vendredi 8 décembre 2017 - par moderatus

Le régionalisme, dernier rempart contre le mondialisme ?

Face à la machine à 'désidentifier'  qu'est devenue l'Europe, en marche vers le mondialisme, des régions se mobilisent dans une lutte pour une autonomie plus grande premier pas vers une possible indépendance. Quand pour ces régions, la nation n'est plus la nation et que l'allégeance devient double, à l'état où ce qu'il en reste et à l'Union Européenne, la contrainte devient insupportable pour ces régions au fort particularisme, et la cause indépendantiste grandit dans la population.

Les séparatistes Corses, les Basques, qui hier ont revendiqué l'indépendance, par les armes, mais dont la violence effrayait la majorité silencieuse, ont déposé les armes et savent aujourd’hui rallier la population sur des problèmes partagés par une part grandissante de la population. Ils vont opter calmement et dans la négociation pour obtenir un statut d'autonomie qui leur permettra d'asseoir leurs revendications économiques et identitaires, et leur refus du diktât Européen. Et si cela ne suffisait pas, chercheront à aller vers l'indépendance qui les libérera définitivement du joug de l'union Européenne. Les autonomistes Corses ont déjà clairement annoncé la couleur.

 

Ce phénomène régionaliste et indépendantiste grandit dans toute l'Europe.

Catalogne, Écosse, Flandres, Padanie, Corse, Pays Basque, tous ces pays sont en ébullition autonomiste et indépendantiste depuis des années, mais ne ralliaient pas une majorité suffisante.

 

Le résultat des élections en Catalogne serait un élément déclencheur si les séparatistes l'emportaient.

https://www.lesechos.fr/monde/europe/030665392732-ces-autres-mouvements-independantistes-qui-mettent-lue-a-lepreuve-2119859.php

Publicité

 

Pour la plupart de ces régions qui veulent prendre leur destinée en mains, s'ajoutent à ces revendications économiques et identitaires, des arguments de poids, le communautarisme, le multiculturalisme, l'immigration incontrôlé et ressentie comme invasive.

Quand on parle de revendication identitaire, comme l'explique Jacques Sapir, il ne faut surtout pas réduire l'identité à l'ethnie ou à la religion.

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2017/05/19/31001-20170519ARTFIG00300-jacques-sapir-souverainisme-social-politique-et-identitaire-peuvent-se-reconcilier.php

 

Ces régions dont les populations sont très attachées à leurs traditions, leurs coutumes, leur art de vivre séculaire, leur langue, au premier rang les Basques et les Corses vivent déjà très mal ne serait ce que le le tourisme invasif, et l'exploitation immobilière.

Un exemple de ce que les Corses ne supportent plus et qui les pousse à réclamer l'autonomie.

Les Corses demandent que soit appliqué dès maintenant une disposition votée chez eux en 2014 qui indique que ne pourront devenir propriétaires que les résidents ayant vécu en Corse depuis 5 ans minimum.

Véto de l'état Français et de l'Union Européennepour les motifs suivants.

"le statut de résident étant discriminatoire et contraire au principe d'égalité et au droit à la propriété (relevant de la Constitution française), ainsi que de la liberté d'établissement (garantie par le droit européen), cette loi est inapplicable et donc inappliquée en Corse. "

Quand on sait que 40% des logements en Corse sont des résidences secondaires appartenant généralement à des continentaux ou à des étrangers et ouvertes quelques mois par an seulement, et que les Corses ne peuvent plus accéder à la propriété à cause de la flambée des prix, on peut comprendre leur colère.

 

Publicité

L'Europe qui est considérée comme le tremplin de la mondialisation, est soumise aux marchés internationaux, elle ne peut tenir compte des populations, de leur particularisme, et des identités.

La diversité culturelle est inséparable et conséquence de ses options économiques, et l'indépendantisme qu'elle redoute devient le dernier rempart au multiculturalisme et au communautarisme qu'elle veut et doit imposer.

Aucune région d'Europe n'est membre de l'UE de manière directe, et l’union européenne pèse de tout son poids pour freiner ces revendications indépendantistes qui sonneraient le glas de son hégémonie.

Alors de nombreux observateurs et la majorité silencieuse qui étaient réfractaires aux revendications autonomistes ou indépendantistes surtout exprimées au cours des années précedentes dans la violence par des minorités, se trouvent devant ce dilemme 

Accepter la mondialisation, la disparition des états nations et de ses identités culturelles

Ou accepter ces îlots souverainistes que vont sûrement devenir ces régions autonomes et pour certaines indépendantes, qui contribueront à l'effondrement de l'Union Européenne dans ses habits actuels.

 

Aucune région d'Europe n'est membre de l'UE de manière directe, ce sont les États qui le sont et rien n'est prévu dans les textes européens pour gérer ce genre de situation.

Les indépendantistes feront donc sécession d'avec l'union Européenne.

 



98 réactions


    • Legestr glaz Ar zen 8 décembre 2017 18:21

      @moderatus

      Comment voulez vous qu’elles (sic) se libèrent ? 

      Tout a été construit par des armées de technocrates et de juristes européens (et ils sont très compétents) pour faire en sorte que les régions « s’autonomisent » mais dans le cadre de l’Union européenne. Vous prenez ces légions de fonctionnaires européens, très bien payés de surcroit, pour des buses ? 

      Concernant les « quotas » de migrants, jamais l’UE n’a pris la décision d’affecter ces personnes à des régions en particulier. 

      Je vous signale que la Hongrie et la Slovaquie ont été « recadrées » et déboutées de leur demande par la cour de justice de l’UE concernant les quotas de migrants. 

      Vous ne pouvez pas dire n’importe quoi à ce sujet sans en apporter la moindre preuve. Voici un lien qui vous prouve que les quotas de migrants, contrairement à ce que vous écrivez, n’ont pas pu être « refusés » par les Nations, et donc, encore moins par des entités régionales.


      Et la preuve formelle de ce que j’avance dans le communiqué de presse de la CJUE. Il faut arrêter de prendre vos rêves pour la réalité. 




    •  Arcane Arcane 8 décembre 2017 18:33

      @Robert Lavigue

      Eh oui, il l’a fait en loucedé tout en disant qu’il ne le ferait pas !
      Un censeur refoulé qui m’a obligé à faire intervenir quelqu’un d’autre pour le démasquer.
      Remarquez que le bouton bloquer est bien pratique pour n’avoir que des commentaires élogieux sur sa page.
      Une nouvelle idée de l’agora libre et démocratique dans le plus parfait style nord-coréen du respect de la liberté d’expression smiley


    • moderatus moderatus 8 décembre 2017 18:39

      @Ar zen

       Vous m’avez déjà servi ces arguments concernant les pays refusant les quotas.

      je vous avais envoyé des sources contradictoires , voyons ce qui va se passer réellement,
      nous verrons qui a raison.


    • Legestr glaz Ar zen 8 décembre 2017 20:32

      @moderatus

      Le communiqué de presse de la CJUE n’est pas assez clair ? 

      Je n’ai strictement aucun souvenir de sources contradictoires que vous auriez avancées. D’ailleurs, la source de la source est bien la CJUE puisque c’est elle qui prend la décision. Le communiqué de presse n’est pas bien difficile à comprendre. 

      Maintenant je voudrais souligner qu’avec cette affaire de « ’quotas » de migrants , les peuples se sont émus, et l’UE a senti passer le vent du boulet. Le résultat des élections en Allemagne et particulièrement ceux obtenus par l’AFD ont démontré que la position européenne sur les quotas des migrants pouvait avoir des conséquences désastreuses sur l’Union. L’UE ne peut pas se permettre d’être à l’origine de la montée surprise d’un parti « euro critique » en Allemagne. 

      Les résultats du 24 septembre ont amené la Commission européenne, dès le 26 septembre, à supprimer les quotas de répartitions des migrants. 

      Dans d’autres pays, comme la Hongrie et la Slovaquie, que j’ai déjà cités, mais aussi en Pologne, les peuples étaient vent debout contre les quotas. Il ne s’agissait pas, moderatus, d’une affaire de « culture régionale » ou « d’identité régionale » mais bien d’identité nationale. l’Union européenne n’a pas vu arriver les différents partis nationalistes euro critiques. C’est cette affaire de migration qui est derrière ces montées de « populisme ». 



      Dès le début de mois d’octobre Merkel baissait drastiquement le nombre de migrants qu’elle prétendait accueillir. 


      Et le résultat s’est retrouvé dans les urnes une année après !

      Si vous avez des sources meilleures que celle de la CJUE, vous pouvez me les faire passer. Je les examinerai avec la plus grande attention. Mais inutile de vous écrire que je ne crois pas un instant en vos sources puisque le communiqué de presse de la CJUE fait référence !

    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 décembre 2017 20:54

      @Syracuse
      le régionalisme ce n’est pas les eurorégions

      Si, si , c’est exactement la même chose.
      Hollande l’a expliqué dans son discours de Tulle : « il faut des régions à taille européenne ».


      La Charte des langues régionales en Europe, date de 1992

      Et la carte des langues régionales est la même que la carte d’Europe des Ethnies d’Hitler.


      Et oui, Hitler était aussi un grand Européen !
      Vous avez écouté son discours où il explique son projet d’Europe Nouvelle ?
      « Diviser pour mieux régner », c’est vieux comme le monde...

    • Christian Labrune Christian Labrune 9 décembre 2017 10:02

      @Arcane
      Je suis également interdit de commentaire sur les pages de Takadoum et de Sourcesûre. Je ne suis pas le seul. J’ai écrit hier à la Rédaction et à la Modération d’AgoraVox.
      Il va de soi que rien, dans mes interventions, n’était contraire aux dispositions de la charte : il n’y est fait mention nulle part d’une prohibition de l’ironie.
      Il convient de dénoncer systématiquement ces pratiques, et quand on ne peut pas répondre à un article, de répondre sur une autre page en expliquant pourquoi on le fait.
      De telles dérives staliniennes sont intolérables. Si elles continuent, AgoraVox en crèvera.


    • samy Levrai samy Levrai 9 décembre 2017 10:59

      @Christian Labrune
      Amaury machin est un minable à méthodes staliniennes d’effacement de ses opposants, ses écrit ne sont pas plus interessant que ses commentaires , il pense avec ses fesses.


    •  Arcane Arcane 9 décembre 2017 18:05

      A propos :

      MARSEILLE, NOUVELLE CAPITALE DE LA FRANCE ?

       

      Le président Donal Trump, après s’être entretenu longuement avec le président Emmanuel Macron, décide de rapatrier l’ambassade US de Paris en plein cœur de la cité phocéenne.

       

      Reportage de notre envoyé spécial à Washington DC :

       

      Nous l’apprenons aujourd’hui : Donald Trump a effectué une visite secrète à Marseille dans la résidence estivale de notre président en août dernier. Suite à l’envie pressante de bouillabaisse du président des Etats-Unis, impossible à satisfaire par le cuisinier spécial de la Maison-Blanche faute d’ingrédients adéquats, le président Trump, sur un coup de tête, utilisa en urgence air force one pour se rendre dans la villégiature phocéenne de notre jeune chef de l’état.

