jeudi 18 avril 2013 - par Aldous

L’Euro n’est plus une monnaie unique !

Le cauchemar le plus redouté des Allemands est en train de devenir réalité : La BCE autoriserait la France à faire de la planche à billets illimitée.

Gross malheur l'inflatzion !

Ce sont deux article dans des journaux allemands qui ont révélé l’affaire : Die Welt a publié dimanche un article intitulé « La planche à billets incontrôlable » alors que son confrère l’hebdomadaire Wirtschaftswoche accuse la Banque de France d’être l’éminence grise qui a incité la BCE à violer ses règles de fonctionnement.

http://www.welt.de/finanzen/article112420942/Die-europaeische-Notenpresse-geraet-ausser-Kontrolle.html

http://www.wiwo.de/politik/europa/banque-de-france-die-graue-eminenz-hinter-der-ezb/7599876.html

De quoi s’agit-il exactement ? La BCE a mis en place un marché baptisé STEP qui permet aux banques centrales nationales, comme la Banque de France, d’échanger avec la BCE des actifs toxiques contre de l’argent frais.

En clair, cela veut dire que la Banque de France transforme dans ses compte des titres qui ne valent potentiellement plus que des clopinettes en de bons vrais Euros bien réels.

Touche pas au grizbi salope !

Les journalistes allemands accusent la Banque de France d’avoir transformé cette lessive artisanale du linge sale des banques françaises en une lessiveuse industrielle afin d’épurer les actifs toxique qui plombent les comptes des quatre plus grandes banques françaises, notamment le Crédit Agricole dont les bilans seraient gravement dans le rouge.

Pour les Allemands, transformer du papier sans valeur en Euros, c’est faire fonctionner la planche à billets, chose qui reste leur pire cauchemar depuis l’hyper-inflation de la république de Weimar.

Mais au delà des réticences de l’Allemagne, cette planche à billets franco-française qui contourne les règles de la BCE, avec sa complicité, sonne le glas de la monnaie unique Européenne.

Euro-bonto... Où qu'il est l'Euro, m'sieux dames ? Où qu'il est ?

En effet, il y a désormais plusieurs Euros.

Pour les Grecs et les Chypriotes, c’est l’Eurodrachme, une monnaie forte imposée par l’Allemagne. Pour sauver leurs banques, on ruine le pays, on se sert dans les comptes des particuliers mais pas question de faire marcher la planche à billets.

Pour sauver le Credit Agricole, on invente l’Eurofranc, une monnaie qui faiblit puisqu’on en produit des masses à partir de rien.

Evidemment l’Euro reste la monnaie commune, mais ce n’est donc plus une monnaie unique. C’est comme si le taux de change entre l’Eurofranc, l’Euro-drachme était fixé arbitrairement comme le fait la Chine pour le Yuhan, un équilibre fictif. Voilà donc que réapparait une sorte de « serpent monétaire européen » où chaque pays fait fluctuer le volume de monnaie dans son coin.

Si on en est venu là c’est pour une raison simple : le système de l’Euro fort n’est pas viable car il ruine les pays du sud dont l’économie n’est pas capable d’équilibrer les échanges avec l’Allemagne.

Realpolitik ou collaboratzion ?

Jusqu’à présent, l’Allemagne a imposé sa vision d’Euro fort en écrasant les pays du sud sans pitié mais elle ne peut pas se permettre de se comporter avec la France comme elle l’a fait avec la Grèce, le Portugal ou Chypre. Imagine-t-on une troïka venir à Paris donner des ordres au peuple français ?

Ca serait la révolution. Aussi, l’Allemagne a bien dût accepter que la France fasse ce qu’elle a interdit à Chypre et à la Grèce : jouer les faux monnayeurs aux dépens des autres pays de l’Eurozone.

Mais cette situation nouvelle n’est pas moins intenable que la précédent. La France évitera à moinre coût la faillite des ses quatre grandes banques en transférant leurs actifs toxiques à la BCE, c’est-à-dire en nationalisant les pertes, mais on ne peut pas imaginer que la France utilise indéfiniment son monopole de faire de la planche à billets sans que l’Eurozone n’explose, soit à cause de la révolte des autres pays qui jouent le rôle de vaches à lait, soit à cause des tensions au sein de ce « serpent monétaire européen » nouveau genre.

Tout va très bien madame la marquise.

 

Tout va très bien, tout va très bien !



178 réactions


  • gaijin gaijin 18 avril 2013 12:42

    donc finalement on en sort .......
    entre l’impossibilité théorique d’en sortir
    et
    la nécessité évidente d’en sortir
    nos politiques auront une fois de plus choisit la voie de l’hypocrisie : on en sort sans le dire !

    finalement c’est simple la politique :«  pas vu, pas pris »


  • Stof Stof 18 avril 2013 12:46

    Bon, et alors ? Quel est le problème ? On manque d’euros, on en fabrique. Le tour est joué. C’est pas compliqué l’économie.


    • Cédric Moreau Cédric Moreau 18 avril 2013 13:32

      Vous paraissez ironique, mais en même temps ... on manque vraiment d’argent.


      Et en soi, fabriquer de la monnaie alors que l’économie en a besoin n’est pas un mal. Mieux, il devrait même être « normal » que soit créée de la monnaie de manière régulière et versée directement à chaque individu de la zone monétaire pour permettre l’expression économique de chacun et éviter la concentration du capital (et son amie la pénurie monétaire).

      Dans le cas présent, les titres pourris n’auraient jamais du être émis. Plus précisément, il n’y aurait jamais dû y avoir besoin d’en émettre : la faute à notre système de monnaie-dette à intérêts exponentiels.

      Bref, a priori, je trouve cette info plutôt bonne.

