mardi 25 octobre 2011 - par morice

La mort de Kadhafi : les incohėrences flagrantes du CNT

Avec la mort de Ben Laden, on croyait déjà avoir tout entendu. Avec celle de Mouammar Kadhafi, on atteint à nouveau des sommets. Visiblement, les circonstances du décès du dictateur et d'un de ses fils (et aujourd'hui du ministre de sa Défense) sont loin d'être claires. Le pouvoir en place, qui s'est tant compromis avec le tyran, rame visiblement pour tenter d'expliquer au monde entier que ce ne fut pas un lynchage ni un assassinat. Hier, un de ses envoyés s'est répandu auprès du correspondant de la BBC pour nous offrir un moment de propagande comme on en n'avait pas lu depuis longtemps : je vous propose aujourd'hui d'y jeter un œil, tant il y a dedans tous les termes et toutes les expressions qui révèlent que le CNT ment dans des proportions similaires à celles qui ont prévalu lors de la fable des ciriconstances du décès de Ben Laden. La libye est mal partie, et elle s'enfonce déjà dans la manipulation : les dirigeants européens qui étaient allés parader sur les lieux mêmes où Kadhafi avait été bombardé par Reagan se sont-ils rendus compte à qui ils viennent d'offrir le pouvoir  ? Soit ils le savent, ce que je pense, et à partir de là ils participent de la mascarade, soit ils l'ignorent et ce sont de fieffés imbéciles : c'est bien pourquoi le cas de la Libye nous intéresse au premier chef.

Les mensonges décrits dans mon texte précédent ont pris ce jour une autre ampleur avec la fable qu'a cru devoir raconter à la presse anglo-saxonne Al-Omran Oweib, un des chefs combattants sur place lors de l'arrestation de Kadhafi, à savoir son lynchage évident. Dans une interview "exclusive" à la BBC, ce qui n'étonne qu'à moitié tant ce pays (comme le nôtre) a tout intérêt à ce qu'on se penche pas trop sur les nombreux liens tissés notamment entre ses dirigeants, tels Tony Blair et son successeur  : tout le monde à encore en tête le lamentable renvoi dans son pays d'origine du responsable jugé de l' attentat du Boeing de Lockerbie. Suivons donc avec attention son propos, car il y a là noir sur blanc une tentative supplémentaire de rattrapage de ce qui est bien un forfait décidé en haut lieu (dans plusieurs pays, d'après ce qu'on vient d'écrire) et une affaire rondement menée à peine le dictateur capturé. Ce n'est déjà plus une fable, à ce stade, c'est bien une affaire d'Etat que l'on cherche à étouffer en lançant des contrefeux, dont celui-ci, qui savère particulièrement maladroit, et ne résiste pas longtemps à l'analyse.

L'homme chargé d'appuyer l'invraisemblable thèse officielle commence tout d'abord par affirmer qu'il a tout fait pour sauver le colonel en l'emmenant dans une ambulance alors qu'il n'était que blessé, pour l'emmener dit-il à l'aéroport de Sirte. Le simple examen des photos de cette ambulance dément cette assertion : le véhicule emmenant le corps est bondé, Kadhafi écrasé par le nombre d'hommes en armes à bord, ne bénéficie d'aucune assistance visible, du type respiratoire ou autre : il n'y a pas de médecin à ses côtés dans cette camionette bondée. Il est bien déjà bel et bien mort et considéré comme tel par les occupants de l'ambulance. Al-Omran Oweib ment, ostensiblement, dès le début de l'interview. Pour ceux qui douteraient de ce que j'avance, voici sa version des faits, raconté par la BBC : "le commandant a finalement réussi à le déplacer dans une ambulance (il parle de Kadhafi) et à le conduire vers l'hôpital le plus proche sur le terrain. Beaucoup, beaucoup de [vérifier] points de contrôle m'ont demandé d'arrêter, je n'étais pas d'accord pour arrêter ; J'ai demandé au chauffeur :.... S'il vous plaît allez, s'il vous plaît ne vous arrêtez pas, dépêchez-vous, mais quand l'ambulance est arrivée à l'hôpital de campagne celui-ci trouvé était bondé de voitures et de personnes. J'ai décidé de le transporter par l'ambulance aérienne. La piste d'atterrissage était encore à une certaine distance à l'ouest. Mais le colonel Kadhafi est mort avant d'en arriver là. Soudain, le médecin m'a dit :« Kadhafi est déjà décédé". On peut aussi se poser comme question à propos de ce "commandant" sur ses capacités à s'imposer aux autres, en l'entendant supplier les conducteurs d'aller plus vite : non, décidément rien ne colle dans ce récit monté de toute pièce.

On le voit bien, la tentative d'explication du décès repose sur les lenteurs du trajet, dues aux "vérifications" des points de contrôle, l'auteur tenant à légitimer son organisation pour éviter coup les échappés (la moitié de la famille de Kadhafi aura réussi à s'échapper en Algérie ou au Niger, ce qui ressemble plutôt à une passoire aux frontières). Cela ne tient pas plus debout que l'explication donnée de la mort à l'arrivée seulement. Une deuxième explication infirmée par deux éléments : l'avis d'un médecin légiste, et de journalistes ayant vu le cadavre de prêt, qui affirme que Kadhafi est bien mort d'une balle dans la tête, ce qui laisse rarement le temps de survivre plusieurs heures, et surtout par un cliché de Kadhafi raide mort, le crâne percé par un coup de revolver donné presqu'à bout touchant, étendu non pas dans une ambulance, mais sur l'arrière du pick-up sur lequel il avait été emmené au sortir de sa cache. À noter que c'est à la montée de ce même pick-up que le tyran recevra un coup de crosse de revolver à barillet, qui le fera saigner abondamment, le tyran découvrant de sa main ensanglantée l'étendue de la plaie infligée (les plaies au cuir chevelu font toujours de même).

Un coup de grâce infligé à genoux sur le côté droit du visage, en plein désert, au bord de la route, où avait étè débarqué Kadhafi pour y être éxécuté après y avoir été violenté : il ressort de ces images que le premier réflexe, effectivement, de ceux qui l'avaient arrêté avait peut être bien été de le ramener vivant en ville. On peut raisonnablement penser que celui qui raconte aujourd'hui une fable morbide ait entretemps téléphoné à ces supérieurs pour les prévenir de la capture, et s'entendre recevoir l'ordre de s'en débarrasser au plus vite. Kadhafi rapidement abattu, son corps est remonté non pas à bord du pick-up, mais à bord d'une ambulance Toyota modèle Van datant des années 80. Mais les images démontrent la supercherie. A bord, il n'y a aucune aide médicale, et bien au contraire : le corps de Kadhafi est allongé les pieds vers l'avant, et sa tête est à peine visible sous le genou du dernier occupant monté à bord de l'ambulance. On à affaire à un fourgon mortuaire et non à une ambulance. Le deuxième lot de clichés arrivé dans les rédactions montrait déjà en effet un Kadhafi mort, à terre, et ensuite un corps à moitié dénudé, mais déjà lavé, le visage rougi par les frottements et dénué de toute trace de sang du côté gauche, celui dans lequel il baignait deux miunutes auparavant. Exactement ce que l'on fait chez les islamistes une fois le décès prononcé : mais là, il s'agît manifestement d'un désir d'effacer les coups portés, semble-t-il. Manque de chance, un photographe d'agence arrivé sur place prend à la sauvette la photo du corps dans l'ambulance, déjà bien nettoyé.  On a tourné le visage du côté de l'impact de la balle, qui ne semble pas être ressortie, donc. L'image du visage rougi indique que la balle est entrée aua niveau de l'oreille ou de la base du cou, ce que cache un repli de chemise : l'oreille droite saigne abondamment, on retrouvera durant le transport du corps ce filet de sang qui continuera à couler le long dut torse du tyran. Combien de temps à partir de là a duré la scène complète de l'exécution ? Fort peu, et cequi est à retenir est qu'un ordre à sans doute été donné d'effacer les traces visibles des sévices reçus. La grotesque fable du "commandant" Al-Omran Oweiib s'effondre dans ses mensonges successifs : c'est bien un cadavre qu'emporte l'ambulance.. Descendu vivant du pick-up, puis molesté, c'est un Kadhafi raide mort qui part en trombe... vers son réfrigérateur.

