lundi 7 juin - par gruni

Docteur Caumes et le choc des egos

Le 12 mai paraîtra le bouquin du médiatique professeur Caumes, intitulé "Maladie de Lyme, réalité ou imposture". Lors de la promotion de son livre, Caumes s'en prend au Pr Raoult, Perrone et Jérôme Salomon ; succès de librairie assuré. Chaque auteur sait également qu'une bonne accroche dès l'introduction d'un article incite les lecteurs à continuer sa lecture. Voilà qui est fait !

Le sujet traité ici ne sera pas le Covid19, même s'il paraît bien illusoire d'espérer échapper au débat sur le coronavirus. Pour autant, et sans oublier que la bactérie "Borrelia burgdorferi" transmise par piqûre de tique, provoque "la borréliose de Lyme", ce n'est ni le virus ni la bactérie les vedettes du jour. Les vraies "stars" sont les grands pontes de la médecine invités régulièrement sur les plateaux télé. Un duel médiatique entre "Mandarins" des plus grands hôpitaux, sans qu'une goutte de sang ne soit versée sur les chaînes d'info en continu. Ni d'ailleurs sur les réseaux sociaux ou la moindre polémique permet de jeter des seaux de fiel sur les célébrités comme sur les anonymes.

L'intelligence recommande de ne surtout pas chercher à savoir quel spécialiste des maladies contagieuses a tiré le premier et déclenché les hostilités. De toute façon, à la fin personne ne sortira glorieux du combat des égos, car dans ce genre de dispute micro contre micro, c'est toujours la médecine qui perd et le patient qui ne sait plus à quel bistouri se fier.

Rentrons maintenant dans le nombril du sujet, là où ça fait mal, avec comme premier exemple, une déclaration du docteur Caumes qui ferait facilement passer Christian Perrone, son ex camarade interne comme lui à l'hôpital Claude-Bernard de Paris, pour un imposteur voire un conspirateur.

Selon, le chef du service des maladies infectieuses et tropicales à la Pitié-Salpêtrière, la maladie de Lyme a fait "zéro mort et moins de 1000 patients hospitalisés par an en France". "Un simple traitement à base d'antibiotiques suffit pour soigner les personnes infectées" dit-il. Christian Perronne, avait "pourtant soutenu qu'il s'agissait là d'un scandale sanitaire et que Lyme aurait une forme chronique nécessitant une antiobiothérapie prolongée. Une thèse anxiogène démentie par une majorité de scientifiques comme par les sociétés". Eric Caumes dénonce également la complaisance des pouvoirs publics et la complicité de l'adjoint de Perrone, Jérôme Salomon, "qui fut chargé du groupe de travail autour de Lyme pour la Haute Autorité de Santé (HAS).

Pour rappel, dans son ouvrage "La vérité sur la maladie de Lyme (2017)", Perrone prétendait "qu'un vétérinaire nazi, Erich Traub, soit à l'origine d'une expérimentation secrète de l'armée américaine sur des tiques utilisées comme armes biologiques. Un conspirationnisme ne reposant sur aucun fait, ce qui ne l'a pourtant pas empêché d'être longtemps présenté dans les médias comme le spécialiste français de cette maladie". Nous remarquerons au passage, que "Raoult écrivait en 2016 sur Perronne qu'il avait "embrassé les théories alternatives". 

Le Pr Perronne, n'y va pas non plus de main morte avec ses collègues :

"J'ose le dire, il y a une véritable corruption qui a plongé des dizaines de milliers de Français dans la mort", dénonce-t-il sur Sud Radio. Sur BFMTV, il va encore plus loin et affirme que 25 000 morts auraient pu être évités avec l'utilisation massive de la choloroquine". 

Autre exemple de la relation exécrable entre spécialistes, avec cette fois le Pr Raoult comme cible de Karine Lacombe et Eric Caumes :

"Sur France 2, Lacombe s'était dite "écœurée" de voir que le Dr Raoult "expose les gens à un faux espoir de guérison (...) Ce qui se passe à Marseille est à mon avis absolument scandaleux (...) C'est en dehors de toute démarche éthique." 

"J'ai été menacée de mort et j'ai porté plainte", a-t-elle même expliqué devant la commission d'enquête parlementaire du Covid-19. "Je ne me suis pas opposée au Dr Raoult, mais à ses méthodes d'évaluation".

Caumes contre Raoult : 

"Il nous a donné une bonne leçon d'utilisation malfaisante des réseaux sociaux et des médias""Il a dit qu'il n'y aurait pas de deuxième vague, il a dit que ça ferait autant de morts que des accidents de trottinette..."

"On (les infectiologues) s'est planté, mais certains d'entre nous se sont corrigés plus vite que d'autres"

"Les médias ont accordé autant d'importance à quelqu'un qui pense globalement comme 1% des scientifiques qu'à quelqu'un qui pense comme 99% des scientifiques. Effectivement, ça nourrit la controverse, la polémique, mais c'est pas très sain, parce que 95% des infectiologues étaient tous d'accord"

« Le pire, c’est qu’il dit beaucoup de choses vraies. Quand il est dans son domaine de compétence, comme sur les tests, c’est très intéressant. En revanche, quand il bascule dans son domaine d’incompétence, comme sur les essais thérapeutiques…  »« C’est une illustration de la loi de Brandolini, qui explique que la quantité d’énergie nécessaire pour réfuter du baratin est beaucoup plus importante que celle qui a permis de le créer. On ne peut pas démonter le discours de Raoult, qui frise la mégalomanie, en une minute.  »

Le professeur Raoult a souvent dénoncé les pontes parisiens, le système et les conflits d'intérêts, alors que lui serait un "Monsieur propre". Il admettra quand même que : 

"Il est probable qu'avec tout ce que je parle, je dis des bêtises comme tout le monde"

En conclusion - Il serait trop long de passer en revue toutes les déclarations polémiques des experts français de la médecine, mais aucun d'entre eux ne possèdent la vérité absolue. Certains propos prouvent que nos docteurs sont parfois eux aussi dépassés et qu'ils devraient faire preuve d'un peu plus de modestie. La démonstration ci-dessous avec un article du Canard enchainé.

Et un lien très intéressant qui révèle au moins en partie les intérêts de certains docteurs télégéniques avec les labos. 



100 réactions


  • Bendidon ... voila l'Ankou ! Bendidon 7 juin 08:56

    Allez une petite cuillerée de miel : Merci Gruni d’éclairer notre semaine avec cet article polémique poil aux tiques

     smiley

    Et une louche de fiel : grunichonerie qu’il faut donc lire avec une traduction (comme pour du Panda)

    Perronne, Raoult et leurs potes c’est pas bien du tout !

    Le Dr Caumes (et son visage éteint) grand habitué des plateaux télés c’est bien (sans oublier l’inénarrable karine Lacombe la reine des liens d’intérêts

     smiley

    Note : en écrivant grunichonnerie mon correcteur orthographique a écrit cornichonnerie LOL


  • phan 7 juin 09:01
    Copié sur le site Politologue.com depuis l’url : https://coronavirus.politologue.com/coronavirus-france.FR
    « Derniers chiffres du Coronavirus issus du CSSE 07/06/2021 pour le pays France. Le lundi 7 juin 2021, le nombre total de cas est de 5 653 175, le nombre de guérisons est de 336 776, le nombre de décès est de 109 151 Le taux de mortalité est de 1,93%, le taux de guérison est de 5,96% et le taux de personnes encore malade est de 92,11% »

    Pour ces victimes, aucun coupable, aucun responsable, juste un problème d’égo ?


    • gruni gruni 7 juin 09:19

      @phan

      Pour ces victimes le responsable c’est e covid19, l’ego des médecins est un autre sujet comme je l’explique dans mon texte. Des docteurs qui se tirent la bourre n’a aucun intérêt, et c’est ce que je leur reproche 


    • Pimpin 7 juin 09:54

      @phan
      Chez Raoult depuis janvier 2021 7463 patients traités, 0,2% de décès, des malades âgés ou avec d’autres pathologies.


    • phan 7 juin 09:57

      @gruni
      Le covid19 tue moins au Nicaragua ...
      Les médecins sont là pour soigner, c’est autorisé et les traitements existent et les vaccins anti covid sont là pour éviter les cas graves selon la version officielle et jamais pour guérir ! 


    • gruni gruni 7 juin 10:11

      @phan

      J’ai déjà écrit sur certains traitements (ivermectine) sur les vaccins également (Astrazeneca), je ne vais pas y revenir aujourd’hui, libre à vous d’en parler si vous le souhaitez. C’est lego de nos chers docteurs le sujet du jour


    • phan 7 juin 11:38

      @gruni
      Parler de « l’ego de nos chers docteurs » , c’est une manœuvre de diversion !
      Parlez plutôt de l’Article 223-7 du Code pénal  :

      « Quiconque s’abstient volontairement de prendre ou de provoquer les mesures permettant, sans risque pour lui ou pour les tiers, de combattre un sinistre de nature à créer un danger pour la sécurité des personnes est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende. »
      Rappelez vous déjà un an : «  Sans gants, ni gel, ni masque » : la colère des médecins généralistes, sévèrement endeuillés par le covid19 !
      Après le temps de la maladie, et parfois du deuil, vient celui de la colère et des explications. Des dépôts de plainte se multiplient partout en France pour demander justice. 

