mardi 11 août - par olivier cabanel

Lutter contre la solastalgie

La langue française s’enrichit chaque jour de nouveaux mots, prouvant par là qu’elle est encore vivante... le mot « solastalgie » est l’un deux, et il mérite le détour.

De quoi s’agit-il ?

Il s’agit finalement d’une forme de dépression provoquée par le sentiment d’impuissance qui peut s’emparer de nous lorsque l’on voit notre planète en train d’être détruite, sans que l’on puisse agir pour l’empêcher... c’est en quelque sorte une forme de nostalgie qui s’empare de nous devant une catastrophe annoncée...

Etymologiquement on peut le décrypter ainsi : il vient du mot anglais « solace » (réconfort) et « algie » (douleur), et le médecin Alice Desbiolles, spécialisée en santé environnementale, résume ainsi le mot « solastalgie » : le mal du pays, c’est un pays que l’on quitte, alors que la solastalgie, c’est le pays qui nous quitte. lien

On doit ce mot à un certain Glenn Albrecht, un philosophe australien de l’environnement qui avait publié en 2007 un article sur le sujet, constatant la détresse que lui, et son équipe, subissaient devant les changements imposés à notre environnement.

Albrecht, longtemps professeur d’études environnementales à l’université de Newcastle, est aujourd’hui à la retraite, vivant dans une propriété baptisée « Wallaby Farm  », car ces marsupiaux s’y trouvent « comme chez eux ».

Il vient de subir les violents incendies que l’on sait, lesquels ont provoqué « la mort de millions d’animaux... et des milliards parmi les êtres vivants », comme il le dit lui-même.

Lui et sa compagne avaient prévu d’y cultiver longtemps leur jardin... mais le changement climatique a rendu le lieu invivable, et ils ont décidé de se rapprocher de l’Océan. lien

Et quid de ces 500 000 m3 de glace qui menacent de rayer de la carte un village italien situé au pied du Mont Blanc ? lien

L’heure serait donc au pessimisme ?....

Comment ne pas l’être quand l’on voit de quelle manière les lois destinées à défendre l’environnement, pourtant décidées, ne sont pas appliquées, ou plutôt sont détournées à coup de multiples dérogations.

Prenons en pour preuve la récente volonté du gouvernement d’autoriser de nouveau l’utilisation des pesticides cédant à la pression des producteurs de betteraves, et tant pis pour les abeilles... et les humains qui vont en subir le contrecoup.

Ici, on peut signer la pétition.

Interrogé par FranceTVinfo, le betteravier Xavier Laud, se plaint d’un certain puceron qui transmet à la betterave un virus qui lui donne cet aspect jaune, estimant qu’une partie de sa production sera perdue, et que seule l’utilisation du pesticide pourrait la sauver. lien

Déjà, en janvier 2019, Macron avait renoncé à sa promesse d’interdire le glyphosate en 2021, estimant que l’objectif de sortie « n’était pas faisable ».

Et pour s’excuser de ce revirement, il a déclaré : « il a été montré qu’il y avait des doutes... il n’y a aucun rapport indépendant, ou pas indépendant, qui a montré que c’était mortel  ». lien

Alors que le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer) avait jugé que cette substance était probablement cancérigène, en la classant dans le groupe 2A. lien

Dans ce groupe, le CIRC établi ainsi la règle : « indication limité de cancérogénicité chez l’homme et suffisante chez l’animal »... (on comprend donc que, pour le CIRC, l’homme ne serait pas un animal ?... une décision qui aurait déçu Aristote). lien

Rappelons que le gouvernement Hollande avait décidé l’interdiction des néonicotinoïdes en 2018...lien

Quid aussi de la volonté gouvernementale de continuer à privilégier le nucléaire, en faisant la promotion de la voiture électrique, et en décidant la construction de 6 nouvelles centrales nucléaires... les EPR.... même si la décision définitive ne sera prise en 2021... Mais qui peut penser qu’elle ne sera pas prise ? lien

En voulant faire croire que la croissance est compatible avec « une accélération écologique », le chef de l’état tente de voler la vedette aux écolos qui ont brillé lors des européennes, et aussi bien sûr aux municipales...

Publicité

Mais les décodeurs sont passé par là, et ont tiré en janvier 2019 un bilan écologique de l’action gouvernementale suivant une méthodologie complète, portant sur une trentaine de grands enjeux environnementaux, et le résultat n’est pas en faveur de la macronie. lien

Son bilan n’est en effet pas très vert.

Prendre la parole devant un parterre d’énarques issus de la macronie, avec l’ultime précaution d’installer la tribune sur l’herbe verte du palais présidentiel ne suffit pas à passer pour un écolo. Lien

Alors comme l’écrit Jean-Paul Krivine, président de l’AFIS (association française pour l’information scientifique) : « le risque de récupération politique était évident », et du jour au lendemain, tous les partis du pays se sont parés de la couleur verte... en apparence bien sûr. lien

Prenons un peu de recul, car finalement les tergiversations de ceux qui gouvernent ne sont pas une nouveauté.

Ils fonctionnent comme des girouettes en fonction des évènements...sauf que nous sommes soumis au fameux « effet papillon » cher à Edward Lorentz, le célèbre mathématicien, effet que l’on a pu constater avec la pandémie.

