mardi 1er novembre 2016 - par de Lima

Les effets de la dette publique sur l’économie

LES EFFETS DE LA DETTE PUBLIQUE SUR L’ÉCONOMIE

Dans les pays développés, une part importante de la croissance s’est réalisée par l’endettement. La dette publique peut être définie comme l’ensemble des engagements financiers encore dus par les administrations publiques, à savoir l’Etat, les collectivités territoriales et les établissements publics. La crise des dettes souveraines qui s’est déclenchée en 2008 a eu l’air de rappeler au monde entier que les Etats pouvaient faire défaut. Il est vrai que l’Etat est réputé indéfiniment solvable du fait de sa capacité à lever l’impôt. Pourtant, l’Argentine au début des années 2000 avait fait faillite.

Aujourd’hui, on constate que la perception actuelle de la dette est très mauvaise. Pourtant, la dette publique est en soi nécessaire. Il faut donc faire une distinction entre la dette en elle-même et le niveau de dette pour analyser sa légitimité.

  1. Les fondements théoriques de la participation de la dette publique à la croissance
  1. La dette publique constitue un instrument de la politique budgétaire

Dans la théorie keynésienne, les déficits sont jugés positifs, car l’augmentation des dettes publiques peut avoir un effet bénéfique sur la croissance notamment en phase de récession. L’effet est d’autant plus important qu'il est financé par la dette, car l’augmentation des dépenses par l’impôt augmenterait la pression fiscale.

  1. La dette publique n’est en soi pas illégitime

Il existe deux situations dans lesquelles nous pouvons considérer qu’avoir recours à la dette est cohérent. Premièrement, il y a des investissements qui bénéficient à plus d’une génération, il n’est donc pas anormal que leur paiement soit étalé sur différentes années. Deuxièmement, il y a des secteurs financés par les dépenses publiques qui contribuent à la croissance ; l’exemple de l’éducation semble illustrer ce point. Dès lors, lorsque l’endettement respecte « la règle d’or », il contribue à la croissance.

  1. Le niveau de dette actuel est aujourd’hui trop important et affecte ainsi l’économie
  1. Le service de la dette, une diminution du potentiel de la politique budgétaire

Le service de la dette, qui correspond à l’annuité, peut être défini comme « la somme à débourser chaque année pour honorer sa dette. Le service de la dette est composé du principal à rembourser et des intérêts »[1]. Les intérêts à eux seuls, représentaient en 2015, 2% du PIB, ce qui constitue le deuxième poste de dépenses publiques en France[2]. Le service de la dette entraine donc une réduction de la capacité de la puissance publique ; le potentiel de la politique budgétaire s’en trouve donc réduit. Le service de la dette n’a sur le plan économique que peu d’intérêts ; il rémunère certes les agents économiques détenteurs de bons du Trésor, mais une part importante de ces derniers se trouvent à l’étranger.

  1. Une dette importante ralentit la croissance du PIB

En ce qui concerne les effets de la dette sur la croissance, ils sont incertains. Reinhart et Rogoff ont mis en évidence une relation entre un taux d’endettement public supérieur à 90% et la diminution du taux de croissance du PIB (2010). La France se trouve aujourd’hui exactement dans ce cas de figure. Si l’effet d’une dette importante sur le ralentissement de la croissance semble être avéré et faire consensus parmi les économistes, l’ampleur de cet effet est incertaine.

  1. La dette modifie à long terme les anticipations et les capacités des agents économiques
  1. Equivalence ricardienne et éviction par l’épargne

Lorsque les administrations publiques financent leurs investissements par l’emprunt, les anticipations des agents économiques peuvent être modifiées. En expliquant les limites de la politique budgétaire, l’équivalence ricardienne nous fournit aussi un élément pour comprendre comment la dette peut freiner la croissance. En effet, les agents savent que les emprunts finançant la politique budgétaire devront être remboursés. Ils anticipent donc une hausse des prélèvements obligatoires et augmentent donc leur épargne. Cela est lié à la notion d’anticipations rationnelles telle que formulée par Robert Lucas. En France, le taux d’épargne s’élève à 15.1% en 2014.

  1. Une dette forte augmente les taux d’intérêts et peut nuire à la capacité d’emprunt des ménages et des entreprises

L’endettement public présente aussi un effet négatif important via le canal des taux d’intérêts, leur hausse provoquant un affaiblissement de l’investissement. Deux situations possibles sont à distinguer. D’une part, la hausse de l’endettement public provoque une hausse des taux d’intérêts qui se répercutent dans les capacités d’emprunt des agents économiques, ce qui nuit à leur consommation et leur investissement. D’autre part, face à une dette élevée, les investisseurs peuvent redouter un défaut de paiement. Dès lors, les agents anticipent des hausses de primes de risque, ce qui augmente les taux d’intérêt pour la dette privée et la dette publique.

 

[2] Atlas ECO, BNP Paribas



79 réactions


  • tf1Groupie 1er novembre 2016 15:13

    « la hausse de l’endettement public provoque une hausse des taux d’intérêt »

    Ce n’est pas vraiment ce que l’on constate en ce moment.


    • Croa Croa 1er novembre 2016 15:39

      À tf1Groupie,
      Oui, l’auteur se fait des nœuds au cerveau smiley
      *
      Je crois que son refus de voir les réalités rend con. Ce monsieur préfère la doxa officielle, et ses sophismes, à l’économie réelle. Si ça se trouve dans sa tête ça navigue carrément à vue. La hausse de l’endettement provoque au moins une hausse du service de la dette : Ce service comprend en effet le payement des intérêts mais pas seulement, aussi les remboursements en cours moins les nouveaux prêts (en net il n’y a pas remboursement des dettes, celles-ci étant prévues pour être éternelles). Ce qui augmente ce ne sont pas les taux d’intérêts mais la charge des intérêts en valeur absolue. ( Les taux baissent en effet en ce moment, cette valeur ne dépendant que de l’air du temps smiley )


    • Paul Leleu 1er novembre 2016 20:02

      @tf1Groupie

      oui... ces histoires de dette c’est n’importe quoi... 

      déjà il faut comparer une dette avec des actifs qui vont en-face... et en plus l’étaler sur la durée du paiement... 
      par exemple, il faut évaluer votre « dette immobilière » pour votre maison, avec le fait qu’elle sert à achter un bien concret qui entrera à votre patrimoine, et en plus étaler sur les 20 ans de votre emprunt... personne n’imagine comparer son « taux d’endettement » personnel sans prendre en compte le futur patrimoine, et en rapportant les 20 ans de crédit sur une seule année !!! Tous ces chiffres de la dette n’ont donc aucun sens sauf pour la propagande débile...

      l’emprunt d’état français court en moyenne sur 7ans1/2... il faut donc déjà rapporter notre dette non pas à un an de PIB mais à 7,5 ans... ça change déjà tout ! et ensuite il faut mettre en regard les actifs que cela procure à l’état et au fonctionnement économique du pays... 

      ensuite, même les dépenses « de fonctionnement » sont des investissements... l’Allemagne consacre 50% de budget en plus que la France pour sa justice, afin d’attirer les investisseurs étrangers, par une stabilité et une prévisibilité de l’administration... une administration pauvre ne rassure pas les investisseurs.

      enfin... l’argent de l’Etat est dépensé sur place et non pas à l’étranger... contrairement aux évadés fiscaux, les « fonctionnaiiiiires » non-seulement rendent un service utile en échange de leur argent, mais en plus ils sont un élément stable de l’économie locale... famille, enfants, emprunt maison, assurance, voiture, commerces locaux, vacances en France, etc. Car un fonctionnaire qui a de la visibilité apporte un peu de « stabilité » dans le paysage socio-économique de nos petites villes. Il n’y a qu’à voir comment le départ des régiments à anéanti de nombreuses villes... eh bien la RGPP a le même effet un peu partout, de manière lattente... 

      sans compter que le service public est notre bien commun à tous... on est toujours content de pouvoir bénéficier de l’hopital en cas d’accident... et même des flics en cas de vandalisme... bref... la dette c’est surtout un truc de théoriciens en chambre 

    • RICAURET 1er novembre 2016 21:53

      @tf1Groupie
      SI SI LES TAUX NÉGATIF FONT EXACTEMENT CE QUE LES TAUX AURAIENT FAIT L ARGENT NE VA PLUS A L ÉCONOMIE NE CIRCULE PLUS
      ALLAIT SUR QUOTIDIEN.COM LA ON VOIT LA LISTE DES LICENCIEMENTS , DES MÉFAITS DE LA PLANCHE A BILLET ET DES TAUX NÉGATIFS
      LA GANGRÈNE EST DANS LE MONDE ENTIER 


