mercredi 19 février 2014 - par Camille DESMOULINS

Contre la dictature de la finance : la bombe atomique suisse !

Avant-hier, en parcourant ce « cerveau collectif » qu’est Facebook, je suis tombé sur la publication d’un de mes amis et par la même occasion, je suis tombé des nues. Les médias « main stream », si prompts à sortir l’artillerie lourde contre les votations des Suisses sur les minarets ou l’immigration massive, se sont bien gardés de nous informer de cette initiative en cours, qui a recueilli à ce jour près de 50 000 signatures mais il lui en faudra le double pour déboucher sur un référendum. C’est de la bombe. J’en ai rêvé, et les Suisses sont peut-être en train de le faire. Il faut absolument qu’ils aboutissent. Non seulement pour eux mais pour nous tous. C’est pourquoi nous devons les soutenir. J’invite tous ceux d’entre nous qui ont des amis et connaissances au pays des Helvètes de les contacter et de faire la promotion de cette initiative citoyenne. Si l’insurrection des fils (et des filles) de Guillaume Tell contre les Banksters (et les banques suisses sont puissantes !) est couronnée de succès, alors tout espoir sera permis pour nous-mêmes et les générations futures.

JPEG - 42.7 ko
Coffres suisses (CC BY-NC-SA 2.0)
photo par ork_dot_ch http://www.flickr.com/photos/ork_dot_ch/347593844/

Voici donc de quoi il s’agit :

http://www.zeitpunkt.ch/news/artikel-einzelansicht/artikel/die-geldwende-in-der-schweiz-steht-am-start.html

J’ai traduit l’essentiel de l’article ci-après :

« L’initiative citoyenne la plus importante des 20 dernières années devrait être lancée le 1er mai : la transformation du franc suisse d’argent-dette en « plein argent » [100 % money comme disent les économistes anglo-saxons]. C’est ce qu’ont décidé hier [le 8 janvier 2014 puisque l’article est daté du 9] à Zurich les responsables de l’association pour la modernisation de la monnaie. L’initiative « Plein argent – pour un argent à l’abri de la crise dans l’intérêt de tous : la création monétaire à la seule banque centrale » veut mettre fin à la création de la monnaie par les banques privées.

90 % de l’argent – la plupart des gens n’ont pas conscience de cette monstruosité – est créé littéralement à partir de rien par les banques. Le monopole de la banque centrale ne s’étend qu’à la monnaie fiduciaire [pièces et billets]. L’argent scripturaire, utilisé pour la plupart des paiements, est créé par les banques elles-mêmes chaque fois qu’elles octroient un crédit. Elles ne prêtent pas l’argent des épargnants – ceux-ci le conservent et peuvent s’en servir pour leurs paiements – , mais créent de l’argent qui n’existait pas par un simple jeu d’écritures. (…) La loi ne les oblige qu’à avoir 2,5 % du montant des prêts en dépôt. [c’est ce qu’on appelle le système des « réserves fractionnaires »]

Le revers de la médaille n’est pas seulement l’insécurité de nos dépôts bancaires, mais une montagne de dettes qui grossit sans cesse, qui est de plus en plus difficile à rembourser et dont souffrent principalement les salariés. Car la plus grande partie de la richesse nouvellement créée n’irrigue pas l’économie réelle, où la majorité gagne son pain quotidien, mais la finance qui permet de réaliser des gains rapides. (…)

Le privilège de la création monétaire draine des sommes considérables dans des poches privées alors qu’elles devraient revenir à la collectivité. L’article 99 de la Constitution (…) n’inclut pas la monnaie scripturaire (…). C’est cette lacune que les initiateurs veulent corriger. Le 100 % monnaie est ainsi appelé car toute la monnaie, même la monnaie scripturaire, est garantie par la banque centrale, et pas seulement 2.5 %. C’est pourquoi cet argent est à l’abri des faillites bancaires. L’idée selon laquelle un tel scénario ne pourrait se produire que dans les pays du Sud de l’Europe, fortement endettés, mais pas dans l’opulente Suisse est malheureusement une illusion. (…)

Bien qu’il paraisse révolutionnaire, ce concept n’est pas nouveau. Dans les années 1930, une large majorité de professeur d’économie américains se sont prononcés pour le « 100 % money » pour sortir de la crise. Dans une étude du FMI de 2012, le contrôle étatique de la création monétaire a été préconisé. (…)

Pourtant, les obstacles à cette initiative sont considérables : la compréhension générale de la vraie nature de l’argent bancaire est faible, même parmi les banquiers et politiciens qui devraient bien connaître le sujet. Les médias y portent peu d’intérêt, en particulier ceux qui vivent de la publicité pour les banques. Et les banquiers n’ont absolument pas intérêt à se soumettre à un débat public sur leurs privilèges insoupçonnés (…). Les initiateurs et leurs conseillers économiques (dont quelques professeurs émérites) sont ainsi dépendants du soutien des rares personnes qui sont conscientes des énormes enjeux de la création monétaire. Jusque là, 40 000 signatures [47 500 à ce jour] et 30 000 francs de dons ont été recueillis, ce qui est encore insuffisant. (…) »

Pour plus de renseignements et un suivi de cette initiative : http://www.vollgeld-initiative.ch/?&L=1

En quoi est-ce révolutionnaire ? Comme l’expliquent André-Jacques Holbecq et Philippe Derudder dans La dette publique, une affaire rentable, (1) le système bancaire vampirise littéralement l’économie réelle en ponctionnant des sommes considérables et parfaitement indues, par l’entremise de la dette publique. Un Etat n’a pas besoin d’emprunter aux banques privées, il peut se prêter à lui-même, sa banque centrale peut créer la monnaie dont il a besoin pour financer les services publics, puis la détruire en se remboursant (l’opération n’est donc pas inflationniste). Le tout sans intérêts.

Or, voici que notre souveraineté monétaire a été transférée à l’Europe donc la banque centrale s’interdit de financer directement les Etats (art. 104 du traité de Maastricht, confirmé par l’art. 123 du traité de Lisbonne), les obligeant à emprunter à des banques privées moyennant des intérêts dont le taux varie en fonction de la confiance des investisseurs dans la capacité de remboursement du pays : la crise grecque n’a pas d’autre origine. Quant à nous, qui bénéficions d’un taux faible, notre stock de dette avoisinant les 2000 milliards d’euros nous coûte quand-même près de 50 milliards d’intérêts par an ! Oui, vous avez bien lu : cela fait une saignée de 130 millions PAR JOUR, et sans que le premier centime du principal ne soit remboursé ! La dette publique n’est d’ailleurs pas faite pour être remboursée, mais pour assurer une rente ad vitam aeternam aux titulaires des emprunts d’Etats, qui ne peut être extorquée qu’en sacrifiant les besoins légitimes de la population en matière de santé, d’éducation, d’infrastructures, etc. En ce sens, il est (à moitié) faux d’affirmer que la dette pèsera sur les générations futures : elle pèsera sur les enfants des pauvres (ceux dont les services publics sont le seul patrimoine) mais profitera aux enfants des riches qui pourront continuer à ponctionner une part considérable de la richesse nationale. C’est pourquoi les milieux populaires et les classes moyennes ont un INTERÊT VITAL à ce que la monnaie soit déprivatisée !

Si cette initiative suisse réussit, elle ne manquera pas de donner des idées à toute l’Europe, et l’outil qui aura permis d’arracher la création monétaire aux banques, le référendum d’initiative citoyenne, deviendra une revendication incontournable (2). Autrement dit : c’est l’avenir de la démocratie sur tout le continent qui est en jeu !

