samedi 17 mars 2018 - par Gasty

Homo Végétalien Vs Homo Sapiens

Les "bêtes" peuvent-elles être plus évoluées que nous ? Quels sont les critères de valeurs sur l’évolution des espèces ? L’espèce humaine se serait-elle autorisée à être LA plus évoluée sans jamais se remettre en question au fil des siècles ! Son intellect est-il la valeur dominante et son cerveau le fondement ? Aveuglé par ce jugement jamais remis en cause il aurait été pourtant intéressant de regarder ailleurs. Car si cela avait été l’estomac, la reine de l’évolution aurait été la vache avec ses fonctions digestives complexes : une panse, un bonnet, un feuillet et une caillette.
L’homme n’a vu qu’une chose, être en haut et être le plus parfait de la création. Est-ce à cause de sa position verticale ? Sinon, jamais il n’aurait pu rivaliser avec cet animal au regard... comment dire !...

Bref ! Stomacalement, face à une vache nous sommes des sous-développés. Mais maintenant que des études récentes ont démontré que notre estomac est pourvu d’environ 500 millions de neurones et de centaines de milliards de bactéries capables d’influencer nos émotions et notre personnalité et avec lesquels nous vivons en symbiose… plus rien n’empêchera à présent les homos végétaliens de s’emparer de l’évolution humaine. Assiste-t-on à un tournant de l’espèce humaine ? Quelles sont les intentions de l’homo végétalien vis-à-vis de l’Homo sapiens ?

En fait, les intentions du végétalien de base tournent autour de peu de chose et principalement autour de lui. La base primaire à l’adhésion au végétalisme est économique ou affaire de surpoids. Ensuite vient l’envie de vouloir se sentir différent, se démarquer de l’histoire fondamentale de l’humanité pour seulement être de son temps parce qu’issu de la surpopulation et de l’industrie agro-alimentaire. L’objectif, s’installer à notre table. Leurs raisonnements s’élaborent dans une cuisine, ils assaisonnent leurs spécialités culinaires avec des sentiments dévoués à la cause animale.

Ce sont généralement des jeunes très influencés par la mode et refusant leur silhouette hors mode. C’est furieusement efficace si on ne boit pas des litres de Coca. Mais il ne faut pas perdre de vue les dangers de ce type d’alimentation.

Toutefois on ne peut tenir son blog de jeune végétalien sur des motifs d’économies ou pour seulement une silhouette de magazine… Ce n’est pas suffisant pour se sentir différent, bien au contraire. Il faut donc se prévaloir de causes nobles et généreuses en allant s’approvisionner chez les gourous du végétalisme.

Histoire : En 1940 Donald Watson a été le fondateur de la Vegan Society qui a donné au véganisme une forme d’existence originelle dont le mode d’ordre fut : « le véganisme est la doctrine selon laquelle les humains doivent vivre sans exploiter les animaux ». En 1970 il ira plus loin en déclarant : « les animaux ne doivent être utilisés ni pour la nourriture, que ce soit la viande, le lait ou encore le miel, ni pour l’habillement, et qu’ils ne doivent en aucun cas être exploités et traités avec cruauté, par exemple pour des recherches médicales ou la fabrication de cosmétiques ».

On est donc végétalien quand on est francophone, Vegan si l’on est anglophone. Vegan provient des premières et dernières lettres de « végétarian ».

Le végétalien ne consomme donc pas de viande. Mais bien plus que cela, il ne consomme pas non plus tous les produits comme le lait, le fromage, le beurre, les yaourts, le miel, les œufs, poissons et fruits de mer. Mais ce n’est pas fini, les vêtements ne doivent pas être d’origine animale comme le cuir ou la fourrure et tout ce qui proviendrait d’une exploitation animale, telle que la soie, qui est produite par les vers, ou encore la laine ou le cachemire.

« Proviendrait et exploitation », est-ce à dire qu’un troupeau et le nombre requis pour en juger serait synonyme d’exploitation et sa provenance acceptable ou pas. J’aimerais qu’un végétalien m’éclaire un peu : à partir de quel moment je peux porter un vêtement en laine d’un mouton qui ne se sentirait pas exploité ? S’il s’agit d’une affaire de tonte, un mouton qu’il soit isolé ou dans un troupeau pourrait bien se sentir exploité dès qu’il se fait tondre. Je ne vois pas bien ! Si ce n’est qu’on ne fait pas de profit avec un seul mouton, ce qui tendrait à affirmer que le véritable problème n’est pas de porter un vêtement en laine mais un problème de surexploitation dans une société en perpétuelle expansion. Il y a de fortes chances que nous soyons nous aussi le produit d’une exploitation. Ce ne serait donc pas une affaire exclusivement animale mais bien une affaire qui va bien au delà du bœuf bourguignon ou du ragout de mouton. Et de mon avis ce n’est pas en mangeant de l’herbe que les problèmes vont disparaitre. On peut seulement la considérer comme une solution, mais une solution qui n’est pas LA solution.

Ainsi, vous devriez donc pouvoir reconnaître un végétalien à sa tenue vestimentaire de la tête aux chaussures.

Dans le pire des cas, ce sera devant votre ragout de mouton que vous rencontrerez le pur végétalien noble et généreux, son discours sera de vous culpabiliser à mort afin de vous convertir à la pureté d’une existence moderne dans une nature entrevue depuis un balcon avec ses jardinières en plastique ou en bois imputrescible.

Vous serez un mangeur de cadavre accusé de participer à l’extermination animale dans des camps de concentration et à sa maltraitance. Même si vous étiez sensibilisé au sort des animaux et respectueux de la nature, vous vous retrouverez projeté dans la cour des salauds. Car eux savent, ils ont le monopole des petites fleurs, du chant des oiseaux, des lapins qui gambadent parmi les champs de carottes, des faons qui jouent près de leurs maman, des abeilles qui butinent et tous ça !

Pas de pesticides, pas de protéines animales, que du propre. La mort et la prédation n’existent pas dans le monde du végétalien qui se fait livrer à domicile son cageot de bananes fraichement descendu de l’avion cargo (bon j’exagère mais juste un peu). Je ne sais pas ce que pourrait en penser un vieux chêne toujours debout et qui a vu s’agiter près de son tronc toutes sorte d’animaux temporellement pressés de vivre et qui furent pour lui une source d’azote non négligeable dans son règne de végétal. (L’enfoiré, il cache bien son jeu)

Que faire ? Non pas contre les végétaliens mais contre nos habitudes alimentaires qui sont devenues il faut bien l’avouer inacceptables, parce qu’il ne s’agit pas ici de le nier. Le producteur recherchant la rentabilité s’inscrit dans un impératif économique au détriment de tout le reste. Tout le reste c’est entre autres les filières de production qui vont de l’élevage, au transport et à l’abattage-découpe. L 214 vous informe sur la réalité de la production de viande mais s’inscrit aussi dans la mouvance végétalisme dur.

Faudra-il procéder à un changement radical de notre métabolisme en pulvérisant les frontières du temps nécessaire à concrétiser la théorie de l’évolution de Darwin par une sélection artificiellement créée ? J’ai un doute sur le résultat...et sur ce que je dis. Ou ne faudrait-il pas revenir à une consommation de viande plus respectueuse de l’élevage et de l’abattage dans des proportions qui permettraient une industrie bio de l’élevage. Pour rappel, le mode d’élevage biologique est fondé sur le respect du bien-être animal. Les animaux disposent obligatoirement d’un accès au plein air et d’espace et sont soignés en priorité avec des médecines douces.

 Il nous faut donc revenir à des consommations respectueuses de l’environnement et des solutions qui ne soient pas seulement des élucubrations prétentieuses et culpabilisantes. Nous devons réduire impérativement notre consommation quotidienne de viande et réduire ce gaspillage insensé de produits qui finissent dans les poubelles.

Si le végétalien veut absolument participer en adoptant une position radicale dans son alimentation et ses attitudes, qu’il soit le bienvenu mais il faut qu’il en mesure les conséquences.

Il peut s’écouler plusieurs mois voire même plusieurs années avant qu’il n’en ressente les effets négatifs sur sa santé causés par un manque de nutriments et de protéines animales. Pour n’en citer que quelques-uns, troubles hormonaux et glande thyroïde, manque de libido, de fer et d’énergie, carence en créatine, Carnocine etc.. La vitamine B12 impliquée dans le fonctionnement de chaque cellule du corps est particulièrement importante dans la formation du sang et le fonctionnement du cerveau, on ne peut pas s’en passer. C’est une carence majeure pour un végétalien. Il doit absolument se procurer de la vitamine B12 .

