jeudi 3 janvier - par Daniel MARTIN

Gilets jaunes : entre dérives populistes, déni climatique et chant du cygne pour la démocratie ?

 

Le rejet des élites, des structures représentatives, ou en stimulant les « bas instincts » d'individus, le populisme qui nourrit la majorité des gilets jaunes et rejette également toutes les contraintes climatiques, n'est-il pas aussi un « chant » du cygne de la démocratie ?

A l'origine le « populisme » est un mouvement politique russe de la fin du XIXe siècle qui luttait contre le tsarisme en s'appuyant sur le peuple et en prônant la transformation des communautés agraires traditionnelles. Mais depuis, sur le plan sociétal ce courant de pensée politique se caractérise par des aspects démagogiques en préconisant des solutions simplistes à des problèmes complexes de type sociaux, économiques et politiques. Le terme « populisme » sert aussi à dénoncer les démagogues qui mobilisent des populations par des promesses qui exacerbent les réflexes sécuritaires et flattent leurs « bas instincts » comme le nationalisme, la xénophobie ou le racisme. Pour les « populistes », la démocratie représentative fonctionne mal et ne tient pas ses promesses. Prônant une démocratie plus directe, grandement facilitée aujourd'hui par le numérique avec les réseaux sociaux, ils prétendent ainsi vouloir « rendre le pouvoir au peuple », en rejetant les structures représentatives et les élites qu'ils accusent de trahison dans la défense des intérêts du plus grand nombre.

« Boulangisme et Poujadisme » des mouvements populistes qui marquèrent pendant une période brève la vie politique de la France

A l'instar du mouvement des gilets jaunes d'aujourd'hui, la France a connu d'autres mouvement populistes. On peut citer le « Boulangisme » phénomène aussi violent que bref (1887-1889) qui met à l’épreuve la république dans son principe de représentation populaire. Entre sa première intervention à la Chambre, où le Général BOULANGER refuse la répression du mouvement de grève des mineurs de Decazeville et sa fuite en Belgique après avoir failli emporter la République dans un coup d’État, deux épisodes se détachent : la revue du 14 juillet 1886 à Longchamp et le départ forcé pour Clermont le 8 juillet 1887. En ces deux occasions, l’attitude bravache et la démagogie de BOULANGER n’ont eu d’égal que le délire collectif qu’il déclenchait : « C’est Boulanger qu’il nous faut », scandait alors le peuple de Paris. Plébiscité par les électeurs de la France entière, l’ex-général BOULANGER, ancien ministre de la Guerre, incarne l’homme providentiel pour des mouvances antiparlementaires extrêmes, de gauche comme de droite. Cette crise révèle les profondes tensions internes d’une France qui s’interroge à ce moment là sur son rôle dans le monde et d’une société qui peine à se structurer politiquement.

« Le Poujadisme » fut un mouvement syndical de colère des commerçants et artisans initié en 1953 par Pierre POUJADE, libraire-papetier du Lot. Il prend alors la tête d’un groupe d’une vingtaine de commerçants contre le contrôle fiscal mené par les agents vérificateurs, les «  polyvalents  ». Aux questions fiscales s’ajoute une opposition aux grandes entreprises, aux succursales et coopératives. Fin 1954 naît l’Union de défense des commerçants et artisans (UDCA) qui se déploie rapidement dans le sud de la France en comités locaux et unions départementales. A l'époque, ses 400 000 adhérents fustigeaient « les élus, les corrompus, les parasites, le parlementarisme d’affaires et les trusts internationaux », entre autres… Aux cris de « Sortez les sortants ! », le mouvement « Poujadiste » présenta des candidats aux élections législatives de 1956 et obtient près de 12% des suffrages (2 500 000 voix), et 52 députés, dont un certain Jean Marie LE PEN. Ce mouvement disparaît en 1958, dont une partie de ses membres se diluera dans le mouvement Gaulliste.

 

Peut-on comparer le mouvement des gilets jaunes avec les mouvements populistes tel que « Boulangistes » et « Poujadistes ».

Il y a incontestablement, par la forme des comparaisons qui ne peuvent être contestées quand il s'agit de remettre en cause les structures représentatives et les élites. Mais par l'usage qu'offre les nouveaux moyens de communication du numérique, notamment via les réseaux sociaux, le mouvement social initié par les gilets jaunes n'a strictement rien d'homogène d'un point de vue revendicatif et réfute pour l'instant toute organisation et leader, ce qui n'était pas le cas des deux précédents mouvements populistes (« Boulangisme » avec le Général BOULANGER et « Poujadisme » avec le libraire - papetier Pierre POUJADE). Excepté une minorité qui sont membres ou sympathisants de Partis politiques d'extrême gauche à l'extrême droite et rêvent d'une situation à l'Italienne, les gilets jaunes, bien que tous unis contre Emmanuel MACRON ne souhaitent pas franchir le pas pour fonder un mouvement politique et aller aux élections.

Paradoxalement, en fondant un mouvement politique, comme certains d'entre eux le souhaitent, avec une liste aux prochaines élections Européenne les gilets jaunes ne pourraient que favoriser LREM, donc Emmanuel MACRON, dont ils réclament la démission par leurs slogans de façon répétitive. Mais là encore, entre sondage actuel, réalité programmatique et électorale il y a un espace difficile à évaluer.