Il était, probablement sans le savoir, le digne descendant d’Henri Poincarré, un autre mathématicien, qui au 19ème siècle avait pressenti que de toutes petites variations pouvaient avoir de grosses conséquences. lien

Or il a suffi de la rencontre entre une chauve-souris, et un être humain pour que soient confinés, du jour au lendemain, 4,5 millions d’êtres humains, mais aussi pour provoquer la chute brutale de quasi toute l’économie mondiale... et les effets de cette rencontre n’ont probablement pas dit leur dernier mot.

2 millions de chômeurs supplémentaires, et des faillites d’entreprises en cascade sont annoncées pour la rentrée en France. lien

Pourtant ce coronavirus n’a pas eu que des effets négatifs, car ce serait oublier que les émissions mondiales de CO² ont baissé de 8% pendant la crise... pour remonter probablement aussi vite un peu plus tard...

Ajoutons quand même qu’il faudrait 10 crises du coronavirus pour que l’objectif fixé par les accords de Paris, en 2015 soit atteint. lien

Et puis quid des 137 000 hectares de terres agricoles qui disparaissent chaque année dans notre pays... ? lien

Ce n’est pas tout, car les atermoiements du gouvernement au sujet du masque pourraient bien être à l’origine d’une révolte citoyenne, les français ne comprenant plus qu’un masque soit inutile en février, et indispensable en juillet, au point de l’imposer ici, et de n’en rien faire là.

Cerise sur le gâteau, ils commencent à être nombreux à s’interroger sur la légalité de telles décisions, à l’image de Frédéric Tahar, un citoyen qui a mis en difficulté trois pandores, lesquels voulaient le verbaliser pour avoir refusé de mettre le fameux masque.

Il leur a fait valoir que la loi primait sur le décret : en effet la loi (2010- 1192) interdit la dissimulation du visage dans l’espace public, alors que le décret veut imposer le contraire.

Or cette loi peut provoquer des peines d’emprisonnement et des amendes de 60 000 €. lien

Il rappelle aux gendarmes une notion essentielle juridictionnelle basée sur la pyramide des normes : « un décret n’abroge pas une loi : la loi stipule que je n’ai pas le droit de dissimuler mon visage dans les lieux publics... et si vous me demandez de mettre un masque, vous me poussez à l’illégalité ». a-t-il déclaré à des policiers médusés, et mis en échec. lien

Alors comment ne pas comprendre que la solastalgie s’empare de nos concitoyens ?

Plus grave, certains sont tentés de s’en prendre aux militants écolos, toujours porteurs hélas de mauvaises nouvelles... mais comme dit mon vieil ami africain : « si tu as la fièvre, c’est pas la faute du thermomètre ».

L’image illustrant l’article vient de terresacrée.org

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Publicité

Olivier Cabanel

Articles anciens

bas les masques

Et maintenant

Plus ça change, moins ça change

Macron tend un piège

Ras le masque

Le revers de la médaille

Une coronavirus fiction

Je vais lui montrer qui c’est Raoul(t).

Le pouvoir change de main

Pandémie, retour à l’anormal

Non, je n’ai pas changé

Pandémie, un échec français

Le vert à moitié plein

Macron, la grande mascarade

Poison d’avril

Bas les masques

Pan...démi...démission

La république des amateurs

Buzyn fait le buzz

Les virus ont la peau dure

Une info virale

A l’hôpital et la charité



298 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 11 août 10:24

    La principale méthode d’« enrichissement » de la langue française consiste en effet à importe plus ou moins bruts de décoffrage les néologismes ou faux amis anglophones made in USA : « cluster », « spoiler », « vintage », « cash », « borderline », etc.

    Le vocabulaire n’est pas neutre, il véhicule une idéologie.

    Faire son « mea-culpa » n’a pas tout à fait le même sens que « battre sa coulpe » : la première formulation est investie du sen de « contrition » et de pardon conditionné à une pénitence, pas la seconde.


    • olivier cabanel olivier cabanel 11 août 10:49

      @Séraphin Lampion
      oui, bien sur, mais pourquoi montrer du doigt uniquement les mots anglais ?
      notre langue s’est enrichi de tant de cultures...l’espagne, l’italie, l’allemagne, les pays bas, l’arabie, et tant d’autres pays ont enrichi notre langue : jupe (arabe), café (italien) robot (tchèque), pamplemousse, (néerlandais)

      alcool (espagnol) amalgame (arabe), accordéon (allemand), pyjama (persan)... etc


    • Panoramix Carabosse 11 août 13:34

      @olivier cabanel

      elle s’est toujours enrichie des langues de ses occupants...

      les Romains dans l’antiquiré, les Anglais en Aquitaine médiévale(quichenotte = kiss me not), les Allemands sous l’occupation, et maintenant les Américains.

      pour les emprunts au grec ancien, c’est une question de nomenclature internationale neutre permettant des classifications non influencées par la culture locale


    • olivier cabanel olivier cabanel 11 août 16:38

      @Carabosse
      et n’oublions pas que ça marche aussi dans l’autre sens. smiley


    • Panoramix Carabosse 11 août 16:59

      @olivier cabanel

      oui :
      almanach, toubib, algèbre, écarlate, épinard, fakir, macramé, lascar, jupe, satin, orange, taboulé viennent de l’arabe, entre autres...


