lundi 3 février 2014 - par Serge LAURENT

Faut-il interdire l’Ancien Testament et la Torah ?

Notre époque s’acharne à faire interdire les écrits stupides ou malsains et même à deviner les véritables pensées qui se cachent derrière des paroles ambiguës pour mieux les dénoncer ou les interdire. Pourtant, nous tolérons des textes qui sont ouvertement des appels au crime, à la haine et à la répression impitoyable des actes contraires à la foi de leurs adeptes.

Je suis toujours frappé par l’anachronisme des romans historiques qui sont bien plus le reflet de la pensée de leur époque que de celle qu’ils entendent décrire. Ce genre de livre vieilli par conséquent très mal. La lecture des textes de l’antiquité est beaucoup plus intéressante car elle nous permet d’accéder à l’univers mental des hommes qui nous ont précédés.

Le lecteur est surpris par la superstition de Xénophon dans l’Anabase, qui consulte sans cesse les Dieux immortels avant chaque décision importante. De même Suétone énumère les présages qui annonçaient l’avènement et la mort de chaque empereur dans « la vie des douze Césars ». Les athéniens étalent leur cynisme en menaçant les méliens d’extermination si ces derniers refusent de s’allier à leur Athènes contre Sparte dans « La guerre du Péloponnèse » de Thucydide. César se vante d’avoir coupé les mains des prisonniers capturés lors de la prise d’Uxellodunum dans « La guerre des Gaules » : « En conséquence, il fit couper les mains à tous ceux qui avaient porté les armes et leur accorda la vie sauve, pour qu’on sut mieux comment il punissait les rebelles. »

Néanmoins, ces textes ne sont pas pris pour autre chose que ce qu’ils sont, le témoignage d’une époque révolue, un ailleurs qui nous fait réfléchir sur nos propres croyances et à priori. Texte fondateur de la civilisation judéo-chrétienne, l’ancien testament est considéré comme une source de sagesse et un texte inspiré par « dieu » pour de nombreuses personnes dans notre pays. La Torah regroupe une partie des textes de l’ancien testament, notamment le Lévitique, le Deutéronome et les Nombres. Ce n’est pas l’Ancien Testament/Torah qui a ouvert le chemin vers la liberté et les droits de l’homme, c’est au contraire un texte qui procède d’une pensée totalitaire et génocidaire qu’il convient de bannir.

Tyrannie en matière de sexualité

Le Lévitique instaure la peine de mort pour toutes sorte de délits sexuels dont la plupart n’ont rien de répréhensible à nos yeux, ni aux yeux des gréco-romains contemporains des hébreux.

C’est le cas pour l’homosexualité :

« 13 Si un individu cohabite avec un mâle, d'une cohabitation sexuelle, c'est une abomination qu'ils ont commise tous les deux ; qu'ils soient punis de mort, leur supplice est mérité. » (Lévitique 20)

L’adultère est aussi interdit sous peine de mort :

"10 Si un homme commet un adultère avec la femme d'un autre homme, avec la femme de son prochain, l'homme et la femme adultères doivent être mis à mort." (Lévitique 20)

Il vaut mieux également éviter de fréquenter les femmes qui ont leurs règles sinon :

"18 Si un homme cohabite avec une femme qui souffre du flux, et découvre sa nudité, Il a mis à nu la source de son sang, et elle-même a dévoilé cette source ; lis seront retranchés, tous deux, du sein de leur peuple."

Cet inconvénient est toutefois modéré, pour les hommes, puisque la polygamie n’est pas du tout interdite quoique certaines unions soient prohibées :

"14 Celui qui épouse une femme et sa mère, c'est une Impudicité : on les fera périr par le feu, lui et elles, pour qu'il n'y ait point d'impudicité parmi vous."

La zoophilie ajoute une punition de la pauvre bête innocente au meurtre du « coupable » :

"15 Un homme qui s'accouplerait avec un animal doit être mis à mort, et l'animal, vous le tuerez"

L’inceste est puni de mort, même si il ne s’agit pas de consanguins :

"11 Si un homme cohabite avec la femme de son père, c'est la nudité de son père qu'il a découverte : qu'ils soient mis à mort l'un et l'autre, ils ont mérité leur supplice."

Autorité dans la famille

Quel que soit leur comportement, les parents ont droit au respect de leurs enfants, sous peine de mort, bien évidemment :

"Or, tout homme qui aura maudit son père ou sa mère, doit être mis à mort : il a maudit son père ou sa mère, il a mérité son supplice." (Lévitique 20)

Chasse aux sorcières

La lapidation est conseillé par cet ouvrage antique pour tout ce qui ressemble à de la sorcellerie :

"27 Un homme ou une femme chez qui serait constatée une évocation ou un sortilège devront être mis à mort ; on les lapidera : ils ont mérité leur supplice." (Lévitique 20)

Fanatisme (syndical ?) sur le travail pendant le Sabbat

A l’heure où on s’interroge sur les moyens d’empêcher les magasins d’ouvrir le dimanche, Moïse a une solution que l’on peut qualifier d’extrême :

"32 Pendant leur séjour au désert, les enfants d'Israël trouvèrent un homme ramassant du bois le jour du Sabbat. 33 Ceux qui l'avaient trouvé ramassant du bois le conduisirent devant Moïse et Aaron, et devant toute la communauté. 34 On le mit en lieu sûr, parce qu'il n'avait pas été expliqué comment il fallait agir à son égard. 35 Alors l'Éternel dit à Moïse : "Cet homme doit être mis à mort ; que toute la communauté le lapide hors du camp." 36 Et toute la communauté l'emmena hors du camp, et on le fit mourir à coups de pierres, comme l'Éternel l'avait ordonné à Moïse." (Nombres, 15)

Apologie du Génocide et de la colonisation

L’ancien testament justifie l’extermination des habitants de la Palestine, qui s’appelait alors « pays de Canaan », par la crainte d’une révolte future des indigènes assortie d’une menace de punition divine pour les colons hébreux que ce crime aurait pu gêner, les justes hébreux en quelque sorte. Il faut noter qu’il s’agit d’un génocide qui aurait été planifié par « L'Éternel » et ses sbires. Cet épisode est probablement une fiction car les données historiques et archéologiques semblent indiquer que les hébreux n’ont pas du tout envahi la région ni exterminé ses habitants. Au contraire, les cananéens seraient restés les plus nombreux dans les zones les plus riches et se sont probablement convertis progressivement à la religion hébraïque.

" L'Éternel parla ainsi à Moïse dans les plaines de Moab, près du Jourdain vers Jéricho : 51 "Parle aux enfants d'Israël en ces termes : Comme vous allez passer le Jourdain pour atteindre le pays de Canaan, 52 quand vous aurez chassé devant vous tous les habitants de ce pays, vous anéantirez tous leurs symboles, toutes leurs idoles de métal, et ruinerez tous leurs hauts-lieux. 53 Vous conquerrez ainsi le pays et vous vous y établirez ; car c'est à vous que je le donne à titre de possession. (…) 55 Or, si vous ne dépossédez pas à votre profit tous les habitants de ce pays, ceux que vous aurez épargnés seront comme des épines dans vos yeux et comme des aiguillons à vos flancs : ils vous harcèleront sur le territoire que vous occuperez ; 56 et alors, ce que j'ai résolu de leur faire, je le ferai à vous-mêmes." ( Nombres 33)

Le Deutéronome détaille l’exécution du génocide, vraisemblablement imaginaire, conformément au plan monstrueux de ses auteurs :

"34 Nous prîmes alors toutes ses villes, et nous frappâmes d'anathème toute ville où étaient des êtres humains, même les femmes et les enfants ; nous ne laissâmes pas un survivant. " (Deutéronome, 2)

"3 Et l'Éternel, notre Dieu, nous livra pareillement Og, roi du Basan, avec tout son peuple ; et nous le défîmes au point de n'en pas laisser survivre un seul. " (Deutéronome, 3)

Apologie du vol et du pillage

La jouissance des biens des pauvres victimes de l’extermination est exaltée comme une récompense destinée aux criminels soumis à « l'Éternel », leur « Dieu », ce qui est absolument immoral :

"10 Or, quand l'Éternel, ton Dieu, t'aura installé dans le pays qu'il a juré à tes pères, Abraham, Isaac et Jacob, de te donner, pays aux villes grandes et belles, que tu n'as point bâties ; 11 avec des maisons abondantes en biens, que tu n'y as pas répandus, des citernes toutes faites, que tu n'as pas creusées, des vignes et des oliviers, que tu n'as point plantés ; quand tu jouiras de ces biens et t'en rassasieras, 12 garde-toi d'oublier l'Éternel, " (Deutéronome, 6)

Racisme

Bien entendu, l’ancien testament a en horreur le métissage qui est interdit. Beaucoup de personnages de la Bible sont d’ailleurs punis pour avoir épousé des idolâtres étrangères :

« Point de pacte avec eux, point de merci pour eux ! 3 Ne t'allie avec aucun d'eux : ta fille, ne la donne pas à son fils, et sa fille, n'en fais pas l'épouse du tien ! « (Deutéronome, 7)

Mais alors pourquoi, dieu a-t-il mis des gens en Palestine avant les Hébreux ? Ce n’est pas juste pour construire les infrastructures (voir plus haut) mais également pour empêcher la prolifération des nuisibles :

" 22 L'Éternel, ton Dieu, écartera ces peuples de devant toi, mais peu à peu ; tu ne pourras pas les détruire rapidement, car les bêtes sauvages se multiplieraient autour de toi " (Deutéronome, 7)

Un texte totalitaire

L’ancien testament énumère quantité de règles absurdes destinées à régler toutes les circonstances de la vie d’un habitant des plateaux centraux du pays de Canaan vers 1000-600 avant notre ère. Il rappelle aussi constamment qu’elles n’étaient pas respectées.

Le texte biblique est totalement imbibé par une pensée totalitaire qui se retrouve dans l'ensemble de l’Ancien Testament, au-delà des chapitres cités précédemment. Elle a horrifié les romains et les grecs de l’Antiquité qui lui ont été confronté notamment lors de plusieurs explosions de violence messianique.

Les religions juives, chrétiennes puis islamiques du Moyen Âge ont transmis et fait progresser les notions de Liberté et de respect de la personne humaine qui étaient apparues dans le monde gréco-romain, mais elles nous ont aussi transmis la vision totalitaire des anciens Hébreux à travers le l’Ancien Testament et ses déclinaisons.

Ce livre a aussi inspiré les colonisateurs européens qui ont exterminés de nombreux peuples « idolâtres » au nom de dieu (Tasmaniens, Guanches, Caraïbes, Hereros…). De nos jours, il a encore de nombreux adeptes mais la plupart ont fait l’effort d’en gommer les aspects les plus barbares en leur donnant un sens allégorique. Même ceux qui prétendent vivre en suivant strictement les règles instaurées à l’Âge du bronze, sont amenés à s’en écarter car elles sont incompatibles avec le respect de la personne humaine et la coexistence pacifique avec les modernes. Il faut tout de même s’interroger sur le danger que représente la diffusion massive de ce texte malsain.

Sans entrer dans les détails pour ne fâcher personne, il n’est pas rare que des criminels justifient leurs actes par les prescriptions de « l’Éternel » mais c’est souvent dans des pays plus religieux que le nôtre. Je crains que notre siècle ne soit « spirituel » et que des esprits faibles ne soient tentés de donner un sens à leur vie en prenant au sérieux ce qui est écrit, même chez nous. Il faut, au contraire, une grande complexité de raisonnement pour trouver de la sagesse dans cet édifice de justification de la tyrannie.

De toute évidence, l’Ancien Testament, la Torah et les textes dérivés seraient interdits s’ils étaient écrits à notre époque, car ce sont des écrits de haine. Pourtant, ces textes sont régulièrement présentés comme « la parole de dieu » et des « sources de sagesse » dans des écrits, des « spectacles » et des émissions télévisées. Les interdire serait évidemment une source de troubles civils graves.

Mais la crainte n’est pas la seule raison de les tolérer. La plus part des adeptes ont réussi à y lire autre chose que ce qui y est écrit et les non religieux s’en moquent. Il ne faut donc pas sous-estimer la capacité de nos concitoyens à ignorer les idées dangereuses.

