vendredi 26 octobre 2012 - par docdory

Contre le mariage homosexuel (et son corollaire inéluctable l’adoption homosexuelle)

"Sapristi, on n’a pas deux mères dans la vie ! En voilà une situation pour un homme ! Quand on a la chance de pouvoir choisir entre avoir deux mères ou n’en pas avoir du tout, fichtre on n’hésite pas."

Maurice Leblanc. Arsène Lupin : Les huit coups de l'horloge, chapitre V, " le cas Jean-Louis "

 

Lorsque l'on aborde la question du mariage homosexuel, et que l'on déclare y être opposé, on est rapidement qualifié par ses interlocuteurs, au choix, de fieffé réactionnaire, de bigot, de catholique intégriste, de Boutiniste, de grenouille du bénitier de Saint Nicolas du Chardonnet, de fasciste, d'homophobe, et j'en passe. Je précise donc, avant tout, que je suis athée et que je n'ai strictement rien à voir avec quelque église que ce soit, que je ne suis pas non plus homophobe, que je ne suis sympathisant ou adhérent d'aucun parti et que mes choix électoraux sont éminemment variables.

 Pourquoi, me répondent certains, empêcher les homosexuels de se marier, c'est leur droit, qu'on leur foute la paix , ils sont libres de faire ce qu'ils veulent etc ...

Essayons par conséquent d'examiner quels arguments rationnels et humanistes s'opposent au mariage homosexuel.

1°) un argument linguistico-constitutionnaliste

Le mariage à une définition bien précise dans la langue française. Prenons celle, excellente, du " trésor de la langue française " en ligne ( TLF ) (1). Je cite : "Union d'un homme et d'une femme, consacrée par un ensemble d'actes civils ou parfois religieux et destinée à la fondation d'une famille"

Le pouvoir législatif est-il fondé en droit à modifier la définition de ce mot ?

En France l'article 34 de la Constitution de la Vème République (2) fixe avec une très grande précision les domaines dans lesquels intervient la loi. On s'aperçoit en le lisant que notre Constitution ne prévoit nullement que la loi soit en droit de modifier la signification des mots de la langue française.

Par conséquent, en altérant de façon plus que substantielle la signification du mot "mariage", le législateur outrepasserait ses droits à légiférer, qui sont clairement et strictement encadrés par la Constitution. 

Cette limitation des domaines d'application de de la loi est d'une grande sagesse. On sait, et cela a été clairement démontré par le roman "1984" de George Orwell (3), le caractère intrinsèquement totalitaire de toute tentative étatique d'imposer, dans un but idéologique, une altération de la signification des mots ( ce qu'on appelle une "novlangue" (4) ). Or, l'extension législative du concept de mariage aux unions homosexuelles a un but idéologique, qui est un des buts recherché par les promoteurs de la fameuse et fumeuse "théorie du genre" (5) . Ce but idéologique est d'affirmer que un couple marié homosexuel c'est en réalité "la même chose" qu'un couple marié hétérosexuel, parce que, selon cette théorie, le concept de genre masculin ou féminin est une construction sociale ( il va sans dire que cette " théorie du genre" n'a strictement rien de scientifique, et que ses promoteurs ont, hélas, remporté une victoire idéologique de première grandeur et très alarmante en la faisant introduire au lycée dans les cours de biologie où elle n'a strictement rien à faire ! ). Certains m'objecteront que les partisans de la "théorie du genre" n'ont jusqu'ici montré aucune intention totalitaire. Les monstrueuses expériences auxquelles ces dangereux idéologues se livrent actuellement sur des enfants scolarisés en Suède au sein de l'école " Egalia" (6) prouvent précisément le contraire...

Si le législateur voulait instituer un nouveau type de contrat unissant deux personnes du même sexe, il devrait donc, afin de respecter les limites que lui a sagement fixé la Constitution, l'appeler par un autre terme que celui de "mariage". C'est ce qui avait été fait avec le "PACS".

2°) L'argument des droits et de la discrimination.

Un des arguments en apparence le plus forts des partisans du mariage homosexuel est le suivant : en interdisant le mariage aux homosexuel(le)s, la loi actuelle leur donne des droits inférieurs à ceux des hétérosexuels , ce qui aboutirait à une discrimination. Examinons cet argument :

- Tout d'abord, on peut dire que les homosexuels ont le droit, comme tout citoyen français, de contracter un mariage selon la définition actuelle du terme telle qu'elle a été précisée plus haut. Donc, il n'y a aucune discrimination, la loi est, actuellement la même pour tous : chaque citoyen, qu'il soit homosexuel ou hétérosexuel, est en droit de se marier selon la définition légale et linguistique du mariage, c'est à dire avec une personne du sexe opposé. Si les homosexuel(le)s refusent de se marier avec une personne du sexe opposé, libre à eux, nul n'est obligé de se marier dans notre pays !

- Essayons néanmoins d'approfondir la question :

La déclaration des droits de l’homme de 1789 met en évidence le conflit entre une position que l’on pourrait qualifier de "culturaliste" ou "d'ethnologique" et la position libérale, en ce qui concerne la loi . Je cite :

Article IV : La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société, la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi

Article V : La Loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n’est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas.

Article VI : La Loi est l’expression de la volonté générale. Tous les Citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs Représentants, à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse.

Schématiquement, le point de vue libéral est contenu dans l’article IV : la seule limite à la liberté est celle qui est imposé par la liberté des autres individus alors que le principe "culturaliste" ou "ethnologique" est contenu dans les articles V et VI : en effet, sont défendues les actions nuisibles, non seulement aux autres individus, mais à "la société ", celle-ci étant assimilée à "la volonté générale" de l’article VI.

Implicitement, la DDH reconnaît , en plus de l’existence des droits individuels, des normes sociales non écrites qui peuvent éventuellement dans certains cas faire l’objet de lois écrites si elles se mettent à être transgressées trop souvent au point d’entraîner une sensation de malaise collectif dans la société, ou un trouble à l’ordre public.

Ainsi, par exemple, la loi interdisant la burqa et le niqab ne fait que traduire législativement le profond malaise général provoqué par cette transgression d’une norme sociale française non écrite ( cette norme est d’avoir le visage découvert en public ). Si elle paraît en apparence contrevenir à l’article IV de la DDH, elle est parfaitement en accord avec les articles V et VI.On peut également constater un exemple similaire, quoique visuellement opposé : le fait de se promener nu dans la rue est également interdit alors que cela n’entraîne aucune nuisance objective à autrui.

Dans certains pays, le législateur privilégie la liberté individuelle par rapport aux normes sociales. C’est le cas des pays qui ont légalisé le "mariage" homosexuel. Le corollaire de ce type de législation, c’est qu’il devient dans ce cas nécessaire de faire des lois complémentaires censurant l’ancienne norme sociale ( dans ce cas, des lois réprimant durement l’homophobie ), car cette ancienne norme sociale ( rejet de l’homosexualité visible) n’est supplantée ( par exemple dans le cas de la France ) par la nouvelle norme sociale ( homosexualité considérée comme une variante de la norme ) que dans certains quartiers de Paris et des grandes agglomérations. Il suffit d’imaginer la réaction qui surviendrait si un couple d’homosexuel(le)s, quand bien même serait-il marié après une éventuelle adoption législative du "mariage" homosexuel, s’embrassait dans un bistrot de campagne ou dans la rue d'une "zone urbaine sensible" pour comprendre que les lois non écrites des normes sociales peuvent être beaucoup plus puissantes que les lois écrites supprimant celles-ci !

L’application intégrale des principes libéraux aboutit à une sorte d’anomie ( disparition législative de toutes normes sociales, seuls restant prohibés les actes objectivement nuisibles à autrui ) mais ceci aboutit à un paradoxe : la nécessité de la création de nouvelles législations fort contraignantes pour assurer à chacun la possibilité de transgresser sans risque les normes sociales non écrites du passé censées avoir disparu, mais qui, dans le monde réel, existent toujours, et pour longtemps ! Une nouvelle norme sociale inflexible est donc édictée, qui interdit de garder ou de préconiser d’anciennes normes ( une sorte d’application du fameux slogan soixante-huitard « il est interdit d’interdire » )

D’un point de vue libéral, il n’y a évidemment aucune raison d’autoriser le mariage homosexuel et d’interdire simultanément les autres formes anomiques du mariage ( mariage incestueux, mariage à trois , à quatre, polygame, polyandre ).

On peut d'ailleurs prévoir que les bisexuel(le)s, qui seraient en réalité beaucoup plus nombreux que les homosexuel(le)s exclusifs, se mettent à protester contre une nouvelle discrimination : en effet s'ils se marient avec une personne du même sexe, il renoncent à la composante hétérosexuelle de leur personnalité, alors que s ils se marient avec une personne de sexe opposé, ils renoncent à leur composante homosexuelle. L'existence d'une limitation du mariage aux couples de deux personnes va donc paraître comme une atteinte discriminatoire aux droits des bisexuel(le)s, qui ont besoin, pour s'épanouir pleinement, d'avoir simultanément un mari et une femme ! Il faut donc, si le but est d'éviter les discriminations, aller jusqu'au bout de cette logique anti-discrimination et ouvrir le mariage aux couples de trois personnes constitués par les bisexuel(le)s, voire aux couples de quatre personnes pour ne pas discriminer les échangistes ! Par ailleurs , pour ne pas stigmatiser la sexualité musulmane ou mormonne à l'ancienne, il faut autoriser les mariages polygames, et ensuite, pour ne pas instituer par cette reconnaissance une nouvelle discrimination sexiste, instituer le mariage polyandre ! On n'en sort pas ...

A noter que certaines de ces formes anomiques pour nous étaient ou sont encore "normales" dans certaines civilisations ( exemple , le mariage incestueux dans l’Egypte pharaonique et le mariage polygame dans le monde musulman et chez certains mormons ayant gardé leurs anciennes coutumes ).

3°) L'argument du mariage, cheval de Troie pour l'adoption par les homosexuel(le)s

Le mariage est avant tout une institution sociale qui ne se préoccupe que peu ou pas du tout de l’amour éprouvé entre eux par les futurs mariés, mais uniquement de la structure familiale qui en résultera. Le but principal de cette institution est de codifier de façon précise un ensemble de règles sociales telles que la filiation, l’héritage, la responsabilité de l’éducation d’éventuels enfants, etc … Un mariage est un contrat établi devant témoin entre deux individus, et qui a force de loi comme tout contrat.

Dans certain pays comme la France, dans lesquels l'institution du mariage est en forte perte de vitesse, une des fonctions de la persistance du mariage (bien que la plupart des couples soient simplement concubins ) est de garantir la laïcité et la prépondérance de la loi républicaine sur la loi religieuse ( le mariage civil doit toujours précéder le mariage religieux ) : si la France abolissait le mariage civil, seul persisterait le mariage religieux pour ceux qui voudraient se marier, ce qui serait une atteinte à la laïcité de la République.

Comme dans l’état de nature, il n’y a de famille que dans le cadre du couple hétérosexuel, il n’y a rien d’étonnant au fait que jusqu’à il y a peu, aucune société au monde n’ait jugé utile de codifier un mariage pour les homosexuel(le)s 

Or, évidemment, celui-ci n’a aucun sens en l’absence de possibilité naturelle pour ces couples d'avoir des enfants. La société se fiche complètement du fait que Monsieur X aime Monsieur W ou que Mademoiselle Y aime Mademoiselle Z et qu’ils ont décidé de vivre ensemble jusqu’à ce que la mort les sépare.

A ceux qui contesteraient l'expression "d'état de nature", sus-mentionnée, je répondrais que dans le fonctionnement basique et naturel de l’être humain que l'on appelle, à tort ou à raison "état de nature" , le fait d’avoir des enfants est soumis à diverses contraintes extérieures d’ordre biologique : le fait d’avoir un partenaire du sexe opposé, le fait d’avoir eu sa puberté, le fait de ne pas être ménopausée pour une femme, de ne pas être impuissant pour un homme, le fait de n’avoir aucune maladie empêchant la reproduction… Le malaise que l’on ressent à l’idée de l’adoption par des couples homosexuels est , d'une certaine façon, du même ordre que le malaise que l’on ressent lorsque certaines femmes de 60 ans et plus, par le truchement de procédures médicales dangereuses et éthiquement plus que douteuses, parviennent à avoir des enfants alors qu’elles ont l’âge d’être grand-mères. C'est une impression dérangeante de s'éloigner par trop de l'état de nature.

Il est évident que le désir que pourraient avoir certains hommes de faire une célébration pendant laquelle ils puissent être en robe de marié pendant une journée, ou le désir de certaines femmes de revêtir un costume-cravate ou à noeud papillon dans le cadre d’un tel cérémonial de mariage, eh bien ces désirs ne sont en rien l’affaire de l’Etat, qui n’a certainement pas d’argent à dépenser pour organiser légalement cette fantaisie, d’autant qu’il y a déjà le PACS pour organiser les questions patrimoniales entre concubin(e)s homosexuel(le)s.

