vendredi 29 juillet 2016 - par J.MAY

Après les déclarations du FLN Corse

APRES LES DECLARATIONS DU FLN CORSE

Il est curieux de constater que de la longue déclaration en cinq feuillets du FLNC, les médias nationaux, tant ceux de la presse écrite que ceux de la radio ou de la télévision n'ont retenu, commenté et propagé qu'une partie du communiqué, insistant sur la "déclaration de guerre du FLNC à l'État Islamique" et passant volontiers sous silence les messages adressés de manière plus spécifique aux Musulmans de Corse , à l'État Français et au Peuple corse.

A première vue, donc, sinon à première lecture, l'on pourrait ne retenir que la mise en garde comminatoire, voire prétentieuse, du FLNC à l'encontre de l'islamisme terroriste.

Nombre d'habitués des réseaux dit "sociaux" en ont d'ailleurs profité pour saluer la "sommation" adressée aux islamistes radicaux, et louer au passage l'intransigeante détermination des Corses en général dans le combat contre ces derniers.

D'autres commentateurs se sont inquiétés d'une déclaration de guerre intempestive et à tout le moins inopportune, risquant de "mettre le feu aux poudres" et de provoquer quelque acte de terrorisme touchant directement ou indirectement la population corse.

Il paraît donc nécessaire de conseiller aux commentateurs officiels et à ceux qui jacassent dans les différents "Cafés du Commerce" ouverts dans les forums, une lecture attentive du texte diffusé par le FLNC.

A défaut de le reproduire ici "in extenso", et pour nous en tenir aux informations, assez exhaustives au demeurant, de la presse locale (Corse Matin), il convient de livrer ici quelques "morceaux choisis" extraits de la déclaration du FLNC, mais différents de ceux véhiculés par les médias nationaux.

1. à l'adresse des Muslmans de Corse :

"La communauté de destin n'est pas un vain mot ; aujourd'hui plus que jamais nous avons le devoir de rechercher la capacité à faire que ce peuple, petit par le nombre, soit grand sur le projet de vie commune" […]

" Musulmans de Corse, depuis un demi-siècle vous partagez notre destin, et cela vous place dans les semaines, les mois et désormais les années à venir face à un enjeu de taille : pour vivre sereinement sur notre terre il faudra, si cela s'avère nécessaire, résister avec nous pour vaincre les fanatiques sanguinaires"

(Nous n'attendons pas) "de votre communauté qu'elle renie ses origines ou trahisse sa religion" […]

 […] Vous êtes les premières et principales victimes de la barbarie du djihadisme. A Nice, près de 40% des victimes sont des Musulmans […]

Si l'E.I revendiquait des actions terroristes sur le terrain nous ne pourrons les vaincre qu'ensemble."

2. A l'adresse de l'État français :

Le monde occidental, avec la France en tête, essaie sans plus y parvenir, de se donner bonne conscience en oubliant qu'il est grandement responsable de la catastrophe que nous vivons[…]

Après 2003 et le scandale de l'administration Bush en Irak ; après 2011 et le renversement de Kadhafi en Libye puis la gestion chaotique de la crise syrienne, il fallait bien s'attendre à des retombées en Europe et aux États-Unis.

[…] Il faudra que la France cesse sa propension à intervenir militairement et donner des leçons de démocratie à la terre entière si elle veut éviter que les conflits qu'elle sème à travers le monde ne reviennent comme un boomerang sur son sol."

"Gouvernants français, le peuple corse n'a déjà que trop payé le prix de votre histoire impérialiste […] évitez de mépriser le monde qui vous entoure. Peut-être alors réussirez-vous à endiguer la violence qui vous agresse aujourd'hui"

3. Au peuple corse :

Nous appelons notre peuple à la vigilance et au calme face à la barbarie.

Ceux qui chez nous se sentent des affinités avec des partis ou associations d'extrême droite corse ou française se trompent de combat […]

Les quelques extraits cités permettront d'avoir une idée plus complète, plus juste, plus équilibrée, de la "mise en garde" du FLNC, et surtout d'en clarifier l'esprit.

Ceci dit, ne nous faisons pas d'illusion : chacun retiendra de la déclaration du FLNC ce qui s'accordera le mieux avec sa propre idéologie et en applaudira ou incriminera certains passages en fonction de ses convictions et de ses préconisations personnelles.



79 réactions


  • Massada Massada 29 juillet 2016 18:23

    J’adore les corses, communication nette vous faites les cons chez nous on vous met la misère.



    • J.MAY MAIBORODA 29 juillet 2016 18:29

      @Massada


      Vous justifiez ma conclusion : «  chacun retiendra de la déclaration du FLNC ce qui s’accordera le mieux avec sa propre idéologie et en applaudira ou incriminera certains passages en fonction de ses convictions et de ses préconisations personnelles ».
      Mais bon ! Votre commentaire n’étant pas « excessif », vous bénéficierez d’une indulgence plénière.


    • Alren Alren 29 juillet 2016 19:20

      @Massada

      Le problème c’est que ne sont que des mots.

      Le FNLC qui, en son temps, a lui aussi utilisé les attentats, y compris l’assassinat du préfet Érignac pour « fora » les non-Corses par la peur ou la ruine, n’a pas plus que d’autres de recette magique pour mettre fin au terrorisme.

      S’il croit que des menaces de violence vont faire peur à des demi-cinglés qui considèrent qu’il faut mourir en combattant pour atteindre le paradis d’Allah, c’est un bon indicateur de son niveau d’analyse !
      Si un attentat comme celui de Nice ou du bataclan a lieu en Corse, que fera-t-il ? Une ratonnade chez les « Arabes » ?


    • Massada Massada 29 juillet 2016 19:27

      @Alren
       

      Sans doute mais cela change de la communication officielle padamalgam, cespalislam.
       
      Et puis, je suppose que sur une ile ou l’on se connait bien, avec un sentiment nationaliste fort, on arrive plus facilement à détecter les radicalisés.


    • aimable 30 juillet 2016 06:52

      @Massada
      il est vrai que vous aussi si vous étiez restés sur vos frontières de 47 , votre territoire serait beaucoup plus facile a défendre  !


    • Alren Alren 30 juillet 2016 10:39

      @Massada

      je suppose que sur une île ou l’on se connaît bien, avec un sentiment nationaliste fort, on arrive plus facilement à détecter les radicalisés.

      Sauf si au sein de la communauté musulmane, on juge qu’il n’est pas bien de dénoncer un « frère » qui fait preuve de « piété ».

      On voit bien en Israël ou dans les territoires palestiniens occupés illégalement par cet État, que quand un fanatique juif assassine un Palestinien, y compris un adolescent, des individus dans la communauté juive le soutiennent mordicus et que ses voisins ne l’ont pas dénoncé préventivement aux autorités alors qu’ils ne peuvent ignorer les opinions de l’assassin avant qu’il passe à l’acte.


    • socrate socrate 30 juillet 2016 16:55

      @Alren
      Les assassins du préfet Erignac se réclamaient de la lutte armée mais pas du FLNC qui ne les a pas soutenus dans cette action mais a simplement reconnu en eux des « combattants de la cause corse »


    • damocles damocles 31 juillet 2016 20:06

      @Alren

      Bonsoir 
      pour PRECISER un peu les faits : le communiqué emane du« FLNC du 22 OCTOBRE  »groupe dissident du « FLNC CANAL HISTORIQUE  »et d’autre part le FLNC n’est pour rien dans l’assassinat du prefet Erignac qui le serait du à un groupuscule dit « des anonymes »

      Ceci dit , je ne vois pas comment on peut terroriser des gens prêts à se faire sauter avec une ceinture d’explosifs ...à moins de prendre des mesures preventives ce qui semble quand même assez aleatoire....

    • Alren Alren 1er août 2016 13:23

      @damocles

      Vu l’indignation des Français, habitant l’île ou non, après cet assassinat, on comprend que les porte-parole des FNLC (car les « autonomistes » avaient trouvé le moyen de se fractionner quand ils ne se tuaient pas entre factions rivales avec de vrais bandits dans leurs rangs) en aient rejeté la responsabilité sur un groupe étranger aux leurs.
      Le problème c’est que celui-ci ne s’est jamais manifesté ensuite ...


    • damocles damocles 1er août 2016 16:46

      @Alren

      Ceux qui ont été condamnés n’ont jamais revendiqué une appartenance quelconque au FLNC historique , habituel , ou du 22 octobre ,et cela n’a rien à voir avec l’indignation des français , et s’ils ne se sont plus manifestés c’est tout simplement parcequ’ils n’etaient qu’une poignée de militants un peu comme le groupe « Action Directe »

  • leypanou 29 juillet 2016 18:35

    Merci à l’auteur de ce supplément d’information. Avec les MSM, il n’y a rien à espérer, et là c’est le mensonge par omission.
    L’EI ne peut que revendiquer que des actions commises par des lâches, contre des personnes qui ne sont pas en état de se défendre. Quelle personne sensée oserait justifier des actions pareilles ? Mais plus condamnables encore sont ceux qui prétendent les combattre tout en les aidant, d’une manière ou d’une autre. Seuls les naïfs et les incultes ne sont pas au courant, mais ils seront victimes potentielles comme les autres.
    Pour finir : des combattants de Daesh déguisés en femme pour pouvoir s’enfuir.


