mercredi 29 août 2018 - par Emile Mourey

Le Coran est un texte crypté. Les femmes de Mahomet sont, en réalité, des troupes militaires

Mahomet, nous disent les textes, était un homme très religieux. À La Mecque, il se fit connaître comme prêcheur. Exilé à Médine, il combattit pour étendre sa religion. Il fut celui qui réalisa l’unité d’une Arabie que les luttes tribales et les vendettas à répétition avaient plongée dans une mortelle anarchie. Redoutable chef de guerre, Mahomet fut aussi un habile politique et un fin stratège.

On raconte que lorsque le Prophète arriva à Médine, son chameau le conduisit tout droit sur un lieu sacré où il construisit par la suite une mosquée.

Ce passage se trouve dans le livre du musulman Tabari que je considère comme le récit le plus fiable et le plus authentique concernant la vie de Mahomet (Mohammed, sceau des prophètes, pages 134 et 135, éditions Sindbad, 1980).

Puis il alla loger dans la maison d’Abou-Ayyoud. Bien que sans ressources, Abou-Ayyout était le personnage le plus important de Médine. Mahomet lui laissa les parties hautes mais prit possession des pièces du rez-de-chaussée.

Admirons la grande humilité de Mahomet qui, dans un premier temps, a laissé au pouvoir en place la responsabilité de la surveillance du haut de la terrasse, et donc, la responsabilité du maintien de l’ordre. A l’image d’Abraham, son illustre prédécesseur, Mahomet ne se présente pas comme un conquérant mais comme un invité, ou plutôt comme un hôte qui, en échange de l’hospitalité qu’on lui accorde, apporte son soutien militaire.

Comme on lui demandait comment il prenait la chose, Abou-Ayyoud avait coutume de dire : « Si vous demandez à quelqu’un comment il se trouve quand il a Dieu au-dessus de lui et le Prophète de Dieu en dessous, que voulez-vous qu’il vous réponde ? » 

 "Je suis un étranger, avait dit Abraham, mais néanmoins un résident (Gn 23,4)". Tabari dit à peu près la même chose. Il précise que le premier acte de Mahomet en s’installant à Médine fut d’élever une mosquée, puis tout à côté, sa propre maison (Tabari, page 125). De toute évidence, cette maison de Mahomet, chef de guerre, ne pouvait être que fortifiée et probablement très bien fortifiée. Abraham, lui aussi, prenait possession d’un territoire en commençant par y élever un autel (Gn 12,7-8) et ensuite, pour protéger cet autel dédié à Dieu, une fortification ; cela me semble évident.

Asad, fils de Zorâra du clan des Beni Naddjâr fut le grand artisan de la venue à Médine du messager de Dieu. A sa mort, les Beni Nadjâr se tournèrent vers le Prophète et lui dirent : « Ô apôtre de Dieu, donne-nous un naqib. » Mahomet leur répondit : « Vous êtes mes oncles. Je ne veux être que l’un des vôtres. » (Tabari, page 113).

Cette grande humilité de Mahomet va de pair avec une non moins grande habileté politique. Dans un premier temps, il refuse le pouvoir, mais cela pour mieux le saisir par la suite quand il sera en position de force. En effet...

En arrivant à Médine, Mahomet demanda à Abou Becker de donner l’ordre à sa fille Aïscha, qui se trouvait toujours à La Mecque, de le rejoindre (Tabari, pages 113 et 114). 

Que signifie cette venue de la "famille" après la construction de la maison ? En tant qu’ancien militaire, j’avoue que cela me surprend. Ce dont avait besoin Mahomet pour rétablir l’ordre à Médine n’était pas d’une femme mais de partisans, les fidèles, ceux qui, à la Mecque, l’avaient accompagné dans son combat politique. En outre, s’il a acheté tout le terrain avoisinant, c’est bien pour y construire des logements pour ses autres femmes, un logement par femme (pages 125, 169 et 353). Dans le langage militaire trivial de notre époque, on dirait aujourd’hui qu’il les a installées "à sa botte".

« O vous, femmes du Prophète, vous n’êtes pas comme les autres femmes. » 

Cette phrase correspond très exactement au début du verset 32 de la sourate XXXIII dite "les conjurés", de mon exemplaire du Coran. C’est une phrase qui fait débat dans le milieu musulman érudit. Cette sourate rappelle la situation des musulmans au moment de la guerre du fossé. Les adversaires de Mahomet qui détenaient le pouvoir à la Mecque avaient mis sur pied une très importante coalition en ralliant à leur cause des chefs de tribus victimes du blocus que Médine exerçait sur les voies du commerce. En outre, une partie de la population médinoise, qui avait à se plaindre des avantages que le Prophète accordait aux musulmans immigrés, commençait à le lâcher plus ou moins "hypocritement". Certains semblaient même souhaiter la victoire des Mecquois qui les aurait délivré de Mahomet. Face à tous ces conjurés, Mahomet avait alors appelé l’ensemble des musulmans à l’union sacrée, ceux qui étaient venus à Médine et ceux qui se trouvaient encore à la Mecque. Car cette sourate est un véritable appel que Mahomet adresse à ses partisans, où qu’ils soient. Il leur demande de croire toujours en lui, d’agir mais tout en les mettant en garde contre les opérations "hypocrites" de l’adversaire. C’est une véritable guerre psychologique que Mahomet peut perdre ou gagner, une guerre où les combattants de l’ombre jouent un rôle important.... d’où l’évocation symbolique de voiles. Il s’agit, bien entendu, de mon interprétation. Je comprends qu’on puisse ne pas être d’accord, mais alors, qu’on m’explique ce que viennent faire ces femmes du Prophète avec leurs voiles dans une sourate qui n’a pour objet que d’appeler des populations à soutenir des combattants défaillants face à des conjurés de toutes sortes qui menaçaient de les écraser ? Oui ! Je prétends que le texte du Coran qui nous est parvenu a été mal traduit, modifié, ou plutôt, mal interprêté.

L’histoire a une logique et, contrairement à tout ce que ses détracteurs prétendent, le Coran n’est pas un ramassis confus de citations égayées par des histoires de femmes. Quel est son message ? Dans le contexte de l’époque, cela ne peut être que celui-ci : « Populations musulmanes ! Vous n’êtes pas des femmes comme les autres. Si vous avez accepté de vous convertir et de partager votre vie avec celui que Dieu a choisi comme messager, vous devez faire preuve d’un dévouement sans limite et d’une fidélité à toute épreuve. Prenez garde de ne pas tromper celui que vous avez épousé. » 


Le Coran originel a-t-il été mal traduit, modifié, ou plutôt, mal interprêté ? Oui. Et cela depuis le début. En effet…

Mahomet avait vingt-cinq ans lorsqu’il unit sa destinée à Khadidja. Ayant acquis la réputation d’homme sûr, c’est tout naturellement qu’il se trouva chargé des nombreuses caravanes qui faisaient alors la prospérité de la ville. 

Dans ma thèse et, en toute logique, Khadidja ne peut être que la grande bourgeoisie commerçante de la Mecque qui a soutenu Mahomet avant l’hégire. Première épouse du Prophète, son union avec Mahomet correspond à une période de prospérité et de stabilité. Sa mort en marque la fin. Les luttes intestines au sein de la population mecquoise, la compétition des clans entre eux, ont ensuite affaibli un pouvoir qui ne tenait encore debout que grâce à Mahomet… jusqu’au jour où la situation politique le poussa à l’exil.

Qu’on relise l’histoire de Mahomet et l’on constatera que chacun de ses mariages correspond à une situation, à un événement ou à un acte politique en rapport avec une population.

Est-ce que derrière ces femmes qu’épousait le Prophète, il n’y aurait pas des organisations, associations, cellules... publiques ou clandestines ?

Khadidja : organisation politique au sein de la classe commerçante dominante de la Mecque, avant l’hégire.
Aïscha : organisation politique des nouveaux partisans de Mahomet. Garde et entourage rapproché du Prophète. Seule organisation n’ayant pas eu d’autres maîtres que Mahomet. Après la tentative de sédition d’Abdallah, a failli, dit-on, abandonner le Prophète pour le jeune Cafwân. Est restée fidèle à Mahomet jusqu’à sa mort en dépit des difficultés de sa fin de règne.
Sauda : organisation politique regroupant les anciens musulmans du premier exil revenus d’Abyssinie.
Hafça : organisation traitant des affaires de justice selon la nouvelle loi. 
Oumm-Salama : organisation politique liée au clan Makhzoum ralliée à l’islam. Après la mort de ses protecteurs au combat d’Ohod, recueillie par Mahomet.
Djouwaïriya : organisation des juifs amis du musulman Thâbit, rachetée par Mahomet.
Oumm-Habîba : anciens partisans d’Abou-Soufyan, grand adversaire de Mahomet, convertis à l’islamisme et accueillis par le Prophète.
Zaïnab : organisation politique/réseau du fils adoptif de Mahomet passée sous les ordres directs du Prophète.
Cafiyya : organisation politique des juifs convertis après la victoire de Mahomet sur les Juifs de Khaybar.
Maïmounna : organisation politique des convertis de la Mecque ralliés à Mahomet lors de sa visite de l’Accomplissement.

Essai de justification.

Ligue des vertueux, Parfumés, Confédérés, clans, tribus, familles, alliances, noms simples, complexes ou doubles, toute étude sur la société d’avant et du temps de Mahomet se perd dans les sables d’une extrême complexité d’où il ressort néanmoins une constatation : l’importance et le rôle des organisations et organismes du type réseau.

Cette culture des réseaux, Mahomet en a fait, d’après moi, un art de sa guerre. La belle jeune fille qui suit Mahomet après la défaite des Juifs Beni Qoraïzha, la belle Cafiyya qu’épouse le Prophète après la chute de la forteresse juive de Kaybar, ne sont pas des femmes comme on peut le lire dans une lecture "en surface" de la sourate XXXIII mais des organisations rassemblant des vaincus qui se sont ralliées à Mahomet. Lors de la visite de l’Accomplissement, pendant trois jours sur le mont Bat’hâ, le Prophète attendit ceux qui, dans la population de la Mecque, voulaient venir à lui. Seule Maïmounna vint... autre organisation (organisation plus ou moins secrète et d’autant plus efficace au sein de la population mecquoise ?). 

Les épouses que Mahomet installe à Médine dans son entourage ne seraient-elles pas la partie mobilisée, en armes, de ces différentes organisations, réseaux plus ou moins clandestins restés sur place qui renseignaient le Prophète et noyautaient les populations vaincues mises sous tutelle ? ... des troupes de supplétifs, en quelque sorte, que les fractions de population ralliées fournissaient au Prophète ?

