vendredi 1er janvier 2010 - par R-sistons

L’Occident a-t-il « tué » l’URSS ?

Assassinat méthodique de l’URSS ? L’Occident a dépecé cette fédération d’Etats, il a pillé ses ressources, et il a appauvri toute la population. Mais depuis Poutine, en s’affranchissant de la tutelle de l’Etranger, la Russie a retrouvé son statut, si nécessaire pour l’équilibre du monde, de grande puissance.

Voici plus de vingt ans, l’Occident a décidé de disloquer la puissante Union des Républiques socialistes soviétiques, son rival en matière d’idéologie ou de puissance militaire. Objectif atteint en 1991 (1).

L’URSS, notamment par sa puissance militaire (2), son étendue géographique, le nombre de ses habitants, et surtout la variété de ses ressources, est une cible de choix. Comment l’affaiblir ? En la disloquant, en la fragmentant, en l’émiettant. Tout simplement. Diviser, pour régner, la méthode est éprouvée ; Et en effet, le bloc soviétique, monolithique tant sur les plans politique (tous les pays qui le composaient étaient membres du Pacte de Varsovie), économique, qu’idéologique, s’effondra, explosa : "Plus vaste État du monde (22 402 200 km²), l’URSS occupait le 1/6 des terres émergées, s’étendant sur 11 fuseaux horaires, de la mer Baltique à la mer Noire et à l’océan Pacifique, c’est-à-dire toute la partie nord de l’Eurasie. À sa dissolution, sa population comptait 293 millions de personnes " (3)

Après avoir trouvé une marionnette docile, viscéralement anti-communiste et gros amateur de vodka, Boris Eltsine (il quitte le Parti en juin 1990), l’Occident avait poussé les Républiques constituantes de l’URSS à faire sécession, et au cours de l’automne 1991, elles proclamèrent l’une après l’autre leur indépendance, sans que Gorbatchev puisse s’y opposer par la force. Lorsque l’Union soviétique fut amputée de ses Républiques, on ironisa en disant que l’URSS se limitait désormais au Kremlin ! L’esprit de changement s’était propagé de la Russie de Gorbatchev à tous les pays satellites, qui avaient réclamé leur souveraineté pleine et entière. Même les Républiques baltes recouvrèrent leur indépendance, dans la foulée des bouleversements fondamentaux, et les forces soviétiques quittèrent la Tchécoslovaquie et la Hongrie, puis, plus tard, en 1994, la Pologne et l’Allemagne (4).


Mikhaïl Gorbatchev et Ronald Reagan signent un accord de désarmement en 1987, wikipedia

La Russie à genoux

Affaibli, ce qu’il restait de l’URSS, c’est-à-dire le noyau russe (en perdant le quart de son territoire, il avait perdu la moitié de ses habitants), ne constituait plus une menace pour l’Occident. La fin de la "guerre froide", idéologique, devait être le corollaire de l’éclatement de l’URSS. La détente Est-Ouest se profilait à l’horizon, puisqu’il ne restait plus qu’une puissance, américaine, et le Pacte de Varsovie liant militairement les Républiques soviétiques, n’avait plus de raison d’être.

Tout cela avait été facilité par le fait que le jeune et fringant premier Secrétaire du parti Communiste, Gorbatchev (5), face à l’étendue des problèmes économiques de sa nation (beaucoup liés à la militarisation croissante, dans un contexte d’âpre rivalité avec les Etats-Unis, et aux effets de la catastrophe de Tchernobyl), décida de mettre en place un vaste plan de réformes pour corriger les failles du Système : La Perestroïka et la Glasnost. La Perestroïka, ou restructuration, tenta de moderniser l’économie, en instituant la propriété privée et en recherchant la performance, et la Glasnost, qui signifie transparence, essaya, elle, de démocratiser le système, par exemple en adoptant la liberté d’expression et de l’information, l’ouverture des frontières, la levée de la censure, la libération des prisonniers politiques - même les Archives Nationales furent ouvertes au public... (6) . Mais très vite, celui que certains appellèrent plus tard le "fossoyeur de l’URSS, le destructeur de l’Empire créé par les Tsars" (7), sera dépassé par les événements, abandonné de tous, alors que son rival pro-occidental, Boris Eltsine, bénéficiera de l’appui du bloc anti-soviétique pour accomplir le démantèlement de l’URSS, et pour libéraliser l’économie le plus vite possible, avec l’aide des conseils du FMI. Sous son égide, des transformations économiques et sociales vont se succéder à une cadence infernale, brisant le tissu social et projetant dans une grande misère des pans entiers de la société russe. Les Moscovites furent chassés du centre de la ville (8), au profit d’intérêts étrangers raflant à bas prix des appartements somptueux, et parmi eux beaucoup de retraités furent jetés impitoyablement à la rue. Tous les avantages sociaux disparurent les uns après les autres, le travail ne fut plus garanti à tous, la rue devint le refuge des victimes du libéralisme à l’occidentale, on vit même des hordes d’enfants, pour la première fois depuis la mise en place du communisme au début du 20 e siècle, vivre dehors, et la délinquance fit son apparition, durement réprimée. Le Système occidental avait triomphé sur les décombres de l’ancienne URSS, entraînant soudain des disparités insupportables entre les citoyens, avec l’émergence d’une classe de nouveaux riches sans scrupules, très minoritaire, et la projection de la plus grande partie de la population dans des abymes de pauvreté. Ceux qui tirèrent leur épingle du jeu, sous la Présidence Eltsine et le début du mandat de Poutine, furent ceux qui pouvaient se réfugier dans une pitoyable économie de subsistance, par exemple en cultivant des pommes de terre sur leur lopin de terre. Et l’espérance de vie moyenne des hommes chuta de dix ans. (A noter qu’aujourd’hui, deux tiers des Russes, même s’ils sont plus libres qu’à l’époque du communisme, regrettent l’ancien système social soviétique, et ils ont la nostalgie de leur puissance passée (9)).


affiche vive la révolution mondiale, wikipedia

Libéralisation à marche forcée 

En effet, pour mieux asphyxier la Russie, pour mieux la tenir à sa merci, l’Occident imposa la libéralisation à marche forcée, sans tenir compte des acquis sociaux, des traditions, de la culture du pays. Le FMI supervisa la transformation, c’est tout dire. Une classe de super-riches apparut, insolente, carnassière, et la masse russe sombra dans une misère indicible, le désespoir, l’alcool, le suicide. Après avoir détruit l’URSS, l’Occident tenta de mettre à genoux la Russie, économiquement, et de s’emparer des secteurs les plus juteux, en favorisant les oligarques locaux acquis à la cause du libéralisme le plus sauvage. Ce fut l’époque des richissimes hommes d’affaires - appelés dans le monde postsoviétique « oligarques » - très liés à l’Occident, ainsi, les hommes d’affaires russes du scandale Ioukos : " Quand le régime a changé, et que les actions des usines ont été données aux ouvriers, eux ont eu l’idée de tout ratisser. A un ou deux dollars l’action, ils ont fait le tour des usines et ont acheté ce qui était encore pour les Russes de la rue un simple bout de papier... En quelques mois, ils sont devenus propriétaires de pans entiers de l’économie. Puis ils ont créé une banque privée, Menatep, puis une filiale à Chypre, qui leur a permis de sortir des capitaux. En dix ans, ils sont devenus multimilliardaires en dollars. Le patron de Ioukos se vantait d’avoir bâti « en dix ans un empire que les Rockfeller ont construit en plusieurs générations. » En russe, il y a une expression qui veut dire « perdre le toit », en Français on dit « perdre la tête ». Ils se sont crus intouchables..." (10).