  • Pomme de Reinette 29 juillet 2016 18:44

    A défaut de le reproduire ici « in extenso »,

    Pourrait-on avoir le lien à la déclaration in extenso plutôt qu’à des morceaux choisis selon le goût de l’auteur ?

    Merci.


    • J.MAY MAIBORODA 29 juillet 2016 19:07

      @Pomme de Reinette


      1. N’étant pas membre du FLNC je ne détiens ni l’original ni une copie certifiée conforme du texte intégral.
      Ma seule source est le journal local « Corse-Matin » du 28 juillet 2016.
      2. Les « morceaux choisis » que j’offre à votre lecture sont ceux que les médias nationaux mainstream se sont gardés de reproduire.
      3. Pour compléter votre information, je vous offre un autre « morceau choisi » que j’avais occulté :
      " Rien dans ce que nous défendons n’est semblable aux idéologies fascisantes qui alimentent les esprits fragiles et les réseaux sociaux en ce moment. [...]

    • roman_garev 29 juillet 2016 19:10

      @Pomme de Reinette


      Marrants, ces griefs.

      Selon vous, l’auteur aurait dû prendre pour son article à lui des morceaux selon votre goût à vous ?

      La recherche Google fonctionne bien, allez-y. 

    • Pomme de Reinette 29 juillet 2016 19:23

      @roman_garev

      J’ai cherché avant de poser la question.
      Mais puisque vous avez l’air si doué, auriez-vous l’amabilité de me fournir le lien que vous avez trouvé ?
      Merci d’avance.


    • roman_garev 29 juillet 2016 19:45

      @Pomme de Reinette

      L’auteur a le droit d’auteur (pardon pour cette tautologie) sur ce qu’il a écrit, non ?
      À savoir choisir des morceaux de son gré, et pas du vôtre ou du mien.
      Je n’ai pas cherché car le choix de l’auteur m’arrange.
      Bon, passons sur le Google, mais vos griefs à l’auteur d’avoir choisi les morceaux selon son goût n’en restent pas moins ineptes.
      D’autant plus que les morceaux selon votre goût, semble-t-il (d’après l’ensemble de vos interventions ici), ont été déjà choisis par les MSM, comme l’auteur l’a indiqué. À quoi bon rapporter ici les produits de ces MSM ? On en a ras le bol ailleurs.


    • Pomme de Reinette 29 juillet 2016 19:54

      @roman_garev

      Cela s’appelle botter en touche.
      Je n’ai aucun « grief » contre l’auteur, j’ai juste demandé s’il était possible d’avoir le lien pour lire la déclaration « in extenso ».
      Le reste n’est que procès d’intention.


    • roman_garev 29 juillet 2016 20:26

      @Pomme de Reinette

      Je vous cite :
      « Pourrait-on avoir le lien à la déclaration in extenso... »
      Ça c’est vraiment une demande. Mais vous ne vous y êtes point arrêtée en poursuivant :
      « ... plutôt qu’à des morceaux choisis selon le goût de l’auteur ? »
      Cela ne serait pas une bottée en touche ?


    • César Castique César Castique 29 juillet 2016 20:34

      @Pomme de Reinette

      « ...j’ai juste demandé s’il était possible d’avoir le lien pour lire la déclaration « in extenso ». »



      En voici un : https://eurocalifat.wordpress.com/2016/07/28/le-communique-du-flnc/


      Et je vous indique le « truc », pour une autre fois. 


      Dans les citations fournies par l’auteur, vous copiez un corps de phrase de quelques mots - j’ai pris au pif « puis la gestion chaotique de la crise syrienne » - et vous le collez entre guillemets dans Google, qui vous fournit alors les occurrences correspondantes, dont un lien donnant accès au texte intégral (manifestement) du communiqué. Ressemblant plus à une gaminerie d’extrême-gauche qu’à une mise en garde de vestiges du FLNC...

    • Pomme de Reinette 29 juillet 2016 20:41

      @roman_garev

      Pas du tout.
      Je crois que vous ne savez pas ce que veut dire l’expression « botter en touche ».
       L’auteur ne se cache pas de ne pas citer la déclaration in extenso, il le dit lui même dans son texte.
      « A défaut de le reproduire ici »in extenso«  »

      Par ailleurs, les extraits qu’il donne sont suivis de crochets comme ceci : (...), qui indiquent que les phrases ne sont pas complètes.
      Donc il aurait été bien de pouvoir lire le texte intégral pour se faire une idée de ce qui est « sélectionné » par les uns et par les autres.
      C’est aussi simple que ça.


    • Pomme de Reinette 29 juillet 2016 20:45

      @César Castique


      Et je vous indique le « truc », pour une autre fois. 

      Merci !
      J’avais essayé le même procédé sur une phrase mais cela n’avait rien donné .... je débouchais sur le texte de l’auteur !


    • César Castique César Castique 29 juillet 2016 22:54

      @Pomme de Reinette

      « je débouchais sur le texte de l’auteur... »


      C’est ce qui arrive si vous prenez... un bout de phrase de l’auteur... smiley

    • Pomme de Reinette 30 juillet 2016 08:29

      @César Castique

       smiley
      En tout cas merci pour le lien à l’original, il y a des passages croustillants et de quoi faire diverses tambouilles ...
      Les commentaires sont instructifs aussi.


    • capobianco 30 juillet 2016 17:20

      @MAIBORODA
      Merci pour ces commentaires et notamment ce dernier « morceau choisi » qui me semble bien correspondre à cette personne toujours prête à envenimer les choses.

      On voit une fois de plus comment l’information est détournée par les médias et je me suis laissé prendre (pourtant !!!). Je trouve les déclarations de Siméoni ainsi rapportées plutôt pertinentes et emprunts de grande sagesse. Merci ami.


    • socrate socrate 30 juillet 2016 18:53

      @MAIBORODA
      "Les quelques extraits cités permettront d’avoir une idée plus complète, plus juste, plus équilibrée, de la « mise en garde » du FLNC, et surtout d’en clarifier l’esprit".
      Très pertinente présentation du communiqué plus ou moins malmené selon les organes de presse. Vous permettez aux lecteurs d’aborder d’une manière dépassionnée le chapitre sur la communauté de destin, un passage remarquable de la part de clandestins qui nous avaient habitués à un autre langage. Le caractère humaniste de cet extrait aura, j’espère, refroidi les va-t-en guerre de tous poils.
      Pour ma part c’est le message que j’ai reçu et que je défend sur AV.
      Enfin, un peu de Sagesse. Merci Jean.


    • J.MAY MAIBORODA 30 juillet 2016 19:33

      @socrate

      Merci à vous pour votre sagesse et votre pondération.

  • pallas 29 juillet 2016 18:55

    Bonsoir,

    Ces histoires de combat, de guerre, de tous contre tous, finalement c’est bien l’histoire du continent européen.

    Monsieur l’Auteur je ne connais pas la Corse, je n’est pas les moyens de faire le moindre voyage, internet et Google Earth permet au moins un voyage, les humains en moins, donc tranquille.

    L’actualité de la Corse peut être la même que celle des Bretons, et d’autres régions, la Bourgogne ce réveil elle aussi.

    Un réveil identitaire des différents peuples régionaux, anti europe, redevenant autonome, l’histoire ce passe en Espagne, La Grande Bretagne et la Belgique etc et encore etc et etc.
    L’Allemagne va elle aussi tombé, car la Prusse ne représente pas les autres régions, c’est le Lander dominant, mais les autres vont peut être faire sécession à terme et réclamé leurs autonomies.

    Nous assistons à une désintégration total des pays de l’Europe de l’Ouest et de l’Europe Technocratique. Donc de l’Occident dans ces grandes lettres.

    C’est extrêmement grave, car voila ou nous en sommes et pourtant c’était tellement prévisible et avertit depuis longtemps (plus de 40 ans), c’est peut être cela le pire.

    Ah oui, ne pas oublié la pollution et destruction massive du Biotope et du changement climatique car cela y contribue, la 6 emes extinction massive d’espèces, cela y contribue.

    L’avenir ne sera n’y religieux ou scientifique, l’avenir sera la survie simplement pour qui le peut.

    Salut


    • J.MAY MAIBORODA 29 juillet 2016 19:10

      @pallas

      Votre point de vue est respectable. Je le prends comme tel.

    • pallas 29 juillet 2016 19:28

      @MAIBORODA,

      Il ne s’agit pas d’un point vu respectable.

      Nos Élites n’ont pas d’autre endroit que la France, car elles sont totalement exclu des autres Nations.
      Et dire qu’elle ce croient Mondialiste !!!!, des vrais gamins digne de l’école maternel.

