dimanche 20 septembre 2015 - par Breton8329

Daesh ouvre la boite de Pandore

Daesh, idéologie nourrie par une frustration, est une réelle menace pour la civilisation occidentale : menace au premier degré puisqu'elle porte un risque pour notre sécurité mais menace au second degré surtout puisque nos réactions sont porteuses d'un risque pour la démocratie. Daesh se trompe en pensant être en mesure de conquérir les démocraties occidentales : les démocraties se suicideront d'elles même et modifieront leur ADN afin d'être en mesure de combattre l'organisation et personne n'a rien à y gagner.

L’analyse d’un problème complexe exige de la rigueur et c’est la raison pour laquelle les militaires ont créé des méthodes d’analyse qui leur permettent d’identifier les solutions possibles pour transformer une situation. Ces méthodes sont le fruit d’un long héritage, qui puise ses racines dans Sun Zu ou Clausewitz et qui s’est bonifié au fil du temps, au fil des guerres. Elles sont devenues globales, c’est-à-dire qu’elles n’intègrent pas seulement l’approche militaire à un problème donné. Elles sont redoutablement efficaces et à défaut d’apporter des solutions faciles à appliquer, elles permettent de bien comprendre une situation, quel que soit son domaine et son échelle. Elles permettent par exemple de trouver des solutions pour résoudre un problème de conflit avec un chef, pour contester la suprématie d’une entreprise concurrente ou pour battre un adversaire. La faisabilité des solutions et leur mise en œuvre sont un autre débat puisqu’il existe un certain nombre de barrières qui limitent les modes d’action ; mais les États sont parfois capables de les contourner.

L’ébauche d’une analyse de Daesh à partir d’une méthode de ce type donne des résultats intéressants. Daesh est une idéologie qui prolifère sur une frustration. À défaut de pouvoir la battre, comment s’en protéger ? Admettons qu’une entité terroriste, quelle que soit son échelle (le problème est fractal), requiert 4 degrés de liberté pour survivre (degré de liberté, par analogie avec le jeu de Go) :

  • Liberté de se financer
  • Liberté de se déplacer
  • Liberté de communiquer
  • Liberté de penser

Nota : En planification opérationnelle, ces degrés de liberté sont nommés « vulnérabilités critiques ».

Pour une organisation comme Daesh dont la vocation est mondiale, cette grille est valable au niveau stratégique c’est-à-dire inter-théâtre et au niveau tactique c’est-à-dire interne à un théâtre. Pour simplifier, considéreront seulement deux théâtres sur lesquels opèrent Daesh : la France et le Proche-Orient. Les solutions au problème Daesh viseront donc à priver l’organisation de ses degrés de liberté :

Niveau stratégique

  • Liberté de se financer : ce sont tous les soutiens internationaux dont bénéficie Daesh, soutiens directs d’Etats et d’organisations ou soutien indirect via les Etats, Organisations, entreprises et particuliers qui achètent les produits de l’organisation (antiquités, hydrocarbures…).
  • Liberté de se déplacer : C’est l’aptitude à déplacer des combattants d’un théâtre à l’autre. Certaines personnes objectent que Daesh entend d’abord conquérir le Moyen-Orient avant de s’attaquer à l’Europe et qu’il n’y a donc pas de combattants dans les vagues d’immigrés. Je leur rétorque qu’un bon planificateur ne fait jamais d’hypothèse sur l’ennemi. Il y a d’autres raisons que je ne détaillerai pas ici.
  • Liberté de communiquer : C’est l’aptitude à transmettre des ordres, à coordonner les actions, à récupérer les comptes rendus, à obtenir du renseignement et à transmettre de la propagande. Elle utilise tous les moyens de communication internationaux.
  • Liberté de penser : au niveau stratégique, cette liberté de penser se traduit par l’aptitude à maintenir l’idéologie. C’est l’essence même de Daesh, une idéologie qui prospère sur une frustration. Tel un virus, l’idéologie, ce prêt à penser, est disponible dans nos villes et s’accroche aux profils réceptifs, affaiblis. A mon sens, les profils sont rendus réceptifs par les frustrations nourries au sein de la société dans laquelle ils évoluent et l’éducation n’y peut rien, la soif de revanche étant toujours plus forte (gare à la frustration des immigrés qui croient trouver le paradis en Europe). D’autres agents déjà contaminés interviennent directement chez eux (voir liberté de se déplacer) ou à distance (voir liberté de communiquer) pour susciter une prise de conscience des frustrations. La « liberté de penser » a toutes les caractéristiques d’un « centre de gravité ».

Au niveau tactique, les moyens sont différents mais les problématiques sont les mêmes. En France par exemple :

  • Liberté de se financer : ce sont tous les soutiens locaux dont bénéficie Daesh, pour financer les lieux ou s’entretient l’idéologie, pour soutenir l’acquisition des armes, des titres de transport, le séjour d’idéologue, les conférences… c’est l’aptitude à collecter des fonds et à les utiliser librement.
  • La liberté de se déplacer est l’aptitude à déplacer des combattants sur le théâtre, à prendre l’avion (difficile vu les contrôles), le train, le bateau, une voiture, à sortir de chez soi, à se rendre dans un lieu de conférence... et la liberté de communiquer, c’est l’aptitude à téléphoner, envoyer des mails, du courrier, à prendre un micro, à monter sur scène, à intervenir à la radio, sur internet.... Limiter ces deux libertés en France reviendrait à renier certaines libertés fondamentales qui sont l’essence même de notre démocratie et qui relèvent de droits fondamentaux de l’être humain. Ce serait enfoncer la république dans quelque chose de différent, ce qui en soit constituerait une victoire pour une organisation comme Daesh.

 

Que faut-il faire ?

A défaut de ne pas savoir que faire, je pense qu’il y a des choses qu’il ne faut par faire. Parmi ces choses, il y a toutes celles qui peuvent entretenir et développer l’idéologie et les conditions de sa transmission c’est-à-dire la frustration. Les dommages collatéraux et l’injustice sont de puissantes sources de frustration, comme l’ont montré les précédents conflits ; les promesses non tenues et les espoirs déçus en sont d’autres. Les frustrations préparent les organismes à la réception du virus qui leur est transmis par le biais des moyens de communication (on parle d’autoradicalisation) ou par le biais d’agent déjà contaminé. Ces méthodes de transmission s’appuient sur la liberté de communiquer et sur la liberté de se déplacer. Dans le contexte actuel, ces deux libertés seront très malmenées car il nous appartiendra de choisir entre elles et notre sécurité. Ces réductions de liberté généreront à leur tour de la frustration et cela nous rendra sensible à …. une autre idéologie. Autre époque, autre frustration, autre idéologie, c’est ainsi que c'était développé le fascisme. Quel sera le monstre du XXIème siècle ? 



72 réactions


  • Alain 20 septembre 2015 19:02

    Pour parler d’un problème sérieux, il faudrait déjà se conformer à des règles linguistiques strictes.
    On arrête pas de lire soit des anglicismes, soit des XXXX 2.0 (la ville 2.0, la police 2.0, le transport 2.0), soit des termes dont on détourne les sens originaux comme « cosystème », « adn ».
    Je lis :
    « les démocraties se suicideront d’elles même et modifieront leur ADN »
    Ne faudrait-il pas plutôt dire :
    les démocraties se suicideront d’elles même et modifieront leur fondements ou (leur racines profondes)".

    L’ADN, c’est moléculaire et c’est de la génétique. C’est peut-être sympathique mais ca n’a pas grand chose à voir avec la démocratie. Sauf à détourner le sens des mots et des concepts (en gros la NovLangue du livre 1984).


    • Breton8329 rol8329 21 septembre 2015 01:45

      @Alain
      Simple métaphore entre la culture qui génère un type de comportement et l’ADN qui imprime sa marque sur un organisme. C’est pas un problème sérieux, c’est un problème fondamental qui doit être porté sur la place publique et qui mérite donc que l’on fasse des efforts pour le vulgariser, 


    • Hermes Hermes 21 septembre 2015 17:57

      @rol8329

       Bonjour on comprend bien sûr le raccourci, de l’ADN mais cette analogie véhicule aussi une idée, qui est que c’est l’ADN qui dicte le compportement d’un individu. Cette idée n’est absolument pas fondée et est en plus dangereuse : cela peut mèner droit au délit d’ADN qui n’est qu’une variante pseudo scientifique du classique délit de « sale gueule ».

      Il me semble qu’il est nécesaire d’être prudent avec les mots.

      J’en profite au passage pour rappeler que sans la drogue (une métamphétamines appelée captagon), daesh cesserait d’exister. Un autre axe qu’il me semble important de ne pas ignorer et qui a été déjà largement documenté dans des medias de toutes obédiences sur Internet.

      La drogue non seulement permet les comportements ahurissants et ignobles que les medias se délectent à nous relayer, mais est en plus une importante source de revenus, car le Qatar et l’Arabie Saoudite la consomment en grande quatité et la paient au moins 100 fois plus cher. Le Coran ne l’interdit, pas, car au contraire de l’alcool, ce serait vu comme un médicament.

      Cordialement..


    • Breton8329 rol8329 21 septembre 2015 18:09

      @Hermes
      Vu pour l’ADN. Dans mon esprit, l’ADN des peuples, c’est leur culture. En vivant a l’etranger, je me rend compte a quel point notre comportement est marque par notre culture. Mais a la base, il y a une sorte d’animalite en chacun de nous, C’est la, au fond de nous et ca ressort dans les moments difficiles, Il vaut mieux ne pas reveiler ce monstre la. 

      S’agissant du captagon, j’ai lu recemment que l’armee allemande avait aussi utilise des amphetamines durant la seconde guerre mondiale, Peut etre que le Captagon permet d’effacer la culture qui est une forme de cloture, et de laisser ressortir le monstre...


    • Breton8329 rol8329 21 septembre 2015 18:11

      @rol8329
      Au fait, sur la photo, c’est Adolphe Hitler quand il etait un charmant bebe.


    • Hermes Hermes 7 octobre 2015 15:15

      @rol8329

      Ok. Quand au monstre qui est en nous, ce n’est peut-être pas l’animal, mais le fait que nous ne l’ayons pas intégré et qu’il a été mis en cage (dans le meilleur des cas) ou gravement maltraité (comme le bébé de la photo).....

