mercredi 24 août 2011 - par ddt99

Une relation sexuelle non consentie ! Quèsaco ?

L’information du jour est l’abandon des poursuites et des charges contre Monsieur Dominique Strauss-Kahn. Tout le monde a déjà tout dit et tout écrit sur cette affaire, aussi vais-je essayer d’avoir une autre approche de la décision qui vient de tomber ?

Je sais que des enjeux financiers et électoraux dictent certaines conduites aux États-Unis, mais la décision qui vient d’être prise par le Juge qui a suivi le réquisitoire du District Attorney de New York est à mon sens très grave, parce qu’elle remet en cause la notion même de justice pour tous.

À en croire tout le monde, parce que Madame Nafissatou Diallo a menti, elle n’est plus « un témoin crédible », cependant, il me semblait qu’elle n’était pas seulement un témoin de cette affaire, c’était aussi la victime présumée d’une agression et d’un viol, et sans jugement de ces actes établis, la justice n’en sortira pas grandi, car indépendamment de cette affaire, cette décision veut aussi dire :

1) Qu’une femme qui aurait menti antérieurement à des faits répréhensibles subit par elle, ne pourrait être considérée comme violée, agressée ou diffamée, etc., parce qu’elle ne serait pas crédible, au vu de sa vie atypique et hors norme, voire de « mauvaise vie ».

2) Qu’une relation non consentie, mais accomplie sous la menace ne serait pas considérée comme une agression ou un viol, si elle ou il est dénoncée a posteriori par une prostituée, une femme adultère ou toute autre femme qui aurait été une fois dans sa vie amenée à mentir, même si c’est pour la bonne cause, ou pour des raisons de vie ou de mort, etc.

3) Que c’est un appel au viol contre toutes les femmes qui ont une activité qui serait susceptible d’être sujette à caution et à l’impunité des personnalités qui les commettraient, discrètement, sans témoin directe, et donc sans preuve !

Considérant la montée en nombre des agressions et viols conjugaux (pour l'année 2007, les violences conjugales se chiffrent à plus de 47 500 faits constatés par les services de police et de gendarmerie, d'après l'Observatoire national de la délinquance) et certainement plus, si l’on considère que toutes les victimes n’ont pas osées franchir le pas, qui consiste à dénoncer leur agresseur.

Quel message adresse-t-on à toutes ces femmes ?  À qui paradoxalement :

-   D’un coté, on demande de se manifester et de dénoncer toutes ces violences subites, toutes ces agressions ou viols commis par des proches.

-   Et de l’autre on ne poursuit pas un homme important par « manque de preuves » et « manque de crédibilité » de la victime et non pas du témoin.

Mais alors, Monsieur le District Attorney, comment prouver ce qui se passe dans un huis clos, qu’il soit familial, public ou privé, comme cette chambre d’hôtel n° 2806, qui ne mettrait en scène qu’un agresseur et une agressée ?

Doit-on se déplacer en permanence avec une caméra braquée sur soi ?

Pour ensuite disposer d’une preuve par l’image, qui serait indiscutable et qui pourrait être présenté devant une justice qui oublierait alors d’être sélective.

Le sperme trouvé et tous les autres indices suffisent à prouver l’acte violent, de plus confirmé par une expertise médicale probante, et le simple fait que la présumée victime dit clairement que ce qui s’est passé n’était pas consenti était suffisant pour permettre à un jury de se prononcer. Après seulement, on aurait pu dire qui des deux étaient dans son bon droit. 

Avec cette décision, on donne une nouvelle définition à « une relation sexuelle non consentie » : c’est un présumé viol qui n’est pas condamné.

Monsieur le District Attorney et Monsieur le Juge avez-vous pensé à toutes les femmes qui seront victimes de prédateurs sexuels malins et/ou puissants ?

Cette décision restera longtemps comme une épine dans le pied de la justice, dont on ne peut prédire les conséquences immédiates, mais qui ne manqueront pas de se faire connaitre à plus ou moins long terme.

Et le plus grave est que toute la classe politique française, de gauche et de droite, se félicite de la décision qui vient d’être prise. Cette solidarité confraternelle est malsaine.

Pauvre France ! Pauvre Monde !

Lorsque des décisions comme celle-là sont prises, il n’est pas étonnant ensuite que des gens se fassent justice eux-mêmes, ni même qu’ils fassent des carnages par vengeance, etc.

Laissons le mot de la fin à Monsieur Martin Luther King, qui a dit :

« Une injustice commise quelque part est une menace pour la justice dans le monde entier. »



57 réactions


  • Tall 24 août 2011 09:57

    Elle a menti à donf dans l’affaire elle-même

    Informez-vous un peu svp

    • ddt99 ddt99 24 août 2011 10:27

      Je ne trouve pas que vous soyez en dissidence avec mon article, qui n’était pas orienté uniquement et limitativement sur les agressions sexuelles subites par les femmes, bien sûr que des hommes aussi en sont victimes.

      Je vais compléter vos chiffres alarmants, plus d’un crime sur deux jugé en France est à caractère sexuel.

      Sur la phrase de Martin Luther King, vous avez répondu vous-même à votre question, puisque vous le laissez vous aussi conclure.


  • ddt99 ddt99 24 août 2011 10:17

    Mon article ne défend ni la cause du prétendu agresseur, ni la cause de sa prétendue victime, mais je trouve que la décision est extrêmement grave pour toutes les femmes qui seront dans une situation similaire.

    Certes elle a menti, mais uniquement sur des détails, pas sur les faits eux-mêmes.

