lundi 3 mai - par Pierre

Les sanctions ! Une chance pour la Russie ?

Des sanctions ont très rarement eu l'effet escompté sur les pays qui les subissent et elles le sont d'autant moins qu'elles sont imposées par des pays qui sont pour la plupart dépendants des importations, qu'elles soient énergétiques, de produits de consommation courante ou de pièces servant à l'industrie : il y a actuellement par exemple une pénurie de composants électroniques qui sont indispensables pour le secteur automobile. En l'absence de producteur de substitution en Europe, cela entraîne une dépendance chronique à des fournisseurs localisés aux États-Unis et au Japon et qui sont à l'arrêt pour le moment.

 

JPEG

 

Les sanctions contre la Russie non seulement ne dérogent pas à la règle mais elles ont aussi entraîné de lourdes contre-sanctions et elles ont favorisé une renaissance industrielle qui n'était pas prévue dans le scénario occidental.

L'industrie soviétique vétuste meurt tout doucement et est remplacée par de nouvelles installations flambant neuves. C'est bien sûr la manne des hydrocarbures qui a permis cette renaissance industrielle mais il fallait aussi une volonté politique pour la catalyser.

 

Avant les sanctions, la Russie profitait d'une économie de rente pétrolière et elle se souciait très peu de diversifier son développement. La Russie jouait pleinement le jeu de la mondialisation et elle favorisait les coopérations internationales pour ses nouveaux projets.

Elle importait systématiquement ce qu'elle ne produisait pas sans essayer de le fabriquer elle-même.

La dégradation des relations avec l'Occident a fait prendre conscience à la Russie de sa vulnérabilité face aux caprices principalement décidés par les administrations et le Congrès des États-Unis, toutes tendances politiques confondues.

Une politique d'autosuffisance s'est petit-à-petit mise en place et s'est consolidée à partir de 2014.

Une vraie rupture s'est alors produite avec certaines anciennes Républiques ex-soviétiques, principalement avec l'Ukraine qui a perdu son principal débouché de produits d'exportation et qui après avoir été le fleuron industriel de l'Union soviétique, risque de ne plus rester qu'une région agricole qui n'intéresse plus personne.

De leur côté, les Pays baltes ont perdu leur rôle traditionnel de transit pour les exportations de produits russes (et biélorusses depuis peu) au profit du tout nouveau port d'Oust-Luga dans la région de Saint-Pétersbourg. Ce port est déjà un des premiers de la Baltique et il deviendra un des principaux ports d'Europe et peut-être du monde s'il devient comme envisagé un port de transit et le terminus de la route russe de la soie. i

 

JPEG

               Le nouveau terminal de fret en construction à Oust-Luga.

 

Les Baltes ont ainsi perdu une de leurs principales sources de revenus (Activités portuaires, taxes de transit et chemins de fer.) qui vient s'ajouter à la désaffection des touristes russes.

 

Il faut savoir que cette politique de non dépendance des importations n'est pas nouvelle mais elle s'accélère actuellement. Les fabricants étrangers sont incités à localiser leurs productions en Russie pour maintenir leurs parts de marché. On peut citer les grands fabricants de voitures, Siemens, L'Oréal, Total, Rockwool, Barilla, Ikéa etc.

D'un autre côté, d'autres sociétés devront s'enregistrer en Russie et y payeront des impôts ou seront doucement poussées vers la sortie. Ce sont surtout des sociétés liées à l'informatique qui ont leurs équivalents russes comme Google, Facebook, Microsoft,les fabricants d'antivirus, le GPS (qui appartient au gouvernement américain) etc.

 

Du côté de l'industrie lourde, la Russie mise sur le développement de la pétrochimie ii, de la construction navale iii, de la fabrication mécanique, de l'aviation civile et de l'industrie militaire.

Ces industries doivent d'abord subvenir aux besoins intérieurs mais une fois ceux-ci couverts, elles vont aussi être présentes sur les marchés mondiaux. Il y a par exemple peu chances que Boeing et Airbus vendent encore beaucoup d'avions en Russie après les contrats en cours alors que les besoins sont estimés à environ 700 nouveaux avions d'ici 2030. Bien au contraire, les MC-21 (moyen-courriers), les Superjet-100 (avions régionaux) nouvellement motorisés en russes iv, les avions turbopropulseurs Il-114-300 (avions régionaux) et les long-courriers russo-chinois CR929 vont être de nouveaux concurrents de la duopole aéronautique et satisferont les pays sous embargo occidental.

 

JPEG

                L'Irkout MC-21 sera produit en série à partir de 2022.

 

La construction navale et les installations portuaires sont en plein essor en Russie. C'est bien sûr grâce à la route du nord-est qui nécessite de nombreux nouveaux brise-glaces et des navires adaptés à la navigation arctique vu que la route sera ouverte toute l'année. Les ports du nord de la Sibérie construits à l'époque soviétique sont restaurés pour servir d'appui logistique à la navigation. De nouveaux chantiers navals sont créés sur toutes les mers bordant la Russie et les chantiers navals de Crimée sont remis en route.

 

JPEG

                   La construction navale russe en plein essor.

 

Les carnets de commandes des 269 entreprises de construction navale (y compris pour la navigation fluviale) sont pleins et de nouveaux secteurs comme les bateaux de croisière fluviale sont à l'étude.

Tout cela a une influence sur les aciéries. La Russie a dépassé les États-Unis et est devenue le quatrième producteur d'acier du monde après la Chine, l'Inde et le Japon.

Les fabricants ukrainien Zorya MachPoject et allemand MTU avaient refusé de fournir les turbines commandées pour des frégates et des corvettes russes prétextant l'embargo. Six ans plus tard, des usines russes ont fabriqué des turbines plus performantes inspirées des turbines ukrainiennes et elles commencent à être installées sur les frégates.

C'est une preuve de plus de l'effet négatif de l'embargo. D'abord, les Ukrainiens et les Allemands ont perdu une belle commande et un client pour d'autres achats et maintenant ils ont un concurrent de plus.

 

Les matières premières restent en tête en ce qui concerne les exportations. On peut bien sûr citer les hydrocarbures mais aussi les minerais, les engrais et le bois.

 

Publicité

Il ne faut pas oublier les chemins de fer qui sont en mauvais état mais qui vont se développer rapidement suivant les instructions de Vladimir Poutine. Cela concerne le dédoublement du transsibérien pour la route de la soie, le transport du charbon et des minerais vers les ports et les usines de traitement, le transport des produits finis, des céréales, des engrais potassiques et autres (Eurochem) et le transport de passagers sur de courtes et de moyennes distances. Le transport aérien restant privilégié pour les liaisons entre des villes lointaines. Des liaisons en trains à grande vitesse sont décidés entre les villes européennes de Russie. Ces trains devront être fabriqués en Russie en association avec Siemens.

En 2020 et malgré la pandémie, 80000 wagon de chemin v et 588 locomotives électriques et diesel (980 en 2019 !) vi sont sortis des usines russes. Cela indique qu'il y a une dynamique dans les transports justifiée par l'essor industriel qui, contrairement à beaucoup d'autres pays, est dispersé sur tout le territoire.

 

Le secteur agricole a été le premier a bénéficié des contre-sanctions russes. Avant 2014, la Russie importait de nombreux produits alimentaires d'Europe. Pour assurer sa sécurité alimentaire, l'accent a été mis sur la construction de fermes industrielles et sur l'amélioration du rendement des terres agricoles avec une attention particulière sur la qualité bio. Les entreprises agricoles russes s'étendent sur des dizaines de milliers d'hectares de terre et les exploitants européens ne peuvent plus rivaliser avec elles.

L’État a investi d'énormes fonds dans le développement et la modernisation de l'agriculture : 77 milliards de roubles ont été alloué à ce secteur en 2021.

 

            Les céréales sont un des principaux produits d'exportation russe.

 

Moscou et Saint-Pétersbourg font parties des villes les plus visitées du monde mais le tourisme à l'intérieur du pays doit encore se développer pour les vacanciers russes pour lesquels la Turquie est la destination préférée. Le potentiel est énorme et pas développé du tout. On peut citer la région du lac Baïkal et la beauté immaculée de l'Altaï, la vallée des geysers et les volcans du Kamtchatka, les mosquées du Tatarstan,

 

JPEG

                                   La mosquée de Bolgar.

 

la Carélie, les stations de ski

 

JPEG

                     Une station de ski du Caucase en février 2021.

 

et les sites exceptionnels du Caucase comme le canyon de Soulak,

 

JPEG

                     Le canyon de Soulak, le plus profond d'Europe.

 

les constructions en bois de l'île de Kiji sur le lac Onega, les croisières sur les fleuves sibériens, le parc naturel d'Ergaki, les côtes de la Mer noire etc.