L'idée de le faire transférer par avion n'est en revanche pas surprenante et s'explique en effet. Pendant les combats, en février dernier, un C-130 a bien réussi à récupérer des ouvriers du pétrole, mais c'était avec l'aide des SAS anglais. Une fime américaine privée, Global Air Rescue, a bien un service d'ambulance aérienne qui présentait toujours une localisation de desserte sur Tripoli, Benghazi et Sabha. Mais aucun de ses avions n'y réside :les appareils sont basés à Ashville, en Caroline du Nord. Non, la Libye possède bien un service de ce type, appelé d'ailleurs Air Ambulance qui avait reçu le 4 juin dernier son premier An-74-TK-300 médicalisé, d'une valeur de 15 millions de dollars, tout en gardant ses deux Cessna 560XL Citation XLS. remplaçants de sa SN-601 Corvette 100, son Beech 200C Super King Air et son hélicoptère AgustaWestland AW-119 Ke Koala. L'Antonov des médecins libyens étant basé à Mitiga (à 8 km de Tripoli). C'est un des ses appareils qui avait rapatrie en Hollande le seul jeune survivant du crash d'un Airbus 330 à Tripoli en mai 2010. L'appareil crashé portant les même couleurs que celui bombardé pendant le conflit. Kadhafi utilisait ces appareils pour faire soigner sa famille, quand il ne faisait pas venir à grands frais un dentiste anglais réputé pour le port d'un appareil dentaire à sa fille préférée, celle devenue médecin après avoir été déclarée tuée lors du raid US sur Benghazi (un récit ahurissant de la vie de cette jeune femme est disponible sur le net : aujourd'hui médecin dans un hopital, elle aurait refusé d'y soigner des insurgés blessés (le texte est savoureux, surtout lorsqu'il décrit les visites impromptues du dictateur dans l'école où est sa fille et où tout le monde pense être révoqué ou envoyé en prison si elle n'obtient pas de bonnes notes !). Le seul problème de l'histoire inventée encore une fois étant l'Otan, qui inflige alors au pays une interdiction aérienne de fait depuis le début des combats, et avec qui il aurait fallut négocier le survol d'une zone sensible, puisque bombardée à peine quelques instants avant : difficile à réaliser, et crainte de voir l'avion ou l'hélicoptère... abattu. Non, décidément, ça ne tient pas davantage comme explication. A son arrivée, le corps de Kadhafi saigne encore abondamment de l'abdomen, qui a reçu une balle, et de l'intérieur de l'oreille droite. Des marques de scarification supplémentaires sont apparues durant son transfert : les occupants de l'ambulance ce sont visiblement attaqués à sa dépouille.

Là où il est plus mal placé, notre commandant-électricien visiblement islamiste, d'après la barbe qu'il porte, c'est sur la façon dont Kadhafi a été définitivement mis au silence. Par un coup de pistolet donné sur le côté droit du visage, par un des hommes portant uniforme aperçu sur un des clichés de l'exécution proprement dite. Selon notre story-teller en herbe, Kadhafi s'est pris une balle perdue venue de tireurs de son propre camp. "M. Oweib dit que colonel Kadhafi avait déjà été blessé quand il a été traîné hors de sa cachette. Mais, quand il a été attaqué par une foule furieuse de combattants, l'ancien dictateur a réussi à marcher seulement 10 pas avant de tomber au sol. Lorsque ces premiers hommes l'ont attrapé, M. Oweib a déclaré que l'ancien leader libyen ne semblaient pas se rendre compte que son pouvoir avait glissé de ses doigts. "Quand il est sorti du trou, il a commencé à dire :« quoi de neuf, les gars, s'il vous plaît attendez, quel est le problème je suis avec vous, vous n'êtes pas autorisé à le faire Hey. ?..! Il pensait encore qu'il est le président ou le dictateur. "   Et là encore, les propos ont été traduits différemment dans la presse, Kadhafi ayant supplié qu'on lui laisse la vie sauve en échange d'argent, semble-t-il. Et là où ça devient plus difficilement tenable, c'est quand au détour d'une image on découvre un barbu en casquette qui pourrait très bien être notre commandant à remords, tenant fermement Kadhafi descendu de son pick-up pour se rendre sur le lieu de son éxécution sommaire : l'homme le dirige véritablement, accroché à sa vareuse marron, d'une poigne ferme. Si c'est bien lui, difficile de clamer aujourd'hui qu'il aura tout fait pour lui épargner d'être tué... 

Kadhafi, selon lui encore, aurait donc été victime d'une balle à la trajectoire presqu'aussi fabtasque que celle qui a tué Kennedy : selon la BBC, toujours "M. al-Oweib décrit en détail la féroce fusillade qui a eu lieu à la périphérie de Syrte. Il a dit que, alors que ses hommes sortaient le colonel de la conduite de drainage infâme, ils sont tombés sous le feu venu de trois côtés. Dans la chaleur et le chaos de la bataille, dit-il, il était impossible de dire qui avait tiré la balle mortelle. « Je n'ai pas vu quelle arme a tué Kadhafi", at-il dit. « Il y avait des [tirs] provenant du trou et de la rue. [Les gens étaient] arrivaient depuis le côté, et ils couraient en tirant pour se sauver." Le commandant a admis que certains de ses combattants avaient voulu tuer l'ancien dictateur sur place. Mais il a dit qu'il avait plaidé auprès d'eux de ne pas le faire. Il voulait le ramener vivant. "J'ai essayé de sauver sa vie », dit-il, « mais je ne pouvais pas. Je ne pouvais rien faire pour lui. Même si il était mon ennemi, je voulais l'emmener vivant à Misrata, pour le juger." Là encore, les vidéos sortant tout droit des téléphones portables ruinent cette vision des choses : Kadhafi a été liquidé à bout portant et non par des tirs venus d'ailleurs. Ce qu'on entend quand il descend de son pick-up, la tête ensanglantée, ce sont les tirs de joie de ceux qui sont autour de lui : le mouvement de foule n'est en rien un échange de tir avec un adversaire totalement absent de la scène. Dans le chaos d'une des vidéos, on voit le dictacteur descendu péniblement de son 4x4, recevant un coup de crosse en pleine tête, puis être emmené un peu plu loin, avec des bruits de tirs, mais quoi ne sont en rien ceux d'éventuels ennemis : tous ceux qui sont autour de lui sont debout, à visage découvert, et ne sont aucunement en train de répondre à des tirs adverses. Le mensonge est complet, à ce stade. L'auteur du témoignage oublie de préciser que Kadhafi n'a pas reçu une balle, mais deux. Celle au ventre, visiblement destiné à le faire souffrir longtemps, et une en pleine tête pour mettre fin à ses jours. Kadhafi n'est pas mort devant la conduite de drainage : et lorsqu'il descent du 4x4 sur lequel on l'a juché, visiblement atteint aux jambes par les schrapnels, exactement comme son aide de camp (lire l'épisode précédent) il n'a visiblement encore reçu aucune balle, contrairement à ce que raconte M. al-Oweib. Sur les photos, le décor à l'arrière du pick-up d'où il est descendu n'est pas le même que celui qui entourait l'endroit où il a été trouvé caché.

Autre point allant à l'encontre de ce que raconte le commandant al-Oweib : les photos de l'attaque du convoi de Kadhafi montrent aujourd'hui plus de 50 cadavres aux côtés des voitures calcinées. Devant l'égoût, quatre corps seulement ont été montrés, avant de vite disparaître rapidement. Selon le témoignage de l'aide de camp de Kadhafi, entendu ici hier, il ne restait que fort peu d'hommes valides pour le protéger. Les cadavres étendus raides morts devant le conduit induisent qu'il ne pouvait y avoir d'autres combattants alentour susceptibles de tirer comme il l'indique : et mieux encore, l'emplacement n'est visiblement pas le même : deux ou trois images fugaces montrent que l'on est déjà plus au même endroit : le 4x4 avec un Kadhafi vivant à bord, mais blessé aux jambes, avait déjà fait quelques kilomètres avant de s'arrêter pour en finir. Sur une autre image volée, le groupe qui va le tuer se dirige vers un homme seul qui semble tenir un téléphone à la main droite et qui semble surtout les attendre au milieu de la route, à l'endroit choisi pour l'éxécution.

Et comme cela ne semble toujours pas suffire, voilà que survient un autre larron nommé Sanad al-Sadek al-Ureibi, qui depuis avant hier revendique d'avoir lui-même exécuté Kadhafi, en exhibant une bague, portant le nom de sa seconde femme, et la vareuse marron enlevée au dos du dictateur. Or, à bien examiner les images encore une fois, on constate une chose évidente : le fameux "tueur de Kadhafi" revendiqué est tout simplement celui qui a réussi à se glisser aux premières loges lors du transfert d'ambulance : juste à côté du corps du tyran, assis du côté droit du corps : celui où se tenait la bague.  Revenu se faire congratuler dans sa caserne (c'est un ancien soldat de Kadhafi qui a rejoint les rebelles), il peut même exhiber un pistolet d'or qu'il aurait subtilisé au dictateur : très bien, mais la veille, un autre gamin avait revendiqué avoir trouvé le même, dans le même égoût où se terrait le dictateur... cela commence à faire beaucoup de pistolets d'or en vadrouille, cet assassinat. Et des pistolets en or, à vrai dire, ce n'est pas ce qui manque depuis hier...

Car un gamin de 18 ans, appelé paraît-il Mohammed al-Babi, avait exhibé en premier le pistolet d'or de Kadhafi... que lui avait visiblement tendu un dignitaire militaire du nouveau régime, placé derrière lui sur tous les clichés. le hic, c'est que de news en news, le gamin change de nom et s'appelle aussi Omran Shaaban, et qu'il a alors 21 ans. Tous deux, se présentant de la même faion sous la même photo, mais avec un nom différent, racontaient la même histoire aux médias : être allé au fond du tuyau pour tomber face à face avec Kadhafi et lui chipper son fameux pistolet. Mais tous les interviews d'al-Babi-Shaaban n'indiquaient pas une chose bien plus importante que ce pistolet d'opérette : "depuis le retour des combattants de la dernière ligne de front dans le conflit qui a duré huit mois, un pistolet d'or de Kadhafi, des mitraillettes et un téléphone satellite sont passés de main en main. « Le dernier appel reçu sur son Thuraya venus de Syrie. C'était une dame au téléphone », selon un membre de la brigade". Kadhafi téléphonait bien sur le réseau Thuraya, un modèle du réseau Iridium, via un téléphone du type de celui qu' utilisait Reyes, des Farcs, ou Ben Laden... ou les attaquants de Mumbaï ! Autant on a pu admirer le pistolet, autant le téléphone on en attend toujours une image... remarquez, on avait réussi à trouver celui d'un de ses officiers, saisi à Misrata : c'était bien le même que ceux vus à Mumbaï !!! Un téléphone et un réseau.... espionnable, avec des matériels comme celui-ci... le SISI (bien nommé !). Un appareil qui n'est pas sans en rappeler fortement un autre.... (les français n'auraient-ils que racheté une fabrication étrangère pour en faire leur ordinateur espion ? Voilà une autre piste intéressante qui s'ouvre à l'enquête !).

