jeudi 28 février 2019 - par guylain chevrier

Pas de modification du principe constitutionnel de laïcité sans référendum !

Le 4 février dernier, dans le cadre du Grand débat national, Emmanuel Macron était à Évry-Courcouronnes face aux doléances des maires et associations de banlieue. Il a évoqué à cette occasion la laïcité : « Ne faisons pas comme si, parce que nous avons la loi de 1905, tout va bien ». Il en conclut qu’elle était l’un des enjeux du Grand débat, non « pour réformer la loi de 1905, mais pour la renforcer ». Ce qui signifie vouloir la réviser, ce qui n'est pas sans risque. Il a à cette occasion révélé sa volonté d’en faire un élément de réponse aux problèmes des quartiers. Mais n'est-ce pas encore plus problématique, puisque qu'il présente cette révision de la Loi de séparation des Eglises et de l'Etat sous le signe de son adaptation à l'islam ? Et peut-on encore ainsi toucher à cette Loi de valeur constitutionnelle par la voie ordinaire comme si cela n'était rien, puisque nous parlons d'un principe au fondement de l'organisation politique de l'Etat ? Sûrement pas !

Dans l’esprit de cette révision, le Président de la République avance vouloir tenir compte d’une situation où les associations musulmanes sont souvent sous le statut de la loi de 1901 (Liberté d’association), et ainsi hors de celui de la loi de séparation des Églises et de l’État du 9 décembre 1905, sous lequel elles sont censées se placer. Il souhaite leur accorder des avantages matériels par cette modification, pour qu’elles acceptent de s’inscrire dans la loi, pensant ainsi mieux pouvoir les contrôler. Ce qui revient à donner à ces associations un label d’État, puisque pour en bénéficier, les associations candidates devront voir reconnue par le préfet leur qualité d’association cultuelle. Il est inclus la possibilité nouvelle, entre autres, de détenir des immeubles et de les faire fructifier, une source de financement à ce jour interdite, au risque de renforcer le pouvoir financier des cultes [1]. On parle ainsi de « consolider la gouvernance des associations cultuelles ». Mais est-ce bien du ressort de l’État de jouer ce rôle ? Le mot "gouvernance" emprunté au lexique du management, révèle aussi une certaine légèreté dans l'approche du problème. Emmanuel Macron expliquait, pendant sa campagne présidentielle, qu’il n’était pas nécessaire de revoir la loi de 1905 pour faire une place à l’islam [2]. 

Une loi qui marche, plébiscitée et, d’une certaine façon, sacrée

Il faut renforcer les contrôles sur les associations en cause, qui s’éloignent de leur rôle et qui sont soumises à la règle du respect de l’ordre public, de façon ordinaire. Par ailleurs, on ferme régulièrement des mosquées extrémistes en s’appuyant sur la loi de 1905, au titre de la police des cultes [3]. Il n’est donc nul besoin de modifier la loi pour cela en accordant des avantages aux cultes pour mieux les contrôler, ceci créant un cadre d’interférence mutuelle susceptible d’offrir aux religions une nouvelle influence sur les grands choix de l’État, et donc, des citoyens. Seuls les articles touchant le régime des cultes seraient concernés, dit-on, et plus particulièrement le titre V, « Police des cultes », plus précisément les articles 18 à 36, soit environ un tiers de la loi (!). Ce qui fait dire qu’on ne toucherait pas aux articles 1er et 2e de celle-ci, l’un sur la liberté de conscience et le libre exercice des cultes, l’autre sur l’absence de toute forme de financement de ces derniers. Ces articles fondamentaux de la Loi n’en seraient pas moins dénaturés. Ce qui promet de nouveaux malentendus, dilemmes, voire des risques de nouvelle concurrence et d’affrontements entre les cultes. Toucher à cette loi pour l’adapter aux circonstances, dans le contexte si fragile de notre société dont les regains récents d’antisémitisme témoignent, c’est l’exposer à tous les risques. C’est mettre à mal une loi que l’histoire a jugé comme une loi d’équilibre, qui a fait son office en nous protégeant des mille dangers du mélange entre religieux et politique.

