mercredi 21 juillet - par Pierre

Champagne et vodka

Voila donc que LVMH doit appeler son champagne « vin pétillant » s'il veut le vendre en Russie !

Toute la France d'en haut est en émoi et la France d'en bas pleure une deuxième déroute après une élimination prématurée par les montagnards helvètes en Championnat d'Europe des nations.

C'est un scandale disent les premiers. Quelle injustice scandent les seconds

Ces barbares nous volent maintenant un symbole de notre patrimoine culturel et gastronomique crient-ils tous en chœur.

Faut-il rappeler que l'UNESCO a inscrit la gastronomie française au patrimoine culturel immatériel de l'humanité et que l'art du « bien boire » va de paire avec l'art du « bien manger ». Quel Français peut imaginer un mariage ou un repas de fête sans champagne ou du moins sans vin mousseux pour les plus démunis.

 

Qu'il en soit ainsi ! Arrêtons de fournir notre incomparable élixir aux Russes. Ha ha ha, ils n'ont qu'à boire de la vodka pendant leurs repas entends-je dire par-ci et par-là.

C'est d'ailleurs exactement ce qu'ils font depuis toujours. Un repas traditionnel russe s'accompagne de rasades de vodka. Il peut y avoir du vin rouge à table mais disons que c'est une mode relativement récente. Du champanskoïe ? Oui mais occasionnellement !

 

Le Russe moyen n'est pas friand de champagne français. Il ne le trouve pas assez doux et surtout trop cher. Il préfère le champanskoïe demi-sec de fabrication locale qui est mieux adapté au goût russe. C'est plutôt un vin de dessert qui accompagne un gâteau ou une glace mais il est aussi bu lors de mariages ou au Nouvel-an. Donc pour lui, la disparition du champagne français des étals n'aura aucune incidence sur ses habitudes.

S'ils ne trouvent plus de champagne français, les seuls qui verront leurs habitudes bousculées, ce sont les élites bourgeoises de Moscou. Je ne sais pas si elles apprécient plus le champagne français que les Russes moyens mais ils ont un plaisir fou à faire sauter les bouchons, à voir la mousse jaillir des bouteilles et à les abandonner à moitié pleines sur la table. Quand on est nouveau riche, il faut avoir une voiture rutilante et montrer à ses amis qu'on est capable de gaspiller son argent.

 

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, le champanskoïe n'est pas une invention récente.

La Crimée produisait déjà un vin mousseux qualifié de « champagne » en 1878.

C'est le camarade Staline qui a décrété à la fin des années 1920 que le champagne devait être à la portée de la bourse de chaque Soviétique. Le message était que la boisson préférée de l'aristocratie européenne était abordable pour le peuple soviétique de base.

Diverses méthodes de prise de mousse furent testées et finalement Anton Frolov-Bagréïev, un éminent scientifique et œnologue russe, mit une méthode nouvelle au point qui permit de produire du sovietskoïe champanskoïe en grande quantité. i

Ce fut un incontestable succès, le champanskoïe resta populaire durant toute la période soviétique.

C'est le chardonnay (base du blanc de blanc) qui est principalement utilisé mais il y a d'autres cépages suivant les régions où se cultive les vignes. Il existe même un champanskoïe rouge de Crimée.

Le chardonnay est un des principaux cépages utilisés pour produire le champagne français.

 

Bien sûr, le Comité interprofessionnel du vin de Champagne proteste depuis 40 ans et cherche sans succès à faire interdire l'appellation « champanskoïe ».

C'est finalement la Russie qui a pris l'initiative et qui a décidé de réserver l'appellation champanskoïe uniquement aux vins produits en Russie.

Une récente loi signée par Vladimir Poutine interdit d'appeler des vins étrangers « champagne ».

Bon, c'est encore une fois une décision dictatoriale. Le champagne vient de Champagne et personne ne peut mettre cela en doute. Dire que le champanskoïe, le mot russe pour « champagne », ne peut venir que de Russie est une aberration.

Oui, d'accord, mais il y a un précédent que peu de gens connaissent !

 

S'il y a une boisson qui est bien associée à la Russie, c'est la vodka.

Personne ce conteste aux Polonais, au Baltes ou même aux Américains le droit de fabriquer de la vodka exactement comme il est permis de faire du vin pétillant dans tous les pays du monde tant qu'on ne fait pas référence au champagne.

Les marques de référence de vodka en Russie sont Moskovskaya (московская) et Stolichnaya (столичная) ce qui littéralement traduit veut dire « de Moscou » et « de la capitale ».

JPEG

La fabrique de vodka Moskovskaya, reconnaissable à son étiquette verte, a été inaugurée à Moscou en 1894. C'était un monopole d’État et il l'est resté pendant toute la période soviétique.

Lors des privatisations de l'époque Eltsine, un certain Youri Shefler a racheté les droits de la marque Moskovskaya ainsi que les droits de 42 autres marques pour la somme de 300 000 dollars. Il s'est avéré plus tard que le juste prix de ces marques était de 400 000 000 de dollars, soit 1333 fois plus cher.

La vente a été annulée par les tribunaux russes dans les années 2000 mais Youri Shefter avait entre-temps acheté une distillerie de vodka en Lettonie pour y produire la Moskovskaya et la Stolichnaya. Il a ensuite vendu ses droits à un groupe néerlandais qui l'a ensuite cédé à un groupe allemand.

La Russie a fait valoir ses droits devant les tribunaux de divers pays européens avec des résultats mitigés. Je passe les détails. Certaines juridictions donnant raison à la Russie et d'autre tort.

