mardi 17 septembre - par Thierry Paul Valette TPV

Emmanuel Macron doit geler immédiatement les prix du carburant

La flambée des cours du pétrole à la suite de l’attaque d’installations saoudiennes va provoquer une forte hausse des prix à la pompe de près de 5 centimes. Dans un contexte social compliqué, Emmanuel Macron ne doit surtout pas laisser la situation se compliquer même si nous avons en France une réserve de pétrole pour trois mois. Les zones rurales et périurbaines sont en premières lignes. Thierry Paul Valette TPV

GEL IMMÉDIAT DU PRIX DU CARBURANT

La flambée des cours du pétrole à la suite de l’attaque d’installations saoudiennes va provoquer une forte hausse des prix à la pompe de près de 5 centimes.

Dans un contexte social compliqué, Emmanuel Macron ne doit surtout pas laisser la situation se compliquer même si nous avons en France une réserve de pétrole pour trois mois. Les zones rurales et périurbaines sont en premières lignes.

Le président se doit de réagir assez très rapidement. Nous demandons donc le gel immédiat des prix du carburant. Nous ne devons surtout pas être les otages de cette flambée des prix. Notre mouvement des Gilets Jaunes n'est pas mort, la grogne existe toujours et très peu de réponses ont été apportées.

Quant à ce choc pétrolier, il est profondément lié à la situation géopolitique et conflictuelle au Moyen-Orient entre de nombreux protagonistes dont l'Iran, l'Arabie saoudite et le Yémen. 

Depuis de nombreuses années, un conflit perdure au Yémen et s'aggrave provoquant la pire crise humanitaire au monde. Les actions militaires et diplomatiques de ces dernières années ont crée d'énormes tensions. Un embrasement dans cette région est fort possible ce qui aurait des répercussions terribles.

La France est impliquée puisqu'elle vend des armes à un pays qui mène la coalition dans le conflit Yéménite : l'Arabie saoudite.

Nous demandons également que la France revoie sa position face à l'Arabie saoudite. Elle doit impérativement cesser ses exportations d'armes vers Riyad.

Avec cette grave crise du pétrole, nous payons directement le prix d'une diplomatie irraisonnée entre Paris et Riyad. 

Le gel du prix de l'essence est de facto une priorité. Nous rappelons que le mouvement des Gilets Jaunes fait suite à la hausse des prix du carburant de 2018, que ne sont pas très loin les scènes désastreuses survenues sur les Champs-Élysées au mois de décembre 2018.

PÉTITION EN LIGNE ICI : 

https://www.change.org/p/emmanuel-macron-gel-du-prix-du-carburant

Thierry Paul Valette TPV



54 réactions


  • sylvie 17 septembre 12:11

    Surtout pas ! au contraire


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 septembre 12:53

      @sylvie
      Vous croyez vous aussi au mythe du CO2 ?


    • JL JL 17 septembre 13:30

      @Fifi Brind_acier
       
       mythe du CO² ?
       
      Je viens d’entendre aux infos de France Inter que : « il faut débarrasser l’atmosphère de milliards de tonnes de CO² »
       
       Je crains le pire !


    • JC_Lavau JC_Lavau 17 septembre 13:36

      @JL. Nous sommes dirigés par des fous, fous furieux.


    • JL JL 17 septembre 13:59

      @JC_Lavau
       
       fous furieux, qui dirigent des aveugles.
       
       Rien de nouveau sous le soleil.
       
      « C’est le malheur du temps que les fous guident les aveugles. » William Shakespeare


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 17 septembre 12:18

    Emmanuel Macron a sur l’économie en général et sur le prix du pétrole en particulier à peu près les mêmes pouvoirs que ceux du roi sur les étoiles et le soleil dans le chapitre 10 du « Petit Prince » :

    - Ton coucher de soleil, tu l’auras. Je l’exigerai. Mais j’attendrai, dans ma science du gouvernement, que les conditions soient favorables.

    - Quand ça sera-t-il ? s’informa le petit prince.

    - Hem ! Hem ! lui répondit le roi, qui consulta d’abord un gros calendrier, hem ! hem ! ce sera, vers... vers... ce sera ce soir vers sept heures quarante ! Et tu verras comme je suis bien obéi.


  • Clocel Clocel 17 septembre 12:50

    « Encore un moment Monsieur le bourreau ! » smiley


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 septembre 12:51

    L’Arabie Saoudite a des stocks pour 2 ou 3 mois, de plus elle dispose d’autres raffineries, si les prix des carburants augmentent, c’est qu’on nous prend pour des truffes.


