lundi 13 septembre - par Bernard Dugué

Succès et limites de la vaccination, les illusions de l’immunité collective

JPEG

 

 1) Course contre la montre.

 Si une chose est certaine, c’est que la pandémie de SARS-CoV-2 a bouleversé le fonctionnement des sociétés et la science n’y a pas échappé. L’urgence sanitaire a engendré une pratique scientifique inhabituelle. Alors qu’en temps « normal » c’est la science qui détermine la vitesse de production des résultats et des hypothèses, en temps de pandémie, une accélération s’est produite dans toutes les spécialités convoquées pour comprendre le virus, l’épidémie et trouver des solutions. La science n’était plus la seule maîtresse des horloges. Elle a connu une urgence expérimentale inhabituelle. La pandémie a justifié cette urgence. Ce n’est pas comme les sciences physiques qui peuvent atteindre des années voire des décennies avant qu’une explication d’un phénomène cosmologique ou quantique puisse être expliqué. Un demi-siècle sépare la conjecture EPR et les expériences de non séparabilité réalisées par Alain Aspect. Ces résultats n’ont rien changé à la vie de tous les jours, tout au plus ont-ils confirmé que les physiciens ne comprennent pas le « monde quantique ». En revanche, nous ne pouvons pas attendre des années ni des mois pour trouver des outils qui, à défaut de vaincre le virus, permettent d’atténuer l’amplitude de l’épidémie dans chaque pays. L’appareil sanitaire possède deux leviers pour atténuer l’épidémie, au niveau clinique avec les traitements, au niveau sociétal avec les mesures barrières au risque d’abimer fortement la vie sociale et le psychisme des gens. L’efficacité réduite des traitements et leurs limites sont maintenant connues. Le vaccin est sans doute le traitement le plus efficace contre les formes graves d’autant plus qu’il intervient en amont, autrement dit en préventif. En revanche, le vaccin n’est pas indiqué pour les sujets jeunes, les moins de 20 ans. La vaccination des ados est motivée plus par des considérations politiques que scientifiques. Elle repose sur l’illusion d’une immunité collective. Mais c’est quoi l’immunité collective ?

 

 2) Polio, variole, Covid.

 Les médias balancent au tout venant la notion d’immunité collective sans se soucier de sa signification précise. En réalité il y a deux types d’immunité collective, le premier agit sur la maladie et non pas la transmission du virus. On doit parler d’immunité protectrice de masse. C’est ce que l’on observe pour les coronavirus endémiques circulant depuis des décennies, ou alors la grippe, qui revient chaque année et dont on sait que trois quarts des porteurs sont asymptomatiques, ce qui signifie qu’ils disposent d’une immunité protectrice. Ce phénomène est aussi observé pour les coronavirus, y compris celui de 2019. Le second type est défini comme éliminateur ; une immunité éradicatrice fait disparaître la circulation d’un virus. La variole est le seul virus qui a été éliminé. Mais il faut noter deux choses. D’abord, l’homme est le seul hôte pour les deux souches de ce virus ; ensuite, le poxvirus de la variole dispose d’un génome à ADN, ce qui le stabilise et réduit considérablement la plasticité des épitopes et donc l’échappement immunitaire. Le cas de la polio est différent. Cette maladie se transmet par un entérovirus non enveloppé dont le génome est pour ainsi dire spartiate, un ARN de 7500 bases, ce qui limite les possibilités d’apparition de variants. De plus, la transmission ne passe pas par les voies respiratoires mais emprunte les voies féco-orales et la vaccination réalisée avec une souche atténuée s’avère très efficace. L’élimination définitive du poliovirus reste à l’ordre du jour, ou du moins, l’éradication de la maladie à l’échelle planétaire. En revanche, l’éradication du SARS-CoV-2 et de la pandémie de Covid, bien qu’envisagée par des épidémiologistes, n’est plus à l’ordre du jour et d’ailleurs, les savoirs disponibles ne laissaient aucune chance à cette option jugée actuellement comme illusoire. Le SARS-CoV-2 ne peut pas disparaître car il dispose d’un réservoir élargi incluant plus d’une dizaine de mammifères et qu’il circule intensément avec la possibilité de réinfections (il faudra attendre quelques années pour quantifier ce phénomène). De plus, son génome de 30kb offre de multiples possibilité pour interférer avec les cellules hôtes, s’adapter et le cas échant, déjouer les barrières immunitaires, qu’elles soient naturelles ou bien renforcées par la vaccination.

 L’éradication du SARS-CoV-2 est définitivement exclue depuis la propagation des populations virale descendant du variant delta. Les épidémiologistes parlent d’une épidémie de non-vaccinés ; non sans quelque intention moralisatrice. Ils ont sous-estimé l’épidémie des vaccinés qui elle aussi se manifeste. Les observations récentes ont conduit l’Institut Pasteur à prendre en compte dans ses modélisations la propagation virale chez les adultes vaccinés. Il se confirme que la vaccination freine partiellement la propagation du virus. Les vaccinés sont porteurs asymptomatiques, contagieux mais moins longtemps que les non vaccinés ; ils développent une forme bégnine apparentée à un rhume. Et parfois, une forme plus puissante, accompagnée de fièvre, toux, parfois anosmie, cette forme pouvant être très violente comme l’a confié le médecin, maire et consultant TV Ludovic Toro, cloué plusieurs jours au lit en juillet malgré ses deux doses vaccinales reçu pendant l’hiver 2021.

 

 3) L’infection virale et la réponse se développent sur deux niveaux

 C’est par commodité sémantique que les virus sont considérés comme des parasites alors qu’ils ne sont pas des organismes vivants mais tout simplement des signaux complexes capables de transformer les cellules et de propager la transformation à grande échelle, tissulaire chez les animaux. Un virus n’a rien de comparable avec une bactérie qui maîtrise le métabolisme et dispose d’un appareil ribosomial permettant de fabriquer les protéines. Une infection virale est très différente d’une infection causée par un champignon, une bactérie ou un parasite. Le développement d’une infection est causé par la pénétration d’une charge virale suffisante pour transformer les cellules infectées en un nouveau phénotype devenu une source de contaminations par la circulation des virions que produit la cellule infectée. Cette première étape se joue au niveau mésoscopique moléculaire, celui des protéines, acides nucléiques et ribosomes, qui court de 5 à 100 nm. C’est l’hôte qui détermine le devenir des virions. La transformation virale s’étend ou parfois d’éteint. Tout dépend de la propension des cellules réceptrices à se laisser embarquer dans le jeu viral. C’est une erreur que de comprendre les virus comme s’ils étaient des entités vivantes auxquelles on attribue des intentions vitales, évolutives, exécutées par des mécanismes propres. Non, la réalité est toute autre. Les virus sont des signaux complexes produits par les organismes qui les hébergent. La réaction de l’hôte se fait en deux étapes, une interprétation du signal viral accompagnée d’une signalisation intracellulaire, une réponse des cellules immunitaires extracellulaire (Li, 2020). C’est lors que la première phase que le SARS-CoV-2 se distingue des autres coronavirus en disposant d’une protéine S particulièrement efficace pour se lier à la membrane, puis être clivée afin d’entrer dans la cellule avec un mécanisme spécifiques permettant à la nucléocapside de rejoindre les ribosomes en n’étant pas piégé par les endosomes. Cette propriété n’a pas été relevée pour le SARS premier (Scudellari, 2021). De plus, le SARS-CoV-2 utilise au moins une, sinon plus, protéine, dont l’effet est de réduire la production d’interférons. Enfin, le SARS-CoV-2 interfère de manière complexe avec les régulations intracellulaires de la synthèse protéique en bloquant partiellement la traduction des ARN cellulaires ce qui optimise le détournement de finalité des ribosomes qui fabriquent alors les protéines virales (Scudellari).

 Ces observations confirment la nécessité d’effectuer une révolution copernicienne dans le domaine sémantique. L’intrusion d’un virion dans une cellule ne produit pas uniquement la fabrication d’autres virions. Elle génère une transformation phénotypique consécutive à une interprétation par la cellule infectée des signaux viraux. La production « industrielle » des virions n’est que le résultat de l’interprétation des signaux envoyés par les protéines virales. L’ARN viral parvient aux ribosomes, ce qui permet aux signaux viraux d’être déployés et c’est ensuite que la cellule fabrique d’autres virions en usant pour ainsi dire de leurres sémantiques alors que les ressources sémantiques de la cellule sont mobilisées pour détecter l’anomalie et la signaler, par les voies intracellulaires (Récepteurs Toll-like, MyD88, TRIF, STING, interférons, etc.) puis une communications extracellulaire en direction de la « patrouille immunitaire ». Il faut retenir qu’un virus n’est pas un objet vivant comme le sont bactéries, plantes, animaux, mais un signal complexe capable de produire une transformation phénotypique massive selon l’état de « permissivité sémantique » des cellules infectées. Cette notion de permissivité sémantique vaut également pour le langage parlé, ainsi, un discours sectaire est un signal qui, s’il est interprété par un sujet permissif, fera de cette personne une adepte alors que d’autres personnes seront réfractaires, disposante d’une robuste immunité identitaire.

 Le SARS-CoV-2, comme les quatre coronavirus endémiques, se propage par l’infection des voies nasales. Les virions se développent dans l’épithélium des muqueuses où circulent les cellules dendritiques qui sont en première ligne immunitaire. Ces cellules sont infectées, détectent les virions avec des récepteurs internes et produisent des signaux d’alerte, interféron essentiellement. La signalisation se fait de cellule à cellule, ce qui permet de générer une réponse inflammatoire visant à éliminer les cellules infectées. Le système immunitaire ne détruit pas les virions mais les cellules transformées, comme si elles étaient reconnues comme parasites, à l’instar d’une bactérie ou d’un champignon. Les cellules actives en première instance sont les lymphocytes CD4+ qui relaient l’information et les CD8+ qui eux, sont cytotoxiques. Interviennent également les cellules dendritiques inflammatoires, issues des monocytes, et accessoirement les macrophages. Ces mécanismes constituent la réponse immunitaire innée, à laquelle contribue également le système du complément qui ne semble pas être puissamment activé après l’infection au SARS-CoV-2

 Une réponse innée mobilise ensuite les cellules de l’immunité acquise. Les cellules CD4+ communiquent avec les cellules compétentes dans la réponse adaptative. Les lymphocytes B produisent des anticorps spécifiques aux épitopes viraux et les lymphocytes T disposent de récepteurs membranaires capables de reconnaître les cellules infectées en détectant les protéines virales.

 Les cellules B et T produisent une réponse acquise rendue possible par la mémoire d’une infection précédente ou alors renforcées artificiellement par un vaccin dont l’effet premier est de produire des anticorps se fixant sur les épitopes exprimés par les protéines virales. Ces cellules produisent une réponse immunitaire et inflammatoire différée en cas de première infection virale et plus rapide lors d’une seconde infection car elles conservent la mémoire des déterminants antigéniques viraux et sont capables d’intervenir plus rapidement, produisant une réponse efficace avec un « emballement inflammatoire » maîtrisé.

 La réaction inflammatoire intervient dans la phase terminale de l’infection et permet d’éliminer les tissus endommagés tout en produisant des mécanismes réparateurs permettant de restaurer l’état antérieur de l’organisme. L’activation immodérée de l’inflammation finit parfois par se propager tel un incendie et devenir multisystémique, ce qui engendre les formes fatales du Covid. 

 

 Résumé. L’infection virale se développe à la manière de plusieurs vagues successives de processus émergents mobilisant cellules et signaux. (1) L’entrée des virions et la réponse cellulaire face au signal viral, transformation phénotypique, fabrication des virions, propagation ; (2) la reconnaissance du signal et son interprétation par la première ligne de défense ; (3) le recrutement des cellules compétentes, avec superposition de la réponse innée et de la réponde adaptative ; (4) accentuation et extension de l’inflammation.

