samedi 27 avril 2013 - par Prometheus

L’Égochisme

L'Égochisme, néologisme dérivé d'égoïsme et de gauchisme. Mot renvoyant à une attitude ou au caractère d'une personne ou d'un groupe de personnes faisant appel à des valeurs dites de gauche pour défendre leur mode de vie mais sans pour autant le remettre en question ou être capable de faire des sacrifices. Ainsi l'Égochiste est cet individu qui se croit habiter par des idées de gauche. Il a l'habitude de commencer ses phrases en citant Jaurès, Blum, Marx pour les finir par "Rolalala y en a marre !"

Moi qui pensais que mes petits gauchistes seraient enfin heureux d'avoir un président de gauche. Imaginez-vous dix-sept ans qu'ils n'avaient pas vu ça. Sincèrement je pensais qu'on allait enfin vivre dans un paradis socialiste avec des kolkhoz, des plans quinquennaux, des patrons pendus, que Mélenchon allait devenir Premier ministre, que Florange ne fermerait jamais, que Peugeot allait produire des 4L à l'infini.

Qu'est-ce que je suis déçu !

Les lampadaires sont sinistrement vides sans leurs patrons pendus. Les 4L se transforment en voitures électriques. Et à part Depardieu personne n'a eu le courage de franchir le rideau de fer. C'est décevant comme l'aurait dit Jaurès : "J'ai bien peur que l'étape transitoire entre le capitalisme et le communisme ne reste l'alcoolisme." Mais moi je dis Rolalala y en a marre !

Non je blague ! En fait je suis assez content de notre Président. Je trouve qu'il a le courage de s'attaquer à des questions sensibles. Je le trouve même assez couillu pour s'attaquer à plusieurs réformes auxquelles personne avant lui n'avait osé s'attaquer. Avec ses 26% de popularité, très certainement une claque électorale dans les 4 ans qui viennent, je trouve qu'il a un certain courage et dévotion à la tâche qu'on lui a confiée. Sans compter que ses réformes renvoient à des résultats sur le long terme. Je n'avais encore jamais vu ça. Très honnêtement !

Par contre ça semble pas plaire à mes petits gauchistes. Je me demande bien pourquoi ?

Lénine disait que le gauchisme c'était cette maladie de l'esprit qui radicalisait certains groupes communistes pour les couper de la masse. Il a même écrit un livre : "la maladie infantile du communisme : le gauchisme". Personnellement je dirai que le gauchisme continue à marquer une rupture, une rupture nette avec la réalité. Nos gauchistes sont dans un déni total de réalité, dans une critique permanente, et dans une pensée binaire. Soit c'est bien, soit c'est mal. Et a fortiori la télévision leur dit que ça va mal donc ça va plutôt très très mal. Les pleureuses de gauche on devrait les appeler.

Et cette obsession qu'ils ont de l'état, ça en devient exaspérant ! Peugeot ferme, on nationalise ! Florange ferme, on nationalise ! Imaginez-vous qu'on applique cette solution aux PME qui ferment chaque année. Chez Dédé ferme, on nationalisme ! Mon épicier arabe ferme, on nationalise ! Mon fils de douze ans a arrêté de couper la pelouse des voisins, on le nationalise !

Bon je suis un peu taquin je dois avouer que secrètement j'aimerais moi aussi voir toutes les banques d'Europe nationaliser. Enfin elles le sont déjà dans les faits vu les milliards injectés. Mais il y a une différence entre souhaiter une réforme bancaire cohérente et jeter de l'argent par la fenêtre pour sauver des emplois qui sont naturellement détruits par le marché.

Imaginez-vous si on conservait tous les emplois depuis que le monde est monde : les tailleurs de silex, les constructeurs de pyramide, les chevaliers, les troubadours. Ca en ferait des animations au Puy du Fou remarque. Bien que maintenant que j'y pense le plus vieux métier du monde existe toujours. Seraient-ce des bolchéviques déguisés ? Hum...

Ce qui est dangereux aujourd'hui c'est de constater la pensée bloquante de nos gauchistes qui paralyse toute action de n'importe quel gouvernement de droite ou de gauche, qui baîllone l'opinion. La censure de nos miliciens de la pensée sur ce site en est un exemple, je ne compte plus le nombre de fois où j'ai dû republier un article en attendant que la milice gauchiste d'agoravox soit endormie. Et avec les 35 heures je peux vous dire qu'ils ont beaucoup de temps libre pour modérer les articles !