    • Aldous Aldous 18 avril 2013 14:28

      on manque vraiment d’argent.

      Qui c’est « on » ?


    • Cédric Moreau Cédric Moreau 18 avril 2013 14:44

      « Qui ça on ? »

      Les agents privés de l’économie réelle : à savoir les individus (vous et moi) et les entreprises (et indirectement l’Etat qui se finance logiquement sur notre dos).

    • Cédric Moreau Cédric Moreau 18 avril 2013 14:53

      (faut-il que je précise : surtout les individus vivant sous le seuil de pauvreté (voire un peu au-dessus) et les TPE-PME)


      Les multinationales n’ont évidemment pas autant besoin d’argent ...

    • Aldous Aldous 18 avril 2013 15:32

      Ah c’est clair, chacun trouve toujours qu’il manque d’argent.

      Le souci c’est qu’en l’occurrence, lors du renier incident en date, à Chypre, on est allé piocher dans les comptes des personnes réelles pour refiler leur fric à des personnes morales, les banques...

      Vous comprenez le sens de ma question...


    • Xenozoid 18 avril 2013 15:46

      t’as raison c’est pourqoui tout devient virtuele, demain que nenie le probleme, pas d’augmentation de billets,j’ai comme l’impression que cela est déja fait....on est toujours dériérre les faits



    • Razzara Razzara 18 avril 2013 16:09

      On manquerait de roro en EU ? Tiens .... et quand on regarde les M1, M2, M3, il semblerait que non, voir pire encore :

      http://chevallier.biz/2013/04/zone-e-hypertrophie-monetaire-fevrier/

      Enfin, c’est un point de vue ...

      Razzara


    • Cédric Moreau Cédric Moreau 18 avril 2013 16:46

      Du point de vue purement quantitatif, il y en a peut-être assez. Le problème se situe plus dans sa répartition : l’argent est surtout injecté en prêts immobiliers (d’où l’apparition d’une bulle soit dit en passant) ... et pas dans l’économie de tous les jours.


    • Razzara Razzara 18 avril 2013 19:41

      Certes Cédric Moreau, et c’est bien ce qui est dit dans l’article dont je donne le lien :

      - la masse d’argent M1 (billets, pièces, et dépôt courants) augmente fortement - comme un effet des injections de liquidités à hue et à dia, avec pour corollaire une inflation rampante qui finira très probablement en hyperinflation en cas d’éclatement de cette bulle de liquidité.

      - M3 - M2, qui représente la trésorerie des entreprises, se casse la binette. Ce qui indique que les dites entreprises ne sont pas au mieux ... doux euphémisme.

      Notez que je ne partage pas l’ensemble des analyses donnés par M Chevalier. En particulier son point de vue sur la santé US qui me semble faire l’impasse d’un certain nombre de données peu réjouissantes.

      De toute façon, tout ce système étant hautement interconnecté, si il venait à y avoir un plongeon sérieux à un endroit ou un autre, et compte tenu de l’état général de déconnexion délirante entre les données financières (les bourses qui grimpent tranquilos) et l’économie réelle (quand je vois ou en est le baltic dry par exemple ..), je crains que ce soit l’avalanche !

      Plus personnellement, voici la métaphore qui me semble convenir parfaitement pour décrire mon point de vue : le malade est cliniquement mort, encéphalogramme plat, il est en hémorragie massive et on le maintient à coup de poches de sang. Jusqu’au moment ou ce ne sera plus possible de poursuivre ainsi. Alors viendront les larmes ...

      Cordialement

      Razzara
       


    • Croa Croa 18 avril 2013 23:20

      « Qui ça on ? »

      Les états pour payer les banques à cause de l’usure : Il n’y en aura jamais assez pour payer capital et intérêts si on n’en invente pas ! (En fait ce qui manque ce sont seulement les intérêts car le capital représente les richesses réelles, éventuellement futures puisque créditées à l’avance.)


    • kemilein 19 avril 2013 06:48

      la planche a billet ca veut rien dire actuellement.
      l’impression de billet pourrait se faire si il y avait une marrée de retrait des dépôts, qui ont été déjà limité.
      ici ont parle de prêt de la BCE a un taux de 1% aux institutions bancaires.
      les allemands cherche encore un bouc-émissaire a faire bruler, car sans ces prêts leur propre banque aurait fait faillite et là pour le coup vue le peu d’anticipation ca aurait tourné au cauchemar pour eux.


    • Aldous Aldous 19 avril 2013 09:35

      Le terme faire marcher la planche à billet ne signifie pas imprimer des billets, et ce depuis des lustres.


      Ça veux dire augmenter la masse monétaire, dont la monnaie fiduciaire n’est que la partie émergée de l’iceberg.

    • kemilein 23 avril 2013 10:29

      masse monétaire n’est pas crédit
      nous avons monétisé la dette donc le crédit
      d’ou ma reflexion sur l’impression
      ce sont deux problèmes qui cohabite mais qui ne sont pas nécessairement lié


  • robin 18 avril 2013 13:28

    HA HA HA !

    Après l’avoir volé au peuple après une magouille avec les dirigeants politiques, les banksters nous rendent la création monétaire, et maintenant que vont bien pouvoir inventer les collabos du système pour justifier la loi de 1973 ? Je me marre !! smiley


    • Aldous Aldous 18 avril 2013 14:13

       smiley

      En tous cas ça ne fait pas rigoler les média mainstream français qui boudent unanimement la plaisanterie...

      Ben quoi ?

      On a perdu l’sens de l’humour en Gaule ?


    • ObjectifObjectif 18 avril 2013 16:06

      Ceux qui rigolent avec la loi de 73, ce ne sont pas ceux qui l’ont faite : en 1973, toutes (ou presque) les banques en France étaient nationalisées, et la création par le crédit des unités de Francs était donc faite PAR l’ETAT.

