lundi 24 février 2014 - par lisca

Lèche-Bombeur

On s'est accoutumé aux insultantes provocations financées et répétitives des Femen et autres dérisoires Pussy Riot. Elles veulent fouetter l'esprit, les croyants, leurs officiants, la fierté de soi, les chefs d'état indociles au nouvel ordre mondial : place à la matière ! On passe son chemin, si bien qu'elles ne savent plus quoi inventer pour se faire remarquer.

Le 13 février 2014, l'une d'elles a dépassé les bornes même si l'oligarchie la tolère encore.

Elle n'est pas française pourtant, ni ukrainienne, ni russe. Ce n'est pas une professionnelle comme les autres : elle se glisse juste à l'occasion dans leur chair de poule, le temps d'injurier un peuple sous couvert d'activisme. Camouflée sous son masque, elle pensait rester anonyme pour s'éviter la riposte logique des humiliés et des offensés, mais elle a été identifiée par un tatouage, une ceinture et deux cicatrices ou verrues exposées dans une autre provoc. Il s'agit d'Anne Helm (ici dans une vidéo, 23e minute, chemise ecossaise), alias Seeroiber Jenny, 27 ans, actrice de séries télévisées (ne pas confondre avec cette Anne Helm-là ), la voix du goret Babe, commissaire fédérale du Piraten Partei classé à "l'extrême-gauche", c'est à dire très mêli-passoire. Le programme de ce parti c'est l'asile (politique) pour qui le demande. Il a fait 2 % des voix aux élections générales de 2013, alors que de complaisants sondages lui accordaient parfois plus de 10 %. Elle est aussi, depuis 2013, la voix de la série télévisée Reporter Electrique sur ZDFinfo (on l'entend à 1 mn 40). Enfin, bien installée dans le Munster, elle est aussi candidate sur la liste numéro 5 pour les élections européennes de 2014.

Une candidate femenoïde comme il y en a tant, donc, avec le CV spectacle qui convient. Son destin ? Le plateau télé où ses opinions sociétales interminables, jointes aux lazzi de ses pairs, écraseront le lettré timide qui osera parler de faits en s'appuyant sur ses lectures.

Intouchable donc, mais elle est allée trop loin. Elle nie aujourd'hui avoir injurié la mémoire de victimes civiles, tout en reconnaissant avoir été présente à Dresde le jour de la femanaillerie. Qu'y faisait-elle en compagnie d'une autre dépoitraillée, devant ce qui reste de l'ancien joyau de l'Elbe ? Rien de moins que bénir le chef de la RAF Harris et ses bombes qui ont anéanti la ville en 1945. On ignore à ce jour le nombre de morts dans l'inferno de 1945 ( les chiffres varient de 30 000 à 400 000, étant donné le grand nombre de réfugiés qui se trouvaient là ; de nombreux corps ne purent être identifiés). L'histoire récente de Dresde est restée une tragédie pour les survivants, pour l'art et la culture, pour tous les Allemands, pour tous les Européens, pour les Anglais eux-même, dont les pilotes furent utilisés à raser la ville au phosphore, en rase-motte, de très haut, etc. La moitié des aviateurs ne revenait pas de ces raids qui ont réduit les grandes villes allemandes à des ruines fumantes.

Les slogans anti- allemands, comme ce « Merci Bomber Harris " placardé sur le torse de la femen, sont le plus souvent le fait d'une "gauche" dite "autonome". Dans son parti, Anne Helm fait à présent, à cause de ses hauts faits, figure de "victime de la droite". Mais le Parti des Pirates, craignant les piratages socialistes, prend ses distances avec elle au point d'avoir entériné la démission de plusieurs de ses membres. De son côté, Irina Khanova, l'une des fondatrices de "Femen Allemagne", prétend que les Femen ne sont pas contre les Allemands et précise que ses dévergondées n'iraient pas se cacher sous des chiffons, ce qui tombe sous le sens. Les deux femmes de Dresde auraient agi, d'après Irina, de manière " irresponsable ".