De nouvelles relations et rapports humains par affinité de groupes sociaux sur fond de conflits  entre les différents niveaux de classe sociale

Le phénomène social « gilets jaunes », mais aussi par des pétitions, telle celle concernant le climat appelant au soutient des associations qui traduisent l’État Français en justice pour non respect engagements et inaction en faveur du climat et qui recueille près de deux millions de signatures, grâce au Web nous assistons désormais à un engouement particulier en faveur d'actions directes sans réelle structure organisationnelle, ni responsables. Une nuance toutefois avec les signatures de soutien qui sont faites en faveur des quatre structures associatives représentatives (Greenpeace, la Fondation pour la nature et l'homme (Fondation Nicolas HULOT), Oxfam France et l'association « Notre Affaire à Tous »). Quand on sait que les gilets jaunes assez nombreux signent cette pétition, c'est probablement plus contre Emmanuel MACRON qu'en faveur du climat. Nous entrons ainsi dans une nouvelle ère où chacun, par un simple »clic », grâce au numérique agirait dans le cadre de nouveaux rapports conflictuels par affinité sociale se traduisant plus, comme c'est le cas des gilets jaunes, par une opposition aux groupes sociaux d'un niveau plus élevé (instruction, position dans la hiérarchie de l'entreprise, train de vie), qu'au rapports de lutte de classe « prolétariat – capitalisme » traditionnels, mais aussi en rejet des élites et des systèmes représentatifs, ce qui est inhérent à toute forme de populisme.

Plutôt une critique de l’État providence que du libéralisme économique

Le mouvement social initié par les gilets jaunes, dont il faut rappeler qu'il n'a d'ailleurs strictement rien d'homogène d'un point de vue revendicatif, bien qu'il critique le « capitalisme », au-delà du classique pouvoir d'achat, de la contestation fiscale ou du référendum d'initiative citoyen (RIC) pour demander le départ d'Emmanuel MACRON, il ne remet pas en cause les fondements actuels de la société libérale. Il exprime simplement une réelle crise de confiance à l'encontre des élites et porte surtout une critique du fonctionnement de nos systèmes représentatifs, notamment, de tous les représentants traditionnels (syndicats, associations, partis politiques...) qui ne seraient plus susceptibles de « parler et agir au nom du peuple »… Nul doute qu'avec le Web par les réseaux sociaux, ils considèrent que ces systèmes représentatifs ne sont plus nécessaire, seul compte pour eux la démocratie directe via ce « support Web des réseaux sociaux ». Au fond n'est-ce pas plutôt une critique de l’État - providence par les gilets jaunes qui s'exprime, plutôt que le libéralisme économique ? La conjonction de la mondialisation économique et de la nouvelle révolution industrielle par l'innovation du numérique et des « intelligences artificielles » créait une situation inédite à laquelle s'ajoute la déliquescence des services publics qui illustre l'incapacité des élites à proposer des perspectives susceptibles de donner du sens à l'exigence de changement comme de l'accompagner efficacement. La France, comme d'ailleurs l'Europe, doit donc se réinventer, faute de quoi, avec une situation écologique par une croissance démographique aux effets climatiques catastrophiques, le mouvement des gilets jaunes risque de générer par l'inculture un régime autoritaire des plus violents.

Le climat grand perdant, dont au fond les gilets jaunes n'ont que faire

Par rapport à la situation écologique et au climat, force est de constater que la majorité des gilets jaunes rejoignent créationnistes et climatoseptiques de tous bords.

Certes, tous les gilets jaunes ne pas climatosetiques et encore moins créationnistes, pas plus que tous les climatoseptiques ne sont pas créationnistes, de même que certains courants créationnistes ne contestent pas l'évolution, mais tous ont un dénominateur commun : le climat et ses dérives, dues à l'action de l'Homme et de son nombre sans sans cesse croissant, ne sont pas leur priorité. Mais peut-on pour autant faire des procès d'intention qu'à eux seuls ? Alors que les principaux dirigeants des pays les plus impactant du climat qui ne sont ni gilets jaunes, ni créationnistes, ni climatoseptiques (sauf TRUMP) se comportent, malgré des discours très réalistes sur la gravité de la situation écologique de la planète, en véritables fossoyeurs du climat. Il faut souligner que le Président des USA Donald TRUMP, auquel curieusement les quatre associations qui attaquent en justice le Gouvernement Français pour inaction climatique bénéficie d'une indulgence choquante à son égard de la part de ces associations, dont l'une : Oxfam France est dirigée par la « verte » Cécile DUFLOT ex Ministre de HOLLANDE.

Qu'importe les dérives climatiques !

A l'instar des courants créationnistes qui refusent l'existence de l'évolution et, selon la genèse, s'en remettent à un dieu créateur de l'homme et de l'univers en six jours il y a un peu plus de six mille ans seulement, (un dieu qui régule tout, donc le climat) lorsque les gilets jaunes s'opposent à la taxe carbone et aux mesures qui affectent l'automobile érigée en nouveau guide du peuple, telles celles relevant les pollution lors des contrôles techniques, ils semblent se ficher royalement de l'impact sur l'air avec ses 48 000 morts en France et rejoignent ainsi, volontairement ou involontairement, les climatoseptiques. Justifier leurs revendications en faveur de la baisse des carburants en dénonçant les avantages fiscaux pour les avions et les bateaux, bien que réels ne saurait masquer ou excuser les désastres environnementaux des déplacements individuels par l'automobile. Comme les climatoseptiques, même si certains reconnaissent « le réchauffement » du climat, dont ils excluent la responsabilité de l'activité Humaine, pour « l'Homo faber - consumméris » Français au gilet jaune, créationniste ou pas, climatoseptique ou pas, son problème : ne plus payer de taxes, ou en payer le moins possible sur le carburant et pouvoir rouler beaucoup et à moindre coût dans son carrosse que lui envierait le roi Louis XIV, de manière à pouvoir aller plus souvent au Mac'Do du coin et consommer des produits, dont la plupart viennent de très loin, avec un coût carbone élevé de là bas en Asie… Même si une minorité d'entre eux peut s'interroger, pour la majorité des gilets jaunes le Climat et les COP 22, 23, 24 qui se succèdent et ne cessent de patiner, c'est bien le cadet de leurs soucis !

