vendredi 29 novembre 2019 - par Michel DROUET

« Richesse et compétitivité » versus « Pauvreté et restriction »

Ce qui se passe en ce moment va bien au-delà d’une réforme supposée apporter plus de justice entre les retraités et mettre fin à ces fameux régimes spéciaux. Ce qui se passe c’est la pose d’une brique supplémentaire dans le mur de l’argent, celui qui sépare les nantis et les rentiers du reste de la plèbe qui se débat dans son quotidien.

Ce qui se passe en ce moment, c’est le lent délitement de la protection sociale à la Française, celle qui coûte si cher à nos très chers milliardaires qui n’en peuvent plus de ces traîne savates qui attendent un ruissellement hypothétique pour pouvoir boucler leurs fins de mois.

Ne pas se laisser intoxiquer

Le discours gouvernemental qui ne fait que relayer le discours néolibéral avec son cortège de « réformes » plus régressives les unes que les autres, consiste en fait à opposer ceux qui bénéficieraient d’un « régime spécial » par rapport aux allocataires du régime général. C’est faire peu de cas de l’histoire et des circonstances qui ont été à l’origine de la création de ces « régimes spéciaux » bien antérieurs à celui de 1945 instituant un régime général d’assurance vieillesse (« La faute à Colbert » – Article de Pierre Feydel – Marianne du 22 au 28 novembre) « Avant d’être un droit pour tous les travailleurs, les pensions furent créées pour remercier les serviteurs de l’Etat à mesure du développement des entreprises et des services publics ». Les choses débutent en 1673 avec les marins puis les militaires, sous la révolution, les artistes en 1698, les fermiers généraux en 1768, la Banque de France et la Comédie Française au début des années 1800…etc,… C’est en 1910 que la loi institue un régime d’assurance retraite obligatoire pour les salariés les plus modestes.

Ainsi donc, les serviteurs de l’Etat dont les soldes n’ont pas été toujours à la hauteur de leurs attentes comparées aux salaires des travailleurs du privé (c’est particulièrement vrai jusqu’à la fin des trente glorieuses) pouvaient donc « compenser » le coûteux privilège de la stabilité de l’emploi par la perspective d’une carrière évolutive et l’espérance d’une pension de retraite plus favorable que dans le privé.

En prenant pour argent comptant le discours gouvernemental consistant à opposer les salariés des deux secteurs, on risque d’arriver à une situation « perdant-perdant ». Croire que taper sur les régimes spéciaux fera avancer les droits des salariés du privé serait une grossière erreur

Un système plus juste ?

On remarquera qu’aujourd’hui la proposition d’un régime universel « pour plus de justice » propose un nivellement par le bas, là où toute l’histoire de la construction du système montre que les régimes spéciaux ont plutôt servi d’exemple pour tirer vers le haut un régime général. Donc, on fige les choses de manière définitive avec ce régime.

Formidable régression donc que cette proposition gouvernementale téléguidée par le patronat et relayée par le néolibéralisme et la mondialisation. Chaque individu doit désormais être responsable de lui-même et s’organiser pour survivre en cas de coup dur. Finie la solidarité nationale qui prévalait jusque-là.

Le paradoxe, c’est que, sous couvert d’un régime universel à points, s’appliquant à tous les salariés qu’ils soient du public ou du privé, on s’apprête, en complément, parce que les pensions servies seront en baisse, à créer un système où les fonds de pensions seront rois, c’est-à-dire un système avec des « pseudo caisses » ou des « pseudo régimes » plus nombreux qu’actuellement.

En un mot, on démolit un système, pas toujours parfait, certes, pour offrir aux assurances et aux fausses mutuelles un marché colossal auquel les salariés seront priés de souscrire, sans garantie (l’histoire des fonds de pension est édifiante) sur leurs propres deniers s’ils veulent survivre après leur retraite. Encore que l’allongement de l’âge du départ à la retraite combiné à des difficultés à se soigner pour les plus pauvres, notamment, aboutiront immanquablement à diminuer l’espérance de vie. Jackpot assuré !

S’en prendre aux retraites, le dernier must du combat néolibéral

A y regarder de plus près, il s’agit d’un lent processus, parfois brutal, consistant à « libérer l’économie » et les « charges » qu’elle supporte, préjudiciables à « la compétitivité » et il existe des précédents récents, en matière de santé par exemple (déremboursements, faillite organisée de l’hôpital public, politique du prix du médicament organisant la pénurie ou les surcoûts pour les malades…). De régression en régression, il deviendra bientôt nécessaire de s’endetter pour soigner son cancer, comme aux Etats Unis, par exemple.

C’est aussi la fausse politique sociale gouvernementale sur le reste à charge zéro qui ne coûte rien à la sécu mais est répercuté sur les mutuelles et donc le consommateur final (chapeau les artistes). Transférer la charge sur les mutuelles et donc l’individu au final, procède de la même logique que celle qu’on nous prépare avec les fonds de pension pour les retraites.

C’est aussi la « réforme des indemnités chômage » dont les effets délétères commencent à se faire sentir sur les plus vulnérables. Sur ce point on nous garantit que les mesures gouvernementales en faveur de l’emploi (CICE, exonération de cotisations sous un certain plafond de salaires, baisse de l’impôt sur les sociétés,…) vont provoquer un « ruissellement » sur l’économie : bel euphémisme, alors même que l’ampleur des sommes déversées sur les entreprises auraient pour le moins dû provoquer un raz de marée sur les créations d’emploi.

