lundi 29 octobre 2018 - par Pierre

Poutine… Roi de pique ou Roi de cœur ?

Que n’a-t-on pas écrit sur lui. Nos médias dominants n'en parlent presque toujours que péjorativement et souvent de façon injurieuse. Il est impossible de lire le moindre article, même globalement positif sur la Russie contemporaine ou sur son président sans qu'il ne se contienne quelque part une allusion dévalorisante. Il fait l'objet d'attaques virulentes de responsables politiques occidentaux qui se concluent même parfois par des comparaisons douteuses avec Hitler. Cela a forcément une influence sur les opinions publiques occidentales (surtout américaines et britanniques) qui sont très majoritairement hostiles au président russe.

Ce même Vladimir Poutine a un soutien exceptionnel dans son pays malgré sa longue carrière politique. Il est à la tête de la Russie, de la Fédération de Russie pour être précis, depuis bientôt 19 ans avec une courte interruption comme Premier ministre du 8 mai 2008 au 7 mai 2012, période pendant laquelle il eut moins d’influence. Il fait partie des personnalités politiques les plus populaires dans le reste du monde.

 

Quels sont donc la ou les raisons de cette haine ou de cette admiration pour Vladimir Vladimirovitch Poutine.

 

 

A-t-il trouvé la meilleure ou la seule façon de gouverner la Russie ?

 

La Fédération de Russie est un pays continental et eurasiatique dont 78 % de la population vit en Europe mais dont 75 % du territoire est en Asie. Elle occupe 40 % de la superficie du continent européen et 1/3 du continent asiatique.

128 groupes ethniques peuplent cet immense territoire. Plus de 100 langues sont protégées et la plupart même constitutionnellement reconnues.

A titre de comparaison, les États-Unis ont presque complètement effacé les peuples natifs qui ne sont plus cantonnés que dans des réserves plus folkloriques que respectueuses de leurs cultures d'origine. Ces peuples finissent d'ailleurs par être assimilés par l'American way of live.

La religion orthodoxe est de loin la plus représentée mais le pays ne compte pas moins de 20 millions de musulmans plus une dizaine d'autres cultes qui totalisent moins d'adeptes.

78% des habitants sont des Russes ethniques. Parmi les autres groupes, les plus nombreux sont les Tatars, les Bachkirs, les Tchouvaches et les Tchétchènes. Les Ukrainiens sont un groupe ethnique bien intégrés dans le pays et tellement proche des Russes qu'ils sont souvent confondus avec eux. Comme les Arméniens, les Ukrainiens n'ont pas de république propre. Quoique très nombreux, ils ne bénéficient donc pas de la même autonomie que les autres groupes.

La carte politique de la Fédération de Russie est une mosaïque de territoires de statuts différents.

La Russie est constituée de 85 sujets (ou entités) égaux en droit. [i]

 

La Fédération de Russie : 22 républiques (vert), 9 kraïs (beige clair), 46 oblasts, (beige foncé), 3 villes fédérales (rouge), 1 oblast autonome (bleu), 4 districts autonomes (orange).

 

Cette description de données géographiques, culturelles et démographiques donnent une idée de l'immensité territoriale et de la complexité administrative de ce pays.

La Russie se relève seulement du chaos des années quatre-vingt-dix et cherche encore son équilibre mais il y a une certitude, on ne peut raisonnablement pas gouverner la Russie suivant les mêmes préceptes qu'une petite démocratie monoethnique.

Le désordre qui a suivi la fin de l'Union soviétique vit la Fédération de Russie presque éclater en quatre ou cinq parties avec la bénédiction des vautours du capitalisme international qui virent là l'opportunité d'éliminer un concurrent économique et de faire main basse par la même occasion sur les richesses naturelles du pays.

Vladimir Poutine a mis le holà à cette tentative en mettant au pas les oligarques complices de cette manœuvre et en poussant les récalcitrants à l'exil.

La reprise du contrôle de l'est du Pays et de la région caucasienne se fit brutalement avec le limogeage des gouverneurs de régions frauduleusement élus, leur remplacement par des autres nommés par le Kremlin et par une intervention armée dans le Caucase. Après une période de stabilisation, on en est revenu à l'élection directe des gouverneurs.

Vladimir Poutine fait fi des règles que les démocraties occidentales autoproclamées « la Communauté internationale » ont édictées et qu’elles ne respectent par ailleurs pas elle-même comme par exemple en Serbie, en Libye, en Irak et dans des dizaines d’autres théâtres d'opération moins médiatisées.

Il est intervenu militairement avec succès dans son étranger proche, en Ossétie du Sud, en Abkhazie, en Crimée et au Donbass, en utilisant les mêmes arguments que ses « partenaires » occidentaux.

Les sanctions occidentales lui sont indifférentes et il a décidé de se tourner vers l'Asie qui est en plein décollage économique.

Il sait qu'il ne peut avoir le contrôle total du pays comme à l'époque soviétique sinon au prix d'une dangereuse et incertaine épuration politique et sans doute d'une nouvelle guerre civile. Il laisse la direction de territoires peu sécurisés comme par exemple la Tchétchénie à des hommes de confiance pas nécessairement très respectueux du droit et il favorise l'arrivée dans l'est du pays de la nouvelle garde d'hommes politiques, des fidèles formés dans les écoles russes.

Toutes les parties fédérées de la Russie bénéficient d'une large autonomie qui n'a rien à voir avec les délires autoritaires et centralisateurs de l'Union soviétique. Les principaux points dont le pouvoir fédéral demande le respect, c'est la fidélité à la constitution et l'interdiction de toute velléité de sécession.

Jusqu'à présent, c'est un parcours sans faute. Il ne peut être interrompu que par des interventions extérieures comme par exemple dans le Caucase dans les années quatre-vingt-dix quand des djihadistes internationaux cherchèrent à créer un califat dans cette région.

A plus long terme, un différend avec la Chine n'est pas impossible. La frontière actuelle a été reconnue par les deux pays mais l'immigration légale et illégale chinoise dans le Primorié (Mandchourie extérieure) est très importante et qui sait si la Chine ne cherchera pas un jour à s'en servir pour se rattacher cette région en plein développement ?

Pour le moment, cela n'est évidement qu'une supputation.

 

 

Une comparaison inversée.

Comment les médias mainstream français peuvent-ils reprocher aux journalistes russes de soutenir leur président alors que ces mêmes médias ont soutenu le candidat Macron de manière éhontée ?

Les journalistes français avaient cru déceler en Emmanuel Macron l'homme providentiel dont la France avait besoin pour retrouver une prospérité économique et restaurer la dignité présidentielle

Ils se sont lourdement trompés, c'est le moins qu'on puisse dire.

 Les journalistes russes agissent pareils pour exactement les mêmes raisons. Ils soutiennent les politiques intérieure et extérieure menées par Vladimir Poutine parce qu 'ils pensent que ce sont les meilleures pour les Russes et pour le pays.

Eux, ils ont plutôt visé juste. Vladimir Poutine ne ridiculise pas la fonction présidentielle.

Peut-on leur reprocher de veiller à ce que le pays ne retombe plus dans des mains prédatrices ou dans l'utopie marxiste ?

On peut remarquer qu'en Occident comme en Russie, l'opposition au pouvoir se manifeste principalement sur les réseaux sociaux et via les commentaires sous les articles des médias mainstream.

 

La Russie et l'Allemagne.

L'Allemagne a eu dans l'histoire de la Russie une influence que la plupart de gens ignorent.

L'impératrice Catherine II de Russie [ii], une prussienne de petite noblesse de naissance et donc pas imprégnée de l'âme slave pour un sou, arriva au pouvoir en 1762 en écartant son époux du trône. Plus tard, elle fit venir des Allemands en masse pour coloniser les steppes du sud de la Russie ainsi que les territoire conquis sur les Ottomans et les Tatars que les Russes de souche tardaient à occuper. Après 1990, des centaines de milliers de descendants de ces Allemands de la mer Noire et de la Volga réintégrèrent l'Allemagne.

Entre 1772 et 1795, elle s'entendit avec la Prusse et l'Autriche pour se partager la république des Deux Nations (Pologne – Lituanie).

Beaucoup d'empereurs [iii] russes épousèrent des aristocrates allemandes.

Nicolas II épousa une princesse allemande qui sous l'emprise de Raspoutine eut une grande influence sur la politique de son mari.

En 1917, les autorités allemandes firent traverser le pays à Lénine et à son entourage dans un « train plombé ». [iv] Cela permit aux révolutionnaires d'octobre 1917 de rentrer au pays, d'y prendre le pouvoir et de négocier une paix séparée avec l'Allemagne

Peut-être en reconnaissance, Lénine donna aux Allemands de Russie un territoire [v] qui devint la République socialiste soviétique autonome des Allemands de la Volga en 1924.

Rappelons aussi que l'allemand était la deuxième langue enseignée en Russie dans l'entre-deux-guerres et qu'il y avait des relations militaires et économiques très intenses entre les deux pays, surtout avant 1933.

Il faut encore ajouter que si la Russie (ou l'Union soviétique) entra deux fois en guerre contre l'Allemagne au siècle passé, elle partagea aussi à deux époques différentes la Pologne avec elle, la deuxième fois en 1939.

Vladimir Poutine s'exprime parfaitement dans la langue de Goethe grâce entre autres à toutes les années passées en Allemagne de l'Est comme agent du KGB. Il entretient des relations chaleureuses avec l'ancien chancelier Schroeder et tempère ses critiques vis-à-vis de l'Allemagne.

Ses conversations avec la chancelière Merkel se déroulent sans interprète, chacun maîtrisant la langue de l'autre.

Avec 76 milliards d'échanges commerciaux par an, l'Allemagne est le premier partenaire commercial européen de la Russie et le deuxième de la Russie après la Chine. La construction de Nord Strean 2 va encore augmenter ce volume d'échanges.

L'admiration des Russes pour l'Allemagne n'est pas réciproque. Les médias allemands sont très critiques vis-à-vis de la Russie et Vladimir Poutine n'y jouit pas d'une plus grande popularité qu'en France.

Pour Vladimir Poutine, l'Allemagne est cependant le partenaire privilégié en Europe et elle est peut-être le seul pays qui a une certaine influence sur la politique russe actuelle. La complémentarité entre les deux pays n'est plus à démontrer.

En revanche, il ignore ostensiblement l'Union européenne qu'il considère trop sous influence des États-Unis et par solidarité, des ennemis historiques de la Russie : la Pologne, les Pays baltes et la Suède.

Cela provoque une hostilité de l'institution européenne à son égard.

 

Poutine, roi de pique.

 

 Pour Vladimir Poutine, l'intérêt de la patrie passe avant le droit individuel.

Du moins en ce qui concerne les oligarques, les délinquants et les fonctionnaires corrompus, il rejoint l'opinion majoritaire des Russes qui ont été moulés par la propagande et le patriotisme soviétique et qui gardent la nostalgie de la grandeur passée de leur pays.

Les puissances occidentales sont en totale opposition avec cette conception.

Selon leur doxa libérale, la démocratie parlementaire, le libre marché et la liberté individuelle sont l'alpha et l’oméga de toute organisation de la société. Ce n'est qu'en réduisant le rôle de l’État aux fonctions régaliennes minimales et en laissant une totale liberté individuelle à chacun que les intérêts de l'individu et de la société peuvent se rejoindre.