 

 Le déroulement des séquences est plus compliqué pour le SARS-CoV-2 car ce virus possède un double tropisme respiratoire, il infecte les tissus du nasopharynx puis l’épithélium alvéolaire dans les poumons, créant des dommages considérables. La dynamique infectieuse n’est pas la même, rapide dans les voies nasales, plus lente dans les alvéoles pulmonaires. Et c’est le même constat pour les réponses immunitaires, plus ou moins décalées dans le temps. 

 

 4) Les effets de la vaccination et les nouveaux variants

 Beaucoup de questions se posent sur la vaccination. Je propose d’y répondre succinctement en précisant que l’immunité contre les coronavirus est un domaine assez bien documenté mais avec des résultats contrastés ne permettant pas de tirer des conclusions univoques (Li, 2020, Huang, 2020). Bref, un lien causal existe entre immunité et symptômes. Les différences physiologiques constatées pour l’immunité se répercutent sur les observations cliniques effectuées sur les patients.

 Oui, le vaccin permet de limiter les formes graves, parce qu’il accélère la réponse immunitaire en jouant sur les cellules B et T qui prennent le relais et sont plus efficaces que les cellules de l’immunité innée. L’infection n’est pas stoppée mais la réponse est plus efficace car la séquence (3) intervient plus rapidement et de manière plus ciblée. La vaccination procure une protection pour les sujets classés comme étant à risque face à l’infection par le SARS-CoV-2 ; elle permet de freiner de manière conséquente l’arrivée des patients à l’hôpital. La vaccination favorise la course contre la montre, elle permet l’intervention précoce d’une réponse immunitaire mais elle ne stoppe pas l’infection, autrement dit les phases (1) et (2). Si la vaccination semble réduire les infections, ce serait alors l’effet des anticorps neutralisant qui interviennent au niveau (1) ou alors une protection en trompe-l’œil, les patients infectés devenant alors asymptomatiques et passant sous les radars.

 Non, la vaccination ne permet pas de réduire drastiquement la circulation du virus. Parce que le virus infecte les voies nasales et que les séquences (1) et (2) permettent la production d’une charge virale conséquente. Les anticorps neutralisant générés par le vaccin ne circulent pas dans les voies nasales. En revanche, l’immunité vaccinale active la phase (3) ce qui permet une élimination un peu plus rapide de la charge virale. La vaccination limite la propagation virale avec un facteur difficile à évaluer sans biais. Les décisions politiques ne sont pas éclairées correctement si elles ne distinguent pas la propagation du virus et le développement de l’épidémie au sens clinique, autrement dit les malades. Une épidémie de virus, ça n’existe pas. Ce sont les malades qui doivent être pris en charge et si la vaccination freine avec efficacité la maladie, alors elle est utile.

 Non, la vaccination ne stoppe pas la production des variants, tout au plus elle freine leur émergence si l’on admet que la génération des variants dépend de la production des virions lorsque le virus se transmet d’un patient à un autre. Vaccinés ou pas, les sujets infectés fabriquent des virions (phase 1 et 2) et donc, peuvent générer des variants. Avec deux questions. Les nouvelles populations de virus auront-elles un avantage en termes de contagiosité, suite à une modification de la spicule ainsi que d’autres protéines ? Ces virus modifiés auront-ils la capacité d’échapper au ciblage des épitopes B et T générés par la vaccination ou l’infection, autrement dit, de développer un échappement immunitaire ?

 Non, la vaccination des jeunes n’est pas une bonne solution et sans doute une mesure préjudiciable à une normalisation de la situation sanitaire, pour autant qu’on puisse l’espérer. Les jeunes, enfants ou ados, développent une réponse rapide dans les muqueuses et l’infection est stoppée dès l’intervention de la réponse innée, qui de surcroît se transmet aux cellules compétentes B et T. En conséquence, l’immunité naturelle se développe et elle est plus puissante, complète, car elle a en mémoire le processus viral avec ses codes et ses épitopes complets. De plus, elle pourrait être durable en plus de son efficacité accrue, 13 fois celle produite par deux doses de Pfizer d’après une étude israélienne. Une immunité durable qui présente un avantage indéniable sur le moyen terme. Les jeunes infectés seront immunisés sur une longue duré, ce qui permettra le développement d’une circulation « endémique à bas bruit » du virus et un freinage conséquent de l’épidémie les prochaines années.

 

 5) Notes conclusives

 Il n’y a aucune conclusion tangible et définitive sur l’immunité humorale induite par le SARS-CoV-2, ni du reste par les autres coronavirus. Il a été établi que les HCoV endémiques produisent rarement une réactivité antigénique croisée avec les nouveaux virus SARS et MERS alors qu’inversement, ces nouveaux virus activent la production d’anticorps dirigés contre les HCoV endémiques : « Alors que les HCoV endémiques induisent rarement des anticorps à réaction croisée contre les HCoV émergents, le SRAS-CoV et le MERS-CoV stimulent les anticorps induits par des infections antérieures à HCoV. De multiples mécanismes d'immunopathologie ont été suggérés, mais il n'existe aucune preuve causale solide. La mesure dans laquelle les réponses en anticorps peuvent dans certaines circonstances contribuer à la gravité de la maladie n'est pas connue. » (Huang, 2020). On peut néanmoins penser que la gravité des pneumonies aux HCoV récents dépende d’une suractivation des mécanismes la réponse immunitaire acquise. Malgré le nombre considérable d’études sur le SARS-CoV-2, il n’est pas possible d’établir des conclusions sur la réponse humorale et la persistance des anticorps. Les seules tendances observées montrent un affaiblissement humoral et confirment l’effet du vaccin sur les formes graves. Mais ce serait une erreur que de suivre uniquement la sérologie car l’immunité est plus complexe, mobilisant les cellules T. L’immunité croisée avec les épitopes T n’est pas suffisamment documentée bien que plausible, pouvant expliquer l’efficacité de la réponse chez des sujets jeunes.

 La configuration épidémiologique est un peu plus claire. La vaccination ne peut pas permettre une éradication du SARS-CoV-2 qui est un virus respiratoire et dont il est impossible de stopper la production par les organismes infectés, autrement dit, les phases (1) et (2) de l’infection, d’autant plus que la descendance delta produit ses effets avec une rapidité accrue. La charge virale augmente et devient contagieuse au bout de quatre jours. En revanche, les phases (3) et (4) sont concernées par la vaccination qui diminue d’un facteur 10 les risques d’hospitalisation. Ces risques sont minimes pour les moins de 20 ans et augmentent avec l’âge et les facteurs de fragilité immunitaire.

 La réponse immunitaire ne se conçoit pas comme un ensemble de mécanisme mais comme une série d’interprétations et de signalisation. Chaque phase de l’infection génère ses processus moléculaires cognitif et nous ne savons pas encore décrypter cette sémantique, pas plus que nous ne savons décrypter la gravité quantique et ses processus sémantiques. L’organisme apprend lorsqu’il est infecté et d’ailleurs, il ne fait qu’apprendre en affinant ses réponses face aux perturbations physiologiques mais avec l’âge, les apprentissages s’effacent et c’est la vieillesse. Le Covid ne nous a pas tant plongés face à la question de la mort que face à vieillesse.

 La virologie recèle son cortège d’interrogations mais une tendance se dessine. Le virus et ses variants sont fabriqués par les hôtes qui produisent aussi une immunité personnalisée. Nous ne savons pas encore la clé de l’énigme. La seule option praticable reste la recollection des observations et le suivi de l’épidémie. Le variant delta n’est pas encore parfaitement cerné, avec des différences marquées selon les pays, aucun n’étant épargné.

 

 Huang, A.T., Garcia-Carreras, B., Hitchings, M.D.T. et al. A systematic review of antibody mediated immunity to coronaviruses : kinetics, correlates of protection, and association with severity. Nat Commun 11, 4704 (2020).

 https://doi.org/10.1038/s41467-020-18450-4

 

 Li, G. et al. ; Coronavirus infections and immune responses ; J. Med. Virology, janvier 2020

 https://doi.org/10.1002/jmv.25685

 

 Scudellari, M. How the coronavirus infects cells — and why Delta is so dangerous ; Nature, july, 28, 2021. https://www.nature.com/articles/d41586-021-02039-y

 



101 réactions


  • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 13 septembre 10:17

    ’’ L’appareil sanitaire possède deux leviers pour atténuer l’épidémie, au niveau clinique avec les traitements, au niveau sociétal avec les mesures barrières au risque d’abimer fortement la vie sociale et le psychisme des gens. L’efficacité réduite des traitements et leurs limites sont maintenant connues. Le vaccin est sans doute le traitement le plus efficace contre les formes graves d’autant plus qu’il intervient en amont, autrement dit en préventif.’’
     
    1. Les « mesures barrière » ont fait plus de dégâts que le virus. Les mesures barrière essentiellement des mesures vexatoires et sadiques sont le prélude à la mise en coupe réglée de toute la population.
     
    2. Mais ce n’est rien comparé à ce que les injection de Covid peuvent avoir de conséquences en terme de santé et mortalité. Et je sais ce parler veut dire, quand je dis "injections de covid’’

     

     Je ne mets aucun lien tant j’en ai sous le coude pour accréditer ces deux affirmations.


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 13 septembre 11:00

      @Francis, agnotologue
       
      Les jeunes sont gravement malades ! Il faut la 3 e dose !


       
      Cette vidéo est un comble de fabrication d’ignorance qui se prévaut de ses turpitudes : on a fait croire que les deux premières doses injectées sauveraient. Maintenant on dit que ceux qui ont reçu ces deux doses sont en extrême danger, et qu’il faut impérativement une troisième dose pour s’en sortiir !!!
       
       
       ps. Pour ceux qui sont allergiques aux vidéo, en voici la transcription ( qui n’est pas de moi) :
       
      « Un point très important que le public doit comprendre et je pense que la plupart des gens ne le savent pas encore : la population la plus vulnérable en ce moment, de manière paradoxale, est celle qui a reçu deux doses de vaccin mais pas la troisième. Pourquoi ? Parce qu’ils se promènent en pensant qu’ils sont protégés parce qu’ils ont reçu les deux doses. Ils ne comprennent pas que le deuxième vaccin s’est estompé contre le « Delta » et qu’ils doivent rapidement se faire vacciner avec la troisième dose de vaccin.
      Par conséquent, chacun d’entre nous, y compris les députés de la Knesset Gila Kariv et Itamar Ben-Gvi qui sont tous deux jeunes, il y a beaucoup de jeunes (vaccinés) qui sont gravement malades, y compris des hospitalisations.
      Ces âges sont les plus vulnérables parce que quelqu’un qui n’a pas été vacciné est au courant depuis un an et demi... Il est probablement assis et enfermé dans une pièce ou dans ce style.
      .. »


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 13 septembre 11:52

      @Francis, agnotologue
       
      Perte de substance


       
       « ...Et voilà que, pour couronner le tout, nous tombe dessus… la pandémie COVID-19 (tin tin tin !!) (ou plutôt : patatras). Et toutes les absurdités se trouvent alors magnifiées. ... »


    • alinea alinea 13 septembre 13:17

      @Francis, agnotologue
      Je vais le mettre ici, à propos : l’article de Thierry Gourvénec n’est pas mal, je vous assure, mais coincé en modération. Sûrement que le ton est trop émotionnel et pas assez scientifique, mais ce qui est dit est juste et c’est un médecin qui parle !!! ; aussi, modérateurs qui passez vous pouvez toujours y jeter un œil !
      Article : Vaxxins : allons-nous laisser meurtrir, et même assassiner nos adolescents ? - AgoraVox


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 13 septembre 13:31

      @alinea
       
       je l’ai plussé il y a quelques jours. Peut-être devrait-il le reproposer : surveillons en une éventuelle re-proposition.