Ainsi s’expliquerait le conseil qui était donné de ne s’adresser à ces "femmes" que derrière un voile (pour ne pas les compromettre, verset 53 de la sourate XXXIII). Ainsi s’expliquerait - Tabari, page 114 - qu’Aïscha ait pris parfois le visage de l’ange Gabriel (l’ange, agent de renseignement par excellence). Ainsi s’expliqueraient les dérogations matrimoniales accordées à Mahomet puisque ses alliances n’étaient des femmes que pour le symbole (verset 49 de la sourate XXXIII). Ainsi s’expliquerait le mariage du Prophète avec Aischa, une troupe de fidèles qui n’avait que neuf ans d’existence.

Bien sûr, tout ce que je viens d’écrire n’est qu’hypothèses. Bien sûr qu’en tant qu’ancien militaire, je privilégie ce qui est stratégie au risque de l’erreur. Mais si les exégètes musulmans pensent que, mariée à quarante ans, Khadidja, après avoir eu sept enfants - un enfant par an - pouvait encore, à cette époque, en avoir un huitième vers quarante-huit ans, eh bien, il faut croire au miracle. 

(Reprise de mon article du 22 janvier 2009 ; cela fait presque dix ans !)

 

MAHOMET N'EST PAS UN INDIVIDU MAIS UN CONSEIL .

... Corrigeant la légende des sept dormants d'Éphèse, le Coran dit dans la sourate 18, verset 34, que ces "enfants" demeurèrent 300 ans dans la caverne plus neuf ans, ce qui est en contradiction avec l'interprétation théodosienne. En effet, entre la persécution brève mais violente de 250 de l'empereur Dèce et le règne de Théodose mort en 395, il ne peut pas y avoir plus de 145 ans. Cette correction ne peut s'expliquer que si ces 300 ans nous amènent à la date de naissance de Mahomet... un Mahomet qui renaît de l'esprit des anciens martyrs chrétiens d'Éphèse en 550 (250 + 300). Et en effet, c'est bien la date qu'il faut retenir pour la naissance du Prophète et non celle de 570. La bataille de l'éléphant qui sert de référence a eu lieu peu de temps avant que meurt le vice-roi du Yement Abdallah qui l'avait déclenchée, date de décés en 553 attestée par des inscriptions.

Les "plus neuf ans" rappellent bien évidemment les neuf ans qu'avait Mahomet lorsque le moine de Bahira le reconnut par un signe entre les épaules comme étant le futur prophète de l'Arabie. Je traduis : "lorsque les moines de Bahira, à l'entrée de Bosra, les reconnurent comme étant le futur prophète de l'Arabie".

Étonnante précision, alors que la légende d'Éphèse dit que les dormants étaient au nombre de sept, la sourate, verset 21, prédit, ou plutôt prophétise, qu'on disputera sur leur nombre, que l'on dira qu'ils étaient trois et leur chien, cinq et leur chien, sept et leur chien ; mais c'est vouloir pénétrer un mystère que peu de personnes savent. Dis : Dieu connaît parfaitement leur nombre.

Le chiffre un étant exclu, Mahomet était-il trois, cinq ou sept ? C'est la question facile que le verset nous pose en nous demandant de réfléchir sur le fait que les dormants d'Éphèse étaient sept. Et il nous met même sur la piste de 7 en ne citant pas le chiffre douze.

QUE CONCLURE ?

Primo : que Mahomet n'était pas un individu mais un conseil de sept hommes. Pour moi, ce n'est pas une surprise car c'est la thèse que je défends depuis de très nombreuses années dans mes ouvrages et dans mes articles en commençant par les patriarches de la Bible. Abraham, Moïse etc., dont la durée de vie dépassait de beaucoup cent ans, ne pouvaient évidemment pas être de simples mortels. C'est aussi la seule explication intelligente qu'on peut donner aux récits merveilleux de la naissance et de l'enfance, que ce soit pour Jésus comme pour Mahomet.

Secundo : que si Mahomet a reçu "l'appel" à 40 ans, c'est qu'il a vécu la vie d'un conseil ordinaire pendant tout ce temps-là et qu'il n'a commencé sa prédication qu'en 590 (550 + 40). C'est la date qu'il faut donner à deux feuillets coraniques anciens récemments découverts, date qui s'accorde tout à fait aux analyses scientifiques de leur support.

(extrait de mon article du 5 septembre 2015).

 

LE CORAN ? IL FAUDRAIT PEUT-ËTRE COMMENCER PAR LE TRADUIRE CORRECTEMENT

... Lors de la bataille de Médine, alias guerre du fossé, Mahomet avait neuf femmes. Il faut comprendre que ce sont ces "commandos" à effectifs limités qui ont fait le coup de main de nuit contre les tentes d'Abou Sofyan. Cela nécessitait un secret absolu dans la préparation et l'attaque. Il faut comprendre, en revanche, lorsqu'il lance un appel à tous ceux qui aiment Dieu et son Prophète pour assiéger la forteresse des juifs Beni Qoraïzha, que cela s'adresse à tous les musulmans et alliés réunis. Cela fait du monde (Tabari, p.230).

Ceci étant dit, le combat terminé pour l'instant, Mahomet se devait d'adresser une proclamation à ses troupes/commandos avec le sceau du jugement divin d'Allah. Il s'agit de cette sourate XXXIII.

 Ô Prophète, dis à tes épouses que celles qui veulent se sédentariser pour exploiter les biens terrestres (conquis sur les Juifs Beni Qoraïzha) seront autorisées à le faire. Tu n'auras qu'à les répudier sans leur causer de préjudice (verset 28). Mais celles qui veulent rester près de toi pour l'amour d'Allah et de son Prophète, c'est une énorme récompense qui leur sera donnée au paradis (Vs 29).

Ô épouses du Prophète (qui voulez rester avec lui), ne vous laissez pas corrompre par les badinages de l'amour, de crainte de sombrer dans la mollesse ! Résistez à la tentation ! Vous n'êtes pas des femmes comme les autres femmes.(Vs 32) ! Restez à l'intérieur de vos casernements ! (pour les garder). Ne faites pas l'étalage d'un habillement somptueux comme au temps de l'ignorance ! Faites les prières et l'aumône ! Purifiez-vous ! Vous êtes la famille du Prophète (Vs 33). Mais attention ! Les coupables de fornication seront châtiées au double (Vs 30). Les soumises à Allah et à son messager seront deux fois récompensées (Vs 31)...

C'est clair ! Ces épouses sont des groupes de partisans ou des troupes militaires d'élite. Il faut vraiment le vouloir pour proposer une autre traduction ou interprétation. Mme Leila Qadr, dont les traductions font référence, a "oublié" de traduire ce passage dans son ouvrage "Les trois visages du Coran".

Marre de tourner toujours en rond ! Sept livres publiés et pas de réaction publique. Cela fait quarante ans que j'écris, arguments et preuves à l'appui, pour affirmer et réaffirmer que d'Abraham jusqu'à Mahomet, en passant par Jésus, nous n'avons pas affaire à des individus mais à des conseils et que leurs femmes, quand ils en ont, sont des troupes militaires. Marre de toujours répéter la même chose à des officiels, sépulcres blanchis, qui ne réagissent pas ! Médias, intellectuels, professeurs et hommes politiques... parfois quelques frémissements, sans suite.

Le roi David était un conseil qui avait plusieurs femmes et concubines et il est dit que Salomon en aurait eu 1000, c'est-à-dire beaucoup. D'Abraham jusqu'à Mahomet, la généalogie dont l'Histoire a conservé le souvenir est une généalogie, non pas d'individus, mais de conseils qui se sont succédés à l'exercice du pouvoir. Saint Paul, dans son épître aux Galates, dit clairement que Sarah et Agar étaient, en réalité, deux alliances (l'alliance araméenne et l'alliance égyptienne, Ga, 4, 24). 

(extrait de mon article du 27.10.2017).

Suite à mon article du 25 août : Islamisme. À mes camarades généraux, anciens combattants d’AFN, exprimez-vous ou rendez vos étoiles !

Emile Mourey, 28 août 2018. 



79 réactions


  • Hecetuye howahkan 29 août 2018 10:13
    Salut Émile, sacré travail...

    il me semble, que d’autres textes anciens, venus « dieu » sait d’où sont aussi des textes hermétiques...à ne pas prendre du tout au premier degré..

    il y eu , dans un passé lointain des humains éveillés, en partie voir plus....qui communiquaient souvent par allégories , par hermétisme..

    bon je ne développe pas, il y a déjà matière à lecture..ici.

    je te salue

    • Emile Mourey Emile Mourey 29 août 2018 11:36

      @Hecetuye howahkan


      Grand merci. Merci d’avoir « plussé » pour que mon article paraisse. Quand j’ai lu qu’un autre modérateur avait qualifié mon article de stupide, j’étais désespéré et j’ai cru que mon article ne paraîtrait pas.

      Plus de 40 ans pour essayer de comprendre d’où venaient les valeurs religieuses auxquelles je croyais, pour finalement me rendre compte qu’elles ne venaient que de l’esprit humain - je dis cela sans mauvaises pensées mais comme un fait -. Mais oui, concernant les trois religions du Livre, c’est nous qui n’avons pas compris. Faut-il s’attendre maintenant à leur écroulement médiatique ? Dans un sens, cela règlerait le problème des religions radicalisées, tel l’islamisme radical, véritable fléau pour la sécurité des sociétés et du monde. D’un autre côté, il faudrait que les intellectuels et les responsables politiques réfléchissent avant de pérenniser un système de croyances qui vacille.

      Depuis que les intellectuels français, Luc Ferry, Comte-Sponville, ... m’ont lâché, je suis très inquiet. 

    • LUDOVIC DIAS LUDOVIC DIAS 29 août 2018 12:27

      @Emile Mourey
      Merci pour cet article. Vous avez certainement fait le plus dur quand vous avez accepté de considérer le Coran comme un écrit de haute valeur tout en sachant que la lecture littéraliste n’est qu’un leurre. Jusque là vous décryptez les « personnages » comme des entités collectives cohérentes par leur fonctionnalité. Toutefois, la démarche de décryptage doit se poursuivre, en particulier en différenciant ce qui est du Coran de ce qui est de la sîra. Sommes-nous bien dans un lointain passé des milles-et-une-nuits, très orientalisé, et situé dans la Péninsule arabique ? 


    • Hecetuye howahkan 29 août 2018 12:53

      @Emile Mourey


      Merci aussi de ce travail Émile.

       En ce qui me concerne cette approche quelque peu disons allégorique et hermétique m’est venu « comme cela » , par la compréhension instantanée de certains de ces textes ou je voyais clairement au delà de la surface du texte...sur certains points précis comme l’allégorie Adam et Eve dont j’ai fait un article..

      ton approche me semble vitale....

      je ne suis pas sur que les intellectuels puissent aider...les intuitifs par contre si...

      bon, désolé de faire si bref, mais j’ai peu de temps en ce moment..

      je te salue..

