samedi 13 mai - par Jeussey de Sourcesûre

L’eau est la vie

L'eau est la vie, or la vie est sacrée et ne devrait pas être commercialisée.

Le 4 avril dernier, le pipeline « Dakota Access » a perdu 84 gallons d'huile de schiste - la contenance d'une baignoire - à une station de pompage dans le comté de Spink, Dakota du Sud, à environ 150 km au sud-est du site des campements de protestation des Sioux de Standing Rock devenus célèbres en 2016 pour leur opposition au passage de l’oléoduc sous un lac.

Le département de l'environnement et des ressources naturelles du Dakota du Sud n'a pas fait état des faits parce que le ministère ne publie un communiqué de presse que lorsqu'une fuite détectée menace directement l'eau potable, la pêche ou la santé publique. Il a enregistré l'incident dans sa base de données, mais le déversement de pétrole n’a pas été connu du public pendant plus d'un mois, jusqu'à ce qu’un journaliste local, Shannon Marvel, lève le voile sur le pot aux roses mercredi, sur le site Aberdeennews.com.

Même si elle est relativement mineure, la fuite le risque de défaillance technologique et humaine inhérente aux pipelines de pétrole brut. Il y a seulement quelques mois, le 5 décembre 2016, un propriétaire terrien du Dakota du Nord a découvert une importante fuite de pétrole non détectée de 670 000 litres de pétrole polluant un ruisseau à 230 km au nord de Standing Rock.

Un mois plus tard, plus au nord, dans la province de l'Ouest canadien de la Saskatchewan un pipeline a laissé échapper plus de 200 000 litres de brut sur sur des terres de la « Première Nation Ocean Man ». Tout comme les indiens, les éleveurs et les écologistes ont déclaré à plusieurs reprises que la question n’est de savoir si les pipelines vont fuir, mais où et quand.

Comme Donald Trump et l'industrie pétrolière se préparent à lancer d'autres pipelines à travers les États-Unis, on peut s’attendre à ce que la presse explique que les pipelines sont plus sûrs que les trains pour le transport du brut et que l'indépendance énergétique d’un pays exportateur de pétrole est primordiale pour ses intérêts économiques et sa sécurité nationale.

Les marchands de pétrole diront qu'il ne faut pas s'inquiéter et que les avantages des pipelines dépassent de loin leurs inconvénients.

Pour eux, en effet, les avantages sont clairs en matière de profits économiques ! Mais ce ne sont pas eux qui subissent les inconvénients.

Le pipeline Dakota Access qui fuit déjà, avant d’être opérationnel, menace l'approvisionnement en eau d'une communauté où 41% des citoyens vivent dans la pauvreté. Dans Standing Rock, les maisons, les écoles et les hôpitaux équipés sont peu nombreux, mais un tuyau tout neuf de 3,8 milliards de dollars (c’est-à-dire 1 milliard de dollars de plus que l'ensemble du budget du Bureau des Affaires Indiennes) est maintenant enfoui dans le sol. À tout moment, une fuite peut contaminer l'approvisionnement en eau de Standing Rock et les 17 millions de personnes en aval, sur la rivière Missouri.

Ce que les élus pensent vraiment quand ils disent que le pays a besoin de pipelines pour parvenir à une « indépendance énergétique », c'est que dans la poursuite obstinée des dernières gouttes de la richesse pétrolière de la planète, certains êtres humains sont aussi « consommables ».

À court terme, il s’agit des communautés indigènes, des éleveurs et des travailleurs obligés de vivre sous la menace constante d’une pollution majeure. À long terme, les « consommables » seront toutes les générations futures condamnées à vivre sur une planète brûlée par des gaz à effet de serre.

Modifier les tracés des pipelines pourrait protéger quelques « consommables » à court terme, mais cela ne peut pas sauver la planète et ses peuples à long terme. Pour protéger la planète et les générations futures d'un monde surchauffé par les combustibles fossiles, il faut être solidaires des indiens, des éleveurs et des écologistes contre les pipelines.

Quelques dizaines de gallons d'huile qui jaillissent d'une pompe dans le Dakota du Sud ne prouvent pas seulement que les « protecteurs de l'eau » ont eu raison de se battre. Un monde meilleur est possible et nécessaire, mais il faut agir et non pas rester les spectateurs d’une catastrophe annoncée.



67 réactions


  • JL JL 13 mai 15:47

    Quand toute l’eau sera polluée, ils nous vendront l’eau dépolluée au prix du pétrole.


