dimanche 21 juillet 2019 - par Jacques-Robert SIMON

La Charia Néo-Libérale

Les uns cherchent un système parfait que l’on pourrait utiliser pour faire société avec des gens qui ne le sont pas ; les autres tendent à former des individus parfaits pour constituer des systèmes qui ne le seront jamais. Ces recherches sont devenues caduques : l’état de l’Art des sociétés post-modernes permet une toute autre approche.

JPEG

 Dans le passé des tables de la loi étaient censées être appliquées par tous, riches et pauvres, puissants comme misérables, évidemment avec une latitude d’interprétation plus grande pour les uns que pour les autres.

 « Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni aucune chose qui appartienne à ton prochain. » Cette proposition s’applique en premier lieu à ceux qui n’ont ni serviteur, ni servante, ni bœuf, ni âne plutôt qu’aux autres mieux dotés qui ont déjà partiellement atteint un paradis terrestre.

 La charia, fruit d’une révélation divine, est beaucoup plus détaillée pour indiquer les diverses normes et règles doctrinales, sociales, culturelles et comportementales qu’il convient de suivre. Mais elle souffre du même défaut que les tables de la loi plus anciennes : les mêmes préceptes sont applicables à tous, puissants ou misérables, ce qui oblige là encore à des détours de l’esprit subtils pour que chacun puisse jouir sans entraves dans la limite de sa puissance.

 L’idéologie néo-libérale est vide de toute idée, elle s’est contentée d’achever le Dieu-Amour pour mettre à sa place Mammon, le dieu-argent, le veau d’or. Cette divinité de substitution présente l’immense avantage d’être universellement reconnue quel que soit son ethnie, son lieu de vie, sa religion. Plutôt que de se baser sur un immatériel inaccessible, Mammon juge tous et chacun selon son seul niveau de richesse : « Il est riche donc il est Bon (voire le meilleur) ». Dans une société moderne devenue hyper-individualiste où l’accumulation de richesses est devenue la seule source de pouvoir, il est impératif de mettre en évidence que réussir est le signe d’une prédestination, d’un don, d’un talent, d’un mérite personnel, afin d’atténuer la rancœur de ceux qui échouent. Encore faut-il trouver un moyen de maintenir la multitude sous la férule des plus fortunés : c’est le rôle de la charia néo-libérale. 

 La charia néo-libérale utilise les immenses possibilités du numérique et du Big Data pour indiquer à chaque individu, pris isolément, l’ensemble des règles doctrinales, sociales, culturelles, cultuelles, relationnelles, comportementales édictées par la révélation néo-libérale qu’il doit suivre (en public comme en privé) sous peine de mort social. Historiquement, c’est la première fois qu’un dispositif permet non seulement d’inculquer les notions de Bien et de Mal au niveau individuel, en tout lieu et tout le temps, mais il permet aussi d’agir préventivement avant que toute faute moralement condamnable se révèle.

 La charia néo-libérale définira l’obligatoire, l’interdit, l’autorisé dans chaque circonstance de la vie. La charia ne sera pas révélée mais personne n’aura le pouvoir de la changer par une voie démocratique (qui supposerait qu’un individu·e vaille une voix). La charia n’aura pas à se fier à quelque imam pour détecter tout manquement d’infidèles, elle a d’ores et déjà à sa disposition des capteurs de localisation, de forme, de reconnaissance faciale, des dispositifs d’enregistrement des sons, des images (Ultra-violet, visible, Infra-rouge), des vibrations, des odeurs, des mécanismes de reconnaissance d’individu, des parents de l’individu, de toute la généalogie de l’individu, de tracer votre patrimoine génétique dans le temps, dans l’espace, des moyens de connaître vos avoirs financiers, vos dons, vos transferts licites comme illicites, des moyens de recherche d’une identité au milieu de milliards d’autres sans risque d’erreur, des moyens de corréler n’importe quel fait avec n’importe quel autre pour n’importe qui, n’importe quel groupe, clan, amicale, fratrie.

 Les caméras de surveillance munies de reconnaissance faciale permettent de suivre tous les déplacements. Les ‘télécrans’ permettent de filmer tous les lieux de vie non seulement d’un individu mais de tous les individus de la Terre et des alentours. L’analyse des situations filmées permet d’intervenir si besoin est. Les marchandises achetées, les courriers virtuels ou non échangés, les relations nouées ou dénouées, les remarques faites, les plaisanteries échangées, tous les aspects de l’activité humaine sont enregistrés puis disséqués pour séparer le Bien du Mal, le Vrai du faux. Bien évidemment les ébats sexuels, quelle que soit leur nature, font l’objet des soins informatiques les plus minutieux. Dans les rues, surtout l’été, les caméras sont équipées d’érectomètres pour quantifier avec précision le degré d’appétence (et leur nature intime) pour les personnes du sexe opposé, du même sexe, pour les militaires, les CRS, les gens de couleur (ou non, et les différences sensibles possibles)... ce qui permet de catégoriser les passants selon leur libido.

 La recherche du vrai n’est plus laissé à d’obscurs scientifiques, philosophes ou artistes, le vrai est désormais ce qui est cru, et ce qui est cru est ce qui est conforme à la réalité néo-libérale car l’algorithme ultime, celui qui décide de tout finalement, ne peut plus être modifié, réécrit, changé : il est devenu éternel, infaillible et tout puissant reléguant les dieux anciens et leur impuissance aux oubliettes.

 La charia néo-libérale détecte toute déviance de pensée et d’agir, mais comment agit-elle pour corriger les malfaisants qui, malgré toutes les précautions prises, veulent décider par eux-mêmes ?

 Pas de sang ! Pas de larmes ! Pas de geôles !

