mercredi 11 novembre 2020 - par Maxence Smaniotto

L’Arménie immolée

 

Les représentants de l’Arménie, de l’Azerbaïdjan et de la Russie ont signé un « cessez-le-feu total » dans la journée du 09 novembre afin de mettre un terme à la guerre du Haut-Karabagh. Le conflit est né avec la dislocation de l’Union soviétique, lorsque cette enclave peuplée majoritairement d’Arméniens mais placée en territoire azerbaïdjanais par Staline en 1923 déclara son indépendance vis-à-vis de l’Azerbaïdjan. La guerre gagnée par les troupes arméniennes, aucun traité de paix n’avait pourtant réglé la question. Les combats avaient repris le 27 septembre 2020 avec l’agression de la part des troupes azerbaidjanaises, soutenues par leur allié turc. Deux gagnants émergent de des accords du 9 novembre : la Russie et la Turquie, qui consolident leur présence dans le Caucase. Et deux perdants : le peuple arménien, qui est une fois de plus sacrifié dans, l’indifférence générale, et la diplomatie internationale, désormais abomination bureaucratique vide de tout contenu.

JPEG

 

L’Arménie (encore) sacrifiée

Les Arméniens ont été une fois de plus sacrifiés sur l’autel de l’intérêt politique avec le prétexte de la paix. Les arrangements entre la Russie et la Turquie pour démanteler, avec les accords signés le 9 novembre 2020, la République du Haut-Karabagh, renommée République du Artsakh en 2017, rappelle les accords entre l’Unions soviétique et la Turquie kémaliste du début des années 1920, avec en arrière-fond la mollesse de la diplomatie occidentale, qui tourna le dos aux Arméniens qu’ils s’étaient précédemment engagés à soutenir.

Le Traité de Sèvres du 10 août 1920 confirme l’armistice de Moudros du 30 octobre 1918, qui marqua la capitulation de l’Empire ottoman face aux Alliés. Le traité prévoyait la création d’un état arménien comprenant les terres arméniennes de l’ancien Empire russe et une grande partie de celles à l’est de l’Empire ottoman. Cet accord ne fut jamais appliqué, et les troupes turques ralliées autour de la figure de Mustapha Kémal, le futur Atatürk, le dénonceront. Ils menèrent dès lors une guerre contre les Arméniens, qui étaient parvenu à créer une première république d’Arménie en 1918, et contre les troupes alliées présentes en Anatolie.

L’arrivée des Bolcheviques en 1920 détermina la soviétisation du Caucase et le dépècement du territoire arménien en vue des futures relations entre l’URSS et la Turquie, en passe de devenir une république. Les villes à l’ouest de l’Arménie (Kars, Ardahan, Igdir) seront données à la Turquie, qui donnera en échange la ville côtière de Batoumi à la Géorgie soviétique. Au sud, la région du Nakhitchevan, peuplée d’Arméniens, de Kurdes et d’Azerbaidjanais, et jusqu’alors sous le contrôle de la république d’Arménie, sera donnée à l’Azerbaïdjan soviétique… tout comme le Haut-Karabagh, peuplé à 90% d’Arméniens, qui deviendra une enclave placée en territoire azerbaïdjanais, l’oblast autonome du Haut-Karabagh. Ces concessions, qui auront lieu à l’initiative de Staline, avaient comme but de sacrifier des territoires arméniens afin d’atteindre trois objectifs. Tout d’abord, gagner les faveurs de la Turquie kémaliste, républicaine et laïque. Ensuite, punir les Arméniens, qui avaient osé se révolter contre la soviétisation en février 1920. Troisièmement, gagner la confiance de ces derniers avec la logique du « there is no alternative » de mémoire thatchérienne : il fallait choisir entre la « protection » bolchevique ou l’anéantissement. Au nom de la paix entre les peuples, l’un des hypocrites slogans utilisé par l’URSS, les Arméniens furent sacrifiés, devenant les habitants de la plus petite république socialiste soviétique de l’Union. 

 

Qui gagne et qui perd ?

Ce qui vient de signer peut donc être vu comme une répétition de ces accords qui furent signés exactement un siècle auparavant. Mêmes protagonistes, même issu : des accords entre les Turcs et les Russes.

Il détermine la (presque totale) victoire militaire de l’Azerbaïdjan, qui annexera le nord, le sud et une partie de l’est du Haut-Karabagh. La victoire politique de la Russie, qui a envoyé une force militaire de 1960 hommes pour garantir le cessez-le-feu, et qui se traduit par un renforcement de la présence militaire et, donc, politique de Moscou dans le Caucase méridional[1]. La Turquie, le principal allié de l’Azerbaïdjan, y gagne sous tous les points de vue. Militairement, politiquement et, ce n’est pas exclu, économiquement, car les traités prévoient un droit de passage entre l’Azerbaïdjan à l’ouest et son exclave à l’est, le Nakhitchevan, qui a une frontière en commun de neuf kilomètres avec la Turquie. Le rêve panturque prend forme…

Grande perdante de ce conflit qui aura d’immenses répercussions au niveau régional et, donc mondial, est la diplomatie internationale. Pendant la guerre du Haut-Karabagh des années 1990, une formation politique, le Groupe de Minsk, avait été crée sous l’égide de l’OSCE. Sa mission : trouver une résolution diplomatique et non-militaire au conflit. Elle est co-présidée par la Russie, les USA et la France, et en font partie plusieurs pays, dont l’Arménie, l’Azerbaïdjan et la Turquie. Les nombreux et avérés crimes de guerre commis par l’Azerbaïdjan sont passés sous silence, avec des condamnations à l’image de l’Occident : molles, tonitruantes, hypocrites et sans réelles conséquences sur ceux qui les ont commis. D’éventuelles sanctions contre la Turquie de la part de l’UE ont été empêchées par une poignée de pays, dont l’Italie, l’Allemagne et la Hongrie. C’est pourtant bel et bien la Turquie qui occupe la partie nord de Chypre et qui a recruté et envoyé des milliers de mercenaires syriens à combattre contre les Arméniens du Haut-Karabagh. Quant à l’Azerbaïdjan, rien n’a été fait pour sanctionner les bombardements sur objectifs civils, l’usage de bombes au phosphore et à sous-munitions. Sans parler des décapitations, exécutions et tortures sur les soldats arméniens, dont les vidéos ont été largement relayés sur les réseaux sociaux dans un but de terrorisme psychologique…

Reste à comprendre comment les populations arménienne et azerbaïdjanaise réagiront à ces accords. Pour ce qui est de l'Arménie, une foule de plusieurs centaines d’Arméniens avait prit d’assaut le siège du gouvernement à Erevan dans la nuit du 9 novembre. Il est possible de concevoir que cette défaite signera la fin de la trajectoire politique du premier ministre Nikol Pashinyan. Il est également plausible de supposer que le risque d’actions de guérilla arménienne dans le Haut-Karabagh, menée par des jusqu’au-boutistes, ne soit pas à écarter. De l’autre côté, la population azerbaidjanaise acceptera-t-elle cette « victoire partielle » ? Car les voix s’élevant pour une reprise intégrale du contrôle de l’ancien oblast du Haut-Karabagh n’étaient pas isolées, et l'incombrante présence des autorités turques au sein de l'armée azerbaïdjanaise et de la politique interne est bien réelle. Ce qui risque d'affaiblir la position du président Ilham Aliyev, dont le clan est au pouvoir depuis 1969. 

La journée du 9 novembre fut immensément chaotique. Un hélicoptère militaire russe fut abattu par des tirs azerbaïdjanais à la frontière entre le Nakhitchevan et l’Arménie, provoquant la mort de deux militaires russes. Toujours dans la même journée, une déclaration signée par les représentants de dix-sept partis politique réclamait les démissions du premier ministre Nikol Pashinyan, arrivé au pouvoir à la suite de la « révolution de velours » de 2018.

Il est certain que certains événements ne trouveront pas d’explications satisfaisantes dans les prochains temps. Il ne reste qu’à adresser une pensée, une prière pour ceux qui croient, à ces soldats morts au front, qui se sont battus avec valeur contre une coalition d’ennemies supérieurs en armes et en nombre. Et cette pensée doit aller à leurs familles aussi, à leurs amis et collègues, à ces milliers de familles endeuillées, à ces dizaines de milliers d’Arméniens du Haut-Karabagh aujourd’hui déplacés et dont l’avenir a été sacrifié. Ils étaient souvent des jeunes conscrits, de 18 ou 19 ans, ces soldats tombés au front. Que la terre leur soit légère et que la paix puisse un jour toucher les Arméniens du monde entier.

 

Publicité

Le texte du traité

 

Nous, le Président de la République d’Azerbaïdjan I. G. Aliyev, le Premier Ministre de la République d’Arménie Nikolai Pashinyan et le Président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine ont annoncé ce qui suit :

 

1. Un cessez-le-feu complet et toutes les hostilités dans la zone de conflit du Haut-Karabakh sont annoncés à partir de 00h00, heure de Moscou, le 10 novembre 2020.

La République d’Azerbaïdjan et la République d’Arménie, ci-après dénommée les Parties, s’arrêtent à leurs positions.

2. La région d’Agdam et les territoires détenus par la partie arménienne dans la région de Gazakh de la République d’Azerbaïdjan seront restitués à la partie azerbaïdjanaise au 20 novembre 2020.

3. Le long de la ligne de contact au Haut-Karabakh et le long du couloir de Lachin, un contingent de maintien de la paix de la Fédération de Russie est déployé, composé de 1 960 militaires avec des armes légères, 90 véhicules de transport de troupes blindés, 380 unités d’automobiles et du matériel spécial.

4. Le contingent de maintien de la paix de la Fédération de Russie est déployé parallèlement au retrait des forces armées arméniennes. La durée du séjour du contingent de maintien de la paix de la Fédération de Russie est de 5 ans avec prorogation automatique pour les prochaines périodes de 5 ans, si aucune des parties ne déclare 6 mois avant l’expiration de la période d’intention de mettre fin à l’application de cette disposition.

5. Afin d’accroître l’efficacité du contrôle de l’application des accords par les Parties au conflit, un centre de maintien de la paix est en cours de déploiement pour contrôler le cessez-le-feu.

6. La République d’Arménie rendra la région de Kelbajar à la République d’Azerbaïdjan d’ici le 15 novembre 2020 et la région de Lachin d’ici le 1er décembre 2020, tout en laissant derrière elle le couloir de Lachin (5 km de large), qui assurera la connexion du Haut-Karabakh avec l’Arménie et en même temps sans affecter la ville de Shusha.

Par accord des Parties, dans les trois prochaines années, un plan pour la construction d’une nouvelle route de circulation le long du corridor de Lachin sera déterminé, assurant la communication entre Stepanakert et l’Arménie, avec le redéploiement ultérieur du contingent russe de maintien de la paix pour protéger cette route.

La République d’Azerbaïdjan garantit la sécurité routière le long du corridor Lachin des citoyens, des véhicules et des marchandises dans les deux sens.

7. Les personnes déplacées et les réfugiés rentrent sur le territoire du Haut-Karabakh et dans les zones adjacentes sous le contrôle du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.

8. L’échange de prisonniers de guerre et autres détenus et corps de morts est effectué.

9. Toutes les liaisons économiques et de transport dans la région sont débloquées. La République d’Arménie assure des liaisons de transport entre les régions occidentales de la République d’Azerbaïdjan et la République autonome du Nakhitchevan afin d’organiser la libre circulation des citoyens, des véhicules et des marchandises dans les deux sens. Le contrôle des transports est exercé par les organes du service des gardes-frontières du FSB de Russie.

