lundi 2 mars - par Taverne

Le virus de l’inquiétude

En quoi le philosophe peut-il apporter des réponses dans la crise du coronavirus ? Et bien, seule la lecture de cet exposé permettra de répondre à cette question. L'objet de cet article est de préciser les notions de peur, de crainte, d'inquiétude et d'angoisse mais aussi celle de société et de civilisation car l'inquiétude fait son nid et grandit au sein d'une certaine société et d'une civilsation donnée. Une peur en fait naître dix autres. C'est pourquoi, il est important de ménager ses émotions, non pas en rationnalisant à tout crin, mais en s'appuyant sur la Raison et sur l'intelligence de nos émotions (qui nous parlent et nous renseignent).

D'abord, il faut dissocier les émotions et les reconnaître.

La peur, la crainte, l'inquiétude : émotions de natures différentes

Le premier critère pour les différencier est la notion du Temps.

La peur est de l'ordre du temps présent, il s'agit d'une émotion pure et simple qui est causée par un danger percçu comme immédiat et réel.

La crainte repose fondamentalement sur notre passé : elle relève du savoir et de notre expérience ; elle comporte une composante importante de passé. Un exemple : quand on dit "chat échaudé craint l'eau froide". Le chat est animé d'une crainte légitime du fait de son expérience douloureuse passée. Une part de sa crainte est objective, l'autre ne l'est pas (il n'a pas de raison de craindre l'eau froide au motif qu'il doit fuir l'eau bouillante).

Enfin, qu'est-ce que l'inquiétude ? L'inquiétude est la gestion des incertitudes. Alors que la crainte repose d'abord sur ce que l'on sait, l'inquiétude fait face plutôt à ce que l'on ignore et que l'on ne maîtrise pas.

Dans la vie, on ne peut jamais être sûr de rien, l'inquiétude est le corolaire inévitable de cette loi universelle. L'inquiétude possède un éventail de degrés assez étendu, contrairement à la peur qui est "une" ; c'est une émotion "pure et simple". On a peur, point !

En revanche, on peut être plus ou moins inquiet. Un exemple : il est dans la nature de l'oiseau d'être sur ses gardes à tous moments pour éviter les prédateurs. Sa tête bouge incessamment en tous sens du fait que sa vision est latérale. Cette inquiétude est de bas niveau mais peut monter en puissance à l'approche d'un danger et, finalement, se transformer en peur. L'inquiétude n'est pas une émotion pure et simple, contrairement à la peur. L'inquiétude se teinte d'autres émotions ou sentiments.

Le coronavirus nous inquiète légitimement.

Publicité

Nous pouvons ressentir de la crainte, à savoir, comme nous l'avons dit, ressentir une appréhension liée à notre expérience et à notre savoir lacunaire. La crainte repose sur ce que l'on sait et sur la conscience que notre savoir est défaillant ou lacunaire. Cette expérience est personnelle ou collective. Il peut y avoir crainte fondée sur la gestion des crises virales précédentes dans notre pays. Il peut y avoir crainte provoquée par la mauvaise gestion des crises sanitaires dans des pays qui sont en contact avec nous. Ces exemples montrent que les craintes reposent bien sur un savoir que nous avons ou croyons avoir. La crainte s'appuie sur le savoir et l'expérience. En bonne logique et suivant cette analyse, tout le monde doit craindre le virus.

Maintenant, la peur, c'est autre chose, c'est l'exposition réelle - ou ressentie comme telle - par la conscience, à un danger immédiat ou, en tous cas, réel et imminent. Vous êtes dans un ascenceur et, en face de vous, un homme tousse comme un tuberculeux. De plus, il postillonne et vous ne pouvez pas sortir. L'émotion que vous ressentirez d'abord ne sera pas la crainte mais la peur. L'alarme est déclenchée en somme. La peur peut même se transformer en panique et en angoisse (perte totale de maîtrise des choses). Ce sont des émotions différentes de la peur qui est une émotion naturelle, saine et utile.

