mardi 10 septembre - par Daniel MARTIN

Consommer local avec OGM d’outre-Atlantique interdits en U.E. Curieux paradoxe !

Comme l’a récemment fait observer Greenpeace, on se trouve face à un paradoxe : d'un côté, l’UE interdit la culture des OGM sur son sol (sauf dérogations pour un type de maïs, qui n'est pas une protéine). De l'autre, elle importe massivement du soja OGM pour nourrir son propre bétail et répondre aux nouveaux usages alimentaires.

Entre une déclaration abracadabrantesque d’un Ministre de l’agriculture et un curieux paradoxe

Au moment où se pose le problème de mieux protéger les riverains de terres agricoles recouvertes de pesticides et intrants divers, alors que la distance minimum de 150 mètres semble relever de la raison, lorsque le Ministre de l’agriculture déclare « s’appuyer sur des données scientifiques et que la distance de cinq mètres est suffisante »,  c’est une déclaration ubuesque digne du « Gorafi »(site humoristique aux textes avec des contenus abracadabrantesques ). A trop vouloir servir d’assistant à la Présidente de la FNSEA, le Ministre dessert l’intérêt des agriculteurs, car cinq mètres est insuffisant pour toute autre culture, alors que  150 mètres est une distance qui autorise une culture sans pesticides ni intrants chimiques permettant de tirer un profit de l’usage de cette superficie qui satisfait toutes les parties. Mais Il y a un autre dossier qui soulève un curieux paradoxe et qui est abordé ici :

A la limite d’un discours nationaliste régional, voire localiste, le « consommer local pour aider nos paysans » n’est-il pas, en dehors des cultures et élevages Bio ou de l’agroécologie qui se passent de l’usage des cultures OGM et d’intrants chimique, un curieux paradoxe par rapport à l’usage des cultures outre-Atlantique, dont on importe massivement des oléagineux OGM, alors que ces cultures sont interdites dans l’UE ?... Ce n’est pas en « consommant local pour aider nos paysans » que l’on va forcément consommer des produits carnés ou transformés sans OGM, alors que le soja et le colza qui va nourrir les animaux des élevages locaux provenant essentiellement d’Amérique du Nord et du Sud (USA, Brésil, Argentique) est entièrement OGM.

Constat et souhait exprimé par le Président de la République, lors du GT à Biarritz

Alors qu'il met parallèlement en cause le Brésil pour la déforestation de l'Amazonie servant à la culture intensive du soja OGM, est-il possible d'articuler un tel objectif agricole européen avec celui de la lutte contre le réchauffement climatique inscrit dans les accords de Paris ? Emmanuel MACRON déclare :

"Le soja, on en a besoin aujourd'hui en Europe parce qu'il apporte en particulier de la protéine pour nourrir les animaux. Et nous, nous n'en avons pas. C'est le fruit d'un vieil équilibre conclu dans les années 60 entre l'Europe et les Etats-Unis d'Amérique et nous avons à ce moment-là accepté une dépendance en termes de protéines. Je considère que c'est un très mauvais choix. C'est mauvais pour nos grands équilibres, car cela fait faire un trajet à quelque chose qu'on pourrait produire sur nos territoires. (...) On doit recréer la souveraineté protéinique de l'Europe. L'Europe doit être capable de produire ses propres protéines, pour elle-même, pour consommer, comme pour les éleveurs".

"Le vieil équilibre" auquel fait allusion Mr. MACRON est un accord commercial négocié au sein du GATT dans les années 1960, qui attribuait la production de protéines végétales (soja, colza) aux Amériques et celle de l'amidon (blé, céréales) à l'Europe. Les déséquilibres territoriaux et démographique entre l’UE et les pays Américains concernées ne peuvent que conduire à des déséquilibres de production et de consommation au détriment des Européens.

Combien l'UE importe-t-elle de soja et de colza avec OGM par an ?

L'Union européenne importe chaque année 17 millions de tonnes de protéines brutes végétales (soja, légumes secs, tournesol...) parmi lesquelles 13 Millions de tonnes sont à base de soja et représentent l'équivalent de 30 millions de tonnes de graines de soja. L'UE est le 2e importateur mondial derrière la Chine (environ 100 Mt par an).

Au total, 87% de ce soja importé sert à nourrir les animaux et l'essentiel qui est OGM, vient des USA, du Brésil et d'Argentine.

L’importation de colza en Europe a atteint un niveau quasi-record à 2,60 Millions de tonnes de Juillet 2018 à Décembre 2018 avec une hausse de 17% par rapport à l’année précédente. L’Ukraine reste le principal exportateur de colza vers l’UE avec 1,89 Million de tonnes de graines exportées (vs 1,55 Million de tonnes l’année dernière). https://comparateuragricole.com/infos-bout-de-champs/article/que-va-donner-la-production-de-colza-en-2019-au-sein-de-lunion-europeenne

Pour la France c’est 3,5 millions de tonnes de soja importées chaque année et plus de 800 000 tonnes de colza.

La disponibilité des terres agricoles françaises ne permet pas de se substituer au soja OGM. Selon Greenpeace, pour produire les 3,5 millions de tonnes de soja importées chaque année en France, 11.980 km2 supplémentaires de terres exploitables seraient nécessaires, soit la quasi-totalité des terres agricoles du Morbihan, des Côtes d’Armor et du Finistère réunies.

En France, on pourrait toutefois réduire de plus d’un tiers les importation de soja OGM de la façon suivante : Sachant qu’il y a actuellement 448 000 exploitations agricoles dont superficie moyenne des terres agricole pour chacune d’entre elle est de 16,1 hectares, si chaque exploitation réserve 1,1 hectare à culture de soja non OGM on obtient 4928 km² soit une production à réaaliser de 1,5 million de tonnes qui ne serait pas à importer et davantage si l’on considère les réduction potentielles que l’on peut faire. Mais pour cela il faut une politique d’accompagnement stimulante pour les agriculteurs.

Pour compenser cette production moindre en important davantage que l’an dernier. La collecte de graines de colza est estimée à 4,621 Millions de tonnes, bien loin des 5,1 Millions de tonnes collectés l’an passé. Les opérateurs devraient donc importer beaucoup plus : FranceAgriMer estime que la France devrait importer 1,05 Millions de tonnes en 2018-2019, contre 872 000 tonnes lors de campagne 2017-2018.( https://www.terre-net.fr/marche-agricole/actualite-marche-agricole/article/des-importations-de-colza-en-hausse-pour-pallier-la-chute-de-la-production-2018-1395-142689.html )

Selon Sébastien ABIS, analyste des marchés agricoles mondiaux, l'autosuffisance protéique de l’Union Européenne est de 35%, un taux qui est de 55% en France. Pour l’UE, un rapport de la Commission Européenne du 22 novembre 2018 indique que ce taux varie selon la graine : 79% pour le colza, 42% pour le tournesol et seulement 5% pour le soja. Elle indique également que la dépendance de l'U.E. aux protéines importées a atteint, dès les années 1970, des niveaux très élevés. Toutefois depuis quelques années, la tendance se ralentit, surtout en France où la production de soja et de protéines alternatives (tournesol, colza, légumineuses, pois, féverolles), est encouragée. A noter que les élevages de volaille consomment la majorité du soja d'importation.

Faut-il augmenter la production de soja en Europe ou privilégier une réduction de la consommation de viande ?