    • Furax Furax 7 juin 12:18

      @gruni
      « Des docteurs qui se tirent la bourre n’a aucun intérêt, et c’est ce que je leur reproche » (sic)
      Tout à fait cher Gruni, sauf que je n’ai jamais entendu dans la bouche du Docteur Raoult les mots « Caumes » ou « Lacombe »


    • gruni gruni 7 juin 12:31

      @Furax

      « Tout à fait cher Gruni, sauf que je n’ai jamais entendu dans la bouche du Docteur Raoult les mots « Caumes » ou « Lacombe » »

      Tout à fait cher Furax, mais ne l’avez-vous pas entendu parler des Mandarins parisiens... en mal, c’est qui ces « Mandarins » ?
      Toutefois, j’admets facilement qu’il ne prononce pas de noms, serait-ce du mépris pour ces petits docteurs qui osent le critiquer ? 


    • Furax Furax 7 juin 12:45

      @gruni
      « serait-ce du mépris pour ces petits docteurs qui osent le critiquer ? » 
      Tout à fait cher Gruni et, ce mépris, je le partage volontiers.
      Il me semble que l’urgence absolue est la construction de nouvelles prisons. Pas pour nos « islamistes non non non !
      Karine Lacombe devrait figurer dans la promotion inaugurale avec Véran, Buysin et tous les criminels qui ont soutenu ou promu ce crime contre le peuple français, Macron en tête et la cohorte des soi-disant »journalistes" qui les ont servis.
      Lire de remarquable article de Cabanel.


    • Fergus Fergus 7 juin 17:27

      Bonjour, gruni

       « Des docteurs qui se tirent la bourre n’a aucun intérêt »
      En effet ! Et l’on ne peut que regretter que les polémiques de ce type ne soient pas évacuées dans le cercle scientifique comme c’était en général le cas auparavant. Désormais, trop nombreux sont ceux qui veulent tirer la couverture à eux, le plus souvent sous des formes étonnamment péremptoires dans un milieu ou le doute et la prudence sont  ou plus exactement étaient habituellement de rigueur. Dommage !


    • gruni gruni 7 juin 17:58

      @Fergus

      Merci Fergus d’avoir bien compris le sens de mon article smiley

      « un milieu ou le doute et la prudence sont 
       ou plus exactement étaient  habituellement de rigueur. Dommage ! »

      C’est tellement vrai, qu’on a pu douter de la compétence de pourtant grands spécialistes de la médecine. Ce qui a pu entraîner de la défiance envers les vaccins. Si on ajoute la gestion compliqué de la maladie par nos pontes politiques, ça fait beaucoup.


    • Ecométa Ecométa 13 juin 21:06

      @phan

      Mais c’est quoi ce calcul ?

      Le nombre de cas on s’en fout ; les tests PCR, avec + de 40 cycles, sont une machine à simuler le Covid pour mettre la trouille et que les gens se vaccinent ! Ce chiffre de « cas » ne peut servir à rien de sérieux !

      Le taux de mortalité se calcul sur une population totale : soit 109.151 décès Covid-19 sur 66.732.538 français = 0,16 % de taux de mortalité en France pour le Covid-19 ! Toute cause confondue c’est 0, 98 %

      pour le taux de décès à l’hôpital il faut prendre les personnes guéries sorties de hôpital, donc qui étaient réellement malades (336.776), et aussi les décès à l’Hôpital (109.151), qui eux aussi étaient réellement malades ; ces chiffres nous donne le total des vrais malades de la Covid-19 soigné à l’hôpital soit = 445.927 personnes !

      109.151/445.927x100 = 24,47% de taux de décès à l’Hôpital.... c’est énorme !
      Pourquoi ? Comme, sur « ordre gouvernemental » on ne soignait pas les malades , quand ils arrivaient à l’Hôpital,20 % décédaient le premier jour, et 50 % le troisième jour !

      Pour lel taux de guérison : personnes guéries 336.776 sur total des malades 445.927 = un taux de guérison de 75,52 %. 

      Là, il n’est question que de l’Hôpital et des Ets Spéc. personnes âgées ; quid des « décès à domicile » ? Ils sont passés sous silence... comme s’ils n’existaient pas !

      L’Insee nous donne un surcroit de décès en 2020 sur 2019 de + 53.000, qui se répartissent en + 15.000 pour l’hôpital, + 15.000 pour les Ehpads et + 23.000 à domicile ! 

      C’est la première fois depuis plus de 50 ans qu’il y a plus de décès à domicile qu’à l’Hôpital. En 2019 sur 2018 il en avait 1.800 de moins ! 

      Combien de personnes sont décédées à domicile du covid -19, faute de soins, pour non assistance à personne en danger : on ne le saura pas !

      Peut être avec un surcroit de + 23.000 décès répertoriés par l’INSEE, quelque chose comme 30, 40 voire 50.000 décès : on ne le saura pas  !

      Quant au 109.151 de Santé Publique France : est-ce réellement des décès du Covid-19 : il fallait faire monter la mayonnaise dans le but de vaccienr et tout était bon !

       


  • Docteur Faustroll Séraphin Lampion 7 juin 09:17

    Au moins, quand y avait du catch à la télé, y avait un arbitre.

    Mais depuis que Paul Amar s’est fait virer, les combats ne sont plus en direct !

    lien


  • Gégène Gégène 7 juin 09:21

    je croyais que la borréliose était une maladie transmise par le sieur Lavrov à Moscou . . .


  • toyet 7 juin 10:53

    Que tous ces enfants venus du Brésil, lisent le bouquin du docteur Richard Horowitz, au lieu de se bronzer sur les plateaux télés.......


  • bernard29 bernard29 7 juin 11:15

    bonjour , 

    voici une enquête sur l’Express qui pourrait vous intéresser. 

     A l’IHU de Chloriquix, un cluster Covid-19, beaucoup de questions... et des tensions - L’Express (lexpress.fr)


    • gruni gruni 7 juin 12:24

      @bernard29 

      Merci bernard29, ce lien pourra intéresser ceux qui ne sont pas fan de Raoult
      Pour les autres une enquête d’un média c’est de la ...
      J’ajoute, qu’ici il faut choisir son camp, c’est pour ou contre Raoult, il n’y a pas d’alternative ! smiley


    • bernard29 bernard29 7 juin 15:25

      @gruni
      c’est pour cela que vous ne vous mouillez pas trop. 

      Pour ma part je considère qu’il serait temps que les autorités médicales ferment le clapet de ce « Chloroquinix » et je suis très heureux de la chronique de Patrick Cohen VIDÉO – Patrick Cohen mitraille Didier Raoult chez Anne-Elisabeth Lemoine - Gala   « l’heure des comptes. »


    • gruni gruni 7 juin 15:43

      @bernard29

      Je constate, d’après votre lien, que Cohen pose surtout de bonnes questions.
      Je n’ai pas la prétention d’être un Patrick Cohen, alors dans cet article j’ouvre un débat, ensuite à chacun de se faire son opinion. Pas seulement sur Raoult, mais aussi sur cette frénésie de l’ensemble des docteurs pour se mettre en avant dans les médias. C’est surtout ce cirque, cette course à la célébrité que je dénonce, sans me faire la moindre illusion. Après tout, à chacun ses idoles !


    • bernard29 bernard29 7 juin 17:28

      @gruni

      je pense que Chloroquinix, n’est pas innocent dans la frénésie médiatique des différents experts médicaux , je crois même qu’ il a été le déclencheur de la surenchère verbeuse de tous ces médecins. Une chose que l’on a oublié et en particulier Raoult, c’est que j’ai toujours appris la publicité était interdite aux médecins. Le moins que l’on puisse dire c’est que le « Gourou youtubeur » de la médecine ne s’en est pas privé. 


    • gruni gruni 7 juin 17:43

      @bernard29

      « je crois même qu’ il a été le déclencheur »
      Et Macron qui va à Marseille le caresser dans le sens du poil !
      En son apparence de druide  Chloroquinix ect
      Faut dire que Raoult est un caractère, peut-être qu’à un moment au début de la crise les Français avaient besoin d’écouter ce personnage. Et ce n’est pas fini !


    • bernard29 bernard29 7 juin 18:04

      @gruni

      Macron écoute les gens et après il se fait son idée. Ce n’est pas parce qu’il a été consulter Chloroquinix qu’il a pris fait et cause pour lui. La preuve ; le fameux potage du druide n’a pas été autorisé dans le traitement du Covid.

      Ainsi vous démontrez que Macron possède une qualité d’écoute certaine et qu’il est une personne curieuse, autre qualité pour un décideur. 


    • Furax Furax 7 juin 18:16

      @bernard2
        Ainsi vous démontrez que Macron possède une qualité d’écoute certaine "

       smiley
      Les 29 gilets jaunes éborgnés se lèvent d’un bond et te font une standing ovation !


    • gruni gruni 7 juin 18:18

      @bernard29

      D’abord, l’hydroxychloroquine n’est pas interdite d’utilisation dans les hôpitaux, la preuve à Marseille. 
      « qu’il a pris fait et cause pour lui » ça a été perçu comme cela par une partie de la population et pas seulement en France, et je crois que Raoult l’a très bien compris.

      « Ainsi vous démontrez que Macron possède une qualité d’écoute certaine et qu’il est une personne curieuse, autre qualité pour un décideur. »

      La qualité d’un décideur n’est pas seulement sa « qualité d’écoute » c’est ce qu’il en fait après.
      Il a écouté les GJ trop tard, il a compris trop tard que sa réforme des retraites ne passait pas dans l’opinion, qu’il a pourtant longuement écouté.
      Les présidents font tous des erreurs, nous verrons bien ce qu’en pensent les électeurs 


    • bernard29 bernard29 7 juin 22:53

      @gruni

      n’importe quoi !  Si l’hôpital de Marseille sous la pression de Chloriquinix l’utilise encore pour un traitement du Covid, c’est bien le seul. Ce traitement n’est ni recommandé, ni conseillé.
      Quand aux Gilets Jaune, Macron a organisé un grand débat public en France, tel qu’il n’y en a jamais eu. Et pour la réforme des retraites, elle n’ pas encore été traitée.
      Ce sont les adeptes du guide Chloroquinix ou les anti-Macron primaires qui font courir la rumeur de l’adoubement de Raoult par Macron 


    • Furax Furax 8 juin 12:21

      @bernard29
      "Quand aux Gilets Jaune, Macron a organisé un grand débat public en France, tel qu’il n’y en a jamais eu.