      La conscience n’est sans doute pas que faite d’intellect pur et peut-être lui pré-existe..... ne dit-on pas de plus en plus que les animaux sont conscients ?

      Bonne soirée.


  • elpepe elpepe 20 septembre 2015 19:28

    J ai mis excellent a cet article car en effet il faut s attaquer a Daesh avec une strategie holistique , et votre pensee en ce sens est pertinente, certains de vos arguments le sont encore plus,
    Mais un seul point sur lequel votre strategie pourrait etre deficiante, c est la pensee que vous assimilez a l un des 4 degres de liberte du GO (je suis un joueur aussi)
    En ce qui concerne Daesh c est l absence total de pensee, mais l endoctrinement a traver une ideologie l Islam qui a plus de 1 milliards d adeptes, alors ca fait beaucoup
    Mon point est qu il faut demonter le Coran point par point et proposer un autre cadre moral et politique ’laique’, de substitution. Le coran et la laicite sont inverses et totalement incompatibles.
    On peut tolerer le Coran sur notre sol, mais jamais l accrediter.
    On doit le tolerer mais le combattre en meme tps
    Comme la laicite ne propose par le paradis et ses vierges, on part de loin, mais c est la seule voie


  • Baron de Risitas meslier 20 septembre 2015 19:29


    Le Titre : 

    « Daesh ouvre la boite de Pandore »

    devrait être inversé c’est : Daesh qui est sorti de la boite de Pandore .

    A chaque fois les étasuniens créent un monstre à tentacules (Daesh cette fois-ci ) puis le monstre s’échappe de sa cage provoquant la panique (réfugiés ,migrants etc ...)

    Mais le monstre ne veut pas retourner dans sa cage , il est donc décidé de le faire abattre si possible , par d’autres !!


    • Breton8329 rol8329 21 septembre 2015 01:54

      @meslier
      J’ai une vision plus « premier degré » et sans doute aussi plus naive de ce qui se passe et je pense que les supporters de Daesh ne se rendent pas compte qu’ils sont forts uniquement parce que les démocraties « acceptent »’ d’être faibles mais que si les démocraties évoluent vers quelque chose d’autre, cette autre chose qui sortira de la boite de Pandore, alors ce montre va non seulement dévorer la démocratie mais dévorer Daesh et dieu seul sait ou il s’arrêtera. L’histoire occidentale a déjà enfanté des monstres et la puissance militaire et technologique actuellement disponible sera sans proportion avec ce qui s’est déjà produit.


    • Zolko Zolko 21 septembre 2015 13:49

      @meslier
       
      « c’est : Daesh qui est sorti de la boite de Pandore »
       
      oui, je pense aussi, et cet auteur ne fait que se tromper en (essayant de) traiter le symptôme plutôt que la cause.
       
      Le problème est que l’Empire USA s’effondre, et ce faisant nous assistons à ses derniers soubresauts. Bien qu’étant un empire en fin de vie, il est toujours très puissant, tant militairement que financièrement et politiquement. DAESH n’est rien d’autre qu’une bande de semi-débiles frustrés ultra-violents sur Toyota pick-ups blancs (ils n’ont que ça) et armés de Kalachnikovs (idem), un peu comme Fofana à l’époque en France. Mais ils ont l’aide des débiles européens qui bombardent le pays, et des corrompus arabes qui les financent.


    • Byblos 22 septembre 2015 03:37

      @rol8329


      Vous écrivez : « ...L’histoire occidentale a déjà enfanté des monstres... ». J’appelle cela le ré-ensauvagement de l’Occident et son retour aux racines angles, saxonnes, franques et alémaniques.


  • Elliot Elliot 20 septembre 2015 19:41

    Très bon article avec un petit goût de manque car, s’il insiste bien sur cette étonnante faculté qu’a Daech de trouver et de maintenir ses sources de financement, il ne cherche pas à savoir comment une telle aberration ( apparente ) est possible.
    Au risque de me répéter, je connais plus ou moins l’origine des financements, ce qui est au demeurant accessoire, même si on nous balance à longueur de colonnes que c’est le commerce du pétrole brut, un fantasme qui ne résiste pas à l’analyse non que Daech ne fît pas commerce de quelques barils mais le rendement de cette activité est futile par rapport aux besoins de cette organisation qui remet en place une administration dans les zones conquises où elle s’était évaporée.

    Donc des flux d’argent existent qui aboutissent in fine dans la poche de ceux qui font commerce des armements, il faut bien armer les belligérants et assurer la continuité du feu d’artifice surtout quand il s’accompagne du tintinnabulement des espèces sonnantes et trébuchantes.

    Ne soyons pas naïfs, il y a au Moyen-Orient un gendarme du gangstérisme organisé qui entretient de très bonnes relations avec un état, élucubration vasouillarde du sionisme triomphant, qui a su tirer le meilleur bénéfice du martyr du peuple juif.

    La canaillerie ploutocrate essentiellement américaine - et quand on entend Amérique, on pense immanquablement à certain lobby - qui a les meilleures relations qui soient avec ce gendarme et pour cause, elle le soutient à bout de bras et fait passer pour une expression du génie ce qui n’est que le résultat d’une assistance à fonds perdus.

    Si le gendarme laisse faire, c’est à coup sûr parce que Daesh s’inscrit dans une volonté de semer le chaos dans cette région du monde au bénéfice du complexe militaro-industriel.
    Daesh fonctionne comme l’idiot utile d’un système qui vise à fragiliser non seulement le Moyen-Orient mais encore, par ricochet, l’Europe et qui s’inscrit dans une tradition qui vise à saper les fondations des concurrents de l’Amérique.

    L’Europe en proie aux tendances centrifuges du repli sur soi, cédant au vertige du déclin, démissionnaire sur le pourtour méditerranéen ex « mare nostrum » et toute occupée à regarder son nombril dans une atmosphère wagnérienne de Crépuscule des Dieux


  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 20 septembre 2015 20:07

    Ils viennent paraît-il de 80 ou 90 pays dans le monde, c’est dire si l’ Arabie Saoudite dépense dollars et énergie pour les recruter...


    Un qui connaît bien Daesh et autres mercenaires qui foisonnent dans ce coin du globe, c’est Bachar el Assad. Puisque depuis 5 ans, son armée est seule à les combattre, avec l’aide en armement de la Russie et de l’ Iran.

    Entretien avec Bachar El Assad. "L’Occident pleure d’un œil sur les réfugiés et de l’autre, les vise avec une arme.

  • Attilax Attilax 20 septembre 2015 20:26

    Daech est un outil avec une durée de vie limitée. La société qu’ils proposent est tellement con, dure et rétrograde qu’elle n’a aucune chance d’être durable, à mon avis. D’ailleurs, à 90%, ce sont des musulmans qu’ils massacrent, pour un califat mondial c’est pas top comme bilan...


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 21 septembre 2015 09:16

      @Attilax
      Ce sont des mercenaires. On leur promet le pouvoir dans les futurs califats, on les paye, on leur permet de piller tout ce qu’il veulent, ils ont des esclaves sexuelles, et ils iront au paradis. Elle est pas belle la vie ? Et puis, on les bourre de Captagon.


  • SamAgora95 SamAgora95 20 septembre 2015 22:04
    Stratégie militaire....mon C...

    Arrêtez vos salades trop complexes et compliquées :

    A qui profite Daech (épouvantail ou spectre sans réelle consistance), voilà la question ! Au sionisme, voilà la réponse !

    Conclusion : pour éliminer le fantôme Daech il faut s’en prendre à la diaspora Israélienne sioniste qui dirige l’occident en général et les USA en particulier !!

    L Arabie Saoudite n’est qu’un ramassis de bédouins (je n’ai rien contre les bédouins) devenus débiles au fur et à mesure qu’ils se goinfrent de pétro dollar, cet argent est entre les mains d’Israël dans les faits, tout le monde le sait sauf les collabos et autre idiots utiles.

    Le but de tout ce mérdier et de dégager la voix au grand Israël, la Syrie et l’Irak sont les principaux obstacles à ce projet, c’est gros comme le nez au milieux de la figure.


  • HELIOS HELIOS 20 septembre 2015 23:29

    ... je trouve que cet article est intéressant même si de mon point de vue il est une construction intellectuelle qui cherche la complexité là où il n’y a rien que du banditisme.


    « L’état islamique » n’est en fait que le nom que *nous* donnons a une bande de gangsters plus ou moins mafieux, cachés eux aussi derrière une religion a envergure variable.

    Ils ne sont pas plus cruel ni dangereux que nos « grands frères », les « racailles » de nos banlieues, j’irai même a dire que ce sont les mêmes qui feraient tous exactement la même chose si les conditions se donnaient.

    Malgré ce qu’on croit, ou ce que l’on veut bien nous faire croire, ces « fous de dieu » sont loin, très loin, de la cruauté des slaves ou des asiatiques des steppes, j’oserai peut être même dire que ce sont des amateurs en comparaison.

    Ce qui est certain, par contre, et je n’abonderai pas dans le complotisme habituel, je crois toujours et toujours aux circonstances et aux effets d’aubaine, comme on dit si facilement en France,
    Cet effet d’aubaine est le résultat de nombreuses interactions entre les comportement de l’état, par exemple mais rien n’est suffisant. il est également le résultat des comportement de nombreuses entreprises multinationale, de banques, d’entreprises minières etc, pour les mécanismes économiques qui sont les activateurs de l’EI... je dis EI pour simplifier le texte.

    Il y a également les média, pas que les nôtres, les média accessibles partout, de CNN a Al jazeera en passant par toutes les radios et les télés que les satellites portent autour du monde exposant une richesse insolente a des peuples qui n’ont même pas de robinet d’eau dans leur cabanes et les toilettes derrière l’arbre quand il en reste un.

    Une partie du problème vient de l’écart abyssal qui existe entre la vie de ces gens et notre réalité et je pense qu’une partie de l’Islam est un modérateur spirituel qui leur permet de supporter tout cela.
    Alors, lorsque nos avions, quelle que soit leurs raisons tuent, rasent et détruisent souvent le travail de toute une vie de paysans, d’artisans qui survivent face a une nature souvent dure, implacable.. comment voulez vous que sur la durée... cela dure déjà depuis 50 ans au moins c’est a dire deux a 3 générations, ... n’émergent pas des groupes *terroristes* qui n’ont plus rien a perdre... ils n’ont rien, ni matériel ni spirituel devant eux : Avenir Zero !