Il est vrai que ces milliards ont été donnés sans contreparties et sans contrôle de leur utilisation (on regardera avec intérêt l’interview de F. Hollande, l’artiste du CICE, par Elise Lucet, dans lequel il indique benoitement que les contrôles étaient exercés dans les entreprises…). A ce niveau-là difficile de parler de naïveté. On penche plutôt pour la collusion

Bientôt des assurances individuelles pour s’assurer contre les aléas de la perte d’emploi ? Pourquoi pas au point où nous en sommes de la dérégulation sociale. Et puis, à côté des cadeaux faits aux entreprises, de nouveaux régimes d’assurances privées, ce serait bon pour les dividendes, non ?

Voilà comment la « Richesse et la Compétitivité » s’organisent sur le dos des salariés, qu’ils soient du public ou du privé.

Pour aller plus vite encore…

Comme la « réforme » comporte tout de même des risques (autant on peut ne pas se sentir concerné par les attaques contre la sécu si on n’est pas - encore - malade, ou par l’indemnisation du chômage si on pense avoir un emploi stable) parce que la réforme des retraites touchera tout le monde, il est important pour le gouvernement de créer un contexte anxiogène. On a déjà vu la culpabilisation des « privilégiés » déjà à l’œuvre. On ressort également les phrases toutes faites sur les usagers pris en « otage ». Devant l’enjeu, il devient donc urgent d’hystériser le débat, en ajoutant un bon gros déficit des retraites en 2025, déficit qui selon l’économiste H. Sterdyniak est construit de toutes pièces ou bien organisé par la suppression d’emplois ou la modération des salaires et la non compensation d’exonérations de cotisations retraites (cf les HS et les primes « désocialisées…)

 On rappellera que les mêmes causes produisent les mêmes effets sur le budget de la sécurité sociale qui d’équilibré en début d’année et devenu déficitaire de 5 Milliards en fin 2019… Cherchez l’erreur !

Ajoutons à cela les fameux 53 % que représentent les « charges » sur les salaires versés par les entreprises en passant sous silence leur utilité sur l’équilibre des comptes sociaux.

 

Par contre on oubliera pudiquement de vous dire que le nombre de millionnaires en France ne cesse de croitre, que la rémunération du capital a augmenté sept fois plus vite en 10 ans que le prix du travail et que l’emploi dans les entreprises du CAC 40, (bénéficiaires du CICE - Crédit d’Impôt Compétitivité et Emploi…) a baissé de 10% en France depuis 10 ans et augmenté de 4% dans le monde, que la fraude fiscale et sociale n’est plus que mollement combattue sous Macron.

Mais tout cela, vous l’aurez compris, n’est pas suffisant pour enrayer la volonté de « réforme » et la pauvreté et les restrictions ont de beaux jours devant eux…

Mais. si c’est pour faire le lit de la richesse et de la compétitivité, alors, il ne nous reste plus qu’à nous incliner…

 



169 réactions


    • Michel DROUET Michel DROUET 30 novembre 2019 20:58

      @Pere Plexe
      ...Agriculteurs...


    • Pere Plexe Pere Plexe 30 novembre 2019 21:38

      @Michel DROUET
      Pour eux les subventions représentent 112% de leurs revenus !
      (chiffre 2016).
      Dit autrement non seulement leurs revenus sont issus de nos impôts mais aussi nous subventionnons leurs productions.


    • chantecler chantecler 1er décembre 2019 07:55

      @Lugsama
      Ca s’appelait droits de douanes .


    • Anatine 1er décembre 2019 08:23

      @Polybe Merci. Vous rappelez ce qui devrait et je crois doit etre pour beaucoup des evidences. Personnellement, je suis convaincu que la richesse vient des hommes et que tant que nous consentons a la voir confisquee en acceptant le débat nous n’avons aucune change de repenser notre societe. La seule reponse a mon sens est « on ne joue plus » et son expression serait une greve massive et globale.


    • Yaurrick Yaurrick 1er décembre 2019 15:28

      @Pere Plexe
      Il n’y a aucun doute que ces métiers bénéficient de rentes, comme tous les numerus clausus, licences et autres monopoles de droits... Pour abroger cela, il y a bien une solution, mais vous ne voudrez pas l’entendre, comme beaucoup sur ce fil...


  • Nowhere Man 29 novembre 2019 19:18

    Michel Drouet a écrit : « Il deviendra bientôt nécessaire de s’endetter pour soigner son cancer, comme aux Etats Unis, par exemple. »

    OK, mais en même temps, sans ce système de santé pourri pas de « Breaking Bad ».



  • JPCiron JPCiron 29 novembre 2019 21:34

    Croire que taper sur les régimes spéciaux fera avancer les droits des salariés du privé serait une grossière erreur >

    Il n’en demeure pas moins que ma fraction de retraite française a été autrefois cotisée sur la base d’une promesse d’un calcul de retraite sur les 10 meilleures années

    Et on est passé à 25 ans sans rien me demander.

    .

    En outre, mes impôts contribuent à combler les trous des régimes spéciaux.

    Et le calcul sur les 6 deniers mois est exorbitant. Sans compter les promotions qui interviennent dans la dernière année !


    Faut pas trop pousser quand même !

    .


    • Michel DROUET Michel DROUET 29 novembre 2019 22:31

      @JPCiron
      Taper sur les régimes spéciaux sera le dernier clou sur le cercueil des retraites, y compris celles du privé, parce qu’il ne s’arrêteront pas là. Vous aurez droit au calcul sur l’intégralité de votre carrière...


    • Lugsama Lugsama 30 novembre 2019 00:11

      @Michel DROUET

      Les régimes speciaux doivent disparaitre et la très grande majorité des français l’ont compris. Après quand on en viens à qualifier cette réforme de néolibéral.. ça en dit long sur la lucidité de l’auteur.


    • Michel DROUET Michel DROUET 30 novembre 2019 08:15

      @Lugsama
      L’alignement des retraites par le bas est bien une mesure néolibérale. Elle prépare par ailleurs l’alignement vers le haut des profits. Nous sommes bien dans le néolibéralisme.