    Que croyez-vous  monsieur l’homme parfait ?

    Que si vous étiez dans une situation semblable, vous seriez totalement serein et maitre de vos propos et non pas perturbé au point d’être déboussolé et d’achopper sur des détails. 

    Permettez-moi d’en douter.

    C’est précisément le contraire qui m’aurait inquiété, si elle avait eu une parfaite maitrise de ses affirmations, car cela voudrait dire qu’elle aurait appris par cœur un scénario préparé d’avance.


    • ddt99 ddt99 24 août 2011 10:37

      Désolé que vous vous soyez senti agressé, mais cette réponse n’était pas pour vous, mais pour tall.

      Tout ce que vous écrivez est vrai, mais vous occultez aussi cette phrase pleine de sens qui figure aussi dans le document dont vous faite référence :

      « une probable relation sexuelle non consentie » 

      Moi je suis un homme simple, soit la relation sexuelle est consentie, soit elle ne l’est pas, les deux sont antinomiques et ne peuvent coexister.


    • Belarion Belarion 24 août 2011 23:41

      (...) vous occultez aussi cette phrase pleine de sens qui figure aussi dans le document dont vous faite référence :

      « une probable relation sexuelle non consentie "

      Avez-vous lu le document en question ou n’en parlez-vous que par oui-dire, ddt99 ?

       


    • bretagne 24 février 2013 14:43

      prétendu , oui , cela va .

      Présumé , non , c’est une honte .


  • LE CHAT LE CHAT 24 août 2011 10:22

    jamais on ne me fera croire à une relation sexuelle consentie en 7mn Chrono entre une satrape et une femme de chambre durant ses heures de boulot , alors qu’il avait nié au départ tout acte sexuel !

    que vous soyez puissants ou misérables ................


    • Belarion Belarion 24 août 2011 23:44

      Et moi on ne fera pas croire à un « viol par fellation » effectué par un bonhomme de 62 ans tout nu et sans arme.

      Pour votre gouverne, le satrape en question n’a jamais nié de rapport sexuel, juste qu’il ait été forcé !


    • ddt99 ddt99 25 août 2011 06:12

      Vous écrivez :

      « Pour votre gouverne, le satrape en question n’a jamais nié de rapport sexuel, juste qu’il ait été forcé ! »

      Vous qui avez lu le document, pourriez-vous répondre à cette question :

      Forcé au sens de rapport sexuel contraint ou forcé au sens de rapport sexuel difficile ?

      Cette phrase est volontairement à double sens, elle dit tout est son contraire.

      Dans ce genre d’histoire, il n’y a et ne pourra jamais y avoir de preuve formelle, hormis les deux versions différentes des deux protagonistes, mais il se trouve que les indices sont nombreux, et il se trouve aussi que c’est un homme important et qu’il est blanc. Croyez-vous que s’il avait été noir et pauvre, tous ces indices n’auraient pas suffi au procureur pour poursuivre et demander un jugement ?

      Tous les jugements ne se font pas que sur des preuves formelles, beaucoup ne se font que sur des indices, et vu les indices, c’est la qualité de la personne qui fut déterminante pour ce désistement de la justice États-Unienne.

      La volonté des autorités diffère : blanc et puissant, pas de poursuite, noir et pauvre, jugement.

      Le reste n’est que prétexte.

      Coupable ou non, selon moi, le mieux pour tout le monde aurait été que la justice tranche, y compris pour lui, alors que là, pour les uns, il sera toujours la victime d’un complot, etc., et pour les autres un violeur qui ne sera jamais condamné.

      Même pour son avenir politique, si la justice s’était prononcée, et dans l’hypothèse de son acquittement, il aurait pu sereinement continuer son chemin politique, alors qu’avec une décision à « la mords-moi le nœud », personne ne le regardera plus de la même façon.


  • bretagne 24 août 2011 10:35

    @ l’auteur : il n’ y a pas de « victime présumée » . Ce n’est pas un concept juridique. C’est seulement une expression forgée trés récemment par des journalistes :: quelques semaines ou mois . Cela ne tient pas:si l’on présumait qu’il y a victime , on présumerait donc qu’il y a eu coupable . Or , et heureusement , un des principes essentiels du droit dans les pays non-dictatoriaux est celui de la présomption d’innocence . Actori incombit probatio.

     On entend parler toutes les 5 minutes de « victime présumée » N’en rajoutez pas , svp.Il ne suffit pas de répéter un oxymore pour qu’il devienne exact .Parlez de victime alléguée , de possible victime , ou de soi-disant victime si vous voulez , quoique le sens de soi-disant ait été pollué négativement en français. Les deux premiers sont peut-être plus équitables. 

    L’existence d’une présomption victimaire ferait peur : et vous même , si vous étiez accusé à tort par je ne sais quelle affabulatrice pour je ne sais quelle raison ? Cela arrive , figurez vous , et peut_être plus qu’on ne croit .Porte ouverte à toutes les vengreances et chantages infects. Remémorez vous cette trés récente affaire ( en France ) de révision de procés sur fausses accusations de viols . C’est de cette année . 

    Et ne mélangez pas tout , svp : non , la chasse n’est pas ouverte pour les pointeurs sur les femes de « mauvaise vie » . Leur viol est hautement répréhensible , et puni . Mais la parole d’une menteuse ne peut constituer une preuve crédible . Point-barre.Ramenez d’autres preuves qu’une parole hautement soumise à caution , et on punira . Il est bien dommage qu’il n’y ait ni enregistrement video , ni audio tape , par exemple . Avec ce genre de preuves , et aprés expertise de ces preuves par lobaratoire , aucun problême pour condamner ( et trés durement ) . Mais pas sur les affirmations contestables d’une menteuse.