Notre époque s’acharne à faire interdire les écrits stupides ou malsains et même à deviner les véritables pensées qui se cachent derrière des paroles ambiguës pour mieux les dénoncer ou les interdire. Pourtant, nous tolérons des textes qui sont ouvertement des appels au crime, à la haine et à la répression impitoyable des actes contraires à la foi de leurs adeptes.

Nous avons réussi à vivre avec la Torah et l’Ancien Testament grâce à notre capacité critique et notre amour de la Liberté, c’est pourquoi nous devons tolérer sans crainte excessive que bien des bêtises soient dites. Il est à mon avis préférable de discuter que d’interdire, même les paroles choquantes.



126 réactions


  • Buddha Marcel. 3 février 2014 10:16

    pour moi, il est clair que ces pseudo religions barbares sont l’invention des futés qui veulent diriger pour voler le travail collectif.....derriere cela, il y aussi la croyance, croire n’est jamais savoir..A partir de là comme croire ouvre la porte à absolument tout puisque ça n’a pas vocation a être Vrai....toules les croyances passent du state de croyance a celui de vérité absolues.....pour certaines raisons de fonctionnement du peu qu’il nous reste de cerveau, non sujet global pour la planète,sauf exceptions  smiley alors que toute notre démence qui est avant tout souffrance de vivre vient de la , de ce fonctionnement..

    mais tout ceci est très très superficiel..çà a à voir avec notre cerveau, enfin le peu qu’il nous reste, je sais on a l’impression de frôler le genie au dela du soleil . smiley..car la majeure partie de celui ci qui n’est pas pour faire encore pire mais autre chose ne marche plus, je le sais par expérience comme d’autres le savent aussi.....ce qui nous reste est un outil conceptuel vital pour survivre physiquement......point barre..le marteau n’aura jamais le sens caché.....la science est le marteau aussi,mais ne le sait pas....

    Donc porte ouverte sur le mensonge, quand à la vérité la seule qui nous reste est celle du fait de la mort...qui est le seul absolu que nous rencontrerons dans ce qui est une non vie...

    La manipulation grossière de tout ceci marche encore...car bien sur chaque generation reproduit le même jours sans arrêt....interdire n’a aucun intérêt pour la vérité, c’est pour cela que les pouvoir n’interdisent pas les religions mais interdisent dieudonné m bala m bala par exemple...car il sort en une minute plus de vérité de sa bouche que tous les politiques dans une vie entière , ça n’est pas cependant une raison pour se laisser « niquer » continuellement

    comme dit dieudonné : aimons nous les uns les autres, et si c’est pas possible et bien tant pis !!


    • Daniel Paruzzi 4 février 2014 01:07

      Merci de reconnaître vous-même la superficialité de vos propos, qui sentent quand même un peu le cannabis...


    • Jean Keim Jean Keim 4 février 2014 08:52

      ... et savoir n’est que penser le contenu de notre mémoire BM, une croyance comme une certitude ne sont que deux aspects d’une même démarche. Notre plus grand défi n’est pas de penser à mieux penser mais de comprendre le rôle délétère de la pensée et ainsi de la remettre à sa place, place qu’elle n’aurait jamais du quitter, celle d’un outil pratique pour le concret (aller acheter une baguette de pain) mais inadapté pour toute démarche tenant du psychologique (comment vaincre ma timidité face à la mignonne vendeuse de pains). Il est crucial de le voir et plus une personne le verra tôt - je pense aux enfants - et plus tôt cette personne ne sera plus infestée.

      C’est cela un esprit sain(t) avec ou sans « t » comme il te plaira.
      Le buddha après avoir compris l’essentiel, ne voulait pas enseigner ; en fait il avait des choses simples à divulguer mais savait pertinemment que ses paroles seraient transformées en savoir et effectivement c’est cela qui arriva et la fraîche simplicité de son enseignement a été pervertie en une somme dogmatique sans queue ni tête avec des écoles qui s’affrontent et des adeptes qui s’adonnent à des pratiques bizarres comme s’assoir devant un mur et s’évertuer à pacifier le mental, on ne pacifie pas un mental, on l’abrutit.
      Bien fraternellement.

  • bourrico6 3 février 2014 10:58

    Les interdire ?
    Non, mais ils devraient avoir leur place comme les autres, comme de simples livres anciens.

    Ce qu’ils faut interdire, ce sont ceux qui appliquent et croient comme des veaux ce qu’ils lisent, ou croient lire, la dedans.

    Quand je lis les 3 petits cochons, je sais que ce n’est pas vrai, alors qu’eux, quand on leur dit qu’un type à ouvert un passage en « ouvrant » la mer, ils y croient.
    Et je ne parlerai pas de l’égo démesuré qui leur fait avaler que nous somme le centre, et le but de cet Univers immense dans le quel nous baignons... nous, misérables créatures éphémères perdues, sur un bout de cailloux insignifiant, au centre de rien du tout, et bien nous serions le centre de toutes les attentions du grand architecte de tout ceci.

    Une telle naïveté est dangereuse pour le genre Humain.


  • claude-michel claude-michel 3 février 2014 11:01

    Interdire toutes les religions...qui sont malsaines pour les peuples.. !


    • Daniel Paruzzi 3 février 2014 12:41
      Cher Claude-Michel,
      Heureusement pour vous qu’Agoravox n’interdit pas les propos simplistes...

    • claude-michel claude-michel 3 février 2014 14:35

      Par Daniel Paruzzi...Pour vous aux noms de ces sectes...il y a des millions de morts et vous trouvez ça normal.. ?
      Je suis peut être simpliste...mais vous vous vous êtes malade.. !


    • CASS. CASS. 3 février 2014 15:59

      enfin hein après le d.ieu sauvage mordekaï, el shaddaï/javo/yahvé d’un sorcier d’une petite tribu venue squatter dans le sina qui se réclamait de pouvoir accomplir des miracles au travers de sacrifices humains, massacres, génocides,viols, incestes entre autres atrocités, vols, pillages.petite tribu à l’aquelle une autre petite tribu étrangére est venue s’associer en échange de pouvoir faire main basse sur des terres et richesses d’autruis par tous les genres de barbaries vols et pillages, ce sorcier d’une tribu qui en était encore à manger de la viande crue, introduisit la circoncision (ancien testament)l’histoire criminel de baptisés( hébreux ? ) qui n’étaient jamais punis pour tous leurs crimes étant donné que c’est leur d.ieu extraterrestre qui les ordonnait, qui je pense devaient êtres des hyksos qui se sont accoquinés avec une tribu et un sorcier barbare venu des fins fond du desert rebaptisé la zone saoudite par les english qui ont restauré le wahhabisme . Un terme avait été mis à celà par les Perses et le premier monothéisme universel issu de Mithra puis révisé par zoroastre, en fait la Tho ra la vraie a été écrite par un scribe Perse, et non par des dits hébreux, c’est quoi Torah ? (au lieu de Tho ra ou Thora) ça sort d’où ?


    • Henri Diacono 4 février 2014 05:47

      Entièrement d’accord avec vous Claude. A quoi bon tergiverser, mégoter, essayer d’expliquer des textes hermétiques écrits tout au long d’un millier d’années et tous ceux à qui ils ont donné naissance sous le faux prétexte de « conversations au coin du feu » avec l’au delà. Il nous faut brûler une bonne fois pour toutes TOUS les Livres,ceux assortis d’un énorme L ultra majuscule, s’entend. A la poubelle.
      Utopie quand tu nous tient...car l’Homme (il ne mérite pourtant pas le H majuscule) est tellement avec un grand C..suivi d’une voyelle et d’une autre consonne... minuscules.


  • bernard29 bernard29 3 février 2014 11:09

    il faudrait en parler à Valls, mais je crois qu’il est obtus.

    voir ; http://www.youtube.com/watch?v=wiK3jh9GkhE


  • Mimisaa 3 février 2014 11:16

     Ah l’importance du contexte...Tout auteur, journaliste ou personne voulant faire preuve de fiabilité se fit à ce fameux contexte avant de commenter ou citer un ouvrage ! Ces passages de la Bible/Torah sont à resituer. Néanmoins je pense qu’il ne faut pas être théologien pour savoir qu’on reconnaît un arbre à ses fruits : si le texte dit « sacré » prescrit de tuer les homosexuels, ou d’éloigner sa femme en période de menstruation, ici, en France je n’ai vu ni connu aucun chrétien qui s’adonnait à cela. Pourquoi ? La réponse est simple : généralement les chrétiens ont lu ce passage des écritures, mais eux on lu ce qu’il y avait avant et après ... le contexte !!

     Il est dommage de s’attaquer à ces passages en oubliant que c’est à partir de ces mêmes textes qu’ont été fondé Emmaüs, la Croix Rouge ou encore l’ACAT (association chrétienne pour l’abolition de la torture)... Il est dommage aussi de vouloir trouver d’autres coupables pour justifier quelqu’un ! N’est-ce pas cela justement l’objet de cet article ? Il y a des extrémistes partout doit-on pour autant interdire tous les textes sur lesquels ils se basent (et commencer une autre chasse aux sorcières) ? A mon sens, leur extrémisme paraît plus relever d’une peur ou d’une folie plutôt que d’idéaux. PS : Ce fameux « aimons nous les uns les autres » est un leit motiv dans la torah et l’ancien testament !


    • bourrico6 3 février 2014 12:01

      Vous y croyez ou pas ?

      C’est ça qui importe pour savoir quelle valeur et quel crédit vous accordez au contenu de ces saints torchons.
      Il ne peut y avoir de compromis en la matière, vous gobez, ou pas.

      Sinon c’est un dialogue de sourd.
      L’auteur dénonce le coté immonde de ces torchons, et vous le coté positif.
      Et comme les deux ont raisons.... bon courage.


    • fnath fnath 4 février 2014 10:16

      leit motiv ? non vous confondez avec le nouveau testament


  • Morpheus Morpheus 3 février 2014 11:30

    Excellent article, Serge. Je suis d’accord avec votre approche. Il m’apparait complètement anachronique d’accorder à ces textes l’importance et le caractère « divin » que certains fanatiques leur accordent. Et si les communautés religieuses étaient conséquentes, et pour autant que leur volonté soit bel et bien généreuse, humaniste et universelle, elles acteraient cette volonté en rayant elles-mêmes tous ces passages de leur Livre Saint (afin de lui rendre son caractère sacré). Mais ce serait saper les fondements mêmes sur lesquelles leur religion s’est édifiée, à savoir une série de dogmes et de credo qui ne peuvent être remis en cause. Par conséquent, on peut considérer ces mouvements religieux inconséquents comme des sectes nuisibles et dangereuses.

    J’en suis arrivé à voir dans ces textes la véritable nature du dieu de l’ancien testament. Non pas Dieu, mais bien homme s’érigeant lui-même en dieu vivant, à savoir : Pharaon. Un Dieu véritable, créateur de l’Univers, ne peut être ce dieu jaloux, exclusif et tyrannique. Par contre, un Roi érigé en dieu dans une nation théocratique comme l’était l’Égypte de l’antiquité répondrait bien à ce caractère pervers et psychopathique. Mon hypothèse est que l’origine du monothéisme (et de ses différentes déclinaisons) est le pharaon maudit Akhenaton (ex Aménophis IV, fils d’Aménophis III), qui érigea durant son règne de 17 ans un culte monothéiste au dieu solaire Aton. Les juifs sont les descendants des prêtres égyptiens qui se convertirent à ce culte exclusif (les « Yahoud »), et les hébreux sont la « tourbe nombreuse » du peuple (non érudit) de la ville sainte d’Akhet Aton, la cité capitale d’Akhenaton, qui suivirent les Yahoud dans leur exil lorsqu’ils furent chassé de la ville sainte après la mort du pharaon maudit.


    • jmdest62 jmdest62 4 février 2014 08:24

      @ l’auteur

      ".....Pourtant, nous tolérons des textes qui sont ouvertement des appels au crime, à la haine et à la répression impitoyable des actes contraires à la foi de leurs adeptes....."

      Aux armes citoyens......etc
      pourquoi n’avez vous pas parlé de notre hymne national  smiley  ????