L’ingérence de l’étranger pour affaiblir la Russie

Plus tard, Poutine, à l’origine d’un grand "nettoyage" économique (et politique, contre ses opposants liés à l’Etranger), fustigera l’ingérence des puissances étrangères dans les affaires de la Russie, en insistant sur le rôle obscur des Ambassades : "Malheureusement, il y a toujours dans notre pays des personnes qui s’infiltrent par le biais des ambassades étrangères, qui comptent sur le soutien de fonds et de gouvernements étrangers, mais pas sur leurs propres concitoyens." Ces opposants "veulent que la Russie soit faible et impuissante (...) pour pouvoir jouer de mauvais tours dans notre dos" (11). Le jeudi 26 avril 2007, le Président Poutine s’en prend ouvertement à l’"ingérence" des "colonisateurs" occidentaux en Russie : "Sous couvert de promotion de la démocratie, ils font preuve d’ingérence "directe" dans les affaires de l’Etat russe en finançant l’opposition et les ONG de défense des droits de l’homme". Soucieux de répondre à l’expansion militaire de l’Otan à ses frontières et notamment au projet américain de déploiement d’un bouclier antimissile, il a menacé de sortir du Traité sur les forces conventionnelles en Europe (FCE), un des textes clés régissant la sécurité sur le Vieux Continent après la Guerre froide. Dans son 8e discours à la Nation, le dernier avant la fin de son mandat en mai 2008, le maître du Kremlin a défendu un bilan qui a permis de faire de la Russie "une des dix plus puissantes économies dans le monde". "Le flux d’argent venant de l’étranger, utilisé pour une ingérence directe dans nos affaires intérieures, augmente", a-t-il déploré.. "Il y a ceux qui, en utilisant habilement une phraséologie pseudo-démocratique, aimeraient revenir à un passé proche : les uns pour piller comme avant, les richesses du pays, voler les gens et l’Etat, sans être châtiés ; les autres pour priver notre pays de son autonomie économique et politique", a-t-il ajouté à l’adresse des Occidentaux. "A l’époque du colonialisme, on parlait du rôle civilisateur des Etats-colonisateurs", a ironisé M. Poutine, reprenant un argument auquel il avait déjà recouru dans le passé. Les Occidentaux "utilisent des slogans sur la démocratisation, mais le but est le même : l’acquisition de manière unilatérale d’avantages destinés à assurer leurs intérêts propres" (12).

Aujourd’hui, l’Occident se permet encore de tenter de s’ingérer dans les affaires russes, et il soutient l’ancien champion d’échec, Garry Kasparov, qui s’est engagé en politique avec l’appui des Américains (13) . Mais "Les Etats-Unis ont perdu de l’efficacité du point de vue de leur capacité à critiquer le gouvernement russe. Aujourd’hui, quand ils formulent des critiques, les autorités russes leur répondent de balayer devant leur porte" (14)

Garry Kasparov - GlamSpeak communication evenement personnalités publicités
Kasparov 

La chance de la Russie est d’être passée des mains d’Eltsine à celles de Poutine, qui a redressé le pays à une vitesse fugurante, et avec une poigne de fer bien nécessaire dans le contexte particulier d’ un Etat en pleine désintégration et téléguidé en sous-mains, pour sa perte et pour le profit de la Finance internationale, par l’Occident. La Russie s’est désormais affranchie des griffes de l’Etranger, elle conduit seule ses affaires, et concernant le passé récent, Vladimir Poutine, dans un discours à la Nation prononcé en 2005 alors qu’il était président de la Russie, a pu dire que "la chute de l’URSS en 1991 avait été "la plus grande catastrophe géopolitique du XXe siècle "(15). Et aujourd’hui, le Président Medvedev déplore que la chute du Mur de Berlin n’aie pas justifié tous ses espoirs. "Les relations entre la Russie et l’Europe auraient pu se développer selon un scénario différent", a-t-il déclaré. Après la chute du Mur, nous espérions que la disparition du Pacte de Varsovie entraînerait un autre niveau de l’intégration de la Russie en Europe. Et qu’est-ce qu’on a eu finalement ? L’Otan, une alliance militaire, dont les missiles visent la Russie", a lancé le président russe.

La Russie n’a cessé de dénoncer l’élargissement de l’Alliance atlantique aux pays de l’Europe de l’Est et voit d’un très mauvais oeil les aspirations atlantistes d’ex-républiques soviétiques comme la Géorgie ou l’Ukraine". (16)

Même affaiblie politiquement et économiquement, la Russie reste une importante puissance militaire, dotée d’un formidable arsenal nucléaire sur fond de résurgence de nationalisme exacerbé par l’unilatéralisme agressif de l’Occident, rappelant le contexte de guerre froide. Washington voit en effet d’un fort mauvais oeil la Russie renaître de ses cendres, retrouver son statut de grande puissance et aspirer à retrouver la place qu’elle n’aurait jamais dû perdre dans le contexte international.

La chance d’une grande Europe avec la Russie

Pourtant, la ré-émergence de la Russie est une chance pour un monde qui aspire au multilatéralisme, au ré-équilibrage des puissances, des nations, et, surtout, elle devrait constituer une formidable espérance pour tous ceux qui aspirent à la paix. Mais la vision gaullienne d’une grande Europe avec la Russie demeure néanmoins le meilleur atout, aujourd’hui, pour une paix durable. Dans le cas contraire, c’est à dire dans un contexte où l’UE pourtant née de l’aspiration des peuples à la paix serait à la remorque des Etats-Unis, à travers notamment l’OTAN, dans ce cas-là, l’Europe pourrait être entraînée malgré elle à servir de supplétif pour les guerres impériales de Washington, et même à permettre aux Etats-Unis de faire une sale guerre par procuration contre la Russie, désormais considérée par l’Occident comme une rivale, comme une voix non-alignée, indépendante, menaçant par là-même l’hégémonie de l’Empire.

La seule voix possible, aujourd’hui, pour favoriser la paix, reste la concrétisation du rêve du Gl de Gaulle : La mise en place d’une grande Europe économique, culturelle, et pour la paix, avec la Russie retrouvant enfin son rang de grande puissance - avec d’autres pays comme la Chine, l’Inde, le Brésil... -, afin de permettre l’émergence d’un monde nouveau, multipolaire, équilibré et pacifiant.
 
Eva R-sistons
 
 
(1)
http://fr.wikipedia.org/wiki/URSS : L’URS st un État fédéral de 15 républiques soviétiques qui a existé de 1922 jusqu’à sa dissolution en 1991.

(2)
Ses chercheurs et ses ingénieurs ont mis au point entre 1965 et 1976 deux fois plus d’armes et de systèmes de destruction et de protection que les États-Unis ; Ses forces armées totalisèrent 5 millions de combattants actifs et 25 millions de réservistes entraînés et représentait la plus vaste armée en temps de paix du XXesiècle ; L’armée soviétique était capable d’aligner 50 divisions susceptibles d’être engagées sans délai et 30 autres mobilisables dans de brefs délais. Elle fut totalement motorisée et constamment rééquipée en fonction de l’innovation technologique, en chars, canons, véhicules de transport et systèmes de communication ; Elle disposa de la plus grande flotte aérienne de tous les temps, de la plus grande flotte de sous-marins nucléaires du monde, et d’une flotte de navires de surface largement supérieure en tonnage à celle des États-Unis, à l’exception des porte-avions. Le complexe militaro-industriel soviétique représentait entre 1985 et 1990 : plus de 14 millions d’employés, 6 000 entreprises. L’industrie de défense proprement dite absorbait durant les années 1970/1980 20 % du revenu national, 8 % du PIB et 47 % des dépenses publiques pour les besoins de l’Armée soviétique. La production d’armes soviétiques était la plus importante du monde. En 1981 : 2 500 chars, 3 500 canons, 1 700 avions de combat, 750 hélicoptères, 9 sous-marins, 475 missiles balistiques (IRBM, ICBM). Après la chute de l’URSS en 1991, c’est l’armée de la fédération de Russie qui hérita de la quasi totalité de l’équipement de l’Armée soviétique en particulier l’arsenal nucléaire et les différentes flottes (..) Après la chute de l’URSS en 1991, c’est l’armée de la fédération de Russie qui hérita de la quasi totalité de l’équipement de l’Armée soviétique en particulier l’arsenal nucléaire et les différentes flottes"
(http://fr.wikipedia.org/wiki/URSS), mais "Après la dissolution de l’URSS, à la fin de 1991, à elle seule, l’Ukraine hérita sur son territoire de la troisième force nucléaire stratégique mondiale et d’un nombre important d’armes nucléaires tactiques (Sécurité ukrainienne et dilemne nucléaire d’ANATOLY ZLENKO - août 1993)". http://www.clham.org/050573.htm