Si les experts répondent »un peu des deux, le rapport de l'ONU sur le climat (GIEC) début août suggère de diminuer la consommation de viande dans les pays développés, mais aussi « d'intensifier » les rendements agricoles pour ne pas multiplier à l'infini les surfaces cultivées et laisser les forêts (et les prairies) jouer leur rôle de stockage du carbone dans les sols. Mais attention « intensifier » les rendements agricoles, sans contrepartie de contrôle rigoureux par organismes indépendants, peut encourager des pratiques excessives de l’usage d’intrants chimiques.

Il faut se rendre à l’évidence, on n'arrivera jamais à 100% d'autonomie en Europe, Il faut certes augmenter les productions locales, mais il ne faudrait pas dériver vers des logiques de production hyper-territorialisées, voire d'enfermement" qui peuvent renvoyer vers des « dynamiques de type médiéval » d’égoïsme protectionniste, voire d'affrontements, comme le craignent certains experts. Ce qui ne veut pas dire pour autant que via l'innovation, et de nouveaux modes d'organisation des producteurs, on puisse prévoir une « transition plus longue » afin de ne pas déstabiliser les filières d'élevage, qui, avec la réduction de l’alimentation carnée se fragilisent et bien qu’elles puisse l‘être aussi par les effets pervers de certains traités internationaux (CETA par exemple).

Surtout ne pas négliger la problématique démographique et l’explosion des protéines végétales dans les nouveaux usages alimentaires

On constate que la présence des protéines végétales dans les rayons alimentaires des grandes surfaces se renforce, répondant à une demande croissante des consommateurs, provoquée par des motivations environnementales et de santé publique due, notamment, à la réduction de la consommation de viande.

Selon une étude réalisée chez les principales enseignes de grande distribution pour le compte du groupe d'étude et de promotion des protéines végétales (GEPV), en 30 ans, le nombre de produits contenant des protéines végétales a été multiplié par près de 20, passant de 300 produits en 1989 à plus de 5.400 produits en 2019.

Peut-être moins d’animaux pour la viande qui sont à nourrir, donc moins de céréales, mais une population de l’UE qui a augmenté de 40 millions d’habitants pendant cette période ( passant de 475 millions en 1989 à 515 millions en 2019), donc des consommateurs de protéines végétales, soja, colza en plus ce qui explique l’augmentation croissante des besoins d’importations avec, par exemple, plus17 % en 2018…

Parmi les motivations des industriels de l'agroalimentaire, un marché juteux : « le marché des protéines végétales » est en pleine expansion. Il s'élevait à 6,9 milliards d'euros en 2013 et pourrait « atteindre, voire dépasser les 10 milliards cette année 2019  », estime Marie-Laure EMPINET, présidente du GEPV.

Au premier rang des produits montés en puissance ces dernières années, les « analogues de la viande » ou steaks végétaux représentent 6% des produits recensés dans cette étude. Selon Hubert BOCQUELET, délégué général du GEPV, « ce rayon, en deux ans, a été multiplié par deux en termes de références ».

Une tendance portée essentiellement par les « flexitariens », des consommateurs qui prônent une consommation de viande modérée et représentent aujourd'hui, selon M. BOCQUELET, « à peu près un tiers de la population française, soit presque 20 fois plus que les végétariens stricts ».

« De plus en plus de gens choisissent un régime flexitarien, végétarien ou végétalien, pour des raisons personnelles, de santé ou de respect de l'environnement », souligne dans un communiqué, Trish MALARKEY, directeur de l'innovation du néerlandais DSM, partenaire d'Avril sur ce projet de protéine de colza.

Des risques à ne pas négliger

Il ne faut pas oublier que le complexe oléagineux est un marché global et mondial ! Si les cours du colza venaient à grimper en flèche, les triturateurs Français et Européens auraient tout intérêt à importer de la graine de soja ou de canola. Il faut garder à l’idée que les agriculteurs ne sont pas autorisés à produire des cultures OGM en France mais tous les jours, des quantités non négligeables du culture OGM arrivent dans nos ports  ! Il n’y a aucune cohérence sur ce sujet. L’hypocrisie de l’Union Européenne concernant les OGM est à son paroxysme !

Sans compter le problème écologique des agrocarburants

Qui plus est, l’Union Européenne, après avoir autorisé l’importation de 300 000 tonnes d’huile de palme provenant de Malaisie, serait en passe d’ouvrir les robinets pour importer du soja américain (OGM bien sûr). Si cela devrait donner un » coup de boost » au marché des agrocarburants, les agriculteurs européens craignant ainsi de voir arriver une nouvelle concurrence déloyale…

La question majeure à se poser est la suivante : comment peut-on parler et développer les fameux agrocarburants lorsque la matière première est produite dans des conditions écologiques déplorables : déforestation massive en Malaise et Indonésie et maintenant celle encouragée par le Président Brésilien en Amazonie. Comment peut-on parler de » biocarburants » alors qu’il faut dire Agrocarburants et lorsque la matière première est produite par des enfants contraints et forcés dans les plantations de palmiers  ? Comment peut-on parler de « biocarburants » et non d’agrocarburants lorsque la matière première est produite à partir de semence OGM ? Comment peut-on parler de biocarburants et non d’agrocarburants lorsque la matière première vient de l’autre bout du monde et voyage en cargo ( gros consommateur de fuel lourd et aussi polluant que plusieurs dizaines de milliers de voitures) ?

Pour conclure

La joie pour les oléagineux non OGM et non traités aux intrants chimiques (soja, colza) n’est pas dans les près du continent Américains, dont les pays et leur population ne connaissent exclusivement que des céréales OGM nourries avec amour de l’argent par MONSANTO et consort. Ces même productions qui vont inonder le marché alimentaire Européen (et Français), alors que l’UE interdit ce type de production en son sein. Il est vrai que si les trois pays Américains qui exportent leurs céréales vers l’Europe (USA, Brésil, Argentine) totalisent une population de 587 millions d’habitants, ils totalisent surtout une superficie territoriale de 20 925 206 km², quand l’UE à 28 pays totalise une population de 515 millions d’habitants, mais avec une superficie de 4 272 000 km² soit plus de 5 fois moins que celle des pays Américains cités. Le rapport d’échanges commerciaux « Démographie - territoire  » reste et restera déterminant ...

 



52 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 10 septembre 09:58

    « Le rapport d’échanges commerciaux « Démographie - territoire  » reste et restera déterminant ...  »

    ce ne sont ni des ratios ni des quotas qui régleront la course au profit des ectionnaires des multinationales comme Monsanto qui s’appuient sur la puissance de l’éta américain pour imposer des « accords commerciaux » léonins mais sont constitués de financements transnationaux sans frontières.

    Les réglementations visant à définir la largeur du trou maximum imposé aux chats élus et propriétaires par les souris électrices et locataires ne transformeron t pas les chats en souris, ni le contraire.

    La question n’est pas celle du « rapport » entre la démographie des souris et le territoire de chaque chat, mais le fait que les souris continuent à élire des chats !


  • Raymond75 10 septembre 10:24

    J’ai essayé de me connecter au site de ’consultation’ sur l’épandage des produits photo-sanitaires.

    ** Le site est difficile à trouver :

    http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/consultation-publique-sur-un-projet-de-decret-et-a2032.html

    ** Il ne recueille que des commentaires ; il ne s’agit pas d’un vrai sondage.

    ** Ce matin (donc au lendemain de l’ouverture), j’ai essayé pendant une heure : le serveur est en panne !!!

    On se fiche vraiement de nous.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 10 septembre 10:36

      @Raymond75

      « l’épandage des produits photo-sanitaires.  »

      t’as qu’à essayer avec un site sur les produits phyto-voltaïque !