    Par ailleurs , je tiens à préciser que je ne minimise ici en aucun cas la gravité des actes de viol , et que DSK comme individu m’insupporte profondément . Qu’il y ait eû viol ou pas , je ne saurai voter pour quelqu’un qui fait l’amour avec des femmes de ménage inconnues dans les hôtels, trompe son épouse de façon aussi vulgaire, et se porte fort mal avec les femmes sur le plan sexuel. Ceci pour en rester aux choses prouvées..... Voici un comportement de détraqué .Un élu ou un président , cela doit-être quelqu’un de mieux que cela.


    • ddt99 ddt99 24 août 2011 10:50

      Je suis d’accord avec vous, tout a été dit, et tout a été écrit, et je me suis bien gardé d’écrire un article tant que l’affaire n’était pas « terminée », qui n’est d’ailleurs pas vraiment sur l’affaire proprement dite.

      Et vous avez fort raison sur le terme « présumé » qui n’est pas vraiment adapté à une victime, mais comme vous le souligniez, c’est aussi par équité que j’ai utilisé le même mot pour parler de l’un et de l’autre « le présumé agresseur » et « la présumée victime ».


    • bretagne 31 août 2011 13:09

      sans vouloir etre pinailleur , cele ne le fait pas : il n’y a pas de présumé agresseur , bien au contraire , DSK est présumé innocent , donc présumé non-agresseur. Et ce jusqu’à ce que l’on ait prouvé le contraire ....

      il n’ y a qu’une seule présomption en droit : celle d’innocence.


    • ddt99 ddt99 31 août 2011 14:18

      Mon cher Bretagne,

      Cette affaire ne se passe pas en France ou le principe de la présomption d’innocence est inscrite dans la Convention européenne des Droits de l’Homme, mais aux États-Unis, et les États-Unis n’ont pas un système inquisitoire comme chez nous, mais accusatoire.

      Permettez-moi donc aussi de « pinailler » il n’était pas un prévenu présumé innocent, mais un accusé présumé coupable, même s’il est innocent jusqu’à ce qu’il soit condamné ou relaxé.

      Pour vous en convaincre, relisez les amendements de la déclaration des droits inscrits dans la Constitution des États-Unis


    • bretagne 31 août 2011 20:50

      j’admets n’avoir que des notions trés trés superficielles du droit américain


    • bretagne 31 août 2011 21:17

      je voudrais quand même dire que je suis surpris de votre dernier post . Votre lien ne conduit que vers l’article de wikipedia sur la constitution américaine . Pourriez-vous donner vos sources précises , s’il vous plaît ? ( de préférence les textes américains originaux ) .

      A priori , le fait que la procédure soit aux US accusatoire et non inquisitoire ne perturbe pas la notion de présomption d’innocence ( incidemment , des textes français évoquant le renversement de la charge de la preuve , je pense par exemple au harcélement moral dans le cadre professionnel , le saperaient fortement , eux , s’ils fonctionnaient , nous sommes pourtant bien en inquisitoire.) . Expliquez nous , svp, quels liens vous faites entre les deux notions , ce serait gentil .

      cordialement


    • ddt99 ddt99 31 août 2011 23:36

      La Déclaration des droits (United States Bill of Rights) est l’équivalent de notre Déclaration des droits de l’homme et du citoyen et si chez nous la notion de présomption d’innocence est inscrite clairement dans la constitution française, elle ne l’est pas dans celle des États unis.

      Pour le reste, je ne vois pas très bien où vous voulez en venir

      « Le renversement de la charge de la preuve » ne s’applique que dans des cas bien particuliers, par exemple ; l’envoi d’un document par Courrier Recommandé A.R. il appartient au destinataire de prouver le contenu de l’envoi et non pas à l’expéditeur, d’où le renversement de la charge de preuve

      Code de procédure civile

      Article 670

      La notification est réputée faite à personne lorsque l’avis de réception est signé par son destinataire.

      La notification est réputée faite à domicile ou à résidence lorsque l’avis de réception est signé par une personne munie d’un pouvoir à cet effet.

      Jurisprudence de la Cour de cassation - Civ 1re, 15 juillet 1993, pourvoi n° 92-04092 :

      « La notification par la voie postale est réputée faite à personne lorsque l’avis de réception est signé par son destinataire et qu’en cas de notification sous enveloppe, il appartient au destinataire de prouver que celle-ci était vide et non pas à l’expéditeur d’établir que l’acte notifié était contenu dans cette enveloppe »


    • bretagne 6 septembre 2011 05:18

      vous répondez complétement hors sujet .

      de plus , où sont vos sources ?

      Vous affirmez , affirmez , affirmez encore beaucoup de choses de façon un peu légére , semble t’il .

      Quand aux lecteurs , eux on du bien voir le sens de mon paralléle avec les lois sur renversement de la charge de la preuve . Notez toutefois que ce paragraphe est une simple incidente . SVP , répondez plutôt au coeur du sujet , qui est :où sont vos sources ?

      En avez vous , au fait ?


