samedi 9 avril 2011 - par Defrance

Mais où sont donc passés les robots japonais ?

Oubli ou négligence ?

 

Nono le petit robot ne craint pas les radiations !

Depuis des lustres on nous bombarde avec l'ingéniosité des chercheurs en robotiques japonais. Les robots chiens, chats, dame de compagnie.... existent depuis plus de 10 ans et se vendent, plus récemment un robot a été mis au point pour transporter les malades. Les forces de sécurité et l'armée ont des robots démineurs mais RIEN n'a été prévu pour intervenir sur les centrales nucléaires ?

Ce paradoxe me choque, pourquoi les Japonnais, en pointe sur ce créneau n'y ont pas pensé ? Ou plutôt, y a-t-on pensé et les actionnaires ont eux jugé que cela impacterait trop leurs bénéfices et ou les stock-options des cadres dirigeants de la société Tepco ?

On en est au point de fabriquer des robots capables d'avoir un orgasme mais on ne saurait pas réaliser un robot capable de s'introduire dans une centrale nucléaire pour vérifier, voire réparer des dégâts suite a un accident ? Un robot pourrait même installer un tuyau flexible pour pomper l'eau irradiée et la stocker ensuite dans des camions citernes conduits eux aussi par des robots ?

Je n'irait pas plus loin sur ce sujet dans mon article écrit dans le but de mettre en evidence une société perverse qui marche sur la tête et qui invente n'importe quoi pourvu que cela se vende uniquement dans le but d'assouvir ses bas instincts tout en gagnant de l'argent sans se soucier de sa propre sécurité !

A propos de la sécurité ?

Je ne suis pas un expert dans le domaine mais j'ai oeuvré à la sécurité des systèmes informatiques, ou tout était au minimum en double, or à la vue des photos publiées par Libération je constate que les quatre réacteurs semblent être sur le MÊME circuit de refroidissement !

Sur ces photos on voit très bien la salle de pompage avec un gros tuyau qui est orienté du coté de la mer et un circuit qui semble alimenter les réacteurs un à un, en série, avec un retour à partir du dernier réacteur ?

Je ne suis pas sûr à cent pour cent de mon interprétation mais si il s'avère qu'elle est exacte il est bien évident que tout problème sur la chaine impacte tous les réacteurs ?

Cette solution, est bien sûr la plus économique, mais elle n'est pas sans risque et nous en avons malheureusement la preuve maintenant ! Par conséquent ne serait-il pas judicieux de mettre en cause la RESPONSABILITE et la CULPABILITE des actionnaires de Tepco en remontant jusqu'à la date de démarrage du projet de construction en ne laissant à ces actionnaires qu'un minimum vital après confisquation de tous leurs biens ? Ceci aurait au moins le mérite de réfréner les appétits du monde de la finance !



18 réactions


  • Harfang Harfang 9 avril 2011 12:00

    Les robots sont vulnérables aux radiations, au même titre que les être vivants : cela affecte l’électronique de leur circuits. Donc sauf à les blinder lourdement au plomb, ils resteront d’une efficacité restreinte. Qui plus est, les robots actuels sont adaptés pour des tâches simples, répétitives. Intervenir sur les lieux d’une catastrophe nécessite une capacité d’improvisation dont les robots ne sont pas encore pourvus.


    • wawa wawa 9 avril 2011 13:22

      Les robots blindés ne me semble pas si difficiles a faire et aurait dus etre pensés. centralisation de l’électronique dans une sphère de plombs ou mieux d’uranium appauvri. Les blindages des caméras et autres senseurs sont plus difficiles. c’est une faute de ne pas les avoir developper

      un autre élément troublant : TEpco aurait du demonter certains élément sur des centrale en fonctionnement pour le monter sur fukushima.
      Ils ont tiré sur la sécurité à ce point ?ne pas avoir d’élement de rechange pour de pièce succeptible e tomber en pannes. Ne pas acheter de roue de secours sur une voiture...............

      quand au refroidissement il n’est surement pas en serie mais en parallèle, et centraliser le refroidissemnt n’est pas forcément idiot, à condition d’avoir plusieurs pompes dans le même centre


    • perlseb 9 avril 2011 15:40

      Effectivement, l’électronique est sensible aux radiations (de fortes énergies, comme les rayons gamma) mais ce phénomène est connu : les satellites et autres équipements spatiaux sont conçus pour résister à de tels rayonnements : cela s’appelle le durcissement électronique.

