samedi 13 juin - par Régis DESMARAIS

Un Exécutif en roue libre ?

Un Gouvernement qui méprise sa police commence à rédiger l’acte de décès de l’Etat de droit. La politique actuelle, très inspirée des choix Démocrates aux Etats-Unis, a de quoi inquiéter. Dimanche soir, Emmanuel Macron va distribuer ses sucreries résilientes et sûrement mettre fin à la rumeur de sa démission.

Roue libre {JPEG}

Un mauvais casting au sommet du pouvoir

Louis XVI aurait été un excellent roi s’il avait régné en des temps plus calmes et apaisés. Face aux déchirures d’une société qui se transformait de fond en comble, il n’a pas su prendre les bonnes décisions et notamment accompagner le changement pour en faire un atout dans la modernisation de la Monarchie. Il est vrai, une noblesse accrochée à ses privilèges a tout fait pour empêcher le roi de remettre en cause le système de l’intérieur. Il est vrai aussi, Louis XVI n’avait pas la carrure pour prendre en main son destin et celui du pays. Il est une chose que le roi avait de profondément ancrée en lui, cette chose était la détestation de la violence. Jamais, Louis XVI n’aurait agi contre son peuple. Il n’a pas su comprendre les aspirations aux changements et le vent de l’histoire l’a emporté.

Il est difficile ne pas faire un parallèle entre la situation actuelle et celle d’hier. La crise sanitaire a mis en lumière l’extraordinaire inadéquation du président et de son Gouvernement avec les besoins du pays. En d’autres temps, Emmanuel Macron aurait sans doute été un président sympathique avec lequel on serait allé au théâtre, comme en ce début du mois de mars 2020. Aujourd’hui, il est un président affaibli et pouvant être perçu comme dangereux pour le pays. Depuis le début de la crise, les enchaînements de mauvaises décisions, de déclarations contradictoires et parfois incohérentes ont profondément altérés la confiance que pouvait avoir une grande partie des Français vis-à-vis de leur président et de leur Gouvernement.

La situation est si délabrée que l’on se demande même si dans les couloirs du pouvoir, ne trainerait pas une forme de détestation du peuple, des Français, du pays et de son histoire.

Le sacrifice de la police dans le bûcher des amalgames

D’une façon surprenante, le ministre de l’intérieur a déclaré haut et fort sa défiance vis-à-vis de la police qui serait violente et un peu raciste. Il faudrait interdire des techniques d’immobilisation des individus, développer l’usage du pistolet électrique et pourquoi pas, demain, interdire la possession d’armes à feu. Le ministre n’a pas hésité à envisager de mettre genou à terre pour demander le pardon de ceux qui ont été « offensés » par les policiers.

Jamais le pouvoir exécutif n’avait à ce point marqué une telle défiance envers sa police. Ces déclarations sont dangereuses pour la stabilité du pays et son unité. Il y a des pervers, des racistes, des bandits dans la police ? Oui, certainement, comme il y en a dans toutes les professions. Ces éléments déviants sont-ils majoritaires ? Sûrement pas, car si cela était le cas, nous serions dans une situation proche de celle des Etats-Unis ou chaque jour des américains, et pas que des noirs américains, tombent sous les balles de la police américaine. Imaginez que la police française tue 200 personnes par balle chaque année. Vous auriez alors en France une situation annuelle similaire à la situation américaine en proportion de morts par rapport à la population du pays. Incontestablement, faire une analogie entre les comportements de la police américaine et ceux de la police française est une erreur ou une manipulation. Faut-il être particulièrement sévère en cas de dérapage de la police ? La réponse est oui car cette sévérité est la contrepartie de la violence légitime que possède la police. La sévérité doit être exemplaire car cette violence légitime, ce droit d’être violent et donc d’attenter à des libertés, ne peut être utilisé que pour réprimer des crimes et délits.

Il n’est pas raisonnable de jeter l’opprobre sur toute une profession au motif que quelques individus se révèlent déviants. Que cherche le Gouvernement ? S’agit-il de démobiliser, de démoraliser et d’écœurer des policiers déjà bien meurtris  ? Des esprits simples, nourris aux slogans faciles, crieront « mort au flic » car dans leur représentation mentale, les flics sont ceux qui entravent les libertés et sont aux ordres d'un pouvoir inique. Ces représentations caricaturales de la police oublient que dans un pays sans police, il n’y a plus de sureté (article 2 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen) et que seule règne la loi du plus fort. Le plus souvent, ce plus fort est armé jusqu’aux dents et se moque de la liberté des autres. La police, dans un Etat démocratique, est garante de l’Etat de droit, ce fameux Etat de droit qui incite bon nombre de migrants à venir en France et à quitter des Etats de non droits où il n’y a plus de police mais des milices aux ordres des plus forts.

Les propos du ministre de l’intérieur sont d’autant plus choquants que les policiers exercent leur activité dans des conditions matérielles, humaines et financières indignes d’un Etat moderne respectueux de ses agents et de ses citoyens. Des heures supplémentaires jamais payées, des conditions matérielles de travail indignes et maintenant la déconsidération de leur ministre. Les propos de M. Castaner sont donc honteux.

Un président du chaos bientôt à la télé

Cette diabolisation de la police est mise en parallèle avec des décisions étonnantes : des rassemblements normalement interdits mais tolérés en raison de l’émotion qui serait plus forte que la loi, des prisons vidées pour des motifs sans fondements (encore que le refus de tout traitement possible du Covid-19 soit un bon prétexte pour avaliser ces mesures) et des accusations de violences policières dont l’analyse des faits montre qu’il n’y a pas eu de réelle violence et encore moins d’attitude raciste, du moins en France.

Un étrange parallélisme se fait entre les mesures du Gouvernement et celles édictées par les Démocrates aux Etats-Unis : interdiction de l’hydroxychloroquine, ouverture des prisons, genou à terre etc… Cette parenté de politique a de quoi inquiéter car aux Etats-Unis, la perspective de la présidentielle ouvre la porte à toutes les récupérations, toutes les démagogies et pas seulement du côté Trump. La démagogie semble aussi se développer dans notre pays.

Le président va s’adresser à la Nation dimanche soir. Nous allons assister à de la démagogie de haut vol. Nous allons entendre une énième version de la tolérance zéro vis-à-vis du racisme (et c’est vrai que le racisme doit être combattu), nous allons entendre la résilience du président, nous allons entendre un homme qui est persuadé d’avoir tout bien fait, nous allons entendre un président qui va rattraper son ministre de l’intérieur, nous allons assister à un déballage de sucreries, de guimauves et de pâtes de fruits.

Le président est audacieux. Il veut nous faire croire qu’il n’a pas lu la Constitution et qu’il ne sait pas qu’il est le président donc le chef. Il peut laisser se répandre les rumeurs sur son mécontentement vis-à-vis de son ministre de la santé, de son premier ministre… En fait, tout cela est du spectacle. Le président essaye de se faire passer pour une victime pour mieux attendrir les Français. Peu de gens tomberont dans un piège aussi éculé. Le président a tout validé et a été d’accord avec toutes les décisions de ses ministres. C’est comme ça, c’est la Vème République.

Olivier Veran qui s’était précipité pour organiser l’interdiction de l’hydroxychloroquine, sitôt l’étude du Lancet publié, n’a rien fait, sitôt l’étude reniée par trois de ses auteurs et dépubliée par The Lancet. A ceux qui lui demandaient son sentiment sur les critiques dirigées contre l’étude du Lancet, il a répondu que ces polémiques (c’est-à-dire le dévoilement de l’arnaque de cette étude) lui passaient, très loin au-dessus de la tête. On veut bien le croire : quand on est en dessous de tout, tout vous passe aisément au-dessus de la tête ! On aimerait même croire qu’il en est de même pour le président de la République, que ce dernier est en dessous de tout, mais un doute est là, la confiance n’est plus. Il y a comme une crainte de suspecter le président de vouloir plonger le pays dans le désordre. Que ne ferait-on pas pour garder le pouvoir et se faire de nouveau élire en 2022. Cette crainte, qui se fortifie chaque jour d’avantage à mesure que le Gouvernement adopte des mesures contestables, fait adorer cette rumeur d’une démission du président. Une démission pour remettre les pendules à l’heure et briser la défiance entre le peuple et son président. Pour une fois, la rumeur est belle mais il est à craindre qu’elle ne soit qu’un ballon lâché dans l’opinion pour enregistrer ses cris de joie ou de terreur, et peut-être, l’endormir dans le rêve d’une démission du président.