    • jmdest62 jmdest62 30 novembre 2019 09:20

      @JPCiron
      Et on est passé à 25 ans sans rien me demander.

      °
      Ca s’était en 1993 (Balladur)...25 ans déjà qu’ils réforment ...avez vous vu une quelconque amélioration ?
      C’est comme pour le chômage si les réformes libérales mises en place , petit à petit , depuis 25 ans , fonctionnaient on s’en serait aperçu Non ? 
      Ces gens là veulent réduire la France de puissance industrielle à destination de vacances ou de villégiature pour gens friqués qui auront du petit personnel à disposition sur place......

      @+


    • Michel DROUET Michel DROUET 30 novembre 2019 09:40

      @jmdest62
      Oui, bon constat, et s’ils arrivent à passer la retraite à point, la prochaine étape ce sera la baisse de la valeur du point...


    • Eric F Eric F 30 novembre 2019 10:18

      @Michel DROUET
      le système actuel ne préserve en aucun cas le niveau des retraites, le taux de remplacement peut tout aussi facilement être réduit que la valeur du point, du reste les retraites sont quasi-gelées depuis cinq ans (hors faibles retraites), donc le pouvoir d’achat des retraités a perdu jusqu’à 10%.

      En tant qu’ancien salarié du privé, je suis favorable au principe d’harmonisation des systèmes de retraites, les dispositions particulières des entreprises para-publiques ex-monopoles d’état n’a plus aucune justification par rapport aux entreprises équivalentes dans le transport ou l’énergie, et surtout par rapport aux salaries hors statut embauchés désormais dans ces entreprises.
      Personne ne peut croire une seule seconde aux capacités du pays à revenir à la retraite à 60 ans ou aligner tout le monde sur le statut des cheminots, ce ne sont des slogans démagogiques pour défendre des avantages catégoriels qui n’étaient viables que lorsqu’il y avait 3 ou 4 cotisants pour 1 retraité (3,1 en 1975), il y en a moins d’1,4 désormais (réference insee), et cela même en élargissant l’assiette de cotisation des entreprises, comme je préconise.

      La journée du 5 décembre, plutôt que la défense de status corporatistes, devrait être ciblée sur les garantie de recettes du système mis en place et la garantie de maintien de pouvoir d’achat des pensions.


    • Michel DROUET Michel DROUET 30 novembre 2019 11:07

      @Eric F
      Il faut tout de même se rendre compte que l’harmonisation des systèmes de retraite à peu de chance de se produire et sans parler tout le temps des cheminots (dont les conditions de travail peuvent être parfois examinées au regard de la pénibilité -travail de nuit, découchés fréquents,...)
      On a vu que certaines corporations (infirmères, pilotes de lignes, avocats, notaires) sont montées au créneau, avec parfois un esprit très corporatiste.
      Il faut parler également des policiers, gendarmes et militaires qui bénéficient également de régimes spéciaux et dont on pourrait dire que passé un certain âge (l’âge actuel de leur départ en retraite), ils pourraient être affectés sur des postes non actif dans leurs institutions jusqu’à 64 ans...
      Donc voilà, au delà de la focalisation du débat sur la SNCF ou les agents d’EDF qui ne représentent que peanuts dans le débat mais qui sont tout de même bienvenus dans un débat polarisé, il faut peut-être aller plus loin dans la réflexion et se pencher sur le contenu de la réforme (induite en partie par la baisse du nombre de cotisants mais aussi par la baisse des cotisations sociales (voir mon autre post).
      Ce qui semble clair, c’est pour le moins que l’âge de départ sera de fait reporté (ce qui n’augure rien de bon pour l’emploi des séniors), que les femmes seront défavorisées (perte des trimestres octroyés par enfant), qu’il existe des incertitudes sur le maintien ou pour le moins le montant des pensions de réversions, qu’il n’y a pas grand chose sur la pénibilité dans le projet (quel projet ?) et surtout malgré les discours lénifiants, que la valeur du point sera susceptible d’être revue à la baisse.
      C’est pour tout cela que je me refuse à parler de défense d’intérêts corporatistes (c’est le discours gouvernemental) le 5 décembre et je considère que tous les salariés, et en premier lieu ceux du privé, qui sont beaucoup plus nombreux que ceux du public ou du para public, devraient ouvrir les yeux et descendre dans la rue.


    • JPCiron JPCiron 30 novembre 2019 11:09

      @Eric F

      Bonne Analyse.
      Merci


    • jmdest62 jmdest62 30 novembre 2019 11:37

      @Eric F
      lorsqu’il y avait 3 ou 4 cotisants pour 1 retraité (3,1 en 1975), il y en a moins d’1,4 désormais

      °
      Et si on mettait en oeuvre des solutions pour revenir à la situation de 3 ou 4 cotisants pour un retraité au lieu de se satisfaire de ce constat ?
      40 ans de politiques libérales néo-libérales , ultra-libérales (choisissez !) nous ont amenés dans cette « nasse » ......il faut avoir le courage de s’en dégager......pas facile mais si on n’y arrive pas ...dans 20 ans le mot « retraite » aura disparu du dictionnaire.
      @+


    • Eric F Eric F 30 novembre 2019 11:48

      @Michel DROUET
      Vu le ramdam, les salariés du privés descendront dans la rue, mais je pense que les slogans ne devraient pas demander le m̴a̴i̴n̴t̴i̴e̴n̴ ̴d̴u̴ ̴s̴t̴a̴t̴u̴ ̴q̴u̴o̴ ̴a̴c̴t̴u̴e̴l̴ ̴t̴r̴o̴p̴ ̴d̴i̴s̴p̴a̴r̴a̴t̴e̴

      mais que défendent les corporations avantagées, mais des garanties sur le financement et le maintien du niveau de pension, ce que le système actuel ne garantie pas mieux du tout puisque la revalorisation prévue dans les statuts de la sécu a été contourné par la loi (gel partiel hors minima).

