mercredi 19 avril 2006 - par Méric de Saint-Cyr

Logiciel libre : la grande illusion

Vous pouvez tourner le problème dans tous les sens, développer tout un argumentaire subtil, lister un grand nombre de justifications, vous ne parviendrez jamais à faire croire que l’open source, en français « logiciel libre », soit autre chose qu’un mythe, une utopie déconnectée de la réalité humaine.

Les hommes sont des hommes, et ce qui caractérise l’humanité, caractéristique partagée avec le reste du monde vivant, c’est que chaque individu lutte pour sa survie. Sauf à prendre appui sur des convictions religieuses et à défendre des valeurs idéales telles que la charité et le don de soi, personne de sensé ne peut croire que la « communauté des développeurs du logiciel libre » soit une association philanthropique dont le seul but serait le plaisir de développer gratuitement des logiciels pour « la beauté du geste » et le « bonheur de l’humanité ».

Rappelons brièvement ce qu’est supposé être le logiciel libre.

Officiellement et théoriquement, un logiciel libre est un logiciel fourni avec son code source, faisant appel à une licence dont les termes permettent légalement la copie, la revente ou la diffusion sans bénéfice. Cette licence interdit que des intérêts privés accaparent le logiciel libre et en fassent un produit « propriétaire ». Chacun est libre de modifier tout ou partie du code source du logiciel pour l’adapter à ses besoins, à condition que ces modifications soient à leur tour versées au domaine public.

C’est à cette utopie que les communicants de l’open source veulent nous faire croire.
Or, il nous faut très prosaïquement regarder la réalité en face : on ne peut pas verser dans le domaine public un travail qui aura requis des heures, des jours, de semaines, des mois de transpiration sans avoir, d’une manière ou d’une autre, la ferme intention d’en tirer un profit, que ce soit à brève ou à longue échéance.

Pourquoi un développeur devrait-il s’intéresser gratuitement à un projet de développement open source ?

Théoriquement...

Théoriquement, la participation à un projet open source consiste à publier les bases dudit projet, le plus souvent sur Internet. Cela peut être un logiciel ou un embryon de logiciel, avec son code source. Puis, on lance un appel à tous les développeurs du monde intéressés par le produit, pour y ajouter des fonctions, en améliorer le code, le traduire, consolider, porter sur différents systèmes d’exploitation, etc.

Théoriquement les développeurs postent leurs contributions, lesquelles sont, toujours théoriquement, analysées, déboguées, par l’ensemble de la communauté qui travaille sur le logiciel.

Théoriquement le logiciel libre est durable, car aucune société commerciale ne peut en suspendre le développement. Le code source étant toujours disponible, il est toujours possible de le faire évoluer, théoriquement...

Théoriquement encore, le logiciel libre est performant, fiable, puisque la communauté participe en permanence à son amélioration, à la correction des bogues, à sa protection contre les virus, etc.

En pratique la réalité est tout autre...

Lors d’un colloque sur la question, on a avancé que pour qu’un logiciel libre soit un projet viable, il lui fallait compter sur la participation au minimum d’une cinquantaine de développeurs bénévoles, dont au moins une dizaine de très bon niveau. Bref, soyons clairs et surtout réalistes : ni vous ni moi ne pouvons mettre le nez dans des millions de lignes de code en nous disant « moi aussi je vais contribuer » !

Il faut avoir le niveau, il faut avoir la pratique, et il faut avoir du temps... Et comme le principe du développement de l’open source implique que l’on ne puisse tirer aucun revenu de sa prestation, il faut fondamentalement avoir une super motivation (et ne pas avoir besoin de travailler pour vivre)...

Le fun, l’amour du code optimisé, le plaisir, c’est une légende ! Les vrais développeurs, qui travaillent vraiment à l’amélioration des codes des logiciels libres, le font parce qu’ils sont payés pour le faire. Très bien payés. Je ne nie pas qu’il y ait sans doute quelques bons amateurs qui bricolent de temps en temps pour améliorer ou corriger des petites fonctions. Mais la grande majorité des développeurs du logiciel libre sont des professionnels, qui touchent un salaire.

La vérité, c’est que ce sont de très grandes sociétés, comme IBM, qui ont fait la promotion du logiciel libre, tout en restant très discrètes. Elles ont investi des sommes considérables, plusieurs millions de dollars, pour développer et diffuser l’open source. Qui peut croire que ces sommes ont été investies pour en faire « cadeau » ? Le but était évidemment de briser le monopole de Microsoft, en mettant sur le marché des logiciels gratuits capables de rivaliser avec des logiciels hégémonistes comme Explorer, Word ou Excel. Et reconnaissons qu’il y a de belles réussites avec les logiciels Internet, comme Apache, Linux, Sendmail, qui sont les grosses vedettes du logiciel libre soutenues par des milliers de développeurs. Mais à côté de ces quelques exceptions, il y a aussi une masse énorme de logiciels libres qui dorment, faute d’investisseurs pour financer leur amélioration et leur promotion.

Il importe donc de bien saisir la portée des clefs suivantes :

- Un logiciel libre ne peut attirer des développeurs que si ceux-ci y trouvent leur intérêt.
- Un logiciel libre ne peut présenter un intérêt pour un nombre suffisant de développeurs que si les fonctions offertes par ledit logiciel sont réellement utiles.
- L’utilité ne suffit pas. Pour qu’un logiciel libre et utile soit viable, il faut aussi qu’il soit utilisable, c’est-à-dire qu’il dispose d’une interface intuitive, intelligente et ergonomique. Or il se trouve que, bien souvent, les développeurs développent d’abord pour eux-mêmes, et ne se posent pas trop la question de savoir quelles seront les difficultés éprouvées par un utilisateur béotien.
- Un logiciel libre qui s’éloigne des standards a peu de chances de survivre.
- Échanger des fichiers implique aussi que des formats universels non propriétaires puissent être utilisés ; en plus du logiciel, il faut donc concevoir des passerelles, des modules de conversion, afin que tel logiciel puisse ouvrir le fichier produit par tel autre. Qui va les développer ?
- Un logiciel gratuit ne génère pas de profit. Cela a pour conséquence une dichotomie : il y a bien une version gratuite en open source, utile mais peu utilisable. Si vous voulez une version utilisable et confortable, il faudra payer. Et il faudra payer d’autant plus cher qu’on souhaitera des fonctionnalités précises. Et du coup, on saute du logiciel libre au logiciel sur mesure, qui est ce qu’il y a de plus cher !

Le logiciel 100% libre, 100% utile et 100% utilisable n’existe pas. Et je pense qu’il n’est pas près d’exister.



377 réactions


  • luxtin (---.---.178.10) 19 avril 2006 14:31

    Bonjour Monsieur,

    c’est la première fois que je laisse un commentaire sur Agoravox. Car quand on dit des conneries sur un domaine que je connais un peu ça me fait bondir ! Votre avis sur la finalité du logiciel libre n’engage que vous, mais par pitié vérifiez ce que vous dites avant de dire n’importe quoi.

    Voici la définition officielle d’un « logiciel libre » : http://www.gnu.org/philosophy/free-sw.fr.html. Dès la deuxième phrase on voit ceci : « L’expression « Logiciel libre » fait référence à la liberté et non pas au prix. Pour comprendre le concept, vous devez penser à la « liberté d’expression », pas à « l’entrée libre » ». Plus loin on lit : « « Logiciel libre » ne signifie pas « non commercial ». Un logiciel libre doit être disponible pour un usage commercial, pour le développement commercial et la distribution commerciale. Le développement commercial de logiciel libre n’est plus l’exception ; de tels logiciels libres commerciaux sont très importants. » Attardez vous à réfléchir là dessus au lieu de dire naivement : « Officiellement et théoriquement, un logiciel libre est un logiciel fourni avec son code source, faisant appel à une licence dont les termes permettent légalement la copie, la revente ou la diffusion sans bénéfice. ». Car ce ceci est archi faux ! Il n’est spécifié nulle part que la distribution doive se faire sans bénéfices (renseignez vous sur mysql et trolltech par exemple).

    De plus le terme « open source » n’est pas synonyme de « logiciel libre », comme le spécifie la définition « officielle » (la vraie pas la votre) du terme « logiciel libre » : « Un autre groupe à commencé à utiliser le terme « open source » pour exprimer quelque chose de proche (mais pas d’identique) au « logiciel libre ». Nous préférons le terme « logiciel libre » parce que, une fois que vous avez entendu que ce terme réfère à la liberté plutôt que le prix, il appelle à prêter attention à la liberté Le mot « open » ne rend pas cela. »

    Pour vous éviter à l’avenir de vous ridiculiser en public en racontant des anneries sur les logiciels libres, allez donc vous informer ici des erreurs à ne pas commettre quand on parle de quelquechose qu’on connait mal : http://www.gnu.org/philosophy/words-to-avoid.fr.html.

    L’utopie de gratuité totale dont vous taxez la philosophie du logiciel libre n’existe pas. Vous faites fausse route et avez un avis erroné sur la question.


  • veridian (---.---.224.47) 19 avril 2006 14:37

    Je cite : « Les pro-piratage tentent de s’attaquer au support ou à l’organe de presse, quand ils ne peuvent censurer, directement et définitivement, les avis qui s’opposent à eux. CQFD. »

    De plus en plus hallucinant ! Confondre les tenants du logiciel libre et les pro-piratage ....

    (Juste pour préciser : il est par définition impossible de pirater un logiciel libre, quand vous aurez compris ça, vous aurez compris beaucoup de choses).

    Quand on est totalement ignorant d’un sujet, il vaut mieux ne pas intervenir. Vous apparaissez ici totalement ridicule.

    Donc, un conseil : renseignez-vous, lisez, prenez connaissance du sujet avant tout chose.


    • veridian (---.---.224.47) 19 avril 2006 15:16

      « C’est tout simplement que : les agresseurs, de l’auteur de l’article ci-dessus, sont les mêmes qu’on retrouve ailleurs à défendre le piratage contre les auteurs et les artistes et leurs droits. »

      Qu’en savez vous ? C’est fabuleux tout de même la façon que vous avez d’être sûr de vous à propos des pensées et des volontés des autres.

      Oui je suis contre cet article que toute personne intelligente trouverait stupide (non pas parce qu’il est contre les logiciels libres, chacun a droit à son point de vue, mais à cause de son argumentaire fallacieux et faux de bout en bout). Cet article semble avoir pour but unique de manipuler l’opinion des lecteurs car il ne se compose que de nombreux raccourcis faciles qui n’honorent pas l’auteur.

      Mais, c’est étonnant ... je ne suis pas un pirate ...

      Qui plus est, il me semble que vous confondez logiciel libre et logiciel sans licence.

      Les partisans du logiciel libre sont parfaitement respectueux des licences, même s’ils préfèrent les licences dites libres qui, nous le pensons, permettent d’améliorer grandement la qualité des logiciels.

      Par ailleurs je suis favorable à la licence globale, non pas pour « voler de la musique » comme certains esprits fort minces, mais parce que c’est selon moi un excellent moyen de rétribuer convenablement de nombreux auteurs. A nouveau on retrouve ici le respect des licences.

      Tiens, c’est marrant, je ne rentre pas dans votre boite semble-t-il ... C’est fatiguant cette mentalité qui consiste à classer les gens, si t’es pour le logiciel libre t’es un dangereux pirate communiste ... etc ...

      Le manque de réflexion et de clairvoyance, l’utilisation de raccourcis faciles me semble malheureusement de plus en plus répandu dans cette société.

      Où est passé la notion « d’honnête homme » ?

      OpenSource : Think Different ;)


    • veridian (---.---.224.47) 19 avril 2006 15:17

      « C’est tout simplement que : les agresseurs, de l’auteur de l’article ci-dessus, sont les mêmes qu’on retrouve ailleurs à défendre le piratage contre les auteurs et les artistes et leurs droits. »

      Qu’en savez vous ? C’est fabuleux tout de même la façon que vous avez d’être sûr de vous à propos des pensées et des volontés des autres.

      Oui je suis contre cet article que toute personne intelligente trouverait stupide (non pas parce qu’il est contre les logiciels libres, chacun a droit à son point de vue, mais à cause de son argumentaire fallacieux et faux de bout en bout). Cet article semble avoir pour but unique de manipuler l’opinion des lecteurs car il ne se compose que de nombreux raccourcis faciles qui n’honorent pas l’auteur.

      Mais, c’est étonnant ... je ne suis pas un pirate ...

      Qui plus est, il me semble que vous confondez logiciel libre et logiciel sans licence.