Pour chasser le marasme, et mesurer encore une fois les hautes qualités morales et intellectuelles de ceux qui « nous dirigent », admirons la flamboyance de la garde des sceaux réagissant à l’accusation de viol impliquant Gérald Darmanin : « au demeurant, Gérald Darmanin est un excellent ministre du Budget ». Comme le disait un internaute anonyme, c’est vrai « Emile Louis était au demeurant un excellent conducteur de bus. » Le pays s’avance dans le chaos mais le tragique a parfois des humours glaçants …

Régis DESMARAIS



71 réactions


  • rita rita 13 juin 08:37

    Macron n’est pas président, mais un collégien-paranoïaque sur une scène de théâtre d’un collège de banlieue déroulant des tirades dont il ne comprend pas la signification afin de séduire son professeur ?

    En éternelle représentation, jouissant sur chacun de ses mots qui se bouscule dans sa tête !

    Un malade compulsif ne maîtrisant pas son comportement !


    • Parrhesia Parrhesia 13 juin 11:56

      @rita
      Bonjour rita,
      Très bonne description du jeune homme.
      Malheureusement, c’est bien en tant que véritable président que nous l’avons sur le dos et qu’il continue à couler la France avec son équipe d’apprentis !!!
      Bonne journée


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 13 juin 17:13

      @rita
      Bonjour,
      Macron a fait son taf, comme ses maîtres du Nouvel Ordre Mondial le lui avaient ordonné, et il serait infantile de croire qu’il n’est pas un bon employé. Bien au contraire, il s’est distingué en multipliant les décisions que l’UE LE BLOCKHAUSS du mondialisme destructif  lui impose, afin de faire de notre beau pays, déjà bien largué, un territoire sans identité propre, sans histoire séculaire, sans racines, bref, en faire un no man’s land tout court, et une misère sociale galopate, la mort de nos artisans, professions libérales, petites et moyennes entreprises, chomage explosif, etc... Ne disait-il pas, nous sommes en guerre...
      ET pour mieux le servir, aujourd’hui, l’on voit ressurgir les vieilles recettes éculées de l’anti-racisme, de la société de spectacle, et les petits agitateurs publics qui arrivent étrange... à mobiliser des milliers de personnes en un claquement de doigts. Tout cela sent la manipulation à plein nez. Et des moyens techniques et financiers, qui ont tant manqué aux gilets jaunes, abandonnés à leur triste sort, notamment les blessés.
      Où était ces foules, lorsque les gilets jaunes étaient victimes des tirs de LBD, de gaz lacrymogènes, d’arrestations arbitraires ? Je rappelle que le nombre de blessés des gilets jaunes dépassent 2500 et approche des 3000 apparemment cela n’a dérangé personne. Je rappelle en passant, le sort de nos vieux dans les EPAHD, l’abandon de l’hôpital public, etc...
      Où étaient-ils, où se terraient-ils, tous ces braves gens éplorés ? Ils ne sont jamais venus épauler les gilets jaunes ! Pour la bonne raison qu’ils sont eux-mêmes AUX ORDRES !
       
      On va continuer longtemps, de supporter cette chienlit ?


  • JL JL 13 juin 09:03

    bon constat, rien à ajouter, rien à retirer. :

     

    ’’développer l’usage du pistolet électrique’’

     

    Ce serait avoir la mémoire courte.

     

    Selon Naomi Klein : "Les Tasers ne sont pas un remplacement aux armes à feu, ils sont un remplacement à la discussion, la négociation".

    Andrew Meyer assistait à une séance de question dans une université de Floride. Il a posé des questions qui ont laissé Kerry sans voix. J’ai vu la vidéo qui semble être aujourd’hui indisponible. Le texte dit : "Le courageux et honnête citoyen Andrew Meyer, armé seulement de ses documents, a été emmené manu militari par les policiers et tasé. Qu’a fait l’assistance pour aider cet homme bâillonné ? Rien. Ce qui se passe dans cette salle est à l’image de ce qui va se dessiner à grande échelle. Chacun d’entre nous y est représenté"

    progrès démocratique ou dérive totalitaire ? De ces observations, on peut d’ores et déjà craindre deux choses : dans la plupart des cas, quand il n’y aura pas mort d’homme, il est peu probable que le policier aura à justifier son acte. Et quand il y aura des accidents, on mettra cela sur le compte à « pas de chance » et le policier en sera quitte. Par conséquent, il est indéniable que les policiers feront beaucoup plus fréquemment usage du Taser qu’ils ne le faisaient par le passé des armes à feu, trop dangereuses… pour eux !

    Sans risque de se tromper beaucoup, on peut dire que ceci aura deux conséquences : une augmentation des homicides lors des interpellations, mais aussi et c’est le but, une soumission sans faille en cas d’interpellation. Cela me rappelle ce qu’on écrivait sous la dictée lors de l’incorporation militaire : "il importe que tout supérieur obtienne de ses subordonnés une obéissance entière et de tous les instants." C’est alors que l’expression favorite des grands médias concernant les gouvernants, "nos gouvernants", prendra tout son sens.

     Regardez la vidéo, surtout à partir de 1’50’’ : l’étudiant, bien qu’à terre et menotté est tasé.


  • julius 1ER 13 juin 09:25

     ? S’agit-il de démobiliser, de démoraliser et d’écœurer des policiers déjà bien meurtris  ? Des esprits simples, nourris aux slogans faciles, crieront « mort au flic »

    @ l’auteur,

    Tout ce qui est excessif est insignifiant .... dixit Talleyrand !!!

    maintenant l’heure est à la victimisation de la Police, et bien sûr le corolaire est qu’il faut lui accorder compassion et mansuétude pour tous ces actes passés, présent et à venir ..... n’est-ce pas ????

    et de surcroît toutes les pleureuses sont de sortie .... je crois qu’à la fin on va être submergé par l’émotion !!!!

    soyons sérieux un instant.. s’il faut remettre de l’ordre dans la Police il faudrait d’abord commencer par là remettre à sa place et sa place c’est au service des citoyens pas au service d’un Ordre établit quel qu’ il soit et davantage de Police de proximité ne ferait pas de mal non plus ....

    avec abolition de certains privilèges étatiques pour certains qui pourraient retrouver une citoyenneté ordinaire !!

    dans tous les cas il faut revenir aux fondamentaux et surtout dans les périodes troubles et troublées il faut raison garder !!!!

    au service de tous, voilà l’objectif et la mission de la Police et lorsque vous trouvez incongru le fait de désarmer la Police, la vraie question c’est pourquoi on en est arrivé à armer la Police .... c’est cet état de fait qui est dommageable et pas l’inverse, la normalité voudrait que l’on vive dans une société ouverte et pacifié pour ne pas dire pacifique et c’est bien un but que tout républicain devrait avoir en tête, pas de vivre dans un coffre-fort et dans un univers surarmé pour faire plaisir à Winchester ou Remington, car la surenchère et l’escalade dans l’armement sont des choix faciles, il n’y a qu’à laisser faire.... mais désarmer les esprits est un but beaucoup plus ambitieux !!!


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 13 juin 15:13

      @julius 1ER

      « Tout ce qui est excessif est insignifiant .... dixit Talleyrand !!! » Paroles du Vice lequel aimait s’appuyer sur le Crime…

      La victimisation est l’un des maux de notre époque. Tout le monde est victime de quelque chose ou de quelqu’un. C’est ennuyeux. C’est ennuyeux et souvent bien pratique pour les criminels, les violeurs, les assassins, les harceleurs car dans cette mode de la victimisation, on noie les victimes meurtries dans leur chair et leur esprit avec les victimes de salon et de circonstance. C’est ennuyeux, mais c’est une technique efficace faire perdre au concept de victime sa signification.