Il faut souligner ici qu'une Riviera est en train de se construire dans les environs de Guelendjik, au nord de Sotchi. Des oligarques et d'autres milliardaires russes, souvent sous sanctions occidentales, y construisent leur villa. C'est d'ailleurs là que se situe le fameux palais sottement attribué à Poutine.

Pour favoriser le tourisme intérieur, le gouvernement russe a lancé un programme de remboursement sous certaines conditions d'environ 20 % du prix des voyages et des locations des touristes russes dans leur pays. C'est une variante de l'hélicoptère monétaire avec l'assurance que cela ne profitera qu'à l'économie russe. Environ 600000 vacanciers en ont profité jusqu'à présent et l'expérience est renouvelée pour 2021.

 

La Russie est le leader mondial de l'industrie nucléaire civile. De nouvelles centrales nucléaires sont en construction sur les sites de Leningrad et de Koursk ainsi qu'en Inde, au Bangladesh, en Turquie, en Chine, en Iran et dans divers autres pays.

La construction d'une installation de recherche, la plus puissante du monde, à Dimotrovgrad a été relancée en 2020 après une interruption de cinq ans. Son coût est estimé à plus de 100 milliards de roubles.

Maintenant qu'Akademik Lemonosov est entré en service avec succès, la Russie a décidé de construire quatre autres centrales nucléaires flottantes de ce type.

Il est à remarquer que la Russie fabrique déjà de grandes quantités d'hydrogène avec les surplus d'énergie produits par ses centrales nucléaires. N'en déplaise à ceux qui veulent sa perte, la Russie restera un fournisseur d'énergie après l’ère des hydrocarbures.

Le développement de l'industrie nucléaire russe a été grandement facilité par la création de la société d’État Rosatom en 2007. La société regroupe 300 entreprises liées au nucléaire civil dispersées dans tout le pays et emploie 250000 personnes en Russie. vii

 

Je pense cependant que le moteur actuel de l'économie russe est la construction. A voir tous ces chantiers, on ne peut qu'être impressionné.

Qui sait que les plus hauts gratte-ciels d'Europe se trouvent en Russie et que 50 % des plus hauts se trouvent aussi en Russie ? viii

 

JPEG

                        Le complexe de gratte-ciels de Moscou.

 

A Moscou, il y a aussi de la deuxième ligne circulaire de métro en construction, la destruction des Khrouchtchevskas et leur remplacement par des immeubles modernes.

Publicité

Il y a une vraie frénésie de construction pour le moment.

Les nouvelles usines pétrochimiques géantes situées près des sites d'extraction de pétrole et de gaz nécessite chaque fois la construction de villes pour des dizaines de milliers d'habitants. La construction de nouveaux ports et de chantiers navals aussi.

Il y a d'autre nouvelles villes construites à partir de zéro comme Magas, la nouvelle capitale de l'Ingouchie, Innopolis, future ville scientifique au Tatarstan, Novoë Stupino, ville satellite de Moscou (75 km) de faible hauteur, Dobrograd, autre éco-ville de faible hauteur dans les environs de Vladimir etc.

En dehors des constructions d'habitations il faut aussi citer les routes, les voies ferrées, les ponts (pont de Crimée, pont de Rouski à Vladivostok etc.), les oléoducs et les gazoducs dont le plus coûteux, Power of Sibérie estimé à 1000 milliards de roubles.

Un pays comme la Russie se devait d'avoir son propre cosmodrome (Baïkonour se trouve au Kazakhstan). Il est en cours d'achèvement à Vostochny et a déjà effectué cinq tirs.

L'immense territoire de la Russie nécessite des transports aériens performants. Chaque ville a son aéroport et ils sont partout en modernisation ou en reconstruction.

Un mot aussi sur les installations sportives et les nouveaux stades qui ont été construits pour la Coupe du monde de football 2018.

Bien avant Joe Biden, la Russie a adopté une relance keynésienne qui réduit le chômage à un taux minime et qui nécessite la participation de millions de travailleurs russes et immigrés venant surtout des ex-Républiques soviétiques. Les dirigeants russes n'ont pas oublié le vieil adage : « Quand le bâtiment va, tout va. »

 

Je ne m'étendrai pas sur l'industrie militaire. La Russie est le deuxième exportateur d'armes du monde et les médias ont abondamment parlé des nouvelles inventions dans le domaine.

Je ferai juste une remarque sur ces armes de types nouveau. La Russie a hérité du savoir-faire des physiciens soviétiques dans le domaine militaire. Ils avaient conçu sur plan un nombre invraisemblable d'armes que les technologies de l'époque ne permettaient pas de réaliser.

Sommairement dit, il suffit de sortir les dossiers des placards pour trouver des trésors que l’ingénierie militaire avait conçu il y a plus d'un demi-siècle et de les réaliser grâce aux technologies nouvelles et aux moyens de l'informatique.

 

Pendant longtemps, la corruption a été un frein au développement économique de la Russie. Le système était bien rodé : un fonctionnaire pouvait garder votre dossier en réserve jusqu'au moment où vous lui glissiez une enveloppe tout comme il pouvait laisser passer un dossier incomplet de la même façon. Ce temps est révolu depuis l'arrivée de Mikhaïl Michoustine. A présent, tous les dossiers doivent être envoyés par voie électronique et il n'y a plus aucun contact avec les fonctionnaires. Cela devrait aider à la création de petites entreprises et dynamiser un secteur faible de l'économie.

 

Les ennemis de la Russie se sont moqués d'elle pendant des années en spéculant sur son effondrement et en espérant la voir à genoux. Ils ont espéré que des sanctions pourraient lui faire rendre gorge pour la Syrie et la Crimée.

Je me souviens encore d'avoir lu dans Le Monde que la Russie payera pour avoir refusé de soutenir une résolution du Conseil de Sécurité contre la Syrie au sommet du G8 de Dublin et que vu sa faiblesse, elle reviendra à de meilleures dispositions dans quelques mois.

J'ai aussi lu en 2015 qu'un an d'intervention militaire en Syrie ruinera la Russie et qu'elle s'est fourvoyée dans un nouvel Afghanistan.

J'ai entendu Barack Obama dire que la Russie est une petite puissance régionale et sa représentante au Conseil de Sécurité dire que la Russie avait perdu la guerre froide et qu'elle devait dorénavant se soumettre et cesser de s'opposer aux volontés des vainqueurs.

Encore récemment, j'ai entendu Hubert Védrine dire qu'avec le PIB [en nominal] de l'Espagne, la Russie n'est qu'une économie moyenne parmi d'autres.

Qui sont ces experts ? Font-ils de l'analyse ou répètent-ils un mantra en boucle ?

Si c'est le PIB qui détermine la puissance économique d'un pays, pourquoi l'Espagne ne produit pas elle aussi tout ce qui est décrit dans cet article ? Et je n'ai même pas évoqué le domaine spatial où la Russie fait partie des trois leaders mondiaux.

Le PIB est un indicateur intéressant pour déterminer l'évolution économique d'un pays mais pas pour le comparer avec un autre. On ne peut tirer aucune conclusion d'une telle comparaison.

Je pose une question. Qui est le plus riche ou le plus puissant : celui qui consomme beaucoup et qui plus est, à crédit ou celui qui produit des biens matériels et qui épargne (La Russie a des réserves de change qui flirtent avec les 600 milliards de dollars et n'a quasi pas de dettes) ?

Nous sommes à une période charnière avec la fin de l'ère des hydrocarbures et le tout électrique qui s'annonce. Les prochaines années seront pleines d'incertitudes. Personne ne peut prédire le coût de cette transition et si elle sera réussie.

A Davos, la Chine et la Russie ont refusé ce « Great Reset » basé sur l'économie verte qui donnera les manettes de contrôle aux Banques centrales et aux GAFAM (les géants du Web).

Ils ont évoqué la faillite du néo-libéralisme et le danger de conflit lié à la volonté de vouloir imposer un nouvel ordre mondial pour se faire une nouvelle virginité.

Les sanctions occidentales ont appris à la Russie que son intérêt pour sa sécurité est de se tourner vers l'Asie et vers la Chine en particulier. C'est un partenariat déséquilibré qui ne handicape pas la Russie et qui ne l'absorbe pas à la Chine non plus. Les deux pays gardant leur système politique sans ingérence mutuelle.

Je pense qu'il est trop tard pour l'Occident de faire marche arrière et revenir à un partenariat apaisé avec la Russie. Il faudra payer le prix des sanctions que l'Europe a imposées à la Russie, assumer notre vassalisation aux États-Unis et être beau joueur et souhaiter bonne chance à la Russie.