    Rappelez vous, nous nous sommes habitués nous même a accepter la dictature des financiers et des institutions qui, excellent exemple qui me vient a la tête nous imposent par exemple donc, un codex alimentarius interdisant aux paysans de vendre leur graines et leur légumes non inscrits, graines utilisées depuis des siècles, au profit de graines issues des serres de chez. Comment voulez vous que ces « droits d’auteur » si implacablement appliqués a ces populations ainsi que toutes les réglés que *nous* leur imposons soient acceptables ?... et les exemples il y en a à la pelle !

    Vous voyez, l’EI, avatar d"une contestation violente, portée par des hommes sans foi ni loi n’est qu’une simple conséquence globale de notre inconséquence. Notre ouverture est la pire des frontière, car ils sont témoins d’une liberté supposée, accordée a tous, qui leur est interdite. Comment voulez vous qu’ils acceptent cette auto limitation face a une frontière économique, administrative, même pas matérialisée par une barrière physique !

    Nous leur avons montré notre modèle , mais ce n’est pas leur modèle. nous avons mis des siècles pour en arriver où nous sommes en étant passé par l’inquisition, beaucoup plus terrible que la charia. Comment pouvons nous leur interdire de faire a minimum un cheminement beaucoup plus doux (oui, quelques têtes coupées ne sont pas les milliers de buchers du moyen age)

    J’arrête mes explications ici, mais nous n’arriverons surement pas a éliminer l’EI, ou du moins a le rendre fréquentable si nous continuons a vouloir un NWO a notre image.

    Il faut revenir aux fondamentaux des sociétés humaines... pour que chacun y trouve son intérêt, eux et nous et d’autres qui ne se sont pas encore réveillés.

    Il faut que la culture arabe et le monde musulman puisse se développer sur SON propre territoire, selon ses marques, ses normes et sa civilisation.

    Il faut que nous rétablissions des frontières *tout type de frontière* entre eux et nous, tant au niveau culturel qu’économique et physique pour que leur modèle puisse se développer chez eux. Cela ne veut pas dire que nous ne puissions pas faire commerce avec eux, monter des opérations culturelles, des convergences spirituelles, mais ils doivent être maitre chez eux pour que l’ensemble du monde arabe récupère une dignité perdue.

    Cela ne veut pas dire non plus qu’il ne faille pas se battre... en fait il faudra probablement le faire au niveau d’Israel, des Balkans, de républiques du sud de la Russie et même des expansions de l’islam en Asie, les peuples et les cultures se forgent aussi sur l’adversité. A nous de savoir où poser les limites acceptables....


    Revenir a un monde vivable, ce n’est pas éliminer l’EI par la force, car l’EI n’est que le symptôme d’un écosystème que nous favorisons. Supprimons ou modifions l’écosystème et l’EI mourra tout seul, tout simplement.

    Alors, maintenant, si nous décidons de persister dans notre erreur, si nous voulons éradiquer l’EI par la force, même en envoyant des troupes au sol, même en pendant haut et court tous les islamistes des plus radicaux salafistes au plus modéré des imams de village... il faut savoir que nous ne gagnerons pas, non pas parce que les musulmans sont les plus forts, ils mourront tous,, mais parce qu’on ne supprime pas une culture, une civilisation comme cela. Même en vitrifiant tout l’est et le nord de l’Afrique et le moyen orient ainsi que les terres d’islam partout ailleurs, notre propre culture sécrètera les antidotes et refera naitre a terme le même problème que nous appelleront autrement certe, mais ce sera exactement la même chose et probablement entre nous même. L’homme est ainsi fait !

    Voila, j’ai encore écrit un article complet dans une simple réponse a un message de quelques lignes. Si vous m’avez lu jusque là, je vous en remercie. vous comprendrez peut être mieux ma positions dans d’autres interventions.

    merci encore.

    • babadjinew babadjinew 21 septembre 2015 12:41

      @HELIOS


      Enfin une analyse qui intègre non seulement le néo-colonialisme incarné ici par la puissance de nos forces médiatiques mais aussi le temps culturel propre à chaque culture. 

      Je rajouterai simplement qu’il faudra aussi regarder notre propre nombril, ce en terme de ressources. Nous faisons tous semblant de croire que cette guerre (car s’en ai une) est simplement d’ordre idéologique..... Que néni, elle nous permet simplement d’anticiper la conservation de notre stupide mode de vie axé sur le gaspillage et la surconsommation....... 

      A défaut donc d’avoir 10 planètes à piller histoire de poursuivre notre folie propre il nous faut donc contrôler le maximum de ressources........

      A mon sens seul un revenu de base pour tous et un mode de décroissance nous permettrait d’éviter la direction du NWO qui affirme haut et fort qu’il faut faire une méga purge de la population mondiale.... La chasse aux pauvres partout sur cette petite planète étant les prémisse de cette terrifiante stratégie.......  

      Wake Up !!!!!!


    • roman_garev 27 septembre 2015 16:02

      @HELIOS :

      Malgré ce qu’on croit, ou ce que l’on veut bien nous faire croire, ces « fous de dieu » sont loin, très loin, de la cruauté des slaves ou des asiatiques des steppes

      En avez-vous des preuves irréfutables (de ce « loin, très loin ») ou ce ne sont que vos élucubrations parmi les autres ? Merci d’en citer des exemples.
      À propos, que diriez-vous de la cruauté des bourreaux allemands et japonais à leurs camps de concentration, de celle des Américains ayant réduit en cendres deux villes entières en 1945 ?
      Rien qu’à lire ces deux lignes citées en haut, on voit tout de suite à quelle sorte d’individu on a affaire...


  • L’occident veut bombarder l’armée du gouvernement légitime de Syrie ? Ce n’est pas gentil.


    Le principal objectif de l’Occident en Syrie n’est pas de combattre le groupe terroriste Etat islamique, mais de renverser le président Bachar el-Assad.

    Seule la Russie propose un plan concret de règlement pacifique du conflit en Syrie, affirme Pepe Escobar, correspondant du magazine Asia Times.

    On a l’impression que l’administration de Barack Obama ne sait toujours pas si elle doit continuer d’ignorer le président russe Vladimir Poutine ou si elle doit engager un dialogue avec ce dernier pour tenter de régler conjointement la crise syrienne. Or, au lieu d’opter pour la coopération, Washington accuse la Russie de s’ingérer non seulement en Ukraine, mais aussi en Syrie.

    L’expert rappelle à cette occasion qu’en 2014, l’ancien ministre algérien des Affaires étrangères et envoyé spécial de l’Onu et de la Ligue arabe pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, a déclaré que l’analyse russe du conflit syrien était juste dès le début.

    Selon Pepe Escobar, Moscou a intensifié son jeu diplomatique afin de réduire les divergences entre Damas et l’opposition et de former une coalition réelle dans la lutte contre les terroristes du groupe Etat islamique.

    "Moscou est le seul à mener le jeu diplomatique, car le plan A de Washington consiste toujours à renverser le régime de Damas. En outre, l’Occident n’a aucun plan d’action cohérent susceptible à la fois de garantir la défaite de l’EI (Daech) et de prévenir un démembrement catastrophique de l’Etat syrien", constate l’analyste.

    D’après Pepe Escobar, si le Pentagone ressent de l’inquiétude au sujet de la présence russe en Syrie, ce n’est pas parce qu’il craint que cela puisse entraver les opérations de la coalition internationale, mais parce qu’il sait que cette dernière ne pourra pas bombarder impunément les forces de Bachar el-Assad au vu et au su de Moscou.

    L’Union européenne est, quant à elle, en proie à une crise migratoire due à son obsession pour le changement de régimes en Afrique et au Proche-Orient. Or, alors que l’UE tente de trouver une issue à la tragédie syrienne, le premier ministre britannique David Cameron et le président Français François Hollande s’apprêtent à effectuer des frappes aériennes réduites, frappes qui auront du mal à faire trembler de peur les bandits de l’Etat islamique.

    Les Etats-Unis cherchent à renverser Assad et s’opposent pour cette raison à l’octroi de toute aide au dirigeant syrien. La Russie appelle pour sa part la « coalition internationale » à coopérer avec les autorités syriennes sous l’égide du Conseil de sécurité de l’Onu dans la lutte contre l’EI. Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a à plusieurs reprises déclaré que Moscou n’avait jamais caché qu’il apportait aux dirigeants syriens le soutien militaire et technique nécessaire pour combattre le terrorisme.

    • Neo-str 21 septembre 2015 00:01

      D’après ce que j’ai cru comprendre la mort noire serait déjà sur place ...

      C’est zarb que tu ne sois pas au courant !

      Comment as tu pu laisser passer un truc comme ça à la Trappe ! smiley


  • soi même 21 septembre 2015 01:19
    Daesh ouvre la boite de Pandore, non Daesh est Pandore .

    ’( Une fois installée comme épouse, Pandore céda à la curiosité qu’Hermès lui avait donnée et ouvrit la boîte, libérant ainsi les maux qui y étaient contenus. Elle voulut refermer la boîte pour les retenir ; hélas, il était trop tard. Seule l’Espérance, plus lente à réagir, y resta enfermée. )


    • Breton8329 rol8329 21 septembre 2015 01:59

      @soi même
      Daesh n’est rien par rapport à la mutation des démocraties occidentales qu’il est en train de créer.


  • elpepe elpepe 21 septembre 2015 01:25

    Dans vos analyses vous occultez la religion, l auto flagellation a ses limites.

    Daesh ne fait que mettre en oeuvre le coran, la sharia, avec beaucoup de zele certes, mais le texte du Coran est clair, il exorte au Jihad, desole ...

    Nombres de Musulmans moderes condamnent Daesh, mais ce sont les leaders, intellectuels et universitaires en majorite, on ne peut que honorer leur sincerite, intelligence et courage.