Publicité

Par accord des parties, la construction de nouvelles communications de transport reliant la République autonome du Nakhitchevan aux régions occidentales de l’Azerbaïdjan sera assurée.

 

Novembre 2020

 

Le président

la République d’Azerbaïdjan

 

Premier ministre

République d’Arménie

 

Le président de la

Fédération Russe

 

 

[1] La Russie y est déjà présente avec deux bases militaires en Arménie, pays qui fait partie de l’Organisation du Traité de Sécurité Collective, sorte d’OTAN à guide russe et dont font partie la Biélorussie, la Russie, l’Arménie, le Kazakhstan, le Kirghizstan et le Tadjikistan. Auparavant, la Russie avait aussi des bases militaires en Géorgie.



109 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 11 novembre 2020 10:27

    Erdogan n’a pas obtenu la position qu’il convoitait dans l’arène géopolitique du Caucase du Sud : les Néo-Ottomans sont débordés et leur économie est proche d’une faillite comparable à celle de l’Argentine en 2002 ou de la Grèce en 2014. Cet épisode aura été la dernière tentative des Néo-Ottomans pour pouvoir survivre politiquement chez eux.

    Ni l’Arménie ni l’Azerbaïdjan n’ont atteint leurs objectifs stratégiques respectifs, donc la Turquie encore moins, et le sale boulot a été achevé par des troupes russes qui ont divisé la région en deux et contrôlent les deux côtés : couloir vers l’Arménie ; ultimatum en Azerbaïdjan. Le résultat, que ça plaise ou pas, c’est que ce sont les Russes et non les Turcs, les Arméniens ou les Azéri qui contrôlent la situation, et ils le font pour des raisons qui n’ont rien d’humanitaires.

    Les Turcs ne produisent pas leurs propres armes. Quel que soit le fournisseur de pièces détachées, ils les importent pour les assembler en Turquie, et leur déficit commercial se creuse proportionnellement à ces importations. En conséquence, la Turquie sortira de ses interventions avec une dette encore aggravée (ce qui n’est pas peu dire), alors que ce ne sera pas le cas pour la Russie. Plus le temps passe, plus il est du côté de la Russie. Le problème des Arméniens, c’est qu’ils n’ont pas reçu de l’ »occident » l’aide qu’ils en attendaient pour contrer les drones azéro-turcs chèrement acquis et finalement insuffisants quand le stock est épuisé.


    • HELIOS HELIOS 11 novembre 2020 12:21

      @Séraphin Lampion

      ... sauf que les drones sont « généreusement » offerts à prix presque coutant par Israel...
      S’ils ne sont pas payés, gageons que l’aide va rapidement cesser ou bien d’autres compensations vont arriver !


    • HELIOS HELIOS 11 novembre 2020 12:30

      ...évidement j’ai oublié le lien


    • arthes arthes 11 novembre 2020 14:54

      @Séraphin Lampion

      Le résultat, que ça plaise ou pas, c’est que ce sont les Russes et non les Turcs, les Arméniens ou les Azéri qui contrôlent la situation, et ils le font pour des raisons qui n’ont rien d’humanitaires.

      Que l’humanitaire ne soit pas le but prioritaire, mais que le but prioritaire soit une raison existentielle et légitime qui peut être aisément compréhensible (je peux détailler, je l’ai fait dans un autre post sur autre topic) et en fin de compte profitable pour tous,  déja, rien qu’en stoppant un bain de sang ça peut vous effleurer l’esprit ?
      Que les russes ne soient pas insensibles aux arméniens et azéris car ils sont intimement liés à eux, ça vous interpelle pas ?

      Sinon, pouvez vous me citer des pays qui interviennent dans un but purement humanitaire dans les conflits d’autres états avec lesquels en fin de compte ils n’ont d’autre lien que des interets pétrolifères ou gaziers ?


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 11 novembre 2020 15:44

      @arthes

      « pouvez vous me citer des pays qui interviennent dans un but purement humanitaire dans les conflits  »

      NON


    • Eric F Eric F 11 novembre 2020 17:51

      @Séraphin Lampion
      "Le problème des Arméniens, c’est qu’ils n’ont pas reçu de l’ »occident » l’aide qu’ils en attendaient pour contrer les drones azéro-turcs"

      Si je comprends bien, lorsque les occidentaux interviennent en zone d’influence russe, ils ont tort (Ukraine par exemple), lorsque ils n’interviennent pas, ils ont tort aussi !

      Il s’agit semble-t-il d’un accord qui entérine la situation d’occupation militaire par les deux états protagonistes au stade actuel du conflit, un peu comme l’ont été l’armistice israélo-arabe de 1949 ou l’accord de Minsk en Ukraine. Dans ce genre d’accord, celui qui était en train de reculer se considère lésé, mais il évite objectivement le pire....


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 12 novembre 2020 08:25

      @Eric F

      il ne s’agit pas de savoir si les occidentaux ont tort ou pas
      il s’agit de savoir ce que les Arméniens espéraient
      ils ont subi les mêmes déconvenues que les Kurdes : « armons nous et partez ! »


  • chantecler chantecler 11 novembre 2020 11:18

    « l’Arménie immolée »

    Vous y allez peut être un peu fort !

    Que diriez vous de la Syrie ?


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 11 novembre 2020 11:34

      @chantecler

      ... et de la Libye ? De l’Irak ? Du Yémen ?


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 11 novembre 2020 11:49

      @chantecler

      ... sans parler de la « région » du Kurdistan qui n’a jamais été un état historiquement, mais représente aux yeux du peuple kurde le territoire de leur nation.


    • sylvain sylvain 11 novembre 2020 12:12

      @chantecler
      l’un n’empeche pas l’autre si ??


    • V_Parlier V_Parlier 11 novembre 2020 16:33

      @chantecler
      En effet, l’auteur ne manque pas d’air. Si la Russie n’avait pas fait « d’arrangement », les arméniens auraient fini par se faire massacrer sous les yeux des européens trop heureux d’avoir encore une catastrophe à montrer et à mettre sur le dos de la Russie. J’espère que les arméniens sérieux ne comptent pas sur les occidentaux pour les « soutenir » autrement qu’en blabla... Non, en 2018 le but c’était juste de mettre en leader pro-occidental au pouvoir là-bas, c’est tout... L’UE n’a rien à foutre des arméniens lambda, comme elle n’a rien à foutre de tous ceux qui vivent les conséquences des révolutions oranges.


    • Pere Plexe Pere Plexe 11 novembre 2020 20:23

      @chantecler
      Surtout si on aborde le sujet sous l’angle du seul droit international.
      Pour rappel le Haut Karabagh est officiellement à l’Azerbaïdjan.
      La notion du droit à l’autodétermination c’est beaucoup plus aléatoire.
      Kosovo OK Crimée KO .
      Curieusement ça suit les intérêts occidentaux ( comprendre US).
      J’imagine les commentaires si Poutine était intervenu plus fermement en faveur de l’Arménie...


  • sylvain sylvain 11 novembre 2020 12:23

    Grande perdante de ce conflit qui aura d’immenses répercussions au niveau régional et, donc mondial, est la diplomatie internationale


    Ce qu’on appelle la diplomatie internationale, et qui est le plus souvent la diplomatie occidentale a en effet montrée son inefficacité voire son inexistance . Cela acte le fait que l’occident n’a plus les moyens de s’ingérer dans ces situations, et aussi en partie qu’elle ne le veut pas .

    On l’a vue en syrie, puis en lybie et enfin en arménie : si la russie s’en mêle, l’europe s’en va . Et il faut bien avouer qu’elle n’a pas les moyens de s’en mêler, les seules forces armées européennes qui tiennent un peu la route sont françaises et c’est loin de suffire . Economiquement, l’UE ne peut qu’y perdre ...

    et les ricains sont qsubmergés par leurs propres problèmes

    On a aussi vu dans ces conflits que si seule la turquie s’en était mélée, l’europe se serait certainement comportée différement


  • xana 11 novembre 2020 13:19

    Braves occidentaux, va...

    Pour vous tout se résume à votre marotte traditionnelle, la lutte contre l’islam. Vous ne sauriez pas distinguer un Azéri d’un Arménien, mais vous désiriez ardemment une défaite musulmane. Façon de vous venger des attentats en France, sans doute. Vous êtes Charlie, parce que vous ne pouvez pas voir les Arabes en peinture...

    Mais consolez-vous : Erdogan peut se vanter d’avoir gagné, en fait il a perdu car il y a un seul vainqueur : Poutine. Les Turcs sont éliminés des pourparlers et des instances de pacification. Les Arméniens, qui ont tenté d’entraîner l’Occident, sont KO. Quant aux Azéris, ils gardent leurs acquis à condition de rester très sages à l’avenir. Poutine les tient dans sa main et domine tout le monde dans le Haut Karabach.

    Ne pleurez pas, les Russes aussi sont chrétiens ! Et même plus que vous...


    • titi 11 novembre 2020 14:29

      @xana

      « Les Arméniens, qui ont tenté d’entraîner l’Occident  »

      Pas vraiment non.

      Ils ont surtout tenté d’entraîner la Russie.

      L’occident ne peut pas avaliser l’indépendance Haut Karabach.

      Si l’occident remet en cause les frontières issues de l’éclatement de l’URSS sur des bases ethniques alors il faut reconnaître l’annexion de la Crimée.


      Et c’est pour cette même raison que la Russie est, elle, obligée de le faire.


    • arthes arthes 11 novembre 2020 14:38

      @titi

      Le rattachement de la Crimée...Pas l’annexion (si ils veulent bien recconaitre)

      Bah oui, la diaspora arménienne à bien tenté de plaider sa cause aux states, lesquels sont assez emp^trés dans leur bordel électoral, sans parler du covid...Ahhhh, mais que fait Soros ???https://blogs.mediapart.fr/jean-paul-baquiast/blog/100518/larmenie-avec-nikol-pashinyan-une-colonie-americaine


    • xana 11 novembre 2020 14:51

      @titi

      « Les Arméniens, qui ont tenté d’entraîner l’Occident »

      Pas vraiment non.

      Ben si. Ils comptaient sur l’islamophobie bien connue des Occidentaux pour contrer leur vieil ennemi Turc. Et il suffit de voir le nombre d’articles pro-arméniens parus chez nous depuis le début des hostilités.

      Ils ne comptaient pas sur les Russes pour gagner, parce que la Russie n’a aucune envie d’aller faire la guerre contre les Azéris. Ils comptaient sur elle simplement pour les protéger au cas où Bakou l’emporterait ce qui s’est produit.

      Et la Russie n’est pas « obligée » de reconnaître quoi que ce soit, elle a décidé d’éteindre ce foyer de guerre allumé (pour le plus grand plaisir des occidentaux) sur ses frontières.

      Quant à la Crimée, elle est et restera Russe que cela plaise on non aux imbéciles.


    • titi 11 novembre 2020 14:57

      @arthes

      L’Armenie est toujours allié de la Russie : militairement et économiquement (membre OTSC + union économique eurasiatique).

      Croire que les USA allaient venir à son aide, alors que l’Azerbaidjan est soutenue par le Turquie (membre de l’OTAN +  et union douanière avec l’UE) et Israël, il faut vraiment avoir la paranoïa anti US pour y croire.