      La question du recul de l’âge est posée exactement dans les mêmes termes dans le système actuel s’il devait être conservé. L’augmentation continue du nombre de trimestres conduit de facto à un recul selon le parcours d’études et professionnel (j’ai liquidé il y a deux ans à 65 ans et 3 mois pour avoir un taux plein).
      La question de pénibilité se pose également de la même manière quelque soit le système, c’est arbitraire car certains types de pénibilités sont reconnues et pas d’autres. 
      Concernant les enfants, le système proposé semble avantageux avec 5% de bonification par enfant dès le premier, mais il faudrait voir dans le détail.


    • Lugsama Lugsama 30 novembre 2019 11:52

      @jmdest62

      Vous préconisez l’euthanasie massive ou la submertion migratoire ?


    • Eric F Eric F 30 novembre 2019 11:59

      @jmdest62
      Même en résorbant le chômage, ce qui doit évidemment être un objectif prioritaire, il y a le problème de vieillissement de la population. Le baby boom avait injecté des « actifs » sur le marché du travail dans les années 60/70 restés actifs jusqu’aux années 2000, ils parviennent à l’âge de la retraite, alors que les générations en âge de travailler sont moins nombreuses.


    • jmdest62 jmdest62 30 novembre 2019 12:11

      @Eric F
      les générations en âge de travailler sont moins nombreuses.


      °
      Ce que je constate c’est qu’on demande aux « vieux » de travailler + longtemps pendant que les jeunes ont beaucoup de mal à trouver du boulot.
      C’est logique pour vous ?
      @+


    • Eric F Eric F 30 novembre 2019 12:22

      @jmdest62
      Ce n’est en effet pas logique de maintenir les seniors dans l’emploi et laisser des jeunes sur le quai. A nombres d’heures travaillées données, mieux vaudrait un « relayage » comme cela avait existé avec des dispositions de préretraites contre embauches. L’une des causes de réticence à l’embauche -je l’ai souvent entendu par des patrons de TPE- c’est le cout de suppression d’un emploi en cas de retournement de conjoncture, rédhibitoire pour une petite entreprise en baisse d’activité. Les grands groupes préfèrent des plans sociaux très couteux plutôt que de maintenir l’emploi, c’est qu’il y a vraiment un problème global de cout.


    • Cadoudal Cadoudal 30 novembre 2019 12:25

      @Lugsama

      Thierry Breton rêve que la France accueille 20 millions d’immigrés supplémentaires d’ici 2050

      https://www.lepoint.fr/economie/thierry-breton-la-verite-sur-la-dette-09-05-2013-1689701_28.php#


      Delevoye en veut 50 millions pour l’Europe

      Delevoye ciblé par la droite pour ses propos sur l’immigration

      https://www.youtube.com/watch?v=SctebOUg84g&feature=youtu.be


      Je vais aller m’acheter une dent de Narval...lol...

      ayant été condamné en 2012 à 16 ans de prison

      pour des infractions terroristes. Il a été remis en liberté conditionnelle en décembre 2018

      Usman Khan, qui était l’invité d’une conférence organisée par l’Université de Cambridge sur la réhabilitation des prisonniers.

      La conférence au Fishmongers’ Hall avait été annoncée comme « une journée pour célébrer, connecter et collaborer »

      https://www.huffingtonpost.fr/entry/attaque-londres-usman-khan-narval_fr_5de2347be4b0913e6f7f1d0b





    • Eric F Eric F 30 novembre 2019 14:21

      @Cadoudal
      L’argument de Thierry Breton (l’interview date de 2013) est que la France doit continuer de représenter 1% de la population mondiale dans trente ans malgré l’explosion démographique ailleurs, et donc faire de la « croissance externe » de population. Pour les adeptes du « marché », des terriens en plus c’est de la croissance économique, ce sont des principes hors sol de la technocratie financière. On peut voir au passage que la préoccupation écologique et climatique devenues désormais prépondérante était absente des esprits il y a encore cinq ou six ans.


    • jmdest62 jmdest62 30 novembre 2019 16:46

      @Lugsama
      submertion ?????
      toi y’en a pas pouvoir écrire francez Korrect
      bisous


  • Claudec Claudec 30 novembre 2019 04:17

    Pour les retraités comme pour les actifs :

    1° – La répartition de la population est de nature incontournablement pyramidale. 

    https://pyramidologiesociale.blogspot.com/

    2° – La pauvreté à sa limite qui est le niveau zéro de la richesse, alors que l’enrichissement n’en a pas d’autre que l’ambition de ceux qui le convoitent et les ressources dont ils le tirent.

    La solution est donc, pour ces retraités comme pour les actifs, dans l’isolement des plus démunis par rapport au niveau zéro de la richesse. Et la récupération des privilèges de nombre d’entre eux ne pourra que s’ajouter à des aides aussi vaines que divesifiées et éparses, pour constituer le fonds de véritable “assurance contre la pauvreté profonde”. Lire ici-même à ce sujet https://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=216648

    Pour le reste, notre histoire sociale n’est rien d’autre que celle de la relation économie-démographie. Et c’est par ignorance, voire négation de cette relation fondamentale ainsi que de son évolution, que nous nous interdisons :

    — de garantir à tous les êtres humains (retraités compris) des conditions d’existence pouvant être considérées comme décentes

    — d’éradiquer la pauvreté profonde

    — ne nous réconcilier avec notre environnement.