Un chant du cygne pour la démocratie ?

Il est évident que le Président Emmanuel MACRON et le premier Ministre Edouard PHILIPPE n'ont pas perçu des lames de fond de mécontentement qui traversaient le pays, dues essentiellement à des mesures prises trop rapidement, sans réelle concertation préalable et souvent de façon non cohérente. Des mesures prises de façon très verticale, en totale opposition avec la campagne électorale organisée par les militants LRM de façon très horizontale, dont à l'évidence se sont inspirés ultérieurement les gilets jaunes.

Des erreurs qui ont donné l'impression d'un Gouvernement et d'un parlement coupé du pays

Première erreur avec la suppression de la taxe d'habitation, pourtant bien perçue au départ par les citoyens, alors qu'il aurait fallu engager une refonte totale de la fiscalité locale par une concertation préalable des élu(e)s locaux. Cette refonte de la fiscalité locale étant précédée d'une réforme territoriale des communes, de manière à se mettre en cohérence avec les autres pays Européens en les réduisant des deux tiers sur la base des intercommunalités qui n'auraient, dès lors, plus lieu d'être.

Deuxième erreur avec la suppression de l'ISF, son transfert sur l'immobilier sans augmenter la base de taxation (1,3 millions d'euros) jugé trop bas alors qu'en sont exclus : les valeurs mobilières, bateaux, jets privés, chevaux de course, lingots d'or, œuvres d'art ou encore les placements (assurance-vie, actions). Le comble, bien que cela soit justifié par la suppression de la taxe d'habitation, les 3,4 milliards d'euros ainsi perdus par le budget de l’État sont compensés par la hausse de le CSG sur les retraites au-delà de 1400 euros mensuels, porté depuis à 2000 euros.

Troisième erreur avec la modification du statut des cheminots, sans toucher à celui d'autres professions encore plus avantageux, tel celui d'EDF ou de certaines banques, alors que l'on prévoit une réforme des retraites par point, ce qui peut être une bonne formule répondant aux exigences de notre temps, mais faute de pédagogie et annoncée au mauvais moment elle est perçue par l'opinion et les syndicats comme une remise en cause du système fondé sur la solidarité inter-générationnelle.

Quatrième erreur avec l'augmentation, cependant justifié, du prix des carburants, conformément aux engagements pris lors de la COP 21. Outre l'inquiétude des habitants des territoires ruraux délaissés de tous moyens de transports et dont la couverture internet ne permet pas le télé-travail, quand 74 % de l'économie relève du secteur tertiaire, faute d'explications et de justificatifs, une partie des Français interprétaient la taxe carbone comme un habillage écologique fiscal mensonger.

Cinquième erreur avec des remarques désobligées. Sans penser mal, mais venant du Président de la république elles ont de quoi heurter les sensibilités des personnes en difficultés, ainsi que d'une façon plus générale l'opinion, telles des choses du genre « les gens qui ne sont rien », et spécialement à ceux qui n'ont pas d'emploi, « ils n'ont qu'à traverser la rue pour trouver un boulot », alors qu'il y a 20 % de chômage des jeunes et qu'il est tout simplement indécent de prétendre que des personnes ne sont rien au motif qu'elles ne sont pas célèbres. Tout cela n'a pu que contribuer aux effets désastreux que l'on connaît.

Pour conclure

Est-ce une raison pour sombrer dans la démagogie, telle qu'elle peut être exprimée par les gilets jaunes, en cédant à ce que la démocratie d'opinion a de plus détestable ? La réponse est évidemment non. Nous avons des institutions que l'on peut et doit toujours améliorer. Attention toutefois avec le référendum « citoyen » afin qu'il ne fut pas un concours « LEPINE » de démagogie. Soit il est hautement filtré, et alors on se moque du monde, ou bien on laisse vraiment l'initiative citoyenne libre, et alors qui demandera quoi ? Les uns réclameront la peine de mort, bien qu'incompatible avec la charte des droits Européens, ou l'enfermement préventif de tous les fichés « S », quand d'autres réclameront la suppression du mariage gay, le SMIC à 3000 euros, ou encore la suppression des impôts sur le revenu et en même temps plus de services publics, etc. etc.



66 réactions


  • gaijin gaijin 3 janvier 10:22

    « Des erreurs qui ont donné l’impression d’un Gouvernement et d’un parlement coupé du pays »

    a bon c’est juste une impression ? j’ai eut peur ....

    exemple parfait du mépris des classes dirigeantes pour le « peuple » il n’a que des impressions ...en aucun cas un cerveau qui lui permet de constater de graves dérives qui l’enfoncent un peu plus tout les jours


    • gaijin gaijin 3 janvier 10:26

      @gaijin
      ps
      a propos d’impression j’en ai une ce matin : bcp d’articles qui tombent a toute vitesse dans la ligne macroniste ....
      une réaction a l’arrestation arbitraire d’ éric drouet ?
      ( n’ayant pas de cerveau j’attends une réponse d’une élite autorisée estampillée viande française et « ayant droit » a penser )


    • Shaw-Shaw Shawford 3 janvier 10:43

      @gaijin

      (genre gauchoise très lait-trac[t]euse ? smiley Non ? devrais pourtant ! smiley ^^ )


    • Daniel MARTIN Daniel MARTIN 3 janvier 13:58

      @gaijin
      Effectivement j’aurai du utiliser un autre mot beaucoup plus réaliste, par exemple : des erreurs qui ont caractérisé un gouvernement et un parlement coupés du pays 