    • ddt99 ddt99 6 septembre 2011 05:33

      En ce qui concerne mes sources :

      Sur DSK/ND, elle est unique, le document du district attorney dont vous trouverez une traduction à l’adresse suivante :

      http://www.rue89.com/2011/08/23/abandon-des-poursuites-contre-dsk-le-document-en-francais-218883

      Sur les points de droit :

      Elle est unique aussi, le site officiel de l’État français, vous le trouverez à l’adresse suivante :

      http://www.legifrance.gouv.fr/

      Soyez précis sur que « j’affirme » et que vous ne comprenez-pas, peut-être pourrais-je vous expliquer ?

      Et vous, pouvez-vous nous donner les sources de vos élucubrations que votre esprit mélange en un tout, sans queue, ni tête ?


    • bretagne 22 février 2013 22:01

      @ddt99 : s’il vous plait : l’insulte n’a jamais été un argument . On peut etre favorable ou opposé à ma position . Elle est tout au moins cohérente . Vous , on se pose des questions : réponses à coté , technique du disque rayé , illogisme intégral

      Oh ! oh ! mollo sur le chichon ....

      Vous feriez mieux de vous taire , maintenant : vous rendez vous compte que vous vous rendez de plus en plus ridicule auprés des lecteurs , et portez ainsi tort aux positions meme que vous pretendez défendre ?


    • bretagne 22 février 2013 22:15

      donc sources = une traduction ( qui plus est d’un journal d’opinion ) . Soyons sérieux tout de même.... quand m^me , quand même ddt , vous étes gentille , là ;lol

      et l’autre légifrance , site incontestablement valable , mais pour la réponse à une question , qui n’est pas la mienne , mais un aspect periphérique que vous avez amené pour noyer le poisson ;

      Comme tout les lecteurs ont pu en juger

      Quel age avez vous pour croire que d’aussi grossiéres technique de manipulation prennent ?

      Vpous avez trop lu l’article propagande de Wikipedia , vous ...

      Quand à ce ton de petite enseignante « je sais tout » , il est positivement générateur de nausée .

      Il y a quand même des fessées qui se perdent lol 


  • Ariane Walter Ariane Walter 24 août 2011 10:41

    Excellente réflexion qui vous vaut l’assaut des chiens de garde des défenseurs de DSK et des hommes.
    Bravo !


    • ddt99 ddt99 24 août 2011 10:54

      Merci à vous, ça me sidère de voir que les gens qui gravite dans un même sérail n’ont pas plus d’objectivité que la reconnaissance de leurs privilèges et que d’autres ne vois pas plus loin que le bout de leur nez.


    • Dominitille 24 août 2011 14:44

      Bonjour Ariane,
      Lire au détour d’une phrase qu’il n’y a que quelques femmes victimes contre plusieurs centaines plusieurs milliers d’hommes cela devient risible !!!
      A vouloir trop démontrer on tombe dans le vaudeville.
      DSK n’en a pas fini avec la justice.
      J’imagine un instant Anne Sinclair dès son retour de l’étranger, demandant le divorce pour fautes avérées et répétées. Dominique se retrouvant presque aussi pauvre que sa supposée victime qui obtient des millions de dédomagement au civil.
       Ses copains socialistes vont devoir cracher au bassinet pour défendre leur ex-champion toutes catégories.
      Il faudrait que nous, les femmes ayons de la compassion pour les hommes victimes de violence féminine, mais eux, n’hésitent plus à présent ànous insulter voire, vouloir dissimuler les violences masculines pourtant très réelles.
      Le club des gentlemen prend de l’ampleur mais pas de hauteur ;


    • bretagne 31 août 2011 21:28

      Domitille , bien quétant un ’homme , je vous comprends .

      Toutefois , même si DSK ne va pas en prison , par absence de preuves incontestables , il n’en demeure pas moins que :

      1) Anne Sinclair pourrait divorcer ( chacun voit midi à sa porte , mais on s’étonne un peu qu’elle ne le fasse pas , tout de même ). Donc vie conjugale cassée

      2) les électeurs ne devraient pas voter pour un type comme cela . même si il y a eû rapport consenti ( ce qui est loin d’être sur ) , il s’agit tout de même là d’un comportement minable et « bas de gamme » . Donc carriére politique qui devrait être cassée ..

      Maintenant , on a aussi les dirigeants qu’on mérite : quand on voit qu’une majorité de niçois aurait revoté pour Jacques Médecin malgré toutes ses malversations , on se dit que les gens ne sont pas trop adultes et responsables non plus , parfois ...

      Quand les gens arrêteront de se ranger derriére des banniéres par réflexe , et de préférer s’ils sont de gauche , voter pour un pervers du PS au lieu de voter pour un UMP qui se tient sexuellement , ou à l’invers , parce qu’ils sont de droite , voter pour un escroc UMP au lieu de voter pour un socilaiste intégre , et bien , on aura çà , voila

      Coprdialement


    • bretagne 22 février 2013 22:36

      avec le recul , que disais je dans mon commentaire plus haut :

      1) anne sinclair a bien quitté DSK : couple foutu

      2) DSK n’ a pas ete elu president en mai 2012

      Alors , mes posts élucubrations snas queue ni tête , comme dit cette tête de linotte de ddt , ou bon sesn de base ?

      puis je rigoler ? Serait-ce bien charitable ?


  • pastori 24 août 2011 13:24

    si quelqu’un parvient à obtenir par la force une fellation c’est qu’il est fort ! ou alors il a e enveloppé son sexe d’un étui en métal car la dame avait semble t-il de bonnes dents ! smiley


    par ailleurs si à 60 ans on peut encore émettre un litre de semence à répandre de partout, Priape à coté, c’est de la bibine. smiley

    « la décision est extrêmement grave pour toutes les femmes qui seront dans une situation similaire ».

    rien n’a changé. la loi dit qu’il faut des preuves formelles pour accuser et basta ! heureusement qu’il en est ainsi.

