vendredi 6 juillet 2007 - par Philippe Vassé

Frégates de Taïwan : à l’Est, du nouveau !

Alors que la justice française, bloquée par le maintien durable de l’archaïque « secret-défense », bien pratique pour dissimuler certains secrets inavouables, a annoncé avoir clos l’instruction (mai 2007), à l’Est, il y a du nouveau : à Taïwan, les choses bougent, et vite, dans l’affaire des frégates Lafayette...

Le dossier bouge d’abord parce que Taïwan est en année pré-électorale et que, comme dans de nombreuses démocraties, les périodes qui précèdent les scrutins importants, tant pour le gouvernement actuel que pour ses opposants, sont des moments où la tendance est au retour sur le devant de la scène publique des « dossiers » qui peuvent nuire aux adversaires politiques. Et qui peuvent aussi toucher, par ricochet... la France !

Taïwan : documents, arguments et remboursements

Le dossier remue d’autant plus que Taïwan a vu plusieurs livres, fouillés et documentés, être publiés en mandarin depuis quelques temps (lien bibliographique- en mandarin- à la fin de cet article pour les lecteurs qui veulent en savoir plus sur le sujet-NDLA). Curieusement, tant la justice française que les médias nationaux n’ont pas manifesté d’intérêt pour ces sources potentielles d’informations. Cette absence de curiosité serait, selon certains esprits caustiques, due à un manque de traducteurs qualifiés...

Bien sûr, la dernière nouvelle officielle, bonne pour Taïwan, est l’information venue de Suisse le 13 juin dernier. Ce jour, la presse indiquait que la Confédération helvétique avait remis au Trésor public taïwanais la somme de 34 millions de dollars, avec l’accord des deux titulaires des comptes bancaires privés, ainsi partiellement vidés.

Les deux personnes en question, de nationalité taïwanaise, seront jugées, en échange de leur bonne volonté, avec équité - comprendre : avec mansuétude si elles continuent à nourrir l’enquête taïwanaise - par la justice de leur pays, ceci en application de l’accord passé avec la justice bernoise. Il est à noter que Taïwan poursuit fermement sa procédure en Suisse pour récupérer 490 millions de dollars que les autorités de Taipei estiment provenir de commissions occultes liées aux contrats de vente de frégates françaises Lafayette à la marine taïwanaise.

Visiblement, comme l’accord intervenu pour ce premier remboursement l’atteste, les autorités taïwanaises semblent avoir d’excellentes informations sur les pistes à suivre pour récupérer, très légalement, leur argent. La presse française a peu épilogué, c’est le moins que l’on puise dire, sur ces « remboursements » sur fonds privés bancaires en Suisse, une pratique assez peu courante au pays du secret bancaire !

Et pourtant, elle avait de quoi s’y intéresser : c’est le signe concret que les enquêteurs taïwanais, patients, discrets, tenaces, et disposant de technologies de pointe dont leur pays est un grand producteur et inventeur, ont réussi à « décoder », identifier les noms des bénéficiaires des sommes dont Taïwan soupçonne qu’elles ont été détournées à son détriment !

C’est aussi la preuve irréfragable que les Taïwanais ont en mains de très bons arguments documentés pour convaincre certains « bénéficiaires » choisis, les maillons faibles du groupe, de coopérer avec eux pour le futur et dans leur propre intérêt bien compris.

Et que ces « arguments » aient aussi été validés de facto par la justice suisse, pourtant sourcilleuse quand on touche à ses banques aurait pu et dû retenir l’attention des médias français !

« Etouffée » à Paris, l’affaire rebondit par Taipei

En France, le « secret-défense », arme de dissimulation massive de la vérité due aux citoyens, sans lien aucun ici avec la sécurité du pays, a rempli son office très politique : empêcher la justice de la République de connaître les faits et d’établir les délits potentiels ainsi que d’identifier leurs possibles auteurs.

Mais, pour autant, l’affaire, si elle est ainsi "étouffée" par manque de sources d’informations libres en France, est toujours en cours à Taipei, où, de plus, la corruption est et sera un thème majeur, un enjeu décisif, des élections de 2008. C’est dire si la transaction intervenue en Suisse et annoncée le 13 juin dernier devrait être appréciée par les diverses autorités françaises responsables avec plus d’objectivité et de sens de la réalité politique internationale.

