samedi 2 mars - par Daniel MARTIN

Stratégie « anti-système » entre dérives diverses et désintérêt des problématiques écologique

S'enfermer dans une stratégie "anti système" pour créer une majorité servant de point d'appui à un changement radical et égalitaire ne peut que conduire à un populisme nationaliste avec avec des dérives dangereuses aux antipodes des problématiques écologiques et des bouleversements climatiques qui en découlent.

 

JPEG

« Le ventre est encore fécond, d'où a surgi la bête immonde », Bertolt BRECHT dans les années 1930.

Une stratégie "anti système" qui caractérise aujourd'hui le mouvement des gilets jaunes, ceux qui les soutiennent, tel la FI de Mr. MELENCHON, ou l'instrumentalisent dans l'ombre, l'ex FN avec les conseils avisés de l'ex stratège de TRUMP, Steve BANNON et dont l'objectif tendrait à fédérer toutes les victimes "des élites qui sont au service de l’oligarchie politico - financière et économique » pour créer une majorité politique qui serait le point d’appui d’un changement radical et égalitaire. Cette stratégie a tristement marqué l'histoire, car elle n'est ni plus ni moins celle inspirée par le juriste et philosophe Allemand Carl CHMITT (1888 - 1985) juriste influent du Parti NAZI de 1933 à 1936, date à laquelle il fut écarté et qui consiste à désigner un ennemi et à le combattre en réunissant contre lui une coalition.

Toute stratégie "anti système " ne peut que conduire à de tristes bégaiements de l'histoire

Pour les gilets jaunes et leur soutien, ici c'est bien contre Emmanuel MACRON, la démocratie représentative, les élites voire contre les "étrangers" qu'il faut se liguer en réclamant "le pouvoir au peuple" par le RIC, notamment .... ils sombrent dans un populisme de type nationaliste balayant du coup les règles les plus élémentaires de l'Etat de Droit et oubliant également que nous sommes dépendant du Droit Européen, en particulier la charte des droits Européens qui prime sur le Droit national, interdisant notamment la peine de mort qui est réclamé par certains. Non seulement le peuple n’a pas toujours raison et les élites n’ont pas toujours tort, mais Inévitablement pour les partisans "anti système", il faut se "liguer " contre ceux qui ne partagent pas leur point de vue ou sont différents d'un point de vue culturel ou cultuel et qui deviennent dès lors "des collabos", des ennemis à combattre... C'est ainsi que va se développer, voire s'amplifier le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie, cela peut aussi aller jusqu'à des profanations de lieux de cultes et de cimetières, le tout traduisant ainsi un triste bégaiement de l'histoire...

Attention : aujourd'hui, en plus des phénomènes récurrents d'antisémitisme et de racisme qui caractérisent depuis longtemps quelques groupes extrémistes de nos sociétés Occidentales (1853, déjà le Comte de GOBINEAU avec son traité sur "l'inégalité des races" aller générer des hordes racistes) il y a une dérive de la part de l'Islamisme de type sunnite salafiste, c'est à dire un Islam qui ne retient que la partie de la période Médinoise où il devient politique et violent, contrairement à la période Méquoise où l'Islam se fonde sur des dogmes religieux de bonté, de miséricorde et d'éthique. Avec le retour de Syrie ou d'Irak des "combattants" égorgeurs Islamistes de Daech, plus ceux qui vont sortir de prison munis d'un gilet jaune, nous ne sommes pas au bout de nos peine, y compris les populations Françaises de culture Arabo - Musulmanes, dont la grande majorité est étrangères aux dérives salafistes et qui risquent cependant, par des phénomènes d'amalgame, d'être aussi des victimes, car considérées comme des traîtres.

Il va de soit que la lutte contre l'antisémitisme concernant les populations de culture Hébraïque est indissociable de la lutte contre toutes les formes de ségrégation et de racisme dont peuvent être victimes des populations Arabo-Musulmanes (les Arabes étant aussi d'origine sémite comme les Juifs) ou les populations de la négritude (formule chère à Léopold Sédar SANGHOR). Il faut toutefois éviter le piège qui consisterait à amalgamer l'antisionisme qui est une opinion politique et une condamnation de la politique expansionniste du gouvernement Israélien en Palestine avec l'antisémitisme qui est un délit raciste. bien que la limite avec l'antisémitisme soit parfois faible, vouloir sanctionner l'antisionisme équivaudrait à sanctionner l'antilibéralisme, l'antifascisme, l'anti Stalinisme etc.