  • the clone the clone 17 septembre 12:56

    Pourquoi geler , au contraire c’est une manne de TVA en plus a chaque augmentation du pétrole ....

    Et quand il y aura plus de bagnoles électriques le KW va flamber ....


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 septembre 13:06

      @the clone
      J’ai lu quelque part que le compteur Linky servira à faire payer la TIPP aux propriétaires des voitures électriques, partout où ils iront recharger leurs batteries...


    • the clone the clone 18 septembre 08:08

      @Fifi Brind_acier

       J’ai lu qu’il y avait un système de détection de charge de batterie ce qui permettait de faire une double facturation a des taux différents , consommation ordinaire et consommation surtaxée pour charge de véhicule et qu’il était capable de communiquer avec le boitier OBD de la voiture pour récupérer son n° d’immatriculation et autres données si on recharge par exemple chez des amis....
      Pour l’instant ces fonctions sont bloquées mais ça risque de ne plus durer longtemps le gouvernement cherchant a imposer le tas de ferraille nucléaire.
      Il y a un « pognon de dingue » a se faire !!!!


    • eau-pression eau-pression 18 septembre 08:36

      @Fifi Brind_acier
      Chut ! Ils n’ont pas encore pensé à interdire de charger la batterie sur sa production individuelle.

      Quand ils auront compris, ils se décideront peut-être à ouvrir le logiciel du bidule communicant, pour qu’il s’intègre dans une politique énergétique au service de tous.

      En attendant, ce repli individualiste (ou sa menace) me semble nécessaire.


    • perlseb 18 septembre 15:17

      @eau-pression
      Chut ! Ils n’ont pas encore pensé à interdire de charger la batterie sur sa production individuelle.
      Exactement. Le prix du kWh ne peut pas flamber, sinon tout le monde s’équipe en panneaux solaires et en éoliennes. C’est déjà intéressant dans pas mal de cas.
      Si on a des véhicules électriques qui roulent 1,5 millions de km (batteries de 4000 cycles en cours d’industrialisation), et qu’on a des panneaux solaires, plus besoin de nucléaires, ni de pétrole.
      Et la voiture au pétrole ne sera qu’un lointain souvenir d’obsolescence programmée destructrice...


    • Yaurrick Yaurrick 18 septembre 18:27

      @perlseb
      Le problème de l’électricité solaire et éolienne est que ce sont des sources intermittentes, ce qui risque d’être difficilement compatible avec les besoins de charge de véhicules électriques et nécessitera une modification conséquente du réseau électriques (surtout dans l’optique d’un recul du nucléaire).

      La voiture au pétrole, un lointain souvenir et une obsolescence programmée ? Il faudra déjà prévoir la fabrication de batteries à très grande échelle avant, et considérer de mettre à la poubelle des voitures thermiques parfaitement fonctionnelles. Ce n’est certainement pas si simple que ça.


    • eau-pression eau-pression 19 septembre 09:37

      @Yaurrick

      Que de laborieux poncifs ! Servis milles fois par les retraités d’EdF. T’as quel âge ? T’as vécu trop longtemps dans cette pyramide scellée au carriérisme qui suinte l’égo ranci, non ?

      Vu de l’extérieur, il me semble assister avec Linky à un remake du PC chez IBM. Comme si on laissait un gars de l’intérieur favorable aux énergies renouvelables sortir un gadget sans avenir. En se disant : ça servira toujours à facturer davantage et alléger les lignes d’ERdF.

      Sais-tu l’énergie perdue pendant des années pour faire avec la limitation des 640ko ? Sûr que dans le bidule on trouvera vite un vice de conception de ce style, dû à une petite économie qu’on a imposée à son concepteur.

      On peut regretter le temps des grands projets gonflant le képi du Général. On peut certes objecter comme l’égo est difficile à canaliser dans le réseau des ordinateurs personnels. Perso, je m’y sens mieux que dans le sillage de l’AFP.

      Jusqu’à androïd, l’ordinateur individuel a rendu beaucoup de services bien plus souplement que le mainframe, son refroidissement à air, et ses processeurs dormants laissés pour compte de la parallélisation. A comparer à production d’énergie répartie/centralisée.

      Techniquement, aux remarques de Periseb j’ajouterais la cogénération.


    • Yaurrick Yaurrick 19 septembre 12:57

      @eau-pression
      Je ne vois pas le rapport avec mon commentaire, d’autant que je n’ai aucun mais acun rapport avec Edf ou Enedis.

