vendredi 28 août 2020 - par Lucchesi Jacques

Consommation limitée : attention au dépassement

Comme chaque année le jour du dépassement vient nous rappeler que nous consommons trop vite les richesses de la terre. Mais, à l’aune de la démographie, ce processus est-il anormal ?

 Comme il y a, chaque année, la journée de la terre ou la journée de la gentillesse, il y a maintenant le jour du dépassement. Il fait désormais partie de notre calendrier éco-responsable, même si nous ne sommes pas à la fête avec lui. Car il vient nous rappeler que nous sommes une espèce trop vorace, que nous consommons plus que la terre peut produire en richesses naturelles. Et le présentateur chargé de cette redoutable mission d’en rajouter en nous disant que tous les indicateurs écologiques sont au rouge. Bon : en 2020 ça va un peu mieux malgré tout. Car nous n’avons atteint ce point de bascule vers le crédit généralisé que le dimanche 22 août. Rappelons qu’en 2019 la limite fatidique avait été atteinte le 29 juillet. Cela s’explique par la diète qu’a imposé la pandémie de Covid-19 à l’économie mondiale bien plus que par la multiplication des comportements vertueux. A quelque chose malheur est bon.

 

Reste que la situation est toujours critique. Car selon les experts – quels experts ? – il faudrait, pour satisfaire nos besoins énergétiques annuels, 1,6 planète. Ce processus est-il inexorable ? Sommes-nous condamnés à épuiser de plus en plus rapidement les ressources naturelles ? Pourtant, il y a eu dans l’histoire récente des moments de relatif équilibre. Ainsi, en 1970, le jour du dépassement n’a été atteint que le 29 décembre de cette année. Parfait, ou presque. Est-ce à dire que nos aînés – qui, pourtant, ne se refusaient rien - étaient plus sages que nous ? Qu’on me permette d’en douter.

 

Publicité

Car ce que ces esprits chagrins se gardent bien de signaler dans leur funeste tableau, c’est le facteur démographique. Si on l‘intègre dans le calcul de ce fameux jour du dépassement, tout devient beaucoup plus clair. Car en 1970 – selon les sources de l’ONU -, il n’y avait sur la terre que 3 700 437 êtres humains. Alors qu’en 2020, la population mondiale atteint les 7 794 799 individus. Soit un différentiel positif de plus de quatre milliards de personnes (et cela malgré un indice d’accroissement inférieur de moitié à 1970). Point n’est besoin de multiplier les chiffres pour comprendre que les nouveaux arrivants veulent, tout autant que les anciens, prendre part au grand banquet de la vie – même si la plupart d’entre eux, dans le système actuel, n’en recueilleront que les miettes.

Cette consommation toujours à la hausse des fruits de la terre n’est que la conséquence logique de l’accroissement de la population humaine. Même en faisant le pari de la décroissance - quitte à imposer des mesures restrictives d’accès aux biens énergétiques - on ne peut espérer une diminution significative de notre consommation globale qu’en agissant rigoureusement sur notre démographie. Autrement dit, il s’agit de limiter, sur le plan mondial, les naissances avec tous les moyens dont la science dispose, de manière à compenser rationnellement le nombre annuel de décès. Sans l’adoption rapide d’une telle disposition, il se pourrait bien qu’en 2100, le jour du dépassement arrivât guère après Pâques.

 

Jacques LUCCHESI



33 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 28 août 2020 08:53

    On ne peut changer ni la démographie ni la course à la croissance si on ne change pas radicalement les rapports de production et le système de financement des outils de production : la réalisation de profits repose sur une « croissance » économique sans fin qui permet de creuser les écarts en répartissant les richesses d’un nombre de pauvres de plus en pus élevé vers un nombre de riches de plus en plus restreint

    Les gagnants de ce jeu de dupes se disent que la quantité de pauvres compensera leurs contributions de plus en plus réduites individuellement.

    Or c’est un faux calcul : les pauvres ne pourront plus les engraisser quand ils n’auront plus du tout de ressources, mais là, le question est : quel modèle économique mettre en place ? 

    Dans certains pays africains comme le Cameroun, soixante-quinze pour cent de la main-d’œuvre urbaine travaille dans le secteur dit « informel » et six ménages sur dix tirent au moins une partie de leurs revenus de ce secteur « informel » qui a tendance à croître de plus en plus et permet de sortir les intéressés des statistiques du taux de chômage.

    Ce n’est certainement pas en permettant à la population de subsister grâce au jardinage et au troc que l’on trouvera le remède à la course à la « croissance » et à l’expansion démographique.


    • foufouille foufouille 28 août 2020 09:26

      @Séraphin Lampion

      informel = travail non déclaré donc sans cotisations.

      inutile car ils ont pas besoinde retraite, le rêve du libéral.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 28 août 2020 09:29

      @foufouille

      tiens, keuseupasstil ?
      on serait d’accord ?