    • Eric F Eric F 13 septembre 14:00

      @Francis, agnotologue
      En parlant d’« injection de covid », vous prouvez que vous n’avez strictement rien compris aux articles que vous mentionnez dans d’autres commentaires en support à cette affirmation. Vous avez été pris la main dans le sac lorsque vous avez prétendu que l’ARNm des vaccins agissait via l’ADN du noyau de nos cellules, alors qu’il agit directement dans les mécanismes de génération de protéine de la cellule elle-même.
      Au moins l’auteur sait de quoi il parle, et même lorsqu’il avait émis des hypothèses qui ont été par la suite infirmées, il n’y avait pas de contresens dans sa présentation des mécanismes physiologiques -quiconque a une base de connaissance scientifique peut au moins vérifier la cohérence-.

      Idem concernant les « mesures barrières », même un enfant de six ans comprend qu’en limitant les contacts interpersonnels on limite ipso facto les occasions de contamination, et qu’en limitant l’expectoration de postillons chargés en virus on en limite la diffusion, ou qu’en se lavant les main on réduit la transmission manuportée -du reste ça a même réduit les gastro !.
      Le « pass » est abusif et inapproprié, là on est d’accord, cela a été un « moyen de pression » pour la vaccination davantage qu’une mesure véritablement sanitaire, mais l’article ne dit pas le contraire.

      La réalité n’est pas en tout ou rien, et les autorités peuvent effectivement être incompétentes ou opportunistes (par conte c’est de la paranoïa de croire qu’elles veulent éradiquer la population).
      Je partage la crainte qu’un « précédent » a été créé dans le sens des contrôle des masses, l’évolution technologique va inéluctablement dans ce sens. Mais on marche parfois sur la tête : utiliser des drones pour surveiller des casseurs serait justifié, mais pister des réfractaires au confinement qui font un jogging en forêt, là est la dérive.


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 13 septembre 14:25

      @Eric F
       
       ’’vous avez prétendu que l’ARNm des vaccins agissait via l’ADN du noyau de nos cellules, alors qu’il agit directement dans les mécanismes de génération de protéine de la cellule elle-même. ’’
       
      Ne me chargez ps svp, de toutes les objections formulées contre ces injections. Nierez vous le fait que ces injections ont pour but de faire produire la protéine spike par nos cellules ? Même Bill G. N’aurait rien compris ?
       
      Quant à ça : ’’même un enfant de six ans comprend qu’en limitant les contacts interpersonnels on limite ipso facto les occasions de contamination ’’, c’est tellement grotesque que ça ne mérite même pas qu’on le lise.
       
       Si j’étais croyant, à votre place je ferais un procès au dieu créateur !
       
      Pfff !


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 13 septembre 15:06

      Bonjour Francis, agnotologue,
      .
      Merci pour votre commentaire smiley

      .
      Je vous apporte ici la preuve pour votre deuxième affirmation qui est véridique tout comme la première !
      .

      La question que l’on pourrait se poser est la suivante :
      .
      Pourquoi BIG-PHAMA et les gouvernements son-t’ils si presse à vouloir vacciner, avec des « vaccins » ARNm EXPÉRIMENTALES, la planète entière en si peu de temps ?
      .
      La réponse pourrait se trouver dans la dernière vidéo de Dr Ryan Cole.
      .
      Comme dit le Dr Ryan Cole :
      Les symptômes qui apparaissent chez un bon nombre de vaccinées sont les mêmes symptômes qui apparaissent avec une infection avec le COVID !
      .
      Si en automne de cette année, période saisonnale de la grippe, le nombre des malades vas véritablement exploser, due à l’affaiblissement du système immunitaire des vaccinés, liée à la toxicité de la protéine SPIKE, il leur sera gênant de constater que les non vaccinées vont en grande partie résister aux prochains variants sans tomber malade, tout comme pour la première vague, grasse à leur système immunitaire intacte, qui est le meilleur des « vaccins » du monde, le plus précieux, bref la défense naturelle !
      .
      Dans cette vidéo à [4:51] le Dr Ryan Cole

      dit mot par mot :
      .
      « … elle (la protéine SPIKE) induit les mêmes maladies que le Covid 19 !
      La même maladie pulmonaire, la même maladie vasculaire, la même maladie cardiaque, la mème maladie cérébrale. La SPIKE est la toxine !
       »
      .
      On pourrait conclure par :
      Ils sont si pressé à vouloir vacciner tout le monde pour qu’il n’y a plus de groupe de témoin non vacciné, des gens qui sont en grande partie en bonne santé et sans comorbidités et qui vont résister à la prochaine vague, prouvent ainsi cette énorme escroquerie de ses dites « vaccins » ARNm dont le descriptif réel devrait être « arme biologique »  !
      .
      C’est criminel !

      .

      Un conseil d’un grand nombre de médecins :
      Comment renforcer son système immunitaire (ce conseil s’adresse particulièrement à la population âgée) ?
      Réponse : Vitamine D, le ZINC qui est un oligoélément, vitamine C, … voire avec votre pharmacien .. notamment d’un chirurgien de Tarbes

      .

      Parole libre


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 13 septembre 18:16

      @Francis, agnotologue

       Cette bande de fous furieux poursuit son agenda quoi qu’il en coûte, et dare dare :rien ne les arrêtera sinon une révolte mondiale.
       
      https://odysee.com/@electron-libre:f/obligation-vaccinale-exp%C3%A9rimentale-avec-des-vaccins-toxiques-un-eleve-aide-soignant-temoigne-des-pressisons:a


    • simir simir 13 septembre 18:22

      @Eric F
      Les mesures barrières n’ont rien évité du tout.
      Vous parlez des contacts interpersonnels et bien justement c’est en restant cloitré à plusieurs dans de petits appartements que l’on a fait se renforcer l’épidémie. Beaucoup le reconnaissent maintenant.
      De même qui risquait t on de contaminer dans les forêts ou sur les pistes de ski.
      La Biélorussie n’a pas confiné et s’en tire beaucoup mieux que nous.

      Le masque .... il en aurait fallu 4 ou 5 par jour. Au lieu de cela il restait dans la poche ou sur le tableau de bord. Avez vous remarqué ; un chirurgien ne le touche même pas avec les mains alors que là on voyait sur les plateaux de télé des médecins qui le replaçaient 2 ou 3 fois par minute.
      Cela sert pour les postillons dans une salle d’opération mais pas pour les aérosols.
      Le virus fait 100 nm de diamètre. Les pores du masque 3000 nm et l’électricité statique ne fonctionne plus après 20 mn quand le masque est humide.
      C’est un signe de soumission c’est tout.


    • alinea alinea 13 septembre 22:03

      @Francis, agnotologue
      Dans mon coin, les aides à domicile sont de sacrés clusters à elles toute seules !!


    • Perplex Perplex 14 septembre 09:58

      @simir
      C’est comme arrêter les moustiques hébergés dans les pots de fleurs de son voisin, avec le grillage de sa clôture smiley


    • Eric F Eric F 14 septembre 10:10

      @simir
      Le terme de « contacts interpersonnels » n’était peut-être pas adéquat, je voulais plutôt parler de limitation des brassages de personnes. Ainsi, le premier gros cluster en France a été un congrès religieux, dont les membres venaient de diverses régions et y sont ensuite retournés, propageant la contamination dans le pays. Le confinement réduit ces situations mais ne peut qu’être que de durée réduite, c’est un palliatif à chaud qui n’aurait pas du se réitérer.

      Concernant le masque, il y a l’usage idéal que vous décrivez et qui n’est effectivement pas praticable en population de manière continue, ce qui était du reste la position initiale des autorités (peut-être pas uniquement lié à la pénurie). L’usage « en population » à partir du début d’été 2020 est venu de l’exemple de pays d’Asie comme la Corée du Sud, qui paraissait alors efficace dans ses résultats contre l’épidémie. On a excessivement poussé le bouchon en le généralisant en plein air ou encore à l’école primaire (sans parler du « double masque » préconisé par certains), peut-être fallait-il le limiter aux lieux de rassemblement denses en espace clos, de durée limitée. Faute de perfection, un optimum est à trouver.
      Je ne crois pas à la thèse de la volonté d’imposer une « soumission » sur ce point (au contraire, il y avait frustration dans la population à l’époque de la pénurie). C’est un peu de même nature que la ceinture de sécurité dans les bagnoles, que certains considéraient au début comme une camisole de servitude (il reste une poignée de réfractaires).

      Enfin, à propos de la Biélorussie, il faut être prudent sur les comparaisons entre pays touchés très différemment du fait des caractéristiques aléatoires des propagations épidémiques : tel pays épargné un moment peut devenir à son tour victime plus tard. On l’a vu entre l’Espagne et le Portugal lors de la première vague, sans aucune explication, et la situation s’est inversée plus tard. On l’a même constaté en France, où PACA pavoisait de ses meilleurs résultats que Paris en début d’épidémie, mais a depuis connu des période de surchauffe épidémique plus sévère que les autres régions.


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 14 septembre 10:28

      @Eric F
       
      Parlons en, de la ceinture ! Un bon exemple de la servitude que nous imposent les pouvoirs publics, « pour notre bien » !!!
       
      Pour échapper à ce que je considérais comme une contrainte insupportable, j’ai acheté une moto. Je n’ai pas eu besoin qu’on m’oblige à porter des gants en cuir : je l’ai fait spontanément jugeant cela intelligent. Quant au casque, n’en parlons pas, c’était obligatoire.
       
      Je veux dire que les dispositifs destinés à protéger la personne n’ont pas à être obligatoires : c’est contraire à la dignité de la personne en même temps qu’à toutes les valeurs de lu libéralisme, qu’il soit politique ou économique.
       
      L’être humain n’est ni un robot ni un animal domestique, ni un animal de laboratoire, n’en déplaise aux tyrans.


    • Eric F Eric F 14 septembre 17:32

      @Francis, agnotologue
      « Quant au casque, n’en parlons pas, c’était obligatoire »
      Eh bien voilà une obligation qui vous semble justifiée (même si vous la pratiquez par conviction), celle de la ceinture de sécurité est de même nature. Idéalement, si l’ensemble des individus était « raisonnables » il ne devrait pas y avoir besoin de contraintes, et pas non plus besoin d’avoir des serrures à sa porte d’entrée...

      Mais je suis d’accord qu’il y a une tendance des gouvernants (à tous niveaux, même les maires) à l’abus de contraintes, manière d’« exister » et justifier leur pouvoir. Par exemple la prolifération d’obstacles à la circulation routière pour allégation de sécurité conduit à créer des situations accidentogène, cet après midi j’ai encore failli me faire renverser à vélo dans une putain de chicane.


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 15 septembre 07:46

      @Eric F
       
       ’’Eh bien voilà une obligation qui vous semble

      justifiée ’’
       > Non ! Vous interprétée abusivement. Aucune restriction de ma liberté qui n’empiète pas sur celles d’autrui n’est justifiée.

      ’’ celle de la ceinture de sécurité est de même nature.’’

       > En ville, les piétons et les cyclistes sont 100 fois plus exposés par les bagnoles que ne le sont les conducteurs sanglés. Et pas protégés. Vous trouvez ça absurde ? Moi aussi ! Quant aux flics, ils sont nombreux à passer leur temps à reluquer les nanas au volant au lieu de surveiller la circulation.
       
      Les serrures ? C’est obligatoires ? Vous me l’apprenez.
       
      Bonne journée.


  • Clocel Clocel 13 septembre 10:17

    Faudra nous parler d’ingénierie sociale un de ces quatre, et arrêter de nous enfumer avec de la pseudo science prostituée.

    Le COVID n’est pas un enjeu de santé publique et vous le savez très bien, du moins je l’espère.


  • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 13 septembre 10:47

    L’efficacité réduite des traitements et leurs limites sont maintenant connues. Le vaccin est sans doute le traitement le plus efficace contre les formes graves d’autant plus qu’il intervient en amont, autrement dit en préventif.