      La police, avec un suicidé par jour, des conditions de travail déplorables, des salaires indignes et un métier dangereux est incontestablement une profession victime de la violence ambiante. Il y a des brebis galeuses dans la police comme de partout. Il y a des bavures, hélas oui et elles doivent êtres sanctionnées. Il est vrai, il y a moins de bavures en matière d’interpellation dans la profession de postier que dans celle de policier. Il est vrai les missions ne sont pas les mêmes. La police a ce triste privilège d’être au contact, en première ligne, avec la misère de notre époque. N’en doutons, il y a des pervers, des salopards, des tueurs, des violeurs, mais il y a aussi beaucoup de gens détruits par cette société de l’argent, mis à l’index du monde, rejetés, méprisés et prêts à tout pour en finir. La violence a des origines multiples. La police est en première ligne de l’expression de ces violences. Comment ne pas comprendre que des êtres humains, plongés constamment dans un environnement anxiogène et de tension ne dérapent pas parfois ? Impossible à ne pas concevoir sauf à dénier aux policiers ce qu’ils sont : des êtres humains, faillibles, fragiles et mortels. Comprendre ce n’est pas excuser. Comprendre permet de trouver des solutions adaptées à la réalité des problèmes. Il ne faut donc pas, en abordant le thème de la police tomber dans des clichés et des idéologies.

      La question de l’armement de la police est fondamentale. Pourquoi la police est armée ? Pourquoi le peintre dispose de pinceaux ? Pourquoi le médecin a un stéthoscope ? Pourquoi le braqueur de banque possède un flingue ? Pourquoi le pompier a-t-il une lance à incendie ? Ces questions ont longtemps taraudé les philosophes car après tout il suffit de dire « je veux » et le monde devient tel qu’on le souhaite. Je veux le respect de la loi, des autres et la non violence et le monde devient respectueux de la loi, des autres et pacifique. Hélas, tout ceci a dérapé. Lentement, le monde idyllique où il suffisait de dire « tu ne tueras point » pour que les meurtres disparaissent a cessé d’exister.

      La société s’est donc dotée d’une police pour assurer la sécurité de tous. Le problème est que face à un individu équipé d’une arme, voire d’une arme de guerre, la lecture du code pénal, si elle peut déstabiliser le truand, ne convainc guère dans la durée. Il faut donc, au moins pouvoir se défendre, au mieux pouvoir interpeller et arrêter un criminel armé. La police est donc armée.

      Une question pertinente est celle de l’usage de l’arme. Comment et quand est-il nécessaire d’en faire usage ? L’usage doit-il être de dissuader, d’immobiliser ou de tuer ? Dans un Etat de droit, où la peine de mort est abolie, l’usage d’une arme par la police, doit être limité aux situations les plus graves, les plus dangereuses et ne doit pas avoir pour objectif de tuer celui qui s’est placé hors la loi.

      Vous visez juste : il faut garder raison. Garder raison, c’est effectivement rappeler le champ d’intervention de la police, et ce champ d’intervention est celui du maintien de l’ordre, et cet ordre est celui établit par la souveraineté populaire exprimée par des lois. L’ordre doit permettre à tout citoyen de pouvoir vivre sa vie et exercer ses droits dans le respect du droit des autres.

      L’idéal voudrait que l’on vive dans une société ouverte et pacifié pour ne pas dire pacifique et je vous l’accorde, c’est bien un but que tout républicain devrait avoir en tête. Hélas, cet idéal se heurte à une réalité devenue normalité qui est celle de la violence. Heureusement, la société française n’est pas la société américaine. Dans notre pays Winchester ou Remington ne font pas fortune. La France n’est pas le Texas et j’espère qu’elle ne le deviendra jamais.

      Désarmer les esprits nécessitent de pacifier les esprits. Comment accepter que des soldats du feu se fassent agresser dans l’exercice de leur mission ? De tels actes montrent que certains esprits sont terriblement armés de haine. Cette haine doit être désamorcée et je doute que mettre un genou à terre ait une quelconque utilité pour atteindre ce but. Je doute aussi que l’usage d’une arme vienne à bout de cette haine mais venir à bout de cette haine n’est pas le travail de la police. Cette haine doit être traitée par d’autres mécanismes : le social, l’économie, l’éducation etc…

      Il est évidemment hors de question de vivre dans un coffre fort, dans un Etat policier, mais il est hors de question de vivre dans une perpétuelle cour des miracles et de devoir subir des milices armées. La police est un corps de métier nécessaire dans une démocratie à condition que cette police soit respectée et consciente de la nature de ses missions et de l’usage limité des armes à sa disposition.


    • julius 1ER 14 juin 10:19

      La question de l’armement de la police est fondamentale. Pourquoi la police est armée ? Pourquoi le peintre dispose de pinceaux ? Pourquoi le médecin a un stéthoscope ? Pourquoi le braqueur de banque possède un flingue ? Pourquoi le pompier a-t-il une lance à incendie ?

      @Régis DESMARAIS
      le problème de beaucoup de gens c’est qu’ils ont des problèmes avec leur mémoire et l’auteur de l’article n’y échappes pas ...
      Desmarais, tes comparaisons ne font pas raison car un peintre a toujours eu besoin de pinceaux pour peindre au moins pour ceux qui sont nos contemporains par contre la Police n’a pas toujours été armée .... les bobbys par exemple jusqu’aux années 80 n’étaient pas armés c’est suite aux grandes grèves anti-thatcher que les policiers ont commencé à être armés .... à la violence économique a succédé la violence sociale, un grand classique oserai-je dire !!!mais normalement même si un policier peut avoir accès aux armes à Londres traditionnellement les policiers ne sont pas armés ce sont les attentats terroristes de 2015 qui ont entamé cette doctrine ....et dans les pays scandinaves c’est à peu près la même doctrine !!

      alors prétendre que les policiers doivent être armés comme cet article le prône c’est une imbécilité totale car il y aura toujours une surenchère dans l’armement et la violence sociétale augmentera, c’est une escalade et une surenchère qui ne mène nul part ... en fait une voie sans issue !!!!
      c’est quoi votre idée vous allez armer de plus en plus de gens y compris les policiers municipaux, et pourquoi pas les contractuels pendant qu’on y est ???? tout ce qui a un uniforme on lui colle un flingue ???mais c’est exactement la logique qui prévaut aux USA et on voit où elle mène à plus de 45 000 morts par an par armes à feu ....
      c’est çà l’idée, donnez un permis de tuer à tout le monde , on a besoin d’une société juste et équitable pas d’une société où la violence va régner en maître alors il est plus que temps d’amorcer une désescalade dans les esprits sinon ce sera une immense régression à tous points de vue !!!
      alors comme vous l’avez bien compris, je n’adhère pas à vos idées qui sont juste mortifères, cependant votre point de vue est tout à fait explicite et révélateur d’une tendance sociétale totalement inepte !!!


    • Roadrunner01 14 juin 11:17

      @julius 1ER

      Sans nécessairement parler de moyen avec l’armement de la police, il est difficile d’occulter que l’arsenal du côté des criminels n’est plus le même depuis la guerre des Balkans.

      Les références aux années 80 deviennent un peu surannées pour le coup.

      Vous n’en êtes peut être pas victime ou témoin, mais l’impunité et l’insolence de certains est flagrante.

      On ne peut plus parler de vivre ensemble dans certains territoires. La police en est un témoin privilégié.


    • julius 1ER 14 juin 15:30

      Les références aux années 80 deviennent un peu surannées pour le coup.

      @Roadrunner01
      il n’est pas question de référence aux années 80 mais d’escalade dans l’armement je dis après avoir armé les policiers , les gendarmes et autres policiers municipaux
      Va -t on armer tout ce qui porte un uniforme de la pervenche en passant par les gardes -forestiers la liste est longue ....
      je dénonce cette escalade et cette surenchère qui ne mène à rien sinon dans une impasse ..... escalade dans l’armement avec tasers, LBD, etc....
      bientôt des lances-roquettes si çà ne suffit pas, l’escalade et la surenchère sont sans fin .... et pour aboutir à quoi ????????
      je dis qu’il faut d’abord désarmer les esprits car la seule issue de cette surenchère de l’armement nous mène droit vers la guerre civile !!!
      est-ce que je suis assez clair ????


  • berry 13 juin 10:41

    « la vraie question c’est pourquoi on en est arrivé à armer la Police .... »

    C’est à cause du terrorisme islamique et des populations immigrées ultra-violentes et irrespectueuses des lois que la gauche a fait venir.

    En faisant venir des africains en France, vous transformez la France en pays africain, il ne faut pas vous étonner ensuite des conséquences.