Mais comme cela ne semble toujours pas suffire, voilà qu'apparaît un troisième larron, qui s'appelle Nabil Ali Dagouich, cette fois : il a 23 ans et clame partout qu'il est allé lui aussi au fond du tunnel chercher... un troisième pistolet d'or. Ce tuyau de béton est devenu en quatre jours une vraie caverne d'Ali Baba, ou s'est retroué encombré comme un métro à l'heure de pointe ! Lui est présenté il est vrai par le Sun, qui, en journal habitué au glauque, n'a rien trouvé de mieux que d'envoyer son reporter au fin fond de la chambre froide de supermarché où le cadavre du dictateur et de son fils reposaient. Pour y prendre la pose, uniquement  ! Remarquez, c'est grâce à lui que j'ai pu apprendre qu'un troisième refroidi avait rejoint la chambre froide : le ministre de la défense de Kadhafi, Abu Bakr Younis, prétendu lui aussi réfugié dans le même tuyau, et qui serait mort... lors de son transfert à l'hôpital (lui aussi !)...quant au fameux pistolet, il faut savoir que dans les différents palais de Kadhafi et de ses fils on a pas cessé d'en découvir, et que même depuis hier on en vend déjà des répliques sur e-Bay...

Et comme visiblement ça ne suffit toujours pas (?), depuis hier on une nouvelle théorie d'apparue : ce serait un de ces gardes qui l'aurait tué, paraît-il, maintenant, pour lui éviter le déshonneur on suppose : l'un de ces aides, nous en avons parlé hier, et il a bien confirmé l'attaque et les blessures occasionnées, ainsi que le peu de survivant du tir du missile dévastateur HellFire. Yahoo News s'offre même un superbe "selon d'autres témoignages, Kadhafi aurait été tué dans une fusillade à l'intérieur même de l'ambulance qui l'emmenait". Ce que contredisent les deux clichés montrés du corps du dictateur dans cette même ambulance ! On cherche visiblement à créer la confusion dans le public : c'est le phénomène de la rumeur entretenue, qui cherche souvent à masquer une triste réalité, celle d'un pouvoir aux abois. 

Le hic, c'est qu'on possède une image de ce qui semble bien être la sortie du tunnel où s'était réfugié Kadhafi (vérifier les câbles à terre qui en attestent) : il y a un homme étendu par terre, un de ses gardes, et autour de lui sept personnes visibles, dont aucune ne ressemble ni au gamin ayant pris le fameux pistolet, ni notre Sanad al-Sadek al-Ureibi, à moins que ce ne soit le soldat portant un casque et muni il est vrai d'un pistolet. En tout cas, contrairement à ce qu'affirme Al-Omran Oweib, autour du dictateur arrêté personne ne cherche à se protéger : tous les ennemis ont été éliminés, et la balle perdue annoncée pourra toujours attendre : Kadhafi à bel et bien été lynché. Sur le cliché, un homme détonne : habillé de bleu, il prépare ostensiblement et très calmement un revolver, le dos tourné à la scène, comme si l'arrestation de Kadhafi le laissait indifférent, et qu'il se concentrait déjà sur une autre tâche (laquelle ?). Une attitude très surprenante ! Est-il en train de menacer un homme à terre, est-il en train de discuter avec un blessé, où est-il en train de préparer une exécution ? Dés la sortie de sa cache, en tout cas, le sort du dictateur était scellé.  Ce que se refuse toujours à admettre le pouvoir en place, qui visiblement s'est entendu pour se débarrasser d'un encombrant personnage. "Personne ici n'a tué Kadhafi" fait-on dire à ceux qui étaient sur place (preuve que quelque chose a été arrangé), et le président du CNT dit de même. Son vice-président lui aussi, car il n'apprécie pas trop que l'on fouille dans les documents de l'ancien régime : dans des bureaux dévastés, on a retrouvé sa signature sur un papier numéroté 8/2311 officialisant la peine de mort contre 32 accusés, qui ont tous été fusillés, en date du 16 juin 2008. Ces derniers temps, on avait semble-t-il retrouvé les restes de ces malheureux (et ceux du carnage d'Abou Slim de 1996) : l'enquête "impartiale" promise depuis avec des médecins légistes appelés a déjà rejoint les cadavres sous terre : elle a été vite enterrée. L'homme qui a trois années à peine faisait assassiner le peuple libyen opposé à Kadhafi prétend aujourd'hui vouloir diriger le pays à sa place. Le scandale libyen est là : on ne me fera jamais croire que les services secrets anglais, américains ou français aient pu ne pas connaître ses terribles responsabilités. Et autant pactiser avec lui trois années plus tard.

PS : depuis ce matin, le corps de Kadhafi a disparu définitivement dans le désert libyen. C'est bien un Ben Laden bis. Fini l'exposition pour les enfants (?), terminé le grand cirque médiatique. Une autopsie aurait eu lieu, mais dans le frigo même, dont on aura paraît-il un jour les résultats. Ceux qui ont vu le corps après l'annonce de l'autopsie menée n'y ont trouvé aucune trace d'acte médical. Pour annoncer l'enterrement à la sauvette, l'incroyable Abdul-Jalil est allé de son couplet nouveau sur les gardes du corps qui l'auraient assassiné pour éviter qu'il ne parle, selon lui. Son abjection n'a aucune limite "« Ceux qui ont voulu le tuer étaient ceux qui lui étaient fidèles ou qui avaient joué un rôle sous ses ordres ; sa mort est leur avantage » ose-t-il déclarer ce matin même. A ce stage de mensonge, on est bien en présence de la graine de dictateur. 



190 réactions


  • mahatma mahatma 25 octobre 2011 11:26

    Article impressionnant,
    Merci pour le travail de recherche, d’analyse et de documentation

    Il est clair qu’il ne devait s’exprimer, de plus son tempérament le destinait à devenir incontrôlable.
    Mais s’il restait quelque part, quelques archives et témoignages ou si le restant de sa famille se mettait à parler, preuve à l’appui, certains dirigeants de haut niveau, voire un certain candidat pour 2012 en aurait des sueurs froides, ce qui pourrait être révélé a le potentiel de dissoudre tout espoir de se représenter en 2012, voir de lui promettre une chance de plus, parmi toutes celles qui existent déjà, d’avoir droit à un trajet direct en prison.

    On se croirait à Chicago, les bombardements ont remplacé les sulfateuses, mais les parrains sont toujours les plus nerveux et les plus teigneux ...


    • DSKprésident 25 octobre 2011 15:44

      oui, bel article.

      un peu long quand même (c’est un constat, pas une critique) : un paragraphe de synthèse ou de résumé en guise de conclusion serait bienvenu pour ceux qui n’ont pas toujours le temps,...


    • bigglop bigglop 25 octobre 2011 17:27

      Encore merci Morice pour cet excellent article si riche et détaillé. Certains sont soulagés, essuient la sueur de leur front : Obama, Sarkozy, Cameron, Berlusconi et leurs complices
      Voir la vidéo d’Hillary Clinton : http://www.dailymotion.com/video/xlvrvb_la-folie-de-ceux-qui-dirigent-le-monde-h-clinton-kadhafi_news

      Revenir aux sources de cette intervention « humanitaire » ne nous fera pas de mal :

      LIBYE : REVELATIONS ITALIENNES SUR LES ACTIVITES DES SERVICES FRANCAIS DEPUIS NOVEMBRE 2010

      samedi 26 mars 2011

      Il serait naïf de croire que c’est l’amour de la démocratie ou du peuple libyen qui met en mouvement les machines militaires occidentales, précédées des semaines et des mois auparavant par les services spéciaux avec leurs scénarios et leurs contacts prévisionnels.
      La faiblesse des calculs néocolonialistes est qu’ils n’évaluent pas correctement les impacts des aspirations démocratiques et nationales des peuples qu’ils espèrent manipuler et diviser.

      L’ampleur des soulèvements pacifiques des peuples tunisien et égyptien, malgré leurs limites, a obligé les impérialistes à revoir leurs plans dans la précipitation, ce qui a rendu nombre de leurs porte paroles et acteurs plus bavards, maladroits et manquant de cohésion, multipliant les fuites comme celle signalée par le site Nerrassi ou les gaffes du genre « Croisades ».

      Tout dépend en définitive de la résistance, des peuples, de la capacité de leurs mouvements à ne pas tomber dans les pièges de la militarisation de leurs combats sociaux et démocratiques, sans tenir suffisamment compte des réalités complexes nationales, régionales et internationales.