Un bel imbroglio qui fait que les vodkas Moskovskaya et Stolichnaya que l'on trouve en Union européenne sont fabriquées dans les Pays baltes.

Alors, je me pose une question : est-il plus logique de trouver chez nous des bouteilles de vodka dont le nom est protégé en Russie, dont l'étiquette signifie « de Moscou » et qui sont fabriquées par des Allemands à Riga que de voir en Russie des champagnes qui viennent de Crimée ?

Chacun jugera suivant sa perception de ce litige sur la propriété d'un nom de marque mais il pourrait bien y avoir deux poids, deux mesures que tout le monde n'admettra pas à cause du tropisme anti-russe ambiant.

Il y a fort à parier qu'un tribunal européen donnera raison à la France mais ce sera sans conséquence : en Russie, la loi nationale prime sur le droit européen et en Union européenne, c'est le contraire.

Je ne crois cependant pas que cela restera un incident isolé. Les autorités russes contestent frontalement le droit que se donnent les Occidentaux d'imposer leur définition du droit et de leurs valeurs qu'ils qualifient d'universelles.

Les incidents de ce genre et des plus graves aussi sont appelés à se répéter à l'avenir.

Avant de conclure, je voudrais dire que ceci n'est pas une publicité pour une quelconque boisson alcoolisée. Je recommande toujours d'en boire modérément et même si possible de ne pas en boire du tout.

JPEG

LVMH, le leader mondial des produits de luxe (Vuitton, Dior, Givenchy, Chaumet, Tiffany & Co etc.), a beaucoup d'intérêts à défendre en Russie. Le champagne ne représente qu'une infime part de son chiffre d'affaire et le groupe n'a pas intérêt à se lancer dans une guerre picrocholine et à ainsi risquer de perdre le marché russe.

Je suis certain que LVMH et les petits producteurs de champagne trouveront un compromis pour leur étiquetage mais comme les autorités russes n'ont plus confiance dans l'UE et que tous les ponts sont rompus, cela risque de prendre du temps.

 

 

i On peut difficilement prétendre que la méthode de production soviétique donne forcement un produit de mauvaise qualité. La maison Moët et Chandon a même acheté une licence pour la méthode soviétique de production de vins mousseux.



64 réactions


  • leypanou 21 juillet 10:22

    Les autorités russes contestent frontalement le droit que se donnent les Occidentaux d’imposer leur définition du droit et de leurs valeurs qu’ils qualifient d’universelles  : c’est çà le plus important.

    Personnellement, cela me dégoûte tous ces donneurs de leçon de pacotille qui considèrent leur comportement et leurs valeurs comme devant être la référence universelle, la dernière en date étant l’affaire avec la Hongrie de Viktor Orban, les mêmes qui ne trouvent rien à dire contre les sanctions, embargos, avoirs gelés¹ criminels contre des pays qui ont le malheur de ne pas être assez dociles.

    ¹:la Cour Suprême du Royaume-Uni est en train de regarder s’il faut rendre les 14 tonnes d’or du Vénézuela au gouvernement Maduro ou non sous prétexte que pour eux Guaido est le représentant « légal » du Vénézuela.


    • Pierre Pierre 21 juillet 12:07

      @Bertil
      Oui, je sais, ce sont de vrais maniaques de la défense du label.
      Cela me rappelle qu’ils ont interdit de mentionner « méthode champenoise » à tous les mousseux qui sont fabriqués de la même façon que le champagne et cela a maintenant été remplacé par la mention « méthode traditionnelle ». 


  • Bertil 21 juillet 10:56

    @Pierre

    Merci de votre article, très intéressant


  • Lampion Lampion 21 juillet 10:59

    Ce n’est pas d’aujourd’hui et ce n’est pas une spécialité russe. A une réception sur un navire de l’US Navy en visite officielle à Rouen pour les fêtes Jeanne d’Arc dans les années 60, on nous avait servi du champagne californien portant l’étiquette « Veuve Clicot » agrémentée d’une mention : « not to be confused with the French imitation »


    • Pierre Pierre 21 juillet 11:20

      @Lampion
      J’aime bien leur humour.


    • André Bonheur André Bonheur 21 juillet 11:30

      @Lampion

      Oui je confirme. Lors d’une de mes conférences en Californie sur les erreurs militaires, il m’a été servi un Chablis concocté par un de ces petits pédés de californiens, la bouteille portait la même mention ! J’ai fait comme le capitaine Haddock quand on lui sert de l’eau ...


  • Pierre Pierre 21 juillet 11:39

    Une petite précision que j’ai oublié de mentionner dans l’article.

    La mention « Champagne » en caractères latins pourra encore toujours figurer sur l’étiquette principale des bouteilles. C’est « шампанское » (champagne) en cyrillique qui est réservé aux productions russes.

    Les bouteilles de champagnes français doivent mentionner en cyrillique sur l’étiquette descriptive du dos : « vin mousseux » et ne plus mentionner « champagne ».

    C’est pourquoi j’ai parlé de guerre picrocholine. Les producteurs de champagne relayés par les médias français montent en épingle un un petit événement qui aurait dû passer inaperçu.