      Ceux qui rigolent vraiment, ce sont ceux qui ensuite ont réussi à privatiser les banques sans que JAMAIS AUCUN ELU NI PARTI n’ait protesté en signalant que c’est la création monétaire qui a été privatisée avec les banques...

      Comme c’était sous la cohabitation, on aurait pu penser que la gauche aurait pu utiliser cet argument contre la droite, ou l’inverse. Et bien non... Vous en déduisez quoi ?

      Et encore aujourd’hui, personne n’en parle, étonnant non ?


    • Aldous Aldous 18 avril 2013 14:07

      Hollande n’avait-il pas expliqué que son ennemi c’est la finance...

      En termes d’économistes ça veux dire qu’il s’agissait de re-réguler le secteur et dont séparer les banques de dépôts et d’affaire (et des assurances aussi au passage)

      On sait maintenant qui a vaincu qui si tant est qu’il se soit jamais battu...


    • Aldous Aldous 18 avril 2013 15:48

      C’est pourquoi j’ai écris « si tant est qu’il se soit jamais battu »

      Heu perso je n’ai voté ni pour le nain ni pour le mou.


  • Ariane Walter Ariane Walter 18 avril 2013 13:48

     Il ne s’agit pas d’inventer de l’argent pour le peuple mais pour les banques. Ne nous affolons pas !

    Ils ne savent plus comment piquer du blé. Pourtant les banques font de l’argent avec rien. C’est déjà pas mal !

    • Aldous Aldous 18 avril 2013 14:03

      Ariane, vous nous ferez signe pour quand il faudra se mettre à s’affoler ? smiley


    • julius 1ER 18 avril 2013 16:55

      Erreur Ariane, les banques ne font pas de l’argent avec rien, elles font de l’argent avec ce que tu leur empruntes cad que c’est la valeur de ce que tu réalises avec leur monnaie de singe assortie d’une hypothèque qui devient la valeur réelle de la monnaie prêtée, pas de choses réalisées, pas de capital généré !!!!!!!!!! et l’argent ne reste que du papier sans valeur autre que celui que l’on veut lui accorder. 


    • Aldous Aldous 18 avril 2013 17:08

      Moi n’aurait tendance à dire que les banques font de l’argent avec tout... 


    • Croa Croa 18 avril 2013 23:35

      Erreur Jullius, les banques enregistrent une valeur égale au montant de la dette. Il ne s’agit donc pas d’une création mais d’une anticipation. Il faut cependant que la dette soit assise sur du concret, ce qui n’est plus le cas en cas de redéfinition englobant une part d’usure car à partir de là il y a création de fausses valeurs. 


  • bigglop bigglop 18 avril 2013 13:53

    Entre Bnp-Paribas, Socgen, Crédit Agricole qui représentent 3 fois le PIB de la France. La Deutsche Bank qui a dissimulé des actifs toxiques sous le tapis en 2008, plus des créances pourries, des procès sur le Libor, l’Euribor, des actions pour fausses informations sur produits financiers toxiques.
    Le système bancaire espagnol n’est toujours pas sauvé. En Italie, la pourriture financière monte à la surface et empeste. Le cas unique de Chypre va se généraliser.
    Manipulation grossière des cours de l’or et des matières premieres par la FED, aidée par Goldman-Sachs, JP Morgan, HSBC à travers le COMEX, pour reconstituer les stocks d’or de la Réserve Fédérale au regard de l’or-papier émis.
    Les QE illimités de la Banque du Japon et de la FED aux USA.
    On sent un parfum de fin d’un monde ou tout au moins de l’Euro, sinon de l’UE.
    En attendant les communiqués ’’victorieux’’ du prochain G20.


    • Aldous Aldous 18 avril 2013 14:02

      Mais que dites vous là ?

      La crise est derrière nous a affirmé Hollande.

      N’oubliez pas de serrer les fesses, tout de même. smiley


    • Razzara Razzara 18 avril 2013 19:53

      Ah, bon commentaire bigblop !

      Pour aller plus avant dans la réflexion : les minières se sont bien vautrées aussi dans cette manip sur l’or, au point que l’on peu se demander si l’idée des requins ne serait pas de racheter ces dernières à moindre coût ... Prenant ainsi le contrôle de toute la chaîne du physique, histoire de s’assurer que le papier ne parte pas en fumée et de pouvoir continuer à maintenir l’illusion .... indéfiniment, puisque Ben a prévu de faire ça pour ses QE.

      Juste une idée en passant, ni plus ni moins. Mais vu l’ampleur du délire dans le quel nous nageons je ne m’étonne plus de rien.

      Cordialement

      Razzara


    • bigglop bigglop 18 avril 2013 23:46

      @Razzara,
      Je n’ai pas trouvé d’information spécifique sur le point que vous évoquez.
      En regard du papier or qui est créé (avec obligation de livraison à l’échéance), la production actuelle est insuffisante.
      La solution trouvée par les sociétés minières est l’achat d’or physique à crédit pour une revente rapide satisfaisant la demande.
      Le problème qui se pose est que cet or physique a déjà fait l’objet de plusieurs contrats (titrisation or papier), une pyramide de Ponzi.
      Un autre problème se pose, la production de métal argent qui est plus faible que celle de l’or avec une forte demande industrielle, des investisseurs, des états et des particuliers.
      Aujourd’hui, j’ai consulté un site en ligne de vente de lingots, pièces en argent, ce dernier n’a plus de pièces d’un once Silver Eagle (USA), ni de Maple Leaf (Canada). Et aux Etats-Unis, les grossistes n’ont plus de stock d’argent physique


    • bigglop bigglop 19 avril 2013 00:01

      Un petit complément, JP Morgan est dans la ligne de mire du CFTC pour manipulation du cours de l’or, en attendant le tour de Goldman-Sachs, HSBC, Morgan Stanley et autres.