Quand la peur vous envahit et vous fait perdre vos moyens, le moins qu'on puisse dire c'est qu'elle n'est plus utile, elle est même contreproductive. On voit bien donc que la panique et la peur sont deux choses différentes. Pour citer un second dicton : la peur donne des ailes. La peur a pour fonction de vous éloigner du danger. La panique, c'est beaucoup moins sûr parce qu'elle peut vous paralyser ou encore obscurcir votre jugement de toutes sortes de pensées puissantes et négatives qui ne vous aideront pas de façon efficiente.

Nous vivons dans une certaine société qui génère de nouvelles peurs

Il est bon de se rappeler que le but de la société est d’abord de nous garantir un bon niveau de sécurité et un sentiment de sécurité, voire de bien-être (souvent hélas en option !). Mais on sait qu’aucune société n’est parfaite et qu’elle ne résout pas tous nos maux. Elle lutte efficacement contre les maladies par son système de soins mais elle ne peut pas nous prémunir de tous les risques et surtout pas (pas encore ?) de la mort.

La société peut aussi créer de l’anxiété, de l’insécurité. Evidemment, cela ne fait pas partie de son pacte fondateur. C’est plutôt à ranger dans la part des impondérable et des inconvénients secondaires. Les émotions qui nous mettent mal à l'aise (peur, crainte, inquiétude) changent de nature et nous échappent quand nous vivons en société.

Et d'abord, pourquoi vivons-nous en société ?

Nous vivons en société, à l'origine, parce que nous voulons nous soustraire autant que possible de la loi naturelle qu'est la loi du fort et du faible. Les hommes font société parce que l'union fait la force face à tous ces dangers cruels qui nous menacent. L'union fait la force en somme.

C'est pourquoi, en face de la loi naturelle du fort et du faible, nous opposons la loi du bien et du mal. Derrière ces grandes notions, cette barrière, nous espérons nous protéger du chaos et de la cruauté naturelle. Cela ne veut pas dire que les premières civilisations protégeaient les faibles au nom du Bien. Pas du tout. En Egypte, par exemple, le Bien était la loi du pharaon et des prêtres. Le bien était d'obéir aux lois des castes dirigeantes, le mal était de s'en écarter. Mais, reconnaissons qu'aujourd'hui, les choses se sont quand même améliorées.

Le problème des émotions se complexifie dans la vie en société. Des réseaux propagent ou relaient, voire amplifient les craintes et les peurs. La société de l'information en temps réel et à échelle (quasi) planétaire. "Quasi" puisque certains pays sont un assez opaques et fermés (Chine, Corée du Nord...).

La question alors se pose de savoir comment rattraper une crainte infondée qui s'est répandue avant qu'elle ne provoque une peur puis une peur panique ? Mieux encore : comment prévenir à la source la génération des peurs. Les peurs, en effet font feu de tous bois et s'alimentent de tout ce qui va dans leur sens ? La réponse en tous cas n'est pas par un discours disant "la vérité (qui est une forme du bien), c'est nous !" : faites-nous confiance sans poser de questions. 

Publicité

L'intelligence de nos émotions

L'émotion est l'intelligence du corps. C'est par le biais des émotions que le corps nous renseigne utilement sur la conduite que nous devons envisager. L'esprit peut ensuite faire le tri dans ces émotions et voir ce qu'il en est dans les faits. Pourquoi faut-il sans cesse opposer la raison à l'émotion et inversement ? L'émotion est l'intelligence du corps et, par voie de conséquence, nous devons faire travailler ensemble ces deux formes d'intelligence. La raison et les émotions doivent toujours collaborer.

Si vous comprenez ce que vous disent vos émotions et si vous pouvez faire le tri pour ne retenir que celles qui conviennent le mieux à la situation du moment, vous ne serez pas débordé par vos affects et vous serez toujours en capacité de penser.