 

(1) Voir ce blog : http://postjorion.wordpress.com/2013/03/03/270-holbecq-que-serait-la-dette-publique-devenue/

(2) Pour rappel, l'association Article 3 (www.article3.fr) a le référendum d'initiative citoyenne pour seule revendication.



217 réactions


  • leypanou 19 février 2014 15:41

    Excellente information que peu de forumeurs savent probablement.

    En particulier, en France, l’interdiction pour la banque centrale de pouvoir prêter directement de l’argent à l’état date de 1973, du temps de G Pompidou, ex-salarié de la Banque Rotschild. et cela a été « constitutionalisé » dans les traités. Effectivement, les intérêts de la dette deviennent une rente ad vitam aeternam pour les banques et sous prétexte qu’il faut rembourser la dette, les citoyens sont « plumés » par de l’asservissement volontaire par les dirigeants vassaux de la finance internationale. Même Larrouturou -catholique de gauche- qui n’est pas d’extrême gauche trouve que c’est aberrant (cf roosevelt2012).

    La question de la restructuration de la dette n’est que plus d’actualité (cf F Chesnais les dettes illégitimes).


    • Camille DESMOULINS Camille DESMOULINS 19 février 2014 16:53

      J’avais rencontré Pierre Larrouturou mi-novembre. Il est favorable au référendum d’initiative citoyenne. Malheureusement il n’a pas signé la pétition d’article 3 (www.article3.fr/petition) mais je suppose qu’il avait fort à faire avec le lancement de son nouveau parti deux semaines plus tard. D’ailleurs « Nouvelle Donne » confirme ses bonnes dispositions démocratiques car le RIC figure à son programme. Puisqu’ils veulent faire leur baptême du feu électoral lors des européennes, ils auraient intérêt à demander la transformation de l’ICE (Initiative Citoyenne Européenne, une fumisterie qui nécessite 1 million de signatures d’au moins 7 pays sur 28 juste pour porter une revendication devant la Commission européenne, laquelle en fait CE QU’ELLE VEUT) en RICE (Référendum d’initiative citoyenne européen), qui donnerait un pouvoir DÉCISIONNEL aux peuples.


    • lsga lsga 19 février 2014 18:09

      Oui... 90% de l’activité industrielle française repose sur la transformation des matières première africaines...

       
      empêchons les Africains de venir travailler en France !
       
      Ah... Vivement qu’un Chavez africain botte le cul de l’impérialisme français...

    • lsga lsga 19 février 2014 19:39

      Quand tu dis « laissons », je ne sais pas de qui tu parles. moi, je suis un prolétaire, pas un bourgeois, je n’ai pas de pouvoir de décision dans cette République.

       
      Quoi qu’il en soit, si l’Impérialisme Français en Afrique cesse, que la bourgeoisie française cesse de financer des guerres civiles en Afrique et d’y installer des dictateurs, alors, les Chinois, les Russes et les Américains se feront un plaisir de RELOCALISER les industries présentent en France en Afrique.
       
      Alors, les Africains travailleront en Afrique. 

    • foufouille foufouille 19 février 2014 21:53

      alors, les Chinois, les Russes et les Américains se feront un plaisir de RELOCALISER les industries présentent en France en Afrique.

      que répondre a cette connerie mondialiste ?


    • lsga lsga 19 février 2014 22:30

      bin que Pétroplus, Continental et consort n’ont rien à foutre en France. Toutes ces industries qui transforment des matières premières africaines devraient être en Afrique.

       
      Vous n’arrivez pas à comprendre ça ? Vous êtes sûr ? Vous qui dénoncez si bien l’impérialisme américain et israélien...

    • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 20 février 2014 05:10

      Si on peut faire du neuf avec du vieux, mieux vaudrait ne pas appliquer le principe en politique... je veux seulement dire que si l’expérience doit servir, que ce soit à l’élaboration d’une politique révolutionnaire par des élus neufs.
      « HOLLANDE DÉMISSION ! »


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2014 08:37

      camille Desmoulins,

      Vous oubliez juste un détail, la Suisse est un pays indépendant et souverain, ni dans l’ UE, ni dans la zone euro. Les Suisses décident ce qu’ils veulent.

      Ce qui montre bien que la démocratie ne peut fonctionner que dans le cadre de la souveraineté et de la Nation.

      Merci de préciser que « Nouvelle Donne » s’inscrit bien dans le cadre de la construction européenne...

      Encore une nouvelle mouture « d’Autre Europe », et d’attrape gogos.
      Critiquer l’ UE, tous les partis le font, cela ne signifie pas du tout qu’ils veulent en sortir, et encore moins qu’ils imposeront les changements aux 27 autres pays, condition pour changer une virgule aux Traités. 

      Depuis 1979, tous les Partis politiques nous promettent qu’en votant pour eux, ils allaient « changer » l’ UE.
      Quand ça change, c’est en pire !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2014 10:54

      Jean François,
      Qu’il vous convienne ou pas, Hollande a été élu, comme Assad, ou comme les dirigeants ukrainiens.

      Le fait de nier sa légitimité vous classe dans les anti-républicains et entre dans le jeu du PS pour démontrer que l’extrême-droite est décidément infréquentable.

      Servir de repoussoir, vous le faites exprès ? ou ça vous vient naturellement ?


    • Camille DESMOULINS Camille DESMOULINS 20 février 2014 13:18

      Fifi, Nouvelle Donne est effectivement un parti européiste, qui a le référendum d’initiative citoyenne à son programme (comme l’UPR d’ailleurs), et qui « pèse » à peu près autant en terme de nombre d’adhérents (plus de 4000). Et je crois que l’un et l’autre devraient mettre l’accent sur le RIC : le jour où la France se dotera de cet outil, rien ne pourra empêcher l’UPR de provoquer un référendum sur la sortie de l’UE, de l’euro et de l’OTAN, et de ce seul fait, l’UE sera OBLIGÉE de se démocratiser (en transformant l’ICE en RICE) pour tenter d’éviter que la sortie de la France ne provoque sa dislocation. Du coup, il sera possible de proposer des alternatives à une sortie de l’euro, comme par exemple une monnaie nationale complémentaire comme le proposent notamment A-J Holbecq ou F. Lordon. Bref, on pourra imposer - à tous les niveaux (local, national, européen) - des politiques favorables aux peuples. Je crois donc que la solution est là : non pas voter pour tel parti ou tel autre (ce qui n’empêche pas d’exercer son « devoir civique » lors des élections), ni même opposer « souveraineté nationale » et « fédéralisme européen », mais un rassemblement du plus grand nombre possible de citoyens pour revendiquer, pour la France, l’outil qui permet aux Suisses de faire la loi dans leur pays ! Ce qui compte, c’est la SOUVERAINETÉ POPULAIRE, qu’elle s’exerce dans un cadre national (pour tout ce qui relève des compétences de l’État) ou fédéral (pour ce qui relève de la compétence de l’UE, et qui ne saurait lui être transféré qu’ avec l’ ACCORD des nations concernées...)


    • Marc JUTIER Marc JUTIER 20 février 2014 15:08

      Cher Camille, je vous rappelle que je suis le seul candidat aux élections présidentielles (candidat aux primaires citoyennes organisées par le Parti Socialiste de 2016 et de 2021) qui défend le « 100 % Money » !

