lundi 29 juin - par Jacques-Robert SIMON

La testostérone rend-elle con ?

PNG

 Jusqu’à la puberté, les garçons possèdent une concentration de testostérone inférieure à 0,7 nmol/l, elle augmente d’un facteur 2 à 20 entre 10 et 20 ans, les taux chutent plus tard, la vieillesse venue, pour retrouver les valeurs de la prime enfance. Pour les femmes, les taux sanguins de testostérone sont environ dix fois moindres. La puberté marque l’entrée dans la vie sexuelle celle où il faut combattre pour vivre et conquérir. 

 Dès trois ou quatre jours, le bébé est capable de reconnaître la voix de sa mère. Vers trois mois, le nourrisson se sert de mimiques et du regard pour communiquer avec ses proches. Vers un an, le nourrisson ajoute des gestes pour se faire comprendre. Puis il emploie des mots lourds de sens pour lui, il égrène plus tard une suite de sons dont certains semblent avoir un sens, ces sons plus ou moins compréhensibles sont peu à peu ciselés et dès 3 ans le poupon peut parler.

 Les différentes phases d’acquisition doivent être respectées sinon l’enfant peut être victime de troubles graves du langage, voire ne pas pouvoir s’exprimer du tout dans les cas extrêmes : l’apprentissage du langage se révèle impossible s’il n’a pas été commencé dans la prime enfance.

 L’apprentissage d’une langue est un bon moyen de déterminer les différentes méthodes d’acquisition des connaissances.

 La langue natale n’est pas apprise en suivant des règles, une logique, une segmentation des problèmes, une logique, des lois, des instructions. La mère, le plus souvent, sert de modèle et le nourrisson tente de former des mots en faisant comme elle. L’enfant fait cela naturellement et joyeusement, sans contraintes, sans compétition. La capacité d’apprentissage des enfants est conservée jusqu’à un âge relativement avancé, 8 ans, mais de plus en plus d’efforts sont nécessaires si l’on tarde. Les jeunes ont des avantages sur les adultes pour apprendre : (i) ils mémorisent les nouvelles informations bien plus facilement, (ii) ils sont davantage motivés par les découvertes, (iii) les adultes dispersent leurs efforts et sont moins concentrés sur leurs tâches.

 De la naissance, jusqu’à la puberté, les connexions inter-neuronales sont d’une immense plasticité, c’est à dire qu’elles peuvent être créées, défaites, réorganisées facilement, permettant la constitution des réseaux, des systèmes nécessaires aux apprentissages.

 L’enfant avant la puberté apprend par imitation, essai et erreurs selon un processus intelligent que l’on peut comprendre plus précisément grâce à l’intelligence artificielle plus simple à disséquer.

 Pour l’intelligence artificielle les informaticiens n'ont pas à écrire dans le détail un programme : l'algorithme se configure lui-même, il s'entraîne et s'améliore au long d'un processus basé sur l’imitation. Des couches de neurones artificiels faits de transistors sont connectées via l’équivalent de synapses. Si la somme des signaux reçus par un neurone dépasse un seuil donné, il déclenche à son tour un signal vers les neurones voisins. Plus un neurone reçoit de signaux d'un autre neurone, plus le poids de ce signal devient important dans le calcul du seuil de déclenchement (pondération synaptique). Les liaisons entre les neurones sont initialement dotées de poids synaptiques quelconques. Pour la reconnaissance faciale par exemple, on va exposer la couche des neurones d'entrée à des milliers d'images "étiquetées" comme étant des visages humains de formes diverses, d’origines diverses, afin d’éduquer le réseau de neurones. Le réseau va de lui-même ajuster les poids synaptiques reliant les neurones entre eux, de façon à ce que les neurones de sortie donnent la réponse souhaitée.

 Le réseau de neurones artificiels ne fait pas appel à la Raison, le jeune enfant non plus. L’enfant n’est pas raisonnable ou déraisonnable, il apprend seulement à parler, à communiquer, à réfléchir, à réagir de la façon la plus adéquate, à marcher, à courir. L’enfant agit en tant qu’individu, par amour, c’est le règne de l’intelligence.

