jeudi 2 septembre 2010 - par j-p. bédol

La lapidation n’est pas un fruit du Coran !

Le sujet fait aujourd’hui la Une des médias. Bien sûr il ne s’agit pas du médiocre dossier d’Eric Woerth qui prétend être lapidé. Non, la lapidation, la vraie, est une mise à mort dans des conditions semble-t-il effroyables. La mise à mort d’un être humain, une femme, un homme ou un enfant, par jets de pierres alors que son corps, futur supplicié, est enterré jusqu’à hauteur de la poitrine.
L’Iranienne Sakineh Mohammadi-Ashtiani est aujourd’hui la cause de la mise sur le devant de la scène mondiale de cette pratique que nous, occidentaux et chrétiens, qualifions de barbare, d’un autre siècle.
 
Beaucoup d’entre nous profitent d’ailleurs de cet événement pour rappeler, du moins le croyons-nous, que cette pratique est typiquement musulmane car textuellement encouragée par la Charia. Charia, la loi islamique tirée des versets du Coran. 
 
On se trompe ! Ayant lu et souvent relu les livres saints des croyances monothéistes, la lapidation n’est pas du tout écrite dans le Coran.
 
Tout au plus peut-on lire dans le Coran (Sourate 24-2) que la personne suppliciée recevra 100 coups de fouet, sans aucune indulgence et que la personne qui dénonce à tort, en recevra 80 (Sourate 24-4). Un autre supplice musulman est décrit dans la Sourate 4-15, et énonce qu’il suffit de 4 témoins pour qu’une femme coupable d’infamie soit enfermée jusqu’à la mort, dans sa maison.
 
Bien sûr tout cela nous paraît cruel, barbare et d’un autre temps. Et le Dieu des musulmans, qui est le Dieu d’Abraham (Sourate 37-103 et versets suivants), est loin d’être Amour pour proposer un tel supplice.
 
Et dire que des milliers d’enfants peuvent apprendre par cœur, de telles horreurs dans le Coran de leurs parents !
 
Mais soyons clairs, le fouet bien que mortel n’est pas la lapidation.
 
Non, la lapidation n’est pas inspirée par le Coran. La lapidation est une prescription de Dieu. Le Dieu, celui aussi d’Abraham, mais du côté chrétien pour la lapidation ! Oui, une pratique bien chrétienne largement détaillée dans de nombreux versets de la Bible.
 
Alors, j’entends déjà ici, certains lecteurs crier au blasphème, à l’antéchrist, au suppôt de Satan. D’autres peut-être, dans un autre temps, auraient crié "qu’on mette JP Bédol sur le bûcher !". Qu’ils crient, qu’ils crient ! Comme d’habitude ceux qui crient à la haine n’ont pas lu le texte support de leur croyance. Leur foi en leur Dieu, le père, le Fils et le Saint-Esprit n’est, semble-t-il, pas aussi Amour que leur curé ou leur pasteur veut bien le leur faire croire.
 
Que dit la Bible ?
 
D’abord sur le nombre de témoins pour condamner quelqu’un à mort par lapidation ou tout autre procédé, la Bible est beaucoup plus restrictive que le Coran. Elle n’en demande que deux ou trois comme cela est écrit dans l’Evangile Mathieu 18.16 et dans le Deutéronome 17.6, là où le Coran en demande quatre (Sourate 4-15).
 
Quant à la lapidation, c’était une pratique courante chez les chrétiens. Jésus ne dit-il pas dans l’Evangile de Jean 8.7 "Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle".
 
Pratique tellement courante que la Bible la décline comme punition mortelle dans 9 versets.
 
Cinq fois dans le Deutéronome. Verset 13-10 "tu le lapideras [...]" ; verset 17-5 "tu lapidera ou puniras de mort cet homme ou cette femme" ; verset 21-21 "tous les hommes de sa ville le lapideront, et il mourra" ; verset 22-21 "elle sera lapidée [...]" et verset 22-24 "vous les amènerez tous deux à la porte de la ville, vous les lapiderez, et ils mourront, la jeune fille pour n’avoir pas crié dans la ville [...]".
 
Deux fois dans les Nombres, en 15.35 : "l’Éternel dit à Moïse : cet homme sera puni de mort, toute l’assemblée le lapidera hors du camp" et en 15.36 "toute l’assemblée le fit sortir du camp et le lapida, et il mourut, comme l’Éternel l’avait ordonné à Moïse".
 
Deux fois dans les Chroniques 2. Verset 10.18 "alors le roi Roboam envoya Hadoram, qui était préposé aux impôts. Mais Hadoram fut lapidé par les enfants d’Israël, et il mourut. Et le roi Roboam se hâta de monter sur un char, pour s’enfuir à Jérusalem" ; verset 24.21 "et ils conspirèrent contre lui, et le lapidèrent par ordre du roi, dans le parvis de la maison de l’Éternel".
 
Ce constat est bien sûr terriblement édifiant. Le Dieu des chrétiens, qui est aussi le Dieu d’Abraham, est loin d’être Amour pour proposer un tel supplice.
 
Et dire que des milliers d’enfants peuvent lire de telles horreurs dans la Bible de leurs parents !
 
Alors, que faire, face à des croyances d’une telle cruauté ?
 
Faut-il interdire la Bible et le Coran ? La loi le permet. Toute apologie de crime est interdite. Il suffirait que l’Etat, laïc, ait le courage d’appliquer la loi commune à ces deux croyances d’un autre temps.
 
Ou alors, pourquoi ne pas demander à ces grandes religions de réécrire leur texte, le Coran et la Bible ?
 
Arrêtons de leur laisser croire que c’est leur Dieu qui en a été l’inspirateur ou même le rédacteur ! C’est totalement hypocrite !
 
Un vrai Dieu, un bon Dieu, n’aurait pas rédigé de telles atrocités. Ces atrocités sont typiquement humaines.
 


150 réactions


  • galien 2 septembre 2010 16:41

    Dire la lapidation est un acte barbare monstrueux retirant toute humanité à celui qui la commet suffisait monsieur l’auteur.


  • Aldebaran Aldebaran 2 septembre 2010 17:29

    << Dire la lapidation est un acte barbare monstrueux retirant toute humanité à celui qui la commet suffisait monsieur l’auteur. >>


    Entièrement d’accord avec vous Galien. Mais vous le savez, la pensée néo-fasciste se contente d’amalgames. Il suffit d’un rien pour refaire le Monde à sa façon, et 2012 approche : ils ratissent large...

    Ainsi, condamner l’Islam entier au motif des lapidations, c’est comme laisser sa place à ceux qui supposent que les défenseurs des droits de l’homme sont les bénis-oui-oui de la CIA ou du Mossad, voire que le chrétien de base soutient l’inquisition.

    C’est toujours la même rhétorique : le rejet de la faute sur l’autre. C’est pourquoi sur ces espaces, on ne fait que tourner en rond sans jamais avancer d’un pouce. Il n’y a rien à en attendre et même pas l’Anarchie qui serait déjà un progrès dans tout ce chaos.

