vendredi 13 novembre 2020 - par VICTOR Ayoli

Voitures électriques : les dessous douteux de Zoë et de ses soeurs

 

Au e.bistro de la Toile.

- Allo, Loulle ? Ayoli, ami mastroquet confiné ! Comment tu vas ? Comment tu torches « la bête » ?

- Allo Victor. Ayoli à toi aussi e.ami ! Je vais bien, je nettoie mon antre, je repeins, je liquide les provisions et j’honore la maman.

- Tu sais, ça me manque nos diatribes verbales agrémentées de nos estrambords au son des canons de rouge. Bon, alors, de quoi on parle ?

- Moi aussi ça me manque, j’en ai la menteuse qui pègue… Si tu veux maïsser, on parle de tout ce que tu voudras sauf du Covid et des élections étasuniennes.

- D’accord, mastroquet de mon cœur. Alors on va dire du mal de la dernière konnerie à la mode : la voiture électrique.

- Ah ! Pourquoi ? Regarde, Bert en a acheté une, et fabriqué en France en plus, une Yaris ch’ai pas quoi, et il en a l’air content.

- Mouais… Sa caisse, c’est pas une « électrique » pure et dure, c’est une i.bride, ou hybride. C’est-à-dire une caisse qui combine les avantages de la motorisation essence ou diesel et de la motorisation électrique. Mais qui en combine surtout les inconvénients ! Et ils sont gratinés, Loulle.

- Ah ! Dis-moi.

- Eh bien dans une i.bride, tu as un moteur, une boîte à vitesses, un différentiel, un réservoir, classiques, comme toute bagnole dite « thermique ». Et en plus, tu as une motorisation électrique, une grosse batterie spéciale, et un système de générateur costaud. Et tout ça, ça pèse Loulle ! Et ça pèse d’autant plus que pour supporter tout ça, il te faut de la place, donc une caisse plus grande et plus épaisse pour être plus solide, donc plus lourde. Résultat, tu as une mauvaise voiture électrique, avec une autonomie dérisoire et une mauvaise bagnole thermique, vu le surpoids. T’es perdant sur tous les tableaux. Mais ce n’est pas tout Loulle. Si tu as un « i.bride » non rechargeable, eh bien il faut bien la recharger ta batterie. Quand, comment ? « Au freinage » qu’ils te disent les marchands. Ben voyons… La batterie pour la propulsion électrique se recharge avant tout lorsque tu roules avec le moteur thermique. Et donc tu bouffes pas mal d’énergie, donc de carburant pour charger ta batterie ! On touche là à une forme subtile d’escroquerie !

Publicité

- Ouais. Vu sous cet angle évidemment. Mais la Zoë de Bert, tout électrique, ou l’i.bride rechargeable, que tu peux charger la nuit, dans ton garage, c’est pas mal, non ?

- Pas si sûr que ça, Loulle. Pour recharger chez toi ; « at home », ou plutôt « atome », il faut avoir une maison individuelle avec un garage spécialement équipé, et ça coûte un bras. Si tu crèches en appartement et que tu n’aies pas la chance d’avoir une prise de recharge dédiée dans les box de ton immeuble, tu es marron. Parce que le réseau de bornes de recharge reste très embryonnaire et… il réserve des sacrées surprises ! On ne reparlera. Donc, avec ton i.bride « branchable », tu vas rouler le plus souvent avec la batterie vide. En consommant sensiblement plus de pétrole puisqu’il te faut te trimballer un énorme surpoids.

Eh puis il faut regarder le prix Loulle. L’entrée de gamme de Renault, la Zoé comme Bert, elle coûte 23 700 balles. Prix auquel il faut rajouter l’achat de la batterie, 8 900 euros. Il faut donc débourser au minimum 32 600 euros pour l’offre intégrale, hors bonus écologique de 6 000 euros, ce qui ne couvre même pas le coût de la batterie seule. Et sinon, tu peux louer la batterie, selon ton kilométrage ça tourne autour de 80 à 100 balles par mois !