    • gimo 2 novembre 2016 16:43

      @Paul Leleu
      il faut mettre en regard les actifs que cela procure à l’état et au fonctionnement économique du pays...

      faux les actifs sont pour en grande partie pour financer un train de vie des politiques criminels
       et administrations paye les petits rois des salaires a ne plus enfinir et les privilèges honteux des pillards des gouvernements
      le clientelisme tous azimut pour alimenter les corruptions bref le grand pillage ceci en regle generale de 100 millard € pour maintenir leur systeme en place c’est ça l’active des dettes avec le concour des economistes vereux.....et medias. tout le restant c’est de la poudre pour embrouiller les pistes et la verité des faits en realite vous le serez bientôt et encore une fois vous tomberz des nues  !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! ben alors !!!!!!!!! le mot ETAT  est une escroquerie une Nation oui c’est une bande de pillards sous pretexte
      de gerer les affaires publiques autorise avec un cheque en blanc par un vote qui vaux blanc 
      seing pour 5 ans 


    • Pere Plexe Pere Plexe 2 novembre 2016 19:01

      @tf1Groupie
      C’est une des spécificité de l’économie : la réalité ne vaut rien et ne saurait polluer les dogmes... 


    • hunter hunter 6 novembre 2016 18:53

      @Pere Plexe

      Parfaitement ! et l’auteur possède une place élevée dans la hiérarchie du clergé des « économistes » !

      Après tout, on peut parler de clergé, puisque l’économie, c’est la nouvelle religion non ?
      Sainte Croissance priez pour nous, Sainte Carte Bleue, priez pour nous, Saint Pouvoir d’Achat priez pour nous...... AAAAMEEEEN !

      C’est un parfait exemple de la doxa actuelle : de manière empirique, chacun ici sait que les dogmes de ce ((( Monsieur))) ne fonctionnent pas, mais ils continuera à prêcher sa soupe quand même !

      En plus ce ((( Monsieur ))) est un adepte de la censure des posts, je l’ai expérimenté il y a quelques longs mois.

      Et la modo se couche, car ((( Monsieur ))) est prof à Sciences-Po (de chambre), voyez-vous ça !

      Bref, toujours les mêmes conneries débitées sur un ton docte, pour faire sérieux, mais on sait ce que ça vaut : peanuts, peau de balle, de la merde, le néant !

      Le néant justement, où toutes les belles théories de ((( Monsieur ))) et ces nombreux collègues (((experts))), pavoisant ça et là à longueur d’ondes, nous précipitent un peu plus chaque jour !

      Bref article inutile, comme tous les autres émanant de ce grand expert !

      Adishatz

      H/


  • eau-du-robinet eau-du-robinet 1er novembre 2016 15:45

    Bonjour de Lima,
    .
    La dette publique est devenu un instrument des mondialistes pour asservir les états envers le monde de la finance (les grandes Banques - les voleurs en col blanc) c’est à dire aux intérêts de l’oligarchie financière et aux ploutocrates.
    Pour la France cela à commence avec la loi du 3 Janvier 1973
    http://www.alterinfo.net/La-loi-Rothschild-cause-de-l-endettement-de-la-France_a50918.html
    .
    écoutez
    Les Confessions d’un assassin financier - John Perkins
    https://www.youtube.com/watch?v=3wszOnyMr1M
    Remarque : Il nous arrive aujourd’hui dans l’UE exactement ce qui est arrivé aux pays africains dans le passé .... le principe de l’endettement est le même que mentionné par Perkins
    .
    Étienne Chouard : l’arnaque de l’impôt sur le revenu
    http://www.dailymotion.com/video/xlgdzl_etienne-chouard-l-arnaque-de-l-impot-sur-le-revenu_news
    .
    Voici un de mes anciens articles .... à lire ... voire les vidéos....
    http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2011/11/08/2633292_le-surendettement-de-france-et-les-causes.html
    .
    http://www.upr.fr
    .
    .


    • mmbbb 1er novembre 2016 17:26

      @eau-du-robinet vous l’ avez fait express vous mettez le lien de l UPR et le lien de chouard sur l arnaque de l impot . Asselineau est un ancien inspecteur des finances !


    • epicure 1er novembre 2016 18:02

      @eau-du-robinet

      le discours de chouard sur l’impôt sur le revenu c’est du pipeau :

      Déjà l’impôt sur le revenu touche les plus riches avant tout.

      il suffit de regarder l’évolution de la dette américaine, en sachant que les impôts sur le revenu ont fortement touché les riches, à des taux impensables aujourd’hui (90-90% pour les plus hautes tranches) pendant les 30 glorieuses, période où la dette s’est effondrée.
      1913 moment charnière ? oui c’est la veille de la première guerre mondiale. Et surtout c’est l’année où depuis lincoln des présidents essayent d’instaurer l’impôt sur le revenu, et le congrès vote enfin la modification constitutionnelle pour le permettre.

      Par contre depuis les années 80, l’impôt sur le revenu a baissé , donc au bénéfice des plus riches, mais la dette elle a augmentée.

      évolution de la dette en % PIB américain :

      https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d7/Dette_US_longue_periode. png?uselang=fr

      évolution des impôts sur le revenu américains :

      https://socioeconomie.wordpress.com/2011/11/27/a-combien-sont-imposes-les-plus-riches/

      j’ai trouvé ça aussi :

      http://blog.syti.net/index.php?article=337

      les plus gros générateurs de dette ce sont les républicains reagan, et bush père et fils.
      clinton, lui a réussi à ralentir sa progression, presque à la stopper en fin de mandat.

      Ceci contredit les suppositions de chouard sur le sujet.

      Ce sont les partisans de l’oligarchie les plus grands opposants de l’impôt sur le revenu.


    • mmbbb 1er novembre 2016 20:09

      @epicure bon rappel en effet merci .


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er novembre 2016 20:14

      @eau-du-robinet
      La vidéo de Chouard est intitulée « impôt sur le revenu », mais il parle de la création de la FED.
      Il n’a pas l’air de savoir qu’avant les Traités européens, l’Etat se finançait à taux 0% auprès de la Banque de France.
      Sans les Traités européens, la dette de la France serait aujourd’hui anecdotique...


      Le seul moyen de se débarrasser de l’emprise des banques, c’est de sortir de l’ UE & et de l’euro, de remettre en place tout ce qui a été dérégulé et remettre en place le rôle de la Banque de France.
      Sans oublier que l’épargne des Français, c’est de la dette ! 