      @+


    • fnath fnath 6 février 2014 15:43

      « Nous avons réussi à vivre avec la Torah et l’Ancien Testament »
      puis avec le capitalisme, la religion du dieu « Argent » 
      puis avec
       Georges.W.Bush , born Again baptisé évangéliste en 1985, qui partit en guerre contre « Satan », ainsi appelait-il le terrorisme et le pays Irak, contre « l’axe du mal », et qui parlait également de « croisade » contre l’Irak
      puis avec
       les colons Juifs sionistes de l’extrême droite qui actuellement prient CONTRE la Paix. Parmi eux le ministre ,Uri Ariel, ainsi que plein d’autres . L’actuel gouvernement israélien est composé majoritairement d’éléments juifs sionistes d’extrême droite partisan de la colonisation du « Grand Israël ».
      et simultanément avec
      Manuels VALLS qui nous interdit de faire des signes de croix avec nos quenelles (heureusement qu’on est pas palestinien)

      ALORS nous pouvons tout à fait admettre ce que dit l’auteur de l’article
      « L’ancien testament (écrit par des hébreux) justifie l’extermination des habitants de la Palestine, qui s’appelait alors « pays de Canaan », »

       et nous pouvons constater que cet épisode n’est plus une fiction car nous ne sommes plus en 3200 avant Jésus-Christ, et que le Pape a depuis longtemps renoncé à partir en croisade

       en conclusion je trouve cet article tout à fait hypocrite et anachronique


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 7 février 2014 10:49

      fnath

      Vous avez à préciser ce commentaire, comme l’auteur a à préciser (corriger) la partie de son article qui vous entraîne sur une voie dangereuse, très largement et très gravement empruntée de nos jours.

      Nombreux sont en effet, aujourd’hui, les judéophobes se disant « antisionistes » qui prétendent que l’actuel état d’Israël veut « exterminer » les « Palestiniens », les habitants de ce qui était à l’époque de l’Ancien Testament le pays de Canaan.

      S’il y a, dans la région où se situe cet ancien pays, une volonté d’extermination, elle est plutôt chez ceux qui veulent la destruction de l’actuel état d’Israël, et qui sont en cela motivés par le Coran. Elle est chez eux bien souvent exprimée de manière explicite.

      Ce qui est vrai c’est qu’Israël se défend avec des moyens parfois épouvantables, et dans une pratique expansionniste.

      Mais ce qui est vrai aussi c’est que l’état d’Israël est fondé sur des a priori théologiques et exclusifs qui rendront toujours son existence fragile et provisoire, puisque ces a priori ne peuvent être acceptés par la communauté internationale, laquelle a pour principes (heureux) de ne pas essentialiser les individus et les peuples, et de refuser toute xénophobie, toute construction sociétale sur une prétendue « pureté raciale » vraie ou supposée.

      Ce qui est vrai et inquiétant encore c’est que de nombreux juifs défendent Israël de plus en plus souvent en revenant à sa justification biblique : "Dieu a donné ce pays au peuple par lui distingué, élu, justifié dans son existence même par décision divine..."

      Mais s’il y a à réfléchir sur le rôle joué à l’époque moderne par le très explicite appel attribué à Dieu dans la Bible d’exterminer les Cananéens, c’est dans le rapprochement entre cet appel et le génocide des juifs par les nazis, très réellement entrepris, lui, et très largement réalisé au siècle dernier.

      Et il y a à réfléchir sérieusement sur la mauvaise solution (indéfendable dans la durée) à la vieille et terrible judéophobie, solution imaginée par Théodor Herzl à la fin du 19e siècle, puis solution à la judéophobie hitlérienne beaucoup plus épouvantable encore.

      Il est regrettable que le présent article, selon moi très utile par ailleurs, répète la classique erreur consistant à confondre ici et là, sous le terme de « fiction », une supposée réalisation du génocide des Cananéens par les Hébreux et la très réelle commande de ce génocide très explicitement attribuée à Dieu dans l’Ancien Testament.

      C’est selon moi extrêmement grave car c’est cette vieille croyance en un Dieu génocidaire qu’on refuse toujours de reconnaître et d’appeler par son nom, et que les trois plus grandes religions monothéistes refusent toujours de rejeter de l’esprit de leurs fidèles, ce qui empêche durablement toute pacification des rapports entre les religions d’une part, entre celles-ci et le monde profane d’autre part.

      L’impossible solution au problème « israëlo-palestinien » mal nommé n’étant que l’un des aspects de cette impossible pacification.


  • antyreac 3 février 2014 12:24

    Pour moi c’est surtout le coran qu’il faut interdire au nom duquel on commet toutes sortes de barbaries ce qui n’est pas le cas des autres religions...


    • Hervé Hum Hervé Hum 3 février 2014 13:15

      Relis l’article et si tu ne vois toujours pas d’horreurs, c’est que le Coran ne contient que des choses aimables !


    • RaphN RaphN 3 février 2014 13:21

      @Hervé Hum

      Tant que personne ne se risque à une exégèse globale des textes, on peut tout dire et tout se vaut... J’attends n’importe qui là-dessus !

    • Hervé Hum Hervé Hum 3 février 2014 15:13

      C’est exact RaphN

      c’est d’ailleurs si vrai que d’un religieux à un notre (peu importe la religion), le même texte dit une chose et son contraire.... Suivant le contexte !!!


  • SamAgora95 SamAgora95 3 février 2014 12:33

    Presque toutes les religions monothéistes décrivent un dieu diabolique ! c’est quand même d’une abomination absolue !


    Et dire qu’il y a une majorité de malades qui adhèrent à ces âneries !

    • CASS. CASS. 3 février 2014 16:14

      non pas toute ,pas le premier monothéisme Perse issu de Mithra révisé par Zoroastre d’où la naissance de la philosophie etc. est contre le mal le mensonge etc d’où le choix d’un chiisme perse iranien s’inspire encore, ainsi que tous les anti impérialisme sioniste


  • philoxera philoxera 3 février 2014 12:41

    Il faudrait interdire les cons ! Et comme on est tous le con de quelqu’un...


  • Michèle Sassi 3 février 2014 13:06

    Ce sont des livres anciens révélateur de la « mentalité »de l’époque.
    Nous voyons ces écrits avec notre vision actuelle du monde en oubliant le contexte duquel ils sont issu !
     Il est vrai que la société à évolué et il temps que les religieux prennent en compte ses changements plutôt que de les nier.
    Faut-il interdire ces écrits ? Non ! Il est important de contextualiser ces écrits afin de proposer un débat ouvert et démontrer en quoi certains « préceptes » n’ont plus leur place.
    Interdire c’est ouvrir la voie aux exaltés.
    La loi des hommes doit rester la norme, c’est pourquoi l’éducation doit s’étendre afin d’ouvrir les esprits...


    • bourne 3 février 2014 13:21

      Bref, la contextualisation c’est quand on peut continuer à menacer de mort un homosexuel dans un livre, quand on ne peut plus le traiter de ’pédé’ dans la rue. J’ai bon ?


    • Michèle Sassi 3 février 2014 16:20

      J’ai écrit : Il est important de contextualiser ces écrits afin de proposer un débat ouvert et démontrer en quoi certains « préceptes » n’ont plus leur place.
      Ce n’est pas homophobe au contraire, je dit en substance que ces « principes » sont archaïque et qu’il est temps d’accepter le changement de la société et d’arrêter de se cacher derrière des « écrits ».
      Quand je parle de « la loi des hommes » je parle du mariage pour tous qui enfin ne nie plus l’amour !!!
      Vu les réactions que le vote de cette loi suscite on comprend qu’il est important d’éduquer.
      Dire « pédé » c’est comme pour moi dire « bougnoul » ou « nègre » ça n’a pas sa place mais interdire c’est nier ce genre de mentalité donc la marginaliser et provoquer des extrêmes.
      Dans un monde parfait on s’apprécierai à sa juste valeur mais l’Homme en a décider autrement.
      Peut-on interdire la bêtise ? On est toujours le con de quelqu’un !
      Vive l’amour sous toutes ses formes !


    • trevize trevize 3 février 2014 16:49
      « Interdire c’est ouvrir la voie aux exaltés.
      La loi des hommes doit rester la norme, c’est pourquoi l’éducation doit s’étendre afin d’ouvrir les esprits... »

      Entièrement d’accord avec Michèle. On ne résout pas les problèmes en faisant semblant qu’ils n’existent pas. On ne réussira pas à nous accorder entre nous si on empêche les gens de s’exprimer, quand bien même ce qu’ils ont à dire nous paraît stupide et archaïque. Il ne faut pas confondre le moyen et la fin, j’aimerais un monde où chacun a compris que ces textes doivent être interprétés de manière toute relative, mais ce n’est pas en les brûlant qu’on y arrivera, bien au contraire, car ceux qui ne sont pas convaincus vivront ça comme une agression et radicaliseront encore plus leur pensée.

      Je préfère un homophobe qui a le courage de le dire, et avec qui on peut éventuellement discuter, plutôt qu’un homophobe qui se cache par peur de la répression, tourne en boucle avec ses idées nauséabondes pour en produire de bien pires encore.


    • San-antonio San-antonio 3 février 2014 17:56

      Cet article est tout-à-fait défendable du point de vue historique.
      L’opinion de l’auteur ne peut qu’être que celle exprimée : rejet de l’ancien testament.
      A ceci une raison fort simple : cet ancien testament et ses règles barbares ne peuvent se concevoir aujourd’hui, du moins dans notre « bon » occident auto-proclamé défenseur des droits de l’humanité.
      Justifier le respect de l’ancien testament aujourd’hui est improbable, et même plus, malhonnête. Car, si ancien testament il y a, pourquoi ne pas se pencher sur le nouveau ? Je précise : pourquoi considérer l’ancien testament seul, sans référence au nouveau, au changement que Christ a apporté ?
      J’explique dans un autre post l’importance absolue de l’Ancien testament, non pas dans ses lignes édictant un code guerrier ou civil clairement d’un autre temps, mais comme un précurseur du nouveau testament.
      Cet ancien testament explique pourquoi et comment les Juifs ont été choisis par Dieu comme peuple élu pendant un temps non négligeable. Mais il explique aussi que les autres peuples n’étaient en rien détestés de ce Dieu Hébraïque. Bien au contraire et en voici quelques preuves :
      - à la sortie d’Egypte du peuple d’Israël, une foule immense de prosélyte (donc non-Juifs) s’est mêlée à eux et a bénéficié (selon le livre d’Exode) du sauvetage de la Mer rouge
      - certains livres parmi les plus importants de l’ancien testament relatent l’histoire de non-Juifs (Ruth, Job), non seulement agréés par Dieu, mais cités comme exemple de fidélité et de dévotion au Dieu d’Abraham, tout ceci comme leçon aux Juifs.
      - l’ancien testament explique à Abraham dès le début que le fait que sa descendance soit choisie comme peuple élu impliquait bien plus de responsabilités que d’honneur. Parmi celles-ci, il fallait que les peuples de la terre entière fut bénis par leu entremise. Non pas donc un privilège spécial les mettant sur un piédestal, mais une responsabilité concrète.

      Cela dit, et pour revenir à l’article, le principal n’est pas là : on ne peut comprendre le nouveau testament, l’utilité et le message de Jesus Christ (qu’il faudrait être bien embouché pour qualifier d’obtus ou de totalitaire) qu’en ayant accès à l’ancien testament. Je parle bien sûr de l’ancien testament dans sa globalité et non pas simplement du pentateuque.

      Je vois donc 3 erreurs majeures dans cet article :

      - seuls des textes issus du pentateuque sont cités pour justifier de l’interdiction de l’ancien testament dans son ensemble.
      - ne pas considérer le nouveau testament et son lien avec l’ancien me semble une faute d’analyse
      - interdire... ou comment justifier encore plus le côté sectaire et totalitaire de certains textes par l’utilisation des mêmes principes que ceux que l’on croit dénoncer...
       


    • bourne 3 février 2014 22:23

      non Michèle... on aimera jamais personne pour ses orientations sexuelles. pas besoin de nous vendre le ABCD .


    • bourne 3 février 2014 22:25

      Je n’aime pas mon père ou ma mère car ils sont hétéro.... loin de là !


  • RaphN RaphN 3 février 2014 13:19

    Toujours des idiots incultes qui s’imaginent inventer l’eau chaude... 

    On peut interdire les Hadiths du prophète, la Torah, l’Évangile, le Talmud, le Coran, les écrits de Luther, ceux de Calvin, ceux de Freud, ceux de Nietzsche, ceux de BHL, ceux de Soral, ceux de Mme Michu, ceux de St Augustin ou ceux de Platon sur les mêmes critères

    On peut choisir de tous être des imbéciles. On peut tout faire dire à n’importe quel texte avec vos méthodes. 

