mercredi 4 juillet 2012 - par Robin F.

Epargner de 1912 à 2012 : avec des billets ou des pièces d’or ?

Certains commentaires que j'ai pu lire suite à mon article « Alerte sur une arnaque aux pièces d'or », m'ont amené à approfondir mes recherches sur la monnaie française.

L’article ci-dessous est la transcription d’un texte trouvé sur un forum web que j’ai corrigé et amendé. Merci à l’auteur original Bé Habba.

Robin F.

Le 24 juin 1912, un brave ouvrier prénommé Anatole met la somme de 100 francs de côté, pour ses descendants. Il est payé 5 francs par jour pour 10 heures de travail, comme ouvrier typographe dans une imprimerie. C’est un bon salaire, car beaucoup d’autres gagnent moins : un ouvrier charpentier ou un manœuvre ont 3 francs par jour, une couturière 2 francs et un ouvrier agricole 1,5 francs.

Le pain de 1 kg vaut 0,40 franc. Ces 100 francs représentent donc le salaire de 20 jours de travail et aussi 250 kg de pain. A raison d’un jour de paie mis de côté chaque mois, il a fallu économiser plus d’un an et demi (20 mois) pour rassembler ces 100 francs.

Pour les épargner, il a trois solutions :

- des billets, par exemple 2 billets de 50 francs « rose et bleu »

- des pièces d’argent, par exemple 20 pièces de 5 francs « Ecu » soit 500 g d’argent au titre 900 millièmes

- des pièces d’or, par exemple 5 pièces de 20 francs « Napoléon », soit 32,25 g d’or au titre 900 millièmes.

En tant qu’ouvrier typographe, il est fasciné par le tout nouveau billet de 100 francs de la Banque de France, dessiné par Luc-Olivier Merson. C’est le tout premier billet polychrome en circulation. Par rapport aux vieux billets monochromes noirs, bleus, violets, ou encore bicolores bleus et rose, quelle révolution ! Il décide donc d’opter résolument pour la modernité et place ce billet tout neuf sous sa pile de draps.

Entre les deux guerres, le billet de 100 francs « Merson » reste sous les draps, mais il perd de la valeur car la hausse des prix est importante. Pour rattraper l’inflation, Poincaré dévalue brutalement le franc par la loi du 25 juin 1928, qui divise par cinq sa valeur en or : le franc vaut désormais 65,5 mg d’or au titre 900 millièmes.

La précédente valeur du franc, dit franc Germinal, avait été définie par la Convention en 1795 puis par la loi du 7 germinal an XI (27 mars 1803). Le franc Germinal équivalait à 5 g d’argent au titre neuf dixièmes, et aussi à 322,58 mg d’or à neuf dixièmes (soit un rapport or/argent de 15,5). C’est pourquoi la pièce de 20 francs or pesait 0,32258 x 20 = 6,4516 g depuis la révolution jusqu’à la dévaluation de 1928.

Ainsi en 1928, les pièces d’or et d’argent, dont la valeur en métal précieux est devenue cinq fois trop forte par rapport à la valeur faciale, sont démonétisées et retirées de la circulation (ou thésaurisées). Mais les billets restent valables, et Anatole laisse son 100 francs « Merson » sous sa pile de draps.

En octobre 1936, le franc est encore dévalué et on décide qu’il peut désormais fluctuer entre 43 et 49 mg d'or au titre 900 millièmes. Puis début 1939, après une nouvelle dévaluation, la valeur or est définie à 27,5 mg au titre 900 millièmes.

Avec la drôle de guerre, la chute se poursuit, et en février 1940 le franc ne vaut plus que 23,34 mg d'or au titre 900 millièmes (soit 21 mg d'or fin).

A la libération, c’est un peu le désordre. Billets d’avant-guerre, billets émis par l’Etat Français, et billets émis par les américains se côtoient. Le 4 juin 1945, on retire de la circulation l’ensemble des billets d’une valeur supérieure ou égale à 50 francs. Cet échange massif contre des coupures de réserve de 300 et 5000 francs, se fit en 12 jours dans toute la France. Puis, lorsque les nouveaux billets de 100 francs « Jeune paysan » furent imprimés, le fils d’Anatole en récupéra un qu’il replaça sous la pile de draps.

Après-guerre, l’inflation reprend de plus belle, et le pouvoir d’achat du billet de 100 francs dégringole. Deux nouvelles dévaluations ont lieu en 1945 et 1949.

Revenu au pouvoir en 1958, le général de Gaulle annonce la création d’un « franc lourd » qu’il confie à son ministre des Finances, Antoine Pinay, et à l’économiste Jacques Rueff. Le 27 décembre 1958 une ordonnance met en place le « nouveau franc » égal à 100 anciens francs. Comme l’ancien franc valait 1,8 mg d’or fin à ce moment-là (33 fois moins que le franc Poincaré de 1928, et 12 fois moins qu’en 1940), le nouveau franc vaut donc 180 mg d’or fin.

