mercredi 16 juillet 2014 - par Jean Keim

La mort est une amie

La pensée ne peut connaître la mort amicale.

Quand nous envisageons la mort, ce n'est pas d'elle dont il est question mais de ce que nous pensons ou croyons savoir sur elle.

La mort se manifeste intimement tout au long de notre existence mais nous l'ignorons habituellement et la repoussons sans oser l’affronter en face.

Il y a la mort physique qui est un changement d'état, quelque chose était là, l’énergie de la vie animait le corps et puis subitement cela n'est plus, le corps est inerte, sans la vie. De cette mort nous ne savons rien, ayons l’intégrité de ne rien envisager, ni imaginer, la seule certitude est que nous avons tous rendez-vous avec elle. Ceux qui décrivent une expérience proche de la mort, ont effectivement vécu un événement et relatent par la suite l'expérience, c'est à dire ce que leur cerveau a perçu et leur mémoire a enregistré ; tout cela constitue un fait qui n'est pas la mort physique : le changement définitif dont nous ne pouvons pas revenir et témoigner. Néanmoins si un tel retour s'est déjà effectivement produit ou devait se produire, le revenant ne sera pas identique en tant que "moi, je" et cela n'est plus la mort mais un autre changement d'état.

Nous assimilons à la mort tout ce qui constitue un préalable ou l'accompagne, l'accident, la maladie, la souffrance physique et morale, la sénescence, l’affliction, la peur de perdre un être cher, notre propre peur face à la mort et à la solitude, le décorum civil et/ou religieux qui suit le décès, tout cela n'est pas la mort, ce n'est pas le changement d'état évoqué supra, la pensée ne peut s'emparer de la mort pas plus qu'elle ne peut accéder à l'inconnu. La mort est un ajustement qui échappe au temps.

La mort ne se manifeste pas uniquement comme le point final d'une vie ici bas mais elle est cette compagne familière qui nous invite à mettre un terme à tout événement gardé émotionnellement dans notre mémoire, une situation douloureuse ou flatteuse, une satisfaction intense ou une déception cruelle laissent des souvenirs, il y a l'événement en soi et il y a tout ce que la pensée vient rajouter par dessus comme le chagrin, les regrets, le désir, la jalousie ou la peur.

La mort est ni juste ni injuste, la mort "est" tout simplement et sans elle la vie n'aurait pas le même sens, la mort invite au renouveau, l'arbre en hiver perd ses feuilles et au printemps retrouve une autre parure, ce n'est pas la même parure et ce n'est plus le même arbre.

Une vie humaine est comme une goutte d’eau sortie de son élément. Un être cher est parti, il participe toujours au mystère de la vie car la vie ne connaît ni commencement, ni fin.

La mort est le suprême cadeau de la vie.

La mort est une amie.



35 réactions


  • Furax Furax 16 juillet 2014 11:52

    Dès les premières phrases de votre article, la musique et les mots du poète m’ont submergés :
    http://www.youtube.com/watch?v=ebeibrd0J58&feature=kp
    resourcez vous dans le monde d’avant Voice, la Nouvelle syar etc.
     smiley


    • 65beve 65beve 16 juillet 2014 22:16

      Bonsoir Furax,Le pessimiste Baudelaire voyait la mort sous un bon angle si je puis dire :


      La mort des amants.

      Nous aurons des lits pleins d’odeurs légères,
      Des divans profonds comme des tombeaux,
      Et d’étranges fleurs sur des étagères,
      Ecloses pour nous sous des cieux plus beaux.

      Usant à l’envi leurs chaleurs dernières,
      Nos deux coeurs seront deux vastes flambeaux,
      Qui réfléchiront leurs doubles lumières
      Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux.

      Un soir fait de rose et de bleu mystique,
      Nous échangerons un éclair unique,
      Comme un long sanglot, tout chargé d’adieux ;

      Et plus tard un Ange, entr’ouvrant les portes,
      Viendra ranimer, fidèle et joyeux,
      Les miroirs ternis et les flammes mortes.

      cdlt


  • Robert GIL ROBERT GIL 16 juillet 2014 11:54

    comme de partout c’est le bizness qui c’est greffé dessus qui est malsain.

    voir : LA MORT A TOUT PRIX


  • Gabriel Gabriel 16 juillet 2014 12:13

    Ne craignez pas la mort mais restez sur terre le plus longtemps possible car ce que vous avez entrepris de bon ici, vous sera favorable dans l’ailleurs...