Qui peut fournir la vitamine B12 aux végétaliens ? Les producteurs industriels qui la fournissent aux éleveurs de viandes, ceux-ci la destinant aux animaux d’élevage pour optimiser leur croissance à des fins de rentabilité. Pour la consommation humaine celle-ci fait l’objet d’une déprotéinisation et d’une chromatographie (méthode séparative qui permet l’identification et le dosage des différents composés) pour atteindre un niveau extrêmement proche de la pureté. Sans cette production c’est la disparition du Végétalien. À l’exception de certains types d’algues qui peuvent avoir une ressemblance avec la vitamine B12 mais qui n’en possèdent pas les propriétés vitaminiques, la vitamine B 12 ne se retrouve absolument dans aucune plante. En outre, il existe une possibilité généralement utilisée par des animaux pour se fournir en vitamine B12, ce sont les micro-organismes présents dans l’intestin (microbiote) et qui se retrouvent dans les excréments. Mais nous ne mangeons pas nos excréments. Cependant des sacs plastique sont à disposition dans les jardins publics et certaines avenues.

Normalement ça ne devrait pas être le végétalien urbain noble et généreux qui utilise ces sacs car il est pratiquement dans l’obligation de mettre fin à ses relations avec son compagnon préféré tel que le chien ou le chat. Il n’est pas pensable qu’un végétalien puisse se rendre à la boucherie du coin acheter du mou ou des boîtes de pâtées ou encore des croquettes issues des abattoirs. Cela pourrait le mettre en contradiction avec ses principes.Et nourrir un chien ou un chat avec des carottes et des petits pois serait de la maltraitance. Il paraitrait qu’il existe des croquettes Végans dont personne ne sait véritablement quel impact peuvent avoir ces croquettes sur un carnivore… sauf peut-être à faire de l’expérimentation animale… Donc pas de végétalien promenant Mirza. Un lapin peut être… ou plutôt une tortue, vu que le végétalisme provoque aussi de l’anémie !

Est-ce que notre humanité de 7 milliards d’individus toujours en pleine expansion pourrait continuer à croître avec le végétalisme sans porter atteinte aux autres espèces animales ? Depuis que nous croissons sur terre, les espèces animales ont vu leurs diversités diminuer et pour certaines, disparaître définitivement.

La FAO semble avoir fixé le seuil de famine par habitant à 700m2. Si l’on s’intéresse uniquement à notre bien-être, quel volume de terre faut-il pour que vive une famille ?Pour que vive une famille avec deux enfants il faut compter au minimum 1 hectare et cela sans énergie pour le chauffage ou les déplacements.

A la place d’un toit pour tous, Imaginons répartir ce minimum pour chaque famille terrestre ! En se limitant uniquement à notre hexagone qui fait 64 380 100 hectares, ça fera bien entendu 64 380 100 familles avec le minimum. Mais cette superficie ne correspond pas aux terres cultivables. La SAU (surface agricole utile) française représente environ 29 000 000 hectares, ce qui fait un total de 116 millions de personnes auxquelles on peut attribuer le minimum requis. Évidemment dans cette répartition les villes n’existent plus et la densité sur le territoire des terres cultivables atteint une densité de 400 habitants au kilomètre carré sur 29 000 000 hectares. Dans ce type de configuration, la concentration humaine répartie sur ce territoire ne peut que nuire à la reproduction animale dont il ne resterait que les sous-bois pour habitat et les zones incultes mais sur lesquelles l’industrie viendra s'implanter. Des lieux généreusement concédés à ces animaux à l’instinct prédateur, le carnivore prédateur de l’herbivore et l’herbivore prédateur de nos cultures. Et puis ! Comme l’appropriation a toujours été une réalité dans notre monde d’humains, le minimum requis ne le resterait pas pour tous.

Qui du loup, du bovin, de l’ovin, du cerf, du sanglier sera le fléau de demain dans le monde végétalien ? Qui veut se poser la question de savoir quel est le minimum requis pour les espèces animales ? La FAO n’a pas son pendant à ce qui fixerait le seuil provoquant la disparition d’une espèce animale. Car si on devait rajouter ce seuil dans les droits de l’animal nous serions dans l’obligation de cesser immédiatement notre expansion.

Nous sommes dans une impasse, la configuration où nous nous sommes enfoncés est malheureusement celle qui ne peut que perdurer dans un monde de brute, une situation concentrationnaire pour tous. Que celle-ci soit avec production d’un cheptel animal ou bien production uniquement végétale, l’animal sauvage ou le cheptel se retrouvent irrémédiablement les victimes de notre expansion. Et pas seulement à cause de notre gout pour le bœuf bourguignon ou le ragout de mouton.

Qu’allons-nous faire ? Rétablir un seuil de survie pour l’animal dans son habitat naturel ou le laisser disparaitre progressivement sans bruit pour accueillir 12 milliard d’habitants végétaliens ou non ? Car si l’animal disparaît c’est bien à cause de son environnement qui lui est confisqué et ne lui permet plus de survivre. Alors est-ce qu’un végétalien peut m’affirmer que le fait de ne pas manger de viande va contribuer à respecter le territoire des autres occupants de cette planète et à ne plus exploiter ses ressources, qu’il ne participera plus à la disparition de cette diversité et que ses intentions sont louable et non meurtrières ? Que le labourage des terres à cultiver ne va pas détruire la faune sauvage ?... Mais peut-être que l’extermination des campagnols ou des vanneaux dans leur nid (pour ne citer que ceux-là) et qui ne suivent pas la filière viande n’intéresse pas le végétalien…Il faut être bovin pour cela.

Il est bien évident qu’une poule pondeuse sur la parcelle d’une famille de quatre personnes aurait des conditions de vie satisfaisantes et logiquement devrait satisfaire le végétalien… qui peut être pourrait oser manger un œuf. La poule est nourrie et logée, elle pond son œuf, il n’est pas fécondé, elle s’en fout, elle retourne manger, elle est heureuse, on mange son œuf, on est heureux. Par contre, pour nourrir une ville moyenne, c’est une autre affaire, ce n’est plus une production familiale et cela ne pourra le satisfaire même si c’est une structure de plein air. Et pour nourrir une mégalopole, y’a pas photo sur le type de production qui est utilisé. La première option est plaisante et me semble excellente. Qui va pouvoir régler ce problème ? Le végétalien, un bons virus ou alors une bonne guerre ?

Un virus ça se fabrique, une bonne guerre ça se prépare mais un végétalien… ça va faire quoi ! 

 

Interlude : Quand trois poules s’en vont aux champs

 La première va devant.

 La seconde suit la première,

 La troisième vient la dernière.

 Quand trois poules s’en vont aux champs,

 La première va devant.

Fin

Quant à nos racines ancestrales, pour nos amis végétaliens il n’y a pas de doute. L’Homme cumule des preuves considérables, anatomiques, anthropologiques et épidémiologiques qui le définissent comme un Herbivore.

Mais si nos premiers ancêtres, les Australopithèques, apparu il y a 7 millions d’années peuvent être considérés comme des végétariens, ce sont des végétariens pas des végétaliens !

Ensuite nous trouvons l’homme de Tautavel. Malheureusement cet homme de Tautavel a été un chasseur et sans doute un charognard. Son habitat a révélé des restes de rhinocéros, de chevaux, mouflons, etc. Bien que démuni d’arcs et de lances, l’Homme de cette époque n’avait pas besoin d’autre chose que de pieux, pics en bois et fossés en guise de pièges. Ne connaissant pas encore le feu, il mangeait sa viande cru.

C’est à l’âge du paléolithique supérieur, entre 45 000 et 10 000 ans que les arcs et les lances apparaissent. Ils ont été des chasseurs-cueilleurs et ont même laissé des fresques dans des cavernes, de magnifiques tableaux de chasses.

Je finirais par une citation qui pourrait tous nous mettre d’accord « Si tu ne manges pas, tu crèves »

Gasty

 

http://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/2013/02/15/cerveau-vos-entrailles

https://www.echlorial.fr/blog/intestins-pensent-200-millions-neurones/

Photo : https://pixabay.com/fr/photos/?order=popular



66 réactions


  • Jonas 17 mars 2018 11:56

    Le végétalien ne consomme donc pas de viande. Mais bien plus que cela, il ne consomme pas non plus tous les produits comme le lait, le fromage, le beurre, les yaourts, le miel, les œufs, poissons et fruits de mer."