Cela signifie que pour les élites occidentales, l'approche patriotique de Vladimir Poutine est un repoussoir et qu'on peut légitimement attaquer sa personne.

Il est difficile de faire un inventaire complet des attaques dont le président russe fait l'objet.

Citons-en simplement quelques unes au hasard : il veut restaurer l'Union soviétique, il a promulgué des lois homophobes, il menace militairement ses voisins, il intervient dans les processus électoraux des « démocraties » occidentales, il est lui-même un homosexuel refoulé, il est l'un des hommes les plus riches du monde avec tout l'argent volé à son peuple, il a ordonné l'assassinat de journalistes et d'opposants en Russie et dans le monde, il soutient l'église orthodoxe pour renforcer son pouvoir personnel, il envoie ses opposants au goulag, il veut devenir président à vie, il est coresponsable de centaines de milliers de morts en Syrie etc

Pour les sobriquets, citons dictateur, tyran, tsar, despote, macho, satrape (plus rarement) ,autocrate (indirectement puisque la Russie serait une autocratie)...

Voilà le menu. Il est difficile de tout engloutir sous peine d'indigestion mais libre à chacun d'avaler ce qu'il veut.

 

 

Poutine, roi de cœur.

 

 On ne peut pas comprendre Vladimir Poutine si on ne connaît pas les deux traumatismes qui ont marqué sa vie.

Ce natif de Saint-Pétersbourg a grandi dans les années cinquante dans une ville détruite par l'Allemagne nazie. Les souffrances des habitants de Leningrad étaient encore vives pendant que la ville se reconstruisait péniblement. Cela a dû indubitablement le marquer.

Le deuxième traumatisme fut l'effondrement de l'Union soviétique et la crise des années quatre-vingt-dix qui s'ensuivit. En Occident, on n'imagine pas la misère dans laquelle les Russes vivaient et comment les joyaux industriels du pays avaient été pillés par des oligarques et des criminels de tous bords.

Vladimir Poutine en a gardé une aversion pour les guerres inutiles et pour la déliquescence de l'Etat.

Il est gratifié du redressement spectaculaire du pays en moins de vingt ans. Le niveau de vie des Russes a été quadruplé et la Russie est redevenue une grande puissance politique et militaire avant de redevenir dans les prochaines années une grande puissance économique.

En un mot, les Russes ont retrouvé leur fierté.

Même s'il subit une baisse de popularité pour une raison ponctuelle (l'âge du départ à la pension), il est loin d'atteindre le manque de confiance des dirigeants occidentaux.

De l'époque soviétique, les Russes ont gardé l'habitude de se moquer de leurs dirigeants politiques.

Ils ne font pas d'exception pour Vladimir Poutine mais globalement, les Russes sont fiers de leur président.

La Russie – C'est 1/6 de la terre entourée de tous les côtés de civilisation.

 

 

Conclusion.

 

Y a-t-il du Dr Jekyll et Mr Hide en Vladimir Poutine ?

Ses ennemis le croient mais ils sont en même temps les plus ardents adeptes du capitalisme néolibéral qui est responsable du même comportement pathologique qu'ils dénoncent avec d'un côté, la promesse d'une hypothétique croissance économique synonyme de bonheur selon eux et de l'autre, la destruction de la protection sociale, la délocalisation des entreprises et la paupérisation générale comme par exemple en Grèce.

Il est clair que le capitalisme anglo-saxon veut la ruine économique de la Russie ainsi que sa soumission et que la Russie ne pourra pas résister à cette pression sans changer de méthode voire de modèle économique.

Sanctions économiques, sanctions contre les athlètes, restrictions pour les visas, menaces militaires, tout cela est destiné à provoquer un mécontentement populaire et à inciter le peuple à se révolter et à ouvrir les portes du pouvoir à ce que Vladimir Poutine appelle la « cinquième colonne », c'est-à-dire aux néolibéraux et autres mondialistes russes qui sont pour beaucoup passés par les écoles étasuniennes.

Personnellement, je ne crois pas qu'un coup d’État de ce genre réussirait en Russie du moins dans un avenir proche et tant que Vladimir Poutine sera à la présidence.

Si d'un côté, le gouvernement de Dmitri Medvedev est grandement composé de ces libéraux en question et que les administrations russes sont truffées d'agents néolibéraux, de son côté, Vladimir Poutine garde la confiance des siloviki, la fidélité des Forces armées et de son État-major sans oublier la Garde nationale forte de 400 000 hommes bien entraînés et sous le contrôle de Viktor Zolotov, un fidèle des fidèles.

Disons que la balance penche nettement du côté de Vladimir Poutine pour le moment.

Pour le reste, tout le monde s'accorde à dire que Vladimir Poutine est loin d'être isolé dans le monde. La Chine avec l'achat de SU-35, l'Inde avec les récents contrats militaires, la Turquie avec les S-400, l'Allemagne avec le Nord Stream 2 : ces pays importants bravent les diktats étasuniens et ils risquent d'entraîner de nombreux autres pays dans leur sillage.

Sentant son hégémonie ébranlée, l’État profond étasunien cherche à isoler la Russie et à empêcher l'économie russe de décoller. La guerre des sanction ne fait que commencer et il faut s'attendre à ce qu'elle s'étende petit-à-petit aux partenaires commerciaux de la Russie.

Commençant à bien connaître Vladimir Poutine, je pense qu'il temporisera le plus longtemps possible mais comme l'ours acculé, il n'hésitera pas à réagir avec toute sa force s'il n'a pas d'autre issue. [vi]

 

 

i Chaque sujet envoie 2 délégués à la Chambre haute du Parlement russe (170 délégués). Le pouvoir fédéral encourage les fusions des sujets et aimerait les réduire de moitié.

ii Catherine II qui pratiquait six langues était aussi une lectrice passionnée de la littérature française et des philosophes des Lumières. Elle fit partie des despotes éclairés de son temps mais elle se ravisa après la Révolution française et interdit la diffusion des « pernicieuses » idées françaises en Russie.

iii Empereur, parce que Tsar est une appellation impropre pour désigner les derniers souverains russes. Pierre le Grand avait décidé d'européaniser son titre au XVIIIe siècle et, en 1721, choisit de devenir « Imperator ». Tous les souverains qui suivirent eurent officiellement le titre d'Empereur. Tsar dérive de César qui a aussi donné le titre de Kaiser (Caesar) en Allemagne. Il est donc anachronique de dire que Poutine est un tsar.

iv https://wikirouge.net/Wagon_plombé

v L'oblast avait 28.200 kilomètre carrés, soit un peu moins que la superficie de la Belgique.

vi La guerre de Géorgie gagnée en cinq jours en 2008, la prise de contrôle de la Crimée en un jour en 2014, le transfert d'une force de frappe aérienne en Syrie en un jour en 2015, les chaudrons du Donbass qui ont décapité l'Armée ukrainienne : toutes ces réactions russes ont été rapides et efficaces. Elles ont chaque fois pris par surprise les stratèges américains de l'OTAN.



152 réactions


  • Séraphin Lampion p’tite Annick 29 octobre 2018 09:32

    Il est de plus en plus clair que Poutine a contrarié un plan d’annexion de l’ex URSS par les Etats-Unis, plan confié à un agent double d’envergure de la CIA foudroyé en plein vol par les anciens du KGB, mieux formés.

    Le visage de la Russie actuelle n’est pas parfait, mais les Russes ont échappé à quelque chose de bien pire ?

    • Pierre Pierre 29 octobre 2018 09:56

      @p’tite Annick
      Je suis d’accord mais pourriez-vous citer une démocratie parfaite dans le monde ?


    • Séraphin Lampion p’tite Annick 29 octobre 2018 10:08

      @Pierre

      La poursuite des perfectionnements exclut la recherche de la perfection. 
      Perfectionner s’oppose à parfaire.

    • Pierre Pierre 29 octobre 2018 11:31

      @p’tite Annick
      Ce n’est pas le sujet de l’article et je ne voudrais pas développer trop loin.

      C’est le débat du moment. L’opposition entre la démocratie (volonté populaire) et de l’Etat de droit. 
      Pour résumer, je dirais que la Russie s’avance vers plus de démocratie, c’est à dire vers ce que le peuple veut et moins d’Etat de droit.
      En Occident et en France en particulier, c’est l’Etat de droit qui est la base de la vie politique et la volonté populaire est ignorée.
      La Russie est une jeune démocratie qui doit se perfectionner. Comme j’essaie de l’expliquer dans l’article, c’est un pays structurellement différent et qui a une histoire et une culture différente.
      Il est inéluctable que la Russie aura un système politique différent et toute comparaison avec le nôtre est du verbiage inutile.






  • pallas 29 octobre 2018 10:11
    Pierre
    Bonjour,

    Monsieur Poutine n’est que le haut de l’iceberg, en écoutant un ambassadeur Russe sur RT France, son discours était clair et précis, surtout technique.

    L’intelligentsia Russe est d’un niveau trés supérieur au notre et de loin.

    En France, un ambassadeur ou politique ne parle que de vent, des choses insignifiantes.

    La Russie ne plaisante pas et ne se cache pas, ces gens ne sont pas des enfants de coeurs, ils sont logiques.

    Poutine parle facilement de sa vie de famille, grand pere et fiers de l’etre, en France nos politiques sont dans le sexe a outrance.

    Vous comprenez maintenant la joie de la présidente Croate ayant perdu la coupe du monde ?, perdre contre une nation traitre et lache, fait office de martyr, donc de héros.

    Mise à part en France, les jeux du cirque n’intéressent personne, ce fut en vérité un moyen de discutions entre ces deux dirigeants, d’une extreme intelligence.

    La France est un peuple lache, faible, sans importances, d’une nullité et perversité sans nom, detesté par tous les pays Africains, Europe de l’Est, moqué et humilié par la Chine, Japon, Turquie, USA..

    Salut

    • Buzzcocks 29 octobre 2018 10:28

      @pallas
      La France est tellement détestée que quand je vais en Russie (ma femme est Russe), je trouve des radios qui diffusent des chansons en Français (Piaf, Kaas, Aznavour, Sardou etc...). Et je trouve un peuple francophile à ma grande surprise. Ils idéalisent complètement notre pays d’ailleurs (gastronomie, culture, Paris, le luxe). 

      Je connais aussi grâce à ma femme, quantités de russes qui sont bien contentes de vivre en occident où la vie est quand même plus facile. Ca n’empêche pas qu’elles aiment profondément leur racine et leur pays.

      Bref, faut pas prendre vos rêves pour des réalités.


    • pallas 29 octobre 2018 10:41

      @Buzzcocks


      Bonjour,

      Votre commentaire est pathétique, vous etes de la classe bourgeoise, ayant entre 60 à 70 ans.
      Je suis certain que vous etes dans l’audiovisuel ou du moins apparenté.

       smiley

      Moi aussi je m’y connais en manipulation, bien mieux que vous.

      Salut

    • Buzzcocks 29 octobre 2018 10:52

      @pallas
      J’ai 124 ans et je possède 36 journaux.... vous êtes un vrai devin.
      Bref, que ce soit sur ma situation ou celle de la Russie et du monde, vous planez totalement. 


    • microf 29 octobre 2018 11:12
      @Buzzcocks

      J´ai vécu á Paris jusqu´en 1989 et je suis parti quelques mois après la chute du mûr de berlin m´installer en Hongrie ( Budapest appelé Paris de l´Est á l´époque ).