    « grave pour toutes les femmes  »
    ce serait grave au contraire pour tous les hommes si les femmes pouvait savoir qu’on peut toucher des millions en accusant sans preuves, sur leur seules parole.

    il ne faut pas défendre diallo ou DSK, il faut défendre la notion universelle de justice. même si parfois l’homme, imparfait se trompe.
    sinon c’est mettre le doigt dans un engrenage aux conséquences incalculables.

    je préfère le sort de DSK à celui des « outreau », et de loin !

    ne pas accepter des décision de justice quand ça arrange (surtout quand on n’a pas communication de tout le dossier ) c’est de la débilité et du parti pris.

    la justice (et son glaive) ignore la politique.. 

    • ddt99 ddt99 24 août 2011 13:44

      Vous écrivez :

      « la loi dit qu’il faut des preuves formelles pour accuser et basta ! »

      En droit académique peut-être, mais dans la pratique l’intime conviction suffit.

      Mon article ne défend ni l’accusé, ni l’accusatrice, mais critique la décision qui permet une absence de décision définitive.

      Il n’est ni coupable, ni innocent, elle n’est ni victime, ni coupable.

      Ceci dit, je vous rejoins sur :

      « la notion universelle de justice. »

      Il faut la défendre, mais je doute que cette décision s’en approche.


    • non667 24 août 2011 14:54

      àpastori 

      voila bac - 5 qui déboule avec ses raisonnements de mat sup ( c’est maternelle supérieur ,4 ans qu’il y est resté !)

      retourne dans ton bac à sable !  smiley smiley

    • Tonio Tonio 24 août 2011 15:28

      En pratique pas besoin de preuves ? C’est comme ça qu’on arrive directement aux erreurs judiciaires !!!

      En l’occurrence, la question n’est pas seulement les mensonges de Diallo (et pas seulement avant l’affaire), c’est surtout l’absence de preuve par ailleurs, y compris de violence physique. Blessure à l’épaule bidon, trace dans le vagin qui n’est, en fait, même pas un hématome... On est loin du « permis de viol »

    • ddt99 ddt99 24 août 2011 16:48

      J’ai écrit ceci :

      « En droit académique peut-être, mais dans la pratique l’intime conviction suffit. »

      Et vous arrivez à ceci :

      « En pratique pas besoin de preuves ? »

      Dans l’absolu les magistrats ne devraient faire traduire et juger une personne que sur des preuves formelles, mais par mauvaise expérience, je peux vous assurer que certains magistrats et juges se fichent royalement qu’il y ait des preuves ou non. Lorsqu’ils veulent condamner, tout est bon pour arriver à leurs fins, même l’usage des textes CADUCS. 

      Ce sont des dieux qui n’ont de compte à rendre à personne, certains se comportent comme les criminels qui pourchassent, pas vu, pas pris.

      Tenez vous bien, je fus renvoyé et condamné par un Tribunal correctionnel, sans n’avoir commis aucun crime, ni aucun délit, sur un décret-loi ABROGÉ, juste pour n’avoir pas rempli, en temps et heure, un formulaire CERFA de déclaration, une infraction de droit commun qui ne relevait que d’une contravention de la classe 4.

      C’est pour cela que je différencie la théorie en droit et la pratique du droit.

      Quant à « l’erreur judiciaire » que vous évoquez, laissez-moi rire, qu’elle conséquence a-t-on tiré de l’affaire d’Outreau.

      Aucune, un magistrat muté et un rapport parlementaire.


    • pastori 24 août 2011 20:03

      l’intime conviction ? conviction d’un juge ? être définition faillible ?

      elle a envoyé des milliers de gens en prison et à l’échafaud. voir outreau.

      imaginez tous les hystériques qui sévissent à ce sujet sur agoravox qui n’ont pas vu l’ombre d’un indice du dossier et qui auraient coupé la tête allègrement sur des dires d’avocat ou de tabloïdes ! 
      imaginez que demain ils soient jurés dans un tribunal et que vous soyez l’accusé innocent.

      ça peut être vous demain.

      seule est valable la défense de la justice, égale pour tous. pas sûre à 100% mais à l’abri du jugement partial de jobards endoctrinés et pourris par la politique.


    • bretagne 22 février 2013 22:43

      à ddt : patrick diehls et quelques autres doivent apprécier énormément la notion d’intime conviction conduisant à une condamanation . Ceci est extrêmement dangereux , notamment dans des contextes très chargés émotionnellement et « à chaud » ;

      voici la porte ouverte à toutes les manipulations et même , j’oserais , oui , à tous les fascismes ( cf : la manipulation de l’incendie du reichstag)

      please : pas de point godwin , je sais , je sais , mais ddt fait vraiment peur pour le respect des droits de la défense , et au dela pour la démocratie et les droits humains . Je m’inquiété de ce qui aurait pu se passer si on lui avait laissé quelques responsabilités , disons par exemple , sous la Terreur de 93


  • Marc Viot Marc Viot 24 août 2011 14:46

    Petite blague que m’a inspirée cette histoire.
    Cordialement.