  • Spartacus Spartacus 10 septembre 10:43

    Intéressant cet article sur le fond, et aussi qu’il développe une litanie de clichés qui forme un résumé de la pensée écolo.

    Les OGM seraient le mal. Hélas toutes les plantes ont fait l’objet de transformation par l’homme et les OGM ne sont qu’un moyen moderne de transformer les plantes.

    Remarquons aussi que les calculs de surface en de l’auteur pourraient être doublées en utilisant des semences de soja OGM.  smiley

    Mais oui ! on peut arriver à 100% d’autonomie en démarche de croissance et d’innovation, par exemple en cultivant dans des immeubles de dizaines d’étages de cultures d’OGM avec de la lumière artificielle infrarouge et ultra violet alimentée par du nucléaire et libérer de l’espace foncier et donc une démarche extrêmement écolo de préservation des terres.  smiley  smiley

    Relevons l’erreur sur l’Amazonie. Ce n’est pas la production de Colza le problème.

    1-parce que c’est l’élevage le responsable, les terres nouvelles n’ont pas de routes goudronnées, et les vaches vont à l’abattoir par les sentiers et se vendent localement. Le Colza faut aller le chercher et les propriétaires terriens ont en général des parcelles déclarées.

    2-parce que le droit de propriété n’est pas fiable et c’est la loi de la tragédie des communs et Pareto qui s’applique. (Théorie qui montre que tout ce qui est collectif, collectiviste ou socialisme ou communisme est détruit par le parasitisme systémique des 20/80).

    3-Le colza est subventionné, par des subventions à la production sur place et à l’achat en Europe pour compléter le pétrole. 

    Si on enlève les clichés, sur le fond c’est effectivement ridicule de subventionner ce bordel et de faire des lois d’interdiction de cultiver des OGM chez nous alors que le monde entier est libre. Le mieux pour être écolo est de libéraliser et de passer libertarien. Le droit de propriété, la fin des subventions et la liberté de cultiver ce que l’on veut sans gugusses politiques qui font des lois pour ce qui se voit en ignorant ce qui ne se voit pas.


    • sylvain 10 septembre 12:19

      @Spartacus
      toujours aussi perché .
      Utiliser des semences OGM ne permet pas de doubler les surfaces cultivées, vous sortez ca d’ou ?

      Faire de l’agriculture en immeuble avec de l’énergie nucléaire n’a rien d’écolo, et ce n’est même pas rentable

      Le colza n’est effectivement pas le probleme en amazonie, ils n’en font pas beaucoup .

      Les ventes locales de vaches ont fait du brésil le premier exportateur mondial de viande bovine, pas mal pour « des vaches (qui) vont à l’abattoir par les sentiers et se vendent localement »

      effectivement la tragédie des communs, de tout ce qui est collectif comme vous dites, est grande au bresil : c’est un des pays du monde ou la propriété foncière, notamment agricole, est la plus concentrée et ou on compte plus de 5 millions de paysans sans terre, qui se comportent bel et bien comme des parasites ( ils cultivent les bord de routes ! ou va t on ??) . Heureusement les grands propriétaires leurs donnent un peu de travail de tempe en temps . On les appelle les boias frias, ce qui signifie travailler comme un boeuf et manger froid

      Les pays les plus « libertariens » comme vous dites, ou qui promeuvent le libre échange ( si je ne m’abuse ), sont les plus gros subventionneur de leurs économies agricoles . Ils sont libres de le faire puisque libertariens !

      Vos interventions sont de plus en plus navrantes de bêtise


    • Spartacus Spartacus 10 septembre 13:02

      @sylvain

      Parfois être perché permet de voir les choses autrement qu’au raz du sol.   smiley

      Pour votre info, j’ai trouvé sur https://fee.org/articles/data-on-amazon-rainforest-fires-tell-a-much-different-story-than-social-media/ les éléments sur les rendements supérieurs des OGM.

      Voici l’extrait : « En 2014, les OGM ont permis d’utiliser 51 millions d’acres de moins de terres pour produire la même quantité de nourriture, de fibres et de carburant.

      Sans OGM, nous aurions eu besoin de 22 millions d’acres de maïs supplémentaires, 19 millions d’acres de soja, 9 millions d’acres de coton et 1,5 million d’acres de canola. »

      Il est évident que les plants OGM ont des pertes de rendements beaucoup plus faible (moins d’insectes ravageurs et d’herbes envahissantes) donc un rendement supérieur.

      C’est même pour cela que les agriculteurs les utilisent.

      L’agriculture dans un immeuble sera possible demain, par la baisse des coûts et la vulgarisation. Un téléphone mobile il y a 20 ans était inabordable. Aujourd’hui à 40€ y’en a qui sont plus performant que ce d’il y a 20 ans. C’est pareil pour l’agriculture sous lampes.

      Ça va drastiquement baisser. A opposer aux coût du foncier agricole et des taxes écolos sur les transports intercontinentaux qui ne font que monter...

      Et si un pays se prétend « libertarien » il ne subventionne pas. Evidement !

      Je vous propose de regarder l’exemple de la Nouvelle-Zelande libertarienne qui a mis fin aux subventions :

      https://www.contrepoints.org/2017/10/11/294192-idee-recue-subventions-necessaires-maintien-de-lagriculture


    • sylvain 10 septembre 13:43

      @Spartacus
      « Et si un pays se prétend « libertarien » il ne subventionne pas. Evidement ! »
      et pourquoi pas ! Vous vous prétendez libertarien et interdisez aux gens de subventionner . Pourquoi le leur interdire ? N’est ce pas contradictoire avec le terme même de libertarien, dans lequel il y a je vous le rappelle liberté ??
      Si un pays comme les EU a les moyens et l’envie de subventionner pourquoi le lui interdire ?? De plus en tant qu’inventeurs du concept ils me semblent mieux à même de le définir que vous !

      Concernant vos sources sur le rendement des OGM, une petite astuce toujours valable : ne demandez pas à un vendeur (ou un lobbyiste,pareil) si son produit est bon, il vous dira toujours oui ! C’est incroyable mais c’est comme ca, certaines personnes sont malhonnêtes . Le lobbyiste vous expliqura même que ca n’est pas de la malhonnêteté, mais son travail, suite à quoi certains feront des rapprochements un peu faciles...

      Les sources de votre « journaliste » sont :

      Kate Hall

      Kate Hall is managing director of the Council for Biotechnology Information and GMO Answers spokesperson

      Désolé de vous projeter brutalement dans ce monde sans pitié . Saviez vous qu’on estime à 250000 le nombre de paysans indiens qui se sont suicidés suite aux rendements catastrophiques du coton OGM vendu par monsanto ??


    • Spartacus Spartacus 10 septembre 15:03

      @sylvain
      Non « les gens » ont le droit de subventionner, c’est leur argent.
      Par contre les subventions c’est l’argent des autres pris par la force coercitive de l’état. C’est donc anti-libéral autant qu’anti concurentiel.

      Ha oui les références qui ne vous plaisent pas seraient un « lobbys »... 
      Alors cette étude Italienne de la revue « nature » c’est un Lobby libertarien ?
      https://www.nature.com/articles/s41598-018-21284-2

      « Les résultats ont clairement montré que le maïs génétiquement modifié donnait de meilleurs résultats que sa lignée quasi isogénique : le rendement grainier était supérieur de 5,6 à 24,5% avec des concentrations plus faibles de mycotoxines (-28,8%), de fumonisines (−30,6%) et de thricotènes » (−36,5%). 