  • chapoutier 16 juillet 2014 12:21

    puisque la mort est votre amie, embrassez la de ma part


  • Tall 16 juillet 2014 12:39

    La mort est le suprême cadeau de la vie.


    J’aurais bien répondu quelque chose, mais comme l’auteur s’est sûrement suicidé pour avoir son cadeau ...

  • Crab2 16 juillet 2014 13:10

    La mort supprime toutes les sensations, il n’y a rien à craindre de la mort !

    Suites

    http://laiciteetsociete.hautetfort.com/la-mort-n-est-rien-pour-nous-epicure/


    • epicure 16 juillet 2014 20:58

      zut grillé !

      j’ai pensé à ce texte en lisant l’article. smiley

      La meilleure description de la mort d’un point de vu matérialiste que j’ai lu.


    • 65beve 65beve 16 juillet 2014 23:09

      Crab2


      y’a Épicure qui vient vous réclamer des droits d’auteurs.



  • ahtupic ahtupic 16 juillet 2014 13:18

    Crab, vous avez déjà mouru ???


  • ahtupic ahtupic 16 juillet 2014 13:28

    Nouvelle version d’AV, une plus merdique. Normal, chaque fois qu’on améliore en informatique, le service se dégrade. Plus moyen de REAGIR aux messages. Je ne sais pas si d’autres ont ce problème.


  • Duke77 Duke77 16 juillet 2014 13:30

    Bonjour, dès le second paragraphe, l’auteur montre qu’il maîtrise très mal son sujet. Au sujet des expérienceurs de « mort imminente » :« (ils) ont effectivement vécu un événement et relatent par la suite l’expérience, c’est à dire ce que leur cerveau a perçu... ». C’est totalement faux, l’activité cérébrale s’arrêtant une trentaine de se ondes après un arrêt cardiaque, beaucoup n’ont pas pu « percevoir » avec leur cerveau !

    C’est même la base du problème quand on étudie les NDE aujourd’hui !
    Cf. Google : Dr Jean Jacques CHARBONNIER, le cas de Pamela Retnolds etc...
    Bref, je n’ai pas terminé, l’auteur devrait se mettre à la page !

    • epicure 16 juillet 2014 21:02

      A partir du moment où les neurones en sont pas morts, ce n’est pas vraiment la mort.


    • Duke77 Duke77 17 juillet 2014 10:56

      Intéressant, on a un prix Nobel de médecine ici apparemment...
      Je vais suivre ton raisonnement : « le moment où les neurones sont morts » ; c’est quand exactement ? Quand il sont en apoxie(absence d’oxygène) et que leurs molécules commencent à changer (début de la nécrose) ? Quand ils sont en été de putréfaction avancé ? Quand ils sont devenus poussière ? Non, parce que pour la science, à l’heure actuel : c’est bien défini : un neurone losqu’il est actif génère des ondes électromagnétiques que l’on sait mesurer. Donc est-ce qu’un neurone est mort quand il est sans aucune activité ? C’est comme cela que l’on défini la mort clinique pour le moment : du constat de l’électro-encéphalogramme plat sur une certaine durée.
      Laisse-moi deviner, tu penses que l’on peut déclarer un neurone mort que lorsqu’il ne peut plus fonctionner à nouveau ? Mais comment définis-tu ce moment ? Peut-être q’un jour, on saura régénérer un neurone que l’on pense trop détérioré aujourd’hui ? Après tout les cellules ne sont que des machines miniatures avec des processus bien défini à l’intérieur de leur noyau etc... Si tu réfléchis bien, qu’un neurone soit inactif et puisse être réactivé ou qu’ils soit définitivement HS ne change rien au résultat : les informations ne sont plus transmises d’une zone à l’autre du cerveau et c’est bien ces échanges qui nous permettent de percevoir, mémoriser etc.
      Eh bien c’est justement le cas de Pamela Reynolds dont le cerveau a été vidé de son sang pour les besoins d’une opération. Sans sang, les neurones NE PEUVENT PAS fonctionner. C’est chimique, c’est comme ça : pas de sang, pas d’apports pour générer les impulsions électrochimiques pour le neurone. Je te laisse explorer cette idée si tu souhaites avoir autre chose que des idées pré-conçues sur le sujet, écoute notament les interviews du Docteur Charbonnier, lis les travaux du Dr Lommé etc... Ton argument étant celui mille fois entendu lors de débats sur le sujet...par des gens qui croient penser par eux-même, mais qui ne font que répéter le point de vue matérialiste apris à l’école ou la TV dans notre coin du monde.
      Cet argument est, en outre, totalement faux car il supposerait que c’est un neurone qui contient la capacité à lui seul de percevoir ou de mémoriser ou toute autre fonction cognitive. Car quand on estime qu’il faut qu’un neurone soit dans un état irréversible, on suppose alors que même temporairement « éteint », il fonctionne encore. Or, c’est bien par un réseau de ce cellules neuronales que la cognition s’exprime : un neurone seul ne peut rien faire, pas même faire passer une information correcte puisque le cerveau est parcouru de signaux transportés par des faisceaux de plusieurs neurones et non une chaine de neurones uniques, comme si un neurone seul n’était pas assez fiable ou performant...