      Je suis en train de dire que dans l’optique d’un remplacement du parc automobile des particuliers vers de l’électrique (soit environ 33 millions de véhicules) et le recul de la part du nucléaire vers des énergies intermittentes, la charge qui se produira statiquement à peu près sur les mêmes périodes (et globalement de nuit) mettra à rude épreuve le réseau électrique.

      Les réseaux intelligents ne sont pas encore en place, et vu le tintamarre que fait Llnky, il va y avoir des résistances. Et que dire de l’aberration de mettre à la poubelles tout les véhicules thermiques sous le prétexte du CO2, alors que la fabrication et le recyclage des batteries n’est pas exempt de défauts.


    • perlseb 19 septembre 14:24

      @Yaurrick
      Vous ne m’avez pas bien compris.

      Si on avait tous une voiture électrique avec 50kWh ou + (les progrès des batteries sont, sans exagération, spectaculaires : tant en gain de masse qu’en gain de cycles), et qu’on n’hésitait pas à installer plus de panneaux électriques que nécessaires (par exemple, sur des îles flottantes au large des côtes, oui car, je cite Wikipedia « ’Il faudrait l’équivalent de la production d’une surface photovoltaïque de 100 000 km2 (soit la superficie de l’Islande) pour couvrir la totalité des besoins mondiaux en électricité. »
      alors où est le problème de l’intermittence ? 6000 cycles, ça représente 20 ans d’autonomie en charge-décharge tous les jours.

      Bien sûr, il faudra isoler les passoires énergétiques et ne pas chauffer à l’électrique (une aberration) pour éviter d’avoir des pics en hiver, là où il y a moins de soleil.

      Je n’ai pas dit que ça se ferait en un jour, mais il est évident qu’il faut être entêté pour insister sur le nucléaire. Pareil pour les voitures à essence : les voitures électriques sont déjà moins chères que les voitures à essence (si l’on prend en compte les frais d’entretien et l’énergie sur tout le cycle de vie, le cycle de vie étant largement inférieur pour les voitures à essence) alors que les véhicules électriques sont largement surfacturés. Pourquoi il ne faudrait qu’entre 3000 et 7000 dollars pour remplacer une batterie d’un modèle 3 de Tesla alors que ces véhicules coûtent 10 fois plus et qu’il n’y a pas grand chose à part les batteries (pour amortir les investissements sur les batteries et sur le logiciel ?, peut-être).


    • eau-pression eau-pression 19 septembre 14:26

      @Yaurrick

      Mettons que vous n’ayiez pas d’arrière-pensées. Tout le monde n’en est pas dépourvu, non ?

      Si vous avez un peu vécu, vous savez comme le léchage de bottes est l’activité principale dans les grosses structures. Et vous aurez vu la dépendance à la flatterie conduire les décideurs à raisonner comme des tambours.

      J’ai vu sur ce site les points de vue orientés des pro-nuke, qui au nom du respect de leurs enthousiasmes de jeunesse refusent de considérer les inconvénients d’une production centralisée.

      Les éléments du dossier que vous donnez, qui ne sont pas faux, ne condamnent à peanuts les autres modes de production que pour ceux qui manquent d’énergie créatrice.

      D’autres sont de perpétuels ados pétaradant dans leur tête sur leur scooter en exhibant leur copine. Perso, je pense qu’à l’âge adulte, on devrait demander à Renault un twizzy à moins de 5000€, batteries comprises.


    • eau-pression eau-pression 19 septembre 14:28

      @perlseb
      J’avions pas lu avant de poster.
      Je rajoute juste que les primes d’état vont direct dans la poche des fabricants. La faute au consommateur, ceci dit.


    • perlseb 19 septembre 14:37

      @Yaurrick
      J’oubliais à propos de l’intermittence et de la charge de nuit. L’énergie solaire est en fait plus adaptée à la vie humaine. Si on charge la nuit, c’est parce qu’on ne sait pas quoi faire de l’énergie produite par les centrales nucléaires la nuit, donc on la facture moins chère, donc les gens rechargent la nuit, font marcher leur chauffe-eau la nuit, etc...

      Avec l’énergie solaire, les voitures sont rechargées en journée, bien évidemment. La nuit, si on veut recharger parce qu’on roule (et c’est moins fréquent que de rouler en journée), alors on pompe l’électricité sur des voitures qui ont été chargées en journée.

      Faut arrêter de dire que l’intermittence est un problème alors que c’est la production continue qui ne sert absolument à rien.