La stratégie "anti système" des gilets jaunes se concentre toutefois plus vers une critique de l’État providence que du libéralisme économique tout en ignorant la gravité de la situation écologique

Le mouvement social "anti système" initié par les gilets jaunes, dont il faut rappeler qu'il n'a d'ailleurs strictement rien d'homogène d'un point de vue revendicatif avec des demandes aussi variées que contradictoires, au-delà du classique pouvoir d'achat, de la contestation fiscale ou du référendum d'initiative citoyen (RIC) pour demander le départ d'Emmanuel MACRON ou la dissolution du parlement, il ne remet pas en cause les fondements actuels de la société libérale. Il exprime simplement une réelle crise de confiance à l'encontre des élites et porte surtout une critique du fonctionnement de nos systèmes représentatifs, notamment, de tous les représentants traditionnels (syndicats, associations, partis politiques...) qui ne seraient plus susceptibles de « parler et agir au nom du peuple »…

Nul doute qu'avec le Web par les réseaux sociaux, ils considèrent que ces systèmes représentatifs ne sont plus nécessaire, seul compte pour eux la démocratie directe via ce « support Web des réseaux sociaux ». Au fond n'est-ce pas plutôt une critique de l’État - providence par les gilets jaunes qui s'exprime, plutôt que le libéralisme économique ? La conjonction de la mondialisation économique et de la nouvelle révolution industrielle par l'innovation du numérique et des « intelligences artificielles » créait une situation inédite à laquelle s'ajoute la déliquescence des services publics qui illustre l'incapacité des élites à proposer des perspectives susceptibles de donner du sens à l'exigence de changement comme de l'accompagner efficacement. La France, comme d'ailleurs l'Europe, doit donc se réinventer, faute de quoi, avec une situation écologique par une croissance démographique aux effets climatiques catastrophiques, le mouvement des gilets jaunes risque de générer par l'inculture un régime autoritaire des plus violents.

Les partisans de la stratégie "anti système" n'ont à l'évidence que faire de la situation écologique et de ses effets irréversibles sur le climat

« Le sujet démographique est presque tabou en Europe continentale parce qu’il est lié à cette religion de la croissance : croissance des familles = croissance économique = bonheur. Ce qui fut vrai, ce qui est maintenant faux. » Yves COCHET ancien Ministre Vert

Au delà du discours de certains gilets jaunes qui vont jusqu'à s'associer aux manifestation pour le climat, alors qu'en réclamant et obtenant la suppression d'une taxe carbone qui se traduisait par l'augmentation de moins de trois centimes du prix des carburants, pour pouvoir rouler toujours plus en voiture, ils contribuent à aggraver les dérèglements climatique.

En leur donnant satisfaction sur ce sujet, le Gouvernement et le Président de la république, non seulement transgressent les objectifs de la COP 21 qu'ils ont eux même initié, ce qui est un comble ! mais semblent oublier qu'aujourd'hui avec une heure de salaire au SMIC on achète plus du double de litres d'essence qu'en 1980. Exemple :

En 1980, le SMIC horaire brut était de 14,76 francs, soit 2,25 euros, le prix moyen de l'essence étant de 4,17 francs, soit 0,63 euro, avec une heure de travail on pouvait s'acheter un peu plus de 3 litres d'essence (3,4 L). En octobre 2018 le taux horaire du SMIC est de 9,88 euros le prix moyen d'un litre d'essence est de 1,539 euro. Autrement dit avec une heure de travail en 2018 on peut acheter un peu plus de 6 litres d'essence (6,4 L). A lire mon article publié par Les Echos. fr le 01/11/2018 : https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-188292-opinion-actions-contre-le-prix-des-carburants-il-faut-cesser-de-se-tromper-2218283.php En Février 2019 le taux horaire brut du SMIC étant de 10,30 euros le prix moyen de l'essence étant de 1,484 euros, avec une heure de travail on peut acheter 6,76 litres d'essence.

On pourrait également rappeler aux partisans de la stratégie "anti système " qui proteste contre le prix des carburants et veulent toujours plus de pouvoir d'achat que le prix d'une voiture neuve en 1980 valait l'équivalent de 13 à 14 mois de salaire au SMIC pour l'achat d'une 2 CV Citroen neuve, alors qu'aujourd'hui, un véhicule neuf type Dacia Sandéro vaut environ 6 à 7 mois de ce salaire. En mars 1980, le SMIC était de 309,40€ (il a vite augmenté pour passer à 341,25€ en décembre). En janvier 2018, il est passé à 1498,47€ et en Février 2019 il est de 1521,25 euros brut.

En 1980 le nombre total de véhicules en France était de 21 millions de véhicules, en début 2019 il est de près de 40 millions. 1 kilo d'équivalent C02 est émis toutes les 4 secondes par les voitures européennes : ce sont donc 4,9 milliards de kilos de C02 qui s'ajoutent à l'atmosphère du fait des voitures chaque année en Europe.

Que dire de la bombe démographique et ses explosions successives, avec des impacts sur la biodiversité et le climat

En l'an 1000, la population atteignait 310 millions d'habitants

En 1500, la population atteignait 425 millions d'habitants

En 1815, la population atteignait 1 milliard d'habitants et jusqu’à cette date la population augmente au plus de 4 millions d'habitants par an. (Forte mortalité infantile + espérance de vie inférieure à 40 ans). On peut toutefois noter que les guerres et les pandémies n'ont eu que peu d'effets négatifs sur la croissance démographique globale.