    Vous êtes l’EMPIRE DU NON-SENS. 

  • volpa volpa 3 février 2014 14:01

    On nous a pourtant expliqué que la parole de Dieu était d’amour et de pets.

    Qui faut il croire, merde ?.


    • Pere Plexe Pere Plexe 3 février 2014 20:41

      d’où les initiales de la manif pour tous ?
      LMPT
      Pour’un rassemblement de prout prout ma chère autour de Ludovine Dutheil de la Rochère, née Mégret d’Étigny de Sérilly c’est assez bien trouvé


  • non667 3 février 2014 14:10

    merci laurent
    quinte curce -2000 ans disait déjà : la religion est le meilleur moyen (outil ) pour diriger les hommes ! force est de constater que cela est toujours vrai aujourd’hui !
     attention ci dessous un com qui va s’autodétruire (par av ! ) dans les 5 mn . faîtes une copie

    il est inouï qu’en 2014 90% des goys ne connaissent pas ce qu’est réellement le judaïsme !

    pourtant il est contenu tout entier dans une seule page de la bible  ! que je résume :résumé :leur dieu raciste à choisi la descendance d’abraham (par isaac —> exclusion du flis 1/2 arabe Ismaël d’ou coran ) pour être les rois du monde = guerre souterraine au goy = c... (censuré )... des peuples /sociétés le reste n’étant que des détails « historiques » même les 10 commandements de moïse ne sont rien a coté du 1° fondamental qui est « se marier entre juifs »

    je développe 

    le fondement du judaïsme démarre au CHAPITRE XVII de la genèse  qui établi une relation EXCLUSIVE  entre dieu et LA DESCENDANCE  d’ABRAHAM (l’épisode d’ismaël est révélateur à ce sujet exclus car fils d’abraham mais avec une égyptienne ! )
    c’est donc une religion singulière (unique au monde ) :ethnique (raciale au sens le plus étroit du terme !) mais aussi une « race » droit du sang (par la mère pour être plus sûr ) mais aussi une politique communautaire .
    que les chrétiens et les musulmans,prône l’universalisme , contestent l’exclusivité (élection :peuple élu par dieu !) ne change rien au fait que pour les juifs ce soit ça ! s’ils là nient ils s’excluent de facto de l’alliance fondamentale ORIGINELLE ET ÉTERNELLE .

    dieu leur à promit d’en faire un peuple supérieur ,un peuple de rois !

    +aide toi et le ciel t’aidera : d’ou le complot quadri millénaire fomenté pour dominer le monde ! et qui est pas loin d’être achevé par la victoire mais aussi par leur démasquage et la vindicte !

    -pour ce faire il ne faut pas rester entre juifs car forcément il y aurait des juifs rois et des frères esclaves d’où la DIASPORA (dictée par dieu : 400ans d’exil ! )

     bien que le judaïsme soit une déclaration de guerre au reste du monde (goïm )il ne s’agit pas non plus pour eux de conquérir les autres peuples par la force à 1 contre 1000 on ne peut s’imposer durablement ! (des siècles ) mais par la ruse (complot )

     la solution est donc de s’introduire dans les autres peuples ,d’y vivre caché comme des COUCOUS , comme des D.S.K. qui tout les matins se demande ce qu’il peut faire pour israël !, leurs intérêts communautaires passant avant .celui des pays d’accueil même si celui -ci doit en mourir , ils sont toujours prêt à le quitter (or ,diamant.... ,relais ,tableau ,tout est prêt (lhabitude des pogroms )) !

    -le sionisme : nécessité pour les juifs d’avoir une terre
     1° - base de repli en cas de « Shoah » et en cas de poursuites judiciaires,fiscale ..etc..
     2°- siège de l’état -major de la politique mondiale juive .  (bibi )
     - rappel religieux de la solidarité ( alya ) communautaire qui aurait tendance à s’estomper/se dissoudre avec la paix et la tolérance dans le monde , d’ou rappel appuyé a la Shoah , au rn +lhlpsdnh (un petit coup ,un petit coup de Carpentras , un petit coup de faux attentats (de 9-11 ), déformation de propos pour les rendre " antisémites« »négationnistes «  »exterminationnisme " ( almaïnejad ) ....etc ..

     3°lieu sécurisé  de rassemblement ,de synthèse ,d’exploitation de toutes les informations scientifiques (nucléaires ) ,techniques ,économiques, politiques ...etc... transmises par les espions D.S.K. infiltrés dans tout les points stratégiques du monde entiers .(monika lewinski ! )

    diaspora ou sionisme ? le problème est réglé : les 2 mon colonel !

    la diaspora assure le financement et la sécurité d ’israël (en 1967 la guerre des 6 jours n’aurait pu être gagné sans la complicité /aide (militaro-financière des usa )

    le sionisme assure la perpétuation du judaïsme !

    mais voilà tant va la cruche à l’eau qu’a la fin elle se casse , et à force de trop en faire (palestine ) et avec la crise , le complot QUADRI- MILLÉNAIRE INTRINSÈQUE au judaïsme risque d’être découvert , surtout qu’avec internet la chape de plomb installée par les merdias à leur ordres va se fissurer . et la riposte revenir . !

    il serait temps pour eux de s’intégrer dans l’universalisme en acceptant les mariages mixtes (= renier leur religion , le 1 °  commandement !)

    j’ai entendu par av et you tube un rabin dire que les mariages mixtes étaient pire que la Shoah.........

     !


  • soi même 3 février 2014 14:48
    Faut-il interdire l’Ancien Testament et la Torah ?

    La même question, Faut-il interdire Mein Kampf ?

    Non, il faut juste veiller qui le lit et pourquoi ? 

    Car les livres sulfureux malheureusement ne s’arrête pas là, Les Chants de Maldoror, où Les Fleurs du Mal où les Romands de Sade, sont un bon exemple, sous prétexte de Poésie où de Roman, de faire passé l’infâme pour de la beauté, les vices pour des vertus !


    • Onecinikiou 3 février 2014 15:30
      « Faut-il interdire l’Ancien Testament et la Torah ?

      La même question, Faut-il interdire Mein Kampf ? »


      Vous aussi vous êtes comme Dieudonné, vous êtes neutre !

    • soi même 3 février 2014 15:55

      Je suis pas neutre, loin de là, ces écrits sont là, les interdire c’est leurs faire une pub malsaine.
      Car ce que tu rejettes par la porte reviens inévitablement par la fenêtre !

      Ce là, doit devenir un enseignement non pour le pire, mais bien un enseignement à faire autrement . Et pour cela , il est nécessaire de comaitre le Mal !

       


    • Onecinikiou 3 février 2014 16:48

      Vous n’êtes donc pas neutre, votre comparaison n’en est pas moins fallacieuse : personne ne se revendique explicitement en France ou en Europe de l’idéologie nazie, personne n’oserait en faire la promotion, il n’y a pas d’école ou de lieu d’enseignement où on y apprendrait sa doctrine, il n’y a pas de représentants légals et officiels qui ne s’en revendiquent et qui convoquent, en claquant des talons qui plus est, les instances du pouvoir politique pour les soumettre à ses désidératas.

      Toute chose par ailleurs de clairement établi dans le cas du judaïsme en France, religion de loin la plus protégée en France et sanctuarisée de tout l’édifice « laïc » et « républicain ».

    • soi même 3 février 2014 17:03

      @ Onecinikiou, c’est votre point de vue, il est évident que le nazis n’est plus une doctrine officiel et à regarder de plus près, elle est bien vivante, et même elle a singulièrement muté dans des justifications sociales qui à l’heure aujourd’hui ne serait plus tabou, PMA MPA qui à mon avis m’est que le prolongement du nazis dans la biologie !


    • soi même 3 février 2014 17:07

      PS ( Non, il faut juste veiller qui le lit et pourquoi ? ) pour vous cette remarque veux dire quoi ?
      Que j’ai une pensé fallacieuse !
      Et bien c’est bien vous qui l’avais, car vous supposez une chose que je ne pense pas !


    • Onecinikiou 3 février 2014 17:47

      Non je n’ai pas dit que votre pensée était fallacieuse, mais que votre comparaison l’était. 

      Si le nazisme et le judaïsme sont critiquables pour des raisons plus semblables qu’on ne le croit ou qu’on veut bien le croire (notion d’espace vital, racialisme incontestable, idée que l’on appartient à la communauté des élus ou à la race des seigneurs, volonté de domination hégémonique, entre autre), le nazisme a disparu, défait en 1945.

      Ce qui n’est nullement le cas du judaïsme diasporique et du sionisme, qui en est le pendant nationaliste et colonisateur, qui ont pignon sur rue et un pouvoir autrement exorbitant sur la politique des Etats notemment occidentaux. 

      Donc on ne peut objectivement les rejeter dos à dos, en réalité.

      Voltaire a dit : celui qui a le pouvoir est celui qu’il est interdit de critiquer. 

      Piétiner le cadavre mort de hitlérisme est chose aisée, ce que la courageuse bien-pensance ne manque d’ailleurs pas de faire à longueur de contribution. 

      Beaucoup plus dur en revanche de s’attaquer à la volonté de puissance et de domination du Lobby judéo-sioniste mondial. Les évènements récents sont là pour le rappeler. Dans un cas comme dans l’autre.


    • soi même 3 février 2014 18:08

      @ Onecinikiou, t’as sentie le doux fumet de chiotte dans ton commentaire ?


    • Onecinikiou 3 février 2014 19:40

      Au niveau argument et démonstration cela donne quoi ?


    • bourne 3 février 2014 22:43

      cela donne qu’il se retranche derrière son cul .


  • Pierre Régnier Pierre Régnier 3 février 2014 14:55

    @ l’auteur Serge Laurent

    Tout votre article laisse penser qu’il faut interdire, puis sa dernière ligne dit non, il vaut mieux discuter. 

    Le problème ne se pose pas comme ça et, dans un pays comme la France, ce qu’il faut exiger c’est

    1/ que les religions rejettent très explicitement leur croyance et leur enseignement selon lesquels "c’est bien Dieu qui commande les pires massacres dont le commandement lui est attribué dans l’Ancien Testament" (entre autres)

    2/ que la laïcité telle qu’elle est jusqu’à présent définie soit appliquée (plutôt que méprisée et violée comme l’ont voulu et le veulent les gouvernements de Nicolas Sarkozy et de François Hollande).

    3/ que la loi de 1905 soit améliorée (et non détruite comme le voulait Nicolas Sarkozy) en lui faisant préciser que ne peuvent bénéficier de la liberté de culte que les religions qui auront très officiellement rejeté préalablement la conception criminogène de Dieu que, jusqu’à ce jour, elles enseignent à leurs fidèles.


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 3 février 2014 15:00

      Rappel :

      NEUF PROPOSITIONS POUR SORTIR DE LA VIOLENCE RELIGIEUSE

       

      1/ La violence religieuse effective est toujours à la fois épouvantable et banale puisque les religions continuent d’enseigner que Dieu la commande ou l’a commandée

       

      2/ Ce sont les institutions religieuses qui continuent de croire fondamental de maintenir intégralement sacrés leurs textes contenant les bases de la violence religieuse

       

      3/ La nécessaire désacralisation de la violence religieuse suppose une radicale révision, par les institutions religieuses, de leur propre interprétation de leurs propres textes sacrés

       

      4/ Le maintien de la conception criminogène de Dieu, jadis sacralisée, et celui de la théologie criminogène qui la dogmatise ne sont nullement fatals

       

      5/ La paix et la protection des Droits de la personne humaine sont impossibles sans le rejet de la théologie criminogène

       

      6/ Les sociétés défendant les Droits humains doivent exiger des institutions religieuses qu’elles rejettent officiellement et sans ambiguïté la théologie criminogène

       

      7/ Le combat pour la désacralisation de la conception criminogène de Dieu n’est pas un combat contre le tout des religions

       

      8/ Le choc des conceptions (pacifiste et criminogène) au sein des religions est le plus sûr moyen d’éviter le choc des civilisations

       

      9/ C’est en exigeant d’abord la désacralisation de la violence dans leur propre religion que les croyants pourront entraîner les pacifistes des autres religions dans la même exigence.