    • Yaurrick Yaurrick 19 septembre 15:03

      @perlseb@eau-pression
      Ne vous méprenez pas, je n’ai absolument pas dit que les ENR étaient à bannir, ni que le Nuke était la panacée.

      Que des véhicules électriques aient moins de cout d’entretien c’est une chose, mais l’achat est encore très onéreux, et les contraintes pour la charge ne sont pas à négliger, en particulier pour les personnes habitant en campagne.
      D’autre part, il est évident que ce l’état perd en TIPP sera appliqué à l’électricité.

      Bref, je regrette la tendance actuelle qui consiste à dire « sortons du nucléaire, et tout le monde en électrique fissa » sans savoir si réellement on est capable de le faire tant techniquement que financièrement , pour les raisons évoquées ci-dessus.


    • perlseb 19 septembre 15:39

      @Yaurrick
      Ce que je crois, c’est qu’EDF fait des choix catastrophiquement mauvais et tout l’investissement dans le nucléaire sera impossible à amortir. Mais c’est pas grave, ils vont scinder la partie qui va faire faillite (le nucléaire) et qui sera assurée par l’état (donc nous).

      Quant aux véhicules électriques, c’est pareil. Les vieilles entreprises ne sauront pas quoi faire de tous leurs salariés à reconvertir en partie (pour les autres chômage). Elles prient juste que l’adoption du véhicule électrique se fassent le plus lentement possible. Donc tant qu’elles ne sont pas trop pénalisées, elles soignent leur image pour demain (on fait de l’électrique, nous aussi !), mais elles ne veulent pas vraiment en vendre (prix largement surévalués pour ces modèles).


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 septembre 13:03

    de nombreux protagonistes dont l’Iran, l’Arabie saoudite et le Yémen. 

    L’auteur fait partie du Comité « famine au Yémen », et il ne sait pas que les USA soutiennent la Coalition saoudienne responsable du blocus qui affame les populations au Yémen ?

    Les USA ont besoin que le prix du pétrole monte, car l’exploitation de leur pétrole de schiste n’est pas rentable en dessous d’un certain prix.


    • Alain 17 septembre 20:15

      @Fifi Brind_acier
      Si tu suivais (un peu) l’histoire de pétrole.... tu ne dirais pas cette connerie sans nom :
      « Les USA ont besoin que le prix du pétrole monte ». Les américains font avec leur pétrole comme avec leur monnaie. C’est les autres qui payent.
      http://www.2000watts.org

      Et puis pourquoi geler le prix d’un produit qui est en voie de disparition ? Connaissez-vous l’AIE ? Savez-vous que la fête est finie ? Que les découvertes fondent comme neige au soleil, que le pic du pétrole conventionnel est passé depuis quelques années et que les pétrole de schiste américain ou le sable bitumineux du canada nous sauvent pour le moment du désastre. Savez-vous (ou voulez-vous comprendre ?) que la décennie 2020 risque de voir les premières pénuries ?
      Continuez de jouer avec vos téléphones à déblatérer des conneries. Le temps vous est compté.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 septembre 07:31

      @Alain
      La fin du pétrole est prévue pour dans un siècle ou deux, il coûtera de plus en plus cher, vu que son extraction sera plus difficile. Allez expliquer vos thèses à ceux qui vivent en dehors des grandes villes et ont besoin de leurs voitures !


    • révolQé révolQé 18 septembre 10:29

      @Alain,
      " le pic du pétrole conventionnel est passé depuis quelques années et que les pétrole de schiste américain ou le sable bitumineux du canada nous sauvent pour le moment du désastre..."

      J’en ai lu des conneries, mais là ça atteint des sommets... smiley
      Du pétrole ( et pas cette merde de schiste) il y en a encore beaucoup, mais comme le dit Fifi, il sera de + en + dur à aller chercher, donc plus cher.
      ceci dit les techniques d’extraction évoluent elles aussi.


    • Alain 18 septembre 12:52

      @Fifi Brind_acier
      La fin du pétrole est prévu pour dans 2 siècles alors qu’on a déjà franchi le pic du pétrole conventionnel. T’es doué en futurologie ou tu crois aux sornettes ?


