mercredi 18 septembre - par Laurent Herblay

Brexit : le déshonneur des travaillistes et du parlement britannique

Les quinze derniers jours ont encore été riches en rebondissements dans l’interminable feuilleton du Brexit. Boris Johnson a affronté la rebellion des parlementaires qui veulent lui imposer de ne pas quitter l’UE sans accord et quelques défections. Il a répliqué en proposant des législatives mi-octobre, ce qui a été refusé par les travaillistes qui les réclamaient il y a quelques semaines

 

La négociation et la démocratie pour les nuls
 
Je suis assez sensible aux idées économiques avancées par Jérémy Corbyn, qui a marqué un net virage à gauche de l’ancien parti de Tony Blair. En 2016, je voyais en lui et Bernie Sanders la réplique idéologique de Reagan et Thatcher, quarante ans plus tard, peut-être les signaux avancés de la revanche à venir des progressistes sur les oligolibéraux. Et même s’il n’avait pas soutenu le Brexit, son manque d’enthousiasme pour défendre le choix inverse me faisait penser qu’il pourrait accepter de sortir de cette UE si oligolibérale et largement en contradiction avec son programme économique, qui comprend des nationalisations de service public que l’UE pousse à casser, comme la SNCF.
 
Mais ces dernières semaines n’ont pas très flatteuse pour les travaillistes. D’abord, l’idée de vouloir éviter à tout prix une sortie sans accord est absurde. Comment le gouvernement britannique peut négocier avec l’UE sans cette carte dans la main ? Sans cela, cela pousse l’UE à rester sur l’accord accepté par May. Par conséquent, le parlement britannique veut créer les conditions pour que l’UE ne propose pas autre chose que l’accord qu’il a refusé trois fois… Brillant ! La simple tactique de négotiation devrait pousser à garder cette possibilité pour renforcer la position du pays. Essayer d’empêcher une sortie sans accord produit une négociation complètement déséquilibrée où l’UE a tous les leviers. En votant contre une sortie sans accord, les Travaillistes favorisent clairement l’UE contre leur propre pays !
 
Corbyn est également ridicule d’évoquer le Brexit ultralibéral de Boris Johnson. Les marchés sont clairs : les milieux d’affaires sont contre le Brexit, et on peut s’étonner que Corbyn prenne leur parti. Quand une sortie sans accord devient plus probable, les marchés baissent et quand elle devient moins probable, ils montent. Comment Corbyn ne peut pas reconnaître que son programme serait plus facile en dehors de l’UE plutôt qu’en dedans ? Les nationalisations n’ont jamais fait partie de l’agenda de Bruxelles… Aujourd’hui, il devrait soutenir Boris Johnson pour que son pays soit plus fort dans la négociation du Brexit, sorte rapidement, pour le libérer des règles économiques de Bruxelles, en contradiction avec son programme. Aujourd’hui, il préfère la politique politicienne, espérant affaiblir Boris Johnson.
 
Corbyn achève de se ridiculiser en refusant les élections qu’il demandait il y a peu. Il se contente de vouloir affaiblir le gouvernement, tout en refusant de laisser le peuple trancher ! Petite cuisine assez minable car des élections mi-octobre étaient probablement la meilleure voie : soit les britanniques donnaient une majorité à Boris Johnson et à son programme d’une sortie le 31 octobre, avec ou son accord. Et s’ils ne le voulaient pas, ils auraient pu élire les travaillistes de Corbyn, pour poursuivre des négociations à l’issue très incertaine dont un probable nouveau référendum. Un tel vote était la meilleure option et il faut remercier Boris Johnson de l’avoir proposé. Et vouloir imposer quoique ce soit juste avant un vote, comme le voulaient les travaillistes, démontre le curieux rapport à la démocratie des corbynistas.
 
Boris Johnson est bien le chef le plus raisonnable que la Grande-Bretagne pouvait avoir. Theresa May, parce qu’elle ne croyait pas vraiment que « pas d’accord vaut mieux qu’un mauvais accord  », en a conclu un mauvais. En étant prêt à partir sans accord, Boris Johnson se montre à la fois plus démocrate mais aussi bien meilleur négociateur. Honte aux travaillistes de lui faire barrage de la sorte.


89 réactions


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 septembre 10:45

    Merci pour cet article qui s’ajoute aux analyses identiques de l’ UPR, qui soutient Johnson. Si Corbyn avait soutenu le Brexit, l’ UPR aurait soutenu Corbyn.

    Ce qui est étonnant, c’est de voir un Parti de Gauche agir contre ses propres électeurs. Mais ne soyons pas surpris, Tsipras en 2015 et la Gauche française en 2007, en ont fait tout autant...


    • Clocel Clocel 18 septembre 10:53

      @Fifi Brind_acier

      Dès 1983, « notre » « Gauche » avait abattu ses cartes...

      Façons, les peuples ne pouvaient être trahis que par les Gauches, les Droites étaient encore toutes auréolées des splendeurs du III ème Reich, du Franquisme z’et autres joyeusetés d’une caste minoritaire tentant par tous les moyens de faire valoir ses intérêts au détriment de la majorité.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 septembre 13:46

      @Clocel
      Il se peut que les Partis de Gauche confondent l’UE avec un internationalisme mal digéré. En tout cas, ils ont un souci avec la souveraineté et avec la démocratie.

      Jacques Sapir, qui essaye désespérément depuis des années de leur faire comprendre la nocivité de l’ euro, essaye d’explorer cette haine de la Gauche pour la souveraineté.


    • CLOJAC CLOJAC 18 septembre 11:54

      @glenco01
      Le brexit perturbe sans doute l’eurocrature et ses dirigeants cooptés, mais il n’atténue en rien leur capacité de nuisance à créer quantité de problèmes pour obliger les gouvernements à aller contre la volonté du peuple. Comme en France, en Hollande, en Italie, en Grèce et en Norvège naguère. 