    • galien 2 septembre 2010 18:45

      C’est bien pour cela qu’il faut combattre non les auteurs de ces actes mais les instigateurs de tout cela.
      Les manipulateurs de masse avides de domination.
      Et on le sait bien autant que la connerie, que c’est une qualité également répartie au sein de l’humanité.


  • xm78fr 2 septembre 2010 17:37

    Cher JP Bédol,

    autant il est évident que la lapidation est antérieure au Coran et décrite dans la Bible (ça paraît même fou que certains l’ignorent), sans d’ailleurs en être la propriété puisque d’autres peuples la pratiquent à l’époque, autant on ne peut pas qualifier cette pratique de chrétienne.
    En effet, d’une part les chrétiens n’ont pas de texte qui définissent des lois pour la société (pas d’équivalent à la charia, ni même au Lévitique) - ils adoptent donc la loi du pays, quitte à faire ensuite évoluer la société - mais le seul texte qui parle de lapidation dans l’Evangile (le verset que vous citez) montre comment le Christ empêche la lapidation d’une femme adultère en renvoyant les hommes à leurs propres péchés. Et les lois de l’époque n’ont rien de chrétienne (le Christ n’est pas encore mort !) : il s’agit de la société juive sous occupation romaine, pas d’une société chrétienne. Vous semblez oublier que le Christ est né juif, et que le christianisme débute ensuite !
    De tels contresens sont graves et trompent vos lecteurs.
    Une bonne intention ne fait pas un bon article, malheureusement.


    • Shaytan666 Shaytan666 2 septembre 2010 17:54

      Je me suis fait exactement la même réflexion en lisant l’article. L’auteur mélange judaïsme et chrétienté.


  • Shaytan666 Shaytan666 2 septembre 2010 17:53

    Au XXIème siècle, ce n’est pas tant la lapidation qui pose problème, bien que ! c’est plutôt les motifs pour lesquels elle est appliquée. Adultère, apostasie etc...


  • 3°oeil 2 septembre 2010 18:02

    hier dans« ca pue dans l’air » y’a eu comme un problème sur le coté culturel de la chose(120ans)mais le dépéché lui à dit ,ta gueule c’est culturel...


  • Katinka 2 septembre 2010 18:45

    Pauvre Bedol

    Tous les soirs , il couche avec des livres sacrés.

    Tu dois pas beaucoup fréquenté les cathos, les orthos , les islamiques, les judaïques ;

    Ils passent pas leur vie dans leurs livres.

    Pepone Bedol lit la bible en livre de chevet.


  • Waldgänger 2 septembre 2010 22:04

    Bof, pas convaincu, la pratique est antérieure certes, mais c’est son maintien dans certaines aires culturelles et pas dans d’autres qui devrait amener à cette interrogation ; pourquoi certaines religions reprennent pendant des siècles les traditions les plus rétrogrades et pas d’autres ?


  • resistance 2 septembre 2010 23:22

    Article plein de confusions !

    Les chrétiens ne se réfèrent pas à l’Ancien Testament seul, mais à l’Ancien Testament compris et interprété à la lumière du Christ (Nouveau Testament).
    L’épisode de la femme adultère montre justement que le Christ invite ses contemporains à ne pas porter de condamnation morale sur les autres et, précisément ici, à ne pas lapider la femme. (Ceci n’exclut pas forcément qu’une société doive parfois punir, mais l’épisode n’aborde pas ce point).
    La violence n’est ni apportée ni recommandée par le christianisme. Elle a sa source en l’homme. Des chrétiens ont pu en être responsables (quelqu’un a cité l’Inquisition), mais ils en ont aussi très souvent été victimes (cf. les crimes de Néron), et certains en sont encore aujourd’hui victimes.

    • j-p. bédol 3 septembre 2010 00:21

      A Par resistance
      si l’AT est si mauvais pourquoi y faire référence. Il faut le supprimer. Alors la Bible se résumera à une 50taine de pages. Si qui sera bcp moins crédible, naturellement.


    • Massaliote 3 septembre 2010 09:59

      A l’auteur, vous n’avez manifestement pas compris que les premiers chrétiens étaient juifs, mais des juifs « dissidents » qui suivait les préceptes révolutionnaires pour l’époque d’un rabbin nommé Jésus. Un rabbin qui prônait que Dieu était amour, concept entièrement nouveau. Un maître qui parlait à tous, quelle que soit son rang social et son origine. Je ne discuterais pas dans ce commentaire sur la nature divine de Jésus mais elle fut évidente pour les premiers apôtres, ses disciples. Son charisme et sa popularité finirent par irriter les prêtres du Temple de Jérusalem. Sa condamnation fut déterminée surtout par le fait qu’il ait osé chasser les marchands du temple (qui vendaient notamment les animaux destinés aux sacrifices), outré par l’ambiance mercantile qui régnait dans la cour de l’édifice consacré. Les sacrifices offerts par les fidèles représentaient une source de revenus considérables pour le grand prêtre Caïphe et les autres officiants. Timothée fut d’ailleurs lapidé par d’autres juifs dans la cour du Temple, parce qu’il osa leur dire « vous parlez du messie mais lorsqu’il est venu vous l’avez fait crucifier ». Toutefois, si l’Islam n’a pas inventé la lapidation, la monstruosité réside dans sa codification. A ma connaissance et j’attends que plus érudits que moi se manifestent, ce n’est que dans les pays islamiques tels que l’Iran, que la lapidation fait l’objet de règles strictes. La victime ne doit pas pouvoir courir. Elle est enterrée jusqu’au buste. Les pierres ne doivent pas être trop petites pour ne pas blesser, ni trop grosses pour ne pas mettre fin trop tôt aux réjouissances. De plus, les premières pierres doivent être jetées par les proches dans un ordre établi. Le père commence, suivent les frères,par ordre d’âge, puis le mari, puis les autres. C’est du raffinement dans l’horreur. Par ailleurs, au vu des articles précédents je constate que l’auteur attaque sans relâche le christianisme. L’auteur serait-il un converti honteux à la RATP ? Il semble qu’il ait peut-être lu le coran mais certainement pas la bible. smiley


    • Massaliote 3 septembre 2010 10:06

      Bedol, vous persistez dans votre obsession de « supprimer l’A.T. » Il s’agit de livres d’histoire. Vous êtes pour les autodafés ?


    • birdy 3 septembre 2010 10:14

      Ce JP Bedol n’est qu’un mythomane et un manipulateur qui n’a jamais lu ni le coran ni la bible. Je l’ai coincé sur des tas de mensonges et il fait le mort pour se faire oublier.


      Cet ignoble menteur a même été jusqu’à prétendre que le nouveau testament se résume à une cinquantaine de pages.

      Cet escroc inculte n’est qu’un infâme manipulateur que je soupçonne fortement d’être un prosélyte musulman.

    • j-p. bédol 3 septembre 2010 10:23

      A Massaliote (xxx.xxx.xxx.32) qui dit : « Bédol, vous persistez dans votre obsession de »supprimer l’A.T.« Il s’agit de livres d’histoire. Vous êtes pour les autodafés ? »


      Oui pour tous les livres qui appellent aux meurtres, dictés ou non un Dieu.