      Sur l’Inde, c’est exact. Sauf que lorsque les faits sont précisés dans le détail, c’est beaucoup moins simpliste. A la fin des années 90 et début des années 2000 des agriculteurs en Inde se sont suicidé suite à des productions qui ne couvraient pas leur charges et endettement.
      Seulement 3 semences de coton OGM étaient disponibles engendrant des prix élevés faute de concurrence libéralisée. Ces semences se sont trouvées non résistantes à des facteurs externes tels que les conditions météorologiques, l’eau impure et des parasites mal appréciés.
      Aujourd’hui il existe 1200 choix de semences OGM de coton produites par des dizaines de marques. Le problème actuellement c’est totalement inversé. Il y a surproduction comme jamais il y a eu, et elle fait baisser les prix....
      Vous payerez grâce aux OGM vos T-shirt moins cher.  smiley
      Remerciez les !

      Allez je vous laisse le meilleur pour la fin....
      L’absence de pesticide promue par les écolos rend les denrées toxiques....
      Les farines Bio sont infestées de Datura. Le bio rend malade.  smiley
      Les haricots bio de la merde...
      https://www.bfmtv.com/sante/haricots-verts-contamines-que-risque-t-on-avec-l-herbe-du-diable-1652264.html
      La farine bio sans pesticides de la merde !
      https://www.bfmtv.com/economie/rappel-d-un-lot-de-farine-bio-contaminee-par-une-plante-hallucinogene-1756845.html

      Et a partir de maintenant, suivez l’actualité honnêtement chaque mois.
      Vous verrez que les intoxications alimentaires au Datura des productions Bio, sont très nombreuses, régulières et font des victimes, et vous les comparerez à celles des OGM qui ne font jamais aucune victime.


    • Alain 11 septembre 19:49

      @Spartacus
      Je pense que Spartacus a fait partie des faucheurs volontaires pour en savoir autant sur les OGM. A moins justement qu’il n’en a pas fait partie pour dire autant de bêtises en si peu de lignes.
      Il nous trouve 2 produits bio contaminés (vendus par la grande distribution, vous savez, les rois du « bio » industrialisé). Mais saurez t-il nous dire le taux de pesticides et autres joyeusetés d’une farine non bio ? Sais t-il le nombre de produits chimiques sur la peau d’une pomme non bio ?

      Les OGM ne font aucune victime ? Combien d’abeilles et perte de bio-diversité ? Saura t-il y répondre ? Combien de paysans qui ont fait faillite au Canada et aux USA quand Monsanto est venu leur faire payer des ayant droit ? Combien de personne dans les pays d’Amérique du Sud subissent des épandanges dans les énormes champs d’OGM du Brésil et d’ailleurs et tombent malades ? Combien de paysans indiens se sont suicidés à cause du coton OGM dont les rendements n’étaient pas à la hauteur de l’annonce des commerciaux ?

      Spartacus n’a pas remarqué que la planète était dans un état déplorable et que les multinationales ne sont pas là pour faire le bien mais pour faire du fric, alors il croit tout ce qu’il lit et ensuite, il extrapole (avec ces cotons OGM en inde et ces super-rendements d’OGM). Et c’est surtout son baratin sur les plantes naturelles et sans pesticides qui rendent les trucs toxiques qui est plus rigolo. J’ai rarement lu une truc aussi débile. Mozart, il bouffait des pesticides ? L’empereur Auguste aussi ? Et le roi Louis 14 ? Charles Dickens ? C’est parce qu’ils n’en bouffaient pas qu’ils sont morts alors ?
      Le scoop historique, c’est que Leonardo Da Vinci a mangé des haricots verts bio de chez Leclerc à Amboise et que c’est pour çà qu’il est mort ?

      Spartacus connait bien mal son sujet et raconte n’importe quoi. C’est normal, c’est AgoraVox. Plus on raconte de conneries, plus on se croit indispensable dans les commentaires.


    • Spartacus Spartacus 12 septembre 09:38

      @Alain
      Encore cette suffisance méprisante obscurantiste qui caractérise l’intello-bobo qui en fait plus sur le contradicteur que développer une argumentation et se prend pour une lumière..
      La réalité rejoint la caricature, d’affirmations bidonnées sortie de la propagande militantiste écolo-fasciste. 

      Les pesticides sont à 99% naturels et sont partout. Toutes les plantes créent des anti-parasites, de l’abricot au champignon.
      T’en mange tout le temps grosse tête ! 
      Les insecticides de traitement ne font qu’aider les plantes.

      Cher suffisant inculte le nombre d’abeille dans le monde est en augmentation. Même si ça te fait chier c’est comme les ours polaires qui disparaissent. Une légende inventée de l’entre soi des ecolos-bolchéviques.
      Tes ONG à la con ne comptent que les disparitions sans compter les créations de ruches pour faire du sensationnel.
      Il n’y a jamais eu autant d’abeilles sur terre !
      https://geneticliteracyproject.org/2018/04/17/honeybee-population-isnt-crashing-and-seed-pesticides-are-not-driving-health-problems-and-heres-why/

      Quand à celles qui disparaissent la plus grande étude de masse faite indique des causes multifactorielles, comme le stress, les guerres d’insectes invasifs, la sécurité qui fait que t’appelle les pompiers quand tu vois un nid dans ton jardin de bobo.

      Si les OGM n’avaient jamais existé tu ne mangerait pas de fraises et l’abbé Clément n’aurait jamais créer de clémentines. Les OGM ne sont qu’une forme plus moderne de faire ce que l’homme a toujours fait. Adapter les aliments à ses besoins.

      Le débile, c’est surtout le doctrinaire qui fait des affirmations suffisantes et méprisantes sans les prouver et récite sa bible doctrinaire sans essayer de voir tous points de vue.


    • Alain 12 septembre 21:27

      @Spartacus
      99% des pesticides sont naturels. et la chimie de synthèse, çà n’existe pas ? Les plus grands producteurs de pesticides sont aussi les plus grandes firmes chimiques. Bayer, tu connais ? c’est de l’agriculture biologique ? T’en racontes un sacré paquet de conneries.
      Les populations d’abeilles sont en hausse ? Elles déclinent en Europe, en Chine et en Amérique du Nord. Tu lis quoi ? Le journal de Mickey ?

      les ours polaires ? t’es au courant qu’au Canada, ils se rapprochent des habitations et qu’il se mangent même en eux parce que çà se réchauffe au Nord et qu’ils trouvent moins à manger ? Non ? t’es pas au courant ? Cesse de lire le journal de Mickey.

      La vache ? Sans OGM, y’aurait pas de fraises ? et pas de clémentines (qui est une sélection et pas un OGM... ). Et sans Spartacus ? le monde serait moins idiiot ?
      Certaines fraises plus productives sont un croisement de deux variétés de fraises. Les OGMs sont un « croisement » entre un gêne d’une espèce et un autre truc (genre un mais avec du pesticide ou une tomate avec des gênes de cochon ou d’autre choses, bref l’ogm c’est naturel. C’est si commun qu’une tomate décide de s’accoupler avec un cochon....)

      Le débile, c’est celui qui refuse de regarder la réalité et qui raconte le contraire de la réalité, c’est à dire toi !!!!