    • roman_garev 21 juillet 12:05

      @Pierre
      Bonjour Pierre.
      Merci pour cet article et surtout pour cette « petite précision » qui en fait désavoue son contenu principal.
      Vraiment, il ne s’agit que d’une modification de la classification des boissons alcooliques en Russie, et strictement en Russie, au sein de son marché intérieur.
      Autrefois dans cette classification on avait une seule catégorie pour les champagnes et vins mousseux, à savoir « vins mousseux (champagne inclu) ».
      Maintenant on en a deux : 1) « champagne russe » et 2) « vins mousseux ».
      Évidemment tous les champagnes non russes entrent désormais dans la catégorie ’vins mousseux".
      La mention de cette catégorie doit figurer en russe sur l’étiquette complémentaire (petit bout de papier blanc imprimé avec le barcode) collée au dos de chaque bouteille vendue en Russie.
      Tandis que l’appelation originale, définie par le producteur, reste intacte sur l’étiquette principale conçue par le producteur.
      Et c’est tout ! Pas même de quoi agiter un petit doigt.


    • nono le simplet nono le simplet 21 juillet 12:10

      @roman_garev
      l’appellation « champagne russe »

      est aussi frauduleuse que « démocratie russe » smiley


    • roman_garev 21 juillet 12:33

      @nono le simplet
      De votre opinion, en Russie on s’en moque magistralement.
      Aussi que de votre soi-disant ’« démocratie » avec des chefs désignés par on ne sait pas qui et avec les yeux de vos GJ arrachés par votre police démocratique qui n’ose pas cependant entrer démocratiquement dans vos banlieues démocratiquement vivant sous la loi pas même de la charia mais des bandits.
      Merci, de cette démocratie-là on a tout lieu de se tenir le plus loin possible. Gardez-là pour vous-mêmes si elle vous arrange. Et pour votre Kosovo arraché par vos soins démocratiquement de la Serbie pour vous servir de stock européen en organes humains arrachés aussi démocratiquement.
      C’est tout comme en 1940 la démocratie nazie vous arrangeait.


    • Pierre Pierre 21 juillet 12:42

      @roman_garev
      Bonjour Roman_garev
      Merci d’avoir confirmé ce que je dis dans le commentaire.
      Les producteurs de champagne français sont d’une susceptibilité maladive quant à la défense de leur label.
      Ils feraient bien de consacrer plus de temps à améliorer la qualité de leurs produits.
      J’ai lu que des vins effervescents belges (Ruffus, Chant d’Eole, Perle de Wallonie) raflent partout des médailles d’or dans des concours à l’aveugle auquel participent les champagnes français. 
      Il y a quelques temps, j’ai eu l’occasion de déguster le Ruffus Brut sauvage, il est exceptionnel.
      https://www.youtube.com/watch?v=oOnmUwvlgCU


    • Pierre Pierre 21 juillet 12:47

      @roman_garev
      Le kosovo qui est aussi la plus grande plate-forme de distribution d’héroïne afghane du monde organisée par la démocratique CIA.


    • roman_garev 21 juillet 12:55

      @Pierre
      Dommage que vous n’ayez pas dégusté le champagne russe Abrau Durso  par exemple, Titov & Fils Grand Cru.
      Sinon vouz n’aurez pas écrit que le champagne russe ne provient que de la Crimée.


    • Pierre Pierre 21 juillet 12:56

      @nono le simplet
      Commentaire nul qui répète les clichés véhiculés par les médias traditionnels.
      C’est Goebels qui a dit que quand on répète mille fois un mensonge, cela devient une vérité.
      J’aimerais bien avoir votre définition de la démocratie parce que vous devriez commencer par savoir qu’il y a plusieurs formes de démocraties et notre démocratie représentative (défaillante) n’en est qu’une.
      Pour la séparation des pouvoirs, ce n’est pas mieux aux Etats-Unis et en UE qu’en Russie.


    • roman_garev 21 juillet 13:01

      @Pierre
      ...spécialement pour des simplets.


    • Pierre Pierre 21 juillet 13:12

      @roman_garev
      J’ai bu beaucoup de champagne russe et soviétique lors de mes séjours en Russie et en Union soviétique. J’ai même bu du champagne rouge de Crimée, c’est pour cela que j’en parle dans l’article.
      Comme je ne bois pas de vodka cul-sec, mes hôtes voulaient toujours me faire plaisir en me faisant boire du champagne russe et je doit dire qu’a la fin, j’ai éprouvé une saturation.
      J’ai entendu parlé d’Abrau Durso. Je ne crois pas avoir dégusté un jour un grand cru russe mais je reconnais que tout se mélange un peu dans ma tête. Ce sont des souvenirs lointains.


    • André Bonheur André Bonheur 21 juillet 13:54

      @Pierre

      « ...des concours à l’aveugle »

      ....monsieur vous ne comprenez rien aux vins français. Pour les apprécier il faut savoir qu’ils sont français.


    • @Pierre
      Pour les fines bulles rouges ou rosées , nous autres vieux cap-horniers n’avons qu’une seule adresse Veuve Amiot Saumur la visite des caves vaut le détour ...aussi palpitant que le Horn smiley


    • charlyposte charlyposte 21 juillet 14:57

      @Armand Griffard de la Sourdière
      Bon... faisons donc cap vers la veuve ! je pétille, rien que d’y penser.


    • charlyposte charlyposte 21 juillet 15:02

      @nono le simplet
      En France, élu avec moins de 15% des Français et moins de 10% pour les autres élus,on a des monuments démocratique qui gouvernent 100% des Français !!! hum, quand ya un flou c’est quia un loup. smiley


  • Turlute 21 juillet 15:05

    Sous mon évier j’ai de la poudre à récurer, de la javel, des éponges et de la vodka (alcool à brûler) !


  • Turlute 21 juillet 15:07

    Une bonne recette pour nettoyer les vitres : de la vodka*, une larme de savon liquide et une pichnette d’amoniac !

    * nom générique de l’alcool à brûler.