Les anciennes pièces et billets restent valables quelque temps mais le nombre inscrit dessus vaut désormais des centimes et non plus des francs. Le petit-fils d’Anatole échange donc le billet de 100 anciens francs « Jeune Paysan » que lui a légué son père, contre une toute nouvelle pièce de 1 francs « Semeuse » en nickel. Il trouve que la pièce neuve est très jolie et bien brillante. Il la place sous la pile de draps.

La valeur du nouveau franc est encore un peu dévaluée en 1969 et passe à 160 mg d’or. Puis la référence à l’or est abandonnée et même interdite par les accords de Kingston en 1976.

Durant les années 70 à 90, l’inflation est toujours présente et quelques dévaluations supplémentaires ont lieu. En l’an 2000, la pièce de 1 francs « Semeuse » a toujours cours légal.

Finalement, après 17 dévaluations du franc au cours du 20ème siècle, on arrive à la grande révolution du passage à l’euro : les pièces et billets sont mis en circulation le 1er janvier 2002. Les Français ont 6 mois pour échanger leurs francs dans toutes les banques, et ensuite 3 ans de plus pour les pièces et 10 ans pour les billets à la Banque de France.

En janvier 2002, l’arrière-petit-fils d’Anatole sort la pièce de 1 francs « Semeuse » de sous les draps et va l’échanger contre des euros : 1 pièce de 10 centimes, et 1 pièce de 5 centimes. Il replace les 2 pièces sous la pile de draps.

Et puis, le 24 juin 2012, l’arrière-petit-fils d’Anatole qui a désormais 60 ans, trouve que la date anniversaire convient bien et dit à son fils :

- Pierre, il faut que je te transmette quelque chose. Il y a un siècle exactement, ton arrière-arrière-grand-père Anatole a mis 100 francs de côté. A l’époque, ça représentait une somme importante. Tous ses descendants ont soigneusement conservé cette somme et elle a été transmise de génération en génération, sous forme de billets puis de pièces, en passant par deux guerres mondiales et plusieurs changements de monnaie. Aujourd’hui, je te remets solennellement l’équivalent des 100 francs de départ : 15 centimes d’euro. A toi de les conserver et de les transmettre à ton aîné, pour perpétuer la tradition familiale.

- Mais Papa, qu’est-ce que tu veux que je fasse avec 15 centimes ? Ça ne paie même pas un quart de baguette ! Avec ça, j’ai à peine 40 g de pain !

EPILOGUE

Aujourd’hui en 2012, Pierre, ouvrier au Smic, gagne 50 euros par jour pour 7 heures de travail. Il gagne 1100 euros par mois pour jour 22 jours travaillés.

1 kg de pain coute 4 euros, et pour en acheter 250 kg, il faut 1000 euros. En mettant de côté 1 jour de salaire chaque mois, comme son arrière-arrière-grand-père Anatole, il lui faut économiser pendant 20 mois.

Cependant, si son ancêtre avait épargné ses 100 francs en 20 pièces de 5 francs argent « Ecu », il aurait environ 340 euros, au lieu de 15 centimes. Avec ça, il pourrait acheter 85 kg de pain.

Mais si son ancêtre avait épargné ses 100 francs en 5 pièces de 20 francs or « Napoléon », il aurait environ 1300 euros ! Cela représente 26 jours de salaire, et plus de 2 ans d’économies (26 mois). Avec tout ça, il pourrait acheter 325 kg de pain…



64 réactions


  • Jimmy 4 juillet 2012 13:25

    ce que vous dites est vrai et donne envie d’acheter des pièces d’or

    c’est pour cette raison que l’on aimerait bien un lien vers l’article : « Alerte sur une arnaque aux pièces d’or » que vous évoquez


    • Robin F. 4 juillet 2012 14:17

      On peut le trouver ici par exemple : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/alerte-escroquerie-sur-les-pieces-118563

      PS 1 : Ne vous fiez pas aux mauvaises langues ni à ceux qui font les malins. Ma mésaventure est malheureusement vraie ! smiley

      PS 2 : Faites très attention si vous décidez d’acheter. Aux dernières nouvelles, il semblerait que je ne sois pas le seul à m’être fait avoir par ce type, car d’autres cas auraient été recensés. Pour info, j’avais été mis en contact avec ce revendeur provincial (!) par l’intermédiaire d’un blog économique et stratégique. Méfiez-vous, donc.

      PS 3 : Je posterai prochainement une réponse aux nombreux commentaires postés ici et là.


    • Stephane Stephane 4 juillet 2012 20:10

      Monsieur F,


      Puisque vous daignez enfin répondre autrement que par des copier-coller un peu partout, j’en profite pour vous demander un avis sur mes derniers commentaires à propos de votre précédent article sur le site Hoaxbuster  :

      J’aimerais aussi savoir ce que vous répondez à Bé Habba qui vous accuse de plagiat pour ce nouvel article :



  • Robin F. 4 juillet 2012 13:45

    Pour être complet, je rajoute le lien du texte original : http://forum-gold.fr/viewtopic.php?f=14&t=4351

    Je souhaite aussi préciser que c’est parce qu’il comportait plusieurs erreurs et me semblait incomplet, que je l’ai corrigé et mis à jour avant de le partager (au lieu de simplement renvoyer le lien web).

