mardi 17 avril 2012 - par VICTOR LAZLO

La fascination terroriste

A l'orée du procés Breivic en Norvége se pose la question de la fascination du terrorisme telle qu'elle s'exerce sur les peuples d'Europe.

Anders Breivic est notre concitoyen européen. Il est un des visages les plus obscurs de nos cultures et de nos mythes.

Au mois de juillet il a tué délibérement plus de 76 personnes.

Il se présente comme un combattant, ayant agit en état de légitime défense face à des personnes qu'il a considéré comme des "collaborateurs" des nouveaux envahisseurs définis comme islamistes.

Nous n'entrerons pas dans des considérations sur sa santé mentale ou sur des considérations idéologiques qui l'auraient motivées, qui vont de la Franc-Maçonnerie aux théories du Contre-Djihad , dans le cadre duquel les attentats qu'il a commis seraient considérés comme la simple et légitime réplique aux assassinats pérpétrés par les islamistes et leurs alliés en Europe depuis plusieurs décennies- des attentats en France de 1987, 1996 à ceux commis en Angleterre, Espagne et ailleurs.

Nous nous interrogerons plûtot sur le cadre culturel dans lequel s'inscrit Breivic. Fan d'armes, et de jeux où on tue en masse de façon virtuelle ; Breivic est aussi l'enfant d'un univers européen où le tueur, le terroriste obsessionnel est devenu un héros constant et quasi-légitime.

En France Mohamed Merah, le tueur de Montauban, présente un profil similaire à celui de Breivic. Assassin solitaire, sans pitié, massacrant sans hésitations des enfants, Merah a prétendu agir au nom d'une cause quasi-identitaire, similaire en ce sens à celle de Breivic : la propagation de l'Islam et la haine d'Israel, faisant place chez Breivic à une défense de l'identité européenne alliée à une haine féroce pour ceux qui la trahissent, selon lui.

Les modéles de Merah on les trouve chez les terroristes Palestiniens ou les tueurs du GIA, voire ceux du FLN. 

On ne peut qu'être frappés par la similitude des assassinats commis par Merah et ceux commis par les tueurs palestiniens d'Itamar ou ceux commis par les terroristes du FLN ou du GIA.

En fait Breivic a appliqué des méthodes de terrorisme identiques à celles de Merah, qu'une large part de nos médias et de l'opinion ont approuvées sans sourciller quand elles étaient mises en oeuvre par ceux qui se présentent comme les ennemis de l'Europe (dépeinte comme une terre à conquérir, et à purger de ses "Croisés") et d'Israel (imaginée comme vestige de la Colonisation européenne en terre arabe).

L'approbation servile que manifestent les zélateurs des tueurs des mouvements terrroristes palestiniens , du FLN des années 60 ou même des bouchers d'Action Directe est à l'origine même de l'héroisation du terrorisme qui méne à l'horreur Breivic.

La confusion toujours entretenue entre "Résistance à l'oppression" et "terrorisme aveugle" a largement contribué à marquer le chemin.

Que pouvait -il y avoir de commun entre combattre les soldats Allemands dans les maquis du Vercors et massacrer tous les habitants d'un village comme le firent couramment les terroristes Algériens ?

Un aveuglement criminel et une haine implacable de l'homme ordinaire d'Europe ont entrainé la majeure partie de l'intelligentsia européenne à considérer les formes les plus abominables de violence et de barbarie comme "légitimes" et nécessaires. Le friable vernis intellectuel dont se parait ce monument de bêtise crasse qu'est "Les damnés de la terre", préfacé comme on assassine par un JP Sartre en pleine hallucination meurtriére , masquait à peine (mais suffisamment, sans doute) une volonté affirmée de génocider l'homme européen, forcément coupable, forcément condamné.

En même temps qu'il faut juger Breivic, il faut juger la fascination de nos élites européennes pour le terrorisme et la violence aveugle. Le dérèglement idéologique de Breivic s'est alimenté à la fois de cette fascination et de cette haine irraisonnée pour l'homme d'Europe qui se lit toujours et partout dans nos pays -En France, la haine "bien-pensante" manifestée à l'égard de celui que l'on a nommé le "Beauf" , omniprésente et fastidieuse , est sans doute le combustible principal qui alimente la machine FN.

Pour désarmer l'horreur Breivic, il convient de désacraliser et déligitimer la violence terroriste qu'elle quelle soit, et d'où qu'elle vienne, et de remettre l'humain et son centre dans l'espace de la démocratie et du dialogue. Même si les termes de cette démocratie et de son dialogue n'entrent ni dans les normes de la bien-pensance ni dans les périmétres du concept "post-démocratique" tant vanté par certaines de nos élites.