    • gaijin gaijin 3 janvier 16:04

      @Daniel MARTIN
      en effet
      mais le diable est dans les détails et surtout en matière de communication ......
      « l’impression » c’est le langage de bfm
      les gilets jaune se battent contre un « sentiment » de déclassement etc ....
      alors attention il en est de la novlangue comme de la peste : tous n’en mourraient pas mais tous étaient étaient atteints


  • Robert GIL Robert GIL 3 janvier 10:23

    voici une petition a soutenir en vue des debats que Macron veut faire sur les institutions :

    https://www.change.org/p/bob-pour-ne-plus-avoir-un-président-par-défaut


    • Croa Croa 3 janvier 18:23

      @Robert GIL,
      Oui le second tour à deux est totalement anti-démocratique. Il faudrait abolir ça d’abord c’est à dire immédiatement mais pour toutes les autres modifications non ! En fait c’est tout qui est à changer, ce que ne pourra faire qu’une assemblée constituante à mettre en place après l’élection d’un nouveau Président.


  • Jeff Parrot Jeff Parrot 3 janvier 10:45

    Sacre exercice de propagande, la partie sur le climat et les creationistes est juste savoureuse de foutage de gueule.

    Ya des gens qui vous prennent au serieux ?


    • tintin 4 janvier 11:08

      @Jeff Parrot
      L’article est construit, référencé et change des discours binaires ambiants : « pour les gilets jaunes » « contre les gilets jaunes » gnagnagna ... Sans doute trop élevé pour le lectorat moyen. En tout cas, pour ce qui est du sérieux, l’auteur révèle son nom et son visage et ne se cache pas derrière un ananas (un soutien anonyme à Dieudonné ? Repectez le donc un peu.


  • samy Levrai samy Levrai 3 janvier 10:51

    La vache un complotiste... il y aurait un complot du peuple contre l’intelligence et la finesse...


  • Suppression du mariage Gay. Tout à fait d’accord, mais opposée à la peine de mort. Catho, non DECROISSANTE. Rien à voir. 


    • JL JL 3 janvier 11:01

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
       
       Ce qui est fait est fait. Revenir sur le mariage gay poserait des problèmes nouveaux dont on peut bien se passer. 


    • @JL

      On peut toujours revenir en arrière. PLATON. La perversion de la Cité commence par la perversion des mots : papa1 et papa 2 : CELA N’EXISTE PAS. Les dégâts et les catastrophes sont déjà là. J’entends les échos venant des psychologies : CATASTROPHES TOTALES. De toute façons pour les enfants qui hélas ont du subir cette perversion de la nature. Le mal est fait. Il va falloir prévoir des procès fututrs d’enfants contre leurs propre parents. C’est beau l’avenir,.... NE vous étonnez-pas si on en parle pas dans les journaux,.... Mais je reste de gauche et écolo pour le reste,...


    • Le Gaïagénaire 3 janvier 20:00

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      « On peut toujours revenir en arrière. PLATON. La perversion de la Cité commence par la perversion des mots : papa1 et papa 2 : CELA N’EXISTE PAS.  »

      Donc c’est retour du matriarcat avec le frère (papa 1) ou l’oncle maternel (papa 2).


  • Spartacus Spartacus 3 janvier 10:52

    La bonne blague le climat. Le monde maltusien de l’apocalypse, des fakes-statistiques et des fakes-pétitions.

    Pourquoi voulez vous emmerder Trump ?

    Avec le gaz de schiste les USA sont l’un des rare pays a diminuer de beaucoup le CO2.

    Le Texas est leader de l’éolien avec la région au vent permanent du Panhandle. La plus mauvaise des éoliennes au Texas produit plus que les meilleures éoliennes d’europe intermittentes.

    Avec le gaz de schiste les USA sont l’un des rare pays a diminuer de beaucoup le CO2. Et avec le gaz, ils ont le moyen de palier à l’intermittence a la con des énergies dites « renouvelables »


    Mieux les taxes écolos sur le carburant Français sert a payer des éoliennes au Texas ou les gens payent le litre de gazole 0,65 centimeshttp://www.industrie-mag.com/article5583.html

    Quand a la niaiserie médiato-ecolo débile de la fake-pétition, on va vous expliquer.

    Comme dit Muriel Tribalat :

    « La qualité d’une donnée doit être évaluée en fonction de la manière dont cette donnée a été produite et non de la satisfaction idéologique qu’elle procure » 

    Même si l’effet d’annonce vous est plaisant à l’oreille, cette pétition est 100% une arnaque.

    Une collection d’email acheté ou des fichiers de mails ne font pas une pétition, mais une campagne de pub pour des bobos qui aiment croire ce qui va dans le sens de leur idéologie.

    Sur les serveurs de greenpeace, sans tiers de confiance, avec une possibilité de mettre des mails en masse, même d’en inventer. 

    Et s vous doutiez Sur Google Trends (repertoriation des flux de connections)

    Pétition lancée le 10 décembre, ZERO recherche significative avant l’annonce 1 million de signatures le mardi 18/12. Apres entre 40 et 100 000 requêtes. Comment 1 million de personnes qui auraient signé cette pétition non médiatisé en 48h ?

    Même Agoravox le site a bobos la pétition a fait quasi zero commentaires...

    Comment peut on être aussi naïfs de croire ces ONG politisées ?


    • Spartacus Spartacus 3 janvier 11:20

      Preuve de l’arnaque :
      Comparatif de la pétition carburant (1.2 millions de mails) et petition affairedusiecle (soi-disant 1.6millions) sur ggogle Trend
      https://pbs.twimg.com/media/DvgHFbXXQAM2m5E.jpg
      La ou on perçoit un vrai mouvement sur les resaults sociaux l’afairedusiècle est quasi inexistante sur les soi disant 2 jours ou il y aurait 1 million de signatures.