(3) 
http://fr.wikipedia.org/wiki/Portail:URSS

(4)
http://www.clham.org/050573.htm

(5)
"Après la rapide succession de Andropov (1982-1984) et de Tchernenko (1984-1985), Gorbatchev, un jeune et énergique dirigeant de 53 ans, devint premier secrétaire du Parti". http://fr.wikipedia.org/wiki/URSS

(6) 
http://www.publicsenat.fr/vod/evenement/emission-speciale-sur-la-chute-du-mur-de-berlin/63913

(7)
http://www.publicsenat.fr/vod/evenement/emission-speciale-sur-la-chute-du-mur-de-berlin/63913

(8)
Du temps où la télévision française programmait encore des sujets d’investigation sur les grands enjeux de notre temps, du temps, disons-le, où la télé se permettait encore des libertés, j’avais vu un documentaire qui m’avait beaucoup frappée : On y voyait la main-mise d’investisseurs étrangers sur les immeubles du centre ville, en jetant dehors les habitants à peine indemnisés, c’était choquant. Je crois que le documentaire avait été diffusé sur Arte. Aujourd’hui, grâce à cette scandaleuse razzia qui montre au grand jour le cynisme de l’Occident prédateur, Moscou est devenu l’une des villes les plus chères du monde (Eva) 

(9)
Bien que les Russes soient plus libres qu’ils n’ont jamais été de leur histoire, un sondage récent indique que près des deux tiers des russes ont la nostalgie pour l’aide sociale soviétique, l’ordre social et la fierté d’être une superpuissance mondiale, tous perdus lors de la chute le l’empire soviétique. http://www.guerrefroide.net/pages/chute 

(10)
Par exemple,le groupe des sept banquiers qui s’étaient unis pour faire réélire Boris Eltsine à la présidence, et qui contrôlaient 50 % de l’économie russe, comprenait : Mikhaïl Friedman, 39 ans, et Piotr Aven, 48 ans. A l’écart de la politique, ils se consacrent à leurs affaires. Leur holding Alfa-Groupe compte notamment la banque Alfa, les supermarchés Perekriostok, la chaîne de télé de divertissements STS et, surtout, la firme pétrolière TNK, qui a conclu en février le contrat du siècle avec le britannique BP (acheteur, pour 7 milliards de dollars, de la moitié de TNK). Vladimir Goussinski, 51 ans. Réfugié à l’étranger depuis l’été 2000, le magnat de la presse s’était rangé dans l’opposition à Vladimir Poutine, critiquant notamment la guerre en Tchétchénie. Poursuivi pour « crime économique », il a fait de la prison. Son empire de presse a été saisi et le fleuron, la chaîne de télé NTV, a été normalisée. Il vit depuis en Israël (..). http://www.denistouret.fr/constitalien/oligarques.html#7%20banquiers.
http://www.denistouret.fr/constitalien/oligarques.html#31%20juillet%202007%20petrole
Et aujourd’hui ? 260 milliards de dollars : c’est le montant des pertes subies par les milliardaires russes en janvier dernier. Soit presque autant en quatre semaines qu’au cours des cinq derniers mois de l’année 2008. Vite faites, les fortunes des nouveaux riches se défont tout aussi promptement depuis le début de la crise. Ainsi, le club des milliardaires russes a-t-il perdu 55 membres. Ceux qui restent peinent à se maintenir dans la liste de Forbes. Les oligarques russes sont-ils une espèce en voie d’extinction ? Les exemples de débâcle ne manquent pas. Même Mikhail Prokhorov, le roi du nickel russe, a finalement renoncé à l’achat (500 millions d’euros !) de la splendide Villa Léopolda à Villefranche-sur-Mer. Il cherche même à récupérer les 38 millions d’euros versés au propriétaire actuel lors de la signature de la promesse de vente, c’est dire. Les malheurs des oligarques ont inspiré les humoristes. Ainsi de l’une des blagues les plus populaires sur le Net russe. Un fils demande a son père : « Papa, c’est vrai que la crise va toucher les nouveaux riches ? – Oui, elle va seulement les toucher. Quant à nous, nous allons simplement crever »
http://www.marianne2.fr/Apres-le-champagne,-les-oligarques-russes-boivent-la-tasse_a177260.html 

(11)
http://www.denistouret.fr/constitalien/oligarques.html#22%20novembre%202007%20Poutine%20ingérence

(12)
http://www.denistouret.fr/constitalien/oligarques.html#31%20juillet%202007%20petrole

(13)
Soutenant dans les années 1980-90 Mikhaïl Gorbatchev et Boris Eltsine, il est un farouche opposant à Vladimir Poutine et crée en 2005 le Front civique unifié, qui regroupe les opposants à Poutine pour les élections présidentielles de 2008. Considéré comme le meilleur joueur d’échec de tous les temps, Garry Kasparov a été brièvement emprisonné en avril et novembre 2007 -http://www.evene.fr/celebre/biographie/garry-kasparov-24020.php

(14) 
http://www.denistouret.fr/constitalien/oligarques.html#13%20octobre%20rice%20russie

(15) et (16) :
http://www.lepoint.fr/actualites-monde/2009-11-07/medvedev-regrette-l-effondrement-de-l-urss-mais-pas-autant-que/924/0/393173


245 réactions


  • Julius Julius 1er janvier 2010 11:19

    Apparemment, les nostalgiques des régimes totalitaires ne meurent jamais. Néonazis, néocommunists - le même combat. Les idiots utiles.


    • millesime 1er janvier 2010 19:34

      la Russie d’aujourd’hui est multi-ethnique, multi-cuturelle, multi-religieuse, ce que nous devrions avoir en Europe, au lieu de cela nous voyons poindre une Europe à la solde des US, avec une seule culture : la consommation (on voit où cela nous a conduit.. !)
      votre anti-communisme est vieux de plus de vingt ans, il serait bon de vous recycler... !

      http://millesime.over-blog.com


    • krolik krolik 1er janvier 2010 19:46

      Anticommunisme de plus de20 ans !!
      Alors vous laissez tomber la dictature du prolétariat ?
      Il faut donner l’énergie aux prolétaires pour le libérer de ses chaînes ! Vous laissez tomber aussi ?
      Car le Communisme c’est tout de même "Les comités (soviets) et l’électrification !

      Si l’on quitte l’économie de marché , on arrive directement sur l’économie planifiée : Le PLAN tout puissant...Et là : bonjour les dégats..

      Une autre Grande Classique russe :
      - Le communisme était-il scientifique ?
      Non parce que s’il l’avait été on aurait commencé à l’essayer sur des rats.

      @+ 


    • skirlet 1er janvier 2010 21:11

      De toute façon, les prolétaires n’ont rien à perdre, sauf leurs chaînes :¤)))

      D’autres classiques :

      Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !
      Les prolétaires se sont unis, et il en résulte une explosion démographique.

      Un discours :
      - Nous avons déjà mis un pied dans le futur clair et lumineux du communisme !
      Une voix dans la salle :
      - Et combien de temps allons-nous rester jambes écartées ?

      Le communisme, c’est comme l’horizon : plus on s’y approche, plus il s’éloigne.


    • krolik krolik 1er janvier 2010 22:50

      @Skirlet.
      On reconnait là le praticien d’expérience !
      @+


  • le-Joker le-joker 1er janvier 2010 11:23

    Comme si le communisme avait besoin de qui que ce soit pour s’auto-détruire. Comme si le communisme n’était pas dans un état lamentable économiquement et socialement quand les Russes ont décidé de renverser ce régime.

    Article d’une vieille peau nostalgique.
    L’année commence en fanfare, il ne reste plus qu’à la plonger dans le formol et rejoindre le mausolée des Staline et autres monstres du communisme. 