35 réactions


  • JL JL1 17 avril 2012 09:32

    Mais qui a donc pu décider de publier un torchon pareil ?

    Ho, Agoravox ! Il y a quelqu’un ?


  • VICTOR LAZLO VICTOR LAZLO 17 avril 2012 09:58

    Bonjour JL1,

    Merci pour votre commentaire. J’ai cru comprendre que vous ne partagiez pas mon point de vue. C’est votre droit. 

    • JL JL1 17 avril 2012 10:19

      Bonjour Victor Lazlo,

      je n’ai pas envie de polémiquer avec vous. Cependant, si vous voulez aller un peu plus loin dans l’échange, je vous poserai une question : Si la même affaire s’était produite en France, et si le RAID avait abattu le tueur en nous racontant ensuite que c’était un kamikaze intégriste islamiste qui a voulu tuer des multiculturalistes puisque c’est ce que recommande le Jihad, auriez vous trouvé cela acceptable ?


    • VICTOR LAZLO VICTOR LAZLO 17 avril 2012 13:57

      JL1,


      Ce qui est à condamner, c’est la violence terrroriste, qu’elle se proclame motivée par des mots d’ordre d’extréme-droite ou islamistes, ou gauchistes.
      La violence extréme pratiquée par un groupe, quels que soient ses motifs, condamne la cause proclamée par ce groupe à la barbarie et à la bêtise.
      Ce fut le cas par exemple pour l’Algérie du FLN, ou celle qui vint plus tard en écho des GIA.

      Breivic, Merah, les tueurs du 11 septembre, Kelkal, se répondent les uns les autres et participent du même trouble. Ceux qui cherchent à justifier ou excuser Ben Laden, ou Kelkal , ou Breivic, justifient du même pas un Merah et ceux qui lui cherchent des « alibis », ou inventent 1000 fables pour le disculper. 


    • JL JL1 17 avril 2012 14:16

      VL,

      mais qui vous parle d’excuser l’un quelconque de ces tueurs ? Qui, sinon ceux qui accusant systématiquement le camp extrémiste antagoniste du leur, accusent dans le même temps tous ceux qui ne sont pas avec eux d’être contre eux ?

      Je connais vos méthodes. Répondez donc à ma question que pensez vous de la différence de traitement de l’information et de la différence entre le sort réservé à Mérah convaincu d’islamisme sans autre forme de procès qu’une balle dans la tête par nos spécialistes es ingénierie sociale - et ce, en pleine période électorale où le pouvoir se voit menacé par la clairvoyance de ses citoyens -, et un gouvernement qui respecte la vie humaine, fusse celle d’un assassin, au point de se refuser à commettre un meurtre de sang froid ?


    • JL JL1 17 avril 2012 14:17

      lire : « au point de se refuser à commettre un meurtre de sang froid qui arrangerait si oppotunément ses affaires » ?


    • VICTOR LAZLO VICTOR LAZLO 17 avril 2012 14:51

      JL1,


      Vous connaissez mes « méthodes », dites vous.
      Vou êtes trés fort ! Moi même je ne les connais pas...L’intuition...

      Pour le reste qu’est ce que vous voulez me faire dire ?
      Que le gouvernement norvegien vaut mieux que le français ? Ok là dessus, mais il n’y avait pas besoin de l’affaire Breivic pour d’en convaincre, non ?
      Ou alors que la police est mieux faite en Norvége qu’en France parce que Merah est mort, et Breivic non. On pourrait être tenté de dire oui, mais à la réflexion il est probable qu’en Norvége Merah aurait fait beaucoup plus de dégats qu’en France (police désorganisée et « angélique » : voir les désordres de l’affaire Breivic et l’intervention tardive et inefficace de la police norvegienne). A l’inverse on peut penser que Breivik, en France, aurait eu une vie plus bréve et un bilan d’assassinats moins conséquent. Ce ne sont là que supputations, bien sûr.

      Quant aux instrumentalisations diverses et nauséabondes des 2 affaires, on aura à peu prés tout vu, en Norvége comme en France. 


    • JL JL1 17 avril 2012 15:18

      VL,

      je l’attendais celle-là ! Vous croyez que c’est parce qu’ils ont eu peur de tuer Breivic qu’ils l’ont laissé vider ses chargeurs en tirant sur ces pauvres jeunes gens comme sur du gibier ? Pfff !

      Quant à Marah, je pense, au vu des faits et de ce que j’en sais, qu’on aurait pu l’arrêter avant les tueries de Toulouse. Mais évidemment, il aurait été beaucoup plus difficile de le faire passer pour un jihadiste.