      Fakes stats, fakes pétitions, les ONG écolos ne s’adressent plus qu’a des bobos convaincus.
      Tu leur dirait 40 millions de signature qu’ils goberaient encore.


    • izarn izarn 3 janvier 12:24

      @Spartacus
      La baisse de production du CO2 aux USA depuis 2008 est due non au gaz de schiste ou autres billevesées, mais à l’énorme quantité de sans emploi : Encore 21% fin 2018.
      C’est du aussi aussi à la désindustrie endémique aux USA depuis 20 ans...
      Le plus curieux c’est que la Fed a depuis 2016 régulièrement augmenté les taux de 0,25% à chaque fois...
      Le constat c’est que les bourses ont monté, comme si les spéculations sur la dette n’étaient plus assez rentables (Effet de levier moindre). Bien entendu, cela a pu profité à des industries pas rentables : Space-X, Tesla, investissement dans l’armement (Choc de l’intervention de la Russie en Syrie, accélération de la propagande anti-Russe, menace contre la Corée du Nord, et désormais la Chine).
      On a donc vu un lèger redressement de l’emploi. Mais aussi des transactions de fret sur le Baltic Dry Index.
      Lu de complètement délirant même sur Wikipedia : La Fed augmente ses taux pour éviter la surchauffe de l’économie américaine !
       smiley
      Ha les cons sur orbite ! Avec 21% de sans emploi ? Et un BDY digne de 2003 ?
      Un PIB qui profite de la plus value par travailleurs délocalisés en Chine, Extrème Orient, Mexique...(Par exemple Apple). Et du non paiement d’impots aux travers des paradis fiscaux. Si tu paies pas d’impots, bien sur t’es plus riche. Mais ou vas t’on avec ce système débile ?
      Donc un PIB globalisé, hors sol, hors impots, ayant profité depuis 2008 de plusieurs milliers de milliards de QE. (Planche à billet cautionnée par le contribuable restant : Bref les « déplorables » et les GJ.)
      PIB arnaque dans tout l’occident qui est en dépression manifeste. Si l’on ne comptabilise que l’industrie occidentale « dans le sol » avec ses salariés occidentaux. Bref le petit blanc soit disant populiste, xénophobe.

      Donc les GJ sont des populistes qui ne voient pas en fait que le PIB par tête à augmenté depuis 3 ans ? (Propagande de tous les médias économiques)
      Sont-ils idiots ces gens qui ont voté Trump, ces pauvres « déplorables », ces pauvres GJ, qui ne voient pas qu’ils se sont enrichis garce à la « globalisation heureuse » ? (Minc)

      « On » s’étonne qu’ils soient « haineux »....
      Quand « on » est comme les cons en orbite, c’est logique.


  • JL JL 3 janvier 10:53

    Ils crient Le climat ! Le climat ! Le climat ! en sautant comme des cabris !

     

    Le vrai problème c’est la pollution.

     

    Je ne sache pas que les GJ s’y intéressent.

     


  • mac 3 janvier 10:54

    @L’auteur

    Vous semblez être un démocrate à géométrie variable.

    Vous parlez champ du cygne de la démocratie mais pour beaucoup ce champ du cygne est avéré depuis le non respect du référendum de 2005.

    Mais comme ça va peut-être dans votre sens, ça ne vous a pas peut-être pas gêné le moins du monde ?

    Le déni climatique n’est-ce pas en tout cynisme de mettre une taxe sur le carburant en sachant d’avance que l’argent servirait uniquement à financer une baisse des cotisations sociales patronales (une cadeau notamment aux grosses entreprises).

    Alors les leçons de morales...


    • Spartacus Spartacus 3 janvier 11:00

      @mac
      Mais non la partie des taxes redonnée à l’écologie sert à l’investissement éolien et à EDF.

      Avec ils construisent des éoliennes.....Au Texas.
      Rappelons que le litre de gazole au Texas est en €uros à 0.65 centimes et le litre d’essence à 0.52 centimes. 
      http://www.industrie-mag.com/article5583.html

      Faut il en pleurer ou en rire ? 


    • mac 3 janvier 11:07

      @Spartacus

      L’éolien est certes subventionné à mort et on peut éventuellement se demander pourquoi mais en l’occurrence pour cette taxe, les mail révélés par wikileaks semblent aller dans le financement d’une baisse de charges...(NB : Je ne suis pas contre les baisses de charges à conditions qu’elles profitent aux vraies entreprises surtout les petites).


    • izarn izarn 3 janvier 12:31

      @Spartacus
      Les impots du peuple servent à rentabiliser des industriels qui ne paient pas d’impots dans les paradis fiscaux. Et en plus, ils gueulent contre les « charges sociales »...
      Il ne faut plus rire ni pleurer, il faut caillasser...
      C’est ce qui est en train d’arriver...
      Lire le dernier bouquin de Denis Robert.
      Merci.


    • Spartacus Spartacus 3 janvier 13:16

      @izarn
      Paradis fiscal ?
      Luxembourg, Suisse, Caraïbes, Irlande.
      Plein emploi, y’a des routes des écoles des hôpitaux et les gens ont de bon revenus. 

      Industrie ?
      Vous savez que la Suisse ce « paradis fiscal » est le pays le plus industrialisé au monde proportionnellement à son nombre d’habitants ? le pays le plus compétitif et le plus innovant ?…

      Charges sociales ?
      Vous avez déjà fait une feuille de paye Française ? Et comparé à celles des autres pays ?
      18 lignes en France et pour 2000€ net 2000€ de charges sociales.
      3 lignes en Angleterre et pour 2000 net c’est 800€ de charges sociales.