    • Spartacus Spartacus 13 septembre 08:56

      @Alain
      A part des affirmations de propagande gauchiste basé sur le militantisme, associé à de la diabolisation des contradicteur y’a pas grand chose.

      99% des pesticides sont naturels.
      Depuis l’étude Etude Dietary pesticides (99.99% all natural -Reference  : Bruce N. Ames, Margie Profet, Lois Swirsky Gold, Proc. Natl. Acad. Sci. USA, 87, 7777-7781, oct 1990.) menée par le professeur Bruce Ames montre que 99,99 % (en masse) des pesticides présents dans l’alimentation sont naturels.
      Sur 52 test pesticides naturels testés lors de tests sur le cancer chez des animaux à fortes doses, 27 sont des carcinogènes des rongeurs ces 27 sont présents dans de nombreux aliments courants. 

      Les résidus de pesticides synthétiques sont absolument ridicules dans l’alimentation humaine face aux pesticides naturels.. Moins de 1%.

      Les cultures plus résistantes aux insectes et nécessitant moins de pesticides de synthèse sont également plus riches en toxines pesticides naturelles, et elles ont un impact plus important sur la santé des gens que celles traitées. 

      La population d’abeille en hausse, je t’ai donné le lien ! 
      Il y avait 2.2 millions de ruches en 2007 en 2017 il y en a 2.7 millions. La production mondiale de miel était de 1.2Millions de tonnes en 2007, elle est de 1,8 million de tonnes en 2017.

      C’est certain que la finesse d’analyse, la recherche de la vérité et la politesse sont inconnues dans ton monde doctrinaire basé sur l’absence de remise en cause de la pensée unique.


    • Alain 13 septembre 20:00

      @Spartacus
      Mon pauvre gamin :
      https://www.rtbf.be/info/societe/detail_hecatombe-chez-les-mesanges-des-traces-de-36-types-de-pesticides-differents-decouvertes?id=10313554
      36 pesticides trouvées sur des mésanges dont le DDT interdit depuis combien d’années ? Tu peux me le dire ?
      ton études, c’est quel lobbie ? Les producteurs de pesticides sont les plus grand fabricants de produits chimiques et de synthèse. Il font de la chimie de synthèse pour se faire plaisir et des pesticides naturels pour se faire du fric ? T’es dans le monde des bisounours ? 

      Les abeilles se portent bien ? Tu connais des apiculteurs ? Ils te diront tous le contraire.... En Chine, le manque d’abeille fait qu’on polinise des champs et des arbres fruitiers à la main, en Europe, la production de miel est largement en baisse. Aux USA, les abeilles ne servent pas vraiment à faire du miel, mais plutôt à la polénisation et on les déplace dans des semi-remorques. La aussi, on constate une chute des colonies. Tes infos, c’est basé sur quoi ? Sur du miel chinois à base de sucre et pas de miel ? La moitié de la production mondiale est chinoise et elle est truffée de miel à base de sucre.

      « Les cultures plus résistantes aux insectes et nécessitant moins de pesticides de synthèse sont également plus riches en toxines pesticides naturelles ». Ah Oui ? a quoi servent les OGM alors ? Ca correspond au maîs round-up ta bétise ?

      C’est sur qu’on applaudit à ta finesse d’analyse et ta recherche de la vérité. tu racontes le contraire du monde. Si tu y crois, tant mieux pour toi. Mais tu appartiens à quel lobbie pour dire autant de mensonges et de contre-vérités ? Qui te paye ?


    • Spartacus Spartacus 14 septembre 12:03

      @Alain
      A part te prendre pour une lumière de condescendance suffisante y’a que de la propagande militantiste.

      Les études sur les pesticides n’est pas un « lobby » mais le plus grand biologiste du monde. C’est Bruce Armes.
      C’est qui explique que l’absence de pesticides de synthèse a plus de conséquences grave que la présence.
      Un choux produit naturellement 47 sortes de pesticides dont aucun n’a fait l’objet d’étude d’impact sur la santé.
      Un pesticide met 12 ans pour être agréé sur le marché et les études d’impacts sont monstrueux. 

      C’est l’inventeur du système de test qu’utilisent tous les biologistes du monde pour mesurer les mutations de l’ADN.(test Armes
      Voici son wikipedia : https://en.wikipedia.org/wiki/Bruce_Ames

      Tes exemples par contre sont sortis à 100% de la propagande d’ONG militantes que les médias complaisant reproduisent sans analyse. une simple recherche sur velt indique une association ou aucun des blaireaux militants n’est expert en biologie.
      Totalement déconnecté des réalités des insecticides..

      Mes infos sur les abeilles sont basées sur la plus grande étude jamais réalisée sur les abeilles de la USDA (département de l’agriculture) qui a vérifié les allégations des ONG (sur les pays occidentaux (hors chine) et en vérifiant c’est rencontré qu’en fait les abeilles ne disparaissent pas augmentent.
      Les pertes des apiculteurs Français sont due à 99% à la très mauvaise exploitation et une sur-médiatisation des pertes et une ignorance des créations
      1-L’endogamie, pas assez d’espèces diversifiées élevées. 5 à 10 espèces élevés alors qu’il existe des centaines d’espèces.
      2-Absence de formation aux soins des maladies des abeilles.
      3-Pleurnicherie exagérée sur les mauvaises années. 
      Ce qui fabrique le cliché des écolos fascistes.

      Les OGM je te confirme nécessitent moins de pesticides chimiques, puisqu’elles résistent mieux aux parasites....

      J’appartiens a ceux qui ne sont pas sensible à la psychologie des masses, et ne se comporte pas comme des moutons.


    • Alain 15 septembre 12:01

      @Spartacus
      Bon allez, on va t’expliquer le monde.
      Tu nous cites Bruce Arms. Et tu nous dis en le citant que 99% des pesticides sont naturels.
      Le monde réel : Bruce Arms a montré que les plantes sécrétaient des pesticides. Ces sécrétions représentent 99% des pesticides et sont naturels. Cela ne montrent pas que 99% des pesticides sont naturels. Ici, on ne parle pas des défenses naturelles des plantes. Nous parlons des pesticides qu’on trouvent sur le marché. Ceux fait par l’industrie chimique et qui nous rien de naturels. Bref, tu détourne la réalité pour nous convaincre que les pesticides sont naturels. Ceux des plantes, oui, ceux de bayer, non !

      Ensuite, les abeilles... Tout apiculteur te dira que les abeilles sont en déclin. Dans toutes les zones du monde. Pour des raisons diverses et variées mais surtout à cause des pesticides (les non-naturels, ceux des firmes chimiques), à cause de la mondialisation (par exemple l’arrivée des frelons asiatiques), à cause de maladies (le varroa qui affaibilt des colonies déjà faibles). Tu nous parles d’une hausse du miel en 10 ans.Tu ne nous dis pas que si il y’a eu une hausse en 10 ans, nous sommes actuellement sur un plateau inquiétant et que ce plateau est maintenu artificiellement par du faux miel asiatique à base de sucre.