La dernière étude d’opinion réalisée par Viavoice pour l’Observatoire de la laïcité, révèle pourtant que près de trois Français sur quatre (73 %) se déclarent attachés à la laïcité telle que définie par le droit (après rappel de la définition). 69 % des personnes interrogées jugent qu’il s’agit d’un « principe républicain essentiel ». C’est sans doute un consensus des plus forts autour de l’un de nos principes constitutionnels, devenu dans la durée une part de notre identité nationale et républicaine.

L’éclairage du Grand Maître du Grand Orient contre toute modification de la loi

Lors d’une initiative organisée à l’Institut Diderot à Paris sur cette question le 29 janvier 2019, Jean-Philippe Hubsch, Grand Maître du Grand Orient de France, a fait une intervention sur le thème : « L’avenir de la Loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l’État » [4]. Après avoir rappelé la volonté du président de la République « de réformer la loi de 1905, il a rappelé que le Grand Orient avait signé « « l’appel des 113 » [5] qui exprime l’opposition des signataires à la modifier. « Si des problèmes existent incontestablement sur l’organisation et l’exercice de certains cultes, la loi de 1905, la jurisprudence du Conseil d’Etat, voire des textes particuliers y pourvoient ou pourraient y pourvoir. Nous nous opposerons à toute modification des articles 1 et 2 de la loi et à toute disposition qui aurait pour but de modifier la nature des relations entre l’État et les cultes. »

Il a insisté sur la vigilance à ce sujet au regard de « la récente lettre du Président de la République aux Français » qui évoque la laïcité en ces termes : « Comment renforcer les principes de la laïcité française, dans le rapport entre l’État et les religions de notre pays ? » qu’il n’a pu éviter de rapprocher de son discours prononcé au Collège des Bernardins [6]. Puis, il a précisé sa pensée : « S’appuyer sur la jurisprudence du Conseil d’Etat relative au contrôle de la qualité d’association cultuelle pour modifier la loi de 1905 en vue, selon ce que nous pouvons savoir des intentions des pouvoirs publics, de consolider la gouvernance des associations cultuelles et mieux responsabiliser leurs dirigeants, me paraît risqué. En effet, la jurisprudence a pour objet de garantir la bonne application de la loi, pas de la modifier. Amender la loi de 1905 pour renforcer le contrôle d’un culte, le culte musulman, même si ce n’est que pour lutter contre les dérives fondamentalistes, ouvre la voie à ce qui peut s’analyser comme une ingérence de l’État dans le fonctionnement d’une « église » (au sens large du terme). Le principe de séparation entre les Églises et l’État implique que l’État ne se mêle pas du fonctionnement d’un culte. Si l’ordre public est atteint par une pratique religieuse illégale, l’État intervient pour réprimer cette atteinte non pas au titre du culte, mais au titre de l’infraction et de ses auteurs. Je mets donc en garde contre toute tentation de régler un problème, certes réel, par des dispositions contraires à la loi de 1905 et qui plus est, risquent d’être inefficaces, voire anticonstitutionnelles. »

Il a ensuite insisté sur le caractère constitutionnel du principe de laïcité réaffirmé par le Conseil constitutionnel : « Ce principe de laïcité est donc inscrit dans les « gênes » de la République. Nul ne peut donc le manipuler sans prendre des risques inconsidérés. » Il en a rappelé le contexte : « Tantôt la laïcité est confisquée au profit d’un projet identitaire et utilisée comme une arme contre l’islam. Tantôt, et à l’opposé pourrait-on dire, elle est réduite à un simple principe de tolérance au service d’un projet multiculturaliste d’organisation des assignations identitaires. » Il a aussi constaté que la laïcité a perdu beaucoup de sa force symbolique, situation à laquelle le Conseil d’État n’est pas étranger. « L’État républicain a le devoir de s’impliquer dans la défense de projets universalistes, face aux attaques communautaristes de certains groupes de pression », a-t-il ajouté.

Publicité

Pas de modification du principe de laïcité sans consultation du peuple !

Si la démarche actuelle de révision de la loi de 1905 continuait, cette dernière faisant partie intégrante du principe de laïcité et en constituant le socle, il apparaît nettement que l’on ne saurait la modifier sans que le peuple soit consulté.

