samedi 7 mars - par Spartacus Lequidam

L’humain a-t-il encore besoin de la nature ?

Cette question va à l’encontre de l’air du temps et de la pensée unique que nous impose la société. Elle peut vous valoir un procès en diabolisation si vous osez vous opposer à la biodiversité et la remise en cause d’un principe religieux écolo, « la nature en premier ».

Cette question est loin d’être anodine depuis que le lobby écolo a pris les rennes de la politique, des médias, de l'éducation et même d’un ministère idéologique, et nous conditionne à charge matin midi et soir sur les questions de notre emprise sur l'environnement.

Cet article engendrera des réactions fanatiques et epidermiques malheuresement. Bien evidemment cet article n'a pas passé immédiatement. Parmis les ecolos, il y a beaucoup d'inaptes à accepter la contradiction de leur pensée. Ils abhorrent et rejettent ceux qui pensent différemment même si on ne peut généraliser. Ils regroupent dans leur rangs une grande quantité d'extrémistes au comportement semblable à un culte qui utilisent la censure, incapable s d'accepter la contradicion et la libre expression.

 La pensée unique n'imagine pas que l'on puisse contester un retour à la nature. Le conditionnement social est religieux. C'est comme expliquer à des croyants que dieu n'existe pas. :-)) :-))

Pourtant ouvrir le débat est necessaire quand dans l'actualité des pangolins sont la cause d'une pandémie. Que des moustiques font 200 millions de victimes avec le paludisme, sans compter la dingue, la maladie de chaga, que la moitié des habitants du monde est obligé de vivre sous moustiquaire et qu'une personne sur terre est mordue par un serpent chaque 15 minutes.

 

La terre est dominée sans partage par l'homme. L'homme agit autrement que tous les êtres vivant sur terre. Il est totalement différent. L'homme a tellement évolué qu'il n'y a rien d'autre que lui qui lui ressemble. Nous entendons tous les jours que l’homme bon et juste vit en « harmonie avec la nature » mais en fait, vivre en harmonie avec la nature c’est vivre en sauvage. Nous ne vivons pas en harmonie avec la nature, et bien heureusement.

Notre société a tellement évolué, peut-on encore dire que nous faisons partie de la nature ?

Bien sur que non !

Nous sommes d'une autre nature, une nature évoluée et évolutive.

Notre évolution nous a rendus « non-naturels », « hors-nature » ou « extranaturels ».

Notre évolution nous a rendu tellement puissant que rien de naturel sur terre ne nous égale. La réponse aux questions de savoir si nous faisons toujours partie de la nature, et si nous en avons même besoin repose sur une compréhension de ce que nous voulons.

 

L’homme fait plus qu'utiliser la nature à son profit, il la transforme, il la manipule et crée un monde qui n'a rien de naturel.

Le futur de la terre est une domination, une domination pure et totale. Pas l'utopie écologiste d'un retour à une nature totalement fantasmé et idéalisé. 

En fait la nature est hostile lorsque l'homme ne la domine pas. Elle n’est plus faite pour l’homme actuel et ne le sera plus. Nous vivons dans des villes, de béton et de verre, et les fougères sont dans le jardin à l’herbe coupée à la tondeuse, et les serpents on les admire au zoo.

La grande particularité de l'humain, c'est qu'il avance vers l'inconnu. Il n'a pas de point de repère, il n'y a pas d'exemple pour se comparer à ce qu'est réellement un être qui a quitté le naturel. De la même manière, un environnement "humain" est à créer. L'environnement naturel est caduc. 

Ce qui nous rend humains en premier lieu, ce qui n'est pas aussi évident qu'il y paraît, c'est un statut totalement différent de tout ce qui existe de naturel.

L'homme du 21eme siècle n'est pas ou plus du tout fait pour vivre dans la nature, il a dépassé le cap. Nous n’avons rien à voir avec l’indien que Colomb a découvert, nous ne pourrions vivre comme lui au milieu de la nature.

Notre statut est celui d'animaux modifiés ou « dénaturés ». Nous sommes des créatures qui se sont séparées du monde naturel. L'homme c'est séparé progressivement de la nature initiale.

La nature à l'état brut nous pose plus de problèmes que d'avantages.

 

Publicité

L'homme a fait la bombe atomique. L'homme avance sur la route du pouvoir d'un dieu. Actuellement les chercheurs essayent d'allonger la vie comme celles sur le transhumanisme et nous progressons sur l'élimination du vieillissement naturel.

hydroponie3

Les plantes poussent sans terre, avec du soleil artificiel qui n'a rien de naturel. Les premiers immeubles en agriculture hydroponique sur plusieurs étages se construisent dans les zones industrielles, même pas à la campagne. A Londres, c'est sous terre que des salades sont produites.

Il y a bien longtemps que nous ne prélevons plus à la nature sauvage nos aliments, les animaux sont domestiqués et les premiers steaks artificiels sans vaches sont en élaboration dans les centres de recherche.

 

90% des fruits et légumes que nous consommons n'existaient pas sous la forme actuelle il y a seulement 400 ans. Le chihuahua, que promène mamie, c'est l'homme qui a créé cette race comme toutes les races de chien sur la base d'un loup. Les races d’animaux domestiques n’ont pas été créées par la nature Darwiniste, mais par les sélections supranaturelles de l’homme.

On peut même se passer de la mer et ses poissons à l’état naturel. Le poisson d’élevage et l’aquaculture remplacent le poisson sauvage sur nos étalages dans les pays occidentaux.

Nous n'avons pas besoin de la nature pour faire de la sélection naturelle. La sélection génétique des OGM, de l'ADN sont maîtrisés et transformables à volonté par l'homme. La révolution biologique est de plus en plus pointue.

 

Nous ne savons pas où nous allons, les écolos paniquent sur notre destination. Ils ont peur du changement et peur de l'inconnu. La peur du risque. Leurs palabres sont anxiogènes. La nostalgie d'un passé en contact avec la nature idéalisé factice qui joue sur une nostalgie romancée. La nature est souvent le prétexte de la demande de luxe et l'image de la vie de luxe de citadins qui idéalisent la vie dans la nature et veullent un arbre au pied de chez leux, mais ne veullent surtout pas habiter à la campagne concrètement.

En réalité, ils vivent en ville, veulent des arbres à Paris en face de chez eux, mais ont peur de faire quelques kilomètres et se déplacer pour se promener au milieu des arbres du bois de Boulogne. Vous les imaginez pousser une charrue ?

Ce sont des enfants gâtés de l'abondance. Ils ont inventé le « principe de précaution, c'est la peur du modernisme qui les anime. La nature n'est que l'excuse. Aucun ne se propose de jeter son portable et sa fourchette dans la poubelle à produits électroniques et métaux. 

On peut dire que les choix et possibilités de nos progrès technologiques rendent difficile d’imaginer quel futur s'offre à nous. 

Elles sont tellement nombreuses et inconnues qu’elles engendrent des réactions de peurs et certains s’auto-persuadent que la croissance ou le rejet du modernisme et un retour a la nature serait salutaire

C’est le coût de la liberté. La liberté engendre la peur du futur pour ceux qui ne sont pas sur d’eux ou habitués à être pris en charge.

Pourquoi préserverions-nous un statu quo avec la nature ?