    • MKT 29 août 2018 17:20

      @Emile Mourey

      J’ai souvent lu vos articles avec beaucoup d’intérêt.
      Peut être avez vous raison peut être tort lorsque vous décryptez les signes sur des monuments français.
      Ce que vous venez de dire est très juste et s’applique à toutes les croyances.
      Si je crois à quelque chose, si j’ai une révélation alors je suis convaincu d’avoir la vérité, je suis infaillible.
      De cette axiome, je vais rechercher, inventer toutes les justifications qui vont aller dans mon sens.

      C’est cela qui fait que la foi et la raison ne peuvent coexister.
      Hélas toutes les démonstrations, déconstructions de ces montages ne pourrons jamais faire fléchir un fanatique ou un croyant qui est englué dans ses certitudes et autres arguments irréfutables.

    • Emile Mourey Emile Mourey 29 août 2018 21:02

      @MKT


      Merci.

  • LUDOVIC DIAS LUDOVIC DIAS 29 août 2018 11:31

    Bonjour Emile,

    Texte crypté aussi pour sa localisation et datation. 

  • Arthur S Dr Faustroll 29 août 2018 11:34

    Moi qui croyais que « les mille et une nuits » étaient un reportage et le Coran une biographie, me voilà bien déçu ! J’ose espérer que vous n’allez pas nous révéler qu’Adam et Eve avaient chacun un père et une mère, et que le genèse n’est pas un traité de biologie,parce que là, je croirai plus à rien !


  • Emile Mourey Emile Mourey 29 août 2018 12:47

    Mince ! Je viens de voter « mauvais » pour mon article. Je me fais vieux.


  • JC_Lavau JC_Lavau 29 août 2018 12:58

    « de la Mecque » ? A condition toutefois que ladite Mecque ait existé du vivant de Muhammad.

    Voilà ce qui arrive quand on fait confiance à des faussaires.

    • LUDOVIC DIAS LUDOVIC DIAS 29 août 2018 15:38

      @JC_Lavau
      Le Coran n’évoque ni l’actuel Hijaz (et donc pas sa Mecque bédouine avec une Kaaba en parpaings), ni l’actuel Jerusalem (qui sont deux re-localisations de ces trois derniers siècles).



  • aimable 29 août 2018 14:32
    une chose que j’aimerais connaitre , c’est le nombre de lectures possibles du Coran , comme de la bible d’ailleurs , chaque « traducteur » donne l’impression d’être l’homme qu’a vu l’homme qu’ a vu l’ours etc etc ...

    • mmbbb 29 août 2018 20:55

      @aimable la Bible il y a maintes et maintes traductions. Des exégètes dont Segond fait référence est une des traductions retenues .J avais vu sur ARTE une emission en plusieurs volet l Origine u Christianisme realise par Mordillat . Lorsque la traduction d un mot grec ancien donne tant d interprétations de la part de ces théologiens , je doute de l exacte historicité des faits . Les religions oscillent entre mythe et realite . J ai ete enfant de choeur , je suis « choqué » de la certitude de l enseignement religieux . Anecdote , on m avait appris doctement que le Cure D Ars vivait dans la misere . Je suis passe dans son village dans l Ain, sa maison peut se visiter, On est loin du pauvre hère dormant par terre, il avait de beaux meubles une bibliotheque et une servante . Il vivait dans le luxe par rapport aux paysans ! Deja cette réalité proche a ete falsifiée Quand a ce qui s ’est passé il y 2000 ans ou 1300 ans , il vaut mieux assez prudent. et douter des affirmations peremptoires .Quant au muslins , c est l effet tapageur de leur religion qui m indispose le reste je m en balance


    • Hijack Hijack 30 août 2018 01:22

      @mmbbb


      Oui, musulman, je suis d’accord avec ton commentaire ... et le tapage fait autour de l’Islam dérange tout autant les musulmans, la majorité étant silencieuse. Et, si d’aucuns réagissent mal, ou font du communautarisme autour de la religion, c’est principalement en réaction (consciente ou pas) à tant de mensonges, de médisance sur leurs croyances.

  • Claudec Claudec 29 août 2018 18:20

    Avec ou sans référence au Coran, les femmes ne sont-elles pas dorénavant clairement désignées, par leur ventre, comme les conquérantes du monde au profit de l’Islam.

    Cf. Erdogan et bien d’autres leaders musulman avant lui.

  • Matlemat Matlemat 29 août 2018 19:22

     Le statut de la femme est essentiel dans le succès et la propagation de cette religion.


      

  • OMAR 29 août 2018 19:22
    Omar9
    .
    Bonjour @E. Mouray : « Les femmes sont des troupes militaires... »
    .
    Il y a à peine quelques jours, vous menacez vos collègues étoilés de se prononcer sur des inepties sorties droit de votre imaginaire, comme si en France, le sujet soulevé est la préoccupation majeure du citoyen français :
    .
    Aujourd’hui, vous êtes plus péremptoire dans vos écrits au risque où ceux-ci apparaitront comme le fruit des prémices d’un probable problème psychique, ce dont, par respect envers vous, je ne souhaite nullement.
    .
    Mr. Mouray, et si vous consultiez d véritables uléma et exégètes musulmans avec lesquels vous pourriez échanger sereinement, justement, et honnêtement ?
    .
    Sinon, suivez Voltaire : allez cultiver votre jardin....

    • Emile Mourey Emile Mourey 29 août 2018 19:55

      @OMAR


      Vous avez peut-être raison. Il vaut mieux que j’aille cultiver mon jardin.

    • LUDOVIC DIAS LUDOVIC DIAS 30 août 2018 08:31

      @OMAR
      « et si vous consultiez d véritables uléma et exégètes musulmans »


      Effectivement, Emile aurait besoin de mieux connaître les différentes interprétations et lectures du Coran d’une part, et de la Sunna et des hadith d’autre part, mais non pas avec des ulémas sunnites qui sont majoritaires et tiennent une compréhension littéraliste et historicisante qu’Emile veut justement dépasser. Donc quels seraient les ulémas et exégètes musulmans avec qui il pourrait échanger sereinement, justement et honnêtement ? 

    • OMAR 30 août 2018 12:03
      Omar9
      .
      @LUDOVIC DIAS : "Donc quels seraient les ulémas et exégètes musulmans avec qui il pourrait échanger sereinement, justement et honnêtement  ?

      .In Agora du 5 août 2015 : « Les sens cachés du Coran » j’avais proposéé à Mr. Mouray le commentaire suivant :

      "Je vous recommande particulièrement Mr. Kamel Chekkat membre de l’association des uléma algériens.

      C’est un théologien très ouvert., avec lequel, vos échanges seront non seulement fructueux mais aussi instructifs et constructifs, et surtout basés sur un sincère et profond respect mutuel.
      https://www.facebook.com/kamel.chekkat

      http://www.djazairess.com/fr/author/Kamel+Chekkat+membre+l%27Association+des+Oul%C3%A9mas+al

      https://www.youtube.com/watch?v=bxFVpmxo9yM« .

      Il reste clair que mon choix n’est ni exclusif ni obligatoire.

      Non seulement l’auteur s’entête à se référer à un seul exégète, mais dans son précédent article, du 25 aout, il préconise ceci :

       »Qu’on invite sur le plateau les mollahs radicaux, pour qu’ils y défendent leurs convictions et qu’ils s’y ridiculisent !".

      Pendant qu’il y est, pourquoi ne dialogue-t-il pas avec ce taré et barbare de Abou Bakr al-Baghdadi ?

      Autrement dit, seuls les uléma ou exégètes qui se conforment à la perception du Coran et de l’Islam par Mr. Mouray ont le droit d’être cité.

      Faut pas montrer la face paisible et humaine de l’Islam.....


    • LUDOVIC DIAS LUDOVIC DIAS 30 août 2018 14:36

      @OMAR
      Merci pour les références de cet uléma à suivre


      Aussi je continue à apprécier la démarche globale d’Emile qui me semble cohérente dans sa « déprogrammation historique » même s’il y a des amalgames et confusions qui pourraient être évités. A chacun de lui apporter avec bienveillance sa contribution. 

  • Marius Morin Marius Morin 29 août 2018 19:32

    Vous décryptez… vous êtes quelque peu prétentieux, en faisant dire au texte ce que vous désirez et projetez, loin de la vérité, hélas !  


  • blablablietblabla blablablietblabla 29 août 2018 20:31

    Article très intéressant , faut voir les manuscrits de Sanaa ils devraient lever pas mal de lièvres, mais ils ne veulent pas les remettre aux chercheurs les yéménites allez savoir pourquoi.


  • Hijack Hijack 30 août 2018 00:06
    Comme d’habitude que des histoires à dormir debout. Rien de sérieux. Rien ne provient du Coran.
    Ainsi que je l’ai écris dans l’autre topic anti Islam ... toutes ces sorties, toutes ces foutaises, mensonges etc ... ne sont là que pour prouver le malaise de l’auteur et ceux qui l’approuvent ... ils ont le droit de l’approuver ... à une seule condition, qu’ils cherchent les bonnes sources et vérifient d’eux-mêmes.
    .
    En fait, il semble que bcp de gens se croyant chrétiens (comme les islamistes se croient musulmans), ces faux chrétiens dans leur petite tête se disent : si l’Islam est vrai ... nous ne serons rien, nous la civilisation chrétienne - Mais à tort ! L’Islam vient après, est une mise à jour. Chacun doit garder sa religion ... et ainsi de suite. S’il y a quelques muzz’s qui posent problème, voir qui les instrumentalise... Qui bénéficie de l’essor de l’islamisme ... pas l’Islam.
    .
     
    .
    J’ai déjà posté ces quelques lignes ... normal, pour le même problème ...
    J’en suis certain, la plupart des gens ici et ailleurs s’imaginent le Prophète Mohammed, non pas comme il a été, mais tout à fait le contraire. N’ont pas ce qu’il disait, pensait ... mais l’inverse.
    Vérités sur Mahomet (Mohammed).
    (faites gaffe quand même ... un sable effilé pourrait surgir de la courte vidéo et venir vous frapper !!! ...)
    .
    .

    Converti, mais, comme déjà dit, rien ne l’obligeait ... en vérité, jamais le Coran n’a obligé des juifs ou chrétiens à se convertir, simplement ne pas trahir, ne pas mentir, ne pas adorer des idoles.
    .

    Le couple >>> Sourate 4 verset 1 :

    « O hommes, Craignez votre Seigneur qui vous a créés d’une seule âme et a créé d’elle son conjoint et delà a fait propager beaucoup d’hommes et de femmes… »
    Dans ce verset, Dieu nous indique que l’être humain a été créé d’une seule âme sans préciser son genre. Nafs en arabe veut dire âme, elle ne désigne ni un homme ni une femme mais une âme humaine.