      "

      Euh...non, rien smiley


    • Ecométa Ecométa 14 juin 09:40

      @bernard29

      Vive Macron traitre à la « République », à la « Res-publica » : à cette chose publique qu’il n’a de cesse de détruire  !


  • zygzornifle zygzornifle 7 juin 11:18

    qu’un vétérinaire nazi, Erich Traub, soit à l’origine d’une expérimentation secrète de l’armée américaine sur des tiques utilisées comme armes biologiques

    Les Chinois ont le pangolin ....


  • zygzornifle zygzornifle 7 juin 11:20
    Caumes ne dit pas un mot sur la pécole, la peau du cul qui se décole ....

  • JMBerniolles 7 juin 13:15

    @l’auteur

    Vous avez raison sur un point fondamental. Toutes ces attaques contre l’image et les compétences de hauts responsables hospitaliers, ou biologistes chercheurs ou immunologues ou virologues... sont très dommageables pour l’image de la médecine.

    On a presque envoyé à l’asile le professeur Montagnier alors qu’il avait eu l’intuition de ce qui est maintenant quasiment reconnu, c’est à dire que le Sars-CoV-2 est une création de Laboratoire. 

    La médecine est faite d’études cliniques, de mesures et d’observations et d’expériences. S’aventurer à faire des prévisions sur un virus nouveau, virulent et agressif est très risqué.

    Les doutes sérieux sur l’origine naturelle du Sars-CoV-2 ont commencé notamment dès 2020 avec des mesures effectuées par le Professeur Nikolaï Petrovsky de la Flinders university Australia sur l’énergie de la liaison entre la protéine Spike, avec son enzyme Furine et l’ACE2 humain qui ont montré que cette énergie était anormalement élevée et que cela rendait ce virus très adapté à l’infection humaine.

    Le Professeur Petrovsky s’est méfié des retombées politiques et a seulement suggéré que cela pouvait venir d’une manipulation de Laboratoire.

    Sur ce thème il y a eu des déclarations beaucoup plus explicite :

    « According to the Nankai University study, the furin binding method is »100 to 1,000 times as efficient’ as SARS at entering cells.

    « This protein cleaving protein is highly promiscuous, it’s found in many human tissues and cell types and is involved in many OTHER virus types activation and infection mechanisms (it is involved in HIV, Herpes, Ebola and Dengue virus mechanisms), » said Dr. Shemesh. « If I was trying to engineer a virus strain with a higher affinity and infective potential to humans, I would do exactly that : I would add a Furin Cleavage site directly at the original less effective and more cell specific cleavage site. »

    L’enjeu politique de tenir cachée cette réalité, explique la virulence des attaques contre les personnalités médicales et du domaine de la Biologie .


    • gruni gruni 7 juin 13:57

      @JMBerniolles

      « ce qui est maintenant quasiment reconnu, c’est à dire que le Sars-CoV-2 est une création de Laboratoire. » 

      Pas du tout, cela reste une hypothèse, venant des Américains qui ont relancé l’affaire, c’est aussi un moyen d’attaquer les Chinois
      Je doute d’ailleurs qu’on découvre jamais la vérité, surtout en Chine, donc l’hypothèse qui n’est pas absurde restera une hypothèse.


    • Legestr glaz Legestr glaz 7 juin 14:14

      @JMBerniolles

      Le SARS-COV1 possédait les mêmes caractéristiques que le SARS-COV2 et pénétrait dans l’organisme par la voie des récepteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine II. (ACEII)
      https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7106490/

      Et, il se trouve, que ces récepteurs sont très fortement exprimés dans les cellules endothéliales des voies respiratoires et encore davantage chez les personnes diabétiques. 

      https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/coronavirus-covid19-des-morts-223743

      Cette épidémie de SARS-COV2 aurait pu être « soignée » efficacement en utilisant, comme lors des pneumonies, des antibiotiques de type macrolides. Il y aurait eu, certes des décès, mais en nombre très limités. Et je vous rejoins sur « l’enjeu politique » de cette affaire. C’est une violente mystification qui nous a été servie. Elle se poursuit. Il y a un « notre projet » derrière tout ceci !

      Et si l’ivermectine fonctionne face aux attaques du SARS-COV2 c’est parce qu’elle évite les dangers énormes de la sur-infection. Comme le font les antibiotiques macrolides en cas de pneumonie, qu’elle soit de type « virale » ou « bactérienne ». Il se trouve que la structure du principe actif de l’ivermectine se rapproche de celle utilisée dans les antibiotiques macrolides ! Et l’on connait même le principe d’action de l’ivermectine.

      Celle-ci, en effet, empêche la fermeture des canaux ioniques « chlorure » chez les invertébrés. Les mamifères, dont l’espèce humaine, ne possède pas de canaux ioniques « chlorure » sauf dans le cerveau, contrairement aux invertébrés. Il se trouve que la barrière hémato-encéphalique, fait barrage au principe actif de l’ivermectine. De ce fait, elle est inoffensive chez les mammifères (chiens chats), chez qui elle est utilisée pour tuer les parasites, mais chez l’Homme aussi pour traiter de la gale. Mais le principe d’action de l’ivermectine s’applique aussi aux « bactéries ». Et donc, des bactéries en circulation dans le sang ne peuvent pas survivre à l’action de l’ivermectine, les canaux chlorure étant exprimés dans la membrane plasmique des bactéries. L’ivermectine agit comme un véritable « antibiotique » contre les bactéries. La découverte de l’ivermectine est probablement la découverte la plus importante depuis la découverte de la pénicilline. A ce jour, les principes d’action de l’ivermectine n’ont pas encore été exploitées parce que les « autorisations » de mise sur le marché n’autorise pas sa prescription hormis le traitement parasitaire. Pourquoi cache t-on au public son action véritable salvatrice ? 

      Extrait : « Le mode d’action de l’ivermectine n’est que partiellement connu. La molécule est très affine pour les canaux chlorures glutamate-dépendants (mais aussi les canaux liés aux récepteurs GABA, pour acide γ-amino-butyrique), surtout présents dans les cellules nerveuses et musculaires des invertébrés . Sa fixation engendre une augmentation de la perméabilité membranaire aux ions chlorures. La cellule s’en trouve hyper polarisée. Il s’ensuit une paralysie qui entraîne la mort du parasite. »
      Le traitement de la gale a été immensément simplifié par la mise à la disposition du corps médical de ce médicament en 1999. Le Stromectol (laboratoire MSD) a pour principe actif l’ivermectine, 3 mg par comprimé. Boite de 4 comprimés, 18.12 euros/boite de 4 comprimés. Remboursement à 65%. Délivrance sur ordonnance. L’ivermectine détruit les cellules nerveuses et musculaires des invertébrés. Elle n’a pas d’action équivalente chez les mammifères.

      Ainsi « on » nous balade ! Il est possible de soigner des attaques du SARS-COV2, « dès les premiers symptômes ». Mais, surtout, surtout, surtout, il ne faut pas l’ébruiter parce que cette nouvelle empêcherait le développement des « injections géniques » qui ne pourraient pas obtenir d’autorisation de mise sur le marché « conditionnelle ». Et ce serait vraiment ballot !


    • joletaxi 7 juin 15:16

      @gruni

      ben oui
      ne dit on pas, quand ça a l’aspect de la m.., que cela sent la m..., ben c’est de la m...

      mais l’histoire ne fait que commencer, car figurez-vous, aux USA, il existe des les lois, qui obligent le gouvernement à divulguer tout ce qui est sous le tapis

      https://joannenova.com.au/2021/06/us-defence-sent-money-to-wuhan-lab-to-counter-weapons-of-mass-destruction-and-helped-create-one/

      à force de sous traiter tout et n’importe quoi, cela devait mal finir
      bon quand Mme Michu prend un coup de jus avec une guirlande de Noel, c’est pas grave, mais là,


    • gruni gruni 7 juin 15:27

      @joletaxi

      « figurez-vous, aux USA, il existe des les lois, qui obligent le gouvernement à divulguer tout ce qui est sous le tapis »

      Et en plus vous y croyez smiley


    • joletaxi 7 juin 15:56

      @gruni

      vous avez raison, le climate gate n’a jamais existé
      et Fauci était tout petit devant la commission d’enquête

      mais Berniolle a raison, les Australiens avaient déjà émis l’hypothèse, il y a un an, et ils savaient de quoi ils parlaient car ils avaient cessé toute collaboration avec les chinois suite à ’un pangolin échappé" quelques années plus tôt

      je lis d’autre part que plusieurs régions en Chine sont en grande difficulté d’approvisionnement en électricité, leur économie est en pleine expansion, pourtant en 2020, ils ont mis ens ervice une centrale charbon... par semaine, et cela ne va pas s’arrêter
      nous on ferme


    • gruni gruni 7 juin 16:12

      @joletaxi

      Je dis simplement qu’avec les américains d’un côté et le chinois de l’autre, ce n’est pas forcément le plus menteur qui a raison. L’hypothèse d’un virus modifié en laboratoire est possible, qu’il s’échappe est une autre possibilité et que le virus soit uniquement une zoonose naturelle l’est également. La vérité ne sort pas forcément de la bouche d’internet, et rien ne dit que nous la connaîtrons un jour.