L'argument de la biodiversité à y réfléchir sur le fond, pose aussi une question, c’est pourquoi faire ? Faires des zones musées ou se promèneraient tranquillement les animaux qui ne peuvent suivre notre évolution ? Pour se donner bonne conscience ? Pour le paraitre proche de la nature ? Par mimétisme écolo ?

Pourquoi n'éradiquerions pas tous les moustiques parasites ? Ces sortes d’insectes n'ont que des inconvénients et indispensables à personne. Au nom de la biodiversité, laisser le paludisme, chicungugna ou maladie de Charcot décimer les humains par millions ?

Pendant qu'en ce moment des sauterelles ravagent les contrées Africaines, en affamant les production vivirières et commerciles et tout le pouvoir d'achat et la vie des habitants du Kenya ou de Somalie, les écolos en Europe jouent les vierges effarouchées et la diabolisation des produits de traitement anti-nuisibles. Ils préfèrent que les Africains crèvent économiquement ?

Il faut admettre la vérité, la nature ce n’est pas les allées du parc ou les bobos promènent leurs enfants dans des poussettes que les écolos essayent de nous faire croire. Les Orangs-Outans, la jungle, les bobos aiment, mais là bas, en Indonésie ou Amazonie.

Dans le parc, ils sont bien contents du revêtement synthétique sous le toboggan qui remplace l'herbe naturelle et évite que leur progéniture joue avec les excréments issus de digestion de croquettes aux céréales et carotes bio d'animaux carnivores domestiqués. 

Ils ne veulent pas savoir que les autochtones ont peur de traverser un fleuve et que l’espérance de vie est moindre quand on est un peu trop proche de la « vraie » nature et les efforts nécessaire pour y vivre. Les écolos ne comprenennt pas leur demandes, à vouloir vivre comme en Occident, comme simplement boire de l'eau traitée, les ecolos occidentaux qui ont un luxe, un puisant pesticide désinfectant biocide, le chlore enlève les bactéries pathogènes, pour leur faire éviter les coliques des eaux "naturelles".

 

Publicité

Les grands changements font partie de notre évolution.

Nous devons accepter ce que nous faisons, nous devons accepter notre domination sans précédent.

Non pas que le modernisme n'a pas d'effets pervers parfois indésirables, mais il faut les accepter, tenter de les réduire, comme réduire la pollution mais pas de refuser le modernisme pour autant.

 

Le changement climatique ? On vit très bien dans les villes chaudes comme Las Vegas.

Nous gagnerions à nous adapter au climat qu'essayer de le faire revenir à un état naturel qui va grever notre prospérité, et appauvrir le monde.

Les écolos pensent que les besoins de modernisme sont suffisants et que l’humain doit faire un retour vers la nature et veulent imposer une « décroissance ». 

La croissance du PIB a été multiplié par 150 dans le seul dernier siècle. A la fin de notre siècle, elle sera du même ordre. Multiplié par entre 100 et 200 fois selon les facteurs d’innovations techniques de rupture.

C’est dans les pays ou la modernité est apparue que la famine a disparue et le niveau de vie c’est développé.

Vous pouvez facilement résumer les scénarios dans lesquels une hausse de quelque degré est facilement assimilable.

En 2100 le pouvoir humain sur la nature sera tellement augmenté, que l’homme domestiquera le temps sans avoir de pertes de libertés et contraintes comme on lui propose aujourd'hui.

La décroissance que nous impose le pire lobby que la terre connaisse, le lobby écolo-gauchiste, nous promet l'étatisme, le taxatisme, nous rendra pauvre, et fait perdre nos libertés. Le moteur des « excuses » des coercitions est « la nature », mais la nature n’est pas le paradis.

Les arguments en faveur du maintien de la biodiversité sont généralement basés sur la survie, l'économie ou l'éthique. 

Les arguments ne fonctionnent qu’a l’anxiogène et la diabolisation de l’humain.

Il est raisonnable de penser qu'avec le temps, la plupart des solutions biologiques, métrologiques pourront être synthétisées autrement que par la décroissance et la technologie que par la contrainte, le totalitarisme et l’étatisme.

La réponse est simple, nous avons changé la nature, et nous ne reviendrons pas en arrière…

L’écologie est la peur de l’inconnu et du changement et une nostalgie idéalisée d’un monde naturel fantasmé…

La nature, c’est joli, une belle image, mais faut pas sur-jouer son importance. A l’état brut elle n’est pas sympa.

 

Par Spartacus Lequidam

Tweeter : @lequidampost

Blog : www.lequidampost.fr



96 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 7 mars 15:00

    C’estbien de pouvoir lire de temps en temps un article surnaturel.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 7 mars 20:58

      @Séraphin Lampion

      l’humain n’a pas d’hormones, pas de coucougnettes et pas de ménopause
      l’humain ne sourit pas pour montrer à ses congénères que ses incisives ne sont pas celles d’un fauve
      l’humain n’a pas de génotype, mais se résume à une concaténation d’algorithmes
      l’humain peut se passer de la nature quand ce n’est pas une humain, en fait


    • Emohtaryp Emohtaryp 8 mars 13:25

      @Séraphin Lampion

      Non mais vous ne comprenez pas !

      Puisque Spartazinzin vous dit que la nature est communiste parce qu’elle sait partager, et que donc il n’y a plus aucune mauvaise conscience à détruire cette insupportable et horrible nature « bolchevik » vert/rouge.... Nan mais alors !


    • daniel ahsaini 8 mars 14:17

      @Emohtaryp

      Il est bon Spartacus , trop fort. j’avoue que que j’attendais de lire à la fin de l’article : ceci est canular...
      non non , il est sérieux. :)
      « Cet article engendrera des réactions fanatiques et epidermiques malheuresement » : non :) j’en ris encore smiley

      Cdlt ,


    • Ruut Ruut 9 mars 17:17

      Tant que nous n’auront pas de citées 100 % autonomes souterraines, sous-marines, orbitales ou extra-terre, nous n’avons pas prouvés que nous maîtrisions les technologies de l’autonomie environnementale.

      Oui nous progressons, mais nus ne maîtrisons rien, pour le moment.

      Le plus bel exemple est l’incapacité qu nos sociétés ont a garantir une quarantaine étanche.
      Incompétence, moyens insuffisants, c’est juste des excuses, les faits sont têtus.


  • The White Rabbit The White Rabbit 7 mars 15:04

    "La nature, c’est joli, une belle image, mais faut pas sur-jouer son importance

    "

    L’être humain pourrait se passer de la Terre, d’eau, de température clémente, d’atmosphère adéquate.

    Allons tous sur Mars et bétonnons smiley


  • Panoramix le bulot 7 mars 15:22

    Sapiens doit son statut d’espèce dominante au fait qu’il est le seul animal capable de coopérer efficacement avec un grand nombre de ses semblables. Cette capacité lui permet de croire en des choses qui n’existent que dans son imagination, telles que les dieux, les nations, l’argent et les droits de l’homme. Tous les systèmes de coopération humaine à grande échelle (les religions, les structures politiques, les réseaux de travail et les institutions légales) sont des fictions, tout comme la monnaie qui n’est qu’un système de confiance mutuelle. Il construit des empires et asservit les autres animaux, un progrès qui a rendu les humains plus heureux que par le passé puisqu’ils sont en passe d’évoluer pour devenir des dieux.