      Un dîner fut organisé dans le plus grand secret mais dans les plus belles assiettes en porcelaine de la république. Après deux pleines assiettes creuses de bouillabaisse, Donald rota et s’exclama dans un français approximatif « yeah That’s amazing ; mais ça manque un peu de bacon ! »

      Après le dîner, la rencontre se termina par un safari au Panier dans la limousine présidentielle qui avait bien du mal à se faufiler dans les ruelles. Cette sortie nocturne mis les services de sécurité US et français en alerte rouge lorsque Donald, passablement éméché par plusieurs bouteilles de Bandol rosé servies au cours du repas, sortit le buste par le toit ouvrant de la limousine, pour vider quelques chargeurs de M4 Carbine en direction de paisibles goélands assoupis par la chaleur de cette nuit estivale.

      C’est le lendemain que, pour remercier Emmanuel Macron qui apprécie également beaucoup la cité phocéenne, il eut l’idée de déplacer l’ambassade US de Paris vers Marseille. Ainsi les prochaines visites officielles du locataire de la Maison Blanche se feront non loin du Prado et donc de la fameuse soupe de poissons.

      Aujourd’hui, nous apprenons, en direct de Washington, que le président Trump vient de reconnaitre officiellement la ville de Marseille comme capitale de la république française dans une allocution télévisée.

      Donald Trump a fait - une nouvelle fois - une quasi-unanimité contre lui en annonçant, mercredi soir, cette décision pour le moins étonnante. Cette initiative a même déclenché une levée de boucliers à Paris comme dans le reste de l’hexagone. Des heurts entre l’armée provençale et des manifestants parisiens ont éclaté, la ville de Paris et le PSG appelant à une nouvelle intifada. Dans la communauté internationale, les réactions ont témoigné d’une très large réprobation teintée d’inquiétude face aux conséquences potentiellement explosives de l’annonce du président américain.

      Pour la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, le risque est un « retour à des temps encore plus sombres que ceux que nous vivons aujourd’hui ». La Russie, qui entretient pourtant avec Marseille des relations diplomatiques actives, s’est dite « très inquiète ». Ce même écho négatif a été propagé par nombre de capitales européennes : Angela Merkel faisait savoir, avec un tweet de son porte-parole, que l’Allemagne « ne soutient pas la position » du président américain.

      Huit pays, dont quatre européens, deux sud-américains et deux africains, ont demandé une réunion d’urgence du Conseil de sécurité. "Les missions de Bolivie, d’Égypte, du Luxembourg, d’Italie, du Sénégal, de Suède, du Royaume-Uni et d’Uruguay demandent à la présidence japonaise du Conseil de sécurité d’organiser une réunion d’urgence du Conseil, avec un exposé du secrétaire général, avant la fin de la semaine", indique un communiqué de la mission suédoise. 

      Face à cette onde de choc planétaire, le président Trump aurait déclaré : « Fuck the Parisians » affirme-t-on dans les milieux autorisés. Par ailleurs, le président américain aurait demandé aux experts militaires du Pentagone de rallonger les missiles nucléaires US de 10 cm afin de bien montrer au monde qu’ils étaient plus gros que les autres.

       

      smiley


    • confiture 11 décembre 2017 12:03

      @Arcane
      j’adore ce texte, publiez le en parodie ?  smiley


  • jaja jaja 8 décembre 2017 13:53

    Peu de bruit sur les médias sur les 45 000 Catalans qui sont allés hier protester dans les rues de Bruxelles contre la politique de l’UE à l’égard de leur République issue du Référendum du 1er octobre...
    UE qui soutient largement la monarchie espagnole, issue du franquisme contre la République catalane... contrairement à ce qu’affirment un certain nombre de commentateurs ci-dessus

    D’ailleurs le Président Puigdemont a vivement attaqué le Conseil européen : « Une petite poignée de personnes [...] très liées à des intérêts économiques de plus en plus contestables ».Il se déclare partisan d’un référendum pour demander aux Catalans s’ils veulent toujours :« appartenir à cette Union européenne  », qu’il qualifie de «  club de pays décadents ».

    La presse espagnole a réagi en parlant du « Catexit  » de Puigdemont (El Periodico) ou de sa « fuite en avant anti-européenne » (El Pais).

    https://www.ouest-france.fr/europe/espagne/catalogne/catalogne-l-europe-un-club-de-pays-decadents-selon-carles-puigdemont-5409007


    • jaja jaja 8 décembre 2017 14:15

      @Gatling

      Chiffre de la police belge, ignare...

      « Environ 45 000 personnes, selon les chiffres de la police, s’étaient rassemblées »

      http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/12/07/quelque-45-000-partisans-de-l-independance-de-la-catalogne-dans-les-rues-de-bruxelles_5226172_3214.html


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 décembre 2017 19:19

      @jaja
      45 000 manifestants catalans à Bruxelles, voilà les riches qui manifestent pour ne plus payer pour les sans dent espagnols ! La solidarité avec les pauvres, connaissent pas ..., de grands révolutionnaires assurément, pour que le NPA les soutienne !?


      En somme, vous reconnaissez aux Catalans le droit de disposer d’eux mêmes, mais les Français ne doivent pas songer au Frexit, sinon ce sont « des fachos », j’ai tout bon ??

      Seuls ceux qui veulent détruire les Etats européens ont droit à votre sollicitude.


    • jaja jaja 8 décembre 2017 19:33

      @Fifi Brind_acier  : J’ai répondu plus haut à Fergus sur ce point des « riches Catalans » qui rassemble tous les amateurs de poncifs idiots... Il vous a échappé que la bourgeoisie catalane a montré à quel point elle craignait l’indépendance en fuyant massivement le pays, elle et ses entreprises dont les plus grosses banques... Comparer le Frexit par la voie légale qui se fera à la Saint-Glin-Glin et seulement si les capitalistes le décident et la lutte d’un peuple pour son émancipation par sa mobilisation c’est un peu fort de café....

      Mais il est vrai que vos brillantes analyses sont toujours démenties par les faits, surtout en matière de colonisation comme on l’a vu avec Trump, cette ordure sioniste qui embrase aujourd’hui la Palestine et dont vous avez fait l’éloge durant toute la campagne électorale US...

      Pour ce qui est de la Catalogne :

      « L’intervention des anticapitalistes et des révolutionnaires combine plusieurs points :

      – Reconnaître le référendum du 1er octobre qui institue la République.

      – Encourager tout ce qui permet une jonction avec le reste du prolétariat de l’État espagnol pour abattre le régime monarchique et les politiques capitalistes.

      – Construire la mobilisation par en bas, dans les classes populaires, pour un processus constituant, ce que font nos camarades d’Anticapitalistes dans les Comités de défense de la République.

      – Pousser les revendications sociales et de rupture : réquisition des banques et des grandes entreprises qui délocalisent leur siège à Madrid, plan massif pour le logement et les énergies renouvelables, expulsion de la police d’État et remise en cause de la police régionale (Mossos), une citoyenneté catalane pour touTEs les habitantEs quelle que soit leur origine.

      Nos camarades d’Anticapitalistes, qui interviennent dans Podemos/Podem depuis sa fondation, partagent cette problématique.
      Les CUP ont rompu récemment avec le gouvernement de Puigdemont. On peut discuter tactique avec ces militantEs mais notre tâche, en France, est avant tout de « balayer devant notre porte », de construire un front unitaire démocratique qui s’oppose à la monarchie des Bourbon, à Rajoy, à Macron et à l’Union européenne, pour demander la libération des prisonniers politiques, le rejet de l’article d’exception 155, et qu’ils mettent bas les pattes devant la Catalogne. »

      Antoine Larrache, Christian Babel et Olivier Besancenot 


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 décembre 2017 06:16

      @jaja
      Le prolétariat catalan a les moyens ! Les 45 000 catalans étaient donc en grève jeudi, et ils ont financé leur déplacement à Bruxelles ?
      Ou c’est Soros qui a payé ?


    • jaja jaja 9 décembre 2017 10:37

      @Fifi Brind_acier

      D’habitude ils sont plus d’un million... il en manque pas mal hein ?... smiley

      Et l’UPR c’est Trump qui paye en remerciement de toute la pub que vous lui avez faite ?


  • Fergus Fergus 8 décembre 2017 13:55

    Bonjour, Moderatus

    « Ce phénomène régionaliste et indépendantiste grandit dans toute l’Europe »

    Désolé, mais c’est assez largement faux. Manifestement, vous faites un amalgame qui n’a pas lieu d’être entre indépendance et autonomie.

    Car c’est avant tout d’autonomie qu’il est question dans les régions évoquées, même si la Catalogne et l’Ecosse ont poussé la revendication plus loin, d’ailleurs sans la moindre certitude que la population suive.

    Au Pays Basque, eu égard au statut d’autonomie très avantageux qui a été mis en place, la revendication indépendantiste est en net recul.

    Même chose en Padanie où c’est désormais un statut de plus grande autonomie qui est revendiqué.

    J’ajoute qu’en Corse, ce sont là aussi les autonomistes qui ont le vent en poupe, nettement plus que les indépendantistes, la population sachant qu’une Corse totalement livrée à elle-même devrait faire face à de graves difficultés économiques.

    Reste la Flandre belge. Là, pas de doute, il y a de vraies revendications d’indépendance, nées il y a quelques décennies dans la condescendance de la « riche » Wallonie à l’égard de la « pauvre » Flandre ; depuis, les données économiques se sont inversées, ceci expliquant cela. Mais il y a un hic : quid de la région capitale de Bruxelles dans laquelle les deux communautés sont très largement mêlées.

    Je prends le pari que l’on verra très peu de régions sortir de la nation à laquelle elles appartiennent, mais en revanche émerger des statuts d’autonomie plus grands, à l’image de ce qui existe en Allemagne avec les Länder.


    • jaja jaja 8 décembre 2017 14:13

      @Fergus

      Je vous rappelle que les indépendantistes catalans étaient majoritaires au Parlement de Catalogne et qu’ils le seront toujours le 21 décembre sauf si l’Espagne trouve le moyen de truquer ces élections...

      Notez que la Catalogne qui peut faire descendre dans la rue plus d’un million de manifestants sur une population de 7,5 millions d’habitants était autonome depuis la fin de la dictature qui avait été jusqu’à lui interdire la pratique de sa langue !

      Pour la Catalogne c’est donc bien d’indépendance qu’il s’agit... La politique des Régions, prônée par l’UE, avec autonomie relative, telle que pratiquée par l’Espagne, s’oppose au droit à l’autodétermination des peuples et donc au droit à séparation et donc à l’indépendance des peuples s’estimant dominés...

      Maintenant il est vrai que l’UE soutient la menace, y compris militaire, dont l’Espagne monarchique menace la Catalogne républicaine en cas de décision unilatérale menant à l’indépendance...


    • Coriosolite 8 décembre 2017 15:02

      @Fergus
      Bonjour,

      Concernant la Corse, je pense que c’est parce que la revendication d’indépendance pure et dure a été remise à plus tard en faveur d’une demande d’autonomie, que les électeurs corses se sont tournés vers la liste nationaliste.

      Je vois dans le succès des nationalistes un désir fort des corses de faire avancer des revendications d’ordre linguistique, culturel ou relatives à l’enchérissement du foncier dans les zones côtières.

      Il faut d’ailleurs ajouter au succès des nationalistes (46,7% des voix), la liste de droite régionaliste arrivée en 2ème place (14,6%) et l’autre liste nationaliste (6,6%).


    • moderatus moderatus 8 décembre 2017 16:39

      @Fergus

      les Corses comme d’autres ont annoncé que le premier pas était une grande l’autonomie et se donnent dix Ans pour proposer l’indépendance.

      Même une autonomie d’attente comme demandent les corses va à l’encontre des directives Européennes.