    • birdy 3 septembre 2010 10:29

      JP Bedol,

      Vous affirmez : « si l’AT est si mauvais pourquoi y faire référence. Il faut le supprimer. Alors la Bible se résume »ra à une 50taine de pages. Si qui sera bcp moins crédible, naturellement."

      J’en profite pour pour prouver à quel point vous êtes décidément un ignoble menteur :

      Le nouveau testament est à lui seul plus volumineux que le coran. Le nouveau testament fait au minimum 450 pages, le quasi-décuple de la taille que vos mensonges lui attribue. Le Coran fait à peine 400 pages d’une écriture moins dense et plus répétitive que celle du nouveau testament.

      N’êtes vous pas un faussaire dont le seul but est de tromper le lecteur par tous les mensonges possibles et imaginables ? 

    • Massaliote 3 septembre 2010 11:31

      Birdy, soupçon partagé. Constatons qu’il n’a pas répondu à ma question.


  • phrenia phrenia 3 septembre 2010 00:37

    Ainsi vont les religions dans le monde : faites pour pourrir la vie des esprits libres et abrutir d’espoir les autres. Elles se valent toutes dans leur horreur, c’est seulement l’époque et le lieu (une société donnée à un moment donné) qui leur donnent un sens plus ou moins tolérable. Elles ont toutes leur part d’ombre. Les sociétés humaines devraient en prendre conscience et savoir en modérer l’expression, faute de ne pas pouvoir les éliminer totalement. Cela faciliterait en partie le vivre ensemble.


  • Paradisial Paradisial 3 septembre 2010 02:45

    Dans leurs textes respectifs, le Coran abrogea la lapidation, contrairement à « l’Evangile » qui ne le fit JAMAIS

    La prévenue avait participé à l’assassinat de son mari en compagnie de deux complices avec lesquels d’ailleurs elle avait couché. En ordre de priorité, lequel des deux forfaits serait-il le pire ?!! Le meurtre évidement. Et aux médias occidentaux de nous parler d’une Sakinah condamnée à la lapidation pour adultère. Allez comprendre ! smiley

    Parlons-en de lapidation.

    Le Christianisme n’avait jamais, dans ses textes sacrés, abrogé la lapidation pratiquée par les juifs, l’Islam, par contre, via le Coran, l’avait fait.

    Les ignorants vont me crier que des musulmans (n’exagérons pas, une partie infime des musulmans) la pratiquent, et qu’il existe en sus deux ou trois hadiths qui parleraient de sa pratique, et que dès lors je ne pourrais être qu’un menteur.

    A ces mêmes ignorants je répondrais : l’Islam est totalement innocent de ces gens là et de ces prétendus hadith, et ce pour la simple raison que le Coran a effectivement abrogé la lapidation énoncée dans la Torah, lui substituant la flagellation, qui elle n’est pas mortelle, pour les deux adultérins et non seulement pour la femme adultère.

    A ces ignorants là je lance un défi : nulle part dans le Coran vous ne trouverez la lapidation comme sentence ; le Coran l’a effectivement abrogée. Quant aux supposés 2 ou 3 hadiths qui en parlent, ils ne pourraient être que faux, car aucun hadith ne pourrait abroger un verset coranique ; que l’on nous rapporterait même un milliard de hadiths défendant la lapidation et s’opposant avec le verset parlant de flagellation ils ne pourraient être que FAUX.

    Ceci dit, revenons à l’Evangile et à l’affaire des pharisiens, de Jésus et de la prostituée.

    En fait, Jésus (que le Salut de Dieu soit sur lui) n’avait jamais interdit la lapidation.

    Oui, mais on me répondra que lorsque les pharisiens lui ramenèrent la prostituée et lui demandèrent son avis pour la lapider il leur répondit : Que celui qui n’a jamais pêché lui jette la première pierre.

    Qui donc pourrait voire dans une telle phrase une condamnation franche et réelle de la lapidation ?!!!!!!

    Objectivement : ce n’en est pas une.

    Il faudrait contextualiser tout le scénario pour se rendre en toute objectivité que Jésus n’avait point condamné la lapidation.

    Je m’explique.

    En fait, chez les juifs l’adultère a lieu uniquement quand un homme (marié ou non) couche avec la femme d’un autre, et donc quand une femme mariée couche avec cet homme là.

    Si un homme couche avec une femme non mariée ou avec une prostituée (et vice versa), il n’y a pas d’adultère pour aucune des deux parties homme et femme.

    Or que firent les pharisiens ?!!!!

    Ils voulaient se jouer de la tête de Jésus et le mettre en ridicule, et lui ramenèrent à cette fin une prostituée (seule) pour la faire juger par lui sous l’accusation d’adultère afin de le tenter (alors que déjà dans une relation adultérine il y a deux parties).

    Conscient de leur subterfuge juridique (et de la non constitution selon leurs propres règles d’un cas d’adultère) que leur répondit Jésus ?!!

    Il leur rétorqua : Que celui qui n’a jamais pêché lui jette la première pierre !

    Qu’entendait-il par le fait de « ne jamais pêcher » ?!!

    En fait, Jésus leur insinua ironiquement : que celui qui n’est jamais allé aux putes parmi vous jette à cette « innocente » prostituée la première pierre

    Ils se rétractèrent tous, insultés, trainant leur propre culpabilité derrière eux. 

    Fin mot de l’histoire :
    Les salauds, c’étaient tous des religieux et tous fréquentaient unanimement les maisons de débauche.

    Il n’y avait aucun saint parmi eux.

    Les pharisiens (prétendument religieux) qui voulaient faire assassiner une péripatéticienne fréquentaient eux-mêmes les péripatéticiennes. smiley


    • Paradisial Paradisial 3 septembre 2010 02:48

      Aucun pharisien n’avait osé lever un cailloux, si quelqu’un l’aurait fait il aurait été illico dénoncé par ses autres compères, par jalousie, car ils s’en seraient sentis tous insultés par son mensonge. Alors, ils se défilèrent tous, la honte accrochée aux talents de leurs souliers. 

      Mais encore : après cette initiale révélation qui les entachaient tous, en sachant au fond d’eux-mêmes qu’il était véritablement face à un prophète, ils craignirent que Jésus ne révèle davantage des plus pires secrets cachés par tout un chacun / ils durent littéralement s’enfuirsmiley

      Si quelque pharisien se serait enhardi à lever une pierre, il risquait de voir Jésus déballer touuuus ses secrets, des plus ténébreux. Les tentateurs de Jésus (après sa petite démonstration / résumée dans un seul et court défi) smiley furent effrayés à cette idée. smiley

      Aujourd’hui, ce sont encore les pharisiens (de l’intérieur et de l’extérieur) qui tentent cette fois-ci de s’attaquer à l’IRAN.


    • Paradisial Paradisial 3 septembre 2010 02:50

      En parlant de pharisiens, en on retrouve par ici de dignes cracheurs du site Feuj de Souche. smiley


    • Paradisial Paradisial 3 septembre 2010 02:52

      Longue vie à la vaillante nation iranienne.

      J’aime pas le sionistan.

      Khazaria c’est dans la poubelle de l’histoire qu’elle reviendra.