    Mais pourquoi aucune manifestation de masse s en est suivie ? juste un appel passe sous silence, et on les comprend car ils pourraient bien etre les premieres cibles des terroristes. Ce n est pas une condamnation mais un constat.

    http://www.mosqueedeparis.net/appel-des-musulmans-de-france-condamnation-des-exactions-commises-par-lorganisation-daesh/

    L integrisme et terrorisme Jihadiste ne datent pas de Daesh,
    La geopolitiques, la realpolitik, ainsi que le cynisme de nos puissances occidentales n expliquent pas tout.
    Il faudra bien que nos societes condamment le Coran qui insite au meurtre des non musulmans, et d autres turpitudes sans nom. Sans ce courage, tout combat sera vain car notre lachete et prorpe silence d aujourd hui legitimera nos bourreaux de demain.


    • Breton8329 rol8329 21 septembre 2015 02:07

      @elpepe
      C’est un peu le sens de ma réflexion ; ceux qui subissent des frustrations au sein de nos sociétés pas toujours très accueillantes à leur égard peinent parfois à condamner Daesh car c’est pour eux une forme de revanche. C’est un calcul à très court terme car si la société occidentale doit laisser tomber la démocratie pour être en mesure de résister à l’offensive de Daesh, ils seront probablement les premiers à en faire les frais... A leur place, je soutiendrai la démocratie, sans ambiguité.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 21 septembre 2015 07:28

      @elpepe
      « Le terrorisme ne date pas de Daesh », il date des Talibans contre les Russes.
      Ils s’appelleront ensuite Al Qaïda puis EIIL. C’est une création des USA, comme Hillary Clinton le reconnaît. Si cela vous intéresse, voici les révélations d’un ancien cadre d’ Al Qaïda, sur EIIL


  • Le p’tit Charles 21 septembre 2015 07:53
    Au départ il y a les religions...A l’arrivée on trouve « Daesh » et consort... !

  • Clark Kent Rascar-Capac 21 septembre 2015 08:59

    DAESH =CIA


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 21 septembre 2015 09:20

      @Rascar-Capac
      Document déclassifié : les USA comptaient sur EIIL depuis 2012 pour déstabiliser la Syrie.

      Ils ont essayé de former des mercenaires anti Daesh, un échec complet. Cf le rapport au Sénat US.
      Cela leur a quand même coûté 500 millions de dollars.


    • @Fifi Brind_acier
      L’affaire du 500 millions de dollars est aussi une intox. 95 % de la somme a bel et bien été dépensé pour former.... des membres de l’EI. Nos ’’amis’’ américains parachutent également des armes a l’EI, une partie du 500 millions de dollars a été imputé a ce poste budgétaire.


    • krapom.deviantart.com krapom.deviantart.com 27 septembre 2015 12:59

      @https://www.youtube.com/watch?v=6Rf2nCW8SUE
      Ça n’a rien d’une intox. 

      Tu confonds l’entrainement des modérés par la CIA en Jordanie et en Turquie à partir de 2012 (avant le Califat) avec l’entrainement par le Pentagone en Jordanie qui avait débloqué pour cela 500 millions.
      Entre 50 et 70 rebelles ont bel et bien été entraînés mais dès le premier combat ils ont été tués, les autres se sont rendus à un groupe lié à Al Nosra. Il reste 5 ou 6 mecs vivants. 
      Ces faits ont été confirmés par de multiples sources, Pentagone, CIA, Maison Blanche et par un comité d’enquête du Congrès qui n’aiment pas du tout voir l’argent être gaspillé.

  • howahkan Hotah 21 septembre 2015 09:58

    respect et robustesse..en tous les cas si je crois au père noël donc a tout cela et bien avec je sais pas moi genre 4 millions de musulmans en France..vu comme ils sont doués deja rien que à 19 bédouins pour terroriser un grand pays avec des cutters tout en faisant des looping en avion qui émerveilleraient tous les enfants et les anciens tant c’est remarquable d’impossibilité donc magique ou..shaytanique , je me dis que en gros en une semaine vu leur nombre c’est plié pour nous...

    moi j’ai de la chance j’ai un beau fils soudanais du nord donc de leur coté....

    ma l me dit que non....faut pas confondre avec les « saouds » me dit elle....

    bon ,alors je la ferme ? oui oui...

    si vis pacem para panem..


  • Pierre Régnier Pierre Régnier 21 septembre 2015 10:29


    La guerre de conquête islamique est un sujet trop grave pour être laissé aux militaires... et aux rol8329.

     

    L’invention du raccourci Daesh est une trouvaille absolument géniale. Elle permet d’écrire, sur Agoravox, tout un article concernant "l’État islamique" (et de le faire suivre d’une liste de 5 articles sur le même thème) sans qu’à aucun moment le mot, ou simplement la racine « islam » n’apparaisse !



    • leypanou 21 septembre 2015 10:42

      @Pierre Régnier
      " sans qu’à aucun moment le mot, ou simplement la racine « islam » n’apparaisse ! " : pour vous, c’est le mot islam le mot important qui n’a pas été cité ; pour moi, ce sont plutôt les sponsors directs ou indirects à savoir la Turquie, l’Arabie, le Qatar, Israël et même les Etats-Unis.

      Des pays avec les armes de surveillance les plus sophistiquées du monde qui n’arrivent pas à attaquer des colonnes de pick-up et se contentent de tuer des dirigeants IL par-ci par-là par des drones, cela fait plutôt louche.


    • Francis, agnotologue JL 21 septembre 2015 10:47

      @Pierre Régnier,


      même remarque : ’’L’invention du raccourci Daesh est une trouvaille absolument géniale. Elle permet d’écrire, sur Agoravox, tout un article concernant « l’État islamique » (et de le faire suivre d’une liste de 5 articles sur le même thème) sans qu’à aucun moment le mot, ou simplement la racine « islam » n’apparaisse !’’

      Peut-être est-ce parce que ce n’est pas vraiment l’islam qui est derrière ce truc.




    • elpepe elpepe 21 septembre 2015 11:30

      @Pierre Régnier
      oui vous avez exactement le meme pb que moi
      Ma foi il semblerait neanmoins que ca soit nous le pb, le nombre fait force, mais je n abandonnerais pas
      Je me demande si le terme complotisme auquel le pouvoir nous reduit n a pas une certaine raison d etre
      En tout cas on donne volontiers les batons pour se faire frapper, ou plutot on se flagelle nous meme


    • Breton8329 rol8329 21 septembre 2015 15:12

      @Pierre Régnier
      On est d’accord sur le premier point.


  • Massada Massada 21 septembre 2015 10:59

    Daech n’est qu’une réactualisation fidèle des méthodes de Mahomet
    .
    Ils décapitent leurs otages dans la pure tradition mahométane et détruisent des oeuvres archéologiques comme l’a fait Mahomet quand il avait envahi la Mecque où il s’était acharné comme un fou à lier sur ce qu’il appelait les idoles de la même façon que les Talibans 13 siècles après qui avaient dynamité au vu et au su du monde entier les 2 statues de Bouddha géant de Bâmiyân en 2001.
    .
    Mahomet avait répandu la mort autour de lui. Daech fait pareil. Si aujourd’hui il se livre à une véritable campagne de purification religieuse en Syrie et en Irak c’est parce que Mahomet l’avait fait aussi avec les tribus de Banu Qaynuqa et Banu Nadir


  • Massada Massada 21 septembre 2015 11:03

    Ce qu’ils font subir aux chrétiens d’orient c’est justement ce que Mahomet avait fait subir aux membres de cette tribu martyr des Banu Qurayza, on massacre les hommes jusqu’au dernier et on réduit les femmes et les enfants à l’état d’esclaves en tous genres.
    .
    Les plus idiots sont les adeptes musulmans de l’éternel complot juif capables dans leurs accès de folie hallucinatoires de l’imputer à Israël pour éviter à leur modèle suprême, ce seigneur de la barbarie humaine, d’être mis sur le banc des accusé des plus grands bourreaux des juifs et des chrétiens.


    • elpepe elpepe 21 septembre 2015 11:36

      @Massada
      Merci pour cette pespective historique, nos collegues du Forum ont l air tout a fait hermetiques a cette comprehcension des choses, car pour eux l OTAN est le seul mal a eradiquer. Ca me parait tres simpliste.


    • leypanou 21 septembre 2015 11:45

      @Massada
      Les terroristes islamistes d’ISIS sont aidés par les Etats-Unis, Israël et l’Arabie Saoudite.

      ...Sharif As-Safouri, the commander of the Free Syrian Army’s Al-Haramein Battalion, admitted to having entered Israel five times to meet with Israeli officers who later provided him with Soviet anti-tank weapons and light arms...

      ...le commandant de l’Armée Syrienne Libre ...avait admit être allé en Israël 5 fois pour rencontrer des officiers israëliens qui plus tard lui ont fourni des armes soviétiques soviétiques et des armes légères...


    • Massada Massada 21 septembre 2015 13:25

      @leypanou

      http://www.mondialisation.ca/ se compose essentiellement de théories du complot, de pseudoscience et de propagande.
      L’idée conspirationniste qui revient le plus souvent concerne les élites mondiales et leur Nouvel Ordre Mondial.
      Les théories de la conspiration décrits incluent celles portant sur 9/11, les vaccins, la modification génétique, le sionisme, HAARP ou le réchauffement climatique.

      Avec une telle pédigrée il n’est donc pas étonnant que ce site est depuis longtemps devenue un aimant pour les radicaux, des éléments marginaux qui adorent les théories de conspirations.


    • Phalanx Phalanx 21 septembre 2015 19:26

      @Massada

      Non pas, dans le Coran, les gens du livre (Chrétiens, Juifs) ont droit au statut de Dhimmis, sous citoyens qui paient un impot spécial, en échange ils peuvent existés si ils sont discrets, leur lieux de cultes sont protégés. Ils n’ont pas a être massacré et généralement* l’EI respecte ce principe de l’Islam. Evidemment, si ils refusent ce statut, ils sont massacrés.


      A l’inverse, les courants islamiques considérés comme apostats (certains chiites et autres yezidis) qui sont massacrés systématiquement.

      * Il y’a eut quelques massacres de chrétiens mais ils n’était pas le résultat d’une politique voulue, plutot le resultat d’un enthousiasme incontrolé on va dire.

    • ETIENNE 21 septembre 2015 22:15

      @Massada

      Ah !!!
      Comme quand un Dieu belliqueux commande à ses fidèles de massacrer les habitants de Canaan jusqu’au dernier


    • Byblos 22 septembre 2015 03:54

      @ETIENNE
      Ce même Dieu qui « tua les premiers nés des Égyptiens... car éternel est son amour ». (sic). (Livre des Psaumes).