    • arthes arthes 11 novembre 2020 15:09

      @titi
      Groupe de Minsk : : https://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_de_Minsk
      La diaspora arménienne aux USA a bien demandé de l’aide et intervention américaine, mais bon, sans obtenir quoi que ce soit .
      Je ne relate que des faits.

      Par ailleurs....

      Je n’ai jamais dit que l’Arménie n’était pas, « en même temps » alliée de la Russie, p’t’etre moins que l’Azerbaïdjan hein, toutefois, et elle a le droit de jouer sur deux tableaux, et puis, nombre de touristes russes y vont régulièrement, ce qui participe à l’économie locale, et puis, les arméniens parlent le russe.
      Bon, c’est bien que ce bain de sang cesse, non ?


    • titi 11 novembre 2020 15:17

      @arthes

      « Bon, c’est bien que ce bain de sang cesse, non ? »
      Oui.
      Mais je pense que la situation actuelle n’est pas tenable pour l’Azerbaidjan.
      Alors même que le pays est en situation de force, il n’obtient pas ses « buts de guerre ».
      Ca ne peut faire que des frustrés.


    • tonimarus45 11 novembre 2020 15:19

      @titi pourtant ils ont avalise l’independance du « kosovo »


    • arthes arthes 11 novembre 2020 15:30

      @titi
      Des frustrés des deux cotés, Arménie comprise, d’où les casques bleus russes sur place...Ce n’est pas pour de l’humanitaire, bien que cela en fasse partie....Soldats de la paix : Si vis pacem para bellum


    • sylvain sylvain 11 novembre 2020 22:19

      @xana

      Braves occidentaux, va...

      Pour vous tout se résume à votre marotte traditionnelle


      stereotype raciste . Ne dites donc pas a des millions de personnes ce qu’elles pensent, vous ne les connaissez pas . D’ailleurs les quelques dizaine de millions de musulmans occidentaux, même si ce sont de pauvres occidentaux, ne peuvent quand même pas tous êtres islamophobe


    • titi 12 novembre 2020 00:34

      @xana

      « Et il suffit de voir le nombre d’articles pro-arméniens parus chez nous depuis le début des hostilités. »
      Où ça ?
      Sur AGV ? ou sur armenews ? certainement.
      Ailleurs pas vraiment.
      TF1 a du faire un seul reportage, et il était ouvertement pro azéri. 


    • M.William 12 novembre 2020 09:41

      @xana

      Ils comptaient sur rien du tout ; c’est pas de leur faute s ’ils sont récupérés, instrumentalisés par certains.

      Les media on couvert seulement les évènements qui se produisaient en Arménie seulement lorsqu’il y a eu la révolution de velours.D’innombrables articles que vous trouverez sur le net , articles images video...


    • M.William 12 novembre 2020 09:53

      @xana
       Vous récupérez cette guerre de libération contre l’envahisseur turco-azéri pour parler d islam.

      Tout comme certains récupèrent cette guerre pour parler de christianophobie.

      Braves extrêmes , va ...


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 12 novembre 2020 18:11

      @arthes
      C’est surtout dommage que Poutine l’ait laissé commencer en fait


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 12 novembre 2020 19:04

      @xana

      Jean Xanax s’autorise à pleurer sur la partialité des français pro Arméniens : pas bieeeen.

      Mais les Turcs en général sont plutôt pro Azerbaïdjan.

      Il faut croire qu’eux ils ont le droit, puisque amis avec Poutine smiley


    • velosolex velosolex 16 novembre 2020 00:52

      @xana
      Je crois que vous en dites plus sur vous que sur que ce que vous désignez. Personne ne parle ici de guerres de religion.
      Inutile de la sonner ; Il y en a assez qui le font sans en remettre une couche. Si Erdogan saute en ce moment sur le canasson islam c’est qu’il a compris que c’était tendance.
      Il y a soixante ans, ce type aurait peut être bien brandi le petit livre rouge, comme tous les libérateurs africains, avant qu’ils ne se transforment en despote. Maintenant c’est à qui se fera la plus islamiste.....« Paris vaut bien une messe », comme disait Henry 4....
      Il est bien possible qu’à un certain moment Erdogan, dans son rêve dingue d’empire ressuscité revienne à la charge, et continue à instrumentaliser ou à pourrir la situation, cherchant les limites un peu plus


  • njama njama 11 novembre 2020 13:35

    La Russie a au moins d’avoir arrêté cette guéguerre...


    • njama njama 11 novembre 2020 14:17

      au moins le mérite...
      installer une force d’interposition c’est aussi prendre des risques


    • titi 11 novembre 2020 14:26

      @njama

      Le Haut Karabach c’est grosso modo la superficie de l’Ile de France

      40 jours de combats, et finalement l’Azerbaidjan ne récupérera pas l’intégralité de la région, alors qu’il semble que le coût humain et matériel a été très important.

      Au moment du bilan les infos sortiront, ça va bouger du coté de Bakou.

      Mon avis est que ce conflit est loin d’être fini.


    • njama njama 11 novembre 2020 14:37

      @titi
      Le Haut-Karabagh république autoproclamée en 1991 n’a jamais été reconnue par la communauté internationale.
      Il faut se questionner, pourquoi ... ?

      Oui il n’est pas plus grand que la Corse (320.000 hab.) pour une population moitié moins équivalente (150.000 hab), peuplée de 3/4 d’Arméniens, > 120.000, une petite ville...
      Si ces Arméniens qui ne cachent pas d’être sécessionnistes s’imaginent que les grandes puissances vont s’impliquer dans le conflit, ce qui semble être le désir de l’Arménie, ils se foutent le doigt dans l’œil. A un moment donné, il faut être pragmatique, les Arméniens devraient envisager la coopération avec leurs voisins, ça rapporte beaucoup plus que la guerre à tous les niveaux, et ça coûte bien moins cher.
      L’histoire d’une opposition entre chrétiens et musulmans, c’est clairement du pipeau populiste.


    • titi 11 novembre 2020 14:44

      @njama

      « Il faut se questionner, pourquoi ... ?  »
      Facile : intangibilité des frontières issues de l’éclatement de l’URSS.
      Faire une exception pour les arméniens c’est ouvrir la boite de Pandores.

      Même les histoires de « corridors » c’est très très dangereux pour la Pologne au regard de l’enclave de Kalilingrad.


    • njama njama 11 novembre 2020 15:18

      @titi
      parfait raisonnement, il n’y a que les grandes puissances qui s’arrogent ce droit de refaçonner les frontières


    • vraidrapo 11 novembre 2020 17:37

      @titi
      Traité de Lausane de 1923 approuvé par Kémal faisait de Chypre une colonie britannique... on voit ce qu’il en est aujourd’hui !
      L’avenir dira ce qu’il adviendra de cet Accord... le monde est plein de surprises : un séisme, une Pandémie, une Révolution... on a même déjà vu des météores heurter la surface terrestre, c’était avant m’hamet bien sûr !

      Pour ma part, j’estime que les Arméniens sont trop biens pour :
      l’environnement hystérique turc jusqu’au chapardage et au meurtre,
      le cynisme stupide des Géorgiens qui vont beaucoup perdre dans cette affaire,
      le détachement des russes qui méprisent tous les caucasiens qq soit la religion

      C’est une Région maudite sujette aux séismes.
      Des pays chrétiens non envahis par les mosquées, seraient ravis d’accueillir des gens civilisés, travailleurs, affables et gais (qui savent préparer les brochettes de porc et trinquer abondamment au Cognac ou à la Vodka avant de se mettre à danser...).
      Il faut laisser ces russes, turcs, tatares, géorgiens, iraniens se bouffer le nez en se retirant du milieu.
      Quel apaisement de vivre enfin-enfin sans la menace du « Yatagan de Damoclès » sur la tête... après tant de siècles de souffrances. Autant profiter de la vie « normale » sur terre avant que les Pandémies futures ne nous retirent le tapis de dessous les pieds


    • OMAR 11 novembre 2020 20:22

      Omar9
      .
      Salut @njama :"Le Haut-Karabagh république autoproclamée en 1991 n’a jamais été reconnue par la communauté internationale.

      .
      Le Haut Karabah a été un khanat perse annexé par l’empire russe en 1805.
      .
      Staline a consolidé l’annexion de ce territoire qui n’a jamais appartenu à l’Arménie, mais qui se trouve enclavé dans l’Azerbaïdjan sous la forme d’un oblast.
      .
      Aussi, l’indépendance du Haut-Karabagh" qui n’est qu’une forme de sédition et de sécession, proclamée le 2 septembre 1991, n’est reconnue par aucun état membre de l’ONU.
      .
      Donc, il n’y a aucune visée territoriale de la part de l’Azerbaïdjan contre l’Arménie.
      .

      Par contre, l’Armenie vise coute que coute, le rattachement du Haut Karabah à son territoire, de la même manière que la Grèce envers Chypre avec le projet Enosis
      https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nosis
      .
      Mais encore une fois, la guerre n’a été qu’un moyen inadéquat et monstrueux pour arranger les choses.

      .
      Et aux islamophobes frustrés de la tournure prise par cette guerre, une adresse, la Russie, ce vaste et grand pays chrétien...


    • titi 11 novembre 2020 22:45

      @OMAR

      Il y a de la sympathie en occident pour l’Arménie, et en général pour les chrétiens d’Orient.

      Vous êtes prompt à dénoncer les abus d’Israël en Palestine. Il n’empêche la mosquée Al-Aqsa est toujours ouverte au culte. Les arabes d’Israël ont des élus à la Knesset. Il n’y a pas de nettoyage ethnique. Les mosquées n’ont pas été rasées.

      Les chrétiens dans les pays musulmans n’ont pas cette chance.
      Et on sait tous ce qu’il adviendra des arméniens du haut karabagh.
      Ils seront déportés ou éliminés et toutes les souvenirs de leur civilisation seront effacés. https://fr.wikipedia.org/wiki/Cimeti%C3%A8re_de_Djoulfa

      Et c’est pourquoi la diplomatie occidentale était bien embêtée dans cette affaire
      Elle défend le droit, et le droit était du coté des Azéris, du côté des barbares.


    • M.William 12 novembre 2020 09:45

      @njama
      Une guéguerre ?

      Décidément, vous êtes à la pointe de a révision systématique.

      Une pluie de drones et de bombes, et ça reste une guéguerre !

      Les incendies suite aux bombardements au phosphore, et ça reste une guéguerre !

      des mutilations sur des corps d’Arméniens déjà sans vie,et ça reste une guéguerre !

      C’est quoi une guerre pour vous ?Hiroshima ?