    • eau-du-robinet eau-du-robinet 1er novembre 2016 20:18

      Bonjour epicure,
      .
      Vous avez écrit :
      « Déjà l’impôt sur le revenu touche les plus riches avant tout. »
      .
      Arrêtez, ha ha ha .... vous me faites rigoler smiley
      .
      L’impôt proportionnel aux revenues n’existe pas en France !!!
      .
      Les riches, toujours plus riches, payent de moins en moins d’impôt
      (et les pauvres travailleurs et la classe moyenne de plus en plus)
      .
      Trois mille nantis ont touché chacun plus de 240 000 euros de remise d’impôt en 2014, comme à l’époque du bouclier de Sarkozy, entre 2007 et 2011. Une illustration de l’injustice du système fiscal, que ne comble pas la baisse d’impôt sur le revenu des foyers modestes.
      .
      Les vrais gagnants de la grande ristourne fiscale ne sont pas forcément ceux que l’on croit.
      http://www.humanite.fr/les-riches-toujours-plus-riches-payent-de-moins-en-moins-dimpot-581254
      .
      Comment les plus riches échappent à l’impôt sur les revenus.
      ==================================================
      Un impôt qui ne touche pas tout le monde de la même façon.
      .
      L’impôt sur le revenu frappe théoriquement tout le monde de manière progressive. Son taux est d’autant plus fort que le revenu est élevé. La tranche maximum est taxée à 41 %.
      .
      Mais un grand nombre de revenus peuvent ne pas être imposés selon les règles de l’impôt progressif : certains revenus peuvent sur choix du contribuable être soumis au prélèvement libératoire. Celui-ci était jusqu’ici en général de 19%, soit moins de la moitié du taux maximum de l’impôt sur le revenu.
      .
      Seuls les plus aisés ont intérêt à cette option : quels que soient leurs revenus, même s’ils se chiffrent en millions, ils sont ainsi assurés sur l’ensemble de leur revenu, d’un taux à peine supérieur au taux maximum supporté par un salarié célibataire gagnant légèrement plus que le SMIC (tranche à 14% pour la partie du revenu comprise entre 11896 € et 26420 €).
      Cette option n’est possible que pour les revenus de capitaux mobiliers (dividendes, intérêts etc. ) qui sont essentiellement perçus par les plus aisés.
      .
      Un calcul du revenu imposable plus favorable aux produits du patrimoine qu’au revenu du travail.
      http://le.phare.communiste.over-blog.com/article-comment-les-plus-riches-echappent-a-l-impot-sur-les-revenus-111522807.html
      .
      Voici comment ne plus payer d’impôts (réservé aux riches)
      ==============================================
      Des banques ont relancé un vieux produit financier permettant de vivre confortablement sans revenus déclarés, voire de blanchir un compte en Suisse. En plus, c’est légal.
      .
      Le crédit lombard, voilà comment ça marche
      .
      Prenons un cas concret.
      Monsieur Georges -appelons-le comme cela- nous a été présenté par un conseiller en gestion de patrimoine. C’est un patron d’entreprise française qui paie beaucoup d’impôts sur le revenu. Ou plutôt qui en payait beaucoup. Il aurait pu choisir de faire comme ses amis et partir s’installer à Bruxelles. En contrat avec l’État, il a préféré rester à Paris. Mais les 300.000 euros qu’il laissait au fisc chaque année (sur ses revenus de plus de 800.000 euros et son patrimoine personnel évalué à 4 millions) le faisaient néanmoins enrager
      .
      Le crédit lombard a calmé sa colère : il a divisé son impôt par dix !!!!!
      Comment est-ce possible ? Il se verse un salaire minimum pour garder les avantages de la sécurité sociale. Mais il a gardé son train de vie antérieur grâce à l’argent que lui a prêté sa banque –un de ces fameux « crédits lombards » -. Le prêt est gagé sur un contrat d’assurance d’un million d’euros qui servira à rembourser, dans trois ou quatre ans, les 800.000 euros qu’elle lui aura versé sur son compte courant dans lequel il peut puiser à sa guise. Versements qui seront, forcément, exempts de tout impôt, puisqu’il ne s’agit pas d’un revenu ! L’opération peut être renouvelée plusieurs fois, mais notre chef d’entreprise a bien l’intention de ne pas au-delà de 2017 : « D’ici là, la majorité aura changé, et le nouveau gouvernement aura mis fin à la sur-taxation des chefs d’entreprises… »
      http://www.challenges.fr/patrimoine/credit-lombard-la-technique-imparable-des-gros-revenus-pour-eviter-l-impot-et-blanchir-leur-compte-en-suisse_2417
      .
      Faire « disparaître » un compte en Suisse

      Si le crédit lombard connaît un tel succès auprès des Français aisés, ce n’est pas seulement du fait de quelques patrons salariés un peu trop imposés. La traque aux comptes non déclarés en Suisse lui a aussi donné un beau coup de fouet. C’est en effet une des grandes techniques des banques françaises pour rapatrier l’argent non déclaré de leurs clients au nez et à la barbe de Moscovici.
      .
      Pour le banquier genevois « repenti », Pierre Condamin-Gerbier, le prêt lombard est l’une des techniques préférées des filiales françaises de banques suisses pour filouter le fisc.
      .
      J’aimerai bien être à la place de Mr Georges et avoir des revenus de plus de 800.000 euros .... contrairement à Mr Georges je serrais fiers de payer les 300.000 euros sur les revenues !
      Savez vous pourquoi ? Non !!!!
      Faites le calcul il lui reste quand même 500 000 €uros / ans pour « vivre » par ans, ce sont 41666,67 Euros / mois !
      Pour gagner cette somme que Mr Georges gagne par mois je doit y travailler 2 ans !!!!
      .
      Et bon vous l’avez compris Mr Georges ayant recours au Crédit Lombard il a divisé son impôt par dix ! « Mr Georges » paye proportionnellement moins d’impôts que moi, je doit payer quasiment un salaire annuel en impôts sur mes revenues, pour mon appartement de 30m2 donc le suis locataire je paye annuellement plus de 700 euros d’impôts locaux (à Bordeaux, une ville hyper endetté), mais qui c’est offerte le luxe de construire un nouveau stade de football, prix 359 millions d’euros !
      http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Alain-juppe-se-serait-trompe-sur-le-cout-du-nouveau-stade-de-bordeaux/681954


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 1er novembre 2016 20:29

      Bonjour Fifi Brind_acier,
      .
      « La vidéo de Chouard est intitulée « impôt sur le revenu », mais il parle de la création de la FED. »
      .
      Si vous regardez la vidéo jusqu’à la fin vous verrez qu’il parle bel et bien de l’impôt sur les revenues !
      Je parle bien de cette vidéo :
      http://www.dailymotion.com/video/xlgdzl_etienne-chouard-l-arnaque-de-l-impot-sur-le-revenu_news
      ...
      Étienne commence d’expliquer la création de l’impôt sur le revenue qui n’existe pas encore en début de l’année 1913 aux États-Unis ... écoutez donc attentivement la suite ..... la vidéo dure moins de 7 minutes .....


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 1er novembre 2016 22:37

      Bonjour Fifi Brind_acier,
      .
      « Il n’a pas l’air de savoir qu’avant les Traités européens, l’Etat se finançait à taux 0% auprès de la Banque de France.  »
      .
      FAUX !
      vous connaissez mal Étienne Chouard ... pour avancer cela.
      Sylvain Durain rencontre Étienne Chouard à propos de la dette et de la fin de l’État Providence 4/5
      Je vous ai placé la vidéo sur l’endroit précis ou il explique que l’état français financé ses projets à travers la banque de France et sans intérêts ...
      https://www.youtube.com/watch?v=qrXNMkUYfE0&t=8m40s
      .
      regardez aussi cette vidéo
      Étienne Chouard - Loi Pompidou 1973
      https://www.youtube.com/watch?v=Gqfmm3XCqEs
      ...
      puis celle ci :
      La vérité sur le chômage !
      https://www.youtube.com/watch?v=_x1eck6ZHks
      .


    • Croa Croa 1er novembre 2016 22:45

      À epicure,
      Pas exactement l’impôt sur le revenu touche essentiellement la classe moyenne et encore plus la classe moyenne-riche disons. Par contre les très riches échappent en grande partie à cet impôt (et aux autres impôts d’ailleurs.) Ceci dit l’impôt sur le revenu reste tout de même le moins mauvais donc le plus juste et Chouard a raison !


    • epicure 2 novembre 2016 02:47

      @eau-du-robinet

      c’est pour ça que la droite peste contre tout augmentation contre les tranches supérieures qui ne touchent que les plus riches, et que les présidents américains républicains ont réduit ses tranches supérieures à moins de 50% alors qu’il atteignait 80-90% avant.

      Le fait que les riches puissent échapper plus facilement aux impôts , n change rien sur le princiep de l’impôt sur le revenu.
      Et surtout cela ne fait pas du mensonge de chouard, c’est à dire que l’impôt sur le revenu est lié à la dette, une vérité.
      Les faits contredisent ses affirmations.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 novembre 2016 07:37

      @mmbbb
      Comme si les Inspecteurs des finances décidaient des impôts...
      C’est tout ce que vous trouvez à dire sur les impôts ?


      C’est la TVA et pas les impôts sur le revenu qui sont les plus injustes, car ils portent sur la consommation et proportionnellement , ils pénalisent les plus pauvres.
      exemple 20% de TVA sur un ordinateur =100 euros.
      Les pauvres payent 100 euros comme les riches.

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 novembre 2016 08:12

      @eau-du-robinet
      Si les riches échappent à l’impôt, c’est grâce aux niches fiscales.
      173 milliards d’euros par an de niches fiscales aux entreprises. Largement de quoi financer la Sécurité sociale, les retraites et les services publics ...


      Il n’en demeure pas moins que les taxes, qui constituent l’essentiel des rentrées fiscales, sont les plus injustes, car elles portent sur la consommation, comme les taxes sur les carburants qui touchent tout le monde.