    • Claudec Claudec 13 mai 16:45

      @JL
      « ... ils nous vendront l’eau dépolluée au prix du pétrole » ... et nous serons assez cons pour l’acheter ... en continuant de proclamer que la vie est sacrée.

      Mais quelle foutaise !

      Regardez simplement ces milliards de graines et autres semences bien vivantes, qui sont dispensées par la nature et détruites pour que vivent un seul brin d’herbe ou un seul arbre.
      Pensez à ces milliards de spermatozoïdes qui meurent dans leur course pleine de vie, vers un ovule qu’un seul d’entre eux fécondera pour continuer de vivre avec lui.

      La vie n’a rien se sacré, elle est le résultat d’une grande loterie sacralisée par vanité, peur et crédulité superstitieuse, par ceux a qui le hasard l’a accordée.

      La vie est la vie. Elle ni sacrée ni impie, ni belle ni moche. Elle est ce que ceux qui vivent sont capables d’en faire.

    • arthes arthes 13 mai 17:40

      @Claudec

      La vie n est pas sacree ???

      Mais c est bien sur !!!

      Bon, alors on peut tuer gaiement tout ce qui bouge sur terre.

      C est d ailleurs assez ce qui se passe dans ce meilleurs des mondes.
      Ceux qui pleurent leurs morts sont des peureux vaniteux naifs.
      Ceux qui pleurent les baleines qu on massacre sont des cretins.
      Ceux qui pleurent la nature qu on torture sont des illumines.
      Etc...




    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 13 mai 17:45

      @Claudec

      « Pensez à ces milliards de spermatozoïdes qui meurent dans leur course pleine de vie » 

      Au Bois de Boulogne, il y a des spécialistes du recyclage : c’est plein de protéines.
      Pour ce qui est du caractère « sacré » de la vie, j’ai repris la formule utilisée par les Sioux dans leur lutte. Pour moi, cette façon d’exprimer le respect pour la vie est une image poétique utilisée par ceux qui vivent et sont capables d’en faire quelque chose de beau plutôt que de la merde.

      Il me semble que nous sommes d’accord.
      Si ma façon de l’exprimer ne vous plait pas, l’utilisation d’une ironie stérile ne fait pas avancer le schmilblick : continuez à regarder les autres transformer votre vie en merde.

    • van lys 13 mai 19:10

      @JL
      Car l’eau sera dépolluée au moyen du pétrole. C’est beau le capitalisme.


    • Claudec Claudec 13 mai 20:04

      @Jeussey de Sourcesûre
      Je ne suis pas ironique comme vous l’êtes pour évoquer le bois de Boulogne, quand j’écris « La vie est la vie. Elle ni sacrée ni impie, ni belle ni moche. Elle est ce que ceux qui vivent sont capables d’en faire.


      Mais plutôt que de sacraliser la vie comme ils le font hypocritement, les hommes feraient mieux de simplement la respecter, tous autant qu’ils sont, et surtout lorsqu’ils la transmettent, Sioux y compris.

      Si le combat que je mène en ce sens vous intéresse, je vous invite à visiter mon blog.



    • Claudec Claudec 13 mai 20:18

      @arthes
      Ceux qui pleurent sont collectivement des faux-culs et des inconscients, qui ont proliféré au point de rendre la vie impossible en tous les points de la planète. Et ils continuent.

      280 000 être humains supplémentaires chaque jour – soit près de 100 millions par an – viennent polluer l’eau des Sioux et bien d’autres choses, tout en pleurant leurs morts, les baleines et sur la nature torturée ... par qui, sinon eux-mêmes ?

      La pensée béatement unique et les bisounours, ça va comme ça !

    • Jean Pierre 13 mai 22:38

      @JL

      Cette logique est déjà à l’oeuvre.
      Les grandes firmes agro-alimentaires ont poussé l’agriculture à la productivité à tout prix et donc à l’usage d’engrais chimiques et de pesticides à forte dose. En prévision de la pollution inévitable (nitrates, atrazine) des eaux utilisées habituellement dans les réseaux, les mêmes firmes ont acheté les grandes sources. Pour vous et moi, l’eau non polluée à 1€ le m3 est passées ainsi à 1€ la bouteille. Cherchez qui est aujourd’hui propriétaire de Perrier, Contrex, etc. 
      Naomi Klein parle du capitalisme du désastre, ce stade particulier ou les dégâts fait par la recherche de profits deviennent à leur tour de nouvelles sources de profits.
      Dans cet ordre d’idée, on peux parler également de la montée des inégalités (et des problèmes sociaux qui en résultent) comme un fort stimulant économique du secteur de la sécurité. 
      Il y aurait d’autres d’exemples.