      Les pays Africains et donc ceux du Maghreb ont deux ennemies, d’une part la coalition Arabe et surtout La Chine, et là c’est clairement un ennemi de taille.
      Nous voyons un affrontement entre L’Afrique continental et la Chine, je sort les bières, clopes et je regarde, car il y a du spectacle, par exemple en Algérie et au Cameroun, ou bien Gabon, Éthiopie sinon ??, il y a le choix.

      La Russie, elle au moins va survive, sauf si elle ne protège pas et surtout ne fait pas attention à son Biotope.

      Le reproche que que je fais à la Russie est celui ci, de ne pas faire attention à ces forets, lac et de faire la même erreur que les USA qui à détruit son fleuve Colorado ou simplement La France auquel tous ces fleuves et courts d’eaux sont polluer ainsi que les terres, devenant impropre, voir mortel vu du nombre de pesticide dans les poissons divers, tel que le Mulot à La Rochelle.

      Salut


    • microf 30 juillet 2016 00:37

      @pallas
      Les Chinois ne sont pas les ennemis des Africains ( le Maghreb se trouve en Afrique ). La Chine n´a jamais détruit un pays Africain.
      L´Occident est l´ennemi de l´Afrique, c´est l´Occident qui détruit les pays Africains.


  • Aristide Aristide 29 juillet 2016 19:17

    La gesticulation d’un mouvement d’encagoulés tout juste capable de tirer sur les gendarmeries la nuit, assassiner leurs collègues qui tapent dans leur portefeuille ou les gênent dans leurs trafics ... 




    • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 29 juillet 2016 22:04

      @Aristide

      Ce communiqué est juste de la politique « brassage de vent », pour que l’homme occidental émasculé se sente ragaillardi par les Corses.

      Et cela semble marcher, compte tenu des réactions.

      Et on continuera dans les marches blanches, les ch’tites bougies, la pleurniche et la lutte contre l’extraime droâte...
      Sans oublier les tickets à gratter de la Française des Jeux et la recherche de Pokémon rares.


  • juluch juluch 29 juillet 2016 19:31

    Les Corses ne se sont jamais laissés faire......là ils le prouve.

    Dans l’Ile tous le monde est le bienvenu du moment que tu ne fous pas la merde.

    J’approuve le Texte du FLNC.

    • OMAR 29 juillet 2016 20:49

      Omar9


      Salut @juluch

      C est bien d approuver le texte du FNLC...

      Mais tu penses que les continentaux acceptent de se laisser-faire ?

      Alors, milite pour que ce texte devienne une plate-forme nationale, auquel cas j y souscrirai personnellement,

  • Elliot Elliot 29 juillet 2016 20:21

    Pour une fois qu’un mouvement nationaliste ne fait dans la surenchère racialiste ( c’est en général en instrumentalisant la haine de l’immigré que ces mouvements acquièrent leur base militante, ce qui les déconsidère définitivement à mes yeux ), la mise au point du FLNC apporte un souffle d’air rafraîchissant.

    En tant que francophone francophile, citoyen d’un état en voie de décomposition où les forces centrifuges font assaut de vilenies pour déconsidérer ceux qu’elles considèrent comme leurs ennemis et cimentent volontiers leur mouvement avec un racisme primaire envers les immigrés, je suis agréablement surpris quand je constate qu’un mouvement indépendantiste ne s’abandonne pas à ce type de démagogie.

    Sans vouloir le moins du monde m’immiscer dans une problématique qui me dépasse mais qui, plaçant le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes au-dessus de toutes les valeurs démocratiques, ne m’est a priori pas antipathique, j’apprécie le ton mesuré du communiqué du FLNC.

    Il n’y a rien d’original en soi de s’opposer aux dérives de l’État islamique – c’est un combat qui fait l’unanimité - mais plus rare ( ou plus osée ) est l’intelligence politique qui transparaît dans la main tendue aux Musulmans qui sont pour leur immense majorité indignés et désarçonnés par les arguties pseudo-islamiques des tueurs de Daech.

    Aujourd’hui que certains cèdent volontiers aux sirènes de la démagogie antimusulmane, le FLNC démontre en tout cas une grande maturité politique.

    Ceci étant, je suis assez peu éduqué sur la situation politique en Corse et je ne saisis pas toutes les nuances qui séparent par exemple « Corsica libera » de Jean Guy Talamoni et le FLNC.
    Et je ne boude pas mon plaisir de retrouver mon ami Maïroboda en tant que rédacteur trop occasionnel sur le site.


    • César Castique César Castique 30 juillet 2016 00:12

      @Elliot

      « ...aux Musulmans qui sont pour leur immense majorité indignés et désarçonnés... »



      Il ne faut rien exagérer. Ils ne se sentent pas trop concernés par ce qu’il se passe chez les « Français », chez les « indigènes », comme ils disent quand ils sont entre eux, chez les « fils de Vercingétorix », pour ceux qui ont fait quelques études...


      Ils vivent entre eux, au sein de leur communauté, où ils perpétuent leurs mode de vie, leurs habitudes, leurs us et coutumes. Les événements de France, ils n’en connaissent guère que superficiellement les expressions les plus spectaculaires que traitent brièvement les télévisions de chez eux, qu’ils captent avec leurs paraboles. 


      On peut les comprendre : ce qui les désarçonne complètement, totalement, intégralement, pour de bon, c’est le fait qu’on trouve des pays où l’on marie des hommes entre eux. Cela, c’est très au-delà des limites de leur entendement... Les égorgements, les décapitations à connotation religieuse, ils connaissent depuis les débuts des prédications du Prophète.

    • J.MAY MAIBORODA 30 juillet 2016 08:36

      @Elliot


      Salut, l’ami Elliot.
      Le plaisir que vous prenez à me lire est égal à celui que j’ai à vous lire.
      D’autant qu’étranger néanmoins francophile francophone vous maîtrisez la belle langue française de manière plus évidente que certains « contributeurs » qui affichent avec ostentation la pureté de leurs origines « souchiennes. »

    • Elliot Elliot 30 juillet 2016 12:32

      @César Castique



      «  Ils vivent entre eux, au sein de leur communauté, où ils perpétuent leurs mode de vie, leurs habitudes, leurs us et coutumes »

      Car au bon temps des colonies, les Européens ont en effet fait la démonstration de leur intégration aux us et coutumes des pays dont ils exploitaient les richesses et les habitants : ils me semblent qu’ils se gardaient bien de se mêler aux populations autochtones ( si ce n’est pour activer à l’occasion le droit de cuissage ).

      Même s’ils vivent - par choix ou nécessité - dans leurs quartiers ( qu’on pourrait aussi bien appeler ghettos, se coudoyant plus volontiers entre eux qu’avec des autochtones dont ils peuvent craindre les différentes formes de rejet, je trouve au contraire que la majorité s’intègre parfaitement à notre mode de vie y compris dans ses aspects les plus bêtement clinquants.

      Mais c’est vrai qu’ils subissent passivement la politique française qui pourtant les concerne au plus haut point ; plutôt que sur le chômage qui est apparemment en-dehors de leur champ de compétences , c’est sur eux que nos politiciens dissertent le plus volontiers. 
      La preuve : ils n’exercent pas leurs droits citoyens et négligent de s’inscrire sur les listes électorales. 

      Quant à ceux qui s’offusquent des unions homosexuelles, je n’ai pas le souvenir d’avoir vu dans la rue à Paris beaucoup d’immigrés accoutrés de la manière que vous décrivez dans la fameuse manifestation du million d’opposants au mariage pour tous. 
      Cela faisait en tout cas beaucoup de personnes dont l’entendement est limité.

      Quant aux exécutions à caractère religieux, ma foi ! la Sainte Inquisition catholique n’était pas avare d’atrocités... 
      Tant qu’à remonter dans le temps jusqu’au prophète autant s’arrêter en chemin....


    • lsga lsga 30 juillet 2016 12:42

      @Elliot

      Mais oui.... raser les médinas était une grande preuve de respect de la culture locale...


    • César Castique César Castique 30 juillet 2016 18:25

      @Elliot

      « La preuve : ils n’exercent pas leurs droits citoyens et négligent de s’inscrire sur les listes électorales (…), je n’ai pas le souvenir d’avoir vu dans la rue à Paris beaucoup d’immigrés accoutrés de la manière que vous décrivez dans la fameuse manifestation du million d’opposants au mariage pour tous. »


      On ne saurait mieux confirmer ce que j’écrivais hier soir : «  Ils ne se sentent pas trop concernés par ce qu’il se passe chez les « Français », chez les « indigènes », comme ils disent quand ils sont entre eux, chez les « fils de Vercingétorix »… »


      « Quant aux exécutions à caractère religieux, ma foi ! la Sainte Inquisition catholique n’était pas avare d’atrocités... »


      Cet argument-là, si je l’ai pas lu ou entendu vingt fois... smiley

      Mais il y a un détail que ses utilisateurs omettent systématiquement. C’est que dans l’intervalle, les religions se sont séparées en deux catégories : celles qui ne commettent plus d’atrocités et celles qui continuent…


    • aliante 31 juillet 2016 18:54

      @César Castique

      n’importe quoi ,franchement relisez vous de temps en temps

      si l’islam était fondamentalement ce que vous écrivez Pourquoi la cia ,le Mi6 avec les saouds se sont casser la tête pour fabriquer l’essence même de ce que vous dénoncer l’islamisme radicale ou le wahhabisme et ses fantassins takfristes pour détruire les communautés musulmanes au moyen orient trop pan arabique ,trop laïc ou trop nationalistes
      le radicalisme n’a rien a voir avec l’islam vous vous arrangez avec la verité
      revisitez le monde dit musulmans dit arabe des années 70 et 90 au lieu de délirer sur 637


    • César Castique César Castique 31 juillet 2016 23:45

      @aliante

      « Pourquoi la cia ,le Mi6 avec les saouds se sont casser la tête pour fabriquer l’essence même de ce que vous dénoncer l’islamisme radicale ou le wahhabisme.. »


      Lorsque le wahhabisme est né, les Etats-Unis se réduisaient à quelques colonies britanniques et la France n’avait pas encore cédé la Louisiane à l’Espagne, alors on n’ira pas plus loin.