    C’est l’histoire d’un vieillard, devant un version hyper-pornoréaliste de « Call of duty », le wargame hardcore, en train de violer à tout va.
    D’un seul coup, une des meufs avec qui il fait joujou, sort de l’écran et punaise ses bijoux de famille par morceau dans toute la pièce, les écrasant en giclées sur tout ce qui se trouvait là.
    Le vieux panique et engueule son jeu. Un militaire vexé sort du fond de l’écran et y ramène la meuf pour lui apprendre à vivre.

    Un peu plus tard, mère-grand rentre et voit son vieux chialer, entrecoupant une longue plainte qu’il répète à n’en plus finir de petit pets saccadés : « Mais comment je fais moi pour cacher tout ça à MéMé ! »


  • Dominitille 24 août 2011 14:46

    En France, rares sont les victimes qui obtiennent des millions. Cela se situe plus en quelques milliers d’euros et encore !


    • ddt99 ddt99 24 août 2011 15:18

      La première des choses que veut obtenir une victime, c’est la reconnaissance de son statut de victime ( je suis passé par là, je sais de quoi je parle) ensuite, il est évident que quelque soit le crime ou le délit commis contre cette victime, personne ne lui rendra ce qui lui a été pris par la force, donc bien obligé de passer par la compensation financière.

      Et je suis d’accord avec vous sur le fait que les indemnisations sont trop basses en France, mais si elles étaient plus élevées, il est fort probable que cela dissuaderait un certain nombre de passer à l’acte.

      N’est-ce pas cette dissuasion financière qui est imposée par des amendes pénales très élevées.

      Question de bon sens dissuasif, si les amendes sont élevées, les indemnisations devraient l’être aussi.


    • Tonio Tonio 24 août 2011 15:29

      Entièrement d’accord sur l’indemnisation trop basse. Par contre, côté dissuasion je pense que la prison a un petti effet, non ?


    • ddt99 ddt99 24 août 2011 15:54

      Les deux mon capitaine.

      Le Code pénal prévoit les deux, la peine de prison et des amendes très élevées.

      Certaines personnes qui ne sont pas des criminels chevronnés et qui ont encore un sens moral, si elles ont des biens et un patrimoine, elles hésiteront certainement à passer le cap de la délinquance au risque de tout perdre, alors je pense que l’amende est aussi dissuasive.

      Après personne n’est à l’abri d’un « pétage de plomb », etc.


    • Dominitille 24 août 2011 19:40

      Ma fille attend encore les 20 000e que la justice lui a octroyé suite à un enlèvement, séquestration et extortion de fonds. Son avocat ne lâche pas l’affaire et lui demande d’être patiente.
      Les trois accusés insolvables vont sortir de prison qu’elle attendra encore que la justice l’indemnise ! et cela fait 5 ans.


    • ddt99 ddt99 24 août 2011 19:58

      Il y a un fond d’indemnisation des victimes, vous pouvez les solliciter lorsque les responssables sont insolvables.  

      Suivez ces liens :

      http://vosdroits.service-public.fr/F2313.xhtml

      http://www.actualitesolidarite.com/aides/victimes.htm

      Vous aurez toutes les informations pour faire valoir vos droits :


    • Dominitille 24 août 2011 20:01

      Je vous remercie pour les liens. Mais c’est l’organisme d’indemnisation qui traine les pieds et ne veut pas payer !


    • ddt99 ddt99 24 août 2011 20:12

      Désolé. Comme dans beaucoup de domaines, on peut dire que l’État est en faillite pas seulement au sens figuré, mais au sens propre aussi. Bon courage. 


    • Dominitille 24 août 2011 20:16

      Je vous remercie. Ma fille a eu du mal mais revit à présent.


  • Scual 24 août 2011 15:56

    Donc si j’ai bien compris, il y a jurisprudence : une femme adultère qui aurait caché sa liaison à son mari peut être violée par lui sans qu’il puisse être inquiété puisque si elle porte plainte, elle ne sera pas crédible... ben ouais c’est une menteuse puisqu’elle a menti à son mari sur sa liaison, donc elle peut très bien mentir sur le viol !

    Ça va violer à tour de bras aux USA...


  • Minga Minga 26 août 2011 05:16

    C’est vrai que la balance de la « justice » américaine penche le plus souvent du côté du plateau blanc, mâle, et hétéro chargé du plus gros tas de dollars. En plus, il faut l’avouer, j’ai toujours détesté DSK, sa gauche de droite, et sa suffisance qui dépasse de loin sa nécessité. Je n’ai donc pas le moins du monde été affligé par la chute de ses bourses, et c’est une litote ...

    Pour autant, j’estime que pour que la justice mérite le nom de justice, elle n’a pas le droit de condamner sans preuves. C’est un principe essentiel sur lequel il est impossible de transiger pour qu’il puisse y avoir une justice. Dans les régimes où l’on peut condamner sans preuves, on trouve toujours un nombre choquant d’innocent-e-s en prison. C’est vrai, c’est incontestable, que celà pose problème pour prouver un viol. Justice n’a pas été rendue quand un viol demeure impuni. Mais la solution n’est pas et ne sera jamais un régime où un présumé coupable peut être condamné sur une simple accusation sans témoins ni preuves tangibles ! Il faut assumer notre idéal de justice et ses conséquences : je préfère prendre le risque d’avoir 10 coupables en liberté que de voir un-e seul-e innocent-e en prison. Il n’y a aucune justice là où les tribunaux condamnent sans preuves !

    A trop condamner sans preuves, le problème de la « justice », c’est que c’est toujours Outreau, ou pas assez ...