    Richesse et pauvreté en tout, existent l’une par l’autre et sont relatives, comme elles l’ont toujours été. Par ailleurs, où que ce soit et sous tous les régimes politiques, un pauvre ne peut enfanter que des pauvres, comme un riche ne peut donner naissance qu’à des riches (retraités compris)

     ; quels que soient les aléas heureux ou malheureux de l’existence de chacun par la suite, tels que les déterminent ses talents, ses ambitions, sa volonté, ses efforts, sa chance ... et les circonstances.

    Les hasards de sa naissance insèrent chacun dans la pyramide sociale selon ses antécédents génétiques, sociaux et culturels, situation que la lutte des classes n’a jamais ni nulle part changé d’un iota (retraités compris)

    , avec ou sans suppression de la propriété et de l’héritage – l’une de ses mesures emblématiques. De telles dispositions ne faisant qu’accroître la richesse collective autrement que par les voies habituelles que sont la confiscation pure et simple ou l’impôt, sans modifier le caractère incontournablement pyramidal de la richesse comme de la société, qui refusent toute forme d’égalité (retraités compris).


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 30 novembre 2019 10:21

      @Claudec
      Désolée, je ne comprends rien à ce que vous écrivez.
      Vous vous situez sur la planète Mars ? On parle de la France, 5e ou 6e puissance économique du monde, dans l’ Union européenne.


    • Sparker Sparker 30 novembre 2019 15:06

      @Fifi Brind_acier

      Désolé mais pas surpris que vous ne compreniez pas.
      Il faut parfois prendre un peu de largeur ou hauteur de vue pour comprendre ou sont les problèmes et les éventuelles solutions.
      Vous pensez que le marigots dans lequel l’humanité est en train d’échouer va se régler à coup de frexit, soit, ça facilite le problème mais je crains que ça ne résolve rien faute de profondeur.
      Mais bon c’est le propre des esprits légalistes, la réduction à la lettre écartant l’esprit.


    • jmdest62 jmdest62 30 novembre 2019 16:55

      @Sparker
      Salut l’ami
      le pb de @Fifi c’est que @claudec n’a pas utilisé un seul des mots qui déclenchent ses réflexes pavloviens.
      Comprenez que cela peut provoquer chez elle un peu de perplexité
      @+


    • av88 av88 30 novembre 2019 20:49

      @Fifi Brind_acier
      Ce n’est pas fait pour être compris, c’est fait pour impressionner les gueux.

      https://www.youtube.com/watch?v=LVqOC4fiHvk


    • Claudec Claudec 30 novembre 2019 21:04

      @Fifi Brind_acier

      Non je ne suis pas sur Mars, mais bien sur Terre, où il y a déjà un moment que la France est avec toutes les nations, embourbée dans le même merdier.
      Dû à la démesure globalisée autant que partagée du binôme économie-population humaine, ce merdier est seulement aggravé par les caprices de la nature, mais la majorité – élites largement comprises – ne veut y voir que la perte de son confort.
      Essuyez-vous les yeux !

      https://pyramidologiesociale.blogspot.com/


    • Xenozoid Xenozoid 30 novembre 2019 21:07

      @Claudec

      claudec a raison on ne peut rien contre l’effroyable pyramide socialo économique hierarchique

      tout le monde devrait voir ce film


    • Sparker Sparker 30 novembre 2019 21:17

      @jmdest62

       smiley smiley
      Je ne doute pas des bonnes intentions de fifi et de certains autres upr.
      Bon, évidemment vu que je pense que les sociétés à deux étages, comme la notre l’est devenue, ont vécue leur temps et que de nouveaux schémas doivent émerger, donc il y a désaccord.
      C’est sur qu’en tant que pilier de forum, elle assure...


    • julius 1ER 1er décembre 2019 09:14

      @Fifi Brind_acier

      tu devrais arrêter de sortir ce genre d’argument qui ne veut rien dire !!!!
      tu dois connaître j’espère la blague sur Bill Gates qui entre dans un bistro ?????
      la réalité est :est-ce qu’un français pauvre vit mieux qu’un ougandais pauvre ou qu’un suisse pauvre ????
      çà ce sont de vraies questions pas du blabla d’économistes libéraux !!!!


    • Claudec Claudec 1er décembre 2019 13:24

      @av88

      Parler pour ne rien dire ... de ce qu’on ne se donne pas la peine de connaître, préférant s’en remettre aux idées toute faites de la pensée dominante, en dociles moutons se donnant à bon compte des allures d’enragés.

      https://pyramidologiesociale.blogspot.com/


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 1er décembre 2019 14:53

      @Claudec
      France est avec toutes les nations, embourbée dans le même merdier.


      Pas du tout, la France et les pays européens, c’est pire, parce que nous ne sommes plus des pays souverains. Allez voir, si le Venezuela, la Corée du sud, le Vietnam, la Russie, le Canada ou la Chine ne font pas leurs propres lois !
      .
      En dehors de l’ UE, tous les pays du monde peuvent décider ce qu’ils veulent.
      Ils ont des frontières, une monnaie, un budget, leurs lois et leur justice, leur diplomatie etc.
      .
      Tout ça, depuis Maastricht, c’est terminé.
      Il n’y a plus de politiques intérieures nationales.
      Et c’est une Commissaire européenne qui vous l’explique.


  • Le421 Le421 30 novembre 2019 13:54

    Moi, j’attends avec gourmandise le moment ou sa majesté Macrounet 1er va annoncer à ses sicaires qu’ils vont casser du manifestant jusqu’à 65 ans...


    • Michel DROUET Michel DROUET 30 novembre 2019 14:01

      @Le421
      Ben non, voyons... on va bien garder quelques régimes spéciaux ! Il faut bien des chiens de garde du système.