    • Paradisial Paradisial 3 septembre 2010 03:24

      @ L’Auteur,

      Avec votre esprit littéraliste, ce n’est pas demain que vous saurez lire, analyser et décrypter le Coran (du moins, ce qu’il tombe entre vos mains comme tentatives de traduction).

      Dans le Coran il existe deux châtiments à l’adultère :

      • la flagellation,
        et
      • la réclusion à vie (et non l’enfermement jusqu’à la mort, comme vous l’énonciez dans votre texte).
      Dans l’ordre de révélation du Coran, c’était la réclusion à vie qui était initialement énoncée. Il s’agissait de réclusion à vie dans le domicile conjugal, en tournant simplement à clefs la serrure de la maisonnée. Donc, plus de sorties au-delà du seuil « conjugal ».

      Le verset parlant de ce châtiment évoqua en même temps qu’il fallait être en l’attente d’un autre à venir, le qualifiant même de délivrance (alternative), qui un jour sera révélée.

      Ultérieurement, vint alors le verset instituant la FLAGELLATION POUR LES DEUX ADULTÉRINS, abrogeant de fait l’ancien châtiment (et délivrant - sans nouvelle sentence - celles qui y étaient jadis seules condamnées).

      La flagellation en question n’est pas mortel, car figurez-vous en, le Coran affirme qu’UNE ADULTÉRINE NE PEUT ÊTRE ÉPOUSÉE QUE PAR UN ADULTÉRIN. Tiens ! Tiens ! Voilà des coupables qui survivent à la flagellation, et qui même se marient !!!!

      En fait, ce verset insinue qu’en cas d’adultère d’une femme ou d’un homme mariés, ceux-ci après avoir subit le châtiment de flagellation doivent être séparés de leurs conjoints respectifs. Ledit verset interdit donc aux musulmans vertueux de rester mariés à un adultérin ou à une adultérine (sans qu’il n’impose forcément que les deux adultérins se fassent marier après coup).

      Egalement, il convient de signaler que le cas d’adultère ne peut être constatable que strictement par la présence de quatre témoins oculaires, et qu’ils aient assisté de visu à un COÏT en plein déroulement. Ce qui rend la constatation du cas d’adultère presque du rang de l’impossible ; à part si les deux adultérins feraient cela en pleine rue, ou devant et au sus du voisinage.

      La morale de l’histoire : l’Islam tient à responsabiliser les gens quant à leurs devoirs sociaux, en amenant tout un chacun à jouir des libertés individuelles selon des limites qui viennent préserver l’ordre social et collectif, autrement la société serait vouée à la désagrégation en chutant - au passant - dans un monde bien bestial.

      Le second soucis c’est la préservation de la bonne identification des lignées.

      Un autre soucis a également une très haute importance : le droit pour l’enfant à venir de connaître ses parents légaux au lieu d’être condamné à être bâtard ou à finir dans les ordures vivant ou tué par sa mère, les rats ou un chien, sans que l’on lui ait demandé son avis.

      En légiférant de la sorte le Coran se souciait énormément de protéger l’ENFANCE en lui accordant tous ses DROITS.



    • Paradisial Paradisial 3 septembre 2010 04:05

      Autre preuve que la flagellation n’est pas mortel, un autre verset du Coran cite que pour le cas de l’esclave adultérine elle devrait recevoir la moitié du châtiment dédié à une personne libre. On ne pourrait pas infliger donc à une personne une demie-mort. Par déduction cela fait 50 coups de fouet au lieu de 100.

      Autre preuve que la lapidation est étrangère à l’Islam et au Coran et qui dément les faux hadiths en parlant c’est le début et la formulation mêmes de la sourate où le châtiment de la flagellation a été institué, à savoir Sourate An-Nour (la lumière).

      Celle-ci commence comme suit et ses paroles sont claires et ne méritent aucune ambiguïté d’interprétation :

      بِسْمِ اللَّـهِ الرَّحْمَـٰنِ الرَّحِيمِ
      سُورَةٌ أَنزَلْنَاهَا وَفَرَضْنَاهَا وَأَنزَلْنَا فِيهَا آيَاتٍ بَيِّنَاتٍ لَّعَلَّكُمْ تَذَكَّرُونَ ﴿١﴾ الزَّانِيَةُ وَالزَّانِي فَاجْلِدُوا كُلَّ وَاحِدٍ مِّنْهُمَا مِائَةَ جَلْدَةٍ ۖ وَلَا تَأْخُذْكُم بِهِمَا رَأْفَةٌ فِي دِينِ اللَّـهِ إِن كُنتُمْ تُؤْمِنُونَ بِاللَّـهِ وَالْيَوْمِ الْآخِرِ ۖ وَلْيَشْهَدْ عَذَابَهُمَا طَائِفَةٌ مِّنَ الْمُؤْمِنِينَ ﴿٢﴾ الزَّانِي لَا يَنكِحُ إِلَّا زَانِيَةً أَوْ مُشْرِكَةً وَالزَّانِيَةُ لَا يَنكِحُهَا إِلَّا زَانٍ أَوْ مُشْرِكٌ ۚ وَحُرِّمَ ذَٰلِكَ عَلَى الْمُؤْمِنِينَ ﴿٣﴾ وَالَّذِينَ يَرْمُونَ الْمُحْصَنَاتِ ثُمَّ لَمْ يَأْتُوا بِأَرْبَعَةِ شُهَدَاءَ فَاجْلِدُوهُمْ ثَمَانِينَ جَلْدَةً وَلَا تَقْبَلُوا لَهُمْ شَهَادَةً أَبَدًا ۚ وَأُولَـٰئِكَ هُمُ الْفَاسِقُونَ ﴿٤﴾ إِلَّا الَّذِينَ تَابُوا مِن بَعْدِ ذَٰلِكَ وَأَصْلَحُوا فَإِنَّ اللَّـهَ غَفُورٌ رَّحِيمٌ ﴿٥﴾ وَالَّذِينَ يَرْمُونَ أَزْوَاجَهُمْ وَلَمْ يَكُن لَّهُمْ شُهَدَاءُ إِلَّا أَنفُسُهُمْ فَشَهَادَةُ أَحَدِهِمْ أَرْبَعُ شَهَادَاتٍ بِاللَّـهِ ۙ إِنَّهُ لَمِنَ الصَّادِقِينَ ﴿٦﴾ وَالْخَامِسَةُ أَنَّ لَعْنَتَ اللَّـهِ عَلَيْهِ إِن كَانَ مِنَ الْكَاذِبِينَ ﴿٧﴾ وَيَدْرَأُ عَنْهَا الْعَذَابَ أَن تَشْهَدَ أَرْبَعَ شَهَادَاتٍ بِاللَّـهِ ۙ إِنَّهُ لَمِنَ الْكَاذِبِينَ ﴿٨﴾ وَالْخَامِسَةَ أَنَّ غَضَبَ اللَّـهِ عَلَيْهَا إِن كَانَ مِنَ الصَّادِقِينَ ﴿٩﴾ وَلَوْلَا فَضْلُ اللَّـهِ عَلَيْكُمْ وَرَحْمَتُهُ وَأَنَّ اللَّـهَ تَوَّابٌ حَكِيمٌ ﴿١٠﴾

      *-* Début de Citation *-*

      Au Nom de Dieu Le Tout Clément, Le Très Miséricordieux

      (1) VOICI UNE SOURATE QUE NOUS AVONS FAIT DESCENDRE ET QUE NOUS AVONS IMPOSÉE,

      ET NOUS Y AVONS FAIT DESCENDRE DES VERSETS EXPLICITES PEUT-ÊTRE SAUREZ-VOUS (LES) MÉDITER (TOUT EN VOUS VOUS EN RAPPELANT)".