 Les ‘corrections’ sont toujours infinitésimales et n’agissent que grâce à des effets cumulatifs répétés. Par exemple, vous êtes ciblé comme présentant des risques de faire émerger une volonté personnelle, peut-être même une décision. Tout votre entourage, à leur insu, sera connecté afin, par des remarques plaisantes ou déplaisantes, des retards aux rendez-vous plus ou moins grands, des pannes plus ou moins fréquentes, des rencontres plus ou moins emplies de succès, de désastres, des soins médicaux plus ou moins peaufinés… permettent de vous remettre sur le droit chemin libéral. Si l’individu persiste dans son comportement malveillant, les corrections punitives augmentent corrélativement. Si l’individu s’améliore, une multitude de bienfaits le comble : des Big Mac multi-burger aux opiacées de synthèse. 

 Dieu demandait à chacun de sortir un peu plus chaque jour de l’animalité guidé par l’Amour. Les préconisations du quotidien étaient laissées à l’appréciation de chacun, d’où l’inefficacité de la méthode. Les règles de vie proposées, recommandées ou obligatoires pour respecter le Sacré ne tenaient pas compte de la personnalité de chacun des individus imposant en conséquence un égalitarisme économiquement inefficient. Les moyens technologiques post-modernes permettent de surmonter cette insuffisance. L’occident, le Monde sont en passe de se doter d’une charia uninominale grâce à l’informatique, aux banques de données et aux algorithmes d’intelligence artificielle.

 Le dieu numérique saura tout sur tout le monde et la charia qu’il appliquera aura la rigueur nécessaire pour que personne ne puisse le contester.

 Mais personne ne le contestera…

 Car des humanoïdes se chargent de l’interface entre le monde profane des humains et le sacré des logiciels, des progiciels et des algorithmes. Les ‘désirs’ du ‘Grand Frère’ sont anticipés en mettant l’accent sur le caractère affectif, émotionnel de tout événement, on crée une violente répulsion affective envers tout ce qui perturbe la charia et on engendre des élans pour tout ce qui la conforte.

 Mais les lendemains des sociétés d’hyperconsommation ne chanteront pas : il n’y aura pas assez de tout pour tout le monde. Une élite fortunée, en plus de seule dominer la planète, sera aussi la seule à avoir à disposition tout ce qui compte de raffiné, de sain, de bio… les autres se contenteront de la réalité virtuelle sans autre contenu que des rêves, des émois, des passions vides étroitement surveillés et canalisés par le ‘Grand Frère’. 

 Mais après tout, un algorithme intelligent peut-il faire pire que la succession de dirigeants qui se sont succédés au XXe siècle : deux guerres mondiales, la dévastation d’une partie de l’Asie, de la totalité de l’Afrique, des despotes mi-bouffons, mi-déments qui surgissent par des votes dits libres dans la plupart des démocraties occidentales ?

  Alors vive Gogol* 1er l’algorithme ultime, l’algorithme suprême, qui ne pourra faire que ‘moins pire’ que les humains.

  



67 réactions


  • popov 21 juillet 2019 16:33

    @Jaques-Robert SIMON

    Bonjour

    Et puis il y eut wikileaks et l’arroseur fut arrosé.


  • Jonas Jonas 21 juillet 2019 17:32

    La Charia Néo-Libérale : Liberté, Égalité, Fraternité


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 21 juillet 2019 17:42

      @Jonas
      Les valeurs immatérielles n’ont pas cours dans la charia néo-libérale.


    • Jonas Jonas 21 juillet 2019 18:33

      @Jacques-Robert SIMON « Les valeurs immatérielles n’ont pas cours dans la charia néo-libérale. »

      Le matérialisme est véhiculé par l’idéologie maçonnique : promotion du libéralisme et du naturalisme.

      Nier la transcendance de l’homme, donc ses valeurs spirituelles et morales par la recherche du salut, pour les remplacer par le système libéral, l’économie de marché, la consommation à outrance, transformant chaque être humain en citoyen nomade, un consommateur lambda sans identité, sans Histoire, remplaçable par n’importe quel autre.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 21 juillet 2019 19:00

      @Jonas
      Je ne nie rien, je décris.


    • Arogavox Arogavox 22 juillet 2019 08:57

      @Jonas

      Pire que ceux qui ne comprennent pas : ceux qui croient avoir compris mieux que tous !
       Et qui, le plus souvent, croient ne croire en rien !

      Ce qui relativise fortement cette idée :

      « Cette divinité de substitution présente l’immense avantage d’être universellement reconnue »


       ... car ceux qui se conforment aux préceptes de Mammon, n’ont souvent même pas conscience d’en passer par Lui ! Ils se font forts de vouloir ne reconnaître rien ni personne, et surtout pas la maîtresse Sottise qui les manipule comme une bonne pâte !

      « Ceux qui croient ne croire en rien ne doutent de rien » et ignorent d’abord et avant tout leur propre ignorance. C’est mathématiquement imparable autant que ballot.


  • pallas 21 juillet 2019 18:13
    Jacques-Robert SIMON

    Bonsoir,

    Ce monde ou l’individu est sous surveillance, les japonais y ont deja penser depuis longtemps.

    Itoh, jeune auteur romancier, mort d’un cancer dans la trentaine, avec 3 film animés dont je conseil, « Harmony » et « Genocidal Organ », « le premier est sans interet juste un essai », c’est pour adulte et ayant un minimum de culture, c’est extremement violent sur la nature humaine.

    C’est du Georges Orwell version Japonaise.

    Trés peut connu en France.

    Il y en a d’autres, mais je livre mon préféré.

    Pour revenir au fondamentaux H.G Wells « L’ile du Docteur Moreau »

    Salut


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 21 juillet 2019 19:00

      @pallas
      Merci des références.


    • Arogavox Arogavox 22 juillet 2019 09:37

      @pallas
      L’individu serait « sous surveillance » ?
        
       Cette vision semble ignorer la difficulté d’une telle tâche ... quand elle n’est pas auto-assignée à l’individu par l’individu lui-même. Sinon, comment une minorité de surveilleurs pourrait-elle jouir d’un contrôle des « masses » si elle gaspillait son temps à les surveiller ?