    • Septime Sévère 11 août 20:04

      @Carabosse
      .
      (notre langue s’est enrichie par celles des occupants) les Allemands sous l’occupation...
      .
      Oui, mais surtout du vocabulaire limité au cinéma : jawohl Herr Oberst ; Achtung Minen ; Soldatenkino ; Lazarett ; zwölf Kugeln für Sie ; sie lügt, sie lügt auf deutsch ; Majestät, mein Papa ist krank in Bayern... 
      Peu d’usage quotidien, en somme. 
      .
      Sinon, nous sommes redevables à l’Occupation des avantages propres aux motocyclettes de 125 cm3 (avant, c’était 100, comme encore en Angleterre) et du passage du gabarit routier de 2,35 à 2,50 mètres. 


    • Panoramix Carabosse 12 août 09:57

      @Septime Sévère

      benzine, schlague, rafle, putsch, quartz, trinquer, vasistas, handball, sylvaner, obus, diktat, kaputt, cartel, bismuth, laborantin, schnouf, zinc, edelweiss, kirsch, choucroute, blockhaus, cric, bock, bunker, képi, schnaps…


    • Septime Sévère 12 août 10:40

      @Carabosse
      .
      Nan, nan, vous avez parlé de l’occupation allemande. Ou alors ces mots qui sont antérieurs à 1940 datent de 1870 !
      Encore que... les Prussiens sont venus en 1814 et 1815, mais ils n’étaient pas seuls : l’occupation russe devrait donc aussi nous avoir laissé des mots... Eh oui, il y le bistrot ! 


  • Septime Sévère 11 août 10:30

    @Olivier Cabanel

    .

    Foin de solastalgie ! Sauver la planète est très simple et pour combattre les idées noires, il faut militer tous les jours !

    .

    Quel est le premier problème planétaire ? Le nucléaire !

    Solution : arrêter immédiatement tous les réacteurs. Le Japon l’a fait, et il émerge toujours ! 

    Quel est le second problème : le mépris envers les femmes !

    Solution : leur confier l’essentiel des leviers, cars même si on ne sait pas ce qu’elles feront, on sait que ça ne pourra pas être mal. 

    Quel est le troisième problème ? Le gaz carbonique !

    Solution :

    interdire tous les trains et les remplacer par des poids lourds (et des autocars) au méthane dont le CO² de combustion est récupéré et recyclé en nouveau méthane.

     encourager la culture de la pomme de terre, en particulier de la Bintje de calibre 4 au kilo. Préserver une petite production de cuivre et de zinc.

    Quel est le tout dernier — et faux — problème ? La démographie galopante !

    Solution : dénoncer la fausseté de ce problème, mensonge entretenu en vue de justifier un interventionnisme néo-colonial massif dans le tiers-monde. 


    • olivier cabanel olivier cabanel 11 août 10:42

      @Septime Sévère
      ç’est un programme original, et un peu court peut être ?...
      d’ailleurs pourquoi interdire les trains ? ils peuvent rouler au méthane...tout comme les camions...
      on pourrait le prolonger...privilégier le circuit court, consommer sur place les produits fabriqués, chaque fois que c’est possible...
      pour éviter le gaspillage d’eau, et la mort des sols, favoriser la permaculture
      décentraliser l’énergie, et consommer sur place celle qui est produite en évitant donc de la transporter...
      au sujet du pouvoir politique, décentraliser le pouvoir, en supprimant la structure dite pyramidale au profit d’une structure horizontale...le pouvoir réellement au peuple donc...
      etc etc...


    • nono le simplet nono le simplet 11 août 10:47

      @olivier cabanel
      là dessus je suis totalement d’accord avec toi smiley


    • olivier cabanel olivier cabanel 11 août 10:50

      @nono le simplet
      je m’en doutais un peu ! smiley


    • Septime Sévère 11 août 11:38

      @nono le simplet
      Quel soulagement après avoir dû dire vous même que vous observiez le silence quand lui et Alinéa vos vieux amis disaient des bêtises sur le virus. 


    • nono le simplet nono le simplet 11 août 11:49

      @Septime Sévère
      je sais pas comment je dois le prendre mais je suis aussi écolo, anti pesticides, anti nuclèaire, anti SUV, anti société de consommation à outrance et je trouve que les événements comme la pollution, les catastrophes nucléaires, le réchauffement, la raréfaction des animaux, l’augmentation de nombreux cancers comme les LNH sont autant d’arguments qui vont bien dans le sens de mes convictions ... malheureusement



    • troletbuse troletbuse 11 août 11:53

      @nono le simplet
      Comme tu es anti-cons, tu devrais te méfier de toi !  smiley


    • troletbuse troletbuse 11 août 16:29

      @nono le simplet
      Tu t’es trompé, t’as mis écololo, c’est alcoolo, non ?


    • Septime Sévère 11 août 16:49

      nono le simplet est :
       écolo : tout le monde l’est, voyons ! comme tout le monde est démocrate, a l’esprit social, préfère le bien au mal...
      anti-pesticides : en ne mangeant plus que de la viande au lieu de manger des plantes, on n’aurait plus besoin de pesticides. Vive la viande !
       anti-nucléaire : c’est le minimum syndical pour un homme de progrès. Ce n’est donc même pas la peine de le mentionner.
      — anti-SUV : trop facile, car très franchement, il y a plus de 90% de gens à qui être anti-SUV ne demande pas le moindre effort sur eux-mêmes.
      — anti-société de consommation à outrance : là encore, trop facile, vu la proportion considérable de la population qui ne peut consommer qu’à « sous-trance ».
       Mais c’est l’intention qui compte !