      Voici comment se répartissent les différents impôts :
      20% pour l’impôt sur le revenu, 51% pour la TVA


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 novembre 2016 08:34

      @eau-du-robinet
      Chouard est théoriquement d’accord avec Asselineau, mais ça s’arrête là.
      Je m’intéresserai à lui, le jour où il mettra la priorité sur la sortie de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN, de manière active. En attendant, je le considère comme un bavard et un idiot inutile.


      A quoi ça sert de faire des discours et des analyses qui ne débouchent sur rien d’opérationnel ? Il ne fait penser au M’PEP, qui veut sortir de la mondialisation, sans expliquer le mode d’emploi.

    • Croa Croa 2 novembre 2016 10:38

      À Fifi Brind_acier,
      On ne peut cependant pas mettre la TVA et la TIPP dans la même catégorie.
      *
      - La TVA est effectivement l’impôt le plus injuste (à une nuance près, les produits de première nécessité étant imposés plus modérément.)
      - Dans l’absolu la TIPP est injuste mais pas autant. Il est socialement utile car il incite à la modération. En fait cet impôt est à classer comme les impôts sur les cigarettes et les alcools dans les IMPÔTS SOCIALEMENT UTILES. Le fait est que depuis que la TIPP n’augmente plus les bagnoles en circulation ont tendance à grossir et qu’une correction serait nécessaire à ce sujet.
      Par ailleurs les américains qui ont toujours bénéficié d’une essence détaxée ont de plus grosses bagnoles (pickup, etc.) donc la TIPP c’est bien smiley


    • epicure 2 novembre 2016 17:50

      @eau-du-robinet

      pour savoir qui paye l’impôt sur le revenu il suffit de regarder le barème des impôts :

      http://www.lesechos.fr/medias/2014/09/19/1044661_allez-vous-payer-moins-dimpots-en-2015-web-0203790296711.jpg

      sachant que la revenu médian est de 15000 euro à peu prés :
      les gens gagnant moins que le revenu médian ne payent pas d’impôts soit 50 % de la population, les classe modestes et moyennes inférieures.

      Pour les familles cela représente une part encore plus importante.

      Si je ne me trompe pas on est riche, du point de vu théorique , au delà du double du revenu médian, soit 30 000 € environ, et moins de 10% de la population touche plus de 40 000€ (ou 50 ) environ.

      C’est à dire que l’essentiel du barème concerne des gens riches, qui payent une part plus importante que les classes moyennes.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 novembre 2016 19:16

      @epicure
      Ce que veut dire Chouard, c’est que la création aux USA de la FED (une association mafieuse de banques privées), a été concomitante de l’invention de l’impôt sur le revenu... pour payer les intérêts de la dette. Du moins, c’est ce que j’ai compris.


      Mais la situation française est différente. Pendant 200 ans, les Gouvernements se sont financés directement auprès de la Banque de France. C’est Pompidou- Giscard, puis les Traités européens qui ont appliqué la recette US en obligeant l’ Etat à emprunter aux banques avec intérêts.

      En ce qui concerne les impôts, il existe une grande différence entre les USA et la France. Les USA ont fait leur guerre d’indépendance contre l’ Angleterre pour ne pas payer d’impôts, c’est l’épisode du Tea Party dans le port de Boston.

      Les Français ont fait la révolution « pour l’égalité devant l’impôt », nous en sommes encore loin, mais l’idée était bien différente de la mentalité US, où la solidarité par l’impôt est remplacée par les Églises, et où l’idée générale « c’est chacun pour sa pomme ». 

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 novembre 2016 19:28

      @Croa
      Je n’ai pas la même analyse que vous de la TIPP. Le salarié qui doit prendre sa voiture pour aller bosser tous les jours ne peut rien « modérer » du tout. C’est le cas de tous ceux qui ne peuvent pas utiliser de transports en commun, soit parce qu’il n’y en a pas, ou les horaires ne conviennent pas.
      Ou comme chez moi, les bus desservent X communes, il faut la matinée pour faire 30 kms, qu’en voiture on fait en 15 minutes... .


    • Ouam Ouam 2 novembre 2016 19:56

      @epicure

      je t’assure que croa et eau du robinet n’ont pas tord dans leurs propos.

      c’est la meme chose sur les impots des grandes multinationnales.

      gratte un peu, tu pourra constater toi meme.

      Ce que t’explique chouard est tres souvent juste, parce qu’ il adore la contradiction et cela lui permet froidement d’aller dans creuser le fond des sujets qu’il traite, il n’a rien à vendre et n’est pas un politique.

      bonne soirée,


    • epicure 3 novembre 2016 06:01

      @Ouam et fifi

      « 
      gratte un peu, tu pourra constater toi meme.

       »
      justement j’ai gratté pour constater l’erreur de chouard sur ce sujet..... puisque moi j’ai apporté autre chose que du blabla.

      Ce que dit chouard sur l’impôt sur le revenu par rapport à la dette est faux, il suffit de regarder les liens que j’ai donné.
      En fait il confond effet, et cause.

      La dette a explosée avec la guerre mondiale après 1913.
      L’impôt sur le revenu s’est imposé en 1913 après un long combat politique aux USA.

      Les événements sont indépendants, et la suite aussi.

      Pour rappel par rapport à ce que j’ai déjà écris au dessus :
      les républicains ces 50 dernières années ont fait exploser la dette, tout en réduisant l’impôt sur le revenu, notamment sur les tranches supérieures.
      La droite adore la dette pour imposer des politiques d’austérité, par contre elle déteste l’impôt sur le revenu, car il pèse d’abord sur ceux dont elle défend les intérêts.

      En France aux début 90% de l’impôt sur le revenu était payé par ... les 1% les plus riches.

      Il n’y donc aucun rapport politique entre les deux, surtout pas dans le sens que l’entend chouard dans la vidéo.

      Les propos de chouard sur le lien entre dette et impôt sur le revenu n’ont aucun support historique ou politique, ce n’est qu’une pétition de principe.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 novembre 2016 10:27

      @epicure
      Je crois que vous faites la même confusion que Chouard, en mélangeant ce qui s’est passé aux USA et en France.


    • epicure 3 novembre 2016 17:28

      @Fifi Brind_acier

      Je ne fais pas de confusion.
      Il suffit de se renseigner un peu, de voir l’évolution du l’IR et de la dette aux EU pour voir que les deux choses sont indépendantes, même en Amérique.
      A croire chouard on croirait que l’impôt sur le revenu a été inventé en 1913 avec la banque fédérale, dans une espèce de complot... ce qui est absolument faux, vu que c’était en plan depuis plusieurs décennies.

      Quand on est sérieux on tient compte des faits. Chouard ne tient pas compte des faits historiques.

      S’il y a quelqu’un qui fait une confusion c’est eau du robinet, qui confond l’impôt sur le revenu en lui même, qui est fait pour que les plus riches paient le plus car ils ont plus d’argent, et le fait que les riches puissent échapper aux impôts, pour des raisons extérieures à l’impôt sur le revenu.
      Le problème n’est pas l’impôt sur le revenu, mais bien tout ce qui permet aux riches de s’exonérer d’une partie de celui ci.


  • Croa Croa 1er novembre 2016 16:00

    « La dette publique n’est en soi pas illégitime »
    Si ! C’est en même une trahison vis à vis du peuple souverain. L’exécutif n’a pas à confier une fonction aussi régalienne que l’est la monnaie au privé, notamment pas de cette manière faisant des finances une propriété privée génératrice de rentes indues.
    Ce qui n’est pas illégitime c’est un éventuel déficit. Sans l’arnaque « dette » le déficit serait financé en temps réel par une légère inflation ce qui présente d’autres inconvénients mais sans gravité.


  • mmbbb 1er novembre 2016 17:32

    les pays les plus endettes sont les USA et le Japon Auparavant la dette francaise etait publique est financee par des OAT en autres 


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er novembre 2016 20:00

    Croa a raison, cette dette est illégitime. Un vrai braquage des citoyens, une arnaque de 50 milliards chaque année ! Pourquoi ? Parce qu’on peut faire autrement.

    Et payer 0% d’intérêt en empruntant directement à la Banque de France. Sauf que c’est interdit par les Traités européens : article 104 du Traité de Maastricht, devenu article 123 du TFUE, qui interdisent aux Etats et aux Collectivités locales d’emprunter à taux 0% à la Banque de France.
    C’est ce qu’explique Michel Rocard.