Il est donc clair que le but réel poursuivi par les partisans du mariage homosexuel est bel et bien l’adoption homosexuelle, puisque ces mariages sont par définition stériles.

On doit noter à ce sujet une différence entre les couples homosexuels féminins et masculins.

Pour ce qui est des homosexuelles, on imagine mal qu’une légalisation du mariage ne s’accompagne pas en supplément d’une légalisation de l’insémination artificielle. En effet les homosexuelles n’ont pour l’instant que deux possibilités : l’insémination artificielle en Belgique ou l’insémination artisanale en France [ j’ai eu connaissance du cas d’une femme qui procédait de la façon suivante : elle demandait au frère de sa concubine ( sans doute dans l’espoir que son futur rejeton ait un air de famille avec celle-ci ! ) d’aller dans la chambre d’à côté afin de lui fournir "à chaud" une cuillère à soupe de sperme, qu’elle faisait ensuite insérer dans son vagin par sa concubine présente sur les lieux...]

Mais cette légalisation de l’insémination artificielle introduirait une inégalité de fait avec les homosexuels hommes qui, bien évidemment , ne peuvent recourir à d’aussi poétiques expédients ! Ceux-ci ne peuvent recourir qu’à l’adoption, en effet, le recours aux « mères porteuses" artificiellement inséminées avec leur sperme est une procédure interdite en France et qui le restera très certainement, car moralement inacceptable (l'utérus des femmes n'est pas une marchandise à louer ).

4°) Les arguments s'opposant au prétendu " droit à l'enfant"

Nous avons vu précédemment que le but principal, et même unique, du mariage homosexuel était le "droit à l'adoption" par les couples homosexuels, qui résulterait selon eux d'un "droit à l'enfant" dont ils seraient abusivement privés.

Il faut quand même rappeler que l’adoption n’a rien à voir avec un quelconque "droit à l’enfant" . La déclaration des droits de l’homme de 1789 ne prévoit d'ailleurs aucun "droit à l’enfant " pour qui que ce soit, y compris pour ceux qui, en raison des particularités de leur sexualité, ou bien de leur âge ou de leur stérilité, ne peuvent pas en avoir , pas plus qu’il n’y a un droit pour les aveugles à voir les tableaux du musée du Louvre ni un droit pour les sourds à entendre la neuvième symphonie de Beethoven !

L’adoption est en réalité un droit de l’enfant à avoir des parents de substitution lorsque l’infortune de l’existence l’a privé de ses parents naturels, et c’est à la société de choisir parmi ceux de ses membres volontaires ceux qu'elle juge les meilleurs à assurer cette fonction et à éduquer ces enfants, orphelins ou abandonnés, dans les meilleures conditions. Qui pourrait penser que, pour un enfant qui a eu un père et une mère par exemple jusqu’à l’âge de cinq ans, il serait normal de se retrouver avec deux pères ou deux mères suite au décès de ses parents ?

En France, la quantité d’enfants à adopter est très inférieure au nombre des demandes d’adoption. Il est bien évident que, pour les autorités responsables de l’adoption, les couples hétérosexuels auront toujours la priorité sur les célibataires et sur les couples homosexuels. Il y a fort à parier que le droit à l’adoption pour les hommes homosexuels restera un droit strictement théorique, sauf à recourir à l’adoption internationale. A ce sujet, il est probable que de nombreux pays refuseront bientôt l’adoption de leurs enfants par des marié(e)s homosexuel(le)s, ou simplement par des ressortissants de pays autorisant le mariage homosexuel. De nombreux pays refusent déjà l'adoption par les célibataires. Le résultat risque donc d'être que même les couples hétérosexuels français ne puissent plus recourir à l'adoption internationale dans de nombreux pays si l'adoption homosexuelle est légalisée en France.

Resterait donc au lobby homosexuel masculin, pour bénéficier de ce prétendu "droit à l'enfant" d’exiger la mise en place, parmi les enfants adoptables, de "quotas" d’enfants à adopter réservés aux homosexuels, mais la détermination de tels quotas et de leur pourcentage légal dans la population d’enfant à adopter serait manifestement entachée d’inconstitutionnalité ( sans parler de leur caractère éthiquement choquant ! ) ...

Pour ce qui est des femmes homosexuelles, le problème est l’adoption de l’enfant conçu par l’une des femmes du couple (grâce à l'insémination artificielle ou artisanale ) par l’autre membre du couple, ce qui supposerait l’existence d’enfants ayant une vraie mère et une fausse ayant l’autorité d’une vraie … Tout cela ne tient pas vraiment debout, tout au plus pourrait-on admettre à titre exceptionnel la possibilité de l’adoption par la conjointe survivante en cas de décès de la vraie mère, après accord de l'enfant et du juge aux affaires familiales.

5°) L'argument du risque pour la santé mentale des enfants

Un des arguments fréquemment ressassés par les partisans de l'adoption homosexuelle est d'affirmer péremptoirement : " toutes les études montrnt que les enfants élevés par des couples monoparentaux ne subiraient aucune conséquence de cette situation atypique" .

Malheureusement, ce discours convenu semble à la limite de la désinformation.

Une très intéressante revue de la littérature psychologique et sociologique concernant le devenir des enfants élevés dans des couples monoparentaux avait été réalisée dans un rapport espagnol, (7). Cette compilation démontrait avec éclat que les études sur le sujet étaient grossièrement biaisées pour nombre d'entre elles, et étaient loin d'aboutir aux conclusions optimistes que prétendent en tirer les partisans du mariage homosexuel. En réalité, selon ce rapport, de nombreux indices montrent que le fait d'être élevé dans des familles homoparentales semble entraîner des dégâts psychologiques non négligeables.

Une étude de l'université d'Austin au Texas (8) (9) met en évidence le fait que le devenir des enfants élevés dans les familles monoparentales est marqué par une fréquence très marquée du chômage et de la dépression, parmi d'autres anomalies.

Un sordide fait divers récent démontre de façon éclatante les effets désastreux dans certains cas de ce type d’adoption.

En effet , un enfant de 11 ans, adopté à l’âge de deux ans par un couple de lesbiennes californiennes, a adopté un comportement transsexuel à partir de l’âge de 8 ans, et est maintenant soumis par ses " mères " indignes à un traitement hormonal afin de pouvoir "bénéficier" d’une "opération de changement de sexe" avant l’âge adulte.(10)

La probabilité que ce cas de transsexualisme soit sans rapport avec cette adoption homosexuelle me paraît infinitésimale. L’hypothèse d’une simple coïncidence ne tient tout simplement pas debout.

Il n’est guère étonnant que ce garçon, vivant dans un univers où la masculinité est absente, voire niée, soit victime d’une nouvelle variante du complexe d’Oedipe ( si du moins on accorde encore du crédit à la psychanalyse ! ) . Il essaie de se transformer en fille pour prendre, non pas la place du père , mais celle de l’une de ses « mères » adoptives !

Nous sommes-là en présence des résultats tangibles d’une expérimentation psychologique sauvage dont le résultat n’était hélas que trop prévisible. Le droit qu’a un garçon de devenir un homme a été sacrifié sur l’autel du politiquement correct, au profit du prétendu "droit à l’enfant" dont prétendait à bénéficier ce couple d’homosexuelles.

6°) L'argument humaniste 

Il se trouve que l’un de mes meilleurs amis a été adopté dans sa petite enfance. Je lui ai demandé s’il imaginait l’hypothèse d’avoir été élevé par un couple homosexuel, si la loi l’avait permis à son époque. Bien qu'il soit très nettement "de gauche", cette hypothèse l’a fait frémir d’horreur…. " tu comprends, m’a t-il dit, c’est déjà très dur à vivre d’être un enfant adopté, mais s’il faut en plus que ce soit par un couple homosexuel, ça ne peut qu'être psychologiquement insupportable, c'est n'importe quoi ! "

Pour essayer de te mettre en situation, je vais te proposer, ô lecteur, de faire une expérience de pensée au sujet du fait d’être adopté par un couple homosexuel.

Imagine que tu as environ 6 ou 7 ans, tu es un enfant d’un pays sous-développé, tu vis dans un orphelinat, dans des conditions de vie plus ou moins désastreuses, en tous cas, peu confortables. Tu as peut-être assisté à la mort de tes parents, soit à l’occasion d’atrocités de guerre, soit dans une catastrophe naturelle, genre séisme ou cyclone.

Tu es, dans cet orphelinat, parmi une centaine d’autres enfants ayant subi le même sort, ta vie d’avant n’est plus qu’un souvenir d’un bonheur lointain et à jamais révolu.

De temps en temps, un couple d’étrangers vient voir à plusieurs reprises un de tes compagnons d’infortune, et finit par repartir avec. Les dames qui s’occupent de toi à l’orphelinat te disent que ce compagnon s’est trouvé un nouveau papa et une nouvelle maman.

Au bout de très longs mois passés dans cet orphelinat, ce sont des dizaines de camarades que tu as vu partir avec de nouveaux parents. Tu vis dans l’espoir qu’un papa et une maman viendront pour toi, et t’ emmèneront dans un riche pays lointain dans lequel il n’y a ni guerre, ni cyclone, ni séisme.

Un beau jour, deux hommes (ou deux femmes ) arrivent pour toi, et tu apprends que ce sont tes deux "nouveaux papas" ( ou tes deux "nouvelles mamans" ). Ces deux hommes ( ou ces deux femmes ), t’embarquent dans leur pays . Tu te dis : "ce n’est pas juste, pourquoi les autres ont un papa et une maman et moi deux papas et pas de maman ? ( ou l’inverse ). Je veux un papa et une maman comme les autres ! "

Mais, malheureusement, il n’y aura personne dans ce pays lointain pour écouter ta plainte, et tu comprendras rapidement que cette injustice s’ajoutera irrémédiablement à celle, énorme, que le sort t’ a déjà fait subir. Puis il te faudra aller à l’école, mais alors là tu verras que tous les enfants, sauf toi, ont un papa et une maman. Tu ne parleras jamais de tes "parents" adoptifs à l’école, mais ça se saura ( parfois, c’est un de tes "pères", ou une de tes "mères" qui vient te chercher à la sortie de l’école , parfois l’autre. ). Or , rien n’est plus impitoyable et conformiste qu’un enfant à l’école : on sait de quels quolibets permanents sont victimes les enfants qui ont une disgrâce physique, un nom bizarre ou tout autre caractéristique inhabituelle. Alors imagine ce que tu subiras, toi, un enfant à deux pères ou à deux mères !!! Personne ne voudra jouer avec toi, tu seras traité de fils de pédés ou fils de gouines , tu seras, avec un peu de chance parfois invité chez des copains , par contre , les parents de tes copains refuseront qu’ils viennent chez toi. Les "grands" s’amuseront à te donner des coups pendant la récréation, que tu passeras tous les jours seul dans ton coin, en essayant de rester à proximité du surveillant de récré, pour éviter le pire.

Oui, voilà la vie qui sera dans de nombreux cas celle des pauvres enfants qui auront le malheur d’être adoptés par des couples homosexuels.

Certains osent appeler cela un progrès social ? Moi, j’appelle ça une régression absolue de l’idée de civilisation.

En effet , il ne peut pas y avoir de civilisation sans un degré minimum d’empathie, qui est la capacité à s’imaginer dans la peau de quelqu’un d’autre, et qui, pour une société, est de s’imaginer ce que ressentent les plus faibles d’entre nous , à commencer par les enfants, et de penser à l’intérêt des plus faibles au moment de légiférer.

7°) L'argument des sondages d'opinion

Les partisans du mariage homosexuel exhibent régulièrement des sondages montrant que plus de 60% des français souhaitent le mariage homosexuel.

D'une certaine façon, pour ce qui est du mariage homosexuel, nous sommes en présence d’un cas typique de ce qu'on pourrait appeler le « syndrome de l’aéroport »

Nombre de gens se plaignent de devoir faire 150 km ou plus pour prendre l’avion. Néanmoins , lorsque l’installation d’un aéroport est décidée à 2 km de chez eux, ils constituent immédiatement un comité de défense des riverains.

La plupart des gens qui se disent partisans du "mariage" homosexuel au nom de la tolérance et de la liberté individuelle seraient en réalité profondément ennuyés ou malheureux de voir leur fils leur présenter un futur "gendre" ou leur fille une future "gendresse". Nul doute que ces adeptes du politiquement correct feraient alors tout pour ne pas assister à ce " mariage " ou en tout cas à faire en sorte qu’il se déroule en petit comité ( ils n’auraient certainement pas envie d’organiser une grosse fiesta à l’occasion d’un tel événement, dont ils se garderaient bien d’avertir famille et amis ). Ces infortunés parents préféreraient certainement prendre un aller simple pour la Nouvelle-Zemble ou la Karatchevo-Tcherkessie plutôt que de se retrouver dans cette galère !