    • OMAR 12 novembre 2020 10:17

      Omar9
      .
      @titi :"Vous êtes prompt à dénoncer les abus d’Israël en Palestine

      .
      C’est exact, et le terme« abus » est totalement impropre, car il faut plutôt parler de colonisation de la Palestine par des juifs venus principalement d’Europe centrale, les khazars, et les condamnables conséquences qui en découlent : spoliations, arrestations, déportations, assassinats et dénis de justice..
      .
      Si vous lisez mes commentaires concernant cette tragique guerre, je n’ai fait que reprendre les origines historiques de ce problème que vous pouvez vérifier.
      .
      Or, vous frelatez ce conflit en y introduisant une fausse donnée : la religion et qualifiez de manière injustifiée et ignoble, les azéris de barbares !!!
      .
      De plus, vous affabulez pour la simple raison que c’est une puissance militaire chrétienne, la Russie, qui s’est impliquée dans cette guerre en imposant un armistice à sa convenance...
      .
      Votre tentative de terroriser les lecteurs est vaine, car ils savent que les azéris sont laïcs, et les derniers musulmans à être pratiquants ou communautaristes.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Libert%C3%A9_de_religion_en_Azerba%C3%AFdjan
      .
      Et le sursis accordé à la mosquée Al-Aqsa n’est que l’arbre qui cache la destruction systématique des édifices religieux musulmans en Israël :
      https://www.trt.net.tr/francais/moyen-orient/2020/09/14/cisjordanie-occupee-israel-prevoit-de-demolir-une-mosquee-a-jerusalem-1490490
      .
      @titi, votre haine crasse de l’Islam et des musulmans vous a fait rater une occasion en or de vous taire...


    • M.William 12 novembre 2020 10:34

      à omar

      Puis-je ?

      "Si vous lisez mes commentaires concernant cette tragique guerre, je n’ai fait que reprendre les origines historiques de ce problème que vous pouvez vérifier."

      C’est bien une réponse de bourgeois ça ; réponse de la pensée dominante, qui nie le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.


    • titi 12 novembre 2020 13:02

      @OMAR

      Visiblement vous lisez même pas les liens que vous fournissez à l’appui de vos dires.
      « Un ordre de démolition similaire avait été émis en 2015, mais n’a jamais été appliqué. »

      Wahou... en effet quelle pression. Une mosquée sous le coup d’un arrêté de démolition pour cause de problème de permise de construire, qui ne le sera sans doute jamais.
      Quelle barbarie !

      Je vous parle de la destruction de vestiges millénaires et de l’effacement de toute trace d’une civilisation, et vous me répondez avec un lien qui parle d’une mosquée construite sans permis de construire sans doute en parpaings dégueulasses.
      Vous voyez pas un décalage ? non ?
      En plus çà prouve qu’il est encore possible de construire une mosquée dans ses dernières années à Jérusalem. Je pense que les arméniens auront bien du mal à reconstruire des églises à Chuchi dans les années qui viennent.


    • titi 12 novembre 2020 14:40

      @titi

      « manière injustifiée et ignoble, les azéris de barbares !!! »

      Quand le chef d’un état qualifie ses adversaires de « chiens », niant ainsi leur humanité, alors oui, le terme barbares est approprié .


    • OMAR 12 novembre 2020 15:02

      Omar9
      .
      @M.William
      .
      Je ne suis pas bourgeois, mais alors pas du tout, et encore moins par la pensée.
      .
      Et jusqu’à preuve du contraire, j’introduis des liens confirmant mes arguments, liens issus majoritairement de médias occidentaux de tous bords.
      .
      Quant aux droits des peuples à disposer d’eux-mêmes, l’Occident en développe une notion à géométrie très variable :
      .
      -Pas de droits pour les palestiniens spoliés de leurs terres, des sahraouis colonisés par le royaume chérifien, ni des rohingyas par les birmans ou les tchétchènes, par les russes.
      -Indifférence envers les revendications des catalans, des basques, des tibétains ou des ouïgours.
      -Dénonciation du bout des lèvres du déni des droits de la Crimée, du Donbass, des tribus indigènes de l’Amazonie ou de l’Ossetie du Sud.
      -Implication au profit des kurdes, des arméniens, des chypriotes grecs ou des sud-soudanais...
      .
      Admettez donc que la pensée dominante est plutôt majoritairement anti-musulmane que bourgeoise...


    • OMAR 12 novembre 2020 15:19

      Omar9
      .
      @titi :« je vous parle de la destruction de vestiges millénaires et de l’effacement de toute trace d’une civilisation, ».
      .
      Comme toujours, la fuite en avant ou le dos rond, quand vous êtes confondu dans vos mensonges éhontés.
      .
      Vous n’avez sauté que sur ce qui vous intéresse, mais pas un mot sur votre ignoble qualification de barbares des azéris, ou sur la Russie chrétienne (et non la Turquie) qui mène le jeu à sa guise, dans le conflit du Haut Karabah.
      .
      L’effacement de trace de civilisation en Israël ? Même les cimetières musulmans millénaires sont systématiquement détruits :
       https://www.trt.net.tr/francais/moyen-orient/2016/11/02/israel-a-detruit-un-cimetiere-musulman-de-1-400-ans-601881
      .
      Vous pleurez la reconstruction des églises à Chuchi, mais pas un mot sur ces civils azerbaïdjanais de Barda, massacrés par des missiles arméniens :
      https://www.lemonde.fr/international/article/2020/10/28/haut-karabakh-l-azerbaidjan-accuse-l-armenie-d-avoir-tue-des-civils-dans-une-attaque-de-missiles_6057688_3210.html
      .
      @titi, admettez et assumez votre partialité et votre parti-pris pro-arménien flagrant et aveugle.
      .
      Vous n’êtes ni pour la paix, ni encore moins pour une coexistence pacifique entre les peuples, mais pour l’éradication des musulmans, là où ils se trouvent, point barre.


    • OMAR 12 novembre 2020 15:31

      Omar9
      .
      @titi :« Quand le chef d’un état qualifie ses adversaires de « chiens » »
      .
      Quand Trump qualifie plusieurs pays peuplés à majorité de blacks, de pays de merde :
      https://www.lefigaro.fr/international/2018/01/13/01003-20180113ARTFIG00038-pays-de-merde-la-grossierete-de-donald-trump-suscite-un-tolle.php
      .
      ou quand les palestiniens ne sont qualifiés de chiens, mais traités comme des animaux, dixit Jimmy Carter, cela vous laisse de marbres :
      https://www.liberation.fr/planete/2009/06/17/selon-jimmy-carter-les-palestiniens-sont-traites-comme-des-animaux_565174
      .
      Par contre, vous êtes prompt à vous substituer aux arméniens en matières d’insultes les plus abjects envers les azéris que vous ne connaissez même pas ;;

      Pitoyable....
      .


    • titi 12 novembre 2020 18:44

      @OMAR

      « mais pas un mot sur votre ignoble qualification de barbares des azéris,   »
      Si vous aviez fait l’effort de lire jusqu’au bout vous auriez vu que si....

      « Vous pleurez la reconstruction des églises à Chuchi »
      Pas du tout.

      Je souligne juste que dans les pays où les musulmans sont présents en masse depuis 40 ans et dont ils brûlent le drapeau, il est beaucoup plus facile de construire une mosquée, que de construire une église dans les pays ou les chrétiens d’Orient sont présents depuis 2000 ans.
      Ce qui n’empêche pas les musulmans d’endosser outrancièrement le rôle des victimes.

      Et je préférerais que tout ce petit monde dépense son argent en construction d’écoles plutôt qu’en lieu de culte.

      « Vous n’êtes ni pour la paix, ni encore moins pour une coexistence pacifique entre les peuples, mais pour l’éradication des musulmans, là où ils se trouvent, point barre.  »
      « mais pour l’éradication des musulmans, là où ils se trouvent, point barre.  »
      Pas le moins du monde.
      Je suis pour la non éradication des non musulmans, là où les musulmans se trouvent. Grosse différence.
      Mais force est de constater que les deux sont consubstantiels.


    • OMAR 12 novembre 2020 19:12

      Omar9
      .
      @titi :"Je souligne juste que dans les pays où les musulmans sont présents en masse depuis 40 ans et dont ils brûlent le drapeau, il est beaucoup plus facile de construire une mosquée, que de construire une église dans les pays ou les chrétiens d’Orient sont présents depuis 2000 ans".

      .
      Arrêtez de jouer au caméléon et de fuir la vérité ou les faits qui vous déplaisent pour nous inonder de vos mensonges et intox..
      .
      Imaginez-vous une seconde une mosquée sur la butte de Montmartre à Paris ou à la place de Notre Dame de la Garde à Marseille ?
      Jamais !
      Impensable et inacceptable !!!
      .
      Par contre, normal que la basilique de Notre Dame d’Afrique trône sur Alger.
      https://www.youtube.com/watch?v=3acQOK0x0W8
      .
      Ou celle de Notre Dame de Santa Cruz qui surplombe Oran :
      https://www.youtube.com/watch?v=fTm8xiNM0Y8
      .
      Quelle minable effronterie de votre part !!!


    • M.William 12 novembre 2020 20:30

      @OMAR

      La pensée dominante occidentale , c’est de permettre à tous de venir écrire sur agoravox.
      Il y a du bon quand même dans cette pensée, non ?
      Sur les liens...ceux sur Guevara, hmmm pas très catholiques.


    • M.William 12 novembre 2020 20:33

      @M.William

      Pardon, ce n’est pas vous le guévariste que j’ai lu sur agoravox.
      C’est vous ?
      Je suis trés âgé et c’est très difficile pour moi de surfer sur tous ces articles.
      excuses.

      âgé, mais je vous rassure j’ai toute ma tête .


    • titi 12 novembre 2020 20:45

      @OMAR

      « Quelle minable effronterie de votre part !!!  »

      Les églises d’Alger ou d’Oran ont été bâties il y a plus de 60 ans et vous le savez très bien. 
      Elles seraient impossible à bâtir aujourd’hui : vous le savez très bien aussi.

      Niveau réponse de mauvaise foi vous battez tous les records.

      D’ailleurs ? Ils sont où les chrétiens d’Algérie ? Bah ils sont plus là.
      Quand on leur coupe la tête on arrive même pas à savoir si ce sont les barbus, ou les non barbus se faisant passer pour des barbus qui tenaient le manche, tellement il y a de candidats.
      Mais le résultat est bien là.

       


    • titi 12 novembre 2020 21:02

      @OMAR

      Et donc vous acquiescez qu’il est encore possible aux Palestiniens de construire des mosquées en Israël ?


    • OMAR 12 novembre 2020 21:16

      Omar9
      .
      @M.William :"La pensée dominante occidentale , c’est de permettre à tous de venir écrire sur agoravox.


      Ça, c’est ce que vous et Agora voulez faire accroire.
      .
      Tentez juste une phrase ou un mot qui contredisent des « contributeurs » tels que @Petit-Os ou @Emil Mouray, par exemple, et les vraies valeurs de cette pensée occidentale apparaitront : intolérance, censure et déni droit à la liberté d’expression.
      .
      Cependant, j’admets et confirme qu’en Occident, l’air de la liberté est largement plus respirable que celui de la rive sud de la Méditerranée.
      Sauf malheureusement, dans le bled où habite Gayssot...


    • OMAR 12 novembre 2020 21:47

      Omar9
      .
      @titi ;« Elles seraient impossible à bâtir aujourd’hui »
      .
      En plus de votre effronterie, voici maintenant votre fourberie et aveuglement :
      .
      Constructions d’églises à Abou Dhabi :
      http://stmaterne.blogspot.com/2018/01/abu-dhabi-inauguration-de-la-cathedrale.html
      .
      Inauguration d’une église au Sultanat d’Oman :
      https://www.cath.ch/newsf/peninsule-arabique-inauguration-dune-eglise-au-sultanat-doman/
      .
      Aux Émirats Arabes Unis, ce sont une église, une synagogue et une mosquée qui sont construites simultanément et dans un même espace :
      https://www.courrierinternational.com/article/religion-aux-emirats-arabes-unis-une-synagogue-une-eglise-et-une-mosquee-sur-le-meme-site
      .
      Sans parler de la visite du Pape dans la péninsule arabique.
      https://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/yemen/peninsule-arabique-le-pape-francois-en-visite-historique_3174785.html
      .
      Si avec cela vous vous entêtez dans votre mauvaise foi, une consultation en psychiatrie pour vous.
      Et fissa...