    Et si vous comparez attentivement les 2 textes (très facile avec Word), vous verrez que c’est une refonte totale (il y a plus de 300 modifications, corrections, suppressions et ajouts).

     

     

     


  • sleeping-zombie 4 juillet 2012 13:55

    Et si son ancêtre, au lieu de poser connement son argent sous son matelas, avait acheté le garage dans lequel André Citroën fabriquait ses ’tites tutures, Pierre serait certainement pas ouvrier au smic...


    • samuel 5 juillet 2012 09:46

      ça me manquait les commentaires du genre « comment s’enrichir en achetant des murs pendant que d’autres bossent pour vous ».

       


    • sleeping-zombie 5 juillet 2012 12:26

      en l’occurrence, un garage n’est pas que des murs, c’est aussi les outils qu’il y a dedans. Ca reste l’association capital-travail qui crée la richesse. La primauté devrait revenir au travail, puisque chacun peut en fournir, contrairement au capital.
      Cependant, dans le monde actuel, entre un type qui planque de l’or sous son matelas, et un autre qui finance des entreprises, le second est quand même moins nuisible que le premier.


    • bergerlotois 5 juillet 2012 12:42

      Planquer de l’or ne nuit à personne, puisque l’or n’a plus cours en tant que monnaie.


    • sleeping-zombie 6 juillet 2012 10:50

      planquer de l’or, non. Mais là on parle d’acheter de l’or. C’est à dire, convertir un truc sans autre valeur que conventionnelle (des €), en un autre truc sans autre valeur que conventionnelle (de l’or).
      En achetant des parts d’une entreprise avec des euros, on facilite son développement. Dans un monde idéal, le contrôle de la production ne passerait pas comme ça, mais pour l’instant on ne vit pas dans un monde idéal.
      En achetant de l’or, on ne favorise que la spéculation sur le prix de l’or. Rien de concret n’est créé, et un éventuel enrichissement ne se fera que grâce à une modification de la convention, donc forcément au détriment de quelqu’un. Après, qu’on décide de planquer son or sous son matelas, de le fondre en bijou ou de l’avaler, ça ne change rien...


  • foufouille foufouille 4 juillet 2012 14:36

    mais si le billet avait ete conserve, il vaudrait tres cher


  • niblabla 4 juillet 2012 15:30

    C’est peut-être vrai avec le prix de l’or actuel.
    Mais l’or à connu des hauts et de bas. En ce moment l’or est à un prix historiquement haut.

    Il faudrait refaire la démonstration avec les prix d’il y a 10 ans voir 5 ans.


    • bergerlotois 5 juillet 2012 12:38

      Les cours de l’or sont manipulés, ils sont encore très en dessous de ce qu’ils vont devenir. Ensuite, ce n’est pas le prix de l’or qui monte en ce moment, c’est la valeur de nos monnaies qui baisse, ce qui n’est pas du tout la même chose.


  • alain_àààé 4 juillet 2012 15:34

    bien l article exemple trés bien réussi sur un billet qui varie et se dévalue avec le temps mais tout le monde ne peut etre expert je connais bien se domaine et je suis bien loin d autres domaines surtout sur l écriture mais je dirais que c est le début de la vieillesse.bravo

     


  • Le péripate Le péripate 4 juillet 2012 18:11

    Et encore l’or est purement conservateur. Si le grand-père avait eu la bonne idée d’investir dans une activité économique, en prenant soin de diversifier il aurait fait beaucoup mieux que l’or sur la même période. Et il aurait participé à la création de richesse.


    • Traroth Traroth 4 juillet 2012 18:41

      L’argent ne créé pas de richesse. Seul le travail en créé.


    • titi 4 juillet 2012 19:33

      « L’argent ne créé pas de richesse. Seul le travail en créé. »

      Faites l’essai suivant : changer le lustre de votre cuisine, sans tournevis, sans escabot, sans domino, et surtout sans lustre de rechange....

      Et je pense alors que vous verrez mieux l’importance de l’existence préalable du capital pour acheter l’outillage et le lustre !!


    • mac 4 juillet 2012 19:46

      @ Le péripate

      « il aurait fait beaucoup mieux que l’or sur la même période. Et il aurait participé à la création de richesse. »

      Il aurait largement eu autant de chances de s’être fait bombarder l’usine dans laquelle il aurait investi au cours des deux conflits mondiaux ou de s’être fait plumé par les nombreux margoulins qui ont pullulé lors des très nombreuses crises économiques qui ont sévi au XX ème et en ce début de XXI ème.

      Vous savez , par exemple, ces médias où de soi-disant experts racontaient en 2007 que le CAC atteindrait rapidement les 7000 points et qui disent encore aujourd’hui que les cours sont sous-évalués alors que l’économie est portée à bout de bras par la planche à billets des états, risquant de provoquer une fois de plus la tonte des petits épargnants pendant que les institutionnels qui ont les vraies informations auront pris la poudre d’escampette.
       Je vous rappelle qu’on parle d’un petit salarié qui place ses économies, pas d’un grand patron fils à papa.


    • Le péripate Le péripate 4 juillet 2012 19:48

      Vous avez une aversion au risque. C’est naturel. Mais vous profitez de ceux qui prennent des risques. Ne dîtes pas merci, ils ne l’ont pas fait pour vous.