      Les partisans du logiciel libre sont parfaitement respectueux des licences, même s’ils préfèrent les licences dites libres qui, nous le pensons, permettent d’améliorer grandement la qualité des logiciels.

      Par ailleurs je suis favorable à la licence globale, non pas pour « voler de la musique » comme certains esprits fort minces, mais parce que c’est selon moi un excellent moyen de rétribuer convenablement de nombreux auteurs. A nouveau on retrouve ici le respect des licences.

      Tiens, c’est marrant, je ne rentre pas dans votre boite semble-t-il ... C’est fatiguant cette mentalité qui consiste à classer les gens, si t’es pour le logiciel libre t’es un dangereux pirate communiste ... etc ...

      Le manque de réflexion et de clairvoyance, l’utilisation de raccourcis faciles me semble malheureusement de plus en plus répandu dans cette société.

      Où est passé la notion « d’honnête homme » ?

      OpenSource : Think Different ;)


    • Plop ! (---.---.219.185) 19 avril 2006 14:54

      Donc si quelqu’un a tort sur un sujet, il a forcément tort sur tout autre sujet ? Wahouuuuuuuuuuuuuu !

      Non sérieux, va bosser ta rhétorique ou ta logique mon grand.


    • Mathieu (---.---.177.128) 19 avril 2006 14:55

      Ce que je remarque c’est que vous vous attaquez aux partisans de l’open-source non pas parce e vous êtes à priori contre ce système mais parce e la plupart des ces personnes étaient pour le téléchargement légal, et ça vous ne pouvez pas le supporter. Pour quelqu’un qui a l’apparence d’être intelligent, c’est très décevant. Vous êtes quelqu’un de passionné, c’est très respectable. Mais ne laissez pas votre passion aveugler votre réflexion. Sinon l’intelligence ne sert plus à rien


    • fb (---.---.57.197) 19 avril 2006 15:07

      Cher Demian West,

      eu égard aux articles 12 bis, 13, 14, 14 bis, 14 ter, 14 quater de la petite loi 554 (DADVSI) et compte tenu des amendements d’ores et déjà déposés au Sénat par la commision il est clair qu’au prétexte du droit d’auteur le législateur entend mettre le logiciel libre dans une complète insécurité juridique.

      Dès lors il est logique d’intervenir sur les sujets où le projet de loi DADVSI est évoqué. Par ailleurs vos propos sont diffamatoires, je cite : « les agresseurs, de l’auteur de l’article ci-dessus, sont les mêmes qu’on retrouve ailleurs à défendre le piratage contre les auteurs et les artistes et leurs droits. »

      Merci de préciser à quel moment et endroit j’ai fait l’apologie du piratage.


    • veridian (---.---.224.47) 19 avril 2006 15:47

      « Mais, comprenez-nous quand nous sommes à éclairer un phénomène qui agit en bande de prédateurs, organisés à partir d’autres forums, et qui tentent de disqualifier le journal citoyen, en passant en force. »

      Là il faut arrêter la parano ...


    • fb (---.---.57.197) 19 avril 2006 16:24

      Cher Demian West,

      votre dénigrement systématique de tout avis un tant soit peu éloigné de votre position - même sur des sujets dont vous n’avez probablement pas la maîtrise - est gonflant. Vous ajoutez des qualificatifs à l’égard des participants qui sont injurieux. Par vos propos vous assimilez les gens qui soutiennent les logiciels libres (forts nombreux sur Internet et donc sur-représentés probablement sur Agoravox) à une secte, des fascistes, des pirates... Ce n’est pas exactement une approche que je qualifierais de « débat civilisé ».

      Vous nuisez à Agoravox par la multiplicité de vos commentaires qui n’abordent que très rarement le fond et qui rendent tout débat stérile.

      Alors merci d’être civilisé, responsable et d’essayer d’être constructif dans ces débats.


    • Jerome Alet (---.---.68.73) 19 avril 2006 18:49

      BHL, c’est toi ?


  • gml (---.---.0.20) 19 avril 2006 14:45

    J’aimerais préciser quelque chose à l’auteur de cet article à propos de ces superbes statistiques.

    La plupart des gens (vous p-e être, mais j’en doute parfois..) travaillent la semaine. Dans le monde de la bureautique dans l’entreprise, Windows domine. Les stats que vous citez ne sont que des stats de fréquentation WEB, pas des stats d’utilisation d’OS. Voilà pourquoi « Linux » a une part si faible. Dans la réalité, dans le nombre de « machines » installée, on est plus proche des 5% (connu ! car il est évidement impossible de connaitre précisement le nombre réel d’utilisateurs).

    Ça ne parait pas beaucoup.. mais c’est plus que MacOS, oui plus de gens sont sous Linux que sous MacOS, c’est un fait depuis plusieurs années..

    De la part d’une personne qui gagne sa vie uniquement avec du logiciel libre.


    • gml (---.---.0.20) 19 avril 2006 14:49

      Une dernière chose.. je viens de relire un peu les mots de l’auteur, vu le nombre d’erreurs, d’approximations, ses propos me laissent un peu indifférent. De plus vous, monsieur de Saint-Cyr qui faites tant confiance aux stats, regardez en haut, plus de 90% des gens trouvent votre article mauvais. C’est donc que vous ne valez rien ?


    • GaaaaaAab (---.---.122.68) 19 avril 2006 15:20

      ça vaut ce que ça vaut, mais y a cette source d’infos : http://i18n.counter.li.org/estimates.php

      (allez vous faire enregistrer, bandes de LU :)


  • Mathieu (---.---.177.128) 19 avril 2006 14:48

    « Vous pouvez tourner le problème dans tous les sens, développer tout un argumentaire subtil, lister un grand nombre de justifications, vous ne parviendrez jamais à faire croire que l’open source, en français « logiciel libre », soit autre chose qu’un mythe, une utopie déconnectée de la réalité humaine. »

    Forcément, en commençant un article de la sorte, il y a peu de chance que cet article soit apprécié. Dés cette entame, on a l’impression soit que vous êtes tellement suffisant que vous êtes sûr d’avoir raison, de détenir l’unique vérité. Ou alors vous refusez simplement un éventuel débat qui mettrait en scène des gens qui ne sont pas du tout d’accord. Alors vous auez beau développer par la suite de bonnes idées, votre arrogance du début viendra tout gâcher, c’est bien dommage.


  • (---.---.135.173) 19 avril 2006 14:54

    « vous ne parviendrez jamais à faire croire que l’open source, en français « logiciel libre », soit autre chose qu’un mythe, une utopie déconnectée de la réalité humaine ».

    Cet argumentaire ressemble à comme une goutte d’eau à celui développé par Microsoft.

    Pourquoi Microsoft dépense d’ailleurs tant de milliards de dollars pour nous faire croire le contraire ?

    Plus factuellement, il suffit de constater les marchés perdus par Microsoft (Etats, villes, administrations, sociétés ...) au profit du logiciel libre pour constater le developpement de cette alternative à la compagnie de Seattle.


    • Plop ! (---.---.219.185) 19 avril 2006 15:06

      Et sinon, ça va, il fait beau du côté de tes égouts ?


    • GaaaaaAab (---.---.122.68) 19 avril 2006 15:45

      fiou, faut destresser un peu là. le nombre de réactions négatives sur cet article peut également s’expliquer par la publicité auquel il a droit (par exemple : http://fr.news.yahoo.com/blogs.html). Et forcément, ça fait réagir ceux qui se sentent concernés.

      Lecteur occasionnel d’agoravox, c’est la première fois que je commente. Je ne crois pas à la théorie de la conspiration spécialement pour démonter un article qui dit du mal du logiciel libre.

      Un peu moins fort la paranoïa et l’égocentrisme. N’imaginez vous pas ne serait-ce qu’un instant que l’article contienne effectivement des erreurs ? Le forum est-il l’occasion d’un débat ? faut-il être systèmatiquement d’accord avec l’auteur comme un seul homme ? Vaut-il mieux être tous d’accord avec l’auteur ou tous en désaccord avec lui ?

      En tout cas, vous ne vous illustrez par la constructivité de vos interventions ... Je m’inscrit notamment en faux contre l’amalgame pirate/logiciel libre que vous faites, que je vous avoue avoir du mal à digérer tellement il remet en cause ce que je suis ... (pro logiciel libre / anti piratage).


  • decurion (---.---.96.167) 19 avril 2006 14:58

    Je suis personnellement sous linux depuis « Jurassic park ». Aprés avoir vu le film, j’ai trouvé un bouquin sur le système linux : la « slackware ». J’ai lu, j’ai adopté.Tout simplement, parce que celà me convient parfaitement.

    « Le savoir doit etre libre, universel et accessible à tous »

    Tout n’est pas parfait, j’en conviens.L’anglais favorise son universalité et nuit à son accessibilité.On y vient pour sa puissance, et on laisse de côté sa philosophie.La dérive de certaines distributions, qui veulent faire admettre que « free » n’est pas gratuit. Ce qui est faux, un logiciel libre et aussi gratuit.On peut faire payer tout ce qui est à sa périphérie, y compris le support, mais pas le logiciel.

    Face à ça,le logiciel propriétaire veut imposer un standart, en vendant des produits non finis et nons garantis.

    S’attaquer au logiciel libre, n’est pas innocent, j’y vois une manoeuvre plus ou moins frauduleuse, et je m’étonnes.Est ce bien compatible avec le cv de l’auteur ? J’avoues que je suis sceptique !

    Mais, ça manges pas de pains !

    Passer sous Linux demande un certain effort, cet effort est payant ou pas, et les critiques n’y changeront rien.

    Bref, c’est pas parce que tu n’aimes pas que c’est pas bon, et si tu ne sais pas ça, il faut enlever le « libre » à penseur.


    • decurion (---.---.128.226) 20 avril 2006 19:34

      Je vois qu’une grande majorité de Linuxiens persistent :

      « le Free n’est pas là pour »gratuit« mais pour »libre"

      Je n’ai pas réussit, à mettre la main sur mon plus ancien bouquin traitant de Linux.

      Mais sur la « bible » édition 99, page 25 :

      « La confusion provient de l’augmentation constante du nombre de logiciels disponibles pour Linux.Au début, n’existaient que des ensembles de la Free Software Foundation, connus sous le nom GNU, abréviation (récursive) de GNU is Not Unix.Mais de plus en plus de logiciels furent écrits pour Linux, et disponibles aux conditions de la GNU Général Public License, GPL. La GPL définit la gratuité des programmes distribués et en autorise les modifications et améliorations.Mais celles-ci doivent à leur tour être libres »

      Mais des distributions « linuxdoziennes » verraient d’un bon oeil que les « migrants » gardent le reflexe de cracher au bassinet.


  • pjd (---.---.82.66) 19 avril 2006 15:37

    Humm...

    L’article peut paraitre séduisant car il est bien écrit mais par contre est trés loin de la réalité technique en accumulant les inepties techniques.

    Quand vous dites que : ’ Le logiciel 100% libre, 100% utile et 100% utilisable n’existe pas’

    C’est tout simplement faux car vous confondez le fait de mettre gratuitement à disposition un outil et de vendre les services qui lui sont attachés qui ne sont pas 2 composantes antagonistes.

    PHP est un logiciel ’libre’ et ’gratuit’ utilisé par des dizaines de milliers d’entreprise pour vivre...

    MYSQL est un logiciel ’libre’ et ’gratuit’....

    ect...je pourrai vous en citer des milliers qui prouvent que vous avez tout faux sur à peu prés toute la ligne.

    Revenons sur vos clés :

    >>>[ Un logiciel libre ne peut attirer des développeurs que si ceux-ci y trouvent leur intérêt. ]

    Sur l’interet du développeur — dont je suis — beaucoup de développeurs programment pour leur simple plaisir (oui ça existe ...) et ne trouvent que l’interet de mettre pour certains leur nom ou leur pseudo sur une readme ou une lib...pas plus pas moins. C’est trés mal comprendre ce qui est le moteur de cette création. Pour un altermondialiste vous avez une relation bien ’utilitaire’ à la notion de création. La majorité des développeurs sur sourceforge par exemple n’ont aucun interets immédiaits à produire sauf celui de se faire plaisir.

    >> [ Un logiciel libre ne peut présenter un intérêt pour un nombre suffisant de développeurs que si les fonctions offertes par ledit logiciel sont réellement utiles. ]

    Utiles à qui et pour quoi ? là encore c’est faux de faux. Vous qui avez fait des études de mathématiques devait comprendre que l’inutile est aussi un plaisir..et que ce plaisir de matheux réside aussi chez bon nombre de programmeurs. Parcourez le monde open source, il est plein de programmes inutiles qui n’ont aucune utilité. J’ai moi meme programmé des tas de choses qui ne servent à rien.