  • Laulau Laulau 18 septembre 11:46

    Je ne suis pas un fan des travaillistes anglais mais tout de même, ça n’est pas le labour qui réclame le beurre et l’argent du beurre !

    Je ne suis pas non plus un fan de l’U.E. mais l’auteur parle de tout sauf du problème essentiel : l’Irlande du nord. Comment l’UE pourrait-elle accepter un Brexit qui maintiendrait le libre échange avec les pays de l’UE à travers l’Irlande ? On ne paie plus l’argent du beurre tout en gardant le beurre du libre échange et pourquoi pas le c.. de la crémière ?


    • Fergus Fergus 18 septembre 11:53

      Bonjour, Laulau

      Merci de replacer le débat sur le problème majeur que pose le Brexit.


    • abelard 18 septembre 11:59

      @Laulau
      Ah tiens... Le « libre échange » serait donc un beurre... Intéressante théorie. Vous voulez dire que l’Angleterre aurait tout intérêt à le perpétuer, c’est à dire de ne pas disposer des pouvoirs d’un état souverain en ayant le droit, à sa guise, de protéger son industrie, son agriculture ou ses services en décidant de taxes d’importation. Comme le pratique par exemple les USA.
      Il me semble que vous n’avez pas compris grand chose au problème. Si l’Irlande du Nord pose en effet problème, c’est surtout sur le rétablissement de frontières entre l’Irlande du Nord, britannique, et la République d’Irlande.
      C’est en fait l’UE qui rêve d’imposer aux anglais le maintien du libre échange, ruinant ainsi, en les forçant à avaler les règles commerciales de Bruxelles, toute idée de souveraineté nationale.
      ...Et en effet, voir Corbyn marcher dans cette pantalonnade est à faire douter de son intelligence politique et de son sens de la démocratie...


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 septembre 12:34

      @Laulau
      un Brexit qui maintiendrait le libre échange avec les pays de l’UE à travers l’Irlande ?

      Pas besoin de passer par l’Irlande, toute l’Europe fonctionne avec le libre échange ! Liberté de circulation des capitaux, des marchandises, des hommes et des services Cf le TFUE, c’est écrit dans le marbre des Traités.

      Les douanes françaises sont prêtes depuis mars dernier.
      Elles prévoient une frontière intelligente entre la France et la GB.
      Pourquoi en serait-il autrement entre les deux Irlande ?


    • Laulau Laulau 18 septembre 13:04

      @abelard
      Si l’Irlande du Nord pose en effet problème,

      c’est surtout sur le rétablissement de frontières entre l’Irlande du Nord, britannique, et la République d’Irlande.
      Ai-je dis le contraire ?
      Quant au beurre du libre échange, c’est justement le R.U. qui refuse toute frontière en Irlande, que ce soit entre l’Ulster et la République ou dans les ports irlandais. Alors si vous voyer un « protectionniste » en Boris Jhonson vous vous mettez le doigt dans l’œil.


    • JulietFox 18 septembre 14:39

      @Laulau
      Et niquer la crémière !


    • Ouallonsnous ? 18 septembre 18:36

      @Fergus

      Le problème majeur que pose l’appartenance à l’UEuropéiste est le non respect de la souveraineté des peuples et donc de leur identité, c’est bien ce qu’ont perçu les anglais, d’où leur sortie avec où sans accord, le problème entre la GB et la république d’Irlande ne regarde que les anglais et les irlandais, il n’est pas majeur du tout !

      Je note qu’une fois de plus vous tentez de noyer le poisson !!!!


    • velosolex velosolex 18 septembre 23:40

      @Laulau
      A vrai dire on a l’impression que l’auteur est journaliste au « Sun », ce torchon étonnant de bêtises ! Evoquer le joker qu’aurait la GB sur l’Europe en pesant que les européens seraient tétanisés par une sortie sans accord, et que les brits seraient gagnants est assez rigolo.. On n’est plus sous la reine victoria ! Le lion britannique a bien maigri, ne fait plus peur à personne. Il aurait fallu avoir de l’intendance, et des arguments. Dans un choc frontal avec l’Europe la berline anglaise ne fait pas le poids avec le trente tonne européen...Bref, ceci est un suicide
      ...C’est que certains se sont cru encore à l’époque de la Tatcher « I want my money back »...En fait il semble que ces histoires, liées au passé, faite de morgue, d’impérialisme et de mépris du continent, soit à la naissance du brexit, un acte qui est dû non à une vrai décision politique ni à une échéance incontournable, mais à un timing et à un pari, celui de Cameron qui à l’époque bien qu’opposé au Brexit, crut jouer avec la voix populaire pour le pousser de l’avant, et assurer son élection en 2015, en s’en prenant à l’Europe, l’éternel bouc émissaire désigné par une certaine classe politique. 
      C’est ce qu’on appelle un retour d’élastique, ou encore une illustration du vase de Pandore, avec des électeurs chauffés à blanc contre l’Europe par Ferrage. Toute l’irrationnalité a jaillie de l’affaire : Les mensonges, le bidonnage, les promesses...Trois ans après dire que le brexit est « on the rocks », et que la grande bretagne tient les cartes en main, s’apparente à un déni prodigieux, à peu près équivalent à la négation du réchauffement climatique.
      C’est pas pour rien que certains défendent mordicus les deux illustrations de ces loufoqueries, dans des acrobaties sémantiques prodigieuses. Mais on est ici pour se marrer, non, comme au parlement, où le clown Johnson, revendra sur scène devant un public déchainé à la mi octobre. En attendant en Angleterre, c’est la gueule de bois. On pensait avoir Churchill, mais on a Homer Simpson, ou Ulk...