Ah mes petits gauchos, il faudrait vous calmer vous savez. notre Président est en train de créer ce qu'on appelle une sociale démocratie. Vous savez ce mélange entre compétitivité, croissance, et protection sociale. Vous devriez ranger les banderoles et faire un peu plus confiance à la personne pour qui vous avez voté.

Ou sinon j'appelle Lénine parce que vous êtes devenu fous !

JPEG - 67.7 ko
JPEG - 137.3 ko
JPEG - 59.6 ko
JPEG - 8.4 ko
PNG - 61.9 ko
JPEG - 38.4 ko
JPEG - 170.7 ko
JPEG - 31.8 ko
JPEG - 34.4 ko


31 réactions


  • Fergus Fergus 27 avril 2013 09:14

    Bonjour, Jeremy.

    Ce ne sont pas les idées de la gauche véritable qui sont mauvaises, loin de là. Comment pourrai-je affirmer le contrraire alors que je les soutiens avec constance depuis des dizaines d’années ?

    Mais le sectarisme dont fait trop souvent preuve une partie de ceux qui sont les plus ardents défenseurs de ces idées est une réelle difficulté pour la mise en place d’un prosélytisme efficace. Vous avez parlé de « pensée binaire », et vous avez raison, hélas !

    Il faudra pourtant bien sortir tôt ou tard de ce système de pensée dénué de nuances car les clivages politiques traditionnels seront, au fil du temps, de plus en plus remis en question par les réalités environnementales et la nécessité de construire une société nouvelle. Bref, nous sommes à l’aube de mutations passionnantes...


    • Bur K Bur K 27 avril 2013 11:12

      [...] mise en place d’un prosélytisme efficace.


      Mieux vaut entendre ça que d’être sourd, mais cette phrase me choque. 

      Ça me confirme que les chefs de partie ne sont en définitive que des prosélytes en mal de paroissiens à convertir.

      Vive la démocratie représentative ! (ironie) 

      Et vive les oligarques qui nous demandent de voter pour la réussite de leur carrière politique ! (ironie)

  • Scual 27 avril 2013 10:52

    Le problème des gauchistes c’est qu’ils placent la vengeance contre ce qui est, avant la réflexion sur ce qui doit être fait.

    Le FdG a ce problème qu’en tant que constructeur il ne peut pas s’allier avec les destructeurs de l’extrême-gauche alors qu’il a besoin de leur ralliement. Voila une des principales raison du coté pédagogique de la communication du FdG, on ne peut pas s’allier avec eux tel quel, alors on doit les convaincre de la pertinence de nos idées et de notre méthode. On a beau partager les même ennemis, on n’a pas du tout le même but. J’ai moi même eu plusieurs conversations avec des gauchistes qui n’étaient pas loin d’être aussi virulentes en termes d’opposition avec celles avec le FN.

    Au delà du tous pourris qu’on peut à la limite, en généralisant accepter entre deux verres tout en restant lucide sur les nombreuses exceptions... le reste nous oppose énormément. Pour nous ce « tous pourris » n’est que le résultat d’un système qui est pourris et entraine les personalités politiques dans la décadence morale, alors que les gauchistes pensent que c’est le fait politique lui-même qui est pourris. Et alors si on commence à aborder le thèmes des solutions, le fossés entre la radicalité concrète du FdG et l’extrémisme idéologique des gauchistes est colossal.

    Voila pourquoi je suis toujours dégouté quand des ignorants classent le FdG à l’extrême-gauche, c’est d’une débilité sans limite ou bien un mensonge délibéré. Cela dit, quand certains au PS croient qu’il est possible d’être de gauche, et peut importe laquelle de ses mouvances, et soutenir la politique ultra-libérale du gouvernement actuel comme si le refuser serait « sectaire », c’est au moins aussi débile.