 

i Duisbourg, Hambourg et Rotterdam sont les principales destinations des voies terrestres de la route de la soie en Europe. Malheureusement, l'entrée en UE par Malaszewicze en Pologne est congestionné et peut prendre de 3 à 4 jours à cause des opérations douanières et du transfert des conteneurs ou plus rarement du changement de bogies vu l'écartement différent des voies. Une option de dispatching des marchandises par Oust-Luga pour délester Malaszewicze est à l'étude.

ii La Russie prévoit d'occuper 7 à 8 % du marché pétrochimique mondial et 20 à 25 % du marché mondial de l'hydrogène grâce aux surplus de production électrique des centrales nucléaires d'ici 2030. https://zen.yandex.ru/media/zavodfoto/u-rossii-est-plany-zaniat-78-mirovogo-rynka-neftehimii-uje-k-2030-godu-60749992063a3d24f90fc89d

iii Aussi étonnant que cela puisse paraître, la Russie a pris la deuxième place en termes de volume de construction navale en 2020. Les brise-glaces, le premier pétrolier de type Aframax du projet 114K et les chalutiers sont les principaux navires fabriqués. La Russie devrait se maintenir dans le top 3 dans les années à venir. La Chine reprendra sans doute la deuxième place en 2021. https://zen.yandex.ru/media/historyevidence/i-vnov-rossiia-bet-rekordy-my-na-vtorom-meste-po-obemam-sudostroeniia-6022b8f1ff10a04637946ec5

iv L'ancienne motorisation, le SaM-146 du Français Safran, n'a pas répondu aux attentes. https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/le-partenariat-avec-safran-en-pleine-descente-809299.html

v https://evolution.skf.com/fr/le-renouveau-du-chemin-de-fer-russe/

vi https://zen.yandex.ru/media/sdelanounas.ru/zavody-rossii-v-2020-godu-proizveli-566-teplovozov-i-elektrovozov-600ac0edb7c9394d30672931

vii https://fr.wikipedia.org/wiki/Rosatom

viii https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_plus_hauts_gratte-ciels_d'Europe



58 réactions


  • roman_garev 3 mai 10:19

    Bonjour Pierre, et merci pour ce petit mot de réalité.

    La Russie ne sait pas et n’aime pas se vanter.

    Je ne connais qu’un seul site web russe qui parle non des problèmes du pays, mais de ses succès : https://sdelanounas.ru/ (« Сделано у нас »  « Produit chez nous »). Contre toute attente, ce site et conçu et supporté que par des enthousiastes. Et rien qu’en russe, donc pour les siens.

    Mais peut-être c’est même mieux comme ça. Que l’ennemi anglo-saxon dorme sur ses deux oreilles en imaginant la Russie éternellemnt ivre, « avec l’économie déchirée en miettes », selon un certain Obama.


    • Pierre Pierre 3 mai 13:23

      Bonjour roman_garev,
      Je suis content que vous avez été le premier à commenter l’article avant que les Tabaka n’interviennent.
      Je consulte régulièrement « Сделано у нас » et d’autre site de ce genre et c’est effectivement bien de voir qu’il y a des Russes qui croient en leur patrie.
      D’un autre coté, je vais aussi sur « Эхо Москвы » et d’autre site d’opposition pour avoir des avis contradictoires. C’est malheureusement là que nos médias vont exclusivement pêcher leurs infos sur la Russie et je comprends pourquoi leurs articles sont si lamentables.
      J’apprécie votre denier commentaire et c’est tellement vrai.
      Je me souviens des railleries quand Vladimir Poutine a annoncé la mise au point de nouvelles armes. C’était impossible, c’est de la propagande et maintenant, il doivent bien admettre que ce n’était pas du bluff. 
      Ils confondent Vladimir Poutine et Nikita Khrouchtchev qui annonçait qu’il avait une B.A. de 50 mégatonnes... mais il omettait de dire qu’il n’avait pas de vecteur pour la larguer.


    • V_Parlier V_Parlier 3 mai 21:33

      @Pierre
      Nous seulement « nos » médias vont pêcher des infox sur « Эхо Москвы » et compagnie, mais ça se fait aussi dans l’autre sens : Nos médias « inspirent » ces officines qui croient inventer la poudre.


    • simir simir 3 mai 22:27

      @Pierre
      Pas de vecteur ????
      Comment ont ils largué cette « Tsar Bomba » ??
      Par le vecteur TU 95 qui pouvait même être ravitaillé en vol.
      Ils avaient aussi en 1957 le missile R7 qui pouvait parcourir 8000 km
      Mais en admettant encore que ce TU 95 et ce R7n’étaient pas les vecteurs idéals Kroutchev, qui avait plus d’un tour dans son sac, avait projeté d’installer les vecteurs à Cuba pour pallier à cela.


  • Abou Antoun Abou Antoun 3 mai 12:23

    Bonjour Pierre,

    C’est clair chaque nouvelle sanction favorise le développement d’un pan de l’industrie ou de l’agriculture russe et parallèlement pénalise les exportateurs occidentaux.

    La politique étrangère de la France, et de l’EU en général calquée sur celle des USA est une aberration totale, absolue, mais qui n’a rien d’étonnant dans la mesure où Washington a réussit à placer ses ’hommes’ aux postes clés dans l’UE, qui n’est de fait qu’une colonie US, sans véritable politique étrangère, sans politique de défense, sans rien.

    C’est open-bar pour les multi-nationales et rien de plus. On ne peut pas en dire autant de la Russie.


    • Pierre Pierre 3 mai 13:48

      Bonjour Abou Antoun,
      Merci pour votre commentaire.
      Je pense que c’est bien pire que cela. C’est l’OTAN qui non seulement détermine la politique de défense mais aussi la politique étrangère.
      D’après le Traité de Maastricht, chaque Etat conserve son autonomie mais dans la pratique, il est interdit de prendre des positions contraires à celles dictées par l’OTAN et on sait qui pilote cette organisation.
      La PESC , c’est une coûteuse poudre aux yeux qui sert juste donner l’illusion que la politique étrangère de l’UE est indépendante.
      La Russie l’a bien compris et ne tient aucun compte des recommandations de Josep Borell.


    • V_Parlier V_Parlier 3 mai 21:36

      @Abou Antoun
      La chose inquiétante est que les pourfendeurs obsessionnels de la Russie commencent à enrager comme des sales gosses qui manquent leurs sales coups. Ils deviennent de plus en plus agressifs et ça peut devenir très violent.


  • popov 3 mai 14:29

    @Pierre

    Merci pour cet excellent article.


  • simir simir 3 mai 21:59

    « L’industrie soviétique vétuste meurt tout doucement et est remplacée par de nouvelles installations flambant neuves. »

    Non l’industrie soviétique n’était pas vétuste. Simplement le renouveau se fait comme il se fait ou devrait se faire dans tout pays qui veut évoluer dans le bon sens.

    Qui même aux Etats Unis ou en France voudrait rester avec les usines des années 80 ?

    Alors je vous rappellerai quelques succès de cette industrie soviétique en commençant par l’armement et notamment le formidable bombardier TU 160 qui n’avait pas d’équivalent à l’Ouest ou l’intercepteur MIG 25 qui volait à Mach 3

    Dans un autre domaine il y avait les camions Kamaz sortis de la plus grosse usine de camions du monde et cerise sur le gâteau ils gagnaient leur catégorie au Paris Dakar, preuve de leur qualité.

    Il y eu aussi la Lada Niva qui fut dans les années 80 le 4X4 le plus vendu en France.

    Les appareils photo Zenit qui étaient les meilleurs pour tout ceux qui ne disposaient pas d’un très gros budget.

    La navette spatiale Bourane, programme arrêté par le liquidateur Gorbatchev

    Sur un plan plus général "on peut estimer que si on donne à l’industrie soviétique une base 100 en 1928, elle atteint 770 en 1940 (soit un développement de six fois environ). Cet essor est spectaculaire car l’URSS partait de pas grand chose du point de vue industriel. La production de charbon et d’acier a été multipliée par 4,5 fois, celle de fer par cinq, celle d’électricité par presque dix. La production de machines outils à métaux a été multipliée par 30, celle des tracteurs agricoles par 20. L’industrie automobile apparait (surtout des véhicules utilitaires, il y a environ 20 000 voitures particulières pour un pays de 170 millions de personnes). Pour les biens de consommation on compte 50% de plus pour les tissus et la production de chaussures a été multipliée par trois (mais ces articles se révèlent souvent de qualité médiocre). Le réseau de chemin de fer a augmenté de 25% depuis 1928 et il assure plus de 80% du trafic de marchandises. "

    Pour une industrie vétuste.... c’est tout ce que je demande pour nous

    https://fr.vikidia.org/wiki/Industrialisation_de_l%27URSS_avant_la_Seconde_Guerre_mondiale


    • pipiou2 3 mai 22:20

      @simir
       smiley
      Simir n’a toujours pas eu sa mise à jour depuis 1960


    • simir simir 3 mai 22:31

      @pipiou2

      Et en plus je n’ai pas d’antivirus (et je n’en veux surtout pas)


    • Pierre Pierre 4 mai 10:33

      @simir
      Vous faites une erreur d’interprétation. Je n’ai pas fait une critique de l’industrie soviétique. Je dis qu’elle est vétuste parce que la plupart des usines de l’époque n’ont pas été modernisées. Elles consomment trop d’énergie, emploient trop de main-d’œuvre et produisent de choses dépassées. Il en serait de même d’une usine occidentale qui travaillerait comme en 1970. Plutôt que de miser sur de coûteuses modernisations quand c’est temporaire ou inutile, il vaut mieux construire de nouvelles usines à parti de zéro.