      Et des meurtres racistes mis sur le compte de l’extrême droite, en cette période ça la foutait particulièrement mal pour le président sortant qui flirte de ce coté là.

      Vous avez écrit : "La violence extrême pratiquée par un groupe, quels que soient ses motifs, condamne la cause proclamée par ce groupe à la barbarie et à la bêtise." Cela facilite d’autant mieux la tâche des experts en ingénierie sociale, dès lors que l’ennemi public déclaré est proclamé, voire même défini comme bête et barbare ; ce qui est, vous en conviendrez, ce qui se dit ici, davantage à propos des islamistes que des militants d’extrême droite.


    • JL JL1 17 avril 2012 15:31

      VL,

      pour en finir avec cette discussion qui me gonfle :

      que l’une de ces tueries se soit passée en Norvège et l’autre en France ne change rien à rien. Le fait est que d’un coté il y a un militant d’extrême droite (Eva Joly disait que Breivic avait fréquenté un groupe de militants équivalent à notre FN) qui revendique sans remord l’assassinat de 76 jeunes gens ;

      de l’autre, un individu suspect à plus d’un titre que l’on a accusé d’avoir commis par trois fois à 4 jours d’intervalle des tueries sans lien apparents, que l’on a désigné comme ayant des motivations jihadistes, et qui n’est opportunément plus là pour témoigner.

      Voilà pourquoi je réfute les amalgames que vous tentez de faire ici.


  • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 avril 2012 11:13

    Avec des si , c ’ est un peu  comme ’ il était une fois ’ 


    Là on dirait que l’ auteur parle d’ un type qui a tué 76 personnes , 
     d’ après ce que j’ ai pu lire .

    • JL JL1 17 avril 2012 11:22

      Oui, qui a tué 76 personnes, et qui est encore vivant, et qui se revendique de l’extrême droite, et qui fait le salut nazi. On croit rêver : en France cela n’est pas possible : en France, guéand merci, « grâce » à l’ingénierie sociale, seuls les islamistes sont capables de tuer autant de personnes de sang froid !


    • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 avril 2012 11:34

      C ’est pas en France  cette histoire c ’est passée en Norvège d’ après 

       le site Médiapart .

    • JL JL1 17 avril 2012 11:46

      Oui, qui a tué 76 personnes, et qui est encore vivant, et qui se revendique de l’extrême droite, et qui fait le salut nazi. On croit rêver : en France cela ne serait pas possible : en France, guéand merci, « grâce » à l’ingénierie sociale, seuls les islamistes sont capables de tuer autant de monde de sang froid !

      C’est plus clair comme ça  ?

      ça fait le malin avec ses calembours, et ça n’est même pas capable de comprendre une petite phrase à a peine au second degré quand il manque un seul point sur un seul i !

      Pfff !


    • JL JL1 17 avril 2012 11:51

      Vous voyez rocla, je crois que vous avez, étant potache, énervé pas mal de profs, et vous en avez développé un goût détestable pour la provocation.

      L’humour au service du diable est ce qu’il y a de plus exécrable : ça s’appelle du cynisme.


    • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 avril 2012 11:56

      Ce que je ne comprends pas du tout du tout , c ’est que vous parlez 

      De Guéant , de France de Mehra , alors que le sujet de l’ article est 
      un certain Breivick ou Breivik  qui a tué 76 personnes . Gueant a-t- il participé 
       à cette tuerie ?

    • JL JL1 17 avril 2012 12:10

      Laisse tomber, va ! Ta connerie n’amuse personne ici.


    • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 avril 2012 12:20

       smiley  merci pour cette fabuleuse démonstration  smiley


  • minidou 17 avril 2012 11:28

    Donc si je comprend bien le propos de l’auteur, si Breivik existe, c’est, dans l’ordre, la faute aux arabes, la faute aux intellectuels gauchistes coupable d’indulgence aux méchants terroristes palestiniens antisémites...Hmm oui d’accord..Donc c’est pas la faute aux gentil antimusulman, aux gentils fascistes, à la gentille extrême droite...hmm oui très bien...C’est ptet même pas de sa faute à Breivic en y reflechissant bien...
    En fait vous avez raison, si les résistants n’avaient pas lachement assassiné des allemands, l’idéal européen ne serait-il pas réalisé ? Si les algériens s’étaient laissé oppresser, et avaient accepté leur statut d’être inférieur que dame nature leur a attribué, nous n’aurions pas de problème energétique et encore moins de démantellement de nos centrales...Si les palestiniens s’étaient montré plus généreux et avaient élégament donné leur terre en compensation des (gentils) crimes allemands nous n’aurions jamais eu de conflit au moyen orient...
    Enfin, et si la principale source d’oppression etait justement la lutte contre celle-ci...