      P:S. - Je viens de poser à côté de mon clavier un ouvrage de 625 pages, portant sur la période de 1953 à 1986. Rédigé par un grand reporter allemand, Peter Scholl-Latour, il est intitulé Les Guerriers d’Allah (Presses de la Cité, 1986), et son sous-titre est explicite 800 millions de musulmans à la conquête de monde, alors je ne crois pas avoir quoi que ce soit à revisiter sur la période que vous indiquez.

    • aliante 1er août 2016 02:33

      @César Castique

      Encore plus fort,les savants musulmans expliquent tranquillement que le Wahhabisme et une hérésie qui n’appartient pas l’islam mais à une secte qui n’a jamais eu les moyens de ses ambitions jusqu’au jour ou Washington a décidé de les promouvoir
      On en est là pour que la secte wahhabite envahisse le monde il a fallu l’appui américain et anglais je dirais toute la logistique et aujourd’hui encore

      les fous (faux religieux) ressemblent plutôt à des fantassins du nouvel ordre mondial pour détruire toute la région pour permettre le remodelage de la région tant voulu par l’entité sioniste
      le capitalisme marchand comme le fondamentalisme religieux sont les deux faces d’une même pièce

      pour des fous à la conquêtes du monde les accords de Quincy depuis 1945 qui se poursuivent encore aujourd’hui

      http://www.mondialisation.ca/arabie-saoudite-le-pacte-de-quincy-une-relation-sp-ciale-mais-de-vassalit/21107


    • César Castique César Castique 1er août 2016 11:07

      @aliante

      « Encore plus fort,les savants musulmans expliquent tranquillement que le Wahhabisme... »



      Qu’est ce que les wahhabites ont à foutre des théories des « savants musulmans ». De toute manière, rien n’est plus vain, donc ridicule, que de prétendre appliquer du rationnel à ce qui est fondamentalement passionnel.


      « les fous (faux religieux) ressemblent plutôt à des fantassins du nouvel ordre mondial pour détruire toute la région... »


      Le Nouvel Ordre mondial veut la destruction des nations, l’Islam aussi, à l’enseigne de la Oumma. Ils sont donc objectivement alliés, jusqu’au moment où l’un des deux se sentira suffisamment fort pour tenter d’égorger l’autre...

  • Etbendidon 29 juillet 2016 20:37

    Comme dab y en a que pour la corse la région la plus assistée de france (et qui coute le plus aux contribuables du continent)

     smiley

    Et on oublie la déclaration du FLNC Front de Libération Nationale de la CREUSE

    la région la plus pauvre de france (et de loin)

    Alors je la reprends (déclaration tenue au café du commerce à Aubusson)

    Nous creusois de souche malgré notre pauvreté nous ne renoncerons jamais à boire pour oublier notre misère

    Ni DAECH, ni les curés, ni les bien pensants de droate comme de goche nous ferons plier

    Nos faux, nos fourches, nos haches et nos couteaux sont aiguisés et prets à servir

    VIVE LA CREUSE LIBRE


  • francesca2 francesca2 29 juillet 2016 21:06

    Tiens, ces nationalistes là ils ont les grâces de l’auteur....


  • Milla (---.---.1.10) 30 juillet 2016 00:26

    Il n’y a pas de groupe autonome nationaliste en Corse, c’est des conneries. Ces groupes en tous cas sont tous pilotés par l’Etat et nos services secrets. De temps en temps ces groupes font des petites interventions pour rassurer les vrais partisans du nationalisme corse afin de specifier qu’il existe un combat independantiste. Mais en réalité ils en ont rien à foutre de l’independance sinon ils auraient viré tous les millionnaires, milliardaires et tout le show Bizz qui se pavane et possede des villas de luxe

    Le Mossad va exaucer leurs voeux et leur faire un attentat pour qu’ils puissent entrer en action et cibler les arabes.


  • Milla (---.---.1.10) 30 juillet 2016 00:29

    Ces faux nationalistes sont des groupes d’extrême droite, des mercenaires et des armées de boîtes de sécurité privés

    Tous ces gugusses sont pilotées par Israël et nos services secrets, ils dépendent de l’état comme le FN.

    Ce sont ces individus qui abattent les jeunes dans les banlieues .


  • tf1Groupie 30 juillet 2016 00:32

    « Musulmans de Corse » ... ou Corses musulmans ?

    En fait je pense que les Corses ne risquent pas grand-chose : qu’est-ce qu’ils représentent symboliquement pour DAESH et la geopolitique mondiale ?


    • Milla (---.---.1.10) 30 juillet 2016 00:34

      @tf1Groupie

      Tu crois toi aussi que Daech existe

      Mdr

      Va brouter de l’herbe fraîche !


    • tf1Groupie 30 juillet 2016 00:49

      @Milla

      DAECH 2 en 1 est une lessive qui existe depuis que j’ai 10 ans !

      Au fait et le FLNC il existe à ton avis ?


    • Milla (---.---.1.10) 30 juillet 2016 03:38

      @tf1Groupi Le FLNC est composé majoritairement de gars d’extrême droite, de mercenaires , beaucoup de ces hommes viennent de boîtes de sécurité privés.

      Droite, extrême-droite et judaïsme en France depuis 1944 Première parution : Jean-Yves Camus, « Droite et extrême droite », Dictionnaire du judaïsme français depuis 1944, Armand Colin, 2013.

      Les termes « droite » et « gauche » apparaissent avec la modernité politique qui débute avec la Révolution française, l’époque antérieure ne connaissant guère qu’une opposition entre conservateurs absolutistes et libéraux. Avant la Libération, il est courant de se réclamer de la droite, du conservatisme ou du nationalisme et en 1936, des candidats aux législatives se présentent encore comme « antijuifs ». Toutefois la part prise par Vichy dans la discrimination et la déportation des juifs n’est pas la raison pour laquelle s’auto-désigner « de droite » devient rare après 1944. Les droites conservatrice et libérale ne feront sur cette question leur examen de conscience qu’entre l’affaire Touvier, dans les années 1970, et le discours historique du président Jacques Chirac le 16 juillet 1995, lors duquel il reconnaît que « la folie criminelle de l’occupant a été secondée par des Français, par l’État français ».

      Les ambigüités de l’après-Libération

      La mise entre parenthèses du mot « droite » tient à ce que la France, libérée de l’occupation nazie, n’épure que très superficiellement ses élites politico-administratives ; la justice passe loin des responsables de Vichy. Après les lois d’amnisties de 1951 et 1953, le nombre des détenus pour faits de collaboration est inférieur à cent. Dès 1945 les jurys d’honneur commencent à relever de leur inéligibilité les parlementaires et autres personnalités qui ont soutenu l’Etat français. Aussi au début des années 1950, quasiment tous ceux qui sont libres et n’ont pas soit choisi l’exil, soit renoncé à la vie politique, retrouvent le chemin des urnes, notamment sur les listes de l’Union des nationaux indépendants et républicains UNIR, qui obtient en 1951, cinq députés ouvertement pétainistes dont Jacques Isorni, avocat du maréchal Pétain.

      La recomposition des droites se réalise autour de la mobilisation anticommuniste née de la « guerre froide » (1947) et de l’attitude à tenir face à la « réconciliation nationale ». Pour l’immense majorité des gens de droite, celle-ci ne doit exclure que les pro-nazis avérés, non pas parce qu’ils furent antisémites mais parce qu’ils prirent le parti d’un occupant étranger. La France de l’époque se présente en victime, Londres et Vichy devenant, selon la théorie émise en 1950 par le colonel Rémy, un pays gagnant sa survie grâce à « la corde Pétain aussi bien que la corde De Gaulle ». L’attitude de Rémy, ancien sympathisant d’Action française et catholique fervent, découle aussi d’une réalité longtemps occultée : la part importante qu’eurent dans la Résistance les patriotes d’inspiration maurrassienne et les anciens cagoulards. Celle-ci aurait été attestée par le général de Gaulle lui-même, auquel on prête ce mot : « A Londres, je n’avais avec moi que la synagogue et la Cagoule ». Le rapport des hommes de la droite résistante avec les juifs est complexe : engagé dans les rangs gaullistes jusqu’à sa mort en 2001, l’ancien Camelot du Roi Pierre Guillain de Bénouville est dans les années 70 un des rares hommes d’affaires à traiter avec Israël malgré le boycott arabe ; héros des commandos de France, Pascal Arrighi devient un député gaulliste très engagé pour l’Algérie française, rejoint le Front national en 1984 mais le quitte quatre ans plus tard en raison des déclarations de Le Pen sur la Shoah.