      Bref, un neurone mort est incapable de transmettre un signal, point barre. Que la cause soit son pourrissement ou qu’il soit privé de sang et que son état soit réversible ne change rien au résultat. Vous êtes visiblement à côté du problème...


    • epicure 18 juillet 2014 20:53

      bien tenté, pourtant c’est très simple ;
      la mort cellulaire est un processus irréversible.
      Et je rajouterait alors que la vie est un processus réversible.
      C’est ainsi que les scientifiques arrivent à récupérer des cellules, des spores, qui semblaient mortes mais qui ne le sont pas, à la différence du reste. Toute cellule non morte peut être ramenée à la vie.

      En tout cas c’est sûr que toi tu n’y connais rien en médecine, ni en biologie.
      Et tu veux me faire un cours de biologie......

      que je parle d’un neurone ou de tous les neurones du cerveau c’est exactement le même problème, soit il sont morts, soit ils sont vivants individuellement.

      Non les faits c’est que :
      sans sang, le neurone n’est plus alimenté en glucose, il ne peut plus générer l’ATP qui est nécessaire aux phénomènes qui génèrent le signal neuronal. Tant que les neurones ont du glucose en réserve ils peuvent fonctionner au niveau de la production des signaux.

      D’autre part la production du signal n’est qu’une partie des fonctions du neurones, puisqu’il y a les autres fonctions, dont les fonctions vitales qui maintiennent le métabolisme.
      C’est si les autres phénomènes métaboliques vitaux qui ne sont plus actifs que la cellule meurt, c’est à dire si la cellule ne peut plus produire assez d’ATP pour alimenter le métabolisme vital, la chaine métabolique va s’interrompre, la cellule ne va plus maintenir les différentiels osmotiques avec l’extérieur, les différences extérieures et intérieures vont tendre à s’égaliser. Et là la cellule sera morte car il sera impossible de revenir à l’état vivant.
      En fait avant de mourir en l’abscence d’apport de glucose, la cellule va fermenter pour produire de l’ATP de façon moins efficace qu’avec le glucose, ce qui lui laisse un petit sursis et fait qu’elle ne meurt pas tout de suite.

      Donc le neurone en asphyxie, va d’abord réduire son activité neuronale (plus de signal) pour conserver les métabolisme vitaux, avant de mourir.
      Et c’est ce qui se passe avec les gens qui se font étrangler il me semble : ils s’évanouissent avant de mourir, mais parfois on peut récupérer ceux qui sont évanouis.

      Donc si le cerveau d’une personne fonctionne normalement après un état dit de mort clinique, c’est bien que les cellules du cerveau ne sont pas mortes au sens propre du terme, qu’elles étaient juste mises en veille.