    Pour le caractère préventif des vaccins, vous repasserez. Les données israéliennes sont criantes. D’autre part, les traitements (ivermectine etc.) sont aussi utilisés en prophylaxie, en Inde, en Chine et en Afrique... Ça fait 70% de la population mondiale quand même... Je vous laisse comparer les courbes de décès...

    Le reste de l’article est intéressant, mais ne fait que confirmer que ce cirque n’a rien d’une problématique de médecine ou de biologie. C’est visible dans cet article. Il commence par évoquer la science face à l’urgence. Et pour y faire face, certains ont eu la bonne idée de jeter à la poubelle tout ce qu’on savait en immuno, virologie, et même en gestion d’épidémie. Parce que l’article ne produit qu’une synthèse (très bien faite d’ailleurs) de choses connues et archi-connues. Pourtant, je tombe sur des articles de presse type : « On sait à présent que la vaccination ne permettra pas d’éradiquer le SARS-CoV-2 » Sans blague ? « A présent » ? C’est vraiment prendre les cons pour des imbéciles...


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 13 septembre 11:07

      @Opposition contrôlée
       
       ’’ce cirque n’a rien d’une problématique de médecine ou de biologie.’’
       
      Faire confiance à l’autorité est la chose la plus stupide qui soit. Véra Sharav
       
       Rescapée des camps de concentration nazis, elle démontre le parallèle entre le nazisme et le covidisme ; le parallèle entre l’étoile jaune et le masque ; le parallèle entre les Juifs et les "covidés’’ ; le parallèle entre la médecine nazie et la médecine covidiste.


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 13 septembre 12:35

      @Francis, agnotologue
      J’ai regardé. Très intéressant. Merci.


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 13 septembre 12:46

      @Opposition contrôlée
       
       vidéo communiquée par Clocel.
       
      Il y a tant de vidéos que nous devons ne sélectionner que les plus intéressantes, au contraire des provax pro-masques et pro-apartheid, qui ne postent que du bruit ou des fabrications d’ignorance.


    • ChrisWiss ChrisWiss 13 septembre 14:29

      @Opposition contrôlée
      Ah oui regarder les courbes , c’est bien . Mais vous avez entendu parler de dérivées , de proportions ?
      Israel ou la GB avant la vaccination avaient un rapport de 300 décès pour 10 000 infectés . Maintenant on en est à 50 pour 10 000 . Ah oui j’oubliais l’Islande ou il y a plein de contaminés , mais entre 1 et 0 morts par jour . Bref en fait on s’en br..le des contaminés , ce qui compte ce sont les dégâts que cause le virus . Si on testait pour le rhume on aurait surement aussi 30 ou 50 000 cas par jour . Et la depuis le vaccin , on a plein de morts en moins . Bizarre non ? Ah oui j’oubliai que le Delta est du pipi de chat et ne tue personne . Ah mais non dans les Antilles ils ne sont que très peu vaccinés et ils tombent comme des mouches avec le Delta . Heu une explication ?


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 13 septembre 17:35

      @ChrisWiss

      Israel ou la GB avant la vaccination avaient un rapport de 300 décès pour 10 000 infectés .

      Totalement bidon. OurWorldInData donne aussi le ratio décès/cas (CFR)

      UK : vaccination décembre 2020 (wikipédia), pic du CFR en février 2021
      IS : Pic à 10% en juin 2021 


  • jacques 13 septembre 11:06

    Le titre a été rapidement corrigé mais pas dans l’url....


  • malhorne malhorne 13 septembre 12:09

    nous savons tous que la vax666nation ne sert a rien , et peut même agraver notre systéme immunitaire ; par contre elle enrichi les labos , macron a travaillé pour pfizer , et doit en savoir quelque chose !!


    • charlyposte charlyposte 13 septembre 13:15

      @malhorne
      Comme quoi la croissance et le mensonge de la finance vont de pair ! le culot est celui de faire payer une dette fictive en devenir smiley une pierre deux coups gagnant ! la belle vie pour les néos aristos le doigt levé vers le peuple stupide qui croit n’importe quoi, mais tant que ça marche pourquoi se priver d’une manne à portée de main smiley


  • PascalDemoriane 13 septembre 12:20

    Magistral ! Je savais que l’auteur préciserait tôt ou tard en clair cette idée clef (qui est aussi mienne) que l’on devrait lire et relire 20 fois :

    "C’est une erreur que de comprendre les virus comme s’ils étaient des entités vivantes auxquelles on attribue des intentions vitales, évolutives, exécutées par des mécanismes propres.

    Il faut retenir qu’un virus n’est pas un objet vivant comme le sont bactéries, plantes, animaux, mais un signal complexe capable de produire une transformation phénotypique massive selon l’état de « permissivité sémantique » des cellules infectées. Cette notion de permissivité sémantique vaut également pour le langage parlé, ainsi, un discours sectaire est un signal qui, s’il est interprété par un sujet permissif, fera de cette personne une adepte alors que d’autres personnes seront réfractaires, disposante d’une robuste immunité identitaire."

    D’où la notion très actuelle de « virus mental » et « d’épidémie idéologique », de continuum organo-psychique.
    Merci !


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 13 septembre 13:21

      @PascalDemoriane
       
      ’’Il faut retenir qu’un virus n’est pas un objet vivant comme le sont bactéries, plantes, animaux, mais un signal complexe capable de produire une transformation phénotypique massive selon l’état de « permissivité sémantique » des cellules infectées.’’
       
      On ne dit pas autre chose quand on dit que ce sont des virus opportunistes.
       
       Ceci étant précisé, je trouve intéressante également, cette expression de ’’permissivité sémantique’’ et qui s’applique à tous les signaux par définition — y compris et surtout les paroles.
       
       ’’Un signal qui, s’il est interprété par un sujet permissif, fera de cette personne une adepte alors que d’autres personnes seront réfractaires’’
       

      Voir https://lesakerfrancophone.fr/pourquoi-certaines-personnes-soutiennent-elles-la-tyrannie-alors-que-dautres-la-defient
       


    • I.A. 13 septembre 18:59

      @PascalDemoriane

      L’auteur n’apparaît certes pas magistral en évoquant une « permissivité sémantique » de cellules infectées, expliquant que « cette notion de permissivité sémantique vaut également pour le langage parlé, ainsi, un discours sectaire est un signal qui, s’il est interprété par un sujet permissif, fera de cette personne une adepte alors que d’autres personnes seront réfractaires, disposante d’une robuste immunité identitaire. »

      ... Puisqu’à vrai dire, cela ne vaut que  et non pas également  pour le langage, parlé comme écrit d’ailleurs.
      Si l’on se met à comparer par trop sérieusement une infection biologique avec une infection verbale, alors la porte est ouverte à l’informatique ou la mode.

      Si monsieur Dugué fait bien d’évoquer une « robuste immunité identitaire », il omet de désigner les auteurs de ces discours sectaires face auxquels il est bon de garder la tête froide, leurs méthodes, leurs paroles, leurs moyens, leurs mensonges...

      Pour le coup, c’est plutôt PascalDemoriane qui apparaît lucide, en parlant sans aucun détour (inutile et abscons) de « virus mental et d’épidémie idéologique, de continuum organo-psychique.

      Cette notion de continuum psychosomatique est à considérer très sérieusement. Elle démontre tout le mal que peuvent produire les paroles publiques (radios, tv + réseaux sociaux) sur un auditoire fragile, naïf, ou non averti. Ça conduit tout bonnement une partie de cet auditoire au décès. Et c’est bien de cela qu’il faut parler, plus que de cette grippe.

      Sinon, je vous informe que les manuels de 3ème expliquaient déjà clairement la différence entre les virus (qui nécessitent un hôte pour survivre), et les bactéries (qui n’ont besoin de personne pour prospérer  en me permettant de vous rappeler que nous vivons en parfaite harmonie avec une flore virale et bactérienne impressionnante.

      Cordialement


  • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 13 septembre 13:13

    Si une chose est certaine, c’est que la pandémie de SARS-CoV-2 a bouleversé le fonctionnement des sociétés.

    Comment ? Pourquoi ? Et par l’intermédiaire de qui ?

    Pourquoi les biens portants devraient dorénavant se soucier de leur santé comme on leur a fait marteler qu’ils devaient se soucier de leur sécurité et de leur environnement ?

    Ou veut-t-on en venir ? 

    Je suis seul mettre de mon destin, ce ne sont pas des individus que je ne côtoie jamais qui vont influer sur mon cadre de pensée issue de mes propres expériences et mes propres observations.

    Les sociétés peuvent suivre le chemin qu’elles veulent, moi je suis le mien.


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 13 septembre 13:25

      @Florian LeBaroudeur
       
       ’’ ce ne sont pas des individus que je ne côtoie jamais qui vont influer sur mon cadre de pensée issue de mes propres expériences et mes propres observations.’’
       
      Pourquoi ? mais parce qu’ils ont le pouvoir, tout simplement. Le pouvoir de s’adresser d’autorité, tous les jours, à des millions de gens apeurés et qui ne demandent qu’à les croire.

       « Comme ils ont en poche les clefs des prisons Et qu’ils font métier de mentir Ils s’appellent les réalistes. » (Marcel Martinet, militant révolutionnaire socialiste et pacifiste et écrivain prolétarien)


    • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 13 septembre 14:36

      @Francis, agnotologue

      Salut, bien lu tes autres posts ici, posts que je trouve pertinents, juste un mot , j’extrais les mots« gens apeurés » de celui ci..

      là est un des cœurs du probleme humain global , la peur.. mot qui ne décrit rien du tout or c’est une fuite, physiquement on voit bien le processus, mais là je parle du mental, sur le plan mental en général elle est impossible donc en fait je ne fuis pas..mais comme je veux, en gros une fois l’énergie utilisée à faire survivre le corps physique, ce qui reste comme énergie disponible est utilisée parle mental pour essayer de fuir sans y parvenir, genre je refuse donc fuis ma mort absolument certaine.. ..or rien sauf moi même ne m’oblige à fuir...je suis alors épuisé, ne vois plus rien clairement, la descente aux enfers de moi même a commencé...elle finira avec ma mort si rien de séismique ne se produit en moi sur le plan mental..

      or justement...globalement... !!!

      leur pouvoir vient donc des autres, de nous tous, certes rien de nouveau...les truands du sommet sont nous ,issus de la masse bien sur par la magie noire de la compétions qui élimine..ce sont nos créatures à tous ...sauf exceptions peu nombreuses..

      Discours de la servitude volontaire de Étienne de La Boétie

      Ce maître n’a pourtant que deux yeux, deux mains, un corps, et rien de plus que n’a le dernier des habitants du nombre infini de nos villes. Ce qu’il a de plus, ce sont les moyens que vous lui fournissez pour vous détruire. D’où tire-t-il tous ces yeux qui vous épient, si ce n’est de vous ? Comment a-t-il tant de mains pour vous frapper, s’il ne vous les emprunte ? Les pieds dont il foule vos cités ne sont-ils pas les vôtres ? A-t-il pouvoir sur vous, qui ne soit de vous-mêmes ? Comment oserait-il vous assaillir, s’il n’était d’intelligence avec vous  ? Quel mal pourrait-il vous faire, si vous n’étiez les receleurs du larron qui vous pille, les complices du meurtrier qui vous tue et les traîtres de vous-mêmes ?

      Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux.

      Et nous nous sommes mis tout seul à genoux...globalement..

      je te salue...respects smiley


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 13 septembre 17:43

      @Géronimo howakhan

      Salut Géronimo, merci pour ce gentil post.  
       
      ’’nous nous sommes mis tout seul à genoux...globalement.’’


       
      Je dirai qu’en l’occurrence, les premiers qui se mettent à genoux creusent la tombe de ceux qui résistent, et ce faisant ils creusent in fine, aussi la leur.

       
      Respect aussi envers toi.


    • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 14 septembre 10:47

      @Francis, agnotologue

       smiley


  • suispersonne 13 septembre 13:32

    La vérité est bien plus pénible, et commence à émerger même parmi les merdiacrates furieusement partisans des mesures de ce gouvernement.

    Même P Cohen l’a déclaré : la vavaxination ne marche pas.

    Le conformisme des vavaxinés, effrayés par une propagande mensongère, et/ou menacés par des gouvernants hors sol, ne peut pas prouver que la vavaxination est la solution.

    Elle ne sert à rien face aux variants, elle est inopportune en pic épidémique, elle a probablement suscité des variants très rapides.

    Elle ne protège pas du tout les double ou triple vavaxinés d’un passage en hospi (70% des israéliens hospitalisés sont double vavaxinés ! Officiel. A comparer à la propagande française qui enfile des chiffres et des pourcentages sans aucune source crédible.)

    Israël a publié une étude qui montre que d’ex malades du covid ont 13 fois moins de chances de le ré attraper que leurs vavaxinés.

    La propagation des virus de ce genre se rit des confinements, des masques, des menaces : elle est d’abord saisonnière, profite des occasions comme ce bateau de guerre britannique à l’équipage entièrement vavaxiné, qui connut 100 positifs au covid après une escale à Chypre.

    Lutter contre leur propagation est aussi idiot que traiter une inondation avec des passoires.

    Nous n’avons pas le droit de lire les statistiques officielles de pharmacovigilance ?

    Leur rôle n’est pas de démontrer un lien direct, mais de lister toute situation suspecte, comme toujours.

    On peut noter qu’aux usa, il est établi que 91 % des dc attribués aux vaccins depuis 31 ans (6000 sur 6600) ont été constatés sur les 6 derniers mois.

    Alors les injonctions vavaxinales deviennent de plus en plus ridicules.

    Pendant qu’on freine les soins aux malades.


    • Eric F Eric F 13 septembre 14:20

      @suispersonne

      "Le conformisme des vavaxinés...« 

      Il y a plusieurs types de perdonnes qui optent pour la vaccination : ceux qui se vaccinent contre la maladie -certains après réflexion et analyse de la question, d’autres effectivement par suivisme-, et ceux qui se vaccinent pour aller en boite de nuit (etc.). Les convaincus et les opportunistes.

      Le courant ’’antivavax’’ comporte autant ou plus de conformistes, car l’anticonformisme par principe (anti-tout) est une autre forme de conformisme.
      Mais certains d’entre eux refusent par précaution les »nouveaux vaccins" (vecteur viral, ARNm...), et c’est compréhensible.
      Je ne comprends pas qu’au moins un vaccin classique chinois n’ait pas été entériné, pour être proposé à ceux qui font davantage confiance à cette technologie. Leur efficacité contre les variants est peut être moindre, mais déjà significative. Nos grands labos infoutus de sortir leur propre vaccin auraient du passer accord pour produire localement -voire participer à l’amélioration-.


    • suispersonne 13 septembre 23:30

      @Eric F
      D’après ce que j’ai pu lire, les chinois et les cubains ont opté pour une soupe de virus constamment mise à jour : c’est là qu’on retrouve des possibilités de vrais vaccins, comme celui constamment renouvelé contre la grippe, avec la même inutilité pour un système immunitaire affaibli => d’où la pertinence de toutes les mesures individuelles de renforcement de ce système.
      Je ne décèle aucun conformisme chez ceux qui ne sont pas convaincus par la propagande de la terreur, le marketing de big pharma, les contraintes et les violences de ce gouvernement contre les manifestations, qui se sont alliées pour nous infliger des injonctions insupportables.


    • Perplex Perplex 14 septembre 10:35

      @Eric F

      Je ne crois pas que beaucoup de monde se soit fait piquer pour « aller en boite de nuit (etc.) ». Ça, c’est un discours pour ridiculiser ceux qui s’opposent.
      Ça fait longtemps que les hésitants ont tranché. Personne ne va contre ses convictions pour aller boire un verre.
      Ceux qui ont cédé, l’ont fait pour une raison économique : conserver leur salaire.

      Par ailleurs, je pense qu’il est nettement plus facile de se conformer à la majorité qu’à la minorité.
      Cela pourrait plutôt être une question de rébellion et de défi de l’autorité de la part de ceux qui ont sorti la tête de l’eau dans laquelle les médias les avaient mis.
      Mais là encore, c’est une position inconfortable, dans laquelle peu de gens se complaisent.


    • Eric F Eric F 14 septembre 10:55

      @Perplex
      Evidemment l’évocation des « boites de nuit » est une manière de forcer le trait, mais bon nombre de jeunes (ou moins jeunes) se font vacciner pour avoir le pass, davantage que pour des raisons sanitaires (c’est du reste le but de cette opération d’hameçonnage). Certains le font effectivement comme vous l’indiquez par contrainte professionnelle.
      Il ne s’agit pas là d’opposants par principe à la vaccination ou à tel type de vaccin, mais des catégories qui se sentaient juste peu concernées ou ayant certaines réticences.

      A propos de « conformisme », c’est toujours relatif à une référence, par exemple le conformisme de mode vestimentaire selon l’âge ou le groupe social, ethnique, etc. (un jeune en costume cravate au collège sera non-conformiste). On est, d’une manière ou d’une, autre minoritaire quelque part, ainsi sur Agoravox, les non-[réfractaires par principe] sont minoritaires, ce qui n’est effectivement pas toujours confortable smiley


  • charlyposte charlyposte 13 septembre 13:35

    Bientôt un nouveau choix ... la roulette russe ou le vaccin ! hum smiley


  • Taverne Taverne 13 septembre 14:44

    Il semble donc se confirmer que la vaccination des enfants et des jeunes leur est néfaste. Elle contrecarrerait leur nature. Si le vaccin réduit leur temps d’immunité, cela va servir les intérêts des laboratoires. Ce n’est pas complotiste que de dire cela, c’est un fait si l’étude citée est valide. L’immunité naturelle par le virus chez les jeunes durerait ainsi bien plus longtemps que celle que procure le vaccin. Résultat (si les études le confirment) : les jeunes devront recevoir d’autres doses ?

    Ma méthode pour décider ou non de proposer la vaccination (si j’étais aux manettes) :

    1 Critère de la pertinence

    Pour un individu ou groupe d’individu donné (vieux, malades, jeunes, etc.), le vaccin est-il :

    Vital / Nécessaire / Superflu / Néfaste ? (cocher la case correspondante au cas)

    2 Critère de l’opportunité

    Pour une période donnée ou une « région » donnée, le vaccin s’impose-t-il ? Par exemple en période de circulation importante du virus, ou autre exemple dans les zones et endroits de brassage important. Si le vaccin s’impose : à qui ? (voir critère 1 de limitation). D’autres réponses thérapeutiques ou de prévention sont-elles possibles et efficaces ?

    Ces deux critères sont à manier avec précaution. Il ne faut pas confondre le critère d’opportunité (qui est adapté et proportionné aux situations) avec celui de l’opportunisme. Mais je constate que c’est le plus souvent davantage l’opportunisme (le confort, la « facilité ») qui a poussé le gouvernement à obliger à se vacciner et aux personnes à se faire vacciner (opportunisme des loisirs et de la consommation entre autres). Avec ce critère de l’opportunisme, on a laissé entendre que les vaccinés pourraient jeter le masque : impardonnable erreur.

    Ma méthode couvre toutes les options et les paramètres (socio-économiques, juridico-philosophiques, psychologiques) alors que le fameux critère « bénéfice risques » dans lequel on nous enferme n’est que médical.


    • sirocco sirocco 13 septembre 17:23

      @Taverne

      Curieux que dans vos critères de choix ne figurent pas la corruption, la cupidité, le profit...

      Car avec eux toute considération sanitaire disparaît derrière l’intérêt financier des producteurs et promoteurs de vaccins et de leurs actionnaires.

      Savez-vous au moins que nous vivons dans une société capitaliste décomplexée ?...


    • Eric F Eric F 13 septembre 19:17

      @sirocco
      il peut arriver qu’une chose « utile » soit également « profitable » à celui qui la produit et la vend, si on excluait de notre vie tout ce qui génère du profit en utilisant le lobbying, il ne resterait -hélas- pas grand chose. Tenez, on est là en train d’utiliser un pc ou une tablette reliée à l’internet pour échanger sur un site qui utilise des serveurs informatiques. Même en faisant les pieds au mur pour utiliser des logiciels libre, pas moyen d’éviter les produits et services des GAFAM et consorts.
      Et pour ce qui est du domaine médical, les antibiotiques génèrent également du profit, la fabrication des compléments vitaminiques également.


    • Eric F Eric F 13 septembre 19:39

      @Taverne
      Je pense également que la vaccination contre le covid doit être focalisée sur les catégorie ayant des risques de formes graves de la maladie.
      La vaccination des enfants est donc inutile avec des risques d’effets néfastes ; la course vers une « immunité de groupe » est illusoire avec les variants à très forte contagiosité (la réaction immunitaire n’est pas immédiate en début d’infection).

      Ceci dit, concernant l’immunisation plus faible avec le vaccin qu’en étant malade, le fait d’attraper ultérieurement une forme bénigne du fait de l’affaiblissement dans le temps de l’immunité-vaccinale constituerait un « rappel », l’effet final ne serait pas négatif en terme d’immunité -mais équivalent-.
      Au passage, je fais pour mon compte le même raisonnement : je n’envisage pas de troisième dose au bout de 6 ou 8 mois (étant « modérément à risque »), la protection résiduelle contre les formes graves (lymphocytes mémoire) parait suffisante (voir le graphique), et une éventuelle infection à faible intensité réactiverait l’immunité

      Concernant votre critère d’« opportunité », cela me parait difficile à établir car on ne sait pas à l’avance quelle pays ou région va être touchée, or le temps d’une campagne vaccinale massive est très long. Cela se fait donc en préventif comme en Nouvelle Calédonie, ou alors « pour l’éventuelle prochaine vague » comme aux Antilles


    • Taverne Taverne 14 septembre 15:10

      @Eric F

      Le critère de l’opportunité sert à faire le tri entre opportunité raisonnable et opportunisme (économique ou politique ou de consommation). Ce critère est exigeant car il implique au moins deux choses :

      — la transparence (pas de décision en conseil de défense ni de tractations douteuses en secrets avec des lobbies de la santé, comme le lobby dans lequel travaille Victor Fabius, par exemple)

      le débat. Et il faut que ce débat ne soit pas que médical ou que politique. Les citoyens ont leur voix au chapitre.

      A noter que les docteurs ne se sont pas contentés d’imposer leur critère méthodique (le fameux critère bénéfices risques), ils ont aussi imposé ou tenté d’imposer les objectifs. Objectif « zéro covid » (avec confinement long), objectif « immunité collective ». Deux beaux bobards. Heureusement, le gouvernement n’a pas suivi le premier mais il s’est laissé convaincre pour le second. 

      Un pays où les docteurs imposent le critère et les objectifs, où un homme seul décide dans le secret d’un cabinet secret, où les citoyens ne sont pas écoutés mais méprisés, n’est peut-être pas une dictature mais ce n’est pas non plus un bon modèle de démocratie.


    • Eric F Eric F 14 septembre 17:20

      @Taverne
      D’accord sur le principe concernant le débat et la transparence d’information et décision. Ma remarque précédente sur l’« opportunité » concernait spécifiquement la question des critères pour décider de la vaccination, sachant que ce n’est pas dans l’urgence lors d’une recrudescence épidémique qu’une vaccination de masse sera efficace.

      Le « zéro covid » ne peut s’appliquer qu’à une ile ou un pays pouvant appliquer un contrôle drastique des entrées, pas dans des pays « ouverts » [trop ?] comme les nôtres.
      L’« immunité collective » peut se concevoir pour des maladies dont le virus ou bactérie est stable, mais pas lorsque les mutations rendent l’immunisation moins étanche (il y a eu des anciens malades guéris, réinfectés par de nouvelles souches). On peut admettre l’objectif d’avoir un bon niveau d’immunisation de groupe permettant de réduire le prolifération, mais on constate notamment en Israël que c’est peu efficace pour le présent virus, par contre la vaccination des personnes à risque réduit sensiblement les cas graves (exemple de la métropole par rapport aux Antilles).