    Bagarre de rue entre gangs à Paris avant-hier (censuré par les médias bien sûr) :

    http://www.fdesouche.com/1386653-elle-est-belle-la-politique-de-la-ville-et-on-veut-pas-perenniser-les-postes


    • berry 13 juin 12:09

      200 noirs américains pillent un supermarché à Tampa en Floride :
      (censuré par les médias également)
      https://twitter.com/FOX13News/status/1271148153895628806

      Ah, les joies des sociétés multiethniques...


    • julius 1ER 14 juin 09:30

      C’est à cause du terrorisme islamique et des populations immigrées ultra-violentes et irrespectueuses des lois que la gauche a fait venir.

      @berry

      Bravo Berry, Berry revisite l’Histoire c’est vrai que la Loi de regroupement familial votée en 1976 sous Giscard était une Loi de Gauche ??? la Gauche, mère de toutes les turpitudes ... tu es un comique dans ton genre !!!!


    • julius 1ER 14 juin 10:23

      @berry
      et des gilets jaunes qui déglinguent l’Arc de triomphe c’est aussi grâce à une société multiethnique ????
      ah les joies de pouvoir afficher son racisme et sa Xénophobie en toute impunité !!


    • berry 14 juin 16:03

      @julius 1ER
      Vous avez mal choisi votre exemple, ce sont des magrébins qui ont pillé et saccagé la boutique de souvenirs de l’Arc de triomphe, il y a des vidéos et des images qui le prouvent, vous pouvez les vérifier.
      Il est bien connu aussi que les pillages de magasins lors des manifs des gilets jaunes étaient essentiellement le fait de voyous issus de l’immigration.


  • babelouest babelouest 13 juin 11:41

    Eh bien !

    Vous avez lu la Constitution ? Le président n’est pas le patron, il est un médiateur. Le patron, c’est le premier ministre. C’est déjà pas terrible. En fait normalement il exécute, avec les autres ministres, les décisions du Parlement. On voit bien à quel point ce n’est plus vrai.

    .

    En fait le patron, c’est l’ensemble du Peuple, mais on se garde bien de l’avouer. La Constitution est désormais journellement torturée, bafouée, à l’image du Peuple français. Nous sommes en DICTATURE, avec le squatteur de l’Élysée qui dans les faits décide de tout officiellement (même si ses actes et ses paroles lui sont dictés par d’autres moins visibles). La lettre est à peu près respectée, l’esprit plus du tout.

    Revenons à nos fondamentaux, et clarifions la Constitution : au bout de 62 ans, de modification en modification on lui fait dire l’inverse de son esprit du départ (qui bien entendu n’était pas parfait). Proposition :

    https://ti1ca.com/g8d3ucpa-2020-05-20-2020-05-20.pdf.html


    • Parrhesia Parrhesia 13 juin 12:19

      @babelouest
      Le « patron » c’est en réalité « les patrons du président !!! »

      Pour le reste, la Constitution continue effectivement a subir de drôles de traitements s’agissant de la constitution d’un pays qui se voudrait « évolué » !
      Malheureusement les successeurs du président Charles de Gaulle n’ont jamais cessé de jouer au bilboquet avec elle dans le but de satisfaire les exigences de leurs patrons mondialistes !!!
      Rien n’étant parfait, elle-même n’était sans doute pas parfaite.
      Mais aussi longtemps qu’elle a été respectée par des gens respectables, elle a toujours répondu à ce que l’on attendait d’elle !


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 13 juin 17:28

      @babelouest

      Bonjour, avec la suppression par le décret Valls de 2016, la séparation des pouvoirs n’est plus assurée. Depuis 2005, Sarkozy a piétiné le référendum. Que reste-t-il en réalité de la constitution de 1958 ? Si peu de choses !
      L’UE et sa dictature opportuniste et dont la collégialité se réduit à quelques sbires étroitement liés au Nouvel Ordre Mondial, que Sarkozy et mme Lagarde annonçaient à grands coups de trompette, comme je le précise dans un autre commentaire, écrase les peuples européens, par le biais de la finance, et de lois contraires à l’intérêt des peuples.
      La responsabilité de l’UE, que tout le monde semble écarter de la main, est pleine et entière dans le marasme qui nous atteint de plein fouet.
      Les événements actuels n’arrivent pas par hasard, ils sont le résultat de tout un processus déjà ancien de destruction des nations. ET pour mieux arriver à leurs fins, les promoteurs du mondialisme destructeurs, se sont entourés de toutes les garanties nécessaires pour faire tomber la France, qu’ils semblent avoir dans le collimateur depuis longtemps.
      Merkel, aussi ne s’est pas cachée pour déclarer qu’il va bien falloir que les peuples se préparent à la disparition des nations.
      Aux Etats-Unis, les Démocrates continuent leur travail de sappe, avec le vieux Biden, l’Obama, et les autres. L’Obamagate était bien avancé dans l’agenda de Trump, et l’ex président Obama risquait gros. Black lives matter est venu à point interrompre le processus avec des révoltes qui semblent tout, sauf spontanées.
      L’UE sera notre perdition.


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 13 juin 17:44

      @babelouest
      J’ai bien lu la Constitution (notamment son article 8) et j’ai bien regardé son application. Vous croyez vraiment que De Gaulle, Giscard, Mitterrand, Chirac étaient de gentil médiateur assistant impuissants à la politique de leur premier ministre ? Chirac a cru à cette fable quand il a été nommé par Giscard, vous connaissez la suite. Pour ragaillardir votre réflexion, méditez ce point : le Président est élu au suffrage universel direct ; le premier ministre est nommé (et démis) par le Président. Après si vous prenez à la lettre l’article 20 de la Constitution, ce n’es pas grave mais on ne parle pas de la même chose : vous d’une lecture littérale (et incomplète) du texte, moi du texte, de son esprit et de son application. Le pire, c’est que je commence à croire que les fables de Macron sur son désaccord avec son premier ministre et son ministre de la santé, vont prendre dans une partie de l’opinion…. Cela nous montre à quel point la connaissance de l’Histoire est vitale en démocratie. Vous savez pourquoi les politiques ont tant refusé la réforme de De Gaulle permettant l’élection au suffrage universel direct du Président ??


  • pallas 13 juin 15:31
    Régis DESMARAIS

    Bonjour,

    L’Iran est l’allié du Japon, du fait de l’achat de pétrole de celle ci.

    L’Iran est un membre fondateur de la BRIC, donc siégeant a l’OCS.

    Celle ci condamne à mort les nations jugeant non apte en les étouffants.

    Ces nations maitrisent leurs mafias et leurs diasporas.

    La France meurt et mourra.

    Notre pays n’est meme pas digne d’etre une proie, la pire humiliation possible.

    C’est tordant

    Salut


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 13 juin 17:46

      @pallas
      La France a 2 000 ans d’histoire. elle a connu des périodes apocalyptiques, un siècle de guerre sur son territoire, le pays a été découpé, envahi mais la France est toujours là et elle le sera pour longtemps car ce pays a des ressources énormes.


  • vraidrapo 13 juin 15:38

    Quand on donne des maroquins à des incultes ou à des noceurs faut pas s’attendre à des miracles.

    Talonnettes a eu Dati, Lefevbre (« Zadig & Voltaire »), Morano,

    son alter ego,

    µicron avec Belloubet, Sibeth, Castagnettes, De Rugy...

    Je parierais que Castagnettes est sur siège éjectable. Pas plus de 4 jours avant son envol ! Il pourra faire le frotadou dans les Night-clubs de la Capitale tous les samedis, avec un verre de « Gilets Jaunes on The Rocks » !


    • pallas 13 juin 16:13

      @vraidrapo

      Ta pas compris,

      La France, le monde s’en tape.

      Les histoires d’amour, de la love story, le truc touchant, ça n’est pas ici que cela trouvera.

      Ce pays de dechet qui est le notre est digne caniveau.

      C’est comique non ?

      Salut


  • Eric F Eric F 13 juin 17:14

    « Jamais, Louis XVI n’aurait agi contre son peuple »

    Un peu quand même : il a envoyé les plans de guerre aux armées contre lesquelles la France se battait, et a cherché à les rejoindre. Haute trahison en temps de guerre, comme Laval...