    Ces végétaliens, qui se disent protecteurs et défenseurs de la Nature et de l’environnement, n’ont aucun scrupule à déraciner des pommes de terre, à écrabouiller ces cadavres et à les avaler sous forme de purée !
    Adeptes de la torture, les végétaliens partent à l’assaut de leurs proies avec des armes de catégorie D les plus dangereuses : couteaux, hachoirs, économes, katana de toutes tailles, et ne reculent devant aucun obstacle pour étouffer, ébouillanter, massacrer, violenter et infliger les pires tourments aux salsifis, carottes, tomates, concombres et autres pommes et oranges.
    http://beton-cire-caen.com/wp-content/uploads/2018/03/chaise-et-table-salle-a-manger-pour-couteau-de-cuisine-malette-elegant-malette-de-couteaux-de-cuisine-professionnel-good-cuisine-set-pro-of-chaise-et-table-salle-a-manger-pour-couteau-de-cuisine-malet.jpg
    http://servfloat.elyodata.com/images_produits/001/LAG001.3140.JPG
    http://servfloat.elyodata.com/images_produits/017/LAG017.7439.JPG
    http://servfloat.elyodata.com/images_produits/001/LAG001.4578.JPG

    Pour ceux qui doutent de la véracité de mes propos, un génocide de masse perpétré ici en toute impunité, une vidéo insoutenable à voir dans son intégralité que j’ai longtemps hésiter à poster, mais que j’ai finalement jugé nécessaire, afin que tous les riverains la visionnent, et ne puissent plus dire qu’ils ne savaient pas.

    Abject.


    • Xenozoid Xenozoid 17 mars 2018 12:07

      @Jonas
      et vous faite parti de quelle classification...virus ou parasite ?
      si vous répondez« les 2, mon captain »,n’hésitez pas ,le gras vous empêche de les voir

      il y a une difference a tuer un humain(pour la nourriture),et en tuer des millions (pour son plaisir) pour en faire des abats jour et autre chaussure. non ?


  • Giordano Bruno 17 mars 2018 12:10

    D’un point de vue évolutif, l’homo sapiens a régressé depuis son âge d’or préhistorique. Il est devenu un animal domestique, comme le chien, le chat, la poule... Comme eux il est devenu dépendant du milieu créé par les hommes. Prenez un groupe d’une vingtaine de parisiens. Mettez-les sur une île déserte a perpétuité. Ils auront tôt fait de disparaître.

    L’homme d’aujourd’hui est à l’homo sapiens préhistorique ce que le chien est au loup. Il n’y a pas de quoi être fier. L’environnement humain étant de plus capable de pallier les déficiences génétiques, en particulier grâce à la médecine, l’homme de demain a toutes les raisons d’être encore plus faible que celui d’aujourd’hui.


  • taketheeffinbus 17 mars 2018 12:22

    Alors là, j’ai jamais vu un tel torchon sur ce sujet, rien que des généralisation et préjugés douteux, à traiter les végétaliens en pestiférés, des raccourcis, et des attaques gratuites et sans fondements, comme ça a pu être fait avec les geeks à une époque...

    Je ne sais même pas comment ça a pu passer la modération.  smiley


    • Cateaufoncel 17 mars 2018 14:59

      @taketheeffinbus

      « ...à traiter les végétaliens en pestiférés... »

      Alors que ce sont juste des bouffons - pour l’essentiel de type caucasoïde européen, et de condition sociale de moyenne à aisée -, qui ne peuvent proliférer que dans des sociétés fonctionnant sur un mode séculaire, voire millénair, normal, et inventant pour eux de quoi satisfaire leurs toquades, lubies et préjugés.

      Savent-ils seulement que si on ne trait pas une vache, elle meurt, et que si on ne tond pas un mouton, sa toison devient si lourde, qu’il finit par ne plus pouvoir se déplacer ?

      Mouton errant n’ayant pas été tondu pendant six ans (Australie)


    • Clement P. 17 mars 2018 21:01

      @Cateaufoncel

      « Savent-ils seulement que si on ne trait pas une vache, elle meurt »

      LOL je voie que tu connais bien la nature... et que tu es bien au dessus de toutes ces personnes "qui ne peuvent proliférer que dans des sociétés fonctionnant sur un mode séculaire, voire millénair(e), normal, et inventant pour eux de quoi satisfaire leurs toquades, lubies et préjugés.« ...

      Bref.. se serait surtout oublier que la vache en question comme toute les femelles de mammifère (humain inclus bien sur) ne produisent du lait de lors de la gestation (ou de grossesse psychologique, mais c’est une autre histoire...) Donc pour que nous humain pouvons »récupérer" (les vegan diront voler) le lait de la vache. Il faut d’abord faire tomber enceinte la vache (avec un taureau ou artificiellement..) puis une fois que le veau née, on le sépare de sa mère pour pouvoir l’envoyer a l’abattoir et ainsi pouvoir récupérer le lait dont le veau n’a plus besoin. Bien sur on ne tue pas tout les veau on en garde suffisamment pour pouvoir renouveler ou agrandir le troupeau.

      Il ne faut pas oublier aussi que les vaches comme le mouton sont des animaux créer par l’homme grâce a la modification génétique par la sélection et la reproduction. Si la vache produit autant de lait jusqu’a lui exploser les mamelle si son veau ne la tète pas ou que l’on ne la trait pas, c’est bien parce que on la créer pour ça !
      De même pour le moutons qui a l’origine etait un mouflon qu’on a modifié pour faire en sorte que sa laine ne s’arrete plus de grandir. ce qui n’existe pas dans la nature .

      Donc oui un monde vegan signifierait une grande diminution des espèces domestiques qui aurait parfois du mal a survivre livré a eux même dans un milieu sauvage, mais est ce vraiment un problème ?


    • Cateaufoncel 17 mars 2018 22:19

      @Clement P.

      Suis-je bête !

      J’envisageais une vie normale pour des animaux dont vous n’aurez plus besoin... Je n’avais pas pensé que, devenus inutiles et rien que coûteux, il faudrait soit les euthanasier, soit les laisser crever, « livrés à eux-mêmes », comme vous dites...

      Ce qui me remet en mémoire l’histoire de la vache de la communauté, naturiste et végétarienne, du Monte Verità, au-dessus d’Ascona, dans le canton du Tessin, en Suisse. Fondée en 1900, elle connut son heure de gloire dans l’entre-deux-guerres, et on ne compte pas les célébrités qui y séjournèrent.

      Je copie-colle de Wikipedia, juste pour montrer que ce n’était pas une extravagance de précurseurs des baba-cools : Hermann Hesse, Carl Jung, Erich Maria Remarque, Hugo Ball, Else Lasker-Schüler, Stefan George, Isadora Duncan, Carl Eugen Quille, Paul Klee, Carlo Mense, Arnold Ehret, Rudolf Steiner, Mary Wigman, Max Picard, Ernst Toller, Henry van de Velde, Fanny zu Reventlow, Rudolf von Laban, Frieda et Else von Richthofen, Otto Gross, Erich Mühsam, Karl Wilhelm Diefenbach, Walter Segal, Max Weber, Gustav Stresemann et Gustav Nagel.

      Excusez du peu.

      Dans des circonstances dont j’ai oublié le détail, si tant est que je l’aie jamais connu, un visiteur proposa de leur donner une vache. Ils hésitèrent puis finir par accepter, en fixant comme condition que l’animal pourrait vivre libre de toute contrainte, dans la propriété de la communauté. Ainsi fut fait, jusqu’au jour où, profitant de sa totale liberté et livrée à elle-même, la vache but un seau d’eau de lessive, et en creva…

      On peut en rire, à l’heure qu’il est, elle serait morte quand même…


    • Clement P. 18 mars 2018 11:47

      @Cateaufoncel

      Complétement con comme exemple il suffit de taper sur google empoisonnement vache pour trouver une liste infini de fait divers d’empoisonnement « accidentel » de vaches.
      Alors que sa soit avec un groupe d’hippy naturiste ou d’éleveur « professionnel » un accident peut arriver. Mais dire que les vaches sont mieux traiter et ou qu’elles on moins de risque en étant enfermé dans un box ou dans un parc c’est juste complétement con comme raisonnement.
      Les herbivore sont normalement des animaux qui vivent en groupe et qui sont nomades. il sont aussi souvent suivi par des prédateurs qui régule la population en fonction des ressources.
      Alors oui il y en a qui se font bouffer mais c’est la vie.

      Mais pour moi ce n’est pas le véritable problème.

      Le problème fondamental ce n’est pas savoir qui a le plus raison entre un viandar ou un vegan ( je suis un fils de paysans chasseurs, ex viandar mais aussi ex vegan apes 5 ans, et je peut vous dire qu’on se met tous le doit dans l’œil.