En 1850 (première révolution industrielle) la population mondiale est 1,26 milliards d’habitants, en 1900 1, 65 milliard, en 1927 2,00 milliards. Selon les estimations de l'ONU, la population mondiale est passée de 2,54 milliards d'habitants en 1950 à plus de 7,7 d'habitants au début 2019.
En 65 ans, la population mondiale a progressé de 291,10% avec une moyenne de plus de 75 millions d'habitants par an

La population humaine explose actuellement parce qu’elle traverse une période qui se caractérise par une chute brutale de la mortalité et du vieillissement, le nombre de naissances dépassant de loin, dans l’intervalle, celui des morts. Même si elle est suivie avec retard par une baisse également de la natalité dans de nombreux pays, ce qui n’est pas exactement le cas de la France et de certains pays du sud, sauf que, vu leur niveau économique, l’impact écologique de ces pays est moindre que ceux du Nord plus riches (souvent 15 fois inférieur), même si la population est moindre. Les Nations unies ont publié de nouvelles projections démographiques. En partant de trois scénarios différents (fertilité haute, moyenne et basse), elles chiffrent la population mondiale en 2100 à respectivement 15,8, milliards, 10,1 milliards et 6,2 milliards. A titre de référence, elles indiquent que si le taux de fertilité restait à son niveau actuel, la population mondiale s’élèverait en 2100 à près de 27 milliards. Actuellement nous avons une croissance de un milliards d'habitants par décennie (6,7 en 2008, 7,7 en 2018), or cette période risque de se réduire par chaque croissance de un milliard d'habitants.

Force est de constater que depuis deux siècles, nous sommes en train de nous extraire de l’Holocène, une période interglaciaire commencée il y a plus de 10 000 ans et qui a fourni des conditions environnementales extrêmement stables, permettant le développement mondial que nous connaissons. Par une expansion démographique non maîtrisée et grâce aux énergies fossiles, en particulier le pétrole qui lui ont permis un développement considérable, l’Homme est devenu une force géologique qui nous fait entrer dans une nouvelle ère que les scientifiques dénomment « l’Anthropocène ».

Désormais, depuis la révolution thermo- industrielle, avec les explosions successive de la bombe démographique, nous filons vers l’inconnu. Il a fallu plusieurs millénaires pour atteindre le premier milliard d’habitants et moins de deux siècles pour dépasser les sept milliards, dont un milliard pour une décennie entre 2008 et 2018. Notre planète a progressivement basculé vers une situation inédite. Les traces de notre âge urbain, consumériste, chimique et nucléaire resteront des milliers, voire des millions d’années dans les archives géologiques de la planète et soumettront les sociétés Humaines à des difficultés considérables, si tant est qu’elles puissent y survivre…

A combien faudrait-il limiter le nombre d'humains pour vivre sur les seules ressources que la planète peut générer sans puiser sur son stock ?

Pour que l'humanité vive comme :

Les Américains, il faudrait limiter la population mondiale à 1,54 milliard d'habitants

Les Russes, il faudrait limiter la population mondiale à 2,26 milliards d'habitants

Les Français, il faudrait limiter la population mondiale à 2,57 milliards d'habitants

Les Espagnols, il faudrait limiter la population mondiale à 3,21 milliards d'habitants

Les Chinois, il faudrait limiter la population mondiale à 3,37 milliards d'habitants

Les Indiens, il faudrait limiter la population mondiale à 12,83 milliards d'habitants

Les Africains, il faudrait limiter la population mondiale à 23,10 milliards d'habitants. Mais Selon les données 2016 de la banque mondiale, les pays de l’Afrique subsaharienne (Guinée équatoriale, Niger, Angola, Ouganda...) connaissent actuellement les taux de croissance démographique les plus élevés du monde. Selon les projections des Nations-Unies, l’Afrique représenterait 54 % de l’augmentation de la population mondiale entre 2015 et 2050 et 83 % de l’augmentation entre 2015 et 2100.

Perte des terres arables, d'animaux sauvages et spéculation des richesses naturelles

Au cours des quarante dernières années, la population de la planète a quasiment doublé, tandis que l'on enregistre une diminution de 58% de la population d’animaux sauvages et parallèlement, selon B. SUNDQUIST de l’université du Minesota, à l'échelle du globe, les pertes de surfaces arables sont estimées en moyenne à 100 000 km2 par an. Autrement dit, en quarante ans c’est la superficie des 27 pays Européens. En France c'est 26 m2 de surfaces agricoles par seconde qui disparaissent...

Mais plus grave encore, avec la raréfaction des ressources et la disparition programmée de certaines espèces, la loi de l'offre et de la demande s’applique maintenant aux richesses naturelles. Ainsi, des banques et des fonds d'investissements qui échappent désormais à tout contrôle du pouvoir politique achètent d'immenses zones naturelles riches en espèces animales et végétales menacées. Monétarisées et financiarisées, ces réserves sont transformées en produits boursiers spéculatifs, pour être ensuite jeter sur les marchés pour des opérations foncières diverses.