  • BA 18 avril 2013 14:21

    Mercredi 17 avril 2013 :

     

    A propos de la banque Crédit Agricole, lisez cet article :

     

    Nouveau : la BCE de Draghi donne pouvoir à la France de battre monnaie.

     

    Mais que se passe-t-il ? Voici que notre Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE), vient en catimini, il y a quelques jours, de donner à un pays de la zone euro le droit de battre lui-même monnaie. Et qui plus est de façon quasi « illimitée » (le mot à la mode pour la finance internationale).

     

    Mais attention, pas à Chypre, pas à la Grèce, pas à l’Espagne, pas au Portugal, pas à l’Irlande, pas à l’Italie. Non, à la France. A nous tout seuls  ! Et, attention encore, pas dans n’importe quelle monnaie, pas en francs. Non, en euros sonnants et trébuchants (c’est le cas de le dire, comme on va le voir).

     

    Certains observateurs avisés y ont (ironiquement) vu un signe plutôt positif. Paul Krugman, prix Nobel (forcément, un prix Nobel !) :

     

    « La France a de nouveau sa propre monnaie. »

     

    Figurez-vous, je ne suis pas prix Nobel (du moins pas encore), mais je serais presque d’accord avec l’éditorialiste nobelisé du New York Times : enfin un retour aux monnaies nationales dans l’Union européenne !

     

    Sauf que, hum, toujours en euros, pas dans tous les pays membres... Vous seriez aspirant prix Nobel, vous vous demanderiez doctement tout ce que cela cache, n’est-ce pas ?

     

    Eh bien, les Nouvelles économiques allemandes – Deutsche Wirtschafts Nachrichten (DWN) – ont, elles, des idées bien plus vicieuses, bien plus perverses sur la question :

     

    « Cette action doit empêcher qu’une banque française ne s’écroule. »

     

    Les DWN indiquent qu’une banque française serait particulièrement dans le collimateur, mais sans que son nom soit officiellement indiqué. Les DWN citent trois banques françaises systémiques (BNP Paribas, Société générale, Crédit agricole), avec mention particulière pour le Crédit agricole (qui a terminé l’année 2012 dans le rouge).

     

    Quelques économistes de forums ont au contraire voulu y voir un camouflet... pour « les tenants de la sortie de l’euro » :

     

    « Leur principal argument [celui des europhobes, ndlr] s’effondre : la BCE se comporte comme la BdF [Banque de France] et on peut maintenant jouer sur la monnaie sans qu’en plus cela entraine forcément une dévaluation. »

     

    Bon, ok, façon très originale de voir (ces savants tout de même !). Mais donner tout pouvoir monétaire apparent à un pays membre contredit pourtant sérieusement les règlements européens. Et si une institution comme la BCE viole ainsi ses propres prérogatives, c’est qu’il y a forcément anguille tortueuse sous roche.

     

    Un petit péril en la demeure à propos de la défaillance prévisible d’une banque française systémique, par exemple ? Une urgence incontinente à agir séance tenante ? Et empêcher en passant l’Allemagne de mettre son nez dans le sauvetage d’un nouveau coq boiteux de cette maudite zone pour laquelle tout irait si magnifiquement bien sans toutes ces fichues emmerdes ?

     

    C’est en tout cas ce qu’insinuent méchamment et sans détour nos DWN qui dénoncent un complot (contraint et forcé par leur triste état) des pays éclopés du Sud contre l’impuissante Allemagne :

     

    « Il se développe en France, sous les radars, une gigantesque bulle financière. L’Allemagne doit, impuissante, assister à ce qui se produit. Le chef de la Bundesbank, Jens Weidmann, peut tenir à ce sujet des prêches dominicaux. C’est tout. Cette action montre que la fraction Sud, dans les coulisses de la BCE, a déjà largement pris le contrôle sur la structure de l’Europe. »

     

    Autrement dit, dans le sauve-qui-peut général, un meurtrier coup de canif vient d’être porté à l’intégrité de la monnaie unique.

     

    Mais chut, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes européens unis possible. Et qui diantre ose ici parler de fébrilité et de panique ambiantes  ?

     

    http://blogs.rue89.com/yeti-voyageur/2013/04/17/nouveau-la-bce-de-draghi-donne-pouvoir-la-france-de-battre-monnaie-230142


    • Aldous Aldous 18 avril 2013 14:33

      En France y’a plus guère que les blogeurs qui font du journalisme...

      Houhou ! Les journaleux français !

      Désolé de vous reveiller pendant la siesta !

      Mais il se passe des choses dans le monde pendant que vous vous paluchez en commentant le match de catch Fourest/Barjot...

      Vous êtes la risée du monde entier !


    • colza 18 avril 2013 16:53

      @ Aldous

      « Vous êtes la risée du monde entier ! »
      Même pas ! le monde entier ignore que nous avons des journalistes smiley

    • Aldous Aldous 18 avril 2013 17:06

      Parait qu’à libé ils ont entrouvert un œil...


       C’est Édouard de Rothchild qui doit trembler ! smiley




    • Croa Croa 18 avril 2013 23:41

      « Même pas ! le monde entier ignore que nous avons des journalistes »

      D’autant que la plupart d’entre eux ont les mêmes chez eux !


    • Aldous Aldous 19 avril 2013 07:54

      On ne peut pas dire ça Croa, il y a plein de pays où il reste une presse (et Tv) digne de ce nom.