    • Sparker Sparker 30 novembre 2019 15:13

      @Michel DROUET

      J’ai un copain militaire qui était au Mali, l’en est revenu un peu pas bien (psycho). Bientôt jeune et bien jeune retraité, un merci de la nation, un privilège selon certains... qui eux n’iront jamais (même si on est pas d’accord avec ce qui se fait là-bas).


    • Eric F Eric F 30 novembre 2019 15:18

      @Le421
      Les joueurs de foot professionnels non plus, ce ne sera pas jusqu’à 65 ans. La question est celle du montant de la pension lors du départ anticipé des membres des forces de l’ordre et de défense. Dans la police, il faut actuellement 166 trimestre pour atteindre le taux plein et il est prévu actuellement d’augmenter progressivement à 172 comme les autres salariés (mais il y a des trimestres de bonification pour les actifs de terrain).


    • Michel DROUET Michel DROUET 30 novembre 2019 17:26

      @Sparker
      D’où la nécessité de les garder dans leur milieu (si c’est compatible) au lieu de les rendre à la vie civile avec une pension minable et une médaille.


    • Sparker Sparker 30 novembre 2019 21:32

      @Michel DROUET

      Ça se prépare quand même... ils leur faut de la place dans la vie civile sortir de la « matrice » militaire ne doit pas être toujours simple...
      Oui il y en à certainement qui ne vivent que dans ce type de milieu toute leur vie, y’a un dedans et un dehors, j’aurais tendance à dire pourquoi pas, mais bon ça me semble réducteur et communautariste qui dérive souvent vers du prosélytisme ou du lobbyisme ou les deux. L’armée c’est comme l’église, ils ont leurs règles propres. 
      Du coup les garder dans ce milieu, hum, faudrait pouvoir se passer du « milieu » on ferait d’une pierre deux coups, bon on peut rêver c’est samedi soir...


  • soi même 30 novembre 2019 15:21

    Que cela peut être con les gauchos.


  • infraçon 30 novembre 2019 20:05

    (pour cause de bug du système réponse à Mr Spartacus de 18:36) Spartacus arrêtez de monter votre mayonnaise tout seul dans votre bocal… D’abord vous ne comprenez pas le texte. Ensuite, de quel salaire de fonctionnaire parlez-vous ? Celui qui est à l’entretien des locaux ? du technicien ? du secrétaire ? de l’ingénieur ? du professeur ? du pilote militaire ? du médecin ? du préfet ? En connaissez-vous les montants ? Ne serait-ce que celui du premier échelon de la catégorie C ? En quoi est-il exorbitant par rapport à un SMIC ? En plus, je crains fort qu’avec vous les smicards pourraient attendre longtemps de sortir de leur statut ! Arrêtez de cacher votre compétence illusoire en ramenant votre critique à balancer des termes qui en imposent mais qui tombent à plat : « l’hypocrisie », « la malhonnêteté intellectuelle » ad personam sans même rien savoir de la personne sous le pseudo et surtout en vous gardant bien de répondre à ses arguments. Mais c’est sûr qu’en faisant dire au texte ce qu’il ne dit pas, vous ne risquez pas d’y répondre. Pur exercice dans lequel vous avez de la compétence : la dialectique éristique. Mais qui croyez-vous impressionner ? Et si je prends le temps de faire ces commentaires, c’est pour avertir tout lecteur naïf de vos méthodes.


    • Pere Plexe Pere Plexe 30 novembre 2019 20:49

      @infraçon
      Spartacus à deux trois éléments de langage, et autant de mots valises, qui constituent tout son bagage et sa réflexion : jeu à somme nulle, castes, gauchisme, création,
      Même son pseudo est paradoxale Spartacus était contre le pouvoir de Rome, lui justifie tous les travers du capitalisme qui règne sur notre planète !
      Le tous avec des commentaires encore plus remplis de fautes que les miens...


  • julius 1ER 1er décembre 2019 08:55

    Les gens déplorent les effets d’un système dont ils chérissent les causes !!!!

    Je pense que tout va bien dans le meilleur des mondes, Bernard Arnault (qui pèse plus de 100 milliards ) et le groupe LVMH achètent le groupe « Tifany »320 boutiques dans le monde pour 15 milliards de dollars .... pas une ligne et pas de discussion dans les médias sur ce sujet hormis dans la presse spécialisée .. or la question essentielle est bien là ... c’est quoi la finalité de l’économie ?????

    Qu’un groupe puisse acquérir un monopole dans un domaine (ici il s’agit des produits de luxe) et survole le monde en étant hors sol en ne payant pratiquement plus d’impôts ou si peu mais le plus important ne rende aucun compte ni à son pays ni à aucun organisme sauf à ses actionnaires tout en bénéficiant d’une manière totalement disproportionnée de l’ Etat de Droit que les citoyens libres et égaux ont mis quelques siècles à mettre en place ..... c’est pas beau la République ?????

    or dans le même temps la pauvreté augmente, les restos du coeurs ont depuis longtemps dépassé les 30 années d’existence sans qu’il n’y ait eu aucun débat et les pauvres viennent faire la quête de nourriture à l’intérieur même des hypermarchés pour faire face à l’augmentation du nombre de pauvres dans ce pays, les pauvres demandent aux pauvres de donner ..... car les besoins sont immenses ?????? il y avait un slogan que l’on entendait sur les antennes il y a quelque années : « le progrès en est un que s’il est partagé par tous » .... 

    il serait plus que temps de redéfinir ce qu’est le « progrès » et la finalité de l’économie car être sollicité à l’entrée de chaque commerce pour donner toujours et encore n’est certainement pas le synonyme d’un progrès respectueux de l’humanité !!!

    et que dire sur la présence de l’armée française en Afrique puisque l’actu brutalement nous rappelle que notre armée dépense notre argent afin de maintenir un semblant d’Etat de Droit sur une terre immense grande comme la surface de l’Europe avec seulement 4500 hommes, les chiffres semblent disproportionnés mais ce qui ne l’est pas c’est que seule la France est impliquée pour que tous ces pays tels le Niger, le Mali, le Burkina, le Tchad, etc..... ne sombrent dans un totalitarisme islamiste qui lui continue à vouloir se créer un Etat éponyme !!!! 