    • foufouille foufouille 28 août 2020 09:53

      @Séraphin Lampion

      ce n’est que du jardinage et pas du troc vu que de l’argent est utilisé.


    • vesjem vesjem 28 août 2020 11:40

      @Séraphin Lampion
      l’afrique a pris un tel retard technologique et industriel, que c’est peine perdue pour elle d’essayer de s’élever dans le concert des continents
      il ne lui reste qu’à se faire acheter ou recoloniser subrepticement, ou se « ventiler » et se dissoudre socialement dans d’autres régions du monde, pour exister
      c’est ce à quoi on assiste depuis des décennies


    • babelouest babelouest 28 août 2020 12:15

      @vesjem je pense que rien n’est perdu, à condition que ceux qui actuellement saignent à blanc ce continent soient complètement dépouillés, leurs richesses rendues aux pays concernés, et qu’ils ne puissent plus jamais nuire. Et s’ils ont subrepticement fait passer ces richesses à d’autres, ceux-ci en bon droit naturel subiront la même chose.


  • babelouest babelouest 28 août 2020 08:55

    La question, bien entendu, n’est pas là. Comme c’est la Loi de l’Offre, une aberration totale, qui est en place, on produit d’abord, on tente de vendre ensuite. La démographie n’y pour rien. Pour maintenir leur taux de profit (tu parles), les Grands Inventeurs d’Argent massacrent toujours plus la planète, écrasent de plus en plus des humains (ce qu’ils ne sont pas) pour produire de plus en plus au prix le plus bas possible.

    .

    Mais les « consommateurs » ont une capacité limitée, d’où l’obsolescence programmée, d’où ces voitures que l’on produit à la chaîne, que l’on stocke, puis parce qu’elles ne sont pas vendues, au bout de deux ou trois ans elles partent toutes neuves à la casse. Une partie n’est même pas récupérable, terres rares et autres, mais cela n’a pas d’importance. Et on re-produit les mêmes chose. Si un enfant faisait cela, les adultes se contenteraient de commenter, amusés, « C’est de son âge », mais il s’agit en théorie de vieux adultes, pas vraiment humains.

    .

    Non, la démographie n’y est pour rien. Tout repose sur une petite bande de désaxés qui ont pris le pouvoir grâce à l’argent et le chantage.


  • samy Levrai samy Levrai 28 août 2020 09:08

    Je croyais que le virus allait régler cette histoire...

    La pire pandémie depuis la peste noire serait elle incapable de régulation démographique ? 

    Pourquoi alors nous enfermer et nous museler si la population continue à grossir ?


    • babelouest babelouest 28 août 2020 09:32

      @samy Levrai
      « la pire pandémie depuis la peste noire » ? déjà la grippe asiatique que j’ai connue en 1957 a fait bien « mieux ».
      .
      Quant à la démographie dite « galopante », hors certains points parmi les plus pauvres en Afrique, elle est en baisse partout. J’ai lu plusieurs fois que dès 2050 environ, sur la totalité de la planète nous en serons déjà arrivés à un équilibre entre les naissances et les décès, avec bien entendu des disparités. Bien entendu, ce n’est pas le discours officiel.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 28 août 2020 09:38

      @samy Levrai

      « La pire pandémie depuis la peste noire serait elle incapable de régulation démographique ?   »
      Tour ce que lui demandent les adeptes de Milton Firedman actuellement aux manettes, c’est d’être capable de leur refaire une santé en détruisant des secteurs entiers de la production pour permettre aux spéculateurs de « financer » le redémarrage par des prêts « garantis », non seulement ils endettent les PME/TPE pris à la gorge, mais en plus, en cas de défaillance en faisant rembourser capital et intérêts par les contribuables qui paient déjà la dette de l’état lui-même. Elle est pas belle, la vie ?


    • babelouest babelouest 28 août 2020 09:48

      Après, bien entendu, si l’on en croit les Georgia Guidestones, des personnages dont ne sait rien (mais on peut avoir quelques idées sur la question) voudraient ramener à cinq cent millions la population de toute la Terre (pour les servir, et uniquement cela sans doute)., mais cette une option inhumaine. Il y a comme une vague analogie avec le film Stargate.


    • Francis, agnotologue Francis29 28 août 2020 09:53

      @babelouest
       
      De même que pour lutter contre les virus, une bonne hygiène et une alimentation saine suffisent,
      pour enrayer une démographie galopante, une instruction généreuse et une garantie minimum de sécurité sont les deux condition indispensables.