La tolérance est parfois le nom dont s’habille l’intériorisation d’un nouveau tabou passé dans la loi ( il est interdit d’être "homophobe" ) , tabou dont les gens ne s’imaginent pas que ses conséquences logiques peuvent les concerner personnellement dans l’avenir ! Ceci explique les résultats surprenant des sondages en faveur du mariage homosexuel. Nul doute que les résultats en seraient très différents si l'on posait aux gens la seule question pertinente : "et vous , seriez-vous heureux d'apprendre que votre fils ou votre fille contracte un mariage homosexuel ? "

 

En conclusion, le mariage homosexuel, comme cela vient d'être démontré, n'a qu'un seul but : l'adoption. Or il faut rappeler que l’adoption est avant tout le droit de l’enfant à vivre dans une famille si possible normale, et n'est en aucun cas un droit des parents à se voir accorder par l’Etat la compensation d’un désordre biologique tel que la stérilité ou d’une particularité comportementale telle que l’homosexualité.

Pour cette dernière, je pense qu’on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre, on ne peut pas être à la fois homosexuel(le) et parent, sauf à abandonner provisoirement son homosexualité dans le but de procréer.

Toute revendication par les homosexuel(le)s d’un droit à l’enfant n’est rien d’autre que l’expression d’un égoïsme un peu infantile et irréaliste, et démontre de la part de ceux d’entre eux qui souhaitent être "parents" l’absence totale d’empathie pour les enfants qu’ils prétendent adopter, et l’absence de considération pour le droit fondamental de l’enfant adoptable à vivre dans une famille normale, c’est à dire comportant un père et une mère !

D’une certaine façon, ce droit fondamental qu’a l’enfant orphelin à vivre dans une famille adoptive constituée d’un père et d’une mère est un droit naturel du même ordre que le droit fondamental de l’enfant à garder son prépuce jusqu’à l’âge adulte, droit qui vient d’être reconnu à juste titre par un tribunal allemand…

Ce droit paraît tellement fondamental que je prends le pari que de nombreux pays pauvres refuseront à l’avenir de laisser leurs orphelins être adoptés par des couples homosexuels.

 

(1) http://atilf.atilf.fr/

(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Article_34_de_la_Constitution_de_la_Cinqui&egrave ;me_R&eacute ;publique_fran&ccedil ;aise

(3)http://fr.wikipedia.org/wiki/1984_(roman)

(4)http://www.catallaxia.org/wiki/George_Orwell:Les_m&eacute ;thodes_d%27oppression_dans_1984#II.1_Novlangue :

(5)http://fr.wikipedia.org/wiki/Gender_studies

(6) http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2011/06/29/suede-egalia-un-pas-vers-la-folie.html

(7)http://www.jurivie.org/documents/articles/rapport_adoption_homo.pdf

(8)http://www.docbuzz.fr/2012/07/04/123-le-devenir-des-enfants-eleves-par-un-couple-gay-ou-lesbien-differe-t-il-de-celui-des-enfants-eleves-par-un-couple-heterosexuel/

(9)http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0049089X12000610

(10)http://www.dailymail.co.uk/news/article-2043345/The-California-boy-11-undergoing-hormone-blocking-treatment.html



261 réactions


  • anty 26 octobre 2012 11:01

    Enfin ,un article intéressant et bien étayé sur le sujet du mariage homosexuel et l’homoparentalité.. 


    • Agafia Agafia 26 octobre 2012 12:14

       smiley
      C’était juste un peu moins argumenté...


    • Ornithorynque Ornithorynque 26 octobre 2012 12:41

      Excellent article.

      Mais qu’il est compliqué d’argumenter face à un déni absolu de réalité.

      La sexualité entre personnes de même sexe est strictement récréative et n’a AUCUN rapport avec la notion de famille.


    • Romain Desbois 26 octobre 2012 13:01

      On voit que la mafia gangrène Agoravox.

      Quasiment tous les jours un article sur le sujet des anti- mariage homo et le mien qui ne passe pas la modé.

      Vous trouvez ca normal ?


    • Hermes Hermes 26 octobre 2012 13:07

      Romain, postez ailleurs et donnez nous un lien svp.


    • tikhomir 26 octobre 2012 14:44

      @Romain
      « Quasiment tous les jours un article sur le sujet des anti- mariage homo »

      Des gens pour le mariage, c’est vous qui êtes contre le mariage en promouvant sa dénaturation.

      Pour être contre quelque chose, il faut que cette chose existe et désolé pour vous mais « le mariage homo », ça n’existe pas. Par contre, l’article concerne le projet de dénaturation du mariage (qui lui est réel), ce qui est tout à fait différent.


    • docdory docdory 26 octobre 2012 19:00

      @ Romain Desbois

      Si vous ne passiez pas votre temps à insulter gravement et outrancièrement les commentateurs qui ne sont pas d’accord avec vous, certains voteraient peut-être votre article en modération ! Moi il m’arrive souvent de donner un avis favorable à des articles avec lesquels je suis en désaccord, si ils sont bien écrits.

    • docdory docdory 26 octobre 2012 19:03

      @ Mascarille

      Tiens, déjà presque une reductio ad Hitlerum ... Un point Goodwin, quoi !

    • Mistouille 26 octobre 2012 19:58

      « La sexualité entre personnes de même sexe est strictement récréative »


      Qu’est-ce qui vous en rend si sûr ?

    • Christian Labrune Christian Labrune 26 octobre 2012 20:33

      Romain,

      C’est la deuxième ou troisième fois que je vous vois vous plaindre que votre article a été refusé. Faites donc comme moi, cessez d’envoyer des articles, et au lieu d’écrire dix fois deux ou trois lignes, envoyez des interventions d’une ou deux pages. Quand j’entreprends de démolir un article, ce qui m’arrive assez souvent, la somme des mes interventions est en général plus longue que l’article lui-même, et pas moins efficace.

      J’ai lu hier que votre article était très court. Eh bien, c’est tout simple : piratez cette page - je suppose que l’auteur ne vous en voudra pas - en nous envoyant ici même une copie de ce fameux article. Il y a guère d’apparence que je sois d’accord avec vous et je me ferai un vrai plaisir de démolir votre argumentation si elle ne me persuade pas. De toute façon, cela relancera utilement le débat. Sinon, votre attitude ressemblera à celle d’un état qui prétendrait disposer de l’arme atomique sans vouloir en apporter la preuve. Or, la dissuasion par le bluff, dans les controverses philosophiques, ça n’est pas très sérieux. Si vous disposez d’arguments vraiment décisifs, employez-les pour ratatiner complètement l’analyse de Docdory. Si vous ne le faites pas maintenant, vous le regretterez peut-être plus tard. 

       


    • Romain Desbois 27 octobre 2012 00:43

      Christian
      non je refuse de squatter l’article d’un auteur car si je tiens à sa publication ,c’est que j’y présente un angle neuf que je ne vois nulle part.
      Et c’est sur cet angle que j’aimerai que l’on débatte.
      (Article visible sur mon blog)

      Mengele
      "Si vous ne passiez pas votre temps à insulter gravement et outrancièrement les commentateurs qui ne sont pas d’accord avec vous, certains voteraient peut-être votre article en modération !"

      Lorsque j’insulte c’est après avoir été insulté voire humilié, je ne commence jamais les hostilités.
      Vous par exemple , j’ai changé de comportement avec vous depuis que vous avez écrit que les homos étaient des malades mentaux. (d’où le joli pseudo dont je vous affuble).
      Je ne compte pas sur les fachos pour la modé. D’ailleurs vous avouez que les gens ne votent pas en fonction de l’article mais en fonction de l’auteur (Morice est bien placé pour le savoir).

      Quand à la taille de l’article, j’ai déjà répondu. Je pourrais en faire 15 pages , mais pour pisser de la ligne quel intérêt ? ce n’est pas un concours de littérature !
      De plus , tout le monde le sait presque personne ne lit les articles quand ils sont trop longs.

      Mais peu importe, je ne dirais rien si mes autres articles n’étaient pas passés, mais bizarrement sur le sujet qui me touche personnellement. Il ne passe pas.

      Les règles de fonctionnement d’Agoravox sont détournées, si vous voulez qu’il ressemble à Libertyvox, patience ca va pas tarder.


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 27 octobre 2012 02:42

      « Quasiment tous les jours un article sur le sujet des anti- mariage homo et le mien qui ne passe pas la modé. »


      Heu tu oses appeler cela un article ??? Même moi j’ai voté contre...

    • tf1Goupie 27 octobre 2012 09:00

      « Quasiment tous les jours un article sur le sujet des anti- mariage homo » ... Znort ?

      Euh, franchement vous en avez-vu tant que ça ?

      En faisant une recherche sur le mot « mariage » je ne trouve que le présent article qui a moins de 3 mois sur Avox ...

      Ce qui est par contre particulièrement dérangeant c’est que l’on cherche à annihiler tout débat sur le sujet, qui pourtant est quand même un sacré sujet pour notre société il me semble.

      En soi je trouve cela malsain.

      Il y a quelques décennies on nous disait : l’intégration des populations immigrées se fera sans problème ... aujourd’hui tout le monde constate qu’on a sous-estimé les difficultés.

      Alors je pense qu’avant d’avoir un avis définitif sur le sujet, ce serait pas mal d’accepter d’en parler ; faire passer une loi « en force » est certainement la pire des méthodes : il en restera des crispations qui ressortiront d’ici quelques années.

      Et puis tous ces tolérants « auto-proclamés » qui y vont de leur attaque du genre « salopard d’homophobe », « catho coincé du cul » ou « sale réactionnaire », on sait à quoi s’en tenir sur leur vision de la tolérance.


    • Romain Desbois 27 octobre 2012 09:52

      la groupie , décidément vous êtes nul pour un enseignant. Il suffit de remonter les pages d’accueil d’Agoravox et vous aurez la preuve de votre mauvaise foi.

      Marwin
      « Heu tu oses appeler cela un article ??? Même moi j’ai voté contre... »
      Je me suis expliqué et rien qu’aujourd’hui deux articles aussi courts sont publiés. Quand on veut argumenter , il est utile d’avoir des billes.
      C’est sur que comparé à vos articles, ce fait ridicule. smiley
      Bien je tiens compte de la critique et vais le réécrire en pissant de la ligne, pas de souci.
      On verra bien.


    • docdory docdory 27 octobre 2012 11:03

      @ Romain Desbois

      Je n’ai jamais écrit que les homos étaient des malades mentaux. Je ne l’ai jamais écrit tout simplement parce que je ne le pense pas, et que je ne l’ai jamais pensé. Don, arrêtez un peu de délirer et d’insulter.

    • docdory docdory 27 octobre 2012 11:05

      Oups, coquille, c’est « Donc » que je voulais écrire et non pas « Don »


    • Romain Desbois 27 octobre 2012 12:50

      Mengele
      Pas sur ce fil mais sur le fil de Guiseppe.

      j’ai une excellente mémoire vous savez.

      Mais bientôt il va falloir faire comme Morice , faire des copiécollé de tout ce qui s’écrit içi et que l’on n’assume pas.


  • Dwaabala Dwaabala 26 octobre 2012 11:09

    Petit retour à la politique

    Il suffit que Mme C. Boutin ou Mme M. Le Pen agitent le chiffon pour que (hop ! si on est « de gauche »), on doive prendre le contre-pied.
    .
    Les socialistes, fervents partisans du fameux principe de précaution naguère, ne s’embarrassent pas aujourd’hui.

    Est-ce une raison pour cautionner leur sociétalitarisme ?

    Et puis eux, les champions de la parité... mais c’est que le mariage (stricto sensu) est la seule institution parfaitement paritaire : un homme, une femme, éventuellement des enfants, et c’est cette institution qu’ils veulent précisément démolir ?

    La raison de l’engouement pour l’homosexualité, l’homoparentalité, le mariage entre personnes du même sexe, l’adoption par les couples homosexuels demeure mystérieuse.

    C’est lui qui demande des explications, ce n’est pas aux tenants du statu quo, du bon sens et de la prudence de se justifier.

    D’ailleurs s’agit-il vraiment de politique, ne serait-ce pas plutôt une opposition facile à la droite crispée, à défaut d’avoir quelque peu la barre sur les évènements dans la conjoncture ?

    On soulève les passions sur de faux problèmes.

    On compense l’impuissance réelle (subie ou voulue) par un faux-semblant de progressisme fantasmé.


  • Leo Le Sage 26 octobre 2012 11:21

    @auteur
    1/ Les études qui prétendent quoique ce soit sur l’homosexualité sont pour la majorité partisanes.
    Donc je n’en tiens pas compte.
    A un moment donné je me rappelle d’un exemple où ce ne sont pas les enfants interrogés qui répondaient mais leurs parents homo qui leur disaient quoi répondre...
    [c’était une reportage je crois]
    Contre exemple : une étude récente tend à démontrer que les enfants de divorcés auraient des soucis...
    Personne n’a pourtant sérieusement entendu parler de ce résultat et pour cause, beaucoup de familles sont monoparentales...