    Le texte coranique, loin d’enfermer la femme dans des rôles traditionnels, tout aussi importants, de mère d’épouse ou de sœur, nous donne des images de femmes avec des profils très variés et valorisants allant de Bilqis la femme de pouvoir qui a régné sur le royaume de Saba avec justice et intelligence, Assia la femme de Pharaon qui a recueilli Moise et l’a élevé comme son propre fils en restant loin de l’injustice de son époux, Sarah la femme de Abraham qui s’est entretenue avec les anges émissaires de Dieu jusqu’à Marie le modèle de piété qui est élevée au rang de la dignité prophétique dans la sourate des prophètes.

    .

    Les Femmes dans le Coran !


  • Hijack Hijack 30 août 2018 00:43
    J’essaie de comprendre malgré tout, sur quoi se base l’auteur pour écrire autant de baliverne, malgré que je n’ai pu dépasser quelques lignes de l’article chapeau ... pris au hasard au tout début :
    .
    Je cite :

    On raconte 
    que lorsque le Prophète arriva à Médine, son chameau le conduisit tout droit sur un lieu sacré où il construisit par la suite une mosquée.
    .
    Ah, zut alors ... on ne m’avait pas raconté la même chose.
    .
    De plus, se baser sur des hadiths pour décrire l’Islam ... c’est exactement ce que font les islamistes, terroristes. Ainsi que nous l’avons tous remarqué,les islamophobes ou anti Islam, voient l’Islam par la même lorgnette que les fous islamistes, c’est dire, le sérieux.
    .


    Un hadith se veut le récit ou le recueil de parole(s) et/ou de fait(s) attribués à Mohammed. Il est facile de constater qu’une parole rapportée n’est pas identique à la parole originelle, comment croire qu’elle soit identique au terme d’une chaine de rapporteurs longue de quatorze siècles ? C’est pourtant ce que veulent croire les musulmans pro hadiths, les islamistes ou islamophobes que je mets presque dans le même panier. Les uns jouent contre eux-mêmes, les autres ont la jugeote handicapée par la peur de je ne sais quoi.


    .

    Soyons donc un tantinet sérieux ... les hadiths sont condamnés par le Coran.


  • Hijack Hijack 30 août 2018 01:16
    Pauvres d’eux ... ainsi, des personnages oh combien logiques, réfléchis, tellement libres , ayant eu la capacité de chercher et faire chercher la bonne information, contrairement à l’auteur ou ses inspirateurs ... ces personnages citées plus bas, se sont fait avoir par un texte crypté, appelé Coran ...
    .
    Donc ... Sans ordre, Montesquieu, Lamartine, Goethe, Voltaire, Pasteur, Hugo, Gandhi, Napoléon, J.Paul II, Nietsche, G.Le Bon ... J’en passe etc ...
    devraient revenir s’informer sur Avox au lieu de dire tant de bien sur le Coran, sur l’Islam ou son Prophète.
     smiley



    • LUDOVIC DIAS LUDOVIC DIAS 30 août 2018 08:23

      @Hijack
      Bonjour,

      Vous avez raison de signaler qu’Emile fait la même confusion que beaucoup concernant le Coran et la Sirâ / les hadith pour décrypter l’Islam. Il lie systématiquement l’un et l’autre et fait donc la même erreur que les littéralistes et historicisants de tous bords (ce que vous précisez bien). Le Coran est un livre très proche des Evangiles (c’est même un livre « chrétien ») et n’invite pas au clivage des croyants, bien au contraire, à un recadrage nécessaire suite à des dérives. 

      Toutefois la démarche critique globale d’Emile sur l’Histoire et l’Archéologie apporte des notions pertinentes (comme le cryptage par des personnages-concepts de collectifs ayant une fonctionnalité militaire) que nous ne pouvons pas ignorer et mépriser. Et c’est plus dans la relecture critique de la Sîra que ça s’applique ici. 

    • QiroreuR QiroreuR 30 août 2018 10:37

      %@LUDOVIC DIAS

      « que nous ne pouvons pas ignorer et mépriser. »

      Précisément, l’islamiste soralien ignore parce qu’il ne lit jamais rien, tout juste les titres des articles qu’il commente et qu’il ne comprend même pas. Il accourt simplement avec son habituelle suffisance déplacée et imbibée de paranoïa dés qu’il entrevoit qq part « islam », « prophète » ou un autre mot-clé de ce type. Là, ni une ni deux, sa cervelle reptilienne en-djinnée jusqu’aux tréfonds de son hypophyse hypertrophiée libère en masse les hormones de la connerie et commande immédiatement à ses doigts de tabuler ce sempiternel mépris vis-à-vis de tous ceux qui, comme l’auteur, ont, à l’évidence, une connaissance bien plus grande et subtile de son propre culte. C’est plus fort que lui. Alors tel un LLP du pauvre - c’est dire le niveau - il brandit des auteurs occidentaux aux passions orientalistes teintées d’exotisme et de romantisme courant à leur époque et qui n’avaient, pas la connaissance historique d’aujourd’hui, dans l’unique but de légitimer son culte. Voilà à quoi se résume cet islamiste prosélyte (pléonasme) arrogant et d’une aussi incommensurable que crasseuse bêtise. 


      « Le Coran est un livre très proche des Evangiles (c’est même un livre « chrétien ») »

      Le coran est une photocopie vulgaire truffée d’incohérences qu’il serait trop long de lister, un agglomérat raté des traditions zoroastriennes, juives et chrétiennes, un pompage sans vergogne d’Ecritures saintes. C’est un torchon que la recherche historique, archéologique, paléographique, philologique etc. réduit à néant, de même que toute la tradition prophétique. La sira et ce que les historiens nomment à juste titre « l’industrie des haddiths » tous bricolés tardivement pour légitimer les pouvoirs successifs, la tradition islamique elle-même admet qu’ils sont à 99% des bobards (même parmi les 6000 et qq de Boukhary, une bonne partie sont jugés bidons... 6000 sur 600 000 à 700 000 !). 
      Il y a bien qq reprises et paroles sages dans le coran, pompées ailleurs comme tout le reste, incontestablement, mais tellement d’intolérances, de violence, d’inégalités qu’en faire rétroactivement un « livre chrétien »... comment dire... comment décrire à quel point cette affirmation contrevient à la réalité ? C’est l’essence même de ce texte que de travestir le passé, faire des prophètes précédents des musulmans rétroactivement. Sur un plan purement théologique c’est complètement grotesque. Sur tous les autres plans, ceux de la recherche sérieuse, ce ramassis de fadaises explose avant même le décollage. ll y a nombre d’auteurs sérieux à lire pour s’en convaincre : de Prémare, Crone, Lammens, etc.

    • Hijack Hijack 30 août 2018 12:46

      @LUDOVIC DIAS


      Bonjour,

      Je ne peux qu’apprécier et être d’accord avec toi sur la première partie de ton commentaire ... Tout lier, tout mélanger ... ce qui en sort, ce n’est que du faux, quel que soit notre camp. Ravi que tu dises que le Coran est proche des Évangiles (dont je ne connais que les grandes lignes, mais simplement par logique>>> Dieu, en effet, ne peut se contredire).
      Les meilleurs savants de l’Islam que je connais, dont le Pr Shahrour ... ou bien même, à un autre niveau, le très éloquent Ghaleb Benchikh disent qu’un bon chrétien, est un bon musulman (nous ne comprenons cela, qu’à une seule condition, s’élever au-dessus des lieux communs comme on en lit ici). Ma théorie pour la ou les religions étant, que la logique ... est la seule preuve que tel ou tel paragraphe (ou verset-sourate) est vraiment de Dieu pas, de même que telle ou telle citation, tel ou tel comportement/conseil précepte etc ... Je crois en Jésus bien sûr, mais pas à tout ce qui ne me semble pas logique.
      .
      Quant à la démarche que tu dis critique de l’auteur sur l’Histoire et Archéologie ... faire allusion à la Sira, n’est pas chose évidente même pour un spécialiste de l’Islam ... d’autant plus pour une personne qui passe son temps à dire tout et n’importe quoi, y compris sur le Coran ... surtout sur son Prophète. En effet, de nos jours, la Sira ne sert que les islamistes qui en tirent ce qu’ils veulent que je mets dans le même paquet que les islamophobes, les anti Islam et autres spécialistes de le la foutaise. En effet, seul le Coran compte ... dans la Sira, il y a tout et n’importe quoi. Perso, ça n’existe pas. Ces textes, écrits par des hommes, longtemps après le décès de Mohammed ... sont contradictoires entre les différents auteurs /// surtout, contradictoire avec le Coran, ce qui les annule tout simplement. Le Prophète avait clamé haut et fort, que toute parole ou acte qui lui serait plus tard -donc après sa disparition- attribué et, qui ne serait pas conforme au Coran, devrait être tout simplement rejeté. Enfin, chez les musulmans, seuls ce que j’appelle les gogolitos de l’Islam donnent de l’importance à ces Ahadiths ... aucun savant sérieux, comme ceux que j’ai cité n’en fait allusion, ou juste pour en parler, sans les prendre au sérieux. N’étant perso pas pieux, m’intéressant aux religions que récemment ... et, m’étant marié à une musulmane pieuse (mais sans voile et autres tenues de carnaval) ... parlant souvent avec ma nouvelle famille de religion et surtout d’Islam, parmi eux, il y a même des très religieux ... aucun d’eux ne parle de Hadith.
      Pour clore ce chapitre, parler des Ahadiths sur le Prophète ... c’est comme si, pour un savant, au lieux d’étudier ses travaux, essayer de les comprendre etc ... d’aucuns ne faisaient qu’interroger ses camarades de cour de récréation .../// Il y a ses travaux et ses conclusions (comme le Coran) ... et il y a ce que l’on a trouvé d’écrit sur ce savant 1 ou 2 siècles après (selon ses amis, qui, ont tout oublié, certains, jaloux, ne l’aimaient pas, d’autres disent n’importe quoi --- (et c’est comme la Sira ou les Hadiths). Par conséquent, si je n’aime pas ce savant, j’occulterai ses travaux et m’intéresserais à ce qu’ont dit l’es uns et les autres .... et encore. Imagine que là nous parlons du Prophète de Dieu. 