    Ce qui est absurde c’est d’avoir combattu Sarkozy 5 ans avec un discours de gauche et après arriver au gouvernement et faire pire encore à droite. C’est une trahison. Les actions du gouvernement sont à l’opposé, l’antithèse de la pensée de gauche depuis toujours. Il n’y a pas de ralliement possible, non pas parce qu’on n’est pas trop d’accord, ou parce qu’on n’est pas capable de faire de concessions, mais parce qu’on n’est d’accord sur RIEN et qu’en théorie le PS NON PLUS si on relie tout ce qui a été dit pendant les années Sarkozy. La petite clique de droite aujourd’hui à la tête du PS a fait un véritable coup d’État sur ce Parti dont la majorité est opposée à cela, la preuve étant qu’ils l’ont combattu pendant 5 ans ! Ils tiennent les troupes uniquement sur la base de la foi erronée qu’il n’y aurait pas d’autre possibilité.

    Le gouvernement actuel n’est rien de plus qu’un mensonge total, une trahison du début à la fin et la carotte médiatique du mariage pour tous ne saurait cacher l’ultra-libéralisme généralisé et extrême du gouvernement. On ne peut pas s’allier avec ça non pas par sectarisme, on est quand même une coalition de 9 partis alors faut quand même être un peu idiot de le penser, mais parce qu’ils sont politiquement beaucoup trop éloignés de nous, loin très loin à droite. Aujourd’hui si on classait les partis selon les programmes et les idées traditionnelles sur l’échiquier politique, le PS se situerai à droite de Bayrou et même de Dupont-Aignan ! C’est complètement n’importe quoi ! Voila à quoi sert le mariage pour tous ! C’est bien le seul et unique sujet qu’il reste où le PS se situe à gauche de ces partis et même sur bien des sujets de l’UMP ! Il était impératif pour eux d’en faire le point central de toutes les discussions pour maintenir les troupes dans leur illusion et qu’elles accordent moins d’importance au reste, à TOUT le reste...

    Et malgré cela le FdG dans son action immensément rassembleuse continue malgré tout de vouloir convaincre l’aile gauche du PS, de vouloir tenter un rapprochement idéologique etc... Quel sectarisme !

    La question que j’ai envie de poser au PS qui est si peu sectariste qu’il va jusqu’à faire lui-même la politique de ses adversaires, c’est : Pourquoi avoir combattu Sarkozy ?

    La vérité c’est que la politique du gouvernement actuel on la connait, c’est TINA et il n’y a rien de plus sectariste dans toute la sphère politique. Sur ce point le gouvernement actuel est au moins aussi extrême et sectariste que les plus butés des gauchistes.


  • Bur K Bur K 27 avril 2013 10:57

    Si le courage politique consiste à imposer au peuple ce qu’il ne veut pas, ça ressemble plus à l’impérialisme qu’à la démocratie.


    Le pouvoir aux mains de quelques-uns qui imposent leurs idées conduira à une révolution. 

    Au lieu de vous cramponner aux défenseurs de l’oligarchie Jaurès Blum et Marx, vous feriez bien de réviser vos classiques sur la démocratie :

     

    • Fergus Fergus 27 avril 2013 11:43

      Bonjour, Bur K.

      On parle trop souvent à la place du peuple. Ce peuple qui reconduit depuis des décennies les mêmes types de majorité. Qui sait ce qu’il veut réellement ? Engoncé dans ses frilosités, n’est-il pas avant tout demandeur d’un pouvoir mi-chèvre-mi chou, social mais pas trop, libéral mais pas trop, autoritaire mais pas trop ? D’où les blocages de notre société.

      Pas sûr que les rêves de Rousseau (qui a par ailleurs dit quelques âneries, notamment sur les femmes) puissent déboucher sur un meilleur système.

      Quant à la Révolution, faut-il l’appeler de nos voeux ou la craindre, sachant qu’elle peut déboucher sur le meilleur comme sur le pire ? Et cela nul ne peut le prévoir lorsqu’ont lieu les premiers soulèvements populaires.


    • Bur K Bur K 27 avril 2013 12:32

      Cher Fergus, je vous pose la question : 

      Qui, de vous ou de moi, parle le plus à la place du peuple ? 

      Et aussi ces questions :

      Qui prétend savoir à la place du peuple ce qui est bon pour lui ?

      Qui prône le prosélytisme pour convaincre le peuple de ce qui est bon pour lui ?



    • Fergus Fergus 27 avril 2013 13:32

      Cher Bur K.