      Bref, tu dis connaitre des sujets que tu ne connais pas ou pire, tu fais semblant de croire que tout va bien alors que tout va mal. Des personnes comme toi, qui ne vois pas ce qu’entrainent les OGM sur la biodiversité, qui ne voit que les colonies d’abeilles déclinent, qui ne voient pas que les ours polaires se rapprochent des habitations au Canada parce qu’ils descendent plus au sud ne trouvant plus leur nourriture au Nord, qui ne voit sans doute pas que les migrations des oiseaux changent, qui ne voit sans doute pas que des maladies tropicales remontent vers le nord, et qui ne voit sans doute pas les sécheresses de plus en plus récurrentes dans les pays du nord, bref.... tu nous fais perdre un temps précieux !!
      Les idiots comme toi qui ne voient pas le monde ou qui refusent de la voir ou qui décident d’en changer la vision n’ont strictement aucune utilité dans les débats.


    • Alain 15 septembre 12:05

      @Spartacus
      Puisque tout va si bien pour les abeilles en Amérique du Nord grâce à ta formidable étude... Comment se fait-il qu’au Canada (en Amérique du Nord), des personnes de l’université laval (donc pas des ONG) disent le contraire ? Et que cela soit corrélé par un organisme d’état nommé Santé-Canada ?
      https://ici.radio-canada.ca/nouvelles/special/2015/02/abeilles/


    • samuel 16 septembre 09:43

      @Spartacus

      «  le plus grand biologiste du monde »

      Ah, je ne savais pas qu’un tel titre/grade existait. Décerné par qui ?
      Peut-on être considéré comme « le plus grand .... » sans avoir eu de Nobel ?


    • Spartacus Spartacus 16 septembre 09:59

      @Alain
      Bruce Arms le dit. Lit ces écrits au lieu d’être un affligeant condescendant ridicule.

      Les pesticides synthétiques (non naturels) sont absolument nécessaires et indispensables pour notre santé et la salubrité des cultures..
      Les insecticides naturels sont le fruit de l’évolution sur des millions d’année, ils sont dangereux pour l’homme bien plus que les pesticides synthétiques qui eux ont fait l’objet de recherche sur plus de 10 ans pour être agréé sur le marché.

      Les cultures vivrières dont l’homme se nourrit sont des sélections génétiques récentes mal préparées aux parasites et sans que l’évolution n’aie eu le temps de leur faire créer des pesticides synthétiques.
      L’absence de pesticides synthétiques est plus risquée. C’est exactement le résultat démontré avec le datura, objet de ton obcurentisme.

      Sur les abeilles au moins voici une avancée qui admet que les pesticides ne sont pas les seuls responsables...
      Bravo !
      Mais comme t’es un militant caricatural formaté, tu ne peux avouer que les effets des pesticides sont marginaux. Enfin c’est plus le 100% pesticide les coupable smiley
      Du hors sujet avec un « plateau » et encore le déni d’expliquer que les facteurs sont multiples. Dont le principal est la mise en production trop rapide des ouvrières pour faire du miel trop vite, les expose au stress et la mortalité comme l’indique l’étude.

      Comme tous les intellos gauchistes, ça se prend pour une lumière et montre de la suffisance, de la condescendance, de l’insultes ad homminem, un dogmatisme incapable de remettre en cause sa croyance religieuse en la nature et vit dans le déni des réalités .  smiley

      La « bio-diversité » c’est un fantasme imbécile d’écolo-débiles rétrogrades qui vivent en ville décalés en occident et qui détestent les habitants du monde.

      La moité du monde est obligé de vivre sous moustiquaire et ces bobos voudraient qu’on ne tue pas les moustiques qui apportent la malaria, le paludisme le chikungunya et autre joyeusetés de la bio-diversité. Que les gens (les autres, pas eux) vivent dans des jungles dangereuses. 
      Il est impossible de traverser une rivière en Amazonie, et l’espérance de vie là bas est la plus faible du monde et ces bobos voudraient qu’on n’élimine pas les caïmans, les piranhas et ne construise pas de route.

      Les serpents piquent toutes les 6 secondes une personne sur terre et les bobos voudraient pas qu’on les fasse disparaître. C’est tellement poétique un serpent corail, tellement plus « bio-diversifié » que la personne qui meure piquée insignifiante...  smiley

      Les OGM sont formidables. Dire que ces pourris de Greenpeace luttent contre la le développement des pauvres, ils ont réussit à diaboliser le riz doré et en arrêter le développement pendant 15 ans, et cet obscurantisme à amplifié la malnutrition des enfants souffrant d’une carence dans les pays pauvres..

      L’écologie c’est le nouveau communisme,et les abrutis militants comme toi ne mesurent pas a quel point leur idéologie tue par non assistance a personne en danger.....
      Une farce idéologique intellectuelle gauchiste employant des mots sympathiques qu’à l’oreille, pour créer un monde fantasmé idéologique ou l’homme est une merde.
      Il vaut mieux qu’il crève de faim et ne pas améliorer les rendements, ne pas le protéger pour y arriver. 


    • Spartacus Spartacus 16 septembre 10:08

      @samuel
      C’est lE référent le plus cité en biologie...
      Le plus publié en biologie avec 550 publications scientifiques de références. 
      Et il a quelques titres...  Et il n’est pas trop tard pour le Nobel....


    • samuel 16 septembre 11:48

      @Spartacus

      Médaille de la ville de Paris ! Mazette ! Il est vrai que les élus de Paris sont remplis de scientifiques émérite mais passons. Même commentaire pour les « prix » qui ressemblent plus à des médailles en chocolat d’un bon communiquant que des reconnaissances d’un apport inestimable à l’avancée des connaissances.

      550 publications scientifiques de références.
       Toutes En tant que premier auteur ?

      Combien de publications pour Einstein ? 

      Tout ça pour dire que l’argument d’autorité de manière général n’est pas recevable en soit car il est possible de faire la même chose dans n’importe quel domaine.

      Exemple. Le glyphosate est dangereux pour la santé. C’est le professeur Seralini qui le dit :

      • Prix Denis Guichard 2001 
      •  Chevalier de l’ordre national du Mérite, sur proposition du ministère de l’Écologie pour l’ensemble de sa carrière en biologie
      • prix du «  scientifique international de l’année 2011  » 
      • Prix du Lanceur d’Alerte 2015
      • Prix Theo Colborn

    • Spartacus Spartacus 16 septembre 12:16

      @samuel
      Assez permanent, récurent et caricatural cette logique des gauchistes a essayer en permanence de salir, diaboliser les individus qui ne rentrent pas dans leurs dogmes...  smiley


    • Alain 16 septembre 12:59

      @Spartacus
      Alors

      1. si les pesticides chimiques sont « naturels », « pas dangereux », je te conseille d’aller faire un tour en Outre-mer... Dans les champs de bananes, on utilise un pesticide naturel, non dangereux et qui provoque des dégâts que Macron et hulot n’ont pas voulu voir lors d’une visite. Ce pesticide sain et naturel est pourtant interdit aux USA et en France. Tiens ? Pourquoi ?
      2. Si les pesticides de synthèses sont si indispensable à la survie de l’homme... ils datent de quand ? de la prehistoire ? Mozart en mangeait déjà ? Il trouvait çà bon et il nous a composé Don Giovanni en hommage à ces bienfaiteurs de l’humanité que sont les firmes chimiques avec 250 d’avance ? Quel visionnaire....
      3. Les abeilles sont victimes de plusieurs choses et surtout des pesticides. J’espère que tu le sais. Tu sembles le savoir si je te lis. Mais c’est bizarre. tu disais que tout va bien.... alors ? Ca va mal ou çà va bien ? On ne te comprends pas... Ah non, c’est vrai... les abeilles çà va bien mais en fait les apiculteurs n’y connaissent rien. Tu t’y connais mieux qu’eux....
      4. L’écologie c’est le monde des bobos (tu sais où j’habite ????) et puis c’st le nouveau communisme... La bêtise par contre, c’est ni les bobos, ni le nouveau communisme, mais c’est bien présent depuis des siècles.
      5. Les serpents qui piquent et les rivières en Amazonie, fallait oser. T’a oublié le feu qui brûle et la lumière à éteindre dans la chambre. Ou fait, t’as coupé le robinet pendant que tu te laves les dents, toi, le vrai écolo et le non-bobo ?
      6. Je sais. Je suis un gauchiste, bobo, écologiste communiste. Encore un effort, s’il te plait... Demain, ce sera de ma faute si l’essence est trop chére, si tu peux pas chauffer ta maison. Ah oui, c’est vrai. Je fais du vélo.... C’est à cause de moi les embouteillages. Et puis, et puis... et puis conclusion :