      Les Hongrois me traitaient de fou á l´époque car eux voulaient tous venir en Occident et ne comprenaient pas pourquoi j´avais quitté PARIS... La propagande Occidentale a beaucoup lavée les cerveaux, de 1989 jusqu´en 1992, les drapeaux des pays Occidentaux étaient vendus comme des petits pains, et c´est chacun qui voulait un drapeau Occidental, ceci pour dire que ce n´est pas seulement en Russie qu´une grande majorité des habitants sont obnubilés par le mode de vie á l´Occidentale et veulent venir en Occident, mais aussi dans de nombreux autres pays de l´Est de l´Europe.

      En ce qui concerne le Président Poutine pour bien le comprendre et le connaitre, il faut écouter le Discours qu´il a prononcé en Allemagne en 2007.

      Pourquoi le Président Poutine n´est pas aimé en Occident, c´est très simple, il est hai en Occident parcequ´il fait barrage aux plans occidentaux de règner sur le monde, et il est aimé dans de nombreux pays parcequ´il empêche l´Occident de s´accaparer de ces pays. 

      Imaginez vous un seul instant ce que serait le monde en ce moment si le Président Poutine n´avait pas intervenu en Syrie. Le plan occidental était de détruire la Syrie, comme ils l´ont fait en Lybie, Afghanistan, Irak pour ne citer que ceux lá, et ensuite de s´attaquer á l´Iran, bien sûr pour terminer avec la Russie. Dieu merci, le Président Poutine a mis fin á leurs plans et rêves.
      J´espère que le Président Poutine celui á qui j´ai donné le nom du « Mozart de la politique », vive assez longtemps et permette á de nombreux pays que l´Occident veut détruire de se consolider, et qu´entre temps, les populations occidentales se réveillent et découvrent qui est vraiment cet homme, un des plus Grand Homme de ce siècle.
       


    • pallas 29 octobre 2018 11:37

      @microf


      Bonjour,

      Pourquoi parler et discuter au papy Buzzcocks ?.

      Il est dans un délire de tricherie et mensonge perpetuel, s’inventant une existence honorable, alors que dans les faits il n’est que traitrise et mensonge.

      Au bas mot, une simple larve, ayant activement participé au chaos en France.

      La France est dépecé de toutes part, les entreprises racheté par les firmes américaines, l’immobilier par le Qatar, les forets par la Chine, et les territoires laissé aux islamistes (91,94,93, bientot le 77).

      Il n’y aura pas d’aube pour notre civilisation, et toutes les elites, absolument toutes sont bloqués ici, avec nous, avec moi, les autres nations ejectent tous les ressortissants français, d’une maniere ou d’une autre.

      La nouvelle Route de La Soie ce construit, les accords se finalisent avec les nations du maghreb.

      C’est la fin.

      La France est officiellement éjecté du Concert des Nations, ça n’est même plus un secret.

      Salut

    • microf 29 octobre 2018 11:50
      @pallas

      Merci @pallas pour votre commentaire.
      Vous savez en tout, il faut de la patience, notre @Buzzcocks n´est pas méchant, juste une personne qui a été formatée par le système. Avec ce genre de personne, il faut de la patience, expliquer patiemment, et á la fin, ces personnes vont finir par comprendre. 

      On ne gravit pas une montagne á grands pas, mais par de petits pas lents et réguliers, prenez patience avec notre @Buzzocks.


    • pallas 29 octobre 2018 12:43

      @microf


      Bonjour,

      Je ne perd plus de temps avec les Buzzcock, il faut les neutralisés et les envoyer dans des hopitaux psychiatriques, ainsi que de leurs retirés toutes leurs fortunes accumulés.

      Ils ont fait leurs temps et ont échoué, pire encore, ont abandonnées leurs propres petits enfants.

      Ma compassion est limité, mais pas pour les parasites, j’en suis sincerement désolé.

      Ces imbéciles sont des criminels d’une lâcheté et malveillance coupable.

      Se sont des extrémistes.

      Salut



    • Buzzcocks 29 octobre 2018 13:51

      @pallas
      Vous me faites rigoler.... Bon, votre grammaire est sommaire, votre culture aussi, donc je ne vous en veux pas. Mais c’est amusant, continuer, une troisième couche à mon endroit, svp ! 


    • pallas 29 octobre 2018 14:07

      @Buzzcocks

      Bonjour,

      Votre rire dois être nerveux si vous êtes intelligent, car je ne plaisante pas, et nous sommes fort nombreux n’ayant pas envie de rire.

      S’il y a une personne qui s’amuse, c’est moi.

      Bienvenu dans la réalité ou vos illusions sont brisés et déchiquetés les une après les autres.

      Je n’est pas de compassion, pas de pitié, pas une once de sentiment.

       smiley

      Salut


    • Abou Antoun Abou Antoun 29 octobre 2018 14:13

      @microf
      Imaginez vous un seul instant ce que serait le monde en ce moment si le Président Poutine n´avait pas intervenu en Syrie. Le plan occidental était de détruire la Syrie, comme ils l´ont fait en Lybie, Afghanistan, Irak pour ne citer que ceux lá, et ensuite de s´attaquer á l´Iran, bien sûr pour terminer avec la Russie. Dieu merci, le Président Poutine a mis fin á leurs plans et rêves.
      C’est l’exacte vérité. Des mois et des années de piétinement de la coalition occidentale face à Daech pendant que le pétrole volé transitait tranquillement par la Turquie pour financer les terroristes, alliés objectifs (sinon créatures) de l’occident.
      L’intervention russe a mis fin à toute cette hypocrisie, mettant en évidence le double jeu.


    • Buzzcocks 29 octobre 2018 15:08

      @pallas
      Je tremble... Sinon, vous avez pensé à vous faire offrir un livre de grammaire de CP pour Noël ? C’est maintenant qu’il faut faire sa lettre au petit papa Noël.


    • Pierre Pierre 29 octobre 2018 19:19

      @Buzzcocks
      « ...quantités de russes qui sont bien contentes de vivre en occident où la vie est quand même plus facile... »
      Désolé de revenir un peu en arrière. Moi aussi, je connais des Russes qui sont contents de vivre en Occident mais j’en connais aussi qui sont retournés en Russie malgré que la vie y est moins facile.
      Vladimir Poutine est encore là pour un peu moins de six ans. Pourra-t-il tenir les promesses de son discours du 1er mars dernier ? Rendez-vous en 2024.


    • samy Levrai samy Levrai 29 octobre 2018 20:07

      @pallas
      C’est beau un lavage de cerveau euro atlantiste, l’amour des autres jusqu’à la detestation de soi…dont tu es victime
      Tu es dans le plus beau pays du monde qui a une Histoire a faire pâlir d’envie les autres nations, réveille toi et libere ton peuple de la mediocrité anglo saxonne !


    • Eric F Eric F 30 octobre 2018 10:13

      @pallas
      "La France est un peuple lâche, faible, sans importances, d’une nullité et perversité sans nom, detesté

      ..."
      c’est vraiment pousser loin la détestation des Français,


  • Aristide Aristide 29 octobre 2018 10:36

    La Russie se relève seulement du chaos des années quatre-vingt-dix ...


    C’est vrai après des décennies d’un soviétisme caractérisé par ses libertés, l’efficacité de son système économique, la prospérité et l’opulence ..

    • Pierre Pierre 29 octobre 2018 11:44

      @Aristide
      « La Russie se relève seulement du chaos des années quatre-vingt-dix ... » qui a été suivi de dix années de capitalisme libéral sauvage qui a mis la population à genoux au point qu’elle n’arrivait même plus à se nourrir. 

      Plus de la moitié des Russes qui ont connu l’époque soviétique la regrette.
      Pour info : l’Ukraine, la pauvre Ukraine, passe par la même étape pour le moment. 

    • Aristide Aristide 29 octobre 2018 12:02

      @Pierre


      Et heureusement Poutine remet de l’ordre dans tout cela, plus de capitalisme libéral sauvage, maintenant c’est un capitalisme libéral humain. 


    • Pierre Pierre 29 octobre 2018 12:35

      @Aristide
      Ne soyez pas ironique. Vladimir Poutine n’est pas dieu le père qui est capable de créer l’univers en six jours. Les choses se mettent en place petit-à-petit sans révolution ni désordre inutile.

      Combien de temps a-t-il fallu à la France pour retrouver l’équilibre après 1789 ?
      La Russie est dans la même situation. Non seulement personne ne l’aide mais en plus, on veut aussi la détruire.

  • leypanou 29 octobre 2018 11:06
    Commençant à bien connaître Vladimir Poutine, je pense qu’il temporisera le plus longtemps possible mais comme l’ours acculé, il n’hésitera pas à réagir avec toute sa force : c’est tellement vrai que quand l’IL-20 a été abattu, il a commencé par dire que cela a été dû par un concours de circonstances pour être très rapidement repris par le Général Shoigu qui a complètement modifié la position de la Russie concernant les S-300 ainsi que le système de défense de la Syrie.

    Pour ceux qui veulent en savoir un peu plus sur la 5ème colonne en Russie, lire ici : cela fait aussi partie des talons d’Achille de Putine, amha, ainsi que ses liens avec des personnes du genre de l’oligarque R Abramovitch qui vient d’être débouté de l’autorisation de résidence en Suisse (il vient d’acquérir une autre nationalité du Moyen Orient).

    • JC_Lavau JC_Lavau 29 octobre 2018 11:14

      @leypanou. En israël précisément.


    • leypanou 29 octobre 2018 11:37

      @JC_Lavau
      j’ai fait exprès de ne pas citer le pays en question pour ne pas rameuter la meute ainsi que les trackers de commentaires.


    • Pierre Pierre 29 octobre 2018 18:14

      @leypanou
      Shoïgu qui transmettait les exigences de l’Etat-Major unanime. La perte de l’IL-20 à cause des précautions morales pour Israël de Vladimir Poutine est mal passée dans l’armée. Il y a des déclarations de militaires qui sont sans ambiguïté.
      On ne se rend pas compte de cela chez nous mais il y a des généraux qui ne demande qu’à en découdre avec les Américains en Syrie et en Ukraine et Vladimir Poutine qui est tant décrié freine des quatre fers. Personnellement, cela me fait plutôt froid dans le dos.
      Merci de ne pas avoir cité Israël. C’est déjà assez difficile comme cela avec math.


  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 29 octobre 2018 12:51
    A l’auteur.

    Bonne analyse.

    Il serait préférable que les commentateurs qui viennent dénigrer la Russie aient au moins l’honnêteté de dire s’ils y ont préalablement voyagé ou vécu, au moins six mois (le temps de se rendre compte), à quel(s) endroit(s), comment, de quelle manière (tourisme, affaires, études, autres), à quelle époque (saisons, années), qui ils y ont rencontré et surtout s’ils ont l’avantage d’une connaissance de la langue susceptible de leur permettre un usage dans la vie quotidienne (voisins, marchés, radio, télévision, spectacles, presse, littérature) , de leur ouvrir beaucoup de portes et d’échanger avec quelques uns des...163 000 000 de locuteurs russes.

    La Russie a vécu des années particulièrement difficiles sinon terribles après la disparition de l’URSS.

    Elle revient de très loin.

    Elle a procédé à un redressement spectaculaire, même si beaucoup reste encore à faire à l’échelle d’un pays gigantesque.

    Elle a su, comme elle l’a fait à plusieurs reprises tout au long d’une histoire difficile, surmonter des difficultés inimaginables avec un courage indiscutable.