      Pétition pour que l’argent serve au lieu d’asservir  : http://chn.ge/MMb6En
      Plaidoyer pour un nouveau projet socialiste - version en ligne : http://bit.ly/H1eUB6


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 février 2014 09:15

      camille Desmoulins,
      Je crois que vous prenez le problème à l’envers. Comment faites-vous pour imposer le RIB ? Pour qu’un gouvernement décide du RIP, il faut vivre, comme les Suisses, dans un pays souverain. La Suisse a refusé d’entrer dans l’ UE et dans l’euro.

      Il faut donc d’abord sortir de l’ UE pour retrouver la souveraineté.

      Si vous lisez le programme de l’ UPR, c’est l’article 1er :
      « sortir de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN », qui conditionne tous les autres, dont le referendum d’initiative populaire.

      Vous comptez sur Hollande ou Sarkozy pour voter le RIB ?

      Ou sur « Nouvelle Donne » ? qui appâte le chaland avec une mesure qui intéresse tout le monde, mais sans dire que l’ UE n’acceptera jamais des mesures démocratiques.

      Les Mamamouchis de Bruxelles sont comme Viviane Reding, « Les Anglais sont bien trop ignorants pour qu’on leur demande leur avis »


    • kimmikchana 21 février 2014 12:45

      bonjour,

      la différence essentielle qu’il pourrait y avoir entre la suisse et la france, c’est que la france est une république.
      je ne connais pas assez les « statuts » de l’europe pour pouvoir savoir si c’est une confédération ou une république !

      pour info :
      Une république est un régime politique où les fonctions de Chef d’État ne sont pas héréditaires mais procèdent de l’élection. Cependant une république n’est pas nécessairement une démocratie.

      démocratie :
      http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mocratie

      et pour info sur la suisse :
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Suisse.

      à retenir : 1291 : date de création de la suisse.

      la confédération actuelle est passée (déjà) par toutes les étapes que traverse l’europe d’aujourd’hui et qu’elle traversera demain...
      grosso modo, la suisse, formée de divers peuples est donc « passée » par les étapes de « république » avant de faire le choix d’être une confédération ou chaque individu, chaque commune, chaque canton est souverain, ce qui donne sa souveraineté à la confédération.

      (la Confédération [suisse], nom propre (allemand die [Schweizerische] Eidgenossenschaft) : nom officiel de l’État suisse, du pays, autrement dit de l’ensemble des 26 cantons et du peuple suisse. Il sied ici de relever que le mot allemand Eidgenossenschaft n’est pas l’équivalent linguistique de confédération. Il est composé de Eid, serment devant Dieu, et Genosse, mot qui désigne jusqu’au milieu du XIXe un compagnon, une personne partageant le même sort, les mêmes intérêts et étant du même rang social. On peut le rendre par « Alliance entre égaux scellée par un serment ». Ce terme ne décrit donc pas un régime particulier.)

      vivant dans ce pays depuis une trentaine d’années, je dirai ceci :

      chaque suisse a raison, et il le sait.
      chaque suisse a le droit à la parole, et il le sait.
      chaque suisse a le devoir d’écouter la raison de l’autre, et il le sait.

      c’est peut être pourquoi il est reconnu une forme de « sagesse » dans le peuple suisse !  ;o)))

      ceci dit, merci pour l’article et l’information qu0il donne au sujet de l’initiative en cours à propos de l’argent !  smiley


    • Camille DESMOULINS Camille DESMOULINS 21 février 2014 21:20

      Je ne compte sur aucun parti, mais seulement sur une mobilisation citoyenne. Le RIC n’est pas incompatible avec l’appartenance à l’UE, puisque la Croatie en dispose aussi (les Croates ont récemment inscrit dans leur constitution, par RIC, que le mariage ne peut se faire qu’entre un homme et une femme...) de même que l’Italie (le référendum abrogatif, pas l’initiative citoyenne). L’UE n’a aucun moyen de s’opposer à ce que le RIC soit inscrit dans la Constitution d’un pays membre (et les élucubration de Viviane Reding n’y changeront rien), cela ne dépend que de nos politicards nationaux, c’est donc sur eux qu’il faut mettre la pression !


    • Camille DESMOULINS Camille DESMOULINS 21 février 2014 21:23

      Merci Kimmikchanna pour ces précisions smiley


    • Louis St O 22 février 2014 13:35

      Il me semble que Nouvelle Donne et particulièrement Larrouturou ne sont pas vraiment ceux qu’ils affichent, en particulier ils disent qu’ils sont contre le Traité de libre-échange transatlantique (GMT) mais il a refusé de voter pour La motion proposée par François Delapierre au Conseil régional d’Ile-de-France qui était contre ce projet. Et qui est tout de même passé (sans la voix de Larrouturou )
      Comme quoi, quand il faut passer aux actes, on voit de suite que représente Nouvelle Donne et qui sont ces gens.


    • Pepe de Bienvenida (alternatif) 22 février 2014 21:23

      Ce qui illustre le dicton préféré de nos zélites : « on n’est jamais si bien seri que par soi-même », repris par ces p... de libertariens.


    • dom y loulou dom y loulou 23 février 2014 14:19

      chaque suisse a le droit à la parole ? 


      vous aimez vous foutre du monde 

      vous n’êtes visiblement pas de l’UDCland 





  • robin 19 février 2014 16:24

    Les organisateurs de cet initiative ont intérêt à se payer une armée de gros bras très bien payés et surarmés.... smiley


  • zygzornifle zygzornifle 19 février 2014 16:48

    Et dire que notre ancien président Sarkofric, pardon Sarkozy à l’époque ou il était avocat d’affaires amenait ses clients fortunés ouvrir des comptes en Suisse permettant ainsi d’échapper au fisc Français , elle est pas belle la vie ? 


  • julius 1ER 19 février 2014 16:52

     La dette publique n’est d’ailleurs pas faite pour être remboursée, mais pour assurer une rente ad vitam aeternam aux titulaires des emprunts d’Etats, qui ne peut être extorquée qu’en sacrifiant les besoins légitimes de la population en matière de santé, d’éducation, d’infrastructures, etc. 

    @ l’auteur
    je vous rappelle que vous êtes entrain de faire du prosélytisme Judeo- Bolchévique c’est l’annulation des emprunts russes par les bolchéviques qui leur a value une méga guerre civile soutenue par les occidentaux et devenir les pestiférés du monde occidental, alors c’est pas gagné .......

    • Camille DESMOULINS Camille DESMOULINS 19 février 2014 17:01

      Les seuls combats perdus d’avance sont ceux qu’on refuse de livrer. Moi j’ai choisi mon camp et mon ennemi, celui des Helvètes judéo-bolchéviques contre l’infâme ploutocratie des banksters et des multinationales ! smiley


    • lsga lsga 19 février 2014 18:08

      les hélvètes judéo-bolchévicks ??? Woooo....

       
      Pour rappel, la principal source de revenu de la Suisse est l’industrie Financière...
      La Suisse est un des repères de l’Oligarchie Financière, pas étonnant que leur population gavé de privilèges financé sur la spoliation mondiale finisse par voter à l’Extrême Droite.
       
      L’argent des Suisses, c’est l’argent des Africains. 

    • Aiane Aiane 20 février 2014 07:37

      Vous dites n’importe quoi !
      Un petit tour sur le net pour vérifier la composition du PIB Suisse, vous éviterait un tel ridicule.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2014 08:42

      Isga,
      Pas du tout, l’industrie financière, puisqu’il faut l’appeler par son nom, c’est 8% du PIB de la Suisse.