    • RICAURET 13 mai 23:11

      @JL
      OUI MAIS COMME NOTRE VIE SERA SUSPENDUE A UN FIL AVANT DE MOURIR ON LES TURA CETTE ELITES DE MERDE


    • Christian Labrune Christian Labrune 14 mai 00:27

      Pensez à ces milliards de spermatozoïdes qui meurent dans leur course pleine de vie, vers un ovule qu’un seul d’entre eux fécondera pour continuer de vivre avec lui.

      @Claudec

      Oui, vous avez raison, c’est un vrai scandale, cette mort des spermatozoïdes innocents. Cette idée, la nuit, m’a bien souvent réveillé et empêché de dormir jusqu’à l’aube, mais tout le monde s’en fout, apparemment, et j’observe avec tristesse que votre constatation pourtant si pertinente n’aura pas eu le moindre écho sur cette page. Tous sont complices de l’odieux massacre, et même probablement l’auteur de l’article.

      Je profite de cette occasion pour lancer l’idée d’une souscription : il s’agirait, sous la tour Eiffel, édifice phallique à souhait, d’élever un monument au spermatozoïde inconnu. Ce serait déjà le moyen, dans un lieu où passent tant de touristes venus de tous les horizons, de sensibiliser la population mondiale à cette grande question essentielle. De toute façon, il faut faire quelque chose, cela n’a déjà que trop duré et il est hors de question de laisser les choses en l’état..


    • gaijin gaijin 14 mai 10:09

      @Claudec
      «  Elle est ce que ceux qui vivent sont capables d’en faire. »
      en effet ............
      certains sont capables d’en faire une chose sacrée et d’autres pas
      vous semblez faire partie de la seconde catégorie ..............


    • Claudec Claudec 14 mai 10:31

      @Christian Labrune

      Ce mauvais ersatz de l’humour qu’est l’ironie, vaut-il mieux que la crédulité – l’une n’excluant au demeurant pas l’autre – pour traiter d’un sujet aussi sérieux que la sacralisation de la vie ?

      En tout cas, pour celui qu’interpelle le peu de cas qui est fait de cette dernière, à tous égards, partout et dans la plus grande confusion, et qui tente de s’y intéresser en se privant du confort du mystère, il lui arrive de se demander si l’homme est soucieux de sa propre condition, au-delà de ce qu’en perçoit une émotivité bien éloignée de la spiritualité dont il se vante.


    • Claudec Claudec 14 mai 10:45

      @gaijin
      Ce n’est pas ainsi que la question se pose. Il ne s’agit pas de savoir si certains sont capables ou non de faire de la vie quelque chose de sacré, mais de savoir si la vie est sacrée ou non, par nature.


      Ce qui ne dément pas que sacrée ou non, la vie soit ce qu’en fait chacun de ceux qui l’ont reçue.

      Quant à la catégorie dans laquelle vous me classez, je confirme qu’en agnostique convaincu, la vie étant pour moi le fruit d’un hasard auquel je ne reconnais à personne la possibuilité de donner un nom, elle ne saurait être sacrée a priori.


    • gaijin gaijin 14 mai 11:01

      @Claudec
      « Ce n’est pas ainsi que la question se pose »
      et naturellement c’est vous qui décidez de comment la question se pose ?

      « la vie étant pour moi le fruit d’un hasard »
      a ben oui si pour vous c’est comme ça c’est que c’est comme ça pas de doute ......

      «  auquel je ne reconnais à personne la possibuilité de donner un nom, »
      ça je peux comprendre mais alors pourquoi l’ appeler hasard ?

      je ne sais plus qui disait qu’être croyant était plus rationnel que l’inverse si on se trompe on ne perd rien alors que dans l’autre cas ........
      même chose pour la vie c’est mieux de la considérer comme sacrée « par défaut » mais si vous estimez que la votre ne l’est pas ne me croisez pas ( défois que vous m’ayez convaincu smiley )


    • Christian Labrune Christian Labrune 14 mai 15:08

      @Claudec
      C’est votre intervention qui était ironique ; du moins, il m’avait semblé, et comme je l’avais grandement appréciée, je m’efforçais de l’amplifier jusqu’à bien faire apparaître l’absurdité du discours de ceux qui prétendent « sacraliser » la vie, cette sinistre farce.


    • arthes arthes 14 mai 15:28

      @Claudec


      Pour resumer : 

      Le fait que l humain soit generalement un con egoiste, orgue ul leux et aveugle qui voudrait ay bout du bout se prendre lui meme pour (rayer la mention in utile) :
      -Dieu
      -Le mystere de la creation
      -Le hasard
      Simplement parce qu il a conscience d avoir conscience...Et qu il domine la matiere...
      n enleve en rien la nature sacree de la vie qui elle n est pas matiere, mais sans laquelle la matiere ne serait pas animee et ne nous apprendrait rien.