  • jef88 jef88 21 juillet 17:26

    INTERDICTION de faire des étiquettes avec le mot VODKA !

    Il faudra écrire ALCOOL FORT ...

    Bonne réponse ? ? ?


    • cyrus cyrus 21 juillet 17:31

      @jef88

      faut metre alcool medical et le vendre avec les pansement uniquement en pharmacie sur ordonance smiley


    • charlyposte charlyposte 21 juillet 17:43

      @jef88
      A condition de mettre de l’eau pétillante dans la bouteille.


    • charlyposte charlyposte 21 juillet 17:46

      @cyrus
      A mettre dans des seringues pour les futurs vaccitophiles.


    • cyrus cyrus 21 juillet 18:01

      @charlyposte

      EN LAVEMENT AU KARCHER POUR LES VAXXINISTE 


    • Pierre Pierre 21 juillet 18:07

      @jef88
      Vous voulez supprimer le mot « vodka » des étiquettes ?
      D’accord mais cela va pénaliser qui ?
      Toute les marques de vodka aux noms typiquement russes sont produites en UE ou en Amérique. Il n’y a pas ou presque pas de vodka importée de Russie chez nous !
      Si LVMH tient absolument à avoir "шампанское » sur ses étiquettes, pourquoi ne rachète-t-il pas un vignoble en Russie pour y produire son champagne ?


  • @ Charly le postier

     avec ou sans bulles, en ...avant la moujik !.!

     ♫ Si je meurs ,je veux qu’on m’enterre

     Dans une cave où y’a de la Smirnoff ♪

     Goûtons voir ..da da da

     Goûtons voir niet niet niet ♫

     Goûtons voir si la vodka est bonne 

      smiley


  • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 21 juillet 23:32

    Le fait est que le dictateur Poutine est le principal actionnaire et producteur de vin de Russie.

    Le seul but de cet autocrate est de se remplir les poches et cette appropriation du mot champagne n’a d’autre intérêt que de vendre encore plus sa piquette.


    • Pierre Pierre 22 juillet 07:04

      @Spartacus Lequidam
      Je crois que vous faites une fixation obsessionnelle sur Poutine !


    • charlyposte charlyposte 22 juillet 07:54

      @Spartacus Lequidam
      Il doit le confondre avec Nicolas II


    • charlyposte charlyposte 22 juillet 08:57

      @charlyposte
      Mon com... c’était pour Pierre.


    • Pierre Pierre 22 juillet 09:11

      @charlyposte
      Ouh là ! Enfin un connaisseur. Effectivement, Nicolas II possédait une collection de grands vins principalement français et il était propriétaire de nombreux vignobles dans le sud du pays.
      Merci pour avoir rectifié, je ne comprenais pas votre message.


    • charlyposte charlyposte 22 juillet 09:26

      @Pierre
      Sans oublier Georges V : cousin de Nicolas II et de surcroît jumeaux, interchangeable tellement c’est flagrant ! il pouvait sauver Nicolas II, mais pour des raisons très politiques, géopolitiques, cela n’a pas put être réalisé.


  • Scuba 22 juillet 15:54

    article volontairement trompeur.

    L’auteur confond le respect d’une AOC (appellation d’origine contrôlée), liée à un terroir, avec une marque commerciale, qui peut être achetée et revendue.

    Dans le cas de ces vodkas, il ne s’agit pas d’AOC mais de marques commerciales achetée et revendue au grès du bon vouloir de leur propriétaire.


    • Pierre Pierre 22 juillet 22:02

      @Scuba
      Vous cherchez la polémique et vous avez tort.
      Il y a déjà quelques réponse dans les commentaires ci-dessus.
      Lampion dit qu’il a bu du mousseux américain étiqueté « champagne ».
      Vous ne dite pas que AOC est un label créé en France et qui n’est reconnu que par un nombre limité de pays. Les Etats-Unis et la Russie n’ont pas d’accord avec la France concernant les AOC. C’est pourquoi il existe du champagne de Californie et du champagne de Crimée qui ne peuvent évidement pas s’exporter dans les pays qui reconnaissent les AOC françaises. 
      Roman-garev dit que c’est une question de classification à usage interne de la Russie.
      Le champagne français est-il un vin ? Réponse : oui. Le champagne français est-il effervescent ? Réponse : oui. Comme le label AOC n’est pas reconnu en Russie, le champagne français ne bénéficie donc d’aucune protection et est un vin mousseux comme les autres et cela doit être indiqué sur la bouteille.
      Les Français doivent apprendre que la Russie a cessé de vouloir plaire aux autres. Il y a quelques années, la Russie avait une certaine déférence pour les institutions occidentales et elle aurait fait une exception pour le champagne français. Ce temps là est révolu. Les autorités russes ont compris que c’est interprété comme de la faiblesse par les Occidentaux et qu’il n’y a jamais de réciprocité.
      Si vous voulez avoir un minimum de bonne foi, vous admettriez que la Russie produit du vin mousseux depuis plus de 130 ans, donc bien avant que le label AOC ne soit inventé, et qu’ils l’ont toujours appelé champanskoïe. 
      Pour eux, champanskoïe est un mot générique pour des vin mousseux produits en Russie et ils s’en battent de ce qu’en pensent les Français.
      Vous remarquerez aussi que les bouteilles de champagne français peuvent garder leur étiquette d’origine avec la mention « champagne » écrite en caractère latin. 
      Pour votre remarque sur la vodka, je ne vais pas développer trop loin.
      En faisant abstraction du label AOC qui n’a aucune valeur juridique en Russie, j’ai simplement fait remarqué que si on dit qu’un vin qui s’appelle champagne doit venir de Champagne, une vodka qui s’appelle de Moscou devrait venir de Moscou.