 L’adulte lui appel à la Raison. Mais il faut se garder de penser qu’il n’y a qu’une Raison, la raison c’est ce qui convient au collectif, au groupe. Des hypothèses sont faites en fonction de l’expérience, du milieu socio-économique et culturel ambiant et un chemin déductif, logique et rationnel est suivi à partir de celles-ci. Une Raison bardée de références est ainsi obtenue mais elle n’a rien d’absolue. À l’époque précolombienne, la Raison des mayas les obligeait à faire des sacrifices humains pour obliger les dieux. La Raison de Descartes permettait de distinguer le vrai du faux et c’est ainsi qu’il en déduisit l’existence de Dieu… La Raison n’a de sens que dans un cadre collectif ou plus exactement collectiviste et n’a rien de commun avec l’intelligence. Par contre c’est une arme de domination redoutable.

 L’enfant dénué de testostérone est intelligent, l’adulte qui en possède est empli de Raison. 

 Il est amusant de constater que la Raison qui se prête bien à la construction de grands laboratoires, de grandes universités, de grandes industries, de grandes assemblées, est historiquement un piètre inventeur. La radioactivité a été découverte par hasard et sans trop de moyens, tout comme les nanotubes de carbone, les infra-rouges, le sommeil paradoxal, l’aspirine, les neuroleptiques et tant d’autres choses. Le progrès existe bien mais il ne faut pas le chercher chez les mâles alpha ou les dominants. Pour s’en convaincre, il est possible de rappeler l’histoire des lumières (et non pas des Lumières).

 Comment éclairer les maisons ? La bougie est née au moins trois mille ans avant Jésus-Christ en Egypte, un chandelier a été découvert dans la tombe de Toutankhamon. Les Romains utilisent ensuite des feuilles imbibées de cire d’abeille. L’Empereur Constantin imposa la présence de bougies lors des cérémonies chrétiennes. Au Moyen Âge, la bougie est constituée d’une mèche enveloppée de suif. La noblesse et le clergé s’éclairent eux avec des bougies en cire d’abeille. La chandelle rivalise ensuite avec la lampe à l’huile. Michel Eugène Chevreul découvre comment extraire l’acide stéarique des matières grasses d’origine animale. Il s’ensuivra l’invention de la bougie stéarique qui remplace la chandelle de suif. La paraffine naît au XIXe siècle grâce à l’industrie chimique et le raffinage. Les bougies sont maintenant faites de ce matériau peu onéreux. En 1879 Thomas Edison dépose le brevet de la lampe électrique à base de filament en bambou. Les lampes au néon ont été inventées en 1910 par le chimiste Georges Claude. Les diodes électroluminescentes (LED : Light Emitting Diode) ont été découvertes grâce aux travaux de Henry Joseph Round, Oleg Vladimirovich Lósev et Nick Holonyak dans la première partie du XXe siècle.

 Aucun de ces inventeurs n’était animé du sentiment de puissance. Les individus emplis de testostérone sont généralement impulsifs, agressifs, combatifs, dominateurs, caractéristiques qui ne permettent que très marginalement de contribuer au progrès. La testostérone donne de plus le goût des statuts sociaux élevés et de leurs apparats.

 La réponse est maintenant claire : oui, la testostérone rend con… et souvent féroce !

 



163 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 29 juin 13:24

    « Dédaigner ce qu’on n’a pas est du dépit ; ce qu’on a, de l’orgueil. »

    Jean Rostand


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 juin 14:31

      @Séraphin Lampion
      Il n’y a pas de dédain dans le texte, un constat seulement.


    • JC_Lavau JC_Lavau 29 juin 14:47

      @Jacques-Robert SIMON. On pourrait le jouer à la façon Lauzier : « Combien que t’as touché pour ... ? ». Pour travailler au service des ennemies de la moitié du genre humain.
      Exemple, toujours sous la direction de la propagande Soros, médiée par son organe Amnesty International :
      Un impôt sur le délit de masculinité, pour Gudrun Schyman


    • mmbbb 29 juin 19:24

      @Jacques-Robert SIMON Les deux savants ayant decouvert l ADN n etaient pas des Rambo , et pourtant l un d eux s est largement inspire du cliche Mme Rosalin Franklin a son insu . Ils eurent le prix Nobel et pourtant sans ce cliche , ils auraient attendu pendant de longues années . Il est reconnu que Mme Franklin a ete usurpée Les scientfiques ne sont pas plus vertueux , il y a maints exemples.
      La femme moderne veut pratiquer des metiers a fort taux de testostérone « soldat e » par exemple Alors que les feministes se foutaient de la gueule du male ayant un fusil , et affirmaient dans les années 70 , que le fusil n etait que le prolongement du phallus , elles veulent desormais etre de la partie Plus conne qu une feministe tu meurs.