    Elle a su recouvrer une stature politique, diplomatique, militaire et géopolitique qui fait d’elle une grande puissance sûre d’elle, consciente de sa fierté et de son honneur retrouvés et en mesure de faire pièce à d’autres excès.

    Capable de tourner à son avantage des sanctions économiques dont la stupidité n’a d’égale que l’inefficacité, elle a su développer d’autres voies dont ses ennemis déclarés et leurs pâles suiveurs ont cru pouvoir la priver.

    Quant aux critiques formulées à l’encontre de son dirigeant que chacun peut critiquer à son aise, il convient de préciser que l’on ne saurait gouverner la Fédération de Russie avec une mentalité de « bisounours » dans la mesure où malgré les apparences, V. Poutine ne fait pas exactement tout ce qu’il veut auquel on peut reprocher beaucoup de choses parmi lesquelles l’amour et le respect de son pays, le souci et la volonté de le sortir de l’opération de destruction programmée que de « bonnes âmes » avaient entrepris de mener, tant il est vrai comme l’écrit un autre contributeur qu’avec encore un peu de cette démocratie à la Washington, et la Russie aurait cessé d’exister.

    Il ne s’agit pas ici d’un panégyrique.Il ne s’agit que de dire ce qui est et que l’on peut constater.

    On pourra se reporter à une approche telle que celle-ci :


    On privilégiera surtout l’écoute des propos de M. S. Lavrov à l’occasion de la lecture du texte récemment publié sur cette tribune et que voici :



    On s’efforcera surtout d’éviter de tomber dans des ornières mentales et des préjugés qui ne donnent qu’une vision erronée et incomplète d’une réalité dont beaucoup d’aspects nous échappent.

    Renaud Bouchard

  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 29 octobre 2018 12:56
    Aux lecteurs.
    Correction effectuée.

    Il serait préférable que les commentateurs qui viennent dénigrer la Russie aient au moins l’honnêteté de dire s’ils y ont préalablement voyagé ou vécu, au moins six mois (le temps de se rendre compte), à quel(s) endroit(s), comment, de quelle manière (tourisme, affaires, études, autres), à quelle époque (saisons, années), qui ils y ont rencontré et surtout s’ils ont l’avantage d’une connaissance de la langue susceptible de leur permettre un usage dans la vie quotidienne (voisins, marchés, radio, télévision, spectacles, presse, littérature) , de leur ouvrir beaucoup de portes et d’échanger avec quelques uns des...163 000 000 de locuteurs russes.

    La Russie a vécu des années particulièrement difficiles sinon terribles après la disparition de l’URSS.

    Elle revient de très loin.

    Elle a procédé à un redressement spectaculaire, même si beaucoup reste encore à faire à l’échelle d’un pays gigantesque.

    Elle a su, comme elle l’a fait à plusieurs reprises tout au long d’une histoire difficile, surmonter des difficultés inimaginables avec un courage indiscutable.

    Elle a su recouvrer une stature politique, diplomatique, militaire et géopolitique qui fait d’elle une grande puissance sûre d’elle, consciente de sa fierté et de son honneur retrouvés et en mesure de faire pièce à d’autres excès.

    Capable de tourner à son avantage des sanctions économiques dont la stupidité n’a d’égale que l’inefficacité, elle a su développer d’autres voies dont ses ennemis déclarés et leurs pâles suiveurs ont cru pouvoir la priver.

    Quant aux critiques formulées à l’encontre de son dirigeant que chacun peut critiquer à son aise, il convient de préciser que l’on ne saurait gouverner la Fédération de Russie avec une mentalité de « bisounours ».

    Même s’il dirige son pays d’une main de fer, il se trouve que malgré les apparences, V. Poutine ne fait pas exactement tout ce qu’il veut.

    On peut lui reprocher à juste titre beaucoup de choses, mais on ne pourra valablement lui reprocher l’amour et le respect de son pays, le souci et la volonté de le sortir de l’opération de destruction programmée que de « bonnes âmes » avaient entrepris de mener, tant il est vrai comme l’écrit un autre contributeur qu’avec encore un peu de cette démocratie à la Washington, et la Russie aurait cessé d’exister.

    Il ne s’agit pas ici d’un panégyrique.

    Il ne s’agit que de dire ce qui est et que l’on peut constater.

    On pourra se reporter à une approche telle que celle-ci :


    On privilégiera surtout l’écoute des propos de M. S. Lavrov à l’occasion de la lecture du texte récemment publié sur cette tribune et que voici :



    On s’efforcera surtout d’éviter de tomber dans des ornières mentales et des préjugés qui ne donnent qu’une vision erronée et incomplète d’une réalité dont beaucoup d’aspects nous échappent.

    Renaud Bouchard

    • Abou Antoun Abou Antoun 29 octobre 2018 13:58
      @Renaud Bouchard
      Bonjour,
      Il serait préférable que les commentateurs qui viennent dénigrer la Russie aient au moins l’honnêteté de dire s’ils y ont préalablement voyagé ou vécu,
      Oui, en effet.
      J’approuve l’article et la totalité de votre intervention.
      L’opposition à Poutine se situe, paradoxalement, dans la frange la plus favorisée de la population, je veux dire les ’Yuppies’ de S-P et de Moscou. Une génération jeune, instruite, entreprenante, reniant souvent le passé ’soviétique’ de la Russie.
      Cependant, la plupart de ces opposants potentiels reconnaissent que dans la situation actuelle il n’y a guère d’alternative à Vladimir Poutine.
      De plus la politique occidentale, russophobe et poutinophobe conforte le pouvoir de Vladimir Vladimirovitch dans son pays.
      Plus il y aura de ’sanctions’ (crétines) et plus il sera populaire.

    • aimable 29 octobre 2018 14:50

      @Renaud Bouchard
      ils sont rare les journalistes qui de retour d’un pays ( certainement pour faire le buzz ) , en fassent l’éloge .
      Par contre je me souviens d’un reportage sous forme de documentaire d’un Mr de retour du Japon qui concluait , en disant que nous avions beaucoup , beaucoup plus de choses en commun que ce qui pourrait nous séparer et sont documentaire le confirmait .


    • Pierre Pierre 29 octobre 2018 18:31

      @Renaud Bouchard
      Merci pour votre intervention pleine de bon sens ainsi que pour les liens.
      En plus d’ignorer ce qu’est la situation en Russie, je trouve déplorable que ces mêmes commentateurs sont incapables de se mettre à la place des Russes et d’essayer de comprendre comment eux, ils réagiraient.
      Les dégâts causés par 30 ans de russia bashing ne seront pas faciles à effacer. 


    • Pierre Pierre 29 octobre 2018 18:59

      @aimable
      Vous soulevez le problème de l’objectivité des médias et j’en profite pour faire une observation que je crois pertinente.
      Des dizaines de milliers de Français se sont rendus en Russie pour la récente Coupe du Monde de Foot et ont pu librement circuler dans le pays. 
      La Russie étant un pays peu connu en France, c’était l’occasion d’interviewer les supporters français pour avoir leurs avis sur l’organisation de l’événement, sur la liberté de circulation, sur l’état des villes (propres, sales, clean, taguées ou pas), sur les magasins et les produits qu’on y trouve ou pas, sur les habitants etc.
      On n’a rien vu de cela et à mon avis, les médias ne voulaient pas que les supporters revenant de Russie donnent une image positive du pays. Cela contredirait les mantras qu’ils débitent à longueur d’année et cela produit des commentateurs du type de math.


    • Eric F Eric F 30 octobre 2018 10:21

      @Abou Antoun
      je vous rejoints sur le fait que les « sanctions » sont une crétinerie sans nom, la France se replie de plus en plus dans le giron occidental, alors qu’elle a eu naguère des rapports multilatéraux fructueux tant au niveau politique et diplomatique, qu’économique.


  • blablablietblabla blablablietblabla 29 octobre 2018 13:22

    Bonjour pierre , très bon article comme d’habitude . ça va ya pas trop de trolls mise à part Math qui est visiblement une pauvre victime des médias. Je vois souvent les mêmes trolls sur Spoutnik du coup je ne répond plus à leur posts, c’est des trolls bête.


  • gaijin gaijin 29 octobre 2018 13:27
    poutine est un affreux c’est certain
    mais contrairement a qui ?
    y en a qui voudraient mettre en place un plan de refondation de la russie similaire a celui du moyen orient ? ( avec les résultats que l’on sait .....)
    et oui sans doute il y en a( les mêmes ) ...raison pour laquelle il faut soutenir poutine ....
    sans oublier que c’est un affreux ......

  • Abou Antoun Abou Antoun 29 octobre 2018 13:47
    Bonjour Pierre,
    Pour comprendre quelque chose à la politique, il faut avant tout connaître l’histoire. L’histoire étant la fille de la géographie il faut également connaître cette dernière.
    Ce que j’apprécie particulièrement dans vos articles c’est qu’ils commencent par des rappels historiques INDISCUTABLES.
    Vous avez parfaitement compris le personnage Poutine à la lumière de son histoire personnelle et de l’histoire de son pays.
    Le délire poutinophobe occidental est tout simplement crétin. une Russie stable et forte est un gage de paix pour l’Europe.
    Grace à Poutine la Russie retrouve sa place dans le concert des nations.
    Il y a un paradoxe. Si Poutine est impopulaire dans les classes dirigeantes d’Europe de l’Ouest et dans les médias qui sont à leur service, il est populaire auprès des populations européennes qui, pour la plupart, regrettent de n’avoir un leader de sa trempe.



    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 29 octobre 2018 13:58

      @Abou Antoun

      Salut. Oui , il n’y a pas d’histoire sans géographie ... Ça caille a St O ...lol


    • Abou Antoun Abou Antoun 29 octobre 2018 14:01

      @Aita Pea Pea
      Soleil radieux sur le Boulonnais, aujourd’hui, l’ami. Cette année la Côte d’Opale c’est carrément la ’Costa del Sol’.


    • Pierre Pierre 29 octobre 2018 19:44

      @Abou Antoun
      Merci pour votre commentaire.
      J’essaie et ce n’est pas toujours facile de me mettre à la place de celui qui est victime d’un bashing. Je me dit : comment aurais-je réagi si j’avais été à sa place dans le même contexte. 
      Cela permet de comprendre pourquoi les Russes ont élu Poutine, les Hongrois Orban, les Américains Trump, les Turcs Erdogan etc.
      Cela ne signifie pas que je prends ces leaders politiques pour modèle ou que je voudrais les voir appliquer la même politique chez moi mais quand des Poutine, des Orban ou des Erdogan son élus et ensuite réélus, je cherche à comprendre les raisons sans à priori idéologique.


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 29 octobre 2018 14:53

    « Sommet » Turquie Russie France Allemagne sur la Syrie :

    Que feront les poutiniens lorsque leur ami demandera à l’europe de payer le maintien de Bachar el Assad en Syrie ?

    Quand il s’agit de payer, je constate qu’on aime bien « la communauté internationale » : privatisation des gains, mutualisation des pertes (soutenir Fidel Castro à Cuba a été la ruine de l’URSS, Poutine a bien compris)

    Les poutiniens iront-ils jusqu’à accepter d’être des traîtres à leur pays jusqu’au bout en validant le chantage de celui qui n’a pas perdu ?

    affaire à suivre smiley


    • Oceane 29 octobre 2018 16:56

      @Olivier Perriet

      La France aime avoir son mot à dire dans tout et n’importe quoi. J’espère que les Syriens n’auront pas la mémoire courte.