      (...)

      Dans le domaine politique les partis de droite d’avant-guerre reformés sous d’autres noms, évitent toute prise de position anti-juive. Cependant le Parti Républicain de la Liberté (PRL) dirigé par le grand résistant André Mutter, ouvre les colonnes de son journal Paroles françaises à François Brigneau et dès 1947 dans une de ses réunions publiques parisiennes retentit déjà le cri « A bas les juifs ». A partir de 1949 le Centre national des indépendants et paysans CNIP devient le lieu de rassemblement des droites prônant la « réconciliation nationale » et l’amnistie, qui reviennent petit à petit au centre de la vie politique avec l’accession à la présidence du Conseil d’Antoine Pinay puis de Joseph Laniel. On ne saurait négliger l’importance parmi les conservateurs du radical René Mayer, chef du gouvernement en 1953. Ce haut-fonctionnaire et homme d’affaires, apparenté aux Rothschild, refusa d’abord de rejoindre Londres pour ne pas séparer son sort de celui de ses coreligionnaires. Ayant refusé un poste au sein de l’UGIF mais responsable de la commission juridique du Consistoire, rallié à la Résistance giraudiste, c’est lui qui mettra en œuvre une des lois d’amnistie et scellera la fin des jurys d’honneur, tout en devenant vice-président de l’Alliance Israélite Universelle. Il fut avec le ministre gaulliste Henri Ulver, un des rares israélites français engagé à droite sous la IVe République à assumer fièrement son identité juive.

      Ambivalences à l’égard du sionisme

      Le modèle israélite français, parfaitement résumé dans la devise consistoriale « Religion et Patrie », (abandonnée à la Libration), ne favorise guère le mouvement sioniste avant 1939. Pendant le conflit, les partisans de la France libre au Levant sous protectorat français manifestent peu d’enthousiasme vis-à-vis des offres d’aide sioniste.

      Après la Libération, la politique extérieure reste fidèle à la préférence, influencée par l’école orientaliste française, pour une alliance avec le monde arabe. En 1948 à la naissance de l’Etat juif, le Rassemblement du Peuple Français (RPF), parti gaulliste, ne manifeste pas d’enthousiasme particulier malgré l’appui constant de certains de ses dirigeants à la cause israélienne. L’Association France-Israël sera ainsi constamment dirigée par des élus ou militaires de droite comme le Maréchal Pierre Koenig, le ministre gaulliste Diomède Catroux et Jacques Soustelle qui affirmait en 1963 : « Il est parfaitement exact que, depuis des années, j’ai exprimé sans équivoque mon admiration et mon soutien à l’État d’Israël et mon adhésion de non- Juif à la cause du sionisme. » Le Mouvement Républicain Populaire (MRP) chrétien-démocrate compte en son sein des avocats de la cause israélienne comme André Monteil. (...)

      L’attitude de l’extrême-droite face à l’Etat naissant est elle-aussi contrastée et souvent différente de celle que cette famille politique continue de professer à l’égard des juifs. A cet égard il faut se souvenir que si tous les partis et journaux collaborationnistes cessent d’exister dès 1944 l’extrême-droite et sa presse se reconstituent très rapidement dans une semi-clandestinité puis, au début des années 50, légalement. La famille maurrassienne, la moins compromise avec les nazis, refonde le journal Aspects de la France en 1947. Elle demeure fidèle à la doctrine de l’anti-France, que formule ainsi en 1947 son plus brillant intellectuel, Pierre Boutang dans La dernière lanterne : « Je ne suis pas antisémite comme le furent certains Allemands, comme le sont quelques Russes et presque tous les Américains. Seulement il y a un point où il ne s’agit plus de cela, mais d’un racisme juif et de la communauté française, où je dois reconnaître une certaine frénésie juive qui s’arroge ma patrie ».

      Ceci n’empêche ni Boutang, à la tête de l’hebdomadaire La Nation française de 1955 à 1967, ni Jean Madiran, ni le général Lecomte affilié à la Cité catholique, d’admirer ( un temps seulement pour Madiran), la renaissance de la nation juive sur sa terre, son ré-enracinement, la résurrection de sa langue, son patriotisme et, de manière moins désintéressée, son rôle de sentinelle de l’Occident face à un monde arabe armé par l’URSS. Cette ambivalence s’accroît au fur et à mesure que la France perd son Empire colonial, en particulier l’Algérie. Les guerres de 1956 et surtout 1967 consacrent ce basculement idéologique par lequel Israël, soutenu à l’origine surtout par la gauche socialiste, voit celle-ci s’éloigner au nom du « progressisme » tandis que la droite démocratique l’appuie volontiers, au nom de la lutte contre le communisme puis contre l’islam radical.

      (...)

      Les rapports entre la droite de filiation gaulliste, Israël et les juifs français ont été marqués par deux ruptures : celle de l’abandon de l’Algérie et de la guerre des Six-Jours. En choisissant d’admettre l’indépendance algérienne, le général de Gaulle s’aliène durablement la population des pieds-noirs (juifs et non-juifs) ainsi que tous ceux qui continuaient à croire à l’Empire. A une époque où le FLN incarnait à la fois le panarabisme et la pénétration communiste dans le monde arabe, il n’y a dès lors rien d’étonnant à ce que les milieux « Algérie française » aient considéré Israël comme leur allié naturel ni même à ce que ceux-ci, OAS comprise, aient trouvé un large écho parmi les juifs d’Algérie. L’axe qui se forme entre la droite israélienne et ces milieux s’articule autour de Jacques Soustelle mais il faut aussi rappeler que le capitaine Pierre Sergent, une des figures majeures de l’OAS, devenu en 1986 député du Front national, prendra ses distances avec Le Pen du FN, après sa déclaration sur le « point de détail » et soutiendra sans réserve Israël. De même le philosophe Pierre Boutang, venu de l’antisémitisme et qui avait tenté avec son journal La nation française, une synthèse gaullo-maurrassienne, se mue-t-il en ardent défenseur du ré-enracinement juif sur la terre ancestrale, admiratif de la renaissance de l’hébreu et le rôle de sentinelle du peuple de citoyens-soldats face au péril arabo-islamique.


    • Milla (---.---.1.10) 30 juillet 2016 03:41

      @tf1Groupie

      Le FLNC est composé majoritairement de gars d’extrême droite, de mercenaires et des gars qui viennent de boîtes de sécurité privées

      https://youtu.be/_K3AgvzfRDU

      Les mercenaires du FN qui servent tout les partis.

      Cette vidéo est très importante : elle montre que les hommes de sécurité du FN, anciens policiers, militaires ou gendarmes, sont autant de mercenaires utilisés par toutes les boites de sécurité privées françaises dans des conflits en Afrique et ailleurs mais aussi en tant que casseurs dans les banlieues, de sorte à attiser la haine en faisant croire que ces casseurs sont immigrés (alors qu’il n’en est rien), ou dans des manifs.


  • Milla (---.---.1.10) 30 juillet 2016 00:33

    Guerre anti musulmans : La corse va peut être servir de labo. pour les dgs-mossad.....


  • Milla (---.---.1.10) 30 juillet 2016 00:37

    Le FLNC est une milice franco-israelienne de la France-Israel-Afrique, comme le FN et tous les groupes identitaires, neo-nazis, pas un seul est independant ce sont des milices etatiques. le FLNC attaque les mosquees en Corse sur l’ordre de notre gouvernement


  • Milla (---.---.1.10) 30 juillet 2016 00:41

    Le terrorisme d’extrême-droite lance effectivement son offensive sur les réseaux sociaux   Alerte : Des personnalités, malades, mais influentes de l’extrême-droite, appellent effectivement au terrorisme civil, ils tiennent à enclencher la véritable guerre, celle qui, contrairement au terrorisme actuel, sera plus difficile à résorber.

    Méfiez-vous, ils vont enrôler vos enfants sans se tacher les mains, ce sont les naïfs qui vont y laisser leur peau. Ils manipulent, mentent, agissent tels leurs images en miroir de DAECH.

    L’amalgame de cette violence avec les réels défenseurs de la France sera fait, on voit bien qui seront les perdants.

    Si les tenants de la France ne réagissent pas fermement dès maintenant, ils seront légitimement désignés comme complices objectifs, pour ne rien dire de ceux qui mettent officiellement le feu aux poudres.


  • Milla (---.---.1.10) 30 juillet 2016 00:46

    Nice complot.

    https://www.youtube.com/watch?v=okXk4A7pOIY https://www.youtube.com/watch?v=kyqQtBhzR0M C’est Hollywood, non ? Falseflywood !