    • Claudec Claudec 14 mai 18:00


       @Christian Labrune

      Après relecture, je regrette sincèrement d’avoir manqué de subtilité au point de penser que votre propos s’opposait aux miens, d’autant que venant de vous j’en avais été surpris. Effet probable de l’agacement dû à l’obscurantisme dominant. Je vous prie d’excuser ce malentendu et suis heureux de compter au moins un lecteur partageant mon refus d’une crédulité aux effets chaque jour plus affligeants.

      Cordialement


      Pour résumer, à l’adresse de tout autre lecteur de ces quelques lignes : non ! la vie, phénomène aussi banal, hasardeux et naturel que la mort qui y met fin, n’a aucune autre caractère sacré que celui que peut lui donner le respect de ceux qui la reçoivent ... et la donnent.

      Il n’est pour s’en persuader, que de constater l’état du bourbier, tant moral que matériel, dans lequel l’homme prolifère, encouragé sans discernement par des pouvoirs exercés le nez dans le guidon.

      Pour ceux qui douterait du “bourbier”, je les invite à ouvrir les yeux sur quelques-uns de ses aspects connus de tous, quitte à me répéter une fois de plus :

      - 280 000 êtres humains de plus quotidiennement sur terre, soit environ 100 millions par an actuellement.

      - 70 % de cet effectif allant s’ajouter à celui des pauvres peuplant la pyramide sociale de l’humanité, sans la moindre possibilité de changer cette proportion, sinon dans le sens du pire, d’où une augmentation constante et inexorable des inégalités sociales.

      - Le chômage, la misère intellectuelle et morale, les innombrables désordres et violences en résultant, partout dans le monde.

      - les nombreux conflits de nature politique, religieuses, ethnique, climatique, ...

      - Les murs, clôtures (électrifiées ou non) et autres barrières dressées pour limiter des débordements en réalités incontrôlables à plus ou moins bref terme, faute de mesures préventives, d’ordre notamment démographique.

      - le mutisme de la plupart des élites et dirigeants du monde entier, condamnés à se limiter au contrôle des fissures dans les remparts de leur pré carré respectif.

      - L’anarchie en train de s’installer politiquement, sous les appellations et la conduite de leaders les plus fantaisistes, sans le moindre souci de ce qui ne pourra qu’en résulter à plus ou moins bref terme : la chienlit suivie de sa répression.

      Etc.

      En attendant, comme disait les chevaliers du guet, “tout est tranquille bonne gens, dormez bien”, et vivez au mieux cette vie sacrée, ou à défaut une sacrée vie.


    • Claudec Claudec 15 mai 09:44

      @arthes
      Vous mélangez tout.

      Pleurer ne signifie absolument pas que la vie est sacrée, mais simplement que voir mourir un proche, une baleine, ou torturer la nature fait de la peine.

    • arthes arthes 15 mai 15:56

      @Claudec


      De la peine ?

      Voyez vous, c est ce que j eprouve quand je trucide un homard au couteau, mort que je lui prefere a celle de l ebouillantement bien cruelle et qui me fait mal au coeur , et c est parce que je respecte la vie et que j y met du sacre que je le lui caresse la tete pour l apaiser avant le coup final, comme un rituel.

      Sinon, la mort d un proche, l assassinat des cetaces et la torture de la nature me font souffrir, a des degres differents certes, mais le non respect de la vie me fait mal au coeur de meme les merveilles oceannes que je peux encore admirer sous l eau me remplissent de joie et d emerveillement , alors que d un autre cote et tout en admirant cette grace mon coeur se serre de savoir que dans quelques annees cet endroit sera sterile...
      Une resurgence de l ame antique grecque sans doute qui me saisit.

      Ce n est pas de la sensiblerie mais de la sensibilite .

      Gamine je regardais mes parents saigner le poulet que nous allions manger comme un acte naturel et tres important, sacre.

      Autant j allais assister au velage d une vache chez les voisins dans 
      le meme etat d esprit.

      Tout cela pour dire que oui, la vie est sacree, il ne peut en etre autrement.





    • Claudec Claudec 15 mai 16:26

      @arthes
      Puisque vous le dites avec tant d’autres, ne resterait-il qu’à vous croire ?