      Le problème fondamental c’est la place de l’homme sur terre ! Nous avons cette terrible habitude de croire que nous sommes le centre du monde et les maitres de cette terres mais c’est faux nous ne sommes qu’un élément insignifiant de notre eco systeme. (si l’homme disparait la terre se porte mieux, le plancton ou les abeilles disparaissent et c’est presque la fin du monde... on pèse pas lourd ! )
      donc pour moi tan que nous ne reconsidérons pas le problème de la surpopulation humaine et de la part des terres que nous occupons au détriments de la faune et la flore sauvage. L’humanité va a sa perte, vegan ou pas !


    • Cateaufoncel 18 mars 2018 13:33

      @Clement P.

      « Complétement con comme exemples... »

      Pas du tout, il montre ce qu’il se passe quand des gens - et pas n’importe lesquels, des friqués à hautes prétentions intellectuelles - font passer leurs principes avant des considérations de bon sens élémentaire.

      « ... nous ne sommes qu’un élément insignifiant de notre eco systeme. »

      Et nous-mêmes, vous, moi, à titre individuel, ne sommes qu’un élément insignifiantissime de notre écosystème. Tellement insignifiantissime qu’il y a beaucoup de suffisance, je trouve, dans le fait de croire pouvoir changer quelque chose au destin de la planète et de l’espèce.

      Que pesons-nous face à quelques milliards d’individus qui aspirent à notre mode de vie et qui tentent de s’en rapprocher ?

      A l’opposé, je n’écarte pas le principe de la capacité de la nature à rétablir elle-même des équilibres.


  • Montdragon Montdragon 17 mars 2018 13:02

    Nous fumes frugivores entre -55 millions d’années et -2 millions d’années.
    Tous au jus de fruit, hop.


    • DIOGENE DIOGENE 18 mars 2018 10:16

      @Montdragon
      C’est Néanderthal qui était frugivore, et il a disparu comme le feront les végan. C’est parce qu’il a mangé de la viande que l’homosapiens a vu son cerveau se développer

      Bon article, félicitations à l’auteur.


    • Montdragon Montdragon 18 mars 2018 10:52

      @DIOGENE
      Oui c’est bien pour cela que j’ai en gros annoncé - 2 millions d’années, voyez-vous.
      Et non, ce sont tous les singes qui sont frugivores puisque les fruits ont créés la classe des primates à proprement parler.
      En effet c’est bien la viande qui a permis le développement du cerveau merci grand Gana !


  • jjwaDal jjwaDal 17 mars 2018 13:02

    En « spoiler » je suis végétarien depuis 30 ans et nullement végétalien. Je pense néanmoins connaître un peu le sujet...
    Je pense déjà que ça fait un bon moment que nous ne nous habillons plus avec des peaux de bêtes et que manger de la viande ou même du poisson n’est pas une condition sine qua non de santé. Une question de survie pour nos ancêtres, pas dans un pays contemporain avec des produits alimentaires diversifiés et l’information pour les utiliser.
    La viande, poisson et lait de « culture » qui semblent en passe d’être commercialisés ne devraient à priori pas poser de soucis aux végétaliens et cela devrait faciliter leur vie.
    Refuser tout ce qui provient d’un animal (oeufs, produits laitiers par ex) relève de la religion pour moi. Une vache au prés à des conditons de vie bien plus paisibles que celle d’un herbivore en permanence sous la menace des carnivores et son espérance de vie me semble supérieure comme les conditions de sa mort.
    Les carences en végétalisme relèvent de la méconnaissance de nos besoins alimentaires. A noter que personne ne devrait devenir végétalien sans connaissance précise desdits besoins. C’est vital. Aimer vivre dans un monde de bizounours ne protége pas des maladies. La seule carence pas simple à gérer (hors comprimés) est bien la vitamine B12 qu’on peux en partie pallier par ex. en utilisant la levure de bière sous forme vivante et déshydratée.


    • Attila Attila 17 mars 2018 13:47

      @jjwaDal
      « Je pense déjà que ça fait un bon moment que nous ne nous habillons plus avec des peaux de bêtes »
      J’ai un blouson en peau de mouton retournée et des chaussures en cuir, suis-je croc-magnon ?

      « Aimer vivre dans un monde de bizounours »
      C’est le fond idéologique des végétariens : le refus d’admettre que nous sommes des animaux qui tuent pour vivre et mangent d’autres animaux.

      La distinction végétariens/végétaliens, je m’en tamponne !

      .


    • jjwaDal jjwaDal 17 mars 2018 15:32
      @Attila
      Croc-magnon manifestement pas. Mais un des chaînons manquants entre nos ancêtres arboricoles et les premiers hominidés se tenant debout bien possible (du moins à vous lire).

    • foufouille foufouille 17 mars 2018 16:53

      @jjwaDal
      aucun hominidé n’a été strictement végétarien et encore moins végétalien.


    • jjwaDal jjwaDal 17 mars 2018 20:25

      @foufouille
      Encore une fois, ce qui est possible aujourd’hui (par ex en France) ne l’était pas il y a quelques millions d’années (être végétarien voire végétalien) et ce qui était possible il y a encore deux siècles (manger toute la viande qu’on veut) ne l’est plus du fait de nos effectifs. Le cerveau humain décroche facilement dès qu’un problème est complexe. Prenez l’ex du Sissa qui demande en récompense d’avoir « inventé » le jeu d’échec , un grain de riz sur la première case, le double sur la seconde, le double sur la suivante jusqu’à la 64ième.
      Intuitivement il ne demande que quelques kilos de riz , mathématiquement il demande 2 à la puissance 63 grains de riz (soit 9 milliards de milliards de grains), bon ça doit en faire quelques tonnes à tout casser...
      Cela représente 720 Gt de riz. Et alors ? alors c’est 1000 ans de production mondiale de riz (une des principales céréales). Le problème de la consommation de viande (issue d’animaux) est asez comparable à cette petite histoire.


    • foufouille foufouille 17 mars 2018 21:19

      @jjwaDal
      ça marche pas comme ça car tu peux manger de la viande ou pas.
      c’est pareil pour ceux qui ne produisent pas de lactase et ne peuvent donc digérer le lait.


  • Sparker Sparker 17 mars 2018 13:48

    Bah bah bah bah bah,
    Encore un tissus d’âneries sur le végétalisme et l’indispensable viande...
    Je suis végétarien/lien depuis plus de 35 ans et j’en connais d’autres, faite moi rire avec vos bilan de santé...
    Achetez vous une fermette, élevez vos animaux, tuez les, bouffez les, chiez les (si vous pouvez encore) mais ne le faite pas sur le dos de ceux qui pensent que :
    LES ANIMAUX NE SONT PAS UNE RESSOURCE NATURELLE
    Si ça ne vous dis rien c’est pas grave ça parle à d’autres.
    Informez vous avant de vous rendre ridicule


    • Xenozoid Xenozoid 17 mars 2018 13:58

      @Sparker
      pourquoi tous ces défenseurs des plantes qui souffrent ne mangent ’il pas leur chien,ou leur chat....après tout, eh puis on peux même les battre a mort,la viande est meilleur plus sanguine. le stress c’est tres bon...pour la santé,mais bon vu qu’il va crevé on s’en fout,c’est la nature....


    • Sparker Sparker 17 mars 2018 14:16

      @Xenozoid

      Oui c’est aussi sans reprendre l’attachement des gens avec les animaux, va faire un calin à une carotte !!!
      Ainsi l’ami d’une de mes filles ayant fait de l’équitation dans sa jeunesse et viandard aujourd’hui est incapable de manger du cheval comme un ami qui à un ranch.
      On peut même faire la « sélection » entre animal noble ou pas, toutes justifications sont bonnes.
      Les chinois mangent du chien, pas nous.
      C’est complètement subjectif, traditionnel et culturel.
      On a été anthropophage à une époque, mais on ne pouvait pas rester « une ressource naturelle » pour nous même alors on en a fait une morale, un tabou même c’est dire...
      Et après on s’afflige en bon pensant face aux horreurs que ce mépris mène à commettre, pfffft...