    • Alain 18 septembre 13:02

      @révolQé
      tu peux toujours croire que c’est des conneries. C’est pourtant la réalité. La production de pétrole conventionnel a déclinée depuis quelques années, les découvertes de nouveaux gisements se font de plus en rares. Le peu qu’on trouve encore (par rapport à une consommation toujours en hausse) est dur à extraire donc plus cher ou pas rentable.
      Les USA transforment des régions entières en gruyère pour maintenir le niveau. Mais les champs américains coutent chers et s’épuisent très vite.
      http://www.2000watts.org/index.php/energytrend/gaz/gaz-de-schiste/1317-le-petrole-de-schiste-americain-creuse-des-dettes-abyssales.html
      http://www.2000watts.org/images/stories/Cartoon/2019/2019_05_Laherrere-Jean.jpg

      « Les riches qui règnent sur une société en voie d’effondrement s’achètent seulement le privilège d’être les derniers à mourir de faim ». Jared Diamond.


  • Loatse Loatse 17 septembre 13:22

    D’après ce que j’ai lu, ce sont les cours mondiaux qui sont à la hausse indifféremment de la provenance du pétrole...

    Maintenant, le prix du baril n’explique pas pour autant la hausse du prix du carburant à la pompe... preuve en est que lorsque le prix du baril était supérieur le coût au litre était moindre...

    Maintenant, renoncer à une partie des taxes sur le carburant, c’est permettre à M. et madame Onkonsom de continuer à sortir faire du shopping le week end, des loisirs le soir (cinéma, restau, bowlng, sport que sais je), ce qui fera rentrer de la tva qui compensera le manque à gagner par un gel du prix du carburant.

    cela dit, peut être je me trompe, j’ai pas fait l’ena, mais il me semble logique que si le budget essence augmente dans le contexte actuel, celui qui n’a pas d’autres alternative que d’’utiliser son véhicule pour se rendre à son travail, rognera d’autant sur le budget shopping, alimentation, sorties...

    entretenant ainsi un cercle vicieux puisque les commercants impactés par cette baisse de consommation fermeront leur commerce (et hop des pépettes en moins pour l’état) certains se retrouvant qui plus est, dans l’obligation de recourir à certaines aides le temps de se retourner (ou pas), et hop encore moinsse de pépettes pour l’état...

    alors j’avoue, je comprend plus rien..


  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 17 septembre 13:39

    Plus les impôts passent par les taxes, plus ils sont favorables aux riches. Pourquoi ? Mais parce que les taxes sur la consommation :

    1)Ne touchent que les achats en France et non pas l’épargne et les achats à l’étranger ce que fait au contraire l’impôt proportionnel aux revenus.

    2)Touchent le riche à un taux bien moindre sur son revenu.

     

    L’exemple le plus frappant est la taxe sur les carburants :

    Exemple : Soit un riche qui touche 25 000 euros/mois et a un 4x4 qui consomme 180L par mois soit 275,4 euros.

    et un pauvre qui touche 1500 euros/mois et a un véhicule qui consomme 84 L par mois soit 128,52 euros.

    Le riche donne donc 275,4/2.61 = 105,52 euros à la raffinerie et 169,9 euros en taxe, soit un taux d’imposition sur son salaire de 0,68 %.

    Le pauvre donne donc 128,52/2.61 = 49,24 euros à la raffinerie et 79,3 euros en taxe, soit un taux d’imposition sur son salaire de 5,28 %.

    L’imposition du pauvre est à 5,28 % de son salaire et celle du riche à 0,68 % de son salaire.

     

    La taxe sur les carburants est donc un impôt très injuste.


    • Buzzcocks 17 septembre 16:35

      @Daniel PIGNARD
      L’épargne est taxée.... je prête à des PME, et sur les intérêts, je paie 33% de prélèvements sociaux. Dans mon portefeuille, j’ai deux PME qui ont fait défaut, et je peux même dire que je ne gagne strictement rien à financer l’économie réelle.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 17 septembre 16:37

      @Daniel PIGNARD

      c’est pareil pour la TVA !


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 17 septembre 17:01

      @Séraphin Lampion
      Effectivement, mais à moindre taux.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 septembre 17:21

      Il y a au moins 3 taxes sur les carburants.

      Il y a une TVA sur la taxe + la TGAP

      Comment le prix du carburant est -il fixé ?

      Les taxes perçues par l’Etat représentaient en 2017 la part la plus importante du prix du carburant (63 % du sans plomb 95-E10 et 60 % du gazole). Elles se découpent ainsi :

      • la Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Énergétiques (TICPE). Son montant est défini chaque année par la loi de Finances et peut être majoré par les Conseils Régionaux pouvant aboutir à des TICPE différentes selon les régions
      • la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) qui s’applique sur l’ensemble et donc également sur la TICPE. La TVA en 2017 est de 20% et peut varier d’une année à l’autre.

      D’autres taxes, dites indirectes, sont également appliquées sur les carburants, comme par exemple le Taxe Générale sur les Activités Polluantes (TGAP) ...