      Je fais exactement comme vous : je défends des convictions. Et comme tout individu, je souhaiterais que les valeurs auxquelles je crois soient réparties le plus largement possible dans la société où je vis.

      Pour autant, je ne prétends jamais parler à la place du peuple, et je reconnais évidemment à ce peuple le droit de rejeter mes opinions dans une minorité impuissante. Cela s’appelle la démocratie, et il se trouve que je suis respectueux du vote de mes concitoyens, même si j’estime qu’ils font fausse route.

      Bonne journée.


    • Bur K Bur K 27 avril 2013 18:45

      Je serais d’accord avec ce que vous dites dans un système d’élection à la proportionnelle. 


      Ce que je dénonce, c’est la règle du jeu : vote blanc pris en compte + proportionnelle, ou changement de constitution pour passer à une démocratie participative si c’est ce que souhaite le peuple (rien n’est moins sûr). Ce qui est sûr, en revanche, c’est qu’aucun professionnel de la politique ne fait la pub pour ça (sauf Ségolène Royal, la pauvre). Ils ne vont pas se tirer une balle dans le pied, hein ? 

      La désaffection des urnes semble laisser la plupart indifférents, voire certains s’en réjouissent. Moi, ça m’interroge.

      Vous, vous estimez que ceux qui ne votent pas comme vous font fausse route. Moi je n’ai pas cette prétention. 

      Vous, vous considérez que notre Ve république est une démocratie, moi pas. Je considère que c’est une oligarchie dont les élus se foutent de la gueule du peuple, surtout depuis les trente dernières années. 

      La révolution ? Je ne la souhaite pas, mais malheureusement je crains qu’elle soit inévitable, tôt ou tard, compte tenu de la surdité des aristocrates au pouvoir. Vous n’ignorez pas, je présume, que parmi les aristocrates, le plus grand nombre fait partie du peuple et n’aspire pas au pouvoir. Ils n’en sont pas moins aristocrates, et peut-être même le sont-ils davantage. 

      Quant à l’autre qui se dit démocrate et me traite de sectaire, ça fait doucement rigoler... 





    • Fergus Fergus 27 avril 2013 22:55
      @ Bur K.
       
      « vous estimez que ceux qui ne votent pas comme vous font fausse route. Moi je n’ai pas cette prétention » écrivez-vous en vous adressant à moi. Où avez-vous lu cela ? Je n’ai jamais rien affirmé de tel, étant moi-même sujet à des doutes.

      De même écrivez-vous encore : « vous considérez que notre Ve république est une démocratie, moi pas. Je considère que c’est une oligarchie dont les élus se foutent de la gueule du peuple, surtout depuis les trente dernières années. » Etonnant, nous sommes d’accord. Mais le problème que cela soulève est celui de noytre vote collectigf qui reconduit toujours les mêmes, pas celui de la démocratie. Rien n’empêche les peuples qui s’estiment grugés de voter autrement.
       
      Bonne nuit.

  • morice morice 27 avril 2013 11:35

    mettre un dessin du Chat montre l’absence de profondeur de la réflexion ;


    même chez Drucker on n’en veut plus.

    comme quoi, parler du gauchisme, ça s’apprend....

  • jaja jaja 27 avril 2013 11:41

    Répondre à la pensée magique de l’auteur est un défi colossal... On se demande s’il suit la politique menée par les dirigeants politiques de son pays ou s’il la rêve....

    En tous cas le Médef peut être satisfait car ce que Sarko n’a pas osé faire Hollande l’a fait. Ainsi l’’Accord national interprofessionnel devient loi, votée par la quasi-totalité des députés PS, sous le regard de la bienveillante abstention de la droite. Ce texte institue les régressions sociales majeures dont le patronat rêvait.

    On va maintenant pouvoir négocier entreprise par entreprise sur le temps de travail ou sur les salaires soit-disant en échange du maintien de l’emploi tout en facilitant les procédures de licenciement et en rendant caduc le recours à la loi....

    Ce gouvernement mène une politique d’austérité au service de l’oligarchie capitaliste qui va encore se renforcer (augmentation prévue de la TVA) et trahit même ses propres promesses, entre autres d’amnistie, pour les ouvriers en lutte. il est vrai qu’on leur envoie plus souvent les CRS qu’on ne les écoute...