    • Xenozoid Xenozoid 11 août 16:52

      @Septime Sévère

      anti syndicats,= ne prend le train que quand il est en grêve


    • nono le simplet nono le simplet 12 août 05:31

      @Septime Sévère
      anti-pesticides : en ne mangeant plus que de la viande au lieu de manger des plantes, on n’aurait plus besoin de pesticides. Vive la viande !
      répondre à mes exemples rapides par des conneries me fait dire que si on est à peu près d’accord sur le CoV-2 c’est un peu un coup de bol ... et comme je suis d’accord avec Olivier sur les valeurs essentielles comme l’écologie ou l’humanisme, entre vous deux mon choix est vite fait ...


    • nono le simplet nono le simplet 12 août 05:38

      @Septime Sévère
      PS retour discret ? smiley


    • nono le simplet nono le simplet 12 août 05:41

      @Septime Sévère
      PS 2 : soupçon au 3e post le 29 juillet smiley


    • nono le simplet nono le simplet 12 août 06:00

      @nono le simplet
      PS 3 : tu devrais faire ton coming out, tu pourrais t’exprimer plus librement


    • Septime Sévère 12 août 08:31

      @nono le simplet
      .
      Tu devrais faire ton coming out
      .
      Nono, faites-moi de la place dans votre brouette...


    • nono le simplet nono le simplet 12 août 15:48

      @Septime Sévère
      ta subtilité te perdra ...


    • Septime Sévère 12 août 16:50

      @nono le simplet
      .
      ........dans votre esprit ? Bon, que voulez-vous... Je gagnerai à la place la considération d’Olivier Cabanel. 


    • Septime Sévère 12 août 17:03

      @nono le simplet
      .
      les valeurs essentielles comme l’écologie ou l’humanisme
      .
      C’est assimiler l’écologie à la préservation du cadre de vie. Je ne l’ai jamais fait, mais je l’aurais peut-être fait sans le précédent du communisme, un attrape-couillons de première qui au nom de l’épanouissement des hommes a plutôt favorisé celui d’une classe dirigeante de moeurs peu amènes (mais il faut bien commencer par quelqu’un). 
      .
      Sans argent l’honneur n’est qu’une maladie. Sans développement l’humanisme n’est qu’une chimère. Les obnubilations « humanistes » sur les questions énergétiques, qui sont essentielles dans une société de longévité moyenne de 80 ans qui ne soit pas non plus un vaste monastère de contemplatifs, me paraissant tout ce qu’il y a d’antihumanistes, voilà encore une difficulté d’interprétation d’un mot. 


    • velosolex velosolex 13 août 23:16

      @nono le simplet
      Salut Nono
      Entièrement d’accord avec toi, et avec Cabanel. On sait très bien ce qu’on doit faire au fond, mais on ne le fait pas. 
      Nous ne sommes plus là dans la discutions de salon des années 70, où tous ces problèmes étaient déjà connus, mais avec un tsunami théorique, une vague encore au large, mais dans le jour J même, après des catastrophes en chaine qui se potentialisent. 
      Le covid est une des résultante. Mais en lui même, c’est curieusement la seule chose qui a stoppé la folie de la mondialisation et du libéralisme déchainé et aveugle. Tout à coup la mort rouge est parmi nous, l’amorce de la fin de la partie d’addictifs. J’ai lu que beaucoup de créateurs sont incapables actuellement de créer. Je comprend assez car le but de l’art est d’esthétiser et de de faire des rimes sur le processus de vie. Mais quand celui s’épuise, alors il ne reste plus que l’angoisse, comme un bout d’argile desséché, quand ne plus sculpter. L’irrationnel et la folie risquent d’être les seuls paratonnerres où l’énergie va s’engouffrer. C’est comme ça aussi que la plupart des écrivains de science fiction traitaient le sujet quand sœur Anne était à la fenêtre, et ne voyait encore rien de tangible. 
      Revoilà le temps des bonimenteurs et des faux messies, des croisades et des adorateurs fous de dieu, prêts à nous réduire en cendres
      Ce matin, j’ai lu dans les news qu’un maraicher bio avait vu ses serres contaminées au roundup, du coté de la Provence, là où le soleil tape encore un peu plus sur la carafe. Il ne le savait pas dans un premier temps, et a continué à vendre ses produits, hautement contaminés, avant d’être lui même malade. Sans doute par un autre cultivateur, traditionnel, comme on dit, car les produits analysés montrent que c’était du roundup professionnel, non disponibles pour les particuliers. On a pas de kalash, mais on a du roundup...