Rappelons ici que ce principe est inscrit dès l’article Premier de notre Constitution, la norme juridique suprême dont nos droits et libertés découlent, comme l’un des attributs de la République : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale ». Ce caractère constitutionnel a été réaffirmé dans une décision du Conseil constitutionnel rendue le 19 novembre 2004, sur la question de savoir si l’autorisation de ratifier le Traité établissant une Constitution pour l’Europe, devait être précédée d’une révision de la Constitution [7]. Il était rappelé que « L’Union respecte l’identité nationale des Etats membres inhérente à leurs structures fondamentales politiques et constitutionnelles ». Il était ainsi précisé que relativement à la Charte des droits fondamentaux de l’Union qui en son « article II-70, reconnaît le droit à chacun, individuellement ou collectivement, de manifester, par ses pratiques, sa conviction religieuse en public ou en privé (équivalent à l’article 9 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales) [...] que cet article « a été constamment appliqué par la Cour européenne des droits de l’homme en harmonie avec la tradition constitutionnelle de chaque Etat membre ; que la Cour a ainsi pris acte de la valeur du principe de laïcité reconnu par plusieurs traditions constitutionnelles nationales [...] que, dans ces conditions, sont respectées les dispositions de l’article 1er de la Constitution aux termes desquelles « la France est une République laïque », qui interdisent à quiconque de se prévaloir de ses croyances religieuses pour s’affranchir des règles communes régissant les relations entre collectivités publiques et particuliers. »

La laïcité française étant reconnue par la CEDH comme principe constitutionnel dans ses décisions, il n’était pas nécessaire concernant ce principe que soit donné lieu à révision pour ratifier le Traité (rejeté par les Français lors du référendum du 29 mai 2005.).

Signalons aussi que la valeur constitutionnelle de la loi de 1905 se trouve encore affirmée dans la Charte des droits et devoirs du citoyen français, au titre des "Principes, valeurs et symboles de la République française", sur le fondement de laquelle on peut obtenir la nationalité française par acquisition (104.000 personnes l’année 2018).

A propos du Grand débat qui anime le pays, le chef de l’Etat a déclaré y voir une issue à la crise des « gilets jaunes », y compris le cas échéant par un référendum, le 26 juin prochain, couplé aux élections européennes. Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et Franceinfo (7/02/2019), 55 % des Français estiment qu’un scrutin le jour des européennes est une « bonne idée » et permettrait de tirer les conclusions du Grand débat. On voit combien nos concitoyens sont attachés plus que jamais à une démocratie dans laquelle ils peuvent intervenir directement, redonnant tout son sens à l’idée de souveraineté du peuple. La consultation du peuple en cas de révision de la loi de 1905 apparait, aussi sous cet angle, comme incontournable. Vouloir procéder autrement serait blesser gravement nos institutions et la Nation. Cela, inévitablement, ne serait pas sans conséquence sur les fractures actuelles de notre société, que la montée de la violence sous des formes diverses révèle avec inquiétude, dans un contexte où notre représentation politique connait une crise profonde de légitimité. Les demandes des Gilets jaunes de plus de démocratie directe en sont le reflet criant. Il en est ici appelé à la responsabilité du président de la République, et au respect des principes fondamentaux dont il est le garant.

Guylain Chevrier, vice-président du CLR, signataire de l’Appel des 113.

 

[1] "Loi de 1905 : Macron tranquillise les responsables des cultes", Le Monde, 11/01/2019. https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/01/11/loi-de-1905-macron-tranquillise-les-responsables-des-cultes_5407765_3224.html

Publicité

[2] Lire Macron en campagne présidentielle : "Je ne souhaite pas modifier la loi du 9 décembre 1905" (Charlie Hebdo, 12 av. 17) (note du CLR).