    • doctorix doctorix 19 septembre 10:43

      @velosolex
      Dans un choc frontal avec l’Europe la berline anglaise ne fait pas le poids avec le trente tonne européen...
      Mais alors pourquoi l’UE tient-elle tant à garder la GB en son sein, si elle pèse si peu ?
      .Bref, ceci est un suicide
      C’est leur problème, pas le nôtre, ni le vôtre.

      en s’en prenant à l’Europe, l’éternel bouc émissaire désigné par une certaine classe politique. 
      L’Europe n’est pas le bouc émissaire, elle est le bourreau des peuples au travers des GOPE.
      la négation du réchauffement climatique.
      Oui, toute cette idéologie sort du même tonneau. On est carbocentriste, on est pour la VO du 11/9, on croit aux petites fioles de Colin Powell, on est poutinophobe et on est pour l’UE. C’est un lot.
      Pendant ce temps, on laisse Assange crever dans les geôles anglaises et on refuse l’asile à Snowden.
      The american way of thinking.


    • velosolex velosolex 19 septembre 10:57

      @doctorix

      https://bit.ly/2ktNdu6 Extrait de « reporterre », excellent journal en ligne. Au sujet du dernier livre de Noamie Klein

      "De toute façon, le système actuel laisse tomber la majorité de la population, et c’est pourquoi nous vivons une période de déstabilisation politique si profonde — qui nous donne les Trump et les Brexit, et tous ces chefs dominateurs. Alors, pourquoi ne pas tout changer de bas en haut, et d’une manière qui permette de régler toutes les crises en même temps  ?

      Il y a toutes les chances qu’on rate notre coup, mais chaque fraction de degré de réchauffement que nous pouvons retarder est une victoire, chaque décision politique qui rend nos sociétés plus humaines nous aidera à surmonter les inévitables chocs et tempêtes à venir sans glisser dans la barbarie. Parce que ce qui me terrifie, c’est ce que nous voyons à nos frontières en Europe, en Amérique du Nord et en Australie — je ne pense pas que ce soit une coïncidence si les États coloniaux et les pays moteurs de ce colonialisme sont en première ligne."

      L’auteure de «  La stratégie du choc  » a publié un nouveau livre (en anglais). Une de ses idées phares est le lien entre crise climatique et montée des nationalismes et du «  suprémacisme  » blanc. Dans cet entretien, elle s’explique et commente aussi le renouveau du militantisme écologique


    • doctorix doctorix 19 septembre 11:20

      @velosolex
      Il vous reste à comprendre qu’il n’y a pas de crise climatique, mais l’exploitation de phénomènes cycliques ou ponctuels naturels pour asseoir une idéologie de domination mondiale. Cela fait 20 ans qu’il n’y a plus de réchauffement.
      Et tant pis si Naomie Klein ne l’a pas compris. Elle n’est pas Dieu, non plus, même si elle a souvent raison. Mais pas là.
      https://www.youtube.com/watch?v=ozmQeNDyV5g


    • Zolko Zolko 19 septembre 14:52

      @abelard :

      Le « libre échange » serait donc un beurre

       
      Pour le Royaume-Uni certainement, oui. Ce sont des marchands avant-tout, leur ex-empire était basé sur le commerce. Pour les continentaux, après un Brexit dur, sans accords, acheter et vendre là-bas sera plus compliqué, donc plus cher, et donc ils les continentaux, nous quoi préféreront commercer avec d’autres continentaux.
       
      J’ai déjà acheté des trucs par Internet aux USA, et (normalement) il faut payer des taxe d’import, tandis qu’acheter par Internet dans l’UE est transparent. Si le RU sort de l’UE, ce sera pareil pour eux que pour les USA. Les sites Internet marchands risquent de tous fermer là-bas.

    • Et hop ! Et hop ! 20 septembre 14:36

      @Laulau : «  c’est surtout sur le rétablissement de frontières entre l’Irlande du Nord, britannique, et la République d’Irlande. »

      Comme le dit justement Fifi-Brin-d’Acier, il n’y a aucune frontières entre l’Irlande, et plus généralement les pays membres de l’UE, et les pays extérieurs à l’UE (USA, Chine, Suisse, ), donc il n’y a aucune raison d’en créer une avec l’Angleterre si elle sort de l’UE. 


  • Fergus Fergus 18 septembre 11:49

    Bonjour, Laurent


    « on peut s’étonner que Corbyn prenne leur parti » 

    Pas tant que cela : toutes les enquêtes d’opinion conduite au Royaume-Uni par les instituts YouGov, Deltapoli et Kantar sur un éventuel nouveau référendum donnent le « remain » gagnant plus ou moins nettement. Dès lors, on comprend la prudence du leader travailliste relativement à l’opinion publique britannique.


    • Fergus Fergus 18 septembre 11:51

      Erratum :
      "... toutes les enquêtes d’opinion conduites depuis le début de l’été au Royaume-Uni...


    • abelard 18 septembre 12:02

      @Fergus
      Le résultat des élections européennes est sans appel. Le grand vainqueur est Farage et les travaillistes ont pris une veste... Ce qui explique le refus de Corbyn de nouvelles élections.


    • Clocel Clocel 18 septembre 12:25

      @Fergus

      Comme le rappelait Charles Gave dans une récente interview, la démocratie c’est l’acceptation de la défaite, le référendum a eu lieu, les anglais ont choisi, leur choix était clair il doit être respecté ou alors on change de régime et dans ce cas il faut le dire et assumer les conséquences.

      Vous appartenez à cette caste de crapules « intellectuelles » style Cohn Bendit qui ne veulent voir advenir que leurs fantasmes et qui sont prêts à chier avec hauteur sur ceux qui formulent des choix autres que les leurs.