    • Hijack Hijack 30 août 2018 13:55

      @QiroreuR


      C’est moi que tu traites d’islamiste (n’ai pu lire que ça) ? Pourtant ... ces islamistes, parlent comme toi sur la religion musulmane. Qui se ressemble s’assemble, même s’il ne le reconnait pas. Tous deux, aussi C ... /// je pourrais signaler cette insulte qui te désigne, mais je la laisse, pour que chacun sache qui tu es ... comment tu te comportes.
      .
      Tu dois être vraiment perturbé de venir poster sur moi, sans que je t’ai cité ... tu es totalement hors sujet.
      La bêtise, dit-on ne peut aller qu’en évoluant ... permets-moi donc de continuer à continuer à pas te lire, sachant ton niveau ... et toi, continue de me lire et dire n’importe quoi, le contraire serait étonnant.
      Famine était un ennemi, mais un vrai, malgré que dernièrement il avait baissé, il avait un tout autre niveau que toi en tant qu’islamophobe ou anti Islam ... toi tu es une limace de la pensée ... tu cherches ... en raz de terre ... mais tu ne reçois que des dégats collatéraux des pieds de gens qui passent.
      Tu fais pitié ... je ne peux rien pour toi. smiley

    • QiroreuR QiroreuR 30 août 2018 15:05

      Islamiste est une description fidèle pour quiconque cherche à vendre ce ramassis de stupidités. Ce n’est pas plus une insulte qu’islamophobe, ce que je ne suis du reste pas n’ayant aucune peur irrationnelle d’une idéologie bien que celle-ci soit mortifère et en totale contradiction avec les valeurs de mon pays. Les islamistes (partisans de l’islamisme en français... cela inclut les pseudo-réformateurs pauvre ignare) de ton espèce n’ont que cette accusation grotesque à opposer. Alors signale (on reconnaît bien là les petits censeurs islamistes qui se réfrènent...), ne signale pas, lis, ne lis pas, à l’évidence, tu es le seul à ne pas avoir saisi que ça n’avait strictement aucune importance. Je confirme que tu ne peux rien pour personne... et ça tombe très bien : on ne te demande rien si ce n’est garder tes croyances pour toi.


    • Jean Keim Jean Keim 2 septembre 2018 22:53

      @LUDOVIC DIAS

      @Hijack

      Vous avez sûrement lu le Coran, par compte en ce qui concerne les évangiles pour L. DIAS... là j’ai des doutes, dire que le Coran leur est proche est tout simplement sidérant, quand à Hijack, je comprends mieux maintenant certains de vos propos.

      Alors lisez les évangiles, peut-être arriverez-vous à percevoir que dans le message de Jésus il n’y a aucune volonté de fonder une religion nouvelle, contrairement au Coran qui a été écrit par des hommes dont c’étaient pour des raisons politiques le dessein évident.

      Pour pouvez déblatérer tant que ça vous fera plaisir sur les chrétiens qui ne sont pas en reste, seulement ce tintamarre ne concerne pas Jésus qui n’était pas chrétien, pas plus d’ailleurs que je ne le suis.

      La religion coranique est vis à vis du message de Jésus semblable à un homme qui voudrait instaurer une religion en se fondant sur les enseignements de Krishnamurti, ou encore dans la même position que ces bouddhistes qui ont fondé un culte dédié à Gautama, c’est une ineptie.

      Tant que vous resterez au niveau des idées, tant que vous penserez que la vérité dépend d’un homme, d’un livre, d’un savoir, d’un choix, vous ne lui ferez pas la moindre petite place disponible dans votre conscience. 

  • Jonas 30 août 2018 07:50

    Vous voulez réellement connaître la vérité sur l’Islam ?
    Alors regardez et écoutez les prédicateurs et imams dans les plus grandes mosquées de France endoctriner des centaines de milliers de musulmans au fondamentalisme islamique misogyne, antioccidental, antichrétien et antisémite :
    http://islamineurope.unblog.fr/
    https://vimeo.com/user75660018


  • Raymond75 30 août 2018 08:56
    Le Coran a en réalité été écrit par les Altantes, venus de Proxima du Centaure il y a quelques centaines de milliers d’années, et dont les survivants sont regroupés dans une immense grotte sous l’Antarctique.

    Ils nous surveillent à l’aide de drones hyper véloces que les humains baptisent OVNI car ils n’ont rien compris (leur niveau intellectuel est trop faible).

    Le langage qui apparait codé est en fait issu de la première langue fondatrice de toutes les langues humaines, qui a été transmise à nos ancêtres lorsque les Atlantes ont essayé, en vain, de les instruire.

    Je sais cela par les révélation du chef d’une base survivaliste secrète installée sur Mars. Un relai de communication de cette base est installé sur la face cachée de la Lune, et sera peut être identifiée par la future sonde chinoise. Chinoise ? Oui, les Chinois sont un peuple en connexion avec l’univers ...

    • Raymond75 30 août 2018 08:57
      @Raymond75

      Un petit coup de rouge pour commencer la journée, et soutenir les viticulteurs français, qui produisent du vin et non de l’alcool  smiley

    • otc31 30 août 2018 11:48

      @Raymond75
      Et bien sur, sans oublier le père Noel qui est le chef de file de toute cette organisation. Ça m a bien fait rire, merci. Un peu de sérieux et de raison ne fait pas de mal. Bon @+, je retourne nourrir mes requin lutin.


  • QiroreuR QiroreuR 30 août 2018 09:20

    « A l’image d’Abraham, son illustre prédécesseur, Mahomet ne se présente pas comme un conquérant mais comme un invité, ou plutôt comme un hôte qui, en échange de l’hospitalité qu’on lui accorde, apporte son soutien militaire. »



    Il faut revenir là-dessus et en terminer avec ces fadaises parce que comme vous le savez sûrement c’est un des pivots de la foi mahométane que cette prétendue filiation ismaëlienne. Il m’est donc surprenant de lire pareilles assertions. 

    Extraits de mon propre livre :

    "Dans les textes hébraïques il n’est même pas fait mention des femmes du produit de ce qui fut la première GPA de l’histoire, hormis un texte tardif vraisemblablement écrit sous la pressions des musulmans ; d’ailleurs il semblerait que le nom même d’Ismaël ait été oublié dans la culture arabe... jusqu’à ce que l’autre pingouin décide d’en faire un aïeul, sans aucun doute afin que son bobard s’appuie sur une lignée d’élus (alors que non en réalité, Ismaël étant un bâtard)

    Dans la Genèse, Ismaël est néanmoins béni de Dieu qui lui promet une multiplication à l’infini – voilà pour la mauvaise nouvelle... - même si l’Alliance est appelée à se poursuivre avec le cadet, le légitime Isaac. Dieu, qui ne dit pas toujours des conneries - il en fait aussi – aurait dit qu’Ismaël formera une grande nation. Toutefois « l’enfant unique » d’Abraham, que ce soit pour les hébreux comme pour les chrétiens, est sans aucun doute possible Isaac. Quand Abraham est mis à l’épreuve du sacrifice de son fils, le récit biblique est sans ambiguïté : il s’agit d’Isaac.

    « Me voici. » Il dit : "prends donc ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Is’ hac, va pour toi en terre de Mont Moriah, là, monte-le en montée." Genèse 22-2.

    (...)

    Vous connaissez la suite : Abraham est à deux doigts de trucider son petiot quand soudainement IHVH Adonaï intervient. Abraham ayant relevé le challenge comme on dirait aujourd’hui - il craint Dieu, il l’a écouté et était bien prêt à aller jusqu’à sacrifier son enfant unique... chapeau l’artiste - il touche alors le gros lot : l’Alliance, rien que ça. Le p’tit plus c’est le sauvetage in extremis du fiston à un cheveu de terminer comme une des victimes de Daesh. Et comme il eût été ballot que toute cette logistique ne servit à rien, c’est un bélier qui traînait ses sabots dans le coin et qui se coinça connement dans un fourré non loin du bûcher qui y passa à la place d’Isaac. Tout est bien qui finit bien... sauf pour le bélier, m’enfin l’avait qu’à faire gaffe où il traînait ses guêtres... Passons sur toute la symbolique profonde de cet épisode qui échappe aux corannistes et qui n’est pas le sujet ici.

    Oui mais voilà... cette histoire ne fut pas au goût de sa seigneurie - en réalité pas vraiment de lui-même... - et si nous faisons cette digression c’est pour bien que vous saisissiez l’imposture – une de plus - suivante : dans le coran, l’enfant unique lors de cet épisode de la mise à l’épreuve d’Abraham est... Ismaël.

    On entend d’ici les spécialistes s’offusquer et ils ont raison. Le coran ne le précise pas donc pour être précis – contrairement au coran donc... - il parle de l’arrivée d’un « enfant longanime ». Mais dans les traductions de cette sourate, piratée comme le reste, l’on trouve souvent accolé à cette expression sibylline entre parenthèse le nom d’Ismaël.

    En réalité les grands experts en « science » islamique ne sont, comme toujours, pas d’accord. At-Tabari, qui pour eux n’est pas des moindres, pense que c’est Isaac... mais n’est pas sûr de son coup : « Quant à la personne qui fut immolée, on n’est pas d’accord sur ce point. Suivant les uns ce fut Ismaël qu’Abraham offrit en sacrifice, et suivant les autres ce fut Isaac. Or nous avons deux traditions, qui viennent à l’appui de ces deux opinions différentes  » (2003 : 88) ».

    Du reste la sourate 71 annonce l’arrivée de cet enfant : « Sa femme était debout, et elle rit alors ; Nous lui annonçâmes donc (la naissance d’) Ishaq (Isaac), et après Ishaq (Isaac), Ya’qub (Jacob). »

    Ibn Kathîr, prétend que l’avis de son collègue est erroné s’appuyant sur un autre verset et plus précisément son découpage grammatical. Après l’annonce de l’arrivée du « fils longanime" d’abord cité (v 101), Isaac est ensuite expressément nommé (v 112) et donc il en déduit que le « fils longanime » est un autre qu’Isaac... et donc Ismaël.

    L’autre explication récurrente qui circule est qu’en réalité cette partie de la Bible aurait été modifiée en intégrant un commentaire. C’est une constante : les musulmans adorent recourir à cet artifice pour justifier leurs bidouillages tardifs. En clair, c’est la Bible elle-même qui serait erronée : soit le nom d’Isaac aurait été ajouté, soit c’est le mot « unique » qui l’aurait été. Ils s’appuient également sur le fait qu’Isaac n’a jamais été « enfant unique » faisant fi du sens imagé de l’expression - ah bah quand ça ne les arrange pas, ils bricolent - puisque qu’étant le cadet d’Ismaël. Ils s’appuient également sur la brouille entre Sarah et Abraham et le fait que ce dernier a bien reconnu en Ismaël son fils.

    (...)

    Les musulmans ont des explications à cette inversion des rôles qui tombe bien... et ne vous en faites pas... ils en ont à toutes les balivernes que l’autre étron aurait radoté à ses scribes. Et même si à l’époque de momo et des premiers califes, la balance penchait clairement en faveur d’Isaac s’agissant de l’identité du sacrifié, bien plus tard, c’est Ismaël qui fut imposé à la place pour jouer ce rôle. Le nom même d’Isaac aurait même disparu un temps. Quoi qu’il en fut il y a des raisons profondes à cette permutation mais la plus évidente que l’on peut donner est qu’elle vient sanctifier « la filiation ismaélienne » et légitimer l’étron qui s’en réclame par la même occasion.