Alors que certaines voitures diesel dépassent les 1 000 km d’autonomie en consommant moins de 7 litres aux 100 km, vendre une citadine à ce prix-là pour une autonomie de 200 km en théorie, mais moins en pratique, avec un temps de recharge rédhibitoire, c’est une escroquerie.

- Ouais mais faut être écolo, Victor. Faut la sauver notre belle planète bleue !

- Alors là, on est en plein délire Loulle. Pour stocker de l’électricité dans une batterie et la recharger, il faut produire du courant et l’acheminer à la voiture. Centrales nucléaires + centrales thermiques + énergies renouvelables subissent des pertes énormes. Au bilan, la voiture électrique engloutit plus d’énergie primaire que la voiture thermique. Ensuite, il faut prendre en compte les problèmes de fabrication de batteries au lithium-ion, une denrée rare qui va devenir de plus en plus chère si le parc automobile électrique explose. Selon l’ADEME, Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, la voiture électrique consomme deux fois plus d’énergie que sa consœur thermique durant la phase de production. Les batteries sont trop lourdes, l’autonomie insuffisante, le temps de recharge trop long et le coût démentiel.

- Ouais mais tu n’émets pas de ces particules fines qui nous refilent le cancer.

- Tu crois ça Loulle ? Selon le magazine Science et Vie, « les pneus, les freins et l’usure des routes émettent presque autant de microparticules que le diesel ».

Et puis il y a la cerise sur le pudding, ou le pue-dingue Loulle. C’est le prix du « plein » d’électricité sur route et surtout sur autoroute. Les bornes « ultrarapides », demi-heure tout de même, proposées par le principal opérateur européen, Ionity, vont débiter un courant électrique hors de prix ! Exit le forfait fixe de 8 euros. Pour recharger sa voiture électrique sur autoroute, il faut désormais payer au kilowattheure consommé et la facture finale est bien plus salée. Il en est ainsi sur les bornes de recharge Ionity, sur l’ensemble du réseau européen. L’opérateur a décidé de changer ses prix depuis le 31 janvier et facture l’énergie consommée, soit 0,79 euro par kilowattheure (kWh). Pour faire simple, prenons l’exemple d’une Renault Zoé qui a besoin de « faire le plein » d’énergie électrique. Jusqu’au 30 janvier, cela coûtait donc 8 € puis, à partir du 31 du même mois, le prix a fait un bond colossal pour atteindre 41,08 € car, la capacité de la batterie de la citadine au losange est de 52 kWh ! Pour faire moins de 200 bornes.

- Alors là, Victor, ça m’espante. C’est effectivement une gigantesque arnaque.

- Je te le fais pas dire Loulle. Et attends, Monsieur l’État n’a pas encore décidé de taxer l’électricité « de transport ». Mais il faudra bien qu’il remplace la manne des taxes sur les produits pétroliers, qui rapporte dans les 35 milliards par an. Et ça va flamber sur les bornes de recharge !

Publicité

- Ouais mais si tu recharges chez toi ?

- Et pourquoi tu crois qu’on nous a imposé le compteur « intelligent » Linky ? Comme il est intelligent, il saura déterminer la part de courant servant à charger ta caisse électrique. Et tonton Létat taxera, et tu casqueras sur ta facture d’électricité. Elle est pas belle la vie ?

- Fatche…

- Rouler à l’électrique, Loulle, c’est rouler au CHARBON en Allemagne et au NUCLÉAIRE en France, parce qu’il faut trouver une utilisation à l’électricité produite en continu par nos chères centrales nucléaires, à nos très chers EPR. Et n’oublions pas le coût écologique de la fabrication puis du recyclage des batteries.

Enfin, un fait soigneusement caché par les thuriféraires de la bagnole électrique, c’est le danger d’explosion de la batterie et d’embrasement immédiat de la bagnole en cas d’accident.

- Bon. Bè, je vais garder ma bonne vieille caisse diesel, Victor. Allez levons nos verres, même confinés et à distance !

- À la nôtre ! Mastroquet confiné de mon cœur.