    • ㄈϤ尺Цら(« ochlocrate ») VY-rus T 12 novembre 2020 22:05

      @OMAR

      Tu oublie qu’ elle sont exclusivement reserver aux etranger , tout musulman qui irait se convertir serait tué dans l’ heure ...

      La charia est la base de la législation des Émirats. La liberté de culte est garantie aux non musulmans tant qu’ils ne violent pas les lois ou la morale publique5.


      cf https://fr.wikipedia.org/wiki/Islam_aux_%C3%89mirats_arabes_unis# : :text=L’islam%20actuel,lois%20ou%20la%20morale%20publique.

      De meme un prêtre qui baptiserai un musulman serais passible de la peine de mort .Tu devrais peut etre aller visite ce merveilleux pays de la tolerance ...ZERO


    • titi 13 novembre 2020 00:21

      @OMAR

      « En plus de votre effronterie, voici maintenant votre fourberie et aveuglement :  »

      Je vois qu’on a répondu à ma place.
      Vous êtes d’une mauvaise foi incroyable.

      Une construction récente en israel....

      https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/73/AbugoshM.jpg/330px -AbugoshM.jpg


    • ㄈϤ尺Цら(« ochlocrate ») VY-rus T 13 novembre 2020 00:36

      @titi

      salut titi , 

      oui c’ est vrai c’ est assez impoli , en fait je n’ ais tout simplement pas regarder a qui c’ etait adresser car ce genre de mauvaise foi proselythe se faisant passer pour une victime alors qu’ il supporte les oppresseur me fait bondir , et je n’ ais meme pas regarder a qui je coupait la parole .

      A+ 


    • velosolex velosolex 16 novembre 2020 01:01

      @njama
      Quand l’ours se met en interposition entre deux caniches, il est crédible.
      Même et surtout s’il n’a pas de casque bleu, cet uniforme des clowns. 

      Je ne suis pas spécialiste, et sans doute on a sauvé ce qui peut l’être, après qu’un incendiaire à allumé le feu, après qu’un autre ai filé les allumettes, mais quand on voit la carte de l’ensemble, ça ne rappelle que des mauvais souvenirs.

      Je pense au corridor de Dantzig, à ces territoires patchworks qui tiennent par des fils de toile d’araignées, avec des chiens enragés gueulant tout le long de la voie...

      Bref, on sait bien que l’histoire est pas terminée du tout.
      Un point positif pour les deux pays.
      Ils ne seront pas impactés par la montée des mers. . 


    • JC_Lavau JC_Lavau 16 novembre 2020 02:31

      @velosolex : « Ils ne seront pas impactés par la montée des mers ». Les autres non plus, du reste.


  • titi 11 novembre 2020 14:41

    @L’auteur

    Il faut appeler les choses par leurs noms...

    L’Arménie, l’Azerbaidjan même si les communistes appelaient ça des « républiques », ce n’était en fait qu’un ré habillage sémantique pour parler des colonies de l’ex-Empire Russe.

    Les conflits depuis 1990 ce sont ni plus ni moins des conflits de la décolonisation, là où les limites administratives internes à l’empire sont devenues des frontières internationales, comme l’Afrique en connait depuis 60 ans.

    La différence...

    Lorsque la Russie intervient entre deux belligérants dans son espace ex-colonial, où la Russie est le principal partenaire économique, le fournisseur d’armes, et le faiseur de roi, c’est du génie diplomatique et Poutine le mec le plus intelligent du monde...

    Quand la France intervient entre deux belligérants dans son espace ex-colonial, où la France est le principal partenaire économique, le fournisseur d’armes, et le faiseur de roi, c’est du neo-colonialisme dégueulasse et Sarko/Hollande/Macron des criminels...

    Je trouve ça marrant


    • vraidrapo 11 novembre 2020 17:41

      @titi

      Talonnettes est le père du terrorisme de deuxième vague et des immigrés du maitre chanteur Erdogaz
      UMPS : Flanby et Talonnettes ont niqué notre Referendum par la validation parlementaire du Traité de Lisbonne


    • titi 11 novembre 2020 17:57

      @vraidrapo

      Et ? C’est quoi le rapport avec les interventions dans l’espace ex-colonial ?

      Ca serait bien de lire les messages avant de réciter ce que vous avez appris par cœur.

      Donc pourquoi quand c’est Poutine c’est génial ? Et quand c’est la France c’est la Françafrique ?

      Vous et vos potes vous répondez jamais, ou toujours à coté de la plaque.
      Comme dans les sectes.


    • vraidrapo 11 novembre 2020 18:03

      @titi

      Il est manifeste que tu as une grille de lecture étroite. Ce qui explique l’équivoque concernant mon commentaire.
      Pas grave, zappe !


    • titi 11 novembre 2020 18:08

      @vraidrapo

      Vous manquez pas d’air.

      Vous êtes incapable de répondre, mais c’est moi qui ait une grille de lecture étroite ?

      La même rhétorique qu’un témoin de Jéhovah.


    • OMAR 11 novembre 2020 20:28

      Omar9
      .
      @vraicrapo
      .
      Tu raisonnes comme ta matrone @Narine qui ne veut pas reconnaitre l’élection de Joe Biden aux USA.
      .
      Tu viens de perdre une occasion en or de te taire....


    • sylvain sylvain 11 novembre 2020 22:42

      @titi
      oui pourtant ce sont deux pays chrétiens donc portés sur la culpabilité . Peut être les ortodoxes aiment ils moins se flageller .

      Plus sérieusement, la Russie me semble apparaitre pour beaucoup comme nouvelle sur la scène internationale . Une sorte de fraicheur que n’aurait pas la France par exemple . J’avoue ne pas trop comprendre pourquoi , peut être le changement de nom, ou le renouveau après une crise difficile . En tout cas il semble que pour la plupart des gens la russie n’intervient effectivement pas dans ses anciennes colonies mais intervient dans des conflits d’une manière positive

      C’est peut être aussi parce que la russie intervient massivement, militairement et prend vraiment la situation en main que c’est perçu différement . Ce serait paradoxal car c’est du coup effectivement du colonialisme .

      Il me semble de toutes façons qu’on ne reproche pas vraiment à la france son colonialisme mais sa faiblesse . Un empire n’est jamais critqué et mis à bas pendant sa période de puissance et donc de colonialisme, mais quand il commence a là perdre . De la même manière les français n’ont pas destitués la monarchie pendant le règne sans pitié d’un roi fort mais pendant le règne mou d’un roi qui voulait être serrurier


    • microf 13 novembre 2020 15:03

      @titi

      Je ne suis pas d´accord avec ce que vous écrivez entre ce que fait la France dans ces colonies et la Russie dans son espace.
      Lorsqu´on fait un commentaire, il faut donner la bonne information.

      Nous sommes ici en plein débat, pas d´insultes s´il vous plait, j´apporte mes arguments, vous apportez les votres



      https://youtu.be/DcVpNFrnPoM La France, un pays qui vit d’assistanat international et de gangstérisme dans 14 pays africains

      Je ne sais pas si c´est le cas pour la Russie dans son espace.
      Je ne mentionnerais ici que 4 points, car il y en a de nombreux.

      1 Ce n´est pas la Russie qui a demandé aux bélligérants d´engager les hostilités.
      En Afrique, la France suscite des guerres pour vendre ses armes.

      2 La Russie pays frontalier avec l´Azerbaidjan, une longue guerre dans son périmètre causerait beaucoup de préjudices á la Russie.
      La France n´a aucune frontière avec ses colonies en Afrique, qu´ils se battent et s´entretuent en Afrique, ne lui cause aucun préjudice, au contraire la France profite pendant qu´ils se battent, de continuer á piller et vendre ses armes aux deux bélligérants.
      Ce que n´a pas fait pas la Russie, ni en Arménie, ni en Azerbaidjan pendant qu´ils se battaient.

      3. « Donnez moi le contrôle de la monnaie et je me moque de celui qui fait les lois »
       a dit un célèbre occidental.
       Dans les colonies africaines francaise, c´est la France qui contrôle la monnaie qu´elle a crée á savoir, le Franc CFA.
      Je ne sais si c´est la Russie qui á crée la monnaie en vigueur en Azerbaidjan ou en Arménie, et si c´est la Russie qui contrôle cette monnaie dans ces deux pays

      Le Franc CFA monnaie qu´utilise ces colonies francaise, est une création francaise.
      Ce Franc CFA est imprimé pour les billets dans la ville de CHAMALIÉRE en France, et pour les pièces dans la ville de PESSAC, toujours en France.

      Ces Francs CFA sont déposés dans le Trésor francais qui gère ces fonds, et ne donnant que 50% de ces Fonds á ses colonies.
      Je ne sais pas si c´est le même cas la Russie gérant dans son Trésor les fonds et de l´Arménie, et de l´Azerbaidjan, et ne les donnant que 50% de ces fonds.

      4-Dans les colonies francaises, aucune décision n´est prise sans l´accord de la France, je ne sais pas si c´est le cas pour la Russie entre la Russie l´Arménie et l´ Azerbaidjan.
      Des Accords secrets entre la France et ces colonies ont été signés.
      Dans ces accords, c´est la France qui gère et contrôle tout, je ne pas si la Russie fait de même avec l´Arménie et l´Azerbaidjan.

      Ceci pour dire que votre comparaison ne tient pas.


  • Samson Samson 11 novembre 2020 14:52

    « L’Arménie immolée »

    Par qui ???

    Fruit de la révolution de velours, Nikol Pashinyan n’a eu de cesse de mépriser son voisin russe - pourtant seul apte à garantir son intégrité territoriale - pour mieux faire les yeux doux à l’Occident, accueillir les fonds de l’Open Society de Georges Soros, ...

    Quel autre bilan pour les diverses « révolutions de couleur » fomentées de par le monde (Ukraine, Bolivie, Libye, Syrie, ...) que ruines et pillages effrénés sous la bannière de la « démocratie » ???
    Quel intérêt autre pour l’Occident et la stratégie atlantiste du « chaos » que déstabiliser un peu plus le Caucase ???
    Et - les drones fournis par Israël aux forces azéries en attestent quelle inconscience que tendre la gorge au boucher en se plaçant sous la protection de l’allié" occidental, quand on voit le sort tragique régulièrement dévolu aux peuples qui s’y sont fiés (Kurdes, ...) !!!

    Tragique leçon pour le peuple arménien, qui paye au prix du sang l’amateurisme et la cécité diplomatique et stratégique de ses gouvernants !!!

    Désolant ! smiley


    • xana 11 novembre 2020 15:02

      @Samson
      Parfaitement d’accord.
      La faute principale est celle de Pashinian, qui se voyait sans doute dans la peau de Poroshenko. Grande chance pour les Arméniens que la Russie ne sont plus aussi faibles qu’ils l’ont été : L’Arménie a perdu une guerre idiote mais a gagné la paix. Et de plus sans guerre civile comme en Ukraine.
      C’est sans doute ce que regrette notre ami « titi »...