    >>> [ L’utilité ne suffit pas. Pour qu’un logiciel libre et utile soit viable, il faut aussi qu’il soit utilisable, c’est-à-dire qu’il dispose d’une interface intuitive, intelligente et ergonomique..]

    C’était un des défaut il est vrai des solutions Linux qui se sont largement inspirés depuis de Microsoft (oui je sais). Télécharger les derniéres Mandrake par exemple et vous verrez que l’ergonomie est au rendez vous....d’autres outils connus le sont aussi : OpenOffice, The Gimp bref..tout est souvent une question d’apprentissage et de conditionnement.

    >>> [ - Un logiciel libre qui s’éloigne des standards a peu de chances de survivre. ]

    Oui et donc ? vu que les standards sont généralement pas trop suivis (W3C en particulier) par Microsoft...et sont généralement plutot le fruit de la communauté open source.

    >>>[ - Échanger des fichiers implique aussi que des formats universels non propriétaires puissent être utilisés ; en plus du logiciel, il faut donc concevoir des passerelles, des modules de conversion, afin que tel logiciel puisse ouvrir le fichier produit par tel autre. Qui va les développer ? ]

    Les émulateurs Windows sous Linux existent bien et fonctionnent trés bien, je ne crois pas qu’ils aient été programmé par Xsoft...=)

    >>> [ Un logiciel gratuit ne génère pas de profit. Cela a pour conséquence une dichotomie : il y a bien une version gratuite en open source, utile mais peu utilisable. Si vous voulez une version utilisable et confortable, il faudra payer. Et il faudra payer d’autant plus cher qu’on souhaitera des fonctionnalités précises. Et du coup, on saute du logiciel libre au logiciel sur mesure, qui est ce qu’il y a de plus cher !]

    Hummmm là encore le logiciel propriétaire vend aussi des services autour de son offre....c’est à dire que tu paies le logiciel ET le service. Au pire en open source, tu paies le service uniquement.


  • Sylvio (---.---.161.167) 19 avril 2006 15:37

    Je suis développeur Web, désolé mais votre article est du pure « n’importe quoi » et je ne comprend pas bien cette attaque en règle contre les logiciels libres et son modèle social-économique. On voit bien que vous n’avez rien compris (désolé...) et que vous prenez ce modèle au 1er degré sans savoir comment il fonctionne vraiment. Mais il est vrai que ce modèle de fonctionnement est peu commun et complexe, pourtant il marche à merveille.

    Car ce modèle est rentable et peut même être un « business model » (ex : sociétés MySQL AB, Zend ou même IBM et Apple)

    Sur le même principe on pourrait dire : « je n’écris pas de blog car ça ne rapporte rien », « je ne vote pas car ça ne rapporte rien », « Internet ne sert à rien, vive les bouquets TV : + simple, payant donc rentable »... Et vous êtes un alter ? Pfff, je suis bien plus alter que vous alors.

    Déjà éviter de confondre logiciel open-source et logiciel gratuit :
    - Un logiciel open source peut-être payant (aou avoir des licenses d’utilisation payante)), et de tels logiciels existent en nombre
    - Un logiciel gratuit peut ne pas être open-source

    Quelques chiffres :
    - Linux dominent le marché des serveurs, quelquesoit leur utilisation (serveur de fichier, serveur internet, etc).
    - 70% des serveurs web tournent sous linux
    - environ 60% des sites dynamiques fonctionnent avec PHP/MySQL
    - Lire aussi le bandeau gris situé en bas de ce site...

    L’inovation est aujourd’hui tirée par les logiciels libres :
    - exemple : Internet Explorer 7 va sortir prématurément (et encore Microsoft n’arrive même pas à aboutir sa version beta) suite à l’apparition de Firefox et lui copie pas mal de fonctionnalités.
    - Les versions de Windows s’inspirent beaucoup du libre
    - Mac OS X fonctionne sur un noyau qui fait partie du logiciel libre (Darwin)
    - la majeure partie des Système de gestion de contenu (CMS) sont open-source, il y’en a près des centaines, chacun apporte des briques, des innovations qui sont reprises par les autres systèmes, les nouveaux systèmes qui apparaissent sont toujours plus aboutit.
    - Firefox est un exemple de logiciel libre qui prend de l’empleur, essayer aussi thunderbird et vous l’adopterez
    - L’ensemble du site Yahoo a basculé de logiciels propriétaires à PHP il y’a environ 2 ans. Aujourd’hui ils ont même ouvert un centre de développement communautaire en ligne pour PHP.

    Certes des logiciels comme OpenOffice.org ont du mal à décoller mais c’est plus la faute au vérouillage du marché imposer par Microsoft. Le principal frein du logiciel libre, ce sont justement ces multinationales qui ont tout à perdre et qui vérouille les formats de fichiers, les technologies de protection, les procédures techniques, les librairies du système d’exploitation pour vérouiller le marché, et cela nuit énormément à l’innovation.

    Personnelement, j’ai développer pour mon agence de comm un CMS. Je suis le seul développeur informatique de l’agence, je suis donc seul à développer ce CMS : cela me prend un temps fou et je réinvente la roue tous les jours. Je pourrai acheter un CMS vous me direz, cela est plus ou moins ridicule dans ce segment de logiciel : prix exhorbitant, aucune flexibilité, aucune personnalisation du système possible, évolutivité restreinte ou payante... Mon idée était donc de m’associer avec d’autres développeurs pour faire avancer mon système, pour cela il faut une communauté et ceci n’est possible et efficace qu’en logiciels libres. J’ai finalement abandonné cette idée pour rejoindre un nouveau système open-source en plein développement (Seagull). Lorsque celui-ci sortira, je pourrai apporter mes « briques » (mes besoins particuliers) pour qu’elles soient intégré au code source : ainsi l’évolution du système sera accompagné de mes développements qui sont nécéssaire pour mes sites.

    De toute façon mon commentaire ne sert à rien, autant que votre article d’ailleurs (désolé) : Dans le milieu informatique, il y’a quelques années, il y’avait encore des réfractaires aux logiciels libres. Aujourd’hui tous ont compris et vu que le logiciel libre avait pris le pas et était le meilleur modèle :
    - plus rentable
    - plus efficace
    - plus innovant


  • pierrot (---.---.141.25) 19 avril 2006 15:45

    « Officiellement et théoriquement, un logiciel libre est un logiciel fourni avec son code source, faisant appel à une licence dont les termes permettent légalement la copie, la revente ou la diffusion sans bénéfice. Cette licence interdit que des intérêts privés accaparent le logiciel libre et en fassent un produit « propriétaire ». Chacun est libre de modifier tout ou partie du code source du logiciel pour l’adapter à ses besoins, à condition que ces modifications soient à leur tour versées au domaine public. »

    Cher Monsieur, étudiez bien la licence GPL et le fonctionnement du logiciel libre. Ce qui évitera certainement de développer tout une diatribe basée sur un postulat de départ qui est faux. Après ces quelques premières lignes que vous avez écrites, il serait d’ailleurs stupéfiant que vous arriviez à des conclusions autres que trollesques.

    Je suppose que votre temps, comme le mien, est précieux, alors éviter d’en perdre et n’en faites pas perdre à d’autre.

    Bien à vous

    Pierrot


    • pierrot (---.---.141.25) 19 avril 2006 15:55

      Que l’on me pardonne aussi mon incurie. J’oubliais la meilleure de la journée cher Monsieur :

      AgoraVox, qui vous permet de vous exprimer utilise le progiciel Spip, en GPL bien sûr. Et ce logiciel libre si pratique utilise Apache (libre), PHP (GPL), MySql (GPL).

      Avez vous pour habitude de scier la branche sur laquelle vous êtes assis ?

      Bien à vous

      Pierrot


  • hug (---.---.247.10) 19 avril 2006 15:50

    T’as tout compris rien n’est gratuit dans la vie. Il faut bien survivre dans ce monde ou les échanges de bien se font avec de l’argent. Mais c’est là le problème ou va nôtre argent, à des gouvernement, à de méga entreprise.

    L’open source ce n’est pas la gratuité, c’est le bien commun. Lorsqu’un bout de code est open source il est réutilisable et ouvert pour amélioration. Je suis programmeur et j’en ai marre de devoir réinventé la roue à chaque fois. À chaque fois que je réinvente la roue peut importe pour qui je travaille c’est vôtre argent qui me paie. Un logiciel ce n’est pas tangible, ça ne dépend pas d’une ressource naturel, c’est un bloc de connaissance. Une connaissance qui est être universel comme 2+2 font 4.

    Sous un mode propriétaire c’est un gouffre financier et intellectuel. L’argent ce perd dans des futilité de marketing et autre. Et la connaissance est enfermé dans des boite noire. C’est pas très utile dans nos université.

    Un vieux proverbe indien dit : Ce qui ne se donne pas se perd.

    On a d’autre chose à faire de nôtre argent. Il y a des problèmes beaucoup plus important que ça.

    Hug


  • Eric (---.---.210.187) 19 avril 2006 15:53

    J’ai l’impression que vous êtes passés à coté de tout le principe du logiciel libre, probablement à cause de préjugés totalement compréhensibles mais de préjugés tout de même. Je pense que l’exemple vaut mieux que la profession de foi (votre article manque un peu de concrêt). Juste en dessous du cadre dans lequel je tape ce commentaire je lis :

    «  »« agoravox utilise les technologies du logiciel libre : spip, apache, linux, php, mysql, dew player »«  »

    Quand je compare avec votre conclusion je me dis qu’il y a forcément une erreur. 100% libre ? les logiciels utilisés par Agoravox le sont. 100% utile ? n’allons pas dire que l’outil et le site que vous avez choisi pour publier ne sont pas utiles, ce serait se tirer une balle dans le pied. 100% utilisable alors ? même pas, visiblement c’est utilisable à un point que le couple Linux/Apache/PHP utilisé ici l’est aussi sur la moitié des serveurs Web mondiaux.

    Maintenant qu’il est évident que vous vous êtes trompés quelque part on peut tenter de chercher où.

    - Dès le début on parle de domaine public. Le logiciel libre n’est *pas* le domaine public. Il s’agit au contraire le plus souvent d’une application très direct du copyright et des droits d’auteurs. Ce qui me gêne beaucoup c’est qu’on parle de ce sujet dans n’importe quelle introduction au logiciel libre et que ça montre qu’au mieux vous écrivez sans vous documenter. Alors pour correction, un logiciel du domaine public appartient à la grande famille des logiciels libres. L’inverse n’est pas forcément vrai (il l’est même assez rarement).

    - Dans la même phrase une affirmation ferait sauter au plafond pas mal de ces développeurs de logiciel libre. Alors corrigeons tout de suite : non, rien n’oblige un développeur à reverser ses modifications dans le domaine public, ni nul par ailleurs. D’ailleurs la définition même de logiciel libre interdit une telle contrainte. Si votre logiciel vous impose ça, ce n’est pas un logiciel libre.

    - Continuons quand même, bien que dès l’introduction on se rend compte que ce dont vous parlez ce n’est pas du logiciel libre mais de l’idée que vous vous faites des logiciels gratuits. Voilà, que désormais la licence (comme s’il n’y en avait qu’une) interdit de faire du logiciel propriétaire. Si on met à part la contradiction du paragraphe qui dit une fois qu’il s’agit de domaine public et une fois qu’il y a une licence contraignante, je peux tout à fait vous rassurer. Certes certaines licences libres ont clause de ce style, mais elle n’est pas liée au logiciel libre. Parmi les logiciels cités en bas de cette page, la moitié n’ont pas cette clause dite « copyleft ». Apache et PHP par exemple peuvent tout à fait être fondus dans une application propriétaire.

    Vient ensuite la première, la vrai, la bonne question : pourquoi est-ce que quelqu’un mettrait à disposition ainsi son travail ? Il y a trois réponses majeures et étonnamment vous n’en soulevez aucune avec sérieux.

    - Oui, il y a le don, l’œuvre charitable. Si je construis un pont au dessus de la rivière je vais certainement autoriser mon voisin à l’emprunter. Ca ne me coûte rien et ça contribue au bien-être de tout le monde. Oui, même si j’ai passé trois semaines à travailler dessus. Pourquoi en serait-il différemment avec le logiciel ? La culture, l’outil, la connaissance, il reste heureusement des gens pour croire que cela peut profiter à tous. Ce qui est étonnant c’est que ce soit à un militant écologiste qu’il faille expliquer que oui, certaines personnes tentent de collaborer à un monde meilleur et pas seulement à leur portefeuille. Militez écologie uniquement pour vous remplir les poches ? non ? pourquoi insinuer alors que les informaticiens ne puissent pas aussi faire des choses en dehors de leur compte en banque ?