    D’où les 50 milliards d’intérêts de la dette que les Français payent tous les ans aux banques.
    Les banques créent ex nihilo de la monnaie, chaque fois qu’elles ouvrent une ligne de crédit. Ce qui les intéresse, ce sont les intérêts de la dette, pas le capital, fictif, que personne ne remboursera jamais. La dette n’est qu’un petit bout du problème et n’explique pas que les économies des pays européens soient dans les choux.

    Alors à quoi ça sert de parler de la dette ? A culpabiliser les citoyens, à leur faire croire qu’ils vivent au dessus de leurs moyens, et leur faire renoncer au modèle social auquel ils sont attachés.

    • mmbbb 1er novembre 2016 20:05

      @Fifi Brind_acier les francais ont vote ils sont cocus 


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er novembre 2016 20:15

      @mmbbb
      Ils sont surtout victimes de la propagande européiste !!


    • Le421 Le421 2 novembre 2016 09:04

      @Fifi Brind_acier
      Heu, sauf erreur ou omission de ma part...

      En 2005, je crois qu’on avait voté non au TCE « en l’état ».

      Et Nabot 1er, largement suici par Toumou 1er ont dit que c’était « oui » quand même.

      En 2017, je voterais pour celui qui s’opposera au CETA, par exemple.
      Puisqu’il nous reste la ratification par les états pour l’appliquer.
      Encore qu’ils ont bien expliqué que l’accord s’appliquerait avant d’être ratifié !! Faut pas déconner quand même !!  smiley

      En aparté à Fifi. Ce ne sera pas Mélenchon puisqu’il est totalement européiste et donc en total accord avec le CETA !!  smiley

      Et la marmotte continue à plier le chocolat... Re-  smiley


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 novembre 2016 19:22

      @Le421
      Je ne vois pas comment un programme politique peut se résumer au rejet d’un seul Traité ??
      Alors que nous crevons de l’application de tous les autres Traités depuis celui de Rome. A mon avis, c’est trop réducteur, mais le PCF qui lance cette idée, fait le service minimum depuis qu’il est devenu euro- atlantiste.


      Vous savez que le PCF n’a pas toujours été pro-américain ??
      Avant Mitterrand le PCF avait une analyse bien plus percutante de la construction européenne.

      La CGT aussi avait une analyse percutante de la construction européenne !
      « Ce que disait la CGT du Marché Commun dans les années 50. »

  • Jean Pierre 1er novembre 2016 20:46

    L’auteur fait une erreur dans son analyse de Keynes.

    Keynes n’a jamais considéré que la dette était toujours bonne. Il avait une position plus pragmatique sur la question. Ayant constaté des cycles d’accélération et de ralentissement dans l’économie il proposait que la dette joue un role contra-cyclique. Dans les périodes de ralentissement économique la dette permet la relance. Dans les périodes de croissance, l’impôt (toujours plus facile à prélever et à payer quand la période est faste) permet d’effacer la dette. En utilisant ces deux possibilités (et non pas une seule comme le dit l’auteur), l’Etat joue une rôle de régulateur économique. 
    Ce qui se passe actuellement c’est que, en raison des délocalisations, nos économies sont en période de ralentissement permanent. La période faste qui devrait permettre d’effacer la dette facilement par l’impôt ne vient jamais. La dette s’installe donc durablement et grossit sans fin.
    D’autre part Keynes raisonnait dans le cadre d’économies relativement fermées ou l’Etat gardait un pouvoir économique fort. En économie ouverte l’Impôt fait fuir les investisseurs et la dette ne peux donc plus être effacée par l’impôt. L’Etat n’a plus de solution.
    La mondialisation a fait de l’économie une machine folle que plus personne ne peut réguler.

    • de Lima de Lima 1er novembre 2016 21:50

      @Jean Pierre

      Non non je sais bien, dans une tribune le risque qu’une synthèse ne se transforme en amalgame occultant la pensée d’origine est toujours bien réel malheureusement. Mais j’ai apporté une petite modification. Merci. Pascal de Lima

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 novembre 2016 08:23

      @de Lima
      Ce sont les Traités européens qui ont ouvert les économies européennes à la mondialisation. Les seules solutions proposées, par exemple par cet abruti de Tirole, amènent à la paupérisation. Il a bien mérité son Prix Nobel, celui là, au service de Goldman Sachs !


      Les Français n’ont pas compris le mécanisme, puisque toute la classe politique se garde bien de l’expliquer, et papote sur le burkini, mais ils ont parfaitement compris que la mondialisation allait les ruiner. Les Français sont les plus opposés en Europe à la mondialisation !

      Seule la souveraineté permet de ne plus appliquer les règles de la mondialisation. C’est ce qu’a fait l’ Islande, dont l’économie pète de santé !

    • Le421 Le421 2 novembre 2016 08:58

      @Fifi Brind_acier
      Et le CETA (TAFTA déguisé) ne va rien arranger.
      Et notre « espingouin 1er » tout fier de cette ratification...

      Dehors le clown !! On t’a reconnu !!


    • Spartacus Spartacus 2 novembre 2016 11:44

      @Jean Pierre

      Et donc avec cette belle analyse vous n’en tirez pas la conclusion évidente ?

      Admettre que la théorie Keynésienne est juste un placebo de cour-terme qui engendre plus d’effets pervers et est incapable de prendre en compte la dynamique de l’évolution économique ?

      Ou admettre que la « régulation de l’état » est incapable d’avoir l’efficience de la « régulation du marché » ? 

      Parce que la régulation du marché, elle se fou de la mondialisation....
      Elle demande juste que l’état s’occupe du doit et la sécurité régalienne et pas de l’économie...
      L’inverse du socialisme...






    • hunter hunter 6 novembre 2016 18:58

  • ENZOLIGARK 2 novembre 2016 05:26

    ... TANT QUE PARLE L ’ ECONOMIE # [ Music / VIDEO - en VO - by Silmarils ... ] ... , ... # mOOOdifiee , pipee , arrangee , transformee , ( ... ) , par les ecoutes de la N$A - U$ financees par les guerriers juifs d ’ Israel ( Salamalekoum  ! ... les blairOOOs ) . ... AVA BASTA A CUMEDIA ... A FRANCIA FORA ... ИСС per a CORSICA * ...


  • Jean Keim Jean Keim 2 novembre 2016 07:52

    Les états ne peuvent pas fonctionner sans l’emprunt, voilà une vérité que personne ne discute, c’est le dogme absolu, toutes les doctrines sur le bon Dieu à côté peuvent aller se rhabiller ; je ne veux pas remettre sur le tapis tous les aspects actuels des dettes souveraines, pour simplifier, les états empruntent auprès de banques qui ont reçu de ces mêmes états l’autorisation de prêter de l’argent qu’elles n’ont pas, l’autre système était également bancal, les états imprimaient pour eux-mêmes la monnaie, mais comme la tentation était grande de vivre au dessus de ses moyens, la planche à billets dérapait et l’inflation qui est une forme d’impôt déguisé, entraînait des dévaluations, dans tous les cas les petits souffrent plus des dettes que les gros.


    Toute l’économie tourne autour de ce ballet infernal, besoin d’argent, emprunts, dettes, remboursements faramineux, re-emprunt mais en l’état actuel pour rembourser les intérêts (eh oui nous en sommes là !), et en prime une dette finalement impossible à rembourser ; quand un particulier ne peut plus rembourser, ses biens sont saisis, quand un état ne peut également plus faire face à ses créances, la finance – cette nébuleuse qui possède les banques – devient propriétaire « du fond de commerce ».

    Et le plus incroyable dans tout cela est que la monnaie est censée être un moyen de commercer sans emmener avec soi des charrois d’espèces sonnantes et trébuchantes que les prêteurs institutionnels au bout du compte, n’ont pas le moins du monde dans leur coffre. 

    Les athées se moquent des croyants qui croient en un Dieu, mais le monde entier court après une chose qui n’a de réalité que celle que nous lui accordons : l’argent.