Conclusion

Rappelez-vous ! (petit résumé) :

La peur est liée au présent et au danger perçu comme réel. On ne doit pas laisser la peur prendre le dessus si ces conditions n'existent pas ni laisser la peur nous envahir au point de se transformer en phobie ou en panique.

La crainte repose sur ce que l'on sait par expérience (chat échaudé). Il revient donc en ce cas de faire le point objectif sur notre savoir : que savons-nous exactement (et comment le savons-nous : vérifier les sources) ? Qu'ignorons-nous (et comment pouvons-nous obtenir de l'information fiable ?)

L'inquiétude vient du fait que, même si vous gérez votre peur, même si vous raisonnez votre crainte comme on vient de l'indiquer, il subsistera toujours de l'incertitude (elle est irréductible). L'inquiétude est la gestion des incertitudes : faites comme l'oiseau - exemple donné dans cet article - qui gère son inquiétude en fonction du degré de l'incertitude et dont l'inquiétude ne se change en peur que lorsque danger est en approche. Nous pouvons réduire notre inquiétude en nous en remettant aux autorités et aux sachants et en appliquant les consignes. En plus de réduire notre inquiétude, nous rendrons service à nos semblables...

C'est un peu court ? Je n'ai pas traité profondément toutes les questions ? Certes, mais voilà pour l'essentiel. C'est un article de philosophie "express", "de crise" ! J'espère qu'il ara permis au lecteur de voir plus clair, notamment par les distnctions à opérer au sein de ses émotions. Ce n'est pas une "leçon", c'est un point de vue (étayé). Je suis prêt à en débattre avec vous philosophiquement.

Ne laissons pas le virus de l'inquiétude saper notre société ! Maîtrisons nos peurs, nos craintes et nos inquiétudes.

 



44 réactions


  • rogal 2 mars 17:18

    L’avenir, parfois, fait peur.


    • Taverne Taverne 2 mars 17:44

      @rogal

      Espérons que les anxiolytiques dont nous avons tant besoin ne sont pas tous fabriqués en Chine ! smiley


    • BLUE CYRUS prong 2 mars 18:46

      @Taverne

      bonjours taverne , 

      puisque la chine ne nous livre quasiment plus en gel hydroalcoolique ...
      je me permet de te laisser un lien , la recette n’ est pas compliqué .
      https://www.who.int/gpsc/5may/tools/system_change/guide_production_locale_pr oduit_hydro_alcoolique.pdf?ua=1


    • mmbbb 2 mars 21:38

      @Taverne la France a quasiment délocalisée toute sa production et en cas de crise grave , les stocks seraient insuffisants Article paru en 2019 je n ai plus la source 
      Quant au Coronavirus , c est un virus pour lequel aucun vaccin n est en cours et dont la virulence est elevée . 
      Par ailleurs un defaut de communication et de serieux manques dans l equipe gouvernementale . Buzzin affirmait fin 2019 que notre pays ne serait pas touché .
      Comme a l accoutumée nos responsables nous prennent pour des cons cette femme est médecin ! C est d autant plus inexcusable C est une buzze 
      Quant aux Chinois , ils n ont pas suivi les recommandations de l institut Pasteur apres le SRAS . 
      Tout civilise que nous sommes , les vieux réflexes pavloviens reprennent vite le dessus .
      Le vernis de la civilite du respect craquelle tres vite 


    • rogal 2 mars 22:46

      @rogal
      Je voulais dire, en parlant de manière générale, que le présent n’est pas la seule source possible de la peur, contrairement à ce que l’auteur postule : le futur en amène d’autres, avant même de devenir à son tour... le présent.


    • Ruut Ruut 3 mars 09:09

      @rogal
      Bof, pourquoi avoir peur ?
      Visiblement rien n’est sous contrôle en France au niveau médical, sauf la communication mensongère dite « rassurante ».