      Des démocrates en peau de lapin vous êtes, ce qui est bien de chose somme toute si vous ne vous permettiez de donner des leçons de probité au reste du monde.

      Vous puez Fergus...


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 septembre 12:27

      @Fergus
      Je ne connais en matière de sondage que celui qui indique que les Britanniques sont désormais 54% à vouloir que le Brexit soit acté, par tous les moyens  !

      Mais vous allez sûrement nous indiquer vos sources... ! Comment pouvez-vous parler de démocratie, tout en voulant que les électeurs revotent ?


    • Attila Attila 18 septembre 12:37

      @Fergus
      "toutes les enquêtes d’opinion conduite au Royaume-Uni par les instituts YouGov, Deltapoil et Kantar sur un éventuel nouveau référendum donnent le « remain » gagnant plus ou moins nettement "
      .
      Comme celui-ci ?

      https://www.ouest-france.fr/europe/grande-bretagne/brexit/sondage-plus-de-la-moitie-des-britanniques-favorables-un-brexit-par-tous-les-moyens-6478159

      en date du 13 août.


    • Attila Attila 18 septembre 12:42

      @Fergus
      Vous pratiquez la méthode Coué, comme Assoulineau.

      .


    • Emohtaryp Emohtaryp 18 septembre 13:33

      @Fergus

      toutes les enquêtes d’opinion conduite au Royaume-Uni par les instituts YouGov, Deltapoli et Kantar sur un éventuel nouveau référendum donnent le « remain » gagnant plus ou moins nettement

      T’en es rendu à dire n’importe quoi du moment que ça colle à tes rêves, mais la réalité est tout autre....Guignol, va...smiley


    • Fergus Fergus 18 septembre 13:46

      Bonjour, Clocel

      Je vous prierais de mesurer vos écrits à mon égard et de garder vos insultes pour vous !!!

      Non seulement je repecte à titre personnel le résultat du référendum de 2016, mais j’en suis ravi ! L’idéal pour moi serait un Brexit dur, et j’espère que sur ce point Johnsson parviendra à ses fins !!! 


    • Fergus Fergus 18 septembre 13:55

      Bonjour, Fifi Brind_acier

      Vous n’avez pas dû beaucoup chercher. smiley
      Il est vrai que lorsque l’on n’écoute que la voix de l’UPR, tout ce qui ne sert pas la propagande de ce parti est délibérément passé sous silence, et notamment les enquêtes conduites par les principaux instituts présents au RU. 

      A toutes fins utiles :
      Kantar le 19 août : 36 % « remain » contre 35 % « leave »
      Deltapoli 31 août : 46 % « remain » contre 41 % « leave »
      YouGov 4 septembre : 46 % « remain » contre 43 % « leave »

      Cela dit, je vous rassure : à titre personnel, je suis un farouche partisan du Brexit. Hélas ! s’il était organisé un nouveau référendum, je ne pourrais pas y participer pour bouter les Britanniques hors de l’UE !  smiley


    • Emohtaryp Emohtaryp 18 septembre 14:04

      @Fergus

      « Non seulement je repecte à titre personnel le résultat du référendum de 2016, mais j’en suis ravi ! L’idéal pour moi serait un Brexit dur, et j’espère que sur ce point Johnsson parviendra à ses fins !!! »

       smiley

      Anti-européiste refoulé, alors ?

      Prescription médicale spéciale efficace pour cette pathologie :

      Visionner une conférence (au moins une...et entière) de ton bigorneau préféré......ça te permettrait au moins de savoir de quoi tu parles quand tu vomis sur ton crustacé adoré, non ?

      C’est quand même important de savoir qui on insulte toute la journée, tu ne crois pas ???


    • Fergus Fergus 18 septembre 14:17

      Bonjour, Emohtaryp

      Rien de « refoulé » dans mon cas : je suis  contrairement à vous  persuadé que le Brexit apporterait la démonstration qu’il n’y à pas de salut hors d’une Union continentale pour un pays européen qui ne dispose pas ni d’un statut privilégié comme la Suisse, ni de considérables richesses pétrolières, gazières et halieutiques comme la Norvège. Logique !


    • CLOJAC CLOJAC 18 septembre 14:48

      @Fifi Brind_acier
      Le sondage truqué pour jouer sur l’effet Panurge est classique en eurocrature. 
      Tout comme les pseudo analyses sociologiques expliquant que seuls les illettrés, les analphabètes, les anachorètes et les crétins goitreux sont incapables de comprendre les nobles buts des eurotocrates.
      Ces crapules ne reculent devant rien !


    • Fergus Fergus 18 septembre 16:15

      Bonjour, CLOJAC 

      On se fait plaisir en affirmant cela. Or, rien ne démontre que ces sondages soient truqués. Qui plus est, il est amusant que l’UPR  mais cela vaut également pour le RN et LFI  soient si prompts à dénoncer les sondages comme des outils de manipulation lorsqu’ils leur sont défavorables, et à en brandir les résultats lorsqu’ils servent leurs idées !!!

      Peut-être aurez-vous noté également  et il semble que vous participiez aussi à cette farce  qu’un bon sondage pour un adversaire est accusé d’induire un « effet Panurge » alors que, paradoxalement, un mauvais sondage pour le même adversaire est accusé d’induire une « mobilisation de ses électeurs ». Autrement dit, dans tous les cas, les sondeurs manipulent l’opinon. Etonnant, non ? Et particulièrement réjouissant lorsque l’on prend un peu de recul pour observer cela !  smiley


    • Emohtaryp Emohtaryp 18 septembre 17:05

      @Fergus

      — persuadé que le Brexit apporterait la démonstration qu’il n’y à pas de salut hors d’une Union continentale pour un pays européen

      Hélas pour toi et les croyants de la secte européiste, c’est tout le contraire qui sera démontré.....c’est d’ailleurs bien là leur plus grande crainte, ça fera tache d’huile partout ! On attendra pas très longtemps pour constater, déjà au bout d’un an, j’en connais qui seront verts de trouille.... smiley


    • Attila Attila 18 septembre 17:50

      @Fergus
      Nous en avons déjà discuté, effectivement, il ne faut pas confondre les sondages d’opinion avec les sondages d’intention de vote, ça ne marche pas de la même façon.
      Le sondage d’intention de vote doit finir par être confronté aux résultats du vote réel. Un sondeur qui se planterait gravement perdrait toute crédibilité et, donc, des parts de marché.
      Mais rien n’empêche un sondeur de truquer les sondages lorsqu’on est loin de la date du scrutin afin de manipuler l’opinion.