      Vos arguments sont pourtant bien peu convaincants, tant ils reposent sur des sentiments, ou ce que vous appelez la sensibilité.
      Pour moi qui m’en tiens aux faits, tout ce qui vit, naît et meurt, rien se sacré dans tout ça ; simplement l’accomplissement d’un cycle naturel, dont les raisons, le début, comme l’aboutissement, ont jusqu’à ce jour dépassés l’entendement humain. Ce qu’ont bien compris les innombrables prêcheurs et charlatans qui dans la plus ou moins bonne foi, vivent du mystère.




    • Claudec Claudec 15 mai 16:46

      @arthes
      ... La vie qui sans eau (qui est matière) n’existerait pas ...


      La vie est matière (ainsi que l’esprit lui-même) dans la mesure où privée de tout ou partie de ce qui la nourrit elle s’étiole et s’éteint. Tout comme le corps ou la partie du corps où siège l’esprit, à partir de l’instant où ils ne sont plus alimentés.
      Pour la suite, parlerez-vous d’âme ou de mémoire ?

    • JC_Lavau JC_Lavau 15 mai 20:17

      @arthes. Le procureur de Besançon est d’un avis opposé au tien. Il fait passer en garde à vue les témoins gênants de l’assassinat d’un agriculteur par la JAF, pour les intimider. Il interdit la publication des faits, solidarité corporatiste oblige.


  • sarcastelle sarcastelle 13 mai 17:51

    Gaffe, le nuage du Dakota va passer la frontière. 


  • Citoyen de base 13 mai 19:16
    « Quand l’homme blanc aura abattu le dernier bison, coupé le dernier arbre et péché le dernier poisson, il verra alors que l’argent ne se mange pas... »
    Je ne me souviens plus du nom du chef indien auteur de cette maxime, mais il ne savait pas que l’homme blanc allait pouvoir creuser bien plus profond encore. A quand la fin du pétrole, pour en finir avec cette gabegie !?...  smiley

  • UnLorrain 13 mai 20:17

    @ l auteur Heeee oui,Claudec,cinglant,a tout ou partie raison.

    Mirbeau le constate impeccablement,implacablement, dans Un homme sensible. Il expliquera quil faut,il expliquera que la nature meme commande d eliminer le dechet,fut il humain,il demontrera que la vie ne pousse ni sur l or ou le diamant,mais sur un petit tas de sanies.

    A ecouter et apprendre meme,grace a litteratureaudio,le donneur de voix,defunt dit le site,dommage.


  • sirocco sirocco 13 mai 20:44

    Surtout ne pas penser que ça se passe loin et que nous ne sommes pas concernés.

     
    Le CETA qui nous a été imposé par la Commission européenne (et qui sera un jour suivi du TAFTA) va permettre aux compagnies canadiennes (en réalité aux pétroliers américains intervenant par l’entremise du Canada) de venir prospecter le gaz de schiste chez nous.

     
    Personne ne pourra s’y opposer légalement (évidemment pas Macron puisqu’il leur est favorable), les règles prévoyant de traîner les récalcitrants -fussent-ils des Etats- devant des juridictions pas très impartiales.


    • Jean Pierre 13 mai 22:56

      @sirocco
      L’Etat Français vient d’être condamné à verser 600 000€ d’indemnités à deux sociétés qui font des recherches de gaz de schiste et qui ont été « retardés » dans leurs recherches (l’info est dans le Canard Enchainé).


      J’ai appris récemment que lors de la deuxième abolition de l’esclavage par la France (1848) une indemnisation avait été versée par la France suite à cette loi. Une indemnisation des esclaves ? Pas du tout ! Une indemnisation des propriétaires d’esclaves pour le préjudice subi. 

      L’Histoire étant un éternel recommencement, grâce au Ceta et autre Tafta, s’il est avéré qu’une molécule, un procédé d’extraction, une industrie ou autre est dangereux pour la santé et/ou polluant, et qu’il soit urgent de l’interdire, ce ne sont pas les victimes qui seront indemnisées, mais le pauvre investisseur « victime » de cette interdiction.

    • Dom66 Dom66 14 mai 10:51

      @Jean Pierre
      Un village empoisonné par la CIA  !! on rêve ? Non c’est la pure vérité
      https://www.youtube.com/watch?v=r2HANcfaRfM
      Comme quoi l’empire fait ce qu’il veut chez les moutons


  • alinea alinea 13 mai 22:47

    dans le sud Massif Central, avec Macron président, on sera très vite des Sioux, avec l’extraction des gaz de schistes. Bon, faut bien rouler, hein ? ce monde d’addictions ne risque pas d’avoir un œil ouvert sur les malheurs des autres à cause de ses caprices nécessaires à soi.