      M Thatcher n a pas hesite a ouvrit le feux ! Golda Meir une femme ayant eu recours aux armes .
       
      Quant a cettte fameuse testostérone , elle repond a une certaine evolution , un long processus ou il fallait combattre ou le monde des bisounours n avait pas encore envahi nos societes
      Desormais la femme moderne ne veut plus de male elle veut de la paillette .
      Qu elle se rassure la fertilite est en berne chez le male blanc et cela ne pose aucun probleme dans l hemisphere sud .

      PS paradoxalement ce sont les regimes communistes qui ont envoyes les femmes aux front . 

      Votre article est caricatural . 


    • doctorix doctorix 29 juin 19:53

      @Jacques-Robert SIMON

       « L’enfant dénué de testostérone est intelligent, l’adulte qui en possède est empli de Raison. »
      « les taux chutent plus tard, la vieillesse venue »

      A 73 ans, j’ai enfin compris pourquoi j’étais de plus en plus intelligent et de moins en moins raisonnable.


    • mmbbb 29 juin 20:04

      @Jacques-Robert SIMON et connaissez vous le nom du savant americain , chetif ayant mis au point la bombe atomique ? 
      Votre argumentation est surprenante ! 


    • JC_Lavau JC_Lavau 29 juin 20:14

      @mmbbb. L’article est merdeux car le pronom personnel « je » y est absent. Or il enrobe et dissimule des rancoeurs personnelles dans des habits de généralité qui n’ont aucune pertinence.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 juin 20:23

      @JC_Lavau
      Je n’ai pas d’ennemis.


    • JC_Lavau JC_Lavau 29 juin 20:34

      @Jacques-Robert SIMON. En un sens, on pourrait même soutenir que Heinrich Kleist, n’avait pas du tout de problèmes avec le fait que sa mère l’avait conçu dans l’adultère.
      On pourrait, on pourrait... A condition de biffer toute son oeuvre.


    • mmbbb 29 juin 20:39

      @JC_Lavau J oublias aussi l histoire La Pompadour qui influença Louis XV , un roi en manque de testo , elle renversa le jeux des alliances et fit perde la guerre de sept ans ,Une des causes qui amena la révolution puisque Louis XVI dut gerer une situtaion politique fort complexe. Lui même n avait pas assez de testo , si il avait eu le caractere de Louis XIV , une autre histoire .Cette guerre vida les caisses de l Etat . La Russie ,voir le livre interessant de V Féderovski « les tsarines » Catherine La Grande qui évinça du trône son frere , Elle sut comme un homme etre un statege et donna a la Russie , la Crimee et Sebastopol !
      Lorsque les medias affirme , que Poutine a annexe la Crimee , vaste plaisanterie historique
      Si Poutine avait ete en manque de Testo , son pays aurait ete lamine . 
      Quant a Margueret Tchater , elle n hésita pas a laisser mourir les grevistes , elle n en avait rien a cirer , elle sut imposer de force le liberalisme 
      Macron a côte petit joueur 
      C est toujours delicat de prendre qu une vue du probleme comme le fait si « naivement » cet auteur . Il tombe dans un manichéisme que l on pourrait pardonné a un jeune ado 


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 30 juin 07:11

      @mmbbb
      Je ne sais pas si mon article est caricatural mais il est évidemment simplifié.


  • JC_Lavau JC_Lavau 29 juin 13:31

    Wow ! Se vanter d’être eunuque, on ne l’avait pas souvent faite, celle-là.

    Remarquez, à force d’assassiner un maximum de mâles, elles ont même suicidé un de leur janissaire des plus fanatiques :

    http://deonto-famille.info/index.php?topic=303.0


  • Clocel Clocel 29 juin 13:36

    « Aucun de ces inventeurs n’était animé du sentiment de puissance »

    Pour Thomas Edison, vous me permettrez d’avoir un gros doute, la bagarre avec Tesla pour savoir quel courant serait utilisé pour l’éclairage et l’industrie, (continu/alternatif) a été féroce et ne s’est pas déroulée à fleurets mouchetés, s’en même parler des vols de brevets.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 juin 14:33

      @Clocel
      Il faut comparer ce qui est comparable et donc Edison avec un puissant du même acabit.


    • Clocel Clocel 29 juin 14:48

      @Jacques-Robert SIMON

      La puissance d’Edison devait beaucoup à l’exploitation des brevets « empruntés » à d’autres, c’était un Bill Gates bien avant l’heure.
      Ce que je peux acheter, j’achète, sinon je détourne à mon profit.
      Pour la petite Histoire, on n’a pas fini de dépiauter les notes de Tesla, qui lui était un authentique scientifique et pas un businessman.