Formulons ici une hypothèse d’école, bien évidemment, comme on le dit pour les récits d’imagination, indépendante de tout fait réel ou même probable :

Imaginons que, contournant un « secret-défense » français qui ne les concerne pas, des médias taïwanais aient reçu et, après authentification, diffusent à la presse mondiale, dans le contexte d’affrontements électoraux internes acharnés, des documents, par exemple, des listes de noms connus en France. Le tout avec des numéros de comptes bancaires correspondants en Suisse ou ailleurs, avec leurs montants dans la colonne « solde créditeur ». Que se passerait-il alors ?

Sans déborder d’originalité, on pourrait penser que le scandale serait retentissant, surtout s’il touchait des personnalités de tous bords politiques... Et que le gouvernement en place serait bien « ennuyé » sur le plan international, mais aussi intérieur.

Bien sûr, ceci est une pure fiction, fort morale du point de vue des citoyens, quoi que...

Voici quelques jours, je parlais de ce dossier des frégates Lafayette avec une personnalité « informée », comme on dit, des milieux économiques taïwanais. Au cours de la discussion, cette personne, qui fait partie de ce qu’on appelle « le gratin » de Taipei, me dit, d’un air détendu : « Bien sûr que nous savons bien plus de choses que ce que nous disons, nous savons presque tout sur cette affaire ».

Chose instructive, cette personne a travaillé de nombreuses années en liaison avec son gouvernement sur de nombreux contrats « sensibles », y compris d’armements. Elle est aussi réputée pour sa discrétion professionnelle et sa sobriété d’expression. Sa déclaration n’en est que plus indicatrice.

Taïwan piste les bénéficiaires de l’affaire

Il serait donc peut-être temps que certains comprennent, à Paris, que le feu étouffé ici et maintenant peut rejaillir plus fort et ailleurs, causant alors des dégâts destructeurs sur le plan politique.

Un magistrat français, qui semblait très au fait du dossier, s’était un jour exclamer, pour résumer : « cette affaire des frégates est une bombe politique qui n’explosera jamais ». Son cri était manifestement une reconnaissance des réalités françaises qui lui étaient familières.

Il oubliait un « détail » non français : Taïwan est un petit pays, qui a besoin de reconnaissance, qui entend vraiment récupérer son argent volé, qui veut que sa dignité nationale soit respectée et que certains gouvernements cessent de le mépriser. Et qui a des élections essentielles en 2008 !

La phrase de ce magistrat est peut-être vraie pour la France... Mais, nous sommes à l’heure de la mondialisation, des intérêts contradictoires, y compris pour les enquêtes et l’information !

Le mot de la fin restera à la personnalité taïwanaise citée plus haut, bien au fait de ce dossier, qui m’a affirmé sans ostentation ni forfanterie, dans un français parfait : «  Le jour où Taïwan parlera, Paris tremblera ». Et cela ressemblait bien à une prédiction sereinement exprimée et assumée...

----------------------------------------------------------------------------

Petite bibliographie publique - en chinois- pour s’informer plus avant sur l’affaire des frégates : suivre le lien et aller en bas de la page d’accueil, un large éventail vous y attend : http://www.books.com.tw/exep/prod/booksfile.php?item=0010175081

On peut y acheter les livres en ligne en utilisant la langue anglaise.



29 réactions


  • jakback jakback 6 juillet 2007 12:40

    Qu’il parle, vite !!!


    • jakback jakback 6 juillet 2007 14:01

      a Philippe Vassé,

      Merci de ces précisions, ce qui reste bien curieux, c’est la durée des tractations, partant du constat que les titulaires Français des comptes offshore, sont bel et bien pris a la gorges, aux mêmes titres que leurs complices taiwanais.

      Cordialement.


    • Philippe Vassé Philippe Vassé 6 juillet 2007 14:25

      Jakback,

      Je précise, du fait de votre phrase sur les comptes « offshore », que les sommes détenues par les personnes de nationalité française sont géographiquement détenues par des banques suisses. D’où d’ailleurs leurs ilégitimes propriétaires ne peuvent plus les retirer....aux fins de transfert ailleurs (enquête fédérale helvétique oblige).