      Ici toutes les rédactions sont sous contrôle de commissaires politiques depuis Sarko.

      Il y a assez de journalistes virés qui ont raconté comment ça s’est passé ce verrouillage généralisé pour qu’on n’ait plus aucun doute sur la volonté des élites de verrouiller le métier.

    • PhilVite PhilVite 19 avril 2013 11:51

      « Et si une institution comme la BCE viole ainsi ses propres prérogatives, c’est qu’il y a forcément anguille tortueuse sous roche. »

      A ce niveau-là, il serait plus juste de parler d’un baleineau bien dodu sous le gravillon !


    • Aldous Aldous 21 avril 2013 09:48

      Cachalot sous grain de sable...


  • njama njama 18 avril 2013 14:55

    Encore un incontrôlable serpent monétaire ... les charmeurs vont nous pondre une autre monnaie d’ici peu, Giscard nous avait fait le coup de l’ECU et on l’a eu dans le c..


  • paul 18 avril 2013 15:07

    D’après l’article de la presse allemande - DWN- qui révèle l’affaire et passe sous les radars des médias exagonaux :
    « La BCE a donné à la France une possibilité de stabiliser ses propres banques, sans que l’Allemagne puisse entreprendre quoique ce soit pour s’y opposer » .
    Hollandréou est peut être un gros malin !


    • Aldous Aldous 18 avril 2013 15:35

      Hollandréou sauve les banques, pas les Français...

      Vous croyez qu’elles vont disparaitre par enchantement les pertes nationalisées et transférées à la BCE ?


  • Atlantis Atlantis 18 avril 2013 15:20

    « L’Euro n’est plus une monnaie unique ! »
    Elle ne l’a jamais été, il y a une « zone euro », dans laquelle il y a autant de monnaie appelées « euro » qu’il y a de pays. Ne pas savoir cela est faire une telle erreur dans le titre montre une réelle baisse du niveau de connaissance des rédacteurs.


    • Cédric Moreau Cédric Moreau 18 avril 2013 15:29

      Chaque euro est interchangeable, et il n’y a pas d’autre monnaie utilisable par ces pays. C’est bien une monnaie unique.


    • Aldous Aldous 18 avril 2013 15:42

      Merci Atlantis de me remettre à mon humble place...

      En même temps je plaide les circonstances atténuantes : le terme de monnaie unique apparait dans les traités établissant l’Euro.

      D’autres rédacteurs, sans doute aussi ignares font la même analyse que moi  :

      Une monnaie commune mais non unique pourrait être pour la zone euro à la fois une position de repli dans l’hypothèse de divergences insupportables entre les pays et d’étape vers une zone monétaire unique consolidée.

      Jacques Sapir,


    • bigglop bigglop 18 avril 2013 15:45

      @Cédric,
      Une expérience à faire :
      Essayez d’acheter des pièces or ou argent (Maple Leaf, American Eagle), par internet avec un compte bancaire en Grèce ou à Chypre .........


    • efzed 18 avril 2013 15:45

      Atlantis a raison, il y a une confusion entre unique et commune ! Pourtant les conséquences d’une telle différence est énorme !


    • Aldous Aldous 18 avril 2013 15:51

      La monnaie était unique tant que la BCE avait le monopole du contrôle monétaire.

      C’est ce que prévois le traité (voir plus pas) instaurant l’Euro.

      Techniquement la BCE le l’a plus (le contrôle) depuis qu’elle autorise à la France à faire de la création monétaire sans limite pour sauver les meubles.


    • ObjectifObjectif 18 avril 2013 16:19

      La BCE a uniquement la tâche de contrôler que les réserves obligatoires sont bien souscrites par les banques privées, et vous pouvez vérifier le résultat de son travail ici, §1.4 tableau 1 :
      http://sdw.ecb.europa.eu/reports.do?node=100000135

      Mais ce sont les banques privées qui créent les unités de monnaie, et elles ont créé à ce jour plus de 18 mille milliards d’€uros, comme vous pouvez le voir dans le tableau précédent.

      Notez que ni la fabrication ni la mise en circulation des billets et des pièces ne sont une création d’unités de monnaie, car les billets et les pièces sont échangés contre les €urosXX de chaque banque privée autorisée, et la masse monétaire ne change pas lors de ce simple changement de support. cf Pour un système monétaire équilibré ! 


    • Croa Croa 18 avril 2013 23:53

      Ha si elle est unique : tous ceux qui l’ont choisi doivent l’utiliser !

      Par contre elle n’est pas commune puisqu’elle n’est pas sous le contrôle des états et encore moins des peuples.

      (C’est le contraire de ce que tu dis.)


    • Croa Croa 18 avril 2013 23:55

      En fait l’erreur est déjà dans le titre de l’Article !


    • Aldous Aldous 19 avril 2013 08:35

      En effet j’aurais dût titrer ’’Elle est vareuse’’ plutôt que ’’ Elle est unique’’ comme l’aurait fait Pierre Dac


    • Atlantis Atlantis 20 avril 2013 12:22

      « D’autres rédacteurs, sans doute aussi ignares font la même analyse que moi : »
      ah ben vous m’ôtez les mots de la bouche. vous croyez qu’il a droit au chapitre et qui a eu sa position pour quoi ? cordialement.


  • efzed 18 avril 2013 15:41

    Le titre est faux puisque l’Euro n’a jamais était une monnaie unique mais bien une monnaie commune avec une parité de 1 dans chaque pays. C’est-à dire que 1 euro français = 1 euro allemand. C’est-à-dire que les banques françaises fabriquent une monnaie de la même valeur (donc commune) que celle des banques allemande ou italienne. Une monnaie unique est conçue par une seule banque , ce qui n’a jamais était le cas en Europe.