    • Reinette Reinette 1er janvier 2010 17:05


      ON ne le dira jamais assez :

      Poutine ce grand humaniste !

      http://www.zeblog.com/blog/uploads/r/russie/poutine-torse-nu.jpg


      Dès son arrivée au pouvoir, Poutine met en place un régime de plus en plus autoritaire. Il réduit le rôle et le pouvoir des gouverneurs de régions et met les médias de plus en plus sous contrôle. La télévision, très regardée par les Russes, se trouve dans sa ligne de mire. C’est vrai qu’il a pu mesurer lors de son élection, son impact phénoménal sur l’opinion publique (il contrôle depuis tout ce qui est diffusé sur lui). Après la reprise de NTV (en avril 2001), par le géant gazier Gazprom dont l’actionnaire majoritaire est l’État, puis la fermeture de TV6 (en 2002), la chaîne critique à l’égard du pouvoir de Boris Berezovski, il ne reste plus une seule télévision indépendante en Russie. Surtout lus dans les grandes villes, comme Moscou ou St Petersbourg, les journaux qui ont un écho plus faible que la télévision, souffrent moins de la pression du Kremlin. Si quelques grands quotidiens gardent une certaine liberté de ton, l’autocensure qui est de règle dans le choix des sujets et la teneur des propos, limite leur marge de manœuvre. Les journalistes, non plus, ne peuvent pas exercer librement et en toute sécurité leur métier. Certains sujets, notamment la guerre en Tchétchénie représentent un réel danger. Les agressions et les tentatives d’intimidation se sont multipliées. Le meurtre n’est pas exclu. Durant la prise d’otage de Beslan en Ossétie du Nord (septembre 2004), le degré de censure imposé par le gouvernement russe, est monté d’un cran ; les journalistes envoyés par les médias étrangers, interpellés ou expulsés.

      http://www.arte.tv/fr/Programme/992080.html


    • vilistia 1er janvier 2010 17:50

      Reinette

      Evidemment qu’il fallait un homme autoritaire pour la Russie et c’est très bien.
      Je vous remercie de le souligner Et VIVE POUTINE d’avoir remis la Russie dans les bons.rails .

      Tellement redressée qu’elle fait comme la Chine, elle rachète des entreprises en Europe et USA .

      Reinette, il faut bien se débarrasser des dollars avant qu’ils ne servent plus qu’à jouer au Monopoly ;

      Et vous inquiétez pas des russes, ils n’ont pas l’intention de courrir après le dernier modèle de chez Mercedès ainsi du dernier écran plat ...
       


    • le-Joker le-joker 1er janvier 2010 17:53

      Et vous inquiétez pas des russes, ils n’ont pas l’intention de courrir après le dernier modèle de chez Mercedès ainsi du dernier écran plat ...


      Doivent pas être Russe à Chamonix alors smiley

    • vilistia 1er janvier 2010 18:03

      Joker

      Il nous faut des russes riches, pour la vitrine commerciale, c’est important.

      Il comprendra jamais rien ce Joker .

      Des russes riches et des français riches ( il en reste encore ) pour faire des affaires.

      Des russes riches, Poutine en a mis certain sans chemise et pantalon .

      Que veux-tu Joker , riche mais patriote ! Très important.

      A propos Joker , l’identitaire sur BIOUVAC, ça marche pas fort .
      Vous allez tous finir chez Sarkosy via Phillippe de Villiers .

      Quel homme ce Sarkosy !


    • Reinette Reinette 1er janvier 2010 18:25


      En Russie aujourd’hui, tous les sujets d’actualité se trouvent traités par rapport à Poutine, ses activités, ses déclarations, ses projets, et le plus souvent en lien avec le renforcement de la puissance et de l’idée nationale russe...

      http://www.russie.net/article4944.html


    • vilistia 1er janvier 2010 18:55

      Reinette

      Ryjkov fait parti de ces hommes politiques médiocres et réactionnaires .

      Comme Bayrou, il peut pas faire puissant en pourcentages de voix .

      Alors, il se plaint. Pauvre petit ....

      Tu le veux, Reinette, les russes te l’envoient .


    • vilistia 1er janvier 2010 18:59

      Reinette

      Occupe toi de la Franca qui se porte très mal.

      Et le prochain Président de la Russie sera soit Medé ou Poutine.

      Te fatigue pas , bientôt, il est possible que tu connaisses en France un dictat politique.

      Les russes aiment les chefs forts et se fichent de ta démocratie en trompe l’oeil .

       


    • millesime 1er janvier 2010 19:36

      victime de médias occidentaux... ;

      http://millesime ;over-blog.com


  • anty 1er janvier 2010 11:37

    Le peuple russe se porte beaucoup mieux depuis qu’il entretient des relations plus pacifiques avec l’occident.
    Il se porterait encore mieux si depuis 1917 il l’avait adopté cette ligne de conduite.
    Le monde actuellement serait encore plus pacifique.


    • vilistia 1er janvier 2010 18:06

      Anty le grand politologue de TF1

      Ouf, heureuseument que les russes ont Anty et sa basse- cour de petits coqs !


  • nhjsenior 1er janvier 2010 11:40

    Non mais quel honte cet article.

    Oser affirmer que Poutine, qui a redressé le pays à une vitesse fugurante, fut une chance pour la Russe, j’en reste con-fondu. Pauvre peuple Russe qui n’a jamais connu que l’exploitation et l’alienation dans son histoire, passant du tzarisme à la dictacture puis à la démocratie libérale la plus violente qui soit.

    De là à imaginer l’intégration dans l’Europe, vaste poubelle idéologique, pourquoi pas ? on a bien intégré l’Angleterre, le maitre à penser de l’idéologie financière qui dévore les peuples.

    Chère Madame l’auteur, j’ai éprouvé une grande nausée à vous lire et je suis sincère


    • Yvance77 1er janvier 2010 13:25

      Je cite : « Oser affirmer que Poutine, qui a redressé le pays à une vitesse fugurante, fut une chance pour la Russe, j’en reste con-fondu. »

      C’est la seule chose de bien dans le papier. La majeure partie du peuple russe est avec Poutine. Le voir comme un dictateur pour certains est une hérésie totale.

      Eltsine fût le grand coupable de la déchéance russe (après les communistes) qui vît cette nation sombrée dans une grande pauvreté.

      Allez en Russie et vous verrez à Monscou les programmes de constructions remplaçant les blocs qu’ils nomment Kroutchev (immeuble de 5 étages)

      La paubreté existe, mais contrairement au US il y a une médicine pour tous, voir un toit pour tous aussi.

      Renseignez-vous donc svp ou allez sur place, et constatez par vous même. Eteignez TF1 c’est pas là que se trouve l’info la vraie svp.


    • Yvance77 1er janvier 2010 13:28

      Je cite : « Oser affirmer que Poutine, qui a redressé le pays à une vitesse fugurante, fut une chance pour la Russe, j’en reste con-fondu. »

      C’est la seule chose de bien dans le papier. La majeure partie du peuple russe est avec Poutine. Le voir comme un dictateur pour certains est une hérésie totale.

      Eltsine fût le grand coupable de la déchéance russe (après les communistes) qui vît cette nation sombrée dans une grande pauvreté.

      Allez en Russie et vous verrez à Monscou les programmes de constructions remplaçant les blocs qu’ils nomment Kroutchev (immeuble de 5 étages)

      La pauvreté existe et elle est sur-estimée, et contrairement au US il y a par exemple une médecine pour tous, voir un toit pour tous.

      Renseignez-vous donc svp ou allez sur place, et constatez par vous même.

      Eteignez TF1 c’est pas là que se trouve l’info la vraie.

      A peluche


    • skirlet 1er janvier 2010 13:56

      Plutôt d’accord avec vous.


    • vilistia 1er janvier 2010 18:10

      nhjsenior

      Vite, vite , il faut envoyer des mouchoirs de cholet et Kouchner avec ses canons et ses droits de l’homme .


    • nhjsenior 2 janvier 2010 02:16

      La lecture des nombreuses réactions à cet article prouvent la belle tonicité de notre cher média qu’est Agora

      Je reste quand même choqué que l’on puisse évoquer l’amour d’un peuple pour un gouvernement fort et autoritaire, je reste profondément troublé qu’on puisse donner du crédit à un homme qui brade son pays et entraine son peuple dans des guerres de type coloniale et je ne crois pas que l’on puisse mettre en valeur un pays ou la misère est si grande que la durée de vie moyenne baisse.