    


  • Milla (---.---.1.10) 30 juillet 2016 00:52

    Les étranges liaisons de la milice parallèle du Front National Dixit : Entre le Front National et certains services de renseignement, les passerelles sont multiples. Bruno Gollnish, bras droit de Jean-Marie Le Pen n’était-il pas, autrefois, secrétaire général des Centres d’études et de recherches de la Défense...


  • Milla (---.---.1.10) 30 juillet 2016 00:52

    Passer une alliance avec la droite et l’extrême-droite sionistes israéliennes, à commencer par le Likud en Israël et en France, utilisant des connections qui ont toujours existé depuis les débuts du FN dans les Années 70 (notamment entre les likudniks du Betar et le GUD).

    Voilà ce que je dis depuis toujours, attestant que le FN est le bébé d’Israel. Le GUD, groupement d’extreme droite français violent est lié directement au Likud...le GUD est lié à Dieudonné également et d’ailleurs les gardes du corps de ce dernier sont des membres du GUD. Le GUD est également très proche d’Egalite et Réconciliation et de Soral...Peninque est d’ailleurs un ancien du GUD.

    CQFD : Soral est sioniste et l’extreme droite française (le FN, Alain Soral, Dieudonné...) est totalement contrôlée par Israël. 

    


  • Milla (---.---.1.10) 30 juillet 2016 00:54

    FN - SIONISME -DROITE ATLANTISTE : LES MASQUENT TOMBENT

    XE ‘EXTREME-DROITE - NEOCONSERVATEURS A LA FRANCAISE’ : 

    LE SIONISTE GOLDNAGEL AVOCAT De PHILIPPOT

     

    Certains, y compris en Afrique, qui confondent indignation avec analyse, pensent que le « nouveau FN » mariniste serait un parti anti-système. Prenant argent pour compte certaines déclarations opportunistes de sa direction, qui en permanence souffle le chaud et le froid sur tout et sur rien, le but unique n’étant pas de communiquer mais d’occuper l’espace médiatique. 

     

    Mais la caractéristique principale du « nouveau FN » est double : 

     

    * assurer un maximum de convergences à droite (le but de Marine n’est pas de gouverner la France, mais de devenir ministre dans une majorité de droite, avec toutes les prébendes y afférant, le modèle étant le MSI de Gianfranco Fini en Italie devenu ‘Alliance nationale’), profitant de la course à droite menée depuis Sarkozy et son ex conseiller Buisson (passé de MINUTE aux cabinets noirs de l’Elysée). J’ai parlé à ce sujet de « lepénisation de la droite et de droitisation du Lepénisme » (1). 

     

    * Passer une alliance avec la droite et l’extrême-droite sionistes israéliennes, à commencer par le Likud en Israël et en France, utilisant des connections qui ont toujours existé depuis les débuts du FN dans les Années 70 (notamment entre les likudniks du Betar et le GUD). 

    Z

    L’actualité nous apprend donc (2) que l’avocat Goldnagel, figure clé à la fois de la droite atlantiste sarkozyste – les néoconservateurs à passeports français - et de la droite israélienne en France, est devenu l’avocat du n° 2 du « nouveau FN », Philippot (que Jean-Marie Le Pen qualifie de « fonctionnaire du ministère de l’intérieur ») : « L’avocat Gilles-William Goldnadel, membre du parti LR (ex-UMP), assurera la défense de Florian Philippot dans le procès opposant celui-ci au Qatar. 

    QUI EST GOLDNAGEL ? 

     

    « Me Goldnadel est également président de l’association pro-israëlienne France-Israël, membre du comité directeur du Conseil représentatif des institutions juives de France et chroniqueur dans le très droitier magazine Valeurs actuelles ». Libération précise encore que "L’opération pourrait ainsi populariser l’image de Florian Philippot et du FN dans les milieux pro-israéliens 

    En prenant pour défenseur ce membre de l’UMP et du Crif, le vice-président du FN transcende les clivages politiques » dit Libération. Cela indique surtout que le FN est bien un parti du Système, chargé de ratisser large sur ses marges de droite (et de neutraliser les mécontents), et que tout le reste est une imposture politique au service de ce Système. 

    


  • Milla (---.---.1.10) 30 juillet 2016 01:03

    « Il y a deux histoires : l’histoire officielle, menteuse, puis l’histoire secrète, où sont les véritables causes des événements. » Balzac


  • Milla (---.---.1.10) 30 juillet 2016 01:15

    Après le mormon présent aux attentats de boston, paris et bruxelles (statistiquement impossible sauf si c’est voulu), nous avons le journaliste présent aux premières loges dans un hôtel face à la promenade des anglais qui a été le 1er à filmer, et le même (marié à une ex députée israélienne), qui se trouvait aussi devant le centre commercial à Munich 8 jours plus tard lors de l’attentat. Un journaliste spécialiste es attentats, pas de chance, ou une signature ? Il a voulu voler la vedette au mormon...


  • Milla (---.---.1.10) 30 juillet 2016 03:33

    Droite, extrême-droite et judaïsme en France depuis 1944 Première parution : Jean-Yves Camus, « Droite et extrême droite », Dictionnaire du judaïsme français depuis 1944, Armand Colin, 2013.

    Les termes « droite » et « gauche » apparaissent avec la modernité politique qui débute avec la Révolution française, l’époque antérieure ne connaissant guère qu’une opposition entre conservateurs absolutistes et libéraux. Avant la Libération, il est courant de se réclamer de la droite, du conservatisme ou du nationalisme et en 1936, des candidats aux législatives se présentent encore comme « antijuifs ». Toutefois la part prise par Vichy dans la discrimination et la déportation des juifs n’est pas la raison pour laquelle s’auto-désigner « de droite » devient rare après 1944. Les droites conservatrice et libérale ne feront sur cette question leur examen de conscience qu’entre l’affaire Touvier, dans les années 1970, et le discours historique du président Jacques Chirac le 16 juillet 1995, lors duquel il reconnaît que « la folie criminelle de l’occupant a été secondée par des Français, par l’État français ».

    Les ambigüités de l’après-Libération

    La mise entre parenthèses du mot « droite » tient à ce que la France, libérée de l’occupation nazie, n’épure que très superficiellement ses élites politico-administratives ; la justice passe loin des responsables de Vichy. Après les lois d’amnisties de 1951 et 1953, le nombre des détenus pour faits de collaboration est inférieur à cent. Dès 1945 les jurys d’honneur commencent à relever de leur inéligibilité les parlementaires et autres personnalités qui ont soutenu l’Etat français. Aussi au début des années 1950, quasiment tous ceux qui sont libres et n’ont pas soit choisi l’exil, soit renoncé à la vie politique, retrouvent le chemin des urnes, notamment sur les listes de l’Union des nationaux indépendants et républicains UNIR, qui obtient en 1951, cinq députés ouvertement pétainistes dont Jacques Isorni, avocat du maréchal Pétain.

    La recomposition des droites se réalise autour de la mobilisation anticommuniste née de la « guerre froide » (1947) et de l’attitude à tenir face à la « réconciliation nationale ». Pour l’immense majorité des gens de droite, celle-ci ne doit exclure que les pro-nazis avérés, non pas parce qu’ils furent antisémites mais parce qu’ils prirent le parti d’un occupant étranger. La France de l’époque se présente en victime, Londres et Vichy devenant, selon la théorie émise en 1950 par le colonel Rémy, un pays gagnant sa survie grâce à « la corde Pétain aussi bien que la corde De Gaulle ». L’attitude de Rémy, ancien sympathisant d’Action française et catholique fervent, découle aussi d’une réalité longtemps occultée : la part importante qu’eurent dans la Résistance les patriotes d’inspiration maurrassienne et les anciens cagoulards. Celle-ci aurait été attestée par le général de Gaulle lui-même, auquel on prête ce mot : « A Londres, je n’avais avec moi que la synagogue et la Cagoule ». Le rapport des hommes de la droite résistante avec les juifs est complexe : engagé dans les rangs gaullistes jusqu’à sa mort en 2001, l’ancien Camelot du Roi Pierre Guillain de Bénouville est dans les années 70 un des rares hommes d’affaires à traiter avec Israël malgré le boycott arabe ; héros des commandos de France, Pascal Arrighi devient un député gaulliste très engagé pour l’Algérie française, rejoint le Front national en 1984 mais le quitte quatre ans plus tard en raison des déclarations de Le Pen sur la Shoah.

    (...)