      Sur la lenteur des tractations en cours, ce n’est que le 13 juin qu’a été annoncée à la presse et donc au public (donc aux intéressés potentiels pour qu’ile ne l’ignorent pas) le premier accord servant d’exemple pour la marche à suivre en vue d’accords amiables de restitution.

      Ceci dit, il semble que le message soit maintenant passé, même pour celles et ceux des « titulaires » de comptes qui n’ont pas compris de suite la subtilité « chinoise », pardon, taiwanaise en la matière.

      Ceci dit, votre remarque sur le temps est juste aussi : les Taiwanais sont des gens patients et tenaces, mais ils sont tenus dans ce dossier, d’une certaine façon et pour des raisons aussi de politique interne, par le calendrier de leurs élections en 2008.

      Bien cordialement vôtre,


  • Philippe Vassé Philippe Vassé 6 juillet 2007 13:31

    Jakback,

    Je profite de votre commentaire pour apporter des précisions complémentaires à l’article, qui, je pense, vous intéresseront aussi :
    - La stratégie actuelle des autorités taiwanaises, qui m’a été expliquée en toute clarté et en détail, vise à récupérer l’argent qu’elles considèrent avoir été volé à leur pays, sans provoquer d’inutiles problèmes internationaux, autant que faire se peut.
    - La tactique suivie est celle de l’information discrète des « intéressés » (en clair des personnes en France qui ont perçu indûment des sommes appartenant à Taiwan) afin de les convaincre de leur intérêt à les rendre de manière « amiable », pour ne pas dire « volontairement ».

    C’est ce que démontre l’accord, valant exemple de la marche à suivre, ayant abouti à la restitution de 34 millions de dollars, ceci concernant des citoyens taiwanais, sur 524 millions identifiés.

    L’alternative offerte est claire :
    - soit les sommes prises illégalement sont restituées à l’Etat taiwanais en silence, discrètement et en toute sérénité, et Taiwan sera satisfait, ou
    - les « intéressés » resteront sourds aux appels à la raison, et alors, la Justice aura à « connaître » de leurs secrets jusqu’ici bien gardés, tout comme les médias.

    Pour ceux qui auraient encore un doute sur les « connaissances » des Taiwanais sur le dossier, je les renvoie aux déclarations du Juge suisse en charge des demandes taiwanaises très précises et documentés (490 millions de dollars avec les propriétaires identifiés).

    Il évoque clairement la possible « deuxième phase » judiciaire, concernant les sommes exigées par Taiwan.

    Il ne faut donc pas être grand clerc, ou enquêteur spécialiste, pour avoir compris le message du 13 juin 2007, aux personnes qui sont concernés par ce dossier.

    Pour conclure sur votre voeu, il semble bien que les deux facteurs qui vont jouer sur sa réalisation seront bien : 1) les positions des personnes visées par ces informations -restitution ou refus. 2) les questions de corruption publique durant les élections taiwanaises, voire avant, vu le climat déjà plus que tendu, qui pousseront alors à la mise sur la place publique via les médias et la Justice suisse.

    Bien cordialement vôtre,


  • jcm jcm 6 juillet 2007 14:02

    Merci pour ces nouvelles venues de si loin et qui nous concernent de près !


  • jakback jakback 6 juillet 2007 14:31

    Que ce passe-t-il ? en pleine affaire clearstream, directement issue de celle décrite par Philippe Vassé, personne ou presque ne semble intéressé par cette article très instructif.

    Je n’ose imaginer, que la coalition socialo-communiste qui dirigeait notre pays au moment de l’affaire, soit responsable de ce silence assourdissant.


    • alberto alberto 6 juillet 2007 16:43

      Vous avez raison, Jackback, curieuse indifférence en effet !

      Pour ce qui est de la coalition « socialo-communiste » comme vous l’écrivez, si c’est bien elle qui a initialisé cette affaire, c’est bien sous un gouvernement de droite que le scandale a éclaté...Ce que je veux dire c’est que tout le monde (droite-gauche) a croqué dans cette affaire (cf. Sirven,opportunément décédé depuis) : d’ou le silence médiatique, les journalistes qui rasent les murs, l’amnésie des politiques...

      Encore merci à P. Vassé pour ses infos.

      Bien à vous.