    • Effondré remonté 4 mai 12:41

      @simir ...oui, d’ailleurs on ne dit pas assez, ou même jamais, que l’URSS a fourni un effort de guerre bien supérieur  en proportions voire en chiffres absolus (chars, etc.)  à l’effort de guerre états-unien, partout vanté et célébré (ah, la « narrative » anglo-saxonne !) et ce, avec sa Russie d’Europe détruite par les Nazis et les usines démontées et remontées en quelques semaines vers l’Oural ou au-delà...
      http://www.dementieva.fr/russie/2guerre2.html


    • simir simir 4 mai 19:43

      @Pierre
      Alors mea culpa


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 4 mai 19:50

      @Pierre
       
       ’’Elles consomment trop d’énergie, emploient trop de main-d’œuvre et produisent de choses dépassées’’
       
      Je pense que l’emploi de main d’œuvre n’est un handicap que dans un système capitaliste.


    • Pierre Pierre 4 mai 21:02

      @Francis, agnotologue
      « ...l’emploi de main d’œuvre n’est un handicap que dans un système capitaliste. » 
      Dans l’industrie, le travail se fait à la chaîne et n’a rien de gratifiant. L’espérance de vie d’un sidérurgiste par exemple est largement inférieur à la moyenne à cause des accidents de travail et de l’inhalation de vapeurs toxiques. L’automatisation du travail est un progrès quel que soit le système économique.


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 5 mai 08:01

      @Pierre
       
       si l’alternative à l’esclavage du travail à la chaîne c’est le chômage, alors je ne vois pas où est le progrès.


    • Pierre Pierre 5 mai 08:34

      @Francis, agnotologue
      La robotisation du travail est évidement rentable pour le capitalisme et en plus, il ne se met pas en grève. Il peut tomber en panne mais il se répare plus vite qu’un ouvrier malade ne se rétablit. 
      Il y a un équilibre à trouver entre le capitalisme et les travailleurs mais c’est impossible dans le monde libéral globalisé actuel qui donne tout le pouvoir aux plus puissants et dans le contexte actuel, je ne vois aucune possibilité de renverser le rapport de force.
      Pour les métiers insalubres, la robotisation est toujours un progrès. 
      Savez-vous quel est le métier insalubre où l’espérance de vie est la plus courte ? 
      Eboueur, parce qu’on n’a pas encore inventé des robots qui viennent enlever les déchets ménagers et industriels.


  • alinea alinea 3 mai 22:06

    La Russie se construit dans le modernisme, j’espère qu’elle n’y perdra pas son âme ; mais c’est toujours une période faste. Nous autres sommes en plein déclin ! J’ai l’impression que les Russes ne font pas les mêmes erreurs que la Chine question écologie,et ça c’est bien !

    Les occidentaux jouaient les gros bras avec leur arrogance habituelle, mais chacun sait que l’arrogance aveugle : l’occident est ridiculisé ! et la France particulièrement, quasi inexistante aujourd’hui !

    Personnellement je ne m’en plains pas, si nous savons nous reconvertir dans la qualité de vie et nous extirper du piège consumériste.


  • altaos 3 mai 22:07

    excellent article qui nous montre une Russie vivante, courageuse ,fière de son histoire,et tournée vers l’avenir

    En face une civilisation sur le déclin en route vers la fin de son hégémonie et qui devient par la force des choses agressive et provocatrice ,prète à tous les coups tordus 

    j’admire la patience Russe incarnée par Poutine

    Son prix Nobel de la paix ne lui sera jamais attribué mais on s’en fout complètement


  • Ancien GE 4 mai 07:43

    Reprenons juste la partie construction aéronautique de l’article :

    Bien au contraire, les MC-21 (moyen-courriers), les Superjet-100 (avions régionaux) nouvellement motorisés en russes iv, les avions turbopropulseurs Il-114-300 (avions régionaux) et les long-courriers russo-chinois CR929 vont être de nouveaux concurrents de la duopole aéronautique et satisferont les pays sous embargo occidental

    Ilyushin vient d’annoncer la semaine dernière qu’ils renoncent au projet gros porteur civil .

    Superjet 100 : les problèmes de maintenance et de fiabilité font que cet appareil n’est plus exporté ni construit .

    MC 21 : mise en service encore retardée , en Russie peut être en 2022 chez Aeroflot .

    Chinois et russes ne se sont pas mis d’accord sur la répartition des bénéfices sur les ventes car les chinois ne veulent pas partager avec les russes la part sur le marché chinois .

    CR929 : russes et chinois ne sont d’accord sur rien à ce sujet , l’avion est un proto dans les ordinateurs .

    Moscou et St Pet villes parmis les plus visitées au monde :

    Moscou 45 eme et St Pet 59 eme :

    https://www.visualcapitalist.com/the-100-most-popular-city-destinations/

    Vous oubliez les diverses communications du ministère de l’énergie russe sur l’épuisement des réserves de pétrole qui à l’horizon 2035 fera que que la Russie ne pourra plus produire que pour son marché intérieur .

    Vous ne parlez pas de l’effondrement total du nombre de dépot de brevets de la Russie qui est un indicateur inquiétant de son niveau de recherche ? Totale chute libre en 29 eme place ?

    https://statnano.com/report/s135


    • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 4 mai 09:51

      @Ancien GE

      Mince alors, vous cassez l’atterrissage sur terre des illusions du monde enchanté des copiés collés de la propagande Russe.

      C’est un coup a ce qu’ils attrapent un infarctus les illuminés de la Russie.


    • Pierre Pierre 4 mai 09:59

      @Ancien GE
      Vous vous informez mal.
      Ilyushin  : l’Ill-114-300 vient de faire son vol inaugural en décembre 2020 et les sites de production sont prêts. http://psk.blog.24heures.ch/tag/il-114-300
      Superjet 100  : l’avion n’a pas eu le succès international escompté à cause de son manque de fiabilité causé par les partenaires étrangers. Il avait été conçu à l’époque où la Russie faisait confiance aux Occidentaux. La motorisation par exemple était conçue par le français SAFRAN. Les problèmes commençaient dans la chambre de combustion du SaM 146 deux fois plus vite que prévu. La maintenance de SAFRAN ne suivait pas et coûtait une somme astronomique. Sukoï a tout revu et n’a presque plus de composants étrangers dans la nouvelle version. Sukoï a conçu le PD-8 pour remplacer le SaM 146. Le Superjet 100 new sera un succès d’autant plus que Bombardier a renoncé a son avion régional concurrent. Rien que le marché russe suffit pour rendre cet avion rentable. https://www.aerospatium.info/ssj-100-en-voie-de-russification/
      MC-21 : sa sortie a été retardée de plusieurs années à cause des sanctions occidentales. Tous les composants sont maintenant russes et notamment le moteur PD-14. Il n’y a plus de frein à sa sortie en série. Vu les problèmes de fiabilité du Boeing 737 MAX, vu son prix et son coût d’exploitation moindre de 20 %, son succès international est garanti.
      CR929 : les chinois veulent avoir le beurre et l’argent du beurre. Il n’ont pas de moteur pour cet avion et l’échec de la prise de contrôle de l’ukrainien Motor Sich à cause du veto américain rend les Russes indispensables (merci les Américains).
      Les Chinois veulent acquérir la technologie de la motorisation russe et les Russes ne veulent rien céder. Le projet est trop avancé et il ne sera pas annulé d’autant plus que les deux pays ont besoin d’un avion long-courrier et ne peuvent se fier à Rolls-Royce et à Pratt & Whitney à cause des risques de sanctions. L’autre différend concerne le marché chinois que les Chinois veulent se réserver mais comme il s’agit d’un projet hautement stratégique pour les deux pays, un compromis sera trouvé et en attendant, tout avance. Ce litige est monté en épingle par les médias occidentaux, incompétents comme d’habitude.
      Je ne sais pas à quelle place se situe Moscou et Saint-Pétersbourg mais je sais que ce sont des villes plus sûres que les villes occidentales et attirantes pour les Asiatiques. Je n’ai pas dit 100 % sûres évidement. 
      Pour les brevets, ne vous inquiéter pas. D’abord, 90 % des brevets sont des conneries qui ne servent à rien et qui ne servent qu’à éventuellement protéger de futurs bénéfices si ces conneries étaient commercialisées.
      50 % de la recherche en Russie est militaire ou fédérale et n’est pas brevetée.
      Vous pensez que la technologie des fusées hypersoniques est brevetée ? 
      Et le Centre Gamaleïa qui a inventé le Spoutnik V est fédéral et pas privé et n’a pas besoin de tout breveter. https://www.lefigaro.fr/sciences/les-chiffres-de-vaccination-hongrois-montrent-ils-que-le-vaccin-russe-spoutnik-v-est-le-plus-efficace-20210430
      A propos, savez vous qu’il y a 3 vaccins russes. Deux autres ont été homologués il y a déjà quelques temps dont un dont je ne me rappelle pas le nom est efficace à 100 %. C’est aussi bizarre qu’on ne parle pas des vaccins cubains ! Y aurait-il de la politique derrière tout ça ? smiley
      Ce n’est pas grave, continuez à croire à ce que vous voulez et profitez bien des derniers moments de prospérité de notre système.