    • foufouille foufouille 4 juillet 2012 20:25

      « Je vous rappelle qu’on parle d’un petit salarié qui place ses économies, pas d’un grand patron fils à papa. »

      il connait pas
      la cuiller en or dans la bouche


    • mac 4 juillet 2012 20:27

      Faites moi rire, un forte proportion des grandes fortunes françaises sont des fils à papa de générations en générations qui s’ auto-entretiennent et dont certains n’ont pas spécialement l’air d’être des vedettes. Vous parlez de risques -tout , beaucoup ont assuré leur fortunes avec de marchés publics !

      Ne vous inquiétez pas, des risques j’en prends mais certainement pas ceux que les médias , la plupart de nos gouvernements et certains institutionnels de la finance nous incitent à prendre, sinon il y a probablement longtemps que je serais en slip.


    • Le péripate Le péripate 4 juillet 2012 21:17

      Mais oui des fils à papa depuis Abraham. Continuez à croire dans vos sottises.


    • Le péripate Le péripate 4 juillet 2012 21:24

      D’ailleurs n’y-a-til pas pire « fils à papa » que celui qui bénéficie des efforts d’autres et qui de plus crache dans la soupe. L’immoralité socialiste est sans borne.


    • foufouille foufouille 4 juillet 2012 22:16

      un « fils à papa » a un boulot pres de la fenetre a 5000
      genre gouter le futur vin en cubi toute la journee


    • 65beve 65beve 5 juillet 2012 07:42

      Bonjour titi,

      Sans argent, les nord-coréens ont fabriqué la bombe atomique.
      Il a bien fallu travailler sans capital autre que le capital travail.
      N’est-il pas ?

      cdlt


    • Micka FRENCH Micka FRENCH 5 juillet 2012 10:24

      De l’Ecossaise...

      Le jour où le travail d’un ouvrier (Ooops, me vilain mot. Et il n’y a plus d’ouvriers, c’est bien connu !!!) créera sa richesse, je serai evêque de Canterbury...

      Micka FRENCH du Web
      http://Mickafrench.unblog.fr


    • mac 5 juillet 2012 10:53

      @ Le péripate

      Vu le nombre de commentaires que vous postez sur Agoravox, certains pourraient se demander comment vous avez le temps de faire votre boulot et pourraient se demander si vous êtes le vraiment le mieux placé pour parler de gens vivant du travail des autres ?

       En outre vos commentaires semblent bien trop souvent remplis de poncifs et de clichés qui méritent tout juste qu’on y réponde de temps en de temps, histoire de se défouler.

      Ceci clôt mes commentaires avec vous car il y a des moments ou mon hygiène de vie m’interdit certaines lectures, histoire de protéger mon système mental ou nerveux.

       


    • Le péripate Le péripate 5 juillet 2012 11:10

      Tout le monde ne travaille pas dans un bureau. En fait je me prostitue et je reçois mes clientes à la maison, ce qui me laisse du temps entre deux passes.

      Peut-être votre épouse sort d’ici à l’instant. Soyez méfiant.


    • Traroth Traroth 5 juillet 2012 11:30

      @titi :

      "Faites l’essai suivant : changer le lustre de votre cuisine, sans tournevis, sans escabot, sans domino, et surtout sans lustre de rechange...." : Le capital n’a créé ni lustre, ni tournevis, ni escabeau, ni domino. C’est le travail qui a créé tout ça.


    • Traroth Traroth 5 juillet 2012 11:33

      @le péripate :

      « vous profitez de ceux qui prennent des risques » : Non, c’est l’inverse. Le profit du capitaliste, c’est l’exploitation des travailleurs. Le risque dont vous parlez n’est que le risque de la confrontation entre capitalistes.

      « ils ne l’ont pas fait pour vous » : Non, ils l’ont fait pour s’enrichir. Pour eux-même !


    • Traroth Traroth 5 juillet 2012 11:34

      « celui qui bénéficie des efforts d’autres et qui de plus crache dans la soupe. L’immoralité socialiste est sans borne » : Le capital ne constitue pas un effort. Le travail est un effort.


    • Le péripate Le péripate 5 juillet 2012 11:40

      Camarade, même ton Marx reconnait (il l’a emprunté à Ricardo) que le capital est du travail épargné et non consommé.
      Autrefois les collectivistes prétendaient être scientifiques. Devant l’échec partout manifeste de leurs funestes théories, ils se sont rabattus sur un mauvais christianisme, prétendant incarner le Bien. Avec toujours la même musique et le pas de l’oie comme seul avenir.


    • Le péripate Le péripate 5 juillet 2012 11:55

      Toujours aussi vulgaire Wald. Alors j’apprends que Friedman et Hayek ont participé à des assassinats à partir d’hélicoptères ...

      Ils ont eu tort, moi je me contente d’un enfant communiste au petit déjeuner et d’une sodomie de fonctionnaire par les nuits sans lune. D’ailleurs je cherche du monde. T’es intéressé ?