      Elle sera un frein certain aux dictats de l’UE en attendant mieux ;


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 décembre 2017 19:41

      @Coriosolite
      Des couillonnades. Aucune loi n’interdit aux Corses de parler corse, ni d’enseigner le corse à leurs enfants ! Les Corses veulent le beurre, le prix du beurre et la crémière...

      Qui vend les terrains aux promoteurs immobiliers ? Ce sont eux, les Corses.
      Ils vendent les terrains hérités de leurs ancêtres, poussent les Maires à accorder des permis de construire, puis pleurnichent sur les dégâts et exigent, car ils exigent, que l’ Etat français leur vienne en aide..., des faux-culs.


      Mais ils ne sont pas les seuls, en Provence, c’est pareil, des faux -culs.
      En Provence, la pression foncière est telle, que tout se vend. Les Provençaux vendent n’importe quel terrain (y compris en zone inondable où personne n’aurait construit il y a 100 ans), situé à n’importe quel endroit, pour y construire n’importe quoi...

      Ils font pression lors des révisions du PLU, ils font pression sur les Maires, ils se font des couilles en or en vendant des terrains et de vieilles masures (typiquement provençales, disent les agences immobilières !).
      Puis pleurnichent que les prix du foncier grimpe et que les jeunes etc, etc ... Les mêmes pleurnicheries que les Corses.

      S’ils voulaient que les jeunes s’installent, ils vendraient leurs biens à moitié prix aux jeunes du lieu. Rêve ! ils les vendent au prix du marché..


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 décembre 2017 19:45

      @moderatus
      Ce qui s’est passé en Catalogne a remonté comme un coucou suisse, le gouvernement espagnol et tous les autres gouvernements qui ont les mêmes agités de la cafetière chez eux.

      Bruxelles a dû reculer, alors que Junker avait annoncé qu’il reconnaîtrait le referendum catalan.


    • Coriosolite 8 décembre 2017 20:39

      @Fifi Brind_acier

      Bonsoir,

      Est ce que ce dégueulis de jalousie haineuse et méprisante est la position officielle de l’UPR ?

      Ou bien c’est juste un avis personnel ?

      Sinon vous n’avez rien sur les basques et les bretons ?


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 décembre 2017 21:06

      @Coriosolite
      Désolée, mais j’habite la Provence depuis toujours et je dis ce que je vois sur les questions immobilières : des faux-culs. De plus, vous inversez le problème :
      ce sont les autonomistes « qui dégueulent » sur la France...

      Les autonomistes partout en France, remontent aux calendes grecques pour expliquer qu’ils sont anti Français, qu’on les brime, on les colonise, de grandes victimes imaginaires.... 

      Ils ont tous un discours victimaire, alors qu’ils ont tous les mêmes droits, et empochent sans sourciller les millions des subventions de nos impôts, et des vôtres aussi.

      UPR sur « Les euro-régions »


    • Garibaldi2 9 décembre 2017 01:29

      @Fifi Brind_acier

      Fifi a tout à fait raison au sujet de la vente des terrains.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 décembre 2017 08:09

      @Coriosolite
      Sur l’immobilier, je vais vous donner un exemple de la fumisterie ambiante des pleureuses autonomistes... . Un cabanon de 20 m2 avec un morceau de terrain, sans eau, sans électricité, sans raccordement aux égouts, et avec des travaux à faire, dans mon département provençal, (et pas en bord de mer, à l’intérieur des terres), c’est entre 80 000 et 100 000 euros.

      Et ils les vendent au prix du marché, pas à bas prix aux jeunes du coin...
      Allez sur le Bon Coin des départements provençaux, vous pourrez vérifier.


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 9 décembre 2017 13:51

      @Coriosolite

      Précisons quand même que la participation était de 52 %, contre presque 60 il y a deux ans.

    • Mmarvinbear Mmarvinbear 9 décembre 2017 14:36

      @jaja
      Je vous rappelle que les indépendantistes catalans étaient majoritaires au Parlement de Catalogne et qu’ils le seront toujours le 21 décembre sauf si l’Espagne trouve le moyen de truquer ces élections...


      Majoritaires mais éclatés en trois grands partis inconciliables.

      Ils se détestent entre eux tellement qu’aucun de leurs leaders ne pouvait avoir de voix suffisantes pour devenir président de la région. 

      Ils ont cherché le plus petit dénominateur commun et ont trouvé Puigdemont dont ils ont pu apprécier le courage politique et la compétence depuis.

  • francois 8 décembre 2017 14:43

    Mon dieu Moderatus,


     les régions veulent du mondialisme. Ce qu’elles ne veulent plus,:payer pour la région d’à côté qui est pauvre.
    L’UE pour elles (celles qui veulent séparater) sont une aspiration désirables.

    Mon dieu Moderatus, 

    • Fergus Fergus 8 décembre 2017 16:33

      Bonjour, francois

      « Ce qu’elles ne veulent plus,:payer pour la région d’à côté qui est pauvre. »

      C’est vrai pour la Catalogne, la Flandre, le Pays basque et la Padanie.

      Ce n’est pas vrai pour la Corse et l’Ecosse où ce sont clairement les questions d’identité qui prédominent.


    • moderatus moderatus 8 décembre 2017 16:45

      @francois

      les régions veulent du mondialisme.

      laissez Dieu tranquille ,il a d’autres chats à fouetter.

      comment de gens qui veulent préserver leur langue, leur culture , leurs traditions, pourraien têtre mondialistes , c’est complétement contradictoire.

      Je connais bien le pays basque et la corse, ne venez pas leur raconter vos fadaises de mondialisme.


    • jaja jaja 8 décembre 2017 17:05

      @Fergus

      C’est entièrement faux pour la Catalogne. Je vous invite à lire truismes et réalité sur la Catalogne : (en lien ci-dessous)

      En ce qui concerne votre affirmation elle est battue en brèche ici :
      « Voila bien la proposition clef, censée clore tout débat. Elle est commune à l’anar et au facho, au téléspectateur de TF1 et à l’adepte des « médias alternatifs ». Une touchante unanimité bien-pensante a ainsi été construite : « Les Catalans, comme les Italiens du Nord, ne veulent pas être solidaires des régions pauvres d’Espagne, c’est une question fis-cale mon bon monsieur ! ».

      La suite ici :
      https://blogs.mediapart.fr/vincent-presumey/blog/011117/catalogne-truismes-et-realite


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 décembre 2017 06:28

      @Fergus
      Soros s’en fout, il ne fait pas dans le détail, entre régions riches et régions pauvres, il finance ! Du moment que ça répand le chaos, c’est tout bon !


      D’ailleurs, Soros a déclaré que l’ Europe doit devenir comme l’ Ukraine, une zone de non droit.

      " A la conférence de sécurité de Munich du mois de février 2015, George Soros a fait des révélations sur ce que doivent devenir les pays de la zone euro. Fin février une loi est sortie en Ukraine pour interdire de critiquer ou d’émettre des avis contraire à la politique menée à l’intérieur du pays par ses habitants.L’Ukraine semble devenir une terre d’essai pour le reste des pays qui constituent l’Union européenne. (..)

      En Ukraine les habitants qui jugent la politique du gouvernement de Kiev inhumaine, suicidaire, gestapiste, nazie, ou simplement non conforme aux droits fondamentaux, sont menacés de mort par des groupes en ayant été montrés du doigt et sont passible de 3 ans de prison. La démocratie n’existe donc pas et ne doit pas exister dans ce nouveau pays du côté de Kiev.(...)

       


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 8 décembre 2017 14:45

    OUI modératus, 


    il y aura régionalisation et même « tribalisation » du monde parce que la France a refusé dès 2001 ce qui aurait pu instaurer L’UNIVERSALITÉ à la place de cette mondialisation bâtarde de l’argent ! 

    LA SCIENCE OCCIDENTALE EST FAUSSE, elle est corrigée par la :
    «  »RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET ÉPISTÉMOLOGIE«  » de 2001

    L’HISTOIRE EST FAUSSE, elle est corrigé par la 
    «  »SYNTHÈSE DES EVÈNEMENTS HISTORIQUE«  » de 2003 

    Vous pensez que je plaisante, modératus ?

    • moderatus moderatus 8 décembre 2017 16:48

      @Mohammed MADJOUR

      Vous pensez que je plaisante, modératus ?

      Non, je ne pense pas du tout que vous plaisantiez, je suis comme vous contre la mondialisation imposée par les puissances financières, mais je ne comprends pas ce qu’est , l’universalité, comment la concevez vous ?


    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 9 décembre 2017 17:18

      @moderatus


      Je l’ai déjà concue, elle est là :

      LA SCIENCE OCCIDENTALE EST FAUSSE, elle est corrigée par la :
      « »RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET ÉPISTÉMOLOGIE« » de 2001

      L’HISTOIRE EST FAUSSE, elle est corrigé par la 
      « »SYNTHÈSE DES EVÈNEMENTS HISTORIQUES« » de 2003 


  • Elliot Elliot 8 décembre 2017 15:26

    Je vais apporter ma pierre à la discussion en évoquanrt le problème que je connais le mieux : la forte poussée centrifuge qui disloque la Belgique.

    Posons comme préalable de départ que cet état est une création artificielle visant à soustraire des territoires acquis aux idéaux de la révolution française à l’influence de la France pour créer ( c’était la volonté de l’Angleterre ) un état tampon sous forme de monarchie dévolue à une parentèle lointaine de la couronne britannique et non comme l’aurait souhaité la bourgeoisie francophone à une personnalité liée à la couronne de France.

    Après la défaite napoléonienne les territoires belges furent rattachés à la couronne d’Orange-Nassau régnant sur les Pays-Bas.

    Cette main-mise néerlandophone sur des régions dominées économiquement par une bourgeoisie francophone ne s’effectua pas de manière fort harmonieuse, ce qui conduisit à la révolution de 1830 qui s’acheva sur l’indépendance des provinces occidentales.
    Une grande partie des révolutionnaires avaient pour objectif le retour à la France (même si la chose est tue dans l’histoire officielle), ce qui était impossible en raison de l’hostilité de la couronne britannique.
    Le français, langue des classes dominantes, devint la langue officieuse : les patois qu’ils soient romans ou germaniques étaient les idiomes du petit peuple. Dans les collèges et les Universités , l’instruction se faisait dorénavant en français.

    La guerre 14-18 où les conscrits néerlandophones comprenaient à peine les ordres qui leur étaient donnés en français, langue de la hiérarchie militaire, a servi de catalyseur aux revendications régionalistes préexistantes du Nord du pays.

    Contrairement à l’effort d’unification linguistique qui fut imposé en France, la Belgique se singularisa par son patchwork linguistique : le français restait la langue des maîtres et des lettrés, le flamand celle des domestiques.

    D’où l’énorme frustration qui fut exploitée par le mouvement national flamand qui connut son paroxysme dans la collaboration des élites flamingantes avec l’occupant nazi.

    Il y avait là comme un parfum de revanche qui a survécu à l’épuration et les revendications d’amnistie pour les collaborateurs ont nourri jusqu’à la fin des trente Glorieuses un mouvement qui a réussi à phagocyter la revendication fédéraliste portée en vain par la Wallonie à l’époque de sa splendeur pour la finaliser à l’avantage de la Fandre.

    Aujourd’hui le parti flamand le plus important, la NVA, est d’essence indépendantiste, il participe au gouvernement de la Belgique qu’il influence profondément : ce gouvernement est ultra-minoritaire en Wallonie qui n’est représentée à cet échelon que par son aile la plus opportuniste et la plus apte de ce fait à avaler les couleuvres.