[3] "Fermeture de mosquées guerrières et antirépublicaines : quand on veut, on peut !" Par Mezetulle, (Catherine Kintzler). http://www.mezetulle.fr/fermeture-demosquees-guerrieres-et-antirepublicainesquand-on-veut-on-peut/

[4] Discours de Jean-Philippe Hubsch, Grand Maître du Grand Orient de France, prononcé mardi 29 janvier 2019 à l’Institut Diderot à Paris qui avait pour thème : « L’avenir de la Loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l’État », publié le 01/02/2019. http://www.godf.org/index.php/actualite/details/liens/position/nom/Prise-de-position/slug/discours-de-jean-philippe-hubsch-grand-matre-du-grand-orient-de-france-prononc-mardi-29-janvier-2019-linstitut-diderot-paris-qui-avait-pour-thme-lavenir-de-la-loi-de-1905-sur-la-sparation-des-glises-et-de-ltat-

[5] "Appel des 113 : nous nous opposons aux modifications de la loi de 1905", Marianne, le 01/01/2019. 
https://www.marianne.net/debattons/tribunes/appel-des-113-nous-nous-opposons-aux-modifications-de-la-loi-de-1905Note du CLR : Appel des 113 : nous nous opposons aux modifications de la loi de 1905 (Collectif laïque national, 1er jan. 19).

[6] Le 9 avril 2018, le Président de la République s’est adressé à la Conférence des évêques de France (CEF) au Collège des Bernardins. Il a dans son discours déclaré : « Nous partageons confusément le sentiment que le lien entre l’Église et l’État s’est abîmé, et qu’il nous importe à vous comme à moi de le réparer. » https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/France/Emmanuel-Macron-Bernardins-discours-2018-04-09-1200930420

[7] Conseil constitutionnel - Décision n° 2004-505 DC du 19 novembre 2004 - Traité établissant une Constitution pour l’Europe. https://www.conseilconstitutionnel.fr/sites/default/files/as/root/bank_mm/decisions/2004505dc/2004505dc.pdf

 



48 réactions


  • Bocet 28 février 2019 14:47

    Renforcer la laïcité, c’est déconstitutionnaliser le pays, le Pouvoir Constituant et la démocratie représentative résultant de l’esprit autoritatif et élitiste du Clergé.


  • Alfred E. Newman Pink Marilyn 28 février 2019 16:01

    Le catholicisme est infiltré par une nouvelle élite religieusement laïcisée, formée par les Jésuites comme l’a été Macron à Amiens. Ils s’en prennent donc au dernier culte encore visiblement présent dans la sphère publique : celui des musulmans.

    Les moyens sont les mêmes qu’en 1906, au moment de la séparation de l’église et de l’état : caricatures outrancières, volonté de décrédibiliser ses représentants, accusations d’antisémitisme, fichage des plus zélés, mesures visant à « désislamiser » le milieu scolaire, s’ajoutant à cela une lutte des plus acharnée contre la visibilité musulmane. Les cathos laïcs se sont mis en tête de pousser les musulmans à « réformer » leur culte comme l’ont été contraints les catholiques 100 ans plus tôt.

    Les laïcistes les plus chevronnés trouvent un appui non dissimulé auprès des mêmes catholiques qu’ils ont combattu il y a plus d’un siècle. Ceux qui étaient les ennemis jurés des pères fondateurs de la laïcité d’état s’appuient sur un texte de loi, un idéal, une idéologie anticléricale pour mieux lutter contre leurs cousins de foi, les musulmans et à l’occasion, pour les plus lucides et les plus retors, revoir en leur faveur la rédaction de la loi.

    Aveuglement pour aveuglement, de cette haine de l’islam est née aujourd’hui une alliance des plus paradoxales. Un autre exemple de ce paradoxe est le fait que l’extrême droite, historiquement proche du clergé et hostile au laïcisme, a fait, par pur rejet de l’islam et ses musulmans, de la laïcité une pierre désormais angulaire de son programme politique.

    On n’avance pas, on recule. Même Gambetta qui avait écrasé la Commune doit se retourner dans sa tombe anticléricale.


    • NoNOS Cyrus 28 février 2019 16:10

      @Pink Marilyn

      Tres intéressant ton schémas sur l’ évolution de la « liberté de croire ou pas sans emmerder les autre » mais qui en fait a philosophiquement été devoyé par des pouvoir en-quel il faut « croire » sorte de pré-totalitarisme drapé dans des aspect de liberté .