    2/ Vous pensez que le but c’est l’adoption...
    De nos jours beaucoup de personnes ne veulent pas d’enfants pour diverses raisons.
    Je doute qu’un homo compte tenu des soucis de son quotidien soit pressé.
    Il me semble d’ailleurs que beaucoup d’homo avaient des enfants d’une union normale.

    Donc, le problème de l’enfant ne se pose pas trop.

    Enfin, un homo pourra toujours chercher une lesbienne pour lui faire le gosse désiré, certes pas en France, mais ailleurs.
    Cela ne posera pas de soucis particulier.

    Donc, l’adoption ne me paraît pas être la raison première...

    3/ Le mariage sert à quoi ?
    Les homo, pour quelques uns, veulent le mariage pour des raisons évidentes.
    Le Pacs n’offre pas TOUS les droits que le mariage offre.
    Il est donc naturel que tôt ou tard ils vont nécessairement réclamer ce déficit de droit.
    Si l’un des deux meurt par exemple, il ne pourra pas garder l’enfant de l’autre.

    4/ Ce qu’on aurait du faire c’est un super pacs.
    En effet, renforcer le pacs pour que des droits voisins du mariage soit possible SANS que ce droit soit équivalent.
    Il faut décourager l’homosexualité quand même puisque ce n’est pas naturel.
    A mon avis, le problème c’est que personne ne veut en discuter...

    Pour moi le mariage c’est toujours l’affaire de deux personnes de sexe opposée dont l’un des buts est de faire des enfants et pas d’autre chose.

     
    Cordialement

    Leo Le Sage
    (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


    • BlackMatter 26 octobre 2012 13:26

      « Il faut décourager l’homosexualité quand même puisque ce n’est pas naturel. »


      Moi je dis que l’homosexualité est naturelle dans la mesure où je ne fais aucun choix pour le devenir et que la plupart des homosexuels n’ont pas fait de choix non plus. Elle n’est donc pas moins naturel que d’être blond ou gaucher.

      Pour le reste, je n’interviendrai pas plus sur cet article, les arguments évoqués dessus ont déjà été réfutés maintes et maintes fois (et je suis comme Romain, cela commence à me fatiguer de répéter toujours la même chose et de toute façon, le mariage gay sera voté, il faudra s’y faire). Par exemple sur le fait que les homosexuels disposent déjà du droit de se marier, à la condition bien sûr que le partenaire soit de sexe différent. Mais le mariage c’est aussi et avant tout à mes yeux une histoire d’amour. Or je ne vois pas pourquoi un hétérosexuel pourrait librement choisir de se marier avec la personne qu’il aime et l’homosexuel non. Il y a bien discrimination.

    • bel95 26 octobre 2012 13:45

      « Mais le mariage c’est aussi et avant tout à mes yeux une histoire d’amour. » Oui ce qui prouve que vous n’avez rien compris à ce qu’est le mariage.
      Votre définition c’est la robe de marié blanche à dentelle avec le voyage de noce. Mais allez à Disney Land et laissé nous notre mariage.
      100 % de la population marié avec enfants sont contre ; d’après vous pourquoi ??? le mariage n’est pas un « TRUC » thérapie pour dépressif ou a-sociale.
      Avant les homo rien à cirer aujourd’hui commence à mes les cassées menues !!! et demain ???


    • BlackMatter 26 octobre 2012 15:08

      Les homos vous les cassent menu parce que vous avez envie qu’ils vous les cassent menu.

      Car f actuellement, les homos ne vous ont absolument rien fait.

    • Leo Le Sage 26 octobre 2012 15:23

      @BlackMatter ET bel95
      Allons allons ce n’est pas la peine de s’énerver voyons.
      Nous ne sommes pas dans un ring.
      On peut discuter non ?

      @Par BlackMatter (xxx.xxx.xxx.225) 26 octobre 13:26
      Suivons votre logique puisque vous êtes convaincu que c’est naturel.
      Comme vous le savez j’aime les discussions sérieuses.
      Restons sérieux.

      Je suis bel homme.
      Souvent le bel homme est associé à un homo.
      Comme vous le savez je ne suis pas homo ni même bi.
      Vous me présentez un autre bel homme et j’en rencontre de temps en temps, je ne suis pas attiré, pas même un peu.
      Tout au plus je pourrais dire qu’il est bel homme, parce qu’il a le bon plastique etc...
      Mais je n’en veux pas.

      Donc si je vous comprends bien, je ne suis pas naturel ?

       
      Cordialement

      Leo Le Sage
      (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


    • docdory docdory 26 octobre 2012 19:11

      @ Black Matter

      Le mariage homosexuel sera voté, il faudra s’y faire, dites vous ?
      Oui, mais au prochaines législatives, si la droite passe, elle n’aura de cesse que de détricoter les lois qu’aura voté la gauche, et il y a fort à parier que le mariage homosexuel sera le premier à disparaître en cas de changement de majorité !
      C’est d’ailleurs ce que fait la gauche en ce moment : défaire tout ce que la droite a fait ( hier, c’était l’excellente réforme contre l’absentéisme scolaire qui avait été instituée par la droite qui passait à la moulinette ) . La droite se souviendra de cette attitude de la gauche et la lui fera payer au centuple au prochain changement de majorité !

  • tikhomir 26 octobre 2012 11:27

    Autre argument que j’ai vu passer : ce n’est pas écologique (http://fr.news.yahoo.com/mariage-homo-%C3%A9colo-170001177.html)

    Par contre @Doctory, le mot « couple » ne peut pas s’appliquer aux paires homosexuelles puisque la définition du mot « couple » (prise au même endroit que vous avez utilisé pour « mariage ») est :

    « Deux êtres humains de sexe opposé, unis par amour, par mariage, par métier. »

    De même, je suis contre l’utilisation du terme « mariage homosexuel » puisque le mariage, c’est pour les couples et non pour les paires.

    Pour pinailler sur la terminologie ? Parce qu’utiliser la terminologie de l’autre, c’est admettre la possibilité. D’ailleurs, votre titre l’exprime bien : vous êtes contre. Contre quoi ? Contre quelque chose qui n’a pas de sens ?
    Donc à mon avis, pour être plus efficace, il faut refuser la terminologie adverse et s’opposer à la dénaturation du mariage plutôt qu’au « mariage homosexuel ». Dénaturation qui donc vide la chose de son sens et va en faveur de l’abolition du mariage (qui va dans le sens de la théorie du genre). Si tout est un mariage alors rien ne l’est.
    S’opposer à la dénaturation du mariage revient à être POUR le mariage et l’adversaire sera donc contre.

    Du reste, merci pour l’article, il est bon.


    • tikhomir 26 octobre 2012 11:40

      Pour résumer, @Doctory, vous n’êtes pas « contre la mariage homosexuel », vous êtes pour le mariage, voilà tout.


    • tikhomir 26 octobre 2012 11:44

      Je devrais me relire avant de poster smiley


    • tikhomir 26 octobre 2012 13:25

      Pour en revenir au dictionnaire, il est important de se caler sur un dictionnaire fiable. Je rappelle qu’une des techniques de propagande est justement la redéfinition des mots, mais ajoutons aussi le glissement sémantique.

      Nous pensons dans un langage, changer le langage, c’est changer ou au moins perturber la pensée

      Autre voie de propagande, la charge émotionnelle. Ici, le fait de se poser en victime à réclamer les soit-disant « mêmes droits » et argumentant comme suit « mais puisqu’ils s’aiment » ? La loi n’a pas vocation à avoir de charge émotionnelle.

      Il n’y aucune raison de se soumettre à la propagande, parce que ce que les promoteurs de la dénaturation du mariage font, c’est bien de la propagande. Soit ils ont été endoctrinés et diffusent à leur tour la propagande, soit ils sont propagandistes (volontaires et conscients).

      Les propagandistes (volontaires et conscients) ont récemment bien joué le coup lorsqu’ils ont changé l’expression « mariage homosexuel » en « mariage pour tous ». Expression qui s’est répandue comme une trainée de poudre car elle palliait assez bien les manques et défauts de la première.

      Une voie est étudiée aussi dans la propagande : la performativité (du langage) (http://fr.wikipedia.org/wiki/Performativit%C3%A9).

      Ainsi, le fait même de dire « mariage homosexuel » fait partie de la performativité du langage car l’utiliser le fait exister, même si on est contre.

      Devinez qui a beaucoup travaillé à la performativité ? Judith Butler (http://fr.wikipedia.org/wiki/Judith_Butler), grand nom et théoricienne du genre.... Comme par hasard...


    • BlackMatter 26 octobre 2012 15:19

      Balivernes.


    • docdory docdory 26 octobre 2012 19:17

      @ Tikhomir

      D’accord. Mais pour la lisibilité et la compréhensibilité de l’article, j’ai utilisé le mot « couple » pour éviter des circonlocutions qui auraient donné à mon article une longueur et une lourdeur fastidieuses !

  • Hermes Hermes 26 octobre 2012 11:34

    Bonjour, votre argumentaire est intéressant et repose sur des arguments qui sont
     solides.

    Il montre d’une façon claire que certains repères qui existent pour vous n’ont plus de valeur pour d’autres. La société évolue avec des courants de plus en plus antagonistes : une explosion des repères d’un côté et une valorisation de la liberté individuelle, et une rigidité moralisante grandissante de l’autre avec l’émergence d’une religiosité excessive.

    Je ne me permettrais pas de vous situer dans un de ces extrèmes qui émergent aujourd’hui, car votre article semble assez tranquille.

    La liberté individuelle sans liberté intérieure n’est que l’expression du caprice de l’ego qui cherche une compensation a ses souffrances, et la moralité rigdifiante n’est que la violence de l’ego qui cherche un exutoire à ses souffrances, ce sont les deux faces de la même médaille, qui est en final sans épaisseur, reflétant une carence énorme d’intériorité.

    Notre époque tournée vers les solutions extérieures, et obnubilée par les conflits de civilisation ne développe pas la dimension intérieure nécessaire pour apaiser les esprits, et il est en plus bien probable que ces perturbations soient une aubaine pour certains et deviennent un obstacle de plus pour le réveil des autres....

    Bonne journée. Cdt.


  • Le péripate Le péripate 26 octobre 2012 11:47

    Le mariage est une institution venue du fond des âges, dans laquelle le pouvoir politique n’a normalement rien à faire. Cette institution est née probablement de la supériorité des sociétés qui l’ont adopté en prolongeant au delà des 3 années naturelles de l’amour le couple, assurant une meilleure éducation des enfants. Une sélection darwinienne.

    C’est aussi une institution qui est en rupture avec le droit commun de l’échange contractuel, en ce sens qu’elle institue le don total de soi à l’autre, même si ce sens a tendance aujourd’hui a s’affaiblir sous les coups de boutoir de l’État qui se mêle de tout, y compris de ce qui se passe dans nos lits.

    Nous devrions être libre de choisir comment contracter, choisir comment se donner.


    • Le péripate Le péripate 26 octobre 2012 11:53

      Note : l’évolution culturelle est probablement plus lamarquienne que darwinienne mais ça ne change pas grand-chose ici.


    • JL JL 26 octobre 2012 13:44

      « Nous devrions être libre de choisir comment contracter, choisir comment se donner. » (péripate)

      Décidément, toujours à réclamer ce qu’on ne lui a pas pris, celui-là !

      C’est comme ceux qui pleurent après leur droit de circuler quand il y a une grève des transports !

      Une grève des transports n’est pas un barrage routier. Nuance.

      Le mariage est une institution dont il faut respecter les règles si l’on veut en profiter. En dehors de ça, chacun est libre de se donner comme il l’entend.

      Libéral = sophiste rédhibitoire.

      rédhibitoire : qui constitue un obstacle radical ; le libéralismes est littéralement insoutenable sans oxymores ni sophismes.


    • Pale Rider Pale Rider 26 octobre 2012 17:16

      ça, c’est drôle : je viens de fêter 13 ans de mariage (avec une femme, la mienne, je précise) : et je suis toujours amoureux de ma chère épouse qui, il est vrai, est belle et intelligente. Et en plus, il y a d’autres gens dans mon cas. Je m’étonne qu’on se lasse aussi vite de son conjoint. C’est le consumérisme ambiant qui veut ça. 


    • Romain Desbois 27 octobre 2012 00:51

      « Le mariage est une institution venue du fond des âges, » 
      FAUX

      Le cow boy
      Si je vous comprends c’est moins dur d’aimer la femme qui partage votre vie car belle et intelligente.
      Vous avez une drôle de façon d’aimer, vous smiley


    • Romain Desbois 27 octobre 2012 00:55

      Je rajoute que ca fait 15 que je vis avec la même personne et qu’avant j’ai vécu 7 ans avec une autre.

      En quoi mon couple est-il différent des autres ?

      Je peux vous assurer qu’au quotidien on ressemble à tout les autres beaufs smiley , avec les mêmes engueulades, les mêmes conflits, les mêmes ....


    • docdory docdory 27 octobre 2012 11:10

      @ Le Péripate

      Vous êtes un ultra-libéral, mais une société se résume t-elle à l’ensemble des contrats qui régissent les rapports entre les individus qui la composent ?