    • JMBerniolles 7 juin 16:21

      @gruni

      Excusez moi mais si vous n’avez que nos médias pour vous informer sur ce sujet, et d’autres, vous n’y comprendrez rien d’abord et vous resterez sur une version « officielle » qui commence à dater. 
      Sur ce site AV les gens viennent chercher une autre information et une autre réflexion.

      La version de l’origine naturelle qui nous a immédiatement été servie sans qu’il y ait la moindre enquête officielle d’ailleurs, n’a absolument pas été étayée par quoique ce soit. A l’origine il y a zéro animal porteur du Sars-CoV-2. Et les tentatives pour expliquer qu’il a été créé par mutation dans l’humain après contamination par le virus RaTG13 de chauve souris par exemple n’ont pas convaincu.

      Par contre il y a eu beaucoup d’informations sur les capacités de l’ingénierie biologique,  édition génétique, échanges de RBM, ...  et le vaccin Pfizer/BioNTech montre que l’on peut sans problème fabriquer une protéine Spike sur un brin de RNA

      Sur cette affaire on a l’impression qu’aux USA une autre manière de détourner l’attention est en route,  à partir de la mise en cause du Dr Fauci et d’études sous traitées à la virologue Shi Wengli du Labo P4 de Wuhan, concernant ce que l’on appelle pudiquement les « gains de fonction ». Des e-mails du Dr Fauci sont ainsi opportunément apparus dans les médias. Qui peut les avoir enregistrés, puis divulgués ?


    • JMBerniolles 7 juin 16:23

      @Legestr glaz

      Merci pour ces précisions. En France il a été interdit aux médecins de soigner, on n’a pas pris la peine d’augmenter les capacités d’accueil en Réa ... Ce sont des faits avérés.


    • JMBerniolles 7 juin 16:29

      @gruni

      James Ellroy a écris en roman american tabloïd sur l’assassinat de JFK à partir de documents déclassifiés de la CIA et du FBI.

      Rien de nouveau sur le fond, on sait depuis longtemps que c’est un complot d"Etat exécuté par la CIA avec l’aide la mafia cubaine. Mais ce roman est saisissant. Pour James Ellroy il faut toujours le lire dans le texte d’origine.


    • gruni gruni 7 juin 17:10

      @JMBerniolles

      « Sur ce site AV les gens viennent chercher une autre information et une autre réflexion ».

      Et c’est vous l’autre information et l’autre réflexion ? Maintenant vous avez le droit de croire toutes les théories que vous voulez, moi aussi. Les complots existent, ce qui permet toutes les hypothèses et aussi du grand n’importe quoi, puisque le papier se laisse écrire.
      Essayer de faire passer celui qui n’est pas de votre avis pour un naïf, est aussi une méthode usée jusqu’à la corde


    • Fergus Fergus 7 juin 17:29

      Bonjour, JMBerniolles

      « le Sars-CoV-2 est une création de Laboratoire »
      Ah bon ? Sur quel éléments de preuve — et non d’hypothèses plus ou moins frelatées — affirmez-vous cela ???


    • JMBerniolles 7 juin 18:17

      @gruni

      En fait de méthode usée..  en l’occurrence je ne fais que donner des informations scientifiques. L’étude du Professeur Petrovsky est citée dans beaucoup d’études par des biologistes, parce que c’est un fait fondamental. Je ne cherche pas du tout à imposer mon opinion. Les médias américains ont donné cette information sur le Dr Fauci. Cela se vérifie.

      La théorie du complot pour écarter des questions qui dérangent ce n’est pas un peu usé aussi ?

      Non je ne pense pas du tout que vous soyez naïf. 


    • gruni gruni 7 juin 18:25

      @JMBerniolles

      « La théorie du complot pour écarter des questions qui dérangent ce n’est pas un peu usé aussi ? »

      Un peu trop souvent utilisée sans doute, comme je l’écrivais dans un précédent article, on est tous le complotiste de quelqu’un


    • JMBerniolles 7 juin 18:28

      @Fergus

      Je comprends tout à fait que cela dérange votre tranquillité.
      Il y a plus d’un an que des éléments scientifiques complets pointent vers cette triste réalité.

      L’OMS n’est pas allé par hasard à Wuhan au Labo P4  ?
      Si vous avez une référence sérieuse démontrant l’origine naturelle du Sars-CoV-2 ?

      Et si vous faites confiance à Checknews Libé, cette horreur absolue qui correspond à l’esprit tordu de Laurent Joffrin, on ne peut rien pour vous.


    • Legestr glaz Legestr glaz 7 juin 18:37

      @JMBerniolles

      Bonjour JMBerniolles. Sachez que j’apprécie vos interventions très professionnelles ici sur Agoravox concernant l’énergie. N’hésitez pas à le faire, je pense que nous sommes nombreux à apprécier vos éclairages. Je dois avouer que je n’y comprends pas grand chose et qu’il m’est utile d’entendre un autre son de cloche, le vôtre, qui permet de faire de bonnes mises en perspective. 

      Effectivement, il a été interdit aux médecins de soigner, et ceci dès les premiers symptômes. Pourtant, certains d’entre eux, surpris de leur succès initiaux dans la lutte contre le SARS-COV2, « naïvement », ont voulu faire savoir que leur pratique et les soins qu’ils donnaient à leurs malades avaient un succès considérable. 
      Il s’est agi de ces 3 médecins mosellans. Il s’est agi de cette femme médecin, Sabine Paliard Franco, près de Grenoble. Mais que faisaient-ils exactement pour obtenir de tels succès, de telles guérisons ? Et bien ils soignaient leurs patients à l’aide d’antibiotiques de type macrolides et de zinc. Des antibiotiques macrolides comme les médecins en utilisent pour lutter contre les pneumonies et « dès les premier symptômes ». 

      Le journal du médecin du 17 avril 2020 relate ces succès. Mais, comme l’affaire était « politique », le conseil de l’ordre des médecins a rappelé « à l’ordre » ces « dissidents » qui ne respectaient pas le protocole et qui prescrivaient des antibiotiques macrolides pour soigner d’un virus. Ce qui, selon l’académie, ne se fait pas. En revanche, selon une communication de l’Institut Pasteur de Lille, ce ne sont pas les virus qui « tuent » les malades mais les « sur-infections » consécutives à l’attaque virale. Et ce sont bien les antibiotiques qui tirent d’affaire les malades dans ce genre de situation. 
      « La principale cause de mortalité de la grippe en France n’est pas le virus lui-même, mais les surinfections bactériennes. Celles-ci sont particulièrement actives chez les personnes dont l’organisme est fragilisé. Mieux protéger et traiter les personnes” à risque”, c’est donc tout l’enjeu des recherches sur les surinfections bactériennes post-grippales. »
      https://www.pasteur-lille.fr/centre-de-recherche/thematiques-de-recherche/maladies-infectieuses-et-inflammatoires/surinfections-bacteriennes/

      Tout ceci mériterait de finir devant des tribunaux. Parce qu’à l’évidence, le refus de soigner les malades à l’aide d’antibiotiques de type macrolides à entrainer vers la mort de très nombreuses personnes fragilisées par la sur-infection. 

      Parce que l’ivermectine agit comme un antibiotique, que cette molécule est absolument efficace pour détruire les bactéries, il faudrait en avoir une boîte de réserve au cas où une alerte de gale se présenterait. 


    • agent ananas agent ananas 7 juin 18:37

      @Fergus
      Lorsque Trump déclarait que le Covid était un virus créé par les chinois, tout le monde criait à la théorie du complot. Aujourd’hui, Biden a donné 90 jours à ses services de renseignements pour établir un rapport sur l’origine du Covid.
      De moins en moins osent maintenant évoquer la théorie du complot et ceux qui doutaient de l’origine naturelle du covid19 ne seraient donc plus complotistes malgré des mois de propagande des médias mainstream.
      Certainement suite au très long papier publié par le très sérieux Bulletin of Atomic Scientists et dont le site Égalité&Réconciliation en a fait une version française. Qu’il en soit remercié pour cet énorme travail de traduction.
      Bref, l’hypothèse que le Covid s’est échappé de manière accidentelle du laboratoire P4 de Wuhan est plus que jamais plausible !


    • JMBerniolles 7 juin 18:42

      @gruni

      Merci de le reconnaitre. Il est exact que l’on trouve de tout sur internet...  
      Sur cette question de l’origine du Sars-CoV-2 j’ai un dossier scientifique complet.
      Les chinois ont donné la description du génome de ce virus dès janvier 2020. La juste méthode scientifique était d’analyser ce génome. C’est ce qu’ont fait assez tôt des biologistes chercheurs indiens que le Professeur Montagnier a cités. Puis d’autres.

      Un biologiste français réputé du CNRS Aix Marseille III le Professeur Decroly dans un papier de développement d’hypothèses sur l’origine du Sars-CoV-2 a suggéré implicitement que soit montée une commission d’études en France sur cette question. Black out ; Je me suis adressé sur ce point à des parlementaires sans avoir la moindre réponse. C’est plus pratique. 

      Ce type d’attitude conduit obligatoirement à des questions.


    • Legestr glaz Legestr glaz 7 juin 19:45

      @Legestr glaz

      Bonjour JMBerniolles. Sachez que j’apprécie vos interventions très professionnelles ici sur Agoravox concernant l’énergie. N’hésitez pas à le faire, je pense que nous sommes nombreux à apprécier vos éclairages. Je dois avouer que je n’y comprends pas grand chose et qu’il m’est utile d’entendre un autre son de cloche, le vôtre, qui permet de faire de bonnes mises en perspective. 