    • Scuba 23 juillet 11:26

      @Pierre

      c’est vous qui faite preuve de mauvaise foie, en refusant de comprendre la différence entre une AOC et une marque commerciale.
      Les AOC (et leur équivalents internationaux), et la volonté de la France de faire respecter les AOC vient précisément du fait que des escrocs faisaient des produits (ici le champagne) en utilisant une appellation trompeuse pour le consommateur, qui s’il ne regarde pas assez attentivement l’étiquette pense qu’un champagne vient de Champagne, et l’achète en pensant avoir un vin de qualité fait en Champagne, et se retrouve avec une piquette californienne ou du champskoie russe. J’ai moi aussi bu des mousseux à l’étranger, présentés comme du « champagne mexicain », cela ne change rien à la donne. Ma réaction a d’ailleurs été immédiate : j’ai répondu au serveur que s’il était mexicain, ce n’était pas du champagne. et en l’occurrence, il n’était pas mauvais.

      Le fait que certains en dehors de Champagne fassent du mousseux de qualité ne change rien à la donne. On peut effectivement avoir du vin mousseux de qualité, même en France, La clairette de Die par exemple, et ces vins n’ont pas droit à l’appellation champagne. L’utilisation de l’appellation champagne est donc bien une volonté délibérée de tromper le consommateur, voir effectivement le post de séraphin, sur la veuve cliquot américaine. Un fabricant honnête indiquerait vin mousseux, ou vin pétillant, ou toute autre description qui ne fait pas référence au champagne

      Et cette histoire de protection ne s’applique pas seulement au produits français. La cachaça est forcement brésilienne, le curaçao doit venir de curaçao, etc...

      Il ne s’agit donc pas de plaire aux autres, mais de s’insérer dans un monde multipolaire, en respectant les règles communes à tous. Les russes se plaignent régulièrement de l’unilatéralisme des occidentaux, mais dans cette histoire, ne respectent pas les règles communes.
      Ne venez pas vous plaindre après que nous ne respectons pas les russes, si le russes ne respectent pas nos règles , qui ne sont pas spécifiquement françaises, mais bien internationales, et fixées par l’OMC. Les russes pourraient d’ailleurs se plaindre auprès de l’OMC (en sont-ils seulement membres ?) pour faire reconnaitre la provenance d’une vodka de Moscou.

      Et je maintient mon commentaire sur la différence entre une AOC, et une marque commerciale. C’est d’ailleurs pour ça que les russes ne peuvent pas aller à l’OMC pour protéger ces deux marques commerciales de vodka. Mais comme dit plus haut, ils pourraient aller à l’OMC pour tenter de protéger leur vodka moscovite. Peut-être cela règlerait-il le problème ?


    • Pierre Pierre 23 juillet 11:26

      @Scuba
      Juste deux remarques importantes.

      • Quand un Russe voit une bouteille avec l’inscription « champanskoïe » écrit sur l’étiquette, il s’attend à un vin pétillant adapté au goût russe donc à un demi-sec. Le champagne français vendu en Russie est presque toujours brut. Si on permet aux champagnes français d’écrire « champanskoïe » sur l’étiquette, cela peut prêter à confusion et tromper l’acheteur. C’est donc bien une loi qui sert à mieux guider le consommateur. Si les relations entre la Russie et la France avait été meilleures, il aurait pu y avoir une concertation pour trouver un compromis. Ce n’est pas le cas et il faut assumer la politique européenne de distanciation avec la Russie.
      • C’est bien de dire qu’une marque commerciale appartient à son propriétaire mais dans le cas de la vodka « Moskovskaya », le propriétaire est l’Etat russe. Pourquoi trouvent-on cette marque de vodka fabriquée en UE sans le consentement du propriétaire ? 

    • Scuba 23 juillet 11:42

      @Pierre
      pour les marque russes, vous avez expliqué vous même qu’elles ont été vendu à une personne, qui les a revendu par la suite à des personnes non russes. elles n’appartiennent donc plus à l’état russe et leur propriétaire les utilise comme bon leur semble.
      Après il y a un imbroglio du fait qu’après que ce russe les ait vendu à des étrangers, la vente a été cassée par la justice. Mais les marques n’étaient plus en possession de l’état russe, ni d’un citoyen russe, donc l’état ruse se retrouve à faire valoir ses droits auprès de la justice du pays du détenteur des marques....
      Après je vous concède que fabriquer une vodka de Moscou dans les pays baltes, c’est en effet à la limite de la tromperie...