    • Xenozoid Xenozoid 17 mars 2018 14:26

      @Sparker
      ce quíl me plait toujours c’est de dire que les plantes souffrent aussi, donc les vegans sont hypocrites,ce sont les mêmes (anti cegan)qui te disent que les arabes on fait plus d’esclaves que les autres, en s’excusant de faire pire...c’est leur morale, un restant reptilien de la colonisation,et de l’eugenique..,morale de merde
      si tu voi la logique ?
      je suis vegetarien depuis 35 ans, j’évite le cuir aussi,mais c’est l’industrialisation du vivant qui ne me va pas,fut il animal humains ou autre,,,,brrrrr


    • foufouille foufouille 17 mars 2018 14:46

      @Xenozoid
      une plante est vivante, une huître aussi et c’est pas par ce que ça ne bouge que ça ressent rien.


    • Xenozoid Xenozoid 17 mars 2018 14:57

      @foufouille
      qui a dit ça ?

      en faire un argument ne vaut rien face a une souffrance ressenti,donc faisons souffrir ?
      je pige pas ce que tu veux dire ?
      toi tu es traumatise de tes vieux pas vacciné, faible et tout ,et miraculé de la science,tu a fais un choix non ?
      en quoi ceux qui te disent le contraire ont il tord ?
      si je ne suis pas d’accord avec des camps de concentration ou on prend l’homme pour un animal,je serais hypocrite, depuis que toi tu es miraculé et que je mange de la viande,mais aprouve l’extermination de millions de quintaux de soja manipulé,facon monsanto qui vous veux du bien ?

      monsanto fera bientôt des vaccins c’est sûr


    • foufouille foufouille 17 mars 2018 15:57

      @Xenozoid
      l’argument de la souffrance animal est une excuse bidon.


    • Xenozoid Xenozoid 17 mars 2018 16:22

      @foufouille
      la tienne aussi


    • foufouille foufouille 17 mars 2018 16:55

      @Xenozoid
      je suis né omnivore donc je ne vois aucune raison de ne pas manger de viande sauf si torturé comme les poules en cages.


    • taketheeffinbus 17 mars 2018 17:31

      @foufouille

      Cette blague, tu n’es pas né omnivore, c’est quelque chose que tu as acquis culturellement... De la même façon que des parents inculquent la religion à des gosses.

      Tout est système de croyances, il serait bon de ne pas l’oublier.


    • foufouille foufouille 17 mars 2018 18:05

      @taketheeffinbus
      ben non. une chèvre est végétarienne et une vache aussi mais encore plus stricte, manger de la viande les rend malade. certains animaux sont carnivores. d’autres omnivores comme nous.
      un vrai végétarien/lien a certainement régressé au niveau australopithèque.
       smiley
       


    • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus 17 mars 2018 18:24

      @Xenozoid

      Je suis carni-vaurien depuis 35 ans ...heureusement pour moi car je n’ aime pas les légumes surtout plein de pesticide .Pourquoi être hypocrite , mieux vaut assumer notre source de protéine , et l’ utilisation des sous produit de façon a ne rien perdre . 

      mais si un jours tu vient manger , je te garantie une salade bio pour respecter tes interdits.

      bye xeno



    • mmbbb 17 mars 2018 19:18

      @Sparker faites ce que vous voulez , mais il n ’est pas necessaire d etre injurieux envers les personnes qui ne pensent pas comme vous. j ai la fille d une de mes collegue de travail qui est vegan Elle correspond a l archetype de cette mouvance, issu de la petiet bourgeoisie aynt vecu en ville et appartenant desoramais a la classe des bo bos Elle a de surcroit un caractère exécrable bon a l instar des bouddhiste qui ont aussi le même profil socio culturel Quoi qu il en soit tant que vous n imposez rien , tout se passera bien


    • Xenozoid Xenozoid 18 mars 2018 11:56

      @foufouille
      la tienne aussi,je parlais de ta douleur


    • Xenozoid Xenozoid 18 mars 2018 12:00

      @Cyrus
      je n’ai pas d’interdit et ce n’est pas un tabou.tu mettras du fromage de ferme dans la salade,j’aime bien

      bye Cyrus


    • Sparker Sparker 18 mars 2018 12:55

      @mmbbb

      L’article est injurieux, prière de respecter l’ordre des choses et de ne pas coller les gens dans des stéréotypes...
      Je ne suis ni bobo (? ?) ni exécrable et 99% de mes amis ne sont pas végétariens.


    • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus 18 mars 2018 14:39

      @Xenozoid

      Volontiers , on peut même en faire une quantité limité , en soulageant la vache qui as perdu son veau.
      Mais ça ne me viendrais pas a l’ idée de forcer quelqu’un a en manger ....

      bye xeno .... au plaisir 

    • Xenozoid Xenozoid 18 mars 2018 14:54

      @Cyrus
      ta mere est restez nouricière, tout ce temps ? ,d’ou l’utilité de la vache,j’espère que tu ne veux pas son âme, à la vache...
      nous voulont votre ame

      vos portables.vos portefeuilles,votre temps,vos idees
      votre carte banquaire,vos licenses,vos pensées,vos peurs
      votre sang,votre transpiration,vos passions,vos regrets
      votre bureau,votre pause,vos modes,votre sexe
      vos medicaments,
      votre herbe,vos nichons,votre cul,votre rires,vos os
      ont veut tous ca
      ont veut votre âme

       quelles sont vos habitudes,vos faits,vos peurs,vos adresses,
      vos pointures,votre age,vos numéros,vos plans
      vos yeux
      Votre Programme, Votre Bureau, Vos Détails, Votre Vie.
      Montrez-nous Vos Enfants, Vos Photos, Votre Maison.
      Ici, Prenez le Crédit, Prenez une Assurance, Prenez un Prêt.
      avoir un Emploi, Recevez une Pension, aller vous coupez de cheveux, avoir un 3 piéces.
      Jouez au lotto, jouez au Football, jouez sur le terrain, les Sports a la télé
      Nous vous montrerons des Choses Nous montrerons des bon coups
      Nous vous achèterons des Choses, des Médicaments, le Grand boulevard, les Oiseaux
      Nous vous vendrons la Connerie Nous Vous chargerons le Gras
      Nous allons trouver des flingues et ont boira dans Votre Cuisine

      Nous Voulons Votre Âme

      Vos Pensées, Vos Émotions, Votre Amour, Vos Rêves
      Votre Carnet de chèques, Votre Résidence, Votre Sueur, Vos Cris
      Votre Sécurité, Votre Sobriété, Votre Innocence, Votre Société
      Votre Moi, Votre Endroit, Votre Distance, Votre Espace

      Retournez au lit,votre gouvernement est sous contrôle
      Ici, regardez-le, taisez-vous
      Vous êtes libres de faire comme nous vous disons
      Vous êtes libres de faire comme nous vous disons
      Nous Voulons Votre Âme

      Voici des Programmes, Voici des Questions, Voici Britney, Voici la Cola
      Voici la Pizza, Voici la TV, Voici un peu de Rock and Roll
      Regarde la pub, plus d’Annonce publicitaire, regarde Ruquier, Pas Taddei
      Achetez une Meilleure Vie du Confort de Votre Sofa
      Voici le Pop-corn, Voici des Magazines, Voici le Milk-shake, Voici des Blue-jeans
      Ici a Rembourré des Bustiers, Ici des grosses Voitures
      Voici des maillots de Foot, Voici des Bonnets rouges
      Voici des Causeries télévisées Vivantes, Voici des Jeux Vidéos, Voici la Cola Lite, Voici Orangina
      Voici Filtertips, Voici des Lèvres Collagen, Voici toute les bars de nuit, Voici des Gratte-culs en Plastique

      Nous Voulons Votre Âme

      Allez voter,sur 58 chaines
      Et félicitez-vous de votre vie sur le Terrain de Liberté
      Ici vous êtes en Démocratie
      Vous êtes libres de faire comme nous vous disons
      Vous êtes libres de faire comme nous vous disons

      Nous Voulons Votre Âme

      Voici les Pop-corn, Voici Magazines, Voici les Milkshakes, Voici blue jeans
      Voici Soutien-gorges rembourrés, Voici Longues Voitures
      Voici Maillot de Foot, Voici des bonnets rouge
      Voici de Très Très Très Très Très Très Très Très Très Longs reportages publicitaires

      nous voulons votre Âme


    • foufouille foufouille 18 mars 2018 15:14

      @Xenozoid
      la vache comme la chèvre produit du lait tout le temps mais ce n’est pas le cas des brebis.
      si une vache n’a pas de veau tous les ans, elle en produit moins. ça dépend aussi des races comme pour la poule pondeuse qui pourra pondre 330 oeufs par an.


    • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus 18 mars 2018 15:19

      @Xenozoid

      le diable est bon commercant ... ; il as compris que l’ habit fait le moine ;)

      vraiment trop vache smiley

    • Xenozoid Xenozoid 18 mars 2018 15:23

      @Cyrus
      et l’autre qui parle de ponte, j’ai rigolé


    • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus 18 mars 2018 15:56

      @Xenozoid

      La ponte fait mal au cul ....hi ...hi ...hi 

      j’ aime bien ton petit texte sur le consumérisme ... l’ ironie ne fait pas de mal ...

      Soit on assume de « consommer » , soit on réfléchit a sa façon de consommer pour ne pas gâcher
      soit on change de voie pour une végétarisme convaincu , et pourquoi pas militant mais pas proselithe.


      Pas besoin de se taper sur la gueule pour le contenu de nos assiettes smiley

  • PiXels PiXels 17 mars 2018 14:32
    Après la lecture fastidieuse d’une vingtaine de lignes, j’ai compris qu’il était inutile de perdre son temps !

    Enfilage de perles, sophismes, procès d’intention, mauvaise foi...... 
    En résumé : un torche-cul !

    Direction la « conclusion ». 
    (j’aurais dû commencer par là, je me serais épargné une légère envie de vomir.)

    Cette « conclusion » résume merveilleusement la vacuité intellectuelle de l’auteur :

    « Je finirais par une citation qui pourrait tous nous mettre d’accord « Si tu ne manges pas, tu crèves  »

    Citation : Passage cité (d’un auteur, d’un personnage célèbre)

    Gasty aurait-il l’amabilité de »citer« le génie qui a pondu cette phrase culte ?

    Personnellement je connaissais ;

    Mais bon, P. Péchin (que j’ai croisé à plusieurs reprises et qui nous a malheureusement quittés récemment) c’est pas V. Hugo et surtout, ça ne veut pas du tout dire la même chose.

    • Gasty Gasty 17 mars 2018 19:59

      @PiXels

      « Gasty aurait-il l’amabilité de »citer« le génie qui a pondu cette phrase culte ? »

      C’est moi !  smiley


    • PiXels PiXels 17 mars 2018 23:54

      @Gasty

      "« Gasty aurait-il l’amabilité de »citer« le génie qui a pondu cette phrase culte ? »

      C’est moi !


      Dans la série, je viens de me faire choper le doigt dans le pot de confiture du coup j’y enfonce le bras jusqu’au coude...


      Vous aviez peur que je vous prenne pour la moitié d’un con ?


      Rassurez-vous, j’ai bien compris que vous n’êtes pas du genre à faire dans la demi-mesure.


    • Gasty Gasty 18 mars 2018 08:35

      @PiXels

      Merci pour vos compliments.


    • PiXels PiXels 18 mars 2018 09:09

      @Gasty


      Il vous en prie.

      Mais de toute évidence, vous n’êtes pas seulement carnivore ;
      vous êtes également clownivore. 



  • sls0 sls0 17 mars 2018 16:45

    Pourquoi le Vs dans le titre ?

    Chacun son choix il y a peut être opposition dans l’alimentation mais on a pas à s’imposer à l’autre. Je mange de la viande mais peu, je suis le style de vie local. Demain c’est poulet, il faut le tuer, le plumer et le vider. Au moment de le tuer j’aurai pensée de remerciement pour son sacrifice.
    Ben oui, ce n’est pas l’achat sans conscience d’une barquette de viande sans identité au supermarché. Bon j’ai des canines et je les assume.
    On parle d’homosapiens, pas sûr qu’à l’origine il trouvait son poulet en barquette ou des vitamines B12.
    On est plus aux conditions préhistoriques, s’en servir comme référence c’est pas trop ça.
    De mon pays pauvre cet article et les discussions qui en découlent ça fait sourire, ici ça mange quand c’est possible et c’est certain que la terre est moins saccagée par eux que les vegans ou anti vegans de l’hexagone.
    Pour Noël je commande un cochon roti pour partager dans le barrio. Il faut voir la mine réjouïe des mioches car ils ont une voir deux cotelettes. Il savent la valeur des choses.

    Etre pour ou contre alors que l’on gaspille, c’est léger. Une discussions de gosses gâtés sans plus.



  • foufouille foufouille 17 mars 2018 18:17

    si il n’existes plus de race d’hominidé végétarien c’est par ce que les femelles broutaient l’herbe à 4 pattes le cul en l’air, carnivorus passant par là et voyant cela n’hésita pas à en profiter.
    évidement il trucida les mâles avant à coup de tronc d’arbre.


  • xana 17 mars 2018 20:48

    Moi j’ai bien aimé cet article. Il m’a fait rire et ses arguments ne sont pas si con que le prétendent certains ici.
    Je peux me permettre de me présenter comme un scientifique, et je vais renvoyer dos-à-dos les vegans et les viandards sur leurs arguments préhistoriques, basés sur des préjugés enfantins.
    Comme beaucoup d’animaux, les primates dont nous descendons (notre principale évolution étant le port du costume trois-pièces) sont surtout opportunistes. Ils mangent des végétaux parce que ça ne se sauve pas à toute allure à leur approche, mais les escargots, les insectes ou même une petite charogne de temps en temps font varier les plaisirs. Demandez à votre cochon préféré (le plus proche parent de l’homme pour son alimentation comme pour ses moeurs). Notre cousin direct (98% du génome commun) le chimpanzé est théoriquement frugivore, mais j’en ai vu manger des lézards et même de petits singes. Il paraît aussi (mais je n’en ai pas été témoin) qu’ils pratiquent parfois le cannibalisme. Pas étonnant puisque les tribus de chimpanzés se font la guerre.

    Quant aux australopithèques, erectus, néanderthaliens et autre sapiens, il est certain qu’ils n’ont pas attendu d’inventer des armes puissantes pour manger non-végan. Quoiqu’il soit très exagéré de les voir en carnivores exclusifs. Même les Inuits il y a un siècle mettaient un peu d’airelles et d’algues pour accompagner leur phoque faisandé. Il est clair que « ca fait bien » de prétendre manger un mammouth chaque jour ; la réalité est que l’on devait manger davantage de racines et d’escargots, mais il n’y a pas là de quoi se glorifier. Combien de nos jours avouent qu’ils mangent surtout des pâtes à la maison parce que c’est facile et surtout moins cher que d’aller au MacDo ?

    Je suis bien d’accord avec l’auteur de l’article sur le fait qu’il serait important dans notre monde de la grande bouffe de réduire les excès, en particulier la consommation absurde de viande chaque jour.
    Je ne me sens pas particulièrement bobo en disant que les conditions d’élevage concentrationnaires sont un scandale comme la plupart des abattoirs. Qui a vu de près les parcs à saumons dans les rias d’Ecosse ne mangera plus de saumon d’élevage. Je ne prétends pas que tuer le cochon en famille comme nous le faisons ici (en Roumanie) soit exemplaire, je pourrais raconter des histoires hallucinantes de cochons égorgés enfuis dans la neige, etc. Mais le plus répugnant c’est cet aspect industriel de l’élevage et de l’abattage qui rappelle Auschwitz, et qui est directement la conséquence de notre incapacité à simplement essayer de limiter notre prolifération.
    Si on se fout vraiment d’être 7 milliards de cons sur Terre, alors il faut admettre que les animaux et la plupart des végétaux n’y auront plus leur place. Définitivement. Et pleurer sur la souffrance animale est juste une hypocrisie de plus (nous en sommes coutumiers).

    Nos bobos végans prétendent vivre dans la simplicité comme Théodore Monod, mais en réalité ils seraient incapables de vivre comme lui d’une poignée de dattes. Ils peuvent se permettre de faire les évolués parce qu’ils ont derrière eux toute l’industrie chimique et pharmacologique, qui leur dispense (mais pas gratuitement) tous les petits suppléments alimentaires qui leur rendent le véganisme un peu plus fun. La vitamine B12, mais pas seulement !

    On peut être végétal(r)ien par conviction, et même de bonne foi. Ca existe, j’en connais.
    Cependant il s’agit principalement d’une mode. Il suffit de voir dans quelles tranches d’âge et dans quelles classes sociales le véganisme recrute. Ca fait bien d’être quelque-chose quand on n’est pas grand-chose.
    Rien que le nom (pardon, le titre) que se donnent les « vegans » (sans accent ça fait encore mieux), ça fait anglo-saxon donc au top de la civilisation. Si ce mot n’avait pas été inventé, je suis sûr que les trois-quarts d’entre eux se seraient refusés à être végétariens ou végétaliens, le mot est terriblement has-been !