      « La recherche du vrai n’est plus laissé à d’obscurs scientifiques, philosophes ou artistes, le vrai est désormais ce qui est cru »
        voilà une bonne voie d’accès au solipsisme ! 
       Mais cette quête insensée « du vrai » n’a rien de nouveau. C’est depuis la nuit des temps que les prétentieux croient pouvoir approcher une « La Vérité », un « le vrai » ... plutôt que de se contenter de s’évertuer au seul effort humainement accessible : essayer d’être vrai, ie : de ne pas (se) mentir !

      (vous venez de lire ces mots grâce à des technologies redoutablement complexes ... mais, le fait qu’elles puissent être utilisées aussi pour « surveiller » ou autres objectifs répréhensibles, cela dévoierait-il mon message d’une recherche de vrai ?) 


  • AKIM 21 juillet 2019 18:29

    On n’a pas besoin du numérique et du Big Data pour savoir les règles sociales à suivre par l’individu. La charia tout court explique tout. Pas besoin de la charia néo machin smiley 


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 21 juillet 2019 19:02

      @AKIM
      Je décris une charia uninominale, adaptée sur mesure pour chacun, c’est cet aspect qui est nouveau.


    • Pascal L 21 juillet 2019 21:23

      @AKIM
      La charia « tout court » s’impose sans rien expliquer et la critique y est même interdite sous peine d’apostasie. C’est une norme sociale et politique au même titre que ce que tous les Etats veulent imposer à leurs peuples. Il est impossible de déceler la volonté de Dieu dans ces prescriptions qui semblent sorties tout droit de la volonté d’un calife.
      Le contrôle de ce que les personnes sont autorisées à penser est le fait de toutes les formes de pouvoir depuis que les hommes se sont formés en tribus. Il leur est impossible de se contenter du pouvoir temporel et les califes n’ont rien apporté de nouveau.


    • AKIM 21 juillet 2019 23:15

      @Pascal L
      Pourtant les meilleures des temps de arabes et des musulmans étaient sous le loi de la charia ( de 632 a 1258) . Mais quand ils l’on abandonné, ils sont devenus les esclaves de l’occident.  


    • popov 22 juillet 2019 07:18

      @AKIM

      Le meilleur des temps des arabo-islamiques, c’est effectivement sous la charia, comme l’a récemment démontré daech, quand les vermines islamiques peuvent impunément violer et asservir les Yezédis et autres « mécréants ».

      Si vous voulez vivre sous la charia, allez donc en Arabie Saoudite. Emmenez avec vous la grotesque idole des Bédouins et remettez-la sous son caillou dans le désert.


    • Pascal L 22 juillet 2019 11:12

      @AKIM
      Le meilleurs des temps des arabes, c’était une époque où les arabes étaient majoritairement chrétiens. Bien que la Jizya soit définie dans le Coran (s9, 29) elle n’a été appliquée que bien plus tard et cela a été le début de la fin. Depuis 2000 ans, tous les pouvoirs ont cherché à soumettre le christianisme et à en confisquer les richesses, mais cela a toujours tourné à la confusion de ces pouvoirs. Les Arabes étaient chrétiens avant que l’islam ne vienne tout détruire. Pourquoi ne reviennent-ils pas vers la foi qui leur apportait la liberté et l’indépendance du pouvoir ?


    • zak5 zak5 22 juillet 2019 18:25

      @AKIM
      et bien vous connaissez bien mal l’histoire de la civilisation dite arabo-musulmane. A l’apogée, le monde musulman étaient dirigés par des califes très peu musulmans au sens de l’orthodoxie du terme ; le vin, la poésie libertine (comme les noubas en Espagne ou ça ne parlait que de vin d’échanson et d’amour), la philosophie des anciens grecques etc. faisaient partis de la cour du monarque. C’est justement les coups de boutoirs du fondamentalisme musulman qui a provoqué l’écroulement de la civilisation islamique, comme aujourd’hui l’islamisme empêche les pays musulmans de devenir libres et démocratiques

      Ibn Khaldoun disait : "Lorsque le vent de la civilisation eut cessé de souffler sur le Maghreb et al-Andalus, et que le dépérissement des connaissances scientifiques eut suivi celui de la civilisation, les sciences disparurent... On en trouve seulement quelques notions, chez de rares individus, qui doivent se dérober à la surveillance des docteurs de la foi orthodoxe."
      (IBN KHALDOUN / Prolégomenes)

       


  • tashrin 22 juillet 2019 09:59

    article très pertinent, merci


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 juillet 2019 10:09

    Très bon article. Lire le psychanalyste Christian Nots. Etre informé, c’est déjà mettre un grain de sable dans la machine infernale.


  • Eric F Eric F 22 juillet 2019 12:12

    Le principe de surveillance des individus n’est pas spécifiquement d’essence néo-libérale, il relève d’abord de sociétés autoritaires très encadrées, ainsi la Chine est le pays qui pousse le plus loin la reconnaissance faciale et les délits contre la société, il n’y a pas de rupture depuis les « gardes rouges », mais un réajustement progressif. Dans les dictatures passées, c’est l’embrigadement et l’entre-surveillance notamment au sein de la famille qui assurait le contrôle de « conformité sociale ». La société libérale tend à devenir une société autoritaire à bas bruit, ceci dit, aucun d’entre nous ne sera embastillé pour l’avoir affirmé.
    L’enrichissement est une caractéristique néolibérale (les liens avec la « prédestination » dans le protestantisme sont un lieu commun, mais cela dépend de quelle variante de celui-ci, le puritanisme est plus austère), mais d’autres types de société traditionnelles ont également leur caste privilégiée avec des écarts de richesse aussi marqués, basées sur la « naissance » plutôt que le « mérite » allégué.

    PS : à propos de la « charia », elle n’est pas plus détaillée que les préceptes bibliques législatifs du Deutéronome ou du lévitique, mais ceux-ci sont devenus caduques depuis des siècles (du reste, la plupart de ces passages ne figurent pas dans la liturgie chrétienne).