    • Pierre Pierre 23 juillet 12:51

      @Scuba
      En réponse à votre dernier commentaire.
      Nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde.
      D’abord pour la vodka. Les Russes ont intentés des actions en justice dans différentes pays. Les verdicts n’étaient pas unanimes et en attendant, les vodkas « Moskovskaya » et « Stolichnaya » fabriquées en Lettonie inondent les marchés mondiaux.
      Je comprends très bien la différence entre une AOC et une marque commerciale.
      N’essayez pas de me faire croire que l’AOC a pour but de défendre un savoir-faire régional. Pour le champagne, il s’agit plutôt de jouer sur un label de prestige pour éliminer la concurrence et pouvoir vendre plus cher.
      J’ai récemment lu qu’on vise une production de 300 millions de bouteilles par an. Vous croyez vraiment qu’il s’agit encore d’un produit fabriqué suivant une recette traditionnelle ?
      Dans le cas du champagne, l’appellation AOC est détournée de son sens d’origine pour obtenir un avantage commercial. D’ailleurs, il y a autant de piquettes dans les champagnes français que dans les champagnes étrangers.
      Le comble, c’est que la méthode champenoise n’a même pas été inventée en Champagne. Ce brave Dom Pérignon l’a importée de Limoux mais on a fait toute une légende autour de lui.
      Je répète ce que j’ai dit plus haut. En Russie, champanskoïe est un terme générique qui existe depuis plus de 130 ans pour des vins mousseux produits dans le pays suivant différentes méthodes.
      Le champagne français garde le droit d’inscrire « champagne » sur l’étiquette principale. S’il veut avoir le droit exclusif de le faire en Russie, cela doit se négocier. Lisez le premier lien dans le commentaire de Bertil.
      Si les autorités russes voulaient faire du protectionnisme comme les Français, ils interdiraient la mention « champagne » sur les bouteilles de champagnes français.
      J’aime bien votre formule « si les Russes ne respectent pas nos règles ». La Russie n’a signé aucune convention internationale les obligeant à respecter nos règles et l’OMC n’intervient pas dans les litiges liés aux AOC sauf s’il y a des accords bilatéraux qui ne sont pas respectés et encore, je n’en suis pas sûr.
      Je crois que vous vous faites des illusions en pensant que la majorité des Russes aspirent encore à vouloir vivre comme nous. (Immigration sauvage, villes taguées, insécurité, Gay Pride, vassalisation de l’Europe etc.)
      Je lis tous les jours des articles en russe sur Yandex Zen et ceux qui ont le plus de succès sont les plus acerbes sur notre mode de vie en Occident. Un commentaire sous cet article que j’ai écrit peut faire une dizaine de votes favorables. Un commentaire anti-occidental peut faire de 3000 à 5000 pouces levés sur les sites russes. Il faut aller sur le site d’Echo de Moscou pour avoir moins de critiques.
      Il faut se faire à l’idée que la majorité des Russes se détournent de nous et je ne vois pas comment cela pourrait s’inverser avec nos institutions européennes et nos médias russophobes qui s’imaginent que la Russie de 2021 est encore celle de 2000.


    • Pierre Pierre 23 juillet 13:10

      @Scuba
      En réponse à votre commentaire de 11:42
      C’est pour cela qu’ils n’y a pas unanimité des verdicts.
      Il y a une règle en droit. Si vous acheter de bonne foi un objet à une personne qui n’en est pas légalement propriétaire, vous devez rendre l’objet au propriétaire légal et vous retourner contre celui qui qui vous a vendu l’objet. Exemple : vous acheter un vélo volé sur un marché.
      Même si l’affaire est très différente, si on se rapporte à l’affaire Tapie-Adidas, un tribunal peut juger qu’une vente n’a pas été équitable et indemniser les victimes.
      Je suis d’accord qu’ici, la situation est inversée et que c’est l’Etat qui est débiteur.


    • @Pierre
       
      Merci de vos éclairages ...pour la peine je vous offrirais bien un petit chocolat chez « Pouchkine » pour arroser ça ,
      Mais bon , il me semble que Natasha (mon guide ♪ ) devrait faire l’affaire . smiley


    • Aristide Aristide 23 juillet 13:49

      @Pierre

       nos institutions européennes et nos médias russophobes qui s’imaginent que la Russie 

      Etonnante formulation tendant à laisser penser que vous êtes des nôtres ....


    • Pierre Pierre 23 juillet 16:06

      @Aristide
      Je sais, vous faites partie des complotistes qui croient que Poutine dirigent ses trolls depuis Saint-Pétersbourg.


    • Aristide Aristide 24 juillet 17:55

      @Pierre

      Complotistes, non au contraire, je vous vois aligner des articles prorusses sans aucune distance et cela depuis votre inscription. Je ne sais ce qui vous motive et je m’en moque, mais avouez tout de même votre russophilie ...ce qui n’est pas interdit ... 

      Rien de complotiste à mettre en avant vos préférences assez évidentes pour ce pays, ses dirigeants, ... 


