiste annoncé, comme à Cuba d’ailleurs, mais avec l’excuse de l’embargo en moins (et des ressources naturelles que Cuba n’a jamais eu).


      Quant à la Colombie, je ne vois pas trop où vous voulez en venir ; oui, il y a une guerre civile et oui, une guerre civile, ce n’est pas joli à voir et ça fait des morts. Et après ? Critique Chavez n’implique pas automatiquement d’être un soutien absolu à Uribe ; sortez un peu de votre bac à sable.

  • AniKoreh AniKoreh 22 février 2010 17:36


    Freebird ne sait pas de quoi il parle.. Il ne se donne pas la peine non plus de lire les informations qui lui sont proposées (par vilistia), sans quoi son dernier commentaire s’évanouirait. Dois-je vous rappeler les dernières consultations populaires, les élections successives chaque fois remportées ? Elections placées sous le contrôle d’observateurs internationaux, comme il se doit, et dûment validées.

    « Quant à la Colombie » : si vous aviez un tant soit peu d’intérêt pour la question.. Bolivar était du Vénézuela. Son projet : la Grande Colombie. Il s’agit de peuples frères que l’on s’est acharné à séparer. Il est au contraire pertinent de s’intéresser à savoir pourquoi et, surtout , comment tout ceci ce fut possible. Et, dans cette machination de la Violencia contre le peuple colombien, quels rôles ont joué / jouent les Uribe et ses prédécesseurs.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_Colombie


  • fonzibrain fonzibrain 22 février 2010 17:38

    oiseau tu es allé au vénezuéla pour dire ça «  Comment peut-on savoir si les vénézuéliens plébiscitent Chavez étant donné qu’ils n’ont aucun moyen de s’exprimer ? »


    moi j’y suis allé et tu es loin du compte, il y a certe des média aux ordres du pouvoir ( comme chez nous) mais il y a aussi bcp de média contre, et ils le disent fortement ( pas comme chez nous )


    tu m’expliques pourquoi tu dis que les média vénézuéliens ne sont pazs libres


    • titi 22 février 2010 19:41

      Exercice :
      Ouvrez ce lien :
      http://www.rsf.org/fr-classement1001-2009.html
      et cherchez « Vénézuela » dans le classement....

      (Une astuce commencez par la fin)
      Qu’en concluez vous sur le liberté des médias ?

      Autre exercice :
      Recherchez : Etats Unis...
      Recherchez : France

      Que constatez vous ? Amusant, non ?


    • Disjecta Disjecta 22 février 2010 21:25

      Un peu de sérieux Titi. Proposer RSF comme lien pour juger de la liberté médiatique d’un pays... On frôle le saugrenu.
      Je vous propose plutôt la Fabrication du consentement de Chomsky. Et puis ce petit lien :
      http://www.legrandsoir.info/La-face-cachee-de-Reporters-sans.html
      Juste pour donner une idée de la validité de vos sources aux autres lecteurs. Puisqu’il est totalement certain que vous n’aurez même pas la curiosité d’aller y jeter un coup d’oeil.


    • titi 23 février 2010 08:21

      Ouhaouhhh...

      Le « Grand Soir » !!! je cite « Journal Militant d’Information Alternative »

      Oulala... Ca sonne l’indépendance des sources...



  • frugeky 22 février 2010 18:48

    Bon alors la guerre encore et toujours en Asie lointaine ou en Amérique du Sud mais loin de chez nous, protégés que nous sommes par notre Union Eoropéenne.
    Vaut mieux de toute façon parce que c’est pas avec ce qu’il nous reste d’industries qu’on pourrait efficacement s’équiper.

    Paix au banquiers qui font tourner notre monde.


    • ELCHETORIX 22 février 2010 19:09

      Oui la paix des banques lorsqu’elles seront nationalisées et que le pouvoir de la création monétaire reviendra à l’état càd aux citoyens qui travaillent et aux autres , retraités élèves et autres .
      Oui , la paix sociale pour tous et non l’incertitude et le risque de guerres entretenus par ces hauts-financiers .
      Non au fascisme de l’économie ultra-libérale , et ce capitalisme fou qui paupérise le plus grand nombre des habitants de la planète .
      RA .