      Des personnes dont les neurones meurent tu as les AVC et les ruptures d’anévrismes, hémorragies cérébrales, qui laissent des dégâts plus ou moins important dans le fonctionnement de la personne.
      Cela ne semble pas le cas des témoignages dont tu parles.

      Oui effectivement un neurone mort ne peut plus transmettre de signal, définitivement, c’est pour ça que je t’ai répondu pour te le signaler.
      C’est pour ça qu’on ne peut pas parler de mort neuronale chez des personnes qui se réveillent avec une activité neuronale normale, mais uniquement de mise en sommeil.
      C’est toi qui est à côté du problème, tu ne sais manifestement pas ce qu’est la mort cellulaire ( et donc aucune notion du fonctionnement de la cellule ), tu fais des contre sens sans t’en rendre compte.

      Selon tes propos une voiture est morte dés qu’on coupe le contact...

      Au fait le réseau de neurone qui produit l’activité c’est du matérialisme.....


    • epicure 20 juillet 2014 19:10

      donc le guignolo qui ne sait rien, ne comprend rien veut me faire une leçon alors qu’il ne comprend même pas les bases.

      Pour qu’il y ait mort, il faut qu’il y ait mort cellulaire espèce de guigolo, c’est le B A BA.

      La mort clinique ce n’est pas la mort effective, la preuve c’est que des fois des gens se réveillent dans leur cerceuil. Mais c’est juste un méthode pratique pour déterminer qu’on peut considérer la personne morte. C’est juste que le cerveau sans activité au bout d’un certain temps non aliment, est considéré comme mort au bout de ce temps. Parce que avec les progrès de la médecine, le constat de la vie ou de la mort a évolué. Parce que de toute façon ils n’ont pas moyens devoir si les cellules du cerveau sont effectivement mortes sauf à utiliser des techniques coûteuses, financièrement ou pour la personne si elle n’est pas vraiment morte (dégâts du cerveau).
      Et donc statistiquement c’est e méthode efficace.

      aller pour cultiver le neuneu de service voilà un lien que j’ai aps eu à lire avant d’intervenir parce que c’est jsute une histoire de logique :

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Mort_c%C3%A9r%C3%A9brale

      "
      Dans la mort cérébrale, d’un point de vue histologique, le tissu cellulaire cérébral est nécrotique. Les causes de cette nécrose (ou mort cellulaire accidentelle) sont principalement l’œdème cérébral, l’hypertension intra-crânienne, et l’arrêt de la vascularisation cérébrale. Bien que certains physiologistes aient proposé que la perte des fonctions néocorticales soit elle aussi intégrée à l’état de mort cérébrale, la définition requiert encore une destruction corticale et du tronc cérébral."

      le tissu mort est nécrotique ! c’est exactement ce que je dis.

      Alors qu’est ce que tu vient encore étaler encore une fois ton ignorance pour m’insulter parce que tu as tord est que tu ne peux pas réellement argumenter faute de culture et de logique.


  • Xenozoid Xenozoid 16 juillet 2014 13:35

    yep,ne pleurez pas le passé, n’espérez pas l’avenir, ne rêvez pas le moment, car il est déjà parti


  • Vipère Vipère 16 juillet 2014 14:54


    Bonjour à tous et à Duke

    D’accord avec vous, l’auteur et c’est dommage n’a pas fait référence aux NDE, c’est à dire des expériences de mort « provisoires » dont le Docteur CHARBONNIER rapporte des expériences très convaincantes, d’une vie au-delà de la vie.

    Tous ces personnes déclarées« mortes cliniquement » selon les connaissances médicales et scientifiques actuelles, rapportent des faits troublants qui font entrevoir que l’on peut voir et entendre autrement qu’avec le cerveau et les sens.

    Or, l’auteur écrit : 

    « De cette mort nous ne savons rien, ayons l’intégrité de ne rien envisager, ni imaginer, la seule certitude est que nous avons tous rendez-vous avec elle.  »

    Or, c’est tout le contraire, des personnes réanimées ont raconté n’avoir plus de crainte face à la mort, en raison de ce qu’elles ont entrevu : une autre dimension de la vie, après la vie terrestre.