    • Pierre Pierre 25 juillet 11:08

      @Aristide
      Cet article arrive en fin de parcours et je crois que je peux me permettre un commentaire un peu plus personnel et que cela vous éclairera peut-être un peu.
      En 1980, j’étais en mission à Moscou dans le cadre des Jeux olympiques et j’ai à cette occasion rencontré de nombreux soviétiques de toutes les républiques et notamment des journalistes. J’avais préparé mon voyage longtemps à l’avance et j’avais quelques notions de russe grâce à la méthode Assimil.
      J’ai gardé des lien amicaux jusqu’à aujourd’hui avec plusieurs d’entre eux, des Russe et des Ukrainiens, mais jusqu’en 1991, il n’y avait pas de différence et je n’avais jamais remarqué de sentiment nationaliste chez les Ukrainiens.
      Je me suis particulièrement lié d’amitié avec Sacha, un journaliste moscovite. J’ai pu un peu l’aider, lui et sa famille, durant les années difficiles de l’époque Eltsine. Il a été reçu plusieurs fois chez moi et j’ai toujours été bien accueilli chez lui.
      Sacha est décédé il y a près de trois ans mais je garde le contact avec sa femme et ses enfants.
      Au début, nous correspondions par courrier ordinaire. Avec l’arrivée d’Internet, ce fut par courriel et ensuite par Skype. Cela m’a permis d’améliorer ma connaissance de la langue russe et d’arriver à la parler et à la lire couramment.
      La première anecdote que Sacha m’a raconté en 1980 m’a profondément choqué.
      Il avait été approché par un journaliste occidental qui cherchait à faire un reportage sur un sujet local différent du sport. Sacha lui a proposé de le guider dans des organisations de jeunesse du genre scoutisme (komsomol), quelque chose qui marchait relativement bien en Union soviétique.
      Le journaliste occidental a décliner l’idée en disant que ce genre de reportage n’intéresserait pas le lecteur occidental et il a demandé s’il n’avait pas une idée de reportage plus « sexy ».
      La politique et la propagande (dans les deux sens) ont alimenté nos échanges pendant presque 40 ans ce qui fait que j’ai une bonne connaissance de l’histoire de la fin du communisme et de la renaissance de la Russie moderne.
      J’ai aussi gardé le contact avec des amis d’Ukraine qui étaient plus âgés que moi et là aussi, beaucoup ont disparu.
      Je pourrais vous faire une liste longue comme le bras de tout ce qui ne va pas en Russie mais est-ce nécessaire ? Les médias traditionnels s’en chargent très bien avec beaucoup d’exagération.
      Ce que je veux mettre en avant, c’est l’évolution positive dans le pays.
      La corruption existe mais diminue. La pauvreté existe mais pas la misère. La sécurité est redevenue comme à l’époque soviétique. Moscou est devenue avec Londres la ville la ville la plus moderne d’Europe.
      Il y a des milliardaires en Russie comme il y en a dans le reste du monde. Les Russes n’ont pas défendu le communisme dans les années 1990, il ne doivent pas se plaindre maintenant de ne pas avoir une société égalitaire. Ils doivent assumer.
      Je n’ai pas se sympathie pour les politiciens russes en général. Je connais leurs travers mieux que quiconque.
      J’ai une admiration pour ce que Poutine, Lavrov, Shoïgu et quelques autres ont fait pour redresser la Russie.
      Souvenez-vous de l’armée russe dans les années 1990 qui se faisait tailler en pièce par des bandes d’islamistes en Tchétchénie et voyez ce qu’elle est devenue maintenant.
      On croyait que la Russie allait se disloquer en plusieurs entités en 2000 et 20 ans plus tard, la Russie est redevenue un pays (multiethnique et multireligieux) uni.
      La Russie est redevenue une puissance industrielle grâce à des initiatives politiques prises il y a plus de 10 ans. Savez-vous par exemple que la Russie est devenue le deuxième constructeur de bateaux du monde en tonnage ? 
      Elle doit tout cela à une seule personne, c’est Vladimir Poutine. Il y a bien eu parfois quelques entorses au droit ou à la séparation des pouvoirs mais le fait est là, la Russie s’est redressée et elle compte à nouveau dans le concert des nations.
      Pourquoi dis-je cela ? Simplement pour mettre en garde. Si la Russie construit maintenant une industrie performante, dès que le marché national sera couvert, elle va s’emparer ensuite de parts de marché dans le reste du monde surtout avec un rouble qui est sous-évalué. Au détriment de qui d’après vous ? De l’Europe qui à part l’Allemagne se désindustrialise.
      La France n’a pas besoin d’un Poutine. Elle n’a pas besoin de se reconstruire. Elle a besoin de d’abord se stabiliser et ensuite de ramener au bercail toute ses usines qui sont maintenant éparpillées dans le monde mais je ne vois pas à l’horizon quelqu’un de la trempe de Poutine capable de réussir cet défi et cela me désole. 
      Quand à la transition énergétique, cela va-t-être tellement douloureux pour les citoyens européens que je n’y crois pas.


    • eau-pression eau-pression 25 juillet 11:23

      @Pierre

      Quelqu’un écrivait ce matin qu’il ne fallait pas s’imaginer avoir d’autres lecteurs que ceux qui commentent. La vérité est plus positive. Ainsi, moi qui ne vous ai jamais commenté (sauf oubli), je vous lis fréquemment. Merci de votre témoignage.


    • Aristide Aristide 25 juillet 11:29

      @Pierre

      Allez ; juste un dernier mot sur votre couplet russophile et « poutinolatre ».

      Vous dressez un tableau des plus « idéalisé » de la société russe. En gros, à part Eltsine, et peut être Gorbatchev que vous ne citez même pas, vous délivrez un message des plus ... irréaliste de ce pays et surtout de son dirigeant vedette ...

      Je ne désigne en rien le peuple russe, mais ses dirigeants et le système mis en place depuis l’effondrement de URSS. Un pays qui stagne et s’appauvrit. Un PIB par habitant qui le place avec des pays en grande difficulté, alors la puissance industrielle !!! Une espérance de vie en bonne santé dans les plus mauvaise ... Tout est à l’avenant. Le niveau de vie, les salaires moyens, le niveau des retraites, ...

      Maintenant vous pouvez regretter que la France n’ait pas son Poutine, je serais plutôt de ceux qui s’en félicite ... même si je vous l’accorde nos dirigeants ne brillent pas ....


    • JC_Lavau JC_Lavau 25 juillet 11:58

      @Aristide. A toi seul tu es un sottisier de la Guerre Froide.


    • Aristide Aristide 25 juillet 12:02

      @JC_Lavau

      Merci, je n’en espérais pas moins de zigue de votre engeance et à la votre.... 


    • Pierre Pierre 25 juillet 12:50

      @eau-pression
      Merci, cela me fait plaisir.


    • Pierre Pierre 25 juillet 14:28

      @Aristide
      Désolé, je ne vous laisserai pas le dernier mot parce que vous dites trop d’inexactitude.