  • steve steve 22 février 2010 19:23

    Je me demandais justement où j’allais aller en vacances cet été ?

    Alors comme les prédictions d’avox sont systématiquement fausses, je vais aller au Venezuela.
    Peinard ... smiley ... smiley

  • La sentinelle La sentinelle 22 février 2010 19:26

    Bonjour

    Les USA feront comme d’habitude, une campagne d’intoxication du monde basée sur la peur et les menaces fantômes. Ensuite, créer une guérilla de toutes pieces pour saper le pays visé , entrainer le chaos , puis arriver en Zorro pour placer quelqu’un de chez eux. Les exemples ne manquent pas en Amérique du Sud. Faire grandir à grand renfort de dollars un opposant qui sera pour eux un sous marin est aussi dans leurs cordes.

    Ou plus rapide ,trouver un pretexte fallacieux pour diaboliser Chavez et justifier une intervention militaire ; Voyez ce qu’ils ont fait de plus récent en Irak en faisant le lien entre Saddam Hussein et Al qaida pourtant ennemis jurés.

    Il faut d’abord convaincre le peuple Américain du bien fondé de l’intervention ; Mais vous pouvez compter sur eux, ils ne sont pas à un Pearl Harbour près.

    Je ne sais pas si les USA vont s’en prendre à Chavez, mais s’ils le veulent, je ne vois pas grand chose qui pourrait les en empécher.


  • cmoy patou 22 février 2010 19:34

    Le Venezuela c’est pas ce pays qui a donné assistance à tous les dignitaires nazis recherchés pour crimes de guerre ?


  • cimonie raoul 22 février 2010 20:16

    Bonsoir,
    Pourquoi la reforme du système de santé voulue par Obama est-elle d’après vous un fiasco ?


  • Christoff_M Christoff_M 22 février 2010 22:41

    Après les missiles de Cuba, les missiles version Obama...

    Comment ne pas ignorer que le pouvoir américain, le plus grand prédateur mondial, l’Alien des nations, passe son temps à déclencher des guerres pour s’approprier les richesses des pays conquis, les tensions avec les chinois renforçant le coté belliqueux de la bête....

    Nettoyer la Yougoslavie, nettoyer la Palestine, reste l’Iran mais reste les Chinois et les Russes bien la et bien puissants pratiquant le pouvoir américain depuis longtemps..
    Difficile de placer un sbire atlantiste élu à coups de milliards américains comme en Angleterre, en France ou en Italie, pays vassaux depuis la fin de Chirac et la neutralisation de Villepin...

    Alors guerre d’Iran ou guerre contre Chavez, ce n’est pas le pays qui est gênant, mais le bonhomme, aprs avoir pillé les ressources de l’Irak, le besoin des mondialistes est de neutraliser Chavez et Ahmadinejad... les deux dernière bêtes noires des states, les chinois étant devenus les créanciers US....

    Vous verrez que la construction d’un nouvel aéroport et de structures militaires seront plus prioritaires en Haïti que le bien être ou les soins à la population... surtout si la Chine, la Russie continuent à interdire au pouvoir américain une petite guerre en Iran qu’Obama et ses éminences blanches appellent de tous leurs voeux !!


  • Christoff_M Christoff_M 22 février 2010 22:44

    Attention au pole Iran, Russie, Chine et de certains pays arabes qui est en train de se créer pour empêcher les states de jouer aux cow boys tirant à tout bout de champ, irresponsables et prétentieux...


  • Hijack Hijack 22 février 2010 23:13

    Obwana comme l’appellent à juste titre les « guignols » ... n’est là que pour laver plus blanc que blanc  ; pour laver les fabuleuses pitreries, crimes et mensonges de Bush.

    Le fait qu’il s’aligne, qu’il subit, cela se voit sur lui, il n’a pas l’air aussi épanoui que durant la campagne.
    Soit il change du tout au tout sa politique et il marquera l’histoire ... soit il ne sera qu’un simple tâche dans l’histoire ricaine.
    Pire, les racistes pourront tjrs dire qu’ils avaient raison.


  • rastapopulo rastapopulo 22 février 2010 23:17

    Il y a les familles des supers banquier et les familles des supers pétroliers.