    - Maintenant comme vous le dites, tout le monde ne veut pas que donner. Et là il y a un principe énorme à coté duquel vous passez. Pourquoi la rémunération est-elle forcément en monnaie sonnante et trébuchante ? Quand vous prêtez du sel à votre voisine vous attendez un retour, ça peut être un sourire ou qu’elle vous prête du poivre le lendemain. Ici aussi. On parle de biens immatériels, on pourrait parler d’idées. Une idée ça se copie, ça se transmet, sans que l’auteur ne perde rien de son idée de départ. Mieux, ça l’enrichit. Si vous et moi on arrive chacun avec une idée, on la donne, le soir on pourra repartir chacun avec deux idées. Chacun de nous s’est enrichit. Maintenant multipliez ça par 1000 ou 100000 personnes. J’apporte peu mais ce que je récupère est immense. Le logiciel libre c’est ça. Le logiciel dans lequel je tape ce texte est un logiciel libre, le navigateur avec lequel j’envoi le texte aussi, ainsi que vos propres logiciels pour ce site, on l’a déjà vu. Tous fonctionnent avec ce principe d’enrichissement sans perte.

    - Mais que cela ne tienne, vous voulez de la monnaie parlons monnaie. Oui, un logiciel libre peut être vendu. Un logiciel est libre parce qu’on choisit de ne pas enfermer l’utilisateur dans des conditions inacceptables, pas parce qu’il est gratuit. Certains logiciels libres actuels le sont parce qu’ils ont été payés au départ. D’autres le sont parce que ça permet de montrer un savoir faire et générer des ventes de service. Oui, certains vivent du logiciel libre, et je ne parle pas là comme vous d’une version démo libre avec une version propriétaire complète et payante à coté, je parle bien de vivre avec le libre.

    Je peux comprendre que vous n’adhéreriez pas à ces trois points. Mais ce qui sort de votre discours c’est que vous êtes simplement passé à coté, en restant sur vos préjugés. Par là suit le reste, qui diverge encore plus de ce qu’il se passe dans les logiciels libres.

    Vous révélez alors que la majorité des développeurs du libre ont un salaire pour leurs contributions. Et là ça vous semble une grande arnaque alors qu’en fait ça remet en cause justement ce que vous dites au dessus. Oui certains sont payés, et alors ? tant mieux non ? Cela ne contredit en rien le libre lui même. Le fait que l’auteur soit payé ne vient pas en contradiction avec le fait que le logiciel soit libre. L’inventeur de la notion de logiciel libre a même commencé en vendant son logiciel. Si cela vous semble une grande révélation c’est que vous vous méprenez encore sur ce qu’est le logiciel libre. A croire que c’est un logiciel gratuit du domaine public vous enchaînez forcément les mauvaises conclusions.

    L’idée qui suit m’interpelle encore plus. Oui, grand complot mondial, les logiciels libres ne sont que des petites versions non utilisables et il va falloir passer à la caisse pour payer la version complète, non libre. On voit encore votre historique, à confondre libre et gratuit. Pouvez vous me dire exactement où se trouve la version « complète » des logiciels libres utilisés par Agoravox ? il n’y en a simplement pas. Oh, certains ont effectivement une version payante mais oh grossière arnaque, le logiciel payé est en fait le même, à l’octet près. Et ça dure depuis plus d’une dizaine d’année... Pire, certains logiciels ont tendance à s’imposer justement parce qu’ils sont plus utilisables que leurs concurrents propriétaires. Comment diable les commerciaux vont-ils arriver à faire payer ces « versions complètes » qui visiblement tardent à venir.

    Je laisse la suite pour passer dans les commentaires. Vous vous interrogez sur le raz de marée qui n’a pas eu lieu ? Allons, regardez une nouvelle fois en bas de cette page pour voir réellement ce que vous utilisez. Nommez moi un logiciel non libre présent sur votre serveur. Pas de raz de marée, vous êtes sûr ? Parlons alors de logiciels plus classiques, pour monsieur tout le monde. Allons dans notre supermarché et regardons, on commence à voir des OpenOffice sur certains postes à la place des MS Office. Le navigateur libre firefox tire gentiment entre 10 et 20% de part de marché. Et les logiciels qui servent au très fameux P2P qui doit être présent chez un jeune sur deux : du logiciel libre encore (même si personnellement ce n’est pas forcément l’utilisation la plus en accord avec mes principes). Pire, quand je regarde, le driver de mon imprimante utilise Apache pour son interface utilisateur. On tourne ailleurs alors ? certains PDA, les assistants personnels sont sous Linux. Mon magnétoscope ? sous Linux. Mon petit routeur personnel pour mettre en réseau mon PC et celui de ma femme ? sous linux. Mon modem ADSL ? mon prestataire Internet a en fait masqué OS Linux dans cette petite boite noire.

    Le raz de marée n’est pas là, vous avez raison. C’est venu calmement sans que personne ne s’en rende compte, mais vous êtes déjà inondés, vous êtes sous l’eau là. Des logiciels libres il y en a plein autour de vous. Vous pouvez nier si vous voulez que ce soit une bonne chose. Vous pouvez faire des prédictions sur l’avenir avec votre tarot ou votre café. Mais quand vous dites que le logiciel libre utilisable et utile n’est pas là, vous commencez à vous planter trop sérieusement pour que ça ne se voit pas.

    Je ne crois pas à la mauvaise foi, je suis un grand naif idéaliste, je suis certains que vous êtes simplement à coté de la plaque par manque d’information. Renseignez vous, parlez, tentez de demander aux gens du logiciel libre comment ça se passe. Je ne dis pas que vous changerez d’avis, chacun a le sien, mais au moins vous pourrez en parler avec sérieux sans faire deux contre-vérités à chaque phrase.


    • hum (---.---.172.164) 19 avril 2006 17:31

      bravo à Eric pour sa formidable démonstration.


    • Fred (---.---.230.243) 20 avril 2006 04:25

      Excellente argumentation, difficilement contestable. Plus qu’une argumentation, une démonstration sur bien des points.


  • s5 (---.---.202.236) 19 avril 2006 15:55

    Bonjour tous,

    Celà pourrait presque devenir un jeu =]

    Publier un article totalement fermé et provocateur puis, attendre la réaction de la troupe de pingouins et autres gnou qui, la plus part du temps, ne l’est hélas pas moins.

    A chaque fois c’est la même.

    Aucun logiciel libre n’a eu besoin d’article de presse pour devenir ce qu’il est aujourd’hui. Le logiciel libre à lui aussi sa propre source d’information (freshmeat,linuxfr, etc ...). Je connais persone qui utilise/n’utilise plus de logiciel libre parcequ’il à lu un article dans « Le Monde » expliquant que c’était super/mauvais. Je ne comprends pas pourquoi cet article génére autant de réaction. Ignorons les ignorants et laissons ces messieurs se féliciter mutuellement ...

    ... retournez plutôt coder bon dieu ! =]


    • Redj (---.---.125.187) 19 avril 2006 22:02

      C’est pas faut ils se réveillerons bien assez tôt...Mais en attendant ces gens là profite du travail du libre sans le savoir, c’est quand même drôle.


  • Dodot (---.---.129.154) 19 avril 2006 16:22

    Félicitations aux trolleurs Méric St-Cyr et Demian West, vous êtes très efficaces !

    Effectivement, le modèle économique du libre est souvent remis en question.

    Mais annoncer le déclin du libre ne le fera pas faiblir ;)


    • (---.---.204.245) 19 avril 2006 17:12

    • pierrot (---.---.141.25) 19 avril 2006 17:43

      Je trouve pas l’erreur. C’est spécial ou spatial ? En tous cas je ne comprend rien.

      pierrot


    • toto (---.---.162.162) 19 avril 2006 21:24

      Enfin, je viens de comprendre d’ou sortaient ces histoires de Trolls !

      Depuis Wikipedia :

      [...]symbole des perturbateurs de forums sur internet et usenet, lieux où le troll désigne l’individu qui lance un débat stérile et houleux (Windows ou Linux, OpenGL ou DirectX, Œuf ou poule, Lard ou cochon...), ou le débat lui-même. (Cf. troll (Internet))


    • Dodot (---.---.129.154) 20 avril 2006 10:56

      « Je le crois bien, et tant y a que j’en suis navré pour vous » Mais ne le soyez pas, je me porte très bien il me semble, et je vous en remercie !

      Mes félicitations étaient sincères, il est évident que vous savez comment éverver ces jeunes réactionnaires qui peuplent la toile, dont je fais partie, parfois, et dont je me moque, d’autres fois !

      Je ne tiendrai donc pas compte de votre manque de coutoisie. Le troll, mot qui vous irrite, est parfois une activité tout a fait respectable !

      Cordialement.


  • L'enfoiré L’enfoiré 19 avril 2006 16:28

    Bonjour, Permettez-moi ma candeur. Je suis informaticien et ai toujours travaillé avec des produits propriétaires. La société qui m’emploie joue dans cette gamme. C’est la raison. J’ai reçu un CD avec Linux en « stand alone » pour faire des tests mais que je n’ai pas encore eu le plein temps pour éprouver l’OS à fond. Ma réaction « primaire » fut d’être un peu désorienté au départ. Je me suis renseigné auprès de gens qui « connaissent ». La réponse fut : « ça marche très bien. Pas de bug. Le seul problème, c’est que si vous achetez le nouveau gadget sur le marché, il faut parfois beaucoup de temps et de courage pour implanter le patch qui se fait à l’aide d’instructions en »dur« paramétrées avec des éléments dont on ne comprend plus tout de suite le sens. On est loin apparemment du »Plug and play« . La doc existe peut-être mais il faut la chercher tout azimut. » Est-ce une fausse impression ou périmée ? Je suis toujours émerveillé devant un OS développé avec des gens à distance et des philosophies d’écriture complètement différentes. J’attend d’avoir un peu plus de temps et je me lancerai c’est sûr. Merci de m’informer et de me rassurer. La réponse à toutes ces questions sont dans les magazines, j’en suis conscient, mais rien ne vaut les habitués.


    • Hikaru (---.---.194.249) 19 avril 2006 17:28

      C’est une impression relativement justifiée. Avec deux bémols quand-même. D’une, il est assez courant que tout marche bien sans avoir rien à faire. La plupart des périphériques sont reconnus et installés automatiquement par les distributions récentes. Si vous ne tombez pas dans le cas de périphériques ultra-nouveaux ou exotiques, l’installation est aussi simple que celle de windows (enfin ça dépend la distrib, mon expérience perso c’est Fedora / RedHat). Un Linux récent reconnait, à la base, plutôt plus de périphériques qu’un Windows XP à la base (ie. sans rajouter soi-même les drivers des constructeurs).

      Et de deux, les galères que vous citez existent effectivement et peuvent être bien carabinées, mais tout comme elles peuvent exister chez la concurrence. On ne les voit pas parce qu’en général Windows est préinstallé, mais les problèmes d’installations de drivers à s’arracher les cheveux et chercher désespérément dans les forums pendant des heures, il sait faire aussi.

      Bref rien de particulier à Linux là-dessus en fait, souvent ça marche du premier coup, mais parfois ça ne veut pas marcher et c’est parti pour des heures de galère. Prenez une distribution récente et grand public pour minimiser les risques.


    • pierrot (---.---.141.25) 19 avril 2006 17:35

      Pas de bug. Ce qui n’est pas tout à fait vrai. Des bugs comme partout ailleurs, mais extrèment rarement des bugs bloquants et surtout, il suffit souvent de contacter le développeur pour que cela soit réglé très rapidement.

      Le seul problème, c’est que si vous achetez le nouveau gadget sur le marché, il faut parfois beaucoup de temps et de courage pour implanter le patch qui se fait à l’aide d’instructions en « dur » paramétrées avec des éléments dont on ne comprend plus tout de suite le sens. En fait, si un nouveau matériel sort, il se peu que les drivers nécessaires ne soient pas immédiatement disponible.

      On est loin apparemment du « Plug and play » Ben non dans la mesure sur un matériel tout à fait courant, a priori et dans la majorité des cas, aucun drivers à installer. Maintenant il est vrai aussi que certains matériels ont de la peine à être supportés rapidement ceci étant dépendant des vendeurs de ce matériel. Néanmoin, de plus en plus de fabricants supporte maintenant Linux qui, pour un système non viable, se répand de manière exponentielle.