      Pour l’Allemagne, je ne sais pas.


    • Pierre Pierre 29 octobre 2018 17:59

      @Olivier Perriet
      C’est passer du coq à l’âne mais soit, je réponds quand-même.
      La reconstruction de la Syrie sera un business rentable et vous le savez très bien.
      La Syrie est solvable. Vous n’ignorez quand-même pas que la livre syrienne ne s’est pas effondrée malgré la tourmente.
      Les Syriens sont des gens éduqués qui sortent d’écoles laïques comme en France.
      Ils sont capables de reconstruire le pays et de le gérer. 
      Que demande-t-on aux Européens ? Vendre des équipements pour reconstruire les réseaux électriques, la distribution d’eau, les ports, les aéroports, les hôpitaux etc. et d’avancer l’argent pour cela.
      Éventuellement investir dans les réseaux de téléphonie, le secteur de l’énergie etc. avec des retours sur investissements lors de l’exploitation des réseaux.
      Les entreprises européennes vendront et l’argent prêté sera remboursé quand l’économie redémarrera.
      Si les Européens ne participent pas à la reconstruction, ce seront les Asiatiques qui prendront leur place.
      L’avantage d’avoir des Européens, c’est qu’ils n’auront pas intérêt à détruire ce qu’ils auront construit sous peine de perdre l’argent prêté. Ils auront même intérêt à ce que le business reprenne comme avant en Syrie.
      Les Russes se chargent de l’exploitation du pétrole et du gaz ainsi que de l’armement de l’armée syrienne.
      Les Russe et les Syriens ne sont pas des idiots, ils savent ce qu’ils font.


    • Jelena Jelena 29 octobre 2018 19:22

      @Pierre >> Que demande-t-on aux Européens ? (...) et d’avancer l’argent pour cela.

      Tout comme pour la Serbie, je doute que la Syrie s’adresse aux banques de l’Ouest... Ce sera plutôt Russie, voir Chine.


    • Pierre Pierre 30 octobre 2018 04:55

      @Jelena
      L’Europe est en déclin mais elle a encore un savoir-faire, surtout l’Allemagne mais la France et l’Italie ne sont pas en restes.
      Vous n’imaginez quand-même pas que la Russie ou la Chine vont avancer des fonds pour que la Syrie achète des équipements européens ?
      Si les Européens veulent mettre un pied en Syrie, ils devront avancer des fonds sinon bonjour la Chine, la Corée, le Japon etc. 
      Apparemment, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne sont exclus du jeu.
      De plus, une Syrie en reconstruction permettra le retour des réfugiés, surtout ceux qui se trouvent aux frontières et qui sont à charge de l’ONU et donc indirectement des Occidentaux.
      Sans compter les milliards d’euros que Erdogan reçoit pour garder les vannes de l’immigration vers l’Europe bien fermées.
      Il reste le problème de la fixation de la France et de quelques autres pays contre la personne de Bachar al Assad. A mon avis, si on peut composer avec les régimes saoudien, qatari, émirati et la moitié des régimes africains, il ne devrait pas y avoir un problème insoluble avec la Syrie.
      Vu sa situation économique, la France doit cesser de faire de l’éthique de façade en Syrie et se diriger vers plus de réalisme. 


    • Jelena Jelena 30 octobre 2018 09:04

      @Pierre : Ce que je peux vous dire, c’est que suite aux bombardements des USA-FR-UK, la Serbie s’était adressée aux banques russes (d’ailleurs l’emprunt n’est pas encore tout à fait remboursé...).

      Concernant la réunion à propos de la Syrie, si les franco-allemands font preuve d’autant de constance que pour les accords de Minsk... C’est une réunion qui ne servira à pas grand chose.

      >> Sans compter les milliards d’euros que Erdogan reçoit pour garder (...)

      Les turcs vous diront que Bruxelles ne donne que des miettes à la Turquie. Qui dit vrai, qui dit faux, je ne sais pas, mais je doute que ce soit « des milliards ».


    • Eric F Eric F 30 octobre 2018 10:25

      @Pierre
      « Vu sa situation économique, la France doit cesser de faire de l’éthique de façade en Syrie et se diriger vers plus de réalisme »
      surtout que l’éthique de façade est sélective, comme on le voit avec les affaires saoudiennes.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 30 octobre 2018 13:08

      @Pierre

      Poutine sait très bien que ce qui a perdu l’URSS (entre autres) c’était de soutenir des mouvements « communistes » partout dans le monde, de porter Cuba à bouts de bras, d’investir à perte dans des tas de trucs tiers mondistes...

      La 2e décision d’Eltsine, après avoir retiré la Russie de l’URSS, c’était de confirmer que la Russie ne se substituerait pas à l’URSS pour l’aide aux « pays frères » (dont la Syrie)

      Si c’était tellement rentable, ce serait la Russie qui le ferait seule.
      C’est normal : on ne demande pas à ses ennemis d’avancer de l’argent,
      si ce n’est pour les faire payer, comme lorsque l’Allemagne devait des « réparations » en 1918.

      Donc pour lui, c’est les Européens qui doivent payer pour la stabilité du pouvoir d’Assad, comme si on était responsables à 100% de ce qui s’est passé et qu’on soit la partie « perdante ».
      Sauf qu’on n’a rien « perdu », en réalité : on n’a pas perdu perdu l’amitié d’un régime syrien qui n’a jamais été notre ami.

      La « solution » proposée est basée sur des mensonges (comme d’habitude)


    • Pierre Pierre 30 octobre 2018 14:30

      @Olivier Perriet
      Je suis d’accord avec la première partie de votre intervention quoique Eltsine qui était intelligent avant sa déchéance éthylique aurait voulu garder de très proches relations avec l’Ukraine et la Biélorussie.
      Pour la suite, je crois que vous n’avez pas compris ce que je voulais dire.
      D’abord, la Russie ne va pas avancer des fonds à la Syrie pour qu’elle achète des équipements européens. Si la Russie avance des fonds, ce sera pour qu’elle vende ses propres produits, en l’occurrence des armes, de l’équipement pour le secteur des hydrocarbures, son savoir faire dans le secteur agricole (tracteurs, camions etc) et quelques autres produits industriels comme les chemins de fer par exemple.
      Ce serait surprenant qu’Israël tolère une centrale nucléaire mais on ne sait jamais.
      Il y a des domaine de compétences où la Russie n’excelle pas et qui sont ouverts à l’investissement.
      Un exemple. Veolia et Suez sont des leaders mondiaux du traitement des eaux.
      Il y a tout le rééquipement de la Syrie à effectuer. Des fonds européens peuvent être avancés pour permettre à ces entreprise de construire des équipements en Syrie et d’exploiter des réseaux. Ce ne sont ni les Russe ni les chinois qui vont avancer des fonds pour cela. Si les Français ne s’engagent pas, ce seront d’autres européens. ou des asiatiques qui viendront.  Ou l’investissement ne se fera pas et la Syrie bricolera un réseau de sa propre invention.
      Les fonds avancés seront remboursés par des retours sur investissement et à la rigueur avec les bénéfices sur la vente du pétrole et du gaz

      Où voyez-vous un mensonge ? Ce sont des pratiques commerciales courantes. 
      Il ne faut juste pas espérer que la France puisse avoir une quelconque influence politique en Syrie à l’avenir. Elle doit dire merci à Hollande et à Fabius pour cela.


  • pallas 29 octobre 2018 15:06

    Renaud Bouchard

    Bonjour,

    La France part en guerre civil multi ethnique et religieuse, banni du Concert des Nations, meme sur fdesouche ils s’interrogent.

    Les gens veulent un sauveur providentiel, des inepties, personne d’intelligent ne voudrait pareil destiné.

    Si poutine est au pouvoir, c’est que l’intelligence de son elite est au meme niveau.

    Je ne suis pas certains qu’un type sortant de Science Po connaisse : OSCE, OTSC, OCS, CPS.

    Nos médias s’abreuvent de football, Monsieur Bourdin est un parfait illustrateur, un médiocre, un bon commercial et mauvais journaliste, sa place est d’etre vendeur d’électroménager.

    La France est morte pour le reste des nations, saviez vous que le Rafale, sa technologie est américaine ?, le choix des Belges pour le F 35 est cohérent.

    J’aurai du naitre en Russie, Estonie, Lituanie, rahhhh, qu’est je fais pour vivre dans ce pays de nazes et pédophiles qu’est la France.

     smiley

    Salut


    • Cadoudal Cadoudal 29 octobre 2018 15:17

      @pallas
      Si c’est un fake c’est dommage. Là on a l’occasion de nettoyer nos favelas pour de bon. Loi martiale, couvre-feu, tir à vue, pour les prisonniers 20 ans en forteresse militaire etc

      http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/10/29/01016-20181029ARTFIG00081-essonne-appel-a-la-purge-contre-les-policiers-le-ministre-de-l-interieur-saisi.php


    • Cadoudal Cadoudal 29 octobre 2018 15:50

      @Cadoudal
      C’est lui qui a lancé la rumeur de la purge contre la police, il dit désormais que c’est une blague

      https://twitter.com/FrDesouche/status/1056914417915478016?ref_src=twsrc%5Etfw

      Moi j’ai une ou deux questions pour ce jeune homme au dialecte qui fait saigner mes oreilles. Pense t il éventuellement s’autopurger ? Pense t il monter un one Man show pour faire encore plus de bonnes blagues ? A t il quelque chose contre l’avion ?


    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 29 octobre 2018 17:15

      @Cadoudal

      Bonjour.

      "Si c’est un fake, écrivez-vous, c’est dommage. Là on a l’occasion de nettoyer nos favelas pour de bon. Loi martiale, couvre-feu, tir à vue, pour les prisonniers 20 ans en forteresse militaire etc.« 

      Il ne s’agit pas d’une »nouvelle fallacieuse", ni d’une rumeur, mais bien d’un appel direct à effectuer une...purge.

      Après ceux qui veulent crucifier les laïcards, ceux qui veulent égorger les bébés dans les crèche et pendre leurs parents blancs, voilà désormais ceux qui en appellent à la PURGE

      des forces de l’ordre.« Cash ! », comme dirait l’autre.

      Le programme et ses modalités de mise en œuvre sont très clairs.

      Décidément la fièvre monte à El Paso comme dans les cerveaux malades de tous ces jeunes gens.

      L’auteur de cet appel, une minable petite racaille (magie de la précision du vocabulaire ! Mais le lecteur pourra aussi parler de canaille) dont nous voyons la bobine de petit poltron, est en train de réaliser qu’il a joyeusement piétiné les règles relatives à la paix civile en appelant à l’émeute, au pillage et au crime, a tout simplement la trouille.

      Il suffit de le voir dans ses œuvres :

      https://twitter.com/FrDesouche/status/1056914417915478016?ref_src=twsrc%5Etfw

      Il s’évertue à persuader son public qu’il s’agit naturellement d’une « blague de ’ouf », d’une preuve d’humour, une simple « story » que ses destinataires ne seraient pas en mesure de comprendre.

      Il a amplement raison d’avoir peur.

      Ses congénères, dont on connaît le courage légendaire, sont déjà très probablement en train de se désolidariser de lui.