      Ce qui prouve aux européistes béats, qu’un tout petit pays, mais indépendant, peut très bien s’en sortir sans l’ Union européenne, ni l’euro.


    • dom y loulou dom y loulou 23 février 2014 14:45

      et de tous les soutiens internationaux des aom de bonne volonté à « l’esprit d’indépendance en défense des petits pays et de la liberté d’expression fraternelle » 

      depuis septante ans, depuis la défunte et bienaimée internationalement SDN elle engrangeait les soutiens dans leur espoir de contrer l’oligarchie impérialiste britanique et leur assurait leur aura de « peuple humaniste épri de liberté »

      pfff

      l’UDCland n’en a jamais eu cure

      aussi peu que de l’esprit de vérité piétiné, spolié, insulté depuis treize ans

      qu’ont droit de voir tous les soutiens ?

      comme l’UDCland est persuadé que sa « bombance triomphante » reviendra... 

      les soutiens apprécieront


      et leur croyance indéboulonnable que wall street aime tant leur démocratie directe... on croit rêver après tant de mise en lumière...


      après s’être laissés plafonner leur monnaie sous dictat londonien, voilà que l’UDCland a jeté TOUS ses soutiens dans le gouffre de wall street 

      et leurs chefs ont bradé l’or en piétinant la constitution suisse qui stipule que tout mouvement de l’or des suisses devait passer par vote populaire !!

      ... mais en ne sachant pas dire un simple « merci » à leurs bienfaiteurs, ne voulant même pas ni les voir ni les connaitre

      ...

      que demandent-ils aujourd’hui vous dites ? intéressant


      bon courage on leur souhaite


  • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 19 février 2014 17:33

    Excellente nouvelle ! Espérons qu’ils réussiront ! Je vais contacter mes amis suisses...


  • lsga lsga 19 février 2014 17:48

    Oui oui, c’est sûr, quand on a un problème dans l’appareil de production, la solution c’est d’imprimer des bouts de papiers, d’écrire des symboles dessus, et de tourner autour en faisant des incantations...

     

     
    Il est temps que les ingénieurs remplacent les banquiers et leurs pseudo-science financière. Il ne faut pas nationaliser la Finance, il faut l’abolir et la remplacer par une institution scientifique.

    • Camille DESMOULINS Camille DESMOULINS 19 février 2014 19:05

      Isga, il ne s’agit pas de faire fonctionner la planche à billets pour remédier à des problèmes de l’appareil productif, mais d’arracher la création monétaire aux banques privées (qui est à l’origine de bulles financières qui, lorsqu’elles éclatent, impactent gravement l’économie réelle...) pour la réserver à la banque centrale, comme ça a toujours été le cas ! C’est la seule façon de garantir les dépôts des épargnants (rappelez-vous l’affaire chypriote en mars 2013) et de financer l’économie au lieu de la spéculation ! C’est enlever aux banques le principal argument de leur chantage : « sauvez-nous avec l’argent du contribuable, ou tout le système s’effondre ». Lisez Frédéric Lordon ou André-Jacques Holbecq. Les initiateurs suisses de cette proposition de loi ont tout compris, et je le répète, si elle passe le seuil des 100 000 signatures, c’est de la dynamite !


    • lsga lsga 19 février 2014 19:17

      mais rendez à César ce qui est à César....

       
      Il faut abolir la Finance, remplacer les banquiers par des ingénieurs de production. Pas besoin « d’argent » pour gérer la production. On a besoin de matières premières, d’énergies, de compétence... Pas de bout de papier...

    • Camille DESMOULINS Camille DESMOULINS 19 février 2014 19:35

      Certes, mais on produit pour échanger, et pour les échanges on a besoin de monnaie (à moins bien sûr de revenir au troc, mais c’est beaucoup moins pratique smiley )


    • lsga lsga 19 février 2014 19:40

      les échanges ?

       
      La distribution. 

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2014 09:06

      Camille Desmoulins,
      Ne vous excitez pas trop.
      C’est surtout la preuve que le système monétaire va s’effondrer... .

      Et que les plus malins, ou les mieux informés, prennent leurs précautions et comptent bien servir de refuge quand tout ce machin européen s’effondrera.

      Airbus vient de racheter une petite banque allemande sans grand intérêt apparent, sauf d’y mettre ses économies à l’abri en cas d’éclatement de l’euro.
      Ses euros seront remboursés ... en marks !

      Enfin... , en marks, si la Bundesbank peut rembourser les montagnes d’euros venant des pays en faillite, et qui ne vaudront sans doute plus un kopeck...

      Autre mauvais signe, ou bon signe, c’est selon, tous les Italiens (particuliers, pas les entreprises) qui reçoivent de l’argent de l’étranger seront taxés à 20% sur ces sommes. A charge pour eux de démontrer qu’il ne s’agit pas d’argent sale.

      Dans un pays de droit, on commence par prouver que vous utilisez de l’argent sale, et on vous condamne après. Là, on taxe avant sans preuve, ça va plus vite !
      La démocratie progresse à grands pas dans notre belle Europe....

       « L’éclatement de la zone euro » par Asselineau

      « L’éclatement de la zone euro » par Paul Jorion


  • tf1Groupie 19 février 2014 21:25

    Un truc de bisounours, normal qu’on n’en parle pas....


  • tf1Groupie 19 février 2014 21:29

    Juste une remarque : les Suisses ont décidé il y a quelques années de réduire et contrôler leur dette... et ça marche, et ça non plus on n’en parle pas beaucoup sur les médias, et bien sûr encore moins sur les médias citoyens.


  • spartacus spartacus 19 février 2014 21:36

    Grande fumisterie de gauche du moment, créer de la monnaie...Les gauchistes veulent créer en France un « Vénézuéla ». Émeutes, inflation ubuesque, pénuries, marché noir, interdiction des achats de devises étrangères, et déliquescence du pays.

    Hélas comment faut il leur expliquer qu’émettre de la monnaie par l’état ne sa valeur ne créera pas un seul centime de plus de richesse

    Juste une terrible inflation terrifiante et une population à la merci du clientélisme comme au Venezuela....Et la transformation de la monnaie du pays en monnaie de singe.

    A votre avis pourquoi on est on arrivé a décider que les banques créent la monnaie ? 
    Simplement par la constatation qu’après plusieurs guerres mondiales 
    et de population ayant tout perdu dans l’inflation c’était « moins pire » que la création monétaire par les états.

    Simplement parce que la banque se fait rembourser et entraîne la responsabilité de la destruction monétaire contrairement à l’état qui agit en fonction des groupes de pression qui ne réalisera pas la destruction monétaire et entraînera une baisse de la valeur de la monnaie.

    Vous croyez qu’un gouvernement n’est pas prêt pour un gain « politique » à tomber dans la facilité de la création monétaire pour satisfaire sa ré-élection ? Donc a baisser sa valeur et créer de l’inflation.

    • lsga lsga 19 février 2014 21:47

      On ne peut pas créer un Vénézuela en France.
       

      Le Vénézuela a des matières premières et des ressources énergétiques. Ils peuvent donc être socialiste à leur petit échelle : gérer scientifiquement ces ressources.
       
      En France, il n’y a rien à gérer scientifiquement. 