    • Michel DROUET Michel DROUET 1er décembre 2019 09:12

      @julius 1ER
      Les milliardaires survolent les choses et regardent avec dédain le petit peuple se contenter de quelques miettes avec les heures supplémentaires défiscalisées alors que dans le même temps ces riches continuent d’engranger les cadeaux faits par un Etat complaisant (ISF, CICE,...)


  • julius 1ER 1er décembre 2019 09:42

    Enfin heureusement que les « Tinois » sont là .... XI Jin en tête, une bonne caricature de stalinien bon teint qui lui n’a pas dû se soumettre à un exercice d’autocritique depuis belle lurette !!!!

    avec sa route de la soie, sa collusion avec d’autres dictateurs et sa volonté d’être un empire militaro industriel le plus puissant au monde et ce dans les 2 prochaines décennies.... XI va mettre tout le monde d’accord au moins, il va faire prendre conscience que l’Empire du milieu n’existe plus et que maintenant seul la dominance mondiale compte .....quitte à mettre tout le monde au pas de l’oie !!!!

    les petites querelles byzantines, du genre euro ou pas, Brexit ou Frexit vont passer pour des insignifiances d’égos surdimensionnés au fur et à mesure que Xi va installer des bases militaires dans le monde entier car quand un pays investit autant à l’étranger il ne peut envisager d’être spolié dans des Etats où le Droit n’est qu’un terme vague pour masquer la corruption ..... or après les énormes investissements les risques de spoliations par des peuples en colère ne peuvent être admis et c’est là que la force de la matraque va devenir commune, presque banale !!!

    au moins Xi à son insu va réconcilier les esprits les plus divisés ... ouf il était temps ! 


  • Pere Plexe Pere Plexe 1er décembre 2019 11:44

    Darmanin fait dans la grosse manipulation !

    Le type fait mine de ne pas savoir ce qu’est la compensation.

    Pire il affirme « On a du mal à comprendre pourquoi l’État verse chaque année 8 milliards d’euros - sur nos impôts ! - pour les [les régimes spéciaux] équilibrer  »

    Sauf que les 8 milliards servent aux agriculteurs (6,2 milliards) et aux artisans (1,4 milliards) .Mieux ces 8 milliards sont pour un tiers payés par la caisse de la fonction publique hospitalière et fonction publique territoriale qui sont excédentaires.

    Le cout des regimes spéciaux est par ailleurs lui aussi principalement du à une démographie défavorable des régimes spéciaux.

    Le même rapport note page 10 : Les coûts des régimes spéciaux et notamment ceux imputables à leurs droits spécifiques restent cependant insuffisamment circonscrits, et donc mal connus.

    Dit autrement « on ne sait pas combien ça coûte ».Et on ne veut surtout pas savoir

    sinon on ne pourrait dire n’importe quoi.


    • Eric F Eric F 1er décembre 2019 19:31

      @Pere Plexe
      « Le cout des regimes spéciaux est par ailleurs lui aussi principalement du à une démographie défavorable des régimes spéciaux »
      De manière générale le problème des retraites est lié à une démographie défavorable.
      Concernant les régimes spéciaux des entreprises parapubliques ex-monopoles d’état, il y a des appoints de l’état et un financement par les usagers, par exemple pour ex- EDF et GDF : les retraites sont financées :
      53 % par les cotisations employeurs
      18 % par les cotisations versées par les salariés
      28 % par les consommateurs au travers d’une taxe qui apparaît sur leurs factures


    • Pere Plexe Pere Plexe 2 décembre 2019 11:13

      @Eric F
      ...que la contribution à un système de retraite ce retrouve in fine dans le produit d’un service est une évidence.Qu’on soit agriculteur, avocat ou tourneur.
      Ne le retenir que pour les régimes spéciaux est une manipulation !


    • Michel DROUET Michel DROUET 2 décembre 2019 11:59

      @Pere Plexe
      Sachant, par ailleurs, que nous contribuons aux retraites chapeaux de dirigeants d’entreprises : un sacré régime spécial que ce régime !


  • Sparker Sparker 1er décembre 2019 12:29

    Tenez un petit point et sur du BFM... ça se passe de commentaires...

    « L’arnaque sur les retraites »

    https://www.youtube.com/watch?v=b1sw0R7VtM4&feature=share&fbclid=IwAR0d1WAmPh5n2ciYEyLTgK1FKr7a4gwvcmoaUGwoIO9sC_jYbb96AaI_OKg


    • Pere Plexe Pere Plexe 1er décembre 2019 20:02

      @Sparker
      La bataille de l’opinion est engagé : le gouvernement ne recul devant aucun mensonge !
      Les principaux pour rendre ce néfaste projet vendable :
      - il y a urgence : non
      - les régimes spéciaux sont un gouffre : aucun chiffre connu et fiable comme le confirme le dernier rapport de la cours des comptes. Par contre on sait que le taux de reversement de ces régimes est assez proche de celui des autres.
      - c’est l’équité qui guide cette réforme : bien sûr que non. D’ailleurs beaucoup de dérogations sont déjà prévues.Par contre les différences d’espérance de vie selon les CSP est totalement ignoré.
      - un système à point est garanti de pérennité : sauf que l’expérience suédoise mais aussi les soucis des complémentaires agirc-arrco démontrent l’inverse.