    • JC_Lavau JC_Lavau 29 juin 14:51

      @Clocel. Le culte de la personnalité rend-il cloche ?
      Citation :
      Sous la géniale direction du camarade Mao Tzeu Tong, le peuple chinois a su déjouer tous les pièges du culte de la personnalité.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 juin 20:25

      @Clocel
      La puissance ne suit pas le même canal que l’intelligence.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 30 juin 07:13

      @Clocel
      Bill Gates, dans une courbe de Gauss, n’est pas le pire de tous.


  • walkingwhittheapes 29 juin 13:37

    il ne faut pas le chercher chez les mâles alpha ou les dominants

     les raisonneurs chétifs on inventé le religieux et la science et ce sont mis aux services des alpha , pour un continuer a faire joujou intellectuellement ,puis a manger et être éventuellement autorisés a copuler .Spoliant les guerriers le religieux puis le savant ont pris le pouvoir , jusqu’à l’absurdité d’un pouvoir s’en remettant a un conseil scientifique pour decider du politique .

    Encourageons le retour des alphas un peu bas de plafond et cramons religieux et savants dans un meme élan ça nous reposera et leur fera fermer leur gueule d’intelligent ...

    @Lampion , vous en devenez odieux a réussir à citer de mémoire ce que je dois chercher sur le net puisque juste une réminiscence .....


  • Clocel Clocel 29 juin 13:40

    Pour revenir à votre sujet principal, c’est à mon avis précisément le manque de testostérone qui nous a conduit là où nous sommes, si les fiottes sont mises en avant dans bien des domaines, c’est qu’elles ne sont pas dangereuses pour les vrais détenteurs du pouvoir.


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 29 juin 14:09

    Vous amalgamez deux états du moi que Berne distingue dans la grille qu’il propose pour l’analyse transactionnelle, l’Adulte et le Parent.

    Les relations que vous décrivez entre la mère et le nourrisson sont des relations Parent Nourricier-Enfant Libre, alors que celles qu’elle entretient avec l’enfant qui parle sont Parent Nourricier-Enfant Adapté Soumis. Quand elle n’obtient pas ce quelle attend de sa progéniture elle ou le près investit un e relation Parent Normatif-Enfant Adapté Rebelle, deux positons que chacun risque d’investir toute sa vie durant et que les manipulateurs utilisent sciemment pour maintenair leurs victimes dans un état de dépendance.

    Ce qu’explique Berne, c’est que toutes ces relations sont le siège des sentiments et non de la logique. Les hormones, y compris la progestérone qui fait, elle aussi pas mal de dégâts, en sont peut-être le carburant, mais peu importe, la colère, la peur, la joie et la tristesses n’ont pas besoin d’être dopées pour exister. Leur avantage c’est qu’elles font le sel de la vie, qu’elles procurent le plaisir. Leur défaut c’est qu’elle privent de discernement.

    Votre démonstration fait l’impasse sur l’état du moi Adulte qui n’est pas naturel et se construit en résistant le plus souvent à ses impulsions, à ses désire, ou au moins en les différents. Il s’agit d’un comportement acquis et toujours en danger de faire la place aux archétypes décrits plus haut. Là encore, les manipulateurs savent comment déstabiliser un adversaire dans un débat en le provoquant pour qu’il se mette en colère et perde le contrôle de ses propos.

    Un pilot de ligne est souvent donné comme exemple de l’utilité de l’Adulte : son entrainement lui permet, en cas de turbulences de ne pas lâcher le manche à balais en criant « mais qu’est-ce qu’elle me fait, qu’est-ce qu’elle me fait, ? », mais d’agir comme il convient, avec « sang-froid ».

    C’est parait-il ce qui nous distingue du Bonobo dont l’état du moi Adulte semble assez peu développé bien qu’il soit capable d’apprendre le langage des sourds-muets.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 29 juin 14:30

      @Séraphin Lampion

      correction :
      au lieu de 
      « Quand elle n’obtient pas ce quelle attend de sa progéniture elle ou le près investit un e relation Parent Normatif-Enfant Adapté Rebelle »
      merci de lire
      « Quand elle n’obtient pas ce quelle attend de sa progéniture elle (ou le père) investit une relation Parent Normatif-Enfant Adapté Rebelle  »

      les états du moi n’ont pas de sexe Parent désigne indifféremment le père ou la mère, Enfant se réfère aussi bien à garçon que fille, et Adulte est carrément angélique, asexué
      cet aspect de l’analyse transactionnelle la différencie fondamentalement de la psychanalyse


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 29 juin 14:51

      @Séraphin Lampion

      Avec toute cette branlette intellectuelle on est sauvé. Les pages lingerie du catalogue La Redoute ne risquent plus de coller ensembles.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 29 juin 14:57

      @Aita Pea Pea

      alors te gène pas !