      La doc existe peut-être mais il faut la chercher tout azimut. C’est le système le plus documenté au monde. Si un problème se pose, à tous les coups vous n’êtes pas seul.

      Bien à vous

      Pierrot


    • L'enfoiré L’enfoiré 19 avril 2006 19:10

      Merci à tous deux pour m’avoir rassuré. Comme je le disais, la seule bécanne dont je dispose actuellement est celle du bureau. Mais dès que...


  • alex (---.---.207.51) 19 avril 2006 16:34

    Votre analyse est très intéressante et je trouve extrêmement salutaire de rappeler certains principes de bon sens autant que des aspect de méthodologie d’ingénierie de systèmes logiciels.

    Il est clair que si par « libre » on entend « gratuit -pas cher » alors le logiciel libre est une utopie. Par contre, il me semble que l’idée fondatrice du logiciel libre n’est pas le caractère gratuit, mais plutôt la notion que le logiciel n’est pas une boîte noire sous le contrôle d’une seule entité. A partir de là, il est clair qu’un modèle économique viable est nécesaire pour qu’un phénomène comme le logiciel libre puisse prendre de l’ampleur et durer. Or, c’est de ça qu’il s’agit je pense.

    L’espace ouvert par le logiciel libre est une formidable occasion pour des jeunes talents, un espace de libre entreprise où chaque personne qui a recours aux solutions disponibles doit se prendre en charge et assumer les risques inhérents au code public écrit par une communauté qui n’assume pas de responsabilité légale par rapport aux fonctionnement du logiciel. D’un autre côté, pensez-vous vraiment que les grands du logiciel assument leurs responsabilités par rapport à ce qu’ils nous vendent ? J’ai fait l’exercice de lire une licence d’un grand éditeur de logiciels et c’est à s’arracher les cheveux. Or, si ce que nous payons c’est une forme de garantie de qualité alors les llicences payantes doivent aussi évoluer quant à leur contenu. Il y a là aussi une forme d’illusion bien plus vicieuse que celle du logiciel libre, je pense.

    A mon sens l’accès aux outils informatiques doit être garanti à tous car c’est une formidable source d’innovation et de progrès dans l’économie et dans la société.

    Le logiciel libre et gratuit génère donc des profits majeurs qui ne sont pas forcément quantifiables dans une comptabilité classique... D’ailleurs, je crois que c’est bien le problème de nos méthodes de comptabilisation actuelles qui sont bien en peine de refléter le capital intellectuel autant que le capital relationnel d’une entité économique. Or, le logiciel libre c’est, entre autres, ces deux formes de capital, qui ne sont ni illusoires ni utopiques. en fait, elles sont deux moteurs fondamentaux de l’économie de l’ère de l’information.

    Je suis désolé de ne pas être tout à fait d’accord avec vous et je vous remercie de m’avoir donné l’occasion de réfléchir un peu plus au sujet de l’open source qui m’a toujours beaucoup intrigué.


  • moi pas content de l’article ! (---.---.0.165) 19 avril 2006 16:38

    Bonjour,

    Cet article me fait vraiment pitié !!!, (et les réponses de certaines personnes ici de même !) . Avoir une telle méconnaissance du monde du logiciel libre et pondre un article dessus c’est vraiment pitoyable ! .

    Pour ma part je suis enseignant en arts plastiques et j’apprends le langage Python (pour mon plaisir personnel), je ne suis pas une pointure en programmation, là c’est clair !, mais je crée de petits « logiciels », je me répète POUR MON PLAISIR PERSONNEL . J’ai placé les logiciels en question (volontairement) en licence GNU/GPL . Mon principal projet est utilisé par quelques personnes ... et je m’en contente ! . Je ne cherche pas à vendre mes « créations » et c’est intentionnel ! . La seule chose que je revendique est que quelques personnes prennent plaisir à utiliser ce que je crée ... et de toutes façons ceux que ça n’intéresse pas vont voir ailleurs, et ce n’est pas un problème ! . Je ne cherche pas la gloire ou le profit ! ... et il y a beaucoup de personnes comme moi, n’en déplaise à certains ici ! .

    Le libre (j’ai du dire un gros mot pour certaines personnes ici !) est une façon de penser (idéaliste j’en conviens) où l’entraide est un des facteurs essentiels .

    a+ peut-être .


    • moi pas content de l’article ! (---.---.0.165) 19 avril 2006 17:45

      Admettre que l’on peut avoir tort par moment, et ainsi se remettre en question est quelque part une preuve d’intelligence, keki l’en pense le monsieur ... moi ... je ..., euh pardon Demian West (?), ou il persiste dans la provocation ? .


  • Fly-sü (---.---.37.10) 19 avril 2006 16:45

    Au moins l’auteur aura eu la sagesse de faire profil bas en ne s’invectivant pas dans le débat à base de propos fallacieux pour défendre son article (ou plutot son égo). C’est tout à votre honneur de reconnaitre implicitement la « précipitation » de vos arguments qui font plus office de préjugés qu’autre chose.

    Merci. L’égo et la méconnaissance reste humain et propre à chacun.

    Le moteur de reconnaissance existentiel qui repose plus sur du pavanage systèmatique qui sur de l’argumentation intelligible me préoccupe plus par contre. N’est ce pas Damien ? :)


  • Patrick (---.---.119.160) 19 avril 2006 16:51

    Cet article est une accumulation de clichés digne de Steevy ;).. venant d’un porte parole de Microsoft&Co ça pourait se comprendre, mais de « écosophe, alter-mondialiste, alter-consommateur.. » c’est assez hallucinant...

    Adijo Pat


  • micromad (---.---.157.2) 19 avril 2006 17:03

    Je pense que lorsqu’on écrit des choses sur un sujet, le minmum c’est de le maitriser. Il existe un nombre importants de contres-exemples dans ce que tu racontes !!!! (prend n’importe quel logiciel libre) Et pourrais-tu écrire à la fin de ton article tes différentes sources ?????


  • Thierry (---.---.109.246) 19 avril 2006 17:21

    L’auteur partant du principe que l’argent est le seul moteur pour l’homme moderne, tout le reste de l’article est complêtement bidon, c’est dommage.


  • Aldoo (---.---.43.7) 19 avril 2006 17:22

    ... aurais-je envie de vous rétorquer.

    Laissons de côté la philosophie et l’idéologie. Les faits, rappelés maintes et maintes fois plus haut, montrent d’une part que les logiciels libres sont utilisés et appréciés, et d’autre part que nombre d’entreprises pensent avoir intérêt à financer ce modèle, et le font.

    Je ne sais pas ce qu’il vous faut d’autre pour vous faire dire que le modèle du libre fonctionne.

    En fait, il me parait un peu trop gros que vous puissiez ignorer tout cela. Quel était votre but en écrivant cet article, monsieur le troll de Saint-Cyr ?


  • Fly-sü (---.---.37.10) 19 avril 2006 17:30

    J’essaye de comprendre votre post Demian et je m’inquiète.

    J’y comprends rien. Vous naviguez sur des sphères tellement peu intelligibles pour le commun des mortels. J’ai beau relire, je ne saisis pas cet imbroglio de mots qui s’enchevetrent et veulent donner dans l’ensemble une odeur savante de logique et de clarté d’esprit mais il ne reste toujours que l’odeur. Ce qui persiste c’est la gargarisme et la maturbation éparpillée que vous aimez faire defiler devant vos yeux ebahis par vous-même.

    « Regardez-moi mais n’essayer pas de me comprendre car je ne me comprends moi-même ce que je dis (sic) ». On se croirait au café de Flore.

    ça n’est même plus du pret-à-penser. Du tout à l’égo aller hop :)

    Je vais en arreter là car je donne du caviar aux cochons. A savoir que vous ne voulez pas vraiment debattre intelligemment sur tel ou tel sujet. Il n’est pas question d’intelligence ici mais d’exposition...

    Bon continuation.


    • Fly-sü (---.---.37.10) 19 avril 2006 17:35

      Pas mal du tout : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=8970#commentaire47633 http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=8970#commentaire47635

      Finalement je reviens sur l’idée que ça n’etait pas vraiment du pret-à-penser : du pret-à-m’exposer


    • Plop ! (---.---.219.185) 19 avril 2006 17:53

      Mais cher DW, il faudrait, pour que les gens te comprennent, déjà que tu comprennes ce dont tu parles ! Et après que tu te comprennes toi même. Fly Su ne sait pas lire dis tu ? Mais il a au moins le mérite de savoir écrire, lui.

      Et encore, s’entendre dire qu’on ne sait pas lire de la part d’un tel extrémiste de la pensée, c’est tellement drôle.


    • Plop ! (---.---.219.185) 19 avril 2006 17:45

      « Bla bla bla, prout prout ! »

      Ça résume assez bien ton propos je crois (le style en plus bien sûr).


    • moi pas content de l’article ! (---.---.0.165) 19 avril 2006 17:56

      [gentil troll]Ton médecin t’as pourtant dit de bien prendre ton traitement Demian, fais attention quand même ! .[/gentil troll]


    • s5 (---.---.202.236) 19 avril 2006 18:12

      En tous cas, ton monde à l’air bien plus cloisoné et étiqueté que le miens.

      Je ne vois décidément pas le rapport entre logiciel libre et piratage. L’amalgame du gratuit peut-être ?

      Ne t’inquiéte pas, le logiciel libre ne t’empéchera pas de continuer à dessiner des mickeys pour la souveraine industrie mondiale ni d’en extraire des royalties. Ici, le droit d’auteur est pleinement respecté.


  • Tom (---.---.166.136) 19 avril 2006 17:49

    En lisant cet article et ses réactions, et en voyant la photo de Demian West (dont je ne lit plus les commentaires), mes 2 neurones se sont connectés et m’ont donnés une idée :
    La programation n’est pas un art, certes, mais je trouve amusant la comparaison que l’on peut faire entre le marché des logiciels et celui de la musique.

    Je m’explique.
    Pour les logiciels, il existe donc des programateurs passionés qui développent gratuitement des produits, qui eux-même sont gratuits pour les utilisateurs.
    D’autre part, des programmateurs rémunérés par des grandes entreprises développent des produits payants.
    A lire la plupart des commentaires ci-dessus, il semblerait que les logiciels payants soient les plus répendus du fait de la qualité de la publicité et de la distribution faites par les entreprises qui les produisent, alors que les gratuits semblent finalement de meilleure qualité et sont adoptés par les connaisseurs (informaticiens entre autres).

    Maintenant, et c’est là que ça devient rigolo, imaginons le marché de la musique identique à celui des logiciels :
    des artistes non-rémunérés et passionnés créant de la musique gratuite, et d’autre part des artistes rémunérés et soutenus par des majors créant de la musique payante. La musique payante est la plus écoutée du fait du soutient des majors au niveau de la distribution et de la publicité, mais la musique gratuite est de meilleure qualité et écoutée par les oreilles fines et les musiciens.

    Marrant non ? De la à penser que certains artistes hurlant pour leurs droits d’auteurs ne font en fait de la musique que pour gagner de l’argent et non par passion... Cela expliquerai aussi pourquoi il y a tant de « merdes » musicales sur le marché.


    • harmony (---.---.4.31) 19 avril 2006 17:52

      yesssss tom !


    • Plop ! (---.---.219.185) 19 avril 2006 17:57

      Bien vu Tom !

      et d’ailleurs en parlant d’artistes passionnés, voilà un site qui permet de télécharger LEGALEMENT et GRATUITEMENT de la bonne zik : http://www.jamendo.fr

      Tous ces artistes doivent être d’ignobles extrémistes aux yeux de certains autres prétendu artistes justement.

      Pourtant les premiers ont du talent et une véritable passion, la différence est là.


    • Lbda (---.---.130.38) 19 avril 2006 18:03

      C’est bien vu Tom :)


    • Dodot (---.---.129.154) 20 avril 2006 13:57

      Vous noterez l’argumentation toujours aussi soignée de Demy...


  • harmony (---.---.4.31) 19 avril 2006 18:10

    dis moi damian tu n’as pas un copain ou une copine pour aller te changer les idées ?