      Effectivement, il a été interdit aux médecins de soigner, et ceci dès les premiers symptômes. Pourtant, certains d’entre eux, surpris de leurs succès initiaux dans la lutte contre le SARS-COV2, « naïvement », ont voulu faire savoir que leur pratique et les soins qu’ils donnaient à leurs malades avaient un succès considérable. 
      Il s’est agi de ces 3 médecins mosellans. Il s’est agi de cette femme médecin, Sabine Paliard Franco, près de Grenoble. Mais que faisaient-ils exactement pour obtenir de tels succès, de telles guérisons ? Et bien ils soignaient leurs patients à l’aide d’antibiotiques de type macrolides et de zinc. Des antibiotiques macrolides comme les médecins en utilisent pour lutter contre les pneumonies et « dès les premier symptômes ». 

      Le journal du médecin du 17 avril 2020 relate ces succès. Mais, comme l’affaire était « politique », le conseil de l’ordre des médecins a rappelé « à l’ordre » ces « dissidents » qui ne respectaient pas le protocole et qui prescrivaient des antibiotiques macrolides pour soigner d’un virus. Ce qui, selon l’académie, ne se fait pas. En revanche, selon une communication de l’Institut Pasteur de Lille, ce ne sont pas les virus qui « tuent » les malades mais les « sur-infections » consécutives à l’attaque virale. Et ce sont bien les antibiotiques qui tirent d’affaire les malades dans ce genre de situation. 
      « 
      La principale cause de mortalité de la grippe en France n’est pas le virus lui-même, mais les surinfections bactériennes. Celles-ci sont particulièrement actives chez les personnes dont l’organisme est fragilisé. Mieux protéger et traiter les personnes” à risque”, c’est donc tout l’enjeu des recherches sur les surinfections bactériennes post-grippales. »
      https://www.pasteur-lille.fr/centre-de-recherche/thematiques-de-recherche/maladies-infectieuses-et-inflammatoires/surinfections-bacteriennes/

      Tout ceci mériterait de finir devant des tribunaux. Parce qu’à l’évidence, le refus de soigner les malades à l’aide d’antibiotiques de type macrolides a entrainé vers la mort de très nombreuses personnes fragilisées par la sur-infection. 

      Parce que l’ivermectine agit comme un antibiotique, que cette molécule est absolument efficace pour détruire les bactéries, il faudrait en avoir une boîte de réserve au cas où une alerte de gale se présenterait. 



    • JMBerniolles 7 juin 20:39

      @Legestr glaz

      Bonjour,
      Merci beaucoup pour votre commentaire. Contrairement à pas mal de mes amis de l’énergie qui ont quitté ce site je fais confiance aux lecteurs. Je pense qu’il n’y a pas de démocratie sans une information honnête.

      Je pense comme vous qu’il a été criminel d’interdire aux médecins de soigner les gens. Compte tenu de la situation d’éparpillement des Labos de Biologie il aurait été nécessaire de la part des responsables politiques de coordonner les recherches, de lancer des thèmes de recherche comme celui de l’origine du Sars-CoV-2 dont les biologistes s’accordent à dire que c’est un élément de connaissance fondamental

      Cette interdiction aurait du susciter des réactions de la part des français. Mais on a l’impression d’une anesthésie générale.

      Le fait de ne pas soigner tôt les malades contaminés par ce virus a naturellement aussi conduit à surcharger les Hôpitaux

      Est-ce que vous êtes breton ?


    • JMBerniolles 7 juin 20:39

      @Legestr glaz

      Bonjour,
      Merci beaucoup pour votre commentaire. Contrairement à pas mal de mes amis de l’énergie qui ont quitté ce site je fais confiance aux lecteurs. Je pense qu’il n’y a pas de démocratie sans une information honnête.

      Je pense comme vous qu’il a été criminel d’interdire aux médecins de soigner les gens. Compte tenu de la situation d’éparpillement des Labos de Biologie il aurait été nécessaire de la part des responsables politiques de coordonner les recherches, de lancer des thèmes de recherche comme celui de l’origine du Sars-CoV-2 dont les biologistes s’accordent à dire que c’est un élément de connaissance fondamental

      Cette interdiction aurait du susciter des réactions de la part des français. Mais on a l’impression d’une anesthésie générale.

      Le fait de ne pas soigner tôt les malades contaminés par ce virus a naturellement aussi conduit à surcharger les Hôpitaux

      Est-ce que vous êtes breton ?


    • Legestr glaz Legestr glaz 7 juin 21:03

      @JMBerniolles

      Oui, je suis Breton, du Pays bigouden. 


    • JulesDu13 8 juin 04:19

      @JMBerniolles
      Même si le Covid-19 n’est pas vraiment un problème, l’hypothèse d’un virus modifié et échappé d’un labo a l’avantage de nous rappeler que les agents biologiques sont sans doute au moins aussi dangereux que les armes nucléaires (mais ils sont beaucoup moins surveillées et beaucoup moins coûteux à créer).
      Il est presque impossible à un maladroit ou un fou isolé (ou même un groupe de quelques personnes) de lancer une attaque nucléaire, par contre sortir 1 milligramme de solution infectée d’un labo P4 est envisageable, que ce soit accidentellement ou par malveillance. Et un virus modifié dans ce but pourrait sans doute liquider 1%, 10% ou 100% de l’humanité en quelques mois.


    • JMBerniolles 8 juin 08:57

      @Legestr glaz

      Un pays qui a gardé son authenticité...   


    • JMBerniolles 8 juin 09:05

      @JulesDu13

      Ce sont les japonais qui ont inauguré les recherches sur les armes biologiques.
      Cela les a amené à étudier les aérosols et leurs transports, pour diffuser des bactéries... les américains ont aussi fait beaucoup de recherches sur des substances chimiques agissant sur le cerveau afin de conditionner les gens. A tel point que cela a été présent dans la littérature, avec le roman Masquerade sur le programme K et puis dans les films notamment avec la série Jason Bourne.


    • eau-pression eau-pression 8 juin 09:56

      @JMBerniolles

      C’est étrange cette idée qu’on pourrait acquérir des super-pouvoirs en détruisant l’autre.


    • Ecométa Ecométa 14 juin 09:49

      @gruni

      Et les « gains de fonction » c’est du fantasme ?
      Ils ont commencé aux États -Unis, aussi en Europe, en France, mais tous ont été officiellement obligés d’arrêter ce type de recherches... mais ils ont continué de faire ailleurs ce qu’on leurs interdisait de faire chez eux ! Alors ils ont financé qui : le labo de Wuhan !


    • troletbuse troletbuse 14 juin 10:11

      @Ecom ?ta
      Tout a fait logique. Fourtillan a suremenr raison
       C’est pour cela qu’il est en taule.
      Mais un casque a pointr comme Grounichou ne croit qu’a la parole officielle sacree


    • gruni gruni 14 juin 11:59

      @Ecométa

      La recherche avec « gains de fonction » n’est pas interdite malgré les polémiques sur son utilisation. Désolé pour vos fantasmes

      https://theconversation.com/origines-du-sars-co v-2-le-virus-est-il-le-produit-dun-gain-de-fonction-161570


    • Ecométa Ecométa 14 juin 14:09

      @gruni

      Devant la dangeurosité de ce type de travaux scientifiques, les « super virus » , il y avait eu un moratoire scientifique, aux États-Unis, concernant le financement de la recherche impliquant le développement et l’étude des techniques visant à rendre certains virus plus meurtriers et plus transmissibles, voire mortels !

      Un moratoire que Donald Trump a levé en 2017


    • troletbuse troletbuse 14 juin 15:04

      @Ecométa
      Encore un site complotiste à la Grounichou  smiley


  • Furax Furax 7 juin 13:42

    Nous ne vivons pas une plaisanterie, une passe d’armes amusante entre cadors de la médecine, juste pour faire des articles rigolos sur AV.

    Notre responsabilité est immense.

    Vidéo précieuse et claire :

    https://rumble.com/vhwzd5-message-aux-corps-constitus-.html


  • Emohtaryp Emohtaryp 7 juin 16:36

    https://en.wikipedia.org/wiki/Erich_Traub

    Pauvre Gruni, au lieu de balancer des affirmations péremptoires, tu ferais de te documenter avant de publier des nartics de merde toujours très orientés selon ta lobotomisation merdiatique.....


    • gruni gruni 7 juin 17:30

      @Emohtaryp

      Rien à faire de vos affirmations péremptoires


    • Legestr glaz Legestr glaz 7 juin 21:14

      @gruni

      C’est quand même étonnant que le professeur Caumes pense aux antibiotiques pour lutter contre la bactérie de la maladie de Lyme alors qu’il « oublie » les antibiotiques pour lutter contre le SARS-COV2 ? Parce que ce qui est à craindre avec les virus, ce ne sont pas les virus mais les sur-infections bactériennes. Ce qui veut dire « antibiotiques » et pour les pneumonies : antibiotiques macrolides. 

      La principale cause de mortalité de la grippe en France n’est pas le virus lui-même, mais les surinfections bactériennes. Celles-ci sont particulièrement actives chez les personnes dont l’organisme est fragilisé. Mieux protéger et traiter les personnes” à risque”, c’est donc tout l’enjeu des recherches sur les surinfections bactériennes post-grippales.
      Ainsi, ce n’est pas le virus de la grippe lui-même qui a été le plus meurtrier lors de la pandémie de grippe espagnole de 1918 mais la surinfection bactérienne, notamment à pneumocoque, une bactérie des voies respiratoires supérieures. Cette susceptibilité à la surinfection bactérienne se déclare en général de 7 à 14 jours après l’infection grippale et l’issue peut parfois être fatale en l’absence de traitement par des antibiotiques, comme cela a été la cas lors de la grippe espagnole.