    • Le péripate Le péripate 5 juillet 2012 12:27

      Tu dis n’importe quoi. C’est Friedman et non Hayek qui s’est rendu au Chili comme il s’est d’ailleurs rendu dans d’autres dictatures, communistes celle-là, mais c’est moins intéressant n’est-ce pas ?

      Bon je ne vois pas l’utilité de répondre dans le détail à un exposé hypercritique, la méthode se disqualifie d’elle-même et c’est suffisant.


    • Denis Rezler 5 juillet 2012 15:06

      A la réflexion je le trouve très bien ce Péripate, moi !


    • Denis Rezler 5 juillet 2012 15:08

      On notera que Wald et un frai converti à L’islam ; ça peut servir pour le décrypter.


    • Traroth Traroth 5 juillet 2012 18:06

      @le péripate :

      « le capital est du travail épargné et non consommé » : Mais bien entendu ! Mais celui qui possède ce capital n’est pas celui qui a effectué le travail !

      Vous en avez d’autres des comme ça ? Parce que le raisonnement « le capital est du travail épargné donc celui qui fournit du capital, c’est comme s’il travaillait’, fallait oser !

      C’est bien »le sophiste" que vous devriez vous faire appeler !


    • titi 6 juillet 2012 00:02

      « Mais bien entendu ! Mais celui qui possède ce capital n’est pas celui qui a effectué le travail ! »

      Bah en France c’est pourtant le cas :
      http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?ref_id=NATTEF09203

      2 238 522 entreprise sur 3 422 242 ne comptent aucun salarié. Dans ces entreprises c’est donc bien celui qui travaille qui possède le capital.

      De plus, à l’instant 0 de la vie d’une entreprise, la seule richesse est le capital investi. C’est pas moi qui le dit : c’est l’administration fiscale.


    • Leo Le Sage 6 juillet 2012 01:34

      @Par 65beve (xxx.xxx.xxx.203) 5 juillet 07:42
      Vous dites : « Sans argent, les nord-coréens ont fabriqué la bombe atomique. »
      La monnaie des deux Corées est le Wong. (Corée du Nord - Wikipédia)
      Il n’y a pas de preuve qu’ils ont la bombe atomique. Source sinon ?

      Contrairement à ce que vous dites le franc frère chinois est là pour aider la Corée ce qui est normal, car c’est son voisin...

      @Par Traroth (xxx.xxx.xxx.105) 5 juillet 11:34
      Vous dites : « Le travail est un effort »
      Mais l’effort au travail ne produit pas toujours un résultat positif.
      Par exemple tu peux travailler pour rien. Il y a des employés qui vivent cela en Espagne par exemple...

      @Par titi (xxx.xxx.xxx.150) 6 juillet 00:02
      Vous dites : « Dans ces entreprises c’est donc bien celui qui travaille qui possède le capital »
      Comment cela ?
      Une entreprise peut être mis au nom de son enfant unique, même majeur.
      Le père est intérimaire, donc non salarié de l’entreprise...


    • Leo Le Sage 6 juillet 2012 01:49

      @Par mac (xxx.xxx.xxx.182) 5 juillet 10:53
      1/ A propos de Peripate Vous dites : « si vous êtes le vraiment le mieux placé pour parler de gens vivant du travail des autres ? »
      Vous dites : "Ceci clôt mes commentaires avec vous car il y a des moments ou mon hygiène de vie m’interdit certaines lectures, histoire de protéger mon système mental ou nerveux"
      On peut parfaitement poster à toute heure.
      Il m’arrive de lire des journaux en ligne en divers lieux...

      il ne faut donc pas trouver cela étrange.
      J’ai par exemple déjà été sur un site où une personne arrivait sans problème à concilier travail et blogs...

      Vous dites : « vos commentaires semblent bien trop souvent remplis de poncifs et de clichés »
      Que ce soit pour le peripate ou un autre, votre commentaire est un jugment de valeur bien hatif
      Prenez juste mon cas : je fais partie de l’élite, donc si par exemple je disais, ce que je ne ferais jamais, que TOUS les types qui reçoivent le RSA sont des feignasses, n’est-ce pas la preuve que je ne connais rien du milieu tout simplement ?
      Par exemple sur AV, on lit aussi des affirmations grotesques comme quoi les habitants du 93 sont de la vermine.
      Vous y croyez vous ? Donc une magistrate qui habite le 93 en est une ?

      En clair, ce n’est pas plutôt à vous de vous demander si par hasard, ses clichés [du peripate] sont justes ?
      Exemple dans votre cas : prétendre que parce que quelqu’un est toujours sur AV et donc sous entendre qu’il ne travaille pas n’est ce pas justement l’exemple type du cliché que vous dénoncez si ardemment ?
      Connaissez vous le télé travail par exemple ?


    • Le péripate Le péripate 6 juillet 2012 12:45

      Non ne donne pas de la confiture aux cochons, esprit supérieur.

      Incidemment dire qu’il y a un antisémitisme de gauche n’est pas équivalent à dire que seul la gauche est antisémite. Or c’est contre l’idée que seule la droite est antisémite que je discute.

      Petit sophiste.


    • Le péripate Le péripate 6 juillet 2012 13:12

      Je crois que tu aimes les fessées... tu en veux encore ?