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 13 septembre 17:48

      @eau-du-robinet
      Faites attention a ce que vous diffusez. Le titre de la vidéo est trompeur. A aucun moment le type qui y cause ne parle de décès des jeunes en question. Il dit juste myocardite. Vous tendez la hache au bourreau avec des imprécisions comme ça. Les trolls rodent, près à discréditer le message en discréditant le messager. 


  • Bernard Dugué Bernard Dugué 13 septembre 14:56

    Une info pour appuyer mon propos sur l’absence des anticorps neutralisant dans les muqueuses

    « On ne savait pas si les vaccins à ARN messager conféraient ou pas une immunité muqueuse », explique pour BFMTV.com l’infectiologue Benjamin Davido, « ces nouvelles techniques de vaccin n’apportent pas cela, ils (les vaccins anti-Covid-19, NDLR) ne créent pas d’anticorps neutralisants au niveau de la muqueuse ».


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 13 septembre 15:17

      Bonjour Bernard Dugué,
      .
      Merci pour cette information complémentaire.


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 13 septembre 15:34

      @eau-du-robinet Certes, mais n’en concluez pas que les vaccins sont inefficaces ou inutiles. Ils réduisent les formes graves d’un facteur dix et sont donc utiles pour les sujets dont l’état général indique une propension à faire une forme grave


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 13 septembre 15:44

      @Bernard Dugué
      .

      Dans cette vidéo à [4:51] le Dr Ryan Cole

      dit mot par mot :
      .
      « … elle (la protéine SPIKE) induit les mêmes maladies que le Covid 19 !
      La même maladie pulmonaire, la même maladie vasculaire, la même maladie cardiaque, la mème maladie cérébrale. La SPIKE est la toxine !
       »

      .
      Préconisez vous, après avoir regardé cette vidéo, de se laisser injecter ce produit à base d’ARNm qui est une véritable « arme biologique » ?


    • Copain 13 septembre 18:00

      @Bernard Dugué
      C’est quoi la forme grave de la grippe ? soit tu as la grippe soit tu ne l’as pas . De plus ou est cette pandémie ? ou sont les caméras ? il faut aller par le web en Inde inventer une pandémie , dans nos iles , au Brésil , tout loin de chez nous. Pandémie .... tous les matins le mec va siroter son café en terrasse via son pass toutou 


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 13 septembre 18:23

      @eau-du-robinet Ce que vous racontez est complètement faux. J’ai un ami de 72 ans qui m’a demandé conseil et je lui ai conseillé de se faire vacciner. Libre à vous de déconseiller le vaccin et de risquer d’envoyer une de vos connaissances au cimetière. En revanche, je déconseille formellement le vaccin pour les enfants et les ados (En Angleterre, pas de vaccins pour les 12-15). Pour les jeunes adultes, à chacun de prendre ses responsabilités. A titre personnel, j’ai fait le choix de ne pas me faire vacciner, cela n’engage que ma propre existence


    • Le421... Résistant Le421... Résistant 13 septembre 18:48

      @Bernard Dugué
      J’ai 65 ans, je pète la calamine, je prends vitamine D et zinc de temps en temps et ça va bien merci !!
      Vendredi, j’ai été voir mon neveu qui a un « Covid long » ?????, en tout cas, je lui ai fait la bise sans aucune inquiétude...
      Ah, ce soir, c’est huîtres/muscadet !!  smiley


    • Eric F Eric F 13 septembre 19:48

      @Le421... Résistant
      Beaucoup de gens qui ne prennent ni zinc ni vitamine en comprimé pètent aussi la forme, un cas personnel « au jour j » ne constitue pas une preuve. Renforcer son état général est une bonne chose, mais prendre des risques par ailleurs n’est pas forcément un bon calcul.
      Bon appétit pour ce soir smiley


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 13 septembre 23:35

      @Bernard Dugué
      .
      Il est important de dénoncer le mensonge des gens qui prétendent qu’il n’existe aucun autre remède contre le covid que la vaccination !
      .
      Si il existe des remèdes efficaces et bien moins dangereuses que ses vaccins ARNm !!!
      Voici un témoignage récent d’un chirurgien de Tarbes !
      .
      Il faut arrêter ce terrorisme / intégrisme psychédélique en empruntent l’impasse de la voie vaccinale pour combattre le COVID-XX en niant farouchement les autres alternatives qui sont même bien plus efficaces que ses dites vaccins.
      .
      La protéine SPIKE affaiblie le système immunitaire des vaccinées !
      .
      On veut être libre de choisir, est-que vous comprenez ça !
      .
      Libre aux gens qui le souhaitent de se faire injecter ses produits toxiques avec la protéine SPIKE.
      .
      Personne à le droit de nous imposer les Vaccins ARNm EXPÉRIMENTALES !
      .
      Liberté, Liberté, Liberté !!!!
      Il faut d’urgence arrêter cette DICTATURE VACCINALE.
      .
      La vaccination doit se faire sur le volontariat et pas avec ses ignobles CHANTAGES !
      .
      D’ailleurs l’AMM conditionnelle est valable 6 mois, hors le gouvernement n’est pas capable de fournir les documents pour prouver le renouvellent des AMM conditionnelles !!!
      .
      Voici les dernières informations suite à la plainte dépose de Me Diane Protat

      .
      Ici d’autres témoignages sur la toxicité de la protéine SPIKE :

      Pourquoi la protéine Spike est toxique dans le COVID-19... Et aussi dans les vaccins ARNm et ADN
      .
      « La protéine Spike est elle-même toxique et dangereuse pour l’homme » déclare le Pr Bridle
      .
      Robert Malone, pionnier des vaccins ARNm : « je déclare que la protéine native Spike est toxique »
      .
      La protéine Spike provoque des lésions irrémédiables - Dr Charles Hoffe

      .
      Le Dr Charles Hoffe, qui pratique dans la communauté de Lytton, en Colombie-Britannique, déclare : « J’ai 62% de D-dimères élevés chez les vaccinés, ce qui signifie que les caillots sanguins ne sont pas rares. Seuls les gros caillots sont rares. Les vaisseaux sont endommagés de façon définitive, ce qui peut provoquer une extrême fragilité cardiaque irrémédiable »

      .
      En espèrent ainsi de pouvoir sauver encore quelques vies !
      Ses vaccins font plus de mal que du bien.
      Les risques dépassent largement les bénéfices !

      .
      Il est urgent de stopper cette ignoble et criminelle propagande vaccinale EXPÉRIMENTALE !
      .
      Et puis quand auront nous enfin un test fiable car ras le bol de ce FAKE TEST RT-PCR de Christian Drosten
      .


    • Perplex Perplex 14 septembre 11:04

      @Bernard Dugué
      Si on pouvait dire jusqu’à quand ?

      En tout cas, je vous rejoins : on aurait dû en rester à essayer cette nouvelle technologie sur les gens à risque. Ça aurait été une position honnête.

      Là, on a non seulement manipulé par la terreur pour aller bien au delà de cette position, mais comble de tout, on a basculé en mode chantage, le 12 juillet dernier.
      Au résultat, on se retrouve avec des millions de gens qui ont pris un risque qu’ils n’auraient jamais pris si nos dirigeants avaient fait preuve d’honnêteté.
      Et tout cela n’a rien à voir avec la balance bénéfice/risque qu’on connaît à quelques mois.
      Maintenant, espérons que ce ne soit pas une nouvelle « erreur de la médecine ».


    • Legestr glaz Legestr glaz 14 septembre 11:28

      @Perplex

      Mais « l’objectif » n’est pas la santé ! Ni celle des plu vulnérables ni celle des autres ! 

      L’objectif est tout autre ! Il faut avoir le courage d’affronter la réalité.

      "Le mot d’ordre en Chine tomba rapidement du sommet de la hiérarchie : un enfant par famille est désormais la politique décidée par l’infaillible direction du parti, et aucun désaccord ne sera toléré.

      Ainsi débuta le programme de contrôle des naissances le plus énergique jamais entrepris depuis l’Allemagne Nazie. Les régulateurs de population n’avaient plus besoin de recourir à des ruses, pots-de-vin, refus de prestations, festivals itinérants de ligatures ou pelotons de démolition de taudis pour soumettre leurs victimes. Ils avaient désormais à leur disposition la toute puissance organisée et implacable d’un état totalitaire pour imposer leur volonté, un état qui n’exerçait pas seulement son emprise sur une bureaucratie massive, mais sur de gigantesques forces policières et militaires, de polices secrètes, de vastes prisons, le contrôle total des médias et des dizaines de millions d’informateurs. Dans La Bombe Démographique, Paul Ehrlich avait appelé de ses vœux le contrôle par l’état de la reproduction humaine, avec « régulation obligatoire des naissances ». A présent, douze ans plus tard à peine, le rêve utopique d’Ehrlich était devenu une réalité de cauchemar pour un cinquième de l’humanité.


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 14 septembre 13:37

      @Perplex
       
       ’’En tout cas, je vous rejoins : on aurait dû en rester à essayer cette nouvelle technologie sur les gens à risque’’
       
      À risque de quoi ? De mal résister aux vaxxins ?
       
      On aurait dû en rester à essayer cette nouvelle technologie sur les volontaires : ceux qui y croient dur comme fer.


    • pierrot pierrot 15 septembre 17:23

      @Bernard Dugué
      Vous avez bien fait de conseiller à votre ami de se faire vacciner.

      Pour prendre une analogie simpliste, je déconseillerais à un avis de traverser la Manche à la nage mais moi je le ferai car c’est mon choix et que je suis un excellent nageur.


  • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 13 septembre 20:58

    Les maladies auto-immunes résultent d’un dysfonctionnement du système immunitaire conduisant ce dernier à s’attaquer aux constituants normaux de l’organisme. C’est par exemple le cas dans le diabète de type 1, la sclérose en plaques ou encore la polyarthrite rhumatoïde.

    C’est dire qu’elles soient collectives ou individuelles, on ne résout pas tout


    • Legestr glaz Legestr glaz 14 septembre 14:37

      @Réflexions du Miroir

      Ce que vous écrivez n’est absolument pas certain. Des pistes bien plus intéressantes concernent l’attaque de l’organisme par les radicaux libres (le stress oxydatif). 

      « Le stress oxydatif est le déséquilibre des antioxydants et des radicaux libres. Toutes sortes de maladies et de troubles provoquent des dommages oxydatifs, y compris des maladies auto-immunes. Une maladie auto-immune est un état pathologique caractérisé par la dégradation de l’auto-tolérance du système immunitaire dans le corps. Les processus immunologiques contre les tissus et les organes conduisent à un stress oxydatif accru et, à son tour, un déséquilibre du stress oxydatif aggrave la pathobiologie de la maladie. La nature hautement réactive des radicaux libres, par exemple les ions hydroxyle et superoxyde, altère l’ADN, les protéines et les lipides dans le corps, ce qui augmente les processus pathologiques des maladies. Les biomolécules endommagées sont responsables de complications systémiques et de comorbidités secondaires à la maladie. Dans cette revue, nous discutons du rôle du stress oxydatif dans certaines maladies auto-immunes invalidantes comme la polyarthrite rhumatoïde, le lupus érythémateux disséminé, le diabète de type 1 et la sclérose en plaques. Le stress oxydatif joue un rôle central et déterminant dans ces maladies et il est devenu nécessaire d’étudier le mécanisme pathologique impliqué dans le stress oxydatif pour mieux comprendre et proposer un traitement de manière holistique. À l’heure actuelle, il n’existe aucun paramètre cliniquement disponible pour la mesure et le traitement du stress oxydatif pathologique, ce qui nécessite donc des recherches intensives. Probablement, à l’avenir, la découverte de marqueurs facilement détectables du stress oxydatif peut aider au diagnostic, au pronostic et au traitement des maladies auto-immunes progressivement destructrices. »

      https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32056521/


  • sirocco sirocco 14 septembre 00:38

    https://francais.rt.com/france/90621-covid-19-agence-medicament-rapporte-nombre-eleve

    Tiens... je croyais que l’immense majorité des patients encombrant les services de réa dans nos hôpitaux étaient des salauds de non-vaxxinés....