      Selon le journaliste de la droite libérale italienne Franco Bechis, la révolte de Benghazi aurait été préparée depuis novembre 2010 par les « services secrets français ». Comme le remarque, aussi, Miguel Martinez du site internet « progressiste ComeDonChisciotte », ces révélations, encouragées par les « services secrets italiens », doivent se comprendre comme une rivalité au sein du capitalisme européen. Par Franco Bechis (Directeur adjoint du quotidien italien « Liber »).

      Le « Réseau Voltaire » précise que Paris a rapidement associé Londres à son projet de renversement du colonel Kadhafi (force expéditionnaire franco-britannique). Ce plan a été modifié dans le contexte des révolutions arabes et pris en main par Washington qui a imposé ses propres objectifs (contre-révolution dans le monde arabe et débarquement de l’« Africom » sur le continent noir). La coalition actuelle est donc la résultante de ces ambitions distinctes, ce qui explique ses contradictions internes.

      Première étape du voyage, 20 octobre 2010, Tunis. C’est là qu’est descendu avec toute sa famille d’un avion de « Libyan Airlines », Nouri Mesmari , chef du protocole de la cour du colonel Muhamar Kadhafi . C’est un des grands perroquets du régime libyen, depuis toujours aux côtés du colonel.

      Le seul -comprenons-nous- qui avec le minsitre des Affaires étrangères Moussa Koussa avait un accès direct à la résidence du raïs sans avoir à frapper (avant d’entrer, NdT).

      Le seul à pouvoir franchir le seuil de la suite « 204 » du vieux cercle officiel de Benghazi où le colonel libyen a accueilli avec tous les honneurs le Premier ministre italien Silvio Berlusconi pendant la visite officielle en Libye. Cette visite de Mesmari à Tunis ne dure que quelques heures. On ne sait pas qui il rencontre dans la capitale où la révolte contre Ben Ali couve sous la cendre. Mais il est désormais certain que dans ces heures-là et dans celles qui ont immédiatement suivi, Mesmari jette les ponts de ce qui, à la mi-février, allait devenir la rébellion de la Cyrénaïque. Et prépare l’estocade contre Kadhafi en cherchant et obtenant l’alliance sur deux fronts : le premier est celui de la dissidence tunisienne. Le second est celui de la France de Nicolas Sarkozy . Et les deux alliances lui réussissent.

      C’est ce dont témoignent des documents de la « DGSE » , le « service secret français », et une série de nouvelles fracassantes qui ont circulé dans les milieux diplomatiques français à partir de la lettre confidentielle, Maghreb Confidential (dont il existe une version synthétique et accessible payante).

      Mesmari arrive à Paris le lendemain, 21 octobre 2010. Et il n’en bougera plus. En Libye il n’a pas caché son voyage en France, puisqu’il a emmené avec lui toute sa famille. La version est qu’à Paris il doit subir un traitement médical et probablement une opération. Mais il ne verra pas l’ombre d’un médecin. Ceux qu’il verra seront par contre, tous les jours, des fonctionnaires des « services secrets français ».

      L’ex compagnon de Kadhafi, Nouri Massoud El-Mesmari, a fait défection le 21 octobre 2010.
      Il vit aujourd’hui sous protection des « services secrets français ».
      LA RÉUNION

      On a vu de façon certaine au début du mois de novembre, entrer à l’« Hôtel Concorde Lafayette » de Paris, où Mesmari réside, d’étroits collaborateurs du président français. Le 16 novembre 2010, une file de voitures bleues est devant l’hôtel. Dense et longue réunion dans la suite de Mesmari . Deux jours plus tard une dense et étrange délégation française part pour Benghazi. Avec des fonctionnaires du ministère de l’Agriculture, des dirigeants de « France Export Céréales » et de « France Agrimer », des managers de « Soufflet », de « Louis Dreyfus », de « Glencore », de « Cani Céréales », « Cargill » et « Conagra ».

      Expédition commerciale, sur le papier, pour essayer d’obtenir à Benghazi justement de riches commandes libyennes. Mais se trouvent aussi dans le groupe des militaires français, déguisés en hommes d’affaire.

      À Bengazi ils vont rencontrer un colonel de l’aéronautique libyenne indiqué par Mesmari  : Abdallah Gehani . Il est au-dessus de tout soupçon, mais l’ex-chef du protocole de Kadhafi a révélé qu’il était prêt à déserter et qu’il a aussi de bons contacts avec la dissidence tunisienne.

      L’opération est menée en grand secret, mais quelque chose filtre jusqu’aux hommes les plus proches de Kadhafi Le colonel se doute de quelque chose. Le 28 novembre 2010 il signe un mandat d’arrêt international à l’égard de Mesmari . L’ordre arrive aussi en France à travers les canaux protocolaires. Les Français s’alarment et décident de suivre de façon formelle l’arrêt

      Quatre jours plus tard, le 02 décembre 2010, la nouvelle filtre justement depuis Paris. On ne donne pas de nom mais on révèle que la police française a arrêté un des principaux collaborateurs de Kadhafi . La Libye, au premier abord, retrouve son calme. Puis apprend que Mesmari est en réalité aux arrêts domiciliaires dans la suite du « Concorde Lafayette ». Et le raïs commence à s’agiter.

      La colère du raïs. Quand arrive la nouvelle que Mesmari a demandé officiellement l’asile politique à la France, la colère de Kadhafi éclate, il fait retirer son passeport même au ministre des Affaires étrangères, Moussa Koussa , accusé de responsabilité dans la défection de Mesmari. Il essaie ensuite d’envoyer ses hommes à Paris avec des messages pour le traître : « Reviens, tu seras pardonné ». Le 16 décembre 2010, c’est Abdallah Mansour , chef de la télévision libyenne, qui essaie. Les Français l’arrêtent à l’entrée de l’hôtel. Le 23 décembre 2010 d’autres Libyens arrivent à Paris. Ce sont Farj Charrant, Fathi Boukhris et A ll Ounes Mansouri.

      Nous les connaîtrons d’avantage après le 17 février 2011 : parce-que ce sont justement eux, avec Al Hadji , qui vont mener la révolte de Benghazi contre les miliciens du colonel.

      Les trois sont autorisés par les Français à sortir dîner avec Mesmari dans un élégant restaurant des Champs-Élysée. Il y a aussi là des fonctionnaires de l’ « Élysée » et quelques dirigeants des services secrets français. Entre Noël et le Jour de l’an sort dans Maghreb Confidential la nouvelle que Benghazi est en ébullition (à ce moment-là personne ne le sait encore), et aussi quelques indiscrétions sur certaines aides logistiques et militaires qui seraient arrivées dans la seconde ville libyenne, en provenance justement de la France. Il est désormais clair que Mesmari est devenu un levier aux mains de Sarkozy pour faire sauter Kadhafi en Libye. La lettre confidentielle sur le Maghreb commence à faire filtrer les contenus de cette collaboration.

      Mesmari est nommé « Libyan Wikileak », parce qu’il révèle un après l’autre les secrets de la défense militaire du colonel et raconte tous les détails des alliances diplomatiques et financières du régime, en décrivant même la carte du désaccord et les forces qui sont sur le terrain. À la mi-janvier 2011 la France a dans les mains toutes les clés pour tenter de renverser le colonel. Mais il y a une fuite. Le 22 janvier 2011 le chef des « services secrets de Cyrénaïque », un fidèle du colonel, le général Aoudh Saaiti, arrête le colonel d’aviation Gehani , référant secret des Français depuis le 18 novembre 2010.

      Le 24 janvier 2011 il est transféré dans une prison de Tripoli, avec l’accusation d’avoir créé un réseau social en Cyrénaïque, qui faisait les louanges de la contestation tunisienne contre Ben Ali . Mais c’est trop tard : Gehani a déjà préparé la révolte de Benghazi, avec les Français.

      Voir en ligne : http://www.nerrati.net/afrique-doss...

      Mais aussi sur les magouilles britanniques :

      Londres, Correspondant - Alan Duncan, secrétaire d’Etat britannique au développement international, campe une figure singulière au sein de son propre camp, le Parti conservateur. Derrière le raffinement et le charme de l’homme se cachent la détermination et le flair d’un ancien négociant en pétrole. Avant d’être élu député à Westminster, l’intéressé a servi d’intermédiaire entre producteurs et consommateurs d’or noir, d’abord auprès de la société de trading suisse Vitol, puis de la Shell.

      C’est pour cette raison, à lire la presse britannique du 1er septembre, que le premier ministre, David Cameron, a nommé Alan Duncan en avril à la tête d’une cellule secrète destinée à utiliser l’arme du pétrole contre le régime Kadhafi.

      Alerté par ses contacts pétroliers, M. Duncan avait pris conscience de l’effet néfaste des sanctions de l’ONU comme de l’Union européenne (UE). En effet, l’approvisionnement des rebelles en produits pétroliers (essence, gasoil, fioul) était interrompu alors que les kadhafistes, par le truchement de filières clandestines d’intermédiaires chinois et indiens utilisant des ports tunisiens et algériens, continuaient à être alimentés en carburants. A l’époque, les opérations militaires de l’OTAN, auxquelles participe le Royaume-Uni, paraissent enlisées.

      La stratégie de cette cellule discrètement installée sous les combles du Foreign Office est de priver l’ouest de la Libye, sous le contrôle de l’armée du dictateur, de produits raffinés tout en assurant la fourniture des rebelles.