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 22 juillet 2019 20:34

      @Eric F
      J’avoue que je simplifie très largement pour écrire mes articles et vos remarques sont pertinentes, mais je panse que le plus important subsiste.


  • sirocco sirocco 22 juillet 2019 12:51

    @l’auteur

    « Pas de sang ! Pas de larmes ! Pas de geôles ! »

    Lors de l’avènement de cette ère, de toute évidence Castaner aura depuis longtemps pourri dans les poubelles de l’histoire !


  • Spartacus Lequidam Spartacus 22 juillet 2019 14:10

    Atention tu tombes de vélo, c’est la faute au néo-libralisme, théorie dont personne ne se reconnait ou n’a jamais revendiqué d’y appartenir....

    Mais si técoute la radio tous les matins, qui a envie d’interdire de proscrire de limiter ?

    L’état. 

    Ce matin c’était l’état qui voulait « punir » Leclerc de chercher a faire moins cher pour les consommateurs....

    Quelle horreur essayer de faire payer moins cher la grande majorité des individus. Cette horrible cause de la main invisible néo libérale


    • tashrin 22 juillet 2019 17:23

      @Spartacus
      Leclerc va être sanctionné non pas pour avoir cherché à vendre moins cher au consommateur (ils s’en tapent tant qu’ils margent, que ce soit sur les clients ou sur les fournisseurs)... Ca c’est faux, manipulateur et propagandiste
      Ils vont être sanctionnés mais pour avoir sciemment contourné la legislation visant à proteger les producteurs, ce qui n’est pas du tout la même chose


    • Spartacus Lequidam Spartacus 22 juillet 2019 20:40

      @tashrin
      Les « producteurs ».... L’industrie agro alimentaire.
      La législation qui fait de certain fournisseurs un monopole commandité par l’état ?

      Leclerc ne cherche qu’a obtenir de meilleurs prix et répercuter sur ses clients en s’alliant a un groupe Allemand pour acheter moins cher.

      Des abrutis étatistes qui disent aux commerçants ou acheter et a quel prix....
      L’état et ses sbires ne sont que des apprentis Chavez.

      Dramatique soviétisation de la société


    • Eric F Eric F 22 juillet 2019 21:08

      @tashrin
      il semble que ce soient de grands groupes à forte marge qui étaient concernés par ces « centrales d’achat » (Coca, Nestlé ou autres), non pas des PME locales. Or une loi récente augmente justement la marge des distributeurs sur certains produits, sans que les producteurs de base n’en bénéficient.


    • Spartacus Lequidam Spartacus 23 juillet 2019 01:02

      @Eric F
      Une loi de merde contraint les enseignes a faire plus de 10% de marge sur les produits les plus connus.

      Officiellement, c’est pour des niaiserie de gens trop cons pour penser par eux même.
      En fait c’est pour récolter un max de TVA, sur les produits les plus vendus et qui constitue le principal du panier de la ménagère et enculer son pouvoir d’achat.
      Bref une loi de prédation étatiste.

      Leclerc essaye donc d’acheter groupé avec d’autres enseignes les produits pour faire des compensations de marge de cette loi soviétique.

      Leclerc est donc poursuivit pour .....
      Ne pas accepter de vendre trop cher les produits communs. UBUESQUE !


    • Eric F Eric F 24 juillet 2019 11:56

      @Spartacus
      Sur ce point, je suis plutôt d’accord avec vous. Du reste les produits équivalent vendus sous marque « distributeur » sont moins margés.
      Je suis par contre favorable aux dispositions qui favorisent l’approvisionnement local pour les produits frais, et il faudrait être bien plus sélectif pour le label « bio », pour lesquels de nombreux pays exportateurs ne sont pas aussi « regardants » que l’intransigeance hexagonale.


  • zygzornifle zygzornifle 22 juillet 2019 15:42

    Avec la charia n’oubliez pas de manger un kebab .... 


  • Hijack Hijack 22 juillet 2019 15:45

    Sans trop entrer dans le sujet, et avoir en diagonale lu quelques commentaires ...

    déjà le mot « charia » ... au sens propre, ne veut pas dire loi (dans le Coran et dans la langue arabe_ tapez dans Google traduction le mot « loi » en français et cherchez la traduction en arabe).

    .

    En quelque sorte, le mot charia veut dire voie à suivre preuve : toutes les avenues et rues arabes, se disent « chariha ou charia » ... donc voie, qui veut dire donc, bonne voie pour mener à la loi de Dieu, comme la loi en France (code Napoléon) se base sur des lois Divines (ne pas voler, ne pas tuer, ne pas ... etc ...). Tout le reste n’est que foutaises, soit de gens ayant mal compris qu’ils soient musulmans ou pas.

    J’ai lu qu’il était question de Daesh (créé par certaines politiques occidentales, les USA, le reconnaissent) oui, mais Daesh est le vrai anti Islam, même si bcp de musulmans parmi les plus limités ne le comprennent pas ou que des pro Zemmour le croient et, qui sont à mettre dans le même panier.

    .

    Bref, donc Charia = voie à suivre ... Qui peut aller jusqu’aux lois Divines, qui sont, à condition de réfléchir à peu près les mêmes dans chaque religion (en tenant compte des lieux et l’époque) . Par conséquent, et là aussi, contrairement à ce que bcp croient, un bon musulman est un homme qui suit les lois du pays où il se trouve, que ce pays soit musulman ou pas. Que ce pays se décale des lois Divines, peut évidemment poser des problèmes pour tous les vrais croyants juifs, chrétiens ou musulmans. /// Ces mal compréhensions sont mis en place par ceux qui souhaitent les divisions des ethnies ... et ceux qui les suivent, sont les petits soldats des créateurs de cette division, quelle que soit leur origine, donc zemmouriens ou daeshiens, même combat.

    .

    Le terme mécréant s’adressait uniquement aux idolâtres non croyant en Dieu unique, généralement arabes ... et non aux chrétiens ou juifs ... de plus, ce n’était même pas une insulte, juste une indication.