  • DésertSolitaire DésertSolitaire 18 mars 2018 06:38

    Billet sans queue ni tête, avec un mélange entre animalisme et démographie, quel rapport ?. Je retiendrais juste le profond mépris pour les animaux, dès le début le ton est donné. 
     "L’homme n’a vu qu’une chose, être en haut et être le plus parfait de la création. Est-ce à cause de sa position verticale ? Sinon, jamais il n’aurait pu rivaliser avec cet animal au regard... comment dire !...

    Le mépris qu’on retrouve également dans les commentaires, avec des appels au meurtre et au suicide. 
    La voilà l’humanité, magnifiquement représentée par ses membres agoravox.


    • Gasty Gasty 18 mars 2018 09:23

      @DésertSolitaire

      Traité avec mépris ? Mais je n’ai aucun mépris envers une vache au regard bovin ( ça me revient)

      Je dis que le problème ce n’est pas le ragout de mouton et que la future disparition annoncé du Guépard , n’est pas dû au fait que nous ne soyons pas herbivore ou parce qu’il fut un carnivore mais bien à cause de notre démographie que nous ne maitrisons plus. Manger du tofu et oublier le ragout de mouton n’y changera rien.

      « Le guépard, animal le plus rapide du monde, est un animal qui a besoin de beaucoup d’espace pour vivre. ... ce sont les hommes directement : la faute à leurs activités, à l’urbanisation... »


  • DésertSolitaire DésertSolitaire 18 mars 2018 07:03

    « Il est bien évident qu’une poule pondeuse sur la parcelle d’une famille de quatre personnes aurait des conditions de vie satisfaisantes et logiquement devrait satisfaire le végétalien… qui peut être pourrait oser manger un œuf. La poule est nourrie et logée, elle pond son œuf, il n’est pas fécondé, elle s’en fout, elle retourne manger, elle est heureuse, on mange son œuf, on est heureux. »

    Tiens je vais prendre un petit africain, le nourrir, le loger et en tirer un bénéfice ; il sera heureux et moi aussi. 
    https://www.youtube.com/watch?v=0rvfp-uMdGA
    Les évidences sans aucune empathie. d’ou vient la poule


    « 
    Car si l’animal disparaît c’est bien à cause de son environnement qui lui est confisqué et ne lui permet plus de survivre. Alors est-ce qu’un végétalien peut m’affirmer que le fait de ne pas manger de viande va contribuer à respecter le territoire des autres occupants de cette planète et à ne plus exploiter ses ressources, qu’il ne participera plus à la disparition de cette diversité et que ses intentions sont louable et non meurtrières ? »

    http://www.greeneatz.com/wp-content/uploads/2013/01/foods-carbon-footprint-7.gif

    Est-ce que continuer à se goinfrer de produits animaux va contribuer à respecter le territoire des autres occupants de cette planète ? La réponse vous l’avez en temps réel partout dans le monde : NON
    Alors le végétalisme seul ne résoudra pas tout, mais c’est un levier à actionner, avec celui d’arrêter de se multiplier, se déplacer à ses petits muscles, mettre ses sous dans une banque éthique, ne plus polluer en rédigeant des articles qui conforte dans l’immobilisme ; etc . 
    Mon empreinte écologique : 1.7 hag en étant végane. Moyenne Fr : un peu plus de 5.


    Y a pas autre chose à dénoncer dans ce monde merdique qui flingue toute la vie et le monde sauvage que ceux qui agissent ? Vous faites quoi vous, où sont vos solutions et vos actions ? 


    • Gasty Gasty 18 mars 2018 09:31

      @DésertSolitaire

       Mes actions ne sont pas égocentrique , je suis sensible au sort des animaux et respectueux de la nature.


  • DésertSolitaire DésertSolitaire 18 mars 2018 07:10

    Les gens n’ont aucune solution pour tendre vers un monde plus juste pour tout les Terriens, et ne proposent aucune action concrete, à part faire basher un levier EFFICACE et conseiller le SUICIDE. 
    Toute ces leçon d’écologie hypocrites pour déboucher à de la haine. 

    « Si le végétalien veut absolument participer en adoptant une position radicale dans son alimentation et ses attitudes, qu’il soit le bienvenu mais il faut qu’il en mesure les conséquences. »

    La poutre dans l’œil ! 


  • PiXels PiXels 18 mars 2018 10:29

    Puisque vous aimez détourner des « citations » pour finalement vous les approprier, je vais m’y essayer à mon tour.

    « Quand le gogol montre son trou du cul, le sage préfère regarder la vraie lune »

    Vous êtes complètement à côté de la plaque.

    Ceux qui, voulant jouer les arbitres des élégances s’engouffrent dans vos arguments bidons le sont tout autant.Le sujet est d’ordre philosophique.

    A l’époque de l’abolitionnisme, les partisans de l’esclavage ont eux aussi tenté d’enfumer avec le même genre d’arguments.

    La bonne question n’est pas de savoir quand nos ancêtres ont commencé à adopter telle ou telle pratique ni combien de temps elles ont perduré mais de de se demander si ces pratiques sont toujours « acceptables ».

    Nous sommes tous « conditionnés » par notre éducation.

    La probabilité est très forte qu’un fils (et même une fille, « féminisme » oblige) de chasseur ou d’aficionado en vienne à non seulement apprécier ces « loisirs » d’un autre âge mais également à user des mêmes poncifs éculés pour justifier ses pulsions.
    A contrario, un môme élevé dans la compagnie et le respect des animaux ne tardera pas à comprendre que ce sont réellement des êtres sensibles capables de ressentir à peu près tous les mêmes sentiments qu’eux et développeront de ce fait à leur égard une naturelle empathie.

    Personne n’imagine que l’humanité va devenir végane du jour au lendemain et d’un claquement de doigt.

    Il y a deux siècles, les esclavagistes utilisaient le même genre de sophismes que vous afin de pouvoir continuer à profiter d’une pratique reconnue aujourd’hui à peu près unanimement comme barbare (vous en pensez quoi ?)

    Que vous vous inventiez toutes les excuses que vous voulez pour ignorer un phénomène que d’autres considèrent comme devenu problématique pour ne pas dire intolérable reste votre droit le plus strict.
    Mais cracher à la figure de ceux qui se posent des questions que vous préférez éluder parce qu’elles pourraient vous priver de vos petits plaisirs personnels, et qui mettent leurs actes en adéquation avec leurs pensées est juste lâche et ignoble.

    Pour que les choses soient claires et par souci d’honnêteté intellectuelle, pour de nombreuses raisons, je ne suis même pas encore parvenu à être simplement végétarien. (mais je mange de moins en moins de viande)

    Par contre j’ai un profond respect pour tous ceux qui s’impliquent d’une façon ou d’une autre dans la défense de la cause animale (comme pour tous ceux qui défendent une cause qui me semble "justé)

    • Gasty Gasty 18 mars 2018 11:38

      @PiXels

      Si je suis complètement à côté de la plaque, à vous lire vous êtes sur le bord de la plaque. Ne vous engagez pas plus loin.

      « de ceux qui se posent des questions » Mais encore faut-ils qu’ils aient seulement les bonnes réponses pour un changement réel de la société. Nous avons un métabolisme, ce que nous pouvons déjà contrôler c’est notre reproduction et aussi notre environnement en cessant d’en épuiser les ressources. Il me semble que j’en ai parlé. Tout ne se fait pas en un jour en effet, alors autant ne pas se tromper.
      Et l’empathie ne suffira pas.


    • PiXels PiXels 18 mars 2018 13:32

      @Gasty

      Pour résoudre un problème (par ex de math, mais pas que) il est indispensable de :
        - comprendre l’énoncé pour bien « poser » le problème
       - respecter les étapes du développement (ne pas chercher à commencer par la conclusion)

      Vous êtes tellement arc-bouté sur vos certitudes que vous ne faites ni l’un ni l’autre.

      «  Mais encore faut-ils qu’ils aient seulement les bonnes réponses pour un changement réel de la société. »

      Ce n’est pourtant pas faute d’avoir tenté de vous l’expliquer :
      le « problème » du végétarisme et du véganisme n’est pas d’ordre sociétal (environnemental) mais d’ordre philosophique.
      La question n’est pas (pour faire simple) « comment réguler la planète ? »
       mais
      « sachant qu’il peut désormais faire autrement, l’homme est-il toujours autorisé à considérer les autres espèces animales comme des marchandises qu’il peut exploiter, faire souffrir et tuer à sa guise ? »

      Encore une fois, la problématique est très proche pour ne pas dire la même que celle de l’esclavagisme.