  • RICAURET 13 mai 23:21

    POUR LINSTANT CETTE ELITE DE MERDE SE SENS INTOUCHABLE(KENNEDY LA CRU AUSSI) ELLE CREET AVEC L AIDE DE CERTAINES PERSONNES DES ATTENTATS OU DES GENS INNOCENTS MEURENT MAIS UN JOUR UN HOMME SE LEVERA ET LA
    ILS TREMBLERONT IL SERA TROP TARD L ELIMINATION COMMENCERA CHACUN DE VOS GESTES VOUS ENGAGENTVIS A VIS DE LA COMMUNAUTE


  • Christian Labrune Christian Labrune 14 mai 00:03

    à l’auteur,

    Toutes ces difficultés commencent bien avant le néolithique, avec la conquête prométhéenne du feu. Le feu, voilà la cause de tous nos malheurs, mais nous n’en tenons aucun compte, pas même moi : je viens d’allumer mon dernier cigare, qui va augmenter encore le taux de CO2 dans notre atmosphère commune. J’en demande bien pardon à tous ceux qui me liront, mais je trouve qu’il serait hypocrite, tout en exprimant des regrets, de continuer à détruire notre belle planète.

    En tant qu’écologiste radical, je préconise donc de revenir à un état des choses antérieur à la domestication du feu, antérieur même à l’utilisation du silex taillé. C’est en frappant deux morceaux de ces pierres funestes pour les tailler, probablement, qu’ on découvrit la possibilité de provoquer l’ignition de l’amadou ou d’autres fibres extrêmement sèches. Cet horrible secret devrait être enfoui à tout jamais. On sait aujourd’hui que beaucoup d’animaux : les grands singes mais aussi beaucoup d’oiseaux (les corvidés, les psittacidés) sont capables d’utiliser des outils. Il conviendrait de les exterminer radicalement, pour qu’ils ne puissent pas inspirer aux enfants de nos enfants, après cette grande révolution que je préconise, des idées qui pourraient les induire à relancer un jour le processus fatal qui conduit à la métallurgie, de la métallurgie à cette abominable industrie lourde dont nous voyons tous les jours les effets désastreux.

    Il y a de grandes avancées actuellement, du côté de la génétique et de sa convergence avec les nanotechnologies. C’est assez prometteur : on pourrait peut-être faire en sorte, en modifiant le génome humain, d’inhiber complètement le développement de l’encéphale chez les nourrissons, et obtenir ainsi que l’intelligence humaine, peu à peu, s’amenuise, jusqu’à devenir à peu près celle d’un escargot ou d’une limace. Ces sortes de créatures, qui jouissent d’un parfait bonheur depuis des millions d’années, qui ont très peu évolué, ne seront jamais capables de réinventer le feu, origine de tous nos malheurs. Elle est là, la vraie solution, et par les temps qui courent, je suis loin d’être le seul à l’imaginer.


    • JC_Lavau JC_Lavau 14 mai 10:32

      @Christian Labrune : « augmenter encore le taux de CO2 dans notre atmosphère commune ». Toi, lorsque le prof de ScNat a expliqué la photosynthèse, tu roupillais au fond près du radiateur ?


      Très rarement dans l’histoire de la Terre, la pénurie en dioxyde de carbone atmosphérique a été aussi tragique qu’à présent. Uniquement durant des glaciations, et le petit nombre de milliers d’années qui suit la déglaciation.
      Et avant notre Quaternaire où il y a des glaciations, les dernières étaient à la fin du Carbonifère et au début du Permien. Ça fait.... ça fait combien, selon toi ?


    • joletaxi 14 mai 10:57

      @JC_Lavau

      pour une fois que ce lecteur s’écarte de sa rigueur habituelle, j’avoue que cela surprend

      par contre il écrit

      en modifiant le génome humain, d’inhiber complètement le développement de l’encéphale chez les nourrissons, et obtenir ainsi que l’intelligence humaine, peu à peu, s’amenuise, jusqu’à devenir à peu près celle d’un escargot ou d’une limace.

      je crains que ces efforts sont inutiles, ce processus est naturellement en cours, il suffit de venir lire les opus et commentaires habituels sur ce site pour s’en persuader


    • JC_Lavau JC_Lavau 14 mai 11:01

      @JC_Lavau
      Et avant le Carbonifère supérieur, les précédents épisodes glaciaires étaient les sturtiens, marinoéens et varangiens. C’était il y a ?


      Evidemment la presse aux ordres ne t’en parle pas. Silence radio !