    Une vraie gauche devrait se battre pour l’annulation de la dette illégitime,la socialisation des banques, pour le partage des richesses, l’autogestion et la défense des services publics et des retraites.

    On est loin du compte avec cette fausse gauche au pouvoir dont aucun membre du gouvernement ne sait ce que veut dire concrètement tirer le diable par la queue comme c’est le cas pour les couches populaires.


    • Fergus Fergus 27 avril 2013 11:48

      Bonjour, Jaja.

      D’accord avec vous. Et pourtant l’ANI est passée sans encombre, preuve qu’il reste encore un énorme travail de pédagogie pour convaincre les Français de la toxicité sociale de tels textes.

      A moins que ce soit finalement cette France-là, plus libérale à l’anglo-saxonne, dont ils souhaitent voir l’émergence...


    • jaja jaja 27 avril 2013 11:57

      Bonjour Fergus,

      La pédagogie est certes nécessaire mais aucun média n’est là pour la relayer, quand elle existe, pour compenser le matraquage quotidien en faveur de toutes les régressions sociales menées par ce gouvernement...

      Preuve en est que l’auteur, sans doute en toute bonne foi, ne voit même pas arriver ces régressions sociales majeures qui nous sont imposées aujourd’hui....

      Il lui faudra sans doute encore pas mal de temps pour comprendre...


    • Bur K Bur K 27 avril 2013 12:25

      @ Fergus : il reste encore un énorme travail de pédagogie pour convaincre les Français 


      Vous n’utilisez plus le mot prosélytisme, mais votre volonté manipulatrice est toujours là.

      Vous faites partie de ceux qui considèrent que le peuple n’est qu’un morceau de pâte à modeler au service des ambitions des professionnels de la politique. Vos propos me poussent à vous soupçonner d’appartenir à cette caste, ou d’avoir l’ambition d’y entrer. 

      Ce qui n’enlève rien au respect que je vous porte en votre qualité d’être humain.

      Mais ça n’enlève rien non plus au mépris que j’éprouve pour les idées que vous défendez. smiley




    • Fergus Fergus 27 avril 2013 13:39

      @ Bur K.

      Je ne comprends rien à votre propos. Où se situe la manipulation ? On manipule lorsqu’on use d’artifices visant à abuser les interlocuteurs. Or, il n’y a pas de manipulation lorsqu’on affirme sans détours sa conviction dans la qualité d’un texte, d’une idée, d’un projet de réforme.

      Et il ne s’agit pas de « modeler de la pâte », mais d’essayer de convaincre des être humains dotés d’une intelligence pas forcément prête à entendre les arguments avancés.

      Bonne journée.


    • louphi 28 avril 2013 16:41
      jaja

      « La pédagogie est certes nécessaire mais aucun média n’est là ... pour compenser le matraquage quotidien en faveur de toutes les régressions sociales menées par ce gouvernement...ces régressions sociales majeures qui nous sont imposées aujourd’hui... »


      Ces régressions sociales auxquelles il faut surtout ajouter cette autre régression épouvantable, non pas sociale, mais sociétale, qui est le « Mariage des homosexuels », une régression non moins majeure que jaja soutient pourtant comme un grand progrès (? ????). Le progrès sociétal est impossible sans la progrès social. Le « Mariage homo » en marge du progrès social, c’est une preuve de son caractère régressif, réactionnaire.






  • Loup Rebel Loup Rebel 27 avril 2013 12:01

    Je fais ici un copier-coller d’un commentaire que je viens de poster ailleurs.

    Peut-être que ça ira dans le sens du dialogue entre Bur K et Fergus ?
    _________________________________________

    À l’échelle de notre civilisation :

    Nos très lointains ancêtres avaient imaginé un chef idéal, bon comme un « père idéal », et l’avaient appelé Dieu. Ils étaient convaincus que Dieu existe, chacun affirmant « je crois en Dieu ».

    Quand Dieu a quitté le monde imaginaire, il est mort.

    À force de chercher le « bon chef idéal », pour remplacer Dieu, les enfants de la patrie ont fini par se sentir orphelins.
    _________________________________________

    Ce cycle se reproduit à l’échelle d’une vie :

    L’enfant affirme : « je crois au père Noël ».