    • eric 27 septembre 2015 11:44

      @Massada Oui, en revanche, les adeptes français de la théorie de « daesh, produit d’un complot sioniste », c’est un peu autre chose à mon avis.

      Ces genres d’idées sont née à l’extrême gauche avec des Dieudonné, Soral et Besancenot puis ont migré dans une sorte de no mans land de la philosophie avec les deux premiers.

      Il faut bien comprendre qu’en France, les extrémistes trotskisant aux discours incendiaires, sont sociologiquement des postiers et des instits. C’est à dire des gens qui vivent dans des sortes de cocons à l’abri du réel en général et de la vraie violence en particulier.
      Ils parviennent à taper sur des gens quand ils sont très nombreux contre un. Et Encore. On l’a vu à différentes reprise quand leur volonté de ratonner des adversaires isolés s’est heurtée à des gens plus déterminé qu’ils ne le sont.

      Il est douteux qu’ils aient réellement de vraies idées sur ce que sont daesh, le sionisme, Israël, le proche orient ou du reste, quoi que ce soit d’autre que la liste des mises à disposition syndicale de leur administration d’origine.

      « L’antisionisme » de ces gens joue sur l’imbécilité de leurs rivaux pour l’hégémonie intellectuelle à gauche. Les Idées d’un Besancenot, d’un Soral, touchent des publics prédestinés. Pour aller plus loin, il faut qu’ils soient relayés.
      Leur déclarations, en réalité antisémites, ( mais le savent ils eux même) remplisse ce but.

      Songez qu’un instit ou un postier trotskiste, bénéficiaire de la préférence nationale, réservée en France aux fonctionnaires, n’a guère d’occasion de côtoyer dans le travail de vrais migrants musulmans.


  • soi même 21 septembre 2015 11:33

    Pas si simple que cela ton foutue pays, il est même contradictoire :

    L’armée israélienne reconnait appuyer al-Qaïda en Syrie Tuesday 24 March 2015 à 09:38
    Tout porte donc à croire que l’aide israélienne à al-Qaeda en Syrie s’est poursuivie deux ans durant. Mais une chose est sûre, l’aide israélienne à al-Qaeda en Syrie a fini par être confirmée.

    Et après cela masacra vient nous faire la morale.


    • elpepe elpepe 21 septembre 2015 11:47

      @soi même
      mon avis est que Israel dans ce conflit ne fait que aider celui qui tape le plus fort sur le Hezbollah et que raviver le feu,
      Qu Israel abonde dans le sens de AS et Quatar n en fait pas un allie pour autant ca s appelle de la tactique
      Tous les antahonistes dans ce conflit font l hypothese que la Russie fera le sale boulot a la fin et nettoyera devant son perron Daesh, alors ils ne sont que des opportunistes mais ne prennent jamais vraiment acte et partie.


    • soi même 21 septembre 2015 12:01

      @elpepe, il faut dire la dernière fois Israël devant le Hezbollah, c’est prit une raclé.


    • Massada Massada 21 septembre 2015 12:53

      @elpepe

      Israël a un intérêt évident à ce qu’aucune des parties belligérantes en Syrie ne gagnent et qu’elles restent occupées à se battre entre elles.
      Cependant, s’il y a une coordination et même une coopération limitée entre Israël et la Russie, la présence russe dans “La petite Syrie" pourrait stabiliser la situation ou même prévenir une guerre.
      .
      Le Premier ministre Benyamin Netanyahou est ce lundi à Moscou accompagné du chef d’Etat-major Gadi Eizenkot pour discuter d’une entente avec la Russie.


    • soi même 21 septembre 2015 14:13

      ( Le Premier ministre Benyamin Netanyahou est ce lundi à Moscou  ) dommage que la Loubianka n’existe plus .


    • roman_garev 27 septembre 2015 16:08

      @soi même

      dommage que la Loubianka n’existe plus

      Mais si, elle existe toujours (et grandit), vous pouvez vous en rendre compte en visitant Moscou smiley


  • Bien, T. Meyssan nous annonce que la ’’ boite de Pandore ’’ - EI - se fera bientôt bombarder par les russes et OTSC.

    Enfin, les membres de l’EI qui n’auront pas eu le temps de fuir en Europe parmi les réfugiés.
     smiley

    L’OTSC arrive en Irak et en Syrie
    par Thierry Meyssan

    L’intervention de l’OTSC contre le terrorisme en Irak et en Syrie peut être le début d’un ordre mondial fondé sur la coopération et la défense des populations ou, au contraire, d’une période d’affrontement Est-Ouest dans laquelle l’Occident soutiendrait ouvertement le terrorisme. Contrairement à une idée reçue, ce déploiement militaire vise moins à défendre l’Irak et la République arabe syrienne que les États-membres de l’OTSC eux-mêmes. Il n’est donc pas négociable. Les débats de l’Assemblée générale de l’Onu et du Conseil de sécurité du 30 septembre permettront de connaître la réponse de Washington et de ses alliés à l’OTSC. Quoi qu’il en soit, plus rien ne sera comme avant.

    21 septembre 2015


    Alors que la presse occidentale persiste à discuter d’un possible soutien militaire russe au président Bachar el-Assad, l’Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC) a décidé de lutter contre le terrorisme en Irak et en Syrie.

    Il semble que les Occidentaux n’ont toujours pas compris les conséquences de leur politique.

    Une question existentielle pour l’OTSC

    Rappelons que l’OTSC est une alliance militaire classique de six anciens États membres de l’Union soviétique : la Biélorussie, la Russie, l’Arménie, le Tadjikistan, le Kazakhstan, le Kirghizistan. À la différence de l’Otan et du Pacte de Varsovie, dans lesquels les États membres perdent leur souveraineté (au profit des États-Unis et du Royaume-Uni dans l’Otan, de l’URSS dans le Pacte de Varsovie —ce qui contrevient à la Charte des Nations unies—), les États membres de l’OTSC conservent leur pleine souveraineté, ne placent pas leurs armées sous le commandement de la principale puissance de leur alliance, et peuvent se désolidariser à tout moment de cette alliance [1]. L’Azerbaïdjan, la Géorgie et l’Ouzbékistan se sont ainsi retirés librement de cette organisation pour se tourner vers le Guam [2] et l’Otan.

    Depuis les années 80, —avant même que n’existent les États membres de l’OTSC— les États-Unis et l’Otan déploient un système de missiles, d’abord tourné contre l’URSS, aujourd’hui encerclant l’OTSC. Ces missiles, censés détruire les missiles intercontinentaux adverses dans leur phase de décollage, ne peuvent en réalité que détruire des aéronefs évoluant à faible vitesse et en aucun cas les missiles hypersoniques russes. Présentés par le Pentagone comme une arme défensive —ce qu’il était peut-être à l’origine—, ce « bouclier anti-missiles » ne peut donc avoir qu’un usage offensif. L’OTSC est le seul groupe d’États au monde à être ainsi directement menacé par des missiles pointés sur lui à ses frontières.

    Depuis la Seconde Guerre mondiale, l’URSS puis les États membres de l’OTSC, assistent au recrutement des Frères musulmans par la CIA et à l’emploi de certains de leurs membres ou ex-membres par les États-Unis pour les déstabiliser [3]. Ainsi les hommes d’Oussama Ben Laden (formé par le frère de Sayyid Qutb) et d’Ayman al-Zaouahiri (qui avait rejoint la Confrérie un an avant l’arrestation et l’exécution de Sayyid Qutb) combattirent-ils l’URSS en Afghanistan, puis la Russie en Yougoslavie et enfin sur son propre territoire dans le Caucase [4].

    En 2011, les États membres de l’OTSC ont assisté à une opération de l’Otan, le « Printemps arabe », visant à renverser des régimes ennemis aussi bien qu’amis au Moyen-Orient au profit des Frères musulmans (Tunisie, Égypte, Libye, Syrie). Et depuis 2014, ils assistent au triomphe de l’idéal des Frères musulmans avec la proclamation d’un califat remettant en cause à la fois le droit international et les droits de l’homme. Actuellement, ce califat a confié ses postes d’officier majoritairement à des islamistes venus de l’ex-URSS, parfois même de pays membres de l’OTSC.

    Le 1er août, l’Ukraine et la Turquie (membre de l’Otan) ont annoncé la création d’une « Brigade islamiste internationale », formée de combattants d’Al-Qaïda et de Daesh, et stationnée à Kherson (Ukraine) [5]. Cette Brigade se propose de combattre la Russie en Crimée.

    En d’autres termes, sauf à intervenir maintenant contre le terrorisme, l’OTSC devra bientôt affronter à la fois un ennemi extérieur, l’Otan et ses missiles, et un ennemi intérieur, les islamistes initialement formés par l’Otan.

    La réunion de l’OTSC à Douchanbé

    Le 15 septembre, l’OTSC a tenu la réunion annuelle de ses chefs d’État à Douchanbé (Tadjikistan). Comme je l’avais annoncé il y a un mois [6], le président russe, Vladimir Poutine, a présenté à ses collègues les études réalisées par ses armées sur la possibilité de combattre dès à présent le califat, avant qu’il n’entre massivement dans le territoire de l’OTSC.

    Le président Poutine était parvenu à convaincre préalablement ses partenaires qu’il ne les engageait pas à soutenir les ambitions de la Russie en Syrie, mais bien de répondre à une menace directement dirigée contre l’OTSC.

    En définitive, l’OTSC décida de se déployer en Irak et en Syrie pour combattre l’ensemble des jihadistes, qu’ils se réclament ou qu’ils soutiennent Daesh ou al-Qaïda. Cette opération est légale en droit international car elle répond aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies relatives à la lutte contre le terrorisme. Elle prolonge d’ailleurs l’opération, elle aussi légale, de la Coalition formée par les États-Unis contre le seul Daesh.

    Cependant, à la différence de cette Coalition, l’OTSC entretient de bons rapports à la fois avec les gouvernements irakien et syrien ce qui lui permet d’envisager une bien plus grande efficacité.