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 17 septembre 20:02

      @Buzzcocks
      Oui mais le capital épargné ne l’est pas tandis que le pauvre qui n’épargne pas a son capital taxé à 20 % de TVA au moins puisqu’il achète quelque chose avec immédiatement.


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 17 septembre 20:09

      @Fifi Brind_acier

      A noter que les conseils généraux, les municipalités et les conseils régionaux n’ont pas le droit de changer le taux de l’impôt :

      "La loi est votée par le Parlement. La loi fixe les règles concernant... l’assiette, le taux et les modalités de recouvrement des impositions de toute nature." (Art. 34 de la Constitution de 1958)


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 septembre 07:26

      @Daniel PIGNARD
      Il faut croire oui, ils ont le droit.
      Voici un document des Douanes de juin 2019 :

      "Les conseils régionaux et l’assemblée de Corse ont la possibilité d’augmenter ou de réduire annuellement les fractions de tarif de la taxe intérieure de consommation applicable aux carburants vendus aux consommateurs finals sur leur territoire, ainsi que de majorer le tarif en vue de financer des infrastructures de transport durable, ferroviaire ou fluvial."


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 18 septembre 14:46

      @Fifi Brind_acier
      La Constitution ne le permet pas, or la constitution est supérieure aux lois, mais elle est violée constamment par ce genre d’arrangement.
      C’est le Président de la République qui doit veiller au respect de la Constitution mais au lieu de cela, il favorise tous les détournements et les exemples sont légion.


    • sweach 18 septembre 17:48

      @Buzzcocks
      *je prête à des PME, et sur les intérêts, je paie 33% de prélèvements sociaux.*
      Alors je ne sais pas comment tu te débrouille, mais chez moi les prélèvement sociaux c’est 17,2% sur les plus-valus.

      Franchement on est sur une taxation très faible du capital par rapport à la taxation sur le travail.

      *j’ai deux PME qui ont fait défaut, ... je ne gagne strictement rien*
      C’est ce qu’on appel prendre un risque, inutile de te rappeler que tu ne fourni aucun travail quand tu investie.
      Puis tu peux amortir tes pertes en déduisant tes moins-valus de tes impôts sur le revenu.

      Les possibilités d’optimisation fiscale sont phénoménal et plus on est riche moins on paye d’impôt et de taxe, pour nous faire sortir les mouchoirs tu as du boulot.

      Ce n’est pas en jouant sur les marchés financier que tu finance l’économie réelle.
       Achète localement
       Utilise des artisans
       Achète des biens et des services

      Un pauvre qui claque tout ses revenu participe bien plus à l’économie réel, qu’un riche qui investi tout ses revenus en bourse sur le marché secondaire.


  • exol 17 septembre 19:22

    Un pompier pyromane , le Gj de mes deux veux rallumer le conflit du Samedi , pour que d’autres que lui aillent se faire démonter la gueule , Gjs comme simples quidam . Les Français sont maintenant responsables des conflits internationaux , tu n’as rien à dire sur les ventes d’armes US , Russes , Chinoises ??? Et quand on stoppera les ventes d’armes françaises , tous les ouvriers du secteur au chômage viendront défiler avec toi le Samedi . Tu sais très bien que le prix du pétrole brut n’est pas fixé par le gouvernement français , et que les taxes perçues alimentent les caisses de l’état , pour que le système vacillant puisse perdurer . Vas raconter tes salades merdiques ailleurs . Les gjs c’est pas toi petit malin qui essaie de récupérer ce mouvement à ton profit , tu rassembles que le droit de faire mousser ta gueule dans les médias , tous les autres clowns dans ton genre ont disparu corps et bien , rattrapés par des affaires pas net.


  • the clone the clone 18 septembre 07:59

    hahaha

    Il préférera geler le compte en banque du citoyen pour plonger dedans .....


  • ETTORE ETTORE 18 septembre 11:04

    Macron .....LE PICARD de l’économie surgelée.


  • sweach 18 septembre 15:47

    Flambé des prix parce qu’ils ont joué avec des drones ?

    Sans déconner ???

    C’est surtout la décision de l’arabie saoudite de réduire de 60% sa production qui a un impact sur le cour, bien plus qu’une pseudo attaque (si elle est réel)

    Je rappel qu’un prix fonctionne sur des principes d’offre et de demande, là on parle de 6% de la production mondial, ça veut surtout dire que 94% de la production mondial n’a aucun problème.

    Sans parler des réserves, il est impossible qu’on soit en pénurie et en flamber des prix pour une variation de 6%.