      .


    • Fergus Fergus 18 septembre 17:56

      @ Emohtaryp

      A croyant, croyant et demi !
      La plupart d’entre vous qui soutenez mordicus le Frexit êtes au moins autant que vos adversaires dans la croyance ! Qui aura raison ? Les économistes (majoritaires) qui soutiennent la thèse du salut dans l’UE, ou bien les économistes (minoritaires) qui professent l’inverse ?
      Nous verrons bien...


    • Attila Attila 18 septembre 19:10

      @Fergus
      Le problème avec les économistes est le même qu’avec les professeurs de médecine ou les experts en général : qui les paye ?
      De nombreux économistes sont au service de banques ou d’institutions financières, ils ne vont pas révéler publiquement des informations qui pourraient nuire aux intérêts de ceux qui les paient.


    • Fergus Fergus 18 septembre 19:15

      Bonsoir, Attila

      C’est vrai, mais on ne peut raisonnablement pas penser que tous les économistes pro-UE sont en mission rémunérée. Il y a parmi eux un pourcentage de gens sincères. De même qu’il y a, a contrario, parmi les économistes persuadés que le Frexit est inévitable des gens qui sont motivés par une idéologie politique.

      Bref, difficile de faire le tri dans les deux camps.


    • CLOJAC CLOJAC 18 septembre 22:10

      @Fergus
      Pensez-vous vraiment que tous les souverainistes se réclament de l’UPR ?
      Ou est-ce seulement un raccourci rhétorique ? 
      En toute hypothèse, mon post décrit ce qui s’est passé dans les mois précédant le référendum du 29 mai 2005.
      Auriez-vous oublié les sondages à répétition annonçant la victoire du « non » et la propagande déchaînée sur les médias oui ouistes à 99,99% visant à disqualifier les nonistes en les faisant passer pour des illettrés avec un QI<100 ?
      On a vu à l’œuvre les mêmes crapules en Grèce, Italie et Norvège où là on a fait voter 2 fois, et comme la réponse était toujours « non merci allez vous faire voir » les larbins des banksters quand même raccroché ce pays à l’eurocrature.


    • CLOJAC CLOJAC 18 septembre 22:12

      @CLOJAC
      Erratum : J’ai tapé trop vite il fallait lire la victoire du « oui »


    • Attila Attila 18 septembre 23:39

      @CLOJAC
      « Pensez-vous vraiment que tous les souverainistes se réclament de l’UPR ? »
      Je ne savais pas que les militants et sympathisants de l’UPR se réclamaient du « souverainisme ».

      .


    • velosolex velosolex 19 septembre 00:10

      @Emohtaryp
      Un brexit dur , qu’est ce que c’est ?
      Un anglais qui se met derrière les barreaux d’une prison, jette les clés par la fenêtre, en faisant un bras d’honneur déroule sa moquette rose, et accroche au mur sa devise préférée ’Home sweet home« 
      D’autres cherchent l’ancre qui arracherai la grande bretagne à l’Europe et leur permettrait de voguer vers les état unis, dont ils deviendraient une étoile. 
      Mais l’exemple du Titanic en tétanisent d’autres….Sans compter que certains voient le risque d’un détournement du vieux bazar vers la chine, un pays que certains rêvent de transformer en partenaire épatant, une sorte de frère de flibuste avec lequel on s’arrangerait pour faire fortune de guerre, en se moquant des lois communes, comme à la grande époque…Reste l’histoire, qu’en a pas oubliée, là bas, depuis la guerre de l’opuim, et autres fait pittoresque de la grand aventure coloniale britannique…. »Le saccage du palais d’hiver" ça ne vous dit rien..
      .En chine on s’en rappelle très bien…..


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 septembre 06:42

      @velosolex
      En GB les salaires ont augmenté de 4%, un vrai désastre !

      En 2018, Boeing a ouvert sa 1ere usine européenne en GB, un cataclysme !

      Et pire, la baisse de la Livre sterling est une aubaine pour les touristes !

      « Les 8 plus gros mensonges sur le Brexit »


    • nono le simplet nono le simplet 19 septembre 07:23

      @Fifi Brind_acier
      En GB les salaires ont augmenté de 4%, un vrai désastre !

      formidable, une conséquence du Brexit qui n’a pas encore eu lieu ?


    • Fergus Fergus 19 septembre 09:18

      Bonjour, CLOJAC

      Désolé, mais vous racontez n’importe quoi sur la série des sondages sur le référendum de 2005. Tous les instituts ont, pendant des mois, donné le OUI gagnant, très largement d’abord, puis de manière de plus en plus serrée. Et ce n’est que quelques semaines avant le vote d’avril que la bascule à eu lieu, les Français ayant, au fil de la campagne et malgré les discours pro-traité mieux compris les enjeux de leur vote. Dès lors, tous les sondages ont donné le NON gagnant, les derniers étant très proches du résultat réel.

      Et cela malgré, en effet, un matraquage sans précédent de tous les médias mainstream en faveur du OUI, un matraquage que j’ai très souvent dénoncé sur ce site.