 

Photo X - Droits réservés



15 réactions


  • confiture 13 novembre 2020 17:18

    marrant comme réussissez à transcrire une conversation de bistro...


  • zygzornifle zygzornifle 13 novembre 2020 17:21

    Parlez moi de la pollution engendrée par le freinage ou des particules de plaquettes partent dans l’atmosphère .

    Parlez moi de la pollution engendrée par les pneus ou le roulage et le freinage libèrent des particules qui partent dans l’atmosphère .

    Parlez moi des centaines de milliers de camions d’avions et de bateaux qui circulent en France et qui polluent pire que tout le reste, pas un mot la dessus, on ne fait chier que l’automobiliste car on peut le verbaliser a outrance et sans craindre des blocages comme le font les camionneurs  ...


    • babelouest babelouest 14 novembre 2020 07:59

      @zygzornifle il paraît que les plus gros pollueurs, et de loin, ce sont les navires mastodontes qui font la navette pour apporter en France les productions made in China, ou les paquebots hauts comme des immeubles de 11 étages : ils brûlent un carburant très lourd, peu raffiné, bourré de composés nitrés, soufrés, phosphorés ultra-toxiques : une bagasse comme ça pollue autant que 400 000 voitures, excusez du peu !
      .
      Effectivement c’est toujours le cochon de conducteur qui paie, qui paie même le contrôle technique pour attester que décidément, il pollue si peu que c’en est presque négligeable. Sauf s’il se nourrit de fayots, mais jusqu’à présent on n’a pas mis ce genre de sonde là où son corps est en contact habituel le plus pesant avec la voiture. Les mille vaches de la Ferme du même nom font mieux. Non, je ne parle pas du plateau bien sûr.
      .
      Je me suis même laissé dire qu’actuellement aux États-Unis, avec l’effondrement des prix pour les gaz de schiste, les fuites de méthane sont énormes puisqu’on ne s’en occupe plus. Au point que si, accidentellement (?) ces fuites explosent, cela pourrait déranger la faille de New Madrid.... ah ben zut alors, on n’avait pas prévu ça.....
      .
      Là-dessus, rien de tel que le vélo.... sans moteur autre que de la marque J’Appuie.

      Hauts les cœurs, pas un nuage au ciel, c’est le moment ou jamais....


  • pierrot pierrot 13 novembre 2020 18:02

    Intéressant.

    Bien évidemment la voiture électrique n’est écologique que dans les pays dont l’électricité est largement décarbonée (comme en France à 90 % grace aux nucléire, hydraulique et très marginalement photovoltaïque et solaire.

    De plus ces véhicules sont de grandes consommatrices de Terres rares, lithium cobalt dont la ressource est limitée et la production très polluante essentiellement en Chine et au Zaïre.

    Les véhicules a hydrogène, c’est pire compte tenu du bilan énergétique désastreux.


    • titi 14 novembre 2020 10:53

      @pierrot

      «  la ressource est limitée »
      Non la ressource n’est pas limitée.
      C’est la ressource à vil prix qui est limitée. Nuance.


  • titi 14 novembre 2020 11:04

    @L’auteur

    L’histoire se répète...

    Si je vous parle Compagnie Générale des Omnibus ?

    Ca vous parle ? C’est l’ancêtre de la RATP.

    Et donc à la fin de 19è quand la CGO a commencé à remplacer ses moteurs à crottin par des chevaux vapeur pour ses tramways omnibus, la ville de Paris a mis son holà.

    Pas de pollution dans la bonne ville de Paris !

    Du coup la CGO a développé des tramways électriques avec trolley c’est à dire un câble électrique aérien.

    Holà ! a dit la ville de Paris : pas de pollution visuelle dans Paris avec vos câbles !

    Du coup la CGO a développé des tramways avec accumulateurs : les tramways fonctionnaient sur les trolleys en banlieue tout en se chargeant, puis passaient sur accumulateurs dans Paris.

    Et plein d’autres trucs : des tramways à air comprimé.

    Des systèmes de captages de l’électricité au sol avec activation automatique à l’arrivée du tramways.