      (2) LA FORNICATRICE ET LE FORNICATEUR, FOUETTEZ-LES CHACUN DE CENT COUPS DE FOUET.

      Et ne soyez point pris de pitié pour eux dans l’exécution de la loi de Dieu - si vous croyez en Dieu et au Jour dernier. Et qu’un groupe de croyants assiste à leur punition.

      (3) LE FORNICATEUR N’EPOUSERA QU’UNE FORNICATRICE OU UNE ASSOCIATRICE. ET LA FORNICATRICE NE SERA EPOUSEE QUE PAR UN FORNICATEUR OU UN ASSOCIATEUR ; ET CELA A ETE INTERDIT AUX CROYANTS.

      (4) Et ceux qui lancent des accusations contre des femmes chastes sans produire par la suite quatre témoins, fouettez-les de quatre-vingts coups de fouet, et n’acceptez plus jamais leur témoignage. Et ceux-là sont les pervers, (5) à l’exception de ceux qui, après cela, se repentent et se réforment, car Dieu est Pardonneur et Miséricordieux. (6) Quant à ceux qui lancent des accusations contre leurs propres épouses, sans avoir d’autres témoins qu’eux mêmes, le témoignage de l’un d’eux doit être une quadruple attestation par Dieu qu’il est du nombre des véridiques, (7) et la cinquième [attestation] est « que la malédiction de Dieu tombe sur lui s’il est du nombre des menteurs ». (8) Et on ne lui infligera pas le châtiment [de la lapidation] si elle atteste quatre fois par Dieu qu’il [son mari] est certainement du nombre des menteurs, (9) et la cinquième [attestation] est que la colère de Dieu soit sur elle, s’il était du nombre des véridiques. (10) Il y est grâce de Dieu sur vous et Sa miséricorde (en légiférant ainsi, pour ce qui a été constaté publiquement ou dissimulé) ... ! Dieu est Grand, Accueillant au repentir (ceux qui se repentent) et Sage (dans Ses jugements) !

      *-* Fin de Citation *-*

      La sourate commence en précisant dès son début que son contenu est TROP CLAIR et qu’il faudrait prêter à ce détail forte attention.

      Elle institue la flagellation pour les adultérins, tous les adultérins, sans faire aucune exception de traitements entre ceux mariés ou ceux encore célibataire.

      L’adultérin et l’adultérine sont tous deux concernés.

      Il est impératif qu’il y ait 4 témoins oculaires pour que le cas d’adultère soit constatable, ce à défaut de quoi, celle-ci ne saurait être justifiée.

      Les faux-témoins encourent eux-mêmes la peine de flagellation.

      Le soupçon d’adultère quant à lui, aussi fort puisse-t-il (venant de l’un des deux époux) être n’est pas punissable. Celui qui soupçonne et le prétendu s’enquérissent mutuellement de la colère divine sur le menteur.

      La sélection des versets en question se clôt en invitant à méditer les profondes sagesses (que j’avais dévoilées en partie) venant et de la condamnation de l’adultère et de la façon à légiférer dessus.

      Sur ce : salaaaaaaaaaaaam. smiley

      Que les pharisiens aillent se mettre autre chose sous leurs canines. smiley


    • Adrien Badaracchi 23 décembre 2014 10:58

      Le problème c’est que Paradisial parle beaucoup mais il oublie la réalité. La vie n’est pas un bavardage mais une réalité. Il dit les musulmans ont condamné la lapidation alors que les chrétiens ne l’ont pas fait dans leurs textes sacrés. Jésus a dit aussi que l’on juge un arbre à ses fruits. Donc voyons la réalité des sociétés de culture musulmane et celle des sociétés catholiques. Curieusement dans les pays catholiques on ne lapide pas et dans les pays musulmans on lapide. Mieux, ce sont les catholiques qui ont fait cesser leur tradition de lapidation à certains peuples germaniques durant le moyen-âge. Alors, j’aimerais que Paradisial réponde à ma question : pourquoi on lapide en pays musulmans alors que les musulmans ont aboli la lapidation des juifs et des chrétiens et pourquoi on ne lapide pas dans les pays chrétiens alors que la lapidation n’a pas été condamnée par eux ? 


  • Paradisial Paradisial 3 septembre 2010 04:24

    « l’Islam est LA RELIGION »

    Si on part du postulat que Dieu existe, et qu’il s’adressa à l’humanité via une série de prophètes, ces prophètes là n’ont pu et ne peuvent colporter qu’un seul message, invariable dans ses essences, car Dieu étant UN, Son message et Sa religion se doivent d’être également UNS ET CONSTANTS, CLAIRS, INCHANGÉS, ET INVARIABLES (toujours dans leurs essences).

    C’est le contraire qui aurait été aberrant et qui ne saurait être qu’aberrant : Un seul Dieu, plusieurs religions opposées et contradictoires.

    Pourtant, aujourd’hui, on constate la présence et la coexistence de plusieurs courants spirituels. La raison en est toute simple : après le départ des prophètes révélés à chaque nation, Le Message qu’ils véhiculèrent fut altéré par innovation de la part des gens qui leur ont succédés. Dieu aurait pu protéger ce message là d’être altéré, mais, accord du libre arbitre oblige, Il leur laissa la responsabilité d’y rester fidèles ou pas, alors, systématiquement les gens pervertirent et altérèrent Le Message. De plus, les conditions géographiques et historiques, et le cloisonnement des sociétés ne permettaient pas encore la livraison - d’un seul coup - d’un message transplanétaire, inaltérable à tout jamais. Alors, s’imposait la venue d’une série de prophètes qui venaient restaurer Le Message et tenter de réformer et de rééduquer les humains.

    La religion livrée par Dieu, et ses essences et objectifs, n’ont jamais changé. Ce qui changeait c’étaient les formes innovées inventées par les humains après le départ des prophètes.

    L’Islam, comme son nom l’indique, vise à mettre l’Humain en Alliance, en Bonne Résonance et en Paix avec Dieu, éléments qui ne peuvent être atteints s’ils ne sont pas assurés également entre hommes.

    Ainsi est LA RELIGION de Dieu : elle se soucie du spirituel et du terrestre à la fois ; relier l’Humain avec Dieu, et tenter de créer une société viable entre les humains (où l’intérêt pluriel prime [sans nuire] aux intérêts individuels).

    Etre fâché avec Dieu et bon qu’avec les hommes, ou fâché avec les hommes et bon qu’avec Dieu ne sauraient être un bon équilibre.