      Nul doute que les réseaux sociaux doivent encore être largement utilisés pour commenter les propos de ce minus habens qui devrait désormais, dans un État normal, être immédiatement arrêté, comparaître devant un tribunal sur citation directe pour y répondre à tout le moins de ce que le Législateur et le Code pénal, dans leur sagesse, rangent dans la catégorie de provocation aux crimes et délits avec circonstances aggravantes lorsque ces infractions sont dirigées contre les forces de l’ordre, jugé et condamné.

      Il devient urgent, effectivement, d’effectuer une purge et de débarrasser la France de tous les cancrelats de cet acabit.

      Renaud Bouchard



    • Pierre Pierre 30 octobre 2018 05:46

      @Cadoudal
      On est hors sujet par rapport à l’article mais je réponds quand-même parce que ce que vous dites est grave.
      Loi martiale, tirer à vue etc. La police française n’est pas la Gestapo et elle n’est pas formée pour la guérilla urbaine à part quelques unités spéciales.
      Faire intervenir l’armée, c’est entrouvrir la porte à la guerre civile voir même au putch si cela tourne mal.
      On dit souvent qu’il faut autant de temps pour reconstruire qu’il en a fallu pour détruire. La situation dans certaines banlieues en France est beaucoup plus grave que ce que les médias distillent. Il ne sert à rien de tergiverser et d’espérer que les problèmes vont se régler plus tard. Le drame, c’est qu’il y a une omerta sur le sujet des principaux médias de peur de faire le jeu du RN.  En attendant, la tache d’huile s’agrandit. 
      A mon avis, ce devrait être le problème numéro un à régler en France et tant pis si le FN avait vu juste il y a 20 ans.
      Voyez ce que Rudy Giuliani a fait à New York sans loi martiale et sans tirer à vue. 
      A contrario, voyez aussi comment le Royaume-Uni s’était empêtré dans une guerre civile en Irlande du Nord pour finalement en sortir avec des négociations.


  • pallas 29 octobre 2018 15:50

    Buzzcocks

    Monsieur,

    Un simple conseil, vos provocations ne peuvent pas m’atteindre.

    Allez, le temps de la politique est fini pour vous, l’heure n’est plus aux civilités d’apparat.

    Un séjour à Grigny ou dans le Nord de Melun vous ferai le plus grand bien.

    Oui !!!!!!, voila une idée, envoyé tous les gens de votre espece dans ces lieux qu’ils ont eux meme crée.

    Ne me decevez pas, car c’est une notion qui va faire son chemin, maintenant.

     smiley

    Je suis créatif.

    Salut


  • alinea alinea 29 octobre 2018 16:47

    Pierre ; ni cœur ni pique, mais Trèfle et Carreau !

    Vous trouverez bien ce que cela signifie !

    merci,une fois de plus, pour votre article Pierre.


    • Pierre Pierre 30 octobre 2018 09:33

      @alinea
      Bonjour, Je n’ai pas trouvé d’illustration pour Poutine roi de carreau ou de trèfle alors je me suis abstenu de le comparer à ces rois.
      Non, je plaisante évidemment. Je pense que la plupart des avis sur le président Poutine sont très tranchés. On est pour ou on est contre. Les avis nuancés sont rares. 


    • alinea alinea 30 octobre 2018 18:53

      @Pierre
      Je peux dire pourquoi je ne suis pas nuancée : la situation internationale que nous vivons est brutale, violente et n’incite pas à l’expression des détails.
      Poutine, tout comme Assad d’ailleurs, n’a pas cherché le pouvoir mais y a été posé ; il a assumé ce devoir avec beaucoup de droiture et a réussi ; ceci n’étant pas une opinion mais un constat, les critiques qui lui sont faites n’en sont jamais, juste des calomnies.
      Il est notable que cette manière de nos politiques et nos médias, soient les mêmes pour Assad, et à l’intérieur, pour Mélenchon.
      Personnellement je me méfie des modérés par gros temps, mais je rejette fortement tout mensonge.
      sinon :
      "

      En cartomancie, le roi de carreau met en avant l’influence des personnes aisées dans la société.

      En représentant un homme d’âge mûr, le roi de carreau présente un homme respecté qui pourrait user de son pouvoir pour améliorer de manière significative le quotidien du consultant.« 

      ou

       »

      Description de la carte : Roi de trèfle

      Dans la cartomancie, le roi de trèfle présente un homme d’âge mûr présentant un statut respectable. Contrairement au roi de pique, celui-ci semble bien intentionné et disposé à apporter tout son soutien au consultant afin de lui permettre d’atteindre ses objectifs.

      Figure patriarcale de la couleur trèfle, le roi de trèfle est un personnage vertueux qui cherche à apporter réconfort et bien-être à son entourage."

      C’est très succinct mais ça donne une idée !!

       smiley

      Jadis il y avait respect entre belligérants ; aujourd’hui, et ils sont nombreux ceux qui trouvent cela épatant, il faut médire de l’autre, mais pas en disant des vérités mais en la truquant, en mentant. Cela fait partie de choses qui ne me rendent pas nuancée !!


    • Pierre Pierre 31 octobre 2018 07:25

      @alinea
      Là, vous m’avez bluffé. Je n’avais pas du tout pensé à la cartomancie ! 
      Que voulez-vous, chacun a ses lacunes.
      J’étais parti sur une autre piste : les noms attribués aux rois des jeux de cartes.
      César (tsar ?) pour le roi de carreau.
      Alexandre pour le roi de trèfle.
      Deux conquérants ! Ce ne pouvait être ce que vous vouliez me faire entendre vu le sens général de votre commentaire.
      En revanche les deux autres rois correspondent mieux.
      David pour le roi de pique. Le jeune berger qui vainc Goliath avant de devenir roi d’Israël et ensuite être proclamé messie.

      Charlemagne (qui s’est proclamé David !) pour le roi de cœur. Le réformateur de l’empire et le défenseur de l’Eglise.
      Vous avez raison de dire qu’on ne peut pas être nuancé à l’époque actuelle. Le système capitaliste globalisé joue sa survie pour le moment et il recule sur tous les fronts face à la montée des sentiments patriotiques et au retour des valeurs traditionnelles dans son propre camps également. 
      L’agressivité et les provocations viennent du camps occidental et certains pays dont la Russie ont décidé de ne plus reculer d’un pouce. 
      Si la Russie n’était pas une superpuissance nucléaire et si elle ne disposait pas d’une armée rééquipée d’un armement moderne, je suis persuadé qu’elle aurait déjà subi un assaut des forces de l’OTAN ou de quelques pays coalisés depuis longtemps. La guerre a toujours été un moyen pour le capitalisme de sortir de la crise. 
      Si la guerre réelle n’est normalement pas envisageable, la guerre économique, elle risque de battre son plein. 
      « ...mais comme l’ours acculé, il n’hésitera pas à réagir avec toute sa force s’il n’a pas d’autre issue. »  C’est ainsi que je termine l’article. 
      Si la Russie était économiquement étranglée (un ministre américain évoque un blocus maritime) (lien), je crains qu’elle frapperait un grand coup décisif en premier mais j’espère me tromper.
      Un auteur se doit d’être objectif et de nuancer ses propos. J’ai essayé de trouver des points négatifs chez le président russe et je n’ai rien trouvé de concret. 
      Des rumeurs, des invectives, des fakes grossiers, des insinuations... il y en a à profusion.  
      Des adversaires acharnés aussi : Theresa May, Boris Johnson, feu John McCaine, Lindsey Graham, tous les médias mainstream occidentaux...
      Tout cet aréopage avec le plus impressionnant système de renseignement de tous les temps n’arrive pas à trouver le talon d’Achille de Vladimir Poutine. 


    • JL JL 31 octobre 2018 08:35

      @Pierre
       bonjour,
       
       vous écrivez à propos de Poutine : ’’Des adversaires acharnés aussi : Theresa May, Boris Johnson, feu John McCaine, Lindsey Graham, tous les médias mainstream occidentaux...

      ’’
       
       Quid de Macron ? Que pensez-vous de sa « grosse fatigue » du moment ? Pourrait-on y voir une relation de cause à effet ? Il me semble que la tension internationale est actuellement beaucoup plus préoccupante que ce qu’en disent les médias. Est-ce que je me trompe ?


    • Pierre Pierre 31 octobre 2018 09:55

      @JL
      Vous avez certainement raison pour la tension internationale. 
      Quelques infos qui vont dans ce sens : Les States veulent augmenter la pression sur la Russie en ajoutant de nouvelles sanctions tous les mois jusqu’à ce que la Russie renonce à la Crimée, le Parlement européen (qui n’a aucun pouvoir sérieux) demande de nouvelles sanctions si la situation en mer d’Azov se détériore, les Etats-Unis réactivent l’Etat islamique et laissent tomber les FDS pour plaire à la Turquie, les manœuvres en Norvège, la guerre de l’espace qui se met en place, Merkel (qui sent que ça pue) qui se retire...
      Et je ne parle même pas de la nouvelle crise des euromissiles pour bientôt.
      C’est vraiment inquiétant !
      Macron ? Non, il n’a des compétences qu’en économie libérale. Il présente bien et parle joliment pour ne rien dire. 
      Sa « grosse fatigue », c’est ce qu’il peut lui arriver de mieux en attendant qu’on oublie la Fête de la musique et Saint-Martin.
      Il a rencontré Poutine à de multiples reprises et ils se sont souvent téléphonés aussi. Pour moi, ce n’est pas un adversaire acharné de Poutine. 
      Il était à Istanbul pour que Merkel ne soit pas seule face à Erdogan et à Poutine. 
      Le jour où la Syrie se reconstruira, s’il est habile, la France récoltera peut-être quelques miettes.


    • JL JL 31 octobre 2018 11:42

      @Pierre
       
      merci pour vos réponses.


  • Buzzcocks 29 octobre 2018 20:37

    C’est marrant, dans toutes les démocraties, les présidents sont balayés et ne font qu’un mandat. Merkel tient mais elle doit changer de coalition à chaque élection ou presque. On vient de le voir au Brésil où le peuple ne supportait plus la corruption.

    En Russie, vous passez devant un commissariat de police, tous les flics roulent en allemande alors que le reste de la population a de vieux tacots moisis par le gel, le sel. Et tout le monde a compris pourquoi un flic avec un salaire minable peut se payer une allemande. Donc au Brésil, ils en ont marre de la corruption mais pas en Russie.

    Bref, y a de l’alternance partout.... sauf en Russie où économiquement, on ne peut pas dire que ce soit génial (hyper inflation). Sur ce forum, tous les vieux gueulent parce que Macron ne révalorise pas leurs retraites, en Russie, il les baisse (et c’était déjà pas lourd).

    Et avec ça, les russes réélisent le même type en boucle... C’est un pays vraiment formidable.


    • pallas 29 octobre 2018 20:42

      @Buzzcocks

      C’est votre femme qui vous l’a dit ?.

      Bonne nuit


    • Buzzcocks 29 octobre 2018 21:02

      @pallas
      Je suis allé en Russie surement plus souvent que vous.


    • Oceane 30 octobre 2018 20:06

      @Buzzcocks

      Alternance/Alternative.

      Alternance, on reste dans le même système, mais on change périodiquement ses servants. Résultat, on a le retour de flammes : les flux de migrants qui s’invitent dorénavant chez leurs pilleurs.

      Alternative, on essaie autre chose que de vivre comme une sangsue sur le dos d’autres peuples.