    • VICTOR LAZLO VICTOR LAZLO 17 avril 2012 14:15

      Bonjour Minidou,

      Je ne conteste pas la necessité des luttes, comme celle par exemple des Resistants face aux nazis ou celle des Algériens face au pouvoir colonial. Mais il y a des méthodes qui tuent les causes. Malgré toutes les saloperies de l’Occupation et de l’Epuration, jamais on a vu des Résistants s’en prendre délibérement à des enfants (les Allemands et les Miliciens n’étaient pas « regardants » sur ce point, pourrez vous noter cette différence essentielle ?)
       Une évolution en Algérie était possible hors de toutes violences terroristes : des gens comme Ferhat Abbas ou Ben Khedda, Chevalier et Soustelle auraient (et avaient commencé) assumé un rôle dans une négociation pacifique...Les violences terroristes et massacres organisées contre des populations civiles européennes et algériennes par les psychopates du FLN (des Zorah Drift aux divers Mohamedi Said et autres Amirouche) ont suscité des réactions de même amplitude du côté adverse , où des Aussaresse se sont senti parfaitement légitimes pour répondre du même ton.
      Les intellos et maitres à penser du type Sartre ou Fanon sont largement responsables des horreurs algeriennes parce qu’ils ont légitimé l’usage de la barbarie au nom d’une humanité à laquelle ils n’ont jamais rien compris, en étant sans doute eux-mêmes dénués.

    • minidou 18 avril 2012 11:42

      Merci pour votre réponse. Je ne partage que partiellement votre avis. Oui le terrorisme est un crime, en particulier lorsqu’il vise des civils. Mais l’histoire militaire montre que c’est un éléments important de la lutte du faible contre le fort (je ne parle pas sur un plan moral, mais du point de vue du rapport de force), et la non violence n’a historiquement fonctionné que dans des contextes très particuliers.
      Vous attribuez l’usage de la violence en algérie à la violence du FLN, c’est pour moi se focaliser uniquement sur la periode de guerre et non sur l’ensemble du conflit, qui démarre au lendemainde la Libération sur des revendication civiques et non nationaliste. S’interroger sur la violence du FLN, et sur la nature du regime qui suivra, sans prendre en compte que sa radicalité a été encouragé par l’intransigeance française tant sur le plan politique que sur celui de la repression, en gros favoriser l’adversaire le plus extremiste pour ne pas négocier, stratégie qui finalement s’est avérée perdante.
      De même lorsque vous comparez la violence de la Résistance qui ne s’en prend qu’aux ennemis identifiés (les allemands et les collabos pour faire simple), à la violence aveugle du FLN, vous ometez la fondamentale différence de nature entre une occupation militaire, et une occupation de peuplement. Le résistant n’a pas devant lui des familles, mais des soldats ou des paramilitaires. Ce n’est en rien une excuse pour ceux qui commettent de telles horreurs, mais cela permet de compendre pourquoi elle ont lieu dans un cas et pas dans l’autre.
      Ce qui me déplait dans votre point de vue (par ailleurs tout à fait respectable, je me situe dans un esprit de débat), c’est que vous essentialisez le terrorisme, alors qu’il n’est qu’un aspect de la guerre moderne, et qu’il ne condamne par plus le peuple qui le pratique, que nos aviations ne nous condamnent. Au final, on ne peut juger d’une cause que sur un plan politique...


    • minidou 18 avril 2012 11:44

      Quant à l’aveuglement des intellectuels, je pense qu’elle marque le début du déclin de cette caste des grands intellectuels jusqu’à la situation actuelle..L’aveuglement de Sartre annonce l’inconsistance d’un BHL...


    • simir simir 23 juin 2012 18:04

      @ VL

      Vos évocations de Soustelle, Chevallier, Ferrat Habas laissent à penser que vous connaissez bien cete époque de l’Algérie.
      Pourquoi alors ne parler que de ces « psychopates du FLN » comme Amirouche et Zohra Drift et passer sous silence le fait que la première bombe qui a explosé dans Alger fut celle de la rue de Thèbes qui a détruit tout le quartier et qui a eté posée par un commissaire de police ; 
      C’est en réaction à ceci que des Zorha Drift ont pu se transformer à leur tour en poseuses de bombes.
      Un oubli ? ou pire malhonnêteté ?