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 29 juin 14:59

      @Séraphin Lampion

      Y’a plus de catalogues...sniff


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 29 juin 15:00

      @Aita Pea Pea

      en fait, c’est simple, le temps ne fait rien à l’affaire et la testostérone non plus : quand on est con, on est con.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 29 juin 15:02

      @Séraphin Lampion On pense au con ...différence.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 juin 20:30

      @Séraphin Lampion
      Je ne connais pas l’analyse transactionnelle, je regarderai.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 30 juin 07:16

      @Séraphin Lampion
      Je confirme que je ne maitrise pas l’analyse transactionnelle.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 30 juin 07:21

      @Aita Pea Pea
      Je ne suis pas M. Griveaux dans ses pratiques ;


  • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 29 juin 14:23

    Content ou pas content, la corrélation QI / taux de testostérone est établie scientifiquement depuis déjà bien longtemps, et donne raison au titre de l’article. On évite d’en parler parce que... Il vaut mieux éviter, en effet...


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 29 juin 14:36

      @Opposition contrôlée

      Parlons d’hormones, si vous voulez bien
      Les « crises » cyclothymiques féminines liées aux période d’ovulation sont sans doute selon vous à l’origine de l’aphorisme de Nietzsche attribué à tort à Schopenhauer :

      « La femme est un animal à cheveux longs et idées courtes. »

      S’occuper de ses tripes, ça prend du temps et on ne peut pas être au four et au moulin, en discothèque et à la fac.

      C’est à ça que servaient les séminaires et les internats pour l’ancienne élite.


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 29 juin 15:10

      @Séraphin Lampion

      Parlons d’hormones, si vous voulez bien

      Certes, j’ai réalisé trop tard que c’est bien le taux d’hormone. Une belle leçon d’égalité homme-femme d’ailleurs, tous égaux devant la connerie... mais pas devant les hormones.

    • mmbbb 29 juin 20:16

      @Opposition contrôlée les femmes ont aussi naturellement cette hormone !  Quand elles en trop cela des femmes a barbe ou jadis les nageuses de l est ! Des vraies armoires normandes ! je me bidonne


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 juin 20:31

      @Opposition contrôlée
      C’est vrai il y a une corrélation entre le taux de testostérone et le test du QI. Il faut encore se demander ce que mesure ce dernier.


  • JL JL 29 juin 15:01

    La Raison n’a de sens que dans un cadre collectif ou plus exactement collectiviste et n’a rien de commun avec l’intelligence. Par contre c’est une arme de domination redoutable. L’enfant (dénué de testostérone) est intelligent, l’adulte (qui en possède) est empli de Raison. ’’ (*)

     

    C’est lumineux. La raison est la musculature de l’esprit. Un esprit tordu s’en sert dangereusement. Les mauvais parents sont constamment en délit d’abus de pouvoir sur leurs enfants.

     

    (*) Pardon pour les parenthèses ajoutées, que j’ai jugées nécessaires dans cette phrase.

     D’ailleurs, je ne suis pas convaincu du rapport de cause à effet que vous établissez au sujet de la testostérone. Je pense sans la testostérone la reproduction sexuelle serait problématique.


    • JC_Lavau JC_Lavau 29 juin 15:10

      @JL. Non seulement problématique, mais condamnée par mortalités en excès : Qui défendra le territoire ? Qui chassera les prédateurs ? Qui construira et fortifiera les abris ? Qui chassera et ramènera des prises au delà du territoire restreint des femelles ? Qui fabriquera les outils quand il y faut de la force en plus de l’adresse ?

      Simon se prend pour une hyper-intelligence bien au dessus de la nature et des sélections sur de nombreux millions d’années.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 juin 20:33

      @JL
      La reproduction sexuée présente des inconvénients et des avantages.


    • JC_Lavau JC_Lavau 29 juin 21:06

      Sens-toi libre de développer.

      Reproduction végétative dans cette espèce ?