    • Bluezy Bluezy 19 février 2014 22:15

      aaaaahhhhhh Spartacus !! tu n’en as pas marre de venir ici et râler systématiquement à tort et à travers ? ... à croire que ce n’est que par esprit de contradiction, à moins que ça te plaise de te faire du mal ....

      m’enfin !! comment peux-tu écrire une telle ineptie ? :
      « Hélas comment faut il leur expliquer qu’émettre de la monnaie par l’état ne sa valeur ne créera pas un seul centime de plus de richesse. »

      Parce que l’argent-dette en a créé de la richesse ?? (mis à part pour la phynance)
      Pffff ... tu es fatiguant à force ...
      En plus l’article parle de créer de l’argent ayant une valeur réelle plutôt qu’une monnaie basée sur du vent, comme c’est le cas actuellement ...

      et puis, agiter l’épouvantail de l’inflation dès qu’il est question de remettre en question le système mortifère actuel  !! quand je te lis j’ai l’impression de regarder TF1.


    • lsga lsga 19 février 2014 22:30

      Bin Spartacus a raison : imprimer des billets ne créé pas de richesses. 


    • davideduardo davideduardo 20 février 2014 04:12

      c est vrai, ça ne crée pas de richesses , mais ça aide a mieux les répartir.

      et si l état fait bien son travail, qu il relance dans les secteurs pauvres et en demande de consommation et dans les industries productives, ça aidera a en créer.


      Quand a remplacer l échange par la distribution centralisée, le peuple n en veut pas, 
      il veut garder l échange a dimension humaine plutôt que la froideur d une distribution étatique.
      Ce que veut la plupart des gens c est de l équité, c est a dire qu un travail fatiguant soit rémunéré a sa juste valeur, une certaine méritocratie, mais que d autres personnes ne gagnent pas 10000 fois leur salaire.

    • spartacus spartacus 20 février 2014 08:58

      « si l’état fait bien son travail ».....c’est bien cela le problème.

      L’état n’agit pas en fonction de l’intérêt général mais de l’intérêt « politique ». 

      La règle est immuable depuis que l’homme existe.
      Quel que soit le système que vous mettez en place, vous devez toujours partir du principe que celles et ceux auxquels il est supposé s’imposer l’exploiteront au mieux de leurs intérêts.
      L’état étant géré par des individus.....
      La création monétaire par l’état est obligatoirement clientéliste. Par les banque elle reste neutre.

      Quand a l’argumentation sur les intérêts prélevés par les banques, que l’emprunt soit avec ou sans intérêts, le panier percé rembourse aussi mal l’un que l’autre. 
      Par contre s’emprunter a un tiers oblige a rembourser et entraîne la responsabilité....
      Et pas sur que les intérêts demandés par la banque de France coûte moins cher qu’avec des banques privées. Vous savez les monopoles....Regardez si votre facture EDF ou GDF diminue.



    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2014 09:09

      Isga,
      Et la Suisse, elle a les ressources du Venezuela ?
      « L’économie suisse »
      Elle n’a surtout, ni les Traités européens, ni l’euro sur le dos.


    • spartacus spartacus 20 février 2014 10:26

      La Suisse est un plutôt « libéral ».

      Pas de sécu étatique et la création monétaire est privée.

    • Antoine Diederick 20 février 2014 12:09

      vieille question, l’Etat développe-t-il une politique en fonction de l’intérêt général, y -at-il opposition entre le politique et le bien commun...

      comme il est impossible d’évacuer le politique et comme il est impossible d’évacuer l’intérêt général...

      comme il serait impossible pour un Etat de se passer d’une Constitution, de se fonder sur un ensemble d’énoncés qui donne un sens.

      si le principe de dérégulation est chère aux néolibéraux, il viendra toujours un moment où l’Etat aura le devoir d’assurer une pérennité....et donc

      le management ne peut remplacer totalement les dispositifs démocratiques car la finalité d’un Etat n’est pas la même que celle d’une corporation.


    • Jimmy 20 février 2014 12:37

      on peut constater qu’Isga et Spartacus = même combat


    • spartacus spartacus 20 février 2014 16:28

      La notion d’intérêt général que l’alibi de l’exploitation du reste de la société par la caste privilégiée de fonctionnaires et bureaucrates.

      L’intérêt général n’existe pas !. 
      Ce qui existe c’est seulement « l’idée »que certains se font de ce qu’est à leurs yeux l’intérêt général. 
      Celui-ci ne peut pas se définir sur leurs seuls apprioris.

    • julius 1ER 22 février 2014 13:08

      La création monétaire par l’état est obligatoirement clientéliste. Par les banque elle reste neutre.
      @Spartacus
      Les perles de Spartacus......., il va falloir bientôt faire une anthologie de toutes celles que tu assènes à longueur de forums, encore une qui vaut son pesant de cacahuètes.....les banques privées plus vertueuses que l’Etat, là je dois dire qu’il faut un sacré aplomb pour sortir des inepties aussi énormes, continues à entretenir l’hilarité générale Spartacus, tu me diras après tout que les rois avaient bien « leur bouffon » ...........

    • dom y loulou dom y loulou 23 février 2014 15:11

      il nous faut alors parler de l’UCC, the unified commercial code, si vous prétendez changer la donne de l’esclavage programmé

      car nous n’existons tout simplement pas pour ce système


      Voyez, nos permis et passeports représentent un homme de paille que ces lois commerciales PEUVENT régir, votre nom représente cet homme de paille, pas votre personne humaine

      car les lois commerciales n’ont aucun statut légal pour régir les hommes de chair et de sang 


      ne vous demandez plus après cela pourquoi vous avez tous les jours cette sourde impression que les « magistrats » (terme désignant un administrateur de corporation pour eux) que votre état piétine sa constitution sans arrêt

      ces « magistrtats » ne suivent pas les lois de nos états depuis 1938 !!

      l’UCC fut introduite en 1938 partout en occident sans doute

      une vieille loi romaine qui stipule surtout que si « tu empruntes, tu rembourses »

      et voyez les montagnes de dettes qu’ils ont construit sciemment

      fameux non ? ils comptent nous faire rembourser EN NATURE (leurs dettes accumulées) après avoir torpillé toute valeur réelle


      les abysses de ce système complètement corrompu sont bien plus profonds que vous ne pensez


      the great deception

  • le crocodile 19 février 2014 21:39

    L´Islande l´a fait et ça a très bien marché , pourquoi pas la Suisse .


  • kéké02360 19 février 2014 21:49

    merci d’aider cette homme en partageant ce lien avec un maximum de monde !!

    c’est ici :

    http://ipsn.eu/petition/viticulteur.php


    • Camille DESMOULINS Camille DESMOULINS 20 février 2014 13:27

      Bonjour Kéké, j’ai partagé cet appel sur ma page Facebook. (déjà plus de 250 000 signataires !) Le jour où nous pourrons susciter une mobilisation aussi massive contre les CAUSES du mal plutôt que les SYMPTÔMES, ce sera gagné ! C’est le référendum d’initiative citoyenne qui permettra d’abattre la puissance des lobbies agrochimiques qui nous empoisonnent pour préserver leurs bénéfices ! Voyez la grosse claque que les Suisses ont donné en 2005 à Monsanto en interdisant les OGM sur leur territoire grâce à une votation ! (Bon, Monsanto se rattrape en fourguant ses saloperies à des pays moins démocratiques...)


  • Sylvain62 19 février 2014 21:52

    Une actualité digne de ce nom, puissent les suisses faire le choix de la raison. 


  • eau-du-robinet eau-du-robinet 19 février 2014 22:06

    Bonjour Camille,

    Je tiens à signaler que l’UPR propose dans son programme de libération nationale à
    réattribuer à la Banque de France son rôle normal de financement de l’État et des collectivités locales (mesure 6).