    • VICTOR LAZLO VICTOR LAZLO 17 avril 2012 14:32

      Bonjour le Sudiste,



      Vous dites ; : « D’une intelligence redoutable, calculateur, un don de l’anticipation hors norme, Breivik n’était pas vraiment du genre à faire des dérapages en BMW... Et en terme de résultat, la différence (avec Merah) se pose là. »
      La différence en termes de chiffres je vous la laisse.
      En termes d’horreur il n’y a pas de différence entre celui qui tire froidement sur des petits jeunes pour les tuer ; et celui qui tire sur d’autres petits jeunes et des enfants pour les tuer.

      Je comprends votre trouble. Il n’y a de ma part aucun fantasme, simplement quelques constats fort déplaisants. Qui d’ailleurs ne me plaisent pas et ne me satisfont pas. Peut être je me trompe. Mais du moins n’aurais je pas l’outrecuidance de vous envoyer chez votre psy vous faire soigner. S’il y a une différence entre vous et moi, c’est là qu’elle se situe.

  • baska 17 avril 2012 15:52

    Quel est le rapport entre le monstre d’Oslo issu de l’extrême droite et les Palestiniens ? De plus, vous vous permettez de qualifier ces pauvres palestiniens de « terroristes », eux qui sont soit embastillés dans un immense camp de concentration soit parqués dans des bantoustans quand ils ne sont pas torturés dans les sinistres geôles de vos amis sionistes ou lapidés au phosphore blanc. 

    Les vrais terroristes sont vos amis qui occupent illégalement ou usurpent des terres qui ne leur appartiennent pas, génocident à petit feu leurs administrés non-juifs, bafouent en toute impunité depuis plus de 60 ans le droit international. 

    • Christian Labrune Christian Labrune 18 avril 2012 17:43

      @baska
      Combien de roquettes ont pu tomber, en dix ans, sur les villes du sud d’Israël ? Ces pluies de roquettes, est-ce un effet du climat ? Il neigerait ici, ailleurs il tomberait de la grêle sur les récoltes, et sur Israël il tomberait des roquettes, lesquelles se forment naturellement dans la haute atmosphère, comme on sait, et il est parfaitement clair que personne ne les a jamais lancées du sol, et sûrement pas des « pauvres » palestiniens qui ne disposent d’aucune arme et sont le meilleur peuple de la terre. C’est le seul pays, assurément, où une parfaite égalité des sexes soit enfin totalement réalisée, le seul pays, aussi, où l’on se préoccupe autant de l’éducation et de l’avenir des petits enfants dans ce monde et même dans l’autre, après qu’ils se seront comportés en « bons » Palestiniens - si vous voyez ce que je veux dire...
      Que le Hamas se comporte à peu près dans la bande de Gaza comme les nazis dans les camps de concentration, c’est un peu vrai, mais le Hamas est-il une émanation d’Israël ? est-il si totalement manipulé par le Mossad ?
      Bref, la guerre contre Israël est déclarée depuis l’origine de ce petit état. Les mollahs iraniens qui aiment à citer le hadith qui est à la fin du septième article de la charte du Hamas voudraient qu’Israël disparût mais les Israéliens, ces salauds, refusent une seconde extermination alors que leur disparition pourrait régler finalement tant de problèmes. Six millions d’hommes, qu’est-ce que c’est ? Et refuser de se sacrifier pour le plus grand bonheur des Palestiniens et des antisémites, quelle inhumanité !
      Bon, j’arrête là, ce que vous écrivez est tellement malhonnête, rassemble si caricaturalement en trois phrases tant de clichés d’une propagande des plus nauséabondes que cela ne mérite même pas d’être pris en compte. Si vous voulez que je vous réponde, expliquez-nous donc d’une manière un peu claire en quoi consisterait l’apartheid en Israël. J’en entends toujours parler, tout le monde en entend parler, mais ça n’est jamais explicité. C’est vraiment dommage.


    • Christian Labrune Christian Labrune 18 avril 2012 17:54

      @baska
      "
      Quel est le rapport entre le monstre d’Oslo issu de l’extrême droite et les Palestiniens ?« 

      En mars 2011 des terroristes - pardon : des militants palestiniens- sont entrés dans une maison de Cisjordanie où dormaient des Juifs. Toute une famille : les parents et leurs trois enfants. Ils ont fait ça la nuit, c’est plus facile pour des héros, armés de couteaux.
      Ils ont poignardé et égorgé tout le monde. Même le dernier né, encore un bébé.

      Vous ne voyez probablement rien là de monstrueux ?