      Spartacus, c’est un nom d’esclave. Ma femme m’a dit que ton nom était bien inspiré mais que Spartacus (le vrai) c’était affranchi d’un monde figé et qu’on lui présentait comme immuable parce que c’était comme çà et rien d’autre. Tu vois ce qu’il te reste à faire. 


    • samuel 16 septembre 13:48

      @Spartacus

      l’argument d’autorité utilisé comme principal argument est le symbole le plus criant du dogmatisme !


    • samuel 16 septembre 14:02

      @Spartacus

      salir ? où ça ?
      diaboliser ? je ne crois pas en dieu, alors au diable smiley

      Je ne met pas en cause vos opinions, je mets en cause vos erreurs rhétoriques qui invalident/dévaluent vos opinions.

      Mettre en gras le nom d’un scientifique comme argument d’autorité et pondre la liste de ces titres est digne du concours de pisse de la récréation.


    • Spartacus Spartacus 16 septembre 15:18

      @Alain
      1-Un exemple conjoncturel n’est pas le reflet d’une réalité, mais une envie de manipulation sensationnaliste pour éviter les arguments sur le fond.
      Un pesticide est dangereux c’est même sa nature de l’être. Quel qu’en soi la provenance.
      Mais ne pas traiter les plants aux fongicides, c’est les exposer aux champignons. Les micro-champignons naturels qui se développent sans traitements sont responsables de mycoses, mycoses pulmonaires, dermatophytes, candidoses, méningites, Kératites, Septicémies etc...
      L’absence de traitement par les pesticides de synthèse a des résultats plus grave sur la santé en laissant les parasites naturel se développer qui sont plus dangereux.

      2-Les apiculteurs sont des gens qui gagnent à faire du misérabilisme surtout auprès des idéologues. Les quantité de mile et de riches ont augmentées en centaines de milliers de tonnes ou nombre depuis des années. POINT.
      Le reste n’est que du forçage de trait pour faire du misérabilisme.

      Et c’est pas des serpents qu’il faut parler mais des gens qui crèvent de la bio diversité et de l’idéologie associée qu’il fallait remarquer...

      Au nom de tes principes tu vas certainement élever un caïman dans ta baignoire, réclamer quelques serpent dans le parc ou tu te balade et l’essain d’abeille au dessus de ton bébé dans ton jardin tu va surement pas appeler les pompiers pour le dégager. 
      La bio-diversité voyons faut montrer l’exemple !  smiley C’est aussi bien pour toi que les autres pas vrai ?...
      Evidemment !


    • samuel 16 septembre 15:56

      @Spartacus
      « Au nom de tes principes tu vas certainement élever un caïman »

      Au nord de la Loire le caïman ne se porte pas très bien. La bio-diversité c’est également le respect des biotopes. C’est comme faire pousser de la canne à sucre à Roubaix smiley

      « Les apiculteurs sont des gens qui gagnent à faire du misérabilisme. »
      Et vous accusez les autres de « salir » et « caricaturer ». On croit rêver.


    • samuel 16 septembre 16:05

      @spartacus

      « 1-Un exemple conjoncturel n’est pas le reflet d’une réalité, mais une envie de manipulation sensationnaliste pour éviter les arguments sur le fond.
      Un pesticide est dangereux c’est même sa nature de l’être. Quel qu’en soi la provenance. 
      Mais ne pas traiter les plants aux fongicides, c’est les exposer aux champignons. Les micro-champignons naturels qui se développent sans traitements sont responsables de mycoses, mycoses pulmonaires, dermatophytes, candidoses, méningites, Kératites, Septicémies etc...
      L’absence de traitement par les pesticides de synthèse a des résultats plus grave sur la santé en laissant les parasites naturel se développer qui sont plus dangereux.
        »

      Dans le cas de la banane, les champignons et autres joyeuseté ne passent pas la barrière de la peau.

      Donc à moins que vous ne mangiez les bananes avec la peau , vous pouvez manger du bio sans pesticide sans problème smiley

      Et pour aller plus loin dans votre connerie, les champignons pathogènes des plantes ne sont pas obligatoirement des pathogènes pour l’humain. Des traitements sont parfois utilisés à de seuls fins esthétiques ! (tavelure par exemple). Mais bon, les mentalités évoluent, et une part non négligeable de la population pensent que manger des légumes moins beaux ne signifie pas qu’ils sont moins bon. Le risque sanitaire des intrans en moins !


    • Alain 16 septembre 17:11

      @Spartacus
      Au fait, puisque tu te préoccupes tant des problèmes de l’humanité... peux-tu nous dire ce qu’il faut faire afin qu’on arrête l’hécatombe des 1,3 M d’humains tués sur une route par an. Est-ce que tu penses que c’est de la faute des bobos si la voiture n’est pas interdite ?
      Le riz doré... c’est de la faute aux bobos. En effet, c’est pas de la faute aux pays asisatiques qui ne voyaient pas d’un bon oeil l’arrivée d’un riz « dénaturé » alors que le riz est une denrée de base dans bien des pays asiatiques.
      Le Japon a longtemps contrôlé le riz qui rentrait dans son pays et n’en importaient pas beaucoup. C’était pour sauvegarder son agriculture mais aussi sa souveraineté alimentaire. Le riz en Asie, c’est pas n’importe quoi. Mais bon, étant un méchant bobo, et toi un être suprême, tu dois savoir çà mieux que moi. Ah, ces asiatiques, tous des bobos aussi...
      Le moustique... ah oui, c’est vrai. C’est de la faute aux bobos. C’est à cause d’eux qu’on ne peut pas écraser un moustique partout sur la planète. Ah bon ? Ecraser un moustique est interdit ? Je ne savais pas. Je suis vraiment un bobo qui n’y connait rien.
      Au Canada aussi, les maisons ont souvent des moustiquaires aux fenêtres. Les canadiens sont des bobos qui ne comprennent rien à rien.

      « Les pesticides synthétiques (non naturels) sont absolument nécessaires et indispensables pour notre santé ». bon, je ne préfère rien dire. J’en parlerai autour de moi. Tout le monde sera surpris mais la bonne parole est dite : Gloire à toi Spartacus !!!


  • alexis42 alexis42 10 septembre 12:15

    Il y a un truc que je ne pige pas : lorsque j’étais un jeune « paysan », il y a 50 ans, les Français consommaient plus de viande, alors que je ne me rappelle pas avoir vu de culture de soja (ni même de colza) dans mon sud-ouest natal...
    Pourtant, les gens ne crevaient pas de faim !