    Bon mais revenons à nos moutons, le dogme du début de commentaire, la question à se poser est en fait très simple : peut-non envisager un monde sans argent ? Un conseil ne posez-pas cette question à votre banquier smiley



    • Hecetuye howahkan howahkan 2 novembre 2016 09:35

      @Jean Keim

      Salut Jean, de justes remarques de mon point de vue....

      aussi longtemps que notre ignorance globale de nous même, des autres, de la vie, de la nature profondes des choses etc est ce qu’elle est, et que pour « fonctionner » nous n’avons plus que l’usage de la pensée analytique à conclusion binaire, oui je t’aime, non je ne t’aime plus casse toi et fait pas « chier », tant que règne sur notre cerveau cette dualité illusoire non réelle mais qui est vitale pour survivre ne serait ce que pour ne pas tomber de la falaise ou marcher devant le camion qui arrive sur moi comme pour aussi trouver des moyens pour organiser la survie physique ,

      tant que cela est, ce processus de la pensée qui est un programme figé déterminé, programmé et limité à cela donc, et qui est tout ce qui nous reste en marche de ce que nous sommes en profondeur, processus qui élimine des concepts pour choisir celui qui pourrait bien marcher et bien tant que ce processus qui élimine seulement des concepts est le « leader » de nos cerveaux, , il va alors alors induire cette pseudo compétition qui n’existe pas du tout en tant que telle mais est une élimination théorique qui va alors aussi envahir le monde « réel » et voler,tuer etc des personnes....

      , et va donc amener cette élimination à tous les niveaux....donc la division moi/pas moi partout, donc va empêcher la coopération naturelle Universelle qui se ferait alors d’elle même comme un effet secondaire de notre vraie nature profonde retrouvée..

      Dans la profondeur de l’humain si nous retrouvons ce chemin l’argent disparaît de suite de lui même.......comme l’élimination donc la pseudo compétition et bien plus encore...mais alors là avec cette nature profonde retrouvé ( nous l’avons perdu) tout se met en place tout seul.....nous sommes guidés en fait...

      le seul travail fondamental hors survie donc mental de l’humain est avec lui même...

      seule la souffrance permet cela....de ne pas aller bien est un signal de notre être profond ,aujourd’hui inconnu depuis genre 3000 ans sauf exceptions et qui demande à s’éveiller...

      j’ai découvert pour moi même sans le chercher que ce signal en le vivant donc en ne le fuyant plus ce qui est de toutes façons impossible, ce signal-symptôme est aussi un catalyseur à laisser libre d’agir...car il a sa propre autonomie...ce qui implique ceci de remarquable : quelque chose d’ inconnu sait le chemin..

      l’humain et sa pensée n’ont jamais eu les clés de la vie, mais par contre la pensée est vitale pour alors organiser la survie, c’est son boulot...ensemble, collectivement, en partage et ce d’une façon naturelle, spontanée sans aucune loi humaine....

      nous passons totalement à coté de tout cela..de ce lien avec L’Origine...ou est une sorte de contentement étrange absolu....mais ou rien n’est permanent non plus...la pensée ne peut vivre cela..pas son travail....


      etc..

      je te salue smiley


    • smilodon smilodon 2 novembre 2016 21:35

      @howahkan : déjà c’est trop long ce que tu dis l’ami !... Donc, c’est cuit !... Désolé !... Personne n’auras eu le courage de te lire jusqu’à la fin !... Trop compliqué !.... Je suis pas certain que tu « saisisses » (imparfait du subjonctif) !... D’ailleurs, si tu ne saisis pas, c’est que j’ai raison !... Mais auras-tu compris ???.. Non !... Normal !... Pareil pour moi !... Adishatz. // PS : Cherche pas !... (impératif présent)...


    • smilodon smilodon 2 novembre 2016 21:37

      @smilodon : « n’aura » !... Pardon...


    • Hecetuye howahkan howahkan 3 novembre 2016 08:23

      @smilodon

      Salut,

      si tu dis ; je trouve cela trop long ! là je n’ai rien à dire, c’est ton ressenti....mais si tu dis c’est trop long cela indiquerait une vérité absolue pour tous voir pour l’univers entier....or ceci est faux...je retiens que tu trouves cela trop long cependant..et encor ce genre de discussion en direct prends genre 1 à 2 heures...

      avant de quitter la zone occupée appelée France, je fus résident des hautes Pyrénées fut comme fût ....alors « à 10 chattes.. »
       smiley


  • Le421 Le421 2 novembre 2016 08:51

    A quelques lignes d’intervalle, je lis...
    La dette est bonne pour la croissance*.
    La dette ralentit la croissance.

    Voilà.

    Parfaitement résumé ce que les économistes pensent de la dette et de tout le toutim !!

    Je vois moi, pauvre péquenaud, avec mes quelques milliers d’euro de réserve, ma naque me file royalement 1% d’intérêt et encore, les frais, csg et autres prélèvement arbitraires ne me laissent que dalle à la fin.
    Si je pouvais prêter cet argent à l’état au même taux, je suppose que le pays ne s’en porterais pas plus mal.
    En effet, il est rigolo de constater que les taux d’intérêts déclarés sur toutes les chaînes télé sont à un taux quasiment négatif, et que, dans le même temps et à deux minutes près, on nous explique que les intérêts de la dette constituent une somme pharamineuse !!

    Il est vrai que depuis 73, les états européens concernés ont été obligés de s’endetter auprès de la BCE. Ce qui fait qu’avec un pays comme la France, où les particuliers possèdent des milliards et des milliards, on est obligé d’aller chercher le pognon ailleurs...

    Mais bon.
    Moi, je ne connais rien à l’économie.
    Alors que chez Rothschild, il y a plein de spécialistes (de l’entube !!).
    Il venait d’où Giscard ??

    Ah ouais... Finalement, je ne suis peut-être pas aussi con qu’il y paraît !!  smiley

    *Déjà, à la base, je suis contre le paradigme de la croissance infinie qui me semble impossible, mais...


  • Trelawney Trelawney 2 novembre 2016 09:33

    Lorsque les administrations publiques financent leurs investissements par l’emprunt

    Dans la dette publique qui représente aujourd’hui à peu prés 100% du PIB (c’est une échelle de grandeur) la part des investissements publiques est de 30% de cette dette. Les 40% représentent les dépenses courantes non justifiées, c’est à dire que l’on ne sait pas financer par l’impôt, comme le paiement des retraites, les dépenses de santé, le RSA. Les autres 30% représentent les dépenses publiques courantes d’investissement comme le financement de l’armée, l’éducation nationale etc.

    Donc dans la dette publique française il y a 60% de cette dette qui est normale et logique, car ce sont des dépenses courantes et justifiées pour la bonne marche de l’état.

    Les 40% de dépenses courantes non justifiées sont inquiétante par son ampleur. Lorsque l’on s’endette pour payer des dépenses de santé telles que des arrêts maladie, c’est un peu comme si le petit fils finançait la grippe de grand mère. Si on veut faire une réforme en profondeur pour limiter l’endettement national, c’est uniquement sur ces 40% qu’il faut le faire.

    Parler du pourquoi et du comment de la dette, c’est se perdre en conjecture


    • Pere Plexe Pere Plexe 2 novembre 2016 19:43

      @Trelawney
      40% de dépenses courantes non justifiées

      ...injustifiées par qui ? les dépenses courantes (salaires des fonctionnaires,frais de fonctionnement des ministères, retraites,dépenses de santé) sont comme les investissements : on peut les trouver justifier ou pas.
      C’est le débat politique normal.

      Reste que les diverses actions politiques (de droite ou de gauche) visant à réduire ces dépenses (RGPP,Loppsi)...nous coutent très cher !
      En témoigne l’état de notre police.
      Sans que l’on ait vu de résultat comptable probant.
      Curieusement le Yaka ne fonctionne pas.
      Loin de moi l’idée d’encourager le laxisme mais cessons avec le simplisme de bas étage ! 



    • Pere Plexe Pere Plexe 2 novembre 2016 19:56

      @Trelawney
       comme si le petit fils finançait la grippe de grand mère


      Là encore arrêtons avec les clichés militants.
      La plus grosse période « d’endettement » est celle de la France de l’après guerre.
      Ce sera le début des « trente glorieuses »
      On a connu pire comme héritage de grand mère....

      Une fois de plus je n’ai nullement la prétention de faire de l’endettement aveugle la solution de notre avenir radieux.
      Simplement ceux qui font de la dette le seul paramètre de leur réflexion sont des faussaires et des menteurs.


    • Trelawney Trelawney 3 novembre 2016 08:07

      @Pere Plexe
      Merci pour votre intervention intéressante et surtout dans le sujet qui nous concerne à savoir : Pourquoi l’endettement est nécessaire et pourquoi l’endettement est dangereux ?