    Que le voile, burka, kamis, barbe etc ... ne sont pas interdites certes, mais ne sont pas des recommandations religieuses, mais des traditions, pré islamiques qui plus est. Les porter de nos jours est soit une très mauvaise compréhension des textes, soit une envie de communautarisme par rébellion face à une situation qui ne leur est pas favorable (vraie ou fausse), soit par simple bêtise qui nuit plus que n’aide la personne. 


    • Hijack Hijack 22 juillet 2019 16:04

      Pour ceux qui veulent vraiment aller plus loin ... et étayer ce que je dis ci-dessus sur le mot « Charia ou Sharia » ...
      .
      « Sharia » - Les mots du Coran

      Jaqueline Chabbi (moins de 5mn)
      Détricote le mot depuis son origine ...

      .
      .
      .
      « Mots d’Islam » par Ghaleb Bencheikh

      Charia
      (c’est très long, mais intéressant).


    • tashrin 22 juillet 2019 17:25

      @Hijack
      Merci
      Sauf que c’est pas du tout le theme de l’article :)
      C’est drole en fait... Suffit de mettre un terme equivoque dans l’intitulé, puis d’ecrire un article sur les bisounours... et les commentaires focus sur l’islam :)


    • Hijack Hijack 22 juillet 2019 17:46

      @tashrin,

      Oui, désolé à l’auteur ... mais je me suis dépêché d’apporter une petite précision (sans prétention de ma part, mais juste pour avoir fait des recherches sur ce mot ... tellement il est tronqué, pour éviter que l’on dévie du sujet) ...
      Voilà pourquoi, j’ai indiqué ne pas participer au sujet ... sachant très bien par habitude, où va dériver la discussion.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 23 juillet 2019 15:30

      @Hijack
      Je connais un peu les propositions de l’Islam mais ce n’est pas le sujet traité.


    • Hijack Hijack 24 juillet 2019 00:20

      @Jacques-Robert SIMON

      Oui, je me suis expliqué plus haut ...


  • Ecométa Ecométa 22 juillet 2019 16:51

    Personnellement, mêler Dieu et Diable aux affaires des hommes ne me convient pas !

    Voyons, ayons le courage de regarder en face la connerie humaine dans les affaires humains : le « libéralisme économique » en est une belle !

    Le libéralisme est un concept, à l’origine anglo-saxon, puis ensuite américano-anglo-saxon ; les derniers se faisant manger la laine sur le dos avec le dollars comme monnaie d’échange internationale, pratiquement la seule monnaie... un peu l’ « € » !

    Ce système, qui entend instaurer la liberté de commerce ; phagocyte l’économie mondiale par sa monnaie.  !l n’est pas normale, sauf à fausser tout jeu économique, national ou mondial, qu’une monnaie nationale soit en même temps, pratiquement la seul monnaie pour les échanges internationaux !

    Quand l’Europe et le reste du monde se débarrasseront-ils de ce système américain libéral prévaricateur ? Quand appliquerons nous le système de changes proposé par Keynes à Bretton-Woods : le « BANCOR » ; ou quelque chose de la sorte basé sur le « clearing », pour en finir avec cette guerre mondiale économique imposée par les États-Unis ?

    Dire que c’est le peuple français qui a offert aux États-Unis, pour fêter le centenaire de leur indépendance ; la statue de la « Liberté éclairant le monde » ? Mais quelle liberté ? La leur ; seulement la leur : égoïstement la leur ; c’est une vraie farce !

    Ce pays qui n’ a pas hésité, car les choix démocratiques de ces pays ne leurs convenaient pas, à instaurer des dictatures dans toute l’Amérique du sud ! Et que dire de ces tractations combien prévaricatrices qui apparaissent, désormais, et historiquement, au grand jour, au sortir des deux dernières guerre mondiales !

    Et à Bretton-Woods quelle négociation de marchands de tapis en leur si en leur seule faveur !

    Quand allons-nous enfin en finir , non pas avec cet ordre mondial américains, mais ce désordre mondial américains : cette guerre économique mondial ; avec cette armes de destruction massive de l’économie mondiale qu’est le « $ » américain ! 

     C’est le moment de faire un grand pied de nez à Trump et à toute cette Amérique, non pas « libérale », mais tenante du libéralisme économique, d’un système prévaricateur à souhait !

    Pour information le PIB mondial, la vraie économie, était de 84.740 milliards de dollars en 2018.

    Les échanges internationaux de produits étaient de 17.730 milliards de dollars et de 5.280 milliards pou les services. ; soit un total de 23.100 milliards. C’est dire 27,3 % du PIB mondial ; c’est à dire beaucoup de pays qui ne sont pas en autonomie économie : qui sont dépendant et même maintenu dans cette dépendance ! 

    Pour les opérations de changes le montant journalier, selon le FOREX, est de 5.100 milliards de $ ; soit à l’année la somme astronomique de 1.900.800 milliards de « s ». Ce marché, de gré à gré n’est absolument pas régulé !

    Quant à lui, le marché des produits dérivés serait annuellement de 1.500.000 milliards de « $ » avec un passif de global de 2.000.000 de milliards de « $ ». Le PIB mondial étant de 84.000 milliards de « $ », il en résulte que un passif de 2.500 % du PIB mondial ! 

    Et nous, français, on nous fait chier avec un taux d’endettement de 100 % du PIB et un déficit supérieur à 3% ; Eh, oui, c’est pour satisfaire l’économie sociatle ! mais quelle économie sociétale ? Ça existe l’économie sociétale ?.

     Quand allons-nous ; quand aurons-nous le courage politique de remédier à tout ce « grand Barnum » économique ?


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 23 juillet 2019 15:31

      @Ecométa
      Je crains qu’historiquement il y a toujours eu un pays le plus fort. Après les USA, il y en aura un autre.


    • Ecométa Ecométa 23 juillet 2019 20:17

      @Jacques-Robert SIMON

      Tout est parfait alors ; mais à quoi sert votre article tellement ambiguë ?
      Les instances internationales devraient être en mesure de nous protéger de ce genre de domination !