       

      décembre 2006, Pierre Régnier,

      ancien militant de la JOC

      (si j’apporte cette précision c’est parce que c’est toujours au nom des valeurs apprises à la Jeunesse Ouvrière Chrétienne, celles du merveilleux Jésus contenues dans les Evangiles, jamais par moi rejetées, que je milite aujourd’hui contre la théologie criminogène)


    • Hermes Hermes 3 février 2014 15:50

      Et la religion du dieu « Argent » ?


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 3 février 2014 18:31

      Hermes

      La religion de ce dieu là est peut-être bien la plus florissante aujourd’hui.

      Même si ses fidèles sont de moins en moins nombreux, ils viennent de plus en plus souvent maintenant d’un lieu qu’on appelait la gauche et qui, disait-on, méprisait les religions en général.

      En ce début d’année 2014 le Président de la République française vous le confirmera aussi bien que celui du MEDEF.

      C’est peut-être parce que le dieu en question sait rejeter de ses temples les trop tièdes adorateurs pour récompenser toujours plus ceux qui lui sont les plus soumis.


  • Loatse Loatse 3 février 2014 15:15

    Interdire, non... mais par contre, je verrai bien mentionné hors texte (collé au dos de la première de couv) l’avertissement suivant en gros caractère et en divers langues :

    Les passages contenus dans cet ouvrage appelant à la violence, au meurtre, à la haine raciale et à la stigmatisation d’autrui sont à replacer dans leur contexte historique et à ce titre, ne doivent pas être enseignées autrement que sous cet angle sous peine de poursuites judiciaires pouvant entrainer des peines de prison, l’interdiction d’enseigner ou l’expulsion hors territoire des récidivistes..


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 3 février 2014 18:16

      à propos Loatse

      Savez-vous où en est le procès que Salvatore Pertutti avait engagé contre des éditeurs pour obtenir à peu près ce que vous demandez ici ?


  • non667 3 février 2014 15:37

    à loatse
    cet avertissement existe pour mein kampf .
    il y a en préambule des pages vertes de mise en garde !
    cette mise en garde fait état de la volonté de hitler de neutraliser 16000 juifs ce qui fait apparaître que la Shoah n’était pas au programme en 1933 !
     et qu’elle n’est apparue qu’après la menace de hitler des pires sévices sur les juifs si ceux -ci réussissaient a faire rentrer l’amérique dans la guerre !
    ce qui fait poser la question (après la v.o. 9-11 ) : qui à coulé les navires marchands américains qui ont fait rentrer les usa dans la guerre ?


    • Loatse Loatse 3 février 2014 16:01

      non 667

      Un gamin de 16 ans de mon village possédait « Mein kampf », un jour celui ci tua ses parents, ses frères et soeurs puis parcourut des kilomètres à pied pour aller tuer à cuers (var) avec sa carabine des passants...

      Que peut donner la lecture d’un ouvrage à ce point haineux dans la tête d’un ado - mise en garde ou pas...

      ce bouquin devrait être brûlé ou tout au moins qu’un seul exemplaire soit gardé sous clef si l’on tient vraiment à ce qu’il reste une trace de la folie d’un homme que je crois contagieuse..


    • non667 3 février 2014 17:10

      à loatse
      Que peut donner la lecture d’un ouvrage à ce point haineux dans la tête d’un ado

       déduction un peu rapide qui ressemble à de la propagande !
       nulle part dans mein kampf il n’est fait appel a la haine de la famille et a des quidam !
      il fait l’apologie de l’allemagne et des allemands ,la haine du communisme , et du lobby juif qu’il voyait à la tête / aux postes clés de l’Allemagne .


    • CASS. CASS. 3 février 2014 18:15

      bon enfin ce sont les rothschildiens roth/rouge usuriers(issus des khazars, du caucase..... Turks PharisaÏsés prosélytes par un certain flavius, à partir du 8éme siécle ,descendants de ceux qui pratiquaient une religion dite du Phallus auparavant et qui belliqueux voleurspilleurs ont envahis avec leurs hordes de barbares dont les huns et cie. qui ont mis en place le nazisme après avoir mis en place urss avec marx né en allemagne et staline, lénine... de même origine que les rothschildiens le freud malade mental et cie, et organisé son financement avec leurs semblables windsordiens usuriers et cie(pilleurs voleurs des iles celtes,gauloises massacreurs des druides) etc etc. Bien évidemment que les protocoles des sages de sion, protocoles entre des (jésuites pourris) et les rothchildiens ne sont pas un faux.


  • Loatse Loatse 3 février 2014 15:48

    Sur le plan théologique en se basant sur les 10 commandements dont l’un est : « tu ne tueras point » (il n’y a pas de « sauf si »...) , on ne peut remettre en cause l’amour que Dieu porte à ses créatures, malcomprenantes quand ça les arrangent... (guerres de conquêtes, réglements de comptes familiaux etc..)


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 3 février 2014 18:55

      Loatse

      Vous dites que « il n’y a pas de sauf si »

      Il y a tout de même cette précision qu’on oublie généralement de rappeler :

      Moi l’Eternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la quatrième génération de ceux qui me haïssent.

      L’oubli me semble tout à fait significatif de ce qu’il y a de pire, dès ce moment là, dans les religions : les enfants, les descendants, sont les victimes de l’obscurantisme entêté des dogmatiques qui opposent la « parole de Dieu » incluant sa prétendue volonté criminelle, à l’amour véritable, à l’intelligence et à l’honnêteté, lesquels devraient conduire à remettre en question, parallèlement aux progrès humains de la société profane, ce que les chercheurs de Dieu ont cru devoir lui attribuer comme valeurs et projets.


  • Daniel Paruzzi 3 février 2014 16:05
    Cher Serge,

    Vos citations sont irréfutables, je ne les attaquerai donc pas. Une petite erreur cependant dans votre titre : « L’Ancien Testament ET la Torah » : La Torah est la première partie de l’Ancien Testament, appelée aussi Pentateuque parce qu’il regroupe les 5 premiers livres de la Bible : Il vous suffisait donc de dire « L’Ancien Testament ».

    Pour le reste, vous avez raison de souligner la cruauté de la Loi de Moïse quand elle s’applique dans toute sa rigueur. Cette rigueur vient de l’injonction divine de conserver la pureté religieuse du peuple d’Israël :

    « Celui qui mérite la mort sera exécuté sur la déposition de deux ou de trois témoins ; il ne sera pas mis à mort sur la déposition d’un seul témoin.
    La main des témoins se lèvera la première sur lui pour le faire mourir, et la main de tout le peuple ensuite. Tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi. » (Deutéronome, 17:6-7)

    Cette injonction « Tu ôteras le mal du milieu de toi » est répétée à plusieurs reprises dans le Pentateuque. Il faut dire que le peuple d’Israël, à cette époque, est tout petit (peut-être 300000 hommes), et que par conséquent, son existence comme peuple de Dieu est compromise par un si petit nombre, tant par les menaces extérieures, la guerre pouvant s’abattre sur lui et l’anéantir, que par les menaces internes, consistant à abandonner sa religion exigeante et ainsi à perdre sa foi : La sévérité qui vous choque tant est conditionnée par le temps auquel elle s’applique.

    Il est plus choquant, en fait, de retrouver la même sévérité implacable dans le Coran, qui arrive pourtant environ 2000 ans après Moïse, et surtout 600 ans après Jésus, au milieu d’un peuple Arabe nombreux et vigoureux, si nombreux et si vigoureux qu’il constitue, à vrai dire, la plus grande force militaire du monde à l’époque de Mahomet.

    Or, Mahomet veut faire table rase de l’amendement magistral apporté par Jésus à la Loi : L’importance du pardon que permet la compassion de l’amour fraternel : Jésus pardonne à une prostituée, à un usurier, à une femme adultère, à un débauché, et relativise la sacralité du Sabbat : « le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat »(Marc, 2:27)...

    Jésus met aussi fin au racisme, qui n’était pas le propre des Hébreux de Moïse, mais constituait le lot commun de toutes les civilisations de l’antiquité : Dans toute cosmogonie antique, en effet, on trouve à peu près en substance : « Les dieux ont parlé à notre race et l’ont choisie pour dominer la terre. Les races étrangères n’ont pas reçu cette parole divine : elles sont donc déchues de toute dignité humaine, et nous pouvons les considérer comme du bétail ».

    Jésus réfute cette vision macabre dans l’Apocalypse, en donnant au prophète Jean la vision des Elus :

    « (...)et tu as racheté pour Dieu, par ton sang, des hommes de toute race, langue, peuple et nation »(Ap.5:9). 

    « Après quoi, voici qu’apparut à mes yeux une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, de toute nation, race, peuple et langue(...) » (Ap.7:9)

     « Puis je vis un autre ange qui volait au zénith, ayant une bonne nouvelle éternelle à annoncer à ceux qui demeurent sur la terre, à toute nation, race, langue et peuple »(Ap.14:6)

    Notez bien cependant que Jésus n’affirme pas que le péché n’a pas de gravité, contrairement à ce que tente de faire croire l’hérésie moderniste (« on ira tous au paradis », chantait Michel Polnareff), ce qui serait mal le comprendre, mais il affirme que le péché peut être effacé, de celui qui, dans une douloureuse contrition, se repent de l’avoir commis.

    Le Coran, lui, prétend continuer l’oeuvre divine à la suite de Jésus, tout en s’efforçant d’en annuler le message de paix pour revenir au sectarisme de l’Ancien Testament : Il prône à nouveau la purification par le meurtre, alors que Jésus invitait à purifier les pécheurs en leur dispensant la parole divine et en les invitant au repentir.

    D’autre part, en affirmant que les évangiles canoniques sont falsifiés, Mahomet empêche ses adeptes de puiser la paix fraternelle dans la parole de Jésus, et par cette accusation diffamatoire contre le christianisme, fait de celui-ci une cible désignée à la vindicte de ceux qui veulent suivre le « prophète », en relançant ce que vous appelez « l’apologie du vol et du pillage », qui fait que pour l’Islam, le butin et l’extermination des « infidèles » constituent un titre de gloire religieuse plutôt que le fruit d’un honteux méfait : Si vous lisez le Coran, vous constaterez qu’il s’agit d’un bréviaire de la haine d’Allah contre ceux qui refusent de se soumettre à son « prophète » : Le Coran peut donc être considéré comme l’antithèse systématique de l’Evangile. C’est d’ailleurs ainsi que l’Eglise l’a invariablement considéré jusqu’à Vatican II, où les considérations diplomatiques ont pris le pas sur la rigueur théologique.

    Donc, si vous voulez interdire l’Ancien Testament (du moins, le Pentateuque, car vous pourriez certainement être charmé par la beauté spirituelle des livres sapientiaux, poétiques ou prophétiques qui se trouvent au milieu de la Bible), il faudra vous en prendre au Coran avec encore plus de sévérité, car il est d’autant moins pardonnable qu’il est venu après le ministère de Jésus. Mais vous comprenez bien que cela ne sera pas très facile...


    • soi même 3 février 2014 16:55

       ( la cruauté de la Loi de Moïse ) était une avancer indéniable à son époque, ce qui est anachronique , c’est de pensé qu’elle doit rester tel quel.

      Vous oubliez, qu’il y aussi une autre série de lois noahides que certains voudrait imposer à tous !

      http://durandal-info.over-blog.com/article-religion-noachide-parlement-des-religions-110074202.html

      Qui est un anachronisme, ce qui était valable à une époque donner, ne peut êtres que malsain à notre époque !


    • non667 3 février 2014 19:02

      à daniel
      pour juger du coran il est nécessaire de rappeler son origine :
      mahomet berger illettré mais mystique vivait près d’une communauté juive au point de vouloir s’intégrer religieusement à eux . au nom du rejet d’ismaël (- 2600 ans ) de l’alliance par dieu imself , (ch XVII genèse ) ceux -ci le rejetèrent .
      mahomet PAR DÉPIT créa l’ islam et le coran en s’inspirant très largement du judaïsme bien plus que du christianisme qu’il connaissait moins .

      d’ou l’antagonisme irréductible entre les juifs et les arabes !

      (de la part des juifs )car il refusent les conversions (droit du sang ) alors que l’islam les exige !