    Le récit diffère aussi totalement s’agissant de l’exil forcé dans le désert d’Ismaël et de sa souillon de mère. Pour les musulmans, Abraham aurait emmené les deux, mais passons.

    Quant à la scène du sacrifice elle se déroulerait, selon l’islam et comme par un heureux hasard, à la Mecque et non au Mont du Temple à Jérusalem... bah oui, c’est quand même mieux que tout cela se passe à la casbah plutôt que chez les juifs... L’histoire est plus compliquée en réalité. La sourate 37-102 relate que c’est sous la forme d’un songe - ce qui n’est pas le cas dans le récit biblique que l’autre tâche a plagié - qu’Abraham se serait vu en train d’immoler Ismaël. Ni une ni deux il lui en aurait fait part : Dans son infinie sagesse, Ismaël aurait répondu à son père qu’il fasse ce que Dieu lui ordonna et que s’il plaisait à Dieu alors il le trouverait au nombre des endurants. Il aurait joint à la vision la foi, en clair dans le texte « tous deux se furent soumis (à l’ordre d’Allah) » (103) et c’est ce qui les aurait sauvé tous les deux... comme quoi... il faut toujours se soumettre... la foi étant un peu comme la montagne, « ça nous gagne ». On peut se laisser à toutes sortes de digressions s’agissant cette épreuve mais arrêterons-nous là.

    Toujours d’après le préposé aux photocopies du 7ième siècle, c’est Ismaël, aidé de papounet qui aurait reconstruit la Kaaba. 

    (...).

    Revenons à notre Ismaël : Que lui promet Abraham au juste, toujours selon mohamerde bien entendu ? Eh bien que c’est de sa descendance qu’apparaîtra le dernier des prophètes, à savoir momo lui-même. Elle est pas belle la vie  ?« 

     »


    • QiroreuR QiroreuR 30 août 2018 09:24

      Je reviens plus longuement sur cette histoire - généalogie et politique étant intimement liés, particulièrement dans un monde tribal où chacun se réclame d’une lignée pou asseoir son pouvoir - car il faut bien saisir qu’elle est capitale dans cette œuvre d’appropriation. 

      Quant aux femmes, votre hypothèse est intéressante. La dimension politique de ces unions est à mon sens aussi évidente. Mais complexifier une réalité sans doute bien plus prosaïque, celle d’une ordure, celle d’un banal jouisseur, un violeur assermenté par lui-même, éloigne de la tradition prophétique et du texte lui-même qui est explicite : 

      Coran : S33-V50) : « Ô Prophète (Mahomet) ! Nous t’avons rendu licites tes épouses à qui tu as donné leur dot, ce que tu as possédé légalement parmi les captives (ou esclaves) qu’Allah t’a destinées. (Te sont également licites)… »

      Al Qurtubi, théologien musulman d’Andalousie, terre européenne du fameux « islam des lumières » au 13ème siècle, l’explique : « Allah a rendu licite au Prophète et aux hommes musulmans de prendre comme esclaves sexuelles les prisonnières sans aucune limite. Il a rendu licite au Prophète, les épouses sans limitation, alors qu’il a établi une limitation aux autres musulmans. Il a également rendu licite pour le Prophète, ce qu’il a possédé comme captives parmi les mécréantes. Ce qui signifie qu’Allah a rendu licite pour le Prophète ce qu’il a possédé comme butin parmi les femmes par la victoire et la conquête. »

      Citons aussi la S4 -V3 : « Il vous est permis d’épouser deux, trois ou quatre, parmi les femmes qui vous plaisent, mais, si vous craignez de n’être pas justes avec celles-ci, alors une seule, ou des esclaves (achetées ou captives de guerre) que vous possédez. »
      Citons la S4-V24 : « Vous sont interdites vos mères, filles, sœurs…et parmi les femmes, celles qui ont un mari, sauf si elles sont vos captives de guerre."

      Qq exemples suffisent :

      • Rayhâna : cette jeune fille de 15 ans, faisait partie des prisonnières capturées lors de l’attaque et du massacre de la tribu juive de Médine : les Bani Qurayza. Lors du partage du butin, Mahomet se garda Rayhana pour lui-même. Il distribua les autres captives entre ses soldats. Au même moment, il ordonne de décapiter le mari de Rayhana et les 700 à 900 hommes de sa tribu.
      • Safiya : elle, était une jeune mariée de 17 ans. Elle fut capturée par Mahomet quand il a envahi l’oasis de Khaybar. Mahomet a tué les hommes, dont le père et le frère de Safiya. Il a également décapité son mari Kinana, après l’avoir torturé. Alors que Safiya disait : « Nul ne me paraissait plus détestable que Mahomet car il avait tué mon père et mon époux », Mahomet la viola sans attendre l’arrivée à Médine, soit dans la même journée après la décapitation de son mari et le meurtre du reste de sa famille.
      • Le viol des captives mariées : Mahomet lança une expédition à Awtas, lors de la bataille de Hunayne. Ses soldats tuèrent les mécréants et prirent les survivants comme prisonniers. Les soldats hésitaient à violer les femmes capturées en présence de leurs maris. Alors Allah autorisa aux musulmans ces viols, en révélant à Mahomet ce verset du Coran : « Vous sont interdites les femmes mariées, sauf si elles sont vos captives de guerre ». Ainsi, Allah autorise non seulement de violer des captives, mais de le faire du vivant de leurs maris.


  • Emile Mourey Emile Mourey 30 août 2018 10:15

    @ Omar et Hijack 


    Je suis bien ennuyé. En fait, je suis en perpétuelle hésitation. Un jour, je veux publier, un jour, je ne le veux plus. Peut-être même que dans la journée, je demanderai à Agoravox de supprimer mes deux derniers articles.

    Dans un sens, vous avez raison ; je ne suis pas concerné. Ce n’est pas mon intention de froisser des croyants dans leurs convictions religieuses. De tout temps, les hommes ont cru à un je ne sais quoi qui nous dépasse, en quelque sorte, à un être suprême. En ce qui concerne Mahomet, celui-ci a bien dit qu’il n’était qu’homme.

    Le problème n’est pas moi. Je ne suis pas un prêcheur et n’ai aucune ambition dans ce domaine ; il est de savoir ce que ces textes disent vraiment. Je n’ai qu’une envie : celle de me retirer de ce débat.

    • QiroreuR QiroreuR 30 août 2018 10:58

      @Emile Mourey
      N’en faites rien.C’est précisément ce qu’ils cherchent. La critique est encore autorisée chez nous, contrairement à chez eux. C’est cela qui les fait enrager. S’ils vous méprisent c’est que vous les dérangez. Vous osez apporter votre réflexion sur l’histoire qu’ils se racontent et c’est cela qui leur est insupportable. Qu’un mécréant ose écrire les rend d’une arrogance inouïe. 

      Sachez aussi qu’une partie de ces gens (l’un d’eux en particulier) ne vous lisent même pas. Tout ce que vous pouvez avancer comme argumentation rationnelle glisse sur eux comme l’eau sur les plumes d’un canard. En revanche, vous avez des lecteurs qui vous lisent, même s’ils ne partagent pas nécessairement vos interprétations, c’est en l’occurrence mon cas comme je le dis plus haut à propos d’une affirmation que je trouve plus que contestable. Néanmoins vous apportez une réflexion intéressante.
      Soyez bien convaincus d’une chose : chez nous, la critique est libre... enfin plus ou moins parce que leur stratégie est de nous réduire au silence coûte que coûte, mais chez eux, vous et moi irions en prison ou pire. Le jour où nous nous tairons, ils auront gagné. 

    • Hijack Hijack 30 août 2018 13:39

      @Emile Mourey


      Hum ! Arrête avec ça ... Il ne faut jamais être ennuyé sur ce que l’on pense sincèrement. J’apprécie toujours les gens qui disent ce qu’ils pensent, mais s’ils se trompent, cela implique qu’ils trouvent des contradicteurs. A chaque fois que je lis un de tes articles et que j’y réponds, tu me dis toujours ce genre de choses, comme pour t’excuser. J’avais lu entier tes premiers articles que j’avais lu ici même, mais à présent, comme je le fais souvent avec les personnes dont je connais la justesse ou pas de leurs propos (que ce soit pour ou contre mes pensées, avis ou idées), je suis contraint de couper court et ne lire que le minimum pour éviter de perdre un temps inutile. Par contre, si une seule explication, une seule phrase me démontre que je suis dans l’erreur, suis prêt à tout relire ... cela m’est arrivé, mais c’est malheureusement rare. Donc, je connais tes idées comme celle de Olaf (Odan Lafontaine), celles du père Gallez et quelques autres ... Ce n’est pas de la prétention de ma part, j’ai tjrs fonctionné ainsi.

      .

      (A propos, comme à tous, je dis que mon tutoiement n’est pas irrespect, mais règle pour tous, sur la toile).
      .

      Mais si ! Tu es très concerné par les religions qui t’entourent, que tu le veuilles ou pas. Froissé ? Non, personne ne peut être froissé par ce qu’il sait être des mensonges/mal-compréhensions ... au contraire, ce genre de pensées ambiantes m’ont permis d’aller très loin chercher ce qui me posait questions. Ce qui m’interroge


      Ce qui me pose questions, ce sont les erreurs sur ce je sais parfaitement, prétention mises à part ... sauf si on me donne des éléments surs et non ce genre de lieux communs, indignes de Dieu. 

      .
      Le Prophète Mohammed, était un homme ... chacun le sait, un homme devenu Prophète ... pourquoi dis-tu ça ... on le ne l’idolâtre pas. Si tu mens sur un artiste que je connais parfaitement, je te répondrais que tu te trompes, pareil. Mohammed lui-même avait à plusieurs reprises dit qu’il n’était qu’un homme.

      .

      Personnellement, malgré que j’ai milles preuves que tu te trompes ... je n’ai jamais souhaité que tu te retires de ce débat ou un autre ... surtout, sans avoir cherché un peu plus loin, sans t’être informé dans d’autres sources.

      .

      La victimisation n’est bonne pour personne ... continue donc à dire ce que tu dis et, permets à ceux qui lisent -même un titre- d’ y répondre.

      Prendre une telle attitude, comme si tu étais attaqué par des méchants musulmans ... n’est pas signe d’intelligence ... et là, j’espère que je me trompe.


    • Hijack Hijack 30 août 2018 13:45
      @Emile Mourey,

      J’ajoute, qu’il m’est arrivé de défendre la chrétienté (d’après mes connaissances) ... si je savais que d’aucuns mentaient.
      .
      Ici, même ou le topic précédent, il y a des non musulmans qui sont en désaccord avec tes écrits et ceux d’Olaf.

    • Emile Mourey Emile Mourey 30 août 2018 14:02

      @Hijack


      Je n’ai jamais dit que j’étais victimisé. J’ai dit que j’étais ennuyé et que ce n’était pas mon intention de froisser des croyants dans leurs convictions religieuses, même si j’interprète les textes musulmans et chrétiens autrement que vous.