    • Francis, agnotologue Francis29 28 août 2020 09:54

      @Francis29
       
       « La planète compte suffisamment de ressources pour répondre aux besoins de tous, mais pas assez pour satisfaire le désir de possession de chacun. » Gandhi 
       
      10% du budget affecté aux désirs suffirait à satisfaire les besoins. Le libéralisme c’est priorité aux marchés du désir qui rapportent plus que le marché des besoins puisque les premiers sont sans limite.

      « Si l’on bâtissait la maison du bonheur, la plus grande pièce serait la salle d’attente. » H. Cros


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 28 août 2020 09:55

      @Francis29

      « condition indispensables »

      en démographie comme en mathématiques, les conditions nécessaires sont rarement suffisantes


    • foufouille foufouille 28 août 2020 10:22

      @Francis29

      tu essaye la peste pour voir ?


    • Francis, agnotologue Francis29 28 août 2020 10:45

      @Séraphin Lampion
       
       ’’ les conditions nécessaires sont rarement suffisantes ’’
       
       on ne peut pas savoir si elles sont suffisantes avant de les avoir essayées.


    • vesjem vesjem 28 août 2020 11:44

      @samy Levrai
      avons-nous trouvé les (la) réelles raisons de cette épidémie fomentée
      contrôle et réduction de la démographie planétaire ?
      contrôle de populations ? (5G, vaccinations)
      gouvernance mondiale ?
      y aurait-il une autre option ?


    • babelouest babelouest 28 août 2020 12:17

      @vesjem je pense que les effets de cevirus ont été honteusement exagérés, dans le but effectivement d’assujettir un maximum de personnes.


    • ticotico ticotico 28 août 2020 16:10

      @samy Levrai

      Depuis le début de cette histoire j’ai l’impression qu’une main invisible tourne un potentiomètre destiné à tester l’acceptation de l’invraisemblable par « la population générale ». 
      A aucun moment ne s’est dégagée la sensation qu’un gouvernement responsable s’adressait à des adultes capables d’entendement. 
      Au contraire, après les ordres et contre ordres du début, nous voilà visés par des injonctions de mascarade qui ne reposent que sur la nécessité d’annihiler notre volonté.

      Cet asservissement, dont le port de la muselière marque l’acceptation, aura des effets collatéraux qui ne peuvent être que bénéfiques pour les ordonnateurs de ce chaos sanitaire : défaitisme, dépression, suicide... Sans compter une réduction sans précédent de la « vie sociale ».

      Ainsi, la régression des activités « partagées » telles que ciné, resto, bars, concerts, manifs, conférences, débats... ne peut qu’être source de satisfaction pour les manipulateurs pervers qui nous « dirigent » vers un horizon morne et terne.

      D’un point de vue économique, c’est cohérent avec la destruction massive des PME, les méga-multinationales élargissent encore les domaines qu’ils contrôlent...

      L’élevage en batterie de consommateurs dociles paraît bien lancé. Si on se base sur les audiences des médias qui décrivent et analysent le réel sans filtre déformant, Thinkerview, par exemple, la partie lucide de la population française semble se situer entre 1 et 2 millions de personnes, ce qui laisse une immense majorité pour répondre dans le « bon sens » aux micro trottoirs de C news. 

      J’aimerais me tromper... mais je vois autour de moi, quand on met en doute la légitimité de la mascarade, on passe assez vite pour un taré.

      Cat’s foot iron claw
      Neurosurgeons scream for more
      At paranoia’s poison door
      Twenty first century schizoid man


  • eau-pression eau-pression 28 août 2020 09:20

    Autrement dit, il s’agit de limiter, sur le plan mondial, les naissances avec tous les moyens dont la science dispose, de manière à compenser rationnellement le nombre annuel de décès.

    De ce point de vue, le sars nouveau a tout faux. Imaginons qu’il ait été conçu scientifiquement pour tuer les vieux, comme il fait : quel être rationnel a-t-il pu donner cette consigne ? Imaginons qu’il ait été conçu scientifiquement pour limiter la population : le concepteur a raté son coup et doit être châtié. Imaginons qu’il soit naturel ...

    Trêve d’imagination, je n’aurais pas écrit « science » mais plutôt « conscience ».


    • foufouille foufouille 28 août 2020 10:20

      @eau-pression

      il est pas nécessaire que le virus soit artificiel vu le nombre de pays sans eau courante, wc, etc et les nombreux voyageurs, ça arrivera obligatoirement.

      comme on est pas sur youtube, un virus artificiel laisse des preuves visible par tous les labos.


    • Samson Samson 28 août 2020 11:56

      @eau-pression
      « De ce point de vue, le sars nouveau a tout faux ... »
      Pas s’il s’agit d’une stratégie en deux phases...
      Voir mon commentaire infra...