    • Ancien GE 4 mai 11:53

      @Pierre J’informe très bien , juste pour l IL96 où c’est fini :

      https://xvutgdic4hr6ecavptik5rpatm-ac4c6men2g7xr2a-www-vedomosti-ru.translate.goog/business/articles/2021/04/15/866233-il-96-400

      Je mets un lien de l’article de Vedomosti avec sa trad direct en anglais .


    • Pierre Pierre 4 mai 12:12

      @Ancien GE
      Pour l’Il-96, je suis d’accord. C’est d’ailleurs un quadrimoteur dépassé de l’époque soviétique dont l’exploitation est trop coûteuse. La construction d’aucun long-courrier ne peut être rentable rien que pour le marché russe. C’est pour cela que la Russie et la Chine pensent à produire un long-courrier commun.


  • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 4 mai 09:41

    C’est beau les tartufferies de propagande de l’économie Russe.

    La Russie produit 3 choses, des matières premières brutes, des armes, et de la propagande comme cet article.

    La vérité est qu’il y a une surconcentration d’énormes monopoles d’entreprises soit étatiques soit aux mains des potes de Poutine.

    Dans les faits les grandes entreprises citées sont étatiques et ne survivent qu’avec l’argent de l’état qui lui même ne survit qu’avec l’argent du pétrole. Y’a rien de rien autour.

    La vérité c’est que le secteur privé est minable.

    Les faits

    Même pas 20% des entreprises de Russes sont des PME. C’est au moins 60% dans les économies développées. Même en chine le ratio est supérieur.

    La Russie ne produit aucun produit de masse. C’est un désert productif.

    C’est dire si construire une entreprise en Russie est une galère et que l’initiative privée est bridée et que ce pays ne sortira jamais du bourbier ou il est sans secteur privé.

    Et il y a moins de PME dans toute la Russie que dans toute la banlieue de Lyon ou Marseille.

    Le secteur pétrolier Russe est au bord du gouffre elle n’a pas la capacité financière et technique de remettre en route les puis qui ont fermés.

    https://www.worldoil.com/news/2020/5/14/russia-faces-challenges-cutting-oil-output-while-keeping-the-industry-alive

    Plusieurs puits ont étés fermés et la remise en route s’avèrera impossible....

    Gasprom est passé de numéro 1 mondial a 10eme.

    Rosnef est en faillite et demande a surseoir a payer des impôts.

    La première ressource de la Russie est en faillite et vend son pétrole a perte aux Chinois.

    Savez vous pourquoi la dette russe est faible ?

    Parce qu’aucune banque ne lui prête car sa note est BBB- c’est a dire a très haut risque.

    Même le Sénégal ou l’Afrique du Sud ont une meilleure note. C’est dire si le pays est mal géré.

    Il y a 7 ans vous aviez 40 roubles pour 1€.

    Aujourd’hui vous avez 94 roubles pour 1€.

    Vous croyez que c’est un pays a qui l’on prete ?

    https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/russie-la-silencieuse-chute-du-rouble-858882.html# : :text=Il%20y%20a%20quelques%20jours,de%2055%25%20de%20sa%20valeur.

    Vous croyez que c’est un pays a qui l’on prête ?

    Alors oui la Russie a pas beaucoup de dettes. Comme un type au RSA qui a un compte bancaire.

    Pas le droit à l’endettement.

    Bref la Russie est pas prête a inonder le monde.

    Elle fait moins de PIB que l’Italie qui elle n’a même pas de ressources naturelles.

    Mais elle possède de très bon propagandistes a St Pétersboug qui font de beaux articles sur Agoravox.

    https://www.youtube.com/watch?v=tpadm7WgZHA


    • samy Levrai samy Levrai 4 mai 09:50

      @Spartacus Lequidam
      La Russie n’a pas de dette, elle a des ressources gigantesques, elle a un peuple éduqué, elle est souveraine, elle a une industrie , elle a une agriculture, ...

      Maintenant faisons l’exercice avec la France et voyons où se trouve l’avenir radieux...


    • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 4 mai 09:57

      @samy Levrai

      Modifiez votre réponse :
      La Russie ne peut pas emprunter parce qu’elle n’est pas solvable, elle a un peuple sans initiative privé, elle est non souveraine car dépendante de ses exportations vers la Chine, son industrie est monopolistique et ses prisons sont remplies de prisonnier politiques.


    • samy Levrai samy Levrai 4 mai 10:14

      @Spartacus Lequidam
      Et tout cela sans la moindre preuve ? On dirait que tu ne sais pas que l’URSS a disparut au tout début des années 1990 et que tu es resté figé dans le temps à cause de la propagande américaine pour neuneus.
      Tu devrais te pencher sur l’état de ton pays après l’expérience digne de l’ex URSS que nous subissons depuis la fin de celle ci.


    • foufouille foufouille 4 mai 10:32

      @Spartacus Lequidam
      tu es vraiment débile.
      presque tout est importé de chine ou inde.


    • Pierre Pierre 4 mai 10:55

      @Spartacus Lequidam
      Avant de répondre à votre commentaire sur le fond, je vais vous livrer une petite information instructive. Pour le moment, les Russes rentrent des pays occidentaux par dizaines de milliers. Je lis les commentaires sur les blogs et le moins que je peux dire, c’est qu’ils sont extrêmement critiques pour nous. Nous vivons confinés dans un monde de fous, l’économie est à l’arrêt, l’insécurité est totale etc.
      Je ne crois pas qu’il n’y a que les Russes qui pensent cela et cela vaut peut-être la peine de faire une recherche.
      Je n’ai pas le temps de retrouver ces commentaires vu que je ne les ai pas gardés en mémoire mais quand j’en lirai de nouveaux, je les mettrai en favoris et je vous en ferai part.
      Comme vous me faites l’honneur de commenter mes articles, j’aurai certainement encore l’occasion de vous faire lire quelques lignes pas piquées des hannetons.


    • Pierre Pierre 4 mai 12:03

      @Spartacus Lequidam
      Tabaka ne comprend rien à la géopolitique et est programmé pour faire de la destruction.
      « La Russie produit 3 choses » Vous êtes resté bloqué à l’an 2000 et il y a eu Poutine depuis.