    • Denis Rezler 6 juillet 2012 16:10

       A que oui il aime.


      « malade mental, converti, etc... » 

      Oh mec ce ne sont pas des projections de l’esprit mais juste la réalité. t’as assez raconté partout que tu était malade du bulbe mon gars., 



    • Denis Rezler 8 juillet 2012 07:04

      Hé mon petit coco, qu’est ce que j’en ai à foutre que tu me lises ou non. Je rappelle que c’est toi qui es venu prendre une fessées, moi personnellement tes pavés imbitable, dont le seul but est de vouloir prouver ta supériorité, me laissent de marbre.


      Ceci dit, ressort moi un seul propos extrémiste que j’aurais tenu.

  • efarista efarista 4 juillet 2012 18:33

    J’aime bien cette notion de valeur au fil du temps.
    Je suis tombée par hasard sur une carte postale noire et blanc des années soixante représentant un jour de marché. On pouvait voir sur l’étal : poulet (prêt a cuire) 1,50 francs.
    Les gens oublient souvent de traduire l"euros en francs... a le faire souvent, on s’aperçoit qu’on en a pris plein la tranche avec ce changement en euros !
    Hier au supermarché de mon coin les poivrons étaient a 3,45€, j’ai éclaté de rire et passé mon chemin. Vive la patience et l’amap.


    • titi 4 juillet 2012 19:22

      « On pouvait voir sur l’étal : poulet (prêt a cuire) 1,50 francs.
      Les gens oublient souvent de traduire l »euros en francs"

      Bah heureusement, car comparer des prix de 1960 avec ceux d’aujourd’hui n’a aucun sens.

      Le franc a perdu 33% de sa valeur entre 1960 et 1970

      Le franc a perdu 74% de sa valeur entre 1960 et 1980

      Le franc a perdu 86% de sa valeur entre 1960 et 1990

      Le franc a perdu 88% de sa valeur entre 1960 et 2000

      En fait l’euro de 2001 n’a pas même la valeur de 10c de 1960 !!

      Mais c’est sûr c’est la faute à Mme Merkel !!!


  • Traroth Traroth 4 juillet 2012 18:42

    Quel article fantastique ! C’est une démonstration d’une très grande clarté, et ça fait vraiment cogiter.


  • titi 4 juillet 2012 19:52

    @L’auteur

    J’ai pas grand chose à redire à l’article... la mise en parallèle de l’évolution du franc, de l’or, de l’argent est très juste.

    Par contre vous précisez qu’Anatole gagne 5 francs lorsqu’un ouvrier agricole gagne 1,5 francs.
    Même si cela n’existe pas à l’époque, Anatole n’est donc pas au SMIC, mais plutot à SMIC x 3.33 si on considère l’ouvrier agricole comme le plus mal loti.

    C’est donc la situation de l’ouvrier agricole qui est à mettre en parallèle avec Pierre pour ce qui est de « l’indice » kg de pain.

     


    • Robin F. 4 juillet 2012 20:55

      Non, la comparaison porte bien entre 2 ouvriers du secteur secondaire.

      A l’époque, le salaire minimum n’existait pas (créé en 1950) et les salaires n’étaient pas normalisés : il y avait ainsi de grandes disparités entre les métiers.

      Pour les ouvriers agricoles, rares étaient ceux salariés à demeure tout l’année durant. Ils étaient principalement embauchés « à la tâche », quand il y avait du travail, selon ce qu’il y avait à faire chaque saison et selon les régions. Cela se rapproche des « saisonniers » d’aujourd’hui. De plus, ils étaient la plupart du temps hébergés (dans la grange) et nourris (avec ce que le paysan produisait : ça ne coûtait pas d’argent à débourser), ce qui compensait le moindre salaire.


    • titi 4 juillet 2012 23:38

      j’ai du mal à croire qu’Anatole ne soit pas un profil ++ pour l’époque.

      Et ce pour une raison très simple : si il est typographe il sait forcément écrire.

      Or d’après le récit de mon arrière grand père, le fait de savoir écrire l’avait lui valu d’être versé dans les « transmissions » pendant sa pétriode sur le front d’Orient de 1915 à 1918.

      Preuve que pour l’époque ce n’était pas si commun.


  • Robin F. 4 juillet 2012 21:51

    Monsieur Stéphane,


    « Des copier-coller un peu partout ». Ah bon ? Des « copier-coller » ? Et où ça « un peu partout » ? smiley

    « Bé Habba qui vous accuse de plagiat pour ce nouvel article ». Ah ? C’est bizarre, je n’ai eu aucun contact de ce Monsieur disant son mécontentement. Pourtant, il est facile de m’écrire directement.

     

    Ne serait-ce pas plutôt VOUS qui avez lancé cette rumeur infondée de plagiat ? Ne serait-ce pas plutôt VOUS qui continuez votre acharnement déplacé contre moi en lançant cette nouvelle attaque ?

    Je constate une fois de plus votre propension à exagérer, à déformer les choses, à ne parler que de ce qui vous arrange, et à occulter ce qui vous dérange ou dessert vos desseins. smiley

    Car pour le soi-disant plagiat, j’ai déjà répondu très clairement. Cela ne s’applique pas ici.