    • Spitoven Spitoven 4 janvier 2013 00:17

      Excellente question, Docdory. Je vous laisse avec cet élément de réponse : http://www.canal-u.tv/video/univers... ;)


  • Agafia Agafia 26 octobre 2012 12:08

    Merci doc... C’est réfléchi et argumenté, « rationnel et humaniste »... 

    J’imagine que certains pays « fournisseurs » d’enfants adoptables mettront un gros frein lors de ces cas de figure...
    Les gosses adoptés traversent des moments pas faciles psychologiquement, alors rajouter ce poids supplémentaire sur leurs petites épaules... Est-ce vraiment nécessaire ?

    Je ne remets pas en cause la bonne volonté des couples homos à vouloir rendre un enfant heureux, mais comme vous, j’ai un gros doute concernant le résultat pour l’enfant, surtout face à la société qui ne semble pas prête.
    En même temps, il y eut un temps où être un enfant naturel était mal vu, puis c’est passé dans les moeurs, et plus personne ne stigmatise un enfant en le traitant de batard.
    Il y eut un temps où être un enfant métis était plus ou moins bien vu, et puis c’est passé dans les moeurs.
    Il y eut un temps où être un enfant de divorcés était stigmatisant également, et puis c’est passé dans les moeurs.
    Bref, la société humaine évolue et s’adapte... pour le meilleur et pour le pire...


    • appoline appoline 26 octobre 2012 19:12

      La Chine a déjà exprimé son désaccord en cas d’adoption par un couple homosexuel. Quant aux items que vous soulevez, croyez les gamins se sont pas tendres les uns envers les autres et se chargent bien de le rappeler aux petits camarades


  • Ornithorynque Ornithorynque 26 octobre 2012 12:35

    Il n’y a qu’a rendre la parité obligatoire pour les parents adoptants.

    Comme ça, on sera moderne, logiques, et difficilement attaquables !


    • Romain Desbois 27 octobre 2012 12:52

      Donc si une lesbienne se marie avec un gay, ils pourront adopter ?

      Vous voyez bien que le vrai sujet , c’est l’acceptation de l’homoseuxalité.


  • peace06 26 octobre 2012 13:25

    je me permets de rajouter ma contribution.. le milieu homo, je connais bien. Généralement, ce n’est pas le Mariage qui est demandé, la plupart des homos (en tout les cas dans mon entourage) se moquent eprduement du mariage.. et puis, quand on voit à quoi ca meme le mariage !! ca fait longtemps qu’il n’est plus le symbole de l’amour !!
    Non, généralement, la demande est d’avoir les meme droits... quand le conjoint decede, pour l’autorité parentale sur les enfants...
    Il est difficile d’avoir des enfants (pour ma part, j’en ai 3, de 18, 19 et 20 ans).. A present, je ne m’inquiete plus pour eux, mais jusqu’à la majorité, mes angoisses etaient qu’en cas de deces, jamais ma compagne n’aurait eu le droit de continuer à s’occuper d’eux... elle n’aurait meme pas eu le droit de rester dans notre domicile, bref, mes enfants risquaient la dass et elle la rue !!
    Voila pourquoi pas mal d’homos se battent pour avoir les memes droits...

    pour ma part, le mariage devrait etre exclusivement reservé aux couples hétéros... mais par contre il conviendrait de faire un pacs en tout point identique.. (au niveau des droits)

    En ce qui concerne l’adoption, ou l’education dans une famille homo ou hétéro.. c’est pas la composition du couple qui determine le bonheur des enfants... c’est l’amour, l’attention, la patience et les années auprès d’eux, c’est ca qui fait l’equilibre des enfants... elevés par des homo ou par des hétero, les enfants ont en priorité besoin de parents attentifs et aimant !!

    je pense qu’on est autant equilibré si on vit dans un univers harmonieux... mes 3 enfants sont grands à present... ils font de belles etudes, sont apparement « bien dans leurs baskets »... ils ont toujours affiché l’homosexualité des leurs « parents ».. et toujours réagit avec humour quand les autres (et ca eté assez rare) se moquent !!

    Je vois des familles dechirées qui se disputent continuellement, mettant leurs enfants temoins de ces dechirements... je vois des parents qui ne s’occupent pas de leurs enfants qui trainent dans la rue, des parents qui ne viennent jamais aux reunions des profs.. des parents qui ont des enfants parce que c’est normal d’avoir des enfants...
    Alors, je me dis qu’au moins, les miens, ils ont été voulus... et aimés !!!


  • foufouille foufouille 26 octobre 2012 13:31

    "Une étude de l’université d’Austin au Texas (8) (9) met en évidence le fait que le devenir des enfants élevés dans les familles monoparentales est marqué par une fréquence très marquée du chômage"

    doivent etre contre le divorce, aussi
    sauf a coup de fusil


  • akatasuna 26 octobre 2012 13:47

    Moi j’ai deux PERES
    Toi tu as deux MERES
    Merci MAMAIRE
    Moi je ne sais plus qui est ma TANTE (à cule)


    • Pale Rider Pale Rider 26 octobre 2012 17:26

      Moi, je connais des gens dont le maire est le père. A Bègles, « Mamère est mon maire », disent les Bèglais ou Bèglois (pas étonnant qu’il ait célébré le 1er mariage homo illégal). Et les enfants de Mamère disent : « Mamère est mon père. » S’ils habitent Bègles, « Mamère est mon maire et mon père. Je m’y perds ! » Et dans une ville dirigée par une maire, on peut entendre : « Ma mère est ma maire. » Une mère/maire en une seule personne, tout le contraire des couples laisse-bien ! J’ajoute que si la mère de Mamère habite Bègles, elle dira : « Mamère est mon maire, alors que je suis sa mère. » Maire d’alors !

      ça devient difficile. C’est pourquoi dans la vie, on n’est jamais trop aidé. 

    • Romain Desbois 27 octobre 2012 00:58

      Bien

      Et dans cette ville le pharmacien est marié à un autre pharmacien qui est ...une femme !!!!


  • fcpgismo fcpgismo 26 octobre 2012 13:52

    La médecine et son cortège d’ élite suffisante ont déclaré longtemps l’ homosexualité est une perversion aujourd’ hui elle ne l’ est plus, et pourtant dans la pratique rien à changé sauf les suffisants et prétentieux ce sont aperçu de leur erreur.Même situation pour le mariage des personnes de même sexe dans cinquante ans les même nous expliquerons que c’ est un bien pour la communauté Humaine et de fait une démographie moins prégnante sera inévitablement un bien pour l’ espèce Humaine.


    • tikhomir 26 octobre 2012 14:35

      « aujourd’ hui elle ne l’ est plus »

      Euh si, ça l’est toujours. Ce n’est pas parce que la loi en a décidé autrement (sans le corps médical) que c’est vrai.
      C’est la même chose avec le transsexualisme, l’État a décrété une chose et la recherche une autre...

      Ce n’est pas parce que la loi dit, que c’est vrai.


    • bel95 26 octobre 2012 14:44

      Définition de la maladie ; dysfonctionnement par rapport à la moyenne de la population. Et oui, si je vivai dans une civilisation ou tous naissent aveuble je serai anormal.

      Mais là n’est pas le sujet, le sujet n’est pas les homosexuels on en à rien à cirer et beaucoup auraient préféré moins de publiciste

      Le sujet c’est la mariage, que des "élite insuffisante se trouve légitime à interférer dans la vie privée souveraine Droit naturel, droit fondamental intransmissible non transférable des citoyens composant une civilisation : il devient nécessaire de punir ces pseudo-élites, ces apprentis tyrans.


    • Romain Desbois 27 octobre 2012 01:07

      Donc les personnes qui ont les yeux bleus devraient ne pas avoir le droit de se marier smiley


  • CHALOT CHALOT 26 octobre 2012 13:53

    Bien argumenté comme d’habitude
    quatre remarques :
    - je n’ai jamais considéré que les anti mariage homo étaient réacs : il y a de tout dans ce camp y compris des anti mariages ???C’est la vie
    - moi ma cible ce sont les intégristes
    - un enfant élevé par deux hommes, deux femmes, un homme et une femme eut être malheureux ou heureux
    - la langue française, le code de la famille ne sont que des codes à un moment t


    • tikhomir 26 octobre 2012 14:31

      « je n’ai jamais considéré que les anti mariage homo étaient réacs »

      Les gens qui sont pour le mariage. Je rappelle que ceux qui promeuvent la dénaturation du mariage sont contre le mariage et ceci vous concerne donc.

      « moi ma cible ce sont les intégristes »

      Les intégristes, ça ne concerne que les gens de la FSSPX et je crois que vous avez largement élargi le cercle. Donc ne dites pas que votre cible sont les intégristes, c’est faux puisque c’est plus étendu que ça.

      « un enfant élevé par deux hommes, deux femmes, un homme et une femme eut être malheureux ou heureux »

      Ce qui ne justifie rien.

      « la langue française, le code de la famille ne sont que des codes à un moment t »

      C’est quand on relativise tout et qu’on change les termes que certains ont pu parfois décréter (pour prendre un exemple extrême) que certaines personnes n’étaient pas des humains... Puisque ce ne sont que des codes à un instant t.

      Au delà de votre petite subjectivité, il y a l’objectivité et ça, vous ne pouvez pas faire sans, sinon vous êtes un pur idéologue et vous vous affranchissez donc du réel alors que les idées promues devraient être subordonnées à la réalité. Sinon, vous tombez dans le rêve, l’utopie, et on sait déjà que que les utopies ont donné.


    • Soi même Soi même 26 octobre 2012 17:21

      @ Chalot, tu tire à boulet rouge contre ceux qui s’oppose, et maintenant tu affirmes le contraire !

      T’es inconséquent , tu me rappel le beau mot Egard Faure ce n’est pas la girouéte qui bouge c’est le vent qui change de direction.


    • Romain Desbois 27 octobre 2012 01:10

      Soi même alias anty

      Vous devriez apprendre à comprendre le sens des mots. Manifestement vous ne maitrisez pas la langue française.


    • Soi même Soi même 27 octobre 2012 03:26

       Alias anty je connais pas.


    • docdory docdory 27 octobre 2012 11:58

      @ Tikhomir

      Que signifie l’expression « les gens de la FFSPX » ? J’avoue ne pas déceler la signification de ces initiales !

    • karpediem karpediem 27 octobre 2012 19:41

      @docdory ,
      je suppose qu’il s’agit là de la Fraternité Saint Pie X fondée par mgr Marcel Lefebvre à Ecône ... fraternité prise comme exemple de contre-fraternité en interne , et comme modèle d’intégrisme / d’intolérance / de stupidité en externe 


  • LE CHAT LE CHAT 26 octobre 2012 13:57

    bientôt les mariages à trois ou les couples zoophiles légalisés si on veut être vraiment modernes et progressistes ..... smiley ceux qui sont contre ne peuvent qu’être des cathos intégristes ou des fascistes .....


    • BlackMatter 26 octobre 2012 15:23

      Vous pouvez expliquer votre rapprochement entre des relations sexuelles entre des personnes majeurs consentantes et des relations sexuelles avec des animaux ?


    • appoline appoline 26 octobre 2012 19:15

      Comment on va faire le chat si la chèvre n’est pas d’accord. 


  • Nums Nums 26 octobre 2012 14:49

    Le mariage est effectivement une institution venue du fond des âges sur le plan religieux et il hors de question, pour ma part, que soit revendiqué le droit au mariage religieux pour les personnes de même sexe. Mais sur le plan civil, qu’est-ce que ça peut foutre ?


    Ensuite, concernant l’adoption, c’est déjà la croix et la bannière pour les couples hétéros donc j’imagine mal croiser dans la rue ou ailleurs quantité de mômes avec deux papas ou deux mamans. Débat utile et nécessaire que l’adoption par des couples homos mais de là à en faire tout un plat voire une obsession... 
    Depuis un peu plus d’un mois, les articles sur ce thème sont récurrents et ça devient lassant.

    • Leo Le Sage 26 octobre 2012 15:27

      @Par Nums (xxx.xxx.xxx.67) 26 octobre 14:49
      Salut Nums,

      Vous dites : « Depuis un peu plus d’un mois, les articles sur ce thème sont récurrents et ça devient lassant. » [...]
      Moi aussi çà me lasse.
      Je vais finir par donner de ma personne.
      Mais honnêtement il vaut mieux trop en parler car on ne le pourra plus dans le futur.

       
      Cordialement

      Leo Le Sage
      (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


    • Romain Desbois 27 octobre 2012 01:13

      « Le mariage est effectivement une institution venue du fond des âges sur le plan religieux » FAUX

      Et encore une fois , le scandale n’est pas que des homos adoptent des gosses mais qu’il y ait des gosses à adopter. Et ça c’est une grosse pierre dans le jardin des hétéros.