      Non les impôts servent a payer 3 fois trop de fonctionnaires.
      Pour 900 000 profs (actifs) en France 500 000 seulement en Allemagne.
      Et les 250 000 non actifs dans l"éducation nationale qui restent ils servent à quoi ?
      250 000 c’est la SNCF (150 000) +le groupe Total (100 000). Actif et administratifs, travail la nuit, les week end et filiales autour du monde. 
      Faut arrêter le délire.


    • mac 3 janvier 13:59

      @Spartacus
      Je veux bien vous croire mais d’où vient ce chiffre et que veut dire inactif ? Est-ce à dire qu’ils n’ont pas d’élèves ?
      Si c’est vrai ce que vous dites alors il faut que ça change et qu’on en profite pour revaloriser un peu les 650 000 autres qui sont devant des élèves car 11 ans de gel ça commence à faire comme pour beaucoup de salariés du privé qui voient une inflation de 2% et aucune augmentation depuis des années.


    • mac 3 janvier 14:14

      @mac
      Mea culpa
      Après vérification il y a bien 250000 personnes qui ne sont pas directement devant les élèves et 881000 devant les élèves. Mais je suppose qu’il y a de fortes disparités, c’est ça le problème. Par exemple il y a un certain nombre de gens à temps partiel notamment des remplaçants précaires peu payés...


    • Croa Croa 3 janvier 18:28

      À mac « depuis le non respect du référendum de 2005. »
      Si on veut...
      En fait la démocratie n’existait plus depuis bien avant. Mais tant que le peuple votait bien, c’est à dire exactement comme les médias le suggéraient, ça ne se voyait pas.


    • baldis30 4 janvier 09:51

      @JulietFox

      bonjour et meilleurs vœux 
      Ce qui est avancé dans l’article est exact, mais il y a aussi des contraintes électriques que le public n’aperçoit pas en matière de stabilité des réseaux, et du réglage fréquence-puissance, qui relèvent de l’électrotechnique classique et sont assumées par le service public sans aucune contrepartie financière.


  • Michel DROUET Michel DROUET 3 janvier 11:03

    « le populisme qui nourrit la majorité des gilets jaunes et rejette également toutes les contraintes climatiques, »

    Je me suis arrêté là dans la lecture...

    Pourriez-vous nous faire part de vos sources concernant populisme et gilets jaunes ?

    Par ailleurs il y a également ceux qui ne rejettent pas les contraintes climatiques, ceux qui voyagent en avion ou font des croisières avec du carburant non taxé


    • izarn izarn 3 janvier 12:34

      @Michel DROUET
      Payer des impots pour empêcher que le soleil brille, c’est de la foutaise.
      Point barre !
      Plus c’est gros, mieux ça passe !
       smiley


    • izarn izarn 3 janvier 12:36

      @izarn
      J’ ajoute que ne pas croire au « réchauffement climatique » du à l’homme, n’est ni complotiste, ni populiste, ni fachiste.
      C’est etre sain d’esprit.
      Les cons, comptez vous !
       smiley


    • baldis30 4 janvier 09:59

      @izarn
      bonjour et meilleurs vœux
      « c’est être sain d’esprit »
      Je souscris totalement ... c’est au moins avoir eu le courage et la curiosité intellectuelle de lire « Histoire du climat depuis l’an mil » par Emmanuel LE ROY-LADURIE.
      Et de réfléchir aux apports de la dendrochronologie, de la sédimentologie, et d’autres techniques comme la paléobotanique (dont paléopalynilogie) et l’étude de la concentration des sédiments en Be10, totalement liée à l’activité solaire .... l’ennui de cette lecture c’est qu’il faut s’y mettre et qu’il est bien plus facile d’ouvrir la télé et d’absorber les élucubrations des petits génies de l’environnement qui naviguent en bateau pneumatique équipé d’un moteur de 200 cv.


  • JulietFox 3 janvier 11:05

    Cher Monsieur l’écolomoraliste ; Bolsanaro, au Brésil a, dans sa campagne électorale annoncé, qu’il va creuser partout en Amazonie, et permettre la déforestation en grand.

    Vous feriez mieux de vous occuper de ça, que des « Vilains dit Gilets jaunes »


    • Spartacus Spartacus 3 janvier 11:34

      @JulietFox
      Mais non. On raconte n’importe quoi dans les médias.

      Bolsonaro veut juste supprimer le ministère de l’environnement et rattacher les fonctionnaires au ministère de l’agriculture.
      Le ministère de l’écologie est un ministère politique.
      Voit on un ministère du socialisme ou un ministère du libéralisme ?
      Il va juste dépolitiser les institutions de l’état des idéologies.

      Quand à l’Amazonie, il veut pouvoir installer de l’énergie hydroélectrique pour l’indépendance de son pays au pétrole.
      C’est tout.


  • samy Levrai samy Levrai 3 janvier 11:14

    Encore un imbecile qui ne sait pas que democratie veut dire pouvoir du peuple souverain...

    « peuple » n’est ce pas le mot que l’on retrouve dans populisme ? la democratie serait donc sale et ignoble comme le peuple ? 

    La democratie c’est quand le peuple déteste ses gouvernants ? la dictature c’est quand il les soutiens ? 

    Sieur Martin vous êtes un âne conditionné pour braire sur ordre et surtout sans réfléchir...


  • cevennevive cevennevive 3 janvier 11:16

    Bonjour Daniel MARTIN,

    Plutôt que « populisme », j’aurais employé « populaire »...

    Ces mots en « isme » sont toujours péjoratif.