L’explosion démographique dans les métropoles et mégapoles régionales mondiales, outre la spéculation boursière, participe fortement à l’artificialisation des terres arables par la densification urbaine avec ses effets inévitable d’étalement vers les zones rurales péri- urbaines, ce qui induit également de forts rejets de gaz à effet de serre tout en aggravant la consommation de pétrole.

Loin de résoudre les problèmes, la nouvelle révolution des "intelligences artificielles", bien qu'elle puisse contribuer à réduire les mobilité par le travail à distance, va inévitablement les aggraver avec l’explosion de la consommation et de la production accrue par l’explosion démographique et ses besoins correspondant… Quelques exemples de production depuis 1965 : en 1965 : 5 000 tonnes, 1975 : 20 000t, 1985 : 30 000t, 1995 : 55 000t, 2005 : 110 000t, 2015 : 145 000t.

Pour conclure

Une stratégie "anti système" type gilets jaunes pour créer une majorité servant de point d'appui à un changement radical et égalitaire ne peut conduire qu'à un populisme nationaliste et ses dérives dangereuses. Cette stratégie ignore forcément les problématique écologiques, leurs effets et impact environnemental. Par sa croissance démographique et la croissance économique, bien qu'en continue elle soit désormais impossible, "l'homo faber consumméris" est responsable des effets désastreux engendrés sur la biodiversité, le climat, ou les ressources naturelles. Naturellement ces stratèges "anti système", valseurs des ronds points, semblent ignorer qu'aucune espèce ne peut proliférer indéfiniment au détriment des autres espèces comme le fait l'homme, sans se mettre elle même en danger.

 



32 réactions


  • troletbuse troletbuse 2 mars 11:19

    Propagande d’écolo gogo.

    Y-a-t-il le mot pesticides dans l’article ? non

    En revanche, on parle de CO² sans la moindre preuve que celui-ci fasse augmenter la température comme cet hiver aux Etats-Unis.

    Et le soleil, il ne nous chauffe pas ? Non, c’est le CO²


  • Attilax Attilax 2 mars 11:38

    info de l’acte 16 des GJ :

    « ... pour les 3 urgences climatique, sociale et démocratique »

    https://paris.demosphere.net/rv/68069

    Savez-vous lire ?


    • Attila Attila 2 mars 11:53

      @Attilax
      « Nous, citoyen.ne.s « Gilets jaunes » et sympathisant.e.s »
      Les Gilets Jaunes infiltrés par les gogochons.

      .


    • Paul Leleu 3 mars 01:39

      @Attila

      bah... c’est à dire que chacun voit midi à sa porte... je me souviens de Zemmour nous disant « c’est la France blanche » au moment où Priscilla Ludowsky passait à l’écran !!! C’était assez comique !

      Mais l’inverse aussi est vrai... chacun voit son peuple rêvé...

      dans la réalité, les gilets-jaunes regroupent de tout... comme chacun peut y aller avec ses revendications, il n’y a pas forcément de cohérence, mais c’est pas grave... ce qui compte c’est d’être unis... le problème, c’est que cette union de façade risque d’exploser dès qu’on va entrer dans le détail des sujets...

      j’imagine qu’il va être dur de faire converger tous ceux qui veulent supprimer le mariage pour tous et virer les immigrés, et de l’autre ceux qui veulent virer les banquiers et les flics. Ceux qui veulent virer les fonctionnaires et ceux qui veulent rajouter. Sans compter les royalistes et les anarchistes, et tout le toutim...

      à la limite c’est Macron qui a raison sans faire exprès ... c’et vraiment le village gaulois ! ou l’auberge espagnole.


    • Attila Attila 3 mars 13:02

      @Paul Leleu
      Oué, sauf que je croyais que les Gilets Jaunes était un mouvement de révolte populaire. Les bobos gogochons c’est pas vraiment la France d’en bas.

      .


    • Attilax Attilax 3 mars 16:41

      @Paul Leleu

      L’immense intelligence des GJ a été de mettre en veilleuse les idéologies pour pouvoir marcher ensemble, c’est une des raisons pour lesquelles ils ne peuvent pas avoir de représentants, aucun n’irait à tout le monde. L’intérêt général prime sur les idéologies des différents camps, en théorie.

      Par contre, vous avez raison sur un point : si les GJ parviennent à changer la société et récupérer un pouvoir citoyen, tôt ou tard leurs divisions idéologiques devront refaire surface et ils se foutront sur la gueule à nouveau.

      Mais on n’est pas pressés que ça arrive, si ?

      Et en attendant, des liens se tissent, réduisant le niveau de haine les uns envers les autres... Qui sait, on arrivera peut-être à se parler d’ici quelques temps entre gilets jaunes « rouges », « bruns », « noirs » ou « blancs » ? On peut rêver...