  • jjwaDal jjwaDal 7 mars 15:53

    Nous sommes des parasites de « A à Z » d’un support-vie qu’on appelle « nature ». Nous n’avons pas créé les sols fertiles, pas plus l’atmosphère respirable, pas plus les océans, pas plus le code génétique des millions d’être vivants que nous mettons à notre service directement ou indirectement, pas plus un climat relativement stable autorisant notre existence à grande échelle, pas plus les hydrocarbures ou les atomes d’uranium, de lithium, de cadmium , de néodyme, aucun en fait. Sans le partenariat avec les mitochondries, sans notre faune intestinale, nous ne serions pas. Bien sûr, nous sommes capables de faire faire, temporairement, à nos risques et périls, par l’industrie chimique, ce que les écosystèmes naturels faisaient gratuitement. La belle affaire...
    Une agriculture à échelle mondiale hors sols coûterait beaucoup plus que l’agriculture traditionnelle. Seule la viande a potentiellement un marché hors sol, vu le manque de surfaces disponibles pour une humanité carniste.
    Et on pourrait se passer de la « nature » ? Quelle bonne blague. Quand nous devrons aménager des tunnels de lave sur Mars pour recréer un environnement terrestre en sous-sol, alors, nous comprendrons, ce que nous avons gratuitement ici et sa valeur réelle. Elle est incommensurable.
    Nous sommes des animaux, n’en déplaise à l’auteur et si les dinosaures ont eu le talent de durer 100 millions d’années, nous sommes très loin de pouvoir envisager les égaler, vu la quantité de conneries que nous avons commises sur deux siècles.
    Alors pour se prendre pour le nec plus ultra de ce que la vie a pu produire, il faut une culture dans les chaussettes et une arrogance aveugle.
    Si vous aviez bossé un peu le sujet vous sauriez que le développement durable de l’espèce humaine sur Terre est impossible. La nature ne peut être trompée. La seule façon d’y pallier est de parasiter un hôte bien plus vaste que la Terre, rendant notre parasitisme sans conséquence.
    Vous n’avez manifestement pas la moindre idée de la richesse (monétaire aussi) que peut représenter la biodiversité. Nous devons par ex la détection précoce des cas de SIDA à un organisme extrémophile que nous avons découvert avant de le faire disparaître. Personne ne peut savoir les services innombrables que la nature (en l’état) peut encore nous rendre, alors la considérer a priori comme quantité négligeable est un signe d’ignorance abyssale.


  • armand 7 mars 16:22

    de toutes évidences : non, par contre je préfère la question inverse.


  • amiaplacidus amiaplacidus 7 mars 16:25

    Avec le covid-19, la nature est en train de filer un pain monumental à l’économie-casino tant vantée par l’auteur.


  • ZenZoe ZenZoe 7 mars 17:00

    « Parmi les écolos, il y a beaucoup d’inaptes à accepter la contradiction de leur pensée. Ils abhorrent et rejettent ceux qui pensent différemment même si on ne peut généraliser »

    Et vous non ?


  • ZenZoe ZenZoe 7 mars 17:10

    Je me fiche des écolos. Je sais seulement que je me sens plus à l’aise dans un chemin forestier que dans une rue en ville, que je préfère le gazouillis des oiseaux aux klaxons et admirer des églantiers en fleur plutôt que des blocs de béton, que je préfère croiser des écureuils putôt que des chiens en laisse, que j’ai l’impression de mieux respirer au milieu des champs quand j’étouffe au milieu d’un parking.

    Et donc, je préfère que mon environnement préféré soit préservé le plus longtemps possible. C’est tout. Pas d’idéologie là-dedans, juste une créature (moi) qui veut juste vivre en harmonie avec ce qui l’entoure.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 7 mars 17:19

      @ZenZoe

      Extraits de « La maison du berger », d’Alfred de Vigny.

       

      « La Nature t’attend dans un silence austère

      L’herbe élève à tes pieds son nuage des soirs,

      Et le soupir d’adieu du soleil à la terre

      Balance les beaux lis comme des encensoirs.

      La forêt a voilé ses colonnes profondes,

      La montagne se cache, et sur les pâles ondes

      Le saule a suspendu ses chastes reposoirs.

       …/…

      Ne me laisse jamais seul avec la Nature

      Car je la connais trop pour n’en pas avoir peur.

      …/…

      On me dit une mère et je suis une tombe. »


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 7 mars 17:22

      @Hugo Drax

      Alphonse Allais, plutôt

      il disait aussi : « On devrait pouvoir ouvrir des écoles pour professeurs inadaptés. »
      et :
      « Tout ce qui est public devrait être gratuit. L’école, les transports et les filles. »


    • mmbbb 7 mars 21:37

      @CLOJAC il est comme BOVE mais surtout pas dans son Larzac ou il serait le premier a gueuler comme un cochon en train d etre saigne , si l on bétonnait sa region d immeubles pour accueillir ceux ci . Les ecolos poliitques sont comme des pasteques , c est connu vert a l exterieur et rouge a l intérieur . Ils ne sont pas les meilleurs defenseur de l environnement.. le probleme de l ecologie est la , elle est tres mal defendue .


  • Gollum Gollum 7 mars 17:15

    Z’êtes vraiment un grand malade vous.. smiley


  • pemile pemile 7 mars 17:19

    V’la le Spartavirus qui décide de devenir maître de la terre !


  • Quand on lit des articles aussi débiles on se demande si la nature a encore besoin de l’homme.


    • ZXSpect ZXSpect 7 mars 18:16

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      .
      voila qui est galamment argumenté


    • @ZXSpect belle leçon d’humilité. La nature peut survivre sans l’homme, pas l’inverse. Même l’ordinateur est fabriqué avec des éléments naturels.


    • velosolex velosolex 7 mars 23:53

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      . L’appropriation du nom d’un gladiateur qui s’est révolté, pour lécher les bottes des puissants. 
      Le parano adore la provocation en charentaise. 
      Article à venir. L’apologie de la théorie du ruissèlement. Ou de la politique Castaner, ou du préfet Lallement. Mais vous avez certainement l’idée d’un article débile. Sinon regardez TF1, ou lire Voici. 
      La vie est dure au temps du coranovirus, mais les débilovirus font relativiser la méchanceté de la nature.
      Qui nous console. Tant qu’il en reste un peu. Une consolation du monde immonde. Avec la musique bien sûr. J’écoute en ce moment Alain Planès, qui joue Debussy. Children’s corner. Mais à chacun ses pansements. Frères humains, comme disait François Villon. 


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 8 mars 00:10

      @velosolex

      Debussy...Spartacus n’est qu’un clone de l’école de Chicago ...école de science molle économique déjà morte. Après midi d’un faune ! Yes .


  • mmbbb 7 mars 17:22

    article rapidement lu 

    Quant a l article un argument au hasard «  Notre statut est celui d’animaux modifiés ou « dénaturés ». Nous sommes des créatures qui se sont séparées du monde naturel. L’homme c’est séparé progressivement de la nature initiale. » 

    La France dans les années 60 etait encore un pays rural ou le travail a la main predominait . le tracteur commencait timidement son apparition dans les petites exploitation Comme l a si bien décrit M Serres , les méthodes agricoles sont passees du néolithique a la modernite en l espace de quelques decennies .

    A Lyon l ecologie n etait pas une probleme comme tant d autres villes en France et dans le monde , j habite Caluire ou il y avait encore des fermes durant cette décennie. .

    Idem pour la Chine , ou Mao d origine paysanne s est appuyé sur cette classe afin de prendre le pouvoir .