    C’est pour cela qu’il y a un mouvement massif de la monnaie des riches grecs vers l’Allemagne car lorsque l’Euro éclatera, 1 euro allemand vaudra plus que 1 euro grec.

    Donc cette article qui prétend que c’est la fin de la monnaie « unique » est fausse, il s’agit de la fin de la monnaie commune qui approche à grand pas, mais cela on le savait déjà, ce n’est plus qu’une question de temps.

    Une monnaie commune entre des pays avec des économies complètement différentes était une absurdité dès le départ. Mais l’Euro a était, et est encore, imposé par les américains et leurs banques pour contrôler l’économie européenne. Tout sera donc fait pour le conserver le plus longtemps possible par l’oligarchie euro-atlantiste.

    D’ailleurs on nous disait que l’Euro permettrait de rivaliser avec les chinois ou les américains, que le petit franc ringuard n’était pas de taille, mais dès qu’il y a eu un risque d’éclatement de l’Euro, Obama s’est empressé de venir en Europe pour le sauver. Serait-t’il sado ? Ou alors on ne nous dit pas tout...

     (http://www.nytimes.com/2010/05/11/business/global/11reconstruct.html?scp=1&sq=obama%20euro&st=cse&_r=0)


    • Aldous Aldous 18 avril 2013 15:45

      Le traité prévoit l’établissement de l’UEM en trois étapes :

      • étape n°1 (du 1er juillet 1990 au 31 décembre 1993) : la libre circulation des capitaux entre les États membres ;
      • étape n°2 (du 1er janvier 1994 au 31 décembre 1998) : la convergence des politiques économiques des États membres et bla bla bla (...)
      • étape n°3 (en cours de réalisation depuis le 1er janvier 1999) : l’introduction progressive de l’euro comme monnaie unique des États membres et la mise en œuvre d’une politique monétaire commune sous la responsabilité de la BCE.

      Source Europa.eu

      http://europa.eu/legislation_summaries/economic_and_monetary_affairs/introd ucing_euro_practical_aspects/l25007_fr.htm


    • efzed 18 avril 2013 15:53

      Effectivement même les médias français se trompent (ce qui est loin d’être rare d’ailleurs).

      Les médias allemands en revanche disent correctement « gemeinsame Währung » (= monnaie commune) et jamais « einheitliche Wärung » (= monnaie unique).

      Les conséquences de cette différence sera importante lors de l’éclatement de l’Euro.

      Avec une monnaie commune l’éclatement sera beaucoup plus simple puisque chaque banque retapera simplement sa monnaie en rétablissant sa parité. Conséquence : 1 euro allemand vaudra plus que 1 euro grec.

      Avec une monnaie unique, il n’y aurait qu’une seul banque européenne, l’éclatement serait très compliqué.


    • Aldous Aldous 18 avril 2013 16:11

      Techniquement la BCE est le soviet suprême et la Banque de France est le soviet local...

      Donc tant que le soviet suprême dicte sa loi aux soviets locaux, ben on a une monnaie unique.

      A partir du moment où des soviets locaux imposent leur règle au soviet suprême, la monnaie n’est plus unique.

      On comprend que psychologiquement (ou par meilleur compréhension des failles) les allemands aient toujours considéré qu’ils faisaient monnaie commune et non monnaie unique...

      Le débat est dont plus sémantique que technique.

      Ce qui est interessant est de prospecter de l’avenir de l’union bancaire.


    • efzed 18 avril 2013 16:24

      L’auteur fait surement une erreur sémantique en utilisant le terme unique à la place de commune. Par contre cette erreur est importante car la différence entre commune et unique est très importante également. Au vue du titre et comme le dit atlantis, on se demande si l’auteur maîtrise du coup son sujet.

      Techniquement l’Euro est bien une monnaie commune et non unique. Ce n’est pas parce que la BCE a le contrôle monétaire qu’elle en devient unique. Elle met les monnaies en commun.

       


    • Aldous Aldous 18 avril 2013 17:14

      L’auteur ne fait que reprendre la phraséologie de l’Union Européenne.


      Mon article a pour but de dire que l’Euro n’est plus une monnaie unique, contrairement à la phraséologie de l’Union Européenne.

      Qu’elle l’ait jamais été ou que ce ne fût qu’un bobard de la part des europeistes est un autre débat.

      je ne suis pas europeiste. Je considère que les europeistes mentent quand ils prétendent que l’UE est une démocratie. 

      Ça ne me dérange pas outre mesure qu’on dise u’ils mentent quand à la monnaie unique.

      Moi je me contente de dire qu’au vu de ce qui se passe il est impossible désormais de parler de monnaie unique.



    • Croa Croa 19 avril 2013 00:02

      « L’auteur ne fait que reprendre la phraséologie de l’Union Européenne. »

      Pas étonnant qu’il y ait embrouille ! 
       smiley smiley smiley


    • HELIOS HELIOS 20 avril 2013 11:35

      en realité, on s’en fout un peu que l’euro « physique » papier ou metal allemand n’ait pas la même valeur que l’euro français.

      La majorité des euros sont dans les banques, c’est a dire scripturaux. Ce n’est pas la monnaie qui reste dans les poche, même appelée M1 qui change quoi que ce soit.

      Alors le jour où il faudra reexaminer la valeurs des uns par rapport aux autres, ce sera au niveaux des banques que cela se passera. 100 euros au Credit agricile n’auront pas la même valeur que 100 euros sur un compte en Allemagne, d’où qu’ils proviennent, mais globalement ce qu’on achete 100 euros en France vaudra aussi 100 euros en Allemagne, même si les euros n’ont pas la même valeur... tout ça, dans un premier temps !

