mardi 20 septembre - par Désintox

L’Angleterre en deuil

 

Dans le film “Moi Daniel Blake”, Ken Loach décrit l'enfer quotidien d'un travailleur anglais malade, traité comme un tire au flanc par la société. Les chômeurs sont considérés comme des fainéants, soumis aux contrôles incessants d'une administration déshumanisée et tatillonne.

PNG Daniel Blake fait la connaissance de Katie Morgan, mère célibataire au chômage, sans allocation, qui se prive de nourriture pour pouvoir donner à manger à son enfant. Un jour, Katie se fait prendre pour avoir volé dans une supérette. Après avoir découvert qu'elle n'a dérobé que des produits d'hygiène féminine, le vigile la laisse repartir, se révélant ainsi comme un des rares personnages du film encore pourvus d'humanité.
 
Combien existe-t-il de Katie Morgan dans la société britannique actuelle ? Et combien meurent chaque jour dans l'anonymat ? Sûrement beaucoup. Toutefois, ce n'est pas à Katie Morgan qu'un hommage est rendu, mais à une femme qui n'a eu d'autre mérite que de gagner le gros lot du loto le jour de sa naissance. Je parle de la reine d'Angleterre.
 
Pour autant, la société anglaise est en deuil. En effet, Mary Elizabeth Truss a été élue première ministre par 81 326 adhérents du parti conservateur (source). En France, même Nathalie Arthaud a eu deux fois plus de voix qu'elle !
 
Le Royaume Uni compte 47 587 254 inscrits sur les listes électorales (source). Les électeurs de Mary Elizabeth Truss constituent donc 0,17% du corps électoral britannique. Voilà comment la droite conçoit la démocratie.
 
Elle se prénomme “Mary Elizabeth”, mais les medias l'appellent familèrement “Liz”. On ne le fera pas ici, faute d'avoir gardé les cochons avec elle, mais pourquoi ne pas lui donner un petit nom ? Appelons la “Madame 0,17%”.
 
Arrivée au pouvoir, Madame 0,17% relance l'extraction d'énergie carbonnée (source) et se prépare à mener une politique thatchérienne (source).
 
L'Angleterre est en deuil. La démocratie est morte.
 
Source de l'image : openclipart.org
 


30 réactions


  • Buzzcocks 20 septembre 08:49

    C’est un régime parlementaire et les conservateurs élus par le peuple, ont donc la charge de former le gouvernement... et donc c’est Truss qui est premier ministre.

    Quand vous avez voté aux législatives, Mélenchon a déclaré qu’il serait premier ministre. Idem, il s’est auto proclamé alors que les électeurs n’ont pas voté vraiment pour lui.


    • Désintox Désintox 20 septembre 10:21

      @Buzzcocks

      Ne faites pas semblant de ne pas comprendre.

      La NUPES avait annoncé AVANT LE VOTE qu’en cas de victoire, Mélenchon serai premier ministre.

      Les conservateurs britanniques sont servis de la figure populaire de BJ pour se faire élire, puis l’ont viré, pour le remplacer par Madame 0,17%, dont l’arrivée au pouvoir constitue un vrai changement politique, sans l’accord du peuple.


  • Clark Kent Clark Kent 20 septembre 08:55


    "L’Angleterre est en deuil. La démocratie est morte."


    Vous voulez sans doute dire que l’illusion a été détruite et que la carotte utile pour motiver les ch’tis nouvriers est remplacée par le bâton maintenant que la production est délocalisée ?

    On ne peut pas appeler « démocratie » un royaume dans lequel une des chambres, celle des « lords » est constituée de mebres à vie, non élus, venat soit du clergé anglican, soit de la noblesse, soit nommés par l’autorité anonyme (attribuée au souverain mais détenue par les puissants réels, financiers de la City et autres) pour leurs "bons et loyaux service (comprendre « qui ont montré leur caractère servile »).

    Il n’y a jamais eu de « démocratie » en Grande Bretagne, seulement de la collaboration de classes. C’est à ça que sert la « social-démocratie » type « travailliste » ou PS chez nous.


    • Fergus Fergus 20 septembre 09:46

      Bonjour, Clark Kent

      La chambre des Lords est un vestige du passé. Cette assemblée n’a quasiment plus de pouvoirs, si ce n’est de retarder parfois le processus législatif !


    • Désintox Désintox 20 septembre 10:23

      @Clark Kent

      On peut effectivement critiquer le système en place, mais l’épisode actuel est une caricature absolue.