    Après avoir visionné des heures de témoignage d’hommes, de femmes et d’enfants, de toutes cultures et de divers horizons sociaux, chrétiens ou athées, j’en suis arrivée à être intimement convaincue, moi aussi, bien que cartésienne, que la mort n’est en effet qu’une étape.







  • Vipère Vipère 16 juillet 2014 15:00


    Bonjour à tous et à Duke

    D’accord avec vous, l’auteur et c’est dommage n’a pas fait référence aux NDE, c’est à dire des expériences de mort « provisoires » dont le Docteur CHARBONNIER rapporte des expériences très convaincantes, d’une vie au-delà de la vie.

    Tous ces personnes déclarées« mortes cliniquement » selon les connaissances médicales et scientifiques actuelles, rapportent des faits troublants qui font entrevoir que l’on peut voir et entendre autrement qu’avec le cerveau et les sens.

    Or, l’auteur écrit : 

    « De cette mort nous ne savons rien, ayons l’intégrité de ne rien envisager, ni imaginer, la seule certitude est que nous avons tous rendez-vous avec elle.  »

    Or, c’est tout le contraire, des personnes réanimées ont raconté n’avoir plus de crainte face à la mort, en raison de ce qu’elles ont entrevu : une autre dimension de la vie, après la vie terrestre.

    Après avoir visionné des heures de témoignage d’hommes, de femmes et d’enfants, de toutes cultures et de divers horizons sociaux, chrétiens ou athées, j’en suis arrivée à être intimement convaincue, moi aussi, bien que cartésienne, que la mort n’est en effet qu’une étape.

    Sept bonnes raisons de croire à l’au-delà, conférence du DR CHARBONNIER :






    • Duke77 Duke77 17 juillet 2014 12:06

      Heureux de vous lire Vipère !
      J’en étais à me demander si un article sur la mort ne pouvait générer que des commentaires simplets nous rappelant les croyances de notre société matérialiste (la mort c’est seulement quand on en revient pas ou quand les neurones sont morts), ou des envolée lyriques et référence à la poésie qui à part faire diversion ne font pas beaucoup avancer le sujet.
      Ce qui est amusant, c’est que ce sont ceux qui se disent matérialistes qui sont en fait dans la croyance et qui ne réfléchissent pas. Pendant que ceux qui avancent sur le sujet se font traité de loufoques par leur avant-gardisme.
      Quel a conscience perdure sans activité neurologique est un fait prouvé aujourd’hui par les expérimentateurs de NDE, les arguments que leur voyage serait le résultat d’un cerveau en détresse est totalement désuet depuis que Lommé à prouvé que l’activité cérébrale s’arrêtait totalement 30 secondes maxi après un arrêt cardiaque.

      Vipère, en tant que cartésien également, athé, et ayant dû revoir mon jugement initial par la somme de preuves disponibles sur la persistance de la conscience après la mort cérébrale, je vous féllicite pour votre honnêteté intellectuelle. Je suis comme vous et j’ai compris que visiblement lorsque le corps s’éteint on (re)passe dans une autre dimension où la conscience existe toujours. Que l’on ne soit pas capable de l’intégrer dans les postulats de la science actuelle n’est qu’un argument parmi d’autres auquel on peut en opposer beaucoup. Un témoignage de meurtre compte dans une décision de justice mais des milliers qui nous disent que leur concience a survécu à l’arrêt de l’activité de leur cerveau non... Va comprendre !


    • epicure 18 juillet 2014 22:36

      La réflexion est simple : à partir du moment où les cellules en sont pas mortes , il n’est pas possible de parler de mort concrètement.
      Donc si on peut parler d’expérience proches de la mort, ce ne sont pas des expériences de mort.

      c’est toi qui est dans la croyance et non dans la connaissance. Puisque tu refuses ce qui est du domaine de la connaissance : la définition de ce qu’est vraiment la mort, pour te réfugier dans ton ignorance pour justifier tes croyances.
      Le commentaire simplet c’est toi qui le fait.
      S’il y a mort cérébrale cela veut dire qu’il y a destruction des cellules du cerveau (nécrose), et donc au réveil, qu’il y a des pertes de fonctions cérébrale ( paralysies, aphasies etc... ).