    • titi 11 novembre 2020 15:06

      @Samson

      «  Nikol Pashinyan n’a eu de cesse de mépriser son voisin russe -  »
      De quoi parlez vous ?
      L’Arménie est membre de l’OTSC depuis 1992.
      Elle est en union douanière avec la Russie.

      Depuis 2018, il n’a jamais été question de quitter ces organisations.

      « Quel intérêt autre pour l’Occident et la stratégie atlantiste du « chaos » que déstabiliser un peu plus le Caucase ???  »

      Qui peut croire un seul instant que le FSB n’a pas vu venir les mouvements de troupes Azeries qui ont précédé l’assaut ?
      Qui peut croire que le renseignement russe n’a pas vu passer les vols des avions cargos Turcs qui venaient livrer hommes et matériel ?

      Qui a joué la carte du chaos ?


    • titi 11 novembre 2020 15:13

      @xana
      « C’est sans doute ce que regrette notre ami « titi »... »

      Titi il dit juste qu’il y’a des gens comme vous prêts à applaudir et à considérer comme art, le moindre pet de Poutine, et en même temps accuser les USA de tous les maux.

      Et quand vos théories à la con ne fonctionnent pas vous torturez les faits et la réalité pour y revenir.

      Donc comme ça les USA auraient tenté de pousser l’Arménie hors du giron de la Russie, et pour l’aider, ils ont laissé leurs alliés Canadiens, Turcs et Israéliens, livrer des armes à l’Azerbaidjan ? 

      C’est logique.
      hhhhhhhh


    • titi 11 novembre 2020 15:19

      @xana

      Votre réaction sur mon post de 14h41 ?


    • arthes arthes 11 novembre 2020 15:26

      @titi
      Bin vous savez...Le FSB il n’avait mm pas vu que Navalny s’était fait empoisonné au Novittchok , sur son propre territoire, du coup, ce sont les médicaux allemands qui ont pu, eux déterminer la véritable vraie cause du malaise de Navalny et l’imputer aux russes (avec des preuves qu’ils tiennent secrètes) .
      Sont cons hein, ces FSB.
      Ahhhh, le KGB, c’était autre chose !!!


    • arthes arthes 11 novembre 2020 15:47

      @arthes

      Ah ouais, je précise : En mode ironique , mon post sur Navalny (le tocard), l’Allemagne et le FSB


    • vraidrapo 11 novembre 2020 17:47

      @Samson
      Nikol Pashinyan n’a eu de cesse de mépriser son voisin russe

      N’importe quoi !
      Alors, quel est le tort de Bachar et des kurdes de Syrie pour justifier que Poutine ait attendu 18 mois avant d’intervenir ?
      Pachinyan a voulu diversifier ses relations.
      Si tu étais Français... tu saurais qu’on a coutume de dire « ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier ».
      L’Arménie peut se permettre de ravitailler l’Iran malgré le boycott sans encourir les foudres des occidentaux.


    • vraidrapo 11 novembre 2020 17:51

      @titi

      Devinette :
      quand un mizilman débarque sur une ile quasi-déserte où il voit un coreligionnaire en conflit avec un mécréant, quelle est sa position ?


    • vraidrapo 11 novembre 2020 18:05

      @titi

      Faut pas t’étonner de certains commentaires.
      Les mizilmans et les sionistes seront pour les azéros a priori.


    • OMAR 11 novembre 2020 20:32

      Omar9
      .
      @vraicrapo :"Devinette :
      quand un mizilman débarque sur une ile quasi-déserte où il voit un coreligionnaire en conflit avec un mécréant, quelle est sa position ?

      .
      Mais celle du missionnaire, mon vieux.
      .
      Ne me dis pas que tu n’as rien senti ?


    • sylvain sylvain 11 novembre 2020 22:46

      @Samson
      Nikol Pashinyan n’a eu de cesse de mépriser son voisin russe

      vous auriez un exemple de ce mepris ???
      ou est ce seulement le fait de se rapprocher d’autres nations qui est considéré par les russes comme du mepris ??


    • vraidrapo 11 novembre 2020 23:33

      @OMAR
      Mais celle du missionnaire, mon vieux.

      c’est bien ce que j’écrivais dans un autre commentaire :
      Quand j’ai travaillé en Algérie, j’avais l’impression que beaucoup d’algériens de la Mitidja de 15 à 45 ans avaient une verge à la place de la cervelle.
      (Tu as conservé les gênes du pays... ta mère peut être fière de toi, Woulahh !).
      Quelle que soit leur position sociale, ils flashaient dès qu’il y avait une fille à l’horizon ou une algérienne avec un Européen, moi en l’occurrence.
      Je dois avouer que j’avais assez de succès auprès des étudiantes (même La sœur d’un Ministre très important...), j’ai aussi connu une Latifa qui m’accompagnait à la plage proche de l’institut du Pétrole à l’Est de Bordj El kiffan, baignade sans soutien gorge, en 1977 SVP !,
      un enfoiré d’algérien a fini par envoyer les Darak El Watani à mon appartement... !
      C’était le bon temps...


    • OMAR 12 novembre 2020 10:29

      Omar9
      .
      @vraicrapo :« ..beaucoup d’algériens de la Mitidja de 15 à 45 ans avaient une verge à la place de la cervelle ».

      .
      Parce que ici en Europe ou ailleurs, les personnes de 15 à 45 ans ont un anus à la place de la cervelle ?
      https://www.20minutes.fr/societe/2487343-20190403-pays-nordiques-aussi-affichent-taux-viols-eleves
      .
      Tiens, juste entre nous, l’ambassadeur du Vatican en France, hé oui le représentant officiel de la chrétienté, prochainement jugé pour agressions sexuelles :
      https://www.voaafrique.com/a/agressions-sexuelles-l-ex-ambassadeur-du-vatican-en-france-jug%C3%A9-le-10-novembre/5514786.html
      .
      Alors, va voir un spécialiste en la matiere pour changer les gènes reçus de ta mère pour t’occuper plutôt des poutres qui sont dans tes yeux..


    • vraidrapo 12 novembre 2020 16:09

      @OMAR

      Mon pauvre Omar !
      Les Algériennes sont aussi belles que les garçons sont bêtes et méchants !
       smiley


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 12 novembre 2020 18:14

      @xana Russie et Turquie sont surtout très fortes pour rayonner plus faibles qu’eux. l’Armenie ne pèse pas grand chose


  • Maxence Smaniotto Maxence Smaniotto 11 novembre 2020 15:55

    Quelques précisions et rectifications :

    La révolte arménienne anti-bolchevique n’eut pas lieu en février 1920 mais en février 1921. Je m’excuse pour cet erreur.

    Parmi les 17 signataires qui réclamaient les démissions du premier ministre arménien Nikol Pashinyan, il est importante de signaler la présence des anciens présidents d’Arménie Serzh Sargsyan et Robert Kotcharyan. Grands amis de Vladimir Poutine et à la tête de la kleptocratie qui a rongé pendant plus de vingt ans l’Arménie indépendante, ils étaient les garants des liens entre Moscou et Erevan.

    La « révolution de velours » et l’arrivée au pouvoir de Nikol Pashinyan, que les autorités russes et leurs alliés considèrent excessivement pro-occidental, a fissuré encore plus les relations entre Moscou et Erevan, qui ne sont pas aussi idylliques depuis 2015/2016 (guerre des quatre jours au Haut-Karabagh en avril 2016, ventes d’armes à l’Azerbaïdjan de la part des Russes pourtant censés être les alliés de l’Arménie, abus de la part des militaires russes dans la ville de Gyumri, interférences russes dans la politique interne et internationale de l’Arménie). La Russie n’a pas su considérer à sa juste valeur la fidélité des Arméniens. De l’autre côté, Nikol Pashinyan n’a pas su réaménager les relations avec les Russes et les convaincre. Il n’en a pas eu le temps, d’une certaine manière, et la médiocrité de son entourage, où se trouvent beaucoup de jeunes inexpérimentés issus du monde des ONG et pro-européens, ne l’a pas aidé dans la tache. Résultat : la Russie a voulu donner une terrible leçon à l’Arménie et a passé des accords avec la Turquie, qui est en train d’abandonner des postes militaires dans le nord de la Syrie...

    La présence militaire russe dans ce qui reste de l’enclave du Haut-Karabagh et qui sera certainement réclamée à brève par les autorités de Bakou, créeront, avec toute probabilité, de nouvelles tensions avec l’Azerbaïdjan et la Turquie. Ce n’est que une solution à court terme.

    Quid des monuments arméniens (églises, monastères, forteresses, etc) dans les territoires qui seront occupés par les autorités d’Azerbaïdjan ? Bakou a déjà fait preuve de sa bienveillance envers la culture arménienne en détruisant les 3000 croix de pierres arméniennes (khatchkars) dans le cimetière arménien de la ville de Djoulfa, dans le sud du Nakhitchevan. Filmés par les autorités iraniennes et dénoncés par l’UNESCO, les autoités de Bakou, et notamment le représentant du Nakhitchevan à Bakou Hasan Zeynalov, eurent le culot d’affirmer qu’il n’y avait jamais eu de croix de pierre arméniennes en ce lieu. Tout est filmé et sourcé.


    • arthes arthes 11 novembre 2020 16:45

      @Maxence Smaniotto

      Parmi les 17 signataires qui réclamaient les démissions du premier ministre arménien Nikol Pashinyan, il est importante de signaler la présence des anciens présidents d’Arménie Serzh Sargsyan et Robert Kotcharyan. Grands amis de Vladimir Poutine et à la tête de la kleptocratie qui a rongé pendant plus de vingt ans l’Arménie indépendante, ils étaient les garants des liens entre Moscou et Erevan.

      Il est aussi notable qu’outre la « vieille garde » dont vous parlez se trouvent des représentants de « l’Arménie unie » pour un rapprochement européen.
      Sans doute « les jeunes inexpérimentés » nourris aux ONG occidentales (sorosiennes) dont l’actuel premier ministre s’était entouré....


    • vraidrapo 11 novembre 2020 17:55

      @Maxence Smaniotto

      Tu as tout dit !
      C’est pourquoi, je préconise l’exode volontaire des 3 millions d’Arméniens vers des cieux plus civilisés. Si c’est leur choix.
      On verra bien ce que les connards du pourtour feront une fois les Arméniens évanouis...


  • DACH 11 novembre 2020 17:04

    Tout y est résumé : enjeux, bilans....Anastasia Golubeva, Grigor Atanesyan, Vladimir Dergachev, Petr Kozlov, Maharram Zeynalov

    Service russe de la BBC

    Le conflit sanglant de 44 jours a été arrêté dans la nuit du 10 novembre. Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev, le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan et le président russe Vladimir Poutine ont signé un accord pour mettre fin à la guerre au Haut-Karabakh.

    En vertu de cet accord, la partie arménienne perd des territoires importants du Haut-Karabakh et de toutes les régions occupées qui l’entourent.

    Près de 2000 soldats russes s’aligneront le long de la ligne de contact et du couloir de Lachin.

    Que signifie tout cela pour chacune des parties au conflit  ?

    Le service russe de la BBC répond aux principales questions sur la trêve.

    Qu’est-ce qui est écrit dans les accords  ? Qui garantit la paix  ?

    Le matin du 10 novembre, l’accord trilatéral entre les parties au conflit et la Russie a été publié sur le site officiel du Kremlin.