    PS : lors d’un « jeu de rôle » télévisé du procès de Louis XVI, l’avocat Jacques Verges tenant le rôle de la défense a argué que les documents qui prouvent sa correspondance avec l’armée des immigrés alliée à l’Autriche avaient été saisis lors de l’invasion des Tuileries par le peuple, sans mandat de perquisition (sic).


    • Cadoudal Cadoudal 13 juin 17:24

      @Eric F
      Louis XVI voulait déclarer la guerre à l’Autriche ?

      Si c’est Vergès qui le dit, ça doit être vrai...lol...


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 13 juin 17:48

      @Cadoudal
      Louis XVI a refusé de faire tirer sur le peuple. D’autres n’auraient pas eu ces scrupules, y compris dans sa proche famille. Quand à Vergès, je le laisse de l’autre côté du miroir.


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 13 juin 18:15

      @Eric F
      C’est très compliqué. Louis XVI avait toujours refusé l’intervention de l’Autriche. Ses liens avec l’étranger avaient surtout eu pour objet, à un moment donné, de permettre de mettre lui et sa famille en sécurité. Dans cette histoire de plan, sa famille (le comte d’Artois) et notamment son cousin Orléans, ont joué un grand rôle pour discréditer un pouvoir royal qu’ils jugeaient faible. Louis XVI a subi de mauvaises influences. Mais bon, devenir roi à 20 ans, et succéder à un monarque qui avait le mépris de son peuple, cela ne l’a pas aidé… Mais cela est une autre histoire. Aujourd’hui nous avons d’autres sujets plus actuels...


    • Eric F Eric F 13 juin 18:55

      @Régis DESMARAIS
      Nous avons évidemment des sujets plus actuels, c’était juste à propos de l’évocation indulgente envers Louis XVI qui, sans être un despote sanguinaire, a quand même transmis des informations à l’ennemi (rappelons que Louis XVI avait, comme roi constitutionnel, non pas seulement ratifié, mais proposé, la déclaration de guerre contre l’archi duc d’Autriche -les historiens considèrent qu’il espérait la victoire des princes-).


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 13 juin 19:21

      @Eric F
      Peugeot a un bureau d’étude en Chine composé en grande partie de Chinois qui peuvent avec une simple clé USB avoir le savoir faire pour le développement et la fabrication des voitures puis démissionner pour être repris par des firmes chinoises concurrentes.
      Est-ce que ça émeut les gouvernements ?


    • Eric F Eric F 13 juin 21:12

      @Daniel PIGNARD
      "....avec une simple clé USB avoir le savoir faire pour le développement et la fabrication des voitures puis démissionner pour être repris par des firmes chinoises concurrentes.« 
      Effectivement, et ça a été pire encore dans d’autres domaines, tels les télécoms où la France était un leader encore dans les années, mais il y a eu délocalisation de production puis de savoir faire, et un groupe tel Alcatel a fin par purement et simplement disparaitre (après s’être allié avec l’américain Lucent, également éclopé, puis être absorbé par Nokia). Adieu les ’’nouvelles technologies’’, après l’électroménager et d’autres domaines, il ne nous reste quasiment rien hors l’aéonautique, qui va sombrer dans la crise.
      Pour l’automobile, il n’y en a que pour l’ »électrique« , qui correspond tellement peu aux besoins qu’il faut filer 7000 euros à chaque client pour les écouler.
      Même dans le domaine agricole, notre part mondiale se réduit de jour en jour.

       »Est-ce que ça émeut les gouvernements ?"
      ils ont tiré un trait sur l’industrie, et considèrent que le tourisme et les services prendront le relais.


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 13 juin 21:26

      @Eric F
      Pour avoir une appréciation exacte des actes de ce roi, il faut se replacer dans le contexte et notamment se souvenir des personnes qui se trouvaient face à lui et qui n’étaient pas très recommandables. Les évènements de 1793 ont montré à quel point le crime et la folie avaient gagné bon nombre de révolutionnaires. Je ne veux pas faire l’apologie de Louis XVI mais je voulais rappeler que ce souverain avait de l’estime pour son peuple, un peuple qu’il voyait mal parti dans les mains d’une bourgeoisie avide de remplacer la noblesse pour récupérer ses privilèges et maintenir le reste de la population dans la pauvreté. 


    • vraidrapo 14 juin 18:37

      @Eric F
      L’Histoire officielle agréé par les gouvernements, c’est que du pipeau de A à Z !
      On voit bien avec ce que nous vivons et ce que les Media en font !
      L’Histoire c’est une des plus grosse arnaque de la société des hommes.


  • altaos 13 juin 17:36

    à l’auteur

    Vis à vis de notre police vous tentez de nous faire tomber dans le piège de la compassion et la mansuétude en lui accordant les circonstances atténuantes et votre pardon

    décidément c’ est dans l’air du temps de ces derniers jours ces prises de partie

    faut quand mème pas nous prendre pour des imbéciles

    les VIOLENCES policières en france lors des manifs GJ ont été condannées par l’ONU ,par AMNESTY INTER NATIONAL et d ’autres organisations 

    notre pays possède la police la plus violente d’Europe et est classée pour cette performance au niveau du ZIMBABWE

    Les victimes des manifs ou leur famille ,les victimes colatérales apprécieront votre ( humour )

    Nous n’avons plus depuis longtemps de police au service des citoyens ,mais une police politique au service de l’exécutif et du système ultralibéral . affirmer le contraire et nier les violences dans ses rangs relève du déni et de la malhonnèteté


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 13 juin 18:08

      @altaos
      Vous êtes excessif. Je ne cherche pas à faire tomber qui que ce soit dans la compassion et la mansuétude. Je laisse cela à M. Macron et ses amis. Je rappelle des faits. La police travaille dans des conditions détestables et elle n’a aucun rapport avec la police américaine. Regarder la réalité en face n’empêche pas d’être aveugle sur des crimes commis par des brebis galeuses. Il y en a dans la police comme de partout. Tout crime, tout abus de position dominante doit être puni que l’auteur soit policier ou pas. Il ne faut pas tomber dans le piège simpliste qui consisterait à dire que d’un côté, il y a des salauds, et de l’autre des victimes. Je reconnais que cette vision est simple à expliquer et utile pour manipuler des gens dont le plus grand exploit de lecture est de lire un tweet jusqu’au bout. Mais les simplifications ont toujours été des outils des dictatures en devenir ou en place.
      Il faut toujours regarder le monde tel qu’il est et non tel que certains voudraient qu’il soit.
      Notre police est la plus violente d’Europe ? Cela est difficile à affirmer car aucune étude n’est faite en la matière. En 2016, un article, publié dans Slate, évoquait la difficulté à obtenir des chiffres de comparaison entre pays. D’après une ONG, entre 2005 et 2015, 89 cas d’usage de la force (dont 26 morts) ont été dénombrés en France (pour rappel, c’est presque 1 000 morts par an aux USA). J’ai comparé la police française à la police américaine et sur ce point cette dernière est loin devant la police française en matière de violence. Après, si notre police est la plus violente d’Europe, il est urgent d’en comprendre les motifs et les origines. Si cela est la cas, il y a du changement à opérer et des comptes à demander. 
      Les gilets jaunes ont été traités d’une manière digne d’une dictature. Sur ce point, il faut faire le procès de ceux qui ont donné les ordres pour que de tels traitements soient mis en œuvre. Enfin, je rappelle aux policiers qui peut-être lisent ces échanges, qu’ils sont des fonctionnaires d’Etat et ont le droit de désobéir à des ordres manifestement illégaux. Tirer dans le visage de manifestants presque à bout pourtant est un ordre illégal.


    • Eric F Eric F 13 juin 19:03

      @Régis DESMARAIS
      « Tirer dans le visage de manifestants presque à bout pourtant est un ordre illégal »

      Il serait extraordinairement étonnant qu’un tel ordre ait été donné, il s’agit davantage de dérapages individuels à chaud (la plupart des dérapages a été du fait de la BAC, normalement dédiée aux actions contre la délinquance violente). Par contre, le fait que la stratégie ait été de focaliser la répression sur les manifestants, tout en évitant de s’en prendre aux casseurs (de peur de créer une escalade et/ou pour discréditer le mouvement) semble évident.


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 13 juin 21:20

      @Eric F
      Vous avez raison, je pense qu’il s’agit d’un ou de dérapages individuel(s). Il me semble qu’à Paris, le préfet de police avait donné un ordre pour provoquer un encerclement et manifestant et une sorte de resserrement de ces derniers ce qui est dangereux et un policier sur le terrain, gradé, a désobéi conscient du danger et des conséquences de cet ordre. 