    • ddt99 ddt99 26 août 2011 06:21

      Nous sommes tous d’accord sur le principe que la « justice » ne doit pas condamner sans preuve, mais dans cette affaire, la décision qui a été rendue n’a rien à voir avec de la justice.

      Là nous ne pouvons pas dire que justice a été rendue, pour cela, il aurait fallu qu’un tribunal rende une décision juste, ce n’est même pas une décision judiciaire qui a été rendue, c’est purement et simplement une décision administrative qui a été rendue sur la qualité de témoin des deux protagonistes, parole contre parole. En l’absence de preuves formelles, logiquement, ce sont les indices qui auraient dû faire la différence, et les indices penchent plus vers les dires de la victime. Mais que vaut la parole d’une femme de chambre noire, contre la parole d’un Président du FMI blanc ?

      Et croyez moi, question injustice je connais, je suis passé par là, lorsque cela les arrange, pas besoin de preuve pour condamner. En France comme aux États-Unis. Le reste n’est qu’affaire de politique et de volonté, on veut ou on ne veut pas.


    • Minga Minga 27 août 2011 01:21

      En l’absence de preuve formelles, le doute doit bénéficier à l’accusé. Même quand ça ne nous plait pas. C’est ça, une vraie justice.


    • ddt99 ddt99 27 août 2011 07:03

      Le principe d’innocence, le doute, etc., il faut croire qu’il n’y a que les gens important qui y ont droit.

      Là ou il y a des doutes certains et qui n’ont aucunement servi l’accusé, c’est dans l’affaire Colonna.

      Yvan Colonna condamné ! Motivation ou réquisitoire ?

      Ce n’est qu’une question de volonté des autorités, on poursuit ou on ne poursuit pas, dans l’affaire, DSK/ND les indices existant sont plus que probants et ils étaient suffisants à balayer les hypothétiques doutes.


    • Minga Minga 27 août 2011 19:04

      Je suis bien d’accord avec vous sur le fait que la « justice », en particulier amérikkkaine, ressemble encore bien trop à celle de l’ancien régime, celle qui vous fait blanc ou noir selon que vous soyez riche et puissant ou pauvre et misérable. je suis également d’accord pour constater avec vous que Colonna n’a pas bénéficié de la présomption d’innocence, puisqu’il a été condamné sans preuves (et ce n’est pas le seul, loin s’en faut !). Mais là n’est pas le sujet : si l’on déplore que la France ou les Etats-Unis condamnent trop souvent sans preuves, on ne peut honnêtement pas leur demander de commettre envers DSK le même genre de déni de justice que l’on condamne à juste titre pour le jugement arbitraire de Mumia Abu Jamal, par exemple ! On ne peut pas avoir sur une telle question de principes à géométrie variable car ce serait devenir complices des dénis de justice qui se produisent là où les tribunaux peuvent condamner sans preuves un présumé innocent.

      MAIS par contre je ne suis pas d’accord avec vous sur les indices matériels : ils sont en effet très loin d’être « probants », puisque l’expert médical cité par Cyrus Vance estime que la version de la présumée victime est sinon tout à fait impossible du moins, je cite, « peu probable ». C’est un fait établi, tout comme est établi le fait que cette femme de ménage avait des ressources dont elle n’a pas voulu expliquer la provenance, pour au moins 60000$.

      De plus, la chronologie des faits établie en croisant les indices matériels incontestables et les versions successives de la présumée victime, laissent penser à la possibilité d’une relation tarifée. La présence du sperme de plusieurs hommes inconnus dans cette fameuse suite 2806 conforte ce soupçon, puisqu’elle a prouvé que plusieurs hommes se sont livrés dans cette suite à des activités sexuelles telles que leur sperme s’est retrouvé sur la moquette ou les murs  ! Il était donc relativement courant que les clients de cet hôtel se livrent à des « ébats salissants » ailleurs que dans les luxueux lits de cette suite de luxe.

      C’est pour toutes ces raisons que je pense « en mon âme et conscience » qu’en l’état actuel de l’enquête les éléments matériels ne permettent pas à un état soucieux de justice de poursuivre DSK dans cette affaire. Mais si un procès serait un déni de justice, la fin de l’enquête en serait un encore plus grand : le, la, ou les deux victime(s) ont le droit de savoir quelles circonstances ont conduit le président du FMI à violer une femme de ménage ou une femme de ménage à sucer un petit gros plein de fric. En particulier, la provenance des 60000$ passés sur un compte en banque de Nafissatou Diallo doit encore être établie pour savoir avec certitude si elle est liée ou non à l’affaire du Sofitel. Une enquête sérieuse devrait également inclure toutes les investigations nécessaires pour exclure la possibilité d’une quelconque machination. S’il s’avérait après enquête approfondie que ces 60000$ n’ont aucun lien avec l’affaire et qu’aucune collusion entre la présumée victime et des tiers n’ait eu lieu, la crédibilité de la victime présumée en aurait été renforcée.

      Je ne dis pas qu’il ne faut pas juger DSK, mais alors, qu’on ait le courage de le juger non pour un viol présumé, mais au nom des victimes de ses « plans d’ajustement » à la tête du FMI, au nom des 37 millions de personnes qui meurent de faim chaque année : ça, c’est prouvé. Pour ces crimes, DSK mériterait de comparaitre devant un « tribunal de Nuremberg du crime économique », avec ses acolytes.