      D’ailleurs le docteur de al vidéo dit que ces expériences arrivent à des personnes en bonne santé, donc ce n’est pas une expérience de la mort. CQFD


    • epicure 20 juillet 2014 18:53

      @Par Anti-gauchiste (---.---.---.148) 19 juillet 14:18

      merci de cette leçon d’ignorance

      encore une fois tu démontres que tu ne comprends pas ce dont tu parles.
      Monsieur a vu le mot ATP dans mon message donc il le replace un peu partout pour faire savant.
      Alors ceux qui veulent savoir et non se contenter du premier ignare qui pose sa prose :
      le glucose ne génère rien, c’est une simple molécule ,c’est la cellule qui le métabolise à travers plusieurs cycles, d’abord au niveau du cytoplasme puis au niveau des mitochondries.
      Les processus qui génèrent les signaux neuronaux sont indépendants de ceux de la respiration, ils se font au niveua de la membrane externe.

      Donc voilà ta seule façon de me contredire c’est d’essayer de faire passer ton ignorance pour de al connaissance.

      Pas la peine de la ramener toute personne intelligente peut trouver les informations sur internet, ou dans les cours ou ouvrages de biologies.


    • epicure 20 juillet 2014 19:09

      @Par Anti-gauchiste (---.---.---.148) 19 juillet 14:18

      merci de cette leçon d’ignorance

      encore une fois tu démontres que tu ne comprends pas ce dont tu parles.
      Monsieur a vu le mot ATP dans mon message donc il le replace un peu partout pour faire savant.
      Alors ceux qui veulent savoir et non se contenter du premier ignare qui pose sa prose :
      le glucose ne génère rien, c’est une simple molécule ,c’est la cellule qui le métabolise à travers plusieurs cycles, d’abord au niveau du cytoplasme puis au niveau des mitochondries.
      Les processus qui génèrent les signaux neuronaux sont indépendants de ceux de la respiration, ils se font au niveua de la membrane externe.

      Donc voilà ta seule façon de me contredire c’est d’essayer de faire passer ton ignorance pour de al connaissance.

      Pas la peine de la ramener toute personne intelligente peut trouver les informations sur internet, ou dans les cours ou ouvrages de biologies.

      @
      Par Anti-gauchiste (---.---.---.148) 19 juillet 04:02

      donc le guignolo qui ne sait rien, ne comprend rien veut me faire une leçon alors qu’il ne comprend même pas les bases.

      Pour qu’il y ait mort, il faut qu’il y ait mort cellulaire espèce de guigolo, c’est le B A BA.

      La mort clinique ce n’est pas la mort effective, la preuve c’est que des fois des gens se réveillent dans leur cerceuil. Mais c’est juste un méthode pratique pour déterminer qu’on peut considérer la personne morte. C’est juste que le cerveau sans activité au bout d’un certain temps non aliment, est considéré comme mort au bout de ce temps. Parce que avec les progrès de la médecine, le constat de la vie ou de la mort a évolué. Parce que de toute façon ils n’ont pas moyens devoir si les cellules du cerveau sont effectivement mortes sauf à utiliser des techniques coûteuses, financièrement ou pour la personne si elle n’est pas vraiment morte (dégâts du cerveau).
      Et donc statistiquement c’est e méthode efficace.

      aller pour cultiver le neuneu de service voilà un lien que j’ai aps eu à lire avant d’intervenir parce que c’est jsute une histoire de logique :

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Mort_c%C3%A9r%C3%A9brale

      "

      Dans la mort cérébrale, d’un point de vue histologique, le tissu cellulaire cérébral est nécrotique. Les causes de cette nécrose (ou mort cellulaire accidentelle) sont principalement l’œdème cérébral, l’hypertension intra-crânienne, et l’arrêt de la vascularisation cérébrale. Bien que certains physiologistes aient proposé que la perte des fonctions néocorticales soit elle aussi intégrée à l’état de mort cérébrale, la définition requiert encore une destruction corticale et du tronc cérébral."

      le tissu mort est nécrotique ! c’est exactement ce que je dis.