    • zygzornifle zygzornifle 28 août 2020 13:24

      @eau-pression

       Il faut prendre le sang de Giscard pour élaborer un vaccin contre le Covid et autres maladies , il est increvable le bougre ….


  • Samson Samson 28 août 2020 11:52

    « Autrement dit, il s’agit de limiter, sur le plan mondial, les naissances avec tous les moyens dont la science dispose, de manière à compenser rationnellement le nombre annuel de décès. »

    En Marche vers Nulle Part, nous sommes sur la bonne voie !
    Si - malgré l’autorisation de recours aux sédatifs vétérinaires pour « soulager » nos aînés en Ehpad - le Covid n’a jusqu’à présent réussi à éliminer qu’une frange relativement limitée de nos improductifs les plus âgés, nous assistons probablement à une stratégie en deux phases et - volontaire ou obligatoire -, la campagne de vaccination mondiale qui se profile dans sa foulée devrait élégamment l’élargir en stérilisant ou laminant une frange nettement plus conséquente d’excédentaires ...
    ... ou alors, ce serait vraiment à désespérer de Bill Gates et ses larbins de l’OMS. smiley


    • troletbuse troletbuse 28 août 2020 11:59

      @Samson
      Oui, un suppôt de Gates, Attali, a bien prôné l’euthanasie des vieux, sauf pour lui, bien sur.
      D’où la promotion de la pédérastie et de l’homosexualité bien représentée en France.  smiley


  • binary 28 août 2020 12:39

    Comment calculez vous les « richesses » de la Terre ?


    • eddofr eddofr 28 août 2020 14:54

      @binary

      Vous voulez la formule complète ou seulement une approximation ?

      CO2 : estimation de la production humaine vs. estimation de la capacité d’absorption de la biomasse.

      Pétrole : consommation de pétrole (toutes applications confondues, pas seulement carburant) vs capacité de production ...
      Parce que si on compare à la capacité de la planète à fabriquer du Pétrole ... à raison de 20 millions d’années par gisement, on est à crédit dés le premier janvier !

      C’est forcément imprécis et discutable sur bien des points, mais c’est un bon « indicateur » de tendance.
      Un peu comme quand la météo te dit qu’il va faire moins 15 ... Elle peut se tromper de 10 degrés, mais tu prends quand même une écharpe, un bonnet et des moufles.


    • binary 30 août 2020 12:39

      @eddofr
      Réponse sans rapport avec la question.
      La « richesse » de la Terre est la valeur de ce qu’elle contient, voire à la limite (qui n arrange rien) de ce qui est accessible de ce qu’elle contient.
      Comment faites vous ce calcul, même approximatif ?


    • foufouille foufouille 30 août 2020 13:21

      @binary

      C’est en comptant l’eau de pluie que les vaches consomment par magie.


  • Claudec Claudec 28 août 2020 17:56

    « Car il vient nous rappeler que nous sommes une espèce trop vorace »

    Non ! il nous est rappellé que nous sommes une espèce TROP NOMBREUSE, car la frugalité ne fait que repousser l’échéance, sans rien changer au fond du problème. À quoi sert en effet de consommer moins si nous sommes chaque jour 200 à 250 000 consommateurs de plus ?

    Par ailleurs, consommer à mi-année ce que la nature nous offre pour un an, ne crée par une dette, qui se rembourserait ; cela consiste à effectuer, dans des ressources non renouvelables, un prélèvement que rien ne pourra restituer à temps.

    Cela signifie, en bonne logique, que le seul remède crédible consisterait à diviser la population, au moins par deux, de préférence par une dénatalité expliquée et consentie, si nous voulons éviter à notre descendance que la nature s’en charge à sa manière.


  • Old Dan Old Dan 29 août 2020 21:15

    Surpopulation ?

    Soit une tarte pour 10 parts. Si on est que 5 personnes, la tarte est mangée quand même !


    • Lucchesi Jacques 30 août 2020 15:57

      @Old Dan

      Mais deux fois moins vite. Du moins si les convives ne sont pas trop gloutons.


    • Claudec Claudec 31 août 2020 10:29

      @Old Dan

      Comme souligné par ailleurs, si le nombre de convives diminue comme dans le cas où ils opteraient pour la frugalité, intervient la menace d’un temps qui nous est compté. Or ce temps se réduit chaque jour, au point de sembler désormais trop court pour que le problème soit réglé sans que la nature s’en charge, à sa manière.

      L’homme paye au prix fort sa vanité, qui l’a porté à s’exonérer de la loi de sélection naturelle, pendant que tous les pouvoirs se souciaient moins de l’avenir et du bien-être de ceux sur lesquels ils se fondent et prospèrent que de leur multiplication.

      https://pyramidologiesociale.blogspot.com


Réagir