      Covid19 :Le docteur Groșan, pneumologue, traite les conséquences de l’infection par le virus SARS-CoV-2 comme une pneumonie atypique J’applique mes traitement classiques, médicamenteux, qui incluent la clarithromycine, un antibiotique de la famille des macrolides. Cette famille ne compte que trois antibiotiques : l’érythromycine, que tout le monde connaît, l’azithromycine et la clarithromycine. Je n’aime pas trop l’azithromycine, qui est une copie affaiblie de la clarithromycine. J’ai participé à des recherches cliniques très intéressantes sur les pneumonies, au cours desquelles j’ai pu constater le pouvoir qu’a la clarithromycine de réduire l’inflammation comme aucun autre antibiotique ne sait le faire. »


    • gruni gruni 8 juin 07:10

      @Legestr glaz

      Je n’ai pas l’intention d’apprendre au docteur Caumes ni à aux autres, comment travailler. On a beaucoup dit qu’il fallait laisser les médecins prescrire, je suis d’accord. Mais il faut aussi laisser la possibilité aux docteurs de ne pas prescrire s’ils le décident. Les médecins voient les choses et soignent différemment c’est aussi une des causes de la défiance, lorsque leurs divergences sont étalées au grand jour devant les médias.


    • Legestr glaz Legestr glaz 8 juin 07:50

      @gruni

      Mais dans le cas présent, c’est bien l’ordre des médecins qui a interdit aux médecins de terrain d’utiliser un antibiotique macrolide chez les personnes présentant les symptômes d’une pneumonie et/ou du SARS-COV2 (puisque les symptômes sont les mêmes). 

      Cette histoire est totalement folle. Nous avons la preuve que le conseil de l’ordre a intimé « l’ordre » aux médecins qui utilisaient un antibiotique macrolide, chez leurs patients qui présentaient des symptômes de pneumonie (équivalents à ceux du SARS-COV2), de ne plus les utiliser. Or, tous les médecins savent que les antibiotiques macrolides sont d’un grand secours pour soigner les sur-infections bactériennes à la suite d’un épisode viral. 

      L’Institut Pasteur peut dire que c’est la sur-infection bactérienne qui est dangereuse après un choc viral, mais tout le monde s’en tape ? Ce n’est pas important pour « sauver des vies » ? A ce stade de « désinformation » nous dépassons les limites de la décence et de la morale et nous entrons de plain pied dans une autre dimension que je n’ose pas nommer.

      Est-ce que les mots ont un sens ?
      « La principale cause de mortalité de la grippe en France n’est pas le virus lui-même, mais les surinfections bactériennes. Celles-ci sont particulièrement actives chez les personnes dont l’organisme est fragilisé. Mieux protéger et traiter les personnes” à risque”, c’est donc tout l’enjeu des recherches sur les surinfections bactériennes post-grippales. »
       


    • gruni gruni 8 juin 08:59

      @Legestr glaz

      Les antibiotiques : inefficaces contre la Covid-19 

      Les antibiotiques agissent contre les bactéries, et uniquement contre les bactéries. Ils sont donc totalement inefficaces pour soigner une infection au Covid-19, une maladie virale et non bactérienne. Dans un article mis à jour le 23 novembre « En finir avec les idées reçues », l’OMS écrit : « La maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) est causée par un virus, pas par une bactérie. Le virus à l’origine de la COVID-19 appartient à la famille des Coronaviridae. Les antibiotiques ne fonctionnent pas contre les virus.(...) Le SARS-Cov-2 est un virus et, par conséquent, les antibiotiques ne doivent pas être utilisés comme moyen de prévention ou de traitement. Cependant, si vous êtes hospitalisé pour la COVID-19, vous pouvez recevoir des antibiotiques car une co-infection bactérienne est possible. » Dans un Avis du 6 juin 2020, le Haut Conseil de la Santé Publique avait également déconseillé la prise d’antibiotiques « du fait du caractère exceptionnel de la co-infection bactérienne » en cas de Covid-19. Les antibiotiques ne sont donc en aucun cas une solution contre le Covid-19. 


      Je n’ai pas la prétention de vous convaincre, alors juste pour info...

      https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2695941-traitement-covid-19-france-antibiotique-corticoide-anticorps-medicament-protocole/# : :text=Le%2015%20mars%202021%2C%20l,l’apparition%20de%20leurs%20sympt%C3%B4mes.


    • Legestr glaz Legestr glaz 8 juin 12:22

      @gruni

      Je préfère de loin la communication de l’institut Pasteur de Lille que celle du journal des femmes (cet article est nullissime !)

      Les antibiotiques interviennent lors de la sur-infection qui suit l’attaque virale. J’ai indiqué le lien dans mon précédent post. Je le poste à nouveau parce que, il me semble, vous ne l’avez pas lu. 
      « La principale cause de mortalité de la grippe en France n’est pas le virus lui-même, mais les surinfections bactériennes. Celles-ci sont particulièrement actives chez les personnes dont l’organisme est fragilisé. Mieux protéger et traiter les personnes” à risque”, c’est donc tout l’enjeu des recherches sur les surinfections bactériennes post-grippales.
      https://www.pasteur-lille.fr/centre-de-recherche/thematiques-de-recherche/maladies-infectieuses-et-inflammatoires/surinfections-bacteriennes/

      Je répète ce que dit l’Institut Pasteur parce qu’il me semble que dans votre réponse vous n’avez pas compris. »Ce ne sont pas les virus qui tuent mais la sur-infection bactérienne". 

      Comprenez alors que les antibiotiques macrolides, s’attaquent aux bactéries et non au virus ! Je ne comprends pas que vous ne compreniez pas ??? C’est pourtant clair : les antibiotiques, comme vous le soulignez vous même, s’attaquent aux bactéries. Et c’est bien de ça qu’il est question : de la sur-infection bactérienne (due aux bactéries = usage d’antibiotiques !)

      Vous n’avez donc pas lu ce que dit l’Institut Pasteur ? Vous négligez totalement les succès obtenus en utilisant les antibiotiques macrolides lors des pneumonies. Est-ce que vous êtes dans la négation de la réalité ? 


    • gruni gruni 8 juin 15:35

      @Legestr glaz

      Cet article que je vous ai donné me semble de grande qualité

      Vous êtes dans la négation de tout ce qui pense autrement que vous

      En fait tous ceux qui sont d’un autre avis que le vôtre sont des idiots

      Il vaut donc mieux que nous en restions là


    • Legestr glaz Legestr glaz 8 juin 16:57

      @gruni

      Je résume ce que vous n’avez pas compris. Vous avez même l’audace de m’accuser de « négation ». 

      Alors en quelques mots. En situation de « sur-infection » bactérienne il faut utiliser des antibiotiques (type macrolide en situation de sur-infection bactérienne des voies respiratoires). Est-ce que ça vous arrivez à comprendre ? Il s’agiit d’une « sur-infection bactérienne » dans l’adjectif « bactérienne » il y a « bactérie » ? Vous arrivez à comprendre ? 

      Et, comme le signale l’institut Pasteur, les gens ne meurent pas du virus mais de la sur-infection « bactérienne » (en présence de « bactéries »-. Il faut donc les soigner à l’aide d’antibiotiques « anti-bactériens ». Vous avez la « comprenette » difficile ou vous le faîtes exprès ? 

      L’institut Pasteur relate même ceci, c’est dire que vous ne comprenez vraiment pas ce que vous écrivez :
      « Ainsi, ce n’est pas le virus de la grippe lui-même qui a été le plus meurtrier lors de la pandémie de grippe espagnole de 1918 mais la surinfection bactérienne, notamment à pneumocoque, une bactérie des voies respiratoires supérieures. Cette susceptibilité à la surinfection bactérienne se déclare en général de 7 à 14 jours après l’infection grippale et l’issue peut parfois être fatale en l’absence de traitement par des antibiotiques, comme cela a été la cas lors de la grippe espagnole.

      Vous avez vu bruni, c’est en gras : surinfection bactérienne, notamment à pneumocoque, une »bactérie« des voies respiratoires.

      J’espère pour vous que vous le faîtes exprès ! Est-ce que vous niez le fait que les antibiotiques sont utiles pour soigner les infections bactériennes ? 

      Dire que je vous pensais »honnête" !


    • Legestr glaz Legestr glaz 8 juin 17:21

      @gruni

      Par ailleurs gruni, dans le lien OMS que vous proposez il est écrit ceci : 

      « Les antibiotiques n’agissent pas contre les virus, mais seulement contre les bactéries. Le SARS-Cov-2 est un virus et, par conséquent, les antibiotiques ne doivent pas être utilisés comme moyen de prévention ou de traitement. Cependant, si vous êtes hospitalisé pour la COVID-19.vous pouvez recevoir des antibiotiques car une co-infection bactérienne est possible.


      C’est si difficile d’admette qu’il peut y avoir des sur-infections ou des co-infections bactériennes qui nécessitent l’emploi d’antibiotiques ? Et lorsque je vois l’OMS lâcher cette information, OMS dans les mains du »vaccinateur en chef" Bill Gates, c’est que cela doit être très efficace. 


      J’avais une question : la mauvaise foi cela se travaille ? 





    • gruni gruni 8 juin 18:45

      @Legestr glaz

      Merci de me remettre une partie du lien qui selon vous était nullissime...