      Après la seconde guerre mondiale, le législateur a pris l’habitude de financer les réformes et ça a été le cas lorsque le CNR a mis en place un système de protection sociale généralisé. Il était et est toujours financé sur les salaires. Au début c’était plutôt pas mal trouvé, mais par la suite ça c’est dégradé parce que l’on a pas voulu réformer ce moyen de financement

      Cependant, vers les années 90, on a perdu cette habitude et on n’a plus financé les grandes réformes ou plutôt on a financé ces reformes en contractant des emprunts lorsque le budget de l’état était déficitaire. Mitterrand a instauré ce système, mais c’est surtout sous Chirac que ça c’est aggravé.

      Lorsque je parle de 40% de dépenses courantes non justifiées, je parle par entre autres (mais il n’y a pas que là) des dettes que l’on contracte pour payer les retraites des français parce que le système de cotisations sociales des retraites n’est pas suffisant pour financer ces retraites. Au lieu de le réformer, on préfère politiquement contracter un emprunt pour les payer. Si dans votre foyer, vous devez emprunter pour acheter de la nourriture, vous êtes en très grand danger de paupérisation. Pour l’exemple des retraites, c’est pareil.

      Maintenant si vous emprunter pour vous doter d’un système fiscal efficace en renforçant ses effectifs, vous pouvez rembourser cet emprunt par les gains d’impôts que votre réforme a pu permettre, cela devient un investissement. Idem pour l’éducation nationale qui permettra d’avoir des diplômés etc. C’est ce que j’appelle des dépenses courantes justifiées.

      Donc la vrai politique de gestion de la dette, n’est pas de réduire le nombre de fonctionnaires qui pour certains entre dans le domaine des dépenses courantes justifiées , m’ais d’identifier les dépenses courantes non justifiées  est de soit les supprimer ou les limiter (comme le train de vie de l’état) soit de trouver des moyens autres que la dettes pour les financer


  • Spartacus Spartacus 2 novembre 2016 11:22

    Sur l’ensemble c’est un synthèse vue d’un point de vue très « Keynésien ». 

    A l’évidence on n’enseigne pas à charge Keynes à Science Po.

    C’est un peu comme expliquer que quand on se tape la tête contre le mur, c’est positif car on a une chance de faire tomber le mur et de l’autre se plaindre qu’on ne récolte que des bosses....

    La dette est la conséquence des théories Keynésienne. Point.....
    Étonnant de ne pas corréler les tenants et aboutissants quand on lit le début et la fin.....

    Que c’est dur à admettre, et comme le Keynésianisme est à l’éducation nationale à Science-Po ou l’’Ena la bible et le passage obligé des profs d’économie pour avoir des élèves l’année suivante sous peine de ne pas enseigner...Un monopole d’endoctrinement économique.

    Quel niveau de dettes pour l’admettre la faillite évidente des théories Keynésiennes ? Combien de chômeurs ? A quel niveau de dettes et de charges ? A quel niveau de servitude ?

    La vraie raison de la dette c’est justement ces théories Keynésiennes, ce monopole de la formation économique. 

    Il y a d’autres terribles grandes conséquences du Keynésianisme et la dette engendrée.
    -La soviétisation ou socialisation de la société et la route de la servitude.
    Pour endetter sans compter, la dette Keynésienne impose la complexification, et sa tare la bureaucratie pour l’élaboration , le recouvrement et les manipulations comptables ou médiatiques.
    Déphaser l’information de son recouvrement et des motifs de la dette est nécessaire pour imposer son acceptation. ( vous savez calculez vos impots ?)

    -Le Keynésianisme entraîne l’économie pyramidale.
    Le politicien prend grand soin de dissimuler que le « motif » de la dette bénéficie en premier lieu à lui pour un gain politique, ou de reconnaissance, et les effets de long terme ne sont jamais valorisé. La dépense qui devait être conjoncturelle assise sur l’emprunt n’est jamais remise en question et constitue la base d’une pyramide toujours plus canibalistique.vous avez vu la TVA diminuer depuis 1945 ?)

    -Le Keynésianisme entraîne l’inflation de demandes et le socialisme. A partir du moment ou l’état peut donner sans compter, les lobbys, les groupes de pression ne cessent de demander en créant une inflation de taxes ubuesques et de demandes morales intéressées ou ciblées. ( Combien de taxes en France ?)

    -Le Keynésianisme entraîne des charges irraisonnées sur la collectivité
    En fait la vision Keynésienne sous entend que « l’état » serait le mieux placé que l’individu dans la société pour « investir »....
    Or rien n’est plus faux. L’état n’agit qu’en fonction des groupes de pression qui apportent des votes, des avantages aux groupes sociaux ou des postures morales. Des concepts et clichés dans l’air du temps.
    La vision Keynésienne encourage la collectivisation de charges sur les générations suivantes au profit de l’immédiat sur des castes « choisies » qui apportent les avantages aux élites de l’état et politiciens.
    Le japon investi s’endette et investi des milliards pour créer des centres de recherche sur le tube cathodique, laissant la dette sur les générations suivante....Un blaireau en Israël crée la technologie d’image numérique avec des investissement privés ridicules détruisant la technologie japonaise...

    Le Keynésianisme est une idéologie. N’importe quel individu au vue des 98% des échecs aurait abandonné cette théorie fumeuse...Mais politiquement pour se faire ré-élire par des moutons. Qu’est ce que ça paye.

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 novembre 2016 19:43

      @Spartacus
      Vous savez que vous racontez n’importe quoi ? C’est justement pour lutter contre le keynésianisme que les économistes de l’ Ecole de Chicago ont magouillé en cachette pendant des années dans des Think tanks de Droite et de Gauche pour imposer le néo libéralisme.

      Ils ont corrompu tous les leaders d’opinion, les économistes, les universitaires, les journalistes, les politiques, chefs d’entreprises, directeurs de médias etc. Ces pseudo experts passent à la télé nous raconter TINA depuis 40 ans  ! Les autres sont censurés.


      CF « Les Evangélistes du marché » de Keith Dixon. Le but de ces Think tanks :
      " 1/ Lutter contre les idées keynésiennes de gestion tripartite de l’économie (Etat, entreprises, syndicats) ; lutter contre toute prétention de l’Etat à intervenir dans l’organisation du marché économique. L’« interventionnisme » y est dénoncé comme la source des tous les maux que ce soit du chômage ou de l’inflation. L’Etat est, selon eux, par essence, « totalitaire ».

      2/ Défendre l’idée d’un marché économique libérale s’auto-régulant. C’est la réactualisation de la « main invisible » d’Adam Smith."


      Leur théorie à la noix était qu’en enrichissant les riches, la fortune coulerait jusque bas.
      Ce qui coule, c’est la paupérisation croissante.
      Même le FMI reconnaît qu’ils se sont trompés.

      « Le néolibéralisme est-il survendu ? » A lire l’article, malgré les précautions d’usage employées par les auteurs, la réponse est clairement positive. Les économistes déroulent en effet une série d’arguments solidement étayés, qui sont autant de critiques en règle des politiques de dérégulation menées partout dans le monde depuis quarante ans, sous l’égide…du FMI ! Mieux vaut tard que jamais."

    • Pere Plexe Pere Plexe 2 novembre 2016 20:02

      @Spartacus
      La France à fait huit fois défauts entre le XIVème et le XVIIIème siècle.


      Sans doute la faute à Keynes...né en 1883 !

    • Spartacus Spartacus 2 novembre 2016 22:45

      @Fifi Brind_acier


      Vous nous faites de néo national-socialisme ?

      Et entre une éducation nationale et ses programmes quasi tous à charge de l’économie de marché, des profs d’économie quasi tous Keynésiens, des partis politiques quasi tous Keynésiens et anti-libéraux, une part de l’état à 57% et 3 think-tank qui se battent en duel avec des centaines d’associations gauchistes subventionnées, vous voyez pas le ridicule de votre laïus ?

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 novembre 2016 10:21

      @Spartacus
      Le libéralisme est celui de l’ Union européenne, qui veut justement faire disparaître tous les acquis sociaux et le rôle de l’ Etat dans l’économie.


      Mais vous vous fatiguez pour rien, les Français sont très attachés aux acquis sociaux et au rôle de l’ Etat qui existe depuis les Capétiens....