    Donc les merdias nous racontent des craques !...Ça alors !


  • Copain 14 septembre 03:23

    Il y a énormément de femmes dans les manifestations anti-pass et anti-CE-vaccin, ...j’ai remarqué, et c’est un bon signe . Traite ma mère d’antisémite et je te pète les dents de devant , maudit peuple


  • LeMerou 14 septembre 07:40
    @M. DUGUET

    Article fort intéressant au demeurant, mais fait ressortir une chose sous-jaccente et une autre bien réelle.

    La première étant qu’en dehors de la connaissance par le « monde médical » de la mécanique de propagation, de reproduction, de mutation des virus acquise depuis des années, la famille des coronavirus ne semble pas être un sujet particulièrement important dans l’acquisition du savoir. 

    Et règne toujours une « dissonance » dans ce monde assez secret d’élites.

    J’ai la conviction que H1N1, ses conséquences, ses impacts n’ont servis à rien, ou ce sont tout simplement éteintes avec le temps.

    Même si ce n’est pas la vérité l’analogie virus=être vivant permet une sorte de vulgarisation auprès du public, lui permettant à mon sens de comprendre ses mutations, certes elle va aussi véhiculer le principe qu’un être vivant se tue, donc favoriser beaucoup d’incompréhensions sur les vaccins, censés être la base de l’éradication « d’une maladie » comme nous l’a montré l’histoire.

    Nul doute cette fois ci enfin j’espère, au vu de l’impact de la bête malfaisante, éliminant de la planête une partie des « vieux et des faibles » que des « recherches » soient focalisées sur le tueur et sa famille. Je suis optimiste de nature/

    Mais comme l’a dit un certain professeur le temps de la science n’est pas le temps des hommes ni celui des médias et c’est là que le bas blesse principalement, en ces temps ou tout se déroule très vite, ou lorsqu’un problème survient tout est mis en oeuvre pour le solutionner en remettant à plus tard son éradication réelle soit parce que cela serait trop long ou parce que cela perturberait l’économie.

    La deuxième est le temps de la sémantique, du mensonge ou plutôt de la parole rassurante afin d’éviter depuis le début de cette affaire une sorte d’affolement de la population devenue craintive avec le temps .
    Il n’y a pas à mon sens de déni de la réalité par le Gouvernement mais bien une preuve de la méconnaissance globale du problème réel, les amenant à mettre en place un certain nombre de mesures sur la base d’informations « d’experts » du monde médical et dieu sait que dans notre Pays, il existe dans ce domaine des organismes d’état ou ils pullulent.

    Il me semble au vu des ordres et contre ordres que beaucoup de décisions ont été prises par idéologies ou convictions plutôt qu’issue d’analyses scientifiques. 

    Le problème « Fallait-il mentir ou dire la vérité au peuple à propos de ce virus » est toujours là, il reste entier et le choix a été fait. Et force est de constater qu’une majorité de citoyens se sont ralliés au mensonge globalisé, leur permettant ainsi de réduire ou d’éliminer pour certain une peur ancestrale, fortement ressucitée dès le début par le traitement médiatique de l’affaire.

    Rappelez vous le décompte journalier des morts du au Covid ! Dramatique pour une catégorie de la population surtout lorsque l’on examine la pyramide des âges. Les « gens » ne posant même pas la question de savoir si ce sont des décès spécifiquement liés à la bête ou si les décès ont mis un terme par avance à des personnes soit en bout de course, ou bien dans un état de santé tel, que même un simple avatar les auraient précipités de vie à trépas.

    Ensuite, l’histoire jugera, la justice passera entend ont ! Foutaise.

    Tout d’abord parce que surviendrons d’autre problèmes plus importants, et que le temps de la justice n’est pas celle des hommes non plus.
    Dès accusations, des procès auront lieu, combien de temps mettrons-ils pour aboutir ? Par le jeux des appels ou mieux par des modifications législatives comme par le passé ! Et puis subsistera le refuge lié à l’état des connaissances scientifiques au moment des faits. Connaissances ne l’oublions pas venant d’un Conseils Ad Hoc.....

    Il en sera de même pour la vaccination.

    Oui mais il y a eu des morts à cause de la vaccination !!
    Et alors, ça existe déja, il sera alors très facile de démonter un effet « bénéfique » de cette dernière devant un tribunal, ou bon nombre d’experts (les mêmes, ou issus du même milieu) viendront démontrer ou conseiller le, les Présidents du des Tribunaux.

    Doit-on alors poursuivre dans le vrai-faux mensonge global, des mesures de « préservation » de la population ? Ben je pense que ça va continuer un petit bout de temps. Tout au plus auront nous dans quelques temps des petites « attaques » liées à la future campagne Présidentielle. 

    Attaques, provenant bien sur de « gens » restés bien silencieux pendant la crise, voir même ayant approuvés les mesures par vote secret.......pour certains.

    Maintenant quand au succès et limites de la vaccination, tout cela n’est qu’une affaire de chiffres, ou beaucoup de détracteurs utilisent des exceptions pour en faire une généralité et pour les autres l’inverse. Cette guerre des chiffres (issus de TCD, de statistiques et probabilité) est totalement irrationnelle pour sait un tant soi peu, les étudier avec attention, pragmatisme et bon sens.

    50% d’une quantité infinitésimale n’est rien, mais la majorité ne retiendrons que le 50% ce chiffre étant aussi repris médiatiquement et martelé quotidiennement. Un drame absolu que beaucoup gobent.
     

    • LeMerou 14 septembre 07:41

      @LeMerou

      Désolé M. DUGUE pour la faute sur votre nom en tête de post précédent.


    • chantecler chantecler 14 septembre 08:27

      @LeMerou
      Bonjour ,
      Il ne s’agit ni de sciences , ni de médecine mais de pognon , d’une montage de pognon ...
      Une OPA sur la population mondiale par Big Pharma et ses larbins au prétexte d’un virus .
      Ce qui n’a pas fonctionné pour H1N1, cette fois le pouvoir a pris toutes ses précautions pour acheter et faire distribuer le vaccin.
      Pour le bilan nous verrons plus tard : dans un an , dans cinq ans ou dans trente ans .
      Ce ne sera pas facile .


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 14 septembre 08:45

      @LeMerou
       
       ’’ Il n’y a pas à mon sens de déni de la réalité par le Gouvernement mais bien une preuve de la méconnaissance globale du problème réel, les amenant à mettre en place un certain nombre de mesures sur la base d’informations « d’experts » du monde médical et dieu sait que dans notre Pays, il existe dans ce domaine des organismes d’état ou ils pullulent.

      ’’
       
       Le prétexte de l’ignorance a toujours été l’assurance tous risques des politiciens ; « Responsables mais pas coupables ».
       
       Quand on ne sait pas, on ne commande pas : ils ne sont pas aux manettes pour apprendre.


    • eau-pression eau-pression 15 septembre 08:53

      @LeMerou

      Il me semble au vu des ordres et contre ordres que beaucoup de décisions ont été prises par idéologies ou convictions plutôt qu’issue d’analyses scientifiques. 

      Les techniques CRISPR sont la panacée de l’idéologie transhumaniste. De plus, elles combinent pour le système libéral d’avoir l’apparence (l’alibi) du soin préventif tout en justifiant de la liquidation de la sécu.

      Au fond, on assiste à une démission de la politique au sens noble.



    • Durand Durand 15 septembre 09:52

      @eau-pression

      Je doute que ça rende modeste les tranhumanistes mais dans sa dernière intervention, le Pr. Raoult met les points sur les i concernant ”l’immunité collective”...

      Une vue de l’esprit !... Ce n’est pas l’immunité collective qui met fin à ce genre d’épidémie, ce sont les mutations successives du virus qui le rendent de moins en moins transmissible, sauf s’il repasse par l’animal – style élevage de visons – d’où il peut ressortir plus virulent... 

      Les études qu’il publie et qui le démontrent sont extrêmement claires sur cette question. 

      Vie et mort des variants du SARS-COV-2 !... Point hebdo avec le Professeur Didier Raoult, Directeur de l’IHU Méditerranée Infection :

      https://www.businessbourse.com/2021/09/14/vie-et-mort-des-variants-du-sars-cov-2-point-hebdo-avec-le-professeur-didier-raoult-directeur-de-lihu-mediterranee-infection/

      ..


  • Jean Keim Jean Keim 14 septembre 09:04

    Ce qui suit n’est absolument pas dirigé contre le rédacteur de l’article.

    Je le cite « L’efficacité réduite des traitements et leurs limites sont maintenant connues. Le vaccin est sans doute le traitement le plus efficace contre les formes graves d’autant plus qu’il intervient en amont, autrement dit en préventif. En revanche, le vaccin n’est pas indiqué pour les sujets jeunes, les moins de 20 ans. La vaccination des ados est motivée plus par des considérations politiques que scientifiques. Elle repose sur l’illusion d’une immunité collective. Mais c’est quoi l’immunité collective ? »

    > Il aurait été préférable d’écrire que l’efficacité des traitements et leurs limites sont maintenant connues, le qualificatif ‘’réduite’’ est inutile voire trompeur, c’est certains médecins il y a un consensus pour affirmer qu’un traitement genre ivermectine ou... pris AU DÉBUT de la covid donne de bons résultats, seulement leur prescription est interdite.

    > Si globalement les considérations sont plus politiques que scientifiques, alors d’une part il convient de se demander quelles sont leurs objectifs, et d’autre part à quoi sert le groupe de scientifiques auquel se réfère Macron ?

    La science en général et la médecine en particulier sont mécanistes, pour elles le corps est une machine, le microbe est un grain de sable, le virus est dénué de toute intelligence, il infecte un organisme, cherche à le tuer et... meurt avec, il est aussi stupide que des chasseurs qui tirent sur tout ce qui bouge ; pour un médecin scientiste moderne, il faut dans un catalogue trouver le ‘’nom’’ d’une pathologie et appliquer la ‘’procédure’’ mise au point, je caricature mais pas tant que cela ; j’ai eu un infarctus en 2004, j’ai été soigné sur ce principe, on s’est inquiété de mon activité physique, de mon alimentation, on m’a prescrit un cocktail de 5 ou 6 médicaments, plus un autre protégeant l’estomac de leurs effets secondaires, je suis passé sur un banc de mesures (test d’effort), mais rien de plus, le GPS de ma voiture est tombé en panne, la démarche pour le réparer présente des similitudes.

    Si nous en restons à cette vision étriquée du vivant et de son environnement, alors nous serons ‘’à point’’ pour le passe sanitaires et/ou vaccinal, les vaccins avec la piqûre de rappel périodique, la réalité augmentée et autres modernités comme les appareils connectés permettant de nous tracer donc la possibilité de nous surveiller.

    Si nous ne sommes pas qu’une machine, alors que sommes-nous ? C’est à chacun de trouver soit la réponse ce qui est la mauvaise démarche, soit ce que nous ne sommes pas et là l’horizon est largement ouvert.