      Une chronologie qui démontre bien que les Français ne sont pas si perméables que vous l’affirmez à la doxa médiatique !!!


    • velosolex velosolex 19 septembre 10:36

      @Fifi Brind_acier
      -Augmentation des salaires : Une jauge d’huile orientée pour voir l’état d’un moteur. Une moyenne qui couvre des disparités, une augmentation des inégalités. Le jour de la fin du monde, l’indice boursier battra des records….La hauteur de la glace au pôle me semble un meilleur indice sur l’état du Groenland que l’augmentation du Pib par habitant.
      -Que Boeing ouvre une usine, pour soutenir l’ami anglais dans le joyeux déménagement des firmes et des fermetures d’usine dû au climat n’a pas valeur d’exemple, mais d’exception. Ainsi la profitation des chats par exemple n’est pas révélatrice de l’hécatombe animale actuelle.
      Que le tourisme, ce chancre qui devient cancéreux, fasse sa pelote sur la misère d’une monnaie, offrait déjà des opportunités dans l’Allemagne des années 20, quand le mark ne valait pas son papier. Mais le touriste était obligé d’avoir une brouette pour transporter ses devises. Merde la mère UBu !
      Ah, vous parliez de mensonge. Comment au fait se porte le réchauffement, cette baliverne ?


    • doctorix doctorix 19 septembre 10:55

      @Fergus

      je suis  contrairement à vous persuadé que le Brexit apporterait la démonstration qu’il n’y à pas de salut hors d’une Union continentale
      Vous refusez l’évidence. 
      La Livre est stable depuis trois ans à 1,13 (après un repli très favorable aux exportations), et conséquence logique, le chômage est maintenant à 3,9%, et ça baisse tous les mois.
      Il en ressort une amélioration des salaires parce que les travailleurs se font plus rares : c’est tout le contraire de ce que veut l’UE avec ses importations massives de main d’oeuvre à bon marché pour complaire au patronnat.


    • doctorix doctorix 19 septembre 11:02

      @Fergus

      Tous les instituts ont, pendant des mois, donné le OUI gagnant,
      C’est bien pourquoi vous ne devriez pas trop vous appuyer sur les sondages.
      S’ils vous disent que le remain l’emporterait de peu, cela veut dire que le Brexit l’emporterait de beaucoup, une nouvelle fois.
      Souvenez vous de Trump...
      Les sondages ne sont que des outils de propagande destinés à tromper, à fausser un choix populaire. Ils exigent un vote qu’ils orientent. Mais heureusement, le plus souvent ils se plantent.


    • doctorix doctorix 19 septembre 11:07

      J’ajoute que le sondage à 54% pour le brexit est très probablement en dessous de la vérité : je suis convaincu que les britanniques (les vrais, pas les choisis par les media) sont complètement furieux contre leur parlement qui les trahit.
      Et que les abstentionniste se réveilleraient en masse devant cette infamie. 
      C’est pourquoi on ne demande pas de nouveau referendum : le résultat serait bien « pire » que celui du premier.


    • Zolko Zolko 19 septembre 15:00

      @Clocel :

      les anglais ont choisi, leur choix était clair

       
      oui, vous avez raison, les Anglais ont choisi le Brexit avec une large majorité, mais les Irlandais ont choisi le « remain » à une large majorité (56%) et les Ecossais aussi avec une majorité encore plus large (60%)

      https://i.f1g.fr/media/figaro/630x730/2016/06/24/INF604904d6-39e1-11e6-a969-bc4d164fc184-630x730.jpg

      Donc respectons les volontés des peuples, et laissons les Anglais sortir de l’UE, et laissons les Irlandais et les Ecossais rester dans l’UE. Car c’est ça le choix démocratique des peuples qui constituent le Royaume-Uni.
       
      Je rappelle que le Royaume-Uni n’est pas un peuple, que c’est un organisme politique au même titre que l’Union Européenne, ou les Etats-Unis d’Amérique, ou l’Union Soviétique : tous ces trucs ayant « Union » dans leur noms sont des organismes politiques entre états, et ne constituent pas un peuple !!!
       
      Voir l’UPR défendre un monarchie héréditaire au nom de la démocratie me fait rigoler.


    • Zolko Zolko 19 septembre 15:04

      @Fergus :

      hors d’une Union continentale pour un pays européen qui ne dispose pas ni d’un statut privilégié comme la Suisse


      et encore, la Suisse est assez ancrée à l’UE, elle est même dans l’espace Schengen.

    • Fergus Fergus 19 septembre 17:49

      Bonsoir, Zolko

      Effectivement. Idem pour la Norvège !


    • Fergus Fergus 19 septembre 17:56

      Bonjour, doctorix

      Ne comparez surtout pas le cas de Trump avec un vote sur le Brexit. Cela n’a strictement aucun sens :
      dans le 2e cas, il s’agit de répondre OUI ou NON ;
      dans celui de l’élection étasunienne, il s’agit de mixer les résultats de 52 états dans lesquels les candidats ne sont pas tous les mêmes, sachnat que états donnent tous les délégués au candidat arrivé en tête alors que dans d’autres états il y a répartition au prorata !!!

      Vous avez été plus inspiré ! smiley


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 septembre 19:06

      @nono le simplet
      une conséquence du Brexit qui n’a pas encore eu lieu ?


      C’est normal, depuis le referendum, une partie de la main-d’œuvre étrangère, notamment polonaise, est partie et les employeurs sont obligés de gratter dans les cartons pour recruter la main-d’œuvre locale en lui proposant des salaires plus attractifs.

      C’est l’éternelle loi de l’offre et de la demande.
      Le chômage recule tandis que les revenus augmentent.

      Vous devriez en prendre de la graine.