    Tous les jours la Belgique se disloque un peu plus.
    Un détail qui a son importance pour le démontrer : le feuilleton d’un grand stade national à Bruxelles ébauché il y a 20 ou 30 ans qui était destiné à accueillir l’un ou l’autre match de l’Euro 2020 de foot n’a jamais pu être concrétisé en raison de la multiplicité des intervenants et de l’hostilité du parti dominant en Flandre donc en Belgique qui a réduit à néant tous les espoirs. On peut considéré cela comme futile, inapproprié mais ce ne sont pas les raisons qui ont présidé à son enterrement.

    La régionalisation est en Belgique un fait mais elle est boiteuse car la Flandre conserve au niveau central tout ce qui peut encore favoriser les moyens de son émancipation, moyens qui sont comptés chichement pour l’entité wallonne, elle-même gouvernée par des partis qui pensent plus à leur propre confort qu’au bien-être des citoyens dont ils ont la charge.


    • moderatus moderatus 8 décembre 2017 16:55

      @Elliot

      merci pour vos explications sur la Belgique et le problème flamand.

      sujet que vous maitrisez complètement et que j’ai lu avec intérêt . je connaissais l’attrait de la,France et de sa langue pour les Flamands , mais ignorais les détails de sa naissance et de son développement


    • Elliot Elliot 8 décembre 2017 18:53

      @moderatus



      C’est surtout d’un sentiment d’attraction/répulsion que l’on peut parler du côté flamand mais il ne faut pas oublier les 4 à 5 millions de francophones dont une majorité est encore attachée à la Belgique unie.
      Assez aveuglément d’ailleurs mais c’est une autre histoire...

    • moderatus moderatus 8 décembre 2017 22:03

      @Elliot

      votre intervention a été pleine d’enseignements , je vous en remercie sincèrement.


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 9 décembre 2017 14:40

      @Elliot

      Il faut aussi noter que lors de l’indépendance belge, la Wallonie était la région la plus riche grâce à son charbon et son fer alors que la Flandre n’avait rien de tout cela. A part le malt pour la bière, ce qui n’est déjà pas si mal.

      Mais depuis, les industries charbonnières ont périclité et la Flandre, qui a misé sur le tertiaire, a vu la situation s’inverser à son profit.

      Alors bah c’est normal qu’à Anvers, ils bichent un peu en ce moment.

    • Elliot Elliot 9 décembre 2017 20:13

      @Mmarvinbear

      C’est tout de même la plus-value produite par le peuple wallon qui a contribué à l’industrialisation et au développement de la Flandre. 

      Si les profits avaient été investis en Wallonie, cette dernière ne serait pas une des régions les plus pauvres de l’Europe.

      Qui a en plus dû subir l’incompétence exceptionnelle du parti Socialiste, corrompu et renégat, qui a presque depuis le début de la régionalisation «  gouverner « cette région en dépit du bon sens , en fait pour remplir les poches des copains et des coquins.


  • novo12 8 décembre 2017 17:28

    Sur les eurorégions voir les vidéos de Pierre Hillard et François Asselinau :

    Faites vos recherches.

  • moderatus moderatus 8 décembre 2017 17:43


    Bonjour,

    j’ai regardé votre vidéo.

     je suis en complète contradiction avec cette approche.

    Le mondialisme en marche conduit vers ll a disparition des nations en tant qu’entité de décision qui sont prises à Bruxelles.

    Le dialogue avec des régions serait impossible,

    premièrement ils multiplierait les interlocuteurs et paralyserait le système.

    deuxièmement les régions cherchent à avoir par l’autonomie ou l’indépendance ,veulent le plus de liberté possible dans leur centre de décision, le contraire de ce que veut l’Europe.

    des régions à autonomie forte ou indépendantes intransigeant la fin de l’U.E. telle qu’elle fonctionne aujourd’hui.

    Ce serait une autre Europe mais une alliance de régions souveraines pour des projets communs.
    regroupant seulement quelques régions par projet.


    • Fergus Fergus 8 décembre 2017 17:53

      @ moderatus

      "les régions cherchent à avoir par l’autonomie ou l’indépendance ,veulent le plus de liberté possible dans leur centre de décision, le contraire de ce que veut l’Europe.

      Allez dire cela à Asselineau et aux militants de l’UPR dont l’un des principaux axes de propagande est précisément de soutenir que l’UE est à la manœuvre pour favoriser l’émergence des pouvoirs régionaux et saper les états-nation. smiley


    • moderatus moderatus 8 décembre 2017 18:01

      @Fergus

      J’ai regardé la vidéo d’Asselineau.

      Je pense qu’il se plante complètement,

      maintenant c’est compréhensible , il défend l’unité de la nation et la sortie de la nation de l’Europe comme l’a faite l’Angleterre.

      Quitter l’Europe pars régions n’est pas du tout son objectif.

      Il est certain que si la France quittait l’U.E , les indépendantismes seraient moins justifiés et on resterait surement sur de autonomies négociées.

      Mais cela me semble un vœu pieux


    • Fergus Fergus 8 décembre 2017 19:33

      @ moderatus

      A mon avis, pas grand chose ne va bouger en Europe avant très longtemps en matière de découpage territorial.

      D’une part, les nations commencent à comprendre en voyant ce qui pend au nez des Britanniques qu’une sortie de l’UE - malgré les nombreuses critiques à l’égard de celle-ci - serait pour elles une aventure extrêmement dangereuse.

      D’autre part, je prends le pari que les populations des régions les plus identitaires - en fait très peu nombreuses - préfèreront rester au sein de leur pays d’appartenance avec un statut d’autonomie suffisamment large pour les dissuader de partir vers un inconnu économique possiblement désastreux. Les nombreuses désertions d’entreprises en Catalogne sont à cet égard un sérieux coup de semonce.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 décembre 2017 20:11

      @moderatus
      Je crois que vous ne comprenez pas la logique de la mondialisation...
      La mondialisation ne veut pas des Etats Nations, car elle ne veut pas de lois qui défendent l’intérêt général. Elles ne veut pas de lois contre la finance, contre les paradis fiscaux, contre les Monsanto et autres multinationales, ni de politiques protectionnistes, ni de politiques salariales, ni rien qui entrave leurs profits.


      Ils ont commencé par dépenser des milliards pour corrompre les élus, les Commissaires européens, puis ils font voter des Traités qui leur conviennent, comme TAFTA, qui prévoient de traîner en Justice les Etats qui veulent défendre l’intérêt général.

      Comme ils savent que leurs politiques ne peuvent que générer des mécontents, le meilleur moyen pour que les citoyens et les Etats ne se rebiffent pas, « c’est de diviser pour mieux régner » et de faire éclater les Etats Nations.
      La France indépendante peut légiférer, une région n’a aucun poids pour contrer la mondialisation.

      Il y a un précédent qui devrait vous faire réfléchir, « le projet de redécoupage du Moyen Orient : faire éclater 5 pays souverains en 14 petits califats bien soumis ». C’est exactement la même politique avec les euro-régions.

    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 décembre 2017 20:37

      @Fergus
      Allez, un petit couplet contre le Brexit ! Qu’est-ce qui pend au nez des Britanniques ? Vous n’êtes même pas capable de le formuler... Le chômage est au plus bas de 1975, et l’industrie britanniqque n’a jamais si bien fonctionné depuis 1988, on ne risque pas d’en dire autant de la France !


      Et les tests sur les banques britanniques sont OK, on ne peut pas en dire autant en Europe, en particulier , des banques italiennes.... Quand tout ce machin bancaire va s’effondrer, c’est Fergus qui paiera, donc, c’est pas grave ...

      Vous savez que Mélenchon a félicité les autonomistes corses ?
      Et il se réjouit de l’échec des communistes..
      On sent bien que l’unité à Gauche est en marche, non ?

    • moderatus moderatus 8 décembre 2017 22:22

      @Fergus

      A mon avis, pas grand chose ne va bouger en Europe avant très longtemps en matière de découpage territorial.

       Bien sur ce n’est pas un tsunami, le processus sera log, mais plus les nations seront soumises à l’U.E lus les revendications seront fortes.

      D’une part, les nations commencent à comprendre en voyant ce qui pend au nez des Britanniques qu’une sortie de l’UE - malgré les nombreuses critiques à l’égard de celle-ci - serait pour elles une aventure extrêmement dangereuse.

       L’U.E. fait et fera tout pour rendre cette séparation douloureuse, car elle joue son avenir.
      mais se dire qu’on est prisonnier et qu’on n’a pas de choix est insupportable, et la liberté vaut bien quelques sacrifices.

       Les nombreuses désertions d’entreprises en Catalogne sont à cet égard un sérieux coup de semonce

      Toujours les puissances de l’argent qui veulent garder leur pouvoir , ils emploieront toutes les armes possibles. Je préfèrerai que ce soit les nations qui quittent cette Europe et en construise une autre où elles seront respectées, mais ce n’est pas le chemin choisi ..... pour l’instant.

      j’étais je l’ai écrit contre tout mouvement autonomiste ou d’indépendance, mais quand les nations
      abandonnent toute souveraineté et sont conduites vers la mondialisation , mon regard a changé.


    • moderatus moderatus 9 décembre 2017 09:19

      @Fifi Brind_acier

      Bonjour ,Fifi

      Je crois que vous ne comprenez pas la logique de la mondialisation...
      La mondialisation ne veut pas des Etats Nations, car elle ne veut pas de lois qui défendent l’intérêt général. Elles ne veut pas de lois contre la finance, contre les paradis fiscaux, contre les Monsanto et autres multinationales, ni de politiques protectionnistes, ni de politiques salariales, ni rien qui entrave leurs profits.

      Je suis d’accord avec chaque point de votre analyse, sauf sur les conséquences qu’il faut en tirer.
      Vous connaissez ma position sur l’U.E. , mais il faut être lucide, les nations ont perdu leur souveraineté, et vont au galot vers la mondialisation.

      l’autonomie et les risque d’indépendance de régions sont les seuls freins à ses dictats que l’on peut actionner aujourd’hui .

      Des régions entières qui vont demander plus de liberté sur nombre de domaines et cela en contradiction avec les décisions de l’U.E. Pour obtenir ces prérogatives , elles menaceront les états de sécession. comme l’on fait les Corses. c’est la seule façon aujourd’hui de déstabiliser
      l’lU.E .

      un exemple simple
      en Corse, 40% des logement sont achetés pars des étrangers qui ne vivent pas en Corse et font de la spéculation et de la location saisonnière.Les prix de l’immobilier explosent et les Corses ne peuvent plus se loger.

      Les corses avaient voté une législation pour n’accorder le droit de propriété qu’aux résidents de plus de 5ans.

      Cette disposition ne peut être appliquée
      veto de L’état français
      Véto de l’U.E qui met en avant le droit de circuler et de s’installer où l’on veut.

      les négociations Corses suite aux dernières élection vont commencer par cette disposition.
      Si le veto se maintient, il durciront leur position en menaçant de demander l’indépendance.
      Si c’est accepté , c’est une brèche dans le mur des directives Européennes.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 décembre 2017 21:57

      @moderatus
      Et comment les Régions peuvent - elles sortir de l’ UE ? Citez moi les articles des Traités qui permettent aux Régions de sortir de l’ UE. Merci.


      Sur l’immobilier, si les Corses veulent rester entre eux, ils n’ont qu’à vendre leurs biens en dessous des prix du marché, ... aux Corses, pas aux promoteurs, ni aux Allemands, ni aux Hollandais.