      Si les Russes estiment que leur président défend leur pays contre la « démocratie au bazooka » - Côte d’Ivoire, Afghanistan, Irak, Soudan, Somalie, Libye, Syrie Yémen -, il est normal qu’ils lui accordent toujours leur confiance. La Russie est un pays souverain et ne prend pas ses ordres à Bruxelles ou Washington. C’est cela qui t’embête ?


    • Oceane 30 octobre 2018 23:47

      @Buzzcocks

      On ne verra pas ce genre de « dictature » en « démocratie ». Raison pour laquelle il y a alternance et non alternative dans les « democraties » occidentales.

      https://youtu.be/nJZYdiWkC7A


    • roman_garev 31 octobre 2018 15:36

      @Buzzcocks
      « En Russie, vous passez devant un commissariat de police, tous les flics roulent en allemande alors que le reste de la population a de vieux tacots moisis par le gel, le sel. »

      « ...sauf en Russie où économiquement, on ne peut pas dire que ce soit génial (hyper inflation). »
      Vous parlez de la Russie de quelle année exactement ? À mon avis, pas plus tard que du 2003. Parce que maintenant « le reste de la population » roule parfois en Maibach, Hummer ou Porshe, sauf des immigrés venus du Tadjikistan qui roulent en vieilles Ladas achetées pour deux sous. Et la « hyper inflation » en 2017 a atteint... 3,7%.


    • Pierre Pierre 31 octobre 2018 15:54

      @roman_garev
      Moi, j’adore les comparaisons. Je connais des chômeur qui roulent en BMW et je connais des assistés sociaux qui gagnent plus que moi.


    • roman_garev 31 octobre 2018 16:01

      @Pierre
      Bonjour.
      Et je peux parier que ce BMW ne date pas plus tôt que 2013 et n’est ni BMW-1 ni BMW-3, mais, le plus probablement, BMW X5.
      Buzzcoks nous livre son image de la Russie où Poutine vient de prendre le pouvoir...


    • Pierre Pierre 31 octobre 2018 16:08

      @roman_garev
      Bonjour roman,
      Je me suis mal exprimé. C’est en 2018 et en France , pas en Russie.


    • roman_garev 31 octobre 2018 16:19

      @Pierre
      Ah bon. En Russie on vole chez les chômeurs (sic !) des Porshe Panamera ou des Mercedes Gelandewagen... parfois tout simplement 50 millions roubles (env. 670 000 Euros).


    • Pierre Pierre 31 octobre 2018 16:20

      @roman_garev
      Une remarque qui n’est pas dans le droit fil de la discussion avec Buzzcocks.
      Savez-vous d’où vient la carte qui illustre l’article ?
      Réponse : de Wikipédia.
      Ne voyez-vous rien d’inhabituel ?
      Réponse : ils ont placé la Crimée et Sébastopol dans la Fédération de Russie.
      Je crois que si cela tombe sous les yeux de certains ukronazis, ils vont s’étrangler de rage.  smiley


    • foufouille foufouille 31 octobre 2018 16:35

      @Pierre
      il existe un tas de versions de BMW, une 320i de 93 vaut moins de 1000€. une de 98, le double. tu ne vas vendre ta voiture au chomedu, ce serait plus difficile de chercher du boulot.
      tu as moins que le RSA ?


    • roman_garev 31 octobre 2018 16:50

      @Pierre
      Ils n’avaient plus rien à faire, car c’est un article qui parle des choses du point de vue de la Russie. La carte est russe, traduite en français.
      Peut-être dans un article parlant de l’Ukraine la Crimée reste ukrainienne. Pas d’intérêt de vérifier cela...
      Tout au plus, ils auraient pu noter que ces deux sujets sont contestés par l’Ukraine (comme cela a lieu dans les articles pareils).
      Mais ils semblent avoir oublié le faire. Chacun est libre d’ajouter telle note. Mais la carte restera telle quelle.
      Et je pense savoir qui sont ces « ils ». Enfin, l’un d’eux smiley


  • lloreen 29 octobre 2018 21:14

    Il ne me semble pas-mais je peux me tromper que monsieur Poutine rende l’empoisonnement des enfants obligatoire dès leur naissance. Seul un psychopathe de la trempe du locataire de l’Elysée a réussi ce tour de force à l’échelle d’un territoire autrefois baptisé « le pays des Lumières ». L’eau ayant coulé sous les ponts de Paris depuis, ce territoire ressemble davantage actuellement au pays des ténèbres.

    Le grand démocrate qui sert de président à ce pays n’hésite d’ailleurs pas non plus à y étouffer toute voix contredisant la parole du saint évangile des multinationales, la preuve figurant en lien.

    En effet, les témoignages appelant à la vigilance des citoyens face à l’offensive du cartel pharmaceutique sont régulièrement censurés et disparaissent de la toile.

    L’exemple de la vidéo vaXXed, censurée pour « atteinte à la confidentialité »...-traduire : atteinte à l’obligation de se laisser empoisonner avec la bénédiction des vendus ministériels est le plus parlant de l’ambiance totalitariste qui embrume la France depuis 2017, date à laquelle une clique plus apparentée à un syndicat international du crime (bancaire) organisé qu’à une représentation démocratique a volé les élections et installé un employé des Rothschild dans le fauteuil présidentiel.

    Censuré sur youtube, le documentaire est disponible sur viméo.

    https://vimeo.com/203540788

    Si la vidéo disparaît, elle est sauvegardée en lien.

    https://www.dropbox.com/s/w30t093mxq0r4ki/VAXXED%20-%20De%20la%20dissimulation%20%C3%A0%20la%20catastrophe.mp4?dl=0


    • Pierre Pierre 30 octobre 2018 06:33

      @lloreen
      Intéressant ! C’est une longue vidéo avant d"arriver à la conclusion. Cela demande quand-même des recoupements parce que j’en ai vu beaucoup des vidéos de ce type qui ont fait pschitt. Je pense notamment à des vidéos sur la maladie de Creutzfeldt-Jacob (vache folle) qui allait faire de nous des légumes en 20 ans mais il y en a beaucoup d’autres.
      Le lobby des produits pharmaceutiques est je crois le plus puissant et le plus actif à Bruxelles et il n’hésite pas à lancer des études douteuses pour écouler ses vaccins. Cela, c’est une certitude prouvée.
      C’est tout le problème du libéralisme. Les Etats, par manque de moyens financiers, renoncent aux contrôles sanitaires et confient ces tâches au secteur privé qui n’a pas de responsabilité politique.
      Cela me rappelle la brochette d’incompétents français qui avaient autorisé l’utilisation de sang contaminé au VIH parce que des études privées avaient conclu que c’était inoffensif.


    • lloreen 30 octobre 2018 11:07

      @Pierre

      Ce qui me semble très intéressant -pour une énième fois, malheureusement- à relever dans cette vidéo censurée par youtube et disparaissant de temps à autre de certains blogs et ce fil rouge, traçable depuis très longtemps -à notre échelle de temps-, au moins depuis la création de la FED (1913).

      Ce fil rouge est la rage absolument constante dès cet instant infâme de l’histoire d’éradiquer l’humanité. La première étape fut la boucherie indescriptible de la première guerre mondiale de tous les jeunes hommes tombés sur le champ de et la contribution forcée des femmes à l’économie de guerre d’abord, puis de l’économie ensuite. Ce fut l’épisode, tragique, de la fameuse « libération de la femme », qui comme tout le monde ne le sait sans doute pas encore, fut à l’initiative du « bienfaiteur de l’humanité » Rockefeller, par l’intermédiaire de l’une de ses- innombrables- fondations.
      https://www.youtube.com/watch?v=f1I6vZ3OCk0

      Il y eut l’épisode non moins tragique de la crise de 1929 qui permit aux mêmes criminels contre l’humanité de lancer l’épisode suivant:le déclenchement de la seconde guerre mondiale consistant à l’invasion du territoire européen par l’anéantissement et l’occupation du territoire de l’Allemagne jusqu’à cette date. Tout le monde connaît l’histoire récente, prouvant la régularité et l’exactitude du calendrier fixé par les prédécesseurs des actuels chefs de clan et mené tambours battant aux quatre coins du monde avec leurs sempiternels et identiques messages publicitaires comme « la lutte contre les effets de serre », « la nécessité de l’introduction d’une (énième)taxe »carbone« , »la lutte contre le terrorisme« (perdue d’avance tant que les terroristes sont aux commandes...), »l’instauration de la démocratie« (à coups de bombes sur les populations désarmées)..., la priorité absolue étant la »sécurité d’Israël« dont le fondateur est un autre grand bienfaiteur de l’humanité, à savoir la dynastie sataniste des Rothschild...

      Depuis 1913, on ne peut donc plus s’étonner que l’actualité soit faite au quotidien de conflits continuels, de nature militaire, économique et/ou sociale.
      Le comble étant la poursuite sans faillir de cette trajectoire dans une voie dont la seule issue est la désolation pour la majorité et une richesse outrageuse pour une infime partie de prédateurs avançant de moins en moins masqués, le cas Macron en France étant un cas d’école...

      Pour en revenir à la vidéo  »vaXXed« , il faut noter la déclaration de Bill Gates, un autre de des »bienfaiteurs de l’humanité" y défendant la vaccination et reconnaissant dans celle-ci (à sauvegarder) que le but ultime de leur démarche consiste à la réduction et à la stérilisation de la population...
      https://www.youtube.com/watch?v=xACwnpHphP4

      Faut-il donc s’étonner que ces vaccins (trivalents) rendront d’ici 2035 80% de garçons autistes ? Avec l’aval de leur complice Macron dont le but affiché et défendu par ses collègues est de rendre ce GENOCIDE obligatoire ?


    • lloreen 30 octobre 2018 11:08

      @lloreen
      pardon :est (ce fil rouge).


    • Oceane 1er novembre 2018 10:36

      @lloreen

      J’ai regardé la vidéo et elle fait froid dans le dos. tant de cynisme, c’est incroyable !

      Je l’ai partagée.


  • JMBerniolles 29 octobre 2018 23:25

    Bonjour,

    Merci pour cet article qui traite plutôt de la Russie. Mais Poutine est un dirigeant qui se soucie de son pays qui l’aime et qui sans doute a été façonné par lui, sa culture, .. son âme.

    Juste une remarque… Le marxisme n’est pas une utopie. Vous décrivez vous-même le néo libéralisme comme un système en bout de course. Ce système met non seulement l’économie mondiale à l’arrêt, mais il corrompt les gens, les peuples, nous amène au bord de la guerre mondiale.

    La seule alternative à ce capitalisme au stade ultime est le socialisme (le retour au capitalisme industriel est difficile mais peut-être pas impossible). Un système est aussi ce qu’en font les hommes qui l’ont en main… La Russie actuelle est sous un forme de capitalisme d’état qui, étant donné les sanctions (totalement contre productives à moyen terme), doit développer sa production. 