    Partant de ces définitions là (celles de l’Islam), tous les prophètes portèrent le même message et véhiculèrent la même religion :

    • rappeler l’humain à se remémorer qu’il n’est pas venu du néant, mais qu’il a un Créateur Suprême, Originateur de Tout l’Existant ;
    • appeler à retrouver cet Originateur de par la raison, en appelant à méditer toutes les preuves tangibles que porte La Création en guise d’empreintes ;
    • définir les véritables caractéristiques de Dieu, en axant grandement sur Son unicité (face aux théories païennes polythéistes) ;
    • répondre aux grandes et principales questions existentielles de l’homme ;
    • montrer le chemin le meilleur pour atteindre Dieu ;
    • asseoir les règles élémentaires visant à construire une société viable ;
    • ....

    La religion n’a jamais varié d’un iota. L’Islam a été toujours présent sur la surface de la terre, et ce depuis que l’homme l’eut foulée du pied.

    La religion n’a jamais été cessée d’être restaurée par les prophètes. Tous étaient musulmans, et tous véhiculaient l’Islam.

    Quand la donne technologique (extension des moyens de communication) permit de créer des sociétés moins cloisonnées et le cheminement plus ou moins rapide de l’information entre elles, le moment opportun vint pour sceller la religion dans son moule unique et universel une fois pour toute. Muhammad (que le Salut de Dieu soit sur lui) ne vint qu’accomplir cette restauration ultime de la religion, càd de l’Islam.

    Jésus, Moïse, et touuuuus les prophètes adressés par Dieu à l’humanité, en tout temps et en tout espace, ceux cités comme tels par les humains et ceux oubliés, ne vinrent porteurs que de la même religion une, unique et universelle d’un Dieu Un, Unique et Universel.

    Ces prophètes là, après leur départ de ce Monde, les humains après eux donnèrent à LA RELIGION (après l’avoir altérée) les noms de ces prophètes, alors que ces mêmes prophètes furent totalement innocents de ces gestes là. Le prophète Muhammad ne vint pas avec une religion nouvelle portant son prénom, mais vint tout simplement restaurer l’Islam.

    Jésus n’a jamais prêché le Christianisme, pas plus que Moïse ne prêcha le Judaïsme, pas plus que les autres prophètes aux prénoms de qui on accola des « isme » pour pervertir La Religion qu’ils apportèrent. Tous prêchèrent l’Islam, et tous furent des musulmans, et rien d’autre que des musulmans.

    Les humains au sein des sociétés d’antan constituaient une seule fratrie, au fur et à mesure que le leg spirituel leur parvenait réformé (corrigeant ses formes altérées) certains préféraient s’arcbouter et s’en tenir à un héritage plutôt qu’à un autre, ainsi, en a-t-on finit par se retrouver avec des strates venant s’additionner les unes sur les autres.

    A chaque fois qu’un prophète s’en allait, et que son message s’en retrouvait altéré, un autre prophète venait restaurer la vérité, non sans rencontrer des résistances, des réticences et de bien brutales oppositions. Dur dur pour certains de se séparer de l’héritage parental fut-il biaisé !

    En matière de spiritualité le Coran en premier appelle l’Humain à se méfier de l’héritage parental combien serait-il hasardeux de le suivre aveuglément s’il s’avérerait erroné et appelle à tout remettre en cause pour tenter de chercher la vérité de façon toute pragmatique et raisonnable.

    L’Islam ce n’est pas la tradition.

    L’Islam est le culte de la raison.

    Paradisial


    • COVADONGA722 COVADONGA722 4 septembre 2010 11:42

      @Paradisial, bonjour

      « l ’islam est le culte de la raison »
      dois je comprendre que ne pas croire en l islam est deraison donc folie ?
       vous prevoyez quoi des asiles psychiatriques pour les incroyants ? ou votre mansuétude
      imagine des camps de rééducation religieuse pour le plus grand bien des infideles ?
      Je considere que si mon frere en humanité à besoin d une béquille spirituelle pour affronter les afres qui nous sont communes il ne m appartient pas de lui oter des mains ,
      sauf a ce qu il m’en assenne des grands coups ce que vous venez de faire avec votre
      « nouveau culte de la raison ».


  • Pharmafraude Pharmafraude 3 septembre 2010 05:46

    De plus en plus l’impression que la Sha’ria selon les Wahabbites et autres Talibans est fortement teintée de sectarisme Talmudique... ou bien ?


  • birdy 3 septembre 2010 09:39

    JP Bédol


    Je vous ai mis au défi de citer un seul verset du du Coran où seraient mentionné le personnage de Seth.

    Vous avez ajouté le mensonge au mensonge en me renvoyant à un verset où ne figure pas ce personnage.

    Je réitère contre vous mon accusation de mensonge et de manipulation.

    Votre silence est en soit un aveu.

  • j-p. bédol 3 septembre 2010 10:28

    A birdy ;

    Le langage haineux n’est pas de bon conseil. Soyez incroyant si vous voulez. Mais restez zen.


    • birdy 3 septembre 2010 10:30

      Vous êtes un escroc qui se débine la queue entre les jambes.


      Je répète : Dans quel versets du Coran le personnage Seth est cité ?

    • birdy 3 septembre 2010 10:36

      Vous avez raison en cela : Oui je vous hais comme je hais tous les escrocs incultes et manipulateurs.


      Cependant j’attends toujours les fameux versets coraniques où Seth serait cité, et vous ne vous en tirerez pas avec des diversions.


  • j-p. bédol 3 septembre 2010 11:08

    A BIRDY. Une dernière fois.

    Coran : SETH est le père d’Enos (ou Enoch ou Idris dans le Coran).
    Sourate 21 (les prophètes) verset 85 "et Ismaël, Idris (fils de Seth (Ndlr)), et Dhou al Kifl... Tous, ils étaient constants... ils sont au nombre des justes.

    Bien à vous. Bonnes vancances ou bonne rentrée.

    JP Bédol.

    FIN de cette dsicussion sans presque d’intérêt.


    • Massaliote 3 septembre 2010 11:36

      Mon avant-dernier commentaire attend toujours une réponse : êtes-vous musulman ?


    • birdy 3 septembre 2010 11:37

      Voici la sourate 21:85. Et Ismaël, Idris et Zul-Kifl qui étaient tous endurants ;

      Vous mentez et falsifiez encore une fois et avez vous même ajouté le :  « (fils de Seth (Ndlr)) »

      Ce mensonge est d’autant plus ignoble que Driss est l’équivalent arabe de Hénoch et que plusieurs générations séparant Hénoch de Seth, Hénoch ne peut pas être le fils de Seth.

      Je vous accuse publiquement d’avoir à plusieurs reprises menti et falsifié sciemment les textes pour étayer vos infâmes manipulations. 

      Votre inculture abyssale et votre abjecte ignominie sont à vomir, je vous méprise profondément. Vous ne vous en tirerez pas par des pirouettes, je vous poursuivrai avec assiduité pour exposer publiquement vos falsifications et informer les lecteurs de vos mensonges. 


  • j-p. bédol 3 septembre 2010 11:40

    Massaliote

    J’ai répondu à votre question mais comme elle ne semble pas vous convenir vous feignez de l’ignorer ;

    Bien à vous.

    Terminé pour cet article et bcp de discussions, sans intérêt réel.

    JP Bédol.