    Quel imbécile ! 


    La population mondiale n etait pas urbaine et la terre ne comptait à peine 3 milliards habitants . Beaucoup de megapoles ont ete construites ex nihilo depuis ces dernieres decennies 


    « , un puisant pesticide désinfectant biocide, le chlore enlève les bactéries » le chlore un pesticide , il faut etre aussi con que Spart pour ecrire cette enormite Ce n est pas un pesticide mais de l hypochlorite de sodium De la chimie basique que les africains devraient savoir maitriser ou lieu de pleurnicher . 

    Ce n est pas de la chimie organique .

    Quant à l article c est un salmigondis , c est en en effet confus disparate .

     En resume 

    L homme ( le genre humain ) a t il besoin de la nature reponse oui

    La nature a t elle besoin du genre humain reponse a l evidence non .

    L ecologie scientifique est un peu plus complexe que les raccourcis de ce savant génie ecrivant des articles dans ce media . 

    Le genre humain est en train d engendrer une régression evolutive Un cas unique dans l histoire .

    Il ne pourra jamais eradiquer insectes bacteries champignons virus ..


    • velosolex velosolex 8 mars 11:58

      @mmbbb
      C’est le mythe prométhéen.
      L’homme a volé le feu aux dieux et s’est cru malin en montant en haut du mat, et en montrant son cul aux autres, mais la nature précisément le rattrape.
      Le coronavirus est lié à la mondialisation et à la déforestation. Tout est endémique, et les virus sortent en nombre de cette cuisine du diable, de plus en plus pathogènes et inquiétants
      Bien sûr on peut décréter que cela n’est pas plus grave qu’une grippe, et continuer à regarder les italiens prendre des mesures.
      Notre nature Française et raisonnée, affiliée au libéralisme, nous protège contre ces excès. 
      Ainsi soit il


  • Arrêtez de respirer, c’est de la nature. Soit le Spartacus est juste un provocateur soit il est fou.


    • Xenozoid Xenozoid 7 mars 17:43

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      il rapportent des clicks,comme toi (et moi des fois),mais c’est vrais il y a des claques qui se perdent,


    • velosolex velosolex 8 mars 00:05

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      C’est la technique de l’os en plastique, que les pervers jettent par dessus un grillage.
      Les chiens reniflent, sont étonnés, pissent dessus, repartent, reviennent, font causette les uns avec les autres. 

      « Les os ne sont plus ce qu’ils étaient » dit l’un. 
      « Tout fout le camp » dit l’autre. "

      Au bout de la journée, ça fait 235 échanges. Le parano rayonne. Il se croit au centre du monde. 
      Demain, il ira au square et balancera un leurre, un canard en plastique sur le lac virtuel, au milieu des coin coin. C’est fou ce que ça permet internet.

      Enfin, le soir, ça va. Mais dans la journée, faites plutôt une ballade en forêt. Les forêts sont étonnantes. Aujourd’hui j’ai vu un rocher de quelques tonnes, qui a mystérieusement disparu, entre 85 et 89, avant de revenir au point précis d’où il est parti. Une plaque commémorative est fixée dessus. 


  • benyx benyx 7 mars 17:36

    Il ne faut pas croire que l’homme est omniscient, il a beaucoup trop de lacunes encore pour pouvoir se passer de la nature. Par exemple, d’un point de vue énergétique, il est incapable, pour le moment, de produire une énergie infinie, où il veut, quand il veut, sans polluer son environnement. De ce fait même, il est lié à ce que lui donne la nature. Il est donc limité à ne pas la détruire à 100%. Le jour ou la technologie lui permettra de vivre sur une planète « hostile » (mars, vénus, Jupiter ...), il pourra se permettre de crier haut et fort, j’emmerde les écolos gauchos comme vous aimez tant les nommer dans vos délires !


    • mmbbb 7 mars 17:42

      @benyx vivre sur Mars autant dire aux calendes grecques .
      Quant aux martiens, ils ne sont pas cons , ils ont lu attentivement Spar , sur Mars , il n y pas de moustiques de mechantes betes de requins . Un tres beau environnement ou il fait bon vivre .


  • Nous venons tous de la nature. Celle-ci n’est jamais mauvaise, excepté quand l’homme se prend pour DIEU.


  • L’homme est l’élément le plus abouti (dans le meilleur des cas) de la sélection naturelle. Mais paradoxalement aussi le plus fragile puisqu’il a au moins besoin 7 ans de la protection de ses parents. Celui qui se prend pour Dieu s’imagine pouvoir rejeter cette origine et la nature est là pour le lui rappeler. L’homme ne peut être auto-engendré (comme Dieu).


    • Armelle Armelle 9 mars 12:18

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      « L’homme est l’élément le plus abouti (dans le meilleur des cas) de la sélection naturelle »

      Une espèce qui oeuvre à la destruction de son environnement ainsi que des générations futures, est sans aucun doute la plus aboutie, mais surtout dans la connerie !!! ...Suffit de lire Agoravox par exemple pour s’en rendre compte...


  • Slipenfer 1er Ratatouille 2 le retour 7 mars 19:23

    La cock a Sparta bio oupa c’est de la bonne,fait tourner spa


  • phan 7 mars 19:40
    Beaucoup de bla bla : 

    Au nom de la biodiversité, laisser le paludisme, chicungugna ou maladie de Charcot décimer les humains par millions ? 
    Est ce que l’auteur sait ce que c’est la maladie de Charcot ?

    des sauterelles ravagent les contrées Africaines, en affamant les production vivirières et commerciles ...
    Une dizaine de sautelles cuites, soit 20 grammes, correspond à la valeur énergétique d’un steak de 110 g : il est temps de passer à l’entomophagie !

    les moustiques font 200 millions de victimes avec le paludisme, sans compter la dingue, la maladie de Chaga ...

    On demande Spartacus à l’accueil de St Anne !

    Les Orangs-Outans, la jungle, les bobos aiment, mais là bas, en Indonésie ou Amazonie.
    des Orangs-Outans en Amazonie ?

  • Steph87 7 mars 20:13

    C’est pas un article ça mon gars, c’est un avis d’ado qui se pose des questions.

    Je sais maintenant quel age tu as !


  • Sozenz 7 mars 20:43

    @l auteur

    ya pas de souci , vivez en ville ; bouffez du hors sol ; prenez la vie à plein poumon .

    restez avec vos congénères qui detestent la nature .

    restez bien en ville par contre s ’ il vous plait .

    je serais d avis de construire des immeubles encore plus haut en ville pour gagner de la place , un peu comme on fait avec les poulets pour qu’ ils se chient les uns sur les autres ; pas besoin de nature pas d arbres , pas d herbe , rien de tout cela ;

     y en a un qui voulait faire un parc dans paris à Montparnasse ;

    vous voyez y a pas besoin ; y a des gens qui aiment le béton et le goudron ;

    pourquoi s emmerder la vie .

    il y a des milliardaires qui se prennent des appartements a new yordk ; c est que la pollution doit avoir du bon ; le bruit aussi ça doit etre pas mal pour certains ;

    restez bien en ville , et surtout n en bougez pas .


  • Old Dan Old Dan 7 mars 21:46

    (D’accord pour la « libre expression » de l’auteur...)

    Pourquoi la supériorité de l’Homme sur la Nature ? Parce que l’homme est le seul capable de faire des fautes d’orthographe...