    • Alfred E. Newman Pink Marilyn 28 février 2019 16:30

      @folamour

      excuses

      j’ai toujours confondu les deux, à cause de leurs rues qui se croisent partout


    • Alfred E. Newman Pink Marilyn 28 février 2019 16:32

      @folamour

      excuses

      j ai toujours confondu les deux à cause de leurs rues qui se croisent un peu partout


    • NoNOS Cyrus 28 février 2019 17:20

      @Cadoudal

      Ha tient ... une lecture commune  ISTE !!!

      Soyons franco-breton , ou franco ardechois refugions nous dans "la galette a la saucisse , ou ce bon vieux bleu des montagne § en quoi avons nous besoin de grand-beta ... soyons alfa de peur que le vase de sois-sont ne chut !!!!


    • NoNOS Cyrus 28 février 2019 17:35

      @Cadoudal
      le dryan non plus n’ avais pas aimer ... pourtant il est bien en marche malgre sa « bretonitude » un peut noir de sous-chen tout les weekend au fetz ...

      Y avais une histoire ce camerlingue du pape me semble t’ il ....
      c’ est un peut notre LARCHER du senat a nous ....
      Tout le monde est pret pour la curie ?


    • NoNOS Cyrus 28 février 2019 18:07

      @Cadoudal
      Colomb (pas Christophe l’ autre ) avait au moins des ambition locale smiley


    • NoNOS Cyrus 28 février 2019 18:30

      @Cadoudal

      Intelligibilité non électorale encore une farce de ce maudit correcteur smiley
      ...sinon y a boris sur firestorm ...macron n’ ira jamais le chercher la bas 


    • NoNOS Cyrus 28 février 2019 18:58

      @Cadoudal

      non non pour éviter hiro-shima , un cadre de NIe-cen(dre) l’ as envoyer a JIMA-fuku 


    • NoNOS Cyrus 28 février 2019 19:16

      @Cadoudal

      10 000 ans même dol-phi (φ ou ϕ) n’ en rave pas OTAN


    • Jonas Jonas 28 février 2019 21:54

      @Pink Marilyn ". Ils s’en prennent donc au dernier culte encore visiblement présent dans la sphère publique : celui des musulmans."

      Vous voulez réellement connaître la vérité sur l’Islam ?
      Alors regardez et écoutez les prédicateurs et imams dans les plus grandes mosquées de France endoctriner des centaines de milliers de musulmans au fondamentalisme islamique misogyne, antieuropéenne, antichrétien et antisémite :
      http://islamineurope.unblog.fr/
      https://vimeo.com/user75660018


  • Reiki 28 février 2019 16:26

    Qui peut bien se préoccuper de la laïcité au vu de la société actuelle ? À si les Musulmans ou les Juifs sont comme de poissons dans l eau. 

    On se demande si les Français sont les bienvenus en France. ....


    • NoNOS Cyrus 28 février 2019 16:47

      @Reiki
      Ben oui faut bien des gens pour faire tourner les usine ... je te dit pas le drame s’ il apprenais a pécher ....


    • JulietFox 28 février 2019 17:07

      @Reiki
      Moi, pas de souci, je suis un mécréant campagnard.
      La laïcité durant ma scolarité 1950/1961 ne m’a jamais posé de problème.
      J’ai eu en CM1 une institutrice cogneuse, qui tous les soirs allait se confesser.
      Quand elle a pris sa retraite, elle est rentrée dans les ordres.
      A part faire du rabattage pour le catéchisme, ce fut une institutrice redoutable et redoutée par 2 générations d’élèves.
      Juif ? Connait pas. Il y en avait peut-être, Musulman, jamais vu.
      Mais, par contre, ce qui me choque dans cet article c’est de vouloir faire passer les écoles musulmanes, sous la loi 1905. Je n’ai pas envie de payer pour « ça »
      Dans le Neuf Trois les écoles coraniques fleurissent, mais Micron 1 er a les yeux ailleurs.
      Son principal ennemi, c’est le Gilet jaune. Eborgné, sa ciiiiiiiiiiiiiité ne prendra pas feu tous les soirs.


  • NoNOS Cyrus 28 février 2019 16:48

    le niveau beche un peu ... il pourrait meme en sortir un pote agée


    • Alfred E. Newman Pink Marilyn 28 février 2019 17:28

      @Cyrus

      alors, ils pourront discuter avec mon pote Hiron et mon pote Hofeux !
      Mon pote Hoël Ectric n’est pas encore installé !