    • Attilax Attilax 3 mars 17:07

      @Attila

      Y’a de tout. Même de la classe supérieure : des médecins, des petits patrons, des pharmaciens, des « bobos » aussi, y’a pas que des gens qui n’ont pas le choix, et heureusement... Ça sort largement des cadres habituels. C’est ce qui rend le mouvement si intéressant, d’ailleurs.

      Grosso-modo, la lutte des classes aujourd’hui, c’est les 1% habituels qui nous dirigent, soutenus par un bon socle de 20% qui ne jurent que par les premiers, puis il y a le gros de la population plutôt favorable au mouvement mais inactifs et enfin les GJ qui ne peuvent plus lâcher aujourd’hui, c’est devenu trop gros, trop prégnant, depuis trop longtemps. S’ils ne sont pas « la France » par leur nombre, ils le sont par leur diversité jamais vue jusque là, c’est indéniable.

      Les innombrables erreurs du pouvoir s’accumulent depuis trop d’années, quel que soit le bord élu. La répression actuelle rappelle à ceux qui l’auraient oublié la nature oligarchique de notre système improprement appelé « démocratie ».

      Aux français attentistes jusque là de voir s’ils veulent continuer à cautionner ça ou pas. Si tel est le cas, tant pis pour nous tous. Car il est évident que sans la participation massive des 60% de français qui disent encore soutenir le mouvement, ce gouvernement et son président ne tomberont pas.


    • Attila Attila 3 mars 23:11

      @Attilax
      « Aux français attentistes jusque là  »
      Même si on soutient les GJ, leurs modes d’actions ne conviennent pas forcément à tout le monde.
      Ceux qui s’informent lisent régulièrement des conseils de sécurité informatique : ne pas utiliser les grandes compagnies américaines. Apple, Microsoft, Google, Facebook, Twitter, Amazon.
      On se rappelle de la tactique des syndicats contre la loi travail : venir manifester chaque semaine avec pour résultat un échec total.
      aller se confronter à des forces de l’ordre cuirassées vêtu d’un T-shirt et de sandales, pas de service d’ordre pour faire tampon entre les manifestants pacifiques et les mercenaires du macronisme.

      Je préférerais prendre le temps de préparer une manifestation monstre avec une multitude d’actions spectaculaires aptes à faire vraiment trembler le pouvoir. 
      .


    • Attilax Attilax 4 mars 14:05

      @Attila

      Ils font ce qu’ils peuvent vu leur diversité et je trouve qu’ils ne s’en sortent pas si mal pour des « bleus ». Ils ont été beaucoup plus surprenants que les syndicats, ont littéralement réinventé la contestation, et sont responsables du plus grand mouvement social depuis 80 ans, c’est déjà énorme !

      Moi c’est l’apathie des « soutiens » qui me laisse rêveur. Si les fameux 75% de gens d’accord étaient descendus aux actes 3 et 4, si on avait été 10 millions au lieu de 1, ce serait terminé, le gouvernement aurait sauté. Mais ils ne viennent pas. Ils vont faire des courses, du sport, vont en week-ends ou se reposent de leur dure semaine. En regardant BFM, bien sûr. Et ils commencent à trouver que « ça suffit maintenant faut arrêter ».

      Arrêter pourquoi ? Rien n’a été entendu et les lois dégueulasses sont votées à vitesse grand V. Il n’y a aucune raison d’arrêter à l’heure actuelle, seulement de multiplier les stratégies, ce à quoi s’appliquent comme ils le peuvent les GJ, soutenus ou pas.

      Vu la crise qui nous arrive dans la gueule, je pense que ce mouvement n’en est qu’à sa naissance, et qu’il dépasse le cadre national. Il cristallise la lutte des laissés-pour-compte de la mondialisation, et ça concerne les peuples du monde entier...


    • Attila Attila 4 mars 17:00

      @Attilax
      « Arrêter pourquoi ? »
      C’est à moi que vous vous adressez mais je n’ai pas dit qu’il fallait s’arrêter.

      « Ils font ce qu’ils peuvent vu leur diversité et je trouve qu’ils ne s’en sortent pas si mal pour des « bleus » »
      Je le reconnais mais ils auraient pu recueillir davantage les expériences des luttes passées.
      J’avais proposé des actions collectives pour résoudre des problèmes précis les années précédentes, les personnes concernées n’ont pas bougé le petit doigt pour défendre leurs intérêts. L’association Actuchômage a vécu la même situation avec les chômeurs :
      "Depuis quelques années, la mouvance militante sur les questions sociales s’effondre à mesure que les problématiques sociétales (droits des minorités, flux migratoires…) trustent l’actualité, lobotomisent le « temps de cerveau disponible » plus sûrement que la propagande publicitaire des grandes marques. "
      Clap de fin pour Actuchomage

      Le phénomène Gilets Jaunes nous est tombé dessus et c’est un vrai soulagement de voir des français enfin capables de se révolter. Ceci dit, je pense qu’il va falloir du temps pour que tout le monde trouve sa place dans des tactiques de contestation.

      .