    .

    [ A la 10eme ligne : Rennes ou rênes ou raines ou reine ? CQFD !... ]


    • ticotico ticotico 8 mars 07:56

      @Old Dan

      Celle là m’a sauté aux yeux, Spartacus nous indique clairement qu’il croit au père Noël !


    • Armelle Armelle 9 mars 12:33

      @Old Dan
      Moi ça m’a toujours fait marrer de voir un gugus relever les fautes d’un autre quand lui même en fait !!!
      ...Un aveu d’incapacité totale à exprimer quoi que ce soit de pertinent sur le fond et voulant à tout prix mettre son grain de sel critique et désobligeant, avec le brin de condescendance et de mépris qu’il faut pour satisfaire sa prétention débordante...
      ...En somme, une belle démonstration de ce qu’est la bêtise humaine...


    • Old Dan Old Dan 10 mars 04:34

      @Armelle
      (Rires) Bîn koa ?
      N’est-il pas vrai que la faute d’orthografe est le propre de l’Humain** ???
      Même moi, j’en fait plein... Pour ça que je les repère !
      .
      [** comme d’acheter de l’eau en bouteille plastique, voter Trump ou RN, s’abonner à Cnews, bouffer la viande d’un autre animal que celle d’un comparse... Héhé ! ]


  • HELIOS HELIOS 8 mars 05:19

    ... voila un article interressant, sur le fond, évidemment ! 

    Dommage que le texte soit entaché de trop nombreuses considérations de details destinées a se defendre d’attaques non encore exprimées. 

    Reconnaissons a l’auteur sa tentative intéressante d’écrire autre chose que des banalités douteuses er polemiques. 

    Ce sujet reviendra sûrement...


    • CN46400 CN46400 8 mars 07:50

      @HELIOS
      Je suis d’accord avec vous, et je trouve curieux qu’on ne retrouve pas dans les commentaires les votes hostiles qui ont freiné sa parution pendant une semaine....


    • sylvain sylvain 8 mars 09:12

      @CN46400
      la votite est une maladie très spécifique, qui ne touche pas tout le monde .
      Si vous regardez bien, il y a très peu de votes comparé au nombre de lecteurs, surtout si on estime que ceux qui votent votent sur beaucoup de commentaires, ce qui parait vraisemblable
      Dès qu’il y a un nombre associé à un phénomène qui permet de mesurer et classer, un certain nombre d’humains est pris de votite . Ce nombre accapare toute leur attention et toute leur notion d’objectivité, quasiment sans corrélation avec son objectivité réelle . C’est un phénomène qui s’auto amplifie, comme la plupart des croyances sociales : plus on y croit, plus tout le monde y croit.
      Tout le monde y est sensible, plus ou moins . Si on voit une seule étoile sur un commentaire et trois sur sa réponse, ce ne sera pas sans effet sur notre opinion, même si il y a deux votes sur des milliers de lecteurs
      Cela veut peut être dire que les modérateurs qui trouvaient cet article à chier ne sont pas trop atteints


    • velosolex velosolex 8 mars 12:22

      @HELIOS
      Le virus corano spartacus n’est pas intéressant en lui même, mais par les réponses anticorps qu’il provoque !. 
      C’est un peu comme le corano, qui est un crash test de la mondialisation. 

      Il révèle notre potentiel de réponse et de dénonciation, et nos capacités de cohérence. Sans doute aussi de résilience.
      Mais on peut choisir d’être borgne !

      . Est ce pour nous aider dans ce dernier choix que nos gouvernants se sont emparés du LBD et du 49.3 ?


  • caillou14 rita 8 mars 06:58

    L’humain fait partie intégrante de la nature, malgré ses efforts pour s’en éloigner !

    Les gros cerveaux, ne sont pas un avantage loin de là, ils permettent des choix douteux chez certaines « races »

     smiley


  • Francis JL 8 mars 08:13

    ’’... des moustiques font 200 millions de victimes avec le paludisme’’

     

    Il faut dire que ce sont des moustiques, des pangolins et des serpents communistes !


  • julius 1ER 8 mars 08:40

    Pendant qu’en ce moment des sauterelles ravagent les contrées Africaines, en affamant les production vivirières et commerciles et tout le pouvoir d’achat et la vie des habitants du Kenya ou de Somalie, les écolos en Europe jouent les vierges effarouchées et la diabolisation des produits de traitement anti-nuisibles. Ils préfèrent que les Africains crèvent économiquement 

    @Spartacus

    c’est formidable le Capitalisme, il veut creer de la nourriture hors -sol en labo à base d’insectes à force d’élevage et là lorsque des milliards de criquets survolent l’Afrique et détruisent des récoltes ..... il ne fait rien ??????

    Quoi le criquet n’a pas assez de protéines ou bien ce sont les Capitalos de mes 2 qui ne sont pas assez « Greedy » ???????

    Quel article de merde, comme si l’Homme pouvait faire abstraction de la Nature on voit bien dès qu’il y a une tempête on retrouve Spartacus terré dans un bunker et ne parlons pas des australiens qui ont frôlé l’extinction cet hiver .... on a vu quelques pompiers insulter leur Prime minister qui lui (ultra-libéral tendance Spartacus ) s’en remettait au dieu Mahori pour faire pleuvoir .... chercher l’erreur !!!

    décidément on aura presque tout vu et tout lu sur ce site même les pires conneries mais c’est le prix à payer pour la Liberté d’expression !!!


    • Gollum Gollum 8 mars 09:23

      @julius 1ER

      décidément on aura presque tout vu et tout lu sur ce site même les pires conneries mais c’est le prix à payer pour la Liberté d’expression !!!

       smiley C’est très bien que Spartacus nous dise ce qu’il a derrière la tête et ainsi avance à visage découvert... 

      Il montre ainsi toute sa folie et toute sa toxicité. 

      Les autres, ceux qui ont eu les manettes du pouvoir, se sont bien gardés d’avancer ainsi à visage découvert, ils nous ont entubé, on a dit amen tant que cela semblait aller dans le bon sens, maintenant on a un peu plus les yeux ouverts, à chacun d’en tirer les conséquences...


    • julius 1ER 10 mars 11:55

      @spartacus,
      l’exemple des criquets en Afrique illustre bien de manière emblématique ta pensée érigée en doctrine libellé ultra-libérale ... pour toi la réponse c’est la chimie napalmer les criquets ou les asperger de pesticides ... c’est au choix mais c’est toujours la même réponse des suppôts de Bayer et Monsanto !!!
      on a vu ce qu’a fait l’agent Orange au Vietnam mais 50 ans plus tard les imbéciles dont tu fais parti offre toujours la même réponse ....la chimie, rien que la chimie et toujours la chimie comme fuite en avant puisqu’ indirectement elle nous fait crever à petit feu je n’aime pas souhaiter du mal aux gens mais un bon cancer t’amènera peut-être à voir les choses différemment ..... encore que ??????
      ton cas me semble bien perdu !!! est-ce que tu sais que maintenant on conseille de laver le riz en provenance du Vietnam avant cuisson car les sols ont été tellement aspergés d’arsenic élément le plus important dans la base de dioxine qui servait à l’élaboration de cet agent , 80 millions de litres ont été déversés sur le vietnam, on peut parler d’écocide à tel point que 270 000 vétérans américains ont été frappés de cancers ce qui a valu un énorme procès à Monsanto alors les pauvres vietnamiens restés sur place sont des mutants maintenant !!!

      continues à désinformer toi le Goebbels d’Avox ;; ; tu trouveras toujours des gens hors sol pour te trouver génial !!!!