      Si pandémie il y a, il n’y aura que des soins palliatifs (faute de traitement ou de sérum) et l’arrêt des publication par arrêt des recherches des infectés.
      Ce sera considéré comme une vilaine grippe.

      Oui, les irresponsables qui nous dirigent font peur, de par leurs mensonges et leurs actions non intelligentes, non logiques et surtout non expliquées clairement.

      Indirectement, les urnes les y ont mis au pouvoir, nous pouvons donc remercier pour la situation actuelle et ses conséquences, les électeurs de LREM du second tour et les non votants qui ont par leur choix (de ne pas poter et donc de tout accepter) acceptés ces décisions.

      Lavez vous bien les mains....


    • Rera 3 mars 11:57

      @Taverne et @ tous,
      La grande manipulation des médias et du gouvernement à commencer avec le Coronavirus pour créer une psychose et dissuader les français d’aller voter aux élections municipales pour atténuer la bérézina de la LREM.POUR INFO bizarrement personnes n’en parlent ???en 2018/2019 la grippe en France a fait plus de 8100 morts...et l’opposition est tombé droit dans le panneau.Ce matin tous les médias aux ordres de l’Elysée s’interrogent quand est ce que on va passer au stade 3 ???pour amplifier la psychose...


    • Ruut Ruut 3 mars 12:45

      @Rera
      Vue les zones de contamination c’est surtout des procédures de quarantaines et de décontaminations foireuses.


  • Francis JL 2 mars 18:46

    Bonjour Taverne,

     

    ’’’D’abord, il faut dissocier les émotions et les reconnaître.

    La peur, la crainte, l’inquiétude : émotions de natures différentes ’’

     

     La peur : https://www.youtube.com/watch?v=TyqxECGiXp4

    Ps. Vous avez omis l’angoisse qui, sauf erreur est de nature encore différente .

     


    • Taverne Taverne 2 mars 19:48

      @JL

      L’angoisse.

      Je peux vous donner un résumé de ma conception de ce mal, car je n’ai traité que des émotions non pathologiques dans ce court article.

      L’angoisse est, selon moi, l’état d’impossibilité d’agir dans une situation durable qui nous dépasse, nous contraint, ou nous enferme.

      Il y a l’angoisse physique : le rat du laboratoire du Professeur Laborit (dans le film « Mon oncle d’Amérique », il me semble) qui ne peut pas s’enfuir de la cage dans laquelle on lui envoie des décharges électriques. Il n’a aucune échappatoire et s’angoisse de plus en plus (son énergie se retourne contre lui-même et le détruit de l’intérieur). J’ai donné l’exemple de la personne enfermée dans un ascenseur avec un malade qui crache. C’est presque la situation du rat.

      Pour se faire une idée de l’angoisse, lire Le Puits et le pendule, une nouvelle d’Edgar Poe, un chef-d’oeuvre du genre.

      Il y a l’angoisse existentielle : elle est proprement humaine : ce sont les affres de la conscience en proie à ce qui la dépasse, à savoir : la mort, le destin, l’infini de l’univers, le Temps...


  • caillou14 rita 3 mars 08:20

    La peur ne se déclenche pas toute seule ?

    Quelqu’un allume la mèche, en l’occurence le gouvernement en place pour avoir la main sur le peuple !

    Triste spectacle donné par Ali-Macron et ses 40 voleurs !

     smiley


  • doctorix doctorix 3 mars 09:05

    Faire peur est manifestement ici le but de « l’opération coronavirus ».

    Comme pour « l’opération réchauffement climatique anthropique ».

    Plus anciennement « l’opération virus H1N1 ».

    Faire peur permet un tas de choses au pouvoir : faire passer pour vétille un article 49-3. Iinterdire les rassemblements (ici, c’es une sorte de banc d’essai) et d’une manière générale, porter atteinte aux libertés.

    Mais ici, comme souvent, la peur ne repose sur rien.