      « Les antibiotiques n’agissent pas contre les virus, mais seulement contre les bactéries. Le SARS-Cov-2 est un virus et, par conséquent, les antibiotiques ne doivent pas être utilisés comme moyen de prévention ou de traitement. Cependant, si vous êtes hospitalisé pour la COVID-19.vous pouvez recevoir des antibiotiques car une co-infection bactérienne est possible.

      Vous avez « oublié » la partie la plus importante de ce paragraphe...

      le Haut Conseil de la Santé Publique avait également déconseillé la prise d’antibiotiques « du fait du caractère exceptionnel de la co-infection bactérienne » en cas de Covid-19.

      Vous êtes l’exemple parfait de la loi de Brandolini 
      ça sera mon dernier commentaire avec vous sous cet article, bonne soirée


    • Legestr glaz Legestr glaz 8 juin 19:10

      @gruni

      Le lien est effectivement nullissime. Il reprend un passage de l’OMS. 

      Le lien est effectivement nullissime parce qu’il parle de soigner les malades à l’aide de « paracétamol ». C’est vraiment du premier « choix » ! 

      Mais je comprends, c’est un lien « médias de masse  aux ordres », pas un lien scientifique, pas un lien qui vous donne à réfléchir, mais un lien propagandiste.

      Je sais très bien que le Haut Conseil de la Santé publique avait déconseillé la prise d’antibiotiques, c’est bien « ça » le gros problème ! En déconseillant la prise d’antibiotique le Conseil a envoyé nombre de personnes âgées « ad patres ». 

      Je vois que vous aimez citer le Haut Conseil, celui qui n’avait qu’une idée : faire mourir des gens pour que la populace soit apeurée et se fasse « injecter ». Gouverner par la peur. 

      Et bien, mon dernier mot sera pour vous gruni : les pneumonies se soignent à l’aide d’antibiotiques macrolides ! Et les pneumonies peuvent être « virales » ou « bactériennes ». Mais qu’importe la forme, ce que l’on soigne dans les pneumonies ce sont les sur-infections bactériennes. 

      Parce que, des articles disant ceci, le journal des femmes assure la démente propagande gouvernementale : « Quels sont les traitements administrés aujourd’hui ?Le paracétamol pour faire baisser la fièvre . Il n’existe pas de médicament pour soigner le nouveau coronavirus. Le paracétamol, pour une forme légère du Covid, permettra de faire baisser la fièvre et calmera les éventuelles douleurs musculaires. Il n’a toutefois aucune propriété antivirale. Noter qu’il est recommandé, pour un adulte, de ne pas consommer plus de trois grammes de paracétamol par jour, de ne pas dépasser plus de 1 gramme par prise et d’espacer les prises d’au moins 4 heures. 

      Savez vous que la fièvre est une arme que développe l’organisme contre une attaque d’un pathogène et qu’il est essentiel de laisser cette fièvre faire son oeuvre ? 

      S’il y a une chose que vous faites bien, c’est d’être le relai de la »sainte parole gouvernementale« , celle qui a tué tant de personnes. Et comme je vous l’ai écrit je vous pensais »honnête« . C’est raté ! 

      Je vous laisse en compagnie d’une pneumologue qui a sauvé beaucoup de vies, mais pas à coup de »paracétamol« , non, non, non ! En soignant les méfaits du SARS-COV2 comme on soigne une pneumonie : à l’aide d’antibiotiques macrolides. Et oui gruni, »des antibiotiques«  ! Ceux que le »journal des femmes" déconseille ! Ce serait une bonne blague si ce n’était pas aussi dramatique. 

      https://visegradpost.com/fr/2021/03/22/flavia-grosan-pneumologue-roumaine-cest-le-protocole-covid-applique-dans-les-hopitaux-qui-tue-les-malades/


    • nemesis 13 juin 10:40

      @Legestr glaz

      Merci pour le lien vers le Médecin Roumain, instructif et digne d’intérêt !

      Accessoirement :
      Même en Roumanie, les journaleux n’aiment pas ceux qui sont hors système...


    • Ecométa Ecométa 14 juin 10:06

      @Legestr glaz

      Le problème est là : « Les antibiotiques c’est pas automatique »  !

      Sauf qu’arrivé un moment, quand il y a une surinfection bactérienne, somme toute classique : là il faut des antibiotoques... mais certains reste sur cette doxa : pas d’antibiotiques !

      et des gens meurent chez eux d’une surinfection bactérienne !

      Il y a eu, en 2020, un surcroit de décès toute cause confondue de + 53.000 décès.
      + 15.000 à l’hôpital
      + 15.000 en Ets Spéc. pers. âgées
      + 23.000 à domicile... des gens que l’on a laissé mourir chez eux d’hypoxie silencieuse sur ordre gouvernemental de ne pas soigner !

      Avec un tel surcroit de décès à domicile en comparaison de l’hôpital ou des Ehpads ( c’était - 1.800 en 2019 sur 2018) ,et ce n’était pas arrivé depuis + de 50 ans : combien de pesonnes sont décédées du Covid-19 à domicile en 2020 : on ne le saura jamais ! 

       Il y a là un acte criminel : un génocide organisé de personnes pagées ! 


    • Legestr glaz Legestr glaz 14 juin 10:31

      @Ecométa

      Je ne peux qu’être d’accord avec votre commentaire. 

      Les antibiotiques sont une évidence dans la prescription médicale lors des pneumonies dont sont victimes, principalement, les personnes dites ’« à risques » c’est à dire celles présentant des comorbidités, c’est à dire, très généralement, les personnes âgées. 
      Et en présence d’une pneumonie, chez les personnes à risque, traditionnellement les médecins prescrivent un antibiotique de type macrolide parce que c’est ce qui fonctionne et guérit la plupart des malades, mais, hélas, pas tous. La pneumonie c’est environ 18.000 décès par année en France mais le nombre de personnes atteintes est très élevé, entre 400.000 et 600.000. 

      Le monde médical sait parfaitement bien que les pneumonies peuvent être soit d’origine virale soit d’origine bactérienne. Virale, généralement en milieu communautaire, et bactérienne généralement en milieu hospitalier (les fameuses maladies nosocomiales).
      https://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/fichiers/guide-garderie/chap6-pneumonie.pdf
      Mais, en présence de symptômes de pneumonie les médecins n’hésitent pas à prescrire un antibiotique macrolide chez les personnes sensibles. En effet, pourquoi prendre « le risque » de ne pas les soigner ? Et ces antibiotiques macrolides fonctionnent et guérissent de nombreuses personnes. Parce que ce qui est à craindre, et qui est aussi parfaitement bien connu du monde médical, se sont les « surinfections bactériennes » consécutives à l’attaque virale ! 

      Et il se trouve que les symptômes de la pneumonie sont identique à ceux du SARS-COV2 ! 

      En demandant aux malades de rester chez eux en cas de « symptômes », en leur demandant de ne pas consulter leur médecin, en leur demandant de prendre un « doliprane », en leur demandant d’appeler les urgences en cas d’augmentation grave des symptômes, et bien oui, oui, et encore oui, ces mesures déraisonnables, ces mesures inhumaines, ont mené « ad pâtres » nombre de nos anciens qui « auraient pu être soignés à l’aide d’antibiotiques macrolides dès les premiers symptômes » pour éviter la surinfection bactérienne« . 

      Et les médias de masse, et les médias dominants, et les médecins des plateaux TV se gardent bien de divulguer cette information. On aurait voulu faire augmenter la mortalité »qu’on" ne s’y serait pas pris autrement. C’est du complotisme ça ou pas ? 


  • troletbuse troletbuse 7 juin 22:20

    Voila Grounichou, sans couilles, dans son article hep dromadaire, fait dire aux autres ce qu"il pense de Peronne , Raoult

    Mais il vous replique : C’est pas moi qui l’ai dit.

    Ceinture et bretelles pour une chiffe molle.


  • julius 1ER 8 juin 07:44

    Merci Gruni pour cet article où l’on constate qu’il est difficile de se faire une juste opinion sur des sujets qui nous sont souvent étrangers surtout lorsque certains mettent leur talent pour brouiller encore plus le « message » !!!!

    je retiens cette Loi de bandolini qui peut être employée sur de nombreux sujets !!!


    • gruni gruni 8 juin 08:30

      @julius 1ER

      Entre la loi de Bandolini qui est fort juste et l’ultracrépidarianisme qui une réalité, « surtout lorsque certains mettent leur talent pour brouiller encore plus le « message » !!!! », Il faut une patience d’ange pour être auteur sur Ago
      Merci pour votre commentaire smiley)


    • julius 1ER 8 juin 16:04

      @gruni
      avec l’ultracrépidarianisme... là je reconnais Gruni que tu avais frappé très fort !!!
      cette expression posée au bon moment et tu fais des trous dans la défense adverse !!!
      en fait il n’y a qu’un synonyme c’est l’ultracrétinisme


    • gruni gruni 8 juin 16:22

      @julius 1ER

       smiley


    • nemesis 13 juin 10:44

      @julius 1ER

      Je rebondis :
      ces gens qui brouillent les cartes, les trolls etc... sont d’autant plus exécrables lorsqu’il s’agit de vie ou de mort pour la population et qu’on ne sait plus qui croire ?
      circonstance manifeste, cette Pandémie a vraiment vraiment exacerbé les bas instincts au delà des conflits d’intérêt...


    • Ecométa Ecométa 14 juin 10:30

      @julius 1ER

      Personnellement le sujet de de ma « Santé », ne m’est pas « étranger » car je suis concerné au premier chef ; du coup pas plus que celui de la « Santé » en général !