    • Spartacus Lequidam Spartacus 10 mars 13:07

      @julius 1ER
      Donc on laisse crever les gens au nom de la nature et l’écologie et la bio-diversité des criquets....
      Triste schéma de pensée....

      Quand on sait que le lobby des ONG militantes écolos ont imposé « l’agroécologie » ? la promotion vertus de l’agriculture paysanne.

      C’est au Kenya que cette manière de produire a été imposée par les ONG.

      https://afrique.latribune.fr/think-tank/tribunes/2019-06-07/exporter-l-agroecologie-en-afrique-est-immoral-tribune-819747.html


      Voici le résultat ; Des criquets et des gens condamnés a la misère...

      Bravo les idées ecolos !.

      Après que les écolos avec leurs idées à la con les avoir mis en dépendance des alléas de la nature et les avoir fait crever par la suite logique, une prolifération des criquets, on refuse de les sauver au nom du même principe ?

      Dramatique !


  • sylvain sylvain 8 mars 09:16

    Je vais faire des réserves de cassoulet, au cas ou il aurait raison !

    a plus


  • gaijin gaijin 8 mars 09:32

    « l’humain a t’il encore besoin de la nature »

    comme si l’humain était en dehors de la nature ...

    a force de confondre le réel et le virtuel certains finissent pas croire n’importe quoi


  • Des études en Laboratoire (Spitz) ont démontré qu’un enfant élevé par un robot dépérit. Alors que l’enfant-loup a survécu.


  • jjwaDal jjwaDal 8 mars 09:55

    A la relecture, la grave méconnaissance de notre place dans la nature et de nos rôles respectifs crèvent littéralement les yeux. Il y a quelques années par ex de très graves inondations ont coûtés en Chine des milliards de $. L’étude faite par les chinois des causes de cette catastrophe économique et humaine a montré que c’est un déboisement massif sur un bassin versant qui était la cause majeure de la catastrophe. Calcul a été fait que compte tenu du coût de la catastrophe et des bénéfices (privés) engrangés par le débitage du bois et sa transformation,contre toute attente, il était bien plus rentable de laisser la forêt pousser. La forêt laissé à l’état naturel avait plus de valeur que transformé en poutres et meubles avec les effets collatéraux en aval...
    Il faut juste avoir l’esprit un peu ouvert, en alimentant les deux colonnes (non en instruisant un procès à charge, ce que fait l’auteur) pour comprendre que les bienfaits d’un environnement préservé dépassent de loin ses inconvénients. Au demeurant c’est à la nature que nous demandons comment pallier à ceux ci, comme l’histoire de la combinaison de la « Polymerase Chain Reaction » qui valu un prix Nobel à Mullys avec une enzyme d’un extrêmophile pour faire les tests de dépistage du SIDA.
    Je ne parle même pas du syndrôme de la « race supérieure », tellement éculé qu’on s’étonne qu’il perdure encore chez certains. Clairement, quand on choisit les critères qui nous arrangent on est sur la première marche du podium.
    Il est clair que pas mal d’écolos sont des végétariens entre les repas et ne savent pas où ils habitent. Ce n’est pas une excuse pour aligner les âneries.


  • Jean Keim Jean Keim 8 mars 09:56

    Il n’y a pas de sujet tabou, interdit.

    L’ homme (l’être humain) peut-il se passer de la nature ?

    Avant de répondre, posons-nous une autre question : l’homme fait-il partie de la nature ?

    Si la réponse est non, alors effectivement nous pourrions vivre d’une façon artificielle.

    Si la réponse est oui, si l’homme alors est ce qu’il est parce que la vie pourrait-être faite d’interactions subtiles avec son environnement, la réponse néanmoins est plus mitigée, car malgré tout l’ homme à la faculté d’une part de s’adapter à un environnement, et d’autre part de changer sa nature, mais coupé de la nature restera-t-il un être humain ?

    Le point de vue sera nécessairement différent suivant la croyance de chacun.

    Ce qui me gêne dans l’article est justement la croyance qu’avec le temps, la science ou la société des hommes résoudra tous les problèmes, or j’ai parfois l’impression que pour un problème soit disant résolu, dix autres problèmes naissent. De plus la science et son exploitation économique ont comme but principal de faire du profit, il est loisible de constater que le développement du bien-être n’est souvent qu’une façade hypocrite.

    Encore une question : quelles sont les origines de nos croyances et/ou de nos convictions (en fait c’est la même chose), je laisse à chacun découvrir l’importance de cette question, la recherche de la réponse, et non pas la réponse en soi, peut nous faire changer de conscience.


    • velosolex velosolex 8 mars 12:12

      @Jean Keim
      La croyance est conjoncturelle. On croyait que la terre était plate avant de faire le tour de la terre, et de regarder les astres. Que les conditions de notre confort ou de notre vision évoluent, et nos croyances et nos convictions évoluent autant. Dans les phases d’épidémie, par exemple, les gens passent à peu près par les même stades qu’un mourant le fait ; Déni, refoulement, banalisation, retour du religieux, fuite, révolté, acceptation….
      La catastrophe nous révèle à nous même, retire le vernis de la culture et de la civilisation. Certains qu’on croyait forts s’effondrent, et des gens qui nous paraissaient insignifiants prennent de la hauteur. 
      il en est de même d’ailleurs des systèmes sociaux et politiques. Les animaux s’en tirent bien mieux que nous. Ils n’ont pas de croyance toute faite, ils s’adaptent, et puisent dans les ressources du groupe, l’élément majeur qui compte, bien plus que les individus et leurs egos qui n’ont aucune sorte de valeur, contrairement à nous, 


    • Jean Keim Jean Keim 8 mars 16:08

      @velosolex

      Donc à conjoncture différente, croyance différente, alors comment juger de la pertinence d’une croyance et même de ma croyance ? Bien entendu si on est honnête on croit de prime abord que notre croyance est meilleure que celle de l’autre, mais en prenant du recul on se rend compte que l’autre réagit de même, et ainsi ce sont les croyances qui mènent la danse.

      Si ce fait était perçu par un maximum de gens – percevoir dans le sens d’aperception qui n’est pas seulement comprendre mais voir la vérité du fait – alors il est probable que les gens ne se rencontreraient plus uniquement avec un écran mental interposé, et plutôt que d’essayer de rallier l’autre à nos idées, nous agirions au fur et à mesure de l’évolution de la situation, sans credo ni querelle de chapelle.


    • arthes arthes 8 mars 16:20

      @velosolex

      On croyait que la terre était plate avant de faire le tour de la terre, et de regarder les astres. 

      Je le lis assez souvent, mais comment peut on savoir aujourd’hui que il y a longtemps les gens croyaient que la terre était plate ?
      Comment peut on se mettre dans l’état d’esprit d’un cro magnon ?
      Est ce qu’il se posait même la question ?
      Comment percevait il son environnement ?
      Les hindouiste, les perses qui vénéraient l’astre solaire, les Egyptiens...Pensaient ils que la terre était plate ?
       


    • JC_Lavau JC_Lavau 8 mars 16:22

      @arthes. Illustrations du Moyen-âge chrétien : le monde était comme un berceau, avec un voile au dessus.