      • Les entreprises d’Etats ne sont pas aux main des potes à Poutine mais sont dirigées par eux simplement parce qu’on peut leur faire confiance, il ne trahiront pas leur pays. C’est d’ailleurs pour cela qu’il subissent des sanctions occidentales dont ils se rigolent bien.
      • Les autres, les oligarques cleptomanes sont à Londres auprès d’autres cleptomanes de la City.
      • Les grandes entreprises d’Etat font des pertes ! C’est stupide de dire cela. Vous pensez que Gazprom fait des pertes ? 
      • Je l’évoque dans l’article, le secteur des petites entreprises est un point faible de l’économie russe mais la direction du pays en est consciente et cela change avec Mishustin.
      • La Russie ne produit aucun produit de masse mais les supermarché russes sont pleins de produits russes. Cherchez l’erreur.
      • La Russie produit du pétrole depuis plus de cent ans et n’a pas de problème de production. Elle avait fait l’erreur de miser sur des coopération avec l’Occident mais revient à sa propre technologie pour éviter les sanctions. Cela ne se fait pas en quelques mois mais cela se fait.
      • Je n’ai pas suivi les déboires de Rosneft que vous évoquez mais le marché pétrolier est en plein désordre. Je me souviens encore de ces dizaines de bateaux qui payaient pour être déchargés de leurs hydrocarbures aux portes des Etats-Unis.
      • Si vous vous fiez aux agences de notation américaines pour savoir qui est fiable, vous êtes bien naïf. Leeman Brothers bénéficiait d’un triple A la veille de sa faillite.
      • La dette russe est faible depuis bien longtemps avant les sanctions. En fait depuis que la Russie a remboursé toutes les dettes de l’URSS, elle est libre et ne dépend plus des banques occidentales. Quand quelques fois la Russie lance un emprunt, les banques occidentales se précipitent pour en acquérir au point que les Etats-Unis ont dû l’interdire.
      • Avec ses réserves de change, la Russie pourrait facilement faire remonter le rouble mais cela ne l’intéresse pas. Le rouble faible défavorise les importations et favorise les productions locales. Cela ne crée pas plus de pauvreté vu que les produits d’importation ont leurs équivalents russes et en plus, cela décourage les dépenses des touristes à l’étranger. 
      • Quand allez-vous cessez de comparez les PIB en nominal ? C’est d’une stupidité totale. Vous comparez la valeur de 10 kilos de pommes que vous avez achetés à crédit à 10 kilos de pommes qui proviennent d’un verger. 

      Saint-Pétersbourg smiley Vous êtes un remarquable complotiste qui voit des complotistes partout.


    • Pierre Pierre 4 mai 12:39

      @Spartacus Lequidam
      Tout ce qui est écrit dans cet article est factuel et sourcé.
      Vous pouvez sauter comme un cabri en le lisant mais malheureusement pour vous, vous perdez votre temps. 
      A aucun moment je ne prétends que tout est parfait en Russie ou que c’est mieux que chez nous. Le système est différent, les valeurs sont différentes, les Russes n’ont pas la même histoire mais ils ont des principes et aiment leur pays. Cela a changé, ce n’était pas le cas il y a 20 ans.
      Vous pouvez décrire une situation apocalyptique en Russie si vous le souhaitez, les Russes s’en fichent. Comme partout, ils ne sont pas satisfaits de la répartition des richesses. Ils oublient qu’ils n’ont pas défendu ou voulu améliorer le système égalitaire communiste et c’est le prix à payer.
      Je me demande quelle est la raison profonde de cette hystérie antirusse alors que nous sommes au bord du gouffre.
      Les PME que vous vantez tant dans votre article et qui seraient selon vous les piliers des économies modernes sont sur le point de s’écrouler en masse. Les dettes accumulées sont gigantesques. Je ne répète pas ce que j’ai lu et entendu, je le sais parce que c’est mon métier. Les bilans des PME en 2020 sont catastrophiques.
      Je suis désolé de contredire vos croyances, l’économie plus étatisée et dirigiste de la Russie est mieux outillée pour redémarrer avec le moins de dégâts que les nôtres où la loi du marché va faire le tri avec toutes les conséquences sociales qui en découlent. 


    • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 5 mai 13:09

      @Pierre
      -les entreprises d’Etats ne sont pas aux main des potes à Poutine mais sont dirigées par eux simplement parce qu’on peut leur faire confiance, 
      Belle tartufferie. L’économie de favoritisme, comme dans les pays du tiers monde.

      -les oligarques cleptomanes sont à Londres.
      Peut être qu’ils sont partis pour se protéger. Ca vous vient pas à l’esprit ?
      Dans une économie de favoritisme, quand on ne fait pas partie des tailleurs de pipes a Poutine, mieux vaut s’en éloigner.

      -Vous pensez que Gazprom fait des pertes ?
      Verifiez avant d’affirmer Oui Gazprom fait des pertes. https://www.droitdanssesbottes.com/entreprenariat/economie/gaz-russie-gazprom-enregistre-des-pertes-nettes-de-27-milliards-deuros-au-3eme-trimestre/

      -le secteur des petites entreprises est un point faible.
      Dans une économie moderne, c’est 60% de l’activité. L’initiative privé ne se décrète pas.

      les supermarché russes sont pleins de produits russes.
      A part l’alimentaire frais, les supermarchés sont plein de produits importés. Chers et les pas cher sont chinois et bien pourris. Le mieux c’est d’aller chez Auchan.

      -La Russie n’a pas de problème de production.
      Le déni. Il faut lire les liens qu’on vous donne. Les puis fermés ne rouvriront pas. C’est une catastrophe.
      https://www.worldoil.com/news/2020/5/14/russia-faces-challenges-cutting-oil-output-while-keeping-the-industry-alive


      -Si vous vous fiez aux agences de notation américaines pour savoir qui est fiable
      Les agences de notation ne sont pas toutes américaine et elles notent la capacité d’un émetteur à remplir ses obligations vis-à-vis de ses créanciers. Et même les banques russes utilisent les notation.

      -Quand allez-vous cessez de comparez les PIB en nominal ? C’est d’une stupidité totale. Vous comparez la valeur de 10 kilos de pommes que vous avez achetés à crédit à 10 kilos de pommes qui proviennent d’un verger.
      Pour celui qui mange les pommes, les comparer est le minimum.

      En résumé le fanatique pro-russe, refuse de voir les chiffres quand ils sont mauvais. Invente des histoires de production de produits russes, qui n’existent pas faute d’avoir un secteur privé pour les construire. et essaye de vendre une propagande d’illusions.

      La Russie est en fort déclin, en étau entre la Chine et l’UE.
      Elle est écrasée économiquement par ses voisins et la propagande fait du semblant de faire bonne figure.
      La Russie a toujours bénéficia d’une 5eme colonne en occident, des anciens partis communistes chargés de faire de la propagande, et cette culture et leurs structures sont restées.
      Mais hier comme aujourd’hui la grande Russie n’est que propagande et supercherie.


    • vieuxgrincheux 6 mai 16:38

      @Spartacus Lequidam
      je ne sais pas ce que vous faites ni à quel endroit vous habitez mais en tout cas je peux vous dire ceci :

      1. vous avez raison la RUssie n’est pas le pays merveilleux .. Je cause avec des Russes pour mon travail et biens ur ils ralent comme tout citoyen sur la planete (sauf un decerebré comme vosu evidemment qui est shoote à la propagande democrate US)
      2. Cependnat, il y a des faits precis : le niveau d’instruction et de suniversités russes est tres élevés apr rapport à beaucoup de nos pays dit democrates 
      3. Les Russes sont fiers de leur nation et ils sont patriotes. Vous ne verrez aucun russe cracher sur sa patrie comme les occidnetaux savent si bien le faire 
      4. Cote niveau de vie, ben figurez vosu qu’actuellemnt il ets plus facile de finance run logement en ussie qu’en Europe en général...Je ne aprle pas du MONTANT du salaire mais du NIVEAU depense à effectuer par rapport au REVENU. en fait ils sont dans le niveau que nous aviosn en Franc een 1973 pour le poids financier d’un logement
      5. Quoique vous disiez ou croyez, ils ont eu et ont toujorius de tres hautrs scientifiques et chercheurs (en 1973 pour mon DEUG de maths, o, avait des livres ecrits par un professeur chercheur d’une université moscovite et aussi ceux du MIT). 
      6. Un dernier point et ce n’est pas le moindre pour nous francais. Les Russes ont toujours eu depuis tres longtemps une relation culturelle et je dirai un brin amoureuse avec la France. Ceci existait encore sous De Gaulle. Helas il a fallu notre volonte de vassalisation complete aux US qui n’ont aucune culture classique. ETdonc nous nous trouvosn dans la situation actuelle d’une dependance absolue à l’Europe anglo saxonne et aux US ... Vous preferez sans doute renier toute l’histoire de France en vous soumettant. Moi je pense comme De Gaulle que l’Europe des nations de l’Atlantique à l’OURAL aurait pu etre la premiere force mondiale du 21eme siecle... On en est tres loin et on n’est pas près d’y etre .

      Continuez à apprendre CNN par coeur ... Vous irez loin 

      ou pas !!!


    • Pierre Pierre 6 mai 17:31

      @vieuxgrincheux
      Merci de votre commentaire à Spartacus Lequidam,
      Comme vous, j’ai des contacts amicaux avec des Russes , je connais donc bien la réalité en Russie, même dans de petites villes de province, et je suis d’accord avec tout ce que vous dites.
      Je ne suis pas dans une usine à trolls à Saint-Pétersbourg comme le fantasme notre gladiateur.
      Dans les commentaires en général, il y a trois choses qui me font rigoler.