    • Ruut Ruut 18 août 12:27

      @Septime Sévère
      Quid des camions et avions H2. ça aussi ça ne pollue pas.
      L’H2 peut être produit de manière non continue par les sources électriques vertes :)
      Et l’électricité domestique régulée par des centrales électriques H2 :)


    • Septime Sévère 19 août 11:15

      @Ruut
      .
      Oui, tout ce qui n’est pas hydraulique/biomasse/géothermie, peut être remplacé par de l’éolien et du solaire employant l’hydrogène comme mode de stockage de l’intermittence et comme carburant décarboné (absurdité étymologique). 
      .
      Il ne reste qu’à déterminer le nombre d’éoliennes, de surface de photopiles ou de miroirs (puissance installée de plusieurs fois la puissance installée nécessaire en centrales pilotables), la taille et la distribution des stockages, les lignes de transport requises pour aller des régions favorisées vers les autres. Vous pouvez déjà vous limiter au calcul du simple remplacement du pilotable par la même puissance installée d’éolo-solaire d’une part, puis d’autre part pour remplacer le pétrole, le gaz et le charbon. Ensuite vous multipliez par X pour le stockage et ses contraintes (l’hydrogène ne se verse pas avec un bidon et un entonnoir). 
      .
      Réguler l’électricité domestique par des centrales à l’hydrogène lui-même produit par une autre source d’électricité, je vous laisse déterminer le rendement final sur le vent ou le soleil. Aïe...
      .
      Quand les camions iront à l’hydrogène on les interdira pour cause d’usure des pneus qui engendre des milliers de tonnes de particules fines. Ne connaissez-vous pas les écologistes ? 


  • Je pensais qu’il s’agit de la nostalgie d’Apollon Dieu solaire (en plein mois du lion). 

    Étymologie. Le mot soleil est issu du gallo-roman *SOLICULU, forme du latin populaire *soliculus (non attesté), diminutif du latin classique sol, solis désignant l’astre et la divinité. Le latin sol se poursuit dans la plupart des langues romanes : italien sole, espagnol, portugais sol et le catalan sol. SOL en catalan : Cependant, comme le mot solera signifie plancher en catalan, il semble préférable de choisir la maison à étage. Souet : C’est dans l’Ille-et-Vilaine que le nom est le plus répandu, mais on le trouve aussi dans le Sud-Ouest (40). Dans les deux cas, il désigne celui qui est originaire d’une localité appelée (le) Souet.. Comme quoi entre le plancher des vaches et le soleil, il y a seul un « eil » de différence.

  • Loatse Loatse 11 août 11:37

    Il n’y a pas de quoi être pessimiste (ou solastalgique), Olivier

    On voit bien que la tendance à l’auto destruction s’inverse... il y a de plus en plus de demandes pour tout ce qui est « vert » (energie, habitat, produits manufacturés, nourriture)

    dans les supermarchés les rayons bio, minuscules au début se sont étendus, le bio a gagné les petits commerçants, puis des chaines de magasins spécialisées se sont installées au début dans les grandes agglomérations, puis dans les petites....

    La jeunesse est de plus en plus impliquée... (mode "j’espère que tu tries toujours tes déchets, maman ! :)

    Les belges rachètent le bocage pour nous vendre leurs frites (fabriquées au pays mais on s’en fout, fallait qu’on y pense avant !)

    d’autres terres du nord pour y faire pousser du lin... (intéressant sur le plan nutritif notamment en huile, également pour le linge de maison (quasi inusable) et les vêtements (très tendance sur les marchés cette année le lin)

    Ca bétonne toujours oui, helas mais ca débétonne aussi... il est question de rendre les cours des écoles à leur état initial, bientot les grandes places de village, de ville quand on se sera aperçu qu’ils créent des ilots de chaleur.. (qui sait ?)

    Ca plante des arbres tous azimuts, des mômes créent des chansons à forte conscience écologique qui poussent à l’action.

    Les miennes de mômes et leurs copines (que j’ai eu en vacances) se préparent au petit déj une sorte de porridge composé de graines de chia, de banane, d’amandes effilées (le tout bio bien sur), c’est dire si le monde change ! :)


    • Septime Sévère 11 août 11:43

      Loatse a écrit : j’espère que tu tries toujours tes déchets, maman ! 
      .
      La mienne, oui. Elle a compris dans les propos de son fils que ne plus trier ses déchets serait donner des signes d’une sénilité incompatible avec le maintien à domicile. 
      Avant de comprendre, elle me répondait : « Je t’emmerde ! »


    • @Loatse
       vous avez raison. D’ailleurs, la planète Uranus (celle des révolution mais aussi des technologies nouvelles et à la limite ant-humaines) est entrée dans signe terrien et écologique du Taureau (taureau-terre,...). Il y est en chute. Autrement dit : castré (comme PHAETON qui s’est rapproché un peu trop du soleil et fut tué par Zeus qui voulait éviter la destruction de la planète du fait de sa trop grange hardiesse). Dans la mythologie grecque, Phaéthon (en grec ancien Φαέθων / Phaéthôn, « le Brillant »), ou Phaéton, est considéré par la majorité des sources antiques comme le fils du dieu Soleil (Hélios, Sol, Phoebus) et de l’Océanide Clymène. Phaeton était un Prométhée uranien. Il était immature et croyait supplanter son père (Hélios). Uranus chutant dans le signe du taureau est bien le Prométhée qui tombe, lui, son char et ses chevaux. A vouloir tâter du transhumanisme (transcender le PERE-soleil) on se retrouve le nez dans les sillons terriens. Il fut ressuscité, mais c’est pour dans 7 ans. 


    • olivier cabanel olivier cabanel 11 août 12:57

      @Loatse
      merci de ton optimisme, que je partage, je l’ai toujours été...
      mais nous ne sommes que des cas isolés, il faut bien s’en rendre compte...
      alors une minorité peut-elle « changer la donne »
      je l’espère.
      merci de ton commentaire.