      Pour ce faire, les routes empruntées par les trafiquants pour acheminer les produits pétroliers sont coupées par les bombardements de l’OTAN et le blocage du port de Zaouïa, à une quarantaine de kilomètres de Tripoli. Par ailleurs, Alan Duncan persuade son ancien employeur, Vitol, d’envoyer par navire du gasoil à Benghazi, le QG des rebelles. Le marché d’assurances londonien Lloyd’s est prié de faciliter la couverture des bateaux de Vitol ravitaillant l’Arabian Gulf Oil Company (Agoco), contrôlée par les autorités provisoires. Le trader suisse accepte de remettre à plus tard le paiement à la livraison des cargaisons, comme il est de tradition dans les zones de guerre.

      Pour réaliser sa mission, Vitol possède de trois atouts maîtres. Tout d’abord, la firme genevoise connaît bien le pays. En 2008, la société a signé un accord avec la compagnie libyenne des pétroles NOC visant à construire un terminal pétrolier dans le port de Ras Lanouf, projet qui avait été abandonné. Ensuite, le trader dispose de l’infrastructure nécessaire pour mener à bien l’opération d’assistance aux insurgés : ports, entrepôts, tankers. La nature de la profession de négociant en matières premières est enfin de prendre les risques que les majors pétrolières préfèrent éviter.

      Contacté par Le Monde, Vitol a confirmé avoir eu "des accords commerciaux directs avec Agoco, qui achetait des produits pétroliers au nom du Conseil national de transition depuis le début du conflit".

      Certes, les arrière-pensées de relations publiques n’étaient pas absentes après une série de scandales qui ont terni l’image de Vitol (en 2008, l’organisme américain de régulation des marchés à terme avait classé Vitol comme un spéculateur et non plus comme un intermédiaire commercial). Mais surtout, comme l’indique un expert londonien du secteur énergétique, "cette opération, pas très compliquée et qui ne coûte pas cher, permet à Vitol de se placer à moindres frais au cœur de la vaste foire d’empoigne qui se déroule autour du pétrole libyen dans la perspective de l’après-Kadhafi".

      Y penser toujours, n’en parler jamais : telle pourrait être la devise des pays comme des compagnies qui ont soutenu les rebelles vis-à-vis du pactole pétrolier libyen. Déjà présentes sur place avant le conflit, Total, BP, Shell et Vitol entendent prendre leur part du gâteau en délogeant l’opérateur historique, l’italienne ENI. La course aux réparations des puits libyens endommagés et aux licences d’exploration-production à venir fait rage en coulisses. Très légères, contenant peu de soufre, les huiles extraites à bas coût du sous-sol libyen sont très recherchées par les raffineurs européens.

      Les anciens soutiens du régime comme les pétroliers russes, chinois et brésiliens sont aujourd’hui dans leurs petits souliers. C’est pourquoi, derrière l’annonce par le trader russo-finlandais Gunvor de l’envoi aux rebelles d’une cargaison de fioul destinée aux centrales électriques, beaucoup voient la volonté du Kremlin de faire oublier son appui au Guide.

      Marc Roche

      Article paru dans l’édition du 03.09.11

      http://www.lemonde.fr/libye/article/2011/09/02/londres-a-fait-appel-a-des-traders-dans-la-guerre-du-petrole-contre-le-regime-du-colonel-kadhafi_1566724_1496980.html#ens_id=1481986




    • morice morice 25 octobre 2011 18:04

      vous auriez mis le lien ça nous aurait évité la tartine en forum !


    • mahatma mahatma 25 octobre 2011 20:50

      oui, en mettre une tartine pour lasser le lecteur,
      quand on lit vos commentaires, on peut constater que c’est votre spécialité ...
      Certains commentaires vous dérangent ... ?


    • epapel epapel 25 octobre 2011 21:08

      Et ce n’est pas pire que certains articles.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 26 octobre 2011 01:22

      Bravo Morice, vous nous donnez ici la version qui fera foi. Pour les profanes, il suffit sans doute, toutefois, d’avoir compris que cette entreprise de pillage s’est terminée en remettant le pouvoir en Libye aux main de scélérats, dont on peut heureusement espérer qu’ils s’entretueront. Il faudrait tous prendre la bonne habitude de cracher sur l’ambassade de la nouvelle Libye quand on y passe.


      Et si ça fait saliver, se souvenir aussi que, selon les principes de Nuremberg, la France est maintenant gouvernée par des gens qui devraient être jugés comme criminels de guerre. Et derrière les valets, il y a les vrais coupables...



      Pierre JC Allard



  • morice morice 25 octobre 2011 11:34

    « voire un certain candidat pour 2012 en aurait des sueurs froides »


    ça semble clair, non ?

    • mahatma mahatma 25 octobre 2011 11:45

      Tellement clair que les hordes de « désinformeurs » vont affluer pour décridibiliser, diaboliser, minimiser etc ... mais vous devez être habitué ...


    • morice morice 25 octobre 2011 12:05

      y’en a déjà un d’arrivé : « rien à cogner », il dit : de là à dire que ce qu’il préfère, c’est justement, cogner.... 


    • epapel epapel 25 octobre 2011 21:06

      Restez modestes quand même, à peine 20 personnes vous lisent.


  • Yvance77 25 octobre 2011 11:48

    Salut,

    Bon moi je vais faire la même chose mais en deux lignes :

    Il valait pieux Kadaf mort que vif. Il aurait pu parler de choses qui fâchent hors de Libye. Une fois obtenu sa capture on s’arrange sur l’accident qui va bien, hop sur TF1 et zou on l’enterre dans le désert.

    Du travail de barbouzes bien foutu, et dans deux mois on sera passé à autre chose.

    Pas besoins dans faire des caisses avec les immatriculations de cesna et j’en passe... on s’en cogne c’est mille fois trop long et indigeste


    • epapel epapel 25 octobre 2011 21:42

      Beaucoup moins fatiguant en effet et peu convainquant.

      Mais vous en avez pour votre argent quoi qu’il arrive car un effort à deux balles vaudra dans le pire des cas à peine moins que deux balles.


  • morice morice 25 octobre 2011 12:04

    I« l valait pieux Kadaf mort que vif. »


    bienvenue aux neocons !

    « Pas besoin dans faire des caisses avec les immatriculations de cessna »

    c’est vrai ça, ça n’intéresse personne les dictatures en marche. Le hic, voyez-vous, cher Yvance d’extrême droite, c’est qu’un jour, quelqu’un vient sonner chez vous et vous emmène, et on ne vous retrouve jamais, ou alors pilé en petits morceaux déversés en plein désert, comme au Chili...

    ah, vous n’y aviez pas pensé : normal, vous en êtes incapable, d’après vos posts. 

    continuez à vous en « cogner »... quand ça vous arrivera, il sera trop tard. 
    un peu de lecture, si tenté que vous sachiez lire l’anglais ?

    • cathy30 cathy30 25 octobre 2011 13:27

      pauvre homme
      C’est la crise financière qui va permettre la mise en place d’une dictature européenne et non l’histoire lybienne. (En fait, elle fait partie intégrante de la mise en place de cette dictature et pour l’instant ils ont besoins d’argent).

      Comme à votre habitude, vous êtes encore à côté de vos pompes. Vous la ramenez avec vos histoires de lire l’anglais, vous êtes mûre pour l’internement.
      Surtout après vos histoires d’hier avec la sodomisation de Kadhafi, Il faut vraiment pas être net pour en rajouter à l’insupportable.


    • traboule traboule 25 octobre 2011 13:38

      morice,


       je vous trouve mauvais sur ce coup, tres mauvais, vous raillé yvance sur le fait qu’il ne lit peut etre pas l’ anglais, et vous prouvez dans la même phrase que vous ne comprenez pas le français !!!!
      «  si tenté que vous sachiez lire l’anglais ? »

      On écrit SI TANT EST monnnnsieur le prof.
      "

    • morice morice 25 octobre 2011 13:42

      « pauvre homme »


      Je crois que vous n’avez pas encore compris la dimension de tyran qu’était ce personnage. Je vous conseille en tant que femme d’aller voir ce qu’en avait dit Mémonna Hinterman de France3 pour vous rendre compte à quel point le terme est déplacé. Je ne suis pas partisan de son lynchage, mais ne suis pas non plus à l’absoudre, loin de là : le cas de Kadhafi nous place en effet devant nos responsabilités : il ne fallait pas le tuer, quoi qu’il ait pu faire. C’ est bien Badinter qui avait raison : la peine de mort ne résout jamais rien, bien au contraire. Sa disparition aide trop de gens...

    • morice morice 25 octobre 2011 14:04

      vous êtes mûre pour l’internement.
      Surtout après vos histoires d’hier avec la sodomisation de Kadhafi


      La vidéo existe, vous pouvez toujours la NIER : mais c’est du négationnisme, et en ce qui me concerne une injure. 

      C’est un fait indéniable, relevé par un lecteur plus attentif que vous.

    • cathy30 cathy30 25 octobre 2011 14:22

      Nous ne sommes vraiment pas ici dans le cas de la peine de mort, mais d’un crime de guerre.
      Et pour vos références journalistiques : alors si Memona l’a dit, alors ce doit être vrai smiley


    • Yvance77 25 octobre 2011 17:17

      Poutant ton info tocard .... j’ai vécu et travaillé des années en Irlande (jusqu’à juin 2009), et question anglais si tu veux mettre une bierre en jeu je suis « ready »

      Et toi « ail ou radis » :)


    • GillesR 25 octobre 2011 17:39

      « ous êtes mûre pour l’internement.