  • Blakesnake (---.---.125.19) 19 avril 2006 18:15

    J’ajouterais pour ma part que les logiciels « libres-mais pas-forcement-gratuits » commencent à faire leur entrée dans l’administration et l’armée. Pour l’instant c’est assez basique, puisque qu’il s’agit la plupart du temps d’installer Open Office... Mais au fur et à mesure que le libre se dévelloppe, il pourrait prendre une place importante. Certaines mairies envisagent de passer sous linux (Paris par exemple) c’est donc que l’alternative devient sérieuse.

    Sinon, pourquoi intégrer forcément le fric dans le software ? ou même dans la création en général, quand on le fait en amateur ? j’aime bien réaliser des vidéos de synthèses à partir de jeux et j’ai jamais demandé un centime ni un poste à hollywood ! C’est un loisir et je le fais car ça me plait !!! Pour ce qui est du fric, j’ai un boulot à coté et ça me suffit.

    Mais je suis pas sûr que les obsédés du fric puissent comprendre cela...


    • Sylvio (---.---.89.149) 19 avril 2006 18:53

      Salut demian !

      Merci pour ta chansonnette mais ton commentaire est complètement H.S. et vient donc pollué le débat (une fois de plus).

      Oh Assurancetourix, tu veux qu’on te baillonne !


    • Sylvio (---.---.89.149) 19 avril 2006 18:58

      Image publiée sur le site de l’auteur (Méric de Saint-Cyr)

      Je ne comprend pas bien vu la mentalité « alter » (que je partage) de l’auteur comment il peut être contre une approche communautaire et libre des logiciels (? ????).


    • (---.---.193.220) 19 avril 2006 19:49

      Sur sa page de présentation il y a ecrit : Études de mathématiques et psychologie. En mission de psychopédagogie sociale dans des pays dits « en voie de développement »

      bref je crois qu’il fait un test avec nous ,un peu du style qui existe en premier cycle de psycho et realisé sur les étudiants .


    • Antoine (---.---.228.242) 20 avril 2006 01:13

      DEMIAN, ALLEZ PEINDRE AU LIEU DE DEBITER DES CONNERIES SUR CE QUE VOUS NE CONNAISSEZ PAS


  • Manu Manu 19 avril 2006 18:40

    Cher Méric St-Cyr, connaissez-vous Wikipédia ?

    Je pense que non ! Alors, voici quelques informations :

    Il s’agit d’une encyclopédie libre, gratuite et multilingue d’environ 3 millions d’articles en 229 langues dont près de 275 000 en français, utilisant un moteur de wiki lui aussi libre.

    La dite en encyclopédie, pourtant rédigée par des « wikipédiens » bénévoles, a été considérée par la revue Nature comme d’un niveau équivalent à Britannica (du moins dans sa vrsion anglaise et ce sur plusieurs dizaines d’articles scientifiques).

    Oui, la coopération peut donner des résultats !

    Ne nous leurrons pas : la fin du logiciel propriéraire n’est pas pour demain ! Mais ne nous voilons pas la face non plus ! Le logiciel libre a une place importante et souhaitons qu’elle gagne en importance. Simplement pour avoir le choix.

    Je suis informaticien de gestion (COBOL, DB2, etc.), maitrisant des langages loin du monde du net. Ne pouvant participer à des projets open-source, je donne de mon temps (voir de l’argent) sur wikipedia.

    Je terminerai par avis personnel sur la loi DADVSI. J’ai l’intime conviction que le succès du libre commence à faire peur, car il repose sur des bases foncièrement antinomique avec celles de nos sociétés actuelles : le partage et la coopération.


    • Marsupilami (---.---.180.118) 19 avril 2006 18:57

      Ouaf !

      Mort de rire ! Wikipédia c’est pas mal, certes, mais en France la direction-nomenklatura est déjà aux mains de la secte scientiste-rationaliste qui y dicte ses lois. Je le sais, j’ai eu affaire à eux.

      L’avenir est pour demain !

      Houba houba !


    • nantor (---.---.131.113) 19 avril 2006 19:11

      Marsu,

      Précises sur Wikipedia stp. Tu semble penser que c’est manipulé (on le lit ici et là). L’infame Zorglub serait-il derrière tout ça ?


  • ald (---.---.100.32) 19 avril 2006 19:07

    Un simple témoignage. Je suis dans le métier et je dois dire qu’il y a 3 ans encore, les responsables (DSI) regardaient « l’open-source » avec sourire et avec un « c’est celà ! oui ».

    Aujourd’hui je suis étonné, mais ces mêmes responsables installent des serveurs Linux à tout va. Pourquoi ? Cela tient à plusieurs choses :
    - Linux a démontrer sa fiabilité et sa performance sur des machines de moindre puissance. (recyclage de vieux serveurs obsolètes pour les SE et logiciels Microsoft)
    - Les budgets sont de plus en plus serrer
    - Microsoft impose des migrations comme par exemple l’arrêt du support de Windows 2000,d’où des coûts supplémentaires.
    - C’est dans l’air du temps, les autres le font, alors pourquoi pas moi !

    Personnellement, j’utilise un logiciel de surveillance (NAGIOS) et je dois dire qu’il n’a rien a envier aux logiciels payants. J’ai découvert ce logiciel en lisant un article technique qui présentait la surveillance des 5000 serveurs de l’administration du Brésil avec Nagios. Ce logiciel est amélioré, EN AUTRES, par les programmeurs payés par le gouvernement du Brésil, qui mettent ainsi leurs travaux à la disposition de tous. C’est certainement là, la force de « open-source », dans ces pays 50% des serveurs sont à base de linux et chaque amélioration, ajout, profite à chacun.

    Personnellement, je ne peux que me féliciter du rapport qualité/prix de ce logiciel.


  • Marip (---.---.40.235) 19 avril 2006 19:12

    J’utilise le logiciel OpenOffice, il est entièrement gratuit, intuitif, proche justement de Word Excel et en plus, il permet d’enregistrer des fichiers pdf.

    Le logiciel libre existe !


  • jz (---.---.148.29) 19 avril 2006 19:18

    Le développeur souhaite évidemment vivre de son art, comme tout un chacun qui produit des oeuvres de l’esprit.

    Le logiciel libre permet d’acquérir (une formation et) une réputation qui permettra de se faire embaucher, d’obtenir des contrats de services, etc... _tout en garantissant que tous les utilisateurs conserveront les mêmes libertés sur le logiciel que son auteur original_, sans que la machine puisse dicter aux uns et aux autres ce qu’ils doivent faire.

    Le modèle de la vente d’exemplaires de logiciels, fûssent-ils physiques (boîtes) ou immatériels (« license d’utilisation ») sont en décalage complet par rapport aux réalités d’un monde interconnecté en réseau à bas prix.

    C’est cette réalité qui est incarnée dans le logiciel libre : on ne vend pas des suites de 0 ou de 1, ce qui n’a aucun sens (n’importe quel technicien vous le dira), mais bel et bien son savoir faire et de la connaissance. « vers une économie de services » comme dirait l’autre.

    Je comprend ceci-dit tout à fait que certaines personnes n’arrivent pas à se faire à cette idée là... tant pis, nous ferons sans eux ! :)

    Je passe sur les nombreuses énormités qui émaillent cet article... Saviez-vous que 70% des sites webs que vous consultez utilisent le logiciel libre Apache ? que 90% des connections que vous effectuez sur internet passent par un serveur DNS Bind ? votre courrier par Sendmail, Postfix... ?


  • herbe (---.---.233.161) 19 avril 2006 19:45

    Monsieur,

    Au vu de votre profil : Végétariste (végétarien militant), écosophe, alter-mondialiste, alter-consommateur, décroissantiste, naturiste, libre-penseur, sain de corps et d’esprit !

    Je vais vous accorder le bénéfice du doute, c’est sans doute par ignorance voir mauvaise analyse que vous passez à coté de l’énorme potentiel du logiciel libre. Et non autre hypothèse par malhonnêteté intellectuelle ( ?).

    Cette utopie logiciel libre est déjà réalisée en ce sens qu’elle fait partie même des soubassements de l’internet et même de l’outil média que vous utilisez (agoravox) comme ça déjà été dit.

    Cette production humaine donc imparfaite certes est toutefois bien en phase avec son époque et permet de créer des modèles économiques originaux et efficaces ( voir rapport nouveaux modèles economiques, nouvelle économie du logiciel dispo ici (http://www.marsouin.org/article.php3?id_article=79)

    et n’est donc pas comme vous le dites « une utopie déconnectée de la réalité humaine. »

    Vu la particularité qui est la votre, ce serait vraiment dommage que vous passiez à coté du logiciel libre, vu les synergies que ça a entre autre avec ce que je peux déduire du profil que vous avancez (?)

    Ci-joint un lien qui vous permettra de (re)découvrir le sujet.

    herbe


  • André Cotte (---.---.132.60) 19 avril 2006 19:47

    Je suis surpris que ce Méric de Saint-Cyr perde son temps à réfléchir sur l’utopie du libre. Lui, qui se décrit ainsi : « Méric de Saint-Cyr (Monaco) Végétariste (végétarien militant), écosophe, alter-mondialiste, alter-consommateur, décroissantiste, naturiste, libre-penseur, sain de corps et d’esprit. »

    Plus utopique que cela, tu meurs ! Et la particule, en plus ! Et Monaco ! J’ose espérer que ce n’est pas pour éviter de donner sa part à la collectivité sous forme d’impôts et de taxes.

    Vraiment, je ne comprends pas que tant de gens ait pris le temps de venir vous répondre. Cela n’en valait pas la peine.


    • (---.---.193.220) 19 avril 2006 19:51

      Sur sa page de présentation il y a ecrit : Études de mathématiques et psychologie. En mission de psychopédagogie sociale dans des pays dits « en voie de développement »

      bref je crois qu’il fait un test avec nous ,un peu du style qui existe en premier cycle de psycho et realisé sur les étudiants .


    • (---.---.193.220) 19 avril 2006 19:57

      « Demian : Commentaire : Et maintenant ils logicient genre profileurs ! »

      mouais un peu facile l’accusation , faut encore le prouver , en es tu capable ?


    • Mathieu (---.---.158.155) 20 avril 2006 11:17

      >Bientôt il faudra leur prouver une généalogie qui remonte à Versailles ou à Azincourt, mais dans les mains courantes.

      Je trouve navrant que vous assimiliez les personnes en désaccord avec votre point du vue à des criminels sous le coup de « mains courantes ».

      Il est d’autant plus navrant pour vous et pour nous qui sommes susceptibles de lire votre « prose » que vous émettiez un jugement hatif, désinformé, et catégorique sur un sujet dont vous ne connaissais ni les tenants, ni les aboutissements.

      Vous seriez developpeur ou encore chef de projet, ou directeur de services informatiques, votre point de vue meriterait que l’on s’y interesse et pourrait convaincre. Ce n’est heureusement pas le cas.

      Il est d’autant plus navrant que vous flattiez votre égo surdimensionné en proférant des soi-disants verités et en vous offusquant dès que l’on vous démontre la fausseté de vos arguments.

      Je travaille moi-meme dans le monde informatique et utilisent tout les jours des logiciels « libres ». Je les connais donc, je connais leur defauts et leurs capacités.

      Je ne peut que m’emerveiller devant votre capacité a éluder les véritables questions que suscite vos ecrits, c’est tout simplement confondant de mauvaise foi.

      Je vous souhaite un jour, de comprendre le véritable sens des commentaires et de faire un travail sur vous-meme.

      Cordialement


    • (---.---.193.220) 19 avril 2006 20:01

      mmmhmm pas mal je m’incline .


  • harmony (---.---.4.31) 19 avril 2006 20:05

    je crois que tu surestimes ce monsieur st cyr !


  • Jean-Luc-75 (---.---.73.216) 19 avril 2006 20:26

    Le logiciel libre ne peut pas être une illusion, je lis votre article grace à firefox 100% gratuit 100% libre et 100% sans virus, il est impossible à un particulier de payer tout les logiciels obligatoire sous windows (antivirus, firewall, sauvegarde, gestion de base de registre, optimisation, etc )et tout çà uniquement pour le maintenir en état. Depuis que je me sert de firefox et de thunderbird j’économise 1 h par jour en arrétant de penser aux virus et autre failles d’internet explorer et d’outlook, je n’ai eu aucune alerte en 1 ans, alors pour résumer votre article, que me conseiller vous de faire ? je continu ou je retourne à l’ancien systême .


  • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 19 avril 2006 20:28

    Ce qui me paraît inexact dans votre présentation c’est sa philosophie générale concernant les motivations des humains que vous réduisez au seul intérêt financier en le confondant du reste avec l’utilité (il faut lire Stuart-Mill sur ce point) : on peut tout aussi bien affirmer que l’intérêt personnel (reconnaissance, participation à une communauté de travail gtratifiante) est d’abord psychologique et social et que les revenus, dont le profit, ne sont que des moyens de puissance parmi d’autres, dans une économie capitaliste, pour s’affirmer soi-meme comme valeur objectivement reconnaissable. Ce qui n’empêche pas les entreprises capitalistes d’exploiter l’intérêt « moral » comme moyen ou motivation pour gagner en performance et en capacité compétitive ; comme un hommage du vice à la vertu en quelque sorte ; mais chacun sait que sans désir de produire pour soi-même et les autres parallèlement et souvent contradictoirement au seul but du profit, le capitalisme serait déjà mort en enterré ; le problème du capitalisme c’est qu’en réduisant tout l’intérêt au seul profit il prépare sa tombe. Et cela il l’a compris en cherchant en permanence à (res)susciter d’autres motivations concurrentes pour se (re)légitimer ; C’est difficile et paradoxal car le désir d’argent en lui-même n’a aucune légitimité et il a tendance à déligimer tout ce qu’il touche....

    Le rasoir philosophique


    • Fred (---.---.230.243) 20 avril 2006 00:36

      Ça me semble très sensé, argumenté de manière claire et intelligente. Félicitations.


  • etonne (---.---.36.101) 19 avril 2006 21:02

    Le point important qui se dégage de cet article et du nombre impressionnant de commentaires est d’ordre bibliométrique. C’est la démonstration claire que le nombre de commentaires (ou de citations) sur un article n’a strictement rien à voir avec sa qualité intrinseque.


    • Manu Manu 19 avril 2006 22:57

      Très juste !

      Tout le monde peut s’enrichir des discussions issues d’un article « à côté de la plaque ». Raison de plus de permettre à quiconque de s’exprimer.


  • Fan2West (---.---.166.174) 19 avril 2006 21:13

    Sachez mon cher Mr. West que vous avez gagné un fan... J’entends parler de cet Agoravox, je clique mollement et fait défiler rapidement les pages.

    Je vois quoi ? Demian West, Demian West, Demian West... Bravo, sincérement ! Je pensais avoir tout vu et lu sur le net. Et bien non.

    Agoravox vaut ce qu’il vaut...c’est à dire un grand bordel qui va peut-être s’améliorer (ou pas) Pour l’instant le tout respire encore un peu l’amateurisme. Mais Mr. West si jamais vous partez, ma seule raison de lecture de ces billets disparaitra.

    Restez ! Vous êtes ma minute de franche rigolade !

    Fan de vous. (Je précise que j’ai vraiment rien à faire de ces questions de sous et de téléchargement...a chacun son dada)


    • pierrot (---.---.141.25) 20 avril 2006 10:42

      Ah ! Vous découvrez AgoraVox !

      Moi aussi, et comme je suis curieux j’ai été voir la mention Qui sommes nous, histoire de connaître kes instigateur de ce blog.

      Je n’ai pas été déçu de la piètre qualité des articles proposés. Suivez donc les liens de ce Qui sommes nous ?

      Je sais maintenant qui ils sont, et je sais pour qui on nous prend : des pigeons.

      Bye

      pierrot


    • Marsupilami (---.---.180.118) 19 avril 2006 21:40

      Ouaf !

      Entartage immédiat de l’obscène D.W. avec crème Chantilly payée par les corrompus qui profitent de ce sordide massacre.

      Houba houba !


  • Redj (---.---.125.187) 19 avril 2006 21:55

    Bel article...Certe vous ignorez tout de la réalité, car le libre est en train de croquer le propritaire...mais sinon c’est un bel effort d’analyse... Au fait votre article est publié et diffusé sur des logiciels libres...vous avez remarqué ?...c’est marqué en bas. Si vous regardez les sites du web entier vous verrez que c’est la quasi généralité. Vous apprendrez aussi qu’en europe les entreprises font plus de CA sur du logiciel libre que du propritaire, tout simplement car c’est plus rentable et performant a tous point de vu.

    Votre article est donc périmé de plusieurs années, car vous n’avez pas compris que les gens vivent du libre et que ca n’a rien de gratuit ! Ce sont des entreprises comme les autres qui développent et non pas des sectes...par contre elles ont l’intelligence de partager leur travail avec d’autres afin de profiter de leur savoir faire aussi.


  • glyj (---.---.150.17) 19 avril 2006 22:05

    Bonjour,

    Si le logiciel libre n’est pas 100% utilisable, Je voudrais savoir pourquoi la majorité des gros ordinateurs du top 10 utilisent Linux, et AUCUN n’utilise windows ?

    En ce qui concerne le piratage, je suis contre le piratage, bien qu’utilisateur exclusif de logiciels libres. Dès que je rencontre quelqu’un qui pirate, je lui en fait la remarque. Paradoxalement, comme cela a peut-être déjà été dit, le piratage favorise le logiciel propriétaire.


  • Laurent GUERBY (---.---.162.148) 19 avril 2006 23:26

    Les éditeurs de logiciel n’emploient que 7% des personnels des TICs. Que peuvent bien faire les autres ?

    En reflechissant à la question, on comprends rapidement que cet article est totalement à coté de son sujet.


  • hallucinant (---.---.145.18) 20 avril 2006 00:53

    A se demander si le rédacteur de cet article sait ce qu’est un logiciel libre.......et en a déja utiliser un en sachant que s’en était un...

    Article pitoyable....comme les remarques de Demian, mais bon on commence à être habitué avec le temps smiley


  • Fred (---.---.230.243) 20 avril 2006 02:47

    Cet article insulte directement toutes les personnes qui ont donné de leur temps pour créer des logiciels libres sans rien attendre en retour. Ces personnes ne sont pas forcément des programmeurs, il y a aussi des traducteurs, des dessinateurs, des musiciens, etc. Bref, des gens qui ont une PASSION, parfois sans rapport avec leur activité rémunératrice. Il faut croire que la passion n’existe pas, tout est fait dans le seul but de récupérer un profit. Une insulte empreinte d’ignorance.

    Avez-vous une passion, Monsieur de Saint-Cyr ? Je parle de quelque chose que vous aimer faire sans attendre de l’argent en retour. Non ? Oui ? Si oui, merci de réaliser que d’autres personnes puissent en avoir une également.

    D’ailleurs, vous espérez quel somme d’argent en retour de vos articles sur agoravox ?

    Après « Skype est vraiment génial », voici « Le logiciel libre est une illusion ». Du grand Méric de Saint-Cyr. Dans les deux articles, une fixation sur l’argent, le coût, la rentabilité, la concurrence. De la part de quelqu’un qui croît être alter-mondialiste. Quelqu’un qu’on ne verra pas changer d’avis en tout cas, peu importe l’argumentation.

    • « Bref, soyons clairs et surtout réalistes : ni vous ni moi ne pouvons mettre le nez dans des millions de lignes de code en nous disant « moi aussi je vais contribuer » ! »

    Vous non, mais des dizaines de milliers de gens, si. Et ça suffit à faire de grandes choses.

    • « Il faut avoir le niveau, il faut avoir la pratique, et il faut avoir du temps... »

    C’est pas une révélation. Je ne vois pas en quoi ça diffère des autres passions. Si je suis un passionné de mathématiques, par exemple, il me faut tout ça également. Quand on aime, on le fait. Et quand on l’a fait, ça fait plaisir de partager.

    • « Mais la grande majorité des développeurs du logiciel libre sont des professionnels, qui touchent un salaire. »

    Absurdissime. Quand vous travaillerez dans ce milieu, vous verrez que seul un pourcentage infime des entreprises participent de manière significative au libre. Pour l’instant, vous voyez surtout vos fantasmes.

    • « POUR QU’UN logiciel libre et utile soit viable, IL FAUT AUSSI QU’IL soit utilisable, c’est-à-dire qu’il dispose d’une interface intuitive, intelligente et ergonomique. »

    Apache est libre, utile, et viable (excessivement viable même, d’ailleurs on vient tous de l’utiliser pour obtenir cette page). Pourtant, il n’a pas vraiment d’interface, le seul moyen de l’utiliser est d’éditer un long fichier de configuration qui vous paraîtrait bien abscon. Votre proposition « pour que... il faut que » est donc erronée. Vous avez d’après vous fait des maths, vous devriez donc comprendre qu’un seul contre-exemple suffit à démonter la condition nécessaire que vous donnez.

    Ou bien donnez-moi l’erreur dans mon raisonnement. Je doute que vous le fassiez, ou bien que vous le fassiez sans être à côté de la plaque. Mais vous êtes peut-être autant partisant d’une discussion argumentée que vous êtes alter-mondialiste...

    Sachez que les informaticiens font leur boulot, ils appliquent les règles de l’art de leur discipline, règles enseignées dans les universités et dans les écoles. Les produits commerciaux que vous utilisez (Apple) sont modelés selon les désirs du marketing d’Apple avant tout. Vous avez raison, discipline fondamentale versus service marketing d’une multinationale, y’a pas photo, quand on est alter-mondialiste on se tourne vers le service marketing (ceci est de l’ironie, à voir comment vous maniez la logique, je préfère préciser) !

    L’informatique, c’est compliqué, remerçions tous Apple et Microsoft de nous éviter de réfléchir en nous présentant des produits « Playskool » avec des gros boutons bien visibles pour cliquer dessus.

    Remercions Apple et Microsoft d’enfermer nos données dans des formats propriétaires obscurs. Monsieur de Saint-Cyr, si dans 15 ans vous êtes capable de relire le contenu de vos fichiers Word (ou équivalent propriétaire), alors je vous tirerai mon chapeau. Même sur des durées plus courtes, on voit déjà des problèmes de ce type, et des entreprises proposent d’archiver des documents Word après conversion dans un format libre pour assurer la pérénité des données. (je ne suis pas sûr que Monsieur de Saint-Cyr comprenne pourquoi libre = pérénité, mais bon passons). N’écrivez pas votre journal intime avec Word, ou vous perdrez toute trace de votre passé.

    Microsoft et Apple c’est alter-mondialiste. Richard Stallman n’est qu’un assoiffé de profit. Tant qu’on y est !

    Si vous voulez avancer (je ne crois pas cependant), et que vous avez besoin d’aide sur un logiciel libre, écrivez-moi à l’adresse lunch at ifrance.com : je vous aiderai, gratuitement. Je prends moins cher que la hotline d’une entreprise : 0 euros. Sans compter que je ne vous demanderai pas votre numéro de client pour m’adresser à vous. Vous verrez bien qu’on peut travailler sans attendre d’argent en retour. Si un jour vous passez à Paris, faîtes-moi signe, je vous montrerai concrètement que le libre ça a quand même des tas d’avantages à peine croyables dans ce monde capitaliste qui prône la mondialisation. Gratuitement aussi.

    Si un logiciel libre vous semble complexe, ne vous sentez pas dévalorisé. C’est normal d’avoir du mal à saisir un produit dont la complexité intrinsèque est telle. Vous n’êtes pas informaticien, et alors ? C’est juste normal. Mais ne critiquez pas ce logiciel avec l’oeil d’un non-spécialiste. Il y a des TONNES de logiciels merdiques, dans le libre comme dans le pas libre. Il y a de bons logiciels dans les deux aussi. Simplement, le libre a tendance à penser « discipline fondamentale » et le propriétaire à tendance à penser « aspect marketing ». Et ça marche très bien sur vous, votre article le prouve.

    Bon, en attendant je vais retourner bosser sur un logiciel que j’ai décidé de faire pour aider un ami qui a un besoin spécifique. Je devrais avoir honte d’être autant attiré par le profit.


  • Bounaberdi (---.---.21.20) 20 avril 2006 03:08

    Bonjour,

    Vos imprécisions et contre-sens montrent que vous ne connaissez pas le sujet dont vous parlez, ce qui suscite mon admiration. Vous démontrez qu’on peut avoir une opinion sur tout et la défendre avec conviction !

    Enfin un propos authentiquement libre, affranchi des contraintes du réel !

    Je vous ai donc lu avec intérêt, cherchant de façon désintéressée quel intérêt vous aviez trouvé à l’écrire ? Vous êtes vous au moins convaincu ?


  • Richelieu (---.---.135.27) 20 avril 2006 06:57

    Compte tenu de votre argumentaire, il semble clair que rien ne vous fera changer d’avis, mais je vous invite tout de meme, et surtout j’invite les commentateurs de votre article qui se montrent bien plus disposes que vous a la discussion, a lire le livre remarquable publie par Salvino Salvaggio sur l’impact de l’open source. En plus ce bouquin est telechargeable gratuitement sur le site de son auteur

    C’est assurement ce que j’ai lu de mieux en defense du logiciel libre, tres bien construit, argumentation en beton, approche quantitative d’une solidite remarquable et analyse economique finement ciselee.