  • non667 26 octobre 2012 14:57

    c’est guytou et arthur qui vont chercher leur tout nouveau bébé à l’école maternelle le jour de la rentrée . .
    tout les bébés pleurent à la sortie parce que l’on leur enlève la sucette qu’on leur a prêtée pour la journée sauf kévin l’adopté des homos .
    la maitresse :<< félicitation ! il ne pleure pas ! >>
    guytou  : << enlevez lui celle qu’il a dans le c.. ,vous verrez ! >>


  • Christian Labrune Christian Labrune 26 octobre 2012 15:18

    à l’auteur

    Excellent article. Tout est dit et fort clairement ; du moins pour qui dispose d’un cerveau en état de fonctionner, mais la Bêtise a beaucoup progressé, ces dernières années ; elle est désormais au pouvoir et s’enchante de sa propre obésité dans le miroir des sondages d’opinion. Il en résultera bien des catastrophes.

     

     


    • BlackMatter 26 octobre 2012 15:26

      Moi je crois que c’est votre cerveau qui a cessé de fonctionner.

      Il semble en effet incompatible avec la réalité des faits et le pragmatisme.

    • Christian Labrune Christian Labrune 26 octobre 2012 20:59

      « Il [mon cerveau] semble en effet incompatible avec la réalité des faits et le pragmatisme. »

      Blackmatter

      Le propre d’un cerveau qui fonctionne, ce n’est pas d’enregistrer purement et simplement la réalité des faits, mais d’exercer sa liberté critique pour accepter ou refuser la manière dont les choses se présentent. 

      J’admets cependant que vous pourriez trouver dans l’actualité des exemples qui contredisent mon point de vue. Ainsi, Jafar Panahi et Nasima Sotoudeh, qui jouissent actuellement du confort des prisons iraniennes, vont recevoir le prix Sakharov. S’ils avaient « enregistré purement et simplement la réalité des faits », ils auraient parfaitement compris, ces deux imbéciles, que dans un grand état démocratique plus soucieux des grandes Vérités que les dictatures où nous croupissons misérablement, il est un peu stupide de prétendre faire prévaloir sa petite vérité particulière au lieu de s’adapter, comme le voulaient déjà les stoïciens antiques, à l’ordre des choses. On a affaire là à deux pauvres bougres dont le cerveau n’a pas non plus très bien fonctionné. Le pauvre Sakharov, citoyen du seul paradis qui existât sur terre, avait déjà souffert de la même pathologie.

      Réflexion faite, oui, c’est vous qui avez raison. Le point de vue tout à fait théorique que j’avais essayé de défendre en commençant ne résiste pas à une approche pragmatique du réel. Il faut savoir être beau joueur. Echec... et mat !

      Est-ce que vous sauriez s’il y a un moyen, sans tomber dans la dépendance des drogues, de doper quelque peu un cerveau qui commence à donner des signes évidents de faiblesse ?


  • cassandre4 cassandre4 26 octobre 2012 16:23

    Le « mariage homosexuel » est un non sens social, biologique, et sémantique ; une chimère, une aberration, et une monstruosité contre nature ; une atteinte au bon sens commun (qui fait, actuellement , cruellement défaut) bref.. une abomination !

     C’est une « marotte » exhibée devant les yeux des gogos lobotomisés, un leurre, un attrape-nigaud destiné à « occuper l’opinion publique », le focaliser sur des problèmes qui n’en sont pas, occuper les merdias, en leur donnant du grain à moudre, enfin bref, c’est de l’enfûmage !

      Tandis que : le sage montre la lune, le sot regarde le doigt ; c’est exactement ce qui est en train de se passer en ce moment, avec cette connerie (relayée, bien sur, par tous les trolls au service du N.O.M) pendant ce temps, le pouvoir fait exactement ce qu’il veut ( càd son action de sape de la société, et de destruction systématique de la Nation !

     C’est le rouleau compresseur du N.O.M qui poursuit inexorablement sa route !

     Ora pro nobis Dominus !


    • BlackMatter 26 octobre 2012 16:37

      Vous auriez pu résumer votre discours à ceci : 

      « Moi j’aime pas les PD et je ne veux pas qu’ils puissent se marier ».
      Ça vous évitera de nombreuses circonvolutions.

    • Romain Desbois 27 octobre 2012 01:14

      Tas de cendre 4

      Arrêtez de vous raser ; c’est répugnant , contre nature, abominable !!!!


    • cassandre4 cassandre4 27 octobre 2012 18:34

      @ Romain Desbois

       

      Tas de cendre 4

      Arrêtez de vous raser ; c’est répugnant , contre nature, abominable !!!!

        C’est tout ?

       Ah ! non ! c’est un peu court, jeune homme !

          On pouvait dire...oh ! Dieu !... Bien des choses en somme......

        ...................................................................... ...........et de lettres

       Vous n’avez que les trois qui forment le mot : sot !

       



    • Romain Desbois 28 octobre 2012 00:27

      cassandre4

      J’apprécie la culture et me faire la triage du nez me plait.

      Mais la culture n’a jamais remplacé l’intelligence.


    • Romain Desbois 28 octobre 2012 00:34

      satané correcteur « tirade » smiley


  • Jonas 26 octobre 2012 17:00

    Excellent article, venant d’une personne qui connait bien son sujet. Merci pour cet éclairage bien argumenté.et, charpenté.

    Le mariage n’est pas une mode mais une institution, une institution qui demande un père et une mère et n’exige aucune obligation de ce marier.On peu vivre avec sa dulcinée ou son compagnon sans passer par M. le Maire ou le Curé.

    Je ne suis ni un rétrograde ni un obscurantiste puisque j’avais applaudi au PACS qui protège l’une ou l’autre personne en cas de malheur. Je pense que c’est un progrès immense, A moins de vouloir singer les couples mariés , je ne vois pas ce que cela apporte de plus. Je suis contre le mariage homosexuel comme je suis contre le mariage précoce et le mariage arrangé.

     


    • Romain Desbois 27 octobre 2012 01:16

      Jonas
      "Le mariage n’est pas une mode mais une institution, une institution qui demande un père et une mère et n’exige aucune obligation de ce marier."

      C’est l’echo du ventre de la baleine ou bien ?


  • Pale Rider Pale Rider 26 octobre 2012 17:10

    Cet article est d’une rare intelligence. L’argumentation est extrêmement solide.

    Voir l’avis de la Fédération Protestante de France, peu médiatisé, et qui va dans le même sens :

  • easy easy 26 octobre 2012 17:18

    Chaque groupe ou groupuscule brandit des arguments mais en cache d’autres, provisoirement.

    La revendication du mariage homo cachait le projet d’adoption.

    Et le projet d’adoption cache encore un autre projet : Celui d’une autre éducation (autant dire d’un autre endoctrinement, d’un autre ordre d’habitus).

    Dans ces trois étapes, la loi en cours doit s’adapter à leurs exigences pourtant minoritaires.


  • Jules Elysard Jules Elysard 26 octobre 2012 19:02

    Dans « Rome, démocratie impossible » (1981), Norbert Rouland écrit :
    "

    L’époque contemporaine offre aussi des exemples convaincants des liens qui existent entre l’ordre politique et l’ordre conjugal. On sait combien en U.R.S.S., la liberté en matière matrimoniale fut de brève durée. La vogue du concubinat ne dura que quelques années. Jusqu’en 1926, nous retrouverons la même absence de formalisme qu’au temps de Cicéron : on peut se marier sans faire dresser d’acte par l’officier d’état civil. Au contraire, toute l’évolution du droit soviétique renforce les liens familiaux, car la famille doit être le micro-modèle de la nouvelle société communiste : l’enfant doit y acquérir les notions et les réflexes qui feront par la suite de lui un bon communiste et un bon citoyen. On constate le même respect des vertus familiales et la volonté de leur utilisation politique dans le droit de la Chine communiste. La loi sur le mariage du 1er mai 1950 définit ainsi l’union conjugale :

     

     "Les époux ont le devoir de s’entr’aimer, de se respecter, de s’entraider, de participer au travail et à la production, d’élever les enfants et de lutter en commun pour le bonheur familial ainsi que pour l’édification d’une société nouvelle."

     

    A contrario, les sociétés occidentales « permissives » se refusent de plus en plus à continuer à voir dans le couple une unité. En 1972, le tribunal de l’État de Washington a rendu un arrêt aux termes duquel : "le mariage n’est pas une entité indépendante, mais une association de deux individus".


    Trente ans déjà que ce lignes ont été écrites.


  • franc 26 octobre 2012 21:09

    L’auteur fournit toujours les mêmes arguments ,il n’ ya rien de nouveau ,et ils ont été déjà réfuté , aussi comme les arguments se répétent les réfutation aussi doivent aussi se répéter

     

    argument linguistique : ,d’après l’auteur on ne devrait pas changer les mots ou les expressions qui changent les concepts

    argument tout à fait fallacieux car ce ne sont pas les modifications d’ expressions qui changent les concepts mais les changements de concepts qui imposent les modifications des expresions .Or les concepts nouveaux peuvent être créés à tout moment de manière tout à fait libre suivant la perception de la réalité ou de la conscience réelle des choses .le concept du mariage homosexuel est nouveau par rapport au concept du mariage hétérosexuel ,il est donc tout naturel et normal d’appeler ce nouveau concept par une expression spécifique qui le définit et le nomme .

    Et l’expresssion mariage pour tous signifie tout simplement mariage pour les homosexuels comme pour les hétérosexuels ,et le mariage tout court signifie mariage homosexuel et mariage hétérosexuel ,c’est tout et c’est pas compliqué ,il ne faut pas chercher midi à 14 heures

     

     

    argument des droits et discrimination :d’après l’auteur les homosexuels ont déjà le droit de se marier

    sauf que les homosexuels doivent se marier avec une personne de sexe opposé ce qui est contre leur nature et leur affinité profonde ,ce qui est en fait une forme de mariage arrangé et forcé et donc contraire aux droits naturels de l’homme et même porte atteinte au sacrement de mariage qui stipule l’amour entre les époux ,et c’est une forme cynique de choix diabolique pour les homosexuels qui veulent réellement se marier avec une personne qu’ils aiment ,une sorte d’alternative entre la peste ou le choléra ,ce n’est pas réellement un choix et un droit 

     

     

    argument du mariage pour l’adoption par les homosexuels :d’après l’auteur les homosexuels n’ont pas droit au mariage qui serait uniquement destiné à garantir une structure familiale pour accueillir les enfants ,or les homosexels ne peuvent pas avoir naturellement d’enfant suivant le mode hétérosexuel

    sauf que les homosexuels peuvent avoir des enfants suivant le mode homosexuel avec le progrès de la science et de la conscience ,procréation artisanale avec une personne féminine homosexuelle ou non ,PMA ,mère porteuse ,bébé éprouvette ,etc..... ;C’est une réalité et non une chimère que des enfants naissent déjà chez un homosexuel seul ou en couple ,il existe déjà des familles homoparentales comme il existe déjà des familles monoparentale et avec les mêmes procédés de procréation artificielle .Et le mariage pour des enfants ne dépend ni n’implique par une nécessité vitale ou existentielle le mode de procréation de l’enfant ;Ce n’est là qu’une question de choix politique qui diverge suivant la conscience ou la conception de vie de chacun tout à fait subjective .la légalisation du mariage homosexuel met à égalité les droits de tous les enfants 


    • Mammon 29 octobre 2012 11:38

      « Et l’expresssion mariage pour tous signifie tout simplement mariage pour les homosexuels comme pour les hétérosexuels »

      Les homosexuels sont avant tout des hommes et des femmes avant d’être des homosexuels, et à ce titre ils bénéficient effectivement des mêmes droits que les hétérosexuels.
      La loi prévoit déjà un dispositif qui permet aux couples homosexuels de bénéficier des mêmes avantages que le mariage. Il gagnerait certes à être amélioré, mais pourquoi vouloir à tout prix s’approprier une institution créée à la base pour les couples hétérosexuels, cela va bien au-delà de la conquête des droits...

      or les homosexels ne peuvent pas avoir naturellement d’enfant suivant le mode hétérosexuel

      suivant le mode naturel je dirais... Deux personnes de même sexe ne peuvent avoir d’enfant. Il en est ainsi et ce n’est nullement une pathologie, encore moins un handicap, sauf à considérer l’homosexualité en elle-même comme un handicap (ce que je pense pas). Pas de quoi développer un complexe...

      sauf que les homosexuels peuvent avoir des enfants suivant le mode homosexuel avec le progrès de la science et de la conscience ,procréation artisanale avec une personne féminine homosexuelle ou non ,PMA ,mère porteuse ,bébé éprouvette ,etc.....

      il n’y a pas de « mode homosexuel » mais plutôt le détournement de techniques médicales destinées à la base à pallier des problèmes médicaux empêchant des couples en âge de procréer d’avoir des enfants... Or, des personnes homosexuelles ne pouvant procréer n’ont normalement pas de problèmes médicaux, donc le recours à ces techniques n’est pas médicalement indiqué.
      J’en profite pour ajouter que ces techniques devraient être interdites aux personnes qui ne sont plus en âge de procréer, et que les « exploits » de certains (qui induisent des grossesses à 60 ans ou plus, ou à 6-8 embryons etc.) relèvent de l’abomination...