    Il s’agit d’organiser une hystérie collective médiatico-politique.

    Nous avons un coronavirus qui a touché 200 personnes et tué trois vieux en France, dont une embolie pulmonaire qui aurait pu tué sur une fracture de jambe tout aussi bien.

    Pendant ce temps, il y a une grippe qui touche plusieurs centaines de milliers de personnes, qui en a tué sans doute 200, et en tuera encore 2 ou 300, comme tous les ans.

    On parle des trois morts, et pas des 200, qui ne semblent effrayer personne. Tout le monde a peur à cause des trois morts du cooronavirus, et personne à cause des 200 morts de la grippe saisonnière.

    Les media ont un rôle effroyable dans cette propagation hystérique d’une peur déraisonnable : cette fois, pas plus que les autres, ils n’auront pas de compte à rendre, et on continuera à dénoncer les fake-news des media alternatifs...


    • doctorix doctorix 3 mars 14:06

      @dimitrius
      Les chinois font leur job, sans outrances médiatiques, dans le cadre d’une épidémie pas plus grave qu’une autre, mais qu’ils doivent maitriser au mieux de ce qui est possible dans la gestion d’un grand nombre.
      Ils se foutent pas mal du 49-3.
      Nous nous utilisons ce phénomène passager, pas plus grave qu’un autre, pour de tous autres buts.
      Quand je m’exprime sur agoravox, je m’efforce d’exposer le bon sens (c’est d’ailleurs pour cela que je suis adhérent à l’UPR, qui actuellement est le seul représentant du bon sens). Vous choisissez de participer à l’hystérie collective, c"est votre droit et ça vous regarde.
      Mais nous sommes de nombreux médecins à soupirer et à lever les sourcils devant une manipulation de la population qui a des précédents et qui aura hélas des successeurs.
      Vous avez une vocation d’esclave et de suiveur, souffrez que d’autres aient d’autres ambitions intellectuelles et qu’ils aient le droit d’utiliser leur cerveau.
      Cette épidémie se terminera dans quelques semaines, et tout le monde aura oublié les âneries que vous proférez. Ils se souviendront juste que Doctorix avait raison, comme la plupart du temps.


    • doctorix doctorix 3 mars 14:27

      Comme nous l’indique djam plus bas, il s’agit en fait de deux choses : une guerre économique contre la Chine, et une aubaine offerte pour les fabricants de vaccins.
      Ainsi bien sur qu’un chaos organisé pour faire passer des réformes iniques et sans objet et pour dominer un peuple maintenu dan l’ignorance et manipulable sans limite lorsqu’il a peur.
      http://www.wikistrike.com/2020/03/coronavirus-une-fausse-pandemie-qui-est-derriere-cela-destabilisation-economique-sociale-et-geopolitique-mondiale.html


    • doctorix doctorix 3 mars 14:52

      @bernard

      C’est votre côté optimiste ? 

      Non je veux surtout décriminaliser le coronavirus et même la grippe.
      Ceux qui meurent sont vieux, très vieux, et il faut bien mourir de quelque chose. Ils meurent de leur fragilisation liée à l’âge, et il est bien difficile d’attribuer les décès à la grippe plutôt qu’aux insuffisances respiratoires, au diabète ou aux maladies vasculaires sous-jacentes.
      La grippe est souvent la goutte d’eau qui fait déborder un vase déjà bien plein.
      Votre chiffre de 2800 est sans doute un peu abrupt, mais il minimise d’autant plus le rôle du coronavirus, qui apparait alors véritablement comme un épiphénomène, statistiquement de faible incidence sur la mortalité.


  • troletbuse troletbuse 3 mars 09:11

    Le suspensoir est le remède pour les cojones à virus. Le suspensoir évite la chute des bourses.


  • egos 3 mars 09:15

    L’hypothèse que le plan Coronavirus ait pu être confié à B Griveaux, entre deux séances d’activités ministérielles, n’arrange rien à l’affaire.