    De manière à préparer l’intervention de l’OTSC, un couloir aérien a été installé entre l’Organisation et la Syrie. Il devait au départ passer au dessus des Balkans, mais les alliés des États-Unis s’y sont opposés à l’exception de la Grèce. Ce couloir a donc été installé au dessus de l’Iran et de l’Irak. En moins d’une semaine, de très importantes quantités de matériel et plus de 2 000 hommes ont été acheminés. Techniquement, l’OTSC dispose de la capacité de déployer jusqu’à 50 000 hommes en moins de deux semaines.

    lire la suite ici : L’OTSC arrive en Irak et en Syrie, par Thierry Meyssan


  • Bien, voila que le régime Netanyahu d’Israël se rend a Moscou pour demander au gouvernement de la Russie  de ne pas combattre les terroristes en Irak et en Syrie. Le régime Netanyahu considère qu’il est un exemple pour le monde en fournissant des armes, des informations satellitaires et en soignant les terroristes- égorgeurs de l’EI. Il faudra réactiver le tribunal de Nuremberg  smiley
    .
    .

    IRIB- Alors que les médias athlantistes tentent de faire croire à une possible confrontation Israël /Russie en Syrie , Netanyahu vient d’arriver en Russie. juste après son attérissage à l’aéroport de Moscou, Netanyahu a clairement exprimé l’objectif de sa visite .

    " Je suis là pour éviter qu’un conflit n’éclate entre la Russie et Israël, a lancé Netanyahu aux journalistes. selon Jerusalem Post, " Netanyahu se fait accompagner des généraux de l’armée israélienne dans cette visite, chose plutôt rare pour un premier ministre israélien en tournée étrangère« . » Gadi Eizenkot , chef d’état major de l’armée, Herzel Halloy , chef du renseignement militaire accompagnent en effet Netanyahu dans sa visite ce qui prouve en effet que la présence militaire russe et l’achemeinement des armes russes à destinantion de la Syrie se trouveront au coeur des discussions« .  » en effet les responsables militaires de haut rang n’accompagnent que très rarement les autorités israéliennes au cours de leurs tournées à l’étranger . Par cette mesure, Netanyahu veut montrer à quel point il trouve menaèante la présence militaire russe en Syrie et comment il compte y réagir. le général Eizenkot devrait en principe faire des préparations nécessaires pour éviter toute éventuelle confrontation entre les forces russes à Lattaquié et celles d’Israël« JP conclut : » ce qui est sûr, c’est qu’Israël est décidé à empêcher tout trafic d’armes iraniennes à destinantion du Hezbollah via la Syrie et que la Russie s’est trop rapprochée en ce moment des iraniens , des syriens et du Hezbollah" .


  • Phalanx Phalanx 21 septembre 2015 19:18

    DAECH (ou EILL ou Etat Islamique en Irak et au Levant, 2013) est l’appelation politiquement correcte de nos élites dégénérées pour désigner ce qui est aujourd’hui l’Etat Islamique (2014) ou le Califat. L’auteur aurait quand même pu se renseigner un peu la dessus. L’article de Wikipedia vous l’explique


    L’Etat Islamique est un ETAT avec une réalité territoriale (contrairement à Al Qaeda) et les moyens adéquats. Ce n’est pas qu’une idéologie.

    C’est le résultat de la destruction des nations arabes (héritières de la colonisation).Comme l’a trés pertinement rappelé Meslier, ce sont les occidentaux qui ont ouvert la Boite de Pandorre et l’Etat Islamique qui en est sorti.

    Ce qui est certain, c’est qu’on ne reviendra pas en arrière (nationalisme arabe). Donc combattre l’Etat Islamique ... pourquoi ? quelles en seront les conséquences ? 

    Quant au occidentaux, c’est leur brillante et lumineuse idéologie pas du tout frustrée qui les amènent au suicide civilisationel. Ils n’ont pas du tout besoin de l’Etat Islamique pour disparaitre même si ce dernier peut tout à fait en retirer les marrons du feux dans 50 ou 100 ans quand l’Europe sera à majorité musulmane sunnite.

    • Pomme de Reinette 22 septembre 2015 09:41

      @Phalanx

      Ce n’est pas un état puisque personne ne le reconnait en tant que tel. Il n’y a qu’eux pour s’auto-proclamer ainsi.
      C’est une organisation terroriste qui « gère » les territoires qu’elle conquiert par la force des armes, en faisant main basse sur les ressources, en taxant et esclavagisant les populations locales (quand elle ne les massacre pas !)


    • Phalanx Phalanx 22 septembre 2015 13:26

      @Pomme de Reinette

      vous jouez sur les mots. Un Etat c’est un territoire, une populaiton et une organisation. L’Etat Islamique est tout ça et plus.

      Par ailleurs, l’EI est souvent accueilli plus en libérateur qu’en ennemi (bah oui, les gentils humanistes RPS ont apporter chaos et misère dans cette partie du monde) et sa gestion est conforme aux preceptes de l’Islam (en tant qu’occidental vous trouvez ça horrible .... mais c’est votre problème. Eux ils trouvent horribles de laisser le pouvoir aux banquiers).

      Je vous le dis, on ne reviendra pas en arrière.


    • krapom.deviantart.com krapom.deviantart.com 27 septembre 2015 13:05

      @Pomme de Reinette
      Ce n’est pas un état terroriste.

      Ce sont des barbares qui ont recours au terrorisme pour atteindre leurs objectifs. Les femmes qui acceptent de servir de prostituées ou d’épouser ces barbares sont-elles des terroristes ? 

    • Pomme de Reinette 27 septembre 2015 13:48

      @krapom.deviantart.com

      C’est à « Phalanx » que vous devriez adresser votre message.
      A moins que vous aussi ne souffriez d’un sérieux problème de compréhension de ce que vous lisez....


  • Massada Massada 22 septembre 2015 09:06

    Le général Eizenkot a rencontré son homologue russe, le général Valery Vasilevich Gerasimov dans la capitale russe pour la première fois de l’histoire.
    Les armées israéliennes et russes vont mettre en place un groupe qui va coordonner les activités militaires russes en Syrie dans les domaines aériens, navals et des champs électromagnétiques.


  • Bien, voila que le régime Netanyahu d’Israël se rend a Moscou pour demander au gouvernement de la Russie  de ne pas combattre les terroristes en Irak et en Syrie. Le régime Netanyahu considère qu’il est un exemple pour le monde en fournissant des armes, des informations satellitaires et en soignant les terroristes- égorgeurs de l’EI. Il faudra réactiver le tribunal de Nuremberg 

    Voici une présentation des terroristes - égorgeurs de l’équipe américano-israélienne :
    .

    État Islamique : créé à Langley USA, par la CIA, soutenu par Tel Aviv et Riyad

    Par Wayne Madsen – Le 26 juin 2015

    Il devient de plus en plus apparent que État islamique pour l’Irak et le Levant (ISIL, en français EI), ou Daesh, comme il est nommé en arabe, ou ISIS – État islamique d’Irak et du Levant –, que les partisans d’Israël préfèrent à cause de la similitude peu rassurante entre Israël et ISIL, fait partie d’une nouvelle opération de la Central Intelligence Agency dans le but de créer artificiellement une stratégie de la tension pour les masses eurasiennes et africaines.

    Un autre exemple de la nature non islamique d’EI en témoigne dans l’ancienne ville syrienne de Palmyre : l’explosion de la tombe de Mohammad Bin Ali, un descendant du cousin du Prophète Mohammed, l’imam Ali, par les brigands et les mercenaires d’EI. Le véritable but d’EI est d’éradiquer l’histoire arabe et pré-arabe du Moyen-Orient, avec une exception de taille. Il n’y a eu pratiquement aucun rapport concernant la destruction d’importantes antiquités sacrées pour les sionistes, ni en Syrie ni en Irak. Les cibles principales pour les équipes de démolition d’EI étaient sumériennes, acadiennes, babyloniennes, romaines, assyriennes, perses, alaouites, druzes, turkmènes, yazidis, parthes, chrétiennes, chiites et soufis (l’autre tombe importante détruite à Palmyre était celle de Nizar Abu Bahaa Eddine, un savant soufi qui vivait il y a 500 ans). EI a détruit le tombeau de Yunus (Jonas) dans la mosquée qui porte son nom en Irak, non parce qu’elle rendait hommage au patriarche juif Jonas, mais parce que c’était une mosquée.

    Le tombeau présumé du prophète juif Daniel détruit par EI à Mossoul est l’un des six tombeaux de Daniel situés en Irak, en Iran et en Ouzbékistan. Le Talmud, le livre juif d’où les sionistes ont tiré la plus grande partie de leur inspiration géopolitique, interdit strictement toutes les représentations des visages, mais autorise la possession d’images de visages créées par des non-juifs. Bien qu’EI et les talmudistes soient sur la même longueur d’onde pour détruire des sculptures, des céramiques et des peintures représentant des personnes, l’exception du Talmud qui permet aux juifs de posséder des images créées par des non-juifs a donné lieu à un lucratif marché noir d’antiquités volées par EI et vendues par des courtiers à Tel Aviv, Amsterdam et Genève.

    Il devient clair qu’EI, depuis le tout début, était une construction de la CIA et de son directeur pro-saoudien et pro-israélien, John Brennan ; du Mossad israélien, qui a veillé à ce que les cibles israéliennes soient protégées des attaques d’EI ; et de l’Arabie saoudite, qui a, de fait, autorisé EI à attaquer deux mosquées chiites, l’une dans le village de al-Qadeeh et l’autre à Dammam, dans la province de l’Est, où les chiites sont majoritaires par rapport aux sunnites wahhabites. En Irak et en Syrie, des témoins ont vu des armes états-uniennes et israéliennes en train d’être transférées à EI et aux forces armées de ses alliés, dont le front al-Nusra en Syrie. Des reçus de retraits de cash sur des banques saoudiennes ont été trouvés dans les quartiers généraux abandonnés d’EI, en Syrie et en Irak. Les attaques d’EI sur les chiites d’Arabie saoudite sont considérées par beaucoup comme des avertissements lancés par l’alliance contre-nature de Washington, Tel Aviv et Riyad contre l’Iran majoritairement chiite.

    Depuis la cellule stay-behind terroriste Gladio [dépendant de l’Otan, NdT] – un réseau de fascistes qui ont lancé des attaques terroristes en Europe dans les années 1970 et 1980 attribuées à des gauchistes marginaux – jusqu’à la grande alliance des terroristes de l’UNITA en Angola, des moudjahidines d’Afghanistan, des contras du Nicaragua, des Hmongs du Laos – qui se sont réunis en 1985 à Jamba, en Angola, sous l’égide des Américains – la CIA a découvert, historiquement, que les groupes terroristes faisaient des alliés avantageux. La CIA a violé clandestinement et donc illégalement deux lois des États-Unis, les amendements Clark et Boland, respectivement, pour soutenir les terroristes angolais et nicaraguayens.