    • avuser 4 février 2014 00:53

      Cher Daniel,
      La religion dont vous parlez n’est manifestement pas le christianisme, mais du paulinisme, une hellénisation du message de Jésus par Paul qui selon ses dires était « juif avec les Juifs et grec avec les Grecs ». Jésus suivait scrupuleusement la Thora alors que, contrairement a l’avis des disciples directs de Jésus, Paul niait la nécessité de sa mise en pratique pour les non-juifs se convertissant au christianisme. Pourtant, Jésus a bien parlé de l’immuabilité de la Loi tout en dénonçant la mauvaise compréhension de certains Juifs. Le Coran la dénonce également et les appelle à ne pas déformer les textes.
      Si par exemple Jésus pardonne à la femme adultère, c’est que les conditions de sa condamnation ne sont pas réunies, d’autant plus que ceux qui la lui ont amenée ne semblent pas être des saints (« Que celui qui n’a jamais péché lui lance la première pierre »). De même, l’Islam recommande de couvrir ce type de péché et de ne pas se lancer à sa recherche. C’est pourquoi il exige pour toute accusation de ce genre quatre témoins véridiques et pieux qui ont vu l’acte se commettre « comme une plume dans l’encrier » selon une des métaphores utilisées. Comme aucun homme pieux n’acceptera d’assister à une telle scène, puisque c’est interdit par pudeur et qu’il est interdit d’espionner autrui et d’en rechercher les fautes, on en arrive à la même conclusion que Jésus : le châtiment n’est pas applicable et le repentir sincère adressé à Dieu permet d’obtenir Son pardon.
      Je me permets aussi de vous rappeler que dans la Genèse, la descendance d’Ismaël est bénie à plusieurs reprises et qu’il est dit d’elle qu’elle deviendra une grande communauté, ce qui s’est réalisé par la communauté islamique. Il conviendrait donc de faire preuve d’une certaine prudence avant de vous lancer dans des affirmations péremptoires selon lesquelles le Coran annulerait le message de paix de Jésus. Jésus aurait dit (j’utilise le conditionnel car je n’oublie pas que les partisans du paulinisme ont construit leur religion sur un évangile en grec et non écrit dans la langue de Jésus, l’araméen) : « Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive. » Autrement dit, son message suscitera de l’hostilité à laquelle il faudra faire face par éventuellement la violence comme lui-même l’aurait utilisé pour chasser les marchands du temple. De même, l’Islam préconise la paix comme situation habituelle, mais n’exclut pas de se défendre par les armes si la nécessité s’en fait sentir face à un ennemi violent.
      Comme vous le voyez, je l’espère, de tels sujets méritent un dialogue constructif et respectueux entre les religions pour le bien et la paix de l’humanité.


    • Daniel Paruzzi 4 février 2014 11:28
      Cher Avuser,

      Bien que je doive tout d’abord saluer en vous un musulman cultivé qui raisonne et se documente, et sait respecter son interlocuteur même s’il n’est pas d’accord avec lui, ce qui n’est pas très fréquent sur les forums du web, il me faut tout de même m’inscrire en faux contre votre première affirmation :

      Vous voulez vous placer en exégète pointu du christianisme en tentant immédiatement de désarçonner votre adversaire sur une accusation à peine voilée d’hérésie, en laissant entendre que la doctrine paulinienne ne serait pas chrétienne : 

      Malheureusement, cette objection n’est pas recevable, car d’une part, les apôtres Pierre et Paul ont accordé la doctrine en parfaite harmonie lors du concile de Jérusalem en l’an 48 : Pierre, que tous reconnaissaient comme le chef de l’Eglise, confirmait ainsi que l’intuition de Paul, résumée dans la formule « vous n’êtes plus sous la loi, mais sous la grâce » (Romains, 6:14) était conforme à la doctrine de Jésus qui accomplissait l’acte universel d’abolir le racisme qui, comme je l’ai dit plus haut, avait été le lot de toutes les religions antiques.

      La doctrine de Paul n’est donc pas une hérésie solitaire, mais elle est avalisée par le concile de Jérusalem, et devient la doctrine de toute l’Eglise. Pierre a eu d’autant plus de facilité à l’admettre que lui-même avait fait l’expérience de cette remise en cause révolutionnaire de la mise à part des Juifs, dans un songe que Dieu lui avait envoyé : 

      « J’étais dans la ville de Joppé, et, pendant que je priais, je tombai en extase et j’eus une vision : un objet, semblable à une grande nappe attachée par les quatre coins, descendait du ciel et vint jusqu’à moi.
      Les regards fixés sur cette nappe, j’examinai, et je vis les quadrupèdes de la terre, les bêtes sauvages, les reptiles, et les oiseaux du ciel. Et j’entendis une voix qui me disait : Lève-toi, Pierre, tue et mange. Mais je dis : Non, Seigneur, car jamais rien de souillé ni d’impur n’est entré dans ma bouche. Et pour la seconde fois la voix se fit entendre du ciel : Ce que Dieu a déclaré pur, ne le regarde pas comme souillé. » (Actes, 11:5-9)

      Ce qui amène Pierre à conclure :

      « Vous savez, leur dit-il, qu’il est défendu à un Juif de se lier avec un étranger ou d’entrer chez lui ; mais Dieu m’a appris à ne regarder aucun homme comme souillé et impur. »(Actes, 10:28)

      Ainsi, quand Paul se dit « juif avec les Juifs et grec avec les Grecs », c’est précisément en raison de l’universalité de la religion nouvelle, qui a fait disparaître les cloisons entre les peuples : Le salut, bien que venu par les Juifs, est pour tous, Edom et Ismaël ne seront plus jamais maudits, contrairement à ce que peut laisser penser le rejet d’Ismaël par Abraham sur demande de Sara, car Jésus réalise la prophétie donnée par Dieu à Abraham : 

      « Abraham deviendra certainement une nation grande et puissante, et en lui seront bénies toutes les nations de la terre. » (Génèse, 18:18)

      La doctrine de Paul est donc la concrétisation de la promesse faite à Abraham, et ne constitue en rien une branche égarée du christianisme, mais se trouve au contraire au coeur de la foi chrétienne, car nous pouvons être assurés qu’elle est inspirée par Jésus lui-même, c’est pourquoi Pierre a pleinement adoubé Paul comme apôtre des Gentils.



  • REFLEX 3 février 2014 16:21

    @ l’ auteur
    Vous citez beaucoup de références , notamment des auteurs ayant vécu avant notre ère, et vous avez raison de souligner la violence de certains écrits. Mais il faut effectivement ramener cela aux différentes époques et le rapprocher de la civilisation en cause, sans vouloir extrapoler.
    Vous n’ignorez pas que les textes de l’Ancien Testament sont pour partie, copie plus ou moins conforme , voire « adaptée », aux textes plus anciens, tels que ceux des Sumériens et autres civilisations d’il y a quatre ou cinq mille ans.
    Voudriez-vous bannir et interdire la lecture des codes anciens, rédigés en lettres cunéiformes de Sumer ou autres ( je pense aux codes d’UR-NAMMU, repris par Hammurabi plus tard, qui prévoyaient des sanctions ultimes et violentes à ceux qui ne suivaient pas le chemin prévu par la loi, loi nécessaire bien entendu dans toute société organisée.
    Vous parlez de César, vous savez bien que l’intéressé s’est toujours appliqué à se mettre en valeur dans la Guerre des Gaules, comme tous ceux qui gouvernent ( comme aujourd’hui... !)
    En résumé, cela a déjà été dit par des intervenants précédents, laissons les textes ouverts à tous, car ils éclairent une face de chaque civilisation, même si ceux de l’Ancien Testament vous révulsent par la violence du propos.
    A nous de faire la part des choses et à ne pas devenir des obscurantistes intégristes.
    Nous sommes de adultes ...


  • Radix Radix 3 février 2014 16:25

    Bonjour

    Interdire la Bible ! Mais vous êtes fou ! C’est la meilleure arme que l’on possède contre les religions du livre, puisqu’elles s’y réfèrent toutes !
    Je me souviens avoir cloué le bec à un « frère qratre-bras » qui nous gonflait avec « l’amour et la justice de dieu » avec une lecture de Sodome et Gomorrhe tirée de la Bible.

    Radix


  • Crab2 3 février 2014 16:36

    Les monothéismes sacralisent les ’’ valeurs ’’ des patriarcats : sexisme, athéophobie,homophobie et xénophobie

    En Espagne ou en France, ce qui reste du patriarcat, de ce monde phallocrate, macho que toutes les religions monothéistes sacralisent donne toujours autant...


    Suites :

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/02/abaissement-du-statut-de-la-femme.html


    ou sur :

    http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2014/02/02/abaissement-du-statut-de-la-femme%C2%A0-5287941.html




  • Antenor Antenor 3 février 2014 17:17

    Point de vue carnage, les textes des Grecs n’ont rien à envier à ceux des Hébreux. Troie a été dévastée comme Jéricho.


    • Daniel Paruzzi 3 février 2014 17:41

      @Antenor,

      Merci, car vous confirmez ce que j’ai écrit plus haut :
      « 
      Jésus met aussi fin au racisme, qui n’était pas le propre des Hébreux de Moïse, mais constituait le lot commun de toutes les civilisations de l’antiquité : Dans toute cosmogonie antique, en effet, on trouve à peu près en substance : « Les dieux ont parlé à notre race et l’ont choisie pour dominer la terre. Les races étrangères n’ont pas reçu cette parole divine : elles sont donc déchues de toute dignité humaine, et nous pouvons les considérer comme du bétail ».
       »

    • REFLEX 3 février 2014 18:21

      Comme vous avez raison !
      des exemples , il yen a des tas .
      a Béziers, où il fallait éradiquer les hérétiques cathares, au 13 ème siècle, la population entière avait éré massacrée, au nom de leur dieu et de la papauté, et le légat du pape aurait proclamé « tuez les tous, Dieu reconnaîtra les siens ».
      Toujours au nom de la religion, mais surtout dans l’intérêt des religieux ( et de leur pouvoir que les Eglises ne veulent pas partager) 



    • Daniel Paruzzi 3 février 2014 18:28

      Vous faites bien de dire que le légat du pape aurait proclamé, car cette parole « historique » est apocryphe, jusqu’à preuve du contraire, tout comme les paroles prêtées à Marie-Antoinette pour attiser contre elle la haine du peuple, lorsqu’elle aurait dit : « Ils n’ont plus de pain ? Qu’ils mangent de la brioche ».



    • CASS. CASS. 3 février 2014 18:51

      Mouai alors qu’il n’y avait pas de muraille de Jéricho à l’époque ou ce Jéricho aurait été dévasté.Bref ce ne fut vraiment pas propre quand une poignée de gros bourges cathos protestants et cie et rothschildiens , sont allés piocher dans l’ancien testament qui n’est que récits de génocides de massacres de viols d’incestes entre autres atrocités de vols de pillages de sacrifices humains(au travers desquels leur sorcier était sensé faire des miracles) menés par deux tribus associées dont l’une arrivée dans le coin en étrangers (déjà)baptisés hébreux ? au nom du d.ieu sauvage d’un sorcier , un extra terrestre du nom de mordekaï el chaddaï/javo/ yahve, ce qui fait penser aussi aux hyksos et leur d.ieu adopté Seth et qui sesont fait virer d’egypte. Bref les perses avaient mis fin à celà et à toutes ces saloperies. Alors pourquoi avoir été chercher celà pour fabriquer cet immonde impérialisme sioniste sans frontiére baptisé israel. c’est ignoble !!!! c’est diabolique !!!


    • Antenor Antenor 4 février 2014 17:14

      C’est le Grec Alexandre qui a détruit l’Empire Perse

      Personne n’a forcé les Chrétiens et les Musulmans à adopter le dieu d’Israel à part les Chrétiens et les Musulmans eux-mêmes.


  • trevize trevize 3 février 2014 17:19

    Faut-il interdire les interdictions ?
    Faut-il interdire les interdicteurs ?


  • Jonas 3 février 2014 17:19
     Toutes les religions ont eu leur côté violent , cela est incontestable. Mais la force du judaïsme et du christianisme c’est d’avoir évolué en tenant compte du contexte de l’époque des écrits et en essayant de les adapter peu a peu a leur époque Cela ne s’est pas fait sans mal ni violence.

    Ils suffit de voir comment sont traités « Ls nouveaux penseurs de l’islam ». Et pourquoi les ex-musulmans sont obligés de fuir leur pays pour se cacher en Occident et de changer de nom. pour avoir une idée sur la stagnation de l’islam.