    Dans le domaine politique les partis de droite d’avant-guerre reformés sous d’autres noms, évitent toute prise de position anti-juive. Cependant le Parti Républicain de la Liberté (PRL) dirigé par le grand résistant André Mutter, ouvre les colonnes de son journal Paroles françaises à François Brigneau et dès 1947 dans une de ses réunions publiques parisiennes retentit déjà le cri « A bas les juifs ». A partir de 1949 le Centre national des indépendants et paysans CNIP devient le lieu de rassemblement des droites prônant la « réconciliation nationale » et l’amnistie, qui reviennent petit à petit au centre de la vie politique avec l’accession à la présidence du Conseil d’Antoine Pinay puis de Joseph Laniel. On ne saurait négliger l’importance parmi les conservateurs du radical René Mayer, chef du gouvernement en 1953. Ce haut-fonctionnaire et homme d’affaires, apparenté aux Rothschild, refusa d’abord de rejoindre Londres pour ne pas séparer son sort de celui de ses coreligionnaires. Ayant refusé un poste au sein de l’UGIF mais responsable de la commission juridique du Consistoire, rallié à la Résistance giraudiste, c’est lui qui mettra en œuvre une des lois d’amnistie et scellera la fin des jurys d’honneur, tout en devenant vice-président de l’Alliance Israélite Universelle. Il fut avec le ministre gaulliste Henri Ulver, un des rares israélites français engagé à droite sous la IVe République à assumer fièrement son identité juive.

    Ambivalences à l’égard du sionisme

    Le modèle israélite français, parfaitement résumé dans la devise consistoriale « Religion et Patrie », (abandonnée à la Libration), ne favorise guère le mouvement sioniste avant 1939. Pendant le conflit, les partisans de la France libre au Levant sous protectorat français manifestent peu d’enthousiasme vis-à-vis des offres d’aide sioniste.

    Après la Libération, la politique extérieure reste fidèle à la préférence, influencée par l’école orientaliste française, pour une alliance avec le monde arabe. En 1948 à la naissance de l’Etat juif, le Rassemblement du Peuple Français (RPF), parti gaulliste, ne manifeste pas d’enthousiasme particulier malgré l’appui constant de certains de ses dirigeants à la cause israélienne. L’Association France-Israël sera ainsi constamment dirigée par des élus ou militaires de droite comme le Maréchal Pierre Koenig, le ministre gaulliste Diomède Catroux et Jacques Soustelle qui affirmait en 1963 : « Il est parfaitement exact que, depuis des années, j’ai exprimé sans équivoque mon admiration et mon soutien à l’État d’Israël et mon adhésion de non- Juif à la cause du sionisme. » Le Mouvement Républicain Populaire (MRP) chrétien-démocrate compte en son sein des avocats de la cause israélienne comme André Monteil. (...)

    L’attitude de l’extrême-droite face à l’Etat naissant est elle-aussi contrastée et souvent différente de celle que cette famille politique continue de professer à l’égard des juifs. A cet égard il faut se souvenir que si tous les partis et journaux collaborationnistes cessent d’exister dès 1944 l’extrême-droite et sa presse se reconstituent très rapidement dans une semi-clandestinité puis, au début des années 50, légalement. La famille maurrassienne, la moins compromise avec les nazis, refonde le journal Aspects de la France en 1947. Elle demeure fidèle à la doctrine de l’anti-France, que formule ainsi en 1947 son plus brillant intellectuel, Pierre Boutang dans La dernière lanterne : « Je ne suis pas antisémite comme le furent certains Allemands, comme le sont quelques Russes et presque tous les Américains. Seulement il y a un point où il ne s’agit plus de cela, mais d’un racisme juif et de la communauté française, où je dois reconnaître une certaine frénésie juive qui s’arroge ma patrie ».

    Ceci n’empêche ni Boutang, à la tête de l’hebdomadaire La Nation française de 1955 à 1967, ni Jean Madiran, ni le général Lecomte affilié à la Cité catholique, d’admirer ( un temps seulement pour Madiran), la renaissance de la nation juive sur sa terre, son ré-enracinement, la résurrection de sa langue, son patriotisme et, de manière moins désintéressée, son rôle de sentinelle de l’Occident face à un monde arabe armé par l’URSS. Cette ambivalence s’accroît au fur et à mesure que la France perd son Empire colonial, en particulier l’Algérie. Les guerres de 1956 et surtout 1967 consacrent ce basculement idéologique par lequel Israël, soutenu à l’origine surtout par la gauche socialiste, voit celle-ci s’éloigner au nom du « progressisme » tandis que la droite démocratique l’appuie volontiers, au nom de la lutte contre le communisme puis contre l’islam radical.

    (...)

    Les rapports entre la droite de filiation gaulliste, Israël et les juifs français ont été marqués par deux ruptures : celle de l’abandon de l’Algérie et de la guerre des Six-Jours. En choisissant d’admettre l’indépendance algérienne, le général de Gaulle s’aliène durablement la population des pieds-noirs (juifs et non-juifs) ainsi que tous ceux qui continuaient à croire à l’Empire. A une époque où le FLN incarnait à la fois le panarabisme et la pénétration communiste dans le monde arabe, il n’y a dès lors rien d’étonnant à ce que les milieux « Algérie française » aient considéré Israël comme leur allié naturel ni même à ce que ceux-ci, OAS comprise, aient trouvé un large écho parmi les juifs d’Algérie. L’axe qui se forme entre la droite israélienne et ces milieux s’articule autour de Jacques Soustelle mais il faut aussi rappeler que le capitaine Pierre Sergent, une des figures majeures de l’OAS, devenu en 1986 député du Front national, prendra ses distances avec Le Pen du FN, après sa déclaration sur le « point de détail » et soutiendra sans réserve Israël. De même le philosophe Pierre Boutang, venu de l’antisémitisme et qui avait tenté avec son journal La nation française, une synthèse gaullo-maurrassienne, se mue-t-il en ardent défenseur du ré-enracinement juif sur la terre ancestrale, admiratif de la renaissance de l’hébreu et le rôle de sentinelle du peuple de citoyens-soldats face au péril arabo-islamique.


    • J.MAY MAIBORODA 30 juillet 2016 19:57

      @Milla

      1. Rappel historique présentant un certain intérêt malgré son « orientation » nettement partisane (antisioniste, voire antisémite
      2. Il est évident cependant que dans la nouvelle idéologie de l’extrême droite française, du moins celle dont se prévaut le FN , l’Arabo-musulman a remplacé le Juif .
      J’écrivais ceci voici quelques mois :

      Le FN est-il toujours antisémite  ?

      Il faut, en la matière, noter un changement de paradigme assez évident. Pour le FN « canal historique » le bouc émissaire, ou le responsable de toutes les calamités françaises, voire mondiales, était le Juif national ou international. Pour le FN "canal habituel" c’est devenu l’Arabo-musulman. Nous observerons que cette évolution vaut au FN actuel la bienveillance, voire la sympathie et même l’adhésion d’une partie de la communauté israélite de France, « communautariste » elle-aussi à sa manière, et surtout inconditionnellement proche des faucons israéliens, donc peu suspecte de sympathie envers le monde arabe.

      Cukierman, président du CRIF, qui trouve Marine Le PEN « irréprochable » avant sans doute de la trouver fréquentable, traduit somme toute une opinion partagée par nombre de ses « administrés ».

      Nous préciserons que l’état-major de MLP se situe dans une ligne qui reflète cet « aggiornamento » tandis que la vieille garde conserve à l’encontre des Juifs des « sentiments » proches de ceux qui animaient les théoriciens antisémites d’avant guerre ou les activistes du temps de l’occupation. Cette vieille garde ou ces antisémites irréductibles sont priés, semble-t-il, de se faire discrets et de ne pas trop s’abandonner, sur ce chapitre, à quelque forme de libre expression que ce soit. Cependant, un parcours des blogs ou des forums qui véhiculent la pensée frontiste, donne à penser que l’adhérent moyen n’a abandonné ni la terminologie « historique » ni même la dénonciation du « pouvoir juif ». En toute justice, il nous faut admettre qu’un parcours de certains sites se réclamant de l’extrême gauche ou de la gauche radicale révèle un langage assez voisin.

       A noter  aussi :

      Qu’on le veuille ou non, qu’on le cache ou qu’on le dise clairement, les éléments de langage « sécuritaires », les diatribes anti- musulmanes, et la dénonciation permanente d’une invasion rampante et massive « islamo-arabe » constituent la source essentielle du succès dont bénéficie le FN, tant auprès des classes populaires qu’auprès des classes moyennes, et davantage encore auprès d’une « classe ouvrière » autrefois acquise au P.C.





    • César Castique César Castique 30 juillet 2016 20:47

      @MAIBORODA

      « Pour le FN « canal historique » le bouc émissaire, ou le responsable de toutes les calamités françaises, voire mondiales, était le Juif national ou international. Pour le FN »canal habituel« c’est devenu l’Arabo-musulman. »


      Je vous le dis en pleine conscience de la vanité de ma démarche, que ce n’est pas en troquant une caricature du Front national, contre une caricature du FN que vous entraverez son expansion

  • F-H-R F-H-R 30 juillet 2016 13:46

    Cette déclaration ne m’étonne pas : Claire, nette, sans ambages, sans préjugé, sans ambigüité.
    Identification d’un problème ou risque potentiel ; donc réflexion, décision, communication.

    La classe politique française devrait s’inspirer (autant que faire se peut compte-tenu de sa médiocrité), de cet philosophie.

    A quand le FLF (front de libération de la France) ?

    P.S : La culture corse a cependant (malheureusement) vu se dégrader, ces dernières décennies, nombre de ses valeurs premières.