    Plus tard, le père Noël quitte l’imaginaire de l’enfant qui dit alors : « je ne crois plus au père Noël ».

    Plus tard encore, l’adolescent se rebelle contre son père : il est déçu de découvrir que son père n’est pas meilleur que les autres adultes.

    Devenu adulte, il continue pourtant à chercher le père idéal qu’il avait imaginé quand il était enfant. Et chaque fois qu’il croit en avoir trouvé un, arrive toujours le moment de la déception.
    ________________________________________

    Qui sont les candidats au rôle de chef ?

    Ils sont ceux qui ont compris que l’enfant qui sommeille dans le cœur des Hommes est toujours à la recherche du père symbolique que nos ancêtres lointains avaient appelé Dieu.

    Le chef est finalement l’imposteur qui se fait passer pour Dieu.

    Le 5 mai, les enfants de la patrie, orphelins, vont battre le pavé parisien à la recherche d’un père symbolique...

    Allons enfants de la patrie,
    Le jour de gloire est arrivé.
    Contre-nous de la tyrannie,
    L’étendard sanglant est levé
    .
    [...]
    Aux armes, citoyen !
    [...]


  • yoananda 27 avril 2013 14:01

    L’égochisme consiste à jalouser la réussite des autres en la faisant passer pour une escroquerie afin de masquer sa propre incompétence.
    L’égochisme, c’est être généreux avec l’argent dûrement gagné des autres.


  • foufouille foufouille 27 avril 2013 14:25

    l’egodroichisme consiste a se remplir les poches sur le dos des autres en faisant semblant de travailler
    les freres et soeurs de dati ont tous un boulot fournit par proglio


  • Le péripate Le péripate 27 avril 2013 15:31

    Ils se disent socialistes mais ne sont qu’étatistes. Même ultra-étatistes.


    • Le péripate Le péripate 27 avril 2013 15:33

      Ce qui est le résultat de la société de défiance..... société de défiance parce que l’État est tout, et que donc de ses faveurs tout dépend.


    • JL JL 27 avril 2013 19:16

      Mais non, péripate, personne ici ne réclame un État tout puissant qui gèrerait 100% du PNB.

      État est avec le secteur public, l’autre jambe sur laquelle le pays marche. Je sais, ça vous défrise, vous voudriez 99% de secteur public. C’est donc vous l’ultra ici : ultra-libéral.


    • Le péripate Le péripate 27 avril 2013 19:32

      Mais que fait-on quand on compare, par exemple, le déficit de l’État avec le PIB ? Avec qu’il devrait être comparé avec ses recettes... Le sous-entendu est lourd.... le PIB est, potentiellement, la totalité des recettes de l’État.


      D’ailleurs même la Russie communiste n’est pas allé jusqu’à 100%, mais à peine plus que nous...

      Alors ?

  • Richard Schneider Richard Schneider 27 avril 2013 16:27

    @Fergus,

    Sur ce site, même si l’on est d’une sensibilité de gauche, il apparaît de plus de plus qu’il est interdit de ne pas louer et d’encenser le nouveau Leader Maximo, le nouveau Petit Père des peuples, le nouveau Guide Suprême de la Révolution ...
    Quant à Bur K, il vous reproche de parler au nom du peuple ! Ce qui est absolument inexact. Vous ne faites que constater que les citoyens de ce pays n’adhèrent pas majoritairement (très loin s’en faut) aux convictions de votre contradicteur. Comme vous êtes (comme moi) un démocrate et un républicain, vous vous inclinez devant le choix des électeurs.
    Une telle attitude sectaire est quand même un comble pour celui qui professe la « démocratie délibérative » !
    Bonne fin d’après-midi,
    RS

    • Fergus Fergus 27 avril 2013 17:07

      Bonjour, Richard.

      Merci pour ce commentaire et pour votre soutien. Je suis effaré, effectivement, de ce que je lis parfois, notamment sous la plume de personnes manifestement suspectes elles-mêmes de ce sectarisme qu’elles dénoncent facilement chez les autres. Un ex-collègue avait coutume d’utiliser, d’un air amusé, ce dicton : « Tel on est, on croit les autres ». Il était souvent dans le vrai.

      Cordialement.