  • Samson Samson 29 juin 15:28

    « La testostérone rend-elle con ? »

    « La réponse est maintenant claire : ... »

    ... enfin, peut-être pas pour tout le monde, mais en ce qui vous concerne, le diagnostic est indubitable !

    Et, comme quoi tout n’est pas perdu, encore bravo pour votre belle lucidité ! smiley smiley smiley


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 30 juin 07:17

      @Samson
      C’est plus de l’observation que de la lucidité.


    • Samson Samson 30 juin 11:44

      @Jacques-Robert SIMON

      « C’est plus de l’observation que de la lucidité. »

      En matière d’identité sexuelle ou générique, se référer au sens étymologique du mot « con » en l’associant à un haut taux de testostérone exprime déjà on ne peut mieux toute la confusion mentale et intellectuelle dans laquelle sombre notre modernité.
      Quant au sens commun auquel vous semblez l’entendre et faute de tout critère apte à scientifiquement le déterminer, il exprime bien moins la conclusion d’une somme d’observations et de constats que le jugement de valeur que vous portez dessus.
      Vous réfugier donc dans le non-recours à la première personne du singulier pour l’exprimer peut certes leurrer les sots mais ne vous exonère en rien de votre implication personnelle dans ce jugement, plus ou moins inconsciemment marqué en tant que mâle à l’état civil du sceau de la haine et de la détestation de soi.
      Et là, c’est moi qui constate !

      Bien à vous, en vous présentant mes respectueuses salutations ! smiley


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 30 juin 13:02

      @Samson
      Il y a au Palais de la découverte une expérience palpitante qui montre que l’on est imprégné par son vécu lorsqu’on porte un jugement, lorsqu’on fait une constatation. Dans ce cadre, ce sont évidemment mes constatations que je présente.


    • JC_Lavau JC_Lavau 30 juin 13:16

      @Jacques-Robert SIMON. Il était une fois, au marché de Marseille, une poissonnière, point de première jeunesse, qui savait vanter la fraîcheur de sa dorade :
      « Regardez comme je suis belle et fraîche ! Je palpite encore ! ».
       
      La testostérone ? Elle trop verte, dit-il, et bonne pour des goujats.


    • Samson Samson 30 juin 14:19

      @Jacques-Robert SIMON
      "Il y a au Palais de la découverte une expérience palpitante qui montre que l’on est imprégné par son vécu lorsqu’on porte un jugement, lorsqu’on fait une constatation."

      Je ne doute pas un seul instant des biais à l’œuvre dans tout constat scientifique : c’est la notion d’obstacle épistémologique développée par Gaston Bachelard !

      Mais si les raisons sont bien naturellement faites pour s’en servir, loin de l’observation ou du constat, votre démarche consiste à mon sens à vous réfugier dans la rationalisation et justifier d’un verni scientifique votre manque d’estime de vous en tant que mâle qui y est préalable et quand bien même c’est tendance ! n’engage que vous !

      Et si même votre non-recours à la première personne du singulier exprime votre déni ou votre refus de l’assumer, votre choix des mots s’avère lui des plus éloquents !!!


    • JC_Lavau JC_Lavau 3 juillet 09:20

      @Samson. Ton schéma a une faiblesse : il est acausal. Or dans le monde réel, les enfants affectés d’une haine de soi et de son propre sexe, ils ne tombent pas du ciel : ils ont introjecté des persécuteurs externes. Là pour le cas de JRS, il nous manque tous les éléments d’anamnèse, mais on peut comparer à d’autres janissaires.
      Au Canada, ils ont à subir Martin Dufresne et Francis-Dupuis-Deri, en guerre sexiste contre la moitié du genre humain, la leur. En France elles disposaient de Léo Thiers-Vidal, mais elles l’ont déjà suicidé.

      J’ai déjà connu des gangs misandres, mais elles produisaient plus de révoltés que d’infirmes  peut-être simple question de maladresse. Par exemple des coalitions mère-grand-mère, ou mère-fille aînée.
      Avant guerre, Lionel Terray en disait du bien ; après guerre je suis beaucoup plus réservé sur Claire-Fontaine, pension d’enfants Opus Dei à Autrans, avec messe obligatoire chaque dimanche. Le personnel féminin, voire la patronne Madeleine Menthonnex, mais surtout sa fille France, étaient d’une misandrie épaisse à couper au couteau. Telle jolie blonde, telle jolie brune, ou la revêche « Mademoiselle » âgée pouvaient bien multiplier les perfidies et les injustices, c’était trop gros, on apprenait à se défier de ces ennemies implacables, et elles échouaient à produire les infirmes psychotiques de leurs rêves.
      Il faut un ingrédient de plus, par exemple la féroce jalousie du parent de même sexe, ou tout autre mode de sape perfide, ou un conflit schizophrènogène dans le couple reproducteur. Pour Martin Dufresne par exemple, on a les preuves que c’est ainsi qu’il fut produit dans l’état consternant où on le constate : l’ennemi de sa moitié du genre humain.