      Il faut être un peu cohérents, on ne peut pas vendre ses biens à n’importe qui, pour faire un maximum de fric, puis se plaindre qu’il y a trop« d’estrangers ».

      Mais pour vendre à d’autres Corses, aux jeunes en particulier, il faut vendre pas cher. Les Corses n’ont pas les moyens financiers des promoteurs immobiliers, ou des riches Allemands.


    • moderatus moderatus 10 décembre 2017 12:35

      @Fifi Brind_acier

      Les corses sont comme les Basque, ils veulent protéger leur région ou leur île des folies immobilières ;

      Les Corses avaient voté une procédure pour n’accepter les droit de propriété qu’à partir de 5 ans de résidence .véto de l’état et de l’U.E , c’est ce pouvoir inacceptable qu’il faut briser


    • damocles damocles 11 décembre 2017 09:16

      @Fifi Brind_acier


      Vous savez ce qui se passe si vous vendez en dessous du marché ?
       vente bloquée pour  soupçons de fraude fiscale ! .... et si vous refusez de vendre à un etranger ?
      discrimination passible des tribunaux si plainte !

      Alors vos « ils n’ont qu’a vendre pas chers aux corses » c’est du pipeau ..¨

      D’ailleurs je peux vous retourner l’argument pour les HOTELS ET IMMEUBLES ET SOCIETES FRANCAISES VENDUES AUX CHINOIS OU AUX QATARIS : ILS N’ Y A QU’ A LES VENDRE A MOITIE PRIX A DES FRANCAIS

      La seule mesure de regulation possible est législative , c’ est LE STATUT DE RESIDENT  : 5 ans de présence effective en Corse pour pouvoir acheter et construire

      C’ est comme pour la  LANGUE « RIEN N’EMPECHE LES GENS DE PARLER CORSE » bien sur, sauf que jusqu’aux années 50 c’etait interdit à l’ecole et à la recreation on vous donnait un temoin que l’on transmettait a celui qui parlait corse ,et celui qui l’avait à la fin de la récré etait puni , et que quand l’ enseignement et tous les documents sont en français les journaux en français, les radios et surtout la TELE en français , ben....c’est comme le pâté d’ alouette , moitié moitié , un cheval -une alouette ...

      Au QUEBEC ? COMMENT A ETE SAUVE LE FRANCAIS ? par des mesures officielles coercitives et heureusement d’ailleurs ,car il n’aurait jamais resisté au rouleau compresseur de l’anglais et serait devenu comme le parlé CAJUN en voie de disparition....

      .


    • moderatus moderatus 11 décembre 2017 09:22

      @damocles

      la seule mesure de regulation possible est législative , c’ est LE STATUT DE RESIDENT  : 5 ans de présence effective en Corse pour pouvoir acheter et construire


      Cette fois il faudra les écouter

      http://www.lepoint.fr/politique/corse-jusqu-ou-iront-les-nationalistes-11-12-2017-2178710_20.php


  • genrehumain 8 décembre 2017 17:58


                       ’Éducation à la citoyenneté mondiale  ».. 
      http://fr.unesco.org/ecm

     
     

    «  Nous sommes tous sur cette planète bleue et les différences nationalistes n’ont plus de sens. Nous appartenons à la grande famille humaine. »

    Le dalaï-lama, chef spirituel des bouddhistes tibétains, (le 14 septembre 2016 à Paris)

    1. Essayons de voir le monde non pas divisé en multiple bout de terre où l’on accroche des drapeaux, comme le font les enfants dans un bac à sable.Mais plutôt comme des humains atteignant enfin notre maturité.

      1. Pour cela quelques petits rappels scientifiques qui devraient être enseigner très tôt dans toutes les écoles du monde sûr notre Origine , ce qui éviteraient beaucoup de polémiques d’antagonismes stériles.

     Petit rappel de nos migrations et origines communes :

    1. Certains scientifiques pensent que seulement quelques personnes ont quitté l’Afrique dans le cadre d’une unique migration et qu’elles ont peuplé le reste du monde il estime qu’à partir d’une population de 2 000 à 5 000 personnes présentes en Afrique (nos arrières grands parents ), seul un petit groupe de près de 150 personnes a franchi la Mer Rouge ( .notre famille )
    2. D’autres scientifiques ont proposé un modèle de dispersion multiple selon lequel il y aurait eu deux migrations hors d’Afrique :

      • une par la Mer Rouge (la Route de la Côte), 
      • une autre aurait suivi le Nil à partir de l’Afrique de l’Est, se dirigeant vers le nord et passant en Asie à travers le Sinaï
        • Bref que ce soit une ou plusieurs migrations, comme on le voit
        • notre identité est commune et certainement africaine.

        •  voilà enfin résolu notre pseudo problème d’identité)
      • La différenciation superficielle actuelle entre groupes humains est due à une longue séparation géographique forcée, causée par les glaciations et autres conditions climatiques.


          • C’est nos préjugés et notre ’ignorance qui nous divisent et seul l’éducation (elle même dénuée de préjugés) peut nous en délivrer .
          •  L’UNESCO qui en a pris conscience commence enfin à y travailler en promouvant le concept d « ’Éducation à la citoyenneté mondiale  »..
          •  http://fr.unesco.org/ecm

          • Tous les événements tragiques que nous constatons , doivent nous aider à réaliser que comme le dit cette célèbre citation :
          •  
          • « La terre n’est qu’un seul pays et tous les hommes en sont les citoyens"
          •  Baha’u’llah (1817-1892)

          • Pour terminer, un petit clin d’œil aux événements d’Espagne avec la citation de l’un de leur plus grand poète et dramaturge.

            “ je chante l’Espagne et je la sens jusqu’à la moelle,
             mais je suis d’abord citoyen du monde et frère de tous.”

            Federico Garcia Lorca


    • moderatus moderatus 8 décembre 2017 18:24

      @genrehumain

      Vous êtes genre humain rêveur, c’est bien, mais ne soyez pas l’idiot utile des puissances financières , qui vont vous vendre l’idée du citoyen du monde et homme universel .

      Ils cherchent à produire cet humanoïde taillable et corvéable à merci., pour une société ou le but sera le productivisme.

      Avant de penser à aimer le monde il faut commencer par aimer ceux qui vous sont proche par les liens familiaux ou la proximité d’habitation.

      Quand je lis qu’on découvre des cadavres de vieilles personne décédées depuis de mois et qui pourrissent dans leur appartement HLM, et que j’entends ce type de langage que tiennent surement les voisins de ces gens ignorés par tous, mon envie de rire cesse, et monte la colère.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 décembre 2017 20:15

      @genrehumain
      Faut cesser de rêvasser. C’est exactement ce que souhaite le capitalisme mondialisé. Vous devriez vous faire sponsoriser pas Goldman Sachs, Soros et Monsanto ...
      Vous avez écouté Soros ? Lui aussi est pour un système mondialisé.


    • Yanleroc Yanleroc 9 décembre 2017 01:11

      @Fifi Brind_acier, la vérité est que « l’ euro-exit » n’ y changera rien sur le long terme, car cette idée (d’ une organisation planètarisée) est dans les têtes, carrément dans les gênes !


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 décembre 2017 06:42

      @Yanleroc
      Vous cherchez toujours le poil dans l’oeuf pour ne pas vous mobiliser pour le Frexit.

      Comme tous « les gentils virus » et autres « anarchistes » , vous trouvez plus de raisons de rester dans l’ UE, que d’en sortir.... , tout en disant qu’il faut en sortir !


      Le long terme, c’est l’affaire des peuples, ils feront de la souveraineté ce qu’ils souhaitent en faire. A moins que ne vouliez décider à leur place ce qui est bon pour eux ?

      Le court terme, c’est de sortir de l’ UE & de l’euro pour ne pas finir comme les Grecs. Mais visiblement, pour vous, ya pas le feu au lac...

      Les Français sauront reconnaître ceux qui les auront aidé à sortir du piège européen, et ceux qui , sous divers prétextes, leur ont laissé la tête sous l’eau.

    • Yanleroc Yanleroc 9 décembre 2017 09:36

      @Fifi Brind_acier, et puis on les tondra ?..

      « y a pas l’ feu au lac »
      Ah ben pour sûr ma bonne dame, les votations c’ est pas pour demain.
      Allez, on y croit, on y croit !
      # sauvez le Frexit #
      # touche pas mon BB #
      # vive moi #
      # Ah que #

    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 décembre 2017 21:59

      @Yanleroc
      Les votations sont dans le programme de l’ UPR, que vous feriez bien de lire, ça vous éviterait de perdre votre temps.


  • Legestr glaz Ar zen 8 décembre 2017 18:01

    Vous écrivez : « des régions à autonomie fortes ou indépendantes intransigeant la fin de l’U.E. telle qu’elle fonctionne aujourd’hui.

    Ce serait une autre Europe mais une alliance de régions souveraines pour des projets communs. »

    Vous avez une logique curieuse. Les Nations de l’UE ont transféré, à coups de réformes constitutionnelles, des pans entiers de leur souveraineté à Bruxelles et vous venez parler de la « souveraineté » des régions ? Ceci n’a aucun sens, strictement aucun sens. 


    Ce qui va se passer, en restant dans l’UE, c’est que les régions auront de plus en plus d’autonomie face à la Nation qui, au bout du chemin, n’aura plus aucun pouvoir sur celles-ci. Tout sera, finalement, « directement » piloté depuis Bruxelles, mais la souveraineté ne sera pas rendue aux régions. Vous croyez au Père Noël, c’est un produit de saison. 

    Je voudrais vous rappeler la loi constitutionnelle 2003-276 du 28/03/2003.


    • La loi constitutionnelle 2003-276 du 28 mars 2003, relative à l’organisation décentralisée de la République, offre aux 13 nouvelles régions françaises la possibilité d’acquérir une très large autonomie, préambule à la dislocation de la France en plusieurs entités régionales pouvant être pilotées depuis Bruxelles. Deux extraits significatifs : « Les collectivités territoriales ont vocation à prendre les décisions pour l’ensemble des compétences qui peuvent le mieux être mises en oeuvre à leur échelon ». « Les collectivités territoriales bénéficient de ressources dont elles peuvent disposer librement dans les conditions fixées par la loi ; elles peuvent recevoir tout ou partie du produit des impositions de toutes natures. La loi peut les autoriser à en fixer l’assiette et le taux dans les limites qu’elle détermine  ».

    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-incidence-de-la-ratification-des-189142


    • moderatus moderatus 8 décembre 2017 18:13

      @Ar zen

      Que cela ne corresponde pas à vos vœux, c’est compréhensible , mais les lois et les directives sont faites pour être amendées ou changées.

      Ce qui va se passer, en restant dans l’UE, c’est que les régions auront de plus en plus d’autonomie face à la Nation qui, au bout du chemin, n’aura plus aucun pouvoir sur celles-ci. Tout sera, finalement, « directement » piloté depuis Bruxelles,

      je l’ai déjà expliqué à un des intervenants ce que vous prévoyez est impossible

      Primo
      si certaines régions de libèrent du joug national ce ce n’est pas pour tomber sous le dictat de l’U.E qu’elles quitteront de fait.

      secundo

      l’U.E. ne pourra en aucun cas gérer la multiplicité des régions et elle disparaitra sous sa formr actuelle.

      tertio

      Si des régions comme la Corse ou le pays Basque que je connais bien, veulent se séparer ou distendre les liens d’avec la nation, c’est pour préserver leur langue, leurs traditions, leur culture,
      donc en aucun cas dépendre d’une Europe dont les buts sont le multiculturalisme, le mondialiste et le communautarisme.