    Et devant les problèmes de poids, d’autonomie, de performance les tramways sont peu à peu tous passé au moteur à essence et sont devenus des bus.

    Tous les débats sur la voiture électrique ont eu lieu il y a plus de 100 avec les tramways de la CGO.

    Et la conclusion sera la même, car la physique a des lois.


  • Polybe 14 novembre 2020 12:23

    Il y a 193 pays dans le monde et c’est le nôtre qui va sauver la planète à lui tout seul.

    La pollution n’a pas de frontières.
    Voir les reportages sur la ville de Norilsk :
    https://www.youtube.com/watch?v=xJDv725edoY
    https://www.youtube.com/watch?v=SfJ07HDRleQ
    et encore d’autres...


  • lephénix lephénix 14 novembre 2020 12:52

    l’electromania en vogue est une bombe nucléaire à retardement qui achèvera de nous débrancher du règne du vivant  on devrait parler de wouahturrr nucléaire à fabriquer et subventionner en sus des autres qu’il faudra bien détruire sans pouvoir les recycler... l’équation n’est pas vertueuse le moins du monde ni en terme de finances publiques« ni de »gestion de bon père de famille« et encore moins en termes »écologiques"... il faudrait rajouter 20 réacteurs nucléaires epr au parc existant, etc


    • lephénix lephénix 14 novembre 2020 14:55

      @Septime Sévère
      ça ne règle pas la question extrativiste ni celle du gâchis quant au parc existant : combien de minérais et terres rares faudra-t-il encore consumer pour arriver à cette « fonte spectaculaire » ? combien de pollution et nuisances il faudra encore endurer jusqu’à ce l’electromobile soit enfin « propre » après amortissement ? d’ailleurs, comment « produit-on » de l’énergie électrique hors nucléaire menacé de black out ?


  • pierrot pierrot 14 novembre 2020 12:55

    Si la production d’électricité nucléaire s’amplifie dans le monde comme en Chine, Inde, Russie, Pologne, Japon, Biélorussie, Royaume Uni, Tchéquie,...... à terme l’électricité sera en grande partie décarbonée (comme en France) et l’intérêt de la voiture électrique devient peu polluante (à part les freins et les pneus).

    Il me semble accessible de faire des gros progrès concernant la batterie en utilisant un cycle de métal usuel et peu cher.


  • ETTORE ETTORE 14 novembre 2020 12:58

    Je propose que toutes les voitures électriques, ne soient que d’une seule couleur....

    le VERT ! ( décliné en , foncé, clair, petit pois, laitue, ...de terre....tigineux. comme la connerie...)

    Ainsi, ils seras plus aisé de reconnaitre les voitures qui ont cette fausse plaque d’identité, dite : « écologique ».

    Et les poireaux, qui circulent avec, s’auront à quel potage mixé, il sont partie prenante, et si la soupe est aussi bonne, que....la rouelle, qu’on veut leur faire avaler sans confession.


  • vraidrapo 14 novembre 2020 15:29

    Dès qu’il s’agit de bagnoles... les gens ne raisonnent plus, ils dépensent sans compter, sensibles aux arguments publicitaires.

    Alors, je n’en dis pas plus.


    • titi 15 novembre 2020 23:22

      @vraidrapo
      « les gens ne raisonnent plus, ils dépensent sans compter, »
      Il y a des personnes capables de dépenser 200 euros pour un week end de Yoga à écouter et embrasser les arbres.

      Chacun son truc.
      Et personne n’a à juger.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 14 novembre 2020 21:40

      @pierrot

      C’est une bonne voie.

      Oui oui, depuis 2007, on sent bien le progrès. Tu vas en mettre dans ton ULM ?


    • pierrot pierrot 16 novembre 2020 15:09

      @Philippe Huysmans
      Les cycles énergétiques sont des temps longs :
       la voiture électrique date des débuts des années 1900
      le photovoltaïque des travaux d’Einstein, entre autres des années 1900.
      l’éolien de l’antiquité.
      le pétrole des années 1850
      le charbon des années 1750

      Tout cela commence à être répandu actuellement.


Réagir