  • cettegrenouilleci 18 septembre 12:04

    à Laurent Herblay

    Bonjour

    Bel article qui donne à chacun son dû en remettant les choses à leur place, qui tranche avantageusement avec la bouillie européiste qui dégouline quotidiennement à la une de nos journaux et sur nos écrans de télévisions.


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 18 septembre 12:15

    « ... la démocratie pour les nuls »

    Tout à fait !! ^^


  • the clone the clone 18 septembre 12:30

    J’espère voir enfin le Bréxit avant la fin de ma vie .....


    • Emohtaryp Emohtaryp 18 septembre 13:42

      @the clone

      Le 31 octobre, ce sera chose faite.....pour le BREXIT, car je te souhaite longue vie !

      Il n’y aura pas de report, des pays membres de l’ue se sont déjà engagés pour mettre leur véto à tout report, la Pologne par ex.....

      Wait and see !


    • doctorix doctorix 19 septembre 11:27

      @the clone
      Bojo est allé voir Orban.
      Il suffit qu’un seul des 28 s’oppose à un report pour que le Brexit soit effectif le 31/10.
      Alors, qu’est-ce que Bojo a bien pu demande à Orban ?
      Je cois que si vous tenez la rampe jusqu’à la Toussaint, vous le verrez, le Brexit.


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 18 septembre 13:35

    Ce qui est dit sur le double jeu pas glorieux de Corbyn est sans doute vrai, mais en même temps...

    Que valent les leçons « d’honneur » professés de ce côté ci de la Manche, par des types incapables de porter leurs idées à plus de 2% (estimation haute), et qui savent donc que ce n’est pas demain la veille qu’ils mettront les mains dans le camboui, comme la Grèce ou maintenant le RU  ?

    à l’évidence, pas grand chose


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 septembre 13:48

      @Olivier Perriet
      Mais il ne tient qu’à vous de faire la promotion du Frexit et de l’ UPR !


    • Emohtaryp Emohtaryp 18 septembre 13:51

      @Olivier Perriet

      Et De Gaulle, il représentait combien en 1940, 41, 42 ???????

      En fourchette « haute »...1 ou 2 % ????

      « Radio Paris » sous la houlette de radio Berlin ( Devenu par la suite le bouquet d’idéologie unique : BFmerde ,WCnews, Rance Intox, LCIntox, l’immonde...etc..etc...) veillait au grain !


    • BERNARD BERNARD 18 septembre 14:16

      @Fifi Brind_acier bonjour,
      Oui la réponse que vous faite peux se comprendre. En dehors de la promotion, ne pensez-vous pas qu’il manque de l’argent, mais surtout des voix ? Dans le cas contraire c’est une prêche dans le désert, non ? 


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 18 septembre 14:28

      @Emohtaryp

      Tiens, pas en train de parler de l’homme qu’on adore détester ?

      Un petit passage à vide, un retour temporaire à la réalité, un trou d’air passager dans l’obsession qui t’habite ?

      En 40, De Gaulle était secrétaire d’Etat.
      Et en 44, tu aurais dit qu’il était vendu aux USA.


    • BERNARD BERNARD 18 septembre 14:36

      @Olivier Perriet bonjour
      Je pense que De Gaulle reste celui surement qui a posé le plus de problème aux USA. Lui Macron est rentré direct par la grande et la plume aux fesses mais pas comme Coluche

       smiley

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 septembre 14:41

      @BERNARD
      Asselineau est connu à l’étranger, pas en France.

      Il vient d’être interviewé par un média chinois, nul n’est prophète en son pays, surtout quand on n’est pas européiste... 

      Russia Today aussi, reçoit l’ UPR de temps en temps, par exemple sur les relations franco-russes.

      Ceux qui critiquent les libertés publiques à l’étranger se gardent bien de parler de la censure des médias à l’égard de l’ UPR !


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 18 septembre 14:43

      @Fifi Brind_acier

      et si on n’aime pas l’UPR on fait comment ?


    • BERNARD BERNARD 18 septembre 14:47

      @Fifi Brind_acier
      Merci pour les liens, que je ne connaissais pas, mais là je pense n’était pas le sens de ma remarque. Que les médias sanctionnent l’UPR oui ! mais qu’il manque à Asselineau des voix en France c’est à priori indéniable. Il a un avantage pour lui, ce n’est pas à priori un escroc.


    • BERNARD BERNARD 18 septembre 14:49

      @Olivier Perriet
      On l’oublie

       smiley


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 septembre 19:02

      @ BERNARD
      Les deux sont liés, les résultats aux élections sont proportionnels aux temps de passage dans les médias, à la télé surtout.

      De plus, les médias appellent « à voter utile », c’est à dire pour les grands Partis.
      Mais le plus gros problème, c’est que l’ UPR, à cause de la censure, est inconnue de la majorité des Français. Demandez autour de vous, vous verrez !

      PS : Les micmacs du Brexit depuis 3 ans n’arrangent pas les choses non plus, ainsi que toutes les annonces apocalyptiques des européistes.


    • BERNARD BERNARD 18 septembre 20:04

      @Fifi Brind_acier
      Merci cela je pense que je le savais. Ce qui gène énormément l’UPR en ces temps c’est le conflit dans cadre comme en parle l’article le problème d’une sortie négociée ou pas. Donc il faut y croire et maintenir l’ouvrage sur le feu. Des gros partis en France , veuillez m’indiquer lesquels, les discordes sont permanentes et les magouilles n’ont jamais été aussi fortes. Vous y croyez vous à la séparation des pouvoirs, moi pas ! Merci de cet échange


    • cettegrenouilleci 19 septembre 11:52

      @BERNARD

      C’est du charabia.


    • BERNARD BERNARD 19 septembre 11:56

      @cettegrenouilleci bonjour,
      J’admets pleinement la remarque que la question de « Fiffi » ma amené à répondre du n’importe quoi. Merci de votre remarque.