      Le vrai problème c’est que les robots que l’on fabrique sont parfaitement ineptes et inutiles (spécialisés sur des tâches répétitives). Mais les robots autonomes, tel qu’on les voit dans les films de science-fiction ne sont absolument pas souhaitables. Ce qu’il faut, ce sont des simples « reproducteurs de mouvements (effecteurs) et de signaux (capteurs) » : un homme enfilerait des lunettes spéciales, des gants spéciaux, des capteurs de mouvements et des reproducteurs de sensibilité,... et, à une distance qui pourrait être très grande, un robot effecteur lui renverrait les signaux correspondant au déplacement que l’homme a initié (modification de l’image correspondante du robot sur les lunettes de l’homme), pression sur la peau de l’homme liés aux contacts effectifs du robot,... : bref, on pourrait allier l’initiative de l’homme à l’efficacité du robot, sans pour autant créer une bête autonome qui n’aurait pas assez d’initiative (ou trop, et se retournerait contre l’homme lui-même, au départ de toutes les catastrophes !).

      D’ailleurs, en forçant un peu, le tractopelle est un peu la reproduction d’une main humaine associée à un bras : c’est ça qu’il faut, avec des jambes, une caméra... et un système de transmission à distance.


    • Defrance Defrance 11 avril 2011 07:04

      Bonjour,

       As t on seulement deja pensé a u robot guidé par de la fibre optique, avec « son coeur et son cerveau » loin de la source de radiations ?


  • Tetsuko Yorimasa Tetsuko Yorimasa 9 avril 2011 12:03

    Japonnais....pourquoi pas Frenssais.

    Article à la limite du « japan bashing », renseignez-vous et vous saurez pourquoi un robot tombe en panne très rapidement en milieu radioactif.

    Et pour répondre a votre question de tuyauterie, si on avait démultiplié les réseaux de refroidissement, il aurait fallu mettre autant de pompes qui seraient tombées en panne après le tsunami, le cauchemard pour tout remettre en route.
    En plus je crois que la tuyauterie n’a pas vraiment été endommagé.


    • Emmanuel Aguéra LeManu 9 avril 2011 17:14

      Bonjour Tetsuko.
      - « japan bashing »... vous y allez un peu fort, mais après tout, appelez ça comme vous voulez, la réflexion ne m’en paraît paraît pas moins pleine de bon sens.
      - Pas endommagée la tuyauterie... vous avez regardé les photos ????? Non seulement le tsunami a emporté le réseau suceur d’eau de mer, mais les explosions ont déchiré tous les réseaux à proximité. C’est flagrant.
      Bien sur qu’il aurait fallu les mutiplier, les secourir, et surtout, surtout... les protéger. C’est la première des réactions qui m’est venue à l’esprit dans je crois mon premier commentaire après la catastrophe...
      Les erreurs ou la réussite des uns sont les erreurs et la réussite de tous. Il ne s’agit pas de « basher » l’un ou l’autre, mais d’en tirer les leçons à partager entre tous.
      Bien à vous.


    • sto sto 9 avril 2011 22:27

      mhm.
      Plus de tuyaux = plus de fuites probables a securiser, pas bon pour un circuit ferme !!
      Dans le cas qui nous concerne, c’est devenu un circuit ouvert sur le pacifique depuis un mois.

      Les robots ? utopique.
      Des engins de chantier teleguides seront tout ce qui sera utile pour essayer de limiter les degats.
      Par contre, a tchernobyl, les russes avaient la chance d’utiliser des technologies anciennes, bien plus resistantes (engins de chantiers a commande non transistorisee, telecommandes a transistors moins miniaturises par exemple)

      Une simple pelleteuse, de nos jours, est un nid d’ECUs. Donc il faut remplacer tout element vaguement electronique pour durcir cela. En gros, une reconception totale de toute l’elec de CHAQUE type d’engin necessaire. pas gagne, surtout dans l’urgence.


    • Defrance Defrance 11 avril 2011 06:20

      Bonjour,

       je ne sais pas ce que veut dire « japan bashing » mais vous ne devez y voir aucune critique du peuple Japonais, par contre les financiers et les politiques ne valent pas mieux que ceux des autres pays, ce sont les mêmes ! 
       Qu’un robot tombe en panne, ou est le problème ? C’ est de toute façon moins grave que de « générer une panne humaine » qui mène droit au cimetière ?

      De plus un robot , conçu a l’avance pourrait « travailler en aveugle » a partir d’images pré enregistrées accessibles a distance et je persiste a dire que cela a peut être été pensé mais pas réalisé parce que TROP cher pour le risque de ne jamais servir ?

       Il faut être aveugle pour ne pas voir les tuyaux qui sont dans le vide a au moins deux endroits du circuit, de plus une ou deux pompes en panne n’auraient touché que un ou deux réacteurs et non pas l’ensemble ?
       
       Je répète que TOUS les circuits de télécommunications et les centres de traitement des banques sont au minimum doublés, alors pourquoi ne pas avoir la même réflexion en ce qui concerne le nucléaire, bien plus risqué qu’une banqueroute de la finance ?

       Manu a bien compris le sens de mes propos qui visent a surtout montrer que « RIEN » ou presque n’a été fait dans ce domaine alors que pour ce qui concerne les loisirs alimentant l’économie les recherches n’ont jamais cessées ?

       
       
       


  • hpspt 9 avril 2011 18:29

    3 écoles...