    Toutes les religions ont leurs fanatiques , mais des fanatiques qui restent dans leur pays. les fanatiques de l’islam non seulement , ils le sont chez eux et également dans les pays qui leur offre l’hospitalité.

    Il n’y a de bouddhiste, shintoïste, hindouiste , protestant , catholique , juif , animiste etc qui va mettre des bombes où s’exploser au milieu des foules , à Madrid-Paris, Londres , New York, Delhi , Boston , dans le Caucase etc.

    Les juifs et les chrétiens peuvent changer de religion sans aucun risque pour leur vie ni pour celle des leurs. 

    Mais aujourd’hui, car il s’agit de l’époque où l’on vit , l’époque de la mondialisation , celle des nouveaux moyens de communications et de la conquête de l’espace. 

    Quelle est la religion qui n’a pas fait son aggiornamento ?

    Quelle est la religion aujourd’hui en plein XXie siècle qui utilise des écrits du VIIe sans aucune nouvelle contextualisation , historique , anthropologique et géographique  pour massacrer des femmes et des hommes au nom de son D. et de son prophète ?

    Quelle est la religion qui menace de mort toutes celles et tous ceux qui changent de religion dans un monde ouvert ?

    Quelle est la religion qui convertit en « DIX MINUTES » sans aucune connaissance de la langue , de l’histoire de la religion et sans aucun parcours éducatif ?

    Quelle est la religion qui pousse des jeunes gens décervelés au djihad en son nom et au nom de son prophète ?

    Quelle est la religion qui fait encore croire aux djinns ( génies qui forment un monde caché, parallèle a celui des hommes , ) alors que tous les progrès mènent à la conquête de Mars et d’autres planètes ? 

    Quelle est la religion de nos jours qui pousse des jeunes filles au mariage temporaires pour satisfaire les besoins sexuels des djihadistes ?

    Quelle est la religion qui cherche à s’ imposer par la force et pousse à la conversion les minorités sans défense.  Là où elle est majoritaire et sans aucun respect pour la diversité religieuse ?

     Quelle est la religion qui fait parler d’elle par son côté sombre et ses tueries quotidiennes ?

     Quelle est la religion qui n’a rien apporté au monde depuis la fin du XVe siècle sauf son côté laid et repoussant ?

    Quelle est la religion en 2014, scindée en deux branches importantes et qui livre une guerre de religion comme lors de la succession du prophète , VIIe siècle et nous sommes au XXI e siècle. Comme si les siècles ne sont pas passés ? 

    Bref, quelle est la religion qui considère les femmes comme la moitié des hommes  ? 
     Les femmes sont les usines. des musulmans selon le grand et l’immense prêcheur Youssef Al-Qaradaoui ( sur Al jazeera ) .

    PS : Je ne pense pas que les marxistes peuvent lire la situation de la classe ouvrière et du capitalisme d’aujourd’hui avec la description que donnée  Marx à son époque .
     



    • CASS. CASS. 3 février 2014 19:14

      Quelle est la religion qui fait parler d’elle par son côté sombre et ses tueries quotidiennes ? et bien celle du wahhabisme saoudite/english windsordienne, rothschildienne et cie, donc la religion impérialo sionistes. repiquée dans l’ancien testament qui n’est que descriptions de massacres de génocides de viols d’incestes entre autres atrocités de vols et pillages et de sacrifices humains au travers desquels le sorcier de deux tribus associés qui squattait dans le sina ( dont l’une arrivée en étranger auxquels le sorcier promis une terre en échange de sa participation aux massacres pillages etc des habitants qui étaient déjà sur ces terres) le d.ieu sauvage extraterrestre que ce sorcier invoquait afin que ses adeptes commettent toutes ces atrocités en son nom était nommé MordekaÏ,el chaddaÏ/Javo/yahvé. 


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 3 février 2014 19:54

      Jonas

      Tout ce que vous dites là est juste. Mais il faut creuser un peu ce qu’il y a dans vos trois premières lignes :

      La force du judaïsme et du christianisme c’est d’avoir évolué en tenant compte du contexte de l’époque des écrits et en essayant de les adapter peu à peu à leur époque. Cela ne s’est pas fait sans mal ni violence.

      Je prétends que l’un des grands drames du vingt-et-unième siècle c’est que le christianisme n’essaie plus de s’adapter aux besoins de notre époque.

      Et, puisque c’est le pape et le magistère de l’église catholique qui ont les plus grands moyens d’engager cette adaptation - sans mal ni violence - je considère qu’ils sont les plus responsables du maintien de la violence religieuse.

      Vous montrez bien qu’il n’y a rien à attendre de l’islam.

      Du judaïsme ? Il est en train de très mal tourner : les juifs croyants sont de plus en plus nombreux à réanimer la vieille croyance selon laquelle Dieu « les a élus » - et donc, très logiquement, que le très explicite génocide présenté dans le Livre de Josué comme étant très explicitement commandé par lui aux Hébreux était justifié - ce qui n’est sûrement pas ce qu’il y a de mieux à faire en réaction à la terrible rennaissance actuelle de la judéophobie (qu’on peut très bien constater sur Agoravox jusque dans les présents  commentaires).

      On devrait pouvoir tout attendre du christianisme. Mais son adaptation aux évidents besoins de pacification religieuse de notre époque tarde à venir.

      Pire encore  : Le Nouveau Catéchisme (édité en 2000 pour servir de guide spirituel aux croyants du 21e siècle) réaffirme que Dieu n’a pas pu se tromper en choisissant les porteurs de « sa parole » à l’époque de l’Ancien comme du Nouveau Testament, et que les chrétiens doivent donc toujours croire eux aussi que c’est bien Dieu qui a très explicitement commandé le très explicite génocide des Cananéens comme le leur disent ces porte-paroles !

      Oui Jonas, le retour au seul vrai message d’amour et de paix contenu dans les Evangiles tarde à venir.



    • fnath fnath 4 février 2014 10:33

      il y a pas un peu trop de Quelle dans ce com ?


  • Jonas 3 février 2014 18:04

    A l’auteur qui ne doit rien connaître à l’histoire des religions.

     L’Appellation Ancien Testament n’existe pas en hébreu cela s’appelle Tanak, un acronyme de : Torah ( les cinq livres que l’on attribue a Moïse ou Pentateuque ) Nébî îme ( les Prophètes ) et Kethoubîme ( Ecrits).

    L’Ancien Testament comme le nouveau Testament pour parler comme vous , sont des écrits venant d’hommes de foi, et non d’intellectuels ou d’historiens , donc avec des erreurs , des anachronisme, des histoires piquées aux autres religions etc. Tout est humain.

    Pour les musulmans le Coran c’est la manifestation de l’attribut de Dieu., c’est le qalam, l’équivalent du logos. Tel qu’il est , il est parfait , inimitable est incréé ( qui existe avant d’être créé). Pourtant à l’époque du prophète il n’y avait pas d’écrit, tout était mémorisé. le Coran que les musulmans ont entre leurs mains est un livre qui contient en réalité deux livres. Celui de la Mecque et celui de Médine. 

    Le Coran contient beaucoup d’erreur de redites et des contradictions d’où la « règle abrogeant/ abrogé » c-à-d la dernière prédiction qui annule l’ancienne ce qui pose beaucoup de problèmes d’interprétations.

    C’est le troisième calife Othman ( 576/656) qui avait compilée la seule version qui est admisse, deux décennies après la mort du prophète de l’islam. ,les autres ont été détruites. 





    • CASS. CASS. 3 février 2014 19:31

      torah est une invention impérialo sionistes, tho ra ou thora fut écrite par un scribe Perse, ce qui avait mis fin au d’ieu sauvage d’un sorcier immonde nommé MordekaÏ/Javo/YAHVE. (ou à Seth adopté par des hyskos).


    • Massada Massada 3 février 2014 19:39

      Tora ! Tora ! Tora ! est japonais et signifie Tigre !



  • christophe nicolas christophe nicolas 3 février 2014 18:04

    Ca pète la Bible, ce n’est pas pour les couilles molles...

    Il ne faut pas la mettre dans les mains des humanistes athée, sinon ils crient « Dieu pas gentil ».... non humaniste athée crétin

    Il faut toujours penser qu’il y a une vie après la mort avec la bible sinon c’est effectivement horrible. Je vous signale que le but de la bible est de démontrer qu’il y a une vie après la mort.

    Il ne faut pas donner un livre de cuisine à quelqu’un qui n’a pas de bouche, sinon il trouve cela débile et il dira que le « loup en croute sauce choron » de Bocuse est un crime contre les poissons... peut-être mais avec un peu plus de sauce pour moi.

    La période de la genèse jusqu’à Jésus, c’est pour la loi. Sans la loi, c’est la tyrannie. Il ne peut pas y avoir de société sans la loi et si la société se perd dans les idoles, le chemin est un cul de sac. Dieu fait les choses dans l’ordre et en acte autocohérent donc le gugus a été lapidé et c’est bien fait pour sa gueule. C’est évidemment une victime expiatoire ou peut-être un criminel pour d’autres actes ou un abus de pouvoir de Moïse, qui sait ? La leçon de l’ancien testament est, il faut craindre Dieu. N’oubliez pas qu’il n’y avait pas de police, de justice, rien... uniquement la foi des gens dans le fait que la loi venait de Dieu. Il fallait donc prendre Dieu au sérieux.

    Du coup, nous sommes tous persuadés que la loi est nécessaire, ça n’a plus jamais été remis en question même si certains détournent l’esprit de la loi. Quelque chose d’anodin peut avoir de très grandes conséquences et ce n’est pas en notre pouvoir de le savoir, Dieu seul sait. Peut-être le monde n’aurait-il eu aucun avenir sans cette condamnation. Il faut lire la Bible en étant persuadé de l’existence de Dieu sinon il faut lire Darwin, son concurrent, mais qu’on me dise d’où proviennent les objets impossibles et les preuves.

    Il ne faut pas confondre la loi et la justice, la loi est un outil, la justice humaine découle de l’esprit de vérité qui découle de l’intention de bonté qui nécessite l’esprit de la loi qui vient de la loi qui vient de la foi en Dieu . Il y a des révélations a chaque étape.

    Conclusion : on a le droit de ramasser son bois le dimanche mais il faut avoir l’esprit de vérité. Ca choque ? Oui, certainement ceux qui pensent que le monde a commencé en 1789, c’est sur...


  • France Républicaine et Souverainiste Napoléon Du Perche 3 février 2014 19:46

    Les religions monothéistes ont engendré sectarisme, intolérance et rejet des croyances d’autrui... dans l’antiquité on ne s’étripait pas pour des questions religieuses, la science et la philosophie grecques ont été permises par le paganisme civique et non spirituel... relisez Rougier « le génie de l’occident »


    • Daniel Paruzzi 4 février 2014 00:44

      Vous n’êtes pas conscient de ce qu’est le christianisme.

      Première preuve : vous dites « les religions monothéistes », montrant par là que vous ne parvenez pas à distinguer le christianisme de l’islam et du judaïsme. 
      C’est comme si vous disiez « les régimes républicains » en englobant dans une même analyse Hitler, Mussolini, Pol Pot, Staline, Khadafi, De Gaulle et Kennedy...

      Avant le Christ, il y a des hommes grands et des homme petits. Il y a les demi-dieux et la populace. Leurs droits respectifs sont radicalement différents par nature. Il y a les peuples vainqueurs et les peuples vaincus : « Vae Victis », disent les Romains, et en effet, pour les Romains, les vaincus n’ont pas droit à la dignité humaine.

      Après le Christ, l’esclavage est aboli. Vous n’êtes pas conscient que sans le Christ, il n’y a aucune raison d’avoir honte de réduire des hommes en esclavage. Avant le Christ, les peuples vaincus sont une marchandise humaine dont le vainqueur fait ce qu’il veut, sans aucune contrainte morale.

      Après le Christ, le roi chrétien ne peut faire exécuter un sujet selon son bon plaisir : Il doit le faire juger et obtenir sa condamnation : Louis XV n’a pas fait assassiner Voltaire. Dans nos républiques hyper-modernes déchristianisées, les gouvernants ordonnent chaque année de nombreux assassinats sans aucun jugement, tel cet ingénieur iranien que les Israéliens ont assassiné en plein Téhéran, et dont le seul crime était d’être intelligent...