Tout le monde est contre la Casque d'or(dure) ! (Helm= casque en allemand). L'Anne reconnaissante ne voit, quant à elle, dans cet acte qu'une "extrême solidarité" avec on ne sait trop qui, sans en admettre la responsabilité. Nul n'est dupe et elle est passible de droit pénal. Une certaine Kathleen D. de Dresde, a porté plainte (N° Az : 880/14/1236/10) contre la piratesse. Pour, entre autres : sédition, diffamation et outrage à la pudeur. Comme on dit outre-Rhin, on se doit de garder, à la différence de certaines, "« le derrière dans la culotte » (der Hinter in der Hose) et cette offense-là ne passera pas aussi facilement que les autres.

Marlene Dietrich a laissé une grosse épine dans le coeur des Allemands. Elle montrait au moins la face et savait ce que coûte une guerre. Cette femen-ci, même pas capable d'offenser à visage découvert les victimes d'un crime gigantesque et minimisé depuis 1945, se mérite pour le moins un petit tour au tribunal.



20 réactions


  • Gabriel Gabriel 24 février 2014 12:03

    Nous ne sommes plus ici dans la manifestation ou la protestation légitime contre les malversations d’un système ou d’un corporatisme mais dans l’insulte et la provocation systématique. Il me semble que de telles attitudes causent plus de négatif que de positif aux causes qu’elles sont sensées défendre, dommage... Quant aux folles hystériques qui hurlent des slogans haineux, je conseille un demi valium, pour commencer…


    • Aldous Aldous 25 février 2014 11:18

      Rappelons que ce qui vaux à la leader de ces call-girls stipendiées d’être persona non grata en Ukraine et c’est d’avoir tronconné la croix erigée en mémoire des victimes du goulag.

      Une raison bien honteuse de lui avoir accordé l’asile politique (psychiatrique ça serait justifié)

      Bref, les tireurs de ficelle qui les manipulent sont des adorateurs des meurtres en masse, sans doute aussi le mêmes qui ont fait sauter une bombe dans la gare de Volgograd ex-Stalingrad, point central de la bataille la plus meurtrière de l’Histoire de l’humanite.

      Bref, ces gens rèvèrent les holocaustes. 


  • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 24 février 2014 12:32

    Presque anodin dans une actualité qui semble ne jamais cesser d’accélérer, ce sujet est, pour qui y prête attention, très révélateur de la décomposition morale de l’Occident.
    Au cas où on aurait déjà oublié l’affaire de la quenelle et le mépris du droit affiché par le ministre Valls, voilà une petite piqûre de rappel, histoire d’entretenir la nausée jusqu’au bout... de la nuit qui commence et qui, j’en ai peur, ne finira pas de si tôt tant les signes de profonds dysfonctionnements sociétaux s’accumulent... smiley


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 24 février 2014 12:34

      Bug, je pense que smiley est plus pertinent comme émoticône.


    • lisca lisca 24 février 2014 13:51

      Un valium ? Ces femmes ne sont pas malades, elles ont été mal élevées et savent si bien ce qu’elles font qu’elles en craignent les conséquences (d’où le masque). Elles sont par contre très soucieuses de leur carrière et donc d’exister à tout prix sur les écrans. Il y a eu contraduction dans le cas de Helm entre ses ambitions de politicienne moralisatrice et ses déshabillages d’actrice sans foi ni loi.

      Elles doivent rendre des comptes, tout simplement. 

    • lisca lisca 24 février 2014 13:53

      Merci Luc-Laurent. Moi aussi je suis un peu pessimiste. Les convulsions des régimes pourrissants durent parfois très longtemps... smiley


  • lisca lisca 24 février 2014 14:45

    Ca chauffe en Russie pour les PR, cousines des Femen. Leur fonction : agiter sur ordre le pays. Mais Poutine n’a plus envie de jouer.


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 24 février 2014 16:55

      S’il y avait eu le moindre fait, le moindre constat dans votre diatribe, elle eût pu informer le lecteur.

      Mais non, il n’y a que de l’invective.

      Vous déshonorez votre pseudo.


    • doctorix doctorix 24 février 2014 17:16

      Si c’est l’enfant de Demosthène, ça, alors il l’a eu avec une pute vérolée.

      La syphilis, ça bousille le cerveau. 
      En plus, on retrouve quelques symptômes de la maladie de Gilles de la Tourette, avec son florilège de grossièretés, ainsi que de la rage, avec la bave aux lèvres.
      Drapez-vous dans votre toge, passez votre chemin, et allez voir ailleurs si on y est.
      Et n’oubliez pas votre clochette, vous êtes ici pestiféré.