    Aujourd’hui, EI est un atout important de la CIA, de l’Arabie saoudite et d’Israël contre des ennemis communs comme l’Iran. EI n’a fait aucun secret de son désir d’apporter la mort et la destruction qu’il a déversées sur la Syrie et l’Irak jusqu’au cœur de l’Iran. La déstabilisation de l’Iran, en y soutenant des attaques terroristes contre des cibles iraniennes à l’étranger, a longtemps été le modus operandi des États-Unis, d’Israël et de l’Arabie saoudite, qui agissaient la plupart du temps à travers l’organisation des Moudjahidines du peuple iranien (OMPI) anti-Téhéran, et les séparatistes baloutches basés au Pakistan. EI parle de l’Iran, de l’Afghanistan, du Pakistan, de l’Inde, du Tibet, du Sri Lanka, du Tadjikistan, de l’Ouzbékistan, du Kazakhstan, du Kirghizstan et du Turkménistan comme appartenant au Wilayat Khorasan ou État du Khorasan. Une filiale d’EI, connue comme le Groupe Khorasan, a combattu en Syrie et est censé être composé de recrues et de chefs d’EI en Asie centrale.

    On a récemment annoncé que le colonel Gulmurod Khalimov, qui a un temps dirigé les forces d’élite de la police anti-terroriste du Tadjikistan, connu sous le nom de OMON [forces spéciales du ministère de l’Intérieur russe, NdT], a déserté pour rejoindre EI et est maintenant l’un de ses commandants en chef en Syrie. Khalimov, qui a été entraîné par des agents des opérations spéciales US, de Blackwater et de la CIA lors de divers séjours aux États-Unis, a promis de revenir au Tadjikistan pour massacrer le président tadjik Emomali Rakhmonov, recruter des Tadjiks travaillant en Russie pour y lancer des attaques terroristes et des Tadjiks au Tadjikistan pour attaquer les troupes militaires russes qui y sont stationnées (ce qui fait de Khalimov un allié du haut commandement militaire de l’Otan, le général Philip Breedlove, et du secrétaire à la Défense des États-Unis Ashton Carter, qui veulent augmenter la pression militaire sur la Russie jusqu’au niveau de la guerre froide). Les guérilleros d’EI, pour la plupart des Tchétchènes, tout frais revenus des combats en Syrie et en Irak, ont été découverts en train de combattre avec les bataillons de mercenaires dirigés par Israël et les néo-nazis d’Igor Kolomoïsky contre les forces pro-russes de Donetsk et Lougansk en Ukraine de l’est.

    Fort opportunément pour l’Occident, EI a attaqué les forces talibanes en Afghanistan. Les Talibans ont déclaré illégitime le califat autoproclamé par EI, et qualifié son calife, Abu Bakr al-Baghdadi, qui pourrait être un produit artificiel des unités de guerre psychologique de la CIA et du Mossad, de charlatan. Les Talibans se sont alarmés lorsque quelques-uns de leurs membres ont rompu les rangs avec le mouvement djihadiste et ont rejoint EI en Afghanistan et au Pakistan. En outre, EI a déclaré que les Talibans étaient des kafirs, ou des infidèles à l’islam. En avril, Al-Baghadi a déclaré que le mollah taliban Omar était « un fou et un seigneur de la guerre illettré ». Ce n’est pas une coïncidence si la rhétorique d’EI sur l’énigmatique dirigeant taliban correspond tout à fait avec celle que développaient les unités états-uniennes spécialisées dans les opérations psychologiques en Afghanistan au plus fort de l’intervention armée américaine dans ce pays. A la mi-juin, EI a diffusé une vidéo montrant ses forces décapitant un prisonnier taliban en Afghanistan.


  • suite de l’analyse de l’ex agent de la N.S.A. Wayne Madsen

    .
    .

    EI a aussi, de concert avec la pression militaire croissante des États-Unis sur la Chine et la Corée du Nord, déclaré le djihad ou la guerre sainte contre ces deux nations. En mai, un couple nord-coréen qui travaillait comme médecins dans l’hôpital de Zallah, en Libye, ont été capturés par EI. Aucune information n’a été reçue sur le sort du couple de médecins, le mari nord-coréen et son épouse. En janvier, les pirates informatiques d’EI, connus comme le Cyber Caliphate, ont revendiqué la modification de la page Facebook d’Air Koryo, la compagnie aérienne de l’État de Corée du Nord. Le drapeau noir et blanc d’EI a été collé sur la page Facebook avec un commentaire proclamant que le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un est « un cochon qui pleure » [pendant qu’on l’égorge ? NdT]. Les hackers d’EI avaient aussi un avertissement pour la Corée du Nord et la Chine : « La Corée du Nord, le pays communiste voyou, et les voyous communistes chinois paieront le prix de leur collaboration avec les ennemis des moudjahidines. »

    La rhétorique propagandiste d’EI sur la Chine et la Corée du Nord coïncide aussi avec des déclarations émanant du Commandement pacifique états-unien à Hawaii sur les menaces militaires que représentent Beijing et Pyongyang. La Corée du Nord a répondu aux menaces d’EI en livrant au gouvernement irakien et aux forces kurdes qui combattent EI en Syrie la mitrailleuse de type 73, fabriquée en Corée du Nord. Les conseillers militaires nord-coréens sont aussi réputés assister le gouvernement syrien et les forces du Hezbollah libanais qui combattent EI en Syrie. La Corée du Sud, qui ne manque jamais une occasion de se confronter militairement avec la Corée du Nord, a autorisé un citoyen sud-coréen, connu seulement sous le nom – très courant en Corée – de Kim, à rejoindre les rangs d’EI en Syrie, en février. Il est très probable que Kim est un agent des renseignements sud-coréens, responsable de coordonner les attaques d’EI sur les avoirs nord-coréens dans la région, dont le couple de médecins nord-coréens en Libye.

    Nicolas Maduro, le président du Venezuela, que la CIA est très occupée à renverser, a décrit EI comme « Frankenstein, un monstre nourri par l’Occident lui-même » dans un discours à l’Assemblée générale des Nations unies. Ce n’est pas un hasard si, au moment où le président Barack Obama a déclaré que le Venezuela représentait une « menace pour la sécurité nationale » des États-Unis, en mars, des rapports faisaient état d’une activité naissante d’EI au Venezuela. L’École de guerre de l’armée américaine, y compris le professeur Robert Bunker, a commencé à publier des déclarations affirmant qu’une augmentation de l’activité d’EI au Venezuela serait bonne pour la sécurité nationale des États-Unis parce que EI est l’ennemi naturel du Hezbollah, dont les néocons affirment qu’il a conquis une position stratégique au Venezuela. Les liens entre EI et l’Occident en Amérique latine n’ont pas échappé au vieux et sage chef d’État de l’hémisphère occidental, l’ancien président cubain Fidel Castro. En septembre 2014, Castro a accusé le Mossad israélien, associé avec le sénateur McCain, d’avoir aidé à créer EI.

    Les principaux auteurs des ravages d’EI au Moyen-Orient ne doivent pas être recherchés dans les déserts du Moyen-Orient et les montagnes d’Afghanistan, mais dans la suite directoriale, au septième étage du quartier général de la CIA, à Langley [en Virginie]. En 1985, la même année où la CIA a soutenu financièrement le sommet des groupes terroristes d’extrême-droite à Jamba, Angola, la CIA a tenté de tuer le grand ayatollah libanais chiite Muhammad Hussein Fadl-Allah dans un attentat à la voiture piégée à Beyrouth. La CIA a manqué l’ayatollah, mais a tué 80 personnes innocentes et en a blessé 256 autres. Aujourd’hui, la CIA autorise EI à fourrer ses mains sales dans des attaques terroristes menées depuis l’Irak et la Syrie au Yémen et en Libye. EI ne peut pas être mise à genoux sans âpre négociation avec M.  Brennan et ses principaux conseillers.

     



  • voila que le régime Netanyahu d’Israël se rend a Moscou pour demander au gouvernement de la Russie  de ne pas combattre les terroristes en Irak et en Syrie. Le régime Netanyahu considère qu’il est un exemple pour le monde en fournissant des armes, des informations satellitaires et en soignant les terroristes- égorgeurs de l’EI. Il faudra réactiver le tribunal de Nuremberg (PARTIE 3 DE 88) 


    .Source iranienne :

    Syrie : la coopération russo-iranienne empêche Washington de renverser Assad


    L’administration de Barack Obama se trouve dans l’impasse des points de vue diplomatique et stratégique, indique le The Wall Street Journal.

    L’élargissement de la coopération entre la Russie et l’Iran s’est converti en un obstacle non-négligeable pour Washington dans ses efforts visant à renverser le président syrien Bachar el-Assad, a rapporté le The Wall Street Journal lundi.

    "Selon des personnalités officielles des Etats-Unis et des pays du Proche-Orient, l’intensification de la coopération entre la Russie et l’Iran, qui cherchent à aider le président Bachar el-Assad à maintenir son contrôle sur le point d’appui dans la zone littorale, fait obstacle à la réalisation des objectifs diplomatiques de Washington", fait savoir le journal américain tout en expliquant que ces buts consistent avant tout à démettre Assad.

    Selon le Wall Street Journal, le soutien accordé au président syrien par la Russie et l’Iran "pousse l’administration d’Obama dans une impasse des points de vue diplomatique et stratégique".

    Ainsi, Washington a réduit ses exigences et n’appelle plus à la démission de Bachar el-Assad "avant que le processus de transfert du pouvoir ne soit lancé dans le pays". En outre, le secrétaire d’Etat des Etats-Unis John Kerry a déclaré le week-end passé que le président syrien pouvait jouer un rôle dans la transition du pouvoir à un nouveau gouvernement, a rappelé le journal.

    Le quotidien américain cite également une source qui estime que le renforcement des positions russes en Syrie "pourrait contribuer au règlement de la situation en Syrie par des moyens diplomatiques" selon les conditions imposées par Moscou, et non pas par Washington.