    • titi 11 août 20:38

      Pour le tri c’est dommage : il ne sert à rien et il nécessite des grosses installations bétonnées.


  • rhea 1481971 11 août 11:57

    Henry Poincaré avait calculé que la terre pouvait quitter son orbite autour du

    soleil, nous sommes peut être dans le cas contraire, la terre se rapprocherait

    du soleil en ayant un elliptique en spirale inversée.


  • Le 11 aout 1999 (éclypse solaire), et comme par hasard, Uranus était chez lui (le verseau). Dans le verseau, le soleil est en chute,... C’est à dire que le fils a vaincu le père-soleil (le mariage homosexuel va suivre dans la foulée, un uranien n’est-il pas un h....o ????, les nouvelles technologies ont fleuri comme des OGM dans les champs magnétiques...pôvre Breton, lui qui aimait tellement Saint-Cirq laPopie ). 


    • Septime Sévère 11 août 12:17

      @Mélusine
      Uranien ? Ah, tiens, je disais uraniste. Vous enrichissez mon vocabulaire. 


    • Gollum Gollum 11 août 12:26

      @Septime Sévère

      Nan mais elle confond à dessein les deux... smiley

      Le plus drôle est que dans un de ses posts elle s’était qualifiée d’uranienne avec le côté novateur qui va avec...

      Donc elle est lesbienne si on la suis bien. 


    • @Gollum vous connaissez mon thème et savez que je suis lunaire avant tout. Jupiter conjoint à Ura« anus » en cancer....


    • Gollum Gollum 11 août 12:32

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      C’est vous qui avez revendiqué ce statut.

      J’ai la flemme de rechercher le post exact dans l’historique mais cela m’avait frappé à l’époque car, en effet, vous écriviez une connerie, une de plus...

      Mais avec vous on a l’habitude. Par contre votre incohérence maladive est typiquement Neptune.


    • @Gollum contemplative, cela me va comme un gant. Mais sans les hallucinogènes. 


    • @Gollum vous remarquerez si vous lisez « astropopote » que la psychanalyse est synchrone avec l’arrivée de Neptune (les dieux de l’inconscient sous-marin,...). Hermes TRISMEGISTE avec son trident est associé à Poséidon. Poséidon est un Neptune structuré. ET comme Saturne après la lune domine dans mon signe...Par contre, Cabanel ne me trouve pas du tout incohérente. On ne peut plaire à tout le monde...


  • La terre dans l’inconscient est associé à la mère, au féminin. Toutes ces technologies visant à la détruire sont bien de type uranien. Il s’agit de s’attaquer à notre origine, la nier et la tuer (bébés conçus dans des éprouvettes et bientôt des couveuses). Plus besoin, ni de mère, ni de père. LIBERE vous-dis-je. Du passé et de la matière faisons table rase,...L’homosexualité est aussi le monde du faux (combien d’homos dans le domaine de la couture, du faux en peinture, de la coiffure,... ?). Haine des origines matérielles. Et si on pouvait se passer une fois pour toute de la planète.... 


  • Je vous conseille vivement la lecture d’astropopote sur Uranus et les cycles politiques. Pour le meilleur et le plus souvent,...le pire : http://www.astropopote.com/cycles-mondiaux-16-2019-2025-3eme-passage-connu-d-uranus-en-taureau-a161251648


    • Ce texte (astropopote) a été écrit AVANT le Covid. Il ne dit pas qu’Uranus est en chute dans le taureau et en carré du signe du verseau (conflit). de plus saturne arrive en verseau avec Jupiter. La conjonction de Jupiter et Saturne (actuel) augure d’un changement de règne (le fils prend la place du père ou l’inverse, le cycle est de 20 ans, ce qui fait une génération). Obama est né avec une conjonction de Jupiter-saturne, mais il fut détrôné par TRUMP. Normal quand on trahit son origine pour briller devant les blancs,...Pluton a été détrôné politiquement par Neptune-le communisme (Freud posant le pied en Amérique : je vous apporte la peste,...) et Pluton (Hitler, l’enfer, l’Hadès, le soleil noir, du signe du taureau,...). La pandémie, c’est Neptune. Les astrologue l’avaient un peu occulté. A force d’avoir le nez tourné vers la terre, ils ont oublié la mer,...


  • ETTORE ETTORE 11 août 13:13

    Bonjour Olivier.

    Quoi de plus naturellement vert pour Monarc 0.0 de faire siennes les couleurs vertes, fraichement écloses des urnes  ?

    Bien naïf celui qui imagine qu’il feras ce qu’il dit, il ne fait que tondre les idées.

    Ce spécialiste du surf, a inventé le premier pays à la vague artificielle, sur laquelle il espère bien rester sur la crête, encore deux ans , et activer encore et encore tous les remous possibles et imaginables pour rester à flot.

    Les trahisons sont pourtant foison, telles des bouées de sauvetage lancées à la populace, histoire de leur laisser la tête hors de l’eau, à portée des flash ball des maîtres saigneurs.

    Si ce présidiot était un tableau, la seule chose qui mériterait le détour par la galerie d’art, serait que le clou, c’est LUI !,

    Le reste, paroles, actions, promesses, mensonges, gesticulations....ne sont là que pour justifier la présence d’une oeuvre si nullissime, qu’aucun mur des cons, ne serait en capacité de soutenir pareil lourdeur et ignominie.