    • Spartacus Spartacus 3 novembre 2016 17:11

      @Fifi Brind_acier

      Demandons leur de voter s’ils souhaitent garder des castes statutaires.....
      Vous allez alors expliquer ce que veulent les français.


    • epicure 3 novembre 2016 17:35

      @Spartacus

      ton message est idéologique pas factuel :
      le keynésianisme a été créé en réponse à la crise de 1929 due au libéralisme sauvage.

      Aux états unis les politiques keynésiennes des 30 glorieuses ont fait écrouler la dette par rapport au PIB, après la guerre.
      Par contre ce qui a fait exploser la dette aux états unis, ce sont les présidents républicains, reagan en premier, et sa politique antikeynesienne libérale.

      Ceci contredit tes affirmations dogmatiques.

      En france la dette augmente depuis la loi de 1973. Les politiques keynesienens d’avant n’y sont pour rien.


    • Spartacus Spartacus 3 novembre 2016 22:04

      @epicure


      1- La crise de 1929 n’est pas une crise libérale mais une crise d’interventionnisme d’état. Elle a été déclenchée par la loi protectionniste Smoot-Hawley. Loi, entrée en vigueur en juin 1930.
      Anticipant la loi en 1929 les actionnaires ont vendus en masse créant la crise..

      2-Dans les années 30 Keynes s’est opposé à toutes les décisions de Roosevelt, qu’il qualifiant de ridicules et grotesques.

      La dette ne date pas de 1973. De gaule laisse une dette de 30% du PIB qui c’est toujours accentuée depuis...

    • epicure 5 novembre 2016 04:59

      @Spartacus

      1 - la crise de 1929 est une crise libérale, c’est l’absence de réelle règlementation de la finance, permettant une spéculation sans limite qui a créé la bulle financière , qui a ensuite explosée le 29 septembre 1929.

      2- la dette s’est accentuée à cause de l’obligation d’emprunter à des taux non nuls auprès des banques privées.


    • hunter hunter 6 novembre 2016 19:03

      @Spartacus

      S’il y a trois think tanks, il ne peuvent pas se battre en duel, mais en « truel » !

      Mais j’aurais du écrire « truelle », comme les frères la....

       smiley

      H/


  • JL JL 2 novembre 2016 11:59

    ’’ Il est vrai que l’Etat est réputé indéfiniment solvable du fait de sa capacité à lever l’impôt. Pourtant, l’Argentine au début des années 2000 avait fait faillite.’’

     
     L’Etat était réputé indéfiniment solvable’ ; Mais ça c’était avant !
     
     C’était avant la mondialisation libérale et la libre circulation des capitaux. Avant que des traîtres à leurs Etat-nation, outrepassant leurs mandats, ne cèdent le pouvoir régalien sur la monnaie en échange d’un plat de lentilles.

  • Odin Odin 2 novembre 2016 13:01

    L’endettement n’est pas un problème mais l’USURE en est un. Nous la devons à la loi Pompidou/Giscard (dite Rothschild) du 3 janvier 1973. Deux traîtres à la nation.

    Il nous faudrait un nouveau Philippe le Bel pour résoudre notre problème de la dette.


  • smilodon smilodon 2 novembre 2016 21:47

    @ ya pas de « dette publique » !... Y’a juste certains qui vont payer pour tous les autres !.... Et le plus « con », c’est que ces « certains » vont se faire un devoir de payer !... Alors, arrêtons de pleurer, que ce soit pour les « uns » qui demandent tout, ou pour les « autres » qui donneront « tout » !.... Y’a aucun sentiment à avoir !... Tous sont consentants !..... Ni à pleurer, ni à rire !....« l’échange se fera »gentiment«  !.... Je parle »d’échange« , non de »remplacement«  !..... C’est plus »doux«  !.....Tout va se faire sans »mal" !.... Naturellement !....Gentillement ... Le couteau dans les vertèbres. En douceur.Ca va glisser tout seul !... Vous verrez !......La pointe nous chatouille déjà. Avez-vous senti quelque chose ???... Non !... Ben voilà !..... Vous êtes cuits !..... Nous sommes cuits !.... Je suis (presque) cuit !..... Sauf que moi, je sais !... A la différence de vous !.... Mais ca va glisser aussi. Vous inquiétez pas !.... Adishatz.


  • demissionaire bonalors 3 novembre 2016 05:51

     la monnaie s evalue essentielement en pouvoir de nuisance, les dettes sont faites pour etre exportes avec les canons, la guerre ecomique se mue en guerre tout court, ca n est qu une soupape qui decrit et prouve tres bien ce meme mecanisme,
    Bien qu il ne peut etre que suicidaire, meme pour les beneficiaires et bandits qui menent la danse, mais nous l avons tjrs compris trop tard
    L homme est arrive a la croisee des chemins entre son auto-extermination ou un mode nouveau de re-pensee ses rapports a l autre.
    L economie n est qu une facon de regir et pense le rapport a l autre, alors on peut dire que toutes nos tentatives ont ete des echecs sanglants,
    Je rejoins en cela howahkan 2 (bien a vous smiley, cette nature profonde est celle de nos origines, c est a dire la creation ou plutot le pouvoir de creer, se regenerer, alors l autre devient un referant et une source, non plus un competiteur a eliminer. Toutes nos inventions ont ete le fruit soit d une collaboration atemporelle ou temporelle, cad l heritage. Aujourd hui la recherche fondamentale est en panne car tous les chercheurs s accordent a dire que pour aller plus il faut trouver des nouveaux modes de collaboration, ou connecter nos cerveaux,l hyper conductivite a l echelle de la planete, alors on continuera de dérouler la pelote de cette univers pour quoi ? pour la re-peloter mais différemment, creer en fait ....
    J ai commencer a creer de l musique et decouvert cette faculte extraordinaire que j avais et que je ne soupconnais pas. La creation est la premiere, derniere et ultime liberte, tout etre meme le plus cretin peut creer, mais il ne le sait pas ....


  • karim 3 novembre 2016 07:55

    Dieu a interdit le prêt avec intérêt, parce que l’argent n’engendre pas l’argent, mais que l’argent est engendré par l’effort et le travail. Ce genre de prêt engendre un endettement qui n’est autre chose que de l’esclavage. Jadis, Jésus avait chassé du Temple les échangeurs de monnaie qui pratiquait ce genre de trafic. Aujourd’hui, ce sont les banques qui ont pris le relais et qui ont même réussi, avec la complicité de politiciens véreux, a subjuguer les Etats en leurs imposant à ne pas emprunter auprès de leurs banques centrales. Alors, même l’argent du contribuable va dans la poches de ces escrocs qui ne sont autre que des DAECHS de la finance mondiale.


    • Trelawney Trelawney 3 novembre 2016 08:09

      @karim
      Dieu a interdit le prêt avec intérêt

      Combien de fois faudra-t-il vous le dire ? Dieu n’existe pas et le jour où le monde comprendra cela, il sera enfin libre


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 novembre 2016 10:24

      @karim
      Les Catholiques contournaient l’interdiction en utilisant les banquiers juifs. Et les banques islamistes se payent sur le résultat de l’entreprise, je ne vois pas très bien où est la différence... ??


    • karim 3 novembre 2016 14:36

      @Trelawney
      Combien de fois faudra-t-il vous dire que Dieu existe et le jour où vous comprendrez cela, vous serez enfin libre.


    • karim 3 novembre 2016 14:44

      @Fifi Brind_acier
       Les Chrétiens, aussi bien que les Musulmans font la même chose que les Juifs.


    • hunter hunter 6 novembre 2016 19:05

      @Trelawney

      Vous n’y croyez pas, moi non plus, mais Karim oui ! Et il a le droit d’y croire, alors respectons-le !

      Adishatz

      H/


    • karim 7 novembre 2016 07:58

      @hunter
      Merci.

      Le respect fait obstacle à la violence.


  • Petit Lait 3 novembre 2016 10:53

    La dette publique, c’est comme la dette à la maison : si elle sert à financer un investissement (une maison par exemple), c’est bien. Si elle ne sert qu’à payer les factures à la fin du mois et à partir en vacances, alors là, c’est le début des ennuis. Et c’est cette deuxième situation dans laquelle sont les états actuellement...


  • ENZOLIGARK 7 novembre 2016 08:18

    @ Petit Lait ( 10:53 ) ... , Bonghjornu , ... $%$ Payer Le Prix $%$ [ Music by Silmarils ... ] . ... AФФ ISS ...


Réagir