    Dans le monde, en matière de robots, il y a 3 écoles :

    -Les américains : qui font des robots pragmatiques pour effectuer une tache précise : aspirer la maison, tondre la pelouse à un coût raisonnable et avec une bonne efficacité.

    - Les asiatiques (surtout les japonais) qui depuis 30 ans essaient de fabriquer des robots qui imitent l’homme , ou, à défaut un animal évolué. C’est très compliqué, très cher et tout à fait inutile. Mais bon, c’est culturel, un robot japonais doit avoir un tee-shirt un nez, une bouche et deux yeux. Un truc totalement inutile pour le nucléaire.
    - Et les européens qui eux, ne font rien...

    Bon OK, je schématise mais la réalité ressemble à ça.

    • jcm jcm 9 avril 2011 19:22

      Mauvais schéma !

      Dans le domaine des robots industriels l’Europe est très loin du no man’s land !

      Des robots, qui n’ont rien d’anthropomorphique, sont utilisés (et fabriqués en Europe aussi bien qu’en France) dans diverses industries pour effectuer une grande variété de tâches depuis une bonne quarantaine d’années.

      Et faites donc une recherche sur le Net avec par exemple « bras manipulateur nucléaire » (mais vous pouvez approfondir la formulation de la requête) cela vous évitera d’écrire n’importe quoi !


    • perlseb 9 avril 2011 21:25

      @ hpspt

      Sur internet, on trouve des articles (propagande de la nucléocratie française ?) où ils disent exactement le contraire de vous (« La France est parée, pas les Etats-Unis, pas le Japon »).

      Voici l’article et la société de robotique s’appelle Intra. Apparemment, ils ont 2 types de robots, un américain, l’autre français, il y a même une petite vidéo pour voir EROS en action.


    • Defrance Defrance 11 avril 2011 06:31

      Vous avez raison et c’est exactement la réponse que j’attendais, la technologie américaine est surtout issue de la recherche spatiale ou ils ont du travailler dans ce sens, les asiatiques sont axés sur les loisir et leurs robots actuels n’ont aucune utilité a par un pseudo-social difficile a comprendre et les européens préfèrent la « Madame » au robot aspirateur, bien ou mal ? Personnellement la robotisation a outrance est créatrice de chômage au bas de l’échelle sociale qui nous mène de toute façon vers une vie dénuée de sens ?

       QUAND vas on faire payer des charges sociale pour la robotique en dehors des environnements dangereux pour l’Humain ( mines , chimie Radio activité......)


  • Nemo8 Kakapo 9 avril 2011 20:57

    Mieux que les robots !
    Les bio-robots.


  • Scual 9 avril 2011 20:59

    Cet article sent un peu l’anti-japonais primaire... mais si on s’en tient à l’unique Tepco c’est tout à fait pertinent.

    Après ce crime contre l’humanité, les dirigeants et les membres du conseil d’administration ainsi que toutes les personnes ayant été corrompues afin de fermer les yeux sur leurs mensonges devraient tous aller en prison à vie après avoir vu leur avoirs confisqués... aux Japon la peine de mort est encore en place. La société Tepco devrait être immédiatement nationalisée, c’est à dire confisquée purement et simplement.

    La responsabilité de tepco est de 100%. Cet accident aurait pu et du être évité.

    Maintenant que les choses soient claires : le peuple Japonais et sa culture n’a rien à voir, ni de près ni de loin là-dedans. Les autres compagnie nucléaires d’où qu’elles viennent et les États qui les soutiennent font et auraient fait exactement pareil que Tepco et l’Etat Japonais.

    S’il y a un problème de société, c’est celui de notre société globale ultra-libérale et oligarchique dont le Japon n’est qu’une des composantes pas plus perverses que les autres, loin de là.


    • Defrance Defrance 11 avril 2011 06:42

      Bonjour Scual,

       Vous faites fausse route, ma critique ciblant les Japonais ne vient que du fait qu’ils sont les plus avancés, me semble t il dans ce domaine, mais uniquement dans le but des « pseudo loisirs » et que personne , me semble t il n’a tenté de d’utiliser leur avance technologique dans le domaine de la sécurité alors que le monde entier sait qu’ils sont situés dans une zone a trés haut risque  ?

       En fait, vous apportez la réponse dans la dernière phrase 


  • Defrance Defrance 11 avril 2011 07:20

     A tous,

     Rappelez vous toutefois que dans les heures qui ont suivi le tsunami aucun des réacteurs, ni des bâtiment n’avait explosé et que par conséquent des interventions étaient encore possible et relativement facile avec des robots, a condition bien sur d’avoir du stock de pièces détachées !

     Imaginez seulement la centrale eloignée de cinq a dix kilometrs de la cote, avec trois ou quatres cannaux d’aprovisinement en eau de mer pour le refroidissement ? que ce serait il passé lors du Tsunami ? A priori le cout de creusement des canaux était trop élevé, a moins que le risque fut considéré comme nul, mais par qui ?


Réagir