    Pourtant, voyez vous, Olivier, des gens se pressent encore à l’apéro dinatoire du vernissage à rallonge .

    Peut être que ces gens, s’attendent à une dédicace de l’artiste ? Qu’il dévoile une oeuvre future, pas encore suggérée ? Mais, à bien y regarder de près.....

    Ce ne sont que des « maux » accrochés au clou, le Mont de Piété Elyséen

    Ce type a bien mis la France, sa population, en gage, afin de payer son engagement auprès des banques, dont il est plus que redevable.


  • The White Rabbit The White Rabbit 11 août 14:02

    Juste pour info, la première image d’illustration (le crâne décharné sous la planète terre) est mal sourcée :

    C’est en fait l’image de la pochette de l’album Oxygène de JM Jarre.


  • Ecométa Ecométa 11 août 14:09

    Nous perdons connaissance et cette époque vouée au « rationalisme » paroxysme de rationalité et plus simple rationalité, y est pour quelque chose !

    Il y a un autre mot de la langue française qui est celui de « prévalence » qui peut nous éclairer sur ce qui se passe actuellement dans cette crise sanitaire.

    Prévalence : du rapport du nombre de cas d’un trouble morbide, à l’effectif total d’une population, sans distinction entre les cas nouveaux et les cas anciens, à un moment ou pendant une période donnée.

    Trouble morbide : lié à la maladie ; en l’occurrence lié au covid 19 !

    Autrement dit, on ne peut pas raisonner de la même façon, en ce qui concerne la nécessité de tester la population en début d’épidémie, où il est nécessaire d’isoler, d’isoler et non de confiner toute la population d’un pays ; et en fin d’épidémie où s’installe une immunité collective ou les tests nous renseignent précisément sur cette immunité collective.

    Il semblerait que les Instances scientifiques françaises et même mondiales, tous ces conseilleurs à la botte de ces marchands de la « Grande Pharmacie », qui sont à l’œuvre actuellement, manquent totalement de connaissances médicales, ou feignent de les ignorer ; ignorent la médecine et les médecins dont la profession est de soigner les malades et non de faire des expériences vaseuses assez proches du « nazisme » ! Car faire des essais en double aveugle, dite méthode de « randomisation » pratiquer dans la « Grande Pharmacie » pour tester les effets nocifs des médicaments, qui consiste à choisir chez des gens qui ne sont pas malades mais en très bonne santé, qui va prendre le dit médicament et qui va prendre un simple « placébo » ; et dans le cas d’une réelle épidémie : qui va réellement être soigné et qui ne va pas l’être relève, il faut le dire : du « nazisme » ! On est, là, chez le Docteur Mengele !

    L’Enfumage continue et de plus belle encore pour nous faire croire à une deuxième vague et contredire le Professeur Didier Raoult ; Didier l’Embrouille, qui a fait manger leur chapeau à tout ce « beau petit monde » de la santé publique en France.

    Le gouvernement veut nous faire croire qu’il fait le job en testant à tour de bras  ! Non, c’était au « départ » pour confiner, pour isoler les « premiers contaminés » qu’il fallait faire le job et tester en masse comme en Allemagne. Tester et ensuite soigner sérieusement, d’une façon précoce sans attendre que les gens appellent le 15 et se retrouvent aux urgences puis sous respirateurs et décèdent ou restent avec de graves séquelles !


  • alinea alinea 11 août 17:18

    Olivier, je ne te suis pas du tout : d’une part je ne crois pas une seconde que le CO2 est responsable du réchauffement climatique ; des réchauffements il y a en toujours eu, et des glaciations aussi, et le méthane que ce réchauffement libère est bien plus réchauffant !

    D’autre part, je ne crois pas une seconde que la chauve-souris y soit pour quelque chose ; il n’y a pas que moi qui admet que ce virus sort d’un labo, ce qui explique cette grande panique : la créature de l’apprenti sorcier lui a échappé ; mais, comme le dit le Professeur Montagné, la Nature se libère vite de des artifices qu’on lui adjoint, et le virus se libérait déjà des séquences artificielles ajoutées début avril.

    Mais l’important n’est pas là, puisque cela ne change pas le réel : comment faire face au réel ? : se préparer à l’écroulement du système, en l’accompagnant, en l’aidant à tomber, en aiguisant nos consciences et nos résistances de manière à en être acteurs plutôt que victimes.

    Sinon, le Frédéric est un petit gars du bourg ( de mon bourg), il en faudrait un par bourg, et un par quartier, et mille supporters pour un tenace !!

    S’il te plaît, va lire mon article en modé, et fais m’en un commentaire s’il ne t’agrée pas !!


    • olivier cabanel olivier cabanel 11 août 18:01

      @alinea
      bah, je ne suis pas scientifique, tu le sais bien...
      tu as raison de dire que le CO² c’est peanuts face au méthane, 23 fois plus en terme de changement climatique...
      quant au virus, il est comme tu dis probablement issu d’un labo et échappé peut être accidentellement...mais la chauve souris pourrait tout aussi bien être impliquée..ou les deux à la fois... on le saura bien un jour...peut etre... smiley
      une chose que je crois, c’est que l’homme déséquilibre le fragile équilibre qui régit cette planète, et que l’aile de papillon à fait son oeuvre...
      bon, je vais aller voir ton article
      @+ 


    • olivier cabanel olivier cabanel 11 août 18:04

      @alinea
      pour l’article, tu en es à +11 et moins 7...