    • NoNOS Cyrus 28 février 2019 17:37

      @Pink Marilyn

      Mon pote Hoël Ectric n’est pas encore installé !
      >faut le branler un peux pour voir si tu as le jus .


    • Alfred E. Newman Pink Marilyn 28 février 2019 17:44

      @Cyrus

      ce n’est pas la peine de brancher les lampions


    • NoNOS Cyrus 28 février 2019 17:46

      @Pink Marilyn
      ... ni de soulevez la juppe au conseil CON-stitution-ELLE...
      tout est dans la vertu ....


  • Reiki 28 février 2019 17:29

    Mdr ... faire tourné les Usines ? Une lois votées en 1905 donc prélude des plus grande guerres de notre époque. Se terminant effectivement dans des usines... Et le niveau serai bas ? Ne pas en parler ne serai pas un dénis de réalité ?


  • ddacoudre ddacoudre 28 février 2019 18:43

    Bonjour

    Un article bien documenté et une analyse non polémique sur le fond je partage ton point de vue, nul est besoin de réformer la laïcité et si cela est nécessaire c’est effectivement au peuple de dévider. Ce principe énoncé l’on ne peut ignorer que ce n’est la la laïcité qui pose problème, mais l’intégration de population musulmane depuis 1962 et l’indépendance du département français qu’était l’Algérie. Quand les musulmans restaient dans leur département ils ne posaient pas de problèmes. Les étranger étaient les espagnols et les italiens. Veux qui socialement étaient les moins nantis et recherchaient richesse hors de chez eux, cela n’a pas changé tous les états ont un afflux d’immigration sociale. Tant que dans les trente glorieuses ils recevaient des ressources de leurs participations au redressement du pays ils n’ont pas posé de problèmes à la laïcité, car ils étaient, comme les mongoliens invisibles à la vue du public, caché pour pratiquer leur culte. Au nom de la laïcité les générations suivantes se sont émancipées et réclamées des lieux de cultes sauf que depuis 1977 nous avons fini de manger notre pain blanc face à la compétition économique internationale dans lesquels ceux qui s’étaient enrichis dans le redressement de l’Europe sont allés porter leur investissements sous d’autres cieux pour au nom de la loi du marché gagner plus. Conscient de cela l’Europe c’est développé, et c’est un échec notable qui se mesure dans beaucoup d’État de l’Europe. Je fais cet historique car, quand le gâteau se réduit et que les prétendants augmentent chacun s’enferme, la classe sociale la plus démuni est exclu. Il de trouve toujours que ce sont les plus faibles socialement. Or ces classes sociales les plus faible ce sont les derniers arrivants a issus de la décolonisation, les maghrébins et les populations d’Afrique centrale avec leur génération successive qui n’étaient pas tous issus une identité judéo-chrétienne. La laïcité et les droits de l’homme, n’ont pas suffit à museler l’ostracisme et le racisme qui a été omni présent dans l’Europe d’avant 45 ainsi il a été facile de montrer du doigt des boucs émissaires musulman dans un amalgame entre tenu par des partis politiques au milieu d’une actualité internationale fans laquelle la chute de l’URSS à laissé le champ libre à des chefs de guerre qui faute de projets politiques se sont appuyés sur leurs fondements religieux n’ayant pas pu faire la séparation de l’église et de l’État. Nous héritons aujourd’hui de tout ce pataquès et Fès citoyens comptent sur la modification de la loi sur la laïcité pour faire interdire le culte musulman, dont la dérive au moyens orient pose problème en plus du conflit israelo palestinien. La loi d’association z rien à voir avec la loi de séparation de 1905. La déclaration des droits de l’homme garanti dans son principe la laïcité, ce suo emporte également de les laisser disposer des moyens en vigueur pour l’exercer, sauf si la loi recouvre des agissement d’appel au crime. Ce qui ouvre un autre débat car défendre ces convictions et le droits de chacun, poser des bombes pour CR faire entendre est le problème de ceux qui entre en guerre contre d’autres ou leur propre état qui est alors fondé à la riposte. Il me semble sie le débat manque de recul, comme tous les sujets qui traitent de ’os relations mise à mal par frs états capitaliste suo nous disent d’aller emprunter l’argent des riches pour régler nos problèmes sociaux ou de sociabilités alors que ’nous avons le pourvoir d’émettre de la monnaie. Il y a donc un transfert de responsabilité, incapable de solution et le problème économique nous le transferons sur des classes sociale démunis, sur des droits cultuels, sur un problème d’identité pendznd que les financier continuent de ’sous vendre leur argent. Cordialement mon site ddacoudre, over-blog.