    • ddt99 ddt99 27 août 2011 19:52

      Sur les principes nous sommes d’accord, mais sur le reste je regrette de ne pas avoir autant de certitudes que vous :

      Par exemple, vous écrivez :

      « l’expert médical cité par Cyrus Vence estime que la version de la présumée victime est sinon tout à fait impossible du moins, je cite, « peu probable ». »

      C’est la seule phrase que je commenterai, car le reste n’est que spéculation ou hors sujet ;

      Cette phrase est intéressante.

      Elle est très subjective, car elle énonce quelque chose sans en définir clairement une certitude.

      Par « sinon » l’expert écarte « tout à fait impossible » pour retenir « peu probable », mais peu probable peut aussi dire que cela reste du domaine du possible, sinon il aurait été plus affirmatif, il aurait écrit directement

      « l’expert médical cité par Cyrus Vence estime que la version de la présumée victime est totalement impossible. »

      D’autre part, je vous rappelle que les avocats de madame Diallo ont eux aussi fourni un rapport d’expertise, qui lui a conclu au viol, mais qui n’a pas été retenu par le district attorney.

      S’il y avait eu procès, cela aurait été contenu de l’expertise contre le contenu des autres expertises.

      Je ferai un article d’opinion sur l’affaire elle-même, dès que j’aurais eu le temps de bien analyser le document de M Cyrus Vence.


    • Minga Minga 28 août 2011 00:36

      S’il y a un point où je suis bien d’accord avec vous, c’est que des doutes subsistent. Ne nous offusquons donc pas que ces doutes bénéficient à l’accusé, même si nous ne l’aimons pas, car c’est l’essence même d’une justice. à laquelle par ailleurs chacun-e devrait avoir droit, sans distinctions de fortunes, de religion, ou de couleur de peau.

      Mais la question n’est pas tant de savoir si une femme de ménage noire peut poursuivre en justice DSK (elle a pu le faire ... là-bas) que de savoir si oui ou non un état disposant d’une vraie justice peut accuser quiconque d’un crime passible de 75 ans de prison sans preuves matérielles, sur la seule foi d’un seul et unique témoignage laissant place au doute ??? Je ne le pense pas. Quiconque transigerait sur ces principes trahirait les innombrables victimes de dénis de justices qui justement réclament justice au nom de ce principe essentiel : la présomption d’innocence.


    • bretagne 6 septembre 2011 05:12

      cela m« étonnerait qu’il ait ecrit »de la presumée victime" ( expression qui est un contresens juridique (voir plus haut) et une simple création journalistique (de plus trés récente ). Quasi un dérapage. Décidément , entêtement quand tu nous tiens .

      Ce serait plus tôt victime alléguée par exemple...


    • ddt99 ddt99 6 septembre 2011 05:44

      Mon cher bretagne,

      Vous vous répétez, vous l’écrivez vous-même, ce n’est qu’une expression, et la notion de présumée victime peut parfaitement s’appliquer dans le langage courant, comme pour le présumé innocent, même si l’un et inscrit dans la Convention européenne des Droits de l’Homme, et pas l’autre.

      Ceci dit vous, vous radotez, je vous avais déjà répondu à ce sujet, voir plus haut, voici ce que je vous avais écrit :

      « Et vous avez fort raison sur le terme « présumé » qui n’est pas vraiment adapté à une victime, mais comme vous le souligniez, c’est aussi par équité que j’ai utilisé le même mot pour parler de l’un et de l’autre  « le présumé agresseur » et « la présumée victime ». »


    • JL JL 6 septembre 2011 08:22

      On a même entendu à la radio : « les emplois présumés fictifs de la mairie de Paris »

       !!!


    • vodvoj 6 septembre 2011 14:59

      Je dirais même plus, « on a vu à la radio... »


    • bretagne 22 février 2013 22:08

      ma chée ddt , je ne radote pas , non , en revanche , je ne céde pas non plus devant le terroirisme intellectuel . Votre commentaire ci dessus n’a tout simplement aucun sens ...


    • bretagne 22 février 2013 22:31

      OK .... Vu ; si on considére que pour DDT , « présumé » est synonyme de « possible », alors on arriverait à trouver une certaine logique à sa position , et même ,oui , une certaine équité . Le seul problême , c’est que présumé n’est pas synonyme de possible . Ce n’est pas un terme neutre : c’est un terme qui se rapproche plus dans le sens de « probable » , ou de « victime » sauf si et jusqu« à preuve du contraire .

      DDT : utilisez les mots dans leur sens exact , et répondez aux questions que l’on vous pose , et pas à autre chose , et vous verrez que cela se passera beaucoup mieux au delà du cercle des partisans acquis par principe à vos théses . Disons , dans le public sans préjugé .

      Ce n’est pas un détail , comme vous le dites là , votre position est si incompréhensible que vous passez pour une cruche ( que vous n’^tes peut-être pas ) ou une fanatique ( ce qui est pire )....

      A votre décharge : on entend tellement de contresens maintenant ( exemple : »je suis célibataire depuis trois ans «  : c’est insensé :soit il l’est depuis sa naissance , soit il ne l’est plus .)

      Si vous dites »présumé " , vous prenez parti , vous n’e^tes pas neutre . Capito ??


  • gaijin gaijin 26 août 2011 07:06

    cette affaire se finit comme prévu .....en pantalonnade
    a aucun moment il n’est question de ce qui s’est passé dans cette chambre et si la justice est aveugle c’est pour ne pas voir ce qui se fait en son nom ......
    au final les seuls gagnants de cette histoire c’est nous : ça nous évite de passer d’un arriviste égomaniaque a un pervers sexuel compulsif
    pauvre France
    pauvre humanité


Réagir