    Selon le journal, des diplomates russes et iraniens, des généraux et des stratèges militaires se sont rencontrés à Moscou à plusieurs reprises afin de mener des négociations sur la protection éventuelle du président syrien ainsi que sur le déploiement de troupes russes sur le territoire du pays. Le Wall Street Journal souligne que la province syrienne de Lattaquié, placée sous le contrôle d’Assad, est la zone principale de coordination des actions conjointes.

    Depuis 2011, la Syrie est déchirée par un conflit armé qui a fait plus de 250.000 morts. Début 2014, le groupe djihadiste Etat islamique a commencé à intensifier son activité dans la région en cherchant à créer un califat sur les territoires irakiens et syriens tombés sous son contrôle.

    Connu pour sa cruauté extrême, le groupe Etat islamique est considéré comme une organisation terroriste par de nombreux Etats et est accusé par l’Onu, l’UE, les Etats-Unis ou encore la Ligue arabe, d’être responsable de crimes contre l’humanité, de crimes de guerre, de nettoyage ethnique et de génocide.

    Depuis août 2014, une coalition internationale conduite par les Etats-Unis intervient militairement contre ce groupe.


  • Voila que le régime Netanyahu d’Israël se rend a Moscou pour demander au gouvernement de la Russie  de ne pas combattre les terroristes en Irak et en Syrie. Le régime Netanyahu considère qu’il est un exemple pour le monde en fournissant des armes, des informations satellitaires et en soignant les terroristes- égorgeurs de l’EI. Il faudra réactiver le tribunal de Nuremberg (PARTIE 4 DE 88) 
    .
    .

    Le régime Netanyahu semble vouloir créer un 3e front avec ses terroristes - égorgeurs de l’EI :

    ’’...
    Lors de sa rencontre avec Vladimir Poutine lundi, le premier ministre israélien a annoncé que l’Iran "cherchait à créer un second front terroriste avec le soutien de l’armée syrienne" contre Israël sur le plateau du Golan. Selon M.Netanyahu, l’Etat hébreu doit faire tout son possible afin d’empêcher le transfert d’armes au groupe libanais Hezbollah et se sécuriser.

    "Monsieur Netanyahu a fait des efforts considérables pour empêcher la signature de l’accord entre le groupe « 5+1 » et l’Iran. Il s’est démené afin que différents pays soutiennent la politique d’Israël. Heureusement, personne n’a aidé Netanyahu dans ce domaine. Ces derniers jours nous entendons encore les déclarations non équilibrées qu’il faites suite à sa défaite concernant l’accord sur le nucléaire iranien. Ce qu’il annonce est un non-sens, c’est absurde", a fait remarquer M.Abdullahian....’’


  • ddacoudre ddacoudre 27 septembre 2015 14:02

    bonjour ROL8329

    ce n’est pas Daesh qui ouvre la boite à pandore, il servent de justification, et ce n’est vraiment pas eux qui représentent un danger pour l’occident, mais l’occident a besoin d’eux pour affaiblir et inquiéter ses population.
    http://www.agoravox.tv/actualites/societe/article/francis-cousin-le-chaos-migratoire-51022#commentaires
    ddacoudre.over-blog.com .
    cordialement


  • Depositaire 27 septembre 2015 14:24

    L’article, pas certains côtés est très pertinent, mais effectivement, à se concentrer sur daesh on oublie qui et quoi l’ont créé.

    Certains commentaires sont aussi très pertinents en montrant le rôle de l’Occident et des pétromonarchies du Golfe, en réalité, celui des multinationales prédatrices qui veulent dominer l’humanité à leur profit.

    Par contre, il y a deux points qui sont à la fois absents de l’analyse et le symptôme d’une incompréhension profonde de la nature du problème mis sur le compte de quelque chose qui n’existe pas.

    Je passerai sur le commentaire de Massada le sioniste quia tout intérêt à détourner l’attention des innombrables crimes et monstruosités causés par israël. Pour ce faire rien ne vaut « casser du sucre » sur le dos de l’Islam. C’est très en vogue en ce moment !

    Donc pour revenir au problème essentiel, ce qui manque à ces analyses, c’est le point de vue oriental. tout est vu au point de vue occidental. Cela a comme un relent de néo colonialisme « nous, les civilisés, eux les barbares » !

    Un commentateur a bien souligné le fait que même si on anéantissait tous les pays musulmans, le problème réapparaitrait car il est en nous, dans notre modèle de société.

    Pour rappel, le commerce de la mort, fabrication des armes, vente, usage, guerres, surveillance, etc. A été évalué à 9,37 trilliards de dollars, c’est à dire que pour tuer, on dépense 9, 37 millions de milliards de dollars ! Vous ne pensez pas que les multinationales de l’armement vont laisser tomber un tel pactole ! Plus il y a de sang, mieux c’est. Elles sont comme le mythique vampire qui se nourrit de sang. il lui en faut toujours plus. Et, bien sur, derrière ces multinationales, il y a les banques.

    Mais, au point de vue oriental, quelle est la vision de ces peuples ? Ils constatent que la plupart de leurs pays sont dominés par des dictatures au service de l’Occident et de ses multinationales prédatrices. Pour permettre un train de vie luxueux d’une minorité de personnes, ces multinationales viennent piller et saccager ces pays sans vergogne et s’ils résistent, alors on déclenche un coup d’état pour mettre au pouvoir une marionnette au service de l’Occident ou on détruit le pays comme en Afghanistan, Irak et Libye. Sans compter l’injustice, mot qui est un euphémisme, du peuple palestinien qui subit un véritable génocide physique et culturel de la part de ces voyous sionistes venus d’Europe, donc d’Occident au nom d’une prétention dont la haute fantaisie n’a d’égale que le degré de falsification de l’histoire, (il serait bien que le sieur Massada nous explique un peu cette histoire et d’où elle tire sa légitimité : « le peuple élu qui revient sur sa terre qui lui aurait été donnée par Dieu » !).

    Comment voulez-vous qu’il n’y ait pas de rancœur chez ces peuples ? C’est normal.

    Mais, et c’est là tout le degré de machiavélisme de l’Occident, qui voulant faire d’une pierre deux coups et constatant que dans ces pays qui résistent ou résistaient à la prédation occidentale, la force dominante était l’Islam avec sa haute valeur éducative et ses valeurs universelles. Le processus ne date pas d’hier. Il y a eu la colonisation qui a duré un temps, mais qui n’était pas la solution puisque les peuples ont réussi à s’en débarrasser, mais en Arabie est née une hérésie au dix septième siècle qui, comme beaucoup d’hérésies de ce genre aurait pu disparaître aussi vite qu’elle est née, mais quia eu la faveur des puissances occidentales, en particulier américaine, qui a vu là une magnifique opportunité pour détruire l’Islam de l’intérieur. Cette hérésie, le wahhabisme, en l’occurrence n’est qu’une vision caricaturale de l’Islam.

    Et ce daesh a été créé à la fois pour détruire la cohésion des pays qui résistent à la prédation de l’oligarchie mondiale occidentale et détruite toute référence aux valeurs essentielles, spirituelles, de l’humanité. Ce pourquoi, tôt ou tard il va sévir en Europe.

    La solution de tout ces problèmes n’est pas dans l’éradication de l’Islam, au contraire, pas plus que celle des religions comme @elpepe obsédé par sa haine du religieux en général et de l’Islam en particulier, (ce qui relève de la psychiatrie, à ce point là), mais dans le retour aux hautes valeurs véhiculées par les religions dans leur enseignement fondamental. Ce qui est très différent.

    En réalité, les reproches, parfois effectivement justifiés, faits aux religions ne sont en fait que l’accent mis sur l’instrumentalisation de la religion à des fins politiques ou de domination en général. Les mouvances comme daesh ou le front en-nosra ne sont que cela. Ils n’ont rien à voir avec l’Islam. Et tant que l’on n’est pas sorti de cette propagande insidieuse qui veut nous faire croire le contraire, jamais on ne résoudra le problème de fond. Et pour l’Occident, il devrait revenir à ces hautes valeurs universelles de sagesse, de fraternité, de respect de l’autre quelque soit sa religion, sa culture, sa race, dans la sacralité de la vie, donc du respect de toute vie, dans le respect et la gestion saine et sage des ressources de la nature au lieu d’agir en prédateur/saccageur, et dans le bien vivre ensemble. Ce n’est ni dans le repli sur soi ni dans le rejet de l’autre parce que différent qu’il faut agir, ça c’est la propagande insidieuse de l’oligarchie veut nous faire gober et je constate que bien des gens tombent dans ce piège. pour il suffit d’étudier objectivement ces valeurs universelles pour voir que la solution est là et nulle part ailleurs.

    En conclusion, je voudrais mettre tous les lecteurs et commentateurs devant eux-mêmes : regardez les solutions que vous préconisez pour résoudre ce problème : L’exclusion, la destruction, l’éradication des sources des valeurs essentielles de l’humanité, bref, de la violence,encore de la violence et toujours de la violence ! Comment pouvez-vous espérer une seconde amener la paix par al violence ? Où sont les propositions de paix, de sagesse, d’unité, de bien vivre ensemble dans vos propos ?
     
    On peut comprendre un Massada, après tout lui c’est un sioniste qui a la violence dans le sang, il est totalement conditionné par cette idéologie mortifère sioniste et complètement imperméable à tout argument sain, mais ce n’est pas le cas de tout le monde, alors commencez par envisager des solutions de paix, de sagesse et d’unité au lieu d’exclure a priori !


  • Christian 19 octobre 2015 08:33

    Je lis une excellente biographie sur Gutenberg par John Man et j’ai appris quelque chose d’assez incroyable à savoir que les musulmans ont refusé l’imprimerie pendant...400 ans ! Ce n’est donc que vers le 19è siècle que les premiers musulmans s’y mirent et ce fut du côté de l’Inde.

    p. 222
    En 1729 quand la première imprimerie arabe fut ouverte à Istambul - par un ancien esclave qui avait travaillé au service du gouvernement et s’était converti à l’islam - il ne put imprimer que 17 titres avant que l’opposition intense des religieux ne l’oblige à fermer en 1742

    A on avis il ne faut pas aller chercher plus loin le retard technologique de la civilisation arabe, elle qui était en avance avec cela...

    Gutenberg la révolution du livre par John Man


Réagir