    • Eric F Eric F 1er décembre 2019 23:06

      @Pere Plexe
      Que le comptage soit effectué par trimestres cotisés ou par points, la pérennité reste basée sur le rapport entre cotisants et bénéficiaires. L’idée du système à points c’est juste de compter de la même manière pour tout le monde, au lieu de modalités différentes selon le régime, et d’avoir une caisse commune pour qu’il y ait péréquation des aléas démographiques des diverses professions.
      On ne peut par ailleurs pas défendre à la fois que les régimes spéciaux tous comptes faits n’ont guère d’avantages, et en même temps qu’il faut à tout prix les préserver ce qui est l’objectif essentiel du 5 décembre.
      Par ailleurs, attention qu’une espérance de vie catégorielle est une moyenne statistique, chaque individu reste un cas particulier, là aussi il faut une péréquation globale (un peu comme pour les assurances automobiles, il a finalement été jugé illégal d’affecter un malus supplémentaire aux jeunes gens sur des bases statistiques non transposables à titre individuel). Par contre des caractéristiques catégorielles de pénibilité peuvent être identifiées ouvrant à bonification de points, mais il y en a de toutes sortes, le stress des soignants en zone difficile par exemple.


    • Pere Plexe Pere Plexe 3 décembre 2019 09:41

      @Eric F
      "On ne peut par ailleurs pas défendre à la fois que les régimes spéciaux tous comptes faits n’ont guère d’avantages, et en même temps qu’il faut à tout prix les préserver

      "
      C’est un fait.
      En revanche on peut comprendre et défendre que cette retraite avantageuse est un élément d’un tout. Généralement on explique à ceux qui en bénéficie (SNCF,Profs, infirmiers...) que certes leurs salaires sont peu élevés mais qu’en revanche ils ont certains avantages : congés ici, train gratuit là. Et bien sûr la retraite fait partie de ces éléments mis en avant depuis des décennies pour justifier des salaires peu attractifs.
      Donc oui c’est un avantage d’un ensemble qui lui l’est beaucoup moins.
      Au point que le recrutement à la SNCF chez les profs ou à l’hopital est en crise !


    • Pere Plexe Pere Plexe 3 décembre 2019 09:46

      @Eric F
      la pérennité reste basée sur le rapport entre cotisants et bénéficiaires

      Merci de confirmer que le passage à un système à point n’améliorerai rien.
      Contrairement à ce que nous raconte le gouvernement !


  • Anatine 1er décembre 2019 13:50

    L’idee de contenir la depense pour les retraites dans un monde ou le nombre d’actifs diminue et l’economie est tiree par la consommation est un non sens.


    • Sparker Sparker 1er décembre 2019 13:54

      @Anatine

      D’autant que le système des retraites n’est pas en danger, loin s’en faut.
      (Voir la vidéo de mon com du dessus)


    • Yaurrick Yaurrick 1er décembre 2019 15:29

      @Anatine
      A ceci près que pour pouvoir consommer, il faut avoir produit avant.


    • Pere Plexe Pere Plexe 1er décembre 2019 19:18

      @Yaurrick
      Vous produisez ce que vous consommez ?
      Le Luxembourg (et la plupart des pays) ne consomme que se qu’il produit ?
      Bien sûr que non.


    • Yaurrick Yaurrick 1er décembre 2019 22:45

      @Pere Plexe
      A aucun moment je n’ai dit que la consommation et la production étaient les mêmes produits / services.
      Je dis simplement que la production précède nécessairement la consommation, et dans une société marchande part l’échange de produits / services.


    • Eric F Eric F 1er décembre 2019 23:24

      @Anatine
      Vous avez raison que si la proportion de retraités augmente dans la population, la part de PIB consacrée aux pensions de retraite doit augmenter. Les gains de productivité dus à l’automatisation sont considérables, une part peut donc être consacrée au financement des retraites.
      Le total est toujours 100%, mais s’il y a une diminution des naissances, la part consacrée à la néonatalité dans le PIB devrait diminuer, idem s’il y a une baisse de proportion des moins de 20 ans dans la population, la proportion de l’éducation dans le PIB devrait décroître. Et bien sûr la répartition des fruits de l’économie entre rémunération du capital, la rémunération du travail et la redistribution sociale doit être corrigée, car l’accumulation de richesse de l’infime minorité des gros détenteurs de capitaux crée une distorsion sans précédent par rapport à la situation d’il y a 20 ou 30 ans.


    • soi même 2 décembre 2019 02:52

      @Eric F, vous soulevez un probleme important, l’infornatisation des taches et la robototisation de la production devrait à mon sens être sounie à la cotisation de la retraitre, car il n’est pas nornale de voir d’un coté une aumentation via l’infornatique et la robotique de la production et en contre partie des licenciments massifs qui plombe forcement les retraites à venir.


    • Eric F Eric F 2 décembre 2019 09:19

      @soi même
      En effet, et cela concerne, au delà des retraites, l’ensemble des cotisations sociales des entreprises, en quelque sorte une CSG sur la valeur ajoutée de l’économie (comme il en existe sur les revenus des particuliers), plutôt qu’asseoir les cotisations seulement sur la masse salariale (ce qui pénalise, à chiffre d’affaire équivalent, les entreprises qui embauchent et donne un bonus sur celles qui licencient).


    • Anatine 2 décembre 2019 10:46

      @Eric F

      En dehors de l’Afrique, c’est le cas dans la plupart des pays du monde. La population 25-60 diminue et celle au dessus de 60 augmente.


    • Anatine 2 décembre 2019 11:52

      @Eric F

      En dehors de l’Afrique, c’est le cas dans la plupart des pays du monde. La population 25-60 diminue et celle au dessus de 60 augmente.


Réagir