    Quant au « climat »... Le terme « sauver la planète » jeté à tous propos me hérisse. Comme JL, je pense qu’il vaudrait mieux parler pollution.

    Les GJ ont bien d’autres préoccupations pour le moment. Mais je suis certaine, après avoir parlé avec beaucoup d’entre eux, que cette préoccupation est bien présente en leur esprit. Seulement, ils pense que ce sont les plus riches, les nantis et les consommateurs inconscients qui polluent...

    Le « pauvre », celui qui est au-dessous du « seuil de pauvreté », n’a pas beaucoup l’occasion de polluer. En fait, je dirais qu’il « sauve la planète » puisque le terme est partout répandu !!!


  • De toute façon, la démocratie est déjà morte. Même avant les Gilets jaunes. LA confrontation Macron-Le PEn était un foutage de gueule.


    • mac 3 janvier 11:41

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Et que dire du référendum de 2005 qui ne passe toujours pas. Un jour il faudra bien que cela revienne en grand sur le tapis...


    • @mac

      Je suis belge et pourtant j’ai toujours été opposée à l’Europe. Pourquoi ; En observant le Danemark. Ensuite l’Europe fut une veritable lit de Procuste (il fallait couper tous les pieds à le bonne longueur). Juste peut-être une défense militaire commune (mais je ne connais pas assez la question pour m’avancer...).


  • Attila Attila 3 janvier 12:35

    Belle convergence de vue entre les écologistes et Macron. Après le refus de Eelv de soutenir les Gilets Jaunes, c’est une confirmation.

    .


    • izarn izarn 3 janvier 12:40

      @Attila
      Les « ecolos » sont comme le PS qui n’a plus rien à voir avec le socialisme...
      Plus rien à voir avec l’écologie scientifique.


    • Attila Attila 3 janvier 12:49

      @izarn
      L’écologie est fondamentalement élitiste.
      Ce n’est pas moi le premier à l’avoir observé, dès 1985 un colloque réunissant historiens, ethnologues, philosophes et sociologues l’avait montré.
      On trouves les textes de ce colloque dans le livre : « Protection de la Nature, histoire et idéologie » de Anne Cadoret, éditions l’Harmattan.

      .


    • leypanou 3 janvier 15:24

      @Attila
      il n’y a pas plus tartuffe que les écolos et assimilés.
      En France, on est infichu de régler définitivement le problème des algues vertes en Bretagne et on prétend vouloir limiter la montée de la température de la terre entière à 1,5°C.


    • Croa Croa 3 janvier 18:51

      À Attila,
      EELV-Les Verts sont des imposteurs. On ne peut pas être écolo sans être démocrate d’autant que l’oligarchie au pouvoir est directement responsable des désordres écologiques.
      *
      Ceci dit le mouvement des Gilets Jaunes avait mal commencé en s’attaquant à une des rares initiatives écologiques du gouvernement en place. En refusant aussi certaines « charges » (en fait des cotisations) les GJ s’attaquent aussi à des mesures sociales... Ceci dit le mouvement tire énormément à hue et à dia. Personnellement je le soutient presque à fond car il s’agit d’un truc voulant restaurer la démocratie mais de là à aller moi-même sur un rond-point.. Non ! 
      *
      Quoique... Virer Macron serait une sacré ouverture !  smiley


  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 3 janvier 12:43

    Faudrait interdire le droit de vote à ceux qu’ont pas de Rolex .


  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 3 janvier 13:10

    Pour le chiffre concernant les morts de pollution c’est exactement ,d’ après les statistocs ,48231,5 . Y’a un cul-de-jatte dans le lot .


  • popov 3 janvier 13:17

    @Daniel MARTIN

     

    Associer les « climato-sceptiques » aux créationnistes, cela va au-delà de la démagogie : c’est de la malhonnêteté pure et simple. J’ai rarement vu quelqu’un tomber aussi bas pour des raisons de propagande. Faut-il que vous ayez la frousse !


    • baldis30 4 janvier 10:03

      @popov

      bonjour,
      Bien d’accord avec vous ! Mais rappelez-vous la célèbre phrase d’Audiard sur ceux « .....qui osent tout, et c’est à cela qu’on les reconnait »
      Goebbels a des épigones .... ! dont la couleur , vert-bobo, n’est qu’une nuance du vert-de-gris !


  • Désintox Désintox 3 janvier 14:10

    Comme tout article lucide sur les « gilets jaunes », celui-ci est mal noté.


    • popov 3 janvier 15:20

      @Désintox

      Associer les créationnistes aux climato-sceptiques, vous appelez cela de la lucidité ?
      Moi, j’appelle ça un coup bas.


    • Michel DROUET Michel DROUET 3 janvier 17:37

      @Désintox
      Comme votre commentaire...


    • baldis30 4 janvier 10:08

      @popov

      Sait il au moins que son smartphone contient un tas de terres rares dont l’extraction est d’une grande pollution. De plus il est aisé de lui demander quel créationniste a inclus dan cet appareil, la correction de fréquence liée à la R.G. ( voir expérience d’Harvard)..


  • JC_Lavau JC_Lavau 3 janvier 16:14

    La crédulité, ça rend encore plus idiot.

    Sous la télécommande.


    • baldis30 4 janvier 10:11

      @JC_Lavau

      bonjour et meilleurs vœux

      Pourrait être un sujet de philosophie pour l’entrée à l’ENA sous la forme ...
      «  du rapport de la télécommande à la stupidité des discours »


  • INsoMnia INsoMnia 3 janvier 16:58

    @ Daniel MARTIN

    Cinquième erreur avec des remarques désobligées. Sans penser mal, mais venant du Président de la république elles ont de quoi heurter les sensibilités des personnes en difficultés... 