    • sylvain 10 septembre 12:23

      @alexis42
      On donnait à cette époque là un étrange aliment aux ruminants, ca s’appelait de l’herbe je crois . Heureusement ca ne se fait plus ! cela poussait sans engrais, pesticides, ni travail du sol et n’avait donc aucun intérêt ! Ca ne permettait même pas de faire des accords de libre échange avec l’amérique du sud, c’est vous dire .


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 10 septembre 12:29

      @alexis42

      c’est une question de marge : la viande est vendue aussi cher (en pouvoir d’achat constant) aux consommateurs mais achetée de moins en moins cher aux producteurs qui on résolu l’équation en intensifiant les méthodes d’élevage et en se procurant de la nourriture au meilleur prix possible
      paradoxalement, la stabulation permanente est plus productive (augmentation de productivité = génération de profit) que l’estive libre !


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 10 septembre 12:35

      @sylvain

      oui, mais fallait attraper les vaches au lasso et les éleveurs refusaient aux compagnies ferroviaires qu’elles fassent passer la ligne sur leurs territoires, alors ils ont engagé Buffalo Bill pour débarrasser la prairie des bisons et autres bovins qui l’encombraient, qu’ils aient un propriétaire ou pas
      bon ok, ça c’était au far-west, mais en fait c’est pareil ici, sans cow-boys...


    • eau-pression eau-pression 10 septembre 12:41

      @Séraphin Lampion
      Avec le bio-souci du confort animal, les éleveurs vont demander le retour des trains devant leur atelier-viande.
      On a essayé l’écran-plat, mais ça les déprime, nos taurillons !


    • sylvain 10 septembre 13:17

      @Séraphin Lampion
      dommage, c’est toujours mieux quand il y a un cow-boy


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 10 septembre 14:18

      @sylvain

      et au moins un indien...


    • sylvie 11 septembre 17:08

      @alexis42
      à cette époque il y avait des boucheries partout et des éleveurs locaux, les transactions se faisaient parfois au black, le boucher abattait la bête dans sa cours et la vendait quelques jours après. On disposait de viande mais ce qu’il y avait, il fallait parfois réserver son morceau. Mon village de 1000 habitants comptait 3 boucheries et 4 boulangeries ( et 12 cafés...) aujourd’hui il ne reste presque rien de cela.


    • foufouille foufouille 11 septembre 17:29

      @sylvie

      normal car il ne reste que des taudis et des morts par viande avariée.


  • eau-pression eau-pression 10 septembre 12:37

    Sur la même ligne qu’alexis42, pourquoi ne pas s’intéresser au retour de variétés de céréales plus protéinées ? Je n’ai pas la réponse, mais une arrière-pensée quand même : quand retrouvera-t-on du bon pain au coin de la rue ?


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 10 septembre 12:57

      @eau-pression

      quand les grands moulins auront fini de racketter les boulangers et quand la grande distribution arrêtera de vendre du pain industriel meilleur que celui des « artisans » franchisés qui commercialisent des produits marketing labellisés « banette », « camapailette » et autre « rustiquette ».


    • eau-pression eau-pression 10 septembre 13:35

      @Séraphin Lampion
      Il arrive quand-même des paysans-boulangers.
      Je ne vous donne pas l’adresse du mien car il est souvent en rupture de stock.


  • the clone the clone 10 septembre 14:04

    Pas plus de paradoxe que la France pays et défenseur des droits de l’homme qui est le 4è fabriquant d’armes au monde et qui pendant les manifs des GJ crève les yeux et arrache les mains a la chaîne et récompense les flics tortionnaires avec des primes et des médailles .....


  • Daniel MARTIN Daniel MARTIN 10 septembre 19:30

    Il est écrit « ... lors du GT à Biarritz » Il s’agit du G7, mais vous avez rectifié


    • mmbbb 10 septembre 20:28

      @Daniel MARTIN c est comme la GPA , il y a une loi qui reconnait automatiquement les enfants conçus par la GPA , la GPA etant interdite en France In fine on delocalise la location de ventre a l etranger , et pourtant il y tant de femmes pauvres en France 


  • Le421 Le421 10 septembre 19:37

    On interdit l’exploitation des gaz de schiste en France et on se ravitaille en gaz venus du Canada.

    On veux bien tout saloper, mais chez les autres !!

    Pays de CONS !!


  • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 10 septembre 23:32

     un curieux paradoxe par rapport à l’usage des cultures outre-Atlantique, dont on importe massivement des oléagineux OGM, alors que ces cultures sont interdites dans l’UE ?

    Ceci s’explique très bien si l’on tient compte de la lâcheté des zélites européennes, et plus particulièrement des françaises, qui sont prêtes à tous les compromis avec l’empire du moment, les anglo-sionistes, pour pouvoir continuer à dîner en ville le soir. Après moi le déluge du moment que mon train de vie est assuré.

    J’ajouterai même que les zétats zunis pressurent à fond les européens, car tonton Sam veut le beurre, l’argent du beurre, le sourire de la laitière et conserver une avance technologique sur son plus sérieux rival de toujours. De plus les empires n’aiment pas partager.

    Je n’en suis donc pas étonné, les trahisons s’empilent depuis le départ de de Gaulle. La dernière étant Alsthom... Il y aura bien un moment où tout aura été vendu.


  • Hervé Hum Hervé Hum 11 septembre 09:27

    La principale contradiction, dont celle de l’article suit la ligne, c’est celle disant qu’il faut mieux et moins consommer pour l’écologie et en même temps, il faut produire plus pour l’emploi et le PIB.

    C’est évidemment un problème insoluble dans la réalité physique, mais dans l’imaginaire collectif, cela ne pose aucun problème de « bon sens ».

    Sinon, par rapport à votre conclusion, comment font des pays comme l’Inde, dont la population est plus de deux fois supérieure avec moins de surface ?

    Ils mangent plus d’herbe, c’est vrai. Cela veut simplement dire que c’est une question de choix et de capacité à s’y contraindre à une époque où on parle de responsabilisation d’un coté et liberté totale de consommation de l’autre.

    Le hic, c’est que taxer la pollution, n’impacte que ceux qui n’ont pas les moyens de polluer, les autres n’en ont rien à foutre (pour ce faire, il faudrait rendre exponentielle les taxes pour ceux qui polluent vraiment). Bref, toute la politique dite « écologique » est une vaste fumisterie qui consiste à faire payer les pauvres et assurer la liberté de polluer autant qu’ils veulent les riches !


  • ETTORE ETTORE 11 septembre 19:11

    On sait bien que tout ce qui passe nos frontières est.....ASSAINI.

    Plus justement, devient Bio et autre cocasserie du même genre.

    Rappelez vous Tchernobyl, nous avons la chance, à l’est, d’avoir un fleuve qui arrête la contamination.

    Pourquoi voulez vous que nos autres frontières soient ....inopérantes ?


  • Daniel MARTIN Daniel MARTIN 14 septembre 15:03

    J’avais omis de préciser qu’au mois de Juillet 2019 le cours du prix pour le soja se situait à 325,83 euros la tonne. Ce qui signifie que hors transport, 13 millions de tonnes importé à 325,83 euros la tonne, c’est une dépense de plus de 4,2 milliards d’euros

    https://www.indexmundi.com/fr/matieres-premieres/?marchandise=soja&monnaie=eur

    Pour la France 3,5 millions de tonnes importé soja à 325,83 euros représente une dépense de 1,14 milliards d’euros



Réagir