      Alors qu’est ce que tu vient encore étaler encore une fois ton ignorance pour m’insulter parce que tu as tord est que tu ne peux pas réellement argumenter faute de culture et de logique.


    • epicure 21 juillet 2014 16:05

      @Par Anti-gauchiste (---.---.---.135) 20 juillet 20:50

      Tiens encore une réponse de manipulateur faute d’argument : insulter et essayer de se raccrocher à des branches vides , même face aux évidences.

      Tu es vraiment un abrouti pour la ramener alors que le seul qui a donné la définition correcte de la mort cérébrale , c’est moi. Et que toi come l’abruti que tu es n’a fait qu’essayer de me contredire ( et donc contredire les connaissances ), donc tu as contredis la vérité,. Le menteur c’est bien toi.


    • epicure 21 juillet 2014 17:06


      @

      Par Anti-gauchiste (---.---.---.135) 20 juillet 20:48

      Je t’ai démontré que j’avais raison et que tu as tord , comme d’habitude et tu la ramène encore, tu es vraiment idiot.

      Bel exercice d’insultes pour cacher ton ignorance.

      Je t’ai donné une définition complète de al mort cérébrale, donc tes pitoyables tentatives d’aller à l’encontre de ceci ne servent à rien. La mort cérébrale c’est l’absence irréversible de signaux neuronaux.
      Une simple absence réversible, cela s’appelle un coma, mais pas la mort.

      Utiliser un générateur aléatoire de mots ça ne sert à rien.
      pourtant c’est très simple quand on a un QI qui dépasse les 80 :

      j’affirme que la mort cérébrale est définie de façon pratique par la mort des cellules du cerveau., l’arrêt irreéversible de l’activité neuronale.

      La définition de la mort cérébrale dit justement que la mort cérébrale c’est l’arrêt irréversible de l’activité cérébrale.

      Donc cela correspond, par conséquent j’ai raison.

      Mais toi tu es trop stupide apparentement pour comprendre des choses aussi simple que ça, mais comme tu es borné et stupide, tu la ramènes, tu m’insultes sans rien pouvoir ajouter de plus, faute de pouvoir contredire la réalité des faits.
      Bref toujours à démontrer que tu ne comprends rien de ce que tu racontes.

      Donc je ne sais pas ce que tu veux arriver à faire dire, puisque de toute façon la mort cérébrale c’est l’arrêt irréversible de l’activité cérébrale.
      Ce qui fait que toute personne racontant une NDE, n’a jamais été morte puisque son cerveau a de nouveau une activité. Ce qui était le pont de départ de mon intervention.
      Et donc ceux qui disent que ceux qui décrivent des NDE ont été morts , sont dans l’erreur.

      Comme tu ne peux pas aller à l’encontre de ceci, tes interventions sont totalement inutiles.

      Tu ne sais pas ce que c’est al gauche, ru ne sais pas ce que c’est l’individualisme, tu ne sis pas ce que c’est l’égalité, tu ne sais pas ce qu’est la liberté, tu ne sais pas ce que c’est le socialisme, tu ne sais pas comment fonctionne le métabolisme d’une cellule, sauf à repomper ce que j’ai dit et le remettre dans le désordre (pour en faire quoi au final on se le demande) etc....
      Mais en fait je me rends compte en plus que tu ne maitrise même pas les bases de ce c’est une argumentation ou la logique.

      Plus tu m’insultes, plus tu te révèle être ce que tu m’attribues. Cela ne fait que révéler ta petitesse et ton absence d’argument. Tu m’insulte faute de pouvoir avoir de réels arguments.

      « 
      en tous cas tu n’as pas répondu à 80 % de ce que j’ai sorti. »

      oui et alors ça sert à quoi de répondre à ton charabia d’ignare inculte irrationnel.
      Vu que la seule chose à savoir c’est ce qu’est la mort cérébrale, c’est à dire ce que je disais : l’absence irréversible de signaux neuronaux, comme je l’ai toujours dis.
      Rien de ce que tu as dis n’allait dans ce sens, donc c’était sans intérêt.
      Et je connais mieux le fonctionnement de la cellule que toi, même si les souvenirs ne sont pas récents. Rien que ton insistance sur le glucose, en est la preuve, tu ne sais pas ce dont tu parles.
      Si tu savait de quoi tu parlais, tu saurais que si le glucose est métabolisé, c’est que la molécule est divisé en plusieurs sous molécules, et donc qu’aprés métabolisatino il n’y a plus de glucose. Tes propos montrent que tu ne sais même pas ça.