    Programme de Libération Nationale - UPR


    • Camille DESMOULINS Camille DESMOULINS 28 février 2014 14:09

      Bonjour eau du robinet,
      Je suis au courant, j’ai pas mal d’amis de l’UPR sur Facebook... Il me semble qu’on pourrait rétablir le franc sans forcément sortir de l’euro, mais en tant que « monnaie nationale complémentaire » dont la parité avec l’euro serait périodiquement réévaluée, c’est une solution préconisée notamment par Frédéric Lordon. De toutes façons, je vois mal comment on pourrait sortir de l’UE, de l’euro et de l’OTAN si on ne dispose pas du référendum d’initiative citoyenne pour légitimer de telles décisions... On peut aussi attendre que François Asselineau soit élu président, mais ça me paraît difficile non pas au regard de ses mérites personnels, mais des institutions de la Vème République (scrutin majoritaire) qui favorisent le bipartisme...


  • joletaxi 19 février 2014 22:26

    Comme tout est simple sur avox

    j’emprunte à la banque, elle émet fictivement un peu de pognon, et elle se sucre.

    juste une question :
    lors de la crise bancaire,comment se fait-il qu’elles ne se sont pas créé un peu de monnaie ?
    Quand Lheman fait faillite,pourquoi ils ne se sont pas créé un peu de fric ?
    Ils n’avaient pas lu les théories financières sur Avox ?

    Curieux que cette légende urbaine circule encore

    Concernant la dette , elle est détenue par qui à votre avis ?
    les banques ? en partie
    les fonds de pension, un gros paquet(les économies de toute une vie de dur labeur)
    les compagnies d’assurance, un gros paquet aussi.
    les français ? très peu, pas très patriotes hein pas comme les japs.

    Bref,la dette, c’est en partie le fruit du boulot des gens.Ils touchent une rente ?
    manquerait plus que ça !

    Vous aurez beau gesticuler, il faudra continuer à casquer, quitte à faire faillite, comme l’argentine, l’islande, .... la liste est grande ouverte.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2014 09:31

      Jo,
      C’est en prêtant de l’argent (qu’elles n’ont pas) que les banques créent de la monnaie.

      Ceci explique que les banquiers essayent toujours de fourguer des crédits, même à ceux qui ne peuvent pas rembourser. D’où la crise des subprimes.

      C’est l’article 123 des Traités européen qui interdit aux Etats d’emprunter à leur Banque Centrale à taux 0%.

      Créant de fait une dette artificielle, les banques et les marchés empochent les intérêts, ce qu’ils ne pourraient pas faire avec la Banque de France.

      « La création monétaire » site bancpublic.be


    • spartacus spartacus 20 février 2014 10:33

      Vous faites comme la majorité des Français qui ne comprend pas l’économie, vous confondez le « percepteur » et le « propriétaire ».


      La banque empoche juste des « frais bancaires » sur les intérêts. Les intérêts sont la propriété des porteurs de dette de l’état. Quand vous avez une assurance vie, vous êtres porteur de FCP. Vous recevez alors les intérêts des FCP que vous possédez, moins les frais bancaires....

      C’est comme les charges sociales, les gauchistes croient qu’elles appartiennent aux entreprises.....

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2014 10:42

      Spartacus,

      Les 50 milliards d’intérêts de la dette que les contribuables français, dont vous je suppose, payent chaque année, n’existent donc pas ? C’est une invention ?

      « Evolution de la dette, avec et sans intérêts » l’écart entre les deux indique le montant des intérêts cumulés.


    • Antoine Diederick 20 février 2014 12:15

      pour moi les charges sociales appartiennent au travailleurs....ce sont de « mauvais gauchistes » qui pourraient penser autrement smiley

      les charges sociales sont la concrétisation d’une solidarité...c’est de l’ingénierie sociale

      évidement elles viennent peser sur le coût du travail...mais bon vaut mieux un travailleur en bonne santé qu’un éclopé non productif smiley

      fô savoir ce qu’on veut smiley


    • Antoine Diederick 20 février 2014 12:18

      ..et il faut considérer aussi que le secteur santé est....économique lui-aussi.


    • spartacus spartacus 20 février 2014 13:25

      @fifi brind acier

      La dette elle appartient à celui qui l’a acheté
      Quand l’état paye les intérêt il donne l’argent a ceux qui l’on acheté par l’intermédiaire de produits bancaire, comme un livret A, des FCP ou une assurance vie.
      La banque ne fait que le rôle d’intermédiaire entre l’émetteur de dette (l’état) et vous (le particulier) qui l’achetez pour faire fructifier vos économies à 2%. Elle ne possède en aucun cas la dette !

      Même Antoine Dietrich qui est un gauchiste comme vous est obligé de l’admettre. C’est exactement comme les charges sociales. Elle n’appartiennent pas à l’employeur, mais à l’assurance sociale.

    • Antoine Diederick 20 février 2014 14:06

      @ Spartacus, je ne suis de gauche, mais , sauf votre respect, il faut tout de même considérer économiquement que la valeur « travail » joue dans les 2 sens, prestataire et prestateur . Le travail a valeur économique .

      L’assurance maladie est un dispositif d’organisation d’une solidarité mais ne possède pas ce qu’elle traite pour elle même mais gère les flux de redistribution.


    • Antoine Diederick 20 février 2014 14:10

      a Spartacus, ne tournez pas autour du pot, la banque actuelle est un agent économique d’accord, mais aujourd’hui elle dépasse son rôle, nous lui avons octroyé une facilité dont elle semble abuser , la crise financière le montre.


    • Antoine Diederick 20 février 2014 14:14

      euh, quand vous avez créance sur quelqu’un (personne morale ou physique), il y a dette , votre créance l’établit.


    • la vergonha 20 février 2014 14:24

      @spartacus

      Enfin quelqu’un qui a un raisonnement logique sur cette page smiley

    • spartacus spartacus 20 février 2014 15:36

      @antoine diederick

      L’assurance maladie n’est qu’une vulgaire assurance qui gère des flux. Elle ne soigne personne, ne construit pas des hôpitaux et n’a de « social »que le nom.

      La crise bancaire est une crise Keynésienne. C’est l’état qui a imposé a des banques sous tutelle (Freddy Mac et Fanny Mae) a prêter a des gens qui n’en avaient pas les moyens. 
      C’est interventionnisme des états (socialisme) qui a demandé à les sauver. Comme vous l’indiquez les droits « qu’on lui a donné »....La banque n’a que des droits qu’on lui donne. Nous sommes bien dans une crise du « Keysianisme » qui prone l’interventionnisme sur le marché". La créance est la dette de l’état. 

    • Neg8 Neg8 21 février 2014 12:30

      @ Spartacus : ok avec vous concernant le rôle de Freddy Mac et Fanny Mae, toutefois le politique des subprime s’inscrivaient dans une politique de relogement privé (logique libérale) au contraire d’une logique interventioniste via des logements sociaux (logique socialiste).

      Cependant ce qui a déclenché la crise des subprime c’est le choix de l’administration Bu$h (qui ne sont pas des socialistes - cessez vos fixettes quasi dogmatique !) de laisser tomber en faillite le domino Lehman Brother avec les conséquences que nous connaissons encore ajd’hui..

      Si je vous suis bien, vous êtes contre l’interventionisme etatique de manière générale et donc contre le procédé de mutualisation des pertes provenant des banques privées ? Ou alors vous êtes ok avec la privatisation des bénéfices et ok avec la mutualisation des pertes ? Est-ce que vous êtes conscient que cela représente une arnaque qui permet aux banques d’exiger cette mutualisation (le pire c’est qu’il n’ont même pas le besoin de le demander !), voyez le hold up du siècle que les contribuables européens ont été victime suite à cette logique de mutualisation.