    • arthes arthes 8 mars 16:35

      @JC Lavau

      La je dois dire que j’aime bien, il y a tout de même quelque chose de poétique dans cette image.


    • arthes arthes 8 mars 16:42

      @dimitrius

      Oui.
      S’pour cela que j’attends des élémrnents qui prouvent la croyance de nos ancetres en la terre plate.
      Qui, quand , comment et où ?


    • velosolex velosolex 8 mars 18:56

      @arthes
      Il est raisonnable de penser que la terre est plate tant qu’on a pas le recul du plan d’ensemble, et que de plus la religion, qui faisait sens et loi légitimait ce postulat. Pendant longtemps, les anciens ont pensé que le paradis se situait dans les cieux. 

      La logique et le bon sens sont de mauvais guides. Les hommes du moyen âge réfutaient la sphérité de la terre pour ces arguments. Car pensaient ils les hommes tomberaient dans le néant, au niveau de l’hémisphère sud. La peur des grandes traversées des mers inconnus étaient alimentée par l’absence de carte, et la terreur d’arriver au point de bascule du disque. Pour ce que je sais de l’antiquité, les savants étaient eux persuadés de la rotondité de la terre, et c’est Erastostène qui l’a prouvé avec une expérience de projections d’ombres dans deux endroits différents, au soleil de midi. Il y a 2500 ans de cela
      Le calcul de la distance de la terre au soleil a été faite aussi dans l’antiquité. Les hindous et les incas étaient eux aussi très versés dans les mathématiques, et avaient crée des observatoires. Qu’est ce qui a pu se passer pour qu’on oublie ces choses ?..Un coranovirus ?..La chute de l’empire romain chez nous a entamé des régressions et des fins du monde qui ont duré cinq siècles, avec pertes de cultures agricoles et de travail des métaux, de l’énergie des moulins. 


    • velosolex velosolex 8 mars 19:07

      @velosolex
      Qui plus est comme plus d’un l’a expérimenté au moyen age, comme Bruno, ou Copernic, la religion impose une vision, en rapport avec les diktats de la Bible. La terre est au centre du monde. Dés lors impossible d’émettre une vérité qui dérange. Et évidemment l’homme est au milieu, la justification finale de la création. 

      Un point de vue qui nous a travaillé pendant des siècles, et a justifier l’accaparement des richesses de la nature, leur spoliation, le massacre de tous les indigènes du nouveau monde et de l’Afrique qui, ne pensant pas comme nous ne pouvaient être que des créations du diable. Les massacrer était donc non seulement permis mais honorait le seigneur...
      Le fond de cet article est une résurgence de ce vieux principe, duquel finalement est sorti le libéralisme, qui est une nouvelle version à mon sens du colonialisme, en liaison avec l’esprit des conquistadors. 
      Quand nous polémiquons ce vieux motif, nous ne faisons que reproduire les principes de la querelle dite de Valladolid, qui opposa Sepulveda à Las Casas, qui soutint que les indiens avaient droit au respect. Et qu’en quelque sorte que leur nature devait être respecté. 


    • arthes arthes 8 mars 19:22

      @velosolex

      Je n’ai jamais lu que la religion légitimisait que la terre était plate.
      En fait juste la croyance que la terre était fixe et que tout tournait autour d’elle


    • Xenozoid Xenozoid 8 mars 19:25

      @velosolex

      au millieu du monde.et la science continue ,tu noteras que la terre est a la moitié de sa vie,nous somme au millieu


    • velosolex velosolex 8 mars 19:34

      @arthes
      Ce qui revient au même.   une vision centrifugée. les adeptes de la théorie de la terre plate continuent malgré tout à perdurer aux states. https://bit.ly/2wI6wFv

      Les nazis étaient persuadés eux que la terre était creuse, parallèlement à leurs cerveaux. Ils firent même une expédition au pôle, pour tenter de le prouver. 


    • armand 10 mars 19:25

      @velosolex
      Vous dites : « Il est raisonnable de penser que la terre est plate » il faut urgement arrêter avec ces foutaises.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 10 mars 19:41

      @armand

      Il faut urgemment arrêter de tout prendre au premier degré...


  • gaijin gaijin 8 mars 12:23

    article a rapprocher de celui ci :

    https://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/jacques-attali-la-nature-est-en-85035

    spartacus comme attali oubliant que dans les restaurants 3 étoiles qu’ils fréquentent on leur sert non pas des légumes hydroponiques mais les meilleurs produit issu des cultures en biodynamie et autre fadaises dont ils se gaussent ...jamais dans leur assiette de poulet a la javelle ou de steak recomposé a base de truc divers ...

    ils veulent bien cracher dans la soupe mais uniquement dans celle des autres ...


  • julius 1ER 8 mars 15:13

    l ’homme est parti-prenant de la Nature il n’échappe ni à la gravité ni à l’évolution terrestre à tel point que les durées de vols dans l’espace sont actuellement conditionnés par justement l’emprise physico-chimique de l’organisme humain .... lorsque l’on voit les cosmonautes ou autres spationautes aux organismes surentraînés devenir des presque légumes au fur et à mesure du temps passé dans l’espace malgré le fait que dans les stations orbitales ils continuent de s’entraîner physiquement mais cela ne résous pas le problème de la vie en apesanteur qui périclite .....

    alors saccager la terre et la nature et ne rien faire pour la protéger et la gérer en laissant croire qu’il y a un plan B c’est juste pure folie !!!!! 


  • Un des P'tite Goutte Un des P’tite Goutte 8 mars 15:55

    Pour une fois, j’aurais tendance à prendre votre défense, Spartacus : je vous reproche toujours ce « tout ou rien » qui donne à beaucoup de vos interventions un ton manichéen réducteur, mais aussi un coté tranchant revigorant, énergique.

    Là j’opte pour le deuxième aspect : aller à contre-courant de la bien-pensance, et donner comme une bonne petite claque aux ultras, nocifs, parmi les écolos qui n’admettent pas cette énorme différence de nature-c’est le cas de le dire- entre l’humain et le naturel au sens large.

    Sous Antoine Waechter et encore maintenant, on sent poindre une sorte d’abdication, ou de « nihilisation » de ce qu’est l’humain qui finalement apporte l’impossibilité intrinsèque de son amélioration : il est nul, incorrigible, bon à jeter.

    La Nature, Elle, a toutes les vertus en Elle-Même, comme une entité à vénérer : 

    Ô Gaïa ! Vaincs ce misérable vermisseau qu’est l’humain !


    • arthes arthes 8 mars 16:13

      @Un des P’tite Goutte

      Ô Gaïa ! Vaincs ce misérable vermisseau qu’est l’humain !

      A l’arrivée...Elle est bien celle qui le dévore ; ll’humain...Mais bon, juste sur le plan physique.
      La vie, la mort, les cycles, cela fait partie de la nature, et nous n’y comprenons rien, et nous ne pouvons nous en passer.
      Nous sommes juste expulsés de la nature, à cause du « moi conscient i » (bah oui la « chute » dans la matière racontée dans la genèse), et pourtant nous en faisons partie.
      Les écolos sont bizarres, cela dit...


    • gaijin gaijin 8 mars 17:41

      @Un des P’tite Goutte
      «  cette énorme différence de nature-c’est le cas de le dire- entre l’humain et le naturel au sens large. »
      et bien expliquez nous là cette différence de nature ....