      Il ne faut pas se faire d’illusion Poutine, Bush, Sarko, Obama (j’en oubli plein d’autre) sont tous interchangeables et participe d’une même idéologie dominante et aliénante. Ils se caractérisent par la défense des oligarchies financières la destruction des protections sociales la création d’une grande misère populaire. Bien sûr une certaine frange de la population y trouve son intérêt et en tire profit. Peut être que ce sont les mêmes qui rédigent des articles les encensants !


  • ZEN ZEN 1er janvier 2010 11:55

    Le régime d’Union sociétique n’avait de marxiste que l’étiquette..
    Dans La grande désillusion(ch3) Stiglitz décrit très bien l’offensive du FMI , après la chute du Mur, pour précher l’économie de marché la plus brutale et ruiner l’économie du pays avant son dépeçage programmé


    • Le péripate Le péripate 1er janvier 2010 12:06

      Oui, Stiglitz, l’auteur d’un rapport qui affirmait que Freddie et Fanny ne pouvaient en aucun cas faire faillite.

      Un voyant...... smiley


    • vilistia 1er janvier 2010 16:14

      Peripate

      Vous ne dîtes pas tout ; Toujours cachotier ; Vous ne précisez pas que la France va s’en sortir grâce à vous.
      La France a besoin de votre subtilité anarchisante.

      Bonne année à vous .


    • millesime 1er janvier 2010 19:39

      en effet ; heureusement que Poutine a su virer à temps tous ces affameurs du FMI pour redresser rapidement la barre.... !
      http:millesime.over-blog.com


    • krolik krolik 1er janvier 2010 19:50

      @Millesime.
      Mais Poutine a bénéficié d’une remontée spectaculaire du prix du baril de pétrole, ce qui a manqué à mon ami Igor Gaïdar.
      Poutine a eu de la chance d’arriver au bon moment.
      @+


    • ZEN ZEN 1er janvier 2010 20:08

      Péripate
      Un voyant ?....mal ! smiley
      Hors-sujet
      Oui Stilgitz s’est trompé...mais l’a reconnu

      Relisez le ch 3, il était bien placé pour observer ce qui s’est passé


    • millesime 1er janvier 2010 23:13

      @ krolik
      tout comme l’Argentine n’est-ce-pas.... !


    • krolik krolik 1er janvier 2010 23:24

      @Millesime.
      Mais les resources pétrolières/gazières de l’Argentine sont très limiiées de mémoire.
      Le FMI a mis l’Argentine sous tutelle avec les catastrophes que cela entraîne.
      Alors que la Russie n’a pas un poil de dette et a pu rembourser ses dettes (petites) très rapidement. Le FMI en Russie ? La Russie n’ayant pas de dette n’est pas concernée.
      @+


  • krolik krolik 1er janvier 2010 12:09


    Ah, nostalgie quand tu nous tiens !!

    Correction de quelques erreurs fondamentales dans l’article.
    L’URSS a commencé à exploser avant l’automne 1991. En Juillet 1991, le Ministre des Finances de l’Ukraine me demandait de lui faire une proposition pour la fourniture de la nouvelle monnaie de l’Ukraine indépendante. J’ai eu le contrat de fourniture de 1850 tonnes de « karbovaniets », autrement dit « coupons » en Ukrainien. Ces billets de banque simplifiés ont été notoirement imprimés par l’imprimerie du Timbre à Périgueux, au grand dam de Michel Charasse, Ministre français du budget de l’époque qui aurait voulu que je passe cette sous-traitance à l’imprimerie Oberthur dans sa circonscription élective.
    Donc l’URSS était bien malade avant le coup d’été d’Août 1991 puisque l’Ukraine voulait déjà « battre monnaie » en dehors de l’URSS.
    Et un jounraliste de FR3 apprenant que « Le Timbre » de Périgueux s’était mis en grève car trop de travail, demandant des explications à Roland Dumas quant à la position de la France aidant l’Ukraine à sortir de la « zone rouble ». J’ai vu débarquer dans mon bureau toutes les « chaussettes à clous » possibles. Ma vente ne tombant pas sous le coup d’avertissement aux exportateurs (pornographie, drogue, armes) j’ai viré tout le monde de mon bureau.

    Le parti Communiste de l’URSS était déjà bien malade avant sa dissolution par Eltsin. J’ai beaucoup d’amis ex-soviets qui étaient membres du « KPCC ». Il avaient une carte de membre. Sur cette carte de membre il apparaissait la coup de tampon mensuel de la quittance de cotisation. Et bien l’on s’aperçoit qu’ils ont tous arrêté de cotiser entre avril 1988 et Août 1988. En principe un fonctionnaire passait pour réclamer la cotisation. Mais il était impensable de ne pas payer sa cotisation : on pouvait perdre son emploi, perdre son logement... Et bien là plus rien, pas de cotisation, pas de fonctionnaire qui passe, le moteur qui hocquetait avait calé sur un point mort bas.
    Les Occidentaux n’avaient rien vu venir, rien provoqué.
    Et pourtant quelques années avant, un Allemand s’était posé en avion sur la Place Rouge montrant la déliquescence complète des mécanismes de l’Armée Rouge, déjà les Occidentaux n’étaient pas allés au bout de l’évènement.

    Si vous voulez faire une visite de l’URSS de cette époque en « profondeur » :
    http://perso.wanadoo.fr/krolik
    @+




    • skirlet 1er janvier 2010 13:53

      Lapinou, si vous corrigez, faites-le au moins correctement :¤) « Karbovaniets », ou plutôt « karbovanets » en ukrainien, c’est tout simplement « rouble » dans cette langue. Et les coupons s’appelaient les coupons, je les ai tenus dans la main et utilisés dans ces années où l’économie allait encore plus mal qu’avant. Sinon il est vrai que l’URSS tombait en morceaux lentement mais sûrement, et pas en un seul coup.


    • vilistia 1er janvier 2010 14:45

      Krolik

      Ah, nostalgie quand tu nous tiens !!

      Cher Krolik,
      On sent chez vous cette âme slave, romantique et mélancolique . Mon Dieu, j’arrive...

      Un petit effort et vous battrez Anty pour la russophobie.


    • anty 1er janvier 2010 15:07

      Non, anty ne se targue pas d’être russophobe mais idéophobe ou idéolophobe ou encore conneriphobe c’est selon .

      Le peuple russe a assez souffert de conneries de ses dirigeants il ne faut pas en rajouter...
       je n’ai aucune animosité contre ce peuple ni d’ailleurs contre aucun peuple de ce monde en générale.


    • skirlet 1er janvier 2010 15:34

      On sent chez vous cette âme slave, romantique et mélancolique

      Sûr que l’âme slave dépasse largement en kilomètres carrés les autres âmes du monde.

      Ne vous limitez pas à un seul cliché :¤)))))


    • vilistia 1er janvier 2010 16:02

      Skirlet

      Je vous rejoue tout simplement le les clichés des occidentaux , ils vous appartiennent et gardez -les !


    • vilistia 1er janvier 2010 16:18

      Anty

      Je connais votre blabla . BIVOUAC ID ne vous suffit plus.

      Comme identaire bas de gamme, vous pensiez rafler la Russie dans votre bas de laine après la chute du mur . C’est raté .

      A plus ;


    • vilistia 1er janvier 2010 16:19

      Anty

      Correctif

      Comme identitaire bas de gamme


    • skirlet 1er janvier 2010 16:49

      Ah, vilistia la passionaria :-¤))))))))))) Ne faites pas rire mes pantoufles en me traitant d’occidentale. Et vous êtes quoi au juste ?


    • skirlet 1er janvier 2010 17:11

      Soi-disant c’est une descendante d’aristos russes :¤)))))))))))))))))) Et ça ose me traiter d’occidentale...


    • vilistia 1er janvier 2010 17:24

      Skirlet l’occidentale

      Pas plus pas moins ....


    • vilistia 1er janvier 2010 17:31

      Wald

      j’aime bien, vous aussi le trolleur qui nous joue l’intellectuel de hall de gare .

      Des pseudos et pourquoi pas ... Papa, Maman , la petite soeur et la bonne.... .....

      Les arguments restent ... changez de disque, petit français.


    • skirlet 1er janvier 2010 17:55

      Beaucoup de bêtises également dans les commentaires de vilistia.