    Ses principales dispositions :

    L’Arménie et l’Azerbaïdjan cessent complètement les hostilités au Karabakh, les troupes restent sur leurs positions. Le cessez-le-feu est contrôlé par un centre spécial de maintien de la paix.

    Les parties échangent des otages, des prisonniers et les corps des morts.

    Les troupes russes de maintien de la paix sont déployées au Karabakh pendant cinq ans avec une prolongation automatique de leur mandat de cinq ans avec le consentement des parties. Ils occupent la ligne de contact.

    La ville de Shusha reste sous le contrôle de l’Azerbaïdjan.

    L’Arménie est obligée de renvoyer trois régions en Azerbaïdjan - Agdam, Kelbajar et Lachin. Stepanakert (Khankendi), Mardakert (Agdere), Martuni (Khojavend) et des parties de l’ex-NKAO non capturées par l’armée azerbaïdjanaise restent sous le contrôle des forces arméniennes.

    Un couloir de 5 km de large fonctionnera dans la région de Lachin pour relier le Karabakh à l’Arménie. Il sera contrôlé par les soldats de la paix russes.

    L’Arménie s’engage à garantir la sécurité des communications entre l’Azerbaïdjan et la République autonome du Nakhitchevan. L’armée russe contrôlera ce couloir.

    Les personnes déplacées et les réfugiés retournent au Haut-Karabakh et dans les zones adjacentes sous le contrôle de la commission de profil des Nations Unies.

    Selon le texte de l’accord, le contrôle du maintien de la paix dans la région est assuré par l’armée russe. Pour cela, les premiers Casques bleus se sont rendus au Karabakh lundi. Au total, il est prévu de déployer 1960 soldats de la paix, 90 véhicules blindés de transport de troupes et 370 unités d’automobiles et de matériel spécial.

    Après la trêve déclarée, le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a déclaré que les soldats de la paix turcs seraient également déployés au Karabakh, mais rien n’a été dit à ce sujet dans l’accord officiel.

    Le ministère russe des Affaires étrangères et Dmitri Peskov ont nié les propos d’Aliyev.

    Cependant, la Turquie peut aider l’Azerbaïdjan à créer un centre de surveillance des conditions de cessez-le-feu, a déclaré Peskov. Mais le centre sera situé sur le territoire de l’Azerbaïdjan proprement dit, en dehors du Karabakh.

    par Stéphane le mercredi 11 novembre 2020
    © armenews.com 2020


  • DACH 11 novembre 2020 17:07

    Pourquoi les parties n’ont-elles accepté les casques bleus que maintenant  ? Y a-t-il un risque d’une autre guerre  ?

    Tant la partie arménienne que les dirigeants du Haut-Karabakh affirment que les forces azerbaïdjanaises ont acquis un avantage significatif après la prise de la ville de Choucha. Aliyev a annoncé sa capture le 8 novembre.

    C’est un point stratégiquement important pour la région : Elle est située sur une falaise à partir de laquelle Stepanakert, la capitale de la NKR non reconnue, est traversée par presque tous les types d’armes à feu.

    Si les hostilités se poursuivaient, l’Azerbaïdjan s’emparerait de toute la république non reconnue en quelques jours, a assuré le président du NKR Arayik Harutyunyan. Les batailles avaient déjà lieu aux abords de Stepanakert.

    Le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan a assuré qu’il avait signé l’accord après que l’armée arménienne y eut insisté. Il a déclaré qu’il y avait des problèmes de mobilisation en Arménie pour poursuivre la guerre.

    « J’ai pris une telle décision quand l’armée, en fait, a insisté pour prendre une telle décision. Vous imaginez une situation où l’armée dit qu’il est nécessaire d’arrêter », a déclaré Pashinyan.

    Désormais, la force de la paix dans la région est garantie par les soldats de la paix, une attaque contre laquelle se heurte un affrontement direct avec la Russie.

    « Les Azerbaïdjanais se sentent clairement inspirés par leurs succès sur le champ de bataille », a déclaré James Warlick, ancien coprésident américain du groupe de Minsk, à la BBC. « Nous espérons que la paix sera préservée, mais en Azerbaïdjan, ils insisteront pour l’ensemble du Karabakh. Des soldats de la paix sont nécessaires pour empêcher de nouvelles hostilités et d’éventuelles représailles. »

    Le déploiement de soldats de la paix russes est le meilleur résultat, déclare le militant civil Bakhruz Samedov, étudiant diplômé de l’Université Charles de Prague : «  Malgré l’esprit postcolonial de la présence russe, cela signifie la paix et la sécurité pour la région. Nous avons tous vu comment, pendant la guerre, les acteurs internationaux n’ont pas fait pour faire la paix. « »Les tentatives de la Russie ont également échoué au début. Mais la Russie a agi de manière décisive, en essayant d’arrêter la guerre et de satisfaire les intérêts de l’Azerbaïdjan. Dans cette situation, la mission de maintien de la paix russe jouera un rôle d’équilibrage et est absolument nécessaire pour un véritable cessez-le-feu", a déclaré Samedov.

    Selon lui, seule la présence de la Russie contrebalancera l’influence croissante de la Turquie.

    Pourquoi n’y a-t-il aucune déclaration sur le statut du Karabakh dans l’accord  ? Que dit-on de la paix des deux côtés  ?

    L’accord ne dit rien sur le statut du Haut-Karabakh. Cela fait référence au territoire de la région autonome du Haut-Karabakh (NKAO) au sein de la RSS d’Azerbaïdjan, qui était principalement habité par des Arméniens. Avant la guerre actuelle, la majeure partie était occupée par la république non reconnue du Haut-Karabakh (Artsakh).

    L’attaché de presse du président russe Dmitri Peskov, interrogé sur le statut du Karabakh, a répondu que tous les actes juridiques antérieurs, y compris les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, restaient en vigueur. Ils déclarent adhérer à l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan et exigent le retrait des forces arméniennes des zones qu’elles occupaient autour de NKAO.

    À court terme, le Haut-Karabakh restera probablement sous le contrôle des forces arméniennes - à l’exception des unités occupées par l’armée azerbaïdjanaise, a déclaré à la BBC Joshua Kuchera, rédacteur en chef du Eurasianet basé aux États-Unis.

    Mais l’accord ne dit rien sur une solution à long terme. Et dans une situation d’incertitude, les Casques bleus seront les garants de la paix dans la région.

    La situation actuelle n’est pas une paix définitive, a déclaré à la BBC Hans Gutbrod, un expert du Caucase du Sud. À son avis, il reste beaucoup à faire pour stabiliser la situation dans la région et ouvrir les frontières. Pour cela, les acteurs clés, la Turquie et l’Azerbaïdjan, doivent faire preuve de flexibilité au moment de la victoire, a-t-il déclaré.

    « C’est un grand soulagement pour moi que les hostilités aient pris fin et que des morts inutiles aient été évitées », a déclaré le journaliste azerbaïdjanais Arzu Geybulla. À son avis, les soldats de la paix peuvent mettre fin aux hostilités, mais une paix durable nécessite le soutien de pays neutres comme l’Allemagne.

    Geybulla est convaincu que le conflit ne peut être résolu sans dialogue.

    « Nos dirigeants n’ont pas préparé les peuples à la paix », reconnaît la journaliste arménienne Lara Setrakyan. « Nous nous sommes battus pendant trop longtemps, nous devons briser le cercle vicieux, pas uniquement l’arrêter. »

    Elle convient également que la communauté internationale doit soutenir la réconciliation des deux peuples : « Tant que nous n’aurons pas trouvé le moyen de trouver des solutions concrètes, les hostilités reprendront lorsque les forces extérieures se désintéresseront ».

    Qu’a réalisé l’Azerbaïdjan  ? Pourquoi le Nakhitchevan est-il important pour Bakou  ?

    L’Azerbaïdjan a non seulement rendu tous les territoires perdus à la suite de la guerre d’il y a 25 ans, mais a également pris le contrôle de l’ancienne et, d’un point de vue symbolique, une ville très importante de Choucha. En fait, le parti qui contrôle Shusha peut prendre le contrôle de la capitale du Karabakh à tout moment.

    « L’Artsakh n’existera pas avec la perte de Chouchi et de l’armée. En fait, la durée de cinq ans du » mandat des soldats de la paix « n’est nécessaire que pour que l’ensemble de la population arménienne la quitte a écrit sur Facebook un analyste politique proche du Kremlin Gleb Kuznetsov pour résoudre le problème du Karabakh »par lui-même« sans aucun »nettoyage ethnique« qui ternit tant la réputation ».

    A en juger par les accords de paix signés par Aliyev, Pashinyan et Poutine, dans un proche avenir, l’Azerbaïdjan recevra également le corridor de transport le plus important.

    Un couloir terrestre de transit le long de la frontière sud de l’Arménie avec l’Iran reliera le territoire principal du pays à son enclave - la République autonome du Nakhitchevan (NAR). Le Nakhitchevan, à son tour, borde la Turquie.

    Les porteurs d’opinions radicales, qui estiment que tous les Arméniens devraient quitter l’Azerbaïdjan, sont en minorité absolue à Bakou, a assuré le politologue et député azerbaïdjanais Rasim Musabekov à la BBC.

    Il parle de préoccupations plus sérieuses concernant les soldats de la paix russes en raison d’exemples négatifs : le conflit gelé en Moldavie et la perte des territoires d’Ossétie du Sud et d’Abkhazie par la Géorgie.

    Cependant, l’écrasante majorité à Bakou perçoit la nouvelle paix au Karabakh comme une victoire. « Si vous avez vu les foules en liesse, cela montre que les gens croient que le résultat obtenu est une victoire. Et c’est bien une victoire », assure Musabekov.

    Il a rappelé que selon les accords, les troupes arméniennes sont retirées des régions autour du Karabakh, ce qui a permis d’éviter de nouvelles effusions de sang.

    « Les gens se sont réjouis à la fois de la victoire et du fait que la paix arrive. Et je pense que l’écrasante majorité approuve pleinement le président azerbaïdjanais, qui a mené la guerre correctement, lui a fourni correctement des informations et mis un point diplomatique pour mettre fin à la guerre à temps », a conclu le député.

    par Stéphane le mercredi 11 novembre 2020
    © armenews.com 2020

  • DACH 11 novembre 2020 17:10

    Fin de l’analyse en 3 parties. Tout y est dit !!!!

    Qu’est-ce qui attend l’Arménie  ? Pashinyan menacé par une révolution  ?

    L’accord signé a déclenché des émeutes à Erevan. Nikol Pashinyan, arrivé au pouvoir à la suite des manifestations de masse en 2018, est lui-même confronté à la menace d’émeutes de rue.

    Après la nouvelle de la signature des accords de paix, une action de protestation à grande échelle a commencé dans le centre d’Erevan. Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées devant le bâtiment gouvernemental, une partie des manifestants a franchi le cordon et fait irruption dans le complexe. Plusieurs dizaines de personnes ont brisé des portes et des fenêtres dans le bâtiment et ont déchiré une plaque du bureau personnel de Pashinyan.

    La foule a battu le président du parlement, représentant du bloc au pouvoir Mon Pas Ararat Mirzoyan.

    Le Catholicos de tous les Arméniens Garegin II a appelé à une explication complète des raisons pour lesquelles le Premier ministre a accepté une telle paix.

    Le président Armen Sarkissian a accusé Pashinyan de ne pas l’avoir consulté avant de signer l’accord.