      Surtout après vos histoires d’hier avec la sodomisation de Kadhafi


      La vidéo existe, vous pouvez toujours la NIER : mais c’est du négationnisme, et en ce qui me concerne une injure. »

      On ne voit RIEN sur la vidéo, comme on ne voit RIEN sur toutes les autres vidéos merdiques que vous avez « étudié ». En somme vous créez votre propre version de ce qui est arrivé, ce qui donne deux articles sympas de science fiction mais de science fiction et rien d’autre.


    • morice morice 25 octobre 2011 17:47

      On ne voit RIEN sur la vidéo, comme on ne voit RIEN


      je ne vois plus qu’une solution pour vous :


    • GillesR 25 octobre 2011 17:53

      Pour vous, je n’en vois pas, si tenté -ouarffff- qu’il n’y en ait jamais eu.


    • epapel epapel 25 octobre 2011 21:24

      Je note néanmoins un très léger progrès pour le sens de l’humour.


  • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 25 octobre 2011 12:58

    Ah, je croyais que pour respecter les traditions, il fallait jeter le corps à la mer depuis un hélicoptère. 


    • epapel epapel 25 octobre 2011 22:05

      Ils ont préférés respecter la tradition kadhafiste, la torture en moins.


    • flesh flesh 25 octobre 2011 23:11

      Torture en moins ? Quoi, tu sais quelque chose epapel ? 


    • epapel epapel 25 octobre 2011 23:16

      En fait je ne sais rien, mais ils n’ont pas eu beaucoup de temps pour ça.

      Mais si c’est le cas il auront respecté la tradition kadhafiste.


    • flesh flesh 25 octobre 2011 23:36

      Bah voui epapel

      Gaspard, Benny a « été jeté depuis un porte-avion ». Attention à bien connaitre tes classiques !

    • robin 26 octobre 2011 10:22

      En le tournant vers la Mecque ne l’oublions pas....lol !

      On attend avec délectation une vidéo d’une mauvaise imitation de Kadhafi de dos en train de visionner un film de l’attentat terroriste de Lokerby.....lol !


  • morice morice 25 octobre 2011 13:09

    Perdu. La tradition s’est déjà perdue...


  • LE CHAT LE CHAT 25 octobre 2011 13:15

    on va le noyer dans la mer de sable , c’est ce que laissait entrevoir Euro news ce matin....


  • Bruno Bruno 25 octobre 2011 13:25

    Bonjour,

    Je n’ajouterais au travail qu’a fait Morice, mais il apparait clairement que Kadhafi devait être abattu pour que les Lybiens soutenant le dictateur cesse de se battre, et cela était prévisible vu l’enlisement de la France et de l’OTAN.
    Ce qui est criminel c’est d’avoir laisser faire l’invasion d’un pays sous couvert que le peuple voulait la démocratie mais la raison étant tout autre et pour la nommer le profit de grands groupes dont ceux de la France en premier.
    Kadhafi le dictateur et pourtant la Libye était un pays des plus avancé d’Afrique, Kadhafi dérangeait car il voulait aider l’Afrique à rompre le joug occidental, il ne voulait pas non plus laisser la Libye aux mains des occidentaux sans toucher le magot.
    On a appris derniérement que la révolte de la Libye fut préparée en 2010 par les occidentaux dont la France, aujourd’hui la Libye risque le chaos, le peuple Libyens va être asservit et muselé certainement davantage que sous Kadhafi, mais rien n’inquiète l’OTAN ni notre monarque car les intérêts sont sauf et tant pis avec qui cela a été négocié !
    Honte à nos gouvernants, je pose la question quel pays est aujourd’hui dans une vraie démocratie réfléchissez vite avant d’être muselés et asservis à votre tour.
    http://www.lemoder.fr


    • morice morice 25 octobre 2011 13:44

      Kadhafi le dictateur et pourtant la Libye était un pays des plus avancé d’Afrique


      Vous n’avez aucune conscience de ce qui,s’est passé dans ses prisons pour dire ça.

    • Maurice Maurice 25 octobre 2011 14:15

      Bonjour Morice,

      ce que veut dire bruno, du moins je le pense, est que Kadhafi, bien que peu recommandable (mais nos dirigeants le sont-ils) était populaire :
      - en Lybie, il n’y a qu’a voir combien de temps a tenu le dictateur face à une armée survitaminé, alors que cela fait deux mois que les infos nous disait que le dernier bastion était sur le point de tombé... Une frange de la population lybienne le soutenait.
      - en Afrique, car le dictateur voulait instauré le dinar or pour sortir l’Afrique de la tutelle du FMI et du dollar. N’est ce pas une cause honorable.

      Qu’importe il est mort, nous avons notre pétrole, tout va bien.

      Concernant les successeurs de Kadhafi, bien évidement nous avons échangé la peste contre le choléra, et ça beaucoup de français le savent (oui oui je vous jure !) mais ils s’en cognent comme peuvent le dire certains car cela est trop lointain pour eux.

      Ne serait -il pas plus intéressant de mettre vos compétences de chercheur afin de regroupemer les informations, et remonter les fils. Je pense qu’il est temps de balayer devant notre perron...


    • epapel epapel 25 octobre 2011 21:02

      Pour mieux se faire hara kiri, car nous le valons bien.


    • Bruno Bruno 25 octobre 2011 22:52

      Bonsoir Morice,

      Il ne faut pas se méprendre sur mon commentaire, kadhafi n’était pas un saint loin de la, mais il a su avec une main de fer tenir la Libye qui était un pays explosif tant les différentes tribus ne cessaient de se faire la guère, je pense qu’aujourd’hui le CNT ne maitrise rien et que cela risque d’être pire que sous Kadhafi.
      Il fut dictateur de nombreuses années et cela ne dérangeait en rien nos démocraties occidentales, Kadhafi est apparu l’homme à liquider quand il a voulu aider l’Afrique à sortir du joug occidental et, que ce soit L’OTAN ou la France pour évincer Kadhafi ils ont appuyé et armé des castes encore plus sanguinaires que Kadhafi et ce dans un seul but le profit.
      La Libye redeviendra ce qu’elle était avant Kadahfi un pays barbare !
      Quel pays Africain n’est dirigé par des dictateurs sanguinaires, pays pour lesquels l’occident n’intervient pas car il n’y a pas de richesse à piller.


    • robin 26 octobre 2011 10:23

      « Qu’importe il est mort, nous avons notre pétrole, tout va bien. »

      C’était d’abord ça l’important....lol !



    • morice morice 26 octobre 2011 17:26

      Une frange de la population lybienne le soutenait


      Ce qui reste à prouver après 42 ans de dictature.... Les manifs de 200 personnes aux regards fuyants pour savoir s’ils sont filmés ne me laissent pas imaginer ce que vous dites...

    • epapel epapel 25 octobre 2011 21:22

      Message reçu -5 sur -5 par les lecteurs apparemment.


  • Herlock Sholmes Herlock Sholmes 25 octobre 2011 13:41

    Bravo Morice, tout comme pour le « 9-11 », l’analyse des photos et vidéos permet de retrouver des bribes du scénario ici de mise à mort de Khadafi.


    Sur la photo de l’article des gars à la kalash et un Fal belge, on voit un cadavre par terre, le tankiste casqué qui tient un PA ( celui du bastos dans l’abdomen ?) et le gars en bleu qui tient le fameux revolver à gros barillet à canon 3’’ de sa main droite, et qui semblerait en conversation téléphonique de sa main gauche (?)... Est-ce lui qui aurait achevé le blessé d’un balle dans la tempe G ?

    Cette bande d’Apaches en furie semble être sortie de nulle part, dans ce désert, une fois que l’aviation a fini son pilonnage destructeur de la colonne de VL...



  • marcel et yvette marcel et yvette 25 octobre 2011 13:44

    Magnifiques les pistolets plaqués or, on dirait des LLama Gabilondo de fabrication Espagnole ?


  • Pyrathome Pyrathome 25 octobre 2011 13:46

    Deux épisodes hautement intéressants ! merci de toutes ces infos qui ne font que confirmer ce que je pensais déjà.....
    Et maitre Morice est partout à l’offensive ! 
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/10/25/karachi-l-avocat-des-familles-poursuit-hortefeux-et-morano-en-justice_1593473_3224.html
     smiley smiley..


    • morice morice 25 octobre 2011 13:52

      J’aime beaucoup,son travail et encore plus celui des familles des techniciens décédés, véritablement admirables. Il en faut du courage pour défier un État.


    • epapel epapel 25 octobre 2011 20:58

      Sauf en ce qui concerne l’Etat Kadhafiste apparemment.


  • morice morice 25 octobre 2011 13:49

    semblerait en conversation téléphonique de sa main gauche (?)... Est-ce lui qui aurait achevé le blessé d’un balle dans la tempe G ?


    Personnellement c’est ce que je penserai : mais la main qui tient le pistolet près du visage de Kadhafi n’a pas de manche bleue. Son attitude en tout cas est sidérante : on dirait un « professionnel » au travail. Détaché, tranquille, genre « next one » ? 

  • morice morice 25 octobre 2011 14:15

    Important : 

    Le Monde du jour produit la vidéo des derniers instants du leader

    http://www.lemonde.fr/libye/video/2011/10/20/la-derniere-video-de-kadhafi-vivant_1591613_1496980.html#ens_id=1481986

    À 47 secondes du début, alors que Kadhafi vient tout juste d’être exécuté, on trouve, en train d’attendre, la fameuse ambulance. Plus on avance, et plus on à affaire à un traquenard.