      Plus bas sur cette page, fcpgismo manifeste qu’il est dans un état alarmant. Là encore, on n’a pas l’anamnèse du cas.


  • Sozenz 29 juin 16:14

     Le réseau de neurones artificiels ne fait pas appel à la Raison, le jeune enfant non plus.

    est ce que vous en mettriez votre main à couper ?

    L’enfant dénué de testostérone est intelligent, l’adulte qui en possède est empli de Raison

    incroyable comment vous rangez les choses ..

    sur quoi pouvez vous affirmer ce que vous dites ?

    « Le progrès existe bien mais il ne faut pas le chercher chez les mâles alpha ou les dominants. »

    ah je comprends mieux , vous êtes un progressiste anti mâle alpha hétéro , mdr .

    arretez vos délires ; ,et arrêtez de dire des conneries .. les hommes soja comme vous vont avoir quelques difficultés à survivre dans ce monde pas tendre ;surtout avec que que l on fait rentrer en ce moment . apparemment même si vos avez été au cnrs ;il vous manque quelques cases

    sortez de vos bouquins ; et regardez ce qui se passe dehors ;

     la testostérone n est pas là pour rien ne rend pas con ; c est vous qui pensez qu’une personne ne peut pas s’ équilibrer avec tous ses aspects ; parce que vous êtes surement incapable de faire la synthèse avec vous même . 

    Va falloir évoluer mon bonhomme . et il y a urgence ...


  • L’intelligence commence quand l’un des sexes s’intéresse au fonctionnement de l’autre et intègre ses caractéristiques. L’aspect féminin intériorisé pour l’homme, la courage, l’audace pour les femmes. Mais comme les hommes ont tendance à se méfier de la composante féminine, ils ne s’aventurent pas trop sur ce terrain (de crainte de passer pour un homo intello, passif,...) Par contre, le contraire n’est pas vrai. Les femmes sont de plus en plus poussées à acquérir les qualités des hommes (hélas, parfois en s’identifiant aux aspects les plus « crétins »,...). C’est l’HERM-APHRODITE. Non pas femme-homme (trans-genre), mais femme et homme (ou l’inverse,....) ;


  • Octave Lebel Octave Lebel 29 juin 19:42

    « La réponse est maintenant claire : oui, la testostérone rend con… et souvent féroce ! »

    Je trouve que de la part de la connerie et de la férocité, c’est un billet d’excuse facile.


    • Sozenz 29 juin 20:21

      @Octave Lebel

      La testostérone intervient sur l’humeur et diminue la réaction au stress. Elle est associée à la compétition sociale et aux comportements de dominance. Avec une production moindre de testostérone avec l’âge, les hommes tendent donc à devenir plus passifs.

      La testostérone a aussi un rôle anabolisant : elle favorise le développement osseux et musculaire et stimule la production de protéines, d’où l’attrait des sportifs de haut niveau à son égard. Parallèlement, la testostérone stimule la fabrication de cellules sanguines (l’hématopoïèse), ce qui a pour conséquence de diminuer le temps de récupération après l’effort.

      faut être assez con aussi pour refuser les aspects positifs .
      ( apres vous êtes certaiment un mâle , donc plus con que moi qui suis femelle : désolée , je suis votre logique à deux balles )
      alors si vous avez du mal à utiliser vos neurones et en plus les aspects positifs de votre corps ; vous êtes mal barré ;

      la férocité pourrait vous sauver la vie , vous savez .
      quand vous aurez compris qu’ il faut pouvoir cocher le max de cases pour être le mieux possible , vous me ferez signe ;
      certains ont beaucoup de cases cochées ; d autres très peu.
      si certains se suffisent de l esprit ou du corps . d autres aiment cocher les deux cases et d autres sous cases


    • JC_Lavau JC_Lavau 29 juin 20:27

      @Sozenz. Les femmes changent radicalement de goûts au moment de l’ovulation ; elles préfèrent alors de beaucoup les mâles les plus irrigués en testostérone. Alors que le reste du temps, elle préfèrent les plus obéissants et pasteurisés. Comme par hasard, ce sont ceux là qui élèveront le mieux les enfants adultérins, qui ne portent même pas leurs gènes.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 juin 20:38

      @Octave Lebel
      Je ne renie pas ma conclusion.