  • Vincent 6 juillet 2007 16:59

    Dites à votre contact de se méfier.

    De ne pas s’approcher trop des chantiers de construction, on ne sait jamais, une glissade dans un coffrage est très vite arrivée.

    D’autant que nous avons de très bon cimentiers en France et assez proche du pouvoir !!!!!

    M’est avis que certains ne doivent pas très bien dormir en ce moment.


  • jako jako 6 juillet 2007 21:31

    bin je suis scié que cet article escentiel fasse si peu de commentaires


  • InPeto 6 juillet 2007 22:18

    Pour expliquer le manque de motivation a commenter cette article je dirai ceci : Losque qu’une boule puante se trouve en plein milieu du terrain, personne ne bouge en sa direction. C’est a ce moment que nos politiciens travaillent enfin de concert afin de nous donner une bonne image de La Politique. S’opposer pour s’opposer n’est donc qu’une posture de communication politique.


  • Atlantis Atlantis 6 juillet 2007 23:28

    La politique ne consiste pas à faire taire les problèmes, mais à faire taire ceux qui les posent.

    Pour une fois je prie pour que le jeu de dominos s’enclenche, qu’on fasse le grand ménage. Il serait temps.


  • Roues Libres Claude DP 7 juillet 2007 08:33

    Je ne vois pas ce que cet article apporte de nouveau dans cette affaire. Des comptes numérotés en Suisse appartenant à des Français. Ah bon ? Vous avez les noms ? Une affaire d’armement de cette importance sans commissions occultes ? Là ce serait un vrai scoop. Pour le reste les Taïwanais règlent leurs problèmes entre eux dans leur propre contexte politique. Quant aux intox diverses et variées, attendons la suite sans trop de paranoia quant au silence forcé des medias et autres mennces latentes sur ceux qui en sauraient trop...


  • tchoo 7 juillet 2007 09:26

    Il n’y aura pas de révélation fracassante sur qui à touché. Taiwan récupèrera d’une façon ou d’une autre son argent. Il est probable que l’état français (cad nous contribuable) qui paiera.... à voir dans les prochains, mois.............


    • ragoa 7 juillet 2007 16:37

      bonjour

      @ le furtif

      Ce n’est pas porqué vous ne saisissez pas les tenants y aboutissants de l’histoire que c’est débile, m’es avis que c’est beaucoup plus fin que ça, tout à la manière chinoise.

      Une autre manière de lire ces infos, c’est de les considérer comme l’étage qui suit l’étape « je reste sourd aux appels du pied de Taïpe », suivant elle même l’étape « récupération des 30 millions ». À mon avis Taïpe a du en solliciter de gré à gré certains, mais bon, fier comme un bar tabac et sur du verrouillage Média/Justice, les CORROMPUS ont du faire l’âne. Ceci doit être la phase suivante, la phase « Media/Citoyen ». Une détermination qui devrait en faire réfléchir et qui sait fléchir, plus d’un ? va savoir.

      Faut pas oublier qu’il est bigrement bien renseigné, bien introduit,le bougre. J’en suis jaloux, à sa place j’aurais surement demandé un gage de la véracité de ce que Taïpe avance, du type « donne-moi un nom français et les preuves qui vont bien avec » et je balance l’article tel que vous le voulez.

      C’est un bel article, mais à l’image des articles de journaliste qui dit juste assez, mais point trop n’en faut. Maccarel du concret boudiou.

      Ceci dit, c’est la ènienne preuve qu’ils étaient, qu’ils sont, et qu’ils resteront corrompus. Vivement l’avènement de la « VIème République Française Participative » avec le garant de la République, président du conseil constitutionnel, « tiré au sort parmi les citoyens », chargé du contrôle et de la sanction ; sanction surtout, avec ce qui se profile à l’horizon. Avez vous remarqué le rapprochement de la sphère qui nous gouverne des genssss pas tibulaires mais presques, non ?. Ouvrez les yeux ils sont tous de retour.

      adessias


    • 65beve 65beve 8 juillet 2007 19:29

      Bonsoir,

      Bien vu LeFurtif, Dans le genre spécialiste pas à la hauteur, n’oubliez pas le super informaticien chargé ... de rajouter des noms dans un fichier ! cdt


  • ExSam 7 juillet 2007 11:20

    Sujet intéressant mais article bien hypothétique.