      Le simple bon sens me suffit ; pas besoin d’avoir fait Science-Po, l’ENA ou autre école d’ingénieurs... surtout pas ! 

      Je constate une seule chose et je m’interroge : pourquoi la « Santé Publique en France » est passée des mains des soignants, des médecins, habilités et qualifiés pour s’en occuper, à celles de seuls « marchands » ?

      Il y a tout simplement des gens « vils » et que le marché rapporte très gros !

      La « Santé Publique » ils s’en foutent ; c’est la « Santé Privée » qui les intéresse ! 


    • Legestr glaz Legestr glaz 14 juin 10:47

      @Ecométa

      La « santé » entre guillemets, est une affaire commerciale. L’industrie pharmaceutique a réalisé durant les 20 dernières années 1000 milliards d’euros de profits ! 
      https://www.asso-malades-thyroide.fr/wordpress/index.php/2019/01/24/1000-milliards-deuros-de-profits-en-vingt-ans-comment-les-labos-sont-devenus-des-monstres-financiers/

      L’industrie pharmaceutique ne cherche plus à soigner les gens mais à développer des molécules qui seront vendues au plus grand nombre de personnes. C’est la « rentabilité » qui est recherchée pas la santé des gens. 

      Et je peux vous préciser quelque chose. Les fameuses « recommandations » alimentaires, pour être en « bonne santé » sont fausses ! Il est question, dans celles ci, de retirer 40% à 60% de son énergie des glucides (rapides ou lents, simples ou complexes). C’est une erreur « monstrueuse ». Même en considérant l’index glycémique de ces glucides, même en considérant la charge glycémique de ceux-ci, ce pourcentage est totalement déraisonnable. Je suis en train d’écrire un livre sur le sujet. Paraitra, paraitra pas, je ne sais pas encore. 

      Je reprends un extrait d’une communication mise en ligne par un intervenant d’Agoravox qui est très explicite (texte de l’année 2009 !) : 

      Une bulle naît quand un certain nombre de conditions sont réunies : augmentation durable de la valeur d’un groupe d’objets, négligence du caractère cyclique de l’évolution de cette valeur, opacité du système d’évaluation, conflits d’intérêts entre les experts et les objets évalués.
       Spéculation et mimétisme collectif sont les deux derniers rouages de la constitution d’une bulle qui surestime la valeur et s’auto-entretient jusqu’à sa rupture, généralement brutale.

       La médecine remplit toutes ces conditions : le progrès médical croît depuis plus d’un siècle et de mémoire d’homme, personne ne l’a vu régresser.
       L’évaluation de la médecine, des médicaments et des stratégies de prévention est devenue suffisamment opaque pour être incompréhensible par la majorité des patients et par de nombreux professionnels de santé.
       L’industrie pharmaceutique a fait fortune grâce aux prescriptions des médecins.
      Elle finance désormais leurs formations, leurs experts, leurs recherches, leurs accès à l’information professionnelle.
       La dilution de l’éthique et de l’indépendance médicale dans les capitaux industriels se conjugue à l’imprudent désengagement des pouvoirs publics de ces secteurs.

      De nombreuses stratégies médicales, médicamenteuses où non, sont plus délétèresque bénéfiques.
       Jules Romains était visionnaire quand il brocardait dès 1923 la « médecine moderne » du Dr Knock.
         L’université médicale et l’hôpital sont devenus une gigantesque « Knock Academy »
      tandis que la médecine humaniste s’éteint sous les coups de boutoir conjugués de la normalisation sclérosante et de l’inflation administrative sanitaire.


    • Ecométa Ecométa 15 juin 11:19

      @Legestr glaz

      La science est avant tout une « méthode » permettant l’élaboration, non pas d’« un » savoir, mais de savoirs particuliers, spécifiques et qui doivent être spécifiquement qualifiés par spécialité scientifique !

      Le savoir scientifique, la science ne peut être générique de savoir et du « Savoir »

      Je ne suis pas contre la science et la technologie, mais je pense que globalement nous avons un vrai problème de « SAVOIR », et nous tenons ce problème de la dominance de la « science », de son exclusivisme !

      C’est simple, on pourrait même dire simpliste, mais pour notre époque moderne au modernisme, celle du changement pour le changement, véritable paroxysme de modernité et plus simple modernité, la science est devenue générique de savoir et du « SAVOIR » et, il n’y aurait plus de « Savoir » comme d’ailleurs de « valeurs », même de « PRINCIPES », que de nature scientifique et technique… c’est ce qu’on appelle l’humanisme qui nous envoie droit vers le transhumanisme et la fin du principe d’humanité et donc de l’Humanité ! 

      Au diable l’ontologie, la déontologie, l’éthique et l’altruisme : tous ces acquits intellectuels humains ! Renvoyée aux calendes grecques et aux oubliettes de l’histoire la « métaphysique », cette « épistémologie » première philosophie et première interrogation sensée qui sortait l’humain de l’état de pure croyance religieuse. Une question se pose : sommes-nous plus intelligent avec notre pléthore de savoirs technoscientifiques ? Non, il semblerait que non ; il semblerait même que nous soyons toujours au fond de la caverne avec les ombres qui s’agitent car toujours aussi ignorant de la « Nature », comme des « états de nature » qui ont émergés, dont la nature humaine : nous sommes de plus en plus ignorant de l’humain et du principe d’humanité !  

      II faudrait arrêter cette fuite en avant rationalo-économico- technoscientiste ; cesser cette « innovation » permanente imbécile et se contenter dune « simple amélioration permanente » qui allierait à la fois la temporalité humaine, notre « Humanité », et le temps de la science et de la technoscience ! 

       


    • Legestr glaz Legestr glaz 15 juin 12:13

      @Ecométa

      Je ne suis pas certain du tout que nous soyons encore au fond de la caverne. 

      S’il y a une chose de certaine c’est que nous sommes loin, très loin, de connaitre le fonctionnement de l’organisme humain. Toutefois, certaines voies métalliques sont bien identifiées. 
      Aujourd’hui la médecine a été « segmentée ». Il y a des spécialistes pour toutes les pathologies. Le spécialiste connait sur le bout des doigts les tenants et aboutissants de son domaine de compétence. Seulement voilà, il n’existe pas de « spécialité » qui englobe toutes les autres. Cela pourrait être la médecine généraliste mais celle ci est devenue, dans nombre de situations, une machine à prescrire telle ou telle molécule. 

      Ainsi donc, si l’on examine le tableau général des pathologies, ce que d’aucuns ont fait mais qui ne sont pas médiatisés, si l’on adopte une méta-position, il est possible de s’apercevoir que les maladies du métabolisme, les maladies civilisationnelles, ont une origine commune, un « dysfonctionnement commun ». 

      Quel lien pourrait-on faire entre une maladie coronarienne, dans laquelle va s’investir un cardiologue, une insuffisance rénale, dans laquelle va s’investir un néphrologue, une neuropathie, dans laquelle va s’investir un neurologue, une rétinopathie, dans laquelle va s’investir un ophtalmologue, un cancer du côlon dans lequel va s’investir un gastroentérologue ? Et pourtant ces organes, pourtant loin les uns des autres, sont touchés pour le même phénomène. 


  • Ecométa Ecométa 15 juin 10:38

    Au dernières nouvelles Le Pr Eric Caumes a été pris en charge en hôpital psychiatrique. 


    • Ecométa Ecométa 15 juin 11:41

      @Ecométa


       Ce n’est pas une blague, voici le lien :

      https://www.francesoir.fr/societe-sante/le-pr-eric-caumes-pris-en-charge-en-hopital-psychiatrique

      Éric Caumes de l’A P- H P (Paris) était souvent en confit avec Didier LEMBROUILLE et son « I H U Méditerranée », qui pourtant est d’une transparence incroyable en matière d’informations !

      A l’ I H U Méditerranée, tous les chiffres depuis début 2020, Acte 1, 2 puis 3, sont consultables en ligne, ainsi que ceux de l’ H P- H M (Marseille) que diffuse en même temps L’I H U .

      Prenons le taux de décès à l’hôpital, qui se calcule en additionnant les personnes guéries et les décès, chiffre que l’on rapporte alors au nombre des décès. Le taux de décès de l’ I H U, malades entrés à l’ I H U sur décès à l’ I H U, est de 1 %, pour l’A P - H M (Marseille) il est de 9 %.

      Si vous prenez les chiffres de Paris ou de l’ Ile de France, sur Santé Publique France, le taux de décès est de 18 %. au 14/06/2021. Pour le département des Bouches du Rhône on à un taux de décès de 14 % soit un taux plus élevé de pratiquement 30 % pour l’ IdF.

      Dans cet épisode du Covid-19, l’ I H U Méditerranée de Didier LEMBROUILLE, et lui-même, ainsi que l’ A P - H M (Marseille) l devraient être donnés en exemple au lieu d’être trainés aux gémonies !

      Pour qui veut savoir, il est possible de tout savoir sur Didier Raoult et son l’IHU qui ne serait pas ce qu’il est sans lui, et bien sûr ses équipes qui suivent parfaitement les instructions.

      On peut même connaître, et en terme de "Management Qualité« c’est du »TOP « , la totalité du »protocole de prise en charge de l’ I H U Méditerranée mise ne place pour cette crise du Covid-19. Tout est expliqué en vidéo et c’est quelque chose qui devrait adopté en termes d’accueil hospitalier en cas d’épidémie, voire de pandémie, ceci dans le monde entier ; tellement tout est bien pensé !

      Les Parisiens et Franciliens sont en droit d’attendre la même transparence et la même efficacité de la part de l’A P-H P !

      Hélas nous sommes loin du compte et c’est pas près de se faire !



Réagir