    • Clark Kent Clark Kent 20 septembre 17:13

      @Fergus

      alors, c’est encore pire
      habituellement, le système parlementaire « démocratique » est présenté comme un équilibre entre la « chambre haute » et la « chambre basse »
      on y croit ou on n’y croit pas, mais pour les fidèles du dogme républicain, c’est aussi sacré que la trilogie chez les catholiques
      ce que vous dites signifierait donc que la Grande-Bretagne n’est pas « démocratique » selon ces critères au moins et en plus ce n’est pas une république
      finalement, il ne faut pas gratter beaucoup de vernis pour que réapparaisse le vieux cadre
      les pompes et circonstances des funérailles de la reine ne seront pas suffisantes pour anesthésier tout le monde très longtemps : ça se lézarde de plus en plus


  • Fergus Fergus 20 septembre 09:43

    Bonjour, Désintox

    De nombreux films de Ken Loach (outre Daniel Blake, je pense notamment à Ladybird, The Navigators ou Sorry, we misseed you) montrent l’extrême dureté sociale de la société britannique envers les plus modestes et les plus faibles.

    A différentes reprises, j’ai pensé à l’oeuvre de ce réalisateur durant l’hallucinant déploiement de fastes surannés et extrêmement coûteux qu’il nous a été donné de subir durant une décade.


    • Désintox Désintox 20 septembre 10:24

      @Fergus
      Bonjour Fergus,

      En vous lisant, je m’aperçois qu’il me reste des films de Ken Loach à voir !


    • Aristide Aristide 20 septembre 11:18

      @Fergus

      C’est bizarre cette propension à désigner ces coutumes, ces usages, dont l’impact économique est microscopique. Idem quand vous désignez les jets privés, mais vous exonérez facilement les millions de Fergus qui utilisent l’avion pour aller en vacances.

      Loin de moi l’idée de condamner cela, mais votre propension à cibler des explications simplistes est assez fatigant !!!

       


    • Fergus Fergus 20 septembre 12:54

      Bonjour, Aristide

      « ces coutumes, ces usages »

      Les bras m’en tombent ! On parle là des agences pour l’emploi britanniques, des systèmes d’indemnisation des chômeurs, de la multiplication des entreprises ubérisées !!!

      Quant aux « jets privés », adressez-vous à d’autres : je n’en ai pas fait le procès !

      Votre « propension » à vous, c’est de dénaturer les propos des autres, voire d’affabuler carrément pour leur apporter la contradiction !


    • Aristide Aristide 20 septembre 14:05

      @Fergus

      Allons, si vos postures étaient moins paradoxales peut être que vos propos seraient entendus clairement. 

      A mon tour de vous dire que vous affabulez, vous parlez des « chomeurs et difficultés britanniques » moi j’évoquais le simple fait que vous ramenez tout à votre analyse, à votre angle de vue.

      Nous sommes une société hyper protectrice, il me semble même que Roussel en a parlé très clairement. Les britanniques et d’autres sont dans une philosophie du marché plus libérale, beaucoup plus libérale. Je ne suis pas sur que notre système puisse tenir encore longtemps si on ne met en oeuvre des politiques capables de faire face au problème générationnel. 

      Pour le sujet des retraites, seriez vous d’accord pour que les pensions soient calculées sur la même période de cotisation pour tous !!! Seriez vous d’accord que le statut n’est pas suffisant pour justifier des âges et durée de cotisation aussi différentes ? Seriez d’accord que seul la nature du métier soit prise en compte pour ces durées et âges ? .... 


    • Rinbeau Rinbeau 20 septembre 15:09

      @Aristide

      Ben la première chose qui doit faire l’objet d’un consensus au niveau national, c’est à mon avis l’impérial, le vital besoin de savoir où va l’argent de nos impôts !
      Et pour cela d’instaurer un système de contrôle, dans la constitution, de citoyens tirés au sort dans ce but et renouvelé régulièrement pour éviter les corruptions !


    • voxa 20 septembre 20:24

      @Rinbeau

      "Et pour cela d’instaurer un système de contrôle, dans la constitution, de citoyens tirés au sort dans ce but et renouvelé régulièrement pour éviter les corruptions !« 

      Aussi, par exemple pour décider si nous sommes d’accord pour accepter le racket Al Capone de la »protection" de l’Otan.