  • Eric F Eric F 13 juin 17:39

    Attention qu’un ministre n’est pas le délégué de son administration, le terme « premier flic de France » parfois employé pour désigner le ministre de l’intérieur est malencontreux.

    Ceci étant, il doit assurer l’efficacité de son domaine de responsabilité, et maintenir la confiance et la motivation des équipes sous sa responsabilité. Or dans le présent gouvernement, il y a trop d’amateurisme et d’impulsivité sans recul par rapport aux évènements. Castaner avait couvert certains débordements dans l’usage de la force à l’encontre des Gilets Jaunes qu’il assimilait couramment aux casseurs, mais au travers d’une formule significative, il accrédite une suspicion de racisme endémique de la part des forces de l’ordre par rapport à la délinquance urbaine. La seule position recevable d’un membre du gouvernement par rapport à l’affaire Traoré est de rappeler que factuellement il a été appréhendé après avoir échappé deux fois aux policiers, que par ailleurs l’affaire est en cours d’instruction qui à ce stade n’a pas mis en cause de débordement policier, et il peut tout au plus souhaiter que l’instruction soit menée sans contretemps. Sur la question générale des policiers faisant preuve de racisme, le ministre peut parler de renforcer la vigilance, tout en rappelant que les attitudes hostiles envers les forces de l’ordre dans certains milieux exacerbent les tensions.


  • pallas 13 juin 17:41

    Eric F

    Hé hé hé hé

    Ha ha ha ha

    Espece de demeuré mentaux.

    C’est comique ou quoi ?

    Salut


    • Eric F Eric F 13 juin 19:09

      @pallas
      « Espece de demeuré mentaux »

      Salut à vous. Soit vous vous adressez à une personne et vous la qualifiez de « demeuré mental » (si cela m’est adressé, je suis flatté de votre appréciation), soit c’est collectif et il s’agit alors de « demeurés mentaux »


  • Olivier 13 juin 17:42

    «  quand on est en dessous de tout, tout vous passe aisément au-dessus de la tête ! » Pas mal, mais ça s’applique autant à Macron qu’a son ministre de la santé !

    Sur le fond, comme l’a bien dit Cheverney, Macron fait ce que le mondialisme, qui l’a mis en position d’être élu, lui dit de faire : s’assurer que la France continue à obéir à ses ordres, continuer à la dissoudre petit à petit dans le nouvel ordre mondial, l’appauvrir le plus possible (le confinement a été imposé pour ça), et surtout continuer le remplacement ethnique par immigration de masse.


    Les français seront-ils capables de se débarrasser de cette ignoble clique ? j’en doute, la pleutrerie et le suivisme dont ils ont fait preuve en 2017 risque fort de se reproduire en 2022. Il est douteux à mon avis que Macron se représente, le fusible commençant à sentir sérieusement le roussi, mais le système ne sera pas en peine de faire élire un autre comparse du même acabit.




    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 13 juin 17:51

      @Olivier
      Vous avez raison et il faut être vigilant sur qui se présentera avec des chances en 2022. 


    • Eric F Eric F 14 juin 16:29

      @Olivier
      Affirmer que le confinement aurait été décrété dans le seul but d’appauvrir est une supputation extravagante, il suffit de voir l’enchainement au jour le jour de ce qui montre juste l’impréparation, l’hésitation, l’improvisation, le mimétisme de l’exemple chinois puis italien, qui s’est répandu sur la planète ; même des pays bien moins touchés que nous ont confiné.
      Du reste, les commentateurs « jesaistout » derrière le clavier qui ont affirmé que c’était une grippette qui resterait limité à l’Asie n’ont pas eu le nez plus creux que ceux qui voyaient à l’inverse une hécatombe !


  • zygzornifle zygzornifle 13 juin 17:42

    Un Gouvernement qui méprise sa police

    Quand on n’aime que les riches et les puissants forcément on méprise tout le reste.

    Fallait pas veauter Macron les mougeons , bien fait et ça ne vous servira meme pas de leçon vous allez le réélire en 2022 ….

    Quand on y est on y reste ….


  • pallas 13 juin 17:57
    Régis DESMARAIS

    L’Amour,

    Ce sentiment, ainsi que ce mot et même autres pseudonymes sont en cours de suppression.

    Orwell pensait crée un monde, il ce trompait.

    C’est les sacs à viande qui s’adaptent a lui.

    J’aimerai garder une once de rebellions de déchets.

    Sa ce interessant

    Salut


  • Le421 Le421 13 juin 18:06

    Un gouvernement qui laisse la bride sur le cou à la police afin de pouvoir l’utiliser à son gré pour museler toute opposition et laisser les racailles faire leur bizness perd toute légitimité.

    Pourquoi laisser faire la délinquance, la vraie ?

    Parce qu’elle nourrit les idées nationalistes et que l’extrême droite reste « l’idiot utile » pour assurer la réélection des élus des grandes sociétés.

    C’est quand même simple, non ?

    Et taper sur un manifestant pacifiste (les vrais casseurs sont même parfois des collaborateurs de la police), c’est tellement plus cool.

    Le type encaisse, on se fait plaisir, et de toute façon, il n’y a jamais de véritable sanction.

    Alors ?

    En avant Guingamp !!


    • Cadoudal Cadoudal 13 juin 18:18

      @Le421
      Dans ton vieux bréviaire marron, ça veut dire quoi la vraie délinquance ?

      Éclaire un peu notre lanterne de pauvres arriérés ?


  • pallas 13 juin 18:20

    Régis DESMARAIS

    Bonsoir,

    La France n’existe pas et n’a jamais existé.

    Ce sont des colonisateurs a la peau blanche qui l’on envahi.

    Orwell est un amateur

    Oui !!!!!!!!

    Alors ces infames barbares furent repoussé et la « fLance » pays des « flançois » redevient maghrébins.

    Je sais pas !!!!!!!!!!!

    Il manque d’amour je sais

    C’est une piece de théatre tragi comique, avec le rigolo en avant

    On ce marre bien non ?

    Salut


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 13 juin 21:33

      @pallas
      Je ne peux que vous conseiller d’acheter un livre d’histoire et vous verrez que la France existe. Ce pays, comme tous les pays, n’est pas apparu spontanément aux yeux de monde un petit matin. Il est le fruit d’une histoire longue et tumultueuse. Autrefois la Gaule, laquelle fut colonisée par les romains puis intégrée dans l’Empire, puis les hordes dites « Barbares » dont les Francs qui envahirent l’empire romain et lentement la construction de la France. Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens dont les branches Valois et Bourbon. 


  • Esprit Critique 13 juin 18:28

    La Méthode du pervers Macron pour détruire la Nation Française est bien de laisser pourrir et se décomposer ce qui constituait l’âme de la France.

    Un pervers n’agit pas autrement.


    • pallas 13 juin 18:38

      @Esprit Critique

      Ce que je dit est vrai,

      Les pouffes grosses et moches, doivent crever, des tas de graisses.

      C’est un fait

      Il y a une limite

      L’Idéologie Occidentale est nauséaux

      .

      Salut


  • ETTORE ETTORE 13 juin 19:42

    C’est fou, en lisant le titre de l’article.....j’ai vu défiler devant mes yeux....

    Vous vous souvenez de la publicité du PQ Lotus ?

    On y voyait un chérubin parcourir la maison en agitant son rouleau de PQ qui se déroulait derrière lui !

    Voilà ! Monarc 1èr, c’est exactement pareil, il a fait dans ses couches, et personne pour le torcher, alors il court les émissions télé, afin d’expliquer le pourquoi de sa courante et la légitimer coûte que coûte, sans se soucier des Français qui sont dans la m... jusqu’au cou, en raison de son incontinence politique.

    Il va nous expliquer quoi ?

    Qu’il faut prendre de la hauteur, et être gentils avec tout le monde, sous peine d’éclatement de la société ?

    Mais malheureux, il n’y a pas eu pire que lui depuis des décennies, pour voler aussi bas en crapuleries, incompétence pilotée et en lâcheté pour ce pays.

    Tous ses sbires, qu’il emploie à sa triste tâche de déliquescence du pays, sont triés sur le volet de la couardise et passés au tamis des intéressements personnels avant celui de l’ état.