      C’est une réalité et non une chimère que des enfants naissent déjà chez un homosexuel seul ou en couple ,il existe déjà des familles homoparentales comme il existe déjà des familles monoparentale

      La plupart de ces enfants sont issus d’unions antérieures (hétérosexuelles) avant que le parent à charge commence une relation homosexuelle. Ceci dit, dans le strict intérêt de l’enfant, on peut demander effectivement une modification de la loi pour que le conjoint homosexuel survivant (en cas de malheur) endosse la pleine autorité parentale. Ce n’est pas choquant.


  • franc 26 octobre 2012 21:42

    argument droit à l’enfant :

    il n’ ya pas plus de droit à l’enfant pour les homosexuels que pour les hétéosexuels ,mais il ya désir de l’enfant chez l’hétérosexuel comme chez l’homosexuel ,dès lors il n’ ya pas de différence à tenir envers les homosexuels et les hétérosexuels sous prétexte quches les uns la procréation se fait de manière naturelle et chez les autres de manières artificielle ou assistée ,la différence de mode procréation ou d’adoption ne change pas fondamentalement la donne ; et cen’est aps parce qu’il manque d’’enfants à adopter que cela influe sur le principe du droit à l’adoption en tant que tel . C’est donc un argument non valable

     

     

    argument santé mentale des enfants :

    les études et l’expérience montre qu’en général il n’ ya pas beaucoup de différence entre entre les enfants élevés par les homosexuel et ceux élevés par les hétérosexuels,à condition bien sûr que les parents soient compétents chez les homosexuels comme chez les hétérosexuels .L’argument de l’homophobie ambiante n’est pas valable et recevable sur le plan des principes et des valeurs ;sinon il faudrait interdire aux noirs d’avoir des enfants dans une société raciste ou aux musulmans de faire des enfants dans une société islamophobe ,inacceptable ,comme il est inacceptable d’interdire aux handicapés d’avoir des enfants sous prétexte que les enfants n’auraient pas les mêmes et bonnes conditions de vie à cause des handicaps des parents

     

     

    argument humaniste

    cela équivaut à l’argument santé mentale des enfants ,déjà réfuté ci dessus

    le malheur d’être adopté par des couples homosexuels ?!---------ça c’est votre avis personnel

    un enfant adopté par un couple d’homsexuels qui ont une vie très aisée avec des compétences psychiques , intellectuelle et spirituelle bien développées sera aussi bien heureux voire plus que dans un couple d’hétérosexuels n’ ayant pas autant de compétences

     


    • Mammon 29 octobre 2012 12:28

      il n’ ya pas plus de droit à l’enfant pour les homosexuels que pour les hétérosexuels

      Absolument, et j’irais même plus loin : ce ne sont pas les couples, hétéros ou homos, qui ont un « droit à l’enfant », ce sont les enfants qui ont un droit aux parents...
      Est-il dans l’intérêt de l’enfant de le placer dans une famille homosexuelle (au même titre que dans une famille très âgée, ou monoparentale, ou autre) plutôt que dans une famille hétérosexuelle « standard », nul ne le sait à l’heure actuelle (les études sont contradictoires) mais quand il s’agit d’enfants, il convient d’observer au maximum le principe de précaution. Mais ceci est une problématique beaucoup plus globale que la simple question de l’adoption par les couples homosexuels...

      un enfant adopté par un couple d’homosexuels qui ont une vie très aisée avec des compétences psychiques , intellectuelle et spirituelle bien développées

      Il n’est pas question des qualités desdites personnes mais du cadre dans lequel grandit l’enfant. Et là, on a encore trop peu de certitudes, donc prudence... Contentons-nous d’évaluer déjà les enfants qui se retrouvent de fait dans des familles homosexuelles avant d’envisager l’ouverture des possibilités de l’enfant à être adopté par d’autres familles... Ce sont des études de très longue durée, puisqu’il faut les évaluer à l’âge adulte... wait and see...


  • manusan 26 octobre 2012 21:58

    Le problème n’est pas le mariage homosexuel, mais ce qu’est devenu le mariage tout cours : 40% finissent en divorce.


    • Romain Desbois 27 octobre 2012 01:19

      Le divorce est une avancée sociétale extraordinaire.

      Fini les veuves joyeuses et les mariages forcés. Fini les vies gâchées à devoir rester avec quelqu’un que l’on n’aime plus.

      Un droit n’est pas une obligation, c’est une solution possible de plus.


  • Mercure 26 octobre 2012 22:11

    1) L’argument linguistico-consitutionnaliste : Une consitution, ça se change. La signification d’un mot, ça évolue. Et sans qu’il y ait forcément d’intervention totalitaire. C’est le cas de la quasi-intégralité des mots de notre langue : que sont-ils sinon des mots qui ont évolués et dont le sens à progressivement glissé, s’est étoffé, réduit, complexifié etc. Bref, argument useless. 


    2) Droits et discrimination : Encore une fois, les normes sociales sont changeantes, elles évoluent. Et le paradoxe, c’est surtout que l’homosexualité sera d’autant plus accepté et conforme a une certaine norme que le mariage et l’adoption seront possible. Ce n’est pas la norme qui est le soucis. Là n’est pas le coeur de la question. 

    Oh, et je me suis bien marré en lisant le passage sur les bisexuels « beaucoup plus nombreux que les homo exclusifs ». Manque de bol c’est pas le cas. Et le coup du bisexuel polygame est encore plus drôle. Faut sortir coco, vraiment. Autant je trouve qu’on entend beaucoup parler de biphobie en ce moment et ça me fatigue, autant faut avouer que les pauvres, ils sont foutus dans des cases d’échangistes libertins... Ridicule. 

    Concernant justement la polygamie, peut-être effectivement qu’on y arrivera un jour, qui sait honnêtement. De toutes façons, c’est déjà le cas de nombreuses cultures, et c’est également très présents dans cette nature que certains d’autres vous chérissez tant (d’ailleurs, a noter que de nombreuses espèces d’animaux pratiquent l’homosexualité, notamment parmi les plus intelligentes, dont les dauphins en particulier... anyway). 

    Agiter la question de la polygamie pour effrayer Madame Michou pour qui polygame = arabes et black, c’est soit une idiotie non-consciente, soit une manipulation des esprits. On est de toutes façons encore loin d’y être, mais par honnêteté intellectuelle, je pense effectivement qu’il est envisageable que dans quelques années (centaines ?), des personnes puissent lutter pour l’ouverture des mariages polygame dans des pays européens en invoquant le mariage gay voté un siècle plus tot, tout comme on entend en ce moment beaucoup de parallèle entre l’ouverture du mariage gay et la ségrégation black US. 

    Et alors ? 

    3) L’argument du mariage : tu nous apprends rien. Oui, le mariage, OSEF, que ça soit ça ou un pacs améliorié, il y a certes la question de l’héritage au conjoint qui compte, mais la vraie question, c’est celle de la parentalité en générale, et pas que de l’adoption. C’est pas une révélation tu sais. 

    Pour info, encore une fois, le mariage est une construction sociale, effectivement, et sa forme a beaucoup variée. Dans plusieurs sociétés, c’était parfois toutes les femmes qui s’occupaient de tous les enfants sans qu’aucun homme intervienne, donnant le statut de mère a des femmes y compris n’ayant jamais enfanté. Et puis, de quand date ce schéma de la famille nucléaire ? C’est extrêmement récent et ethnocentré. Encore récemment à l’échelle historique, le cas ou c’était toute la famille en entier qui s’occupait de l’enfant, frère, grand-père, mère ou arrière grand oncle, existait. Alors qu’à l’inverse, ce qu’on appelle aujourd’hui les familles monoparentales ont toujours existé également. Le papa-maman tel qu’on le connait est encore une fois récent, et par ailleurs très lié à la création du mode de production capitaliste nécessitant une spécialisation des individus. 

    Ce n’est pas la possibilité physiologique d’avoir des enfants qui déterminent ou non la qualité de parents. Combien de cas où les deux ne sont pas corrélés ont existé de tout temps ? La parentalité n’est pas un synonyme de reproductabilité. Et puis on autorise bien les hommes et les femmes stériles hétéros a avoir des enfants par un moyen ou un autre, alors que s’ils ne peuvent pas enfanter, c’est qu’il y a une raison « naturelle » car fonctionnelle. 

    4) Le droit à l’enfant : Ce qui est marrant dans ce paragraphe, c’est qu’à la place d’expliquer réellement pourquoi les homos ne pourraient pas avoir d’enfants, vous passez plus de temps à expliquer pourquoi ils n’en auraient pas dans un contexte internationale extrêmement précis et qui ne sera de toutes façons plus le même ne serais-ce que dans dix ans. 

    Il s’agit au fond d’une question de valeur et de projection dans le futur de l’humanité. La question des genres et de ses divergences entre le sexe biologique et l’orientation sexuelle est une amorce, avec la parité homme-femme, d’une suite de changement à venir qui vont modifier profondément la société. Et c’est forcément douloureux, et plus pour certains que pour d’autres, d’imaginer que leur petit monde propret va être soudainement bouleversé, faisant mentir leurs parents quand ces derniers leur expliquaient ce qu’était un couple et le mariage. 

    On va de manière générale vers une plus grande complexité des rapports humains, et c’est un avis purement personnel, mais je suis persuadé que c’est en allant vers cette plus grande complexité qu’on pourra permettre à l’humain d’évoluer. Il y a forcément une certaine divergence avec l’état d’esprit de croyants notamment dont le but est de vouloir figer la société au maximum en attendant le jour dernier, car croyant vivre actuellement comme leur bouquin leur dit de le faire. 

    Je crois personnellement a la capacité de l’esprit humain à s’adapter et à trouver des nouvelles constructions mentales et idéologiques. La possible transcendance du genre et du sexe est un des éléments qui puisse permettre d’aller vers une diversité plus forte. Il ne s’agit pas d’endoctrinement, il s’agit de laisser la possibilité. Et par la même occasion, cela nous permet de mieux comprendre l’être humain. 

    5) Le risque pour la santé mentale des enfants : J’ai bien rit en voyant le coup de l’université du Texas... J’ai rien contre les Texans, quoi que... Bref. Primo, il y a plus d’étude en faveur de l’homoparentalité que contre. Deuxio, les risques pour la santé mentale des enfants sont avant tout causés non pas par les parents eux-mêmes, mais par le rejet du reste de la société. C’est le rejet qui crée des inadéquations. Et c’est étonnant comme je peux le constater dans mon entourage personnel : plus un gay est accepté, plus il se sent accepté en tant que la personne qu’il est réellement, et plus il « s’hétérocentrise », plus il s’intègre. Des études prouvent que le divorce était autrement plus traumatisant il y a 50 ans que maintenant. C’est tellement banalisé aujourd’hui qu’il n’y a plus de rupture avec la norme et donc plus de mise à l’écart de ces individus. C’est parce qu’on fera le choix d’autoriser le mariage et la parentalité gay que ceux-ci seront acceptés. Sachant qu’actuellement on est évidemment dans un entre-deux, avec des gays en couple avec des personnes du même sexe et ayant eu des enfants d’une précédente union hétéro, et dont il faut régler la question pour la sécurité de ces enfants. 

    6) L’argument humaniste : Franchement, si justement, il avait fallu perpétrer sur un plan légal la ségrégation raciale parce que les blacks était moqués à l’école par des petits-cons mal éduqués par leurs parents, on aurait pas beaucoup avancé... 

    Encore une fois, les mentalité changent, l’homoparentalité sera banalisée très rapidement sur une échelle historique et tout le monde s’en foutra dans pas si longtemps que ça. C’est beaucoup plus grave de laisser sans cadre juridique des enfants de personnes homos que de devoir gérer les moqueries d’enfants (et puis de toutes façons le gros et la rousse prendront aussi chers alors ça va hein... Je plaisantes évidemment !). 


    7) Les sondages d’opinion : Je suis d’accord avec vous, cela n’a pas d’intérêt et c’est faussé. Le contre-argument que j’utilises d’ordinaire pour répondre à ce genre de débilité, c’est l’exemple de la peine de mort (les français étaient encore pour, mais c’est le pouvoir présidentiel qui l’a fait abolir, avec raison selon moi, et peu de personnes aujourd’hui souhaiterai revenir en arrière) mais j’ai un peu peur que cela n’ait pas d’effet sur les personnes commentant cette article, je risque de me retrouver devant certaines qui seraient actuellement pour la peine de mort, et du coup cela n’aurait plus aucun sens pour moi d’utiliser cet argument... 

    Bref. 

    Je trouves vos arguments très ethnocentrés et clichés surtout. Comme s’il fallait être totalement immobilisé par la peur de transgresser certaines normes morales au risque de se faire lapider par certains bien-pensants, ces mêmes normes étant d’ailleurs relativement artificielles car construites pour la plupart et donc loin d’être inchangeables. 