    • velosolex velosolex 8 mars 19:28

      @Un des P’tite Goutte
      A votre commentaire j’ai relu l’article que j’avais lu avec fureur en diagonale.
      Quelque chose m’avait il échappé, ?
      La seconde lecture si l’on peut dire m’a presque fait rire, tant je l’ai trouvé infantile. La seule qualité que je reconnais à Spartacus, c’est sa foi du charbonnier. Du moins théorique. Face à un problème, je doute qu’il se contente de foncer aussi abruptement, sinon il serait déjà mort.

      C’est un article sur la foi, pas sur l’intelligence.

      Cela raisonne avec le pire, les visions autistes des grands plans staliniens, ou nazis. La célébration de l’homme nouveau, au regard Franc, tout tendu vers son but, prêt à construire des empires pour l’éternité. 
      Cette vision prométhéenne et autiste de défiance envers la nature, ressemble au meurtre premier de la mère, gaia, avant de passer au reste !
      Que dire de ses déclarations loufoques en début d’article s’en prenant à l’écologie, qui serait maintenant le centre de nos préoccupations.
      Mais l’écologie, tout le monde s’en contrefout.
      Quelques éructations sur le réchauffement nihiliste. Rien n’entrave de bulldozer quand il est lancé. La cop qui générait nos libéraux ?...

      Juste l’occasion de faire quelques raouts qui ne servent à rien, pendant que la catastrophe endémique se renforce, le coranovirus étant la moulure présente de nos inconséquences, mais pas la dernière !


    • Gollum Gollum 9 mars 09:21

      @Un des P’tite Goutte

      Ô Gaïa ! Vaincs ce misérable vermisseau qu’est l’humain !

      T’inquiète c’est en cours en ce moment même juste sous ton nez... Le covid19 est la petite goutte qui va faire tanguer la course aux profits et faire s’effondrer le château de cartes de la pyramide de Ponzi monétaire...

      Faites vos jeux rien ne va plus. -25 % sur les cours du pétrole aujourd’hui, le $ en chute, j’en passe et des meilleurs et ce n’est que le début.. smiley


    • Gollum Gollum 9 mars 09:24

      @CLOJAC

      C’est aussi pour ça que j’apprécie Spartacus

      Ah tiens donc... Pourquoi ne suis-je pas étonné ? Quelque chose comme une classe évidente dans le discours... 


    • pemile pemile 9 mars 09:26

      @CLOJAC « Cet polémiste est un « brasseur d’idées » et un « tueur de poncifs » »

      Tueur d’insectes et d’Ourang-outans , oui, sinon il est plutôt mono-idée et brasseur de poncifs !


    • agent ananas agent ananas 9 mars 12:50

      @CLOJAC
      Spartacus est un suppôt de l’ordre néolibéral ...
      On fait mieux dans l’opposition à la bien-pensance.
      Essayez Soral !
      Vrai parangon de la dissidence.


    • mmbbb 9 mars 19:30

      @CLOJAC

      il faut être sérieux ! Vous allez pas me faire croire que vous avalez de la bouffe industrielle dont Spart est le VRP . Le probléme avec cet auteur est qu il avance n importe quoi par exemple son article sur les l inocuite des pesticides , Hasard du calendrier , il ressortait le cas de la clordécone dont la ministre de la sante, Mme Buzin avait en charge Allez voir les producteurs de bananes dans les DOM ! Ils risquent à raison de s enerver si vous leur avancez les arguments de cet auteur . Il donne en exemple le test d Ames qui permet de tester la toxite et le pouvoir mutagène des pesticides Ce test a ete remis en cause depuis fort longtemps . Il n est plus utilise tant la biologie a evoluée et les protocoles devenus plus precis Un peu de sérieux sans tomber dans la polémique stérile ecolo bobo marxiste . La science dépasse ce clivage !


    • mmbbb 9 mars 19:59

      @CLOJAC«   moutons écolos » Avec Spar c est plutôt Dolly ! non . On devrait faire pareil avec Spart, des Spar dupliques ! 


  • Jason Jason 8 mars 16:55
    Voici un magnifique morceau d’anthologie de la bêtise.

    Vous devriez ouvrir un magasin d’idées, il s’appellerait « Au bonheur des ânes ».

    • Emohtaryp Emohtaryp 8 mars 17:11

      @Jason

      magnifique morceau d’anthologie de la bêtise.

      Normal, c’est tout naturel, il est le dernier militant des « branleurs en marche » sponsorisé par les raclures milliardaires..... smiley


  • SUR1NUAGE 8 mars 18:07

    Mon cher Spartacus,

    La lumière éblouit ceux qui ont le regard vide………. Nous sommes la nature ! tout ce qui vit est la nature ! nous sommes inséparable de toutes nos actions pour assurer notre survie dans la nature . il n’y a pas nous et la nature, mais seulement une grande biosphère et toutes les cuisines internes n’y changeront rien.


  • Hokken Hokken 9 mars 11:08

    « L’humain a-t-il encore besoin de la nature ? »... mon corps a t-il vraiment besoin de la vie qui l’anime et le soutient :)


  • zygzornifle zygzornifle 9 mars 12:40
    L’humain a-t-il encore besoin de la nature ?

    Vu la vitesse ou on détruit tout on ne va pas tarder a le savoir ....


  • Coriosolite 9 mars 14:29

    Bonjour,

    L’humain a-t-il encore besoin de la nature ?

    On peut commencer par répondre à la question inverse : la nature n’a évidemment pas besoin de l’homme.

    Et l’homme ?

    On note que cette question, qui n’apparait pas seulement sur agoravox, ne se pose qu’au moment où l’activité humaine et l’augmentation de la population pèsent tant sur la nature qu’on s’interroge sur l’avenir de notre espèce et de son environnement. 

    Peut-être devrions nous considérer que nous humains sommes une partie de la nature. Et que prendre soin de nous et de notre avenir nous oblige à prendre soin de notre environnement.

    Tout en continuant à en tirer notre subsistance car nous ne pouvons pas faire autrement.


  • Gabriel Gabriel 10 mars 08:59

    Merci à l’auteur, car il y a longtemps que je n’avais pas autant ri à la lecture d’un de vos articles. Vous êtes impayable et, majestueusement hermétique au ridicule. 


  • samuel 12 mars 15:22

    Je remarque que l’article ne répond pas principalement à la question « l’Homme a-t-il besoin de la nature » mais est plutôt une justification à « l’Homme peut-il détruire la Nature ? ».

    Ce n’est pas parce que dans une certaine mesure, nous nous sommes extrait de l’état de nature que nous avons le droit de détruire irrémédiablement le vivant.

    Un linuxien vous dirait la chose suivante

    Un grand pouvoir entraîne de grandes responsabilités


    En filigramme, l’auteur se contredit (par méconnaissance ?). Certes, nous pouvons élever les poissons pour nous nourrir. Ces derniers ne proviennent plus de l’état sauvage. Mais ils proviennent toujours de la Nature. C’est à dire des conditions d’existence offerte par cette planète (l’homme n’a pas créé l’eau), et des millions d’années d’évolutions qui nous ont donnée les poissons.

    De même pour chaque organisme que nous consommons, admirons, chérissons. Tout modifiés qu’ils soient, nous ne les aurions pas sans la nature.

    Le jour où nous aurons l’énergie et la technique pour créer une biosphère et une biocénose, alors oui, nous serons des Dieux.


Réagir