      Je trouve, moi, que cela ressemble quand même aux entreprises du »monstre d’Oslo" ou d’un certain Mehra. Non ? Si vous voyez une différence, je serais curieux de la connaître.
      J’ajouterai qu’il y aurait bien d’autres exemples du même type à produire : les prisons israëliennes sont en effet remplies de sicaires. Quand ils sont libérés des affreuses geôles où il leur a quand même été permis d’étudier, on les retrouve exhibés à la télévision de l’Autorité palestinienne où ils deviennent des héros. Tuer des Juifs, de quelque manière qu’on s’y prenne, c’est héroïque : je vous renvoie une fois encore à la lecture du septième article de la charte du Hamas.


  • Christian Labrune Christian Labrune 17 avril 2012 16:13

    à l’auteur
    Excellente analyse, à laquelle je souscris entièrement. Vous évoquez Sartre. J’ai lu l’an passé ses entretiens avec Gerassi, où il jusfifie les attentats de Septembre Noir, en 72. Quand on a admiré Sartre, on aurait tendance à se dire qu’à l’époque de ces entretiens, il est déjà bien enfoncé dans le gâtisme, mais si Breivic peut être jugé sain d’esprit aux yeux de plusieurs psychiatres, il n’y a aucune raison de dédouaner un philosophe qui disposait, lui, d’une solide culture et devait être encore tout à fait capable de raisonner. Bref, on a du mal à lire jusqu’au bout les entretiens, c’est très vite la nausée, et je doute si je pourrai encore trouver du plaisir à lire le bonhomme.
    Le terrorisme aveugle ne peut absolument pas se justifier. Le Colonel Fabien s’attaquait à des gens en uniforme, à une armée d’occupation. Exterminer des athlètes réunis pour une compétition sportive, des civils qui ne sont responsables de rien ou, pire encore, des enfants, c’est le comble de l’inhumanité et une idée aussi monstrueuse ne peut pas germer dans une tête habitée par la raison. Il me semble que des crimes de cette espèce - et aussi bien leur approbation - devraient être un symptôme suffisant pour diagnostiquer la folie. Cela éviterait d’avoir à écouter complaisamment des justifications imbéciles qui n’ont pas lieu d’être.

     
     


    • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 avril 2012 18:33

      C ’est ce genre de choses que le célèbre JL tentait de passer sous silence 

      en essayant d’ attirer vers Mehra un propos parlant de ce sinistre norvégien . 
      La lecture de Sartre ne lui a pas donné la nausée . 


    • JL JL1 17 avril 2012 18:50

      Pauvre rocla ! Qu’ai-je à voir avec Sartre ? Les bobos parisiens ont préféré Sartre à Camus, ce n’est pas mon affaire. D’ailleurs, Sartre, le BHL d’hier - non pas par le le talent mais par le coté BCBG -, serait aujourd’hui peut-être, une sorte de Soral, du coté d’on ne sait où ; qui sait !?


    • Christian Labrune Christian Labrune 17 avril 2012 22:41

      @Le Sudiste
      Je crains que vous ne confondiez plusieurs plans, et d’abord l’action des états et celle des individus. Vous avez comme moi une nationalité, je suppose que vous êtes français. Si je vous dis que vous êtes responsable d’un certain nombre d’exactions commises dans le passé et même plus récemment par votre pays, vous me demanderez de nuancer et vous n’aurez pas tort. Prenons le cas du Rwanda où il y a eu un génocide atroce. On a incriminé un certain laisser-faire des autorités françaises. J’éviterai de me prononcer là-dessus, je connais trop mal la question, mais supposons que la suspicion soit quelque peu justifiée et que je vous accuse, étant Français, d’être un salaud. Vous trouverez cela excessif parce que, peut-être, vous avez commencé comme moi et comme beaucoup de Français à vous préoccuper du Rwanda APRES le génocide : personne ne vous avait jamais demandé votre avis là-dessus et vous ne saviez peut-être même pas ce qui s’y passait.
      La bombe d’Hiroshima était-elle nécessaire ? Fallait-il même écraser Dresde sous les bombardements ? Tout cela a été atroce et on ne peut que regretter.
      Maintenant, fallait-il être pacifiste, en 39, et laisser le Reich s’étendre sans réagir ? Fallait-il, comme le voulait Déat, qu’on refusât de « mourir pour Dantzig » et préférer une collaboration avec l’hitlérisme dont il n’a pas tardé à donner l’exemple ? Et s’il n’y avait pas eu la dissuasion atomique, où en serait-on, sous la botte de quelque nouveau Staline, peut-être ? « Plutôt rouge que mort » a souvent été la maxime des pacifistes, à l’époque de la guerre froide.
      On pourrait certes condamner l’humanité tout entière, et donc vous et moi, au titre d’un gigantesque crime contre l’humanité.
      Cela dit, en tant qu’individus, nous n’avons encore tué personne, et personne, à moins d’être complètement cinglé, ne peut prétendre légiférer dans son coin sur la nécessité d’exterminer son semblable. Les terroristes, au nom d’une idéologie dont ils se font une religion, s’arrogent ce droit : ils prétendent pouvoir se justifier pour des raisons qui sont toujours métaphysiques En fait, ils ne peuvent se réclamer que du droit du plus fort. Expression idiote que démonte très bien Rousseau dans le Contrat Social : le droit du plus fort, c’est l’absence même du droit.
      Reste donc la guerre, où s’affirme le droit des états. Je voudrais bien qu’elle fût hors-la-loi, comme le voulaient aussi les poilus qui avaient survécu à la boucherie de 14, mais je n’aurais sûrement pas été pacifiste en 39 et je ne le suis pas plus en 2012, parce que ce serait une position lâche et criminelle dans la plupart des cas. Mais sur la question de la Libye, par exemple, j’étais extrêmement opposé à toute intervention. Tout cela n’est pas simple, c’est le moins qu’on puisse dire.
       