    .

    .

    .


  • zygzornifle zygzornifle 1er mars 2019 10:08

    Macron a un corps de mec de 40 ans mais dedans il y a un esprit style Bouteflika ....


    • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 1er mars 2019 10:46

      @zygzornifle

      Macron a un corps de mec de 40 ans 

      certes mais un comportement d’acteur/simulateur.
      Macron est dans le mensonge, le mépris et le désir excessif de gloire et de pouvoir . 

      Comme le rappelait, B. Gris-Veaux : Tout ce qui excessif est insigni-fient(e).....


  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 1er mars 2019 10:36

    Séparation de l’église et de l’état. Fait.

    Séparation de l’ancien testament et de l’état. A faire.

    Séparation de toutes les religions et de l’état. A faire.

    SEPARATION de la Franc-Maçonnerie et de l’état. A faire en URGENCE !


  • Montdragon Montdragon 1er mars 2019 16:21

    A présent que les Boomers quittent progressivement la scène pour se diriger vers les joies du cancer, le système peut commencer à présenter la facture aux nouvelles générations.

    Un type dénommé Jérôme Fourquet, sorte de sociologue de gauche tout ce qu’il y a de plus institutionnel, va sortir un livre début mars qui dit en gros ce que nous disons depuis au minimum 30 ans.

    Les gens concernés vont commencer à se dire que quelque chose commence à sérieusement merder et que rien, absolument rien ne correspond à ce que leur a vendu depuis 1945.

    Vous savez, c’est comme quand tous vos voisins savent que votre nana vous trompe mais font comme si de rien était et que vous apprenez qu’ils le savaient depuis 3 ans. C’est là que ça peut vraiment dégénérer.

    Ce n’est pas le genre de trucs que vous voulez apprendre en dernier. Parce qu’en plus d’avoir été trompé, vous êtes passé pour un idiot.

    Vous ne voulez pas non plus découvrir, une fois des hordes de djihadistes dans votre garage en train de violer votre fille, que Jean-Marie Le Pen avait raison en 1989 en dépit de ce qu’on vous avait dit à l’école.

    Pour en revenir à Fourquet, lui et ses amis ne veulent pas finir à faire de la sociologie dans une banlieue de Cuba.

    Donc ils ont commis ce livre avec quelques autres pour pouvoir dire dans 5 ans, « mais nous le disons depuis 20 ans ! »

    Je suis prêt à fermer les yeux s’il est le premier véritable gauchiste du système a dire, avec des phrases alambiquées, que les racistes avaient raison, n’ont jamais cessé d’avoir raison.

    Et c’est ce qu’il dit, textuellement.

    Vous pouvez d’ailleurs observer à quel point ces marxistes maîtrisent les codes de la langue du Parti.

    A aucun moment vous n’avez entendu les mots « immigration », « races », « islam », « maghrébins », etc.. Ce type sait très bien comment le système se purge de lui-même des éléments gênants.

    Mais comme je l’ai dit, la pression monte de partout et quelqu’un doit parler, va nécessairement parler.

    Ce Fourquet a donc évoqué l’essentiel en parlant « d’équilibre instable » entre des « générations qui coexistent démographiquement » avant d’ajouter que nous allons « assister à un basculement d’une très grande ampleur ».

    Tous ces gens qui passent leur vie à récolter des sommes énormes de statistiques sur tout et n’importe quoi savent depuis l’origine ce qui va se passer.

    Et ils ont activement menti pendant 40 ans pour s’assurer que ce qui va se passer puisse se passer.

    Parmi ces gens, vous avez la catégorie des types qui savent et se taisent parce qu’ils ont un plan carrière dans l’administration. Et puis vous avez la catégorie des auxiliaires qui prennent plaisir à anéantir leur propre pays parce X et Y.