      Nous avançons vers une fusion du capitalisme (privatisation) et du communisme/socialisme (mutualisation), la thèse et l’antithèse pour arriver à cette synthèse (fusion). Croyez-vous sincèrement que cette fusion se fera dans l’intérêt des peuples ?!? C’est bien cela qu’il faut changer et l’Islande est un excellent exemple !

      Je suis toutefois d’accord avec sur la (re)nationalisation de la création monétaire. Cela n’est pas suffisant car le politique peut l’instrumentaliser (lhistoire le démontre). Il faut en effet baliser un max avec droit de regard et audit citoyens.


    • julius 1ER 22 février 2014 13:26

      @joe 

      pour ta gouverne , on va te rappeler que la FED est un consortium bancaire et non pas une structure étatique comme le nom pourrait le laisser penser, les malheureux présidents américains qui ont eu l’idée de vouloir changer cela se sont tous faits« dézinguer ».......
      d’autre part s’ils ont laisser couler « Leman Brother » ce n’est pas de gaïté de coeur, mais simplement par rapport au peuple américain( qui bien qu’étant malheureusement assez crétin en matière d’économie) n’aurait pas bien compris que tout continue comme avant et que les casseurs ne soient pas les payeurs...... c’est en quelque sorte l’os qu’on lui a laissé à ronger, d’ailleurs dans les milieux économiques cela n’a pas été si bien compris que çà ..
      en fait pourquoi seulement Leman passé à la trappe, ???????????????
      les banques privées malgré toutes leurs turpitudes ne voulaient pas que Leman soit sacrifiées, ce qui en dit long sur le système ...... et c’est pour çà que nous aurons à nouveau une méga-crise bancaire dans quelque temps car il n’y a eu aucune réforme du système bancaire....... alors si les Suisses veulent changer le règles c’est qu’ils ont compris cela, ils sont moins bêtes que nous c’est tout !!!!!!!!!!!!!

    • AlainV AlainV 22 février 2014 13:40

      Les insultes de Démosthène n’auraient pas dû passer la modération.


    • julius 1ER 22 février 2014 18:38

      @ spartacus

      non Spartacus, le principal responsable de la crise des subprimes, c’est le taux variable !!!
      c’est sûr que dans les périodes fastes emprunter à 2% ou 3% et se retrouver avec des taux passant les 10% ce n’est pas la même chose.D’ailleurs s’ il fallait faire quelques comparaisons, tes affidés Spartacus nous vantaient le merveilleux marché parce que en 2011/12 les états dont le notre pouvait emprunter à des taux très bas du genre 0,1%
      sauf que la moyenne depuis 30 années est autour de 5% l’an, d’où le gonflement de la dette d’ailleurs certains spécialistes disent que les taux pourraient atteindre jusqu’à 7% en cas de dégradation continuelle de la situation économique en France, alors appliqué à une dette de 1900 milliards çà ne donne pas la même chose que si la BCE finançait directement les états à 0,001%, d’ailleurs si la Grèce est dans une telle panade c’est que l’état grec emprunte à des Taux de 9%, ce qui est totalement criminel, il existe des époques où l’usure était considéré comme un crime.. 

    • anar75 anar75 23 février 2014 11:09

      Il faut dire que vu que tf1 machin bosse pour des banques, on comprend que certains puissent en avoir de le voir déblatérer des idioties à tous bouts de champs.

      Jp morgan est actionnaire de tf1 à raison de 10 % (bouygues 42 %, vous savez, un des arnaqueurs qui vous fourguait des abonnements à plus de 100€).

      Allez stop tf1, tu peux retourner endormir les moutons...


    • dom y loulou dom y loulou 23 février 2014 15:31

      le cul de rihanna dans un écran c’est sans doute mieux comme « débat citoyen » ... 

      quand tout espace de débat officiel, tout endroit d’échange ouvert, libre et gratuit a été détruit jusqu’en suisse

      tout est manoeuvré par les chèvriers Habsburg aujourd’hui

      jusqu’à agorevox, je vous l’accorde, merci de nous le rappeler


    • Camille DESMOULINS Camille DESMOULINS 28 février 2014 14:13

      Voilà, le commentaire insultant a été signalé. Désolé pour ce retard, je m’étais absenté du site quelques jours...


    • LEELOO Shawford43 28 février 2014 14:19

      Camille, tu es en train de me piquer mes moulins de la Caraïbe que j’ai emprunté à .. je sais plus, incapable d’extraire de ma mémoire un auteur que j’ai pourtant sur le bout de la langue.. que j’aimerais tout autant avoir sur celles de Rihana. C’est con, non ?


  • goc goc 19 février 2014 22:46

    @ l’auteur

    merci pour cet article

    juste une petite précision : ce n’est pas le crédit qui crée l’argent mais le remboursement du crédit (et surtout le paiement des intérêts). Donc les prêts interbancaires sont une vaste fumisterie destinée juste à minimiser le taux de couverture en créant de la fausse monnaie


    • Camille DESMOULINS Camille DESMOULINS 28 février 2014 14:15

      Il semblerait d’ailleurs que Paul Jorion ne partage pas l’avis de Paul Grignon sur l’argent-dette, c’est ce qui ressort, d’après un de mes amis, de son livre « L’Argent, mode d’emploi »...


  • SamAgora95 SamAgora95 20 février 2014 00:15

    Ce n’est pas le fait de créer de l’argent à partir de rien qui est un problème puisque l’économie et donc le progrès d’une société repose sur un principe universel qui est le suivant :


    J’ai une idée qui peut apporter de la richesse à la société, mais j’ai besoin d’un financement pour la concrétiser ! La banque crée de l’argent virtuel qui deviendra réel lorsque mon idée de génie m’aura permit de rembourser le prêt ! c’est ainsi que les société progresse, si tous se passe bien le quantité d’argent en circulation devrait normalement représenter la richesse réelle de la société ! le « seul » gain de la banque étant les intérêts que le prêt a produit, qui représente le risque pris par la banque ! Si le projet échoue la banque doit prendre ses pertes !
    Ceci est vrai pour un individu ou une entreprise mais pas pour l’état !

    C’est justement là où l’auteur à raison, on ne comprend pas pourquoi l’état s’oblige à emprunter à des banques privés avec intérêt ? Puisque de tout façon c’est toujours le peuple qui paie les pots cassés, c’est donc le peuple qui prend le risque ! alors pourquoi payer des intérêts à une entité privée ?

    Tant qu’à faire pourquoi ne pas emprunter directement à sa banque centrale à taux zéro ? dans ce cas si les choses tournent mal, le peuple n’aura aucun problème à comprendre que les impôts et autres taxes augmentent ou qu’on est un peu d’inflation.

    Le système actuel est totalement fou ! l’état emprunte sur les marchés avec intérêt , et lorsqu’il y a un soucis c’est le peuple qui doit les renflouer, c’est ce que j’appelle un capitalisme truqué !

    Je vous rassure si l’état fait faillit, les petites entités et les individus qui ont souscrit des obligations d’état prendront leur perte, mais pas les grandes banques !

    La loi de 1973 est donc une arnaque à grande échelle, elle est destinée à détourner l’agent des peuples vers des organismes privés chargés de remodeler le monde économique et sociale de notre planète.. A leur image évidemment.