    • Legestr glaz Ar zen 9 décembre 2017 10:01

      @moderatus

      Mais vous avez la tête dans un sac en écrivant : « les lois être les direcrtives sont faîtes pour être amendées ou changées ». Ceci est vrai mais comment cela se passe t-il dans l’Union européenne ?

      Vous en êtes resté au fonctionnement de la Nation souveraine. Je vous signale, car il me semble que vous ne le prenez pas en compte, que la France appartient corps et âme à un système « supranational ». Qu’est que cela veut dire ? 

      Cela veut dire que les directives, par exemple, pour être modifiées doivent recueillir une majorité qualifiée. Or, cette majorité qualifiée est extrêmement difficile à obtenir puisque les intérêts des peuples sur de nombreux sujets, sont divergents. Comme vous avez su l’écrire, les cultures, les langues, les traditions sont différentes. Les peuples européens ne réagissent pas de la même façon aux différentes problématiques. Un exemple tout récent : le glyphosate. Pas moyen d’obtenir une majorité qualifiée pour annuler ce projet. 

      Et lorsque ce n’est pas la majorité qualifiée à l’oeuvre, c’est « l’unanimité », celle qui permet de modifier les traités !

      Vous ne prenez pas en compte ce que je vous écris. L’autonomie des. régions va de pair, est couplée si vous voulez, avec les traités européens qui s’appliquent à ces régions. Vous n’arrivez pas à la prendre en considération. C’est très étonnant ? 

      Vous ressassez invariablement les mêmes contrevérités sans prendre en considération les traités européens qui s’appliquent dans tous les Etats membres. La Constitution française les a absorbés !

      Pour ce que vous écrivez adviennent, il faudrait modifier la Constitution française. Ceci doit vous échapper et vous ressortez de vieilles lunes. 

    • moderatus moderatus 9 décembre 2017 10:43

      @Ar zen

      Vous en êtes resté au fonctionnement de la Nation souveraine. Je vous signale, car il me semble que vous ne le prenez pas en compte, que la France appartient corps et âme à un système « supranational ».

      C’est tout ce que je refuse et condamne. nous ne sommes pas esclaves de cette supra nationalité.Les nations ont le droit et le devoir d’être souveraines. tout peut se défaire, il n’y a pas de fatalité, bous ne somme pas tenus en esclavage sauf dans notre cerveau, si on décide de se soumettre
      . L’Angleterre a su dire non, d’autres suivront.

      J’étais il n’y a guère contre les idées autonomistes et indépendantistes, je suis pour aujourd’hui car elles permettront de combattre cette supra nationalité .

      les demandes autonomistes de ces régions se heurteront au refus de l’U.E et durciront les positions de ces régions à forte identité.

      le talon d’Achille de l’Europe est là, dans la rebellion des régions, problème que l’U.E ne pourra régler.

      ce qui est étonnant c’est que vous acceptiez , et je n’en vois pas les raisons,que les peuples soient prisonniers de qu’ils refusent.

      Le peuple de France avait voté NON, elle a été trahie.

      La majorité qualifié et autres balivernes ,on s’en tamponne vous parlez comme les technocrates de Bruxelles alors que moi je vous parle de reconquêtes de souveraineté et de transformation de cette union Européenne qui nous mène à une mondialisation où l’homme n’est qu’une variable d’ajustement.
      Les lois se changent, les traités se modifient le fonctionnement de l’U.E qui va jusqu’à réglementer la contenance des chasses d’eau se transforme, il suffit de courage de volonté et de lucidité.

      Maintenant pour ceux qui sont pour le mondialisme, l’homme universel, la libre circulation des hommes et des capitaux sans aucune règles, alors il ne faut rien changer, sauf peurêtre accroire encore les pouvoirs de l’U.E.
      permettez que je ne vous suive pas sur ce terrain


    • Legestr glaz Ar zen 9 décembre 2017 15:15

      @moderatus

      C’est assez déroutant de vous lire. La « supranationalité » a été placée au niveau constitutionnel en France. Que voulez vous de plus pour comprendre que le traités signés par la France, dont le TUE et le TFUE, sont supérieurs aux lois nationales ? La Constitution c’est la loi suprême d’un pays. 
      Vous pouvez le condamner si vous le voulez, comme je le condamne moi même, mais en ne faisant aucune proposition pour sortir de cette affaire, rien ne sera possible.

      C’est ainsi que la seule possibilité offerte par la Constitution c’est de sortir de l’UE par l’article 50. Il n’y a pas d’autre voie possible. Modifier la Constitution tout en restant dans l’UE est impossible puisque la « supranationalité européenne » impose un transfert de souveraineté vers l’UE. Ecrire que les Etats ont le droit d’être souverains est une évidence. Mais cette souveraineté ne peut s’appliquer dans le cadre de l’UE qui fonctionne selon le principe de supranationalité. 

      Il ne peut pas y avoir de « rébellion des régions » puisque, comme en Espagne, la Constitution française l’interdit. Ce que vous écrivez ne correspond à aucune réalité. 

      La France a effectivement voté « non ». Mais la procédure du congrès, prévue dans la Constitution, a porté un coup de poignard au peuple, mais « légalement » modératus. Si vous ne voulez plus de ce genre d’ignominie, il faut « supprimer » la procédure du congrès. Examinez donc les propositions des partis politiques qui ont cette mesure en portefeuille.

      Je ne parle pas comme les technocrates de Bruxelles, je prends en compte la Constitution française, ce que vous ne faîtes pas préférant vous enfoncer dans une réflexion de cour d’école. Vous avez toutes les preuves de ce que j’écris mais vous faîtes comme si elles n’existaient pas. 

      Les traités se modifient à « l’unanimité ». Combien de fois faut-il l’écriree pour que vous le compreniez ? C’est l’article 48 du TUE. 

      Vous ne voulez pas admettre que nous sommes dans une nasse, que les traités ont une force supérieure aux lois nationales. C’est exactement ça la « supranationalité ». 

      A quoi cela vous sert-il d’écrire des articles si vous ne prenez même pas la peine de confronter vos connaissances avec celles des autres ? Nous avons tous des lacunes, moi le premier. Mais si je vous écris que les traités ont une force supérieure aux lois nationales vous n’êtes pas obligé de me croire. Mais vous avez la possibilité d’aller le vérifier en lisant l’article 55 de la Constitution française.
      Article 55

      Les traités ou accords régulièrement ratifiés ou approuvés ont, dès leur publication, une autorité supérieure à celle des lois, sous réserve, pour chaque accord ou traité, de son application par l’autre partie.


      Vous pouvez même examiner le titre XV de la Constitution française.


      Titre XV : De l’Union européenne


      Je vous le répète encore une fois. La « supranationalité » est inscrite dans la Constitution française ! Vous pouvez écrire que vous vous en moquez, que les traités se changent, que la majorité qualifiée ce sont des balivernes, ne vous en déplaise, en France, rien ne surpasse la Constitution. Vous devez en faire votre deuil. 

    • moderatus moderatus 9 décembre 2017 16:37

      @Ar zen

      Vous êtes très légaliste car je crois très attaché à l’U.E.

      et vous voulez absolument que nous soyons attachées et sans possibilité d’initiative.

      Seulement la constitution Française n’est pas figée ad vitam æternam ,

      la constitution de la V ème république a été modifiée 23 fois minimum.

      Certains parlent de VI ème république et de nouvelle constitution, et l’union Européenne si elle ne veut pas voler en éclats rapidement sera obligé d’accepter des modification à son champ de compétence. Les pression autonomistes seront répercutées par la nation ou ce qu’il en reste aux technocrates de Bruxelles qui seront obligés de lâcher du lest.

      sinon il faudra faire comme pour le nœud Gordien, le trancher


      http://www.20minutes.fr/politique/242292-20080718-constitution-veme-republique-deja-ete-modifiee-23-fois



    • Legestr glaz Ar zen 10 décembre 2017 07:39

      @moderatus

      Je suis attaché à l’UE écrivez vous ? C’est une blague ? Je pense que vous ne lisez pas mes commentaires. Vous m’avez beaucoup fait rire. 

      J’ai écrit un article sur les changements constitutionnels figurez vous. Il était inutile de m’écrire ceci en gras. Et mon article est bien plus étayé que le lien que vous proposez. Le voici. 


      Encore une fois, je dois vous le préciser, vous ne prenez pas en compte que les changements constitutionnels ont eu lieu « grâce » à la procédure du congrès et non par référendum populaire. Tant que cette procédure du congrès existera, le peuple en sera pour ses frais. 

      Je ne sais pas comment vous le dire mais, lorsque je lis sous votre clavier «  l’union Européenne si elle ne veut pas voler en éclats rapidement sera obligé d’accepter des modification à son champ de compétence. Les pression autonomistes seront répercutées par la nation ou ce qu’il en reste aux technocrates de Bruxelles qui seront obligés de lâcher du lest. » je me dis que vous avez de nombreuses lacunes à combler. 

      Il m’apparait que vous ne connaissez pratiquement rien au fonctionnement de l’U.E. Vos commentaires me le démontrent. Je vous crois sincère mais vous êtes très naïf ou, vous manquez cruellement d’informations. 

      Vous devriez commencer par le début. A quoi sert une Constitution dans un pays ? Y avez vous réfléchi ? C’est la question centrale. Ce que vous écrivez en parlant des technocrates de Bruxelles ne peut constituer que des « voeux pieux ». C’est comme dans la cour de récréation, les élèves qui se prennent pour les super-héros et qui vont régler séance tenante les affaires du monde. Seulement, modératus, vous n’êtes plus un enfant, et il faut bien prendre en considération le contenu de la Constitution française qui a intégré les traités européens (article 5, 55 et 88-1).

      Vous êtes une sorte de Don Quichotte, généreux, idéaliste et redresseur de torts. C’est beaucoup évidemment, et j’apprécie ces traits de caractères. Mais Don Quichotte doit faire face à la réalité, malheureusement. Les moulins à vent, il ne les a jamais vaincus, et pour cause. 

    • moderatus moderatus 10 décembre 2017 09:46

      @Ar zen

      Vous vous trompez sur Don Quijote de la Mancha aussi mais ce n’est pas grave . Relisez le.

      ce qu’il y a d’ennuyeux c’est que vous ne supportez pas que l’on ai une analyse différente des vôtres et que l’on fasse une projection différente des évènement.
      Alors vous tombez dans le dénigrement .
      ce ,’est pas parce que vous avez une analyse différente que je pense ou vous dis que vous êtes un ignare ou un fêlé. ou un gamin attardé.

      ne tombez pas dans ce travers , soyez tolérant sur les opinions contraires aux vôtres.

      la Corse fera-t-elle trembler l’état.

      http://www.liberation.fr/france/2017/12/08/la-corse-fera-t-elle-trembler-l-etat_1615495



    • Mmarvinbear Mmarvinbear 10 décembre 2017 14:46

      @moderatus

      Vous vous trompez sur Don Quijote de la Mancha aussi mais ce n’est pas grave . Relisez le.

      Un grand classique de la littérature espagnole ( castillane pour être plus correct ) qui à ma grande surprise est toujours lisible maintenant.

      Ce livre est aussi le premier cas connu ou l’auteur a été dépassé par les suites pirates qui en ont été faites au point qu’il a du écrire un second tome pour établir le canon de ses aventures et de sa fin.

    • Legestr glaz Ar zen 10 décembre 2017 15:10

      @moderatus

      Mais moderatus je ne dénigre nullement, je vous renvoie systématiquement à la loi fondamentale de notre pays, la Constitution, celle qui régit les règles des institutions et indique les pouvoirs des uns et des autres. 