    L’une possède les médias, l’autre les armées.

    Quand l’un fait un coup, l’autre le soutien.

    Puis l’inverse.

    Rockfeller’s et Rotschild’s forever ?


  • fifilafiloche fifilafiloche 23 février 2010 03:35

    Ah, la bonne vieille théorie du complot. Ca vous remplit une vie métro boulop dodo, on aurait presque l impression de vivre une aventure romanesque à la Che Guévara, un fils de la bonne bourgeoisie argentine ayant eu du mal à terminer sa crise d adolescence.


    Malheureusement, la réalité vénézuelienne n’a rien d’enviable. Chaque jour, ce pays béni des Dieux, aussi bien pour sa richesse géologique que pour son climat et sa diversité paysagère, s"’enfonce de plus en plus dans les marécages du populisme et de la corruption. Comment expliquer qu’un exportateur d’énergie fossile soit obligé d’imposer des rationnements d’électricité à sa population. Pourquoi le pays doit il importer des médecins (qui ont un niveau d infirmier) de Cuba ? Pourquoi un état se voulant social génére t il une violence aussi folle...

    Tout comme Cuba, le Vénézuela est un généreux fournisseur de candidats et candidates à l exile, fatigués de vivre en état de stress permanent, que ce soit au niveau économique que sécuritaire.

    Les pays du Golfe ont réussi à faire bénéficier leur population d un niveau de confort social élevé grâce aux revenus du pétrole, et ont peu à peu diversifié leurs sources de revenus. Rien de tout cela au Vénézuela. 85% des revenus proviennent d’une monoindustrie pétrolière dont on sait connait tous la durée de vie limitée.

     L essence gratuite provoque une micro pollution locale, le litre d essence étant 5 fois moins cher que le litre d’eau. Les infrastructures routières nationalisées se dégradent à grande vitesse (j y ai laissé quelques pneus). Dengue et Malaria font tous les ans plus de victimes. Les exploitations aurifères dénaturent des rivières entières en réserves indigènes, teintées au Mercure. Les plages de sable blanc ressemblent à des mosaiques, parsemées de sacs plastiques de toutes les couleurs. Les complexes touristiques financés à coups de petro dollars restent desespérément vides.

    En résumé, je n ai pas rencontré de Vénéeuélien heureux là bas. Le ton est au pessimisme, chacun essayant de survivre comme il peut dans un contexte de chômage explosif.

    Concernant les bases américaines en Colombie, elles semble faire du bon travail, puisque les narco traficants semblent perdre du terrain au fur et à mesure que l armée colombienne se forme aux techniques américaines. Si la Colombie voulait détruire son voisin, rien ne lui serait plus facile. Il suffirait de déclencher un embargo agricole. 70% de la nourriture au Vénézuela vient de Colombie.

    J invite nos révolutionnaires en culottes courtes à joindre leurs actes à leurs paroles, et à aller vivre leurs rèves d aventure en terres bolivarienne. Je doute qu ils ne tiennent plus d un an sans une aide financière externe. Ils auront cependant là bas de quoi nourrir leur paranoia avec des dangers bien réels, leur vie ou leur mort n émeuvra personne là bas.

  • Jean-paul 23 février 2010 05:02


    fifilafiloche
    Tout a fait d’accord avec vous ,mais l’auteur et certains lecteurs ( revolutionnaires bien tranquilles en France devant leur ecran ,ne connaissant le Venezuela qu’a a travers d’internet et encore choisissant leurs informations ) vont encore crier a la propagande honteuse .
    Exact ,les Venezueliens en ont marre des coupures de courant d’electricite, tres connues chez les Cubains.
    Bizarre aucun d’entre eux decide d’aller visiter ce pays,je sais il faut parler espagnol la bas ce sont seulement des gringos facile a voler ou a kidnapper .Ah ! La revolution virtuelle sans sortir de chez soi .Quel pied !Hasta la victoria siempre ,cette phrase les fait se sentir revolutionnaire .
    Et sans doute un tee shirt du Che .
    Pour les medecins cubains qui vont au Venezuela .leur famille reste a Cuba sans visa pour sortir au cas ils auraient l’idee de fuir le pays .