  • troletbuse troletbuse 3 mars 09:26

    Finalement, on a réussi à détecter le conard à virus avant la mise au point du test de détection. On est trop fort.


  • Taverne Taverne 3 mars 09:43

    La quiétude et l’inquiétude

    L’inquiétude est une arme efficace. Mais pour qu’elle le reste, elle nécessite des périodes de repose, de quiétude. Car une inquiétude permanente ne fait qu’émousser inutilement le processus naturel et viral de l’inquiétude, capacité qui nous est aussi nécessaire qu’est vitale pour notre corps le système immunitaire.

    Notre société d’agitation permanente, de surinformation, de polémiques, de bruits, d’images en boucles, de surconsommation, n’est pas propice à l’émergence de plages de quiétude. A nous de nous accorder ces moments par la lecture, la musique, la sieste, la promenade, la relaxation, l’amitié...

    La quiétude aide l’inquiétude à rester et efficace, c’est-à-dire vigilante mais non envahissante.


    • Taverne Taverne 3 mars 09:46

      Message refait (il y avait des fautes)

      La quiétude et l’inquiétude

      L’inquiétude est une arme efficace. Mais pour qu’elle le reste, elle nécessite des périodes de repos, de quiétude. Car une inquiétude permanente ne fait qu’émousser inutilement le processus naturel et vital (et non pas « viral »  : désolé) de l’inquiétude, capacité qui nous est aussi nécessaire qu’est vital pour notre corps le système immunitaire.

      Notre société d’agitation permanente, de surinformation, de polémiques, de bruits, d’images en boucles, de surconsommation, n’est pas propice à l’émergence de plages de quiétude. A nous de nous accorder ces moments par la lecture, la musique, la sieste, la promenade, la relaxation, l’amitié...

      La quiétude aide l’inquiétude à rester et efficace, c’est-à-dire vigilante et non envahissante.


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 3 mars 12:20

      @Taverne Pour info, l’inquiétude n’est pas une émotion mais un sentiment, comme du reste le bonheur, la tristesse ou la quiétude


    • @Taverne Respir et inspir. Vie et mort doivent alterner pour un bon équilibre mental. 


    • Radix Radix 3 mars 13:00

      Bonjour Taverne

      Pour les inquiets, je leurs conseille de mettre la tête dans un sac en plastique et de serrer fort autour du cou : vous ne risquez plus rien !
      Bon il y a quand même des effets secondaires désagréables mais vous ne mourrez pas du corona virus !

      Radix


    • Taverne Taverne 3 mars 14:05

      @Bernard Dugué

      Bernard, je ne connais pas vos sources mais voici une source : sur Wikipedia que je viens de consulter, l’inquiétude est une émotion. On la retrouve dans le tableau en rosace sous le nom d’« appréhension ». Larousse confirme que les mots « appréhension » et « inquiétude » sont synonymes.

      L’oiseau inquiet de mon exemple ne me paraît pas sujet de sentiments, le mot me paraissant réservé aux être humains.

      Cela dit, même en changeant les mots, on ne changerait pas le fond de la question.


    • Taverne Taverne 3 mars 14:12

      J’ai survolé un peu ce qui se dit. J’en conclus provisoirement qu’il existe une inquiétude de type émotion (celle que l’on partage avec les animaux) et une inquiétude sentiment (qui relève de notre lobe frontal et qui est plus élaborée que l’émotion).


    • @Taverne

      Vous avez raison, contrairement au sentiment, l’émotion est nettement moins contrôlable, ce qui dérange beaucoup le « scientifique » et rationaliste Dugué. htt/www.lalibre.be/debps :/ats/opinions/comment-reagissent-professeurs-et-eleves-face-a-l-angoisse-des-temps-modernes-5e5bd7e0d8ad58685c4e4f3d


    • Taverne Taverne 3 mars 14:29

      Ou encore, je dirais que l’inquiétude est une capacité nous permettant d’évaluer en continu la situation et à mesurer l’intensité du danger dans le présent et le futur très immédiat. Etre aux aguets.