     

    A mon tour de vous poser une question : Avant que je mette en ligne cette transcription dont je n’ai jamais revendiqué être l’auteur original, j’avais vu, lors de mes recherches de sourçage, que l’article original de 2010 avait été publié in-extenso sans aucune modification et sans aucune référence à la source, sur au moins 3 sites. Avez-vous alerté l’auteur aussitôt ? Avez-vous crié au plagiat ? Ben non, je n’ai rien vu de tout ça de votre part. Bizarre, n’est-ce pas ? Pour ne pas dire suspect…

     

    En fait, j’aimerais bien comprendre d’où vient cet acharnement gratuit contre moi ?  smiley Que vous ai-je donc fait personnellement  ? Car je ne crois pas vous connaître, n’est-ce pas ?

     

    Pour finir, comme je l’ai dit en PS3 : je posterai prochainement une réponse. Et restez en ligne, elle vous concernera au 1er chef.


    • Stephane Stephane 4 juillet 2012 23:28
      Monsieur F,

      « « Des copier-coller un peu partout ». Ah bon ? Des « copier-coller » ? Et où ça « un peu partout » ? »

      Le lecteur de « votre » article n’a qu’à faire une recherche sur le titre de celui-ci dans un moteur de recherche pour en trouver des dizaines.


      « C’est bizarre, je n’ai eu aucun contact de ce Monsieur disant son mécontentement. »

      Bé Habba a manifesté son désaccord pour la reprise de cet article sur le site même où vous l’avez copié (Forum Gold). 
      Mais n’inversez pas les rôles : c’était à VOUS de contacter l’auteur AVANT ces publications non-autorisées par l’auteur initial.


      « Ne serait-ce pas plutôt VOUS qui avez lancé cette rumeur infondée de plagiat ? Ne serait-ce pas plutôt VOUS qui continuez votre acharnement déplacé contre moi en lançant cette nouvelle attaque ? »

      Je cite Bé Habba :
      « Je remarque que cet emprunt s’est fait sans aucune demande préalable d’autorisation, très souvent sans citer Forum Gold comme origine, et toujours sans citer l’auteur. Ce qui contrevient au droit d’auteur le plus élémentaire, le droit moral, qui consiste à bien attribuer à un auteur la paternité de son texte. »

      et
      « je suis l’auteur original du texte un brave ouvrier prénommé Anatole, etc. publié sur forum gold.

      Effectivement, c’est un plagiat, qui ne respecte pas le droit d’auteur le plus fondamental : le droit moral, qui consiste à citer l’auteur d’un texte. Mettre mon pseudo et le site d’origine, ça coûtait pas cher ! »

      Ça me semble très clair, alors remballez vos accusations. 

      Une victime de plagiat est tout à fait en droit de se plaindre publiquement, ça me semble la moindre des choses.

      Quand à mes soit-disant « attaques » et à mon « acharnement déplacé », je n’ai fait qu’exprimer des doutes. Est-ce interdit, surtout face à des contenus douteux ?

      Ne vous exprimez pas sur des medias permettant les commentaires si vous craignez d’être contredit.


      « Je constate une fois de plus votre propension à exagérer, à déformer les choses, à ne parler que de ce qui vous arrange, et à occulter ce qui vous dérange ou dessert vos desseins. »

      Ben voyons... Voilà que c’est moi qui aurait des « desseins » cachés. Ma démarche est complètement transparente : la recherche de la vérité sur une affaire qui inquiète réellement les épargnants depuis votre article sur les soit-disant « faux napoléons fourrés au tungstène ».
      Je n’ai fait qu’affirmer un fait. Ces faux au tungstène n’existent pas. A vous maintenant de nous prouver le contraire.

      On pourrait s’interroger en revanche sur vos « desseins » à vous. Quel est votre intérêt à propager de fausses rumeurs ?


      « Car pour le soi-disant plagiat, j’ai déjà répondu très clairement. Cela ne s’applique pas ici. »

      Ce n’est pas à moi qu’il faut répondre mais au véritable auteur de ce texte, ajouté à quelques excuses qui ne seraient pas superflues...


      « A mon tour de vous poser une question : Avant que je mette en ligne cette transcription dont je n’ai jamais revendiqué être l’auteur original, j’avais vu, lors de mes recherches de sourçage, que l’article original de 2010 avait été publié in-extenso sans aucune modification et sans aucune référence à la source »

      Oh l’excuse minable ! Je plagie mais je suis pas le seul... Je vole mais y a d’autres voleurs... Pathétique.


      « Pour finir, comme je l’ai dit en PS3 : je posterai prochainement une réponse. Et restez en ligne, elle vous concernera au 1er chef. »

      Du teasing maintenant... 
      Vous avez vraiment le marketing dans la peau smiley

      Mais faites gaffe, tant que vous n’apporterez aucune réponse aux questions posées, votre auditoire (y compris moi) risque de se lasser très vite...

  • Micka FRENCH Micka FRENCH 5 juillet 2012 10:07

    De l’Ecossaise...

    Certes l’or est un placement sympa pour ceux qui en possèdent.