      Bref, vous n’êtes pas conscient de ce que le christianisme a donné au monde, car vous êtes imbibé de clichés maçonniques qui vous font croire que le bien commun vient des « Lumières », alors que les régimes sournois issus de cette sinistre philosophie sont à l’origine des centaines de millions de morts des guerres perpétrées depuis la révolution française, où les civils innocents sont massacrés sans scrupule, comme à Hiroshima, par exemple, alors que dans l’Europe chrétienne, les civils ne subissaient que des exactions contingentes, mais n’étaient pas l’enjeu des combats.

      La propagande « républicaine » a placé devant vos yeux comme un filtre coloré qui vous cache la réalité du spectre lumineux : Sans le christianisme, il n’y a que des peuples asservis, et, grâce à l’aveuglement massif méticuleusement propagé dont vous faites partie des victimes, nous retournons à grand pas vers ce triste versant de l’histoire : J’en veux pour preuve ce projet de loi hallucinant visant à pénaliser la « quenelle », qui prouve à quel point le socle de la liberté est en train de se dérober sous les pas masochistes de la déchristianisation.



  • CASS. CASS. 3 février 2014 19:49

    La période de la genèse jusqu’à Jésus, c’est pour la loi. Sans la loi, c’est la tyrannie ; Pas du tout ce qui avait mis fin à la tyrannie atrocitées en tous genres massacres vols pillages, c’est le premier monothéisme (mithraisme révisé par zoroastre) issu de l’empire Perse du premier empire à vocation universelle d’où entre autres la naissance de la philosophie etcetc et nos langues issues du Persan ou sanskrit, les celtes autochtones des iles celtes (et gauloises donc), en étant l’exemple avec les druides.bien évidemment les windsors (usuriers tel les rothschildiens issus de khazars.... envahisseurs avec les huns et cie, n’ont rien à voir avec les celtes


  • Massada Massada 3 février 2014 20:20
    @auteur

    Je constate une certaine lacune dans vos connaissances en matière de Torah. Lorsque D-ieu a donne la Torah a Moche, sur le mont Sinai, il lui donne deux Torah (Torot), la Torah écrite et la Torah orale.

    Cette dernière, comprend tous les détails d’application de la loi écrite, impossible de comprendre l’une sans l’autre.

    De plus nous avons dans le texte de la Torah 4 niveau d’interprétations : le Psat (ou sens littéral), le Remez (ou sens second), le Drash (ou sens allégorique) et le Sod (sens caché). 

    Une lecture qui s’arrête au sens littéral n’est qu’incomplète, les quatre niveaux d’interprétation sont accessibles grâce à des méthodes d’interprétation transmises oralement.

    Mais peu importe, les textes de la torah sont pour moi une description de l’âme humaine, on y trouve toute la noirceur de l’Homme, crime, inceste, trahison, lâcheté, cupidité, cruauté mais aussi sa grandeur avec une recherche de vertus sociales de loyauté, d’affection et de compassion.
    C’est ça la torah un regard sans complaisance sur l’Homme à la recherche de son identité. 

    La Torah nous décrit, bien que sous une autre forme, ce que la psychologie moderne qualifie de « ÇA » et de « SURMOI ».

    Lorsque le « ÇA » prédomine chez l’homme ( arrivisme, manque de scrupules, non assistance à personne en danger, égoïsme , intérêts à courte vue etc…) et qu’il prend le dessus chez un individu en toute dérégulation et sans être tempéré par une censure efficace du SURMOI ( c’est-à-dire de la conscience et d’une morale modératrice et inhibitrice), alors le gain illusoire, espéré obtenu dans l’immédiat , tournera pour son auteur en un fiasco, et par une perte d’avantages au long terme.



    • AlainV AlainV 3 février 2014 23:20

      à Massada
      Et le traitement actuel des Palestiniens, c’est à quel niveau d’interprétation des paroles citées par l’auteur ?


    • Serge LAURENT Serge LAURENT 4 février 2014 08:33

      C’est grâce à la théorie de la Torah orale que le judaïsme a pu évoluer par rapport à la religion totalitaire de la Torah écrite. Le christianisme a aboli l’ancienne Loi pour repartir sur une base nouvelle. L’islam a réécrit le texte en intégrant les nouveautés (vie éternelle...) mais c’était pour se retrouver bloqué dans ses évolutions par le carcan d’une nouvelle Loi écrite.

      Cela dit cette histoire de torah orale et de niveaux d’interprétation est une façon compliquée d’échapper à un texte clair et affreux. Tant mieux, d’une certaine manière. Mais ce tour de passe-passe reste peu satisfaisant d’un point de vue intellectuel.


    • fnath fnath 4 février 2014 11:04

      c’est le ça


    • fnath fnath 4 février 2014 11:17

      oui je disais ça à Alain


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 4 février 2014 12:11

      @ Serge Laurent

      Heureusement que tous les textes sacrés écrits ont, d’une manière ou d’une autre, une suite orale qui permet d’échapper partiellement à ce qu’il y a d’épouvantable dans les textes écrits.

      Ça devrait permettre aux croyants sincères de découvrir que leurs auteurs n’étaient pas Dieu ou des porteurs de la « parole de Dieu » mais seulement des chercheurs de Dieu.

      Ça devrait permettre aussi aux religions d’actualiser l’interprétation des textes écrits, et notamment de rejeter de leur ensemble de croyances celles qui sont devenues intolérables pour le présent et l’avenir.

      A ce propos je crois que vous vous trompez en disant que le christianisme a aboli l’ancienne Loi pour repartir sur une base nouvelle. Ce n’est que très partiellement vrai et le pire était, hélas, conservé.

      Par exemple Jésus n’a pas explicitement rejeté l’horrible croyance selon laquelle Dieu a très explicitement commandé un très explicite génocide puisque c’est ce que dit le texte « sacré » qu’est le Livre de Josué.

      Cependant les insuffisances, sur ce point, du message de Jésus contenu dans les Evangiles sont tout à fait compréhensibles dans le contexte de l’époque. Et elles n’enlèvent rien à l’énorme progrès réalisé par ce Jésus dans la démarche religieuse.

      Ce qui, aujourd’hui, reste épouvantable, c’est que l’église catholique, qui a les plus grands moyens de faire disparaître la croyance criminogène s’entête à la conserver. C’est ce qui m’amène à dire que ses « mauvais bergers » sont les plus responsables de la pérennisation de la violence religieuse.


    • Daniel Paruzzi 5 février 2014 12:27

      Votre lecture des écritures est parfois un peu « diagonale », tout de même : 

      La vie éternelle n’est nullement une nouveauté du Coran : elle est particulièrement magnifiée dans les Evangiles et elle est consubstantielle à l’Ancien Testament, à tel point qu’elle était précisément un sujet de controverse qui a divisé la communauté des savants Juifs en deux camps : les Sadducéens(qui ne croyaient pas à la survivance de l’âme) et les Pharisiens(qui y croyaient, mais ont tout de même fait crucifier Jésus...).


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 5 février 2014 13:44

      Daniel

      S’il vous plaît, dites à qui vous adressez vos commentaires. Ça simplifie et améliore les échanges sur Agoravox


  • alex petita 3 février 2014 21:57

     Si des hommes ont une rixe l’un avec l’autre, et que la femme de l’un s’approche pour délivrer son mari de la main de celui qui le frappe, et qu’elle étende sa main et saisisse celui-ci par les parties honteuses, tu lui couperas la main : ton œil ne l’épargnera point.


    C’est mon passage préféré du deutéronome. C’est impossible de comprendre la logique de ce commandement.

    Celui qui suit, par contre, est très bon :


    Tu n’auras pas dans ton sac deux poids différents, un grand et un petit.


    • fnath fnath 4 février 2014 10:55

      BEN pourtant c’est bien la plus claire : apparemment ils en avaient marre de se faire arracher les couilles, il fallait légiférer à ce sujet


  • AlainV AlainV 3 février 2014 23:16

    à l’auteur :

    « Il faut interdire les religions » revendiquent certains, comme d’autres veulent interdire la prostitution.
    Facile à dire ... vous vous y prenez comment ?

    Je vous propose de mener la réflexion de manière plus sérieuse. Que pensez-vous de la thèse suivante :
    Si l’église catholique a toujours interdit à ses fidèles d’interpréter eux-mêmes la Bible (Ancien et Nouveau Testaments), c’est pour leur éviter de prendre n’importe quel passage au pied de la lettre et mettre en pratique certaines injonctions que vous dénoncez dans votre article. Ce barrage que je croyais inepte, est en fait une nécessité, comme nous le constatons aujourd’hui.

    Certaines églises protestantes, à la suite de Luther, ont prôné un temps la libre interprétation des écrits bibliques. Mais aujourd’hui on entend des prédicateurs américains (ou d’autres pays) s’appuyer sur des citations bibliques pour inciter à la haine, à l’exclusion, à l’assassinat.

    Une proposition : que l’on appuie les instances religieuses chrétiennes, juives, musulmanes qui peuvent donner une interprétation contemporaine, mesurée et saine des écrits auxquels se réfère leur religion. Et dans cet esprit, je comprends tout à fait les autorités politiques qui soutiennent les facultés privées de religion chrétienne, juive ou musulmane. Pour la dernière, nous manquons d’imams bien formés, qui puissent expliquer ce qu’est vraiment le djihad, par exemple.

    Je ne veux pas le développement de ces religions, car je suis athée et j’estime que ce sont des idéologies totalitaires (qui prétendent TOUT expliquer). Mais le fait religieux est là, il y a des croyants, et mieux vaut qu’ils ne croient pas n’importe quoi.

    Qu’en dites-vous ?


    • Serge LAURENT Serge LAURENT 4 février 2014 08:41

      Vous m’avez mal lu. Je ne dis nulle part qu’il faut interdire les religions, ni même la Torah et l’ancien Testament. Et je ne suis pas d’accord avec vous pour former des imams avec mon interprétation personnelle du djihad.


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 4 février 2014 11:33

      AlainV

      Vous dites : Il y a des croyants, et mieux vaut qu’ils ne croient pas n’importe quoi

      Je vais plus loin. Je dis qu’en France la loi de 1905 doit être modifiée mais pas, comme le voulait Nicolas Sarkozy, pour être vidée de son sens. Il faut l’améliorer, la rendre plus contraignante. Il faut la compléter par cette précision :

      Ne pourront bénéficier de la liberté de culte que les religions qui auront préalablement, clairement et publiquement, rejeté leurs croyances criminogènes, leur justification et leur transmission aux nouveaux croyants.


  • cedrikparent cedrikparent 3 février 2014 23:57

    La plupart des religions conjurent la mort en la congédiant : promesse de vie éternelle si vous suivez Mes commandements...
    Pour beaucoup, croire se résume à un besoin : « Croyez seulement, vous serez sauvés » Besoin d’arrières mondes nourris de fables... L’instinct de survie réveille la bête ; au nom de l’éternité tout est permis, même et surtout le meurtre.
     Ainsi l’intelligence ordinaire s’abaisse au niveau de mythes anciens érigés en verbe divin qui méprisent la Terre et oppriment les septiques.
    Comme disait l’empereur Julien -dit l’apostat- aux chrétiens :
    Le croyez seulement c’est là toute votre sagesse ; votre lot c’est l’ignorance.
    Le dieu paternel des religions monothéistes conventionnel éprouve de la colère, de la jalousie, se repend, se repose...
    Mais dès lors comment peut on attribuer le caractère d’immuabilité à un dieu dont les émotions ondoient au gré des peuples qu’il préside ?
    Cette question n’effleure pas le croyant, tout absorbé qu’il est dans sa quête d’immortalité. La religion opère alors tel un virus mental.
    Bien sûr, l’Ancien Testament est particulièrement malsain, et pis encore, dans le cadre de la Thora, il est furieusement identitaire, ethnocentrique...
    Néanmoins difficile d’échapper au manichéisme, entre athéisme et déisme, qui consiste à choisir les modalités de sa croyance. d’où l’Erreur.
    C’est le malheur de la condition humaine, difficile d’y remédier.


    • fnath fnath 4 février 2014 12:08

      « L’instinct de survie réveille la bête ; au nom de l’éternité tout est permis, même et surtout le meurtre. »
       VOUS EXAGEREZ PA UN PEU ;; ;; ;, ?

      Si Dieu n’existe pas, tout est permis (Dostoïevski)

Réagir