  • socrate socrate 30 juillet 2016 14:03

    En dehors de quelques arguments de propagande concernant leur pseudo capacité de pouvoir prévenir un attentat, la principale motivation du FLNC est d’abord d’éviter la dérive de ses militants-sympathisants vers l’extrême droite.
    Lors des évènements concernant les agressions des pompiers, les rassemblements dans la cité incriminée ont été tout sauf spontanés. D’abord les Natios pour défendre les pompiers agressés, puis le FN, qui par son discours a su réunir une grande partie des manifestants derrière ses mots d’ordre. Les Natios seuls n’auraient pas incendiée une salle prière. Le communique ne montre aucun sentiment anti arabe, bien au contraire.
    Les responsables nationalistes ont immédiatement pris la mesure du danger en calmant les esprits et à la lumière des derniers attentas c’est au tour des clandestins de mettre en place un ennemi bien en évidence afin de rameuter les brebis égarées avant quelles ne s’intéressent un peu trop au FN.
    Quand aux menaces concernant les candidats djihadistes, il convient de les prendre très au sérieux, le Front, comme on dit ici, a déjà fait ses preuves, le nombre de ses victime est là pour en attester et son aura est intacte auprès de ses partisans.
    L’identité corse et l’insularité peuvent former un cocktail détonnant si par malheur il y avait un attentat. et des morts.


    • socrate socrate 30 juillet 2016 16:12

       @sampiero

      Cher monsieur, vous pensez peut-être vous adresser à un pinzuttu avec un ton professoral qui n’est pas forcément de bon aloi me concernant. Amicalement, sachez donc que si le Fn n’a pas de partisans « ici », son idéologie véhiculée notamment par 4 élus (quand même) a rencontrée certaines affinités parmi un certains nombre de natios.
      C’est le sens des deux interventions de JG Talamoni et G. Siméoni, les jours qui ont suivi les évènements des jardins de l’Empereur. Ces dirigeants ont eux aussi leurs antennes et ont compris le danger d’un dérapage idéologique auquel ils fallait apporter une réponse.
      Ceci dit, j’ai bien entendu lu le communiqué et suis d’accord avec votre litote « seuls les auteurs du texte disent ce qu’ils veulent dire », ce qui n’empêche pas d’en extraire la subjectivité, que finalement on entend aussi dans certains bars d’Ajaccio.
      A prestu


  • alain-aaae (---.---.255.2) 30 juillet 2016 14:33

    vous étes fort en geuele une partie des corses j en ai vu arrivé dans mon régiment ils y en avaient plusieurs dans ma section.pour menacé les gens et sortir leurs crans d arrét dans certains ne savaient mémes pas sans servir et combien de fois ils se sont retrouvés parterre dans une bagarre.« J ai pisté un ministre qui avait ses copains corses pendant des années et qui faisaient parti du S A C se sauvaient comme un voleur lorsqu il s apercevait que je n étais pas loin de lui malheureusement il est mort »c est facile de se prendre a une femme seule a plusieurs et de la frappée a 10 en lui cassant les os et elle a mis 3 jours pour mourir d aprés le médecin légiste.VOUS PRENEZ pour des supermans si un camicase se fait explosé dans une rue ou autre qu est ce que vous ferez a part faire rigoler le monde.j arrété la mon commantaire car il y aurait beaucoup a dire 


  • France Républicaine et Souverainiste Europa Terra Nostra 30 juillet 2016 15:12

    Bon article, pondéré et directif. Les corses ont encore une conscience communautaire, collective et le respect de leurs valeurs morales... A l’image des insulaires irlandais. Vivement ma mutation à Bastia, ça me changera des mollusques abrutis que l’on côtoie au quotidien dans l’hexagone !


  • GeorgesH GeorgesH 30 juillet 2016 18:23

    Si vous ne comprenez pas pourquoi les médias mainstream n’apprécient pas ce texte, veuillez relire cette phrase qui résume à elle seule la pensée française républicaine qui domine depuis l’avènement des lumières :

    "Gouvernants français, le peuple corse n’a déjà que trop payé le prix de votre histoire impérialiste […] évitez de mépriser le monde qui vous entoure."

    Car enfin, si on ne veut pas voir que la république à réduit à néant, de gré ou de force, toutes les cultures qui formaient autrefois le royaume de France, c’est qu’on n’a rien compris à l’histoire de notre pays. Des bretons aux corses en passant par l’histoire coloniale en Afrique, toutes les actions de la république ont systématiquement mis à mal les différentes cultures de son territoire en leur imposant le nouveau modèle dit français : la langue française, l’universalisme guerrier et droitdelhommiste et le centralisme parisien individualiste, élitiste, dominateur et sûr de lui-même.

    Tout avait l’air de bien se passer tant que le système économique a pu préserver la prospérité, mais aujourd’hui tout est remis en question par l’inconséquence des gouvernements qui se succèdent et on voit rejaillir du passé, comme par magie, des cultures qu’on croyait oubliées, des cultures négligées et ostracisées.

    Tout ceci révèle que la France est en train de subir une nouvelle mutation, bien malin celui qui sait ce dont demain sera fait...


  • tashrin 1er août 2016 10:15

    Mdr
    Ya que moi qui trouve ça ridicule ?
    Ca a à peu près autant de poids que le kéké marseillais sur youtube quoi


  • shyroki (---.---.56.238) 1er août 2016 10:24
    Les corses ont toujours défendu leur ile, sans cela, ils auraient déjà perdu leur plage et leur culture.
    Ils sont prêt à mettre les maghrébins dehors de leur îles.

    On pourrait dire ce n’est pas possible ?
    Mais que c’est t’il passé en 1962 ?

    Non pas claude françois, mais le retour des pieds-noir en France, ils étaient presque 2 Millions.
    Pourquoi des gens né en Algérie sont t’il allait sur un continent qui ne les a pas vue naître ?
    Tout simplement parce que les Algériens en avaient marre de ces Occidentaux qui dominaient leur pays et ils voulaient leur indépendance.

    Aujourd’hui c’est les corses et aussi une parti des Français qui en on marre des Maghrébins et beaucoup voudraient les renvoyer chez eux, hors on nous répond chez eux c’est la France, ils sont né ici, oui tout comme les pieds noir étaient né en Algérie.

    A l’échelle de la France ce genre de démarche semble peu probable, il faudrait une grosse évolution des mentalités, mais à l’échelle de la Corse, cela devient tout à fait possible.
    C’est le Nationalisme Corse qui est au pouvoir et sur référendum ils peuvent expulser tout les Maghrébins de leur Iles, il ne faut pas croire que c’est impossible.

    Pour la France, on se demande si on peut donner une fessé à un enfant, on veut l’égalité homme-femme jusqu’à remettre les genres en cause, on cherche constamment du vocabulaire pour ne pas froisser les nains, les gros, les handicapés, les noir, les arabes, ...
    Sans guerre, ni famine, on est devenu un peut bisounours avec le temps, on imagine mal un référendum qui aurait pour but d’expulser tout les gens d’origines Maghrébines.
    Mais si il y a encore des centaines de mort tout les mois, due à des Fanatiques Islamique, les amalgames et les haines seront de plus en plus inévitable et la quantité de gens qui voudront mettre les Maghrébins en dehors du pays ne fera qu’augmenter.


    • baleti baleti 6 août 2016 08:59

      @shyroki


      rapelle moi qui est sur le drapeau corse ?

      tu n’a pas compris les stratégie du colonialisme, 

      tu connait pas l’histoire de la corse, et tu n’est même pas corse (petit fils d’un des colonisateur)

      bien avant la gouvernance de gênes , qu’elle sont les peuples qui on vécu en paix avec les locaux ?

  • Mefrange 1er août 2016 16:25

    Merci pour cet article. 


    La Corse pays de culture italienne donnée par la république de Gènes à la France en échange d’une remise de dette au temps où il était normal de ne pas demander leur avis aux habitants s’est donnée une représentation plus conforme à sa nature de futur état souverain associé à la France et capable de penser son destin d’Ajaccio ou de Bastia et non pas de Paris, capable de nouer des relations fructueuses et amicales avec la Sardaigne, l’île d’Elbe et la Toscane. On ne peut qu’applaudir à cette progressive émancipation d’une tutelle obsolète. 

    Dans ce lent processus délicat et semé d’embûches vers la plus grande autonomie possible ou l’indépendance, un amalgame avec le terrorisme aveugle et sanguinaire serait désastreux pour la cause corse. 

    Le message est de rappeler qu’il y a en Corse l’état français encore légitime mais aussi le proto-état corse qui disposerait lui aussi le cas échéant et si c’était nécessaire de l’usagede la violence légitime si la France en venait à devenir un « fail-state » et à ne plus être capable de protéger l’espace public sur l’île. 

    Le message s’adresse à la fois à la république franc-maçonne française et aux personnes « radicalisées » tentées de croire qu’elle pourraient faire en Corse ce qu’elles ont fait sur le continent. 

    Un terroriste mais aussi un ministre de l’intérieur avertis en valent deux smiley : ne torpillez pas le projet corse. 
     

     



Réagir