      Tu es vraiment un abruti si tu penses que tes démonstrations d’ignorance peuvent me convaincre de quoi que ce soit, vu que je sais que ce que tu dis est faux. Et y insérer des insultes ne changera rien au fait que tu ne fais encore que m’attribuer tes défauts.

      petite citation
      « mieux vaut se taire et passer pour un con, plutôt que de l’ouvrir pour montrer qu’on l’est »
      En insistant pour l’ouvrir en démontrant que tu n’y connais rien, tu ne fais que montrer que tu es ce dont tu m’accuses....


  • Fergus Fergus 16 juillet 2014 19:05

    Bonjour, Jean.

    Personnellement, je ne considère la mort ni comme une amie ni comme une ennemie, mais comme un point final à la vie, tout simplement et rien d’autre.

    La mort ne m’effraie pas et ne provoque pas en moi de profonds traumatismes lorsqu’elle touche des proches. Face à elle, je suis tout ce qu’il y a de plus fataliste. Mais surtout, j’ai compris dès l’adolescence que lorsqu’on pleure les défunts, c’avant tout sur soi-même que l’on pleure, sur la disparition d’habitudes, de rituels qui s’étaient établis entre eux et nous.


  • ahtupic ahtupic 16 juillet 2014 20:26

    Lorsque vous êtes âgé, peut-être malade ou impotent, oui la mort est une amie. Sinon c’est quand même mieux de profiter le plus longtemps possible de la vie. Si vous mourez jeune, il n’est pas rare de laisser une femme, des enfants dans la peine et ou dans le besoin. La, ce n’est pas une amie.


    • ahtupic ahtupic 16 juillet 2014 20:43

      Mais la mort peut vous laminer, vous détruire. Non, ce n’est pas votre mort mais la perte d’un enfant, d’un fils et ca , vous ne pouvez pas vous en relever. Je le sais et je le vis.


    • epicure 16 juillet 2014 21:07

      La mort d’une personne âgée même si c’est triste c’est dans l’ordre des choses, par contre pour beaucoup d’être humains, surtout à notre époque moderne où les enfants ne tombent plus comme des mouches, la mort d’un enfant est un drame.


  • soi même 17 juillet 2014 01:31

    Une citation Angelus Silesius pour réconforter tous le monde !

    Meurs avant de mourir, pour ne pas mourir
    Quand tu devras mourir ; sinon tu périras.
    (Le Voyageur chérubinique )


  • soi même 17 juillet 2014 11:29

    Oui la mort est une Amie, la Naissance est une Mort, la Mort est une nouvelle Naissance.
    Notre époque demande aujourd’hui dans prendre conscience !


  • Vipère Vipère 19 juillet 2014 00:47


    La médecine actuelle considère que lorsqu’un sujet présente un électro- encéphalogramme plat, il est déclaré, mort cliniquement. 
    La mort cérébrale est quant à elle, également assimilée à la mort de l’individu.

    Certes, lorsque la mort cérébrale d‘une personne est établie, il est encore possible, grâce notamment à la respiration artificielle et à d‘autres techniques de réanimation, de maintenir artificiellement en état de fonctionnement, pendant quelques dizaines d‘heures, les autres organes de cette personne afin de faire des prélèvements d’’organe.

    Au terme d’une dizaine d’heures, dans les deux cas de mort, débute le processus de nécrose de tous les tissus.

    Pourtant, des personnes sont revenues à la vie, au-delà d’une dizaine d’heures, dans leur cercueil, à la morgue de l’hôpital, le cas d’une dame d’Epinal au bout de deux jours. 

    Le Padre Pio, déterré quelques décennies après sa mort, a révélé un corps quasi intact, non atteint de nécrose... des faits inexpliqués par la science et la médecine et qui va à l’encontre de l’enseignement biologique et scientifique. 



Réagir