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 14 septembre 10:25

      @Jean Keim J’accepte votre remarque, moi qui suit si attentif au choix des mots
      Cela dit, une bonne volonté saura comprendre le sens de la phrase. Efficacité réduite signifie que l’efficacité a été diminuée au cours du temps. Ce n’est pas cela que je voulais dire. Efficacité réduite par rapport à ce qui pouvait être espéré. Il aurait donc mieux valu dire : efficacité limitée ou modérée
      A part ça, le comité scientifique sert à justifier la politique de Macron tout en lui donnant des pièces du puzzle sanitaire que le président assemble comme s’il était un leader de santé publique
      Pour la question du mécanisme, lisez l’article en entier, vous comprendrez mon approche


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 14 septembre 10:31

      @Bernard Dugué
       
       ’’Efficacité réduite par rapport à ce qui pouvait être espéré.’’
       
       Espéré par qui ?
       Dit autrement : Cui bono ?
       Répondre à la question c’est trouver de quelle sorte d’efficacité l’on parle.


  • sirocco sirocco 14 septembre 13:36

    https://francais.rt.com/france/90621-covid-19-agence-medicament-rapporte-nombre-eleve

    Amis piquousés au Janssen !

    Je ne résiste pas au plaisir de reposter ce lien et de vous dire combien j’aimerais pas être à votre place !

    Car même si vous avez encaissé la première dose sans broncher, le poison a peut-être déjà commencé, sans que vous vous en rendiez compte, à grignoter vos défenses immunitaires naturelles.

    Si c’est le cas, vous vous en rendrez compte avec les injections suivantes. Car vous allez repasser à la casserole, n’en doutez pas ! Et pas qu’une fois : J. & J. aussi veut voir ses profits exploser !

    À la bonne vôtre !


    • LeMerou 15 septembre 07:23

      @sirocco

      Il est écrit ceci dans l’article que vous citez 

      « Tous ces éléments justifient des « investigations supplémentaires » pour vérifier si les échecs sont davantage importants avec Janssen qu’avec les autres vaccins disponibles en France »

      Ceci est encore un bel exemple du traitement médiatique de l’information,. Ont écrit un article à la limite du catastrophisme, relatant des chiffres, glanés ça et là, peu importe leur fiabilité, etc..

      Ont glisse gentiment dedans une phrase de dédouanement, pour éviter une possibilité au journal d’être attaqué en diffamation et l’info est parue, hop !
      Permettant au journal d’être en tête d’affiche l’espace d’un instant..

      Est-il besoin aussi de rappeler les actions d’une efficacité extraordinaire de cette entité dans certains médicaments !! Entité qui de plus est un haut lieu du lobbying pharmaceutique.

      L’ANSM lanceur d’alerte ? Cet organisme aurait donc relevé des failles dans les publications officielles de ses organismes confrères et l’OMS. A n’en point douter surement. 


    • sirocco sirocco 15 septembre 13:43

      @LeMerou

      C’est toujours amusant de voir les clébards de garde de la clique mafieuse macronienne monter au créneau dès que sort une info qui met à mal l’enfumage officiel. 

      Quitte à raconter n’importe quoi, évidemment. Car on ne peut que se vautrer dans le pitoyable à vouloir mettre en doute une donnée purement factuelle confirmée par les merdias français : ce bon Dr Damien Mascret (exempt de tout conflit d’intérêt comme chacun s’en doute...) a reconnu que dans 2 grands hôpitaux du pays, la moitié ou plus des lits de réa ou étaient occupés par des victimes d’effets secondaires gravissimes du vaccin Janssen. Et il a même avoué (ce que les Avoxiens qui se tiennent informés savent depuis longtemps) que les effets secondaires du Pfizer, rapportés au million de doses injectées, étaient autrement plus ravageurs, partout dans le monde.


  • Durand Durand 15 septembre 07:37

    Le Pr Didier Raoult dit tout sur les variants... 


    Une explication claire sur l’origine animale et l’effet des mutations successives sur la transmissibilité du virus lui-même... Enfin un peu d’espoir, il me semble... !



    https://www.businessbourse.com/2021/09/14/vie-et-mort-des-variants-du-sars-cov-2-point-hebdo-avec-le-professeur-didier-raoult-directeur-de-lihu-mediterranee-infection/


    ..




    • Bernard Dugué Bernard Dugué 15 septembre 11:23

      @Durand Je connaissais cette vidéo. Le propos est clair
      S’il s’avère que la circulation du virus augmente les mutations et que le virus finit par s’affaiblir, alors mieux vaut tenter une expérience de circulation maîtrisée en protégeant les plus fragiles. C’est cette option que je défends depuis des mois. 


    • Durand Durand 15 septembre 12:57

      @Bernard Dugué

      Je n’aurais pas la prétention de vous répondre « moi aussi ! » mais c’est quand-même ce que je subodore depuis pas mal de temps... Et quoiqu’il en soit, il n’y a jamais aucune bonne raison de ne pas tout essayer pour soigner les malades. 

      Là, études précises à l’appui, le Pr. Raoult enfonce le clou et il n’est plus permis d’en douter : indépendamment des décès, des cas non résolus d’effets secondaires graves et des problèmes possibles/probables à moyen et long termes des seuls vaccins ARNm autorisés, la politique du « tout vaccinal » en pleine épidémie est un cas d’école en matière de fiasco d’une politique sanitaire.

      Certains le disaient,... maintenant on le sait !

      J’espère que l’heure des comptes et des procès approche et que Buzin n’est que la première sur la longue liste des salopards qui nous gouvernent...

      ..


    • pierrot pierrot 15 septembre 17:13

      @Durand
      J’observe que le Pr Raoult encourage courageusement la vaccination de masse, en particulier, pour les plus faibles (personnes âgées, greffées, en surpoids ...). et recommande de suivre les recommandations de la politique sanitaire préconisée en France.

      La raison et la vérité finissent par s’imposer, mais après beaucoup de gâchis, de décès, d’hospitalisations inutiles, mais il vaut mieux tard que jamais.

      Sur cette basse, il pourrait rester un an de plus dans l’Institut de Marseille.


    • Durand Durand 15 septembre 18:05

      @pierrot

      Le Pr Raoult est légaliste depuis le début de l’épidémie mais il a commencé par démissionner du Conseil de santé car il désapprouvait la présence de conflits d’intérêts dans ce Conseil et les dérives qui allaient suivre... Il a toujours dit qu’il respectait les consignes politiques du gouvernement et s’il l’a fait pour garder sa place, c’est par pure conscience professionnelle eu égard au poste importantissime qu’il occupe et où il sera difficile à remplacer. 

      Libre à vous qui nagez dans ces eaux, de n’y voir qu’une motivation personnelle et de faire comme s’il n’avait, plus qu’à demi-mot, jamais critiqué la politique du gouvernement en la matière !

      Je remarque que les arguments des ravis de la crèche dans votre genre sont de plus en plus indigents et surtout de plus en plus petits..., tout petits, au fur et à mesure que se font jour les réalités scientifiques qui contredisent la politique en cours...

      Vous n’allez pas tarder à manquer de branches pour vous accrocher !

      Bonne chute !

      ..


  • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 15 septembre 09:50

     

    « Quelle chance réaliste pensez-vous que le Covid-19 était un résultat DIRECT du travail de l’alliance EcoHealth ? En d’autres termes, quelles sont les chances que le financement du NIH soit DIRECTEMENT responsable du Covid ? »

     

     « Nous sommes un empire, maintenant, (poursuivit-il,) et lorsque nous agissons, nous créons notre propre réalité. Et pendant que vous étudiez cette réalité, judicieusement, comme vous le souhaitez, nous agissons à nouveau et nous créons d’autres réalités nouvelles, que vous pouvez étudier également, et c’est ainsi que les choses se passent. Nous sommes les acteurs de l’histoire (...). Et vous, vous tous, il ne vous reste qu’à étudier ce que nous faisons. » (Karl Rove, conseiller de George Bush)

    nb. Nombre d’études sinon toutes, ou du moins celles dont les auteurs ont le nez dans le guidon, relatives à cette réalité imposée, relèvent de la fabrication d’ignorance.


  • pierrot pierrot 15 septembre 17:05

    Les peureux de la piqure auront ils aussi peur d’un vaccin de type IgA (beaucoup plus efficace) utilisé par voie nasale ?


    • Legestr glaz Legestr glaz 15 septembre 17:28

      @pierrot

      Les peureux ? Vous vouliez écrire les lucides ?

      Où sont donc les « preuves » que ces produits expérimentaux sont efficaces ? 

      Vous pouvez nous le dire pierrot ? Non, il ne peut pas le dire ! pierrot pratique l’effet de simple exposition. Il suffit de répéter, répéter, répéter encore, un message pour faire croire en sa réalité.

      Dernière minute : le SARS-COV2 a disparu, comme son prédécesseur le SARS-COV, et maintenant d’autres virus font leur apparition. La course poursuite est lancée entre les virus et les industriels de la piquouse. Mais, comme d’habitude, depuis toujours, le virus est beaucoup trop rapide pour se faire rattraper. Et l’industrie pharmaceutique fait semblant d’être à la hauteur alors qu’elle est larguée ! C’est quand même ballot. 

      En revanche, une immunité personnelle en état de fonctionnement est super efficace contre les virus. Cette immunité là, veille au grain. Alors que les obèses, les hypertendus, les diabétiques, les malades du coeur, les insuffisants rénaux, les apnéistes du sommeil, les ronfleurs sonores, les porteurs de maladies dégénératives, les goutteux, les athéroscléreux, les porteurs de BPCO, les malades de la prostate, les glaucomeux, ont du souci à se faire. Leur immunité, à ceux là, est au plancher ! Ils vont être des candidats désignés pour aller garnir les services de réanimation. 

      Les virus, comme les lionnes dans la jungle, s’attaquent aux plus faibles pour les dévorer. 

      Franchement, il vaudrait mieux informer les gens sur la manière de cajoler leur système immunitaire, que de prétendre à une injection salvatrice ! Mais nous avons quitté les rivages de la santé pour aborder les rives de la politique et de l’économie. 


    • pierrot pierrot 18 septembre 10:20

      @Legestr glaz
      Le vaccin de type IgA par voie nasale est en cours d’essais.

      Mais je pense que s’il était proposé prochainement, certains antivaccins seraient moins retissant à l’utiliser.


  • eau-du-robinet eau-du-robinet 15 septembre 17:57

    En effet, Patrice Gibertie avait écrit que la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) du ministère de la Santé, oubliait 50% des décès dans son analyse qui a servi de base à la justification d’un message sur l’efficacité vaccinale.

    .

    Tout l’été, nous avons entendu que les cas covid dans les hôpitaux étaient principalement des non-vaccinés.

    .

    Il y a quelques jours, la DREES s’est fendue d’un addendum donnant raison au travail de « Décoder l’eco ». Il manquait bien 900 décès dans l’analyse, ce qui entraîne une inversion du message que 85% des hospitalisés étaient des non-vaccinés. Une correction qui fait un peu tache pour l’organisme se présentant comme « l’expertise statistique publique en santé et en social ».

    Source est suite


  • Frederic Stephan 15 septembre 22:01

    « L’efficacité réduite des traitements et leurs limites sont maintenant connues. »

    Je me suis arrêté de lire l’article à cette phrase. Il n’y a eu aucune étude sur les traitements en France alors statuer sur l’efficacité des traitements est impossible.


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 16 septembre 08:32

      Bonjour Frederic Stephan,
      .
      Merci pour votre commentaire.
      .
      L’affirmation :
      « L’efficacité réduite des traitements et leurs limites sont maintenant connues. »

      est effectivement un mensonge ÉNORME !
      .
      Il existe des traitements alternatives aux vaccinations très efficaces !
      Je me méfié du mot « étude », car rappelez vous les études biaisés du Recovery, Discovery et du Lancet de l’année dernière !!!
      .
      Il faut écouter les médecins traitants (sans conflit d’intérêts) qui osent à traiter les patients COVID et qui s’exposent ainsi être confronté de s’attirer des foudres du conseil de l’ordre des médecins (instance aussi corrompu comme les autres instances sanitaires).
      .
      Jean-Dominique Michel : La corruption systémique des systèmes de santé dévoilée !


Réagir