      Quelle analyse avez vous faite ? Aucune figurez vous ! Ce que vous écrivez sur ce fil avec moi depuis le début ne repose sur aucun argument. Relisez et vous le constaterez. Vous venez me mettre des liens sur les changements constitutionnels sans même prêter attention que j’ai écrit un large article là dessus. Comment voulez vous être pris au sérieux ? 

      Il est vrai que vous pouvez « supposer » que la Constitution puisse ne pas s’appliquer. Il est vrai que l’on peut « modifier » la Constitution. Ce qui a été fait, nous en avons parlé. Mais un changement de Constitution, allant dans le sens du peuple, ne peut pas avoir lieu avec des dirigeants politiques voulant rester dans l’U.E. 

      Maintenant je vous demande simplement de me contredire. J’affirme que la Constitution française a intégré les traités européens, le droit européen et le droit dérivé européen. La jurisprudence constante du Conseil constitutionnel le prouve. 

      C’est ainsi que, de ma part, il ne s’agit aucunement d’une « projection » contrairement à vous, qui en faites. Je lis la Constitution française et je constate. Vous ne le faîtes pas moderatus. Ce n’est donc pas une « opinion » que j’avance ni « un point de vue ». Ce que je dis est extrait de la Constitution. Il faudrait que vous arriviez à la comprendre. 


      Et l’article de libération ne démontre rien du tout. La Corse est « constitutionnellement » parlant attachée à la France. Vous semblez l’oublier comme les « indépendantistes » catalans ont « oublié » que la Catalogne était arrimée à l’Espagne par la Constitution. L’histoire récente ne vous sert donc à rien ? 

  • juan 8 décembre 2017 18:07

    Ce qui se passe est un vrai drame, c’est le délitement de toutes les nations d’Europe, la fin d’une vraie cohésion nationale, construite au prix de sacrifices humains pendant des siècles. C’est un crime contre ces sacrifiés, qui doivent se retourner dans leurs tombes. Ceci se passe devant nos concitoyens dont le QI s’en irait en compote -nous dit-on- Quand, tous les pays auront été affaiblis, deux entités en seront bénéficiaires l’Europe et l’Islam... et je ne suis pas certain que l’Europe en sortira gagnante. Déjà que je viens d’apprendre qu’une région de la Grèce était sous contrainte de la charia ? Une honte, et la Turquie entend donner des leçons ! Elle a raison, cette europe est une viande hachée en putréfaction dans laquelle toutes les bactéries viennent prospérer.


  • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 8 décembre 2017 18:43

    Bonjour moderatus,

    La régionalisation utilisée contre la mondialisation est une arme à deux tranchants, en d’autres endroits cela porte le nom de balkanisation. Le processus est toujours le même, ce que l’on gagne en identité et en protectionnisme, on le perd au plan géostratégique où la région n’a pratiquement pas d’influence sur l’évolution du monde. Il suffit pour s’en convaincre de considérer la place du Monténégro ou du Luxembourg dans le concert des nations.

    Si l’on n’a aucune ambition de ce côté, alors tout va bien, mais je reste sceptique sur l’autonomie économique réelle de ces régions, sans matières premières suffisamment diversifiées. Franchement, je n’y crois pas.


    • moderatus moderatus 8 décembre 2017 22:01

      @Gilles Mérivac

      Bonsoir Gilles,

      En d’autres endroits cela porte le nom de balkanisation.

      La Balkanisation, je la vois plutôt comme en Iran, où des populations antagonistes partagent le même territoire.Un peu ce qui risque de nous arriver si on rate l’intégration. mais là il s’agit de séparations où de modalités d’autonomie.

      ce que l’on gagne en identité et en protectionnisme, on le perd au plan géostratégique où la région n’a pratiquement pas d’influence sur l’évolution du monde.

      Je pourrai répondre que ce que l’on gagne ou plutôt conserve en identité n’a pas de prix, mais je pense aussi que le fait d’être autonome n’est pas isolationniste et que des modalités de projets partagés peuvent être envisagées.

      la matière première n’est pas uniquement la richesse du sous sol, celle ci s’épuise un jour, mais il y a ’autre moteurs comme le savoir faire, l’intelligence, la créativité qui elles sont inépuisables. Je dirai aussi que le bonheur suprême n’est pas uniquement dans une société ou l’idéal c’est la possession du dernier smartphone.
      Moi j’y crois


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 décembre 2017 06:49

      @moderatus

      "Le terme de balkanisation est utilisé pour décrire le processus de fragmentation et de division d’une région ou d’un État, en des États et régions plus petits et souvent hostiles les uns envers les autres."
      Wikipédia.


      La balkanisation consiste à diviser pour mieux régner, comme le prévoit le projet de redécoupage du Moyen Orient.

    • nono le simplet nono le simplet 9 décembre 2017 07:11

      @moderatus
      je croyais que la balkanisation c’était de planquer son pognon à St Barth ou à Marrakech ... 


    • moderatus moderatus 9 décembre 2017 09:35

      @nono le simplet

      je croyais que la balkanisation c’était de planquer son pognon à St Barth ou à Marrakech ... 

      L’argent n’a ni odeur ni patrie. regardez nombre de nos artistes et sportifs, ils savent où planquer leur pognon.


    • nono le simplet nono le simplet 10 décembre 2017 05:08

      @nono le simplet
      c’est là que je me dis que j’aurais du écrire « balkanysation »


  • Jelena Jelena 9 décembre 2017 10:01

    >> Le régionalisme, dernier rempart contre le mondialisme ?
     
    Jusqu’au jour ou des multinationales se présentent à votre porte, achètent les services publics, les entreprises, les politicards, les médias... Ce qui fait que votre indépendance n’aura servi à pas grand chose.


    • moderatus moderatus 9 décembre 2017 10:49

      @Jelena

      Jusqu’au jour ou des multinationales se présentent à votre porte, achètent les services publics, les entreprises, les politicards, les médias.

      C’est exactement ce qui se passe aujourd’hui, vous savez à qui appartiennent tous les médias ?

      C’est ce qu’il faut essayer de freiner, les états nations étant pratiquement sans pouvoirs , que les populations essayent de se prendre en mains par plus d’autonomie est une démarche saine.


    • babelouest babelouest 10 décembre 2017 09:40

      @moderatus
      si les États-Nations paraissent sans pouvoir, c’est parce quelques individus, fort peu, y ont pris le pouvoir de façon en fait pas du tout démocratique. Du même coup ils ont vendu ces États aux Anglo-saxons.

      Si la City a décidé le brexit un jour, c’est uniquement afin d’avoir les mains plus libres pour diriger plus efficacement et plus rapidement le monde entier. D’ailleurs la Grande-Bretagne n’a jamais réellement fait partie de l’union, puisqu’elle avait exigé un statut à part comme d’habitude. Maintenant elle reprend carrément ses billes parce qu’elle sent que son grand dessein (qui ne date pas d’hier) approche de sa réalisation. La liberté du monde passe par la cautérisation de la City et de ses tentacules. Washington n’est que l’un parmi d’autres de ces tentacules. Tel Aviv également.


    • moderatus moderatus 10 décembre 2017 09:49

      @babelouest

      désolé, mais je n’entre pas dans
      ces considérations complotistes ou l’on met toujours les juifs. Ils ont d’autres soucis que l’U.E.


    • babelouest babelouest 10 décembre 2017 10:25

      @moderatus, Tel Aviv, que je sache, ce ne sont pas les juifs : vous comprenez de façon sélective ?

      Tel Aviv a été inventé par les Anglo-Saxons protestants, c’est cela la réalité, et ce n’est donc qu’un nœud secondaire, bien que présent.


  • Christian Labrune Christian Labrune 9 décembre 2017 10:10

    @Moderatus
    Votre article est intéressant, mais je crains tout de même que vous ne prêtiez à ces mouvements indépendantistes une analyse de la situation qui serait la vôtre, que je partage tout à fait, mais qui n’est pas du tout la leur.
    Dans la plupart des cas, l’idéologie de ces mouvements indépendantistes est assez fascisante, même s’il s’agit d’un fascisme qui se voudrait « de gauche ». Les têtes pensantes de ces mouvements pensent le plus souvent dans le très fumeux et ne sont pas très éloignées des crétins qui siégeaient nuitamment, en 2016, sur la place de la République, héritiers des slogans préfabriqués et creux de la meute des « indignés » quelques années plus tôt.


    • moderatus moderatus 9 décembre 2017 11:09

      @Christian Labrune

      Bonjour.

      Je connais très bien le le peuple Basque et les mouvements Basques et Corses.

      Le basques ne sont en aucun cas fascisants, c’est dans cette région que les partis dits extrémistes font les plus bas scores.
      les mouvement indépendantistes violents autrefois ont déposé les armes , il n’étaient pas suivis par la majorité de la population.

      Cependant ce sont des populations très attachées à leur langue , leurs coutumes , leurs traditions et à la préservation de leur territoire, et ces aspirations regroupent l’ensemble de la population.

      La construction Européenne qui a demis les nations de leurs souveraineté et voulant régenter l’avenir de peuple leur pose problème, ils demandent des garanties d’autonomie qui sont en contradiction avec ce que les technocrates de Belgique veulent imposer à travers l’état Français.
      Alors, avoir un maitre leur est difficile à accepter, deux, c’est inacceptable.

      Alors ces mouvements autonomistes grandissent, , se structurent politiquement, ayant abandonné la violence et vont batailler ferme , voyez les dernières élections, elles sont claires.

      Si par la négociation elles n’obtiennent pas les responsabilités et l’autonomie qu’elles réclament , alors elles iront vers une demande indépendantiste.

       


    • Christian Labrune Christian Labrune 9 décembre 2017 12:47

      @moderatus
      Vous connaissez la question mieux que moi. Je marche donc sur des oeufs. Mais il m’avait semblé quand même que les Catalans, loin de tonner contre l’Europe, attendaient qu’elle prît fait et cause pour eux contre la « tyrannie » espagnole. Le calcul s’était révélé plutôt calamiteux.

      Autant j’approuve les Britanniques d’avoir voulu prendre le large, autant je trouve les revendications des Ecossais ou celles des Catalans plutôt incongrues et même suicidaires. En fait, je suis plutôt jacobin. Je suis un Berrichon « monté » à Paris, mais si un Front le Libération du Berry surgissait, je concevrais très bien qu’on envoyât la troupe afin de ratatiner les Bituriges.

      Quand on fera massivement appel à l’intelligence artificielle pour gérer les territoires, les problèmes qui sont la cause de ces sortes de séparatismes pourront être traités d’une manière assez satisfaisante. On y arrivera nécessairement, mais si le mode actuel de gouvernement doit se prolonger, je ne vois aucune solution du côté de l’autonomisme qui puisse être efficace.


    • moderatus moderatus 9 décembre 2017 13:48

      @Christian Labrune

      Vous connaissez la question mieux que moi. Je marche donc sur des oeufs. Mais il m’avait semblé quand même que les Catalans, loin de tonner contre l’Europe, attendaient qu’elle prît fait et cause pour eux contre la « tyrannie » espagnole. Le calcul s’était révélé plutôt calamiteux.

      Là on est dans la politique ses ruses et mensonges , ne pas faire peur aux électeurs par une sortie de l’l’U.E obligatoire.

      Comme je vous l’ai déjà dit, j’étais contre les revendications indépendantistes surtout quand c’est une minorité qui voulait l’imposer par les armes. les arguments des séparatistes étaient assez discutables.