    • COVADONGA722 COVADONGA722 18 avril 2012 06:40

      « 

      Pour en revenir à Breivik, il se considère comme un combattant, un militaire. Il est en guerre. C’est pour cela qu’il reconnaît ses actes mais refuse un jugement civil d’une autorité qu’il ne reconnaît pas. On peut contester son idéologie, mais la lecture de ses écrits rend parfaitement cohérent et même inévitable ce positionnement »

      yep , bonjour sont pas nombreux ceux qui on comprit son mode de fonctionnement , je ne connais pas les termes psychologiques utilisables « ce qui ne veut pas dire qu’il est irrésponsable » mais clairement il est dans se genre de trip.
      De meme vous avez raison il ne voit pas pourquoi il s’interdirait ce que des états se permettent.
      Asinus


    • Christian Labrune Christian Labrune 18 avril 2012 11:08

      Le Sudiste
      ". On peut contester son idéologie, mais la lecture de ses écrits rend parfaitement cohérent et même inévitable ce positionnement. Et si l’on admet qu’il puisse se positionner ainsi, Breivik n’en devient pas plus fou qu’un Sarkozy qui assassine au quatre coins du monde au nom de la France sans pour autant demander quoi que soit à son peuple.« 

      Non : on ne peut mettre sur le même plan une initiative individuelle et les décisions des états touchant à la guerre. La loi qui a pouvoir d’autoriser et d’interdire doit toujours résulter de la volonté la plus générale. En ce sens, lorsque le droit s’internationalise, on peut parler d’un progrès du droit et d’un progrès de la civilisation, le droit faisant obstacle à l’usage de la violence. Un individu, une minorité, ne sont pas fondés à légiférer. Votre parallèle entre Breivik et Sarkozy est tout à fait fantaisiste, je ne sache pas que Sarkozy ait jamais prétendu qu’il fallût faire prévaloir la force sur le droit, et surtout pas dans l’exemple de l’aventure libyenne, qui entendait se justifier par le principe tout à fait légaliste que les peuples ont le droit de disposer d’eux-mêmes et de renverser les dictatures. L’erreur était politique et tactique mais ne procédait pas d’une intention sanguinaire et totalitaire de s’affranchir du droit.
      En revanche, vous pourriez parler de l’hitlérisme qui est la négation même du droit du plus grand nombre et du droit international : le seul droit qui vaille, c’est celui du peuple allemand, lequel est fondé, en tant que race supérieure, à réduire et même exterminer les autres peuples pour s’assurer du Lebensraum. Le même problème se pose aujourd’hui avec l’Iran, qui se propose explicitement de détruire Israël, un type d’objectif que n’auraient jamais formulé ni l’URSS ni l’Amérique à l’époque de la guerre froide. Le Coran, tout aussi bien que l’idéologie nazie, proclame une supériorité. En l’espèce, la supériorité de l’Islam sur tous les autres systèmes de représentation du monde. On ne pouvait pas se »convertir" à la race supérieure de l’hitlérisme, on peut toujours se convertir à l’Islam ; certains, sur AgoraVox, qui font le beurre des fanatiques islamistes, y sont déjà probablement disposés. Dans ces sortes de situations où des peuples sont menacés d’anéantissement physique ou moral, je ne vois évidemment pas d’autre solution que la guerre défensive.