  • finael finael 7 juillet 2007 14:00

    J’ai trouvé votre article intéressant quoi que ...

    - Je ne lis pas le mandarin, donc j’aurais bien du mal à étudier vos sources.

    - Peu m’importe d’ailleurs, s’il me semble bien qu’il y a quelques invraisemblances dans votre récit (la Suisse révélant l’identité de titulaires de comptes, ce qui est contraire à la constitution suisse), je pense que vous faites preuve d’une certaine naïveté dans le domaine des ventes d’armes (comme d’ailleurs la plupart des « gros contrats » civils) :

    - C’est un secret de polichinelle (voir les n+1 reportages consacrés à ce sujet dans les médias) que ces contrats passent par des « intermédiaires » - très bien rémunérés au passage - et que les appuis politiques souvent nécessaires s’obtiennent par des moyens peu louables.

    - Des « scandales » ont éclaté dans à peu près tous les pays occidentaux à ce sujet.

    - Les français sont un peu les « parents pauvres » dans ces histoires, ayant raté de nombreux contrats juteux car n’ayant pas mis sur ... pardon ! sous ... la table des sommes suffisamment importantes.

    - J’aimerais avoir connaissance d’un contrat de cette importance n’ayant pas donné lieu à de telles transactions et étant totalement clear - non ! clair !


    • Philippe Vassé Philippe Vassé 7 juillet 2007 17:58

      Finael,

      Je pense que vous devez relire l’article : ce sont les Taiwanais qui donnent les noms et informations au Juge suisse en charge du dossier.

      Et les faits sont si peu vraisemblables que Taipei a repris officiellement 34 millions de dollars....et que le Juge dispose des informations sur les comptes pour les 490 autres millions de dollars !

      Et le Juge continue son travail. Vous aurez encore des nouvelles fort instructives.

      Bien cordialement,


  • clairette 7 juillet 2007 19:45

    @ Philippe Vassé,

    Bonjour, j’apprécie beaucoup votre excellent article !

    Et c’est fou ce que ça me ferait plaisir que votre scénario « fiction » éclate comme un gros feu d’artifice ! (mais bon, faut pas rêver, hélas !!!).

    Et merci encore de nous tenir au courant !


  • bernard29 candidat 007 7 juillet 2007 22:29

    Si les taïwanais savent le fin mot de l’histoire, ils préféreront certainement avoir des « français trembleurs » que des « français morts ». Donc les citoyens français ne saurons rien de plus en définitive.

    Tout le monde sait que ce n’est pas clair,( stirven, la P de la république.., etc etc ), comme toutes les histoires de ventes d’armes d’ailleurs, la seule revendication politique efficace des citoyens français serait de demander « la levée du secret défense » sur toutes ces questions. Comme il a été dit plus haut, que tous les partis de gouvernement sont concernés, aucun ne reprendra cette revendication à son compte. Ainsi.....

    En France il n’y a ni séparation des pouvoirs, ni aucun contre pouvoir, il n’y a pas de journalisme d’investigation, et notre « vieille démocratie » est si vieille qu’elle en est agonisante.

    de profundis.


    • Philippe Vassé Philippe Vassé 8 juillet 2007 12:11

      Bonjour,

      Je ne partage pas votre pessimisme quelque peu « localiste » (au sens qu’en France, ces dossiers restent souvent sans conclusion publique) dans cette affaire. Les Taiwanais ne veulent, comme je l’ai dit,que reprendre ce qui leur appartient, c’est naturel et clair.

      A Taiwan, les corrompus vont en prison, y compris lorsqu’ils sont proches du ou au pouvoir ! On en a eu quelaues exemples tout frais autour du Chef de l’Etat taiwanais ( son ancien directeur de cabinet et son gendre sont en prison pour...corruption) et la Justice taiwanaise a fait son travail avec efficience dans leurs « affaires » !

      Ceci dit, le dossier « Lafayette » concerne, il est vrai, des citoyens de France, mais c’est un dossier international, qui est surtout soumis, pour son avenir, aux questions politiques taiwanaises, et qui est suivi par un Juge suisse.