      Par contre 100 euros en Suisse, en Angleterre ou dans n’importe quelle banque hors de la zone euro seront payes au prix fort et rapporteront un max a leur proprio. c’est peut etre aussi pour cela qu’il y a tant de controles pour faire « fermer » les comptes a l’etranger.


  • ObjectifObjectif 18 avril 2013 15:57

    Seuls le nom est unique, mais les unités d’€uros sont créés par chaque banque privée lorsqu’elles accordent des crédits : pour être exact, il faudrait parler des € BNP, ou des € Crédit Agricole.

    Ce que vous reprochez à la Banque de France, toutes les banques le font tous les jours. Enfin, moins ces temps ci. parce que à force d’avoir pillé les richesses des citoyens (travail, patrimoine,...) avec leurs créations d’unités d’€uro, de moins en moins de citoyens peuvent encore emprunter : le système pyramidal va donc s’écrouler.

    Et pour retarder l’échéance inéluctable, ce sont les banques centrales nationales qui prêtent aux banques privées, mais en l’occurrence la Banque de France ne fait pas pire que le crédit agricole, qui avait auparavant accepté ces titres pour créer et louer ses Euros CA.

    Une seule solution apporte la stabilité d’un système monétaire... Pour un système monétaire équilibré !ou bien l’économie du don et du partage, qui montre sa puissance et son efficacité sans pareil dans le monde du logiciel libre : ZERO % MONNAIE


    • julius 1ER 18 avril 2013 16:46

      @erzfed


      ce que tu dis est faux car la monnaie( l’euro) qu’elle soit unique ou commune n’a pas d’importance ,sa valeur ne changera pas, on n’en est pas au rapport franc.cfa/ franc.français, avec différentiel de valeur, ce qui va faire la différence dans chaque pays, c’est le différentiel inflation/pouvoir d’achat , qui va être terrible pour les petits pays en crise......... ;

    • Croa Croa 19 avril 2013 00:10

      « de moins en moins de citoyens peuvent encore emprunter »

       smiley Tant mieux, c’était des cons ! smiley

      En ce qui me concerne je n’ai jamais su ce qu’était un crédit, ma liberté valant plus que les apparences smiley

      (Et moi j’aurais écris plutôt « de moins en moins de sujets peuvent encore emprunter »)


  • le crocodile 18 avril 2013 16:13

    Excellente vidéo qui explique bien des choses . 

    Appel du Dr Rath aux populations d’Allemagne, d’Europe et du monde entier

  • Wendigo Wendigo 18 avril 2013 16:26

     

     Et voila la monnaie de singe du « zoo-neuro » .... les membres de la secte européiste ne manquent pas d’imagination à défaut de manquer cruellement de neurones.


  • julius 1ER 18 avril 2013 16:34

    HONTE à toi Aldous de n’avoir pas voté, lors des dernières élections, car qui ne dit mot consent or même si la représentation est imparfaite il convient de peser dans un sens ou un autre, car ne rien faire c’est abandonner le terrain aux autres, ce qui est inadmissible en ce moment ou toute décision reflète un choix de société ce qui pèse lourd surtout dans une société ou les médias sont aux ordres et ne permettent guère l’expression de la citoyenneté .


    • gaijin gaijin 18 avril 2013 17:09

      « car ne rien faire c’est abandonner le terrain aux autres »
      sauf que les autres c’est les mêmes ......
      ( aldous j’ai bon ? )


    • Aldous Aldous 18 avril 2013 17:22

      Je vote quand ça sert. J’ai voté contre le traité constitutionnel et lors du 1er tour des présidentielles 


      Je suis pour la démocratie directe qui est la seule forme réelle de démocratie.


      Choisir parmi les maîtres qui sera autorisé à nous dominer ne m’amuse pas outre mesure et participer à une mascarade démocratique non plus.

      J’aurais honte d’avoir voté pour le mou.

      Par contre je suis un citoyen actif, comme témoignent mes articles et ma présence lors de manifs.

      Si on était plus nombreux à faire ça on n’en serait pas là on on en est.

    • Aldous Aldous 18 avril 2013 17:26

      @gaidjin.


      Pas mieux smiley

      Si ! En 10 lettres j’ai : c’est kifkif. 

      Qu’en dit maître Capello ?

    • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 18 avril 2013 17:52

      Julius,

      Ravie de découvrir que Hollande est différent de Sarkozy. Pour tous ceux qui se sont abstenus au second tour, cette différence ne saute pas aux yeux, figurez-vous.

      Sur le site du journal économique « La Tribune », ce matin, un article sur la BCI, cette banque publique qui doit sauver l’économie française, avec nos sous :

      « La BCI ne sauvera ni Pétroplus, ni Florange. »
      « C’est une bonne chose » a expliqué Nicolas Dufourcq son Directeur.

      Cela ne vous rappelle pas Thatcher ? « Laissons crever les canards boiteux ! » ?!

      Si le PS est de Gôche, il est juste à gauche de Thatcher alors, mais alors, tout près, tout près.... , sur ses genoux, ou à ses genoux, comme il vous plaira.


    • gaijin gaijin 18 avril 2013 20:36

      alors
      en 6 lettres, ....et non pas 10

      nous avons :

      kifkif  : Expression qui fut empruntée à l’arabe maghrébin, ramenée en France par les soldats des armées d’Afrique du Nord. C’est un dédoublement du mot arabe kif « كيف » qui signifie« comme »

      ou bien
      kifkif : L’association des lesbiennes, gays, transsexuels et bisexuels du Maroc (Kifkif) est une ONG marocaine constituée comme association à but non lucratif qui porte une lutte pacifique par les droits des lesbiennes, gays, transsexuels et bisexuels au Maroc.