      1. Ceux qui disent que le dollar va s’effondrer et les Etats-Unis suivront.
      2. Ceux qui disent que la Russie va s’effondrer et que Navalny est le principal opposant à Poutine.
      3. Les commentaires désopilants de Spartacus Lequidam.

    • Pierre Pierre 6 mai 18:15

      @vieuxgrincheux
      Juste un dernier commentaire qui est aussi pour Spartacus Lequidam.
      Il ne comprend pas pourquoi un PIB doit être calculé à parité de pouvoir d’achat pour être comparé avec un pays qui utilise une autre devise.
      Vous y faites allusion dans votre commentaire et c’est pourtant lumineux mais il ne faut pas être atteint de poutinophobie pour le comprendre.
      Si on prend exemple entre l’économie en Russie en rouble et l’économie en Europe en euros en PIB en nominal (c’est à dire convertis en dollars au cours du marché), on pourrait croire qu’avec un salaire de 600,00 €, un travailleur russe vit dans la pauvreté parce que chez nous, il est impossible de vivre décemment avec un tel salaire vu le coût de la vie. Or tout est beaucoup moins cher en Russie. Convertis en euro, l’essence coûte 50 cents le litre, une connexion Internet 5,00 euros par mois, l’énergie entre quatre et cinq fois moins cher, un pain coûte un euro etc.
      Cela fait que quelqu’un qui gagne 55000 roubles (614 euros) en Russie a le même niveau de vie que quelqu’un qui gagne 1500 euros en France.
      Il en est de même pour le PIB. A parité de pouvoir d’achat, le PIB russe est du niveau de celui de l’Allemagne et la Russie ambitionne d’avoir le quatrième PIB PPA du monde en 2030 et donc de dépasser le Japon.


  • chantecler chantecler 4 mai 10:38

    Article passionnant.

    C’est curieux la vindicte de certains à l’égard de la Russie et de son président ...

    La Russie a connu une des pires tragédies entre 1941 et 1945 quant au nombre de victimes et de destructions barbares .

    Et s’en est sortie.

    A l’effondrement de l’URSS des escrocs de grand envergure animés par la cupidité , la mondialisation et le « libéralisme » ont entamé son pillage et voulu détruire son humanité ..

    Apportant et exportant une grande violence .

    V. Poutine connaissant le système de l’intérieur a pu reprendre en main le destin de son pays .

    Mettre au pas les salopards , chasser les parasites , se sortir du piège Afghan ,ec et ce malgré l’extrême diversité des populations russes de l’orthodoxie à l’islamisme le plus radical .

    Mettre en place une économie saine et autonome ...

    Certes la Russie n’est pas à la recherche des derniers gadgets inutiles et coûteux qui inondent et endettent nos pays occidentaux .

    Mais donne l’impression de solidité, de progrès et d’humanisme bienveillants .

    Les Russes ne considèrent pas leur pays comme un paradis ?

    Tant mieux c’est la preuve d’un réalisme et d’une perfectibilité qui préserveront malgré tout la vie et leur environnement .

    Pas comme chez nous qui produisons la mort de nos ressources naturelles comme l’eau , la terre , la faune, la flore , les forêts etc etc ...ou qui l’exportons à travers nos multinationales de plus en plus cupides , inhumaines et destructrices .

    Ce qui n’empêche pas la paupérisation de nos populations de plus en plus dramatique avec son cortège de drames et une montée de la violence, voire de barbarie , que nous avons de plus en plus de mal à maîtriser .

    Nous avons nos milliardaires tout puissants et nos millions de chômeurs endémiques . Sujets de fierté sans doute .

    Pas de quoi se réjouir , malgré les beaux discours de nos politiciens , démagogues et propagandistes .


    • Pierre Pierre 4 mai 11:00

      @chantecler
      Merci pour votre commentaire. C’est un beau résumé que je partage entièrement.


    • microf 9 mai 17:47

      @chantecler

      Très bon commentaire auquel je souscris, comme á l´article aussi.

      Prendre la destinée de la Russie en main au moment oú le Président Poutine l´a fait, moment oú la Russie était vraiment la risée du monde, et, voir ce que la Russie est aujourd´hui, il faut dire bravo au Président Poutine.

      Je suis sûr que si la Russie aurait aujourd´hui le même niveau qu´elle avait en 1990, les troupes occidentales l´auraient déjá envahies.
      Il ne faut pas oublier que les sanctions sont des actes de guerre. Mais faute d´envahir la Russie grâce á sa force militaire qui dépasse celle des troupes occidentales, l´Occident la sanctionne.
      Mais aujourd´ hui, personne ne peut s´y aventurer, et ceci, grâce au Président Poutine le « Mozart de la politique » qui a remit son pays parmi les grands.

      C´est pourquoi je lui ai donné ce nom du « Mozart de la politique », il est á la politique ce qu´était Mozart á la musique, á savoir un virtuose.

      Visionnez ceci, jamais nous ne verrons ceci dans un pays en Occident.

      ça c’est du Poutine

      https://youtu.be/14JH5-Tia5k


  • agent ananas agent ananas 4 mai 12:28

    Merci pour cet article intéressant.

    Il y a quelques années j’avais lu cette analyse. Il faut croire que ses conclusions ont largement été suivies.

    https://www.globalresearch.ca/russias-vulnerability-to-eu-us-sanctions-and-military-encroachments/5412884

    Comme par hasard, je découvre aujourd’hui celui-ci :

    https://www.globalresearch.ca/russia-appreciates-importance-french-business-despite-european-sanctions/5744190

    Malgré les sanctions la Russie attire de nombreux investisseurs français.


  • Effondré remonté 4 mai 12:34

    Et encore, vous n’avez pas parlé du spatial. Après avoir vendu ses moteurs de fusée performants à la Nasa depuis plus de 20 ans (les sanctions à appliquer, et donc les sacrifices à subir, ne sont que pour les Européens !) et assuré sans faille pendant près de 10 ans la rotation du personnel, y compris états-unien, pour l’ISS, tout cela sous les tombereaux d’injures états-uniennes et euro-nouilles, les provocations militaires et autres complots grotesques, la Russie décide de retirer ses billes d’une ISS vieillissante pour construire sa propre station spatiale, développer un énorme lanceur, achever son réseau de géolocalisation et projeter conjointement avec la Chine une (des !) base(s) lunaire(s) voire  qui sait  martiennes ! ..là encore, la France a loupé le coche. Alors que les Russes sont nos amis (ironiques parfois mais toujours pénétrés de notre culture et de notre littérature tandis que les Anglo-Saxons, incultes, nous snobent ou nous brocardent), que la Russie a été une alliée indispensable le plus clair du temps dans l’Histoire, la France  3e puissance spatiale historique mais dirigée par des traîtres à l’intérêt national  n’a aucune intention, aucune idée même de la coopération extraordinaire qu’elle pourrait avoir avec la Russie sur le plan aérospatial et ailleurs encore... au lieu de cela, l’ESA limite nos ambitions jusqu’à nous faire rater toutes les nouvelles solutions du spatial, l’Allemagne en contrôle le programme alors qu’elle ne contribue qu’au quart et veut encore siphonner industriellement nos derniers beaux restes technologiques (dissuasion nucléaire, projet de chasseur « conjoint »)...


  • JMBerniolles 4 mai 13:59

    Bonjour Pierre,

    Et d’abord merci pour cet article qui fait du bien en particulier à ce site.

    Votre description est impressionnante. 

    Le PIB  ! je ne voyais pas Hubert Védrine se laisser berner avec ce genre de falsification faite pour cacher notre situation véritable. Ainsi notre PIB augmente quand notre consommation d’électricité au niveau industriel diminue fortement.

    Vos réflexions sur Obama, Le Monde ...  montrent que ces dirigeants ou maitres du système croient eux-mêmes au monde virtuel fallacieux qu’ils construisent. 

    Pour en revenir à la Russie les dix années Eltsine ne sont rien par rapport aux 40 années au moins de destruction et liquidation de son patrimoine que la France a subies. Et comme vous le soulignez les sanctions ont éloigné la Russie du néo libéralisme, un système mort en survie artificielle, et l’ont obligée à se replier sur son héritage de l’URSS.

    Deux choses ont sauvé la Russie, qui a aussi eu la chance d’avoir Poutine,  l’âme russe si présente dans sa littérature, sa musique, ses arts en général et la culture largement diffusée dans la population sous l’URSS -.

    Dans l’héritage il y avait la recherche de très haut niveau avec de grands Instituts, IBRAE, Kourtchatov .. (ceux que je connais le mieux), le nucléaire,  y compris la Fusion thermonucléaire avec le principe Tokamak,.. , les réacteurs nucléaires dits rapides, les SMR maintenant -, l’espace... un fort secteur militaire ( il n’y a malheureusement pas d’indépendance sans un secteur militaire fort qui a aussi de grandes retombées pour le civil... Et comme vous le montrez sa coopération avec la Chine est particulièrement fructueuse

    Notre renaissance nécessitera une grande reprise des relations avec la Russie. Nos liens avec ce pays ne sont pas moins forts qu’avec d’autres pays européens.