    Immédiatement, 17 partis d’opposition ont demandé la démission de Pashinyan. Mais un seul d’entre eux, «  Arménie prospère  », représente l’opposition parlementaire et compte un nombre important de partisans. Les opposants au Premier ministre exigent que les accords de paix soient rompus. Le Parti républicain de l’ex-président Serge Sarkissian a demandé cela.

    Pashinyan lui-même a évoqué le fait que l’armée avait insisté sur la décision de mettre fin à la guerre.

    Le directeur du Centre d’études régionales (RSC) basé à Erevan, Richard Giragosian, ne s’attend pas à un changement brusque de pouvoir en raison du petit nombre de manifestations et de l’impopularité de l’opposition.

    Mais Pashinyan doit restaurer la paix et la confiance dans les semaines à venir, ce qui n’est pas facile, admet Giragosian : « Son style politique impulsif, populiste et émotionnel n’est pas bien adapté à une telle tâche. »

    En revanche, Joshua Kucera, rédacteur en chef du journal américain Eurasianet, estime que le pouvoir de Pashinyan est sérieusement menacé, car beaucoup d’Arménie se sentent trahis non seulement par la reddition à l’Azerbaïdjan, mais aussi par l’annonce elle-même, faite du jour au lendemain et sans discussion publique, comme il l’a promis.

    « Il a de nombreux opposants politiques, et ils veulent saisir le moment pour le renverser », a déclaré Kuchera.

    Il était plus rentable pour l’Arménie à un moment donné de parvenir à un règlement du conflit grâce à un accord basé sur les principes de Madrid, a déclaré à la BBC James Warlick l’ancien coprésident américain du groupe de Minsk.

    L’accord prévoyait le transfert des territoires occupés autour de la NKR vers l’Azerbaïdjan, le statut temporaire de la république non reconnue et la décision de son sort par référendum. Mais au cours des dernières décennies, toutes les négociations sur le NKR ont été bloquées en raison de positions diamétralement opposées des parties.

    Warlick insiste sur le séjour temporaire des soldats de la paix et appelle les parties à œuvrer à la réalisation de la paix, qui, à son avis, ne peut être garantie uniquement par Moscou.

    Pourquoi Moscou n’est-il pas intervenu plus tôt  ? La situation est-elle bénéfique pour la Russie  ?

    Formellement, la Russie n’avait aucune raison d’intervenir dans le conflit, puisque les hostilités ont eu lieu sur le territoire internationalement reconnu de l’Azerbaïdjan et ne se sont pas étendues au territoire de l’Arménie, le pays qui est l’allié de la Russie dans l’OTSC. Et l’introduction de soldats de la paix n’est autorisée qu’avec le consentement des deux parties en guerre, comme le porte-parole de Poutine, Dmitri Peskov, l’a déclaré à plusieurs reprises aux journalistes.

    Un argument contre l’intervention russe initiale pourrait être le rôle sérieux de la Turquie, qui a pris le parti de Bakou. Le sort du groupe russe en Syrie et en Libye dépend en grande partie des relations russo-turques, il n’a donc pas été pressé pour aider l’Arménie.

    Mais dans la nuit du 10 novembre, avant même l’annonce officielle de l’accord de paix, la situation a atteint sa limite. Un hélicoptère russe Mi-24 a été abattu au-dessus du territoire arménien près de la frontière avec le Nakhitchevan par l’Azerbaïdjan, deux militaires ont été tués et un autre a été grièvement blessé.

    L’incident aurait pu devenir la base d’une intervention, mais la partie azerbaïdjanaise a présenté ses excuses pour l’incident, se déclarant prête à verser des indemnités aux familles des victimes.

    Moscou n’a pas attaché une importance excessive à cette tragédie, se préparant à signer les accords de paix définitifs. Le 10 novembre, le président Vladimir Poutine a honoré la mémoire des pilotes avec une minute de silence et a chargé le ministre de la Défense Sergueï Shoiga d’aider leurs familles.

    Le Kremlin a géré le conflit depuis le tout début, suggère Fyodor Lukyanov, rédacteur en chef de Russia in Global Affairs. La Russie a négocié avec la Turquie, contacté l’Azerbaïdjan et fourni de manière informelle un soutien militaire à Erevan, dit-il.

    Et nous avons conclu des accords de paix en ce moment, puisque l’armée azerbaïdjanaise, avec le soutien de la Turquie, a achevé la tâche de contrôler des territoires importants, l’expert en est sûr.

    « La Russie n’est pas intéressée à faire progresser l’Azerbaïdjan. La capture possible de Stepanakert aurait déjà l’odeur d’une catastrophe humanitaire », a expliqué Lukyanov. « Eh bien, si un tel accord avait été proposé il y a une semaine, l’Arménie n’aurait pas accepté. Mais hier, la situation était complètement différente. »

    Pashinyan n’avait d’autre choix que d’accepter un accord de paix et de ne pas risquer la chute de Stepanakert, reconnaît Warlick.

    En conséquence, la Russie s’est « élégamment » sortie de la situation, Loukianov en est sûr : « Les relations ont été préservées avec les deux parties. La présence militaire de la Russie s’est accrue. La dépendance de l’Arménie vis-à-vis de la Russie a augmenté. L’Azerbaïdjan est en bon état et il est convaincu que la Russie a fixé le statu quo. ».

    La Russie semble travailler activement dans les coulisses pour éviter un conflit plus large, a déclaré James Warlick, ancien co-président américain du groupe de Minsk.

    Il estime qu’il est important pour les États-Unis et la France en tant que pays coprésidents du Groupe de Minsk, ainsi que pour l’OSCE d’interagir plus activement sur cette question.

    Qu’a réalisé la Turquie  ? Dans quelle mesure l’influence d’Ankara dans le Caucase a-t-elle augmenté  ?

    Les résultats du conflit renforcent la position de la Turquie dans le Caucase du Sud et son influence sur l’Azerbaïdjan.

    L’un des principaux avantages dont la Turquie bénéficie du fait du conflit est les liaisons de transport terrestre directes avec l’Azerbaïdjan le long du couloir passant par l’Arménie et le Nakhitchevan.

    « La Turquie a obtenu le maximum possible grâce à des actions indirectes, ce qui est important pour Erdogan au milieu du triste état des choses dans l’économie turque » , a écrit le politologue Alexei Makarkin sur Facebook . « Et il semble qu’elle développera des relations avec la Géorgie en étendant sa présence dans le Caucase du Sud. »

    Mais le journaliste canadien Neil Hoyer, qui a couvert la guerre et étudié la confrontation entre la Russie et la Turquie dans d’autres points chauds, considère Moscou comme le bénéficiaire des accords.

    La Turquie n’a pas obtenu le rôle qu’elle voulait dans la résolution du conflit : Moscou a amené son contingent au Karabakh et Ankara ne pourra envoyer que quelques officiers au centre de surveillance en Azerbaïdjan.

    La tentative de la Turquie de devenir un acteur clé dans le Caucase du Sud a menacé l’influence de la Russie, a déclaré Kevork Oskanian, un responsable des sciences politiques à l’Université de Birmingham.

    Il se demande comment Moscou a réussi à transformer le défi de sa domination dans la région en une présence militaire au Karabakh, ce qui a limité l’influence de la Turquie.

    par Stéphane le mercredi 11 novembre 2020
    © armenews.com 2020

  • DACH 11 novembre 2020 17:13

    Pour MS@la preuve est ainsi faite pour les acteurs politiques arméniens que les alliés occidentaux ne sont que des alliés de la parole, non des actes qui changent le cours des choses.


    • titi 11 novembre 2020 17:46

      @DACH
      « les alliés occidentaux ne sont que des alliés de la parole, non des actes qui changent le cours des choses. »

      Euh.
      L’Arménie est alliée de la Russie. Elle héberge une base militaire russe.
      L’allié de l’occident dans la région c’est la Turquie. Elle héberge des bases militaire de l’OTAN et des bombes nucléaires.

      Faudrait pas inverser les rôles.

      D’ailleurs les médias occidentaux parlaient tous de « séparatistes » lorsqu’il s’agissait de parler de ce conflit.


    • vraidrapo 11 novembre 2020 17:59

      @titi
      En 1994, les Arméniens qui avaient mis les Azéros en déroute, se sont arrêtés avant Bakou pour satisfaire les Russes.
      Aujourd’hui, on peut se demander s’ils ont bien fait.
      Ce qui est certain, c’est que le Kremlin a une dette vis-à-vis de l’Arménie !


    • DACH 11 novembre 2020 18:08

      @titi=Euh.... La Turquie serait un allié réel des occidentaux ????? Faudrait pas inverser les rôles !!!!! La Russie n’est pas un allié occidental, mais un soutien quand ses intérêts sont servis par cette alliance. Quant aux médias occidentaux ils ont besoin d’étudier l’histoire.....


    • titi 11 novembre 2020 18:14

      @DACH

      « a Turquie serait un allié réel des occidentaux ?? »

      Quand un pays fournit du renseignement à un autre, qui lui permet d’entreposer des têtes nucléaire sur son sol, et bien oui, on parle d’allié.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Incirlik_Air_Base


    • DACH 11 novembre 2020 18:29

      @titi=Allez écouter les discussions dans les bureaux des services.....Et si vous saviez les changements dans cette base, vous avez en la Turquie un allié qui ne l’est plus. Vivez au présent. !


    • titi 11 novembre 2020 22:15

      @DACH

      «  Vivez au présent. ! »

      La France va parait il présenter une demande de suppression de l’union douanière avec la Turquie.

      1. Il y a donc une union douanière entre la Turquie et l’Europe. Cette union est en place depuis 1995. L’Arménie est elle dans une union douanière avec la Russie depuis 1992.
      2. Nous verrons ce que les autres européens pensent de l’initiative française, sachant que cette union génère des excédents côté Europe.

      C’est donc ça le présent :

      La Turquie est dans l’OTAN et associée à l’Europe jusqu’à nouvel ordre.

      L’Arménie est dans l’OTSC et dans une union douanière avec la Russie.


      Donc dire que l’occident est l’allié de l’Arménie faut une vraie dose de mauvaise foi pour le dire. 



    • DACH 11 novembre 2020 22:50

      @titi=laisssons vos parait-il de côté.... et votre mauvaise foi. Suivez ce que dit la diaspora et la différence entre paroles de soutien et actes. Vivez au présent, la Turquie n’est plus associée à l’Europe dans les faits. Mais vos élucubrations ne changeront rien à l’histoire qui s’est écrite.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 12 novembre 2020 18:23

      @DACH il faudrait clarifier la situation car la Turquie se comporte en alliée de la Russie mais continue à pleurnicher à l’OTAN et a l’UE.
      Il faudrait aussi savoir quelle est la vision des deux autocrates , à part satelliser leurs voisins, au besoin en les laissant se faire casser la gueule ou en truquant les élections ? La vision d’avenir Erdogan Poutine, c’est quoi ? À part aussi s’opposer aux occidentaux qui sont responsables de tout ce qui cloche ? 
      Combien de temps ces 2 crocodiles seront ensembles dans le marigot eurasien avant de se bouffer ?


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 12 novembre 2020 19:34

      @DACH
      Pour MS@la preuve est ainsi faite pour les acteurs politiques arméniens que les alliés occidentaux ne sont que des alliés de la parole, non des actes qui changent le cours des choses.

      Les Russes aussi sont des drôles d’alliés pour l’Arménie...


Réagir