    • BERNARD BERNARD 19 septembre 12:04

      @Fifi Brind_acier bonjour
      Ma réponse précipitée m’a fait écrire du non compréhensible. Je réponds donc en plus simple à votre remarque, autant que la France n’aura pas un référendum réservé aux français. Il n’y aura pas de porte de sortie. Peut-on parler de censure ou d’application des lois en France actuellement ? Celles que justement nous devons nous battre pour les modifier et que chacun possède un temps de parole égale face aux électeurs. Avec mes excuses merci 


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 18 septembre 14:00

    Vivement qu’il soit acté ce Brexit, les anglais (et d’autres) seront bien surpris au retour de la dure réalité ^^


    • abelard 18 septembre 18:08

      @bouffon(s) du roi
      Mwoui, si vous voulez... Il n’empêche que la dure réalité est bien de retour en Allemagne où les politiques qu’ils imposent au reste de l’Europe commencent à donner leur pleine mesure : récession.


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 19 septembre 12:01

      @abelard

      Oui et ?  smiley

      AV est plus que merdique au niveau des réflexions (et donc du cheminement intellectuel), le pouvoir vous remercie ^^

      D’ailleurs à part perdre son temps ici en veines joutes verbales, on apprend pas grand chose (enfin d’un point de vue sociologique et d’ingénierie sociale, si ^^).

      La « révolution » par l’internet ? huhuhu smiley ^^


    • Attila Attila 19 septembre 18:56

      @bouffon(s) du roi
      « AV est plus que merdique au niveau des réflexions »
      Merci de venir rehausser le niveau de la Merbes (Belgique).
      .
      « D’ailleurs à part perdre son temps ici en veines joutes verbales . . .  »
       . . . qui provoquent un afflux de sang dans les vaines de votre cerveau.

      .


  • Kapimo Kapimo 18 septembre 17:13

    Sans vouloir être mauvais langue, il me semble qu’une des conditions nécessaires pour être membre dirigeant d’un des partis « mainstream », c’est d’avoir renoncé aux considérations sur l’honneur, Brexit ou pas Brexit.


    • Et hop ! Et hop ! 20 septembre 14:46

      @Kapimo

      Il faut surtout avoir fait allégeance aux Maîtres du monde, notamment être Young Leader, et être suffisemment compromis par la fraude, la corruption et/ou des affaires de moeurs pour être l’objet d’un chantage : tu fais ce qu’on te dit ou on révèle tout et tu te retrouve en prison.


  • Eric F Eric F 18 septembre 19:05

    En cas de « brexit dur », forcément la frontière doit être rétablie avec la République d’Irlande, à moins d’une réaffiliation du Royaume Uni dans l’AELE et de là dans l’Espace Economique Européen : une sortie en claquant la grande porte, et le maintien par la porte de derrière smiley


    • BERNARD BERNARD 18 septembre 20:09

      @Eric F bonsoir,
      La boutade est délicieuse, la marque vous devriez la déposer. Remonter des frontières avec ou grands murs, à priori les drones s’en moquent, le carburant à monté ce jour en France par la grande porte. Puis on vient dire par certains médias bien orientés que « le pouvoir d’achat augmente de 2,30% » Pardon le moteur a des ratés à l’arrière  smiley


    • Union Françoise Union Françoise 19 septembre 12:53

      @Eric F

      Mon commentaire en réponse au vôtre a disparu. J’ignore pourquoi peut-être l’instabilité de la plateforme. Il y aurait de la perte comme en matière d’adduction d’eau ou d’electricité...

      Je disait donc que, contrairement à ce que croyait avoir compris l’interlocuteur du dessus, que votre remarque n’est pas une boutade et préfigure les futures relations anglo-européennes. Et s’il existe de fortes chances pour que le RU se voit octroyer un statut semblable à celui accordé aux membre de l’AELE ou de l’EEE ou de l’Union douaniaire, L’Union sera contrainte de respécifier les prérogatives et obligations en conséquence attachées à chacun des statuts précités. Ce afin que les partenariats hors Union n’aient pas que les avantages du confort commercial avec l’Union...


    • Et hop ! Et hop ! 20 septembre 14:49

      @Eric F : «  En cas de « brexit dur », forcément la frontière doit être rétablie avec la République d’Irlande »

      Pourquoi voulez vous que l’Irlande ait une frontière avec l’Angleterre, alors qu’elle n’en a aucune avec les autres pays non adhérants à l’UE. 

      Les pays adhérents à l’UE n’ont plus de frontières, c’est le principe de la liberté de circulation des capitaux, des marchandises et des travailleurs clandestins.


  • the clone the clone 19 septembre 09:02

    Déshonneur ou des honneurs ?


  • Désintox Désintox 19 septembre 17:48

    Ce ne sont pas les travaillistes qui ont fait bouffer du brexit et de la xénophobie aux britanniques.


  • docdory docdory 20 septembre 17:28

    @ Laurent Herblay

    Le principal déshonneur du parti travailliste est que son chef Jeremy Corbyn et nombre de ses militants et cadres sont des antisémites virulents.

    Par ailleurs Jeremy Corbyn s’est déclaré l’ami de dangereux idéologues mahométans.

    Inutile de préciser que si par un incompréhensible malheur il devenait premier Ministre britannique, l’islam deviendrait dans un premier temps religion d’état au même titre que l’anglicanisme, et unique religion d’état au bout de quelques années !

    Inutile de préciser que les inqualifiables persécutions policières et judiciaires dont sont victimes actuellement les opposants à l’islam au Royaume-Uni ( Tommy Robinson par exemple ) s’aggraveraient considérablement, et que la liberté d’expression sur le sujet n’existerait plus !

    Espérons donc que le parti de Corbyn n’obtienne jamais la majorité ....


Réagir