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 23 juillet 2019 20:23

      @Ecométa
      En Chimie, tout est équilibre entre contraires.


    • Ecométa Ecométa 24 juillet 2019 10:21

      @Jacques-Robert SIMON

      Pour, soi-disant comprendre, la science sépare et divise parfois à l’antagonisme tout ce qui pourtant naturellement participe, s’entretient et collabore !

      Il n’y a que dans la petite cervelle d’humains rationalo positivo technoscientistes que les choses s’opposent à l’antagonisme. 

      Monsieur le chimiste, ne prendriez-vous pas pour contraire ce qui, en réalité, n’est que complémentarité (et équilibre) car dans la nature rien n’existe par lui même et pour lui même : tout participe, s’entretient et collabore !

      Une sérieuse remise en cause épistémologique s’impose ; tout comme les physiciens de la physique quantique sont passé du simplisme au complexe ; tous les scientifiques qui se respectent, toutes les sciences qui se respectent devraient opérer ce changement : cette révolution épistémologique ! 

      Un nouveau paradigme lié à la complexité en lieu et place de la simplification au simplisme s’impose !


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 24 juillet 2019 11:12

      @Ecométa
      Si vous faites une réaction quelconque A+B=C, il y a un équilibre entre A+B qui donne C et, dans le sens contraire, C qui donne A+B. C’est ainsi partout.
      Les notions de systèmes complexes reposent sur des réactions du même type, sauf qu’il existe en plus des rétroactions : la présence de C peut accélérer la réaction A+B.


    • Ecométa Ecométa 24 juillet 2019 14:20

      @Jacques-Robert SIMON
      Sauf que un système + un autre système = ne donne pas deux systèmes mais, par émergences, plus que deux systèmes ; en l’occurrence... 1+1 pourrait faire 3 ?


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 24 juillet 2019 17:29

      @Ecométa
      Il est difficile d’unir deux systèmes. Dès qu’ils interagissent, même très faiblement, c’est un seul système.


  • JPCiron JPCiron 22 juillet 2019 19:08

    C’est un très bon Article ! Merci

    Il est encore meilleur à la seconde lecture.

    .


  • Pierre Régnier Pierre Régnier 22 juillet 2019 22:40

    L’article décrit bien la réalité à laquelle aboutit le néo-libéralisme aujourd’hui.

    Mais le fait d’avoir choisi le mot charia pour décrire ses règles tend à faire croire que celles de l’horrible religion islamique sont, sinon remplacées, du moins à oublier parce qu’un peu dépassées et, au fond, « pas si terribles que ça ».

    L’auteur, consciemment ou pas, situe ainsi son discours parmi ceux de ce qu’on nomme encore « la Gauche ».

    Or, quoi qu’en dise cette mensongère et hypocrite fausse Gauche, l’actuelle société « libérale » française cumule, dans les faits, les deux monstrueuses « charias ».


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 23 juillet 2019 15:33

      @Pierre Régnier
      Il n’y a jamais aucune arrière pensée dans ce que j’écris. Par contre, j’assume tout ce que j’écris. Je supporte mal la domination, encore plus mal toutes les barbaries.


  • zygzornifle zygzornifle 23 juillet 2019 09:12

    Après la charia le chienria pointe sa truffe ..... 


    • OMAR 23 juillet 2019 11:08

      Omar9
      .
      @zygzo-sniffe
      .
      Que t’es drôle !!!!
      .
      Plus drôle que ce @pierre renier et sa psychopathe islamophobie...


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 23 juillet 2019 14:18

      Attention tout de même, Donatien, de ne pas rejoindre ceux que je qualifie d’athées obscurantistes.

      Je nomme ainsi ceux des athées qui, par mépris de la culture, de l’histoire, de la vérité... mais probablement surtout par paresse, refusent de chercher à comprendre pourquoi des croyants fidèles d’une religion, l’islam, massacrent et maltraitent en toute « bonne conscience » depuis 14 siècles.

      Ces athées sont très à la mode, et soutenus depuis quelques décennies par des politiciens et des journalistes aux pouvoirs dans les médias dominants. Mais ils n’en sont pas moins aussi dangereux que ces illuminés de la Révélation, ces allumés dont vous vous méfiez avec de bonnes raisons.


    • OMAR 23 juillet 2019 19:30

      Omar9
      .
      @Donatien
      .
      Je vous mets au défi de prouver que je condamne l’athéisme ou toute autre conviction ou croyance personnelle ou communautaire, à l’exception de ces abjectes idéologies comme le sionisme que j’assimile au nazisme, le suprémacisme, le racisme, ou ces sentiments diaboliques comme la haine, le mépris et autres saloperies.
      .
      Perso, je traite les adeptes de ces monstruosités citées supra de psychopathes, car ce sont eux qui s’attaquent au genre humain, juste pour une difference physique, de couleur, d’origine, de croyance ou de culture.
      .
      Je ne nie pas que parmi les croyants, il y a malheureusement un troupeau impressionnant composé de ce genre de tarés, en commençant par dénoncer mes propres coreligionnaires comme ces bedouins wahhabites.
      .
      Aussi, soyez plus que rassurer que je respecte totalement et naturellement votre laïcité tant que vous ne représentez aucune menace physique et réelle pour moi.


    • OMAR 23 juillet 2019 22:16

      Omar9
      .
      @kalamitor
      .
      J’ai parlé d’athéisme au début de mon commentaire.
      Et je crois que la condition pratique et essentielle de l’athéisme est avant tout la laïcité qui se traduit par l’absence de toute ingérence ou prééminence religieuse dans les affaires et décisions de l’état.
      Maintenant, si cela vous apparait encore confus, je vous rassure aussi que je respecte totalement et naturellement l’athéisme de @Donatien tant que celui-ci ne représente aucune menace physique et réelle pour moi.
      .
      Quant à @pierre renier, il pêche le requin et rêve de moi comme appât...


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 24 juillet 2019 09:18

      @kalamitor

      Il n’y a rien de respectable non plus dans l’obscurantisme athée.