    • Hijack Hijack 30 août 2018 14:13

      @Emile Mourey


      C’est bien ce que j’ai dit ... tu as le droit de dire et penser ce que tu veux ... ça implique aussi que chacun a le droit de te répondre, si tu permets !

      Rassure toi encore, personne n’est froissé ... La seule chose qui peut, non pas froisser, vexer etc ... mais juste agacer, ce sont les mensonges, les déformations, les mal compréhensions ... nous ne sommes que des humains.

      Tu n’as pas dit que tu avais dit être victime ... mais tu le laisses comprendre.
      Vu le niveau de quelques uns ici ... attends-toi à tout.

    • OMAR 30 août 2018 15:59
      Omar9
      .
      @Emile Mourey : « ...ce n’était pas mon intention de froisser des croyants dans leurs convictions religieuses.. ».
      .
      Je ne pense pas qu’une seule personne ici sur Agora, peut mettre en doute votre sincère recherche de la Vérité.
      Et perso, parce que votre approche est sérieuse, documentée et méthodique, que je la prends en considération en y formulant des commentaires et critiques..
      .
      Mais là où vous froissez nos convictions, c’est quant vos référents sont majoritairement anti-Islam ou anti-musulmans.
      .
      Et parmi vos favoris, ce petit Sami Aldeeb (le loup), crapule notoire.

    • Emile Mourey Emile Mourey 30 août 2018 16:35

      @OMAR

      Je ne connais pas M. Sami Aldeeb.

      C’est en remettant en cause les textes chrétiens que j’en suis venu aux textes musulmans.
      Oui, je me trouve dans une situation assez curieuse car je ne me dis pas laïque et que je reconnais aux uns et aux autres le fait d’avoir des croyances religieuses.


  • QAmonBra QAmonBra 30 août 2018 10:46
    Merci @ l’auteur pour le partage.
     
    Sacré boulot, qui, en sois, mérite effectivement d’être salué même si je reste sceptique !

    Et dire que tout cela a commencé avec un père ayant refusé d’égorger son premier fils comme l’exigeait la religion de ses ancêtres !

    Avec « l’Aïd al Adha », (fête du sacrifice) dit aussi Aïd al kabir", (la grande fête) c’est tout simplement la fin du sacrifice humain et l’aube de tous les monothéisme connus à ce jour, que les musulmans fêtent en réalité, mais chuuut ! il faut pas le dire !

    Ah ce besoin irrépressible de croire en l’au delà ! Quel sac de nœuds à présent !

    Certains en sont même arrivés a croire que dieu en personne, excusez du peu, leur a sacrifié son propre fils. . .

  • zygzornifle zygzornifle 30 août 2018 17:02
    Le Coran est un texte crypté...

    j’ai pas trouvé ou brancher le décodeur canal + ....

  • Hijack Hijack 30 août 2018 17:12
    Que l’on soit croyant ou pas ... y compris un croyant à des idoles ou je ne sais quoi d’autre ... ce qui gêne, ce qui pose problème pour tous ... c’est la bêtise humaine !... Si on ajoute à de la bêtise, de la mauvaise foi ... il n’y a plus de limites. D’ailleurs les islamistes ou intégristes (présents ou passés musulmans, chrétiens ou juifs) ... ont/avaient le même problème, c’est à dire l’extrême idiotie de penser que Dieu puisse être injuste ... ce qui annulerait sa divinité.
    .
    Certes, il y a toutes sortes de bêtises ... qui peuvent aller jusqu’à faire couler le sang ... leur attribuer une religion (qu’on a le droit de ne pas aimer ou pas) ... fait partie de la bêtise ambiante, aussi bien nombreuse chez les muzz’s ... mais aussi les autres. Bêtise sanguinaire ou bêtise de base font le même job pour le diable.

  • Antenor Antenor 30 août 2018 18:04
    @ Emile

    "Ligue des vertueux, Parfumés, Confédérés, clans, tribus, familles, alliances, noms simples, complexes ou doubles, toute étude sur la société d’avant et du temps de Mahomet se perd dans les sables d’une extrême complexité d’où il ressort néanmoins une constatation : l’importance et le rôle des organisations et organismes du type réseau."

    Dans les Evangiles, Jésus (le mouvement de rénovation nazaréen) était lui-même soutenu par un réseau du nom de Marie. Nazareth, Magdala, Bethanie, Jérusalem : partout on trouve une Marie pour le soutenir. Le fait que Jésus n’avait pas d’épouse signifie qu’il n’avait pas d’alliance privilégiée avec les partisans d’une localité particulière.

    • Emile Mourey Emile Mourey 30 août 2018 18:27

      @Antenor


      Oui, Marie est le nom que se donne la population sainte d’Israël, plus précisément la partie qui se « missionne », en quelque sorte, à engendrer le messie espéré. Ma formule est maladroite ; il faudrait en trouver une autre. Exemple : la Marie des fresques de Gourdon, mère du messie Cleopas espéré. La Marie de Magdala ; La Marie de Nazareth, mère de Jésus dans l’évangile. Dans le Protévangile de Jacques, la colonie envoyée par la Galilée à Jérusalem pour travailler à la construction du temple d’Hérode ; la Marie de l’évangile de Luc, soeur de Marthe, qui écoute et lave les pieds de Jésus...

    • Emile Mourey Emile Mourey 31 août 2018 11:10

      @Hijack


      Oui, entre le père Gallez et Jacqueline Chabbi, concernant la localisation de La Mecque, je choisi la localisation à La Mecque de Jacqueline Chabbi.

    • Hijack Hijack 31 août 2018 15:33

      @Emile Mourey


      J’en suis ravi ... mais, en l’écoutant, la lisant ... elle a tellement de choses à nous apprendre à tous.
      En effet, cette petite Grande Dame ... est une passionnée et, la passion à ce niveau et dans ces circonstances ... va tjrs au fond de sa passion. De plus, n’étant pas musulmane, ça ajoute à sa crédibilité non contrainte.

    • JC_Lavau JC_Lavau 1er septembre 2018 01:30

      @Emile Mourey. N’hésite pas à réclamer des fouilles et des preuves archéologiques.


  • Emile Mourey Emile Mourey 31 août 2018 22:29

    Pour que les choses soient bien claires, je répète que je ne connais pas M. Sami Aldeeb... que je viens d’apprendre, en surfant sur la toile, qu’il existe un ouvrage intitulé « le Coran décréé » que je n’ai pas encore lu... que j’approuve Mme Chabbi qui maintient La Mecque à La Mecque... et enfin, que pour ma part, je préfère de beaucoup un islam intelligent tel que je l’interprète... tout en reconnaissant aux acteurs de cette histoire leur courage jusqu’au sacrifice.


    • Hijack Hijack 1er septembre 2018 00:48

      @Emile Mourey


      Adldeeb est du même niveau que Olaf ... du moins, le peu que j’ai pu entendre, car il dit tellement de bêtises, qu’il est vain d’espérer au moins lui faire comprendre qu’il fait fausse route.
      Mme Chabbi n’a pas fait que mettre la Mecque à sa place ... d’ailleurs, sa place a tjrs été inchangée.
      .
      Chaque religion ne peut, bien comprise, qu’être intelligente ... Dieu n’aurait pas pu faire autrement. Seuls les hommes sont tordus. Les musulmans ont été courageux à une certaine époque ... plus maintenant. Et, il me semble personnellement ... que le courage va de pair avec l’intelligence. Quant au sacrifice ? Dieu n’a jamais demandé, ni de sacrifices, ni de tuer ... dans aucune religion. Et, s’il y a des passages mal compris, notamment des faits historiques précis qu’il ne faut pas confondre avec préceptes religieux, Dieu a confié à l’homme le nécessaire pour réfléchir.


  • Decouz 2 septembre 2018 12:26
    Si on admettait le « déplacement » de La Mecque, qui n’aurait pas été à son emplacement actuel selon certaines théories « révisionnistes » , il faudrait aussi déplacer non seulement la ville elle-même, dont la topographie pourrait ressembler à celle d’une autre ville avec une source particulière et deux collines particulières, toute la topographie d’alentour qui l’accompagne dans la géographie sacrée et dans le rituel, et que tout cela « colle », donc Taïf, la grotte Hira, mais surtout les lieux du Grand Pèlerinage, Mina, Muzdalifa, le mont et la plaine d’Arafat...
    En admettant, selon un certain enseignement ésotérique, que les villes sacrées des différentes traditions religieuses reproduisent toute un même modèle primordial (les sept collines), il n’y a pas forcement à proximité de toutes, un mont Arafat.

    • Emile Mourey Emile Mourey 2 septembre 2018 13:46

      @Decouz


      La thèse du père Gallez est une première Mecque en territoire syrien dont on aurait perdu le souvenir et une histoire qui aurait été réécrite plus tard en lui donnant le cadre de l’actuelle Mecque.

       À juste raison, Mme Jacqueline Chabbi précise que c’est la présence d’un important point d’eau qui a fait du lieu un point d’étape mais aussi un point de rencontre et de rassemblement.

      Le père Gallez prend pour argument l’inhospitalité du lieu. J’y retrouve par ma part l’idée essénienne de pureté, à savoir qu’il faut relancer le mouvement depuis le désert.... à condition toutefois de comprendre que ceux qui pensent sont, suivant ma thèse, au monastère de Ba hira (Bosra, centre religieux... probablement opposé à la décision du concile de Nicée qui fit Jésus Dieu) ...  et ceux qui sont mis en mouvement, les armes à la main, les Arabes, comme par hasard, descendants d’Abraham, l’objectif étant, tribus et caravanes étant armée bien que rivales, de les réunir dans un combat commun.



  • Emile Mourey Emile Mourey 2 septembre 2018 15:57

    Autre interprétation : Mahomet entouré d’un conseil qui se renouvelle ; sept membres en tout.


  • Decouz 2 septembre 2018 16:11
    Oui il y a l’eau, même si ce n’est pas une oasis, cela doit s’expliquer par la géologie ou le débit de la source.
    Taïf qui est, et qui était, un lieu de villégiature pour les Mecquois, est une ville d’altitude dont l’apparence est (relativement) verdoyante, du moins par rapport à la Mecque.