    Nous dire quoi ? Qu’on est en guerre....Il a déjà essayé de le crier, mais comme il mue encore, cela n’as pas été impressionnant ( dans les résultats de son incompétence...si )

    (Peut être qu’il veut nous annoncer son départ, un sacrifice pour la nation, et renaître tel un phénix des feux d’une république consumée par tous ces pyromanes patentés ? )

    Vous ne trouvez pas qu’on nous fais trop tomber de Charybde en Scylla, à une fréquence qui n’as rien de naturel ?

    Qu’on nous crée des situations terribles, pour faire passer des volontés hypocrites ?

    Une fois la mèche de la pandémie allumée, on y a laissé le peuple, à surveiller sa progression, jusqu’à l’explosion finale, avec les victimes que l’on sait....

    Après la pandémie mortifère pour la vie, venue de Chine, voilà une autre épidémie mortifère pour nos libertés, venue des Amériques !

    Et nous au milieu ? On est quoi ? Juste le filet ramasse merdes que ce gouvernement à mis en place pour tout récolter pour son potager politique ?

    A gerber !

    Et sur eux, ce serait encore mieux  !


    • pallas 13 juin 20:07

      @ETTORE

      Darmarin la tete de cul et l’autre tete de bite.

      Macron aimant les vieilles.

      C’est marrant.

      Le ’flançois" est est d’une culture et intelligence particuliere.

      Ha ha ha ha

      Salut


    • alinea alinea 13 juin 22:52

      @ETTORE
      Ses sbires ne sont pas couards, ils sont bêtes, ils pensent appartenir à une élite du fait du roi, une cour quoi, sont dans l’impunité et ils croient que leur pouvoir démesuré cache leur incompétence.
      C’est pitoyable, et ça rend fou cette arrogance ! en plus ils sont dangereux. La seule consolation, c’est qu’on peut effacer d’un coup de gomme tout ce qu’ils ont fait, et revenir en arrière, à une date décidée par le peuple, pour recommencer plus intelligemment.


  • pallas 13 juin 20:58
    Régis DESMARAIS

    Ha ha ha ha

    Tu va connatre la vérité sur les nasis

    ...............................

    Le plus fort survie et le plus faible périe, c’est ma pensée, uniquement mienne.

    Salut


  • Initiativedharman Initiativedharman 14 juin 00:31

    Les policiers ne sont pas tous racistes mais nombre d’entre eux le sont, c’est un fait. On ne compte plus les bavures et les actes racistes. Le délit de faciès est récurrent.

    D’après une étude du centre de recherches politique de Sciences Po, plus de 51 % des policiers votent pour le Rassemblement National. CQFD.


    • Cadoudal Cadoudal 14 juin 00:35

      @Initiativedharman
      Il y a encore 51% de blancs dans la police....

      C’est beaucoup trop...


    • McGurk McGurk 14 juin 03:23

      @Cadoudal

      La couleur n’a aucune importance et ne prouve rien du tout.

      Tant qu’on engagera des cons et des brutes, cela se reproduira.

      De toute manière, lorsqu’on constate le processus de recrutement (et les contrats) des flics de base, il ne peut y avoir (à part exception) des candidats de qualité.

      Ils embauchent n’importe qui, avec des critères très bas et des contrats à durée déterminée (pour beaucoup) au lieu d’être sur le long terme.

      Et effectivement, de par cette méthode, le niveau général est vraiment très bas...comme les salaires d’ailleurs...

      Et puis, il faut bien avouer qu’une police « aveugle » ne peut servir la population car elle est manipulée par l’appareil politique. En plus, elle est bridée et la liberté d’expression de ses membres est fortement bafouée.

      Toutes les conditions sont réunies pour rencontrer les pires situations, dont les bavures.


    • Cadoudal Cadoudal 14 juin 12:17

      @McGurk
      -La couleur n’a aucune importance et ne prouve rien du tout.

      La couleur est primordiale au contraire.

      Si il n’y avait plus de flics blancs, une grande partie des problèmes actuels seraient résolus...

      La police pourrait toujours avoir le monopole de la violence physique légitime mais au moins les accusations de racisme seraient plus difficiles à démontrer...


    • McGurk McGurk 14 juin 15:09

      @Cadoudal

      Non parce que le racisme n’est pas à sens unique et les blancs en sont aussi victimes. Et ce serait ridicule d’avoir des métiers sans « blancs » (ou autre couleur)


    • Cadoudal Cadoudal 14 juin 15:30

      @McGurk
      Les blancs ne se plaindront jamais du racisme à leur encontre, ils ont été très bien dressés, ils continueront de travailler pour financer les forces de l’ordre....


    • berry 14 juin 16:14

      @Initiativedharman
      Si les policiers votent RN à 51 %, c’est qu’ils ont de bonnes raisons de le faire.
      C’est toujours les mêmes qui se prennent des pavés ou des tirs de mortiers dans la gueule, c’est pas normal. Je propose que Mélenchon et vous-même les remplaciez pour aller rétablir l’ordre, vous en êtes tout à fait capables, après tout.
      Chiche ?


    • Initiativedharman Initiativedharman 15 juin 05:58

      @berry
      Si les policiers votent à 51% pour Marine Le Pen c’est que ce sont des cons et des racistes, voilà tout. Que je sache, c’est un peu leur boulot que d’aller au front, sinon, il fallait passer le concours des impôts.


  • McGurk McGurk 14 juin 03:12

    Tous ces évènements ont été minutieusement préparés, probablement depuis très longtemps, afin de briser le pays. Sinon impossible d’expliquer le règne de Macron avec cette violence, ce mépris pour « les classes inférieures » et ceux n’étant pas de leur bord et encore moins cette anti-stratégie de plonger le pays dans le chaos le plus total et provoquer une vraie tuerie.

    Le chaos s’organise depuis depuis les présidents « people » (Sarkozy) pour détuire la France et faire qu’elle devienne totalement ingouvernable, sans identité (car tout aura été vendu au dernier degré) et criblée de dettes comme la Grèce.

    Ensuite, elle sera prête pour une fédéralisation afin d’être une « province » européenne, gouvernée de très loin par une élite européenne qui n’aura de comptes à rendre à personne dans cette « UE » tellement « démocratique » qu’on héberge même dans sa capitale des criminels en puissance (Puidgemont, sans parler des députés européens).

    Le système électoral, faisant autrefois notre fierté, n’est plus qu’un mythe synonyme de démocratie (raccourci souvent fait par les gens) alors qu’il n’y a plus d’opposition, aucun candidat honnête et avec un vrai programme, que la police a carte blanche (pour emprisonner, tabasser et tuer) et que le gouvernement trahit ouvertement le peuple qui s’en fout dans sa plus grande majorité ou trop lâche pour les démettre de leurs fonctions.


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 14 juin 05:40

    La France qui a dissimulé mes écrits de 2001, 2003 est le pays le plus égoïste, le pays le plus obscur et le plus sous-développé, le pays maudit de la planète. 


    Le vacarme mondial d’aujourd’hui signifie l’échec global de l’idéologie Ouest-Européenne (occidentale).

    Le foisonnement des vrais-faux problèmes compliquera la situation d’autant plus que les politiques, universitaires, historiens et intellectuels refusent de voir la réalité et la Vérité en face. 

    Car il n e s’agit pas de « l’esclavage » qui d’ailleurs n’a jamais été aboli,il s’est développé en esclavage moderne (consenti).

    Il ne s’agit pas de « violence policière », c’est la nature même de l’Etat qui est violente.

    Il ne s’agit pas de « racisme banal », c’est le creuset culturel, c’est l’idéologie Étatique, c’est le national-socialisme ouest-européen qui est fondamentalement, historiquement et idéologiquement raciste. Les pays européens (la France en tête) ont depuis toujours dévalué, dénigré et détruit les cultures du monde ; ils n’ont jamais accepté « l’autre ». L’Europe... l’idéologie franco-occidentale payera pour son mépris et pour son racisme congénital !

    En clair, il s’agit globalement de la ruine de l’idéologie occidentale qui a toujours visé la Domination planétaire. Les sociétés d’aujourd’hui ne s’y reconnaissent pas, il y aura de plus en plus de remous, de plus en plus d’anarchie...