    Pour être plus terre à terre, la France n’est pas dépendante de l’Arabie saoudite pour son approvisionnent en pétrole, qui représente moins de 9% de son approvisionnement.

    Toutes variations du prix à la pompe n’est que spéculation et surréaction des marchés financier à une information probablement très très exagéré voir carrément faussé.

    Si flambé des prix il y a, ça sera suivi par une chute car l’offre deviendra supérieur à la demande.


    • Alain 18 septembre 19:39

      @sweach
      La France n’est pas dépendante de l’arabie Saoudite, mais le pétrole est un marché mondial. Les prix ne se font pas pays par pays en fonction des échanges de chacun.
      La France est en Europe et l’europe dépend de zones pétrolières qui sont en déclin et ont passé leur pic (Norvège, Azerbaïdjan, Algérie, Mexique)/ 1/4 des appros.
      Un autre quart, c’est des pays qui sont proches du déclin (l’Angola, et la Russie, 28 % des imports de l’UE en 2018, et pic prévu pour 2021 (confirmé par les autorités russes eux-mêmes en septembre 2018).
      L’europe est le plus gros importateur de pétrole, devant la Chine et les USA.

      L’AIE prévoit les premiers d’appro pour 2025 (l’Arabie Saoudite sera dans son pic prévu entre 2020 et 2030). Il est probable que la Chine soit alors en concurrence avec l’Europe mais que les réserves de change chinoises lui permettent d’avoir le pétrole que nous n’aurons pas.


    • sweach 19 septembre 10:23

      @Alain
      *zones pétrolières qui sont en déclin*
      Ça je n’y crois pas une seul seconde.

      Depuis le début qu’on exploite le pétrole, nos niveaux de production n’ont fait que croître, en même temps « l’accroissement » de nos besoins c’est réduit en même temps que l’accroissement de notre population, donc on a de moins en moins besoin d’avoir de nouvelle source de pétrole et théoriquement on sera à notre maximum vers les 2050, je fais confiance aux multinationales pour bien nous faire peur à ce moment là.

      Mais les rare pénurie de cette matière première ont toujours été artificiel, lié à la géopolitique, bien plus qu’a une pseudo pénurie.

      Faire croire qu’un produit peut ne plus être disponible, est une technique marketing pour faire grimper les prix et ça fait des décennies que ça dure pour le pétrole. Le choc pétrolier des année 70 est l’exemple parfais de la fermeture du robinet.

      Les projections ou estimations des réserves de Pétrole, ce sont avérés fausse, idem pour les projections d’effondrement de production.

      Cela s’explique principalement parce qu’on ne sait pas comment se forme le pétrole, la théorie la plus répandu (pratique) est celle d’une origine fossile qui prend des millions d’années, même si on ne comprend pas certaine profondeurs où on retrouve le pétrole de plus en plus abondant.
      Par contre une autre théorie d’une origine minérale (moins pratique) sous entendrait que la terre produirait elle même le pétrole en profondeur (WTF ?).

      La grosse différence entre ces deux théories est le caractère « renouvelable » du pétrole. Quand vous avez une matière première dont le prix dépend de sa rareté, il ne faut pas trop s’étonner qu’une théorie soit préféré à une autre.
      Puis si le pétrole devient du jour au lendemain une matière renouvelable, cela changerait radicalement notre vision de cette ressource et aussi notre économie qui y est lié.


    • Alain 19 septembre 19:10

      @sweach
      Tu n’y crois pas mais entre croire et la réalité, il y’a un fossé.
      D’abord, les alertes sur une pénurie de pétrole dues au pics pétroliers qui se succèdent dans bien des pays producteurs ne viennent pas des multinationales, mais d’agences comme AIE ou ASPO. L’Aspo étudie bénévolement des tas de données et de rapports qu’elle récole de partout. Ce sont des anciens géologues de l’industrie du pétrole.
      Les prédictions sur la fin du pétrole et les baisses de production ne sont avérées justes : exemple ? Hubbert que tout le monde a pris pour un fou et qui a prédit la fin du pétrole conventionnel américain. Dieu sait qu’on l’a pris pour un con.
      L’ASPO aussi est souvent pris pour des idiots et pourtant, ils avaient annoncé le pic du pétrole traditionnel vers les 2008 et grosso-modo, on est dedans. Ils disent maintenant que le plateau des gaz de schiste américain sera sur son plateau dans la décennie à venir et le déclin sera rapide.
      La mer du nord est en déclin.
      La Russie en 2021
      Une partie de l’amérique Centrale est en déclin.
      L’Iran est en déclin
      L’arabie saoudite dans la décennie qui vient.

      du pétrole, il est reste plein. Oui, plein dans les mers mais voilà.... très profond, pas facile et super cher. Et peut-être même inexploitable car à la moindre tension d’importance==>crise économique==>faillites===>récession.