      Aujourd’hui la donne est différente, Une Europe qui conduit au mondialisme avec en plus des problèmes économiques et de gestion du territoire , son accompagnement, multiculturaliste et communautaire qui tue l’identité, pour ces régions à forte particularité linguistique et culturelle, c’est devenu une question de survie identitaire.

      alors là les mouvement autonomistes sont en phase complète avec les habitants de ces régions.

      L’adhésion à une nation qui se fond dans la mondialisation est pour eux suicidaire.


    • Christian Labrune Christian Labrune 9 décembre 2017 20:17

      @moderatus
      Je ne suis pas hostile à votre explication, surtout lorsqu’elle prend en compte la question identitaire. Ce qui se sera passé de l’autre côté du Rhin avec la politique délirante de Mutti Merkel vous donne raison. Même si les Länder, en Allemagne, ont un peu plus d’autonomie que nos régions, le beau résultat de cette politique de gribouille imposée à l’ensemble du pays contre sa volonté aura été de faire entrer en nombre des néo-nazis au Bundestag. Difficile de faire pis.

      En France, la politique sans imagination de Macron, asservie aux plus vieux trucs d’un libéralisme qui a déjà fait son temps, ne devrait pas tarder à accoucher d’aberrations assez comparables : le bonhomme s’enchante de jouir d’une majorité à sa botte, il mène gaillardement une politique désastreuse comme s’il était soutenu par l’ensemble du pays, mais quand les premières difficultés vont surgir, le sol va très vite se dérober sous ses pieds.

      Il reste qu’aujourd’hui en France, de Marseille à Brest ou à Dunkerque, c’est bien à peu près le même pays et le même peuple qui, depuis Jules Ferry, parle la même langue et partage la même culture. Il y a longtemps que les différences ne relèvent plus que d’un folklore qui n’a jamais été exactement le même pour deux villes à vingt lieues l’une de l’autre.

      Avant de vous répondre, je voyais sous votre intervention le poing de Jaja se lever en soutien à tous les indépendantismes. En d’autres temps, il aurait plutôt dû être internationaliste en diable, notre sans-culotte local, mais c’est qu’il a dû déjà oublier ses premières leçons. Ces sortes de soutiens, d’un fanatisme trop connu, je dois l’avouer, ne m’enchantent guère !


    • moderatus moderatus 9 décembre 2017 20:44

      @Christian Labrune

      Je ne suis pas hostile à votre explication, surtout lorsqu’elle prend en compte la question identitaire. Ce qui se sera passé de l’autre côté du Rhin avec la politique délirante de Mutti Merkel vous donne raison. Même si les Länder, en Allemagne, ont un peu plus d’autonomie que nos régions, le beau résultat de cette politique de gribouille imposée à l’ensemble du pays contre sa volonté aura été de faire entrer en nombre des néo-nazis au Bundestag. Difficile de faire pis.

      Quand les dirigeants créent plus de problèmes qu’ils n’en résolvent et ne tiennent aucun compte des aspirations du peuple, alors elles font le jeu des extrêmes, c’est historiquement ce qu’il advient irrémédiablement .

      le problème identitaire est à prendre en considération, c’est une inquiétude nationale et qui est plus forte bien sur dans les régions à forte identité culturelle. C’est aujourd’hui un facteur important de leurs revendication autonomistes.

      On ne peut leur répondre comme l’avait fait Jospin sur le ’’sentiment d’insécurité,’’ on connait la suite .


      Pour 70% des Français , leur idéntité est menacée.

      https://www.valeursactuelles.com/societe/sondage-lidentite-francaise-menacee-pour-70-des-francais-85139



  • jaja jaja 9 décembre 2017 13:36

    Superbe peuple catalan dans les rues de Bruxelles :

    https://www.youtube.com/watch?v=DnwZCQFTh6s


  • Mmarvinbear Mmarvinbear 9 décembre 2017 14:31

    Le relatif succès des régionalistes a plusieurs causes, mais aucune n’est capable de pousser à la scission avec les Nations dont elles font partie.


    Cela tient aux relations historiques, mais aussi économiques et sociales qui lient ces régions avec le reste de leurs pays.

    Comme chaque région a des particularités, il n’est pas possible de faire un portrait robot même si de grande tendances se dégagent.

    On peut noter ainsi que les séparatistes sont souvent issus de régions au PIB plus élevé que la moyenne du reste du pays. Cela donne un premier argument fort auprès des électeurs : garder l’argent ici plutôt que d’en voir une partie aller vers l’ Andalousie, les Pouilles ou la Wallonie.

    Autre tendance : les origines identitaires fortes. Pays Basque, Bretagne, Ecosse ont des passés riches et plus ou moins prestigieux. Les séparatistes jouent sur la nostalgie, même si la réalité historique est plus nuancée quand on y regarde de plus près.

    Si l’Ecosse a vraiment été une nation indépendante jusqu’au XVIIIè siècle, la Pays Basque a toujours évolué dans l’orbite navarraise, puis espagnole et française. Sa culture forte est illustrée par sa langue, complètement séparée des autres langues européennes et selon certains spécialistes affiliée aux langues du Caucase. Il semblerait que les Basques actuels soient les derniers survivants d’une première vague de peuplement humain, arrivés des siècles avant les populations indo-européennes.

    Il serait en revanche faux de dire que le Pays basque est unifié par sa langue : les dialectes locaux y sont très présents et le Basque moderne est une construction artificielle créée pour pallier aux très nombreuses différences de ces dernières.

    Cela joue aussi pour la Corse. Dès les origines du peuplement humain, l’ancienne Cyrnos a commercé, échangé et été influencée par les Etrusques, les Ibères, les Grecs. C’est Rome qui lui donne son nom actuel de Corse.

    L’île est ensuite passée sous domination Vandale, puis byzantine. Devenue lombarde, la Corse fait partie de l’Empire Carolingien qui la cède aux Etats Pontificaux qui la cède à son tour à Pise. Elle devient génoise qui fonde Bastia par la suite avant d’être indépendante pour 4 ans suite à une révolte contre Gênes. L’île repasse sous domination génoise avant d’être administrée par la France en échange d’une rente génoise pour couvrir les frais de la pacification. Sachant Gênes incapable de rembourser, la France fait valoir ses droits et prends la Corse.

    Ces régions sont, en revanche, incapable de subvenir économiquement à leurs besoins. La géographie et les ressources naturelles leur faisant défaut, elles ne se sont pas autant développées que les autres régions voisines lors de la première Révolution Industrielle. La hausse de la démographie locale, ainsi que les progrès en matière de transport, ont provoqué une diaspora des jeunes, partis dans des régions plus riches pour y trouver du travail.

    Il faut aussi parler du cas particulier de la Padanie, qui est une construction artificielle complète, issue de divers mouvements locaux mais sans liens forts entre eux et d’une alliance avec l’extrême droite italienne. S’il reste quelques personnalités poussant à l’ indépendance, le gros de la vague padane des années 90 est retombé depuis et le mouvement s’est considérablement affaibli, victime de dissensions internes et de malversations de certains de leurs dirigeants.



    • moderatus moderatus 9 décembre 2017 16:11

      @Mmarvinbear

      Bonjour ,

      merci pour vos compléments d’information,bien sur que les velléités indépendantistes actuelles n’ont pas toutes des revendications parfaitement identiques et au même degré.
      mais aujourd’hui l’Europe et son fonctionnement on t ajouté une motivation commune

      L’Europe moteur de la mondialisation est soumise aux marchés internationaux , sans tenir compte des populations et de leur particularisme identitaire. l’indépendantisme est devenu le dernier rempart à la politique de diversité culturelle actuelle. 


      https://www.lesechos.fr/monde/europe/030665392732-ces-autres-mouvements-independantistes-qui-mettent-lue-a-lepreuve-2119859.php



    • Christian Labrune Christian Labrune 9 décembre 2017 20:34

      l’indépendantisme est devenu le dernier rempart à la politique de diversité culturelle actuelle.
      ...................................................................... ...................
      @moderatus
      Vous y voyez quelque chose qui serait une solution. C’est là que j’ai du mal à vous suivre. Moi, je verrais plutôt dans les séparatismes le signe d’une pathologie, voire quelque chose de pire qui ressemblerait à la décomposition cadavérique. Or on sait bien que quand on en est arrivé à ce point, c’est qu’il est déjà bien trop tard et il n’y a plus guère de remèdes qui permettent au « patient » de se tirer d’affaire.

      En même temps, comme dirait l’autre, je suis incapable d’imaginer que l’Europe, en dépit des promesses que les candidats n’ont jamais manqué de multiplier, puisse jamais se réformer sans quelque secousse venue de l’extérieur et qui imposerait de tout remettre à plat. Une bonne guerre par exemple. 

      Autant dire que je ne sais pas vraiment sur quel pied danser, mais votre article à le mérite de poser une question essentielle, même si elle doit rester longtemps sans réponse vraiment décisive.


    • moderatus moderatus 9 décembre 2017 20:50

      @Christian Labrune

      En même temps, comme dirait l’autre, je suis incapable d’imaginer que l’Europe, en dépit des promesses que les candidats n’ont jamais manqué de multiplier, puisse jamais se réformer sans quelque secousse venue de l’extérieur

      je pense que les demandes autonomistes et les risques indépendantistes, auront une répercussion première sur les nations, qui obligeront alors l’Europe à se réformer pour éviter l’éclatement des nations.

      je pense que l’Europe ne pourra survivre dans sa forme actuelle et avec son projet mondialiste.Elle sera obligée de redonner du pouvoir aux nations, qui elles redonneront de l(autonomie aux régions.Les régions seront je crois le levier de ces changements.


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 10 décembre 2017 14:39

      @moderatus

      Je ne crois pas que l’UE soit une cause réelle de séparatisme. Après tout, ces régions sont géographiquement en Europe, et se couper de ce lien serait se mettre une balle dans la tête économique.

      Dans le cas des régions pauvres, elles bénéficient d’aides de l’UE. S’en priver serait se ruiner.

      Dans le cas des régions riches, leur fortune est issue des liens économiques tissés depuis des décennies avec les autres régions et les autres pays. La aussi couper ces liens serait un non-sens complet.

      L’Europe moteur de la mondialisation est soumise aux marchés internationaux , sans tenir compte des populations et de leur particularisme identitaire. 

      La mondialisation est apparue bien avant la naissance de l’UE en fait. Le commerce de la route de la Soie a permis les échanges entre l’Europe et la Chine bien avant Marco Polo.

      Quand aux marchés internationaux, ils existent de toute façon et nul ne peut s’en passer. Aucun système économique ne tient compte des particularités locales. Même le marxisme faisait fi des traditions économiques kazakhs.

      Je vois mal, en fait, comment l’identitaire pourrait souffrir de l’économie mondialisée car une identité régionale ou locale est un concept social, et non pas économique.

      En fait, la mondialisation est au contraire une chance pour elles de se développer, de se renforcer au delà de ses frontières traditionnelles.

      Ce qui tue un peuple après tout, c’est la stagnation et la régression de son espace d’existence, ce n’est pas le Coca-Cola en vente dans ses magasins.

      Si vous isolez le pays Basque par exemple, vous ne permettez pas à sa culture et à ses produits de se diffuser. Le marché local ne permet pas l’expansion économique faute de nouveaux acheteurs. Donc pas d’emplois supplémentaire et une jeunesse forcée de s’expatrier ailleurs.

      Est-ce cela que vous voulez au fond ?

Réagir