    Je comprends pourquoi la « Rédaction » a refusé la publication de mon article : 

    https://web.facebook.com/notes/mohammed-madjour/nom-de-code-covid-19/4453516954673683/


  • zygzornifle zygzornifle 14 juin 08:34

    Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs , des voleurs et des traîtres n’est pas victime !.... il est complice.(George Orwell)


  • Copain 14 juin 09:02

    Pour Ludwig von Mises, l’antisémitisme est une variante de ce qu’il appelle le polylogisme, un sophisme inventé par Marx un siècle auparavant.

    Jusqu’au milieu du XIXe siècle, personne n’osait contester le fait que la structure logique de l’esprit était identique et commune à tous les êtres humains. Toutes les relations humaines sont fondées sur l’hypothèse d’une structure logique uniforme. Les hommes peuvent entrer en discussion parce qu’ils peuvent faire appel à quelque chose de commun à tous, à savoir la structure logique de la raison. Il est difficile d’imaginer un monde peuplé d’hommes dotés d’une structure logique différente de la nôtre. Aucune coopération sociale et intellectuelle avec ces hommes ne serait possible. Or, selon Mises,

    Au cours du XIXe siècle, ce fait indéniable a pourtant été contesté. Marx et les marxistes (...) ont enseigné que la pensée est déterminée par la situation de classe de celui qui pense. Ce que la pensée produit n’est pas la vérité, mais des idéologies. Ce mot signifie, dans le contexte de la philosophie marxiste, un déguisement de l’intérêt égoïste de classe à laquelle appartient l’individu qui pense. C’est pourquoi il est inutile de discuter quoi que ce soit avec des personnes d’une autre classe sociale. Les idéologies n’ont pas besoin d’être réfutées par un raisonnement déductif ; elles doivent être démasquées en dénonçant la situation de classe, l’arrière-plan social de leurs auteurs. Ainsi les marxistes ne discutent pas les mérites des théories physiques ; ils dévoilent simplement l’origine bourgeoise des physiciens

    Le polylogisme s’oppose à l’universalisme, c’est-à-dire à l’idée qu’il existe des vérités universelles que la raison peut reconnaître. Mises explique comment le marxisme et le nazisme procèdent de ce genre d’idées : il n’y aurait pas une structure logique identique pour tout individu, mais une structure logique de l’esprit différente selon l’appartenance à des catégories déterminées, selon les classes, les races ou les sexes (ou les nations). Ainsi, pour le marxisme, il y aurait une logique prolétarienne et une logique bourgeoise. Pour le nazisme, il y aurait une logique aryenne et une logique juive. Pour certaines féministes, il y aurait une logique masculine et une logique féminine.

    Aux yeux des marxistes, Ricardo, Freud, Bergson et Einstein sont dans le faux parce qu’ils sont bourgeois ; aux yeux des nazis, ils sont dans le faux parce qu’ils sont juifs. Ainsi, les nazis se sont composés un polylogisme à eux, affirmant que la structure logique de l’esprit serait différente suivant les nations et les races. Chaque race ou nation aurait sa propre logique et donc une économie, des mathématiques, une physique et ainsi de suite qui lui sont propres. La seule logique et la seule science exactes, correctes et éternelles seraient celles des Aryens. C’est pourquoi un des premiers buts des nazis fut de libérer l’âme aryenne de la pollution des philosophies occidentales de Descartes, Hume et John Stuart Mill.

    Mises a également montré que le principal obstacle à surmonter pour Marx fut la critique dévastatrice des économistes.

    Les marxistes ont eu recours au polylogisme parce qu’ils ne pouvaient pas réfuter par des méthodes logiques les théories développées par les économistes bourgeois ou des déductions tirées des théories démontrant le caractère impraticable du socialisme. Ne pouvant démontrer rationnellement la solidité de leurs propres thèses ou la fragilité des idées de leurs adversaires, ils ont dénoncé les méthodes logiques acceptées.

    Le succès de ce stratagème marxiste fut sans précédent. Il a servi de preuve contre toute critique rationnelle aux absurdités de la soi-disant économie et la soi-disant sociologie marxistes. Ce n’est que par la supercherie logique du polylogisme que l’étatisme a pu s’implanter dans les esprits modernes.

    Mais le polylogisme est absurde car il est logiquement contradictoire. Il ne peut être porté jusqu’à ses conséquences logiques ultimes. Aucun marxiste n’a eu assez d’audace pour tirer toutes les conclusions qu’exigerait son propre point de vue épistémologique. Le principe du polylogisme conduirait à la déduction que les enseignements marxistes également ne sont pas objectivement vrais, qu’ils ne sont que des affirmations idéologiques ; mais les marxistes le dénient. Ils revendiquent pour leurs doctrines le caractère de vérité absolue.

    D’où la conclusion de von Mises : 

    Le polylogisme n’est pas une philosophie ni une théorie épistémologique. C’est une attitude de fanatiques bornés, qui ne peuvent imaginer que quelqu’un puisse être plus raisonnable ou plus intelligent qu’eux-mêmes. Le polylogisme n’est pas non plus scientifique. C’est plutôt le remplacement du raisonnement et de la science par des superstitions. C’est la mentalité caractéristique d’un âge de chaos.

    par Damien Theillier


    • Eric F Eric F 14 juin 11:55

      @Copain
      Cette notion est très intéressante, mais présentée de manière orientée. Le concept de polylogisme n’a pas été inventé par Marx, mais conçu par Mosis qui l’a appliqué a posteriori au maxisme, en « poussant » le raisonnement à partir d’une certaine interprétation et de dérives de la pensée marxiste. Car le fait que le mode de pensée est influencé par le milieu (la classe sociale), la culture, l’époque, etc. n’est pas niable, et c’est un anachronisme de notre temps que d’affirmer détenir une universalité absolue intemporelle (mais il est vrai que toute époque a fait de même).
      Bien évidemment cela ne s’applique pas aux « sciences dures » de la même manière qu’aux sciences humaines, et c’est très difficile aux niveau des « valeurs » d’établir indubitablement celles qui peuvent être considérées comme absolues (par ex. l’égalité intrinsèque de nature entre humains), et celles qui sont relatives à notre culture contemporaine et présentés comme absolues par leurs défenseurs (l’avortement, l’euthanasie, le transgenre, etc.).
      On pourrait du reste renvoyer la balle à Ludwig von Mises sur un point, c’est qu’en particularisant l’antisémitisme par rapport au racisme en général et dans ses différentes formes (via le parallèle qu’il fait entre le marxisme (qu’il honnissait en tant qu’économiste) et le nazisme), il montrait en cela un mode de pensée influencé par une appartenance de groupe.


  • ETTORE ETTORE 14 juin 12:02

    @ copain


    Soit et c’est exact..... MAIS ...

    Que vois t’on aujourd’hui ? (Et sans parler de la responsabilité de tout cela, par des politiques s’en servant comme leviers....)

    Nous avons « des personnes » qui contestent NOTRE histoire,

    Qui ne sont pas non plus aptes à vivre, sur le présent, dans leurs pays d’origine.

    Qui ne nous apportent aucun futur si ce n’est leur haine du présent, envers nous .

    Se servent de leurs histoires passées, pour recommencer une histoire personnelle qui est sensé donner un sens à leur vie....ICI !

    Dois t-on les qualifier de lâches à leurs patries ou, comme héros, à leur histoires passées ?

    Parce que, en fait, l’amalgame de l’histoire de chaque peuple, le « passé et le présent », se continue, à les en croire....ICI et maintenant.

    Chez eux :

    La stabilité politique, la démocratie participative, les droits des hommes, le respect de la femme, l’égalité des chances, la justice sociale, le droit au travail, l’économie redistribuée, le droit à la différence culturelle, le respect de la vie....où est tout cela ????

    Replier le temps, retourner à l’histoire passée, sans rechercher les culpabilités précises, avec la cécité d’un mendiant qui a décidé d’aller faire la quête des libertés hors de son pays natal qui est bien loin de pouvoir lui en accorder...autant que espéré....

    Et rendre son pays d’accueil responsable de ce qui n’as pas été fait chez eux ....Avec comme seule base de raison, l’impuissance généré par le ....

    « Racisme blanc »....

    Faudra quand même comprendre un jour que, noir, blanc , jaune, et même rouge ou vert de rage, la seule prison égalitaire, est notre cerveau personnel.


Réagir