  • Raymond75 2 mars 12:01

    Je partage tout à fait vos propos. A l’origine, c’était la France dite ’périphérique’ qui se rappelait à l’attention de nos dirigeants et des médias : « nous avons de grandes difficultés quotidiennes, mais nous sommes oubliés ». Ces ’petites’ classes moyennes voient leur rêve d’accéder réellement à la classe moyenne s’effondrer, l’avenir de leurs enfants devenir plus sombre que le leur, les services publics disparaitre, et en même temps ont leur dit d’être mobiles et aussi qu’en étant mobiles ils sont des pollueurs (ceci n’est qu’un exemple).

    Les Gilets jaunes n’étaient pas des révolutionnaires, mais des réformistes qui demandaient leur part.

    Les vrais pauvres vivent en banlieue des grandes villes, sont souvent issus de l’immigration, et ont cessé de croire en une intégration (ils ont pourtant essayé, rappelez vous la ’marche des beurs’ il y a ... longtemps). On ne les voit pas.

    Et même les ’vraies’ classes moyennes sont à leur tour chassée des centres des métropoles ...

    Bref, la société s’effondre, et ils l’ont fait savoir.

    Mais après, tout à dérivé : incapacité de s’organiser (refus revendiqué), incapacité d’élire des représentants, incapacité de constituer une liste de revendications négociables, infiltration par des mouvements d’extrêmes violence, et d’autre ultra nationalistes et racistes. Manifestations inorganisées qui ne sont plus que des rituels ...

    Et le comble, la honte, le paroxysme, c’est quand Ingrid Levavasseur a due être exfiltrée, après avoir été insultée (insultes sexistes) et menacée. Pourquoi ? elle avait tenté de fédérer cela au niveau européen ; elle avait raison, et a été une des rares à avoir compris ce qu’il fallait faire.

    Ce mouvement maintenant tant à exprimer le pire : le refus d’aborder la complexité de la société, le racisme revendiqué, la violence. Cela ne fait pas des révolutionnaires !


    • mac 2 mars 12:47

      @Raymond75
      N’impote quoi.
      On sent dans votre commentaire un portrait des GJ tel qu’il est dépeint par les médias dominants. Etes-vous seulement allé plus de 5 minutes dans une manifestation pour discuter avec les manifestants ?
      Vous dites :
      « Les vrais pauvres vivent en banlieue des grandes villes, sont souvent issus de l’immigration »
      D’abord d’où vous sortez cela ? et deuxièmement comment expliquez-vous que le grand patronat soit en faveur de la venue des migrants si ce n’est pour avoir de la main d’oeuvre bon marché et casser les salaires chez nous ?
      Vous croyez que les riches ont de la pitié ? Il n’y a guère que les gogos qui se laissent aller à ces salades humanitaires.
      Une choses est certaines, si on laisse la clique au pouvoir continuer nous n’auront plus de problème écologique vu que nous aurons 1% de la population qui voyagera en jet en vivant dans le luxe le plus total et 99% de la population qui retournera aux conditions de vie au Moyen Age c’est a dire celles des pauvres dans les pays du tiers-monde. Voilà ce qu’ils veulent et les gogos bien pensants le y aideront...


    • mac 2 mars 12:50

      @Raymond75
      S’il n’y avait pas le problème climatique pour ramener 99% de la population à l’état de serfs au profit des 1% qui se gavent dans se soucier le moins du monde de l’environnement, il faudrait l’inventer...


    • JC_Lavau JC_Lavau 2 mars 12:51

      @mac. Ce qu’ils firent : ils l’ont inventé.
      Et les gogos les croivent.


    • Raymond75 2 mars 13:36

      @mac

      Les vrais pauvres ne vivent pas dans des pavillons, et n’ont pas une voire deux voitures achetées à crédit. Il vivent dans des banlieues sordides, et les plus pauvres dans les centres villes à l’abandon des villes moyennes, car la population est partie en périphérie dans ses pavillons ’Sam’suffit’ ... Ils sont condamnés aux transports en commun, saturés et invivables. Beaucoup ne survivent que grâce aux aides sociales et aux associations.


    • Samson Samson 2 mars 16:00

      Faudrait voir à sortir un peu de Paris et sa banlieue, s’aérer en visitant la province, ... !
      Outre quelques grandes métropoles et leurs banlieues, la France reste un pays essentiellement rural !
      Et si ceux qui cultivent la terre pour vous nourrir arrivaient - avec ou sans glyphosate pour engraisser les multinationales et tuer leurs sols - à en vivre dignement, nos campagnes se trouveraient bien moins endeuillées des suicides de leurs paysans !


    • Raymond75 2 mars 16:43

      @Samson

      La région parisienne est peuplée à plus de 70 % de provinciaux qui depuis 150 ans ’montent’ à Paris pour travailler, fuir la misère et l’ennui. Je peux vous retourner le compliment : restez chez vous et l’Ile de France redeviendra une belle région comme jadis.