      Je pensais avoir rendu clair ce point essentiel. Pour faire simple, les interactions dans cette affaire sont multiples et la France n’est pas le centre du monde, ni le centre d’action dans ce dossier.

      On peut estimer que si les Taiwanais retrouvent leur argent ( et on en prend le chemin, ce sera une chose positive et un exemple sain autant que moral pour des affaires similaires : les « corrompus » auront rendu l’argent !!!

      N’est-ce pas l’essentiel ici ?

      Bien cordialement,


    • ragoa 9 juillet 2007 10:26

      Bonjour

      « N’est-ce pas l’essentiel ici ? »

      Non, bien sur que non. Vu de Taipe certainement, mais c’est loin d’être suffisant et satisfaisant pour nous autres.

      Comment accepter un deal où on laissera le peuple de France dans l’ignorance ?. Nous ne sommes pas dupe sur les gesticulations qui entourent l’affaire.

      Si on vous rentre, tout amicalement dans le lard, c’est que nous sommes en « vrai » manque de « vrai » info. Apparemment vous êtes une source très crédible et quoique vous en dites, bien introduit quand même.

      Mais grand merci de nous informer, et vous avez raison de stigmatiser la couardise(?) en tout cas cette auto-censure de complaisance des médias de France. En souhaitant plus d’infos de vous. cordialement

      adessias


  • Stan 8 juillet 2007 13:23

    Une rumeur en valant une autre...

    Il est bizarre que Monsieur Vassé et ainsi accès aux secrets des dieux et qui d’après ses propres commentaires agissent eux-mêmes en sous-marin pour récupérer de grosses sommes soi-disant issue de la corruption. En effet, les élections approchent et Mr Vassé précise lui-même que ce genre de période implique des conflits intérieurs à Taïwan. Mais si la France est prête à sacrifier au mensonge pour écraser un adversaire politique, Taiwan elle, est d’une virginité à toute épreuve, c’est bien connu.

    Bref, à prendre avec des pincettes... Wait & see parce que les... On sait presque tout mais on est prêt à ne rien dire pour récupérer gentiment nos tunes... Ca n’est pas dans les odeurs de la démocratie, non plus !


    • Philippe Vassé Philippe Vassé 9 juillet 2007 03:55

      Stan,

      Je vous remercie pour votre commentaire qui m’accorde des « relations divines » que je n’ai malheureusement pas.....

      Il n’y a aucun « secret des dieux » dans des articles de presse dont je ne donne que tout le sens et la profondeur, des informations issues de l’agence AP ( non reprises en France par les grands medias) et des annonces officielles de la Justice suisse le 13 juin dernier que tout un chacun peut trouver en suivant Google...

      Si les medias de France ont de tenaces silences, les « dieux » n’y sont pour rien, mais informer sans se taire me semble ici fort utile.

      Tout au plus, il est vrai, je peux disposer ici de traductions dans notre langue de parties de livres (liste publque avec l"article) et de quelques sources amicales locales au fait des faits.

      Je ne juge pas les faits moralement(ce n’est pas mon objectif), je veux seulement les exposer aux citoyens lecteurs afin qu’ils soient parfaitement compris en France, pays qui ne brille pas par ses informations exhaustives publiques sur ce dossier.

      Je ne juge pas les buts et les moyens des uns et des autres dans cette affaire, mais je note que faire rendre par des moyens non-violents l’argent de la corruption est un exemple instructif que les medias semblent ne pas vouloir « valoriser » en France.

      La bonne question serait, il me semble : pourquoi et comment cela est-il le cas ?

      Bien cordialement,


  • tchoo 9 juillet 2007 11:06

    Ah ! si il suffisait de rendre le bien volé pour être exonéré de son forfait.... mais si Taïpe récupère ses dollars sans action juridique, tant mieux pour eux, et tant pis pour nous qui ne connaitrons jamais qui en a croqué et comment... Merci de relever une fois de plus le silence assourdissant de la majorité des médias !


  • Alain Lafon Alain Lafon 9 juillet 2007 21:27

    Merci pour tous ceux qui oeuvrent pour que justice soit faite, en ayant une pensée pour ceux, trop nombreux, qui ont disparu prématurément dans des circonstances tragiques.

    Prenez soin de vous

    Amitiés


  • grandbetta 10 juillet 2007 10:57

    Le livre écrit par le regretté Thierry JEANPIERRE était assez édifiant et très détaillé sur cette affaire.