      Face à la raréfaction des ressources, des analystes prédisent que des pays ou des régions vont se vendre ou se donner.. La chose n’est-elle pas déjà en cours quand on voit l’envie des USA d’acheter le Groênland ?
      Que doit-on penser des guerres en cours ? Yemen, Iran, Syrie, tensions avec la Chine ou la Russie ? Si le pétrole et les ressources autres étaient si abondantes, c’est à dire autant que tu le dis, quel intérêt d’aller faire autant de guerres ?


    • sweach 20 septembre 09:51

      @Alain
      Tu n’y crois pas mais entre croire et la réalité, il y’a un fossé.
      LOL !!!

      Tu te tire une balle dans le pied avec cet argument.

      La réalité c’est qu’on découvre chaque année plus de réserve de pétrole que ce qu’on en exploite, dans ces conditions faire une prédiction d’épuisement est impossible voir carrément FAUX.

      Avec le temps les réserves « exploitable » sont toujours de plus en plus grande et la production également, avec quelque chose en croissance l’épuisement ne peut pas être envisagé ou prédit.

      Comme le disait J.F. Kenney :
      « les hydrocarbures sont essentiellement une ressource renouvelable et qu’il n’y a pas plus de raison de craindre une pénurie future de pétrole qu’une pénurie de basalte »

      *La Russie en 2021*
      MDR !!!
      Va dire ça à un géologue Russe, il va te rire au nez, chez eux la théorie d’une origine abiotique du pétrole ne fait plus débat depuis plus de 50 ans.

      Tes arguments ne tiennent pas ils concernent quelques exploitations de surface qui finissent par s’épuiser, on est très loin d’une généralité et celle du marché mondial.

      *du pétrole, il est reste plein. Oui, plein dans les mers mais voilà.... très profond, pas facile et super cher*
      Tu comprend quand même la différence entre l’absence d’une ressource et le coût d’exploitation de cette ressource ?


    • sweach 20 septembre 12:07

      @Alain
      Je suppose qu’il faut donner quelques chiffres pour illustrer qu’on est loin d’une pénurie.

      Actuellement on tourne dans les 100 Millions de Barils par jour, soit 14 Millions de tonne de pétrole brut par jour, soit dans les 5 Milliards de tonnes de pétrole brut par an.

      Les réserves prouvés sont estimés à 244.1 Milliard de tonnes et actuellement les russes prospectent les réservent de l’arctique et pense ajouter à ce chiffre plus 83 Milliard de tonnes aux réserves prouvés.

      Donc à l’instant T, sans changer nos niveaux de consommation/production, sans nouvelle découverte et aussi en partant du principe que le pétrole ne se renouvelle pas, avec les chiffres de 2018 on a plus de 50 ans de réserve.

      On peut noter qu’en 1978 on avait que 28 ans de réserve et que depuis ce chiffre ne fait que croître.

      Mais on oublie trop rapidement que les exploitations en cour puisent toujours bien plus de pétrole que les estimations, un peu comme si les puits se re-remplissait au fur et à mesure ^^

      https://www.lelementarium.fr/focus/focus-4/
      https://tass.com/economy/1073258


  • ETTORE ETTORE 19 septembre 12:27

    Vous avez vu la mine réjouie du directeur de Total ?

    Zen le mec ! Les affaires marchent bien.

    Vraiment pas crédible pour un sou, tout comme ce gouvernement qui dit :

    « garder un oeil » sur le prix des carburants.

    Oui  UN oeil, seulement ! Car le deuxième......lui, il louche déjà sur les bénéfices des taxes que vont lui rapporter cette petite flambée médiatique


  • sweach 20 septembre 10:54

    Et si on allait voir cette information depuis un autre point de vu ???

    https://tass.com/economy/1078685

    Selon les Russe, il n’y a pas de quoi justifier une révision du prix du pétrole (chez eux)

    On y apprend que depuis Mardi dernier le Prince Abdulaziz bin Salman a déclarer un retour à la normal depuis l’incident et qu’il envisage même d’augmenter leur production de 9.8Millions/Jour de baril à 12Millions/Jour de Baril d’ici Novembre.

    Allons nous avoir une baisse des prix à la Pompe ???


Réagir