    • Pierre Pierre 30 octobre 2018 08:44

      @JMBerniolles
      Bonjour, C’est toujours un plaisir de vous lire.
      Oui, je traite longuement de la Russie mais il est impossible de comprendre le personnage Poutine si on ne le replace pas dans le contexte géographique, historique et culturel de son pays.
      Pour justifier mon opinion sur Marx. 
      J’ai lu beaucoup de ses œuvres. J’ai fait des séminaires où on étudiait Marx et j’ai beaucoup voyagé en Union soviétique du côté européen : nord, sud, villes et campagnes. J’ai partagé la table d’apparatchiks, d’intellectuels, d’artistes et même d’agents du KGB sans le savoir. J’ai aussi partagé la table (et la vodka smiley ) avec des ouvriers et des kolkhoziens. J’ai même eu l’occasion de passer des journées avec eux dans les champs de blé, de tournesols et de betteraves.
      Ma conclusion sur Marx.
      Son étude descriptive du capitalisme est magistrale et elle n’a rien perdu de sa pertinence aujourd’hui. Les économistes contemporains n’étudient plus Marx et c’est une grave lacune. Macron ne l’a certainement pas étudié sinon il saurait dans quelle impasse mène sa politique économique. 
      Ce que Marx n’avait pas prévu dans ses œuvres, c’est l’étonnante résilience du capitalisme et sa capacité à s’adapter à l’évolution du monde : avancées technologiques, scientifiques, sociétales etc., à en faire de nouveaux marchés et à en tirer de nouveaux profits.
      Ce qu’il n’avait pas prévu non plus, c’est que le pouvoir allait passer du capitalisme industriel au capitalisme financier et que la classe ouvrière allait grandement disparaître en Europe de l’Ouest.
      Maintenant que nos usines ont été délocalisées le bout de l’impasse est proche et je ne suis pas sûr qu’une réindustrialisation à la Trump puisse réussir malgré toute sa propagande patriotique. Ce sera une intéressante expérience à suivre dans les prochaines années.
      L’utopie marxiste. Marx appelait les autres socialismes que le sien utopiques (et le sien scientifique) mais l’économie n’est pas une science exacte et ses solutions le prouvent à souhaits. A mon avis, la dictature du prolétariat et ensuite le communisme sont des idées abstraites, généreuses certes mais complètement utopiques.
      Il n’y a pas un ouvrier ou un employé sur dix qui est prêt à sacrifier son temps en participant à la gestion d’une entreprise. Il fournit un travail, attend un salaire et c’est tout. J’ai assez étudié et même participé à des expériences d’autogestion pour m’en rendre compte. 
      En Union soviétique, à la fin des années soixante-dix, je voyais des kolkhoziens (en principe pourtant intéressés par les bénéfices du kolkhoze) vite rentrer chez eux avec un cheval pour labourer leur parcelle dont le rendement était le double des champs collectifs. J’ai aussi vu quelques stakhanovistes mais ils étaient très rares.
      Je ne veux pas généraliser mais c’est quand-même exemplatif.
      La nature humaine est ainsi faite et on ne la changera pas. L’homme cherche parfois la protection du groupe et il a parfois des comportements individualistes.
      Et je ne crois pas une seconde au concept de l’homme nouveau qui aurait perdu son comportement égoïste.


    • JMBerniolles 30 octobre 2018 10:01

      @Pierre

      Merci beaucoup pour cette longue réponse.

      L’évolution du capitalisme aujourd’hui reste en effet régit par deux grandes lois que Marx a mises en évidence.  La baisse tendancielle du taux de profit, qui reste effective malgré la financiarisation du capitalisme et l’accumulation du capital.

      Un des gros problème du capitalisme néo libéral étant que cette accumulation se passe dans une économie virtuelle. Le capital sous forme de bonds, d’hypothèques, d’actions .. peut ainsi s’écrouler en perdant toute sa valeur du jour au lendemain. Le repli vers l’or n’est pas possible parce qu’alors le cours de l’or s’envolerait vers des sommets. Après la sortie de Bretton woods le dollar s’est appuyé sur le pétrole, les pétro dollars -. Aujourd’hui avec la saturation de la production de pétrole, c’est le cours du pétrole qui s’envole…  

      On voit bien avec ce problème, et d’autres, que le capitalisme d’aujourd’hui est à son stade ultime. Nul besoin de grands raisonnements pour voir qu’il est dans la phase impérialiste.

      D’autre part, avec la régression industrielle et la montée des services la structures des classes sociales a beaucoup changé. Marx et Lénine misaient justement sur la révolte de la classe exploitée la plus importante et la plus lucide (à cause de ses luttes) c’est à dire la classe ouvrière. Aujourd’hui ce sont les peuples dans leur ensemble qui sont exploités à travers plusieurs « outils » : le salariat, la monnaie, le racket sur les avoirs bancaires (tout d’un coup majoritairement toxiques comme à Chypre et bientôt ailleurs…. ).

      Le problème actuel est justement qu’il n’y a pas une pensée marxiste vivante, performante…. Par contre nous sommes envahis par des idéologies mal digérées, non actualisées …  


    • Pierre Pierre 30 octobre 2018 15:33

      @JMBerniolles
      Pas de problème, je vous suis parfaitement. C’est un vrai plaisir de vous lire.


    • JMBerniolles 30 octobre 2018 19:11

      @Pierre

      C’est parce que vous avez un esprit très ouvert en plus d’une grande culture sur la question.

      Je me permets aussi de vous féliciter pour les réponses que vous donnez à presque tous les commentaires. Cela prend beaucoup de temps, mais il n’y a pas mieux pour montrer que l’on respecte ses lecteurs, que je souhaite nombreux sur cet article. 


  • M-Hélène M-Hélène 30 octobre 2018 01:00

    La couronne allemande a marié ses filles ou fils ou neveux ou nièces à toutes les couronnes d’Europe. Elle a pondu des coucous dans tous les nids royaux. Jusque dans le harem de certains califats, si ma mémoire est bonne...

    Et l’UE, c’est l’actualisation simultanée de tous ces mariages d’intérêts (allemands d’abord). C’est pas la joie hein ! C’est pas la joie...

    C’est quand le divorce ? La reprise des rênes en mains propres ?

    L’histoire se répète quand on oublie d’où l’on vient, avant le cousin germain tellement performant.

    Qu’on me corrige smiley, tout le plaisir d’en savoir plus, sera pour moi.

    Poutine connaît le monde et son histoire.

    Qu’on l’aime ou pas, il a l’étoffe d’un grand chef d’ état, d’un état immense et pluriel en qui, jusqu’ici, les russes font confiance.

    L’histoire, c’est une bonne séance de méditation, puis de lent déminage transgénérationnel, à tous les étages de la fusée et des sociétés. Déminons chez nous...


    • Pierre Pierre 30 octobre 2018 06:48

      @M-Hélène
      Merci. Cela fait plaisir de lire un commentaire bien écrit et historiquement juste.
      Une remarque. Il faut tenir compte du morcellement de l’Allemagne avant l’unification de 1871. Ce territoire était composé de plus de 300 entités royales, princières etc. Cela faisait beaucoup de rejetons à marier.


  • zygzornifle zygzornifle 30 octobre 2018 07:55

    Macron roi des selfies ....


  • chantecler chantecler 30 octobre 2018 08:05

    Bonjour Pierre ,

    Merci pour votre article et vos interventions de rare qualité qui remonte un peu le niveau de ce site .

    (Si tous les « auteurs » d’aujourd’hui sur ce site en faisaient autant sur d’autres sujets ce serait magnifique tant un lieu où l’on parle de choses importantes , de façon honnête , argumentée , et sourcée , me paraît indispensable aujourd’hui dans ce monde qui sombre dans la déréliction ,la violence et la barbarie ..

    Je déplore très souvent aujourd’hui les dérives de ce site- où finalement des gens écrivent ,(articles , commentaires ) délirent , se lâchent , nous livrent leurs fantasmes , obsessions , positions idéologiques absurdes ,ignorance , façon café du commerce , -qui devient imbuvable ,infréquentable , sans parler de la kyrielle de trolls qui font tout pour pourrir tout sujet et changent de pseudos en permanence pour tenter de continuer leur travail de sape ,d’enfumage, qu’ils soient stupides, pervers ou au contraire parfaitement conscients , voire payés pour nous décourager , nous dégoûter de chercher un sens , un espoir de monde meilleur.

    Je ne parle même pas des mecs à la masse , plus ou moins sous influence , alcoolisés , haineux , asociaux qui en plus ont le culot de crier à la victimisation quand un de leurs commentaires est supprimé .

    Ils n’ont honte de rien, persuadés que leur « supériorité » ,leur égo magnifié , renforcés par leurs innombrables commentaires ,doivent nous être imposés par la quantité de leurs interventions ...

    Nous vivons un monde en pleine crise , dangereux, violent , difficilement déchiffrable et ce marais envahit tout .

    Pardonne cet aparté mais j’ai de plus en plus de mal à cliquer sur agx tant la perte de temps et la perte de mes illusions me sont pénibles ).

    Cdt.


  • zygzornifle zygzornifle 30 octobre 2018 08:44

    Macron est le roi de pique dans le porte-feuilles ....


  • leypanou 30 octobre 2018 08:45

    @Pierre @roman_garev et les autres

    Il y a des trolls ou bots sur agvx -je ne vous l’apprends pas-, donc à mon avis, il est inutile de leur répondre. math en est un exemple. Il y a aussi des multi-pseudo : comme vous ne fréquentez pas beaucoup ce site -vous avez d’autres choses à faire que glander sur agvx— vous ne les connaissez pas : pareil.

    C’est à vous de voir : les commentateurs « sérieux » gardent les mêmes pseudos, même avec leurs convictions.


    • Pierre Pierre 30 octobre 2018 09:13

      @leypanou
      Je sais que vous avez raison. Il y en a même un qui m’a carrément dit qu’il venait commenter rien que pour faire mousser les autres. 
      N’empêche, cela nous permet quand-même de développer des réponses et de sortir des arguments qu’on n’aurait pas eu l’occasion de publier sans eux. 
      Finalement, si leur but est de démolir un article, leur trollisme se retourne contre eux.
      Je leur dis merci et qu’ils continuent leur petit jeu stérile avec moi. De toute façon, s’ils deviennent trop grossiers, un auteur détient l’arme du blocage. Il n’est évidement pas question de censurer quelqu’un parce que je ne partage pas son opinion.


    • foufouille foufouille 30 octobre 2018 09:15

      @leypanou
      « C’est à vous de voir : les commentateurs « sérieux » gardent les mêmes pseudos, même avec leurs convictions. »
      C’est surtout facile quand on fait partie des lèches culs ou fachos de gauche qui censurent toute contradiction et qui insultent.


    • foufouille foufouille 30 octobre 2018 09:20

      @Pierre

      « Il n’est évidement pas question de censurer quelqu’un parce que je ne partage pas son opinion. »

      bravo à toi mais ce n’est pas le cas de nombreux auteurs, surtout de gauche qui eux insultent pas ou ne supportent pas une réponse du même type qu’eux.




    • JL JL 30 octobre 2018 09:24

      @foufouille
       
       pourquoi les gens de gauche sont-ils plus réticents à admettre les opinions contraires ?
       
      C’est parce que la gauche a vocation à l’universalisme, ce qui n’est pas le cas de la droite, bien au contraire.
       
      Il faut faire avec. S’en plaindre c’est manquer de pragmatisme. Il faut faire avec.


    • Pierre Pierre 30 octobre 2018 09:56

      @foufouille
      Je n’en tire aucun mérite. Je laisse la censure des commentaires aux médias mainstream qui ne supportent pas des commentaires contraires à leur ligne éditrice.
      Vous pouvez vérifier sur ma fiche de modérateur. J’ai voté pour 346 articles dont certains étaient à l’opposé de mes convictions mais je trouvais qu’ils étaient bien écrits ou qu’ils ouvraient la porte à des débats intéressants.
      J’ai voté contre 15 articles pour racisme, apologie de la peine de mort et appel à la violence qu’il n’est pas nécessaire de promouvoir.


Réagir