      Kifkif - « égaux » ou similaires en arabe - est illégale au Maroc, mais pas en Espagne, où elle est enregistrée depuis 2008. Dans son acte constitutif on mentionne que son action comprend tant l’Espagne que le Maroc1. Bien qu’il se centre sur les droits des homosexuels, l’appartenance á Kifkif est ouvert à toute personne qui partage ses valeurs sur la base de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

      L’association a été violentement critiquée depuis les éléments les plus conservateurs que la société musulmane2.

       smiley smiley

      bien sur wikipédia a remplacé depuis longtemps mon vieux larousse mais j’ai pris le temps de rajuster mes lunettes avant de l’ouvrir

      nostalgie ......


    • julius 1ER 19 avril 2013 11:08

      @aldous 

      désolé des millions de gens se sont battus pour obtenir le droit de vote,on ne peut pas jouer les enfants gâtés et dire ceux -là ne correspondent pas à ce que je pense, pas assez verts, pas assez rouges et faire fi de dizaines d’années de combat pour obtenir des droits, même si la représentation est imparfaite , il y a toujours dans un parti des choses aux quelles on peut accorder un crédit , même chez Hollande, pour qui j’ai voté au second tour, et même si je ne suis pas d’accord avec sa politique, je ne regrette pas une seconde d’avoir viré cette clique des Copé, Fillon etc qui me révulsent au plus au point, tellement ils représentent cette vision de la France archaique, pyramidale, ou seuls les riches doivent avoir droit d’expression.
      si cette gauche ne correspond pas à ce que nous voulons c’est à nous qu’il appartient de changer la gauche et non pas l’inverse !!!!!!!!!!!!!!

    • Aldous Aldous 21 avril 2013 21:21

      Julius, 


      Seul détail : cette gauche n’est pas à gauche.

      Il ne faut pas changer la gauche il faut changer votre logiciel et comprendre que le clivage n’est plus gauche/droite depuis des lustres.



  • travelworld travelworld 18 avril 2013 17:01

    En fait nous faisons comme les Américains !!!


  • wesson wesson 18 avril 2013 17:24

    bonjour l’auteur,


    « Pour les Allemands, transformer du papier sans valeur en Euros, c’est faire fonctionner la planche à billets, chose qui reste leur pire cauchemar depuis l’hyper-inflation de la république de Weimar. »

    j’en ai un peu marre de cette phrase, car en définitive et à y bien regarder, cette période d’hyper inflation n’a pas été néfaste pour tout le monde en Allemagne, bien au contraire.

    Alors c’est vrai que cela a réduit totalement à néant les économies des rentiers, mais pour ceux qui étaient dans l’économie réelle et les travailleurs, il n’en ont pas trop souffert. 

    Par contre, ce qui par la suite amena au Nazisme n’est pas cette hyper-inflation mais bien le fait que justement elle fut jugulée, par un économiste génial Hjalmar Schacht que ensuite Hitler nommera comme ministre des finances. 
    Alors à bien y regarder, ce n’est pas lorsque l’inflation dérape, mais bien lorsque on arrive à la stopper complètement.

    Pour le dire autrement, l’inflation est une forme d’impôt qui a la remarquable qualité de ne toucher que les riches (car elle s’attaque à l’argent amassé, celui qui dors sans participer à l’économie réelle). C’est bien la raison pour laquelle l’oligarchie au pouvoir nous présente cette inflation comme l’enfer.

    Pour faire court, avoir un peu d’inflation, voire même pas mal, ce n’est pas en soi une mauvaise chose pour le niveau de vie des gens. Demandez au Français qui dans les années 1970 n’avaient aucune peine à rembourser le prêt de leur maison, car en termes réels, ils empruntaient à taux négatif.

    • Wendigo Wendigo 18 avril 2013 17:33

       

      Bonjour Wesson ;

       Oui en effet, sauf que les petits en souffrent quand même, après coup quand l’hyper-inflation fait place à la guerre, ce qui ne manque jamais d’arriver, les riches devant se refaire une santé. Et la prochaine risque fort d’être la plus belle.

       


    • Aldous Aldous 18 avril 2013 17:36

      Wesson, 


      Ma phrase dit que « Pour les Allemands (...) faire fonctionner la planche à billets (...) reste leur pire cauchemar depuis l’hyper-inflation de la république de Weimar. »

      C’est un constat indéniable : Ils n’en ont pas un souvenir impérissable, nos amis germains.

      Néfaste ? Pas néfaste ? Je ne me suis pas prononcé, c’est en effet complexe, dépends du point de vue (qui perd qui gagne ?) et du type d’analyse (politique ? Économique ? Diplomatique ? Géostratégique ?)



    • heliogabale heliogabale 18 avril 2013 17:36

      Politique de désinflation en France (notamment désindexation des salaires moyens de l’inflation) : 1983

      avènement du FN : 1983


    • rotule 19 avril 2013 11:30

      M.Wesson,
      l’inflation touche effectivement ceux qui ont du liquide. Et ne touche pas ou peu le capital immobilisé.

      Pour les acteurs de la vie réelle, notamment les travailleurs, si les salaires ne sont pas ajustés (et je ne vois pas de mécanisme d’ajustement en place - au contraire), les salaires nets diminuent nettement au gré de l’inflation des prix.
      On n’en est pas encore à ne plus consommer « idiot » en France mais bien évidemment la consommation va diminuer (ce qui n’est pas toujours pour me déplaire : fini le tourisme imbécile, fini le renouvellement continuel des biens d’équipements, moins de consommation d’énergie, ....) mais il va y avoir une évolution / transformation de la société, qui risque bien de ne pas passer comme un suppositoire à la glycérine !
       


Réagir