      • Gorbatchev aura eu un rôle insignifiant dans l’histoire de la Russie. Il n’avait d’ailleurs pas l’intention de mettre fin au communisme. C’est Eltsine qui l’a fait.
      • Je ne pense pas que la France a besoin d’un Poutine. Elle a besoin de quelqu’un de la trempe de Poutine, cela j’en suis convaincu depuis peu. Je croyais précédemment qu’elle avait besoin d’un gouvernement d’unité nationale mais je me suis rendu compte que c’est incompatible avec le régime présidentiel français.
      • Le problème, ce n’est pas la poutinolatrerie. Je constate que suivant les instituts de sondage pro-occidentaux, le soutien à Poutine ne descend jamais en-dessous de 63-65% en Russie. A partir de là, je m’incline devant la volonté du peuple.
      • Vous faites une espèce d’hystérie anti-Poutine. Vous devriez savoir que l’alternative n’est pas un dirigeant libéral pro-occidental mais plus probablement un dirigeant communiste. Poutine est le dirigeant russe le plus compatible avec les idées libérales occidentales en position d’être élu.
      • Les élections législatives de septembre risquent d’ailleurs d’amener les communistes au pouvoir et durcirait la position russe contre l’Occident.
      • Je ne dresse pas un tableau idéalisé de la Russie. Les sites Internet russes abondent d’article sur les inaugurations d’usines géantes. 
      • Il n’y a quasiment pas de chômage en Russie et il y a des millions de travailleurs immigrés. C’est le signe que l’économie tourne bien.
      • Le PIB d’un pays n’est pas comparable à celui d’un autre. Il faut au minimum le ramener à la parité de pouvoir d’achat mais je perdrais du temps à vouloir vous l’expliquer. Sachez simplement qu’un ouvrier russe qui gagnerait 700 dollars par mois aurait le même niveau de vie qu’un ouvrier qui gagnerait 1800 dollars en France. Le coût de la vie est environ 2,5 fois moindre qu’en France.
      • L’espérance de vie est encore assez basse pour un pays européen. C’est la conséquence d’une mauvaise hygiène de vie jusqu’au milieu des années 2000. L’espérance de vie remontera dans les années à venir : en 20 ans, les jeunes font deux fois plus de sport et fument et boivent deux fois moins. https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/11/29/comment-la-russie-de-poutine-a-fait-chuter-l-alcoolisme_6020949_3244.html Si même un journal aussi russophobe que Le Monde me dit, c’est que ce doit être vrai. smiley

      Maintenant, il faut reconnaître que la Russie a des problème liés aux sanctions occidentales mais petit-à-petit, le pays les surmonte. Cela freine le niveau de vie parce que la Russie doit garder des réserves pour le cas où les Occidentaux décideraient de vraies sanctions paralysantes.


  • Aristide Aristide 23 juillet 13:55

    Quand on sait qu’un retraité russe payerait la moitié la moitié de sa pension pour une bouteille de champagne français, on comprend assez facilement l’importance de ce genre de décisions pour la majorité du peuple ...


    • Pierre Pierre 23 juillet 16:16

      @Aristide
      Un retraité russe peut de temps en temps se payer une bouteille de champanskaïa qui correspond davantage à son goût. J’ai fait goûter du champagne français à des Russes moyens qui n’en avaient jamais goûté. Conclusion : grimaces et un poli « Non merci, je ne prends pas un deuxième verre. »
      Il n’y a que la riche bourgeoise moscovite qui boit du champagne français plus par snobisme que par plaisir.


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 23 juillet 16:28

      @Pierre
       
       
       ’’J’ai fait goûter du champagne français à des Russes moyens qui n’en avaient jamais goûté’’
       
      Du Champagne moyen ?
       
       Un bon mousseux de chez nous vaut mieux que n’importe quel Champagne médiocre.


    • Pierre Pierre 23 juillet 16:57

      @Francis, agnotologue
      Non, pas du tout. C’était du Laurent Perrier pour accompagner des toasts au saumon. J’ai compris ce jour-là que le champagne brut n’est pas adapté au goût russe. La cuisine russe est très naturelle. Elle n’est pas très épicées, les aliments gardent leur goût. Sauf à Moscou, les fruits et les légumes viennent souvent du verger et du potager. Les œufs et la volaille, du poulailler. Le lapin, du clapier.
      Alors, un champagne français, même de qualité, est un produit trop sophistiqué pour accompagner des aliments simples de la cuisine russe.


    • Pierre Pierre 23 juillet 17:08

      @Francis, agnotologue
      PS. Un mousseux comme l’Asti Spumante, relativement doux, convient beaucoup plus au goût des Russes qu’un champagne brut ou extra-brut.


    • Aristide Aristide 24 juillet 17:49

      @Pierre

      J’ai fait goûter du champagne français à des Russes moyens qui n’en avaient jamais goûté.

      Vous avez raison le russe moyen préfère aussi la margarine au beurre, .... habitué depuis des décennies à des produits médiocres c’est assez naturel, mais bon ... comme le champagne, le vrai, n’est qu’un produit pour snobs ...

       


    • chantecler chantecler 24 juillet 17:58

      @Pierre
      Le Russe est rusé :
      Il préfère s’acheter un bon Crémant qu’un Champagne galvaudé .
      Et pis il fait coller les étiquettes « Champagne de Pondichery » fabriquées dans les sous sols des kolkhozes, par des rescapés des goulags .


    • chantecler chantecler 25 juillet 02:54

      @chantecler (suite)
      Je viens de trouver la bécane pour imprimer les étiquettes :
      https://www.youtube.com/watch?v=eEVo_kqq4hM&list=RDppJ5uITLECE&index=27


Réagir