  • Utilisateur comblé (---.---.8.82) 20 avril 2006 08:50

    Personnellement, utilisateur de base, j’utilise des logiciels libre depuis deux ans. Cela revient à dire que depuis deux ans mes dépenses informatiques (qui sont toujours les mêmes) profitent directement ou indirectement aux acteurs de la communauté open-source.

    Grâce aux logiciels libres je suis propriétaire de mes données. C’est d’ailleur ce qui a motivé mon choix et non pas la gratuité comme vous semblez le suggérer. Je comprend que le modèle économique de la GPL, soit difficilement compréhensible pour un esprit bien formaté. Cela ne remet pas en cause la viabilité de ce modèle, qui semble mieux adapté aux évolutions technologiques liées au numérique. A partir de ce constat, nous comprenons mieux pourquoi certaines grandes compagnies essaient par tous les moyens à leur disposition de faire voter des lois (en utilisant des moyens discutables) visant à déstabiliser l’open source.

    L’utilisateur de base que je suis, à la lumière de sa petite expérience, juge que votre article aurait pu être excellent si vous aviez pris la peine de connaitre ce sujet. Je ne doute pas que vous fassiez mieux la prochaîne fois.


  • laguiche (---.---.98.243) 20 avril 2006 09:04

    Encore quelqu’un qui confond « libre » et « gratuit ». Comme c’est l’hypothèse de départ et que tout l’article est basé dessus, je considère (après lecture bien sûr) que tout l’article est faux. Quant à cette histoire d’utopie, il suffit d’installer Gnu/linux avec tout son panel de logiciels « libres », de travailler ou de jouer dessus pendant plusieurs années pour voir qu’effectivement l’utopie est réalisable (désolé pour ce concept antithétique). Un petit tour sur http://www.framasoft.net pour bien se convaincre que le logiciel libre est plus qu’un concept. C’est également se que se sont dit IBM et Oracle.


    • laguiche (---.---.98.243) 20 avril 2006 11:54

      Il est intéressant de regarder quelle est la politique éditoriale de ce site, on se rapproche grandement du logiciel open-source, non ? Cet article est gratuit, à libre disposition, etc... J’en conclue que Méric de Saint Cyr, d’après son raisonnement, n’a pas écrit cet article dans l’unique but philantropique de nous instruire, nous informer ou nous faire partager une opinion ou une idée mais bien d’en tirer un réel profit smiley Mais quel est-il ?


  • wiko (---.---.115.155) 20 avril 2006 09:28

    Cet article montre la méconnaisance du domaine du logiciel open source par son auteur.

    Je ne reviendrai pas sur son argumentaire qui a été battu en breche par nombre de post, montrant son incompetence à parler de ce domaine. Il est à noter que même dans les logiciels propriétaires il existe du code libre. Pour ma part j’utilise Flash professionnellement (logiciel proprietaire) qui n’aurai jamais pu s’imposer sans la communauté dévellopant gratuitement du code.

    Il existe aujourd’hui des class toutes faites (briques) dévellopées sous licences GPL par des passionnés.

    Donc même dans le monde du logiciel propriétaire l’open source fait avancer les choses. Allez jeter un coup d’oeil sur le site d’andré Michelle, colin Moock....

    Réduire le système économique informatique au licences fermées est une illusion.

    Pour information il est possible compiler du flash sans acheter le logiciel. Donc un logiciel fermé a reussi a créer une communauté GPL et s’est imposé par ce biais.

    On voit avec cet exemple que même le propriétaire se sert du « libre » pour se dévellopper. Les opposer n’a aucun sens.


    • harmony (---.---.21.165) 20 avril 2006 13:54

      c’est clair que toi tu ne fonctionne pas à l’instinct !!!!!!


  • Ulmo (---.---.254.6) 20 avril 2006 10:48

    Ben, c’est pas très crédible quand meme cet article.
    Vous vivez encore à l’époque du cobol ?

    100% Libre = GPL ou BSD, right ?
    100% Utile = Qui me sert à qq chose, right ?
    100% Utilisable = Simple, right ?
    100% Gratuit = GPL ou BSD, right ?

    Le logiciel 100% libre, 100% utile, 100% utilisable et 100% gratuit existe :

    - Firefox ?
    - Thunderbird ?
    - Knoppix ? (Le Linux 100% simple, utilie et utilisable)
    - WinMerge ?
    - Wengo ?
    - DBDesigner ?
    - OpenOffice ?
    - PaintDotNet ?
    - XnView ?
    - VideoLan ?
    - GnuPG ?
    - MySQL ?
    La liste est interminable. Il vous suffit pas de dire « Le Logiciel Libre, c’est MAL » pour que ce soit vrai.
    Ca m’étonne qu’il reste des personnes qui soient encore à l’age de pierre...

    Vous avez des actions d’un éditeur de logiciels propriétaire vous, non ?


  • blackestmajor (---.---.142.198) 20 avril 2006 10:53

    Méric de St-Cyr,

    Je rejoins pas mal de monde sur le fait que cet article est écrit sous le sceau de l’amateurisme et du piège anglophone du mot « free » utilisé aussi bien pour désigner « gratuit » que « libre »...

    Certaines personnes écrivent du libre dans le but de se faire les dents pour être repéré par une grosse boite ? Et Alors ? Leur travail étant libre, il restera de toute façon une trace, réutilisable et améliorable par d’autres... Parfois il suffit qu’un programmeur professionnel développe un petit logiciel utile en peu de temps, pour qu’ensuite une légion de contributeurs le trouvent génial et l’améliorent. Tout le monde y a gagné.

    De grosses sociétés financent le libre pour contrer le monopole d’autres grosses sociétés ? Et Alors ? Au final les programmes et projets ainsi financés restent libres, ils ne tombent pas dans l’escarcelle de ces grosses sociétés qui les ont financées, ils profitent à tous.

    Concernant l’argument facile selon lequel le logiciel libre est peu utilisable parce que peu ergonomique, je vous répondrais que c’est parfois vrai, mais personnellement je préfère qu’un logiciel soit d’abord développé solidement pour ce qui est des services qu’il rend, et que seulement ensuite on lui ajoute une interface intuitive et haute en couleur. A moins que vous préfériez les usines à gaz pleines de gros boutons colorés et d’effets graphiques tape à l’oeil mais qui mettent à genoux les machines les plus dispendieuses (qui a dit Vista ?)

    Pour votre information, certains logiciels libres comme Gimp ou Blender sont décris par ceux qui utilisent leurs équivalent propriétaires Photoshop et 3DsMax ou Maya comme peu ergonomiques et peu intuitifs. C’est vrai lorsqu’on n’utilise que la souris, si on prend la peine de jeter un oeil aux raccourcis clavier, on peut très vite devenir beaucoup plus rapide à faire la même chose dans la version libre. J’ai lu plus haut que ces logiciels ne peuvent rivaliser avec leurs équivalents propriétaires, je répondrais que celà reste à prouver, beaucoup d’utilisateurs estiment que sur beaucoup de fonctions, ils se valent. Et comparons un instant la taille et les ressources nécessitées par un Gimp ou un Blender face à Photoshop ou un Maya... Là effectivement y’a pas photo...

    Vous parlez d’un logiciel libre qui s’éloigne des standards, mais justement la plupart des logiciels libres s’appuient sur des standards libres. Même si le format en question s’avère minoritaire, je préfère savoir qu’il existe plutôt que de me dire que le seul format, celui plebiscité par la majorité des gens à grand coup de marketing, est un format fermé, propriétaire (et le plus souvent, moins performant)

    Vous parlez d’une dichotomie, effectivement elle existe, mais elle n’est le fait que d’une certaine catégorie d’entreprises, qui ne peuvent faire autrement car elles dépendent de logiciels libres (ex : la société Transgaming qui commercialise un programme permettant de faire tourner des jeux Windows sous Linux : Cedega. Ce programme n’est pas libre mais s’appuie en grande partie sur Wine, qui lui est libre. Donc Cedega est proposé en deux versions : l’une en CVS et ligne de commande, l’autre avec une interface plus ergonomique, payante via un abonnement). Ces sociétés ne vendent pas le logiciel en lui même en réalité, mais une partie, la partie ergonomique et intuitive, ainsi qu’un certain nombre de services. C’est un choix discutable certes, mais ce n’est pas une référence en matière de logiciel libre.

    Vous parlez de passerelles, mais pourquoi rejeter la faute sur la communauté du libre qui se borne à utiliser des standards ouverts et libres ? Cette situation est au contraire créé par les gros groupes type microsoft qui veulent imposer des formats propriétaires non interopérables avec les autres formats, mais force est de constater que même ces grands groupes sont obligés de tenir compte de l’existence des formats libres et de les inclure dans leurs logiciels propriétaires. Si de telles passerelles sont difficiles à développer, c’est la faute aux standards fermés, pas aux standards ouverts !

    Constater que nous vivons dans un monde où l’argent est roi et ou toute chose est faite par intérêt est réaliste. Croire que c’est inéluctable et, comme Demian West, tout à fait normal (pas lui, le fait :)) et même défendable, c’est profondemment pessimiste. On commence par dire que le libre est une utopie, on finit par l’accepter et s’y résigner, et là c’est la porte ouverte à tout, à ce moment là on nous fera payer à la touche appuyée ou au clic, ou je ne sais quoi d’autre... Franchement, ça vous conviendrait de commencer à payer pour chaque patch de votre système d’exploitation, y compris les patchs de sécurité ? Ca vous plairait d’avoir un logiciel par format parce que tous les formats sont proprios et ininteropérable ?

    Enfin vous parlez de logiciel sur mesure, en évoquant l’exemple cité plus haut, mais le libre c’est justement la possibilité de concevoir des logiciels sur mesure en fonction des attentes des utilisateurs, le monde linux permet de combiner différentes briques : le noyau, le gestionnaire d’environnement, le gestionnaire graphique etc... Par exemple, le logiciel K3b est connu pour être le pendant libre de Nero, il fait partie de l’environnement KDE, mais rien n’empêche de l’installer sous Gnome, et inversement les logiciels fournis avec Gnome s’installent sous KDE etc... Et c’est valables pour des centaines et des centaines de logiciels, bref de quoi se constituer un OS sur mesure, et pourtant il ne me semble pas que choisir linux c’est ce qu’il y ai de plus cher.

    Pour finir, vous considérez le libre comme une utopie humaine déconnectée de la réalité, dans cas je préfère rester dans l’utopie humaine plutôt que dans la réalité mesquine et mercantile. Accepter que nos choix ne soient pas uniquement motivés par l’instinct de survie, c’est aussi ça être humain.


  • Morne_Butor (---.---.44.148) 20 avril 2006 11:21

    Les savants d’autrefois prenaient bien soin de soigneusement protéger leurs découvertes afin qu’ils puissent en tirer profit. Il faut bien vivre après tout. Leurs sponsors de l’époque avaient la primeur de leurs découvertes et surtout le lustre qui allait avec.

    Aujourd’hui, nos chercheurs sont financés soit par le privé soit par le public, en proportion parfois très différente selon les pays. Généralement les découvertes immédiatement applicables et vendables font l’objet de brevets et les découvertes fondamentales font l’objet d’un article dans une revue scientifique de renom. Autrement dit, les découvertes fondamentales sont reversées au grand public en mode Open Source, même si plus de 99% de ce Grand Public est bien incapable de comprendre ce que racontent ces articles scientifiques.

    Pourtant tout le monde s’accorde à dire que bien que sans aucune valeur monétaire immédiate, ces articles de fond entièrement gratuits ont une valeur intrinsèque bien supérieure de laquelles les chercheurs retirent d’abord de la renommée avant d’obtenir les financements qui vont avec la renommée.

    En quoi, la recherche et l’ingéniérie informatique seraient tellement différentes ?

    Bien des gouvernements, dont le Brésil, la Chine et la France notamment favorisent explicitement l’Open Source dans tous leurs appels d’offre. Leur politique très volontariste de pousser l’Open Source à se développer est fort louable et pourrait peut-être un jour aboutir à une forme de financement genre CNRS... avec tous les défauts qui risquent de s’ensuivre, certes, mais en tout cas avec une une certaine bonne volonté de principe.

    C’est une question que je me pose, mais je n’en ai pas nécessairement la réponse.

    Bonne journée à tous.


Réagir