    • Christian Labrune Christian Labrune 14 mai 15:23

      @JC_Lavau
      Vous me rappelez un très bon souvenir : au baccalauréat, j’avais été interrogé, précisément sur la photosynthèse et j’avais obtenu 18/20. C’est bien loin, hélais, presque aussi loin que le Carbonifère.
      Cela dit, je me fous du CO2. Je lui préfère le monoxyde. J’avais failli crever, il y a trente ans, à cause d’un chauffe-eau qui en produisait plus que de raison, et l’espèce de vertige que cela induit, du moins au début, n’est pas si désagréable.
      Je m’étonne quand même que vous n’ayez pas encore entendu parler du CO2. Depuis quelques années, c’est la grand obsession des écolomaniaques. Je n’en parlais ici que par ironie et pour me moquer de ces sortes de délires paranoïaques. Le CO2, les OGM, l’atome, ça occupe une grande place dans les cervelles où, pourtant, la place paraît déjà si cruellement réduite.


  • Dom66 Dom66 14 mai 00:11

    Merci l’auteur pour cet article...sujet que je suis.

    L’armé US n’en a pas fini contre les plus faibles. Des blindés de l’armée pour évacuer les lieux où campaient les Sioux sur leurs terres pour faire barrage au

    le Dakota Access Pipeline

    Les présidents US sont comme les nôtres, des promesses avant et le contraire après.


  • devphil devphil 14 mai 08:58

    Fuite intentionnelle ... ?

    Une légère fuite intentionnelle pour contaminer l’eau progressivement afin de récupérer les territoires des Indiens ?

    Dans ce monde pourri par l’argent , le pire est possible.

    Ce que n’ont pas compris ces affairistes qui détruisent la planète , c’est que l’argent ne se mange pas.
    Tel un picsou sur sa montagne d’or ou de billet , ils mourront encore plus riches quand la terre sera un désert sans vie

    Philippe


  • JC_Lavau JC_Lavau 14 mai 09:13

    « un monde surchauffé par les combustibles fossiles ». C’est ce que scande la presse aux ordres. Donc c’est vrai ?

    Elle ne truande pas comme on lui dit de truander, la presse aux ordres ?

  • sarcastelle sarcastelle 14 mai 09:47

    Un oléoduc a suinté. Donc il pourrait pisser davantage. Il y en a partout dans le monde mais avec celui-là nous avons la chance qu’une population première et traditionnelle, donc par définition hautement consciente des valeurs les plus élevées, donne l’alarme. Le grand sachem Kilowatthan Howakhan a parlé. Hugh. 



    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 14 mai 09:52

      @sarcastelle

      Les commentaires, sarcastiques ou non, ne sont pas obligatoires.
      Parfois, il vaut mieux se taire et passer pour un imbécile que de l’ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet...

    • sarcastelle sarcastelle 14 mai 10:30

      @Jeussey de Sourcesûre

      .
      Que voulez-vous, j’ai une propension certaine à voir ce que vous nommez faiblesse d’esprit, dans la sagesse de bazar de notre temps. 

    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 14 mai 10:49

      @sarcastelle


      Tout le monde ne peut pas être Ram Bahadur Bomjon, le dernier avatar de Bouddha, sa réincarnation actuelle au Népal (le Dalaï Lama n’étant qu’un imposteur).

      Sa fréquentation et de longues séances de contemplation vous amèneront au Nirvana, loin de ces billevesées qui vous font tant de mal.

      La vie est comme la rosée au bout d’un brin d’herbe.
      Proverbe bouddhiste ; Sentences bouddhistes - VIe s. av. J.-C.


    • joletaxi 14 mai 11:13

      @sarcastelle

      ah comment feraient les grands manipulateurs du système( vocable passé dans le sens commun pour désigner toute cette société de merde) s’il n’y avait pas ces cohortes d’idiots utiles

      il faut savoir qu’un grand ami d’ Obama,(vous savez, le sage, l’homme qui a sauvé la planète, car il a tout de même arrêté la hausse du niveau des mers, et sous sa législature, jamais il n’y a eu une période aussi longue sans cyclone majeur sur les USA) W. Buffet, a acheté les lignes de chemins de fer qui transportent le pétrole canadien vers le sud des USA
      Il était donc tout à fait normal, dans le système, qu’e le président s’oppose aux oléoducs.
      Il y a bien eu quelques petites villes cramées suite à des déraillements de convois, mais au moins ces victimes l’ont été pour la bonne cause.
      Pressentant un changement radical, ce fin stratège a investi massivement dans l’industrie des « pipe »
      Et donc naturellement, on autorise l’oléoduc qui reste d’ailleurs le moyen le plus sur et le moins onéreux du transport d’hydrocarbures.
      On ne peut pas même imaginer combien coûte à la communauté toutes ces imbécilités « citoyennes » qui agitent les « penseurs verts »

      fait rigolo
      les barrages « citoyens » mis en place par les zadistes du coin ont fini par coûter cher aux petits commerces des tribus natives, cela commence à grogner.
      Peu de chance de voir un recours à un référendum, on a vu que ce mode de consultation n’a de sens pour les « penseurs verts » que quand cela leur donne raison.

      mais quelle bande....