      Mais comme vous vous bornez à y voir une question « écologique », forcément vous ne pouvez pas aboutir à la bonne conclusion.
      De la même façon que si dans l’énoncé d’un problème il est précisé que vous êtes en base duodécimale mais que vous ne tenez pas compte de cette précision et réalisez vos calculs en base décimale.

    • Alcyon 19 mars 2018 22:37

      @PiXels ahahah omnivore = esclavagiste. Tu mérites un point Godwin. Ton truc sur les gosses est risible. Ah, et en passant, ce sont les agriculteurs qui consomment le plus de viande de porc.


      Ce qui est chiant avec les extrémistes, c’est qu’ils ne comprennent pas qu’il y a un monde entre la consommation de viande actuelle, trop élevée, et le véganisme. Enfin, tu bouffes ce que tu veux mais ne viens pas me faire chier à m’expliquer comment je devrais manger.

      Alors bouffer des animaux n’est pas barbare. Mais oublions un peu lâcheté. Donc il ne faut pas manger de viande car c’est mal de tuer les animaux (mais pas les plantes ? Bon ...) mais c’est ok de laisser des animaux en bouffer d’autres, mais des hommes. Alors soit tu considères l’homme comme différent, et dans ce cas l’argument « on est de la même famille » ne tient pas, soit tu considères l’homme comme un animal et alors je décide d’être omnivore.

      Alors tes questions, je ne les ai pas éludées. C’est même plutôt toi qui élude ta propre contradiction, celle de lutter pour que des hommes ne bouffent plus des poulets mais pour laisser des renards le faire. Moi je mange ce que je peux car vivre implique de bouffer un autre être vivant. Alors pour moi, un poulet ou une pomme de terre, c’est kiff-kiff. Je n’ai pas plus de remords à bouffer le premier car il bougeait et faisait kot-kot.

  • zygzornifle zygzornifle 18 mars 2018 10:34

    Belle photo de mougeon ....


  • Clement P. 18 mars 2018 11:47

    @Cateaufoncel

    Complétement con comme exemple il suffit de taper sur google empoisonnement vache pour trouver une liste infini de fait divers d’empoisonnement « accidentel » de vaches.
    Alors que sa soit avec un groupe d’hippy naturiste ou d’éleveur « professionnel » un accident peut arriver. Mais dire que les vaches sont mieux traiter et ou qu’elles on moins de risque en étant enfermé dans un box ou dans un parc c’est juste complétement con comme raisonnement.
    Les herbivore sont normalement des animaux qui vivent en groupe et qui sont nomades. il sont aussi souvent suivi par des prédateurs qui régule la population en fonction des ressources.
    Alors oui il y en a qui se font bouffer mais c’est la vie.

    Mais pour moi ce n’est pas le véritable problème.

    Le problème fondamental ce n’est pas savoir qui a le plus raison entre un viandar ou un vegan ( je suis un fils de paysans chasseurs, ex viandar mais aussi ex vegan apes 5 ans, et je peut vous dire qu’on se met tous le doit dans l’œil.

    Le problème fondamental c’est la place de l’homme sur terre ! Nous avons cette terrible habitude de croire que nous sommes le centre du monde et les maitres de cette terres mais c’est faux nous ne sommes qu’un élément insignifiant de notre eco systeme. (si l’homme disparait la terre se porte mieux, le plancton ou les abeilles disparaissent et c’est presque la fin du monde... on pèse pas lourd ! )
    donc pour moi tan que nous ne reconsidérons pas le problème de la surpopulation humaine et de la part des terres que nous occupons au détriments de la faune et la flore sauvage. L’humanité va a sa perte, vegan ou pas !


    • Sparker Sparker 18 mars 2018 13:25

      @Clement P.

      Mais la surpopulation d’animaux d’élevage, la catastrophe écologique que ça induit les déchets milliondetonnesque que ça produit, la lente disparition du naturel « sauvage », l’indignité humanoïde qui nous revient tous ceci contribue, avec bien d’autre aspect, à notre incapacité a avoir une vision objective de l’avenir qui nous attend.
      Vous les lisez ici ceux qui disent, ça à toujours été je vois pas pourquoi ça changerai et j’aime ça alors pas touche à mon plaisir, ne sont ils pas par leur démission un des clous du cercueil ?
      Ce carnivorisme n’est que culture et tradition, faites en le bilan ça fait cher payé le folklore...

      Nous avons acquis une connaissance incroyable en peu de temps de notre environnement, notre évolution à reposé et repose encore sur la prédation pour générer le pullulement, pullulement rassurant pour l’espèce que nous sommes, bien faible. Si notre présence ne devient pas intelligente elle deviendra destructurante et là d’accord avec vous l’humanité va à sa perte.

      Les histoires de bouffes sont secondaires et la cuisine végétalienne est excélente et très riche en goût et variété, elle permet la désaddiction (?) et la satiété, sans compter ce qu’il y a encore à découvrir...
       
      Adieu veaux vaches cochons... et bien oui à terme on leur rendra la liberté de ne plus mourir sous nos lames et ça améliorera la condition de tous ou du moins y participera et alimentera une réflexion sur notre condition terrestre avec tous les organismes vivants qui s’y trouvent, l’avenir et le salut seront à la synergie (pour faire vite) non plus à la prédation.
      La période du développement prédateur et pas seulement sur les animaux.... est en phase terminale ou alors il nous emportera avec lui.


  • Xenozoid Xenozoid 18 mars 2018 15:06

    une dictée pour tous,a vos paprikas....3...2...1.0345....0 partez :


    Un souper imparfait

    Hier, le Petit Chaperon Rouge a vendangé des champignons verts et des champignons orange qui poussaient dans la verte forêt derrière chez elle. Ce soir, elle prépare une crème de champignons des bois, car elle participe à l’émission Un souper tout à fait parfait ! La soupe contiendra des amanites tue-mouches et des amanites phalloïdes qu’elle a ramassées sous un gros ormeBlanche-Neige, qui rendquelquefois visite à son amie, a vu les champignons dans la maison et a terriblement peur. Les nains l’ontprévenue : ces cryptogames sont vénéneux. Hier, le Petit Chaperon Rouge a vendangé des champignons verts et des champignons orange qui poussaient dans la verte forêt derrière chez elle. Ce soir, elle prépare une crème de champignons des bois, car elle participe à l’émission Un souper tout à fait parfait ! La soupe contiendra des amanites tue-mouches et des amanites phalloïdes qu’elle a ramassées sous un gros ormeBlanche-Neige, qui rendquelquefois visite à son amie, a vu les champignons dans la maison et a terriblement peur. Les nains l’ontprévenue : ces cryptogames sont vénéneux. Le Petit Chaperon Rouge, toutefois, est incrédule. Les champignons, que lui a montrés un mycologue, sont comestibles ! Blanche-Neige se demande donc comment convaincre son amie que les invités seront tous intoxiqués après avoir ingéré une soupe préparée avec de tels champignons ! Blanche-Neige se rue sur le téléphone pour que les nains viennent à sa rescousse !


  • Esprit Critique 18 mars 2018 15:14

    Une question me taraude ,

    Le « Vegan » at-il le droit de téter ma mère ?

    Sinon, d’où sortent’ils ?


  • popov 18 mars 2018 15:33

    Il y a encore mieux que le végétalisme (refus de consommer des produits animaux), c’est le minéralisme (refus de consommer tout organisme vivant).


    Pour le minéraliste, les seules nourritures acceptables sont l’air, l’eau et les minéraux qu’on trouve dans le sol.
     
    Pour atteindre ce noble idéal, le minéraliste se fait greffer des racines, des branches et de l’écorce et demande à ce qu’on le plante dans un coin du jardin. Il peut alors accueillir les petits zoiseaux dans ses épaisses frondaisons.

  • Noita 22 mars 2018 20:22

    Pourquoi autant de mépris envers les véganes (mis à part que visiblement vous n’en connaissez pas et que vous avez tout comprit de travers) ? (la question s’adresse à l’auteur). Pensez-vous vraiment que nous pourrions être à même d’ouvrir un dialogue avec vous alors que visiblement, vous nous crachez à la figure et nous faites la morale (chose dont nous accusez de fair et donc vous vous offusquez, étrange tout de même...)


    • Gasty Gasty 22 mars 2018 20:56

      @Noita
      D’abord ou voyez-vous le mépris ? Dans la narration ou dans les faits ? Déjà que des faits n’ont pas de valeurs morales.

      Mépris plutôt que moquerie, qu’est-ce qui a bien pu vous perturber à ce point ?

      Si vous êtes végétalien, pourquoi l’êtes-vous exactement ?


Réagir