    • Christian Labrune Christian Labrune 18 avril 2012 11:30

      @Cool Mel
      « Mais n’oubliez pas qu’il le faisait »déguisé" en civil pour ne pas être perçu comme un combattant par ceux qu’il s’apprêtait à tuer. Il perdait ainsi la qualité de soldat et il devenait un militant, c’est-à-dire un terroriste. Ou alors les mots n’ont plus aucun sens.
      De plus, son action entraînait des représailles sanglantes, et les exécutions d’otages étaient perçues comme l’une des conséquences bénéfiques de l’action terroriste de base.« 

      L’Etat français de Pétain n’était plus la France, il était à la botte allemande. Les »terroristes« de la résistance se réclamaient d’une souveraineté française qui n’existait plus et qu’il s’agissait de ressusciter. Ils n’avaient pas tort : le Reich et son »Etat français« ont fini par disparaître et c’est heureux. Que les résistants soient passés à ce qui apparaîtrait comme du terrorisme aux yeux des esprits faibles gagnés à l’idéologie pétainiste, ça n’a pas été de gaieté de coeur, ils n’en ignoraient pas les conséquences. Ils ont refroidi un certain nombre d’Allemands et des collaborateurs notoires, il n’ont jamais tué des enfants ou des innocents. Que les communistes aient pu spéculer, surtout à la fin de la guerre, sur le bénéfice à tirer des boucheries, lesquelles feraient du Parti le »parti des fusillés", ça ne fait aucun doute, et ça c’est une autre histoire, celle de la M.O.I., par exemple. Et ce n’est pas moi qui défendrai l’histoire sinistre du PC.
      Que vous le vouliez ou non, il y a des guerres défensives qui sont nécessaires. Elles font autant de morts que les autres, quelquefois, et des innocents, souvent, y laissent aussi leur peau. Mais l’angélisme pacifiste est responsable aussi d’un grand nombre de morts. Nous sommes embarqués dans une triste galère.


  • rocla (haddock) rocla (haddock) 18 avril 2012 08:39

    Approcher la compréhension nécessite l’ usage d’ un cerveau en 

     état de fonctionnement . 

  • Hamae 18 avril 2012 10:37


    Les médias vous assène de vérités qui n’en sont pas vous les gobez en faites des vérités... les journalistes on un devoir d’informer pas d’interpréter, parceque l’interprétation vous appartient en âme et conscience.

    Vous laissez vos enfants regarder la TV avec des dessins animés qui sont d’une violence inouïs. Vous regardez vous même des séries américaines ou l’on normalise la violence extreme, ne soyez pas étonné parceque l’éducation par la jugement, la peur & l’horreur amène au renfermement sur soi et au passage à l’acte. Il ne faudrait pas oublié que toute chose ou personne s’harmonises avec son environnement proche ou lointain c’est ce qu’il ce passe.

    Les forces de l’ordre se font tirées dessus, ce qui était exceptionnel il y a 30 ans, l’état de conscience des gens était différent, l’éducation aussi...

    C’est étonnant de voir de quel point les réflexions et analyses de certaines personnes sont le fruit d’un conditionnement psychologique qu’ils considèrent comme légitime, alors qu’il n’on aucune expériences ou enseignements personnels dans ce sens et ne font aucune recherche de vérité sur l’évidence même des actes et ne font que répéter se qu’ils entendent.

    Tout est question d’éducation dans son ensemble, mais au delà de cette éducation, quel est votre ressenti.
    Je suis effaré de voir à quel point l’esprit est vil. Vous fustigez les uns sans prendre conscience que vous êtes guidés dans une logique de jugement permanent sans aucune remise en question de quoi que ce soit.

    Le terrorisme des uns, est la résistance des autres. Partir en guerre contre la LYBIE n’aura frappé personne...
    Le peuple n’a pas été convier sous quelque forme que cela soit à la réflexion et à l’engagement de la force... Cela s’appelle du terrorisme d’état, mais celui ne heurte personne ... couvert par une pseudo résolution des nations unies comme dans les derniers engagements (IRAK, AFGHANISTAN, LYBIE etc...)
    Alors légitimer cette action de son canapé et porter un jugement en ayant comme seule élément de réponse ce que les médias vous disent me parerais être un peu léger. 

    Tout ça est très bien, vous stigmatisez ce qui vous fait peur, parceque la peur vous contrôle le reste est de la poésie, ne vous laissez pas guider par la douceur de cette prose manipulatrice...
    Le monde va mal, parceque l’état de conscience de celui est en train de s’harmoniser du coté obscur et personne ne vois rien, même pas nos polices, ça fout la trouille, non ?

Réagir