  • lecteur2 25 octobre 2011 14:58

    selon mes yeux kadhafi n’est pas blessé aux jambes

    en sortant du tunnel et arrive à marcher.

    quand on le met sur la voiture il n’a pas de blessures au ventre.
    il est mis sur cette voiture comme pour être emmené et
    exibhé comme trophée.



  • Georges Yang 25 octobre 2011 17:15

    Pour Morice on ne peut pas être noir et Libyen, on est forcément un mercenaire, donc il est légitime de lyncher au faciès. En 1995 la France a été victime d’attentats attribués aux islamistes algériens, donc si l’on suit Morice, police et habitants auraient du cogner dans la rue tous ceux qui avaient une gueule d’Algérien,car potentiels suspects
    Morice serait-il partisan de l’axiome on ne peut pas être Français et Arabe ?
    Votre petite phrase sur les noirs en Libye va vous suivre


    • morice morice 25 octobre 2011 17:49

      RAS LE BOL DE VOTRE PRESENCE ICI et de votre HARCELEMENT Yang ! RAS LE BOL !!! 


      vous êtes RACISTE et l’avez assez écrit, alors allez poster ailleurs vos fameux écrits sur« la défécation des obèses » !

    • morice morice 25 octobre 2011 17:55

      et c’est le mec qui a écrit ça qui vient me faire chier ?



    • GillesR 25 octobre 2011 18:03

      Vous pouvez l’insulter morice, mais pour le coup il a raison. 


      Sans doute vous êtes vous mal exprimé. smiley)

    • epapel epapel 25 octobre 2011 20:55

      Et pour le coup, rat suffira.


    • mahatma mahatma 25 octobre 2011 21:00

      @Morice
      Leurs présences prouvent que vos publications les dérangent ...
      vos commentaires les dérangent,
      à croire que même quand vous respirez, vous les dérangez ... ^^
      continuer ce que vous faites, est la meilleure des réponses,
      ceux qui ont l’habitude de vous lire, ne peuvent faire autrement que de les reconnaitre
      dans leurs interventions sans consistance.


    • epapel epapel 25 octobre 2011 21:28

      L’idéal serait de ne prêcher qu’à des convaincus mais l’éviction des Kadhafi et consorts éloigne cette perspective.


  • panpan 25 octobre 2011 17:19

    Il n’est p’têt pas mort d’une balle dans la tête,mais d’un hémorragie intestinale....

    Bien les rebelles ! On sent les civilisés !

    http://www.bivouac-id.com/billets/video-kadhafi-ensanglante-a-ete-sodomise-par-les-rebelles-lybiens-apres-sa-capture/


    • epapel epapel 25 octobre 2011 20:14

      Plus civilisé que Kadhafi, ce qui n’est déjà pas si mal même si ce n’est pas très difficile.


  • Gonzague Gonzague 25 octobre 2011 17:32

    J’ai quand à moi entendu dire qu’il avait été exécuté en novembre 2001 par des Navy Seals à Abbottabad, au Pakistan.
    Alors, quoi penser ? Hein, Morice, quoi penser ?


  • morice morice 25 octobre 2011 17:51

    c’est déjà fait ce mauvais gag, le troll gonzague.



    comme quoi vous manquez de réflexes, pour un troll.

    • epapel epapel 25 octobre 2011 21:37

      Pourtant certains sont visiblement fascinés par ce qu’ils prétendent être horrible : humanisme de façade pour masquer leur voyeurisme ?


    • epapel epapel 25 octobre 2011 22:00

      Le pire des voyeurs est quand même celui qui les montre.


  • Georges Yang 25 octobre 2011 18:04

    Morice
    Vous qui voyez des racistes partout
    Certains lecteurs vous croient crypto musulman, d’autres un sous-marin d’extrême droite
    Je pense qu’ils ont tort, vous n’êtes qu’un exalté brouillon sans envergure


  • rocla (haddock) rocla (haddock) 25 octobre 2011 18:58

    Vous en avez pas mouamar  de bassiner avec vos sous-marines ?


  • escudo escudo 25 octobre 2011 19:20

    Pour un prof d’histoire je trouve que votre article est lamentable ! Le gout prononce pour les images et les descriptions sanguinaire et l’obsession de détailles sans trop d’importance devient très vite indigeste et insupportable. 

    Mon père était aussi prof d’histoire mais bien plus convaincant et moins a la recherche de sensationnel que vous ! Mais bon, lui n’était pas prof dans le même monde que celui dans lequel vous l’êtes. 

    • epapel epapel 25 octobre 2011 20:53

      Je dirais que c’est une fausse attitude de compassion pour une vrai affinité.


    • morice morice 25 octobre 2011 21:05

      Par escudo (xxx.xxx.xxx.148) 25 octobre 11:58

      Mon bref commentaire sur cette article a disparu pendant la nuit...et mon compte perso agoravox a été pirate...

      C’est quoi le next step démocratique ????


      pas trop crédible comme troll....

    • escudo escudo 25 octobre 2011 21:48

      Vous supporter très mal qu’on vous critique ? Vous êtes oblige de salir des qu’on n’aime pas votre merdier ? Vous avez pas trouve rien de mieux pour me répondre ? Car votre réponse est encore plus nulle que votre article ! 

      Vous êtes complètement dans la faux !!! C’est vrai que vous êtes paranoïaque comme disait un autre commentateur ! 
      Je ne suis pas troll de tout ! C’est pas de tout ma tasse de thé, et si vous regarder mes commentaires je ne pense pas que c’est le genre usités par les trolles !
      Monsieur MORICE(c’est bien boffe çà !), quand vous faisiez votre prof d’histoire tranquillement dans votre lycée , moi je risquer ma vie pour gagner ma liberté. 
      Et maintenant quand vous écrivez vos articles(des fois mauvais des fois moins mauvais) je risque toujours ma vie mais cette fois plus simplement pour le gagner ! 
      Alors le statue de troll qui se cache et qui n’as aucune principe ni ideal’ ça ne me ressemble pas vraiment.
      Quand a mon message disparu, oui c’est vrai qu’il est disparu ! Et j’aimerais bien comprendre le pourquoi et le comment ! 

    • epapel epapel 25 octobre 2011 21:57

      Et c’est là que Morice verse une larme avant de se reprendre.


    • morice morice 25 octobre 2011 22:11

      quand vous faisiez votre prof
      d’histoire tranquillement dans votre lycée , moi je risquer ma vie pour
      gagner ma liberté.


      pendant que vous la cherchiez, ici, en France, j’ai risqué de l’emprisonnement ferme et une amende allant jusqu’à dix millions d’anciens francs de l’époque pour la liberté des ondes en France même : alors je pense que je n’ai pas de leçons à recevoir de votre part et encore moins d’être injurié de la sorte. C’était dans un collège, et ça été très loin d’être tranquille...

      « Mon père était aussi prof d’histoire mais bien plus convaincant et moins a la recherche de sensationnel que vous »

      Je doute fort de votre assertion, et si votre père n’a jamais enseigné l’histoire contemporaine, je comprends que vous mélangiez tout, à faire de la chute d’un régime qui a duré 42 ans un simple épiphénomène de l’histoire... Kadhafi était aussi recordman, figurez-vous...

    • GillesR 25 octobre 2011 22:34

      « pendant que vous la cherchiez, ici, en France, j’ai risqué de l’emprisonnement ferme et une amende allant jusqu’à dix millions d’anciens francs de l’époque pour la liberté des ondes en France même »


      Pour avoir skyrock à l’arrivée, Il y a mieux comme combat smiley

    • epapel epapel 25 octobre 2011 22:46

      Pour les larmes je repasserai plus tard.

      Pour les livres d’histoires pour repasserez, Kadhafi était le leader d’un pays de relativement faible importance y compris régionale dont le principal si ce n’est seul atout est la détention de réserves pétrolières qui se seront de toute façon épuisées dans 50 ans et l’intérêt pour ce pays avec. 

      Ce n’est pas par incompétence que Kadhafi a échoué dans toutes ses tentatives d’expansion mais la faiblesse de ses moyens humains, il n’aura été qu’un perturbateur remis périodiquement à l’ordre.

      Ce n’est pas non plus la durée d’un règne qui détermine l’impact d’un dirigeant sur l’histoire du monde ou d’un pays :
      - Alexandre le Grand : 10 ans
      - César : 4 ans
      - Lincoln : 4 ans
      - Hitler : 12 ans
      - Napoléon : 15 ans

      D’ailleurs Khadafi ne figurera même pas dans le livre des records dans quelque catégorie que ce soit.


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 25 octobre 2011 22:49

       smiley

      En effet. Cela dit, au point de relativization où la globalization mène le monde, Skyrock a toute sa place au panthéon démocratique smiley


    • escudo escudo 26 octobre 2011 00:35

      Moi je ne doute pas de votre honnêteté, même si je ne suis pas d’accord avec ce que vous écrivez ! Vous dites que vous êtes prof et je vous crois sur parole. Autrement ça sers a quoi de discuter si on ment ?