    • rastapopulo rastapopulo 23 février 2010 15:27

      Ce pourrait t’il que ce soit plus complexe que ça, que genre « avant tout allait bien » ?

      Oserais-je émettre l’hypothèse que venant de très loin et avec nombre d’attentats, reflet des pressions extérieurs et intérieurs subi par le Venezuela, détacher le pétrole d’une sphère d’influence mondialiste ne soit pas une sinécure ?

      Suis je autre chose qu’une merde pour prendre en compte aussi le désastre des politiques précédentes ?

      Tant de mystère..., sauvez nous hahahaha

      J’aime bien rappeler que vous êtes les tenants d’un système du court terme et que vous noyer littéralement l’avenir sous les dettes (bien pratiques pour les banquiers comme par hasard) depuis 30 ans !

      Enfin, votre grandeur ne peut quand même pas s’attarder sur le Che et s’apercevoir qu’il est le produit de l’école que vous défendez :

      Le colonel Jacobo Arbez Guzman est élu président du Guatemala en 1950. C’est un modéré pragmatique, soucieux de développer le potentiel économique de son pays et d’en améliorer les conditions. Pour faire une histoire courte, Arbenz a l’idée d’acheter à United Fruit les énormes terres non cultivées que celle-ci possède au pays. Devant le refus du géant américain, une loi est promulguée, permettant aux paysans de faire l’acquisition des terres laissées à l’abandon par les grandes sociétés agricoles. Le problème est que la United Fruit a absolument besoin de ces terres pour s’assurer le contrôle de la production et éviter toute concurrence, ce qui lui permet de fixer les prix. Que les paysans crèvent de faim en regardant des champs où rien n’est planté ne fait pas partie de l’équation. United Fruit et Wall Street d’un côté, et le peuple du Guatemala et son gouvernement de l’autre, sont désormais à couteaux tirés. Mais l’empire du fruit possède une arme de persuasion massive.

      Bernays est chargé d’une campagne de salissage dans les médias américains au cours de laquelle le gouvernement guatemaltèque est qualifié de communiste et ses mesures en faveur des paysans sont montrées comme autant de preuves de la terrible influence de l’ogre soviétique, en pleine sphère d’influence états-unienne, dans la propre cour de l’Oncle Sam (le terme bidonnant backyard).

      Le public lui-même finit par réclamer une intervention et l’armée Impérialiste arme et organise un coup d’état en 1954. Les fils de presse occidentaux annoncent triomphalement la bonne nouvelle de la libération du pays. Ces textes sortent directement du bureau d’Edward Bernays, renseigné heure après heure par son réseau d’espions et d’agents, mi-United Fruit, mi-CIA, infestant la capitale Guatemala Ciudad.

      Une junte militaire remplace le gouvernement démocratique, qui règne depuis sur le pays, en collaboration harmonieuse avec United Fruit et ses subséquentes incarnations, qui a repris tous ses droits. Il a malheureusement fallu exécuter, violer, torturer et emprisonner quelques centaines de milliers de personnes, mais c’est le prix à payer pour vivre dans un monde libre et sécuritaire.

      Ironie incroyable

      Petit sous produit rigolo et inattendu de ce coup d’état, un jeune homme séjournait chez des potes au moment de la prise de la capitale. Ce jeune médecin beatnik, jusqu’à ce jour plutôt buveur, coureur de jupons et ennuyé par la politique, a été tellement sidéré par les évenements que sa vie a changé radicalement par la suite. Il s’appelait Ernesto Guevara Lynch de la Cerna.

      texte trop long pour certaine personne :
      http://mccomber.blogspot.com/search?q=guatemala


  • Jean-paul 23 février 2010 18:54

    Combien de Cubains ton idole Le Che a fait fusiller ?Pour un medecin defendant la vie .......


    • rastapopulo rastapopulo 23 février 2010 20:24

      Mais en quoi ce serait mon idole...

      J’explique simplement qu’il a été à bonne école et que les crimes de la CIA et des multinational précède sa révolte.

      Je peux savoir c’est quoi le problème de rappeler un contexte historique ?


  • boris boris 24 février 2010 22:26

    Hasta la victoria sempré !


Réagir