    • vilistia 1er janvier 2010 18:12

      skirlet

      j’adore votre réponse .

      Bisous


    • vilistia 1er janvier 2010 18:20

      skirlet

      Les russes ont une idée , ils vont vous piquer les restaurants du Coeur ;

      ca marche tellement bien avec Sarkosy, PATRIOTE DE TALENT .

      Voulez-vous mon balai pour nettoyer devant votre porte ?


    • krolik krolik 1er janvier 2010 19:03

      @Skirlet
      Alors au niveau de la traduction, quelle différence faites vous entre le karbovanets et le Grivna (Hryvna, comme vous voulez) ?

      Je ne vois pas du tou ce qui laisse à penser que je pourrais être russophobe !!! J’aime beaucoup les Russes, mais j’ai une allergie profonde au système « coco »

      @+


    • skirlet 1er janvier 2010 20:59

      Mais Lapin, je ne vous ai pas traité de russophobe ! Où avez-vu une chose pareille dans mon message ? Je crois que vous me confondez avec quelqu’un d’autre :¤)

      Au niveau de la traduction ? Ben, est-ce qu’on traduit les noms des devises ? Disons, il est possible d’appeler l’ancienne monnaie « karbovanets » (autrement dit, le rouble ukrainien), « hryvnia » la monnaie actuelle, et les coupons étaient les coupons. En tout cas, je me souviens quand au boulot on nous donnait le salaire en karbovantsi + l’équivalent de ces satanés coupons, et pour acheter des choses, il fallait présenter les deux.

      http://uk.wikipedia.org/wiki/%D0%A0%D0%B0%D0%B4%D1%8F%D0%BD%D1%81%D1%8C%D0%BA%D0%B8%D0%B9_%D0%BA%D0%B0%D1%80%D0%B1%D0%BE%D0%B2%D0%B0%D0%BD%D0%B5%D1%86%D1%8C

      http://uk.wikipedia.org/wiki/%D0%93%D1%80%D0%B8%D0%B2%D0%BD%D1%8F

      Quant au système coco, ma famille a eu assez de problèmes avec, pour en être nostalgique :¤)


    • millesime 2 janvier 2010 17:49

      vous avez vingt ans de retard cher krolik.... !


    • anty 1er janvier 2010 14:17

      J’ai l’impression que les ignorants se reconnaissent entre eux.


  • Shaytan666 Shaytan666 1er janvier 2010 13:13

    Du tout grand Eva, quand on pense que cette « mégère » a travaillé a l’ORTF  smiley


  • Mohammed MADJOUR Mohammed 1er janvier 2010 13:21

    « Objectif atteint en 1991 » grâce à Gorbatchev qui mérite une place dans le « monde arabe » pour avoir montré toute sa faiblesse et aussi sa grande disposition pour l’assimilation totale : il était envoûté par « l’Occident » à tel point qu’il avait initié la démolition de l’URSS avant même d’envisager sa « Perestroïka » ! Il fallait le faire !

    Plus minable que lui n’est pas russe, il s’est retrouvé plus tard aux USA comme SDF ...

    « L’Europe de l’Ouest », ce fragment qui empoisonne le Monde depuis des siècles avait donc tout manigancé pour détruire les pays socialistes et il est en train de les récupérer un par un pour être consommés à petit feu afin d’assurer sa survie !
     

    Les Français ont déjà envahi les campagnes polonaises, tchèques, roumaines ..., ils sont en train de les polluer !

    Mais l’avenir ne sera pas rose pour autant, les Russes déçus à mort ne pardonneront jamais, quand GAZPROM sera tarie les Tovarichs Bolcheviks envahiront les auberges de Moscou jusqu’à Porto pour le plus grand bonheur des Tziganes !


    « L’Europe » étant un Continent mal défini, la Russie n’a jamais fait partie, c’est un monde à part avec son histoire et sa culture .

    Mohammed.


    • le-Joker le-joker 1er janvier 2010 13:34

      C’est cela Mohammed et bien si nous sommes éloignés comme vous le dites des Russes je ne vous dis pas le gouffre qui nous sépare de vous.


    • anty 1er janvier 2010 14:23

      Les gens de l’est préfèrent les français et de loin que les islamistes ,c’est sûr.


    • skirlet 1er janvier 2010 14:43

      Et que préfèrent « les gens de l’ouest » ?..


    • anty 1er janvier 2010 14:57

      Les gens de l’est plutôt que les islamistes,c’est sûr.


    • DESPERADO 1er janvier 2010 15:19

      @anty
      Mort de rire, nos amis de la pleurniche arrive à placer leur propagande, même quand il s’agit de la Russie.
      Daï daï daï


    • vilistia 1er janvier 2010 15:42

      DESPARADO

      Ne vous inquiétez pas, ils n’ont pas encore digéré d’avoir perdu la 2 ème guerre mondiale.

      Il faut dire que les européens de l’Ouest n’ont jamais été des guerriers sauf dans leurs pantoufles.


  • Krokodilo Krokodilo 1er janvier 2010 13:49

    Article ridicule par ses aveuglements, mais c’est une tribune libre, vous avez donc le droit d’analyser l’histoire comme vous le voulez, mais ce n’est ni le travail d’un historien, ni celui d’un journaliste.
    « et la délinquance fit son apparition, » Trop drôle, il n’y avait donc du temps de l’URSS aucune mafia, aucune prostitution, aucun trafic, aucune délinquance ! Il n’y avait d’ailleurs aucune catastrophe non plus, de même qu’en Chine il n’y avait pas de SIDA jusque récemment : supprimez les statistiques et le thermomètre, il n’y aura pas de fièvre.

    Le point de vue des pays frères (satellites de la Russie dans l’ex-URSS) est totalement passé sous silence. Leur exploitation, leur domination, l’écrasement des révoltes, bof...

    « sans que Gorbatchev puisse s’y opposer par la force. »
    Et s’il n’avait pas voulu, tout simplement ? De nombreux témoignages lui rendent hommage (Hubert Védrine entre autres, je crois) et confirment qu’il a refusé l’usage de la force en toute connaissance de cause. L’histoire lui rendra probablement justice.

    La nostalgie de l’ex-URSS et de la protection sociale sont sans doute un des rares éléments exacts de votre article, noyés dans une analyse perso abracadabrante ; la guerre froide est connue de tous, ce n’est pas un scoop, mais le système était malade par essence (et par manque d’essence !). Tout attribuer au méchant occident est une grande surestimation de nos possibilités, quand on voit dans quel pétrin nous sommes en Irak et en Afghanistan. Demandez à ceux qui ot connu l’URSS, qui n’avaient pas accès aux boutiques réservées à la nomenklatura, et pour qui trouver du dentifrice était une bonne journée. relisez les classiques sur l’époque, les blagues russes ; les témoignages.


    • Shaytan666 Shaytan666 1er janvier 2010 14:18

      Les boutiques et les bars. J’ai connu à Leningrad (Saint-Pétersbourg) des endroits où il était interdit de payer en roubles, seules les devises étrangères et pas encore toutes étaient acceptées.


  • skirlet 1er janvier 2010 13:55

    Trop de majuscules, trop de bêtises dans cet article.
    Signé : une personne qui est née en URSS et qui y a passé la majeure partie de sa vie.


    • vilistia 1er janvier 2010 15:15

      Wald
      Vous allez vite m’expliquer ce qu’est un citoyen russe de base.

      Vous parlez d’un Empire.... Lequel , ah oui celui de Yalta je suppose !

      La Russie ne l’a jamais demandé cet Empire supplémentaire , c’était juste devenu une barrière de sécurite contre Mickey.

      La Russie actuelle fait 32 fois la France en superficie et dans cette dernière, vour remarquerez qu’elle possède des trésors connus et inconnus pour les non initiés tout en ayant un pied en Occident et en Orient .

      Ne le dîtes à personne, les russes sont très contents de vous avoir refilé le bébé Europe Centrale. Pour les capitalistes, impeccable...Délocalisations d’entreprises, populations malléables.
      Cerise sur le gâteau, vous avez récupéré les portions manquantes de votre Europe qui pourra dans la gaîté, continuer à jouer la girouette tout en manquant de caractère. Enfin chez vous !