      Mon père a enseignait l’histoire contemporaine et il était chercheur en histoire. Il a fait l’histoire aussi en Russie sur le front...et au goulag aussi. C’est bien pour ça qu’il n’aurait jamais écrit un article comme le votre je pense !
      Moi je n’ai pas son niveau et je ne me prétends pas historien non plus ! Mais il y des choses que des historiens ont apprit a travers les livres tandis que moi je les ai vu et vécu. Ça c’est l’histoire aussi et je ne pense pas que je mélange tout quand même. Je ne voit pas en quoi j’ai fait un épiphénomène de la chute du régime Libyen. 
      J’ai tout simplement critiquer votre article.
      J’ai deux amis proches qui font le même métier que moi et ils ont voyager énormément en Libye ces derniers 20 années . Tous leurs amis libyens ont était des pro Qadhafy et ils ne se sont jamais plaint comme quoi Qadhafy était un tyran. Bien au contraire ! Ils était des gens simples qui grâce a une politique d’un tyran comme vous dites, ont eu une vie d’un standard élevé pour le continent Africaine. Alors voyez vous moi je préféré les croire eux plutôt que vous qui traite Qadhafy de tyran tout les deuxième phrases ! Car eux ils on vécu ce que vous vous n’avez même pas vu de vos yeux ! C’est simple non ?.
      Ceci ne veux pas dire que je nie que Quadhafy avait du sang sur les mains ou que je crois que son régime était démocratique dans le vrai sens du terme ! 
      Quel chef d’état n’a pas de reproche plus ou moins grave a se faire ?

      Quand a votre combat pour la liberté des ondes...vous avez entendu de Radio libre a Munich pendant la guerre froide ? Moi j’ai envoyer clandestinement des manuscrits avec des news pour ce radio ! Et vous savez c’était quoi la condamnation pour ça ? Le peloton d’exécution.

    • morice morice 26 octobre 2011 09:02

      J’ai deux amis proches qui font le même métier que moi et ils ont voyager énormément en Libye ces derniers 20 années . Tous leurs amis libyens ont était des pro Qadhafy et ils ne se sont jamais plaint comme quoi Qadhafy était un tyran. Bien au contraire ! 


      On va appeler ça des profiteurs d’un système. Un véritable historien ne prend JAMAIS un exemple particulier pour en faire une généralité. Vous parlez de goulag, et le régime de Kadhafi en avait plusieurs : je ne citerai que le cas d’Al Libi, ancien de Guantanamo et opposant à Kadhafi mort en prison après avoir été remis aux américains. Celui qui profite d’un système le dénonce rarement. Kadhafi à pillé son propre pays, servant en premier sa famille avant de servir son peuple. Les dépôts d’armement dont il a truffé son pays révèlent sa parano, digne du dictateur de l’Albanie : vous ne pouvez le nier, et vos amis ne l’ont même pas vu. Bref, vous venez défendre un Staline bis, avec sa police qui torturait systématiquement ceux qu’elle arrêtait : un patron d’entreprise anglais en à témoigné il y a quelque temps : arrêté par erreur, il a été torturé. Vos amis sont les touristes aveugles comme il existe plein : profitant des malheurs des autres et ne voulant surtout pas venir témoigner à leur retour de ce qu’ils n’ont pas cherché à voir : ce sont des visiteurs bien ordinaires, qui n’influent en rien sur le cours de l’histoire, comme vous d’ailleurs.

    • escudo escudo 26 octobre 2011 14:06

      Une dernière réponse juste pour mettre les points sur les I... après j’arette car vous êtes de mauvaise foi pour un discussion digne de ce nom. Vous casser les gens et vous êtes médisant en traitant tout le monde du haut de votre piédestal de prof qui détient la vérité. 


      1/ Mes amis ne sont pas des touristes aveugles profitant des malheurs des autres, vous êtes de mauvaise foi et vous avancer des choses juste pour salir et détourner la discussion ! C’est malhonnête et c’est ignoble pour un intellectuel ! Mes amis voyageaient en Libye pour des raisons professionnels et ils travaillaient avec des libyens dans différents régions du pays. Ils ont rencontre des dizaines et dizaines de libyens de différents régions. 
      C’est impropre et abaissant d’appeler les gens qui vivent « bien » dans un système « des profiteurs », dans ce cas tout les systèmes sont plein de profiteurs, en France il y des millions aussi comme vous par exemple...Vous utilise ce type de discours juste pour dénigrer et faussé le débat.
      2/ Si on parle de même Al Libi...le présume terroriste d’Al Qaida qui luttai contre Qadhafy n’est pas mort en prison mais au Pakistan tue par les forces US... Et puisque il luttai contre Qadhafy, ça me parait normal que ce dernier ne le traita pas en héros ! Si demain il y avait un catholique extrémiste qui prendrai les armes contre Sarkozy, je ne pense pas qu’il recevrai la légion d’honneur de la part de l’état !
      3/ Des goulags il y a un peu partout dans le monde...vous en citer vous même un ! Il y a a peine quelques années personne ne savait l’existence de Guantanamo appartenant au plus grand démocratie du monde. Depuis il y a eu des fuites qui parlent des prisons similaires qui sont dissémine un peu partout dans le monde dont en Europe. Je ne serais pas surpris plus que çà d’apprendre qu’en France il y a un prison spécial pour des détenus politiques hors norme, en tout cas si il en existe pas encore, vu la tournure des évènements d’ici pas bien longtemps il va en avoir certainement !
      3/ Quel chef d’état ne profite pas de sa position ? Sarkozy ne sert pas en premier sa famille, ses proches et les proches de son système ? Qadhafy n’a pas pillé son peuple plus que d’autre chef d’état le font ! L’électricité gratuite je n’appelle pas ça pillé son peuple !
      4/ Vous me faite vraiment rire avec vos dépôts d’armes en Libye ! Vous êtes naif a ce point la ?Mais vous pensez quoi ? En France ou au US vous pensez que c’est comment ? Vous pensez vraiment qu’ici il n’y pas des dépôt d’armes qui seront utilise en cas de soulèvement populaire ? Le parano c’est propre a tout homme politique partout dans le monde ! Sarkozy quand il se déplace en avion blinde ou sous la protection des centaines de gendarmes et autre robocops armée jusqu’au dents pour aller en visite dans la Drome, ca ce n’est pas du parano ?
      5/ Je ne défends ni Staline ni Qadhafy, je suis bien plus impartial que vous sur ces sujet de dictatures car justement je l’ai vécu et je sais que tout n’est pas noir comme vous essayer de le faire passer dans vos articles. On torture dans tous les pays du monde plus ou moins ouvertement et fréquemment...vous avez entendu de « L’escadron de la mort, l’école française » exporte dans certains pays ? ou que la France fut condamne par le Cour EU de Droits de l’homme pour des faits de torture... ou l’enquête DGPN sur des tortures en France ... et en Russie, au US, les pays de l’Est, l’Espagne, la Chine... En vous lisant on a l’impression que tous les états du monde sont blanches comme neige excepte l’ancien régime de Qadhafy .
      6/Oui mes amis et moi sommes des gens ordinaires qui n’influons en rien sur le cours de l’histoire mais on a nullement la prétention de le faire comme beaucoup d’intellectuels de votre espèce. Mais mes amis au moins ne parlent pas dans le vide comme vous et vos semblables. Vous pensez que vous influez sur le cours de l’histoire en écrivant des articles sur un ton partial en utilisant des liens et des images ignoble avec le seul but de conditionner le lecteur pour l’attire dans votre vérité ? C’est ça une démarche d’historien qui influe sur le cours de l’histoire ? 

  • Marco07 25 octobre 2011 19:55

    Morice, article très intéressant.

    Merci

  • epapel epapel 25 octobre 2011 20:11

    Différence notable avec le cas Ben Laden, personne n’osera affirmer :
    - Kadhafi était mort depuis 10 ans, la CIA faisait croire qu’il était vivant pour avoir un prétexte.
    - Kadhafi est toujours vivant, les photos et les vidéos présentées sont des trucages.

    En revanche, point commun avec Ben Laden : ce n’est pas une grosse perte pour l’humanité.


    • Lou Lou 25 octobre 2011 21:04

      Ce ne serait pas une grosse perte pour AV si vous arrêtiez de throller Morice


    • epapel epapel 25 octobre 2011 21:12

      Ca s’appelle aussi la liberté d’expression.


    • flesh flesh 25 octobre 2011 23:24

      La mort d’epapel sera-t-elle une grosse perte pour l’humanité ? 


    • Feste Feste 26 octobre 2011 04:51

      Trés bon article Morice, comme souvent. Merci.

      Et Epapel le gros troll, votre liberté d’expression vous pourriez la passer à dire quelque chose, plutôt que tant de rien si mal dit. On dirait un paparazzi éconduit


  • morice morice 25 octobre 2011 21:04

    epapel, quand vous aurez fini de jouer au con sur ce fil, faites donc signe.


    • epapel epapel 25 octobre 2011 21:16

      Pas besoin besoin de faire signe, quand je m’arrêterai vous vous en apercevrez tout seul.

      Ceci, on est toujours le con d’un autre.


    • epapel epapel 25 octobre 2011 21:45

      Surtout avec les photos qui peuplement à n’en pas douter de nombreux albums.


  • henry_jacques henry_jacques 25 octobre 2011 22:04

    Morice bonsoir

     

     Quelques lignes pour souligner la qualité de votre travail.

    Et en qualité de journaliste, je dois avouer que je suis subjugué par la provenance de vos sources.


Réagir