  • birdy 3 septembre 2010 11:50

    Voilà que l’immonde escroc replie en hâte les preuves de sa forfaiture !


    Le faussaire dans toute son abjection.

  • j-p. bédol 3 septembre 2010 12:29

    Pourquoi autant de haine dans certains commentaires ?


  • Pelmato 3 septembre 2010 12:33

    Tout a fait daccord avec Catherine Segurane.
    De manière général les catholiques ont plus de recul avec des textes sacrés que les musulmans ou même certain protestants. Il est vrai cependant que longtemps l’église catholique s’est appuyé sur l’ancien testament pour mieux contenir et garder ses fidèles en terrorisant les gens et justifier aussi les croisades et les mises à mort de ceux qui n’allaient pas dans le sens de l’Eglise.

    Mais en faite l’église catholique s’est distancié au fur et à mesure des siècles de ses textes bibliques et les théologiens ont pus volontier étudier la bible pour re-interpréter assez régulièrement les écrits au fil des époques et des connaissances alors que les musulmans n’ont pas pus faire cela (ou du moins pas au grand jour car il est blasphématoire que de toucher au Coran). Je crois bien que la raison est (mais je n’en suis pas sure) que c’est Dieu qui a gravé lui même les textes du Coran dans des peaux d’animaux alors que les écrits de la bible ont été retranscrit de Dieu par des prophètes ou des apôtres en somme des êtres humain donc imparfait dès le départ. Il existe bien chez les musulmans des gens aujourd’hui qui étudient le Coran mais ceux qui essayent de re-interpréter les écrits ou d’en améliorer la retranscription sont désormais menacés de mort. Malheureusement on entends peu parler de ces intellectuelles musulman bien qu’ils existent. Dans les médias on préfert évoquer, relater et ne montrer que les méchants pour activer les haines. Bien sur le problème est que les musulmans en restant campé sur leur positions de l’intouchabilité de leur texte contribuent à en faire une religion immature et portés vers les extrémistes. Dommage !.

    En fait la différence aussi avec le Coran c’est que le Coran il n’y a QUE le Coran alors que dans l’église catholique le nouveau testament est arrivé avec Jésus pour rendre caduque l’ancien testament. Jésus à rompu avec les vielle traditions et notamment certain châtiment. C’était un homme avant-gardiste en quelque sorte, trop pour l’époque alors il en est mort….
    Avant le nouveau testament Dieu punissaient les hommes de leur péchés sur la terre et leur envoyaient régulièrement tout un tas de tourment. Jésus a été envoyé pour sauver les hommes de leurs péchés en étant crucifié.
    Ensuite l’homme est devenu libre de son destin et de ses choix sachant qu’un jour il devra quand même s’en remettre à Dieu.
    C’est dit a peu prêt comme ça dans les textes.

    Pour ma part, pour avoir suivis longtemps le catéchisme (non par choix mais parceque mes parents le souhaitaient) je ne me souviens pas avoir ouvert une bible même chez le curé… A la messe il n’y avaient que des missels qui retranscrivaient les textes du nouveau testament accompagnés de chants et de prières. La bible était cantonné dans la bibliothèque. J’ai entendu parler de la lapidation bien sur mais sur le même mode que Catherine Segurane (c’est a dire sur le mode du pardon de Jésus).

    Plus tard j’ai connu les protestants évangéliste un mouvement qui viens des États-Unis et la j’ai découvert qu’eux avaient une bien plus grande proximité avec les textes bibliques. Chacun avait sa bible et on s’y attardait durant les cultes (équivalent de la messe) aussi bien sur l’ancien que sur le nouveau testament sans différenciation. En cela les évangélistes que j’ai connus dans leur mode de vie sont beaucoup plus fondamentaliste que les catholiques. Ils sont comme les musulmans plus portés à l’interprétation des textes à la manière qui les arranges. Certain mouvement protestants évangéliste aux Etats-Unis sont dailleur même très proche de la mouvance islamiste dans leur mode de pensée et d’agir.

    Quant à la lapidation chez les musulmans je rejoint la aussi Catherine Segurane pour dire que les fondamentalistes sont prêt à tout pour fanatiser leur fidèle et peu importe ce qu’il y a écrit dans le Coran au fond. Une simple insinuation à un châtiment quelquonque leur suffit pour remettre à l’ordre du jour les méthodes les plus barbare…


  • corsaire7mers 3 septembre 2010 16:00

    C’est hallucinant le méli mélo d’ignorances qui se disputent.
    Même autour du zinc on y assiste à plus d’esprit et c’est peu dire.
    Hallucinant ! Affolant !


  • jean.nt 4 septembre 2010 11:03

    Il faut faire la part des choses : Il y a
    - l’ancien testament
    - le nouveau testament
    - le coran.
    les chrétiens reconnaissent l’ancien testament qu’ils complètent avec le nouveau ;
    Les musulmans reconnaissent la bible (ancien et nouveau testament) qu’il complète par le Coran.
    A ma connaissance, le nouveau testament ne prévoit pas de châtiment terrestre et s’en remet au jugement de Dieu. En cela, il marque sa différence avec l’ancien testament dont il modère donc les termes. Par ailleurs, il ne remet pas en cause le pouvoir en place et ne prétend pas s’y substituer.
    Il n’en est pas de même pour le coran qui définit les règles régissant la société qui prévoit des châtiment terrestre (mort à l’infidèle !!) et prône la guerre sainte.
    Alors, je crois qu’il faut arrêer de demander au Chrétiens de faire le premier pas et s’attacher à dénoncer les excès des actes commis par les Musulmans.
    A cet égard, s’il existe des musulmans modérés comme d’aucun semble le dire, alors qu’ils prennent la parole publiquement pour condamner ceux qui au non de l’islam lapident ou commettent des attentats. Qu’ils s’expriment dans les médias au nom de l’islam, qu’ils construisent sur les lieux saints de l’Islam des mosquées pour prier pour que cessent ces atrocités.

     


  • pazuzu pazuzu 10 octobre 2012 01:10

    Etonnant que, concernant une religion en train de transformer complètement nos sociétés, aucun intervenant ne semble avoir la moindre idée du B A -BA de l’islam, à part Catherine Ségurane. Edzez accueille son commentaire, le seul sensé et faisant preuve d’une bonne information de toute cette page avec un « Tu parle sans science et avec meprisance, tu n’es pas credible » le plus méprisant qui soit, alors qu’elle est la seule à effleurer le coeur du problème : bien sûr que ça ne se trouve pas dans le Coran. Mais les sources juridiques de l’islam sont le Coran et la sunna, et non le Coran seul, et dans la sunna, la lapidation figure bien comme sanction de l’adultère.