    • lisca lisca 24 février 2014 17:44

      « Vous n’auriez pas fait le ’ travail ’ que l’on attend de vous, n’est-ce pas... »

      Ben non, en fait. smiley
      Chacun son style !

    • philouie 24 février 2014 21:12

      je n’ai pas vu d’explication.

      j’ai vu des crachats.

      on vous les renvoi.

      ça vous étonne ?


    • philouie 24 février 2014 23:10

      Je veux bien être ignare.

      tu sais que chez nous on cultive même l’ignorance comme une vertu.

      « le nuage d’inconnaissance » disait le sage....

      mais je ne demande qu’à être éclairé et à comprendre.

      ce ne doit pas être trop compliqué de m’expliquer le B.A BA de la chose.

      qui manipule qui ?
      qui réagit à la provoc et pourquoi ?
      en gros, pour toi, à quoi joue-t-on ?

      de qui Marie est-elle complice...

      comprends bien que les insultes ne servent à rien....


    • Crab2 25 février 2014 10:24

      La femme de trente ans

      Avant d’apercevoir Andromède, en bonne logique et tout en finesse, Persée tue Méduse  ;

      à notre époque, en un clin d’œil, il aurait entrepris la déconstruction du ...

      Suites :

      http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/02/la-femme-de-trente-ans.html

      ou sur :

      http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2014/02/25/la-femme-de-trente-ans-5307556.html


  • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 24 février 2014 17:27

    Enfin, d’un autre côté s’indigner parce qu’une fille fait la punkette sur la voie publique, franchement, ça vous donne un air de vieux avant l’âge !

    Zauriez du plutôt déplorer qu’elle a eu la timidité de garder le bas ce qui en fait une provocatrice à la petite semaine comparée à Miley Cyrus et autre Lady Gaga qui ont lancé le concours à celle qui montrerait le plus !


    • lisca lisca 24 février 2014 17:41

      @Aloïs

      Mais elle a gardé le haut, sur le crâne, des gants, un masque ! Elle était en fait très couverte, par pudeur pour sa carrière !

      Mais ça n’a pas marché. smiley 

    • Croa Croa 24 février 2014 23:06

      L’auteur a bien fait de ne pas en rajouter au contraire, ces femmes n’ayant aucune pudeur ! Non seulement les fémens ont déjà, à d’autres occasions, baissé culotte et même pissé en public mais rien ne dit qu’elles n’irait pas si besoin était jusqu’à égaler les Pussy Riot dans l’obscénité, à savoir de se faire sodomiser dans une église par exemple ! 


  • philouie 25 février 2014 00:44

    Bien.
    En l’absence d’argument de Démosthène auxquels il aurait pu être répondu, je vais donner les miens.

    Pour moi les Femens sont des terroristes.
    des terroristes culturels.
    culturels dans le sens qu’elles utilisent les moyens de la culture, de l’art et de la représentation pour commettre leurs actes terroristes.
    ça ne veut pas dire bien sûr qu’il s’agit là de culture mais de provocation dans l’ordre culturel. Cette forme de terrorisme est pratiquée sans armes ni effusion de sang mais les buts en sont très similaires.

    La particularité du terrorisme est qu’il travaille pour le camp qu’il est censé combattre.

    On l’a bien vu avec les attentats du 11/09, les grands gagnants sont ceux qui sont attaqués, les USA, leur politique d’expansion, leur politique de contrôle des populations.

    Ici, c’est la même chose, les Femens se présentent comme des internationalistes du combat pour les femmes, pour l’égalité des sexes. Mais en réalité, elles jouent un autre jeu. Croire qu’ici l’une d’elle aurait fait une connerie est une grossière erreur. c’est un acte planifié, pensé, comme n’importe quel acte terroriste.