      L’Auteur ne raconte pas d’inepties, elle connaît la Russie sauf elle a raté le dernier train :
      La Russie ne peut être eurosibérienne, elle est eurasienne.

      Je suis très heureuse qu’elle puisse redécouvrir les richesses culturelles de l’Orient avec la Turquie.


    • vilistia 1er janvier 2010 15:46

      Wald

      C’est pas la peine de sortir le bla bla de votre dictionnaire.

      J’aime pas les faux intellectuels. Désolée.

      Je n’ai pas la prétention de jouer les intellectuelles mais je sais reconnaître les vrais.


    • vilistia 1er janvier 2010 15:54

      Wald

      Arrêtez de raconter n’importe quoi sur la Russie.

      La Russie ne connaît pas son Orient. Marrant, vous êtes et cherchez bien par exemple sur Internet .

      Vous confondez entre autre, possession de territoires et influences culturelles.
      Moi, je connais ma voisine à la Dordogne, la Gironde sans l’avoir occupée.

      A propos, c’est quoi un russe pour vous... C’est un gaulois ou un franc par exemple ?


    • vilistia 1er janvier 2010 16:00

      Wald

      En matière de jeu avec les pseudos... Voilà, l’argument fatal de TOTO dans sa cour de récréation .

      Bravo , vous avez gagné un abonnement à la PRAVDA, le journal des incultes.


    • vilistia 1er janvier 2010 16:53

      Wald

      Faîtes comme moi, remerciez le Marechal JOUKOV, excellent militaire sûrement un joueur d’échecs et de GO ... Tiens une influence orientale, bizarre Monsieur !

      Quoique, je reconnais qu’ils savent jouer aux billes comme les français.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Gueorgui_Joukov


    • anty 1er janvier 2010 14:39

      Aprés la 2ème guerre mondiale

      la résistance ukrainienne et polonaise luttaient également contre l’occupant soviétiques.


    • vilistia 1er janvier 2010 15:21

      ANTY LE RUSSOPHOBE

      C’est quoi la Résistance Ukrainienne et polonaise contre l’occupant URSS.

      Je tiens à vous préciser que vous avez perdu la deuxième guerre mondiale ,
      certains français ont la mémoire très courte .

      Anty apprenez à faire la guerre, après on pourra discuter.

      A propos, ne lisez pas de trop la PRAVDA, journal pour les incultes.

      Vous n’êtes plus sur BIVOUAC ID, votre cuisine préférée .


    • eric 3 janvier 2010 13:08

      A leon, regarder à Stepan bandera


  • Petitpois Petitpois 1er janvier 2010 14:20

    Merci pour cet article Eva, article très juste auquel ses détracteurs non rien compris. Affligeant !

    Entre autres il ne s’agit pas d’une apologie d’un régime totalitaire, mais de rapporter ce qui s’est réellement passé dans au début des années 90, avant que le web ne nous donne la chance de vivre l’actualité au jour le jour sans l’enfumage des médias alignés occidentaux. Les principaux sites américains d’info alternative de qualité (libertariens, Alex Jones, etc) sont sur la même longueur d’onde qu’Eva.

    Maintenant Messieurs les critiques qui abhorez le totalitarisme, préparez-vous à la prochaine dictature, elle nous arrive d’Amérique à grands pas, et la France en est déjà le caniche nain.

    Que ferez-vous ?

    • anty 1er janvier 2010 14:36

      Moi rien ,car les E-U ne s’embarrasse pas de quelque chose qui ne marche pas .

      Et d’une manière générale les pays où la présence américaine était forte se porte très bien :

      Le Japon

      L’Allemagne

      La Corée du Sud

      etc...


    • bek 1er janvier 2010 16:29

      Pourquoi, alors ne pas les inviter en France, vue que les disparités s’aggravent et le chômage monte ?? a moins que le locataire de l’élysée est américan !!!


    • Petitpois Petitpois 1er janvier 2010 18:12

      @anty

      « Et d’une manière générale les pays où la présence américaine était forte se portent très bien »
      - L’Afghanistan
      - L’Irak
      - Le Vietnam
      - Les Philippines
      - L’ex-Yougoslavie
      - Le Panama
      - Le Chili
      - L’Italie (Glaudio)
      - La Grèce (Glaudio)
      - etc, etc, etc

      Et bientôt :
      - Le Yémen
      - Le Pakistan
      - L’Iran
      - etc, etc, etc

    • anty 1er janvier 2010 22:52

      Ne vous inquiétez pas pour ces pays ils se porteront mieux avec US que les russes se sont portés avec le communisme .


  • Alexandre Latsa Alexandre Latsa 1er janvier 2010 15:11

    Très bon, tout est dit, bravo EVA :)


    • vilistia 1er janvier 2010 15:24

      Latsa

      Pouvez-vous me préciser si vous êtes eurosibérien ou eurasien pour la nouvelle géopolitique ?


    • millesime 2 janvier 2010 17:56

      Bzrezinski met l’accent sur l’Eurasie surtout... ! (çà l’embête bien les accords Russie Chine)


  • vilistia 1er janvier 2010 15:29

    Wald

    J’adore votre russophobie et depuis le temps que l’on dit qu’ils crèvent de faim ou boivent comme des fous, c’est marrant, ils restent toujours des russes.

    Vous m’amusez lorsque vous jouez à l’intellectuel .

    Il parait que TFI et consorts vont se débarrasser de BHL ET FIKECRO.

    N’hésitez-pas, envoyez votre CV.


  • vilistia 1er janvier 2010 15:37

    LATSA

    Si vous êtes eurosibérien, vous remarquerez l’engouement de certains russophobes sur ce fil. Et si c’est le cas , vous vous trompez !

    Mais c’est déjà fait , la Russie s’est tourné avec la Turquie vers l’Orient.

    L’europe ne deviendra qu’un partenaire économique, sans plus .

    A part bien sûr, la France si elle souhaite comme elle l’a toujours fait, d’avoir des relations culturelles avec la Russie.


    • vilistia 1er janvier 2010 16:05

      Alchimie

      Oui camarade, j’arrive !


    • skirlet 1er janvier 2010 16:52

      Eh ben. Avec des amis comme ça, la Russie n’a pas besoin d’ennemis.


    • vilistia 1er janvier 2010 16:58

      Skirlet

      Je suis descendante d’aristos russes qui se fiche de Marchais et autres communistes de l’époque sauf que la Russie garde un intérêt pour le communisme et elle a raison.

      Vous voyez POUTINE avec sa tête de mongol déguisé en Mickey. mon Dieu !


    • skirlet 1er janvier 2010 17:11

      Descendante ? Née en France ? C’est donc pour ça que vos opinions sont si tranchées et ressemblent davantage à un moyen de se faire remarquer qu’à la vraie connaissance de la situation. Avec des amis pareils, la Russie n’a pas besoin d’ennemis.


    • vilistia 1er janvier 2010 17:35

      skirlet le nouveau pseudo de shaytan


  • R-sistons R-sistons 1er janvier 2010 16:03

    C’est sûr, Wald, que le modèle s’essouflait

    Reste que j’ai vu, constaté, que j’ai parlé avec des Russes de l’époque, juste avant la chute, et qu’à part le mauvais approvisionnement des magasins, les pénuries, ils étaient fiers de tout avoir gratuitement, et fiers de leur force

    Si aujourd’hui on demandait au Russe moyen (pas à la nomenklatura) placé dans 2 situations, celle du libéralisme à l’occidentale d’aujourd’hui et celle d’avant, travail, toit, tout gratuit etc, il aura vite choisi. En Allemagne de l’Est, la nostalgie est là, qui en parle dans les Médias, à part une phrase explicite : « Avant, c’était NOUS au lieu de JE ! » Essentiel...

     Pays Baltes : J’y ai séjourné ; moins soviétiques mais convaincus d’avoir le nécessaire : Travail, toit pas cher, gratuité de tout... les Baltes appréciaient. Même si l’Occcident, déjà, les travaillait de l’intérieur pour leur proposer le MIRAGE de l’Occident...

    qui en effet, comme écrit plus haut, vire au totalitarisme. Ca va vous plaire ?