      Les régions de monoculture sont des déserts humains, où l’eau et la terre sont polluées, et là bas, pas question de parler écologie. Combien de semaines par an travaille un céréalier ? et combien se suicident ? ’LES’ paysans cela n’existe pas, il y a des très riches, des moyens, et de misérables qui survivent très mal, surtout dans l’élevage laitier, car les coopératives les ont trahi. Ce n’est pas de la faute aux ’parisiens’. Tous ne survivent bien ou mal que grâce aux subventions, payées par les 80 % de citadins en France et en Europe.

      Il en va des paysans comme de tous les travailleurs : avec la mondialisation, les supermarchés trouvent de tout ailleurs et moins cher. Les paysans ont ils manifesté pour défendre les ouvriers victimes de licenciement de masse ? par exemple les pauvres viticulteurs pour défendre les ouvriers de l’usine Ford ?


    • Paul Leleu 3 mars 01:54

      @Raymond75

      vous savez, Raymond, les types ils ont lu Guilluy, Onfray ou Todd, et ils ont l’impression de tout connaitre... la « France périphérique » est une vérité partielle... mais ils tombent dans le manichéisme... on est passé d’un excès dans l’autre.

      je vis dans une petite ville de la France périphérique, et il n’y a plus de gilets-jaunes sur les ronds-points depuis longtemps... ils se sont repliés sur la préfecture régionale, parfois départementale, et surtour sur Paris. En outre, les menaces, l’alcoolisme, le sectarisme et la violence n’ont rien arrangé. Le mouvement a complètement perdu ses bases. On était assez largement sympathisants au début. Et puis on a vu dériver le truc. Très rapidement c’est devenu hystérique, avec les réseaux sociaux. Les gens ne veulent pas d’un faf’ en jaune au rond point, qui se prend pour un commissaire du peuple. Surtout qu’ici, tout le monde connait tout le monde : alors on se dit que certains qui font le gilet-jaune, ils feraient mieux de mettre un peu d’ordre dans leur vie avant d’aller donner des leçons.


    • Attila Attila 3 mars 13:09

      @Raymond75
      « Les vrais pauvres ne vivent pas dans des pavillons »
      Si, il y en a beaucoup, notamment à la campagne :
      Les propriétaires qui vivent en dessous du seuil de pauvreté sont de plus en plus nombreux.

      .


  • JC_Lavau JC_Lavau 2 mars 12:07

    Pour changer, Daniel Martin a mis « climat » sept fois dans son article.

    Ah ? Il a trouvé le bouton de réglage du climat ?

    Il a fait des études en sciences ?

    Il a réalisé des travaux en sciences ?


    • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus 2 mars 21:14

      @JC_Lavau
      Imposteur lol 


    • JC_Lavau JC_Lavau 3 mars 10:11

      @Cyrus. Mêmes questions à ce harceleur et imposteur compulsif :

      Il a trouvé le bouton de réglage du climat ?

      Il a fait des études en sciences ?

      Il a réalisé des travaux en sciences ?

      On peut voir ça où ?


    • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus 3 mars 15:46

      @JC_Lavau

      harceleur et imposteur compulsif
      > c’ est aussi ce que pense le mec qui appui sur le champignon pour écraser une manif ... Un professeur tournesol essaierait plutôt de transformer sa voiture en lifter.
      Qui est tu donc , le vilain savant fou du GIEC ? ou léonard cet éternel étudiant de la vie qui progresse chaque jour un peut plus ....

      Au moins ici tu ne dispose que du bouton censure .

      Il a trouvé le bouton de réglage du climat ?
      >Pour mon appart , oui c’ était pas trop dur , pourquoi aurais tu déjà galéré a comprendre comment ca marchait  ?(« taquinerie »)

      Si tu m’ avais un peut lut , suite a cet arbre du Groenland .
      tu saurait que je pense aussi qu’ on nous enfume dans les « politique » choisit découlant de l’ évaluation des cause ... y compris sur mars et dans le systeme solaire malgré l’ activité humaine insignifiante ...

      A tord ou a raison , je pense que le climat a toujours changé ... ce n’ est pas l’ homme qui en pétant trop fort a déclencher l’ extinction des dinosaure non plus .

      Le divin n’ y est pour rien même si je suis croyant « intime » , ce grand trisomique bave partout depuis le bigbang faut juste pas rester sous les goutes...

      Je ne suis ni contre toi , ni avec toi ... en fait je m’ en fout sauf quand tu as une éclaircie de bon sens et de modestie 


  • mac 2 mars 12:51

    @ l’auteur

    Je répète :

    S’il n’y avait pas le problème climatique pour ramener 99% de la population à l’état de serfs au profit des 1% qui se gavent dans se soucier le moins du monde de l’environnement, il faudrait l’inventer...


    • Paul Leleu 3 mars 02:00

      @mac

      c’est complètement manichéen... de toutes façon, cette idéologie du 99% / 1% c’est un truc inventé par la gauche réformiste momolle... ça ne correspond à rien en marxisme... ça ne rend absolument pas compte de la complexité réelle de ce qui se passe. Ni au niveau national, ni au niveau mondial.

      de toutes façons, c’est pas l’environnement qui va vous prendre votre consumérisme : c’est les classes moyennes chinoises et bientôt indiennes... ils vont vous bouffer les ressources... et nous on pourra aller se brosser...

      c’est sûr que ça va faire bizarre pour les französich habitués à vivre comme des petits pachas sur le dos du tiers-monde en regardant les claudettes à la télé...