    Dans quel but ?

    le cas ici présent est parfaitement clair.

    le status-quo, asséné par les vainqueur de 40 est que l’Allemagne Nazi représente le mal absolu pendant que l’Amérique se pose en sauveur du monde. Les crimes US ne sont pas des crimes et sa façon abjecte de mener la guerre ne peut être mise en cause. Ils sont les sauveurs, les allemands sont les méchants.
    Les morts de Dresde ne sont pas réellement des victimes, des dommages collatéraux tout au plus. En félicitant le « Bomber » , la Femen ne fait finalement que répéter ce qu’enseigne l’histoire. Mais elle le fait dans une outrance qui dépasse les limites : on veut bien tout accepter mais il faut un minimum de respect. de respect pour les morts, du respect pour le peuple allemand qui a été lui-même victime du nazisme.

    Le but de l’opération est alors évident : il s’agit de réveiller la nationalisme allemand, de réveiller l’allemand dans sa conscience d’être allemand.

    On le voit en France, c’est la même chose, les Femens s’attaquent aux symbole de la Francitude, Notre-Dame , la religion catholique etc...
    Comme tout acte de terrorisme, les Femens visent à radicaliser les positions, à réveiller les nationalismes, pour les conduire à s’entretuer.
    Elles participent d’une politique visant à monter les gens les uns contre les autres, les peuples les uns contre les autres.
    A mon sens, elles œuvrent à la guerre civile et à la destruction de l’Europe. J’entends une Europe des nations.


  • lisca lisca 25 février 2014 09:33

    Merci pour cette mise au point, Philouie. smiley

    Au pseudo Démosthène, celui qui fait de l’inversion accusatoire sur ce forum, Serge Gainsbourg s’identifie le temps d’une chansonnette smiley : 

    « Chatterton suicidé, Hannibal suicidé, Démosthène suicidé, Nietzsche fou a lier, Quant à moi, quant à moi, ça ne va plus très bien. Chatterton suicidé Cléopatre suicidée, Isocrate suicidé, Goya fou à lier, Quant à moi, quand à moi, ça ne va plus très bien. Chatterton suicidé, Marc-Antoine suicidé, Van Gogh suicidé, Schumann fou à lier, Quant à moi, quant à moi, ça ne va plus très bien. » 

    Le véritable Démosthène fut un vrai patriote athénien avec le sens du sacré, qui non seulement cultiva les arts oratoires et fut incollable sur le droit, mais encore risqua sa vie au combat, tant militaire que politique, avant de s’empoisonner dans un temple où il s’était réfugié respectueusement, plutôt que d’être incarcéré et condamné par son puissant adversaire. 
    Il aurait abhorré ces petites esclaves du new world order que sont les exibitionnistes matérialistes hypocrites dont parle philouie. Et détesté que n’importe qui s’affuble de son beau nom d’orateur scrupuleux et instruit.

    Et pour Aloïs qui parlait de « punkette ».
    La punkette, née à la fin des années 70 (et qui commence à se faire vieille) n’a pas d’espoir ni de futur. Elle est issue de milieux socio-économiquement faibles, souvent culturellement dépouillés aussi, ouvriers menacés de chômage. Elle tente de s’affirmer (elle dont on nie l’existence) par une esthétique sombre et destroy et des musiques peu harmonieuses criant la détresse de vivre dans un monde en voie de déculturation et de désindustrialisation. smiley
    Rien à voir avec Anne Helm, fille de comédien du système, bien relationnée, bien introduite, bien payée, bien fidèle à ses maîtres oligarques, laquelle a parfaitement confiance (mais moins maintenant) dans un futur fonctionnarisé EU bourré de points de retraite et de cumul d’emplois de bureau. Un futur à la Anne Hidalgo (ayant cumulé trois emplois impossibles à cumuler tant ils sont prenants, mais grassement retraitée à 51 ans). smiley
    Anne Hidalgo d’ailleurs adore les femen de Paris et ne s’en cache pas.
    Voili voilà.


  • lisca lisca 25 février 2014 11:12
    @ crab2
    J’espère que vous n’avalez pas cette grossière propagande de la « laïcité », visant à sacraliser une secte occulte ? smiley

    Inna Chevtchenko ou comment vendre son maigre buste quand la concurrence est trop forte.
    La peur d’une blonde ? La panique, oui. smiley Du reste beaucoup plus jolie que son rude homonyme Inna. Sûr qu’elle a les chocottes, la blonde Alexandra, expulsée vers l’Ukraine. On n’en entend plus parler, merci monsieur Ianukovitch ! Qu’est-elle devenue cette pauvre esclave ? 

Réagir