      Mais cela n’empêcherait pas qu’elle soit aussi une émotion car l’émotion est une information donnée par le corps. Cette information se traduit sous la forme d’une tension suivie d’une charge physiologique (étymologie : « é meut » : met en mouvement notre corps en-dedans), charge qui se maintient aussi longtemps que nécessaire.


    • @Taverne On peut cacher ses sentiments, mais le corps trahit les émotions ;


  • Djam Djam 3 mars 10:50

    Pour déclarer des guerres il faut :

    1/ fabriquer un ennemi (les EU passe leur temps à ça)

    2/ fabriquer des peurs ad hoc... dont celle-ci : http://www.wikistrike.com/2020/03/coronavirus-une-fausse-pandemie-qui-est-derriere-cela-destabilisation-economique-sociale-et-geopolitique-mondiale.html


    • doctorix doctorix 3 mars 14:35

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Les enfants ont parfois tort de faire confiance aux adultes, d’autant plus que les adultes dépassent rarement le stade de l’enfance sur le plan intellectuel.
      L’éducation actuelle les pousse à croire plus qu’à savoir, et nous sommes en pleine régression civilisationnelle, genre Orwell 1984 : la guerre c’est la paix, le mensonge, c’est la vérité, la liberté, c’est l’esclavage.
      Souhaitons qu’ils se révoltent un jour, puisque nous sommes incapables de le faire.


    • @doctorix Raison pour laquelle je laisse des petits cailloux sur Agora. En espérant qu’ils réussissent ce que nous avons raté.


  • bebert bebert 3 mars 14:15

    La peur n’évite pas le danger 


  • Que dire aux enfants ? Que s’ils sont en vie, c’est parce que leurs ancêtres ont survécu à la guerre 40-45. Eros et thanatos. La vie sur terre est faite de cycles.


  • Puisque je suis bloquée par Dugué, j’aimerais mettre ce commentaire. L’important n’est pas de savoir si le virus est dangereux ou non mais de savoir que la civilisation actuelle par rapport à l’époque du H1N1, est immuno-déprimée.....


  • dimitrus n’est que le nouveau pseudo d’Henry Canant, le troll.... Repéré.


  • Comme par un de ces hasards auquel je ne crois pas, le signe du poisson dans lequel nous nous trouvons actuellement est le signe des épidémies et pandémies,... Et Neptune, son maître s’y trouve. De plus le Carême signifie : quarantaine.


    • @Shawford Lis au moins la véritable astrologie : Astrologie stellaire et mythologique de Denise Chrzawoska. Le signe qui précède prépare le suivant (sidéral et tropical). D’ailleurs, le signe du verseau est un signe d’air mais représente un verseur d’eau dans une jarre, préparant le poisson. Marie-Claire ou Paris-Match,...quelle référence !!!!


    • @Mélusine ou la Robe de Saphir. corrigé CHRZANOWSKA.


  • Xenozoid Xenozoid 3 mars 18:30

    ici au pays bas ils aprennent au gosses a eternuer au niveau du coude,ils leurs aprennent a tousser...oh my gosh,ils sont tous fous,j’ai pas tv mais meme en ligne si je regarde les media officiels,tout est plein de virus...

    c’est la fête au village

    et il caricature la chine en disant que les gens n’ont pas de choix.et que ,ça marche...pays bas france china même combat


  • BA 3 mars 23:40

    La mortalité du coronavirus trois fois supérieure à celle de la grippe, selon l’Organisation Mondiale de la Santé.


    https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/la-mortalite-du-coronavirus-trois-fois-superieure-a-celle-de-la-grippe-selon-l-oms-559bc372ba52a63adf46cd9280e18901




Réagir