    En acquérir aujourd’hui, où le cours est à 52€ par gramme (rachat à 48€/gr) et où le Napoléon en 20 Francs or cote 265€ (rachat à 255€, va dmeander une longue patience pour en retirer un bénéfice... sauf en cas de crack boursier, ce qui ne saurait tarder.

    Beaucoup de lecteurs se posent la question de l’arnaque aux pièces d’or.
    Il est certain qu’acheter ce genre de valeur sur Le Bon Coin risque de poser de gros problèmes de fiabilité.

    Il existe des officines spécialisées et honnêtes qui achètent et vendent en toute quiétude.

    Pour ceux qui seraient etntés par le chant des sirènes des pubs-télé qui vous rachètent votre or par correspondance,, il faut savoirque la plupart sont à l’étranger et que la fiabilté est incertaine.

    Attention également aux margoulins qui vous rachètent généreusement, comme je l’ai vu en France sur d’immenses affiches apposées dans certains centres commerciaux, votre Napoléon 20 Francs or à 180€ et votre gramme d’or à 25 € en toute légalité.....

    Le site du Comptoir National de l’Or vous guidera au mieux de vos intéreêts.
    http://www.gold.fr/cours-prix-de-l-or/

    Micka FRENCH, dorée sur tranche sur le Web...
    http://Mickafrench.unblog.fr


  • goc goc 5 juillet 2012 11:52

    @ l’auteur


    votre article est tres intéressante

    j’y ajouterais juste un commentaire
    il faudrait aussi pousser la comparaison avec les actions et rentes (bons du trésor français par exemple)

    A ce sujet et pour faire une comparaison plus « rapide »
    si en 2007, un actionnaire SG (Société Générale) vendait 4 actions il pouvait s’offrir une once d’or
    si en 2012, il revendait cette même once d’or, il pourrait racheter.. 110 actions SG
    comme disait JP Gaillard, l’or c’est nul il faut investir dans les actions

  • bergerlotois 5 juillet 2012 12:52

    Ce que je remarque, c’est qu’il vaudrait mieux être payé en kg de pain : voilà au moins une valeur qui ne bouge pas (encore qu’il y a 100 ans il devait être plus nourrissant...)


  • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 5 juillet 2012 13:47

    « 1 kg de pain coute 4 euros »

    Je le paye 3€, c’est un mélange de complet et seigle bio, le blè est cultivé et le pain est fait par la même personne. Je sais il y a beaucoup d’abus sur le prix du pain complet, il faut éviter les revendeurs ou même au besoin de le faire soi-même, il peut être congelé, frais il se conserve 1 semaine...
     smiley


  • nonolpr 7 juillet 2012 13:44

    Le pauvre anatole aurait choisi des billets de banque 5 francs bleus neufs conservé ceux-ci intacts jusqu’à aujourd’hui, ses descendants aurait pu les revendre au moins 270 euros pièce (prix de la qualité sup de 1913, moins bien que neuf donc sur cgb). Avec 20 billets ils auraient obtenu 5400 euros... 4 fois plus qu’avec de l’or. Je vous laisse calculer la quantité de pain :)
    Et même le 100 francs Merson, je ne connais pas sa cote en neuf, mais en TB+ il est déjà à 330 euros. Pas impossible qu’il depasse le prix des napoléons.
    Peut-être qu’avec vos pièces de 5 centimes d’euros vous pourrez un jour vous acheter une maison... mais il faut savoir être patient...


  • gnarf 11 juillet 2012 15:16

    Tres bon article qui demontre une chose tout a fait contre-intuitive : la monnaie est quelque-chose de vertueux (j’entends deja les hurlements).


    C’est du travail transforme en especes sonnantes et trebuchantes certes, mais cette transformation le rend volatile. Il s’evapore extremement vite. Comme l’electricite, il est impossible de le conserver sans en perdre la quasi totalite.

    Il faut utiliser en permanence son argent a faire quelque-chose, construire, echanger ou rendre service a ses semblables, rien ne sert de le garder. 
    Contrairement a l’or qui peut se garder egoistement, il est impossible de garder de la monnaie sans la faire fructifier (investir, preter), c’est a dire en faire quelque-chose qui forcement profitera a quelqu’un d’autre.
    Et ca c’est plutot vertueux. 

  • Nicolas Marchal 31 juillet 2012 11:57

    Que pensez-vous des livrets d’épargne avec des super taux d’intérêt. Par exemple avec l’épargne BforBank il y a un taux promotionnel de 5% !!


  • jean45004 28 novembre 2012 14:57

    Certains d’entre vous parlent d’investir dans l’or, mais attention, l’Or est un domaine vraiment spécifique et il existe beaucoup de désinformation sur le sujet.


    Il ne faut pas tomber dans les clichés et aujourd’hui, investir dans des domaines plus traditionnel est parfois une meilleure solution pour les néophytes.

    Toutefois, si vous vous intéressez un minimum au marché, que vous suivez les cours depuis quelques semaines voire quelque mois, alors l’or est sans conteste un domaine intéressant où placer ses économies limite grandement les risques et où les bonnes affaires restent tout à fait d’actualité, malgré la crise.

Réagir