    • sarcastelle sarcastelle 14 mai 12:38

      @Jeussey de Sourcesûre

      Ce n’est pas à un Occidental comme vous de décider si Bouddha a envie de se réincarner en zéro, une ou deux personnes. 
      Entre les deux personnages que vous citez, il y a par conséquent aucun, un, ou deux imposteurs. 

    • biquet biquet 15 mai 21:42

      @joletaxi
      Et donc naturellement, on autorise l’oléoduc qui reste d’ailleurs le moyen le plus sur et le moins onéreux du transport d’hydrocarbures.
      Aucun transport d’hydrocarbure n’est sûr, mais le moins onéreux est le maritime. Que ce soit un oléoduc ou un bateau, le gros problème c’est l’entretien. Le système capitaliste étant la recherche du profit maximum, on investit au départ, car sans l’investissement de départ pas de profits, mais par la suite, l’entretien, la maintenance sont considérés comme bouffeur de profits et donc inutiles.


  • OMAR 14 mai 10:40

    Omar9

    Salut Jeussey de Sourcesûre

     : « A partir de l’eau, Nous avons constitué toute chose vivante »
    Coran (Sourate des Prophètes, v. 30).


  • Christian Labrune Christian Labrune 14 mai 15:49

    Tous ces beaux discours sur l’eau et ses bienfaits, sur la nécessité de sa pureté, me rappellent « Dr Strangelove », le film de Kubrick.

    Je ne sais plus comment s’appelle dans le film ce général commandant d’une base aérienne qui déclenche le conflit terminal. Il avait dû être inspiré à l’auteur du film par Curtis LeMay, chaud partisan d’une guerre nucléaire préventive contre l’URSS. Ce personnage, dans sa paranoïa, est extrêmement obsédé par l’eau qui, si elle n’était pas absolument pure, pourrait corrompre ses « précieux fluides vitaux ». Il imagine que les Russes parviennent à y ajouter du fluor, ce qui pourrait nuire grandement à la bonne santé de ses spermatozoïdes, dont il prend grand soin. C’est même ce souci très particulier qui justifie la guerre qu’il entend imposer à ses collègues du Pentagone.

    Bref, s’ils revoient ce film, tous nos braves écolos pourront s’identifier aisément à ce personnage qui paraissait passablement peu déjanté à l’époque mais qui semble être aujourd’hui devenu leur modèle. Il est leur portrait tout craché.


  • Mouais... !

    Les hydrocarbures polluent .....C’est la bonne nouvelle ......Bof !!!!!

    Mais la France est un pays de pourris et de crétins(tout cela peut être adapté au féminin) excessifs.....
    Le Gouvernement Hollande a interdit le brûlage des sarments de vigne, wouaf,wouaf,wouaf.......Mobilisant ainsi gendarmes,préfets et personnels judiciaires.....
    C’est quand même autrement plus important que les nappes et les fuites d’hydrocarbure et les munitions à l’uranium appauvri...... 
    Les é-colos français se situent au-delà de la connerie, ils culminent au niveau de la dictature Nazi..
     


    • UnLorrain 14 mai 20:28

      @SPQR Sono Pazzi Questi Romani

      Nos administrateurs plnipotentiaires sont ceux ci,pourris etc,moi,non. Connaissiez vous ce mignon nologisme de kmert-verts ?


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 16 mai 10:07
    Le terme « sacré » est régulièrement utilisé dans les sociétés modernes dans un sens non-religieux, pour qualifier des valeurs jugées essentielles (exemple : « le respect de la propriété est une chose sacrée » ou dans la Marseillaise : « Amour sacré de la Patrie »).

    Aujourd’hui, la notion de sacré non seulement ne s’oppose pas à celle de profane mais elle s’exprime à travers des formes institutionnelles habituellement considérées comme profanes. A propos des raisons qui expliquent la montée et la légitimation du nazisme, C.G. Jung considère que l’entité la plus sacralisée dans les sociétés modernes est l’État et que les dictatures ne sont que l’expression la plus extrême de cette sacralisation.

Réagir