    • Bur K Bur K 27 avril 2013 19:09

      Je voudrais préciser au tartufe qui m’accuse d’attitude sectaire que le comble serait surtout son hypocrisie et sa malhonnêteté intellectuelle.


      Aussi je l’invite à se détromper à mon sujet en prenant connaissance de ce commentaire : http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/hollande-le-pen-melenchon-sarkozy-134798#forum3701385


  • Franckledrapeaurouge Franckledrapeaurouge 27 avril 2013 16:58

    Bonjour,


    L’UE veut financer des « trolls » pour contrer la montée de l’euro-scepticisme à l’approche des élection


    J’en ai trouver un, ouais j’en ai un, j’en ai un !!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Qui veux faire un concours de dé-masquage de trolls avec moi ???

    Franck 

  • wesson wesson 27 avril 2013 18:30

    bonjour l’auteur, 


    « Moi qui pensais que mes petits gauchistes seraient enfin heureux d’avoir un président de gauche. »

    je ne voit pas de qui vous parlez là ? 

    Comme disent les Anglais , garbage in, garbage out. Le postulat de base étant erroné, votre démonstration ne saurait être juste.

     Je vous mets sur la voie : ce n’est pas Hollande qui a été élu, c’est Sarkozy qui a été battu. Mais sur le « gauchisme » de Hollande, personne n’était dupe. Il va dans le même mur que Sarkozy, mais sans klaxonner, voilà tout. 

    • Fergus Fergus 27 avril 2013 22:57

      Bonsoir, Wesson.

      J’approuve à 100 % ce commentaire.


    • wesson wesson 28 avril 2013 00:42

      bonsoir Fergus, 


      c’est hors sujet mais comme vous ne manquez jamais de nous faire remarquer ce que vous ressentez comme un problème de forme concernant Mélenchon, je voulais vous conseiller la lecture de la dernière contribution de Frédéric Lordon, à qui on ne peut reprocher d’avoir une pensée construite :

      Bon c’est du lourd, écrit dans sa langue qui est parfois un peu chantournée, mais j’en cites un passage qui me parait accessible et répondre à vos principaux griefs

      « 
      Changer une structure globale, oui c’est l’affaire d’un coup de balai, d’un grand coup de balai même.

      Evidemment ça n’est pas là exactement un langage fait pour complaire aux becs fin et aux museaux délicats. Il est vrai que ceux-là ont si profondément partie liée au système à balayer qu’on ne saurait s’étonner que la proposition du balai les scandalise. Éditorialistes confits, journalistes installés, experts grassement payés, supplétifs conscients ou inconscients de l’ordre social, tous sont bien d’accord que « la violence est le dernier moyen de régler les problèmes politiques ». On pourrait sans doute prolonger avantageusement à la caste de ces publicistes les analyses de Bourdieu, qui montrait comment le rapport scolastique au monde, permis par l’ignorance des urgences matérielles, telles les nécessités concrètes de boucler les fins de mois ou les angoisses d’un avenir trop incertain, comment ce rapport rend possible la distance au monde du lector, universitaire ou éditorialiste, qui tient sa position de recul pour l’effet de sa vertu intellectuelle, et le calme qui l’accompagne pour celui de sa vertu morale. Aux affranchis de la nécessité, tous les emportements, tous les éclats de voix ne sont que lamentables violences. Leur dénonciation peut alors se donner la hauteur de vue des grands principes, agrémentés comme il se doit de la condamnation « des populismes », cet asile de l’ignorance médiatique [7], et les précepteurs autoproclamés, qu’aucune urgence n’assaille jamais, se répandre en leçons de maintien démocratique : « la violence, le dernier des moyens bla bla… ».

      Ils tomberont certainement de leur chaise si on vient leur dire, au contraire, que dans certaines situations de confiscation des pouvoirs au bénéfice exclusif des dominants et de blocage institutionnel patenté, le retour à une certaine forme de violence, lorsque toutes les solutions politiques « froides » sont vouées à demeurer inopérantes, à l’image des pantomimes électorales qui ne donnent à choisir qu’entre Jospin et Chirac, Royal et Sarkozy, Sarkozy et Hollande, le retour à une certaine forme de violence, donc, pourrait être le premier des moyens, en fait le seul restant, de faire sauter quelques verrous. 
       » 



Réagir