      Heureusement, il n’est pas tout l’athéisme mais, depuis quelques décennies il fait, en France et en Europe, encore plus de dégâts que l’obscurantisme religieux. C’est principalement à lui que l’on doit l’actuelle islamisation de la France, une gravissime régression.


  • Ecométa Ecométa 23 juillet 2019 16:33

    « Des illuminés de la révélation... »

    « des athées obscurantistes ;.. »

    Quelle révélation ? Que Dieu n’existe pas .... je n’avais encore jamais entendu une révélation dans ce sens ; c’est à dire hors croyance dans un Dieu ! Peut-être y aurait-il un Dieu des athées ?

    Quel obscurantisme ? Du fait de ne croire ni en Dieu , ni en diable !

    Il n’y a ni Dieu, ni diable ; il n’y a que le bon ou le mauvais génie du genre humain... et depuis quelque temps c’est plus le mauvais génie, qui, hélas, est à l’œuvre.

    Comment peut-on espérer parvenir à une vérité de l’être humain en nous basant d’emblée sur un mensonge avec l’idée de créationnisme ? Comment, dans de telles conditions de mensonge, de supercherie : nous assumer en tant qu’ être humain ?

    Nous, les humains, et c’est fait,  nous venons de l’animalité, il y en a des preuves archéologiques sur toute la terre. C’est l’évolution qui a fait ce que nous sommes : des « HUMAINS », avec toutes les difficultés que cette condition humaine impose et suppose !

    L’être humain est fantastique car il est ouvert sur le meilleur comme sur le pire ; c’est à lui de cultiver ce qu’il y a de meilleur en lui et non de pire !

    Ceci ne peut, et ne pourra se faire, non pas par la grâce de Dieu, mais uniquement par l’intelligence collective : il y a encore un sacré boulot à faire !

    le libéralisme économique, qui relève purement et simplement de la prévarication économique, est l’un des pires concepts inventés par l’humain puisqu’il refuse toutes contraintes sociétales empêcheuses de tourner en rond dans ce cercle que l’on nous vend comme vertueux, qu’il l’est uniquement pour certains, et qu’il n’est que vicieux pour tant d’autres !

    Albert Einstein disait qu’il est hélas devenu évident que notre technologie à dépassée notre « HUMANITÉ » ! 

    Il disait aussi que ce qui fait la valeur d’un être humains , c’est de s’être délivré de son petit moi !

    Il semble évident que les puissants de ce monde ont du mal à se débarrasser de leur petit moi !

    Avec le libéralisme économique et son corollaire le rationalisme économico technoscientiste, nous vivons ce que l’on peut appeler une modernité régressive au plan humain  !

     « Un athée obscurantiste »


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 23 juillet 2019 17:43

      @Ecométa
      Bien entendu, il y a un sacré pour les athées, du moins ceux qui s’écartent un tant soit peu de l’animal. On peut l’appeler Justice si l’on veut.


    • Ecométa Ecométa 23 juillet 2019 20:11

      @Jacques-Robert SIMON

      Je n’appelle pas cela du « sacré », mais simplement le fait de faire « société » ; de croire au principe d’ HUMANITÉ !

      Le sacré ne concerne que le religieux ! Quant à la justice elle est essentielle mais pas sacrée ; elle doit d’ailleurs être qualifiée humainement !

      Tout doit être qualifié humainement, passé a crible du principe d’humanité ! Même l’intelligence humaine doit être qualifiée en termes d’entendement... de bonne intelligence , ou en termes de « malignité » et de mauvaise intelligence  !

      Avec la voie du libéralisme économique nous sommes dans la malignité : dans le prévaricateur !


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 23 juillet 2019 20:25

      @Ecométa
      Ce qui est nécessaire et difficile s’appelle le Sacré.


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 24 juillet 2019 09:57

      @Ecométa

      Je suis totalement d’accord avec vous sur les méfaits du libéralisme économique. D’ailleurs vous êtes de ceux qui précisent « économique », ce qui montre que vous êtes conscient de la tricherie langagière extrêmement répandue de nos jours.

      Dans ce que vous écrivez ici je ne vous vois pas comme un athée obscurantiste, lequel n’est pas pour moi celui qui ne croit ni en Dieu ni en diable. Celui-là croit à la raison humaine et à l’indépendance de l’esprit. Il a alors toute mon estime et tout mon respect.

      Les athées ne deviennent pour moi « obscurantistes » que lorsqu’ils refusent d’étudier ce qui différencie les religions face à la violence prétendument « voulue par Dieu » pour de prétendues "bonnes raisons". Ceux-là, extrêmement présents de nos jours chez les politiciens, les journalistes, les enseignants, les magistrats... aux pouvoirs politiques et médiatiques, sont parmi les principaux responsables de la violence islamique qui s’installe dans les pays anciennement démocratiques.


    • Ecométa Ecométa 24 juillet 2019 11:06

      @Jacques-Robert SIMON

      Seule la vie, toutes les vies, sont sacrées et doivent être respectées... et surtout la vie économique ou sociétale, car pour moi l’économique est inséparable du sociétal ; sans société, sans le fait sociétal : il n’y a pas d’économie possible !

      la mort la plus terrible n’est pas la mort physique , sauf pour les proches qui ont aimé le défunt ; la pire mort c’est la mort sociétale, sociale, car vous êtres toujours là et vous subissez cette mort !

      Et pourquoi ce qui est « nécessaire », notamment la vie, serait difficile ? Pas évident, pas facile, complexe : oui ; mais difficile, impossible, compliquée par un savoir rationalo technoscientiste totalement crétin car prévaricateur : sophiste et cynique !

      C’est nécessaire, je m’en excuse : je vais y aller fort ! Vous êtes à ce que vous dites un scientifique tenant de la pensée simplificatrice au simplisme qui confine à la chose pour la chose et la chose imbécile ! Moi je m’identifie comme un « écologue », qui fait sien le principe cognitif de Pascal (ce lien invisible « écosystémique » qui lie toute chose) ; je suis un tenant de la pensée complexe, car tout participe, s’entretient et collabore dans la nature physique... pourquoi en serait-il autrement en termes de métaphysique humaine... en termes de savoir humain ?