    • Pierre Pierre 4 mai 19:33

      Bonjour JMBerniolles,
      Je ne voudrais pas qu’on puisse croire que c’est gagné pour la Russie. Il faut être réaliste, la Russie est encore très dépendante de l’importation de composants étrangers pour ses réalisations industrielles. Je dirais que seul l’industrie de l’armement peut s’en passer et encore... J’ai donné l’exemple des frégates qui est résolu. En revanche, pour l’aviation militaire, c’est acquis depuis longtemps.
      D’accord pour Poutine mais il faut aussi mentionner son proche entourage comme le ministre des Affaires étrangère, le ministre de la Défense, les militaires qui ont réformé l’armée, souvenez-vous des bizutages des années 90 et des suicides de jeunes qui ne voulaient pas faire leur service. Ne pas oublier les incorruptible du GRU et du FSB, Sergueï Naryshkin etc.
      Vous faites bien de rappeler que le Tokamak (ITER) a été conçu par des physiciens soviétiques il y a plus de 60 ans.
      Une coopération économique avec la Russie d’accord mais à mon avis pas au-delà, la Russie ne le désire pas à cause de divergences irréconciliables sur les sujets sociétaux. Les valeurs et les principes, ce sera d’ailleurs le sujet de mon prochain article. Merci pour votre commentaire très intéressant.


  • CN46400 CN46400 4 mai 14:34

    Désolé mais à cause du retard accumulé à partir de Staline (1927-fin de la NEP), les forces productives en produits manufacturés civils ne sont toujours pas en capacité de résister à une importation libre des produits chinois alors qu’il y a plusieurs milliers de km de frontière commune entre la Chine et la Russie. C’est, à mon sens, la raison profonde de la chute de l’URSS, mais les sanctions occidentales pourraient jouer un rôle positif sur cette situation...


    • chantecler chantecler 5 mai 07:37

      @CN46400
      Ah oui mais quel pays actuellement résiste à l’envahissement des produits chinois ?
      Je pense que la Chine n’est pas seule en cause mais qu’elle a profité à donf de la cupidité des nos élites qui n’ont vu que les maxi profits à tirer de ce réservoir de mains d’oeuvre à très bas coût et tenu en laisse .


    • CN46400 CN46400 5 mai 08:57

      @chantecler
      « Elites » ou « capitalistes » ?..... Commencer par nommer correctement les choses. Avant la chute de l’URSS (1991) ce n’est pas les chinois qui ont retardé l’industrialisation manufacturière de l’URSS mais bien l’abandon en 1927 du « capitaliste d’état » de Lénine.
       C’est incroyable cette obsession de ne pas vouloir regarder objectivement la politique de Deng Xiao Ping et ses résultats dans tous les domaines. Ceci étant, la politique de Poutine n’est ni celle de Staline ni celle de Brejnev mais rien ne nous démontre que ce ne soit pas les « capitalistes poutiniens » qui gouvernent à Moscou plutôt que les intérêts des prolos russes....


  • QAmonBra QAmonBra 4 mai 21:07

    Merci @ Pierre pour le partage.

    Voila un excellent article remettant les pendules à l’heure en ce qui concerne la Russie et, comme d’hab, ne peut que donner de l’urticaire aux habituels pisse-vinaigre.

    1er intervenant, Roman Garev a dit quelque chose de très intéressant : « La Russie ne sait pas et n’aime pas se vanter. »

    C’est vrai et évident quand on y réfléchit, ce n’est pas dans le caractère russe, car ils ne se considère pas supérieur à qui que ce soit, ils se contente d’être russe pour notre bonheur, c’est beaucoup mieux et, vous l’avez illustré on ne peut mieux, cela leur réussit très bien.

    (. . .)« Je me demande quelle est la raison profonde de cette hystérie antirusse alors que nous sommes au bord du gouffre »(. . .)

    Parce que cette admirable humilité n’est pas le fort de certains pays occidentaux, notamment anglo-saxons mais pas que, dont les ploutocraties au pouvoir depuis des siècles, semblent nourrir un complexe de supériorité, qu’ils ont réussi à transmettre à bon nombre de leurs populations respectives, d’où un penchant historique et avéré chez ce beau monde pour le racialisme, le suprématisme, le ségrégationnismes et autres fascisme à l’encontre des peuples non européens et, c’est aussi une évidence, ils ne considèrent pas le russe comme un européen. . .


  • Sinbuck Sinbuck 5 mai 00:28

    Merci Pierre pour l’article. 

    On peut rajouter les théoriciens en maths-sciences comme Mendeleiev (chimie) Minkowski (métrique espace-temps), Friedmann et Gamow (cosmologie), Khalatnikov, landau (matière condensée)...

    Et l’humour russe (si particulier), l’âme russe comme la faculté pour se battre (en face et avec honneur), le détachement, l’autonomie des villages isolés, l’hospitalité, la virilité tout en étant serviable... J’ai parcouru le Caucase en 2008. Et que reste-t-il à la France de ses grandes valeurs ? Ma fille de 10 ans rigole en lisant « Liberté, égalité, fraternité »...

    L’Europe est tellement orgueilleuse et soumise aux US...


  • JMBerniolles 5 mai 09:45

    Avec l’endormissement total des gens à l’Ouest, c’est le cas de le dire, la terrible menace qui pèse sur l’espace géographique européen est totalement dans l’ombre.

    Cette menace est liée à la « théorie de la première frappe nucléaire ».

    Toute la propagande anti russe est destinée à permettre l’installation sur le sol des pays européens d’une véritable ceinture de vecteurs nucléaires.

    Ainsi les pays Baltes sont encore liés à l’ancien réseau électrique soviétique, pour en sortir il leur faudrait sans doute 100 milliards d’euros, donc ils sont dépendants de la Biélorussie et de la Russie pour leur énergie, votre article montre que sur le plan commercial leur intérêt est de composer avec les russes... Mais leur idéologie anti russe est telle qu’elle permet aux américains d’installer des missiles à tête nucléaire sur leur territoire. Et dire qu’il se plaignent de la centrale nucléaire d’Ostrovets .. 

    Vu des USA la riposte pourraient évidemment effacer cette riposte, mais ce n’est pas le cas en Union européenne. En Allemagne je crois qu’il y a des protestations et sans doute des pressions pour que les américains retirent leur arsenal nucléaire.

    En France ceci est complètement absent de la conscience collective et encore plus du débat politique corrompu.


  • CN46400 CN46400 5 mai 12:34

    Que penser du septicisme ambiant constaté en Russie autour du vaccin « Spoutnik V », sinon d’un effet de la persistance dans ce pays d’une tendance lourde du peuple russe à sous évaluer sa capacité à fabriquer des produits manufacturés civils de qualité ?

    Se poser cette question, c’est revisiter l’histoire économique de la Russie, et pas que depuis 1991 !


    • roman_garev 6 mai 09:36

      @CN46400
      « Que penser du septicisme ambiant constaté en Russie autour du vaccin « Spoutnik V...  » » ?
      Surtout pas autour du « Spoutnik V », mais autour de n’importe quel vaccin russe. On en a déjà trois. 
      Mais quant aux vaccins « occidentaux » tels que AstraZeneca ou Pfizer, on ne les considère même pas en Russie en tant que vaccins, mais en tant que poisons.
      Donc aujourd’hui il ne s’agit plus d’une méfiance envers des produits justement de son pays. Le tableau est de loin plus complèxe que vous ne la peignez. 


    • CN46400 CN46400 6 mai 10:56

      @roman_garev
      Me reviens une conversation avec une guide touristique à Moscou (1975) qui m’expliquait qu’elle ne faisait jamais appel à la médecine officielle de l’époque....
       Mais c’est vrai que chez nous, dans ce domaine comme dans d’autres, tout n’est pas aussi brillant que la devanture !


    • roman_garev 6 mai 22:01

      @CN46400
      Si une conversation de, disons, 1899 vous était revenue, ce serait peut-être plus proche à l’actualité...
      Vous avez grand tort de juger la Russie de nos jours d’après vos souvenirs de 1975.


    • CN46400 CN46400 7 mai 04:27

      @roman_garev
      Vous n’avez pas tort, les souvenirs c’est relatif mais quand même, les magasins surdimensionnés par rapport au contenu c’était aussi une réalité incontestable. Et encore aujourd’hui je lis, et je vois à la télé que Moscou est encore loin de Pékin sur ce terrain....


Réagir