    Si la Mecque (l’autre Mecque imaginée) avait été déplacée pour des raisons politiques, il est plus que probable que des pèlerins, qui faisaient le voyage depuis le début de l’islam (l’aire d’attraction s’est peu à peu élargie, le récit de pèlerinage est un grand classique, avec la description du départ dans le lieu et région d’origine du pèlerin, les scènes d’adieu, les étapes et les dangers de la route...) en eussent fait le constat , compte tenu du changement dans le cheminement, et en aient laissé quelques mentions, sans compter les ennemis politiques qui n’auraient pas manqué de dénoncer la manoeuvre.
    Je ne retrouve pas l’illustration, mais un argument consiste à dire que la Mecque est décalée par rapport aux caravanes nord-sud

  • Decouz 2 septembre 2018 16:29
    A titre de curiosité : l’histoire mormone rapportée dans le « Livre de Lehi », quoi que l’on en pense (Jérusalem>Arabie>Yemen>embarquement pour l’Amérique !) , elle est intéressante sur le plan des renseignements géographiques. Les Mormons qui ont étudié cette question ont eu un accès privilégié à différents lieux :

  • Hijack Hijack 2 septembre 2018 16:36



     smiley
    .


    >>>EDOUARD GIBBON (Célèbre historien britannique) : “La plus grande réussite de la vie de Mohammad fut le fait d’une pure force morale, sans un seul coup d’épée.” “History of the Saracen Empire.” London 1870.

    “le succès phénoménal de l’Islam est dû au caractère exceptionnel de sa spiritualité et de son programme social et politique. L’expansion de l’Islam est l’une des plus grandes révolutions de l’histoire”. “Histoire du déclin et de la chute de l’Empire Romain.” Réédition chez R. Laffont, 1983
    .
    A. S. TRITTON (Historien) : “l’image du soldat musulman avançant avec une épée dans une main et le Coran dans l’autre est tout à fait fausse.” “L’Islam”. Londres 1951 page 21
    .
    >>>DE LACY O’LEARY (Historien) : L’histoire est claire sur ce point : la légende des musulmans fanatiques s’abattant sur le monde, imposant l’Islam, à la pointe de l’épée, aux peuples vaincus est un des plus fantastiques et absurdes mythes que les historiens ont pu répéter. “ Aux carrefours de l’Islam”, page 28- (Ed. originale “Islam at crossroads”, Londres 1923, p.8)
    .
    >>>LAWRENCE E. BROWNE : “Incidemment, ces faits bien établis contredisent et rejettent l’idée si largement propagée dans des écrits chrétiens, que les musulmans, n’importe où ils allaient, forçaient les gens à accepter l’Islam à la pointe de l’épée.” The Prospects of Islam, Londres 1944.
    .
    >>>Ignacio Olagüe(paléontologue et un historien espagnol)  : “Comment une poignée de nomades, venus du fond de l’Arabie, auraient-ils pu imposer leur langue et la loi de l’Islam aux quinze millions d’habitants vivant sur les 600 000 kilomètres carrés de la Péninsule Ibérique ?” “Les arabes n’ont jamais envahi l’Espagne” chez Flammarion  (Thèse que l’Islam ne s’est pas imposé par les armes, thèse confirmée par plusieurs historiens espanols et autres).
    .
    >>>Dr CEASAR E. FARAH (Docteur d’histoire, Université du Minnesota, USA)
    Ni le sabre, ni même un quelconque prosélytisme, peuvent expliquer l’expansion continuelle de l’Islam à travers les siècles. Cette croissance phénoménale doit être attribuée à son pouvoir d’attraction, et à ses capacités à répondre aux besoins spirituels et matériels de peuples adhérant en masse non à une culture pourtant propre à ses fondateurs, des Arabes du désert, mais à une culture religieuse et à un développement socio-politique qu’ils ont évalués au moment de leur conversion.
    “Islam”, Barron’s Ed. Series, Inc - Woodbury - New York - 1968 - p.253
    .

    >>>Dr Gustave LE BON : “L’habileté politique que déployèrent les premiers successeurs de Mahomet fut à la hauteur de ses talents guerriers qu’ils surent bien vite acquérir. Dès les premiers combats ils se trouvèrent en présence de populations que des maîtres divers tyrannisaient sans pitié depuis des siècles, et qui ne pouvaient qu’accueillir avec joie des conquérants qui leur rendraient la vie moins dure. La conduite à tenir était clairement indiquée, et les khalifes surent sacrifier aux intérêts de leur politique toute idée de conversion violente. Loin de chercher à imposer par la force leur croyance aux peuples soumis, comme on le répète toujours, ils déclarèrent partout vouloir respecter leur foi, leurs usages et leurs coutumes. En échange de la paix qu’ils leur assuraient, ils ne leur imposaient qu’un tribut très faible, et toujours inférieur aux impôts que levaient sur eux leurs anciens maîtres. (...)
    La conduite d’Amrou (chef musulman - nda) en Égypte ne fut pas moins bienveillante. Il proposa aux habitants une liberté religieuse complète, une justice impartiale pour tous, l’inviolabilité des propriétés (...). Les habitants se montrèrent tellement satisfaits qu’ils se hâtèrent d’adhérer au traité et payèrent leur tribut d’avance. Les Arabes respectèrent si religieusement les conventions acceptées, et se rendirent si agréables aux populations soumises autrefois aux vexations des agents chrétiens de l’Empereur de Constantinople, que toute l’Égypte adopta avec empressement leur religion et leur langue. C’est là, je le répète, un des résultats qu’on n’obtient jamais par la force. Aucun des peuples qui avaient dominé en Égypte avant les Arabes ne l’avait obtenu. (...) Au contact des Arabes, des nations aussi antiques que celles de l’Égypte ou de l’Inde, ont adopté leurs croyances, leurs coutumes, leurs mœurs, leur architecture même. Bien des peuples, depuis cette époque, ont dominé les régions occupées par les arabes, mais l’influence des disciples du prophète est restée immuable.”

    “La Civilisation des Arabes” - Ed Le Sycomore/SFIED (Paris) - Réédition de 1985. p.81, 82- (Éd. originale en 1884, Librairie de Firmin-Didot & Cie, Imprimeurs de l’Institut, rue Jacob, 56 - Paris)

    (Talent de guerrier, certes ... en défense, jamais en agression ... tiens, ça me rappelle un certain Vladimir ...pourtant accusé à tort et à travers par les bien pensants ...)
    .
    Puis il existe tant de pays, les plus grands pays musulmans en fait, où nulle armée musulmane n’a mis le pied : Indonésie (200 millions de musulmans), Malaisie, Inde, Afrique noire, Asie orientale, etc.




    • leypanou 2 septembre 2018 16:51

      @Hijack

      beaucoup de croyances durent depuis des dizaines, centaines ou même milliers d’année : l’essentiel c’est qu’il y a de millions de gogos qui les gobent car cela leur permet de satisfaire leur a-priori ou autres.
      Mais cela est valable pour toute croyance, en particulier la Bible.

    • Hijack Hijack 2 septembre 2018 17:16

      @leypanou



      A mon sens, toutes les religions (notamment les abrahamiques) ... ont eu à la base de graves perturbations ... et comme tu dis, en particulier la Bible.
      L’Islam ... lui, ce sont des divisions dès la mort du Prophète qui ont en partie pétrifié l’évolution de cette religion (chiisme/sunnisme entre autres).

    • Jean Keim Jean Keim 3 septembre 2018 21:14

      @Hijack
      Nulle armée musulmane n’a mis le pied en Inde... vous êtes sûr de vous, revoyez vos sources.


  • UnLorrain 2 septembre 2018 20:39

    Les mahomets et autres faiseurs de sectes : Marat un peu avant son couteau en son coeur dans la baignoire. Secte ? Témoins 2Gova alors...des endoctrinės,des illuminés comme disait si élégamment ma maman. Des gens en qui je ne peux faire confiance, une autre certitude.


  • Jean Keim Jean Keim 4 septembre 2018 19:34

    Que le Coran soit l’un des livres à lire comme la Bible, c’est évident, mais monsieur Mourey si votre hypothèse que MAHOMET N’EST PAS UN INDIVIDU MAIS UN CONSEIL, est la bonne, alors que devient Djibril et son message oral, car de ce fait il n’y a plus de récipiendaire, le Coran devient un texte élaboré et rédigé par des hommes, un vulgaire texte politique, il n’y a plus de message divin... et donc l’Islam perd sa raison d’être.

    Vous risquer de faire l’objet d’une fatwa condamnatoire.

    • Emile Mourey Emile Mourey 4 septembre 2018 19:46

      @Jean Keim


      Il y a une autre interprétation possible, celle de considérer que dans le conseil, il y a l’homme nommé Mahomet, autrement dit : on en revient à l’histoire classique.

    • Emile Mourey Emile Mourey 4 septembre 2018 19:53

      @Jean Keim


      Je ne formule que des hypothèses. En revanche, je maintiens la localisation de la Mecque à La Mecque, ce qui est actuellement contesté, ce qui est beaucoup plus grave.

    • JC_Lavau JC_Lavau 4 septembre 2018 20:05

      @Emile Mourey. Et ça ne te met pas la pusse à l’aureille, que toutes fouilles archéologique en ce lieu ont toujours été interdites ?


    • Jean Keim Jean Keim 5 septembre 2018 09:42

      @Emile Mourey


      Je ne suis pas qqu’un qui pense que « Dieu » ne puisse pas s’adresser à nous, d’ailleurs en contemplant les merveilles de la Vie, je crois qu’il le fait en permanence ; seulement pour l’entendre il faut écouter, il faut être disponible, ce que ne permettent pas des obligations de toutes sortes, notamment religieuses. 

      Seulement si vos hypothèses sont bonnes, soit les voix prirent naissance dans un cerveau humain doté d’une imagination fertile, soit cela qui s’exprima par l’intermédiaire de Djibril est terriblement ordinairement humain.

      Mais qui suis-je pour me permettre de juger un livre vénéré par des milliards d’êtres humains bien que je suis persuadé qu’une minorité seulement l’a lu et que parmi ceux-ci certains l’ont refermé pour ne jamais y revenir, et parmi ceux qui affectent d’être musulmans, combien aimeraient passer à autre chose, seule la peur les retient.

      Ce qui me fait rejeter le Coran n’est pas d’ordre historique, mais simplement qu’il s’affirme comme le parfait achèvement notamment de la Bible chrétrienne et donc de cette construction artificielle qu’est le Nouveau Testament, tout en étant en complète contradiction avec le message de Jésus qui est bien autre chose que les prémices d’une énième religion.

      La plupart des musulmans pour se faire admettre des chrétiens disent à peu près cela : nous sommes des gens bien – ce qui est vrai pour la majorité – d’ailleurs notre livre révère Jésus, mais très peu ont lu les évangiles sinon de criantes contradictions leur sauteraient aux yeux.

      Finalement que le Coran soit un texte politique écrit par des hommes pour un dessein guerrier, avec éventuellement Mahomet comme leader, me paraît évident.


    • Jean Keim Jean Keim 5 septembre 2018 09:55

      @Emile Mourey
      Certains contestent La Mecque comme d’autres contestent Nazareth afin de prouver que Jésus n’a pas existé, qu’elle importance, pourquoi est-ce grave ? D’ailleurs le Coran ne cite pas clairement La Mecque me semble-t-il.





Réagir