      Aussi si nous somme d’accord pour aller bouziller des pays qui ne nous ont rien fait...


    • Rinbeau Rinbeau 20 septembre 21:03

      @voxa

      PARFAITEMENT ! Puisque c’est le peuple de France qui en pâti !
      Je viens d’écouter le discours de petite fiotte du petit Macron Rothschild
      Et il est plus que temps de mettre en place ce système de contrôle !


    • damocles damocles 20 septembre 21:45

      @Fergus

      ....et le meilleur (pour moi )  « Le vent se lève » sur la guerre d’indépendance d’Irlande ...


    • Doume65 20 septembre 22:26

      @Fergus
      Oui, j’ai eu peur. En lisant le titre et la première phrase, j’ai cru un instant que Ken Loach était décédé. En fait, c’est la démocratie. Ça a l’air grave, comme ça, mais comme l’ont dit certains avant moi, elle était déjà tellement moribonde que la nouvelle n’en est pas vraiment une.


  • Fergus Fergus 20 septembre 10:07

    @ Désintox

    Le paradoxe du système britannique est qu’aux élections générales, les électeurs votent pour un parti, mais aussi pour un potentiel Premier ministre.

    En cas de difficultés de gouvernance, ce sont les députés du parti au pouvoir, et eux seuls, qui peuvent démettre ce Premier ministre.

    Mais ce sont les militants de ce même parti, et eux seuls, qui ont le pouvoir de désigner un remplaçant.

    Comprenne qui peut cette logique...


    • Aristide Aristide 20 septembre 13:51

      @Fergus

      Très logique, un scrutin uninominal par circonscription à un tour. Et chaque parti vote pour leur premier ministre. En cas de révocation, idem, le premier ministre successeur est choisi par les militants.

      Pour la révocation du premier ministre en place, le système est assez compréhensible quand la majorité des élus du parti jugent qu’il n’est plus ou pas capable de mener la politique du parti, il le revoque. Charge ensuite aux militants de désigner celui en qui ils ont confiance ...

      Je ne vois pas ce qui est illogique : des premiers ministres désignés par les militants et une révocation possible seulement par le parti dont il est issu. Simple même. 

      Mélenchon a d’ailleurs essayer de la jouer à l’anglaise avec son histoire de premier ministre. A la différence qu’il s’est auto-proclamé seul candidat digne , et qu’il n’a jamais évoqué sa possible révocation. Non mais, s’il fallait de plus prendre en compte l’avis des militants !!!! ... 


  • troletbuse troletbuse 20 septembre 11:23

    Mon dieu, quel malheur. Mourir à 96 ans ou bien décongelée à 98 ans, ca va révolutionner le monde.

    Et tous les enfumeurs de commenter un article sans importance


  • Aristide Aristide 20 septembre 11:37

    Je suppose que l’auteur a fait ce même calcul pour nos sénateurs, dont le plus illustre représentant a été Mélenchon !!! (786 voix pour sa liste en 2004 !!!)


  • Rinbeau Rinbeau 20 septembre 13:27
    L’Angleterre est en deuil. La démocratie est morte.

    La démocratie en Angleterre ??????? C’est une plaisanterie j’espère !
    En Angleterre, comme en France d’ailleurs, il n’y a jamais eu de démocratie !
    Mais seulement des PLOUTOCRATIES !!!!!


    • Fergus Fergus 20 septembre 13:44

      Bonjour, Rinbeau

      Des « ploutocrates » qui ont pourtant besoin des voix du peuple pour accéder au pouvoir.
      Dès lors, il s’agit bien d’une « démocratie », mais très imparfaite et, comme beaucoup d’autres, trop souvent dévoyée !


    • Aristide Aristide 20 septembre 14:08

      @Fergus

      Voilà une démonstration éclatante d’une Ferguserie : l’accusation de « ploutocratie » est presque moins sévère que votre tirade sur la démocratie en général !!! Très imparfaite et souvent dévoyée !!! 


    • Hervé Hum Hervé Hum 20 septembre 14:11

      @Fergus

      non Fergus, il s’agit d’une dictature élective, c’est un oxymore, mais il résulte du fait que l’élu détient les attributs de la souveraineté en lieu et place du peuple ; Car le mot démocratie veut dire souveraineté du peuple, or, la souveraineté ne se délègue pas ou alors, souffrez que vous pouvez être mis sous tutelle et considérer toujours disposer de votre libre arbitre. Ce qui n’est pas le cas !