    • Antoine Diederick 20 février 2014 11:15

      ...et bien donc, il s’agit de se reposer cette question :« Un Etat est-il un agent économique comme l’est n’importe quel autre agent économique ? »


  • Laulau Laulau 20 février 2014 07:51

    Tout cela est bien vrai mais je doute que le salut vienne des suisses. Même si ce référendum avait lieu, même si le oui l’emportait. Souvenez-vous, la France à voté NON au TCE et les banquiers en rient encore. Non, pour mettre fin à ce système, la « votation » ne suffira pas, il faudra des piques et des guillotines.


    • Camille DESMOULINS Camille DESMOULINS 20 février 2014 20:13

      Le salut ne viendra pas des Suisses mais de nous-mêmes qui, instruits de l’expérience suisse, revendiquerons avec force - jusqu’à l’obtenir - le référendum d’initiative populaire comme celui dont disposent les Suisses. En effet, la grande différence avec le référendum de 2005, c’est qu’en Suisse LES CITOYENS ONT L’INITIATIVE des référendums ! Si nous en avions disposé, nous aurions pu en lancer un dès le lendemain du vote du Traité de Lisbonne, DONC ce traité n’aurait pas été voté car le RIC, comme la bombe atomique, est une arme de DISSUATION ! smiley


  • jakin 20 février 2014 07:55

    MErci je fais circuler. Voila des actes ! 


  • mortelune mortelune 20 février 2014 08:35

    Excellent !

    J’en profite pour faire un renvoie à mon article agora qui explique comment et qui a créé l’argent dette et surtout pourquoi.

  • claude-michel claude-michel 20 février 2014 08:35

    Hélas..les banques et les marchés sont un monde virtuel avec lequel les politicos-mafieux travaillent...Ce n’est pas demain qu’ils vont se mettre à dos leur gagne pain... !


  • André-Jacques Holbecq André-Jacques Holbecq 20 février 2014 08:38

    Excellente initiative dans l’esprit d’Allais (100% monnaie) et du SMART http://postjorion.wordpress.com/2012/10/31/260-smart-for-you/


  • Fourmi Agile Evrard 20 février 2014 09:09

    Mais vous ne trouvez pas extraordinaire qu’une banque arrive à prêter de l’argent qui n’existe pas à une entreprise, lui permettant de réaliser des investissements !



    • claude-michel claude-michel 20 février 2014 09:11

      Nous vivons dans un monde virtuel...truqué..bidouillé..Une grosse arnaque en somme.. !


    • la vergonha 20 février 2014 14:15

      « Nous vivons dans un monde virtuel...truqué..bidouillé..Une grosse arnaque en somme.. ! »

      Que vous ne compreniez pas n’en fait pas une arnaque !

    • dom y loulou dom y loulou 23 février 2014 15:40

      informez-vous sur l’UCC, unified commercial code, qui vous régit et a remplacé vos lois nationales depuis 1938 


      et transformé les juges indépendants et garants de l’état de droit en valets de corporation impérialiste du common wealth qui poursuit allègre son agenda de dépopulation, sa charcuterie tous azimuts

      et il y en a qui se croient encore en « société »

      plus RIEN de ce qui se passe n’est LEGAL, aussi peu en suisse

  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2014 09:42

    Un article d’ Agoravox de 2012 qui me semble bien expliquer « l’argent dette, instrument de domination »


  • JL JL 20 février 2014 10:34

    Je suis dubitatif.

    Pour deux raisons.

    La première, c’est que cet article mélange pas mal de chose et propage des idées fausses qui n’ont plus cours, à savoir que l’argent serait créé par les banques privées. Ce n’est pas parce que les banques prêtent de l’argent qu’elles n’ont pas, qu’elles créent de l’argent : elles ne créent en réalité que la part d’argent qui les rémunère. En gros, quand elles sont remboursées 110 pour un prêt de 100, elles n’auront créé que 10. Bon, c’est beaucoup, mais c’est le principe des banques. Ce projet y change-t-il quelque chose ?

    L’autre point soulevé : l’article (la votation ?) donne à penser que la cause de nos misères est là. Ce n’est pas démontré : une bonne solution pour éviter bien des problèmes est la séparation des banques de dépôt et des banques d’affaires. Ce projet ne répond pas à la question. Au contraire, il évacue cette solution. Hum ... C’est chelou.

    Enfin une autre question que se pose est la suivante : est-ce qu’une telle initiative ne s’inscrirait pas dans le contexte de la guerre des monnaies ? Et pour le coup, on pourrait se demander qui est à l’origine de cette démarche ... citoyenne vraiment ?


    • claude-michel claude-michel 20 février 2014 10:42

      Une bonne idée sur la séparation des banques de dépôt et des banques d’affaires...on en parle depuis déjà longtemps...mais rien n’arrive et pour cause nous avons à faire a des banques qui ne veulent pas que l’on vienne voir ce qui se passe...l’opacité la plus complète..Nous n’avons que des chiffres virtuels a notre disposition.. !


    • Antoine Diederick 20 février 2014 12:33

      je serais prêt à parier qu’il y a un déséquilibre entre les rentrées fiscales et les dépenses des Etat...et donc que la dette est devenue un mal nécessaire pour maintenir nos pays en état de fonctionnement

      bon , j’ai pas été voir des chiffres...mais

      la question monétaire n’est pas l’unique cause de nos malheurs....je crois c’est vrai...


    • JL JL 20 février 2014 13:21

      Parkway,

      vous dites : ’’1000 euros sur vos comptes deviennent 10.000 euros en prêt, qui seront donc consommés. il y a donc augmentation de la consommation de 9000 euros,’’

      Et comment l’emprunteur remboursera-t-il, selon vous ? En monnaie de singe ? En billets de Monopoly ?

      L’argent qui lui servira à rembourser cet ’argent qui n’en est pas’, l’emprunteur n’ira donc pas le consommer ailleurs puisqu’il ne peut le consommer deux fois ; et pas davantage la banque ne le consommera puisque pour elle, 10 000 - 10 000 = 0. Donc la consommation n’aura pas été augmentée de 10 000 €, mais seulement de 100 € : la consommation des 10 000 € qui vous chagrine aura seulement été déplacée dans le temps, seulement dépensée avant d’avoir été gagnée : la banque ne l’a pas créé, elle n’a fait que l’avancer. Le contexte monétaire dans lequel le relativement petit montant de cette opération s’inscrit, fait le reste.

      Pour plus d’explications, je vous prie de frapper ailleurs : je ne suis pas économiste, encore moins banquier.

      Ps. La prochaine fois que vous mettrez en doute la pertinence de quelqu’un, réfléchissez un peu mieux.


    • Camille DESMOULINS Camille DESMOULINS 20 février 2014 13:37

      Bonjour JL. Il est vrai que la séparation entre banques de dépôt et banques commerciales est une autre piste à explorer aussi, dans la lignée du Glass-Steagall Act de l’époque de Roosevelt. J’ai entendu Pierre Larrouturou critiquer sévèrement (et il n’est pas le seul) la loi bancaire de Moscovici qui n’est qu’un rideau de fumée. Mais justement, quand on est gouverné par des gens qui cèdent aussi facilement aux pressions du lobby bancaire qui s’est déchaîné à cette occasion, comment on fait pour imposer l’intérêt général ? Si vous voyez autre chose que le référendum d’initiative citoyenne, je suis preneur ! On peut considérer que l’initiative suisse sur le « plein argent » est incomplète, mais au moins les Suisses ont l’outil qui leur permettra de combler cette lacune quand bon leur semblera !


Réagir