  • Reiki 2 mars 13:14

    Être écologique et pas soutenir le RIC signifie que vous ne comprenez pas la société dans lequel nous vivons. 

     Lire un article ou un représentant écologique s introduit dans une enceinte militaire pour protester contre les arme nucléaires, prouve l impuissance que vous prôner. 

    La représentation es a bout de souffle et n a plus aucune légitimité. On parle de Voté alors que cela ne sont que des élections. 

    Tous n es que manipulation.... La preuve vous nous parler d explosion démographique qui n a pas lieu en Europe ...

    Vous vivez où pour dire des âneries pareils ?

    Vous vivez dans une peur mondial et vous occupez pas des intérêt Français.... 

    Nous ne défendons pas la même Écologie Monsieur.

     


    • Paul Leleu 3 mars 02:03

      @Reiki

      les gilets-Jaunes et Macron ont un projet commun : supprimer le parlement...

      c’est un vieux point commun entre Mark Zuckerberg et Etienne Chouard, entre les libéraux et les libertaires...


  • foufouille foufouille 2 mars 14:23

    le salaire ne peut servir à acheter quoi ce soit car brut de cotisations.

    la dacia est produite en roumanie.

    l’auteur est soit un bourgeois soit un libéral. il a peur du RIC car le serrage de ceinture écologique ne sera pas accepter.


    • Paul Leleu 3 mars 02:06

      @foufouille

      c’est complètement ridicule d’opposer le RIC et l’écologie... vous pouvez supprimer toutes les réglementations écologistes si vous voulez... à mon avis, ça changera pas grand chose...

      les gilets-jaunes cherchent des bouc-émissaires... Marcoooon... l’écologiiiiiisme...

      et vive Steeve Bannon le populiste qui est financé par la banque Morgan-Stanley et le Hedge Fund Robert Mercer.


  • Samson Samson 2 mars 15:21

    Verbiages !

    Si, au regard d’une situation insurrectionnelle exacerbée par 35 ans de néo-libéralisme, de pillage éhonté du bien public et de paupérisation massive des populations (tant françaises qu’européennes et mondiales), la « pensée » écologique ne peut, par peur de « pire », rien produire de mieux que — en en négociant quelques maigres accommodements pour soulager la conscience « progressiste » et électorale de quelques bobos branchés - justifier la perpétuation d’un système sans âme, elle ne s’expose qu’à passer aux chiottes de l’histoire avec le reste !

    Ce « pire » que vous semblez tant craindre - flicage électronique généralisé de tous les tuyaux d’internet, saccage du code du travail, prorogation indéfinie de l’usage du glyphosate, répressio des chômeurs et lois anti-casseurs, tirs mutilants ou éborgnants de LBD40 et autres grenades de désencerclement, condamnations à la chaîne et pour l’exemple de ces gueux qui ont l’outrecuidance de protester et que vous n’hésitez pas à prendre vous aussi pour de parfaits abrutis - il serait grand temps d’arracher vos œillères pour vous rendre compte qu’on y est déjà !

    J’incline néanmoins à croire qu’une authentique conscience écologique est bien plus largement partagée - même parmi ces gueux sur lesquels vous n’hésitez pas, du haut de votre pitoyable suffisance, à cracher - que vous ne l’imaginez et ne se réduit fort heureusement pas à vos larmoyantes pleutreries ! smiley

    Je ne vous salue pas !


    • Paul Leleu 3 mars 02:11

      @Samson

      non... le pire nous n’y sommes pas... mais alors pas du tout...

      le pire, c’est quand les institutions vont s’effondrer... et que la France va finir comme l’Ukraine ou l’Algérie...

      les partisans du grand clash sont des idéalistes, qui n’ont aucune sorte de garantie à nous proposer...

      quand un immeuble s’effondre, il s’effondre souvent sur ses habitants... ce qui peut expliquer pourquoi tant de personnes sont attachées à maintenir cet immeuble debout... c’est pas qu’ils l’aiment, c’est qu’ils ne veulent pas le recevoir sur la gueule...


  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 2 mars 22:04

    À l’auteur.

    Vous prêtez au mouvement des gilets jaunes l’objectif de fédérer toutes les victimes "des élites qui sont au service de l’oligarchie politico - financière et économique » pour créer une majorité politique qui serait le point d’appui d’un changement radical et égalitaire. 

    Je suis d’accord que c’est bien le but recherché, même si tous ceux qui oeuvrent dans ce sens n’en sont pas conscients. Je crois, toutefois, que c’est un objectif LOUABLE et je ne crois pas qu’il conduise aux conséquences néfastes que vous évoquez.

    PJCA


Réagir