    La remarque de mjmb « c’est une invention des extrémistes basée sur un « hadith » faussement attribué à Mahomet » est aussi délirante que celle d’Edzez. Ça montre d’abord une ignorance crasse de la question, puisqu’il n’y a AUCUN hadith attribué à Mahomet : tous les hadiths rapportent les faits, gestes et paroles de Mahomet rapportés par des tierces personnes. Il va de soi que ce n’est pas la réalité historique qui importe ici (de ce point de vue, l’existence même de Mahomet est douteuse), mais la manière dont les musulmans perçoivent les choses. Et pour eux, la sunna est essentielle (forcément, c’est le Coran lui-même, verset 2:106, qui ordonne aux croyants de prendre Mahomet pour modèle, et il n’y a que la sunna qui décrit son comportement), et les hadiths qui en sont la matérialisation sont pour eux classés selon une échelle d’authenticité qui va des plus « faibles » aux plus « forts » (sahihs), suivant la fiabilité des rapporteurs et la continuité de la chaîne de transmission (isnad).

    Si on puise uniquement dans les hadiths sahihs, il y en a au moins une bonne vingtaine qui montrent Mahomet, le « beau modèle » ordonnant la lapidation des adultères : Bukhari, Livre 49, no.860, Livre 63, no.195, Livre 78, no.629, Livre 82, nos.803 à 806 ; Muslim, Livre 17, nos.4191, à 4216, Abu Dawud, Livre 38, no.4339 à 4448, etc., etc. Tous ces hadiths ne sont pas une « invention d’extrémistes », mais font partie de la base la plus essentielle de la foi d’absolument tous les musulmans, qu’ils soient « modérés” ou « extrémistes ». C’est tout simplement l’islam, dans ses principes les plus fondamentaux reconnus unanimement par tous les docteurs de la loi, de toutes obédiences.


  • pazuzu pazuzu 10 octobre 2012 13:15

    Parmi ces hadiths sahihs traitant de la lapidation, deux sont particulièrement instructifs. Le premier parce qu’il montre la filiation entre la loi mosaïque et celle de l’islam. Il date de peu après l’hégire, à l’époque où Mahomet, fuyant la Mecque pour Yathrib (devenu par la suite Médine), s’y était installé depuis peu, et s’était vu proposer par les tribus juives qui peuplaient essentiellement l’oasis de servir d’arbitre dans leurs différends :

    « Abdullah bin’Umar rapporte qu’un juif et une juive ont été amenés devant le messager d’Allah pour avoir commis l’adultère. Le messager d’Allah vint voir les juifs et leur dit : « Que trouve-t-on dans la Torah pour celui qui commet l’adultère ? ». Ils dirent : « On noircit leur visages et on les fait monter ensemble sur un âne avec leurs visages tournés dans des directions opposées, et ensuite on les promène dans la ville. ». Il dit  : « Amenez la Torah pour vérifier si vous avez raison. ». Ils l’ont amenée et l’ont récitée jusqu’au verset qui concerne la lapidation ; la personne qui lisait a mis sa main sur ce verset et a lu ce qui n’était pas masqué par sa main. Abdullah b. Salim qui était avec le messager d’Allah dit : « Ordonne-lui d’enlever sa main. ». Il l’enleva et il y avait à la place le verset relatif à la lapidation. Alors l’envoyé d’Allah prononça son jugement et ordonna que les deux personnes soient lapidées à mort. Abdullah b. ’Umar dit : « J’étais un de ceux qui les ont lapidés et j’ai vu l’homme protéger la femme avec son corps. » (Muslim, Livre 17, no.4211 ; mentionné aussi notamment par Abu Dawud)

    Comme on peut donc le voir, et si on en croit ce hadith, les juifs du Hejaz contemporains de Mahomet étaient déjà à l’époque pour le moins réticents à appliquer la lapidation, malgré sa mention dans la Torah, préférant la remplacer par une peine humiliante, mais ni douloureuse ni mortelle. C’est Mahomet qui l’a restaurée. Et restaurée pour l’éternité, puisque le Coran interdit tout changement dans la loi d’Allah sans limite de temps. D’où son application encore actuellement. Le deuxième hadith sur le sujet présentant un intérêt particulier ne met pas en scène de cas précis de lapidation ordonné par Mahomet (contrairement à la majorité de ces petits textes), mais traite de la mention de cette peine dans le Coran :

    « ‘Abdullah b. ‘Abbas a rapporté que ’Umar b. Khattab s’est assis à la chaire du messager d’Allah (paix soit sur lui) et a dit : « En vérité, Allah a envoyé Mahomet (paix soit sur lui) avec la vérité et lui a envoyé le Livre, et le verset de la lapidation était inclus dans ce qui lui a été révélé. Nous l’avons récité, mémorisé et compris. Le messager d’Allah (paix soit sur lui) a prononcé des peines de lapidation à mort (pour les adultères mariés), et après lui nous avons nous aussi ordonné des lapidations, et je crains qu’avec le temps les gens ne (l’oublient et) puissent dire : « Nous ne trouvons pas trace de la punition par lapidation dans le livre d’Allah, et s’égarent en abandonnant ce devoir prescrit par Allah. La lapidation est un devoir envoyé par le livre d’Allah pour les hommes et les femmes mariés qui ont commis l’adultère si la preuve est établie, ou s’il y a grossesse, ou aveu. » (Muslim, Livre 17, no.4194)

    Il y aurait donc eu, selon la sunna, un « verset de la lapidation » dans le Coran, mais il en aurait été retiré par la suite (pour l’anecdote, une tradition non étayée par des hadiths, rapporte que le feuillet correspondant aurait été mangé par une chèvre, à l’époque ou la révélation n’était consignée qu’en un exemplaire sur des feuilles de palmier éparses !). Les docteurs de la loi y voient généralement un cas particulier d’abrogation : seule la récitation en serait abrogée, l’application étant, elle, de rigueur.


  • pazuzu pazuzu 10 octobre 2012 13:21

    [Erratum : dans le premier de mes deux posts ci-dessus : j’ai mis par inadvertance la référence du verset donnant la règle de l’abrogation (2:106) au lieu de celle du verset qui ordonne de prendre Mahomet pour modèle. Ce dernier est le 33:21]


  • Adrien Badaracchi 23 décembre 2014 10:23

    Il faut bien comprendre que l’ère chrétienne commence avec Jésus-Christ et non avant. Même si le chrétien reconnaît la bible, il est évident que la parole du Christ prime sur le reste. C’est en cela que Jésus a émancipé les peuples à venir de règles anciennes. La nouvelle alliance vient changer les règles. Jésus a mis en place les bases d’une société qui sont encore en vigueur de nos jours. Avant, seuls les juifs pouvaient faire partie du peuple de Dieu. Jésus a permis que tous les hommes même les païens puissent devenir chrétiens. Jésus concernant la lapidation a mis fin à ce principe d’un autre temps, déjà pour lui. Quand il dit que celui qui n’a jamais péché lui lance la première pierre il annonce bien la fin de la lapidation. Quand tout le monde est parti et que Jésus se retrouve seul avec la femme qui aurait dû être lapidée, il lui pardonne et il lui dit qu’elle peut partir librement. Donc dire que la lapidation est chrétienne c’est ne pas connaître les évangiles. De la même manière Jésus a prôné l’égalité des hommes mais aussi des hommes et des femmes mais aussi la fin de l’esclavage. : « Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme. » Il a également mis en place les bases de la laïcité chrétienne « rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ». Malheureusement notre laïcité actuelle est plus une nouvelle religion (dixit Vincent Peillon) anticatholique qu’une véritable doctrine anticléricale.


Réagir