    Et en fait, je me rends compte que je m’agites pour pas grand chose. En l’occurrence, le mariage va passer, l’adoption également, dans une période qui n’excédera pas dix ans, les lois sur la parentalité au sens large auront été également votées, personnellement je ne m’inquiètes même plus. 
    Accrochez-vous les rageux et les haineux, les choses vont inéluctablement changer et vous y serez peut-être habitués avant même certaines autres personnes =) !

    • docdory docdory 27 octobre 2012 00:59

      @ Mercur

      Vous dites, je vous cite : « En l’occurrence, le mariage va passer, l’adoption également, dans une période qui n’excédera pas dix ans, les lois sur la parentalité au sens large auront été également votées, personnellement je ne m’inquiètes même plus »
      Vous êtes très naïf !
      Croyez-vous un seul instant que l’opposition, si elle revient au pouvoir dans la prochaine législature ce qui est fort possible, ne votera pas l’abolition du mariage homosexuel immédiatement après son arrivée au pouvoir ? Après tout , que fait la gauche actuellement sinon revenir en quelques mois sur bon nombre de lois qu’a voté la droite ? Sans doute les mariages qui auront été contractés pendant quatre ans resteront-ils valables, mais ce sera tout ...
      Plus subtilement, la droite pourra proposer un référendum,et si elle le gagne, c’en sera définitivement terminé avec le mariage homosexuel !
      Je crois me souvenir que l’un des états des USA, qui avait voté le mariage homosexuel, a vu ce vote annulé par un référendum organisé par le gouverneur suivant ...
      Par ailleurs, le mariage homosexuel, qui était en débat en Australie, a finalement été rejeté par ce pays...Ne vendez pas trop vite la peau de l’ours pour la France !

    • Mammon 29 octobre 2012 13:20

      L’argument linguistico-consitutionnaliste : Une consitution, ça se change. La signification d’un mot, ça évolue.

      Donc la revendication du mariage homo et de l’adoption des enfants par les couples homos va bien au-delà de la simple conquête des droits...

      Ce n’est pas la norme qui est le soucis.

      Ben si. Sinon, quels repères pour la société ? Sur quoi baser le sentiment d’appartenance à un même groupe, le vivre-ensemble, s’il n’y a pas de « normes » ?
      C’est « chacun fait ce qu’il veut, selon ses envies du moment » que vous préconisez ?

      Pour info, encore une fois, le mariage est une construction sociale, effectivement, et sa forme a beaucoup variée.

      A ceci près qu’il n’a jamais existé pour les couples homosexuels, et ce, quelles que soient les époques et les cultures. Il en est différemment de la pratique homosexuelle qui, elle, a parfois été reconnue voire glorifiée (y compris dans des milieux très « virils » comme chez les hoplites, les légionnaires romains, les templiers ou les samouraïs...)

      La possible transcendance du genre et du sexe est un des éléments qui puisse permettre d’aller vers une diversité plus forte.

      je dirais plutôt une perte totale des repères, où plus personnes ne sait vraiment ce qu’il est (famille, nationalité, religion, sexe etc.) et où tout le monde finalement deviendra pareil à force de vouloir gommer les différences. Difficile d’apprendre la tolérance ou l’acceptation de la différence dans une société devenue finalement très conformiste, plus que les sociétés traditionnelles les plus figées.

      plus un gay est accepté, plus il se sent accepté en tant que la personne qu’il est réellement, et plus il « s’hétérocentrise », plus il s’intègre.

      là, votre exemple est très intéressant, et démontre pourquoi les homosexuels se sentent si incompris lorsqu’ils veulent faire valoir leurs droits, y compris auprès de personnes n’ayant strictement aucun rapport avec eux : le gay (ou la lesbienne) est accepté parce que c’est lui qui fait l’effort de se « couler dans le moule » (ici, la société hétérosexuelle) et non d’imposer sa vision des choses. Faisant partie d’un groupe minoritaire (au sens pratique sexuelle s’entend), sa préoccupation est que la société dans laquelle il vit, avec ses traditions, ses repères, ses valeurs, ses « normes », accepte sa différence et lui octroie les mêmes droits que tous les autres. Bien sûr, il y aura toujours quelques conservateurs prêts à lui barrer la route, mais c’est inévitable et finalement anecdotique.
      En revanche, qu’il se mette en tête de chambouler les traditions, repères et valeurs,et de définir ses propres « normes » face à la majorité qui l’entoure, il va rencontrer beaucoup plus de résistances... 5 à 10% de la population qui impose au forceps sa vision aux 90% autres ne va pas contribuer à rendre les premiers très populaires ou mieux acceptés...

      Ni rage ni haine contre vous =) simplement soucieux du devenir de la société dans laquelle vont grandir nos enfants...


    • Mercure 10 novembre 2012 18:06

      Donc la revendication du mariage homo et de l’adoption des enfants par les couples homos va bien au-delà de la simple conquête des droits...

      Bah.... oui.

      C’est « chacun fait ce qu’il veut, selon ses envies du moment » que vous préconisez ?

      Bah... non. J’ai rien a répondre à ça, c’est juste une extrapolation dans un simple but de provocation. 

      A ceci près qu’il n’a jamais existé pour les couples homosexuels, et ce, quelles que soient les époques et les cultures. 

      Bah... si. Le mariage entre hommes a déjà existé au sein du catholicisme notamment, même sur des périodes courtes. Sans compte les diverses formes de vie de couple plus ou moins officialisées. Dans de nombreuses sociétés, des formes de vie en commun ont existé, admis par le reste de la société (en Inde ou en Afrique par exemple, mais c’est valable partout, à des époques différentes). 

      Et surtout, ce n’est pas parce que cela n’a jamais existé que cela ne peut pas exister. Et là où l’histoire vous fait mentir, c’est que le mariage pour les homos existe déjà dans des sociétés occidentales et capitaliste comme la notre, comme cela a été dit précédemment même si cela reste récent. 

      je dirais plutôt une perte totale des repères, où plus personnes ne sait vraiment ce qu’il est (famille, nationalité, religion, sexe etc.) et où tout le monde finalement deviendra pareil à force de vouloir gommer les différences. Difficile d’apprendre la tolérance ou l’acceptation de la différence dans une société devenue finalement très conformiste, plus que les sociétés traditionnelles les plus figées.

      C’est un non sens de dire que la diversité va abolir la tolérance. Une tolérance endogame, ce n’est pas de la tolérance. C’est de la consanguinité. 

      là, votre exemple est très intéressant, et démontre pourquoi les homosexuels se sentent si incompris lorsqu’ils veulent faire valoir leurs droits, y compris auprès de personnes n’ayant strictement aucun rapport avec eux : le gay (ou la lesbienne) est accepté parce que c’est lui qui fait l’effort de se « couler dans le moule » (ici, la société hétérosexuelle) et non d’imposer sa vision des choses. Faisant partie d’un groupe minoritaire (au sens pratique sexuelle s’entend), sa préoccupation est que la société dans laquelle il vit, avec ses traditions, ses repères, ses valeurs, ses « normes », accepte sa différence et lui octroie les mêmes droits que tous les autres. Bien sûr, il y aura toujours quelques conservateurs prêts à lui barrer la route, mais c’est inévitable et finalement anecdotique.
      En revanche, qu’il se mette en tête de chambouler les traditions, repères et valeurs,et de définir ses propres « normes » face à la majorité qui l’entoure, il va rencontrer beaucoup plus de résistances... 5 à 10% de la population qui impose au forceps sa vision aux 90% autres ne va pas contribuer à rendre les premiers très populaires ou mieux acceptés...

      Si ce n’est que dans les exemples cités, c’est parce que l’entourage s’est montré tolérant qu’il l’intégration a été permise. C’est le rejet dès l’enfance qui crée les extrêmes. La plupart des personnes que vous dénoncée ont été originellement rejetées pour la plupart. Ces personnes ne seraient pas aussi engagées si elles n’avaient pas elles-mêmes souffert d’un rejet. 

      Et il se trouve que cette expression est rendu de plus en plus possible, et qu’il s’agit désormais d’un rapport de force. Et on sait déjà quel parti sera le gagnant... 

      Ni rage ni haine contre vous =) simplement soucieux du devenir de la société dans laquelle vont grandir nos enfants...

      Je suis également soucieux du monde dans lequel grandiront mes enfants =). 


  • Mercure 26 octobre 2012 22:33

    Oh, je viens de tomber sur cet article :  http://tempsreel.nouvelobs.com/mariage-gay-lesbienne/20121024.OBS6813/enfants-d-homos-j-ai-ete-eleve-par-deux-papas.html


    Témoignage d’un garçon de 18 ans ayant été élevé par deux papas. 

    • docdory docdory 27 octobre 2012 00:22

      @ Mercure

      Je suis prêt à parier que l’on peut trouver des dizaines de témoignage de cas ou ça c’est très mal passé...

    • Romain Desbois 27 octobre 2012 01:21

      je peux vous en trouver encore plus avec des parents hétéros.


    • crazycaze 27 octobre 2012 09:01

      Je peux vous fournir des dizaines de milliers de témoignages d’enfants ayant souffert d’avoir été élevé par des parents hétérosexuels... Lorsqu’on veut argumenter de façon solide et scientifique, on ne peut pas généraliser à partir de l’existence de cas particuliers... 


    • tf1Goupie 27 octobre 2012 09:26

      C’est dingue comme les ideologues méconnaissent la notion de proportions :
      - quel est le pourcentage d’enfants de couples hétero qui ont des problèmes ?
      - quel est le pourcentage d’enfants de familles mono-parentales qui ont des problèmes ?
      - quel est le pourcentage d’enfants de couples homos qui ont des problèmes ?

      Et puis les couples homosexuels qu’on nous montre en exemple à la télé sont en général des couples d’un niveau d’éducation très supérieur à la moyenne.

      Prenez un enfant dont les parents homos sont peu éduqués, pauvres, et noirs, alors là on a une belle accumulation de facteurs défavorables, trop compliqué à comprendre ?

      Après il y aura le cas des familles homosexuelles recomposées....

      Aujourd’hui si on a de « vraies » stats c’est uniquement sur les couples heterosexuels, oh putain mais qu’est-ce que c’est incroyable !!

      Ce qui est génial c’est à quel point les héraults du mariage homo sont d’une objectivité fascinante !!


    • docdory docdory 27 octobre 2012 10:59

      @ Mercure 

      Le témoignage que vous mettez en lien est tiré du Nouvel Observateur, journal ayant essentiellement un lectorat bobo favorable au mariage homosexuel. 
      Le témoignage en question peut être le témoignage d’une connaissance du rédacteur de l’article ou d’un de ses collègues, ou bien avoir été obtenu après un appel à témoins.
      Après un tel appel à témoins ils ont sans doute reçu plusieurs témoignages, soit favorables, soit défavorables. Il est probable que le « nouvel observateur » n’ait retenu parmi ces témoignages que ceux qui vont dans le sens de sa ligne éditoriale, notoirement favorable au mariage homosexuel...
      C’est de bonne guerre, mais on ne peut pas en tirer de conclusions.

    • Mercure 27 octobre 2012 14:01

      Non mais EVIDEMMENT qu’on ne peut pas en tirer de conclusion, cet ajout d’article je l’ai fais juste parce qu’il m’est tombé sous la main, en simple bonus parfaitement approprié à la situation, mais il n’a aucune valeur statistique de manière générale... QUOI QUE =P : en effet, d’avoir le témoignage de 18 années passées au sein d’une famille homoparentale avec une seule expérience négative qui pour le coup a été sanctionnée par l’institution scolaire... Je trouve en tous cas que cela donne des raisons d’être optimiste. 


      Et je connais très bien les tendances politiques du nouvel obs, mais la critique que vous en faite, on peut faire la même au journaux tendance droite comme le Figaro (et encore parmi les plus softs) quand ils parlent des effets négatifs de l’homoparentalité. Mais cet exemple précis montre au moins qu’il y a une certaine probabilité pour que l’homoparentalité soit intégrée à la société dans peu de temps. 

      Quant à la remarque sur mon optimisme débordant, quand on voit que l’Afrique du Sud ou l’Argentine l’ont légalisé le mariage gay, on peut se dire qu’une fois passé, la loi a peu de chance d’être annulée, même Rajoy en espagne ne l’a pas encore fait et c’est désormais trop tard. De toutes façons, dans la plupart des milieux intellectuels que vous semblez par ailleurs tellement décrier (bouh les vilains bobo), l’homosexualité s’est totalement banalisé. Il suffira d’un simple renouvellement de génération pour que les mentalités changent. Il suffit déjà de voir les écarts d’opinion considérables entre les plus jeunes et les plus vieux sur le mariage gay et l’adoption. C’est une vraie question générationnelle. Les principaux détracteurs seront évincés lors du dead-papy-boum à venir =P (Je plaisante, encore ^^). 

      Et de toutes façons, les arguments naturalistes ne tiennent pas à la vision actuelle de la socio, de la psycho et des sciences humaines en générales qui tendent vers de plus en plus de relativisme. 

Réagir