    L’erreur est votre article ! Mais cela est votre droit le plus absolu de penser de la sorte.


  • zygzornifle zygzornifle 3 janvier 18:08

    Macron a foutu la maladie au pays et cette maladie s’appelle les gilets jaunes ...

    La fièvre tombera quand Macron se cassera entrainant avec lui ses ministres et toute sa clique de députés a la langue bien chargée en ADN présidentiel, bon débarras ce jour la ....


  • baldis30 3 janvier 18:47

    bonsoir,

     halte ... halte ...

    lorsque je lis

    « La France, comme d’ailleurs l’Europe, doit donc se réinventer, faute de quoi, avec une situation écologique par une croissance démographique aux effets climatiques catastrophiques »

    je pense avoir à faire avec un climatologue de haute réputation ... avec des arguments autres que ceux tirés d’une démarche goebbelsienne ! et en avant pour le catastrophisme ... en avant ... et même en marche ... !

    La prudence c’est d’abord la connaissance .... et non pas la démarche goebbelsienne ! Où un mensonge répété mille fois devient parole d’Evangile ... !

    Ô combien de chercheurs avides de prébendes et de subsides se sont laissés emporter par le vent du catastrophisme .. Ô combien ... et seront emportés sur les vortex des tempêtes ultérieures....

    Lorsqu’on veut jouer avec des phénomènes dont la résolution des équations dépend essentiellement de la notion d’attracteur étrange la décence humaine implique de rester prudent si l’on est pas spécialiste ( s’il en existe ....) dans ce domaine ...

    Et quel que soit le domaine si l’on veut aborder le risque on doit d’abord préciser à quelle définition on se réfère ... mais toutes , du moins celles considérées comme les plus sérieuses, impliquent deux bornes à ne jamais franchir , l’angélisme et le catastrophisme ....

    C’est le réchauffement climatique ... le CO2... et les journalistes en remettent couche sur couche .... Au fait y-a-t-il meilleur indicateur climatique que le domaine botanique dans toute son étendue ... je suppose que vous êtes un grand botaniste pour démontrer que les limites des cultures de la vigne et de l’olivier ont varié récemment . j’attends votre démonstration ...ainsi que celle pour beaucoup de plantes ... ainsi que pour parler de la plasticité des espèces dont l’une en grimpant a donné la pomme de terre et en descendant la tomate ... 


  • Croa Croa 3 janvier 19:02

    Il y a bien longtemps qu’on ne l’entend plus « le chant de cygne de la démocratie » smiley

    Les Gilets Jaunes veulent un retour de la démocratie. L’auteur a tout faux ! 


  • Feste Feste 3 janvier 21:39

    Catastrophique article. Aujourd’hui sur agoravox les écolos, les gnagnagna libertaires, sans compter rakoto, ils roulent tous pour Macron et l’europe.

    Pitoyables de soumission


  • TARTOQUETSCHES TARTOQUETSCHES 3 janvier 22:11

    Les partis « ecolo » sont vraiment les portes valises du libéralisme, idiots utiles ou hypocrites... Sans blague, vous êtes écolos et vous croyez encore au réchauffement climatique ? Non de Dieu mais vous n’avez donc pas encore creuser ce qu’est le GIEC ?, son financement, ses magouilles ? l’écart abyssal entre ses prévisions passée et la courbe réelle de température ? Entre leur propre rapport très prudent, et leur conclusion complètement alarmistes et décalées, n’avez vous donc jamais écouté de debat contradictoire sur le sujet pour vous faire une opinion, depuis 15 ans ? Vous croyez donc que le co2 qui représente 0,04% de l’atmosphère, dontles pics suivent et non précédent les pics de températures, ce co2 donc est responsable de l’augmentation de température ? depuis 150 ans ? échelle minuscule pour étudier le climat... regardez donc la courbe sur 2000 an (optimum du moyen âge, suivi du petit âge glacière du XVe XVIIe siècle, etc...le réchauffement actuell n’a rien d’exceptionnel ni en intensité, ni en rapidité. On peut parler pollution, oui, mais réchauffement franchement non. ! Tout ça pour passer des taxes, imposer un gouvernement mondial libéral et promouvoir la bagnole électrique, hérésie ecolo par excellence. A d’autres !


  • waymel bernard waymel bernard 3 janvier 22:18

    Avant le rétablissement de la peine de mort ou le SMIC à 3000 € il y a de fortes chances pour que les français réclament un référendum sur l’immigration qui coûte entre 17 milliards (Gourevitch) et 84 milliards (Polémia) d’euros par an.


  • Djam Djam 3 janvier 22:24

    La conclusion de ce long article semble bien indiquer que l’auteur (D. Martin) n’a pas été se joindre au mouvement sur le terrain sinon il n’aurait jamais listé ces âneries. Le mouvement initial n’avait que faire du RIC ou du RIP, l’idée a été injectée par des gauchistes qui n’ont toujours pas compris qu’un référendum proposé à l’intérieur d’un système aussi pourri que celui de « démocratie de marchés » dans lequel on crève n’est rien d’autre qu’un énième arrangement sur notre propre aliénation.

    C’est l’invention de cette démocratie qui est à pulvériser en vérité. Car la démocratie n’est rien d’autre qu’un gadget proposé aux masses après que le commerce mondial a pris le pouvoir partout. Demander à nos maîtres de réorganiser les mêmes chaînes, le même esclavagisme global est la signature de la perversion absolue de ce système auquel s’accrochent comme des moules les pauvres et les sempiternels oubliés de l’enrichissement comme ultime objectif.


  • tintin 4 janvier 11:10

    @l’auteur,

    Bon article, référencé, équilibré qui change des discours binaires ambiants et donne matière à réflexion.


Réagir