    • JC_Lavau JC_Lavau 11 août 18:12

      @olivier cabanel. Rappel : la fraude de Le Treut et Jancovici, « L’effet de serre ».
      Ils ont publié chez Champs Flammarion, avec un certain nombre de fraudes qui arrangent bien leurs préoccupations territoriales.

      Il est frauduleux de prétendre que les gaz polyatomiques qui ont absorbé un photon à l’une de leurs fréquences de résonance vibrationnelle, « réémettent » ce photon. Pas aux pressions atmosphériques. Seulement bien plus haut dans la stratosphère. Aux pressions atmosphériques, ces molécules excitées d’un photon se désexcitent par collision bien avant d’avoir une chance d’émettre. Résultat net : cette tranche d’atmosphère, jour ou nuit, est un poil moins froide que selon le gradient adiabatique pur, et la tropopause et les bases de nuages sont un poil moins basses.

      C’est tout ! Zéro effet au sol. Seuls les aérosols - les nuages essentiellement - ont possibilité d’émettre du rayonnement thermique selon leur température absolue et selon leur albédo.

      La fraude carbocentriste est commanditée, par un calcul politique des marionnettistes qui télécommandent des escrocs aux ordres, dont les deux mentionnés ci-dessus. Pour des raisons énergétiques ? Tarataboum ! Pour occuper les petits-bourgeois déci-instruits (instruits à 10 % maxi), à de furieuses guerres de religion contre les incroyants. Et toute guerre de religion est une guerre civile...
       Yargh ! Yargh ! Yargh ! Yargh ! Yargh ! Yargh !


    • Traroth Traroth 11 août 18:19

      @JC_Lavau
      En gros, ça provoque un réchauffement, quoi...


    • JC_Lavau JC_Lavau 11 août 18:23

      @Traroth. Dupond et Dupont diraient même plus...


    • olivier cabanel olivier cabanel 11 août 18:46

      @JC_Lavau
      c’est pour cette raison qu’il faut parler « changement climatique », et non « réchauffement ».... smiley


    • bebert bebert 11 août 18:49

      @JC_Lavau
      Ben oui c’est bien connu les c..s çà ose tout c’est même ...........


    • JC_Lavau JC_Lavau 11 août 19:14

      @OC. Des « changements climatiques », il y en a toujours eu, et bien plus violents en notre Quaternaire où il y a des glaciations. DONC il est drôlement urgent que tu aies drôlement les chocottes, hein !


    • Septime Sévère 12 août 08:20

      @olivier cabanel
      .
      C’est pour cette raison qu’il faut parler « changement climatique », et non « réchauffement »...
      .
      De toute façon, l’un ou l’autre, il faut arrêter les centrales nucléaires parce que c’est leur rendement de Carnot très faible qui dégage des quantités de chaleur énormes.


    • Septime Sévère 12 août 08:25

      @olivier cabanel
      .
      je ne suis pas scientifique, tu le sais bien...
      .
      Ah, non, pas de fausse modestie. Même si vous n’avez pas de doctorat en sciences, vous avez les aptitudes qui vous auraient permis d’y accéder. La lecture de vos archives le montre suffisamment, et j’y invite chacun. 


    • JC_Lavau JC_Lavau 12 août 08:44

      @SS. Rendement ni pire ni meilleur que toute autre centrale thermique.


    • JC_Lavau JC_Lavau 12 août 08:46

      @francis29. Certes, mais ça fait savant que d’exhiber un ou deux mots techniques.


    • Septime Sévère 12 août 09:10

      olivier cabanel a écrit :
      .
      l’homme déséquilibre le fragile équilibre qui régit cette planète, et que l’aile de papillon a fait son oeuvre
      .
      Laissez tomber l’effet papillon, qui n’est pas en cause ici, même si ça fait chic dans le discours.
      L’effet papillon est une illustration semi-humoristique du fait qu’un système déterministe est imprévisible du fait de sa sensibilité à des variations même minimes de ses conditions initiales. 
      Cela n’a rien à voir avec le bien ou le mal ni la préservation par l’homme des équilibres écologiques. Ce n’est pas une mise en garde contre les mauvaises actions.


    • Septime Sévère 12 août 09:20

      @JC_Lavau
      .
      Rendement ni pire ni meilleur que toute autre centrale thermique.

      Comment ! Pour produire en France 400 TWh annuels d’électricité nucléaire, il faut dégager 1200 TWh de chaleur de fission, alors qu’il suffirait de brûler 700 TWh de gaz. Il en résulte un excédent de 500 TWh annuel qui rapporté à nos 550 000 km² cause une surchauffe nucléaire excédentaire de 29 watts du kilomètre carré ! Est-ce que seulement vous vous rendez compte ?


    • Septime Sévère 12 août 09:27

      @francis29
      .
      Certes, et c’est même un critère détestable puisque l’uranium laissé dans le sol présente zéro de PIB. Ce qui compte est de savoir à quel prix sort le kWh. Seulement, les écologistes toujours à l’affût de la pataphysique exploitable utilisent couramment cet argument sans valeur, et je m’en voudrais ne pas les y « confiner ». 


Réagir