    • Sozenz 29 juin 20:59

      @JC_Lavau
      elle vient d où votre étude ?
      sur combien de femmes ? et de quel type ? les pays ; les milieux sociaux etc ... ?
       vu qu’ ils font des etudes sur n importe quoi et en plus n importe comment ;


    • Octave Lebel Octave Lebel 29 juin 21:08

      @Sozenz

      Les êtres humains sont des êtres biologiques et culturels.

      Culturels, ils sont responsables de leurs conneries et de leurs férocités même s’il y a des interactions entre les deux niveaux parce qu’ils sont justement des êtres humains.


    • Octave Lebel Octave Lebel 29 juin 21:09

      @Jacques-Robert SIMON

      Les êtres humains sont des êtres biologiques et culturels.

      Culturels, ils sont responsables de leurs conneries et de leurs férocités même s’il y a des interactions entre les deux niveaux parce qu’ils sont justement des êtres humains.


    • Sozenz 29 juin 21:20

      @Octave Lebel
      tout à fait .


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 30 juin 07:24

      @Sozenz
      Votre suggestion est intéressante, c’est un travail de thèse.


  • picpic 29 juin 20:35

    Attribuer la férocité à la testostérone, c’est un peu court...

    la source de la « férocité » est au delà de l’homme, elle est dans la femme. Femme qui dans toute l’amoralité de la nature, incite les mâles à la lutte sexuelle, pour pouvoir sélectionner le meilleur.

    Trouvez-moi une femme qui veut un mâle faible et on discutera aussi l’origine du désir de puissance...


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 juin 20:39

      @picpic
      De mémoire : « La paix sera possible lorsque les femmes ne préféreront pas les vainqueurs. »


    • Sozenz 29 juin 21:10

      @Jacques-Robert SIMON
      faut que les femmes aiment la loose , mdr
      On leur dira

      savez vous que les « combatants » ne sont pas tous des grands tordus ou des violents ;
      on a plus vu des problèmes avec les petits rockets avec leur complexe d infériorité
      ce n est pas en comptant sur des mecs comme vous, qu’ on va faire evoluer la race humaine ; 
      déjà en intelligence y a pas grand chose sur le marché ; alors si en plus vous proposez des soja ;
      on voit certaines personnes qui se font des frayeurs avec la moindre araignée ou un teckel .
      on est mal là ;
      Sérieux ; mais vous vous rendez compte de ce que vous dites ?


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 30 juin 07:26

      @Sozenz
      Mes textes ne figurent pas au programme de l’éducation nationale.


    • arthes arthes 30 juin 16:17

      @Jacques-Robert SIMON

      De mémoire : « La paix sera possible lorsque les femmes ne préféreront pas les vainqueurs. »

      Oh lala....
      Un homme peut avoir perdu une bataille avec courage et bravoure, et forcer l’admiration...cela n’en fait pas une carpette...Un autre peut gagner une bataille avec veulerie et tromperie, cela n’en fait pas un type admirable.

      Le courage, la volonté, la bravoure , l’honneur, faut il bannir cela aussi ?

      Sinon, votre réduction de l’humain à : intelligence et/ou raison, avec le petit coté : IA (hi han), c’est court..

      L’homo carpette sera donc le genre humain ?

      Remarque, si cela peut vous réjouir, la France est de plus en plus considérée par certains pays de l’est, dont la Russie (vous savez, ce pays de « barbares » avec son horrrrrrible tyran/dictateur ) comme un pays de mecs découillus, même des femmes russes le pensent (mais cela fait de bons pitits pigeons) encore un petit effort... 


    • JC_Lavau JC_Lavau 30 juin 16:34

      @arthes. Voir ce qu’en dit La russe de PACA :
      https://www.youtube.com/watch?v=pLSyg3tWDos à 5 ’ 55"
      Les deux font l’amour pendant à peu près le même temps, environ quinze minutes.
      Le russe, pendant une minute il prépare sa femme ; pendant quatorze minutes il tape.
      Le français, pendant quatorze minutes, il prépare sa femme ; il lui reste une minute pour tout le reste.

       smiley


Réagir