      Je vous pose une question essentielle, humainement essentiel : savoir pour quoi faire ? Pour réellement comprendre en termes d’entendement... de bonne intelligence ou en termes de malignité pour tout manipuler ?

      Les mots en ’isme«  fleurissent dans le langage »technoscientiste« , mais les mots en »isme" sont des paroxysmes : ils sont comme autant d’abus des choses ! La réponse de cette civilisation paroxysmique

      à ma question sur le savoir est : pour tout mieux manipule r ! 
       


  • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 23 juillet 2019 20:03

    Excellent Article...

    Les idéologies ne sont que les excroissances des religions qui ont mutés vers l’adoration de Mammon.

    Les écritures nous ont mis en garde depuis des millénaires sur les événements de la fin des temps à laquelle nous ne sommes visiblement plus qu’a quelques encablures.

    Le pire, c’est que ce sont ceux qui pensent faire le bien de l’humanité qui sont les principaux artisans de cet course vers l’abîme à laquelle ils entraînent de gré ou de force ceux qui la fâcheuse habitude d’être du « mauvais coté de l’histoire »

    La consécration messianique de cet idéal suppose qu’il ne doit plus rester d’individus vivants mais uniquement des morts-vivants, des individus sans repères spirituelle et n’ayant plus que le consentement comme seul horizon de vie.

    Sans être religieux pour autant, il faut bien reconnaître que les écritures avaient vu juste.

    « Laissez les morts enterrer leurs morts »

    « Réveille-toi, ô toi qui dors, relève-toi d’entre les morts et Christ t’éclairera »

    Christ n’est pas un sauveur mais une rédemption à laquelle tout le monde peut prétendre à condition de voir claire et d’accepter de mourir pour ce monde.

    « Quand tes yeux s’ouvriront, tu mourras » Il s’agit bien évidemment d’une mort matérielle et non pas d’une mort physique.

    Et comment ne pas penser à la traversée du désert du Christ quand Satan tente de le perdre en lui proposant toutes les richesses de la terre à condition que celui-ci se prosterne devant lui. Ce que le Christ refuse en prononçant ses mots « Mon royaume n’est pas de ce monde »

    Il est là le combat...


    • Ecométa Ecométa 24 juillet 2019 11:59

      @Florian LeBaroudeur

      Sur le fond je partage votre point de vue !

      Je connais la religion catholique, ou plutôt chrétienne, pour l’avoir étudiée et j’adorais les textes anciens plein d’enseignements de vie, et pas que... parfois des choses terribles ! Il y a des références, des leçons, comme dans les fables de Jean de la Fontaine qui ne fait jamais référence à Dieu ; autant de choses dont nous devrions effectivement tenir compte ! le problème c’est qu’il n’y a plus de réflexion ni dans l’action, ni au plan fondamental : que de l’action en termes de rationalisme positivo technoscientiste... une fuite en avant à une vitesse vertigineuse !

      le « scientisme positiviste » auquel nous sommes revenus depuis bientôt un demi siècle avec l’économie ; pour Milton Friedman l’économie doit être une science positive, (une science qui se regarde technoscientifiquement le nombril) : le positivisme rejette toute possibilité d’introspection et toute causalité  : il n’y a que des conséquences sur lesquelles il nous suffit d’agir .... c’est la raison pour laquelle nous ne faisons qu’ajouter des conséquences à des conséquences et forcément des problèmes à des problèmes : que nous nous enterrons sou la sciure la plus épaisse d’un positivisme rationalo technoscientiste totalement crasse... pourtant abandonné en son temps mais avec lequel nous sommes revenu avec le libéralisme économique et Milton Friedman. 

      Pour ma part j’ai cessé de mêler Dieu aux affaires des humains car ils doivent s’assumer eux-mêmes et surtout leurs « bêtise humaine » qu’ils répète à l’encan ; Dieu comme diable étant souvent des boucs-émissaires, de faux prétextes, pour les uns comme pour les autres ! De plus je suis un partisan de l’évolutionnisme et non du créationnisme ! Nous venons de l’animalité et nous évoluons vers l’ HUMANITÉ, et hélas vers le « transhumanisme » donc la fin du principe d’humanité si nous ne nous ressaisissons pas ! 

      « Les idéologies ne sont que les excroissances des religions qui ont mutés vers l’adoration de Mammon ».

       

      Le problème n’est pas l’idéologie, la logique des idées, mais l’idéologisme : l’idéologie poussée à son paroxysme ! Il faut avoir des idées, c’est le propre de l’humain que penser et développer des idées à partager. Mais les idées, comme la totalité de notre savoir, doivent être passées au crible de l’entendement, de la bonne intelligence, du « principe d’humanité », par la méthode de l’ O. D. E. A. par le : le questionnement Ontologique, Déontologie, Éthique et d’Altérité, afin de les différencier de la malignité : de la manipulation !

      Même l’intelligence doit être soumise à ce questionnement afin de savoir s’il s’agit d’une bonne ou d’une mauvaise intelligence !
       


  • Olivier MONTULET Olivier MONTULET 25 juillet 2019 13:59

    Il est étonnant que malgré que le sujet de l’article porte sur le néolibéralisme, plus exactement le (néo) libéralisme, les commentaires porte sur « la Charia » et plus généralement sur l’Islam et les musulmans.

    Cependant il est malheureux d’utiliser le mot « charia » dans sont sens dévoyé (par le Wahhabisme) récent alors qu’il eut été plus judicieux de parler de « doxa » ou de « dogme ».


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 25 juillet 2019 17:20

      @Olivier MONTULET
      Je n’ai pas utilisé « charia » par hasard, il s’agissait de créer un contraste. Bien entendu, d’autres termes seraient sûrement mieux adaptés.


Réagir