    Les morts suspectes, défenestratiions tant à Taïwan qu’à Paris ou empoisonnement par une source d’uranium, ne manquent pas dans cette histoire.

    Thierry JEANPIERRE lui-même est fort opportunément décédé d’un cancer.

    Il citait dans cet ouvrage les noms des personnalités qui à l’époque de la négociation de ce marché du siècle avaient fait des allers et retour à TAIWAN.

    Dernièrement, LE PARISIEN mentionnait qu’une personnalité assez en vue avait été entendue par la police il y a quelques temps pour s’expliquer sur sa marotte d’acquisition de montres de luxes très onéreuses et payées systématiquement en liquide.

    On ne peut honnètement en tirer aucune conclusion. On peut juste honnètement être un peu troublé.


    • Philippe Vassé Philippe Vassé 10 juillet 2007 13:14

      Grandbetta,

      Je vois bien de quelles personnalités vous voulez parler, y compris pour la passion des montres.

      Ceci dit, comme vous l’écrivez, avoir fait de fréquents voyages à Taiwan n’est pas un délit, et encore moins la preuve d’un délit.

      D’autant que certaines de ses personnalités n’ont pas assez d’influence pour entrer dans un « réseau de corruption » de cette nature.

      Mais, certains de leurs amis plus haut placés, peut-être...

      L’avenir et surtout les décisions judiciaires en Suisse nous en apprendront plus bientôt,

      Bien cordialement vôtre,


  • JB 4 septembre 2007 16:45

    A Paris du nouveau aussi :

    La guerre du Bouton aura t elle lieu ?

    Les censeurs agiront ils encore ?

    http://boom2000.free.fr

    http://boom2000.free.fr/bouton.htm

    Exclusif : Bravo & la Liste de Clearstream

    Trois corbeaux, un Juge et un ancien Ministre sont impliqués dans une sombre farce qui éclaire ailleurs, même dans l’Agora !

    Mais où est la vraie liste ? Diabolique, discréditée d’avance et perdue, à moins que la Justice ne la demande à un banquier initié et déjà inculpé.

    Daniel Bouton, maintenant à la tête de la SG a été en charge du budget de 87 à 91. Nommé par son ami politique Alain Juppé, il est resté au service de tous les gouvernements. Son poste a couvert les fameuses autorisations de commissions défiscalisées concernant : Bravo-Tango, soit les frégates, les mirages, les missiles, les chars Leclerc, AirBus etc ...

    Cette fonction sensible valait bien une belle récompense : La Direction de la SG ! Rappelons que cet inspecteur des finances n’avait pourtant aucune expérience bancaire . Qu’il a paniqué au cours de la crise asiatique, soutenu le MATIF en faillite et torpillé le rapprochement SG avec la BNP en perdant son duel et ParisBas. SG affaiblie, isolée est devenue une proie certaine pour les banques étrangères prédatrices comme la City qui lui a fait perdre le marché Chinois !

    Mais il connaissait de par son poste, également les turpitudes des stocks options ! Son Ministre de tutelle de l’époque lui avait demandé de les légiférer ! Non seulement il ne l’a pas fait, mais en 2006, il en a été l’un des plus gros bénéficiaires ! La SG n’est pas l’une des plus grosses banques d’Europe mais son Président est un des patrons le mieux rémunéré avec un revenu 2006 de plus de 11 mio Euros composée au 3/4 d’une rémunération casino, basée sur des cours qu’il peut manipuler facilement par des effets d’annonces bidon !

    Pourquoi cette rapacité ? N’y aurait il pas un lien avec ses fonctions passées ? Qu’ a t il vu et couvert ? Se croyait il intouchable et ne doit il pas couvrir d’autres intérèts ? Son prochain procès pour blanchiment aggravé pourrait le contrarier et déclancher des révélations. Ce procès pourrait également montrer l’implication de sa banque dans le Krach des produits dérivés, latent et inévitable. Ses propres dérives en Asie, en Russie et sa stratégie vis à vis du blanchiment dans Hambros, pourraient faire aussi scandale !

    A suivre ici .... Où nous vous en dirons bien plus, sans attendre avril 2008, date du procès !


Réagir