    Nous parlons de simples mathématiques. Faites entrer en France 500,000 sous-hommes du tiers-monde chaque année pendant un siècle et la France est peuplée, au terme de ces 100 ans, par 50 millions de sous-hommes du tiers-monde en plus de leur descendance.

    Quand vous avez une ordure de boomer communiste comme le démographe Hervé Le Bras qui vous dit que la France est aussi blanche qu’en 1920, il est dans un projet aux ressorts extrêmement morbides : vous tuer, vous et vos enfants.

    Maintenant que les préparatifs sont terminés et que plus rien ne peut empêcher le choc d’arriver, tous ces types vont se volatiliser.

    Vous chercherez ces mecs que vous avez entendu sur tous les radios et télévisions depuis 30 ans et vous n’en trouverez aucun.

    Vous serez seul avec votre nana dans un océan marron avec l’appel du Muezzin en fond sonore.

    Ce type parle « d’archipélisation ».

    C’est la formule officielle pour « libanisation ».

    Ces 18% de nouveaux-nés musulmans ne sont établis que sur le prénom donné. Quantités d’arabes portent des noms improbables et cela ne compte pas les africains chrétiens ou animistes.

    Mais ce n’est qu’une partie de l’équation : c’est toute l’infrastructure bio-culturelle blanche qui a été détruite par les boomers avec l’abolition du patriarcat.

    La cellule de base de la reproduction du peuple qu’est la famille a été concassée. Peu après, toutes les structures ont implosé à leur tour. Toute notion de bien commun a été éradiquée, à commencer par le principe de la communauté de destin raciale activement combattue par la presse et les profs de gauche issus de Mai 68.

    Au même moment, des masses de millions de sauvages revanchards au cerveau brûlé par l’islam des cavernes et la consanguinité ont envahi les villes françaises, formant des blocs communautaires compacts unis par leur haine raciale envers les Blancs.

    C’est maintenant le grand moment de l’effondrement, le moment où l’énorme pile de dettes qui a été accumulée sur la même période va souffler l’état providence hexagonal qui a permis, précisément, à ce programme de destruction de suivre son cours.

    L’Allemagne, en 1933, n’a pas connu une situation aussi objectivement extrême et pourtant elle était déjà devenue si intolérable qu’un sauveur devait finalement apparaître pour porter un coup sans précédent aux juifs, destructeurs de toute civilisation.

    Les Boomers portent sur leurs épaules la responsabilité de la plus grande catastrophe jamais arrivée en Europe.

    Et ces Boomers n’ont qu’une peur : la réaction raciste de la jeunesse masculine blanche.



  • zygzornifle zygzornifle 1er mars 2019 17:00

    On court ventre a terre vers la grande Europe Saoudite et si LaREM gagne les Européennes le mouvement va s’accélérer .....


  • guylain chevrier guylain chevrier 1er mars 2019 22:32

    Il faut stopper ce gouvernement et ce président qui méprisent jusqu’aux lois constitutionnelles de la République, pour faire une France vidée de sa substance et dépersonnalisée, où seule le marché compte plus chacun son dieu. L’idée de référendum converge avec les demandes de plus de démocratie directe, sinon, faisons le deuil de tout espoir d’une société faite pour le grand nombre, avec en lieu et place, qu’elle soit réservée à quelques nantis dont l’absence de morale justifie le recours aux cultes pour encadrer les consciences. Imposer le référendum pour toute modification de la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat est le début d’un coup d’arrêt à ces gestionnaires managers qui prennent la France pour une entreprise. C’est le début d’une révolution du droit mise au service du peuple.


  •  C BARRATIER C BARRATIER 2 mars 2019 09:58

    Très interessant article de synthèse. Macron se comporte en jésuite, héritage de son éducation. Il espère peut être gagner des voix venues des musulmans, lors des consultations électorales. Oui, il faut exiger un référendum avant de toucher à la loi de 1905. Sera-t-il possible de mobiliser les Français pour une grande manif nationale. sur la défense de notre laïcité telle qu’elle est, de la loi de 1905 ? Et d’en finir avec les accommodements ?


Réagir