      De fait, le représentant d’une démocratie n’a pas de pouvoir discrétionnaire et agit uniquement sous mandat impératif, sans cela, il s’agit d’une mise sous tutelle du souverain soit par sénilité soit par immaturité, mais c’est lui retirer sa pleine souveraineté.

      La reine ou roi du RU n’a de souverain que le titre, mais plus aucun attribut. Résultat, politiquement le souverain est mis sous tutelle du premier ministre qui lui dicte sa conduite à tenir et n’est conservé parce que cela occupe le pauvre temps de cerveau disponible des anglais, essentiellement le type d’héroine du film de Ken Loach. Tenez, je pari que 90% des anglais qui sont allez faire la queue de 8km pour rendre hommage à la reine étaient la catégorie la plus pauvre du RU.

      Dernière chose, la baromètre de la démocratie c’est la transparence, quid du secret d’état et du secret défense même apposé sur une question de santé publique, du secret des conseils des ministres etc, ici même en France !

      Donc, non, il n’y a jamais eut de démocratie en France ni en Angleterre, pas plus qu’aux USA, Russie, etc..


    • Rinbeau Rinbeau 20 septembre 14:52

      @Fergus

      Salut Fergus !

      Il y a belle Lurette que je ne vote pas ! J’ai eu le privilège en terminale d’avoir une prof de littérature, une vraie, intelligente, engagée et belle en plus.. Bref !
      J’ai compris grâce à elle que depuis la révolution Française, les classes populaires n’étaient pas représentées à l’assemblée Nationale (lire l’ami du peuple de Marat en ligne) pour s’en convaincre ! Le vote censitaire était une manière de tricher aux élections ! mais depuis, les influences (sondages bidonnés mis en scène par les merdias) et la fraude directe massive n’en doutons pas, grâce aux nouvelles technologies ont définitivement permis à des Rothschilds de faire élire où de discréditer n’importe quel candidat ! 


  • I.A. 20 septembre 16:32

    Hmm...

    C’est en réalité la foultitude de sans-dents qui ont réellement pleuré cette vieille criminelle égoïste, qui m’afflige.

    Figurants d’un film dont ils ne comprennent rien au scénario, ils me font penser à des zombies grimaçant des sourires ou des larmes sur commande.

    Rosses-beefs.


    • Doume65 20 septembre 22:35

      @I.A.
      Tu parles de Liz Truss (il n’est question que d’elle dans le billet) ? Personne ne l’a pleurée.


    • I.A. 21 septembre 15:15

      @Doume65

      Au temps pour moi, j’ai lu en diagonale...

      Voilà ce que c’est, que d’être gavé par les mêmes conneries du matin au soir : on finit par croire que tout le monde pense et parle de la même chose.


  • Jean Keim Jean Keim 21 septembre 08:39

    Si cet article a du sens, alors nous ne sommes pas encore au fond de la désespérance, parfois il nous semble que ça va mal chez nous, mais le mal-être et/ou le mal-vivre sont généraux à l’ensemble des pays aisés, l’humble paysan indien ou mexicain qui vit vit au jour le jour d’expédients, à l’instar des journaliers de jadis, et qui survit grâce à son petit jardin, jugerait nos sociétés comme débordantes de richesses.

    Ce qui me frappe le plus dans les analyses socio-économiques est que des gens très savants et très bien rémunérés pour simplement avoir des idées, proposent des sempiternelles mesures pour combattre le chômage, modifier les conditions de retraite, calculer le SMIC, définir le prix des énergies, etc., mais ils seraient bien incapables de vivre ne serait-ce qu’avec le salaire médian et encore moins avec le SMIC ; comme d’habitude ils cherchent dans leurs bases de données d’énarques asiniens laquelle appliquer à un problème spécifique, sans être conscient que c’est précisément cette façon d’opérer qui génère au mieux un semblant de solution tout en créant une multitude d’autres problèmes.

    Il faut beaucoup de pauvres pour faire un riche, cette simple évidence est incompréhensible aux formatés par des pseudo sciences que nous pourrions qualifier d’inexactes, leur credo leur a enseigné que la richesse du riche profite à toute la populace besogneuse, sans laquelle le nanti ne saurait survivre.


  • zygzornifle zygzornifle 21 septembre 08:48

    Je vais reprendre une part de pudding avec un thé et son nuage de lait .....


Réagir