    Totalitarisme soviétique avec patriotisme et travail et toit et tout gratuit (santé etc) , ou totalitarisme occidental avec asservissement, pandémies réductrices de population, médias staliniens, Big Brother, guerres préventives nucléaires et bactériologiques, OGM assassins etc ET pas de travail, toit hors de prix, précarité, fin des : services publics, Droit du Travai, protections sociales l etc etc. Choisissez votre totalitarisme ! Je préfère le premier au service du peuple que le second au service d’une mafia de psychopathes cupides

    L’Europe a été libérée par les Russes (20 millions de morts) et non par les Yankees (350.000 morts) qui au contraire, via les multinationales de mort et des familles comme celles de Bush, ont provoqué la guerre - pour récolter les fruits ensuite, faire de l’Europe le supplétif de l’Empire, la tête de pont... le cheval de Troie contre, justement, la Russie (et la Chine etc). 


    Bonne soirée eva







    • anty 1er janvier 2010 16:21

      Figurez vous que 65 ans après la chute du nazisme il ya toujours en Allemagne,en Autriche et

      même et oui ,et oui même dans la sainte Russie il y a encore des nostalgiques de cette

      barbarie.

      La plupart du temps ces gens primaires ne voient que l’image de l’ordre de force brutale que ce

      régime sanguinaire est sensé représenté tout comme pour les nostalgiques du communisme

      aujourd’hui.


    • le-Joker le-joker 1er janvier 2010 16:29

      Tellement fiers de leur situation qu’ils étaient prêt à en mourir pour en sortir. Mon dieu recouchez la vieille peau, mettez lui guerre et paix comme oreiller et sortez la pour la fête de l’huma des fois qu’elle fasse épouvantail pour la jeunesse.


    • bek 1er janvier 2010 16:42

      « L’Europe a été libérée par les Russes (20 millions de morts) et non par les Yankees (350.000 morts) »

      Chaque famille russe a payé de son sang pour libérer l’europe, et l’oncle Sam a cultivé avec arrogance et sans partage les fruits d’autrui avec la complicité des historiens et merdia silencieux.






    • ELCHETORIX 1er janvier 2010 16:55

      Bonjour madame , merci pour votre article qui remet à leur place les « apôtres » de l’occident .
      Oui , je fais partie de ceux qui regrettent l’URSS dont le communisme avec ses erreurs de certains dirigeants voulait apporter au monde un socialisme plus juste et plus humain pour tous les peuples , malheureusement la guerre froide imposée par l’occident a fait échouer ce projet en accélérant la course aux armements .
      Je partage entièrement votre conclusion exprimée dans vos deux derniers paragraphes de votre commentaire .
      Les mêmes qui fustigent l’histoire récente de l’URSS , rejettent actuellement l’ Islam du monde musulman , au nom de la liberté illusoire et fausse des valeurs l’occident avec son capitalisme prédateur et meurtrier !
      Bonne année 2010
      Cordialement .
      RA .


    • skirlet 1er janvier 2010 17:00

      Reste que j’ai vu, constaté, que j’ai parlé avec des Russes de l’époque, juste avant la chute, et qu’à part le mauvais approvisionnement des magasins, les pénuries, ils étaient fiers de tout avoir gratuitement, et fiers de leur force

      Mouais. Curieux : j’ai une vision quelque peu différente, mais bon, c’est pas étonnant que les gens ne disent pas la même chose entre eux et en discutant avec une étrangère.

      Totalitarisme soviétique avec patriotisme et travail et toit et tout gratuit (santé etc)

      Gratuit sur papier, mais essayez de vous faire soigner une dent sans avoir offert un p’tit cadeau au toubib... Votre plombage tombera bien vite. Ils ne vous ont pas raconté une blague hyper populaire : « On fait semblant de travailler, et ils font semblant de nous payer » ? Pensez-vous vraiment que le totalitarisme se réduisait au patriotisme tape-à-oeil ?

      Je préfère le premier au service du peuple que le second au service d’une mafia de psychopathes cupides

      Bou diou, là vous parlez comme un slogan de l’époque. Au service du peuple ? Ne faites pas rire mes pantoufles, comme on dit à Odessa. « Tchouktche est allé à Moscou, tchouktche a vu le panneau »tout au nom de l’homme, tout pour le bien de l’homme« , et tchouktche a vu aussi cet homme. » Au risque d’égratigner un peu vos illusions, je vous assure que les mafieux et les psychopathes ne manquaient pas, mais ils portaient un autre nom.

      Décidément, vous avez déjà dit tout plein de bêtises dans votre article, et vous en rajoutez dans vos commentaires.


    • skirlet 1er janvier 2010 17:03

      le communisme avec ses erreurs de certains dirigeants voulait apporter au monde un socialisme plus juste et plus humain pour tous les peuples

      Merci pour cette bonne blague. Soit vous n’avez jamais vu ce système de l’intérieur, qui n’avait jamais eu besoin de guerre froide pour déconner, soit vous êtes de mauvaise foi.


    • anty 1er janvier 2010 17:05

      350 000 morts fronts Eurpéens et fronts Asiatiques confondus svp et avec succés

      2 0 000 000 de morts conséquent surtout à une commandement tragiquement impuissant

      représenté par leur chef sanguinaire : stalin

      Que peut on dire ou conclure :

      l’intelligence côté américain

      bêtise stupéfiante côté soviétique

      Cette guerre que l’urss engagea a côté de la machine de guerre hitlérienne en 1939

      la Russie paye encore les conséquences dramatiques encore de nos jours ne serait-ce que du côté de la démographie.


    • vilistia 1er janvier 2010 17:15

      Anty

      Je reconnais chez vous le grand stratège militaire avec des soldats de plomb .

      Aujourd’hui la Russie , demain, les Arabes . Il y a rien sur TFI.


    • vilistia 1er janvier 2010 17:21

      skirlet

      Vous avez raison, j’en parlais l’autre jour avec ma concierge...

      Oh ma bonne dame, dans 300 ans, on en parlera toujours !!!!

      Et si on causait de la ligne Maginot !!!!!!

      C’est Anty qui a eu l’idée, les allemands ne devaient pas passer ....Un génie ..


    • vilistia 1er janvier 2010 20:18

      wald
      Les Russes ont perdu une quantité d’hommes considérable même après Stalingrad. Leurs techniques d’attaque par l’infanterie amenaient des pertes énormes.

      Quelle lapalissade ;

      Comment défendre un pays de 32 fois la France en comptant les moyens militaires de l’époque ’ il y avait des femmes dans l’aviation , on a même retrouvé des corps d’adolescents F et H par la suite .
      On remierciera Normandie niemen.

      La russie était attaquée de toutes parts :
      Le Japon, l’Iran aussi via les pays nordiques et les allemands avec
       l’ Europe Centrale et quelques illuminés de Charlemagne par exemple.
      St Pesterbourg était encerclée , on y a vu des cas de cannibalisme sur les morts... Faut bien manger .

      Alors des morts, il y en a eu .

      La réussite c’est grâce à ce génie militaire :
      le maréchal soviétique Joukov.


    • R-sistons R-sistons 1er janvier 2010 20:29

      Skirlet, l’ennui c’est que j’ai vu, pour la santé : Une Française de notre groupe est tombée malade, elle a été soignée gratuitement et bien !!!! Que se serait-il passé aux USA pour vous sans mutuelle ???? Eva


    • zelectron zelectron 1er janvier 2010 20:43

      @Vilistia
      Quelles pertes Allemandes contre les Russes ? (avec ou sans Joukov)


    • skirlet 1er janvier 2010 21:22

      Je vous crois volontiers. Les étrangers ont été traités bien mieux que les citoyens soviétiques, pour montrer aux autres pays les avantages du système. Les hôpitaux, j’en ai vu pas mal dans mon pays : comme patiente et comme étudiante en médecine. Sans faire une description détaillée, je peux vous assurer que si cette Française était traitée comme de simples gens d pays, elle s’en souviendrait avec stupeur et tremblements :¤)


    • skirlet 1er janvier 2010 21:23

      J’avais oublié : vous avez vu ce que vous